Exposé En Fac.

5,652 views
5,291 views

Published on

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
5,652
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
26
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Exposé En Fac.

  1. 1. Méthodologie Voici quelques conseils pour bien réussir un exposé. L'exposé est un exercice qui nécessite une préparation attentive. I/ La préparation. A/ Bien lire le libellé du sujet. Il faut partir d'une réflexion sur le sens du sujet en définissant le sens exact du sujet, à partir d'un examen précis du libellé (sens des termes, ordre des termes, etc...). Il faut apprécier (et plus tard éventuellement justifier en introduction) les limites spatiales et chronologiques du sujet. Autrement dit, il s'agit de mesurer l'étendue du sujet. B/ Etablir une bibliographie et prendre des notes sur des fiches. Il faut toujours, dans sa préparation, partir des manuels et des ouvrages généraux, qui indiquent les grandes lignes du sujet. Pour se guider dans la recherche, il faut utiliser les tables des matières et les index. A l'issue de ce travail, on est en mesure d'ébaucher les grandes lignes du plan et de pointer les thèmes qu'il faudra approfondir. Ce premier quot;débroussaillagequot; terminé, il faut rechercher dans des ouvrages spécialisés ou dans des articles de revues historiques les informations qui manquent. La bibliographie, une fois établie, doit être la plus exhaustive possible. Elle doit en effet refléter la qualité et l'ampleur du travail documentaire. C/ Mettre en forme l'exposé. La mise en forme de l'exposé est particulièrement importante. A l'oral, il est indispensable de clairement faire percevoir les articulations de son travail.
  2. 2. L'exposé comprend plusieurs parties : - Une introduction, constituée d'une présentation du sujet (son sens, ses limites) la problématique, et l'annonce du plan. La problématique et l'annonce du plan doivent être clairement formulées. - Le développement en plusieurs parties et sous-parties. Chaque partie doit être subdivisée en plusieurs sous-parties. Le plan doit être logique : c'est une démonstration, visant à répondre à la problématique. Cette démonstration doit être structurée, et s'appuyer sur des exemples précis et pertinents. - Une conclusion, composée d'une réponse à la problématique (un bilan, plus qu'un résumé : attention à ne pas se répéter) et d'une ouverture (une fois la question initiale traitée, une autre question peut s'imposer). II/ L'exposé : une épreuve orale. L'exposé se fait toujours debout. Le plan doit être rédigé au tableau ou distribué au préalable. La bibliographie doit être remise au maître de conférence. A/ Gérer son temps de parole. L'exposé est un exercice en temps limité. Il faut par conséquent surveiller sa montre et veiller à l'équilibre des différentes parties : l'intervention doit être équilibrée pour éviter d'être brutalement interrompu au cours de l'exposé. Lorsque vous êtes pris par le temps, détachez vous de vos fiches pour vous efforcer de dire l'essentiel B/ Parler clairement et lentement. Il faut par dessus-tout veiller à utiliser une expression correcte, c'est à dire un langage courant ou soutenu (et en aucun cas familier). Il faut veiller à regarder son auditoire (et pas uniquement ses notes ou le maître de conférence), maintenir l'attention des auditeurs en variant le rythme de l'élocution et le ton. Il est particulièrement important, à l'oral, d'insister sur la construction de la démonstration en montrant bien le passage d'une partie à l'autre et en annonçant au début de chaque partie comment elle s'intègre dans le développement. Une bonne technique consiste à souligner la progression du plan au tableau. Les mots difficiles, les noms propres doivent être rédigés au tableau (une colonne pour les noms propres, une autre pour les mots difficiles).
  3. 3. C/ Illustrer l'exposé. Par des croquis simples ou des schémas au tableau, par l'utilisation d'une carte murale pour localiser les lieux, par la lecture de textes courts (5 à 10 lignes), ou par l'analyse de documents iconographiques (photographies, gravures...). Attention : en aucun cas un document ne saurait tenir un simple rôle figuratif. Il ne s'agit pas de montrer des photos mais d'analyser précisément le document, en inscrivant cette analyse dans l'argumentation générale. David Colon david.colon@enseignant.sciences-po.fr Date de dernière mise à jour : 27/02/02

×