08/06/2010
1
RÉUSSIR ENSEMBLE
Environnement social - Réseaux sociaux - Relations sociales
Cégep Beauce-Appalaches
7 juin 2...
08/06/2010
2
Étude de la persévérance aux études collégiales :
la dimension sociorelationnelle.
État des connaissances
Les...
08/06/2010
3
Adaptations multiples
Adaptations
multiples
Quête
d’appartenance
08/06/2010
4
Adaptations
multiples
Quête
d’appartenance
Sociétale
Sociorelationnelle
Institutionnelle
Collégiale
(collègue...
08/06/2010
5
Adaptations
multiples
Quête
d’appartenance
Quête de
performance
Académique
Autonomiste
Anticipatrice
Intégrat...
08/06/2010
6
Adaptations
multiples
Quête
d’appartenance
Quête de
performance
Quête de
signifiance
Passé-Présent-Futur
Soi-...
08/06/2010
7
Au collège
Performance
SignifianceAppartenance
Les collégiennes, les collégiens : à l’entrée dans l’âge adult...
08/06/2010
8
L’expérience du collégial
Performance
SignifianceAppartenance
L’expérience « relationnelle » de l’entrée dans...
08/06/2010
9
Quelques faits documentés
• Plus de 4 abandons scolaires sur 10 relèvent de dimensions relatives à la
qualité...
08/06/2010
10
Ma et Frempong (2008). Raisons de l’inachèvement des études
postsecondaires et profil des décrocheurs des ét...
08/06/2010
11
t
 Investir là où cela fait une réelle différence pour la réussite des élèves :
oser mettre fin à des progr...
08/06/2010
12
Famille, réseau et persévérance au collégial
Une recherche longitudinale traitant
de l’interdépendance des p...
08/06/2010
13
La démarche d’enquête
Trois temps
• Automne 2004
• Printemps 2005
• Automne 2005
Trois cegeps
• Lionel-Groul...
08/06/2010
14
Résultats : le réseau social des collégiens
Étendue • Moyenne de 30 personnes dans le réseau actif.
• Variat...
08/06/2010
15
Des relations hors famille plus homophiles et éparses …
 Au départ :
 90% des membres ont 15-24 ans.
 65%...
08/06/2010
16
Un gars, une fille …
Que font-ils ensemble ?
• Parler, discuter, s’inviter à
des repas :
(F: 97%; H: 85%)
• ...
08/06/2010
17
De la notion de risque
à celle de probabilité de parcours
Situation à l’hiver 2006
Persévère avec ou sans
ch...
08/06/2010
18
Les improbables interruptions
(9/84)
Une sociabilité plus homogène, fermée et moins scolarisée
• Ils ont, en...
08/06/2010
19
Le rôle des relations sociales
Acteurs de SOUTIEN
 Toujours présents, peu importe la
situation.
 Accessibl...
08/06/2010
20
Le rôle des relations sociales entretenues avec le
personnel enseignant et professionnel des collèges
 Faci...
08/06/2010
21
Quelques influences complémentaires
 Le rôle des relations hors famille et l’ouverture sur
d’autres possibl...
08/06/2010
22
• Soutenir (par les échanges, l’écoute et la disponibilité) la participation
des jeunes, le développement de...
08/06/2010
23
Atelier suivant ma conférence
 Réussir ensemble : intégration et application.
 La dynamique des relations ...
08/06/2010
24
RÉUSSIR ENSEMBLE
Environnement social - Réseaux sociaux - Relations sociales
Cégep Beauce-Appalaches
7 juin ...
08/06/2010
25
Retour sur la conférence d’ouverture
Qu’est-ce qui vous rejoint ?
Dynamique des relations sociales
Mode d’em...
08/06/2010
26
Qui … influence quoi … et comment ?
QU’EST-CE QUE L’ON SAIT SUR LA QUESTION ?
1. Électivité
• Relations init...
08/06/2010
27
6. Seuils de passage
• Études
• Emploi
• Relations
amoureuses
• Migration
géographique
• Vie familiale et
pa...
08/06/2010
28
Le rôle des relations sociales
Acteurs de SOUTIEN
 Toujours présents, peu importe la
situation.
 Accessibl...
08/06/2010
29
PISTES DE MESURES D’AIDE À TENEUR
« RELATIONNELLE »
 Activités d’enrichissement scolaire visant l’entraide ...
08/06/2010
30
PISTES DE MESURES D’AIDE À TENEUR
« RELATIONNELLE »
 Groupe de soutien et d’échanges parmi les étudiants in...
08/06/2010
31
PISTES DE MESURES D’AIDE À TENEUR
« RELATIONNELLE »
• Recueillir, en groupe ou en individuel, oralement ou p...
08/06/2010
32
À VOUS DE JOUER !
Comment appliquer
des mesures d’aide institutionnelles
« relationnelles » aux réalités
du ...
08/06/2010
33
FIN
POUR ÉCHANGER AVEC MOI
Louis Cournoyer, c.o.
Professeur, counseling de carrière
Département d'éducation ...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Réussir ensemble

588

Published on

Le rôle de l'environnement social, des réseaux sociaux et des relations sociales sur la persévérance aux études collégiales et la construction du projet professionnel.

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
588
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Réussir ensemble "

  1. 1. 08/06/2010 1 RÉUSSIR ENSEMBLE Environnement social - Réseaux sociaux - Relations sociales Cégep Beauce-Appalaches 7 juin 2010 • Louis Cournoyer, Université du Québec à Montréal • Sylvain Bourdon, Université de Sherbrooke • Johanne Charbonneau, Institut national de recherche scientifique • Lynne Lapostolle, Cégep du Vieux-Montréal • Thérèse Létourneau, Cégep de Sherbrooke Le rôle rassembleur des acteurs du réseau d’enseignement collégial Plan de présentation Conférence d’ouverture 1. La dimension sociorelationnelle de la persévérance aux études collégiales. 2. L’apport de notre recherche : Famille, réseau et persévérance au collégial. 3. Le rôle d’influence possible du personnel enseignant et professionnel, ainsi que de membres de la direction.
  2. 2. 08/06/2010 2 Étude de la persévérance aux études collégiales : la dimension sociorelationnelle. État des connaissances Les collégiennes et les collégiens L’entrée dans l’âge adulte : une période unique de la vie.
  3. 3. 08/06/2010 3 Adaptations multiples Adaptations multiples Quête d’appartenance
  4. 4. 08/06/2010 4 Adaptations multiples Quête d’appartenance Sociétale Sociorelationnelle Institutionnelle Collégiale (collègues) Familiale Amicale Adaptations multiples Quête d’appartenance Quête de performance
  5. 5. 08/06/2010 5 Adaptations multiples Quête d’appartenance Quête de performance Académique Autonomiste Anticipatrice Intégrative Adaptations multiples Quête d’appartenance Quête de performance Quête de signifiance
  6. 6. 08/06/2010 6 Adaptations multiples Quête d’appartenance Quête de performance Quête de signifiance Passé-Présent-Futur Soi-Environnement Identitaire (Direction-Cognition-Sensation) Performance SignifianceAppartenance Les collégiennes, les collégiens : à l’entrée dans l’âge adulte.
  7. 7. 08/06/2010 7 Au collège Performance SignifianceAppartenance Les collégiennes, les collégiens : à l’entrée dans l’âge adulte. Au-travers d’un environnement social … … qui traverse et dépasse l’expérience du collégial Collège Performance SignifianceAppartenance Les collégiennes, les collégiens : à l’entrée dans l’âge adulte.
  8. 8. 08/06/2010 8 L’expérience du collégial Performance SignifianceAppartenance L’expérience « relationnelle » de l’entrée dans l’âge adulte L’expérience du collégial Performance SignifianceAppartenance L’expérience de l’entrée dans l’âge adulte L’expérience « relationnelle » à l’entrée dans l’âge adulte Des relations … plus nombreuses ! Des relations … plus diversifiées ! Des relations … plus changeantes !
  9. 9. 08/06/2010 9 Quelques faits documentés • Plus de 4 abandons scolaires sur 10 relèvent de dimensions relatives à la qualité du soutien social et scolaire : problèmes personnels ou familiaux; problèmes financiers, difficultés relatives à l’encadrement, par exemple un manque de soutien de la part de membres du personnel scolaire (MELS, 2004). • Facteurs d’influence sur la persévérance aux études collégiales : l’expérience en cours ; les antécédents scolaires ; les facteurs extrascolaires dont les héritages culturels (ex. : intériorisation de valeurs) ; la qualité du soutien familial relativement aux problèmes vécus dans la sphère familiale ou encore des encouragements reçus ; les conditions de vie, dont les activités scolaires ; l’effet du genre, notamment de la manière d’anticiper le futur et de porter des actions conséquentes au présent ; le poids des projets (Doray, Langlois et al. 2009). • Les nouvelles générations : habituées à une plus grande proximité avec le monde adulte; habitude de discuter davantage avec les adultes de la famille et les amis; possiblement plus à l’aise à discuter et à argumenter avec leurs enseignants (Gauthier, 2009). Les relations parentales et amicales • Les parents et les amis constituent de loin les sources de soutien priorisés par les jeunes adultes lors de moments importants de prise de décision ou de persévérance dans des activités scolaires, professionnelles et autres (Doray et al., 2003). • Les pairs et les parents qui soutiennent l’autonomie par de l’aide directe, de l’aide aux choix, de l’information et de l’implication personnelle, assurent plus favorablement le développement du niveau de confiance de l’étudiant en regard à des activités de prise de décision (Guay, Senécal, Gauthier et Fernet, 2003). • L’établissement de relations avec d’autres jeunes sur le campus et la rencontre de mentors et de modèles facilitent l’intégration des étudiants, tant sur le plan de leur vie scolaire que sociale (Malatest, 2007).
  10. 10. 08/06/2010 10 Ma et Frempong (2008). Raisons de l’inachèvement des études postsecondaires et profil des décrocheurs des études postsecondaires.  Effet d’un réseau de soutien sur l’intégration et le maintien aux études postsecondaires : corrélation négative (0,79) entre l’abandon des études et la présence de personnes sur le campus avec qui pouvoir parler de problèmes d’ordre personnels.  Effet de l’implication sociale sur la persévérance aux études post secondaires: participation à un service d’écoute et de référence aux pairs (1,59 fois plus); activités bénévoles sur le campus (1,43 fois plus).  Effets d’une absence de personnes sur le campus à qui parler de ses problèmes personnels (2,22 fois plus susceptibles d’abandon).  La grandeur du réseau social n’est pas liée à la réussite, car les interactions sociales n’y sont pas nécessairement sources de soutien (Larose et Roy, 2000). Kuh, G. (2009). What Matters to Student Success: Lessons from High Performing Colleges .  Profiter de la disponibilité des élèves à l’entrée aux études collégiales pour leur transmettre concrètement et directement les « trucs » pour réussir aux études collégiales.  Enseigner en fonction des caractéristiques des élèves présents et non pas de ceux que l’on aimerait avoir ! … activités et stratégies d’enseignements variés, adaptés et, au besoin, révisés.  Recruter, socialiser et récompenser les personnes compétentes … parmi le personnel et les étudiants (effet d’entraînement multiplicateur).  Institutionnaliser le mentorat à différents contextes : entre des étudiants de différents niveaux, entre différents types d’acteurs (personnel, élèves, membres de la communauté); opportunités de réseautage, accompagnement et support.  Encourager et récompenser la collaboration entre les différents services institutionnels et académiques et ceux pour étudiants : communication et information; élaboration de projets, etc.
  11. 11. 08/06/2010 11 t  Investir là où cela fait une réelle différence pour la réussite des élèves : oser mettre fin à des programmes inefficaces de manière redondante et investir sur des activités de grand impact qui contribue à la réussite de l’élève.  Valoriser les expériences de socialisation des élèves lors de la première année d’études : expériences intellectuelles communes ; communautés d’apprentissage ; cours intensif d’écriture ; projets de collaboration ; participation à des recherches au collégial ; apprentissage diversifié et global ; apprentissage dans la communauté et stages.  Identifier formellement des porteurs de dossiers : responsabilité du suivi ; leadership de personnes expérimentées; manifestation d’intérêt et d’aptitudes … + attribution de collaborateurs et d’un soutien de la direction.  Accepter les difficultés lors de l’implantations de nouvelles mesures. Kuh, G. (2009). What Matters to Student Success: Lessons from High Performing Colleges . Les relations sociales au sein de l’institution collégiale • La présence sur un campus de personnes bienveillantes et pouvant servir de modèles de comportement est importante pour l’ensemble des jeunes, mais elle est indispensable à la réussite et à la persévérance aux études des jeunes défavorisés, membres d’une minorité visible ou qui sont des étudiants de première génération et qui n’ont de ce fait personne à la maison sur qui aligner leur conduite au collège (Tinto, 1987). • Le nombre de relations sociales relève les dimensions valorisées par les jeunes et les ressources structurellement accessibles ; la qualité des relations sociales permet de meilleures sources de soutien et des modèles comportementaux positifs répondre aux exigences de leur programme (Zeggelink, 1995 ; Guay et Billette, 2002; Allard et Ouellette, 2002). • Les activités scolaires et sociales. Selon Doray et al. (2003), « les activités organisées par le milieu scolaire sont la ressource que les étudiants jugent la plus profitable, leur permettant la meilleure sensibilisation aux programmes d’études et aux carrières. Selon le MELS (2005), 88 % des élèves du secondaire ont participé en moyenne à près de 10 types d’activités différentes.
  12. 12. 08/06/2010 12 Famille, réseau et persévérance au collégial Une recherche longitudinale traitant de l’interdépendance des parcours individuels, scolaires et sociaux Famille, réseaux et persévérance au collégial • Financement: Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (FQRSC) et par le Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec (MELS) dans le cadre du programme d’Action concertée Persévérance et réussite scolaire. • Direction: Sylvain Bourdon, professeur titulaire à l’Université de Sherbrooke, et par Johanne Charbonneau, professeure et directrice de l’Institut national de recherche scientifique (INRS) – Urbanisation, culture et société.
  13. 13. 08/06/2010 13 La démarche d’enquête Trois temps • Automne 2004 • Printemps 2005 • Automne 2005 Trois cegeps • Lionel-Groulx • Sherbrooke • Vieux Montréal Trois rencontres • Instruments : 1) calendriers de vie; 2) générateur de réseau social; 3) entrevues semi-dirigées (durée moyenne : 2 heures) • Thèmes : qualité des relations avec les parents, des relations amicales et des relations amoureuses; l’expérience personnelle et scolaire des études collégiales; la construction de choix et de projets d’avenir; la vie résidentielle, le travail étudiant, la gestion des revenus et dépenses; les transformations au sein du réseau social. Participation selon le collège et la vague Vague 1 Vague 2 Vague 3 C. Lionel-Groulx 35 33 32 C. de Sherbrooke 30 28 27 C. du Vieux-Montréal 31 25 25 Total 96 86 84 V1: 50 filles, 46 garçons V3: 47 filles, 37 garçons V1: Sciences humaines 78; T. comptabilité 7; T. génie électrique 11.
  14. 14. 08/06/2010 14 Résultats : le réseau social des collégiens Étendue • Moyenne de 30 personnes dans le réseau actif. • Variations importantes: de moins de 10 à plus de 80 personnes. Filiation • ¼ de liens familiaux : parents, fratrie, famille élargie. • ¾ de liens non familiaux : amis, connaissances, relations amoureuses présentes et anciennes, collègues d’études ou de travail, autres personnes jugées significatives. Circonstances de rencontre • 5/10 aux études. • 1/10 au travail. • 4/10 autrement : présentée par une autre personne, dans le cadre des loisirs, dans le voisinage ou des amis d’enfance. Résultats: un réseau social en changement • Renouvellement du 1/4 du réseau à chaque 7 mois. • Additions de 8 et soustractions de 7 membres en moyenne – ajout moyen de 2 membres en 18 mois
  15. 15. 08/06/2010 15 Des relations hors famille plus homophiles et éparses …  Au départ :  90% des membres ont 15-24 ans.  65% aux études collégiales et 82% à plein temps.  27/96 ont des relations amoureuses et … 23/96 ont une ou un « ex » dans le réseau.  Après 18 mois d’études collégiales :  1/3 du réseau hors famille est de sexe opposé.  Des relations plus étendues au plan de l’âge. Résultats : un réseau social en transformation Que font-ils ensemble ? • Parler, discuter, s’inviter à des repas : 91%; • Cinéma, concert : 70%; • Soirées fêtes chez quelqu’un : 70%; • Cafés et restaurants : 70%; • Regarder la télévision : 65%; • Balades en ville, magasinage : 61%; • Études et travaux scolaires : 41%; • Travail : 16%. Résultats : vie aux études et ailleurs …
  16. 16. 08/06/2010 16 Un gars, une fille … Que font-ils ensemble ? • Parler, discuter, s’inviter à des repas : (F: 97%; H: 85%) • Soirées, fêtes chez quelqu’un : (F: 74%; H: 67%) • Cinéma, concert : (F: 81%; H: 61%) • Cafés et restaurants : (F: 84%; H: 58%) • Informatique, Internet : (F: 31%; H: 41%) • Jeux (vidéos et autres) : (F: 22%; H: 45%) • Travail : (F: 7% : H: 24%) Les parcours scolaires improbables La notion de « risque » ne se joue pas uniquement par les résultats scolaires antérieurs !
  17. 17. 08/06/2010 17 De la notion de risque à celle de probabilité de parcours Situation à l’hiver 2006 Persévère avec ou sans changement de programme Interruption du collégial Moyenne générale au secondaire Faible 0-72 IP Improbable persévérant (N=17) PP Parcours probable (N=13) Moyen et fort 73 et + PP Parcours probable (N=57) II Improbable interruption (N=9) Les improbables persévérants (17/84) Une sociabilité plus diversifiée, ouverte et propice à la confidence • Ils comptent dans leurs réseaux beaucoup plus de membres ayant une scolarité post secondaire que les jeunes des deux autres groupes. • Ils ont aussi des proportions plus importantes de relations rencontrées au travail et dans des activités sportives, un indice d’une meilleure intégration sociale. • Avec leurs relations intimes, ils s’adonnent nettement moins fréquemment à des activités en lien avec l’informatique ou à Internet et fréquentent un peu moins les cafés et de restaurants. À l’inverse, ils ont davantage d’amis intimes avec lesquels ils fréquentent les bars et les discothèques. • La proportion d’amis intimes à qui ils peuvent se confier est deux fois plus élevée que chez les jeunes au parcours probable et trois fois plus que chez ceux au parcours improbable interruption.
  18. 18. 08/06/2010 18 Les improbables interruptions (9/84) Une sociabilité plus homogène, fermée et moins scolarisée • Ils ont, en dehors de leur famille, un réseau actif qui compte davantage de jeunes du même âge qu’eux et de relations rencontrées par l’intermédiaire d’une troisième personne ou dans le voisinage, une sociabilité davantage axée sur la proximité. • Leur réseau compte aussi beaucoup moins de personnes qui ont une scolarité post secondaire. • Ils s’adonnent à des activités liées à l’informatique et à l’Internet avec davantage de leurs amis intimes que les jeunes des deux autres groupes. • Ils sont aussi beaucoup plus attachés à leurs intimes que les jeunes des deux autres groupes: attachement plus souvent fondé sur le fait d’avoir des amis en commun que chez les deux autres groupes. • Ils ont aussi presque trois fois moins d’amis intimes à qui ils peuvent se confier que les jeunes improbables persévérants : cette moindre proportion de présence d’amis à qui se confier, l’attachement plus fort à un environnement social moins scolarisé pourrait avoir un lien avec leur rupture de parcours. UN RÉSEAU DE LIENS FORTS ET DE LIENS FAIBLES : ET PUIS ? Qualités Impact possible Liens forts  Fonction de protection  Fonction de validation  Source de partage et de consensus  Normalisation et homogénéisation  Présence et disponibilité  Appartenance et sécurité  Continuité et normativité  Limitation des ressources et des informations accessibles Liens faibles  Fonction impersonnelle  Fonction de confrontation  Perspectives nouvelles  Sans appréhension  Différenciation et hétérogénéisation  Distance et différence  Essai de nouvelles identités  Accès à de nouvelles ressources, de nouvelles informations  Découverte et apprentissages
  19. 19. 08/06/2010 19 Le rôle des relations sociales Acteurs de SOUTIEN  Toujours présents, peu importe la situation.  Accessible au besoin, fiable, rapide.  Aide, soutien, encouragements, reflets et appui sans jugement.  Relations normées; convergence des ressources et des informations. Acteurs de MOBILISATION • D’abord sollicités, lorsque les liens forts ne suffisent plus. • Décisions, organisation, démarches. • Conseils, information, éclairage et stimulation de l’action. • Nouvelles perspectives, confrontation, stimulation, officialisation. Liens forts Liens faibles Proximité …………………… Crédibilité ………….............. Instrumentalité Famille proche Amis intimes Relations amoureuses Famille élargie Connaissances Personnel professionnel Reconnaître son rôle d’influence et celui des différentes relations sociales des jeunes
  20. 20. 08/06/2010 20 Le rôle des relations sociales entretenues avec le personnel enseignant et professionnel des collèges  Faciliter la navigation vers de nouveaux mondes et de nouvelles perspectives …  Le rôle des ressources professionnelles du collège relève d’une interaction généralement initiée par les collégiennes et les collégiens pour des fins d’éclairage et parfois de prescription sur les actions à entreprendre relativement à la construction de leur projet professionnel.  La participation à la construction du projet professionnel est agit par une aide au développement et à la validation de référents identitaires lorsqu’ils sont jugées significatifs par les jeunes. Quelques influences complémentaires Savoir tenir compte du rôle des relations familiales.  Le rôle des parents se veut convergent, c’est-à-dire orienté vers la préparation à des choix sécuritaires en regard d’un placement en emploi réussi selon des standards sociaux et familiaux.  Le rôle de la fratrie combine les attributs d’engagement d’un lien filial et ceux de guide d’un jeune adulte – souvent un peu plus vieux – en mesure d’aider la collégienne et le collégien à préparer son insertion professionnelle à venir.  Le rôle de la famille élargie s’avère complémentaire et supplémentaire à ce que peut fournir la famille rapprochée, notamment par l’accès privilégié à des ressources valorisées par les collégiennes et les collégiens.
  21. 21. 08/06/2010 21 Quelques influences complémentaires  Le rôle des relations hors famille et l’ouverture sur d’autres possibles.  Le rôle des relations amicales sont surtout des liens homophiles dont le rôle sur la construction du projet professionnel agit en proximité, de même qu’en contre-balancier à celui des parents.  Le rôle de partenaires amoureux sur la construction du projet professionnel des collégiennes et des collégiens se réalise souvent au travers d’une pluralité de projets individuels menés conjointement à l’intérieur du couple. Des conceptions partagées par d’autres recherches • Les relations sociales influencent les choix scolaires et professionnels, ainsi que les stratégies d’action individuelles … et vice versa (Bernier, 1997; Bidart, 1997; Peavy, 1997; Crosnoe, 2000; Bidart et Lavenu, 2001, 2005; Bidart, Mounier et Pelllissier, 2002; Bidart, Lavenu et Pellissier, 2005; Roy, 2003; Molgat et Charbonnau, 2003; Charbonneau, 2004, 2007; Grossetti, 2005; Kenny et Bledsoe, 2005; Moulin et Doray, 2007). • La configuration des relations influence l’accès aux ressources d’aide, de soutien, d’opportunités … et vice versa (Grannovetter, 1973, 1983; Putnam, 2000; Seibert, Kraimer et Liden, 2001; Giordano, 2003; Degenne et Lebeaux, 2004; Grossetti, 2005). • Les échanges opérés entre les individus permettent de saisir les besoins, les ressources, ainsi que les conditions nécessaires à leur existence (Godbout et Charbonneau, 1996; Bidart, 1997; Godbout, 2001; Charbonneau, 2004; Bidart et Lavenu, 2005).
  22. 22. 08/06/2010 22 • Soutenir (par les échanges, l’écoute et la disponibilité) la participation des jeunes, le développement de la confiance en soi et de l’autonomie, la responsabilisation, l’esprit critique, l’organisation de temps et de tâches, ainsi que la réflexivité sur son propre parcours (Bouchard, 2004). • Ajuster les mesures au regard des changements de clientèles et de l’accroissement de celles plus fragiles (Doray, Langlois et al. 2009). • Reconnaître les enjeux de l’entrée dans l’âge adulte pour en adapter les interventions en ce sens : recherche identitaire versus habiletés et compétences personnelles et interpersonnelles; qualité du soutien social (Marcotte, 2007). • Considérer les différences possibles entre les abandons en début de parcours collégial et ceux réalisés plus tardivement (Ménard, 2007). • Le sens attribué à une expérience n’est pas uniquement fonction de signifiance et de performance, mais aussi d’appartenance. Des propositions partagés par d’autres recherches  Les relations sociales des jeunes sont multiples, variées et changeantes au regard des nombreux événements qui surviennent à cette période de vie.  Force est de considérer que le personnel enseignant et professionnel n’occupe ni la seule, ni la principale place dans la vie sociale des jeunes.  Il importe ainsi de considérer toutes ces autres dimensions d’influence comme des sources d’information complémentaires aux mesures d’aide institutionnelles.  Pour faciliter l’entrée dans l’âge adulte, les collégiens doivent réaliser des apprentissages (formels et informels) riches de sens et qui puissent mesurer leur niveau de performance, mais qui également puisse établir leur appartenance.  Les mesures d’aide directes et institutionnelles gagnent à intégrer simultanément les dimensions sociorelationnelles et académiques. EN CONCLUSION
  23. 23. 08/06/2010 23 Atelier suivant ma conférence  Réussir ensemble : intégration et application.  La dynamique des relations sociales : mode d’emploi.  Des exemples de mesures conçues lors de la tournée RÉUSSIR ENSEMBLE (2009-2010).  L’intégration de mesure d’aide institutionnelles centrées sur la dimension relationnelle : le cas du Cégep Beauce- Appalaches. FIN POUR ÉCHANGER AVEC MOI Louis Cournoyer, c.o. Professeur, counseling de carrière Département d'éducation et de pédagogie Université du Québec à Montréal Cournoyer.louis@uqam.ca • Membre chercheur associé - Équipe de recherche sur les transitions et l'apprentissage (ÉRTA) • Directeur Québec francophone - Association canadienne de counseling et de psychothérapie (ACCP) Champs de recherche et d'enseignement - Orientation scolaire et professionnelle - Counseling de carrière - Réseaux sociaux et relations sociales -Persévérance aux études collégiales
  24. 24. 08/06/2010 24 RÉUSSIR ENSEMBLE Environnement social - Réseaux sociaux - Relations sociales Cégep Beauce-Appalaches 7 juin 2010 • Louis Cournoyer, Université du Québec à Montréal • Sylvain Bourdon, Université de Sherbrooke • Johanne Charbonneau, Institut national de recherche scientifique • Lynne Lapostolle, Cégep du Vieux-Montréal • Thérèse Létourneau, Cégep de Sherbrooke Intégration et application Plan de présentation 1. La dynamique des relations sociales : mode d’emploi. 2. Des exemples de mesures conçues lors de la tournée RÉUSSIR ENSEMBLE (2009-2010). 3. L’intégration de mesure d’aide institutionnelles centrées sur la dimension relationnelle : le cas du Cégep Beauce- Appalaches.
  25. 25. 08/06/2010 25 Retour sur la conférence d’ouverture Qu’est-ce qui vous rejoint ? Dynamique des relations sociales Mode d’emploi
  26. 26. 08/06/2010 26 Qui … influence quoi … et comment ? QU’EST-CE QUE L’ON SAIT SUR LA QUESTION ? 1. Électivité • Relations initiales • Relations de contextes • Relations électives 2. Fonction • Instrumentale • Informelle 3. Genre • Femme et partage d’expériences • Hommes et partage d’activités 4. Classe socioéconomique • favorisée – étendues • Défavorisées – proche 5. Période de vie • Enfance … familiale, voisinage. • Adolescence … amis, diversité • Adulte … intimité, travail, convergence. • Retraite … proximité.
  27. 27. 08/06/2010 27 6. Seuils de passage • Études • Emploi • Relations amoureuses • Migration géographique • Vie familiale et parentalité 7. Échanges • Soutien émotif • Encouragement • Présence et écoute • Conseil • Rétroaction • Confiance • Soutien matériel et financier • Aide directe – instrumentale • Entraide • Valeurs, attitudes, croyances • Confidence • Information • Sentiments • Connaissances • Normes et règles • Reflets d’image • Reconnaissance • Stigmatisation. QU’EST-CE QUE L’ON SAIT SUR LA QUESTION ? UN RÉSEAU DE LIENS FORTS ET DE LIENS FAIBLES : ET PUIS ? Qualités Impact possible Liens forts  Fonction de protection  Fonction de validation  Source de partage et de consensus  Normalisation et homogénéisation  Présence et disponibilité  Appartenance et sécurité  Continuité et normativité  Limitation des ressources et des informations accessibles Liens faibles  Fonction impersonnelle  Fonction de confrontation  Perspectives nouvelles  Sans appréhension  Différenciation et hétérogénéisation  Distance et différence  Essai de nouvelles identités  Accès à de nouvelles ressources, de nouvelles informations  Découverte et apprentissages
  28. 28. 08/06/2010 28 Le rôle des relations sociales Acteurs de SOUTIEN  Toujours présents, peu importe la situation.  Accessible au besoin, fiable, rapide.  Aide, soutien, encouragements, reflets et appui sans jugement.  Relations normées; convergence des ressources et des informations. Acteurs de MOBILISATION • D’abord sollicités, lorsque les liens forts ne suffisent plus. • Décisions, organisation, démarches. • Conseils, information, éclairage et stimulation de l’action. • Nouvelles perspectives, confrontation, stimulation, officialisation. Liens forts Liens faibles Proximité …………………… Crédibilité ………….............. Instrumentalité Famille proche Amis intimes Relations amoureuses Famille élargie Connaissances Personnel professionnel Des mesures d’aide institutionnelles à haute teneur relationnelle L’expérience de RÉUSSIR ENSEMBLE
  29. 29. 08/06/2010 29 PISTES DE MESURES D’AIDE À TENEUR « RELATIONNELLE »  Activités d’enrichissement scolaire visant l’entraide et le support par les pairs : mentorat, étude en petits groupes, rétroactions qualitatives sur la performance des élèves et du groupe.  Tutorat personnalisé, soit la désignation d’un enseignant offrant un soutien sporadique à un certain nombre d’étudiants tout au long de la session.  Soutien à la réussite et à l’intégration de publics cibles: élèves en difficultés scolaires, de première génération, de minorités culturelles., avec situation d’handicap.  Services de parents-bénévoles pour des programmes d’aide aux devoirs, de mentorat professionnel, de conférence ou de journées-carrières.  Lettre d’information « en ligne » pour les parents à propos de sujets leur permettant de mieux comprendre le parcours d’études de leurs enfants: capsules de trucs et conseils; information sur les cours, les programmes et les préalables; articles portant sur des enjeux personnels et sociaux chez les jeunes; références d’ouvrage; informations sur les activités offertes au collège. PISTES DE MESURES D’AIDE À TENEUR « RELATIONNELLE »  Comité et/ou rencontres annuelles pour les parents : occasions d’échanges sur les préoccupations des parents; offre de soutien d’information et de conseils; conférences-thématiques.  Sorties éducatives, conférences et activités culturelles associées à certaines disciplines scolaires.  Ateliers d’information et d’orientation scolaire de groupe favorisant le partage d’expériences personnelles, la présentation d’un projet personnel, l’établissement de liens entre les disciplines scolaires, les compétences génériques et les carrières.  Tandem linguistique entre un collégien québécois francophones désireux d’apprendre une autre lange et un nouvel arrivant désireux d’apprendre le français.  Séminaires de développement personnel et social visant à l’amélioration de la confiance en soi, le leadership, l’affirmation de soi, le sens de l’autre, etc.  Offre de bourses d’études pour la réalisation d’activités d’enrichissement scolaire, d’information ou de soutien personnel aux élèves engagés.
  30. 30. 08/06/2010 30 PISTES DE MESURES D’AIDE À TENEUR « RELATIONNELLE »  Groupe de soutien et d’échanges parmi les étudiants inscrits dans un programme d’accueil et d’intégration.  Réalisation de travaux scolaires impliquant la réalisation d’une activité « utilitaire » d’information, de soutien ou d’aide à l’apprentissage pour la communauté étudiante et/ou extrascolaire.  Services d’écoute et de référence impliquant l’offre d’une formation attestée pour les aidants.  Service de repérage et de pairage d’élèves isolés socialement à des élèves intéressés à s’impliquer.  Pairage d’étudiants juniors (entrants) et seniors (en dernière année) d’études : intégration sociale, information et référence, soutien académique. PISTES DE MESURES D’AIDE À TENEUR « RELATIONNELLE »  Activité de sensibilisation et de vulgarisation offertes des contenus de cours de certains programmes collégiaux auprès des élèves de secondaires cinq par des « ambassadeurs du collège »: à titre d’emploi de courte durée; de travail à réaliser dans le cadre d’un cours (ex.: qu’est-ce que les cours de philosophie au collégial ?; à quoi peuvent servir des études en sciences humaines ?).; à titre de bénévole.  Participation des élèves au plan de réussite : consultation des élèves, création de comités.  Favoriser des activités de contacts plus informels entre les membres du personnel et les étudiants.  Panels d’invités sur des thèmes relatifs à certaines compétences professionnelles sur le marché du travail se rattachant à des disciplines ou à des comportements spécifiques (ex.: la place du français écrit dans certains emplois; la manière dont fonctionne le travail en équipe sur le marché du travail, etc.).
  31. 31. 08/06/2010 31 PISTES DE MESURES D’AIDE À TENEUR « RELATIONNELLE » • Recueillir, en groupe ou en individuel, oralement ou par écrit, mais obligatoirement avant le deuxième cours, un état de la disposition à l’apprentissage de l’élève: • Représentations de ses capacités académiques. • Sentiment de compétences par rapport à la discipline. • Relation personnelle avec l’apprentissage, avec l’école. • Motivations relatives à la poursuite de ce cours. • Préoccupations ou difficultés personnelles relatives ou non au cours. • Manière d’apprendre : selon son opinion sur les professeurs l’ayant le plus marqué positivement et négativement. • Réaliser un « contrat de classe » à partir d’un travail d’échange en collectivité sur les conditions nécessaires et optimales à la réussite du cours. • Maximiser les occasions de travail en sous-groupes qui favorisent la diversité des partenariats entre les élèves, leur permettant ainsi de mieux se connaître et de mieux s’entraider. PISTES DE MESURES D’AIDE À TENEUR « RELATIONNELLE » • Coulombe et Gagné (2007) : le mentorat et ses effets bénéfiques chez les tutorés ET les tuteurs … résultats scolaires, intégration et transfert des connaissances; développement d’habiletés relationnelles ; sentiment d’efficacité personnelle, motivation scolaire. • Malatest (2007) : gestionnaires de cas auprès de collégiens ontariens. - rencontres régulières pour veiller au progrès scolaire et à la référence complémentaire; services de mentorat par les pairs sur certaines compétences relationnelles (communication, leadership, travail d’équipe, résolution de conflits, résolution de problèmes, réalités multiculturelles, diversité) auprès de collégiens en difficultés scolaires; orientation professionnelle impliquant des ateliers de partages d’expériences en groupe, des activités et des tests, ainsi que des rencontres subséquentes avec un conseiller d’orientation.
  32. 32. 08/06/2010 32 À VOUS DE JOUER ! Comment appliquer des mesures d’aide institutionnelles « relationnelles » aux réalités du Cégep Beauce-Appalaches ? EXERCICE d’application • En équipe de cinq personnes 1. Identifier une problématique que vous jugez importante dans votre milieu au regard de la persévérance aux études collégiales à votre cégep. 2. Proposer une mesure d’aide institutionnelle pouvant répondre à cette problématique MAIS qui est d’ordre relationnelle : • Fait participer plusieurs acteurs de l’institution et/ou de l’extérieur. 3. Partage d’idées par une équipe et bonification par les autres.
  33. 33. 08/06/2010 33 FIN POUR ÉCHANGER AVEC MOI Louis Cournoyer, c.o. Professeur, counseling de carrière Département d'éducation et de pédagogie Université du Québec à Montréal Cournoyer.louis@uqam.ca • Membre chercheur associé - Équipe de recherche sur les transitions et l'apprentissage (ÉRTA) • Directeur Québec francophone - Association canadienne de counseling et de psychothérapie (ACCP) Champs de recherche et d'enseignement - Orientation scolaire et professionnelle - Counseling de carrière - Réseaux sociaux et relations sociales -Persévérance aux études collégiales

×