Diapo gestion
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Diapo gestion

on

  • 363 views

 

Statistics

Views

Total Views
363
Views on SlideShare
363
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Diapo gestion Diapo gestion Presentation Transcript

  • design et Le métier de designer, entre D’autre part,être designer création et industrie, semble textile est d’autant plus difficile à définir, le design problématique que notre pouvant se positionner secteur d’activité est aux frontières de l’art et trés ouvert. Un designer de l’artisanat. En effet, d’espace s’inscrit dans le gestion de nombreux designers domaine de l’architecture, d’aujourd’hui tendent à créer un designer produit dans le des objets uniques,porteurs domaine de l’objet mais à d’identité ; que ce soit à quel secteur se rattache le travers l’humour de Matali métier de designer textile? Crasset ou le slow design L’avenir du textile se d’Hella Jongerius. situe dans sa diversité Néanmoins, même les d’applications, du vêtement deux secteurs que je croise. Je ne suis ni architecte ni une designers proclamant un à l’espace en passant par le technicienne textile accomplie. retour à l’objet «fait main», produit et le graphisme. Etre Je me définis par ma transversalité, ce qui peut à la fois ne peuvent échapper à la designer textile c’est poser servir et desservir. mise en réseau de cet objet, un regard neuf et sensible Par ailleurs, un designer d’aujourd’hui se doit de développer à sa communication et sa sur le design, aborder la ses compétences linguistiques et de communication, car la diffusion. méthodologie de projet par capacité à se faire comprendre d’autrui est primordiale dansQu’est- Lorsque Hella Jongerius le biais du matériau. En terme de compétences, la création. D’autant plus qu’ il est nécessaire de s’adapter aux mouvances permanentes du design, qu’il s’agissece qu’un crée des tentures avec le designer textile d’évolutions techniques ou sociales. L’ère numérique et la des artisans Indiens, bien se démarque par sa virtualisation du monde est un paramètre à intégrer à sa qu’elle s’ancre dans un sensibilité à la matière et reflexion dans tout projet créatif.designer projet à visée social pour la couleur mais surtout sa D’où la création d’un blog comme support de la réhabilitation du savoir- pluridisciplinarité. communication, qui constitue un outil indispensable pour se faire de ces femmes, cela connecter à la fois à la réalité dans laquelle on s’intègre ettextile au nécéssite une campagne de communication quei pass En ce qui me concerne, le designer textile que je ses futurs clients.sein dune par la commercialistaion souhaite devenir se situe En effet, en tant que designer, aux compétences créatives de ces produits dans à la frontière du textile et viennent se gréffer des compétences en matière de une grande enseigne de l’architecture. Entre marketing et de comptabilité. Diriger son entreprise,économie comme Ikea. Le designer se positionne en tant que la surface et sa qualité expressive dans l’espace. comme comme exercer en tant que designer intégré à une entreprise nécéssite de pouvoir créer au sein s’un contextede maître d’un savoir-faire et économique et juridique. d’une pensée qu’il est forcé Néanmoins la difficulté de ce Le métier de designer se situe au carrefour de l’imagination, d’intégrer à un système de type de profil réside dans le du commerce et de l’humain, c’est pourquoi il est difficile àmarché? production quelle que soit fait que je ne peux me définir définir. Mais ce sont les paradoxes qu’il génère qui font son l’échelle de ce circuit. totalement par l’un des intérêt.
  • design etgestionDans l’optique d’une démarche de designer global etcomplet, penser les supports de communication de sapensée et de son savoir-faire est essentiel.La forme de communication d’un projet se doit d’être encorrélation avec le contenu, elle constitue la vitrine del’identité du designer.D’autre part, dans un monde où l’information ne sedéveloppe plus linéairement mais en réseau, le designerdoit créer ses propres ramifications à ce réseau.Car pour participer à la dynamique du marché et de lacréation, on ne peut s’extraire du mouvement numérique.C’est pourquoi, la création d’un blog pour communiquer unedémarche de projet permet à la fois de structurer sa penséeet d’échanger avec les visiteurs du blog, éventuels futursclients.Communiquer sur lapluridsciplinarité dudesigner contemporain
  • design et Un projetDans l’optique d’une simulation de création d’entreprisevisant à rendre compte de la viabilité d’un projet profession- de créationnel, je souhaite mettre en place une projet de création d’uncabinet d’architecture s’interrogeant sur l’exploitation desmatières textiles dans l’espace. d’entreprise gestionEn effet, l’architecture et le secteur textile peuvent s’avérer entre lecomplémentaires dans une approche de design global etj’aimerai mettre en avant cette association de savoirs et decompétences dans le cadre de la création d’entreprise.J’envisagerai ainsi de m’associer hypothétiquement avec textile et l’architec-des designers d’espace afin de répondre à des demandesdiverses tant dans le secteur de l’aménagement d’intérieurque dans l’urbanisme. ture.Les architectes mettraient à profit leurs compétences tech-niques, notamment en matière de logiciels 3D, alors que depar ma formation j’apporterai au groupe une approche de lasurface, une connaissance des matériaux et un traitementde la forme par sa structure qui compléterait l’approche desarchitectes tout en amenant un nouveau regard.On pourait imaginer que cette approche plus sensible del’architecture marquerait fortement l’identité du cabinet, quise démarquerait alors de la multitude de designers d’es-pace sur le marché. Herzog et De Meuron, Pavillon PolonaisLes projets seraient ainsi marqués par une culture de laforme et du motif textile qui favoriserait le développementd’architectures qui se caractérisent par leur enveloppe.Comme on le voit avec le Pavillon Polnais de Herzog et DeMeuron ci-contre, l’identité du bâtiment dépend essentielle-ment de sa peau, comme si le volume était déterminé par lastructure du motif.Par ailleurs, au delà du traitement de la surface de maté-riaux propres au bâtiment, béton , métal, bois, l’entreprisepourrait égalemnent se spécialiser en matériaux textilesadaptables à des problématiques d’aménagement d’es-pace.
  • design et Je pense nottament à des matériaux à propriétés spéci- fiques comme les matériaux acoustiques qui sont consti- tués de fibres textiles. gestion Nous pourrions ainsi faire appel à des entreprises comme Marmonier en région Lyonnaise, Carpenter, ou encore L&L products pour l’analyse acoustique des lieux à investir et la fabri- //Génèse du produit p4. du matériau, tandis cation que nous pourrions assurer Le bien-être au sein de la vil- la conception de sa mise le contemporaine est en effet en forme, en couleur et en une problématique en de- espace. venir, ce qui va de pair avec //Domaines d’application le traitement des nuisances ·On serait ainsi en capacité La dissipation visqueuse acoustiques urbaines. ns Continuum trouvent leurs applications Le Grand tous les espaces closa où il y a besoin d’effectuer Continuum trouvent leurs applications tous les espaces clos où il y besoin d’effectuer uneonsde répondre à des deman- dans dans Lyon a en effet · La conversion en énergie de sur les niveaux mais aussi sur l’équilibre spectral déformation d’ambiance acoustique, non seulement lançé sur campagne Anti- ction d’ambiance acoustique, non seulementune les niveaux mais aussi sur l’équilibre spectral et la des d’aménagement inté-n sonore. la fois deen énergie de déplacement les principales · La conversion ption sonore. rieur à particuliers bruit relatant part du temps le cas dans les situations deréalisation industrielle dansl’ensembledes ces mécanismes, a donné naissance à une L’intégration dans un process desources vie courante, aussi bien domaine domaine des la vie courante, aussi bien de le upartd’institutionnels. le cas dans la dans le de et du tempsdans celui desles situations de Ce de nuisances sono- vont introduire forcémentofessionnels que espaces privatifs. sont des lieux de vie qui rofessionnels premier temps mesure res, parun dispositif de confort vie qui vont introduire composition matière performante et à ailleurs la SNCF pos- correction d’ambiance acoustique très large bande et auto sion humaine importante,celui des espaces privatifs. Cede gêne, delieux de et de qualité d’écoute vont Dans un que dans dans la où des notions sont destjeu. pense répondre le importante,sède la mesure où des notions de gêne, de confort et de une dimension humaine plus je dans un département entier Marmonier, Solutions Continuumécoutedéveloppement a égalementconcernant la gestion du son Ce vont à des appels d’of- souvent rentrer en jeu. privilégié le faible encombrement des solutions, leur totale autonomie, ou d’und’institutionnels ou à des Ilet ase revendique en plein dé- différents pour lesquels les fres centre d’appels téléphoniques. y donc quantité d’environnements subjectives ou individus doivent être prises en compte a donc nouvelled’environnements différents concours d’un centre d’appel veloppement d’une quantitéd’un atelier desafin de rentrer en téléphonique. Il ypour guider architectes, designers et acousticiens etsonnes concernées dans leurs préconisations. doivent êtreplus confor-uels les aspirationsdes profession- forme de gares, prises en compte pour guider architectes, contact avec subjectives des individus acousticiens et connaître. tables, plus accueillantes, et nels et se faireautres personnes au mieux à dans leurs exigences sans ns Continuum permettent de répondre concernéesces nouvellespréconisations.pour autant perdre les plus propices à l’échange.emières demandées à des absorbants classiques.ons Continuum permettent de répondre au mieux à ces nouvelles exigences sans pour autants qualités premières pourrait aussi absorbants classiques. D’autre part on demandées à des trés bien imaginer présenter C’est pourquoi, il me semble notre candidature sponta- adéquat de proposer des née auprés d’institutionnels dispositifs d’espaces acous- comme le Grand Lyon ou la tiques qui favorisent l’échan- SNCF, deux structures en at- ge et la communication au tente de projets traitant de la sein de ces open spaces redéfinition de la ville mobile. anonymes.
  • design et1 local à louer Mobilier IKEA500 E /mois Bureau 330E Planches 80E*3Materiel bureau + tréteaux1 ordinateur Macintosh professionnel gestion1099E Etagères livres 149E Etagères materiel 80E1 MACBOOK 949E Chaises 30E*81 imprimante A3 698E1 scanner A3 279E Materiel maquettage1 appareil photo (à renouveler au mois)numérique reflexe 500E Pour mener à terme ces pro- infographique et un1tablette graphique 99E Mousse 100E jets, un statut juridique est à espace maquettage, voir Carton 60E mettre en place pour optimiser ci-contre. Carton plume 100E la viabilité de l’entreprise dansLogiciels à acheter Planche à le tempsPACK ADOBE MAC 6000ESOLID WORKS découper 40EARCHICAD Un statut SARL , Société Ano- Rodoides 150EPHOTOSHOP nyme à Responsabilité Limi-IN DESIGN Plastiques fins 50E tée, va permettre de limiter laILLUSTRATOR Colles 50E responsabilité des associés, lePOWER POINT` Mastik 22E montant du capital social étant Cutters 40E librement fixé par les associésAbonnements magasines Paires ciseaux 40E en fonction de la taille et des Papiers divers 100E besoins de l’entreprise.AMC 169E année Crayons 30E Stylos 40E Le but du cabinet étant deEtapes 147E année Feutres tria 150E créer un pôle de compétencesFrame 120E année diverses il est importantBeaux arts 81E année que chaque associé puisseAbonnement ` 30E/MOIS s’investir dans l’entreprise àinternet son échelle.Livres à acheter Enfin, le budget pour TOTAL : la création du bureau s’articulerait entre un espaceBudget prévisionnel pourles indispensables: 800 E 13 442 E bureau pour accueillir les clients et le travail
  • design et espaceComment en tant que designer, faire évoluer la ville-entrepri-se vers une cité de partage, de contact, de liens? Comment public etfaire dériver le citadin du « Metro, boulot, dodo », fameuxslogan des années 50 symbolisant la monotonie urbaine?Les sociologues, et plus particulièrement Jean Viard, souli- interface,gnent la nécessité de repenser nos villes en fonction de la gestionréorganisation contemporaine du temps urbain. En effet, le un projet intravail n’y représente plus que douze pour cent du tempsd’une vie, ce qui nous amène à reconsidérer le tissu urbaincomme une matière à rencontres et à loisirs.L’espace public est avant tout un espace circulé, la diversitédes déplacements qu’il induit force le croisement des dif- progressférents moyens de transports à différents rythmes. Tout estquestion de contact.Chaque flux est canalisé de manière à ne jamais ralentir la spectacles à Montréal parville, néanmoins, la complexité des villes actuelles tend à Ruedi Baur qui s’appuie surmettre en tension ce flux continu jusqu’à saturation.Com- la lumière comme signalment faire se rencontrer les différents flux de personnes, d’activités des théâtres ducréer du lien au sein de cette apparente immatérialité? quartier. Au sol, sur la route,Au coeur de cette notion de contact, se situe l’interface, sur les murs les programmes RUEDI BAUR,cette rencontre entre les individus et la ville. défilent et réagissent à l’in- Qaurtier des spectaclesLes urbanistes d’aujourd’hui tentent de créer non pas des tervention des passants. Montrealsculptures à vivre mais des infrastructures qui communi-quent avec les individus, qui induisent une dimension parti-cipative du citadin. D’où les aménagements urbains qui fa-vorisent la traversée de la, ville piétone. Changer de rythmepour changer de comportements sociaux.Des aménagements comme le Lurie Garden à Chicagoou le Jardin Japonais à Tokyo invitent l’individu à flâner,déambuler, ce ui induit une nouvelle perception du paysageurbain adouci.D’autre part la notion de communication se traduit égale-ment en urbanisme par des interventions ponctuelles quivisent à susciter chez le passant un regard différent sur sonenvironnement et sa trajectoire.A la manière de stimulis cesinterventions réveillent le citadin endormi et l’incitent à joueravec l’espace public dans lequel il évolue.C’est le cas du projet d’identité visuelle du quartier des
  • design etPar ailleurs, la représentation même de la ville se com-plexifie en fonction de ses besoins. Aujourd’hui les dé-placements urbains sont si nombreux et variés et l’ère dunumérique balayant tout sur son passage, le temps de lacarte territoriale figée est révolue. gestionA une ville mobile doit correspondre un système de cartedes flux. C’est ce sur quoi travaille Nicolas Nova, cher-cheur et consultant à LiftLab et auteur du livre Les médiasgéolocalisés. Spécialiste des questions de géolocalisationet d’urban computing, il dresse un panorama des enjeuxtechniques et sociétaux qui entourent les applicationscartographiques, à partir de sa réflexion menée sur lesusages et le design des applications géolocalisées. GUY DEBORD, Psychogéograaphie dePour lui, on ne parle plus de carte à proprement parler la ville de Parismais de « chronotopes », c’est-à-dire de cartes repré-sentant l’évolution d’un phénomène spatial au cours dutemps. On peut alors représenter des flux dans l’espace,ou encore certaines activités à certains moments dansdes lieux précis. Cela correspond aux cartes du type «Real Time Rome » du Sensable City Lab ou du projet Ur-ban Mobs de Orange/Faber novel.En parallèle, Nicolas Nova pose la question de la pos-sibilité de recombiner cette interface qu’est la carte, eny ajoutant d’autres sensorialités ou encore à travers laréalité augmentée. On pourrait ainsi imaginer des cartes« égocentrées », à la manière des cartes japonaises, quipartent du point de vue de la personne et non du lieu.Entre réalité physique et numérique, Nicolas Nova navi-gue dans la perception de ces flux urbains, et s’interrogesurtout sur les nouveaux usages que suscite nos villesaccélérées.Quelles connexions pouvons-nous alors générer au seinde ces flux urbains auxquels on ne peut échapper?Comment se rencontrer dans cette ville «générique» quicanalise chaque flux de circulation au point d’anesthésierses occupants?
  • design etle son Lorsqu’on traite de la ville et de ses usages on se concen- tre habituellement sur la perception visuelle qu’on en a.comme Mais qu’en est-il de la perception sonore? Le son est un facteur prédominant dans l’expérience que l’on fait de la ville contemporaine. Le son est à la fois par-moyen de tout et nulle-part. Il participe à la neutralité ambiante, il est gestion sans qualité, l’inexpression par excellence.faire l’ex- Malgré le brouhaha incéssant les citadins ne communi- quent pas, alors comment créer des lieux causants?perience Des espaces qui respectent le besoin de solitude du ci- tadin lambda tout en répondant à son désir de se lier auxde la ville autres. Pour sculpter le son urbain, je vais donc utiliser des maté- soumet de nouveaux concepts à ses clients et prend en riaux acoustiques qui permettent de donner de la qualité charge des études acoustiques pour eux.autrement au son, de la couleur. Or, dans le domaine des matériaux acoustiques esthéti- Chez L&L Products, un des leaders industriels dans la que et technicité sont encore trés largement séparés. formulation de solutions d’étanchéité innovantes et hauteanalyse marketing Les designers s’intéressant à la qualité sonore des envi- performance, ils ont la capacité de produire des piècesdun ronnements qu’ils créent ont tendance à concevoir des moulées ou extrudées tridimensionnelles déstinées principa- lement à la carosserie.produit formes qui évoquent le son mais qui sont peu performan- tes alors que les techniciens ne parviennent pas à dépas- L&L Products est donc une société qui fabrique essentiel- ser l’aspect performatif de leur produits pour leur apporter lement des produits prêts à être posés, bien qu’ils s’intéres- une dimension esthétique. sent à la structure chimique des matériaux qu’ils utilisent, ils se situent dans la dernière étape de production d’un Sur le marché de l’automobile, principal secteur d’appli- matériau acoustique, de la même manière que l’entrepris cation des matériaux acoustiques, la recherche s’oriente Carpenter en France. Mais là encore il n’existe pas de dé- à 100 % sur l’efficacité acoustique des matériaux qu’ils partement design lié à la mise en forme du produit et à son produisent, c’est pourquoi ces entreprises se définissent image. d’avantage comme des laboratoires que comme fabri- cants. Par ailleurs, dans l’univers de l’habitat, les designers se sont Chez Faurecia, le principal constructeur du groupe PSA également posés la question de la gestion du son. Com- Peugeot-Citroen, on met avant une maîtrise globale des ment harmoniser notre environnement sonore tout en lui solutions acoustiques grâce à laquelle toutes les étapes amenant une esthétique singulière? de la création sont réunies. On ne peut que constater la différence significative entre La R&D de Faurecia développe des matériaux innovants l’aspect visuels des produits acoustiques dits «design» et et des solutions d’isolation phonique modulaires. Elle les matériaux crées par des techniciens du son et de la adopte une approche globale dans le domaine du confort matière. acoustique, en investissant dans des outils d’analyse et Bien que la fonction principale du matériau soit la même, de simulation parmi les plus puissants sur le marché. Elle diminuer les nuisances sonores et améliorer le confort, les
  • design etprocessus de création du produit diffèrent.On a vu que dans l’industrie des transports, les matériauxacoustiques sont avant tout crées pour être performants,l’esthétique est secondaire. A l’inverse, les designersconçoivent un produit, non un matériau, c’est pourquoi ilsintègrent à leur reflexion l’importance de l’image. gestionLe panneau acoustique de Karim Rashid ci-dessus, estavant tout une représentation de l’image qu’on se fait d’unpanneau acoustique. Le relief va immédiatement évoquerchez le consommateur l’idée du calfeutrage, du capitonage,ce qui va l’amener à penser que le produit est efficaceacoustiquement. KARIM RASHID,D’autre part, la couleur rose l’inscrit dans une esthétique Panneau acoustiquesingulière et chaleureuse.Karim Rashid crée ainsi un produit qui comporte des carac- émerger d’un croisement entre la technicité des inge-téristiques acoustiques mais dont la qualité principale est nieurs et la plasticité de designers comme Martii Kalliala.l’image qu’il renvoie. En effet, que ce soit en design comme dans les secteur technique, la fonction et la forme ne sont pas toujoursContrairement à Karim Rashid qui utilise un matériau qui se équilibrés. Dans le secteur des transports, la quête de laraproche des matériaux crées dans le secteur des trans- performance se fait parfois au détriment de la lisibilité duports, du feutre de laine, Martii Kalliala prend le contrepied produit, de la même manière en design l’ésthétique nede cette démarche et utilise un matériau à priori dénué de délaigue parfois à la fonction qu’un rôle accéssoire.qualités acoustiques, le carton.Il va à partir de la matière carton créer un matériau poreux La société Buzzispace commercialise ainsi des objetsen mettant en forme la structure de son cube par le moyen «dits acoustiques» mais qui ne sont en réalité fabriquésde strates. Les minuscules stries créees par la structure de en feutre uniquement pour la qualité visuelle et sensiblela surface vont ainsi absorber le son et conférer au carton de la matière.de reélles caractéristiques acoustiques. Le feutre comporte d’autres caractéristiques que l’ab-Ainsi, ce cube destiné à écouter de la musique, est un par- sorption du son et cette caractéristique ne se vérifie quefait espace d’écoute puisqu’il isole du brouhaha exterieur lorsqu’elle est exploitée à bon escient.tout en optimisant la qualité sonore de l’intérieur du cube.Les incurvations permettent en effet d’obtenir une réverbéra-tion différnet selon où on se place dans le cube.Ici l’esthétique participe vraiment à la fonction.Evidemment, les ingenieurs de l’industrie du transportdoivent quant à eux se plier à un cahier des charges tréscontraignant ce qui réduit leur marge de manoeuvre dansle choix des matériaux et leur mise en forme, néanmoins on MARTII KALIALA,imagine que de nouvelles solutions acoustiques pourraient Acoustic cube
  • design etEn revanche, l’utilisation du relief et du volume peut êtreintéressante à exploiter dans des secteurs plus techni-ques. La qualité de la surface est un élément essentieldans la perception d’un espace.Cette synthèse entre forme et fonction est plutôt réussiedans ces deux projets qui travaillent sur l’articulation de gestionla surface dans l’espace.Chez les Bouroullec et leurs tuiles de feutre, le systèmede modules crée des interstices, des creux, des pleins, l ’implan- tation desune porosité qui permet au son de circuler au traversde la paroi et de construire l’espace par le son.Chez Anne Kyyro Quinn, c’est la structure du tissagede ses bandes qui crée des vides et optimise les quali- matériaux acousti-tés acoustiques de la matière.On peut voir ici deux beaux exemples de travaux de ques dansdesigners en adéquation avec des préoccupationsacoustiques, ces projets restent malheureusementrares.Or les nuisances acoustiques sont un véritable pro- la ville, un marché enblème contemporain et les possibilités techniques desentreprises spécialisées se développent de plus enplus sans trouver leur forme. devenirC’est pourquoi le marché des dispositifs acoustiquesest encore à construire dans une optique de rencontreentre l’esthétique, la technique et l’architecture.Anne Kyyro Quinn, R et E Bourroullec,Tissage Tuiles feutre