Your SlideShare is downloading. ×
2013 12-21 ... Cournoyer (2013).  poursuivre des études en développement de carrière
2013 12-21 ... Cournoyer (2013).  poursuivre des études en développement de carrière
2013 12-21 ... Cournoyer (2013).  poursuivre des études en développement de carrière
2013 12-21 ... Cournoyer (2013).  poursuivre des études en développement de carrière
2013 12-21 ... Cournoyer (2013).  poursuivre des études en développement de carrière
2013 12-21 ... Cournoyer (2013).  poursuivre des études en développement de carrière
2013 12-21 ... Cournoyer (2013).  poursuivre des études en développement de carrière
2013 12-21 ... Cournoyer (2013).  poursuivre des études en développement de carrière
2013 12-21 ... Cournoyer (2013).  poursuivre des études en développement de carrière
2013 12-21 ... Cournoyer (2013).  poursuivre des études en développement de carrière
2013 12-21 ... Cournoyer (2013).  poursuivre des études en développement de carrière
2013 12-21 ... Cournoyer (2013).  poursuivre des études en développement de carrière
2013 12-21 ... Cournoyer (2013).  poursuivre des études en développement de carrière
2013 12-21 ... Cournoyer (2013).  poursuivre des études en développement de carrière
2013 12-21 ... Cournoyer (2013).  poursuivre des études en développement de carrière
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

2013 12-21 ... Cournoyer (2013). poursuivre des études en développement de carrière

1,025

Published on

1 Comment
2 Likes
Statistics
Notes
  • En tant que Conseiller en orientation scolaire Marocain, exerçant dans un district scolaire(Lycée et collège), je suis ravi de trouver dans ce groupe une aide précieuse en matière d'orientation! Je remercie vivement Le Professeur Louis Cournoyer pour les effrorts qu'il déploie pour mieux servir les C.O dans les pays Francophones!
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
No Downloads
Views
Total Views
1,025
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
32
Comments
1
Likes
2
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Université du Québec à Montréal POURSUIVRE DES ÉTUDES EN DÉVELOPPEMENT DE CARRIÈRE … FAIRE CARRIÈRE EN DÉVELOPPEMENT DE CARRIÈRE ! Préparé par Louis Cournoyer Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling de carrière) Conseiller d’orientation (OCCOQ) DÉCEMBRE 2013
  • 2. 2 Sommaire 1. Qu’est-ce que le développement de carrière ? ............................................................. 3 2. Que comportent les études en développement de carrière ? ........................................ 6 3. Qui sont les professeurs en développement de carrière ? ............................................ 7 4. Quels sont les débouchés en développement de carrière ? .......................................... 8 5. Quelles sont les perspectives professionnelles en développement de carrière ? ....... 10 6. Quelles voies sont possibles pour l’admission à l’OCCOQ ? ................................... 12 7. Quelles sont les ressources complémentaires d’information pour en savoir plus sur le développement de carrière ? (cliquez sur les titres) .......................................................... 13 RÉFÉRENCES ................................................................................................................. 14
  • 3. 3 1. Qu’est-ce que le développement de carrière ? Au départ, le champ disciplinaire du développement de carrière est un objet difficile à cerner puisqu’il empiète sur des terrains aussi variés que celui du développement médicothérapeutique, humain, organisationnel et social. Par exemple, un diplômé en développement de carrière possède des connaissances et des compétences pouvant être requises pour certaines activités de la gestion des ressources humaines (dotation, développement des compétences, formation, planification de la relève) sans pour autant posséder toutes celles normalement attendues d’un « spécialiste » de ce domaine. En fait, le spécialiste du développement de carrière s’intéresse à la santé psychologique au travail de la personne, aux relations humaines en contexte organisationnel, au développement de l’être humain en relation avec son environnement socio-économico-culturel, de même qu’au développement des collectivités. Le tableau ci-dessous (Cournoyer, à paraître) illustre passablement bien les chevauchements du développement de carrière avec d’autres disciplines : Ce qui toutefois demeure le cœur du rôle social d’un spécialiste en développement de carrière, ce sont les activités se rapportant à l’information, à l’orientation et à l’insertion scolaire et socioprofessionnelle. Pour Cournoyer (2014, à paraître), le développement de carrière d’un individu n’est pas un processus de croissance libre et séquentiel, mais
  • 4. 4 un processus d’adaptation et de négociation continues et complexes en soi et avec un « autre » (collègues, supérieurs, subalternes, famille et amis, groupes, institutions, organisations, monde du travail), orienté vers le développement humain au sein de contextes personnels, scolaires et professionnels. Le Guide canadien des compétences pour les professionnels en développement de carrière constitue le cadre de référence pour ceux qui souhaitent exercer leur profession de façon efficace et conforme aux codes d’éthique et de déontologie en vigueur, notamment celui de l’Association internationale d’orientation scolaire et professionnelle (Conseil canadien pour le développement de carrière, Site internet). Il peut donc permettre de mieux saisir la portée de ses interventions et les compétences sur lesquelles celles-ci doivent reposer : counseling, évaluation, développement et soutien de l’apprentissage, orientation professionnelle, gestion de l’information et des ressources, développement de l’emploi, développement communautaire. Au cours des deux dernières décennies, les services d’aide en matière de développement de carrière se sont passablement transformés et complexifiés. Entre autres, les types de clientèles sollicitant, à un moment ou l’autre de leur vie, les services de professionnels spécialisés dans ce domaine ont non seulement augmenté, mais se sont aussi diversifié (Organisation de coopération et de développement économiques, 2004). Les faits rapportés ci-dessous confirment le besoin d’une formation en développement de carrière plus diversifiée et comportant un nombre suffisant de cours pour répondre aux besoins variés des clientèles.  Parmi ces clientèles émergentes depuis quelques années, il est à noter les personnes immigrantes et les personnes de minorités visibles. Malgré une scolarité souvent supérieure à la population générale (Emploi Québec, 2007), ces clientèles doivent souvent composer avec l’absence de scolarisation québécoise, d’adaptation sociale, sans compter les craintes de préjugés et de stigmatisation (Bégin, 2009). Les professionnels en développement de carrière accompagnent de telles clientèles grâce aux compétences acquises en counseling de carrière, d’information scolaire et professionnelle, de stratégies dynamiques de recherche d’emploi, de compréhension du fonctionnement psychologique, d’interculturalité.  Les clientèles possédant un dossier criminel représentent près de 10% de la population québécoise (Bernheim, 2010). Leur réinsertion socioprofessionnelle passe notamment par un service d’accompagnement professionnel adapté à des enjeux psychosociaux tels une faible estime de soi, un manque de motivation, des difficultés liées à la consommation de drogues, d’alcool et de médicaments, des difficultés financières, ainsi que des problèmes de santé physique et mentale. Les professionnels du développement de carrière doivent donc être en mesure de motiver, soutenir, ainsi qu’aider ces personnes à se maintenir en emploi dans un contexte de travail.  Les femmes monoparentales se retrouvent souvent dans des emplois atypiques, caractérisés par la précarité, le travail moins bien rémunéré et sans sécurité d’emploi (Cournoyer, 2009). Selon Bujold et Gingras (2000), les professionnels en développement de carrière œuvrant auprès des femmes en général, mais plus
  • 5. 5 souvent des femmes monoparentales, doivent composer avec des enjeux de développement d’une identité personnelle, sociale, professionnelle et maternelle, de barrières à l’emploi multiples et de conciliation travail-famille, etc.  Les clientèles mentionnées ci-dessus et plusieurs autres se retrouvent souvent, en concomitance, prestataires de l’aide sociale ou de l’assurance-emploi. Les professionnels du développement de carrière doivent non seulement composer avec les enjeux psychosociologiques rattachés au fait d’être exclus du marché du travail, mais également de prendre en compte les questions de faible niveau de scolarité, de difficultés à intégrer un emploi stable et à s’y maintenir, ainsi que des difficultés comportementales et relationnelles lorsqu’en emploi (Cournoyer, 2009).  Il est aussi à noter l’enjeu de vieillissement de la population et de préparation de la relève au sein des organisations où œuvrent plusieurs professionnels du développement de carrière (Bussière et al, 2009 ; RHDCC, 2008) : stéréotypes négatifs et mythes associés aux travailleurs âgés, développement et ajustement des compétences, reclassement, aide à la formation continue.  Enfin, il importe de souligner que les clientèles ci-dessus, comme d’autres, peuvent présenter des difficultés d’intégration socioprofessionnelle liée à un handicap. Les personnes handicapées font face à des limitations aussi bien intellectuelles, psychiques, que physiques (Emploi-Québec, 2009). Le défi des professionnels en développement de carrière qui les accompagnent est de les aider à gérer des enjeux d’intégration socioprofessionnels et personnels parallèles : confiance en soi, estime de soi, isolement, adaptation aux changements, attentes irréalistes face au marché du travail (Emploi-Québec, 2004). Au-delà des problèmes de santé physique peuvent également résider, pour les personnes handicapées, mais aussi pour les personnes de la population générale faisant appel aux services d’un professionnel en développement de carrière, des enjeux de santé mentale. Emploi Québec (2009) souligne au cours des 10 dernières années la croissance de besoins de soins en santé mentale et la nécessité de recourir davantage à des professionnels en counseling pour accompagner ces personnes. Au-delà de la santé réside toujours la question de réinsertion, de réadaptation ou de réorientation scolaire et professionnelle. Au cours des 100 dernières années, le marché du travail s’est transformé à une vitesse exponentielle. Pour Schein (2006), ces changements présentent des impacts constants sur la capacité individuelle à gérer son présent, son devenir, sa carrière. Une recension des définitions accordées au concept de carrière menée par Gingras, Spain et CocandeauBellanger (2006) amènent ces dernières à retenir deux éléments centraux, soit « la voie où l’on s’engage » et le « cours de la vie ». Pour ces auteures, comprendre la carrière et favoriser le développement de celle-ci implique la prise en compte et la compréhension d’un ensemble de variables d’influence : conciliation des rôles, ressources et limites personnelles et environnementales, événements et transitions de vie, contextes socioculturels, dimensions microéconomique et macroéconomique du marché du travail, fonctionnement psychologique, stratégies d’adaptation individuelles, etc. Quoiqu’il en soit, en ce début de 2e siècle, l’individu est de plus en plus seul à gérer et développer son
  • 6. 6 devenir, sa carrière, son identité socioprofessionnelle (Boutinet, 2005). En somme, le développement de carrière constitue un champ d’études portant sur l’accompagnement de l’individu au travers des transitions, des événements, des décisions et des choix, de mises en place de stratégies d’adaptation qui sèment son parcours de vie scolaire et professionnelle marquée à leur tour par les transformations sociales, économiques et culturelles du milieu. Les axes de développement scientifique dans ce champ gravitent ainsi autour de l’interaction individu-travail-environnement (scolaire/professionnel) : pratiques de counseling de carrière, d’aide à la recherche d’emploi, d’évaluation psychométrique, d’analyse psychosociologique, d’élaboration de modèles de développement personnel adaptés aux différentes clientèles et problématiques contemporaines. 2. Que comportent les études en développement de carrière ? Les programmes de baccalauréat et de majeure s’inscrivent dans le champ disciplinaire de la carriérologie, laquelle s’intéresse au concept de carrière et ses répercussions, de projet professionnel, de relation entre une personne et son milieu de vie scolaire et professionnel. Les études de premier cycle en développement de carrière visent l’acquisition de connaissances et de compétences approfondies et à jour en matière d’accompagnement psychosocial, scolaire et professionnel d’individus en quête de sens carriérologique. Pour se faire, la majeure en développement de carrière s’appuierait sur les mêmes sous-champs propres à la formation, soit des activités de formation portant sur 1) les fondements théoriques en développement de carrière, 2) le counseling, 3) la psychologie, 4) l’éducation, 5) la psychométrie, 6) l’environnement socioéconomique, 7) le développement de l’employabilité, 8) la recherche et 9) la formation pratique, soit plus particulièrement les stages en milieu de travail. Pour permettre ce développement approfondi de compétences et de connaissances, plusieurs stratégies d’apprentissage, dont les suivantes sont proposées :  Exposés interactifs avec échanges d’expériences réciproques sur les compétences relationnelles, les approches en counseling de carrière et le cadre d’intervention en counseling de carrière.  Transferts de connaissances de modèles d’intervention psychologiques reconnus vers une application spécifique en développement de carrière.  Démonstrations pratiques faites par les professeurs sur différentes dimensions du counseling de carrière.  Exercices et études de cas.  Applications pratiques de notions théoriques sous forme de services d’aide en développement de carrière auprès de populations spécifiques.  Supervisions collectives en groupe-classe fondées sur des normes d’ouverture à son expérience, de respect de chacun, de professionnalisme relativement aux conditions nécessaires pour favoriser l’apprentissage de tous.  Simulations d’intervention au travers d’exercices pratiques et de jeux de rôles.
  • 7. 7  Enquête et recherche sur le marché du travail auprès de professionnels et de certains groupes de population.  Entretien d’évaluation initiale auprès d’un client. Plusieurs modalités d’évaluation peuvent s’appliquer selon le type de cours :       Examen à choix de réponses, à court développement ou à long développement. Production de travaux de réflexion, de démonstrations théoriques à des fins d’interventions pratiques, d’analyse critique, etc. Expérience contrôlée dans un contexte d’accompagnement individuel ou de groupe (ex. : administration d’outils psychométriques). Expérience non contrôlée dans un contexte d’accompagnement individuel ou de groupe (ex. : conduite de processus de counseling de carrière). Stage en milieu de travail supervisé par un professionnel associé (professionnel du milieu) et par un professeur ou chargé de cours de l’UQAM. Activités de synthèses de lecture, de résolution de problème, de raisonnement clinique et éthique, etc. La transmission des résultats à ces différentes évaluations est faite de différentes manières selon le type de cours : appréciation chiffrée, commentaires et rétroactions écrites ou orales. À noter que chaque plan de cours comporte une liste spécifique des objectifs généraux et spécifiques, des modalités d’évaluation, ainsi que des disponibilités de professeurs et de chargés de cours pour fournir une rétroaction sur celles-ci. 3. Qui sont les professeurs en développement de carrière ? Yves Chagnon Page professorale (cliquez sur ce lien) Louis Cournoyer Page professorale (cliquez sur ce lien) Edwidge Desjardins Page professorale (cliquez sur ce lien) Simon Grégoire Page professorale (cliquez sur ce lien) Lise Lachance Page professorale (cliquez sur ce lien) Cynthia Martiny Page professorale (cliquez sur ce lien) Geneviève Taylor Page professorale (cliquez sur ce lien)
  • 8. 8 4. Quels sont les débouchés en développement de carrière ? Le champ disciplinaire du développement de carrière est très vaste. Toutefois, il est possible de situer les différents milieux d’emplois des diplômés en quatre grands secteurs d’activité professionnelle. EMPLOYABILITÉ  Organismes membres du Réseau québécois des organismes en développement de l’employabilité (RQuODE) : http://www.savie.qc.ca/rquode2/  Organismes membres du Réseau des Carrefour Jeunesse-emploi du Québec (RCJEQ) : http://www.rcjeq.org/  Organismes membres du Réseau des services spécialisés de main-d’œuvre (RSSMO) : http://rssmo.qc.ca/  Organismes membres de l’Association des clubs de recherche d’emploi du Québec (ACREQ) : http://www.cre.qc.ca/  Organismes membres du Regroupement des organismes spécialisés pour l’emploi des personnes handicapées (ROSEPH) : http://www.roseph.ca/  Organismes membres du Collectif des entreprises d’insertion du Québec : http://www.collectif.qc.ca/  Organismes membres de la Coalisation des organismes communautaires pour le développement de la main-d’œuvre (COCDMO) : http://www.cocdmo.qc.ca/ ÉDUCATION  Commissions scolaires (enseignement régulier, formation générale aux adultes), Établissements privés, Centres de formation professionnelle : http://inforoutefpt.org/rechOrg.aspx  CÉGEP et collèges d’enseignements collégial privés : http://inforoutefpt.org/rechOrg.aspx  Universités québécoises et canadiennes : http://www.aucc.ca/fr/canadianuniversities/our-universities/
  • 9. 9 PUBLIC/PARAPUBLIC  Ministère de l’Emploi et de la Solidarité Sociale (MESS), Emploi Québec et Centres locaux d’emploi : http://emploiquebec.net/organisation/  Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST) : http://www.csst.qc.ca  Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ) : http://www.saaq.gouv.qc.ca/  Comités sectoriels de main-d’œuvre : http://www.comites-sectoriels.qc.ca/  Les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ) : http://www.lojiq.org/  Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), Centres hospitaliers : http://www.msss.gouv.qc.ca  Organisations membres de l’Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec (AERDPQ) : http://www.aerdpq.org/  Organisations membres de l’Association québécoises des établissements de santé et de services sociaux (AQESSS) : http://www.aqesss.qc.ca/449/Membres_associes.aqesss  Centres locaux de services sociaux (CLSC) : http://www.msss.gouv.qc.ca/reseau/rls/  Commission d’accès à l’information du Québec : http://www.cai.gouv.qc.ca/  Municipalités  Syndicats ORGANISATIONNEL  Toutes entreprises membres de l’une ou l’autre des nombreuses Chambres de commerces du Québec qui offrent des services aux employés, de recrutement/sélection ou de formation (voir celles de la région visée) : http://www.fccq.ca/  Firmes-conseils ou de pratique privée offrant des services de consultation aux individus et aux entreprises (ex. : formation, recrutement et sélection, coaching, etc.)  Compagnies d’assurance
  • 10. 10 5. Quelles sont les perspectives professionnelles en développement de carrière ? Selon les plus récentes données du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec portant sur la situation en janvier 2011 de la cohorte de 2009 d’un baccalauréat en développement de carrière ou orientation professionnelle, 52% sont en emploi, 4% sont inactifs ou en recherche d’emploi et 44% poursuivent leurs études (MELS, 2011). Chez ceux qui choisissent la voie du marché du travail, 90% sont en emploi à temps complet et 94% œuvrent dans un secteur directement lié à leur formation universitaire. Pour ceux poursuivant des études, les listes de candidatures pouvant être observées chaque année par le comité d’admission à la maîtrise en carriérologie de l’UQÀM suggèrent que cette option semble avoir la cote auprès des finissants. Il n’existe pas de données spécifiques et publiques pour le placement des diplômés de la majeure en développement de carrière. Il est à penser que la majeure dans ce champ disciplinaire pourra permettre davantage d’inférer sur des débouchés communs à ceux du baccalauréat. Selon le site IMT en ligne d’Emploi Québec (consulter en mars 2013), le salaire des professionnels du développement de carrière se situe entre 20$ et 28$ de l’heure. Comparativement à l’ensemble des professions au Québec, la moyenne d’âge des conseillers en développement de carrière est plus jeune. Cela peut s’expliquer par le fait qu’avec les années d’expérience, nombre d’entre eux accèdent à des fonctions de coordination et de directions de services ou d’organisations publiques ou privées. Les femmes sont également plus nombreuses et représentent 78% de cette main-d’œuvre spécialisée. Toujours selon le site internet IMT en ligne d’Emploi Québec, lequel publie des perspectives professionnelles pour les différents groupes d’emploi à partir des données de recensement, des débouchés sont à prévoir pour les diplômés en développement de carrière dans le secteur scolaire, là où de nombreux postes devraient continuer de se libérer au cours des prochaines années. Les services d’accompagnement en développement de carrière auprès d’adultes en emploi, sans emploi, accidentés du travail ou de la route, sinon de recrutement et de sélection pour des cabinets-conseils devraient également s’accroitre. Les spécialistes du développement de carrière occupent une place importante dans le marché de l’emploi autant en période de prospérité qu’en période d’austérité. D’une part, lorsque les emplois dans la société se font plus rares, lorsque l’économie se porte moins bien, l’État, au travers de nombreuses mesures et initiatives vient investir dans des projets de réintégration en emploi. Dans ces cas de figure, les conseillers en développement de carrière aident les Québécoises et les Québécois à se doter de compétences accrues en matière de développement de leur employabilité. À l’inverse, lorsque l’économie se porte bien, de nouveaux secteurs d’emploi voient le jour ou connaissent des croissances importantes, ce qui accentue la demande de conseillers en développement de carrière pour la sélection et l’embauche, pour la promotion de formations et d’emplois, pour le développement de compétences génériques et techniques. Quelques titres d’emploi que pourraient porter un diplômé de programmes en développement de carrière (Source : IMT en ligne Emploi Québec) :
  • 11. 11                                   agent/agente de développement de la main-d’œuvre agent/agente de développement de l'emploi des Autochtones agent/agente de réaménagement des effectifs agent/agente d'emploi des Autochtones agent/agente des services d'emploi agent/agente d'évaluation des services d'emploi conseiller/conseillère au programme d'extension des services d'emploi conseiller/conseillère de groupe de recherche d'emploi conseiller/conseillère de groupe des services d'emploi conseiller/conseillère en carrières conseiller/conseillère en déplacement conseiller/conseillère en emploi conseiller/conseillère en emploi - services gouvernementaux conseiller/conseillère en extension des services d'emploi conseiller/conseillère en perfectionnement professionnel conseiller/conseillère en réinstallation conseiller/conseillère en replacement consultant/consultante d'information sur le marché du travail consultant/consultante en perfectionnement professionnel consultant/consultante en réinstallation consultant/consultante en replacement coordonnateur/coordonnatrice de centre de ressources professionnelles coordonnateur/coordonnatrice de programme d'extension des services d'emploi facilitateur/facilitatrice de groupes professionnels facilitateur/facilitatrice en perfectionnement professionnel formateur/formatrice en matière de carrières formateur/formatrice en recherche d'emploi intervenant/intervenante en perfectionnement professionnel orienteur professionnel/orienteuse professionnelle spécialiste en développement de l'emploi spécialiste en emploi spécialiste en replacement et en réinstallation superviseur/superviseure de conseillers en emploi travailleur/travailleuse en emploi des Autochtones
  • 12. 12 6. Quelles voies sont possibles pour l’admission à l’OCCOQ ? Au Québec, la profession de conseiller d'orientation est une profession à titre et à activités réservées. Ceci signifie que nul ne peut utiliser le titre de conseiller d'orientation (c.o.), ou une abréviation pouvant laisser croire qu'il l'est, ni exercer les activités d'évaluation réservées aux conseillers d'orientation, s'il n'est détenteur d'un permis valide et s'il n'est inscrit au tableau de l'Ordre. […] Pour obtenir le permis de conseiller d'orientation délivré par l'OCCOQ, il faut répondre aux exigences prescrites par le règlement adopté en vertu du Code des professions du Québec.   avoir complété des études universitaires de deuxième cycle en orientation et counseling; avoir une connaissance appropriée de la langue française. Pour l’admission automatique des titulaires d’une formation initiale de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM), ainsi que pour ceux de Laval, Sherbrooke et McGill, l’Ordre des conseillers et des conseillères d’orientation du Québec (OCCOQ) demande un diplôme de maîtrise spécialisée en orientation professionnelle (ou carriérologie) où se retrouvent plus particulièrement 96 crédits ciblés par l’OCCOQ. Les directions de programmes de premier cycle en développement de carrière et de deuxième cycle en carriérologie de l’UQÀM veillent à ce que ces crédits soient répartis entre les deux cycles de formation. Il existe principalement deux voies d’accès à l’Ordre des conseillers et des conseillers d’orientation du Québec (OCCOQ) pour un étudiant initialement inscrit dans un programme de premier cycle en développement de carrière. Option 1 : Baccalauréat en développement de carrière + Maîtrise en carriérologie  C’est la voie traditionnelle d’admission à l’Ordre des conseillers et des conseillers d’orientation du Québec (OCCOQ) lorsque l’on réalise sa formation initiale à l’Université du Québec à Montréal. L’organisation préétablie des 96 crédits du baccalauréat combiné aux 45 crédits de maîtrise assurent les étudiants de répondre aux conditions demandées. Option 2 : Majeure en développement de carrière + Maîtrise en carriérologie  UNIQUEMENT pour les personnes possédant déjà un baccalauréat dans une autre discipline, il est possible de combiner une majeure de 60 crédits en développement de carrière, puis une maîtrise de 45 crédits en carriérologie pour ainsi répondre aux conditions d’admission de l’Ordre. Une personne réalisant une majeure en développement de carrière, mais ne possédant pas - avant d’entreprendre ses études dans ce champ disciplinaire - de baccalauréat dans une autre discipline doit alors considérer un transfert au baccalauréat pour pouvoir aspirer accéder à l’admission à l’OCCOQ via (par la suite) une maîtrise en carriérologie.
  • 13. 13  Si vous avez complété une majeure en développement de carrière ou alors êtes inscrit au baccalauréat et avez complété les 60 crédits rattachés au programme de majeure, vous pouvez choisir de compléter une mineure ou un certificat dans une autre discipline pour sortir ainsi des études universitaires avec un grade de Bachelier ès arts, B.A. 7. Quelles sont les ressources complémentaires d’information pour en savoir plus sur le développement de carrière ? (cliquez sur les titres) TV UQÀM – Les études en développement de carrière Courte description vidéo de moins de trois minutes où la professeure Edwidge Desjardins présente un survol descriptif des études en développement de carrière à l’UQÀM. La Clinique Carrière La Clinique Carrière de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Montréal est un lieu de formation pratique pour les stagiaires de 1er et 2e cycle en carriérologie. Encadrés par des professeurs, des chargés de cours, et des conseillers d’orientation membres de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec (OCCOQ), les étudiants proposent divers services d’employabilité et de gestion de carrière. ORIENTATION POUR TOUS ! Blogue d’information du professeur Louis Cournoyer destinés aux étudiants, ainsi qu’aux professionnels en développement de carrière. Il offre des contenus pratiques sur le counseling et l’intervention, des connaissances issues de la recherche en orientation, des contenus d’information scolaire et professionnelle, ainsi que des nouvelles et informations générales en lien avec les champs du développement professionnel et de l’orientation professionnelle/carriérologie FSE – Carriérologie Pour en savoir davantage sur les études de premier cycle en développement de carrière et celles de deuxième cycle en carriérologie : les programmes, l’admission, les professeurs, les perspectives professionnelles, les études, les autres services de l’UQÀM. Services à la vie étudiante de l’UQÀM Tous les services pouvant vous être utiles, accompagnés de contenus d’information très élaborés, le site des SVE vous éclairera sur l’aide financière, l’hébergement, les banques d’emploi, l’information scolaire et professionnelle, l’insertion professionnelle, le soutien psychologique, le soutien à l’apprentissage, l’orientation, les projets étudiants et bien plus encore ! Intervenants en développement de l’employabilité – Sur LinkedIn Groupe de discussion professionnelle visant à favoriser l'échange et le partage d'informations et d'outils d'aide à l'accompagnement pour les intervenants en développement de l'employabilité.
  • 14. 14 RÉFÉRENCES Bégin, K. (2009). Établissement des travailleurs immigrants sélectionnés au Québec : mobilité professionnelle et présence en emploi au cours des premières années suivant l’arrivée. Thèse présentée à la Faculté des études supérieures. Université de Montréal. Bernheim, Jean-Claude (2010). Mémoire : Impacts du casier judiciaire – Un fardeau à supporter collectivement. Comité consultatif clientèle judiciarisée adulte et l’Association des services de réhabilitation sociale du Québec. P.8 Bujold, C. et Gingras, M. (2000). Choix professionnel et développement de carrière: théories et recherches (2 e édition). Boucherville, Qc : G. Morin. Boutinet, J.-P. (2005). Anthropologie du projet. Paris : PUF. Bussière et coll. (2009). Le vieillissement de la population : une nouvelle spécificité québécoise. Institut national de recherche scientifique (INRS) — Urbanisation, Culture et Société. Cournoyer, L. (2009). Portrait du marché du travail de la grande région de Montréal, Brisson Legris. Cournoyer, L. (2014, à paraître). Quelques défis contemporains en développement de carrière au Québec : les professionnels sont-ils prêts ? Careeing. Emploi-Québec (2004). Évaluation qualitative de la pertinence et du fonctionnement des mesures actives d’Emploi-Québec en regard de la clientèle des personnes handicapées. Québec, Emploi Québec. Emploi Québec et Comité d’adaptation de la main-d’œuvre pour les personnes immigrantes (2007). Portrait de la situation des personnes immigrantes actives salariées dans l’ensemble des secteurs d’activité économique pour la région métropolitaine de recensement de Montréal et l’île de Montréal. Résultat d’une analyse statistique. Montréal : Emploi-Québec, Montréal. Emploi-Québec (2009). Portrait socioéconomique de l’île de Montréal – Synthèse des territoires des centres locaux d’emploi (CLE). Emploi-Québec, Montréal. Fondation canadienne en développement de carrière (s.d.) Guide canadien des compétences pour les professionnels en développement de carrière. URL : http://career-dev-guidelines.org/career_dev/?lang=fr Gingras, M., Spain, A. et Cocandeau-Bellanger, L. (2006). La carrière, un concept en évolution. Carriérologie. Numéro thématique Significations du travail et rôles de vie : perspectives dialectiques et stratégiques, 10(3/4), 411-426.
  • 15. 15 Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (2011). La relance à l’université. Situation des diplômés de 2009. Québec : MELS. Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec (2004). Profil des compétences des conseillers d’orientation. Montréal : OCCOQ. Organisation de coopération et de développement économiques (2004). Orientation professionnelle et politique publique. Comment combler l’écart ? Paris : OCDE. Ressources humaines et compétences du Canada (2008). Groupe d’experts sur les travailleurs âgés –Soutien et engagement des travailleurs âgés dans la nouvelle économie. En ligne. <http://www.hrsdc.gc.ca/fra/publications_ ressources/pmt/eta/2008/page05.shtml>. Consulté le 26 mai 2011. Schein, E.H. (2006). Career Anchors : Self-Assessment. Paris: Lavoisier.

×