Info patients-guide-cancer
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Info patients-guide-cancer

on

  • 82 views

 

Statistics

Views

Total Views
82
Views on SlideShare
70
Embed Views
12

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 12

http://www.lir.asso.fr 12

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Info patients-guide-cancer Info patients-guide-cancer Document Transcript

    • . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vous avez besoin d’une chimiothérapie pour traiter votre cancer du poumon. Les chimiothérapies contre le cancer font souvent peur et vous vous posez sans doute beaucoup de questions sur leurs conséquences sur votre vie quotidienne. Il est normal, au début, de se sentir dépassé, voire submergé par toutes les informations médicales que vous recevez. Ce document a été réalisé pour vous fournir des informations précises et simples afin de vous aider à adopter les bons réflexes. Il a été réalisé par des personnes qui ont l’habitude de répondre aux questions des patients  : des représentants d’associations de malades, des professionnels de santé et des représentants du laboratoire qui fabrique le médicament. N’hésitez pas à prendre le temps de lire et relire ce document à plusieurs reprises. Faites-le également lire à vos proches et aux différents professionnels de santé qui vous accompagnent et qui ont aussi besoin de connaître votre traitement. Guide pratique pour l'information du patient  Connaître  Comprendre  Agir Nom de marque® DCI Bien connaître votre traitement pour mieux vivre EXPErimentation Exemple n°1 : expérimentation d’un guide pratique médicament par injection dans le traitement du cancer du poumon Guide élaboré par le Dr M-L Alby, M. Pascal Casimir-Perrier, le Dr Martial Fraysse, Mme Marie Lanta, le Dr H Morel, ... Version fabriquée et testée en février 2010
    • . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2>> EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3>> s o m m a i r e Centralisez les informations importantes1. 6 Bien connaître votre traitement2. 8 Quels sont les autres médicaments associés à votre3. traitement ? 11 Quelles sont les précautions à prendre pour limiter les4. effets indésirables ? 13 Les effets indésirables possibles de votre traitement 5. 22 Quelques réponses aux questions les plus fréquentes6. 23 Nos astuces pour mieux vivre votre traitement7. 28 Nos conseils8. 30
    • EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4>> EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5>> P o i n t s i m p o r t a n t s Pensez à demander conseil à votre médecin avant toute intervention chirurgicale ou dentaire afin d’éviter des complications infectieuses Signalez à votre médecin toute fièvre supérieure à 38°C ou si vous avez des difficultés respiratoires Vérifiez la compatibilité de vos différents médicaments avant de les prendre (demandez conseil à votre médecin et pharmacien) Parce que vous recevez une chimiothérapie : 1 2 3 à m é m o r i s e r Ne prenez pas de médicaments appartenant à la famille des anti- inflammatoires non stéroïdiens qui sont incompatibles avec votre traitement anticancéreux. Par exemple, évitez l’Ibuprofène que l’on prend parfois de façon spontanée en cas de fièvre ou de douleurs. Surveillez votre poids et maintenez une alimentation suffisante afin d’éviter une perte de poids supérieure à 10% de votre poids habituel Réduisez les risques d’infection en renforçant votre hygiène de vie et en évitant le contact avec des personnes malades Ne restez pas seul(e) face aux difficultés : sollicitez l’aide de vos proches, de votre médecin ou d’une association. Ne laissez pas les désagréments s’accumuler : il existe souvent des solutions. 4 5 6 7
    • EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6>> EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7>> I n f o r m a t i o n s à c o m p l é t e r Pour vous conseiller au mieux, vos médecins et votre pharmacien ont besoin de connaître les différents traitements que vous prenez contre votre cancer. Demandez à votre médecin oncologue de compléter les informations suivantes afin que vous puissiez les montrer aux différents professionnels de santé que vous rencontrez. Votre poids de référence : .......................... Votre taille : ........................................ Type de cancer du poumon : Composition de votre chimiothérapie contre le cancer du poumon : Liste des médicaments utiles en complément de votre traitement pour une meilleure tolérance ......................................................................................................................................... Marque® (DCI) + ................................... + ................................... (liste des médicaments actifs) Date de la 1ère perfusion (démarrage du traitement) : ............................................ (rythme des perfusions : toutes les 3 semaines) Nombre de cycles de perfusions prévu : ................................. Personneàcontacterencasdeproblèmeoudesurvenued'effetsindésirablesintenses : ....................................................................................................................... Précautions particulières : .................................................................................................................................................. Nom du médicament Pour lutter contre : Posologie samu : 15 Centralisez les informations importantes 1 a v e c v o t r e m é d e c i n o n c o l o g u e listez les PROFESSIONNELS DE SANTé impliqués dans la>> prise en charge de votre cancer Il est utile de garder au même endroit les coordonnées des différents professionnels de santé pour les retrouver plus facilement. Demandez-leur de compléter les informations suivantes : Mon pharmacien : autre professionnel de santé : établissement de prise en charge : Mon médecin oncologue : Mon médecin traitant : Nom : Service : Adresse : Téléphone : Horaires de permanence : Nom : Service : Adresse : Téléphone : Horaires de permanence : Nom : Service : Adresse : Téléphone : Horaires de permanence : Nom : Service : Adresse : Téléphone : Horaires de permanence : Profession : Nom : Service : Adresse : Téléphone : Horaires de permanence :
    • EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8>> EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9>> Bien connaître votre traitement Votre traitement est prescrit dans le cas des cancers dits «mésothéliome pleural» et des cancers dits «bronchiques non à petites cellules». Souvent appelé «chimiothérapie» ou «protocole thérapeutique», il a pour objectif de bloquer la multiplication des cellules malades et de diminuer la taille de la tumeur. L’exemple d’un traitement avec marque® (DCI) >> Marque® (DCI) est le nom commercial d’une molécule qui s’appelle DCI. En général, il est associé à un second médicament. Le plus souvent, il s’agit du Cisplatyl ® (ou cisplatine). Utilisé dans le traitement de nombreux cancers, le cisplatine agit sur la prolifération et la multiplication des cellules cancéreuses selon un mécanisme différent mais complémentaire à celui de marque® (DCI). 2 B i e n c o n n a î t r e Comment se prend votre traitement ?>> Marque® (DCI) et les autres médicaments qui composent votre chimiothérapie sont administrés par perfusion : les médicaments sont injectés directement dans le sang. En général, votre perfusion a lieu toutes les 3 semaines, sur plusieurs mois. Votre médecin vous indiquera le nombre de perfusions qui lui semble utiles. Marque® (DCI) est souvent pris en association avec le cisplatine, parfois avec un 3ème médicament. Dans d’autre cas, il est pris seul. La durée totale de chaque perfusion dépend des autres médicaments pris avec Marque® (DCI) : Si Marque® (DCI) est pris seul, la perfusion dure environ 10 min{{ Si Marque® (DCI) est pris avec le cisplatine , la perfusion est d’environ{{ 3 heures, voire plus car le cisplatine nécessite parfois une perfusion d’hydratation prolongée (pour protéger les reins). v o t r e t r a i t e m e n t Perfusion n°1 Semaine n°1 Cycle = 3 semaines Perfusion n°2 Semaine n°4 Perfusion n°3 Semaine n°7 Perfusion n°4 Semaine n°10 Perfusion n°5 Semaine n°13 Perfusion n°6 Semaine n°16
    • EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10>> EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11>> Les étapes de la perfusion>> La perfusion commence par le passage d'une solution d'hydratation (sérum1. physiologique) Ensuite, Marque® (DCI) est diffusé pendant environ 10 minutes.2. Si vous prenez du cisplatine (ou autres sels de platine), une pause de 303. minutes est alors nécessaire. Ensuite, le passage du cisplatine dure environ 2 heures. Il est parfois suivi d'une perfusion d’hydratation prolongée. Dans la majorité des cas, la perfusion a lieu dans un hôpital ou une clinique pour un maximum de sécurité sur la préparation de votre perfusion (maintien de la stérilité) et pour votre surveillance pendant et juste après la perfusion. Pour faciliter le passage des médicaments sans abîmer vos veines, un appareil d’injection (appelé cathéter ou encore portacath) est placé sous votre peau : l’infirmière peut alors facilement poser votre perfusion en piquant directement dans cet appareil. Il s’agit d’un petit boîtier rond, placé sous la peau, généralement sous le cou et la clavicule, du côté droit. Une anesthésie locale est souvent suffisante pour la pose de l’appareil d’injection. S'organiser pour les perfusions>> Il est préférable de se faire conduire à l’hôpital et raccompagner à la maison. Si vos proches ne sont pas disponibles, demandez à bénéficier d’un transport par ambulance (ou taxi). Il est important de ne pas décaler la perfusion. Si vous pensez ne pas pouvoir vous rendre à la prochaine perfusion, prenez contact rapidement avec votre médecin pour trouver une nouvelle date proche. B i e n c o n n a î t r e v o t r e t r a i t e m e n t Quels sont les autres médicaments associés à votre traitement ? 3 Pour réduire l’intensité de certains effets indésirables, il est nécessaire de prendre d’autres médicaments : des>> comprimés de corticoïdes à prendre deux fois par jour : la veille de la perfusion,1. le jour de la perfusion et2. le lendemain de la perfusion.3. Les corticoïdes réduisent le risque d’apparition de problème de peau. un>> médicament contre les vomissements (appelé traitement anti-émétique) en comprimés ou perfusion le jour de la perfusion et en cas de besoin, plusieurs jours après la perfusion. un>> apport en vitamines car Marque® (DCI) réduit les quantités de certaines vitamines dans le corps : des comprimés multi vitamines, comprenant de l’acide folique{{ (vitamine B9), à commencer une semaine avant la 1ère perfusion, puis à prendre tous les jours pendant la durée du traitement (et les 3 semaines qui suivent la dernière perfusion). une injection intramusculaire de vitamine B12 dans la semaine qui{{ précède la 1ére perfusion puis toutes les 3 perfusions (ou 3 cycles, toutes les 9 semaines) en général le même jour que la perfusion.
    • EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12>> EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13>> L e s a u t r e s m é d i c a m e n t s a s s o c i é s Comme toute chimiothérapie anticancéreuse, le traitement par Marque® (DCI), seul ou associé au cisplatine, présente des effets indésirables. Les effets indésirables ne doivent pas être sous-estimés. En effet, certains peuvent être graves et atteindre des fonctions vitales. Il est important de signaler tout trouble anormal et intense à votre médecin. C’est lui qui pourra savoir si la toxicité est sévère et si vous avez besoin d’une surveillance rapprochée. Les effets indésirables ne doivent pas être considérés comme une fatalité. Il existe des moyens pour limiter ou minimiser ces toxicités. Il est donc important que vous les connaissiez ainsi que les solutions qui vont être mises en œuvre par l’équipe soignante, pour que vous puissiez participer activement à votre traitement, en appliquant toutes les recommandations qui vous seront données. Cela vous aidera à conserver une qualité de vie la plus satisfaisante possible, durant la durée du traitement. On distingue 2 grandes familles d'effets indésirables : les effets indésirables ressentis>> au niveau de la digestion{{ au niveau de la peau{{ un risque de fatigue{{ les effets indésirables non visibles>> au niveau des reins{{ au niveau des cellules sanguines{{ Quelles sont les précautions à prendre pour limiter les effets indésirables ?4 L i m i t e r l e s e f f e t s i n d é s i r a b l e s LUNDI MARDI MERCREDI JEUDI VENDREDI SAMEDI Vitamines Corticoïde Vitamines Perfusion Corticoïde Vitamines Corticoïde Vitamines Vitamines Vitamines 8h 9h 10h 11h 12h 13h 14h Repos 15h 16h 17h 18h 19h 20h 8h 9h 10h 11h 12h 13h 14h 15h 16h 17h 18h 19h 20h 8h 9h 10h rdv perf 11h 12h 13h 14h 15h 16h 17h 18h 19h 20h 8h 9h 10h 11h 12h 13h 14h 15h 16h 17h 18h 19h 20h 8h 9h 10h 11h 12h 13h 14h 15h 16h 17h 18h Cinéma 19h 20h DIMANCHE Vitamines NOTES Médicaments antivomitifs si besoin Récapitulatif des traitements à prendre au moment>> d'une perfusion que faire en cas de rétention ou accumulation de>> liquide au niveau du torse ? Le traitement peut entraîner une accumulation de liquide dans certaines cavités du corps qui, en principe, n’en contiennent pas, ou peu. Ce phénomène peut s’observer au niveau des poumons (on parle d’épanchement pleural ou de pleurésie) ou du ventre (épanchement péritonéal ou ascite). Leur présence risque de perturber la diffusion de la chimiothérapie, qui risque de se diluer dans ces épanchements au lieu d’atteindre les tissus de votre organisme pour combattre le cancer. Il est donc indispensable, pour vous soulager, de les drainer (ponction), c'est-à-dire de les évacuer avant de commencer un traitement par Marque® (DCI) associé ou non au cisplatine. Exemple d’organisation d’une semaine si la perfusion a lieu un mercredi
    • EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14>> EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15>> les effets indésirables ressentis au niveau de la PEAU>> Des démangeaisons (rashs cutanés) peuvent apparaître, en général en tout début de traitement. Elles sont plus ou moins intenses et accompagnées, ou non, d’éruptions cutanées. Ce phénomène peut être d’origine allergique ou non, et il n’est pas toujours prévisible. En cas de terrain allergique connu, il pourra être important de mettre en place un traitement antiallergique préventif. Les solutions : Comprimés de corticoïdes>> Au moment des perfusions (la veille, le jour même et le lendemain). Les corticoïdes ont une action anti-inflammatoire puissante dont le but est de limiter les réactions cutanées allergiques ou non. é>> vitez l'exposition au soleil Si besoin, comprimés d’antiallergiques (ou antihistaminiques)>> Il s’agit d’un médicament qui sert à réduire ou à éliminer les réactions allergiques qui peuvent survenir lors de l’administration de marque® (DCI). Il sera donné en complément des corticoïdes. Utilisez des crèmes lavantes sans savon et des crèmes hydratantes>> C o m m e n t l i m i t e r au niveau de la digestion>> Les nausées, si elles apparaissent, surviennent habituellement le jour de l’administration de la chimiothérapie ou les jours suivants. Il en est de même pour les vomissements. Dans certains cas, ces symptômes apparaissent avant le jour de la chimiothérapie, ils sont dits anticipatoires et sont favorisés par l’anxiété. Dans tous les cas, il existe des traitements adaptés qui peuvent les soulager. La diarrhée peut être associée à des douleurs abdominales, de type spasme ou «colique». Elle apparaît le plus souvent entre 2 perfusions ou cures de chimiothérapie. Il s'agit d'un symptôme sérieux qui peut entraîner un état de faiblesse et une déshydratation et qui expose à un risque d’infection, surtout si la diarrhée est accompagnée de fièvre. Il est donc indispensable d’en parler à votre médecin afin de mettre en place un traitement efficace et procéder aux analyses nécessaires (prise de sang). Enfin, si vous souffrez de mucite au niveau de la bouche (développement d’une mycose) ou d’aphtes, des traitements sont souvent nécessaires : demandez conseil à votre médecin et à votre pharmacien. l e s e f f e t s i n d é s i r a b l e s ?
    • EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16>> EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17>> Les solutions : Bien s’hydrater>> Le fait d’être bien hydraté, en buvant beaucoup d’eau chaque jour (de l’ordre de 8 à 10 grands verres d’eau par jour soit 1,5 litre environ par jour), limite les nausées. Lors de diarrhée, on perd énormément de liquide. Si vous buvez suffisamment d’eau pendant toute la durée de votre traitement, vous limiterez les conséquences de ces troubles digestifs dont la déshydratation. Les boissons légèrement sucrées ou salées sont les mieux tolérées. évitez le lait, le café, le thé, l’alcool et les boissons gazeuses. Fractionnez les repas>> Il est conseillé de manger légèrement à chacun des principaux repas et de faire des collations au cours de la journée Privilégiez les féculents>> (riz, pommes de terre) et le pain (sauf le pain complet) Limitez les apports en fibres>> Il est préférable de réduire sa consommation de fruits et de légumes, en particulier crus. On peut cependant consommer des légumes bouillis (qui apportent beaucoup d’eau), des carottes, des bananes et de la compote de pommes. Attention aux graisses>> Il faut éviter les aliments riches en matières grasses é>> vitez les produits laitiers Les produits laitiers (lait, yaourts, fromage blanc, chantilly...) sont à éviter. A noter, les fromages cuits peuvent être consommés. Les autres aliments à écarter :>> Les aliments qui contiennent des hydrates de carbone en grande quantité (comme le pain complet, le son, les pâtes) sont à éviter, ainsi que les légumineuses (lentilles, haricots secs). Les traitement utiles>> En fonction du type et de l’importance de vos symptômes, votre médecin{{ pourra vous proposer des antidiarrhéiques. Si vous êtes anxieux, il pourra vous être proposé des tranquillisants pour{{ éviter des vomissements anticipatoires. Pour éviter des pertes de poids importantes, il peut s'avérer utile de pren-{{ dre des compléments alimentaires hyperprotéiques et hypercaloriques. C o m m e n t l i m i t e r l e s e f f e t s i n d é s i r a b l e s ?
    • EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18>> EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19>> Que faire en cas de fatigue ?>> La fatigue est un effet indésirable fréquent de la chimiothérapie. Elle peut apparaître plusieurs jours après la perfusion et varier en intensité d’une perfusion (cycle) à l’autre. Elle peut également s’installer de façon permanente. Elle peut avoir de nombreuses causes : perte de poids importante, angoisse, stress, baisse de moral (voire dépression), difficultés respiratoires, baisse des globules rouges du sang (anémie), insomnies, etc. Ses conséquences sont également importantes : incapacité à réaliser des efforts physiques, perturbations relationnelles, difficulté à se concentrer et à travailler, sentiment de ne plus pouvoir être efficace et de jouer son rôle habituel, dépression... Les solutions : Contre la fatigue, il est souvent utile d’agir de plusieurs façons : rétablir un bon sommeil (si besoin demander conseil à votre médecin),>> apprendre à se relaxer, se reposer pendant la journée (par exemple faire la>> sieste), avoir une activité physique quotidienne (par exemple marcher),>> prendre rendez-vous chez un kinésithérapeute pour détendre le corps,>> manger en quantité suffisante (éviter de perdre plus de 10% de son poids>> habituel), envisager un traitement pour faire remonter les globules rouges dans le sang>> (en cas d’anémie, il existe des traitements comme l’érythro-poïétine), accepter de demander de l’aide (aide ménagère, soutien psychologique ou>> autre)... C o m m e n t l i m i t e r les effets indésirables non Visibles Protéger les reins>> Marque® (DCI) ou l’association Marque® (DCI) + cisplatine que vous recevez sont éliminés dans les urines, en passant au préalable dans les reins pour lesquels ce traitement peut s’avérer toxique. En effet, les reins sont susceptibles d'être abîmés lors de l'élimination de ces médicaments, entraînant des dégâts parfois irréversibles qui conduisent alors à une insuffisance rénale. Les solutions : Boire suffisamment d’eau tous les jours (au moins 1,5 à 2 litres) Lors d’un traitement par chimiothérapie, il est important de toujours bien boire. Lorsque l’on n’est pas assez hydraté, les chimiothérapies peuvent être trop concentrées dans le sang et, de ce fait, augmenter le risque de toxicité. Boire beaucoup d'eau permet de diluer la chimiothérapie, réduisant ainsi son séjour dans les reins et limitant le risque de les endommager. En cas de traitement par cisplatine, très toxique pour le rein, vous recevrez, avant et après votre injection de cisplatine une importante perfusion de liquide pour favoriser l’élimination rénale. C’est l’hyperhydratation. Les équipes d’infirmières surveilleront alors attentivement votre diurèse, c’est-à-dire la quantité d’urine éliminée. Une bonne hydratation permet également de diminuer la survenue de troubles digestifs (nausées, vomissements ou diarrhée). l e s e f f e t s i n d é s i r a b l e s ?
    • EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20>> EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21>> Baisse du nombre des cellules sanguines (les globules>> blancs en particulier) Tout au long de votre cycle de chimiothérapie, votre médecin fera pratiquer un examen du sang appelé Numération Formule Sanguine (NFS). Cette numération permet de voir si les cellules contenues dans le sang sont en nombre suffisant. Dans le cadre d’un traitement par Marque® (DCI) ou par Marque® (DCI) associé à cisplatine, on surveillera les globules blancs, particulièrement les neutrophiles, qui risquent de diminuer. On appelle cette situation une neutropénie. En cas de neutropénie importante, les risques d’infection augmentent. Il est donc important de pouvoir anticiper cette situation. Le seul signe pouvant révéler une éventuelle neutropénie est la fièvre. Si vous avez une fièvre supérieure ou égale à 38°C entre 2 perfusions ou cures de chimiothérapie, vous devez prévenir votre médecin dans la journée pour obtenir une consultation et faire une prise de sang. Par ailleurs, avant chaque cure de chimiothérapie, votre médecin vous demandera aussi de faire une prélèvement sanguin, même en l’absence de fièvre. Si les résultats de cet examen ne sont pas normaux, votre cure de chimiothérapie pourra être reportée de quelques jours. C o m m e n t l i m i t e r Apport de vitamines : La prise complémentaire de certaines vitamines est un moyen simple et efficace pour limiter, voire diminuer, les effets de la chimiothérapie sur les cellules du sang. Ces vitamines sont la vitamine B9 (Acide Folique) et la vitamine B12 (Cobalamine). La prise régulière de ces vitamines est importante, elle est indissociable de votre traitement de chimiothérapie : il est donc essentiel de penser à les prendre tous les jours comme indiqué par votre médecin. Apport de vitamine B9>> : comprimés par voie orale. Leur prise est quotidienne tout le long du traitement : elle commence dans les 7 jours avant le début de votre chimiothérapie et doit être prolongée 21 jours après votre dernière injection de Marque® (DCI). Apport de vitamine B1>> : Injection intramusculaire. La première aura lieu dans les 7 jours avant le début de votre chimiothérapie, puis sera renouvelée toutes les 3 perfusions (cycles), en général le même jour que la perfusion. Les solutions : l e s e f f e t s i n d é s i r a b l e s ?
    • EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22>> EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23>> Les effets indésirables possibles de votre traitement 5 Nombre de globules blancs peu élevé (neutropénie) Taux d’hémoglobine peu élevé (anémie) Nombre de plaquettes peu élevé (thrombopénie) Diarrhée Vomissements Douleur, rougeur, gonflement ou plaies dans votre bouche Nausées Perte d’appétit Fatigue éruption cutanée Perte de cheveux Constipation Perte de sensibilité Rein : analyses sanguines anormales Réaction allergique : éruption cutanée / sensation de brûlure ou de fourmille- ment Infection Fièvre Déshydratation Insuffisance rénale Irritation de la peau et démangeaisons Douleur au niveau de la poitrine Faiblesse musculaire Conjonctivite (inflammation de l’œil) Troubles de la digestion Douleurs au niveau du ventre Modification du goût Foie : analyses sanguines anormales Larmoiement La fréquence des effets indésirables possibles listés dans les notices de médicament est définie comme suit : Très fréquent (touche plus d’1 patient sur 10) Fréquent (touche au moins 1 patient sur 100 et moins d’1 patient sur 10) Peu fréquent (touche au moins 1 patient sur 1 000 et moins d’1 patient sur 100) Rare (touche au moins 1 patient sur 10 000 et moins d’1 patient sur 1 000) Très rare (touche moins d’1 patient sur 10 000) Indéterminée (la fréquence ne peut être estimée sur la base des données disponibles) FréquentsTrès fréquents L e s e f f e t s i n d é s i r a b l e s Si vous souffrez d'un ou de plusieurs symptômes ou si vous présentez des effets indésirables non mentionnés dans cette liste, veuillez en informer votre médecin ou votre pharmacien. Ne sont listés ci-dessous que les effets indésirables très fréquents et fréquents. Q u e s t i o n s f r é q u e n t e s Est-ce que le traitement va modifier mon apparence>> physique ? Comment savoir si le traitement marche ?>> Les chimiothérapies contre le cancer du poumon entraînent moins de chute de cheveux ou de poils que d’autres chimiothérapies (en général cet effet indésirable touche 1 personne sur 10). La peau et les ongles peuvent devenir secs et changer d’apparence (écaillement et perte de l’ongle dans certains cas) : en utilisant tous les jours une crème hydratante et un vernis spécifique, on peut souvent éviter ces problèmes. Enfin, la perte de poids peut être importante : il convient de surveiller son poids et de faire attention à maintenir une alimentation suffisante tout au long du traitement (si besoin à l’aide de compléments alimentaires). Il faut en moyenne attendre 6 à 8 semaines, ou plus, avant de savoir si le traitement a permis de faire diminuer la taille de la tumeur. On réalise souvent un scanner des poumons pour pouvoir mesurer la tumeur. Quelques réponses aux questions les plus fréquentes 6
    • EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24>> EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25>> Q u e l q u e s r é p o n s e s a u x Est-ce que le traitement peut avoir un impact sur ma>> sexualité ? Au-delà de l’obligation de contraception, le traitement peut entraîner une diminution de la libido (baisse du désir) ou une baisse de lubrification. L’utilisation de médicaments stimulant le désir ou de gels lubrifiants peut être utile. Est-ce que je vais être tres malade pendant>> le traitement ? Aujourd’hui, des médicaments contre les nausées et les diarrhées sont proposés de manière préventive pour diminuer l’intensité de ces problèmes : s’ils ne suffisent pas, demandez conseil à votre médecin. Le traitement peut diminuer vos défenses immunitaires et vous fragiliser face aux infections. Il est donc important de signaler à votre médecin tout signe qui vous fait penser à une infection : symptômes grippaux (fièvre, courbatures, maux de tête), toux anormale, ... Est-ce que je dois abandonner le sport pendant mon>> traitement ? Le sport et l’activité physique sont possibles pendant le traitement, ils sont même conseillés (en fonction de vos capacités physiques) pour le bien-être physique et le moral ! Pensez à en parler avec votre médecin traitant. Est-ce que je vais pouvoir avoir un enfant pendant et>> apres le traitement ? Il est malheureusement déconseillé d'avoir un enfant pendant le traitement : d’une part, le traitement peut entraîner des anomalies au niveau des{{ spermatozoïdes du futur père ou des ovules de la future mère, d’autre part, pendant une grossesse, le traitement peut être toxique pour{{ le développement du fœtus et entraîner des malformations. Comme la présence des médicaments persiste assez longtemps dans l'organisme, il est également recommandé d’attendre quelques mois après la fin du traitement avant d’envisager d’avoir un enfant. Il est donc indispensable, pendant et après le traitement, d’utiliser un moyen de contraception efficace afin d’empêcher tout risque de grossesse. Enfin, le traitement peut entraîner une baisse de la fertilité, parfois de façon irréversible. Si vous envisagez d’avoir un enfant après votre traitement, demandez à conserver du sperme ou des ovocytes, avant le démarrage du traitement. q u e s t i o n s l e s p l u s f r é q u e n t e s
    • EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26>> EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27>> Q u e l q u e s r é p o n s e s a u x Est-ce que je peux conduire pendant mon traitement ?>> Vérifiez avec votre médecin que vous pouvez conduire. Le traitement peut s’accompagner de sensations passagères d’étourdissement ou de fatigue. Avant de conduire un véhicule, assurez-vous que votre aptitude n’est pas diminuée. Est-ce que je vais pouvoir continuer à travailler>> pendant le traitement et à mener mes activités habituelles ? D'une part, tout va dépendre de votre énergie physique. D'autre part, le traitement et le suivi médical obligent à se rendre régulièrement dans un centre de soin, ce qui réduit cette possibilité. Des solutions sont possibles pour maintenir votre activité professionnelle : discutez-en avec votre employeur, votre médecin et votre médecin du travail. Un recours au temps partiel thérapeutique peut parfois être possible, ainsi qu’un aménagement de votre poste. Est-ce que ça va être difficile de tenir le coup pendant>> le traitement ? Certaines personnes se demandent si elles vont« être à la hauteur» et ne pas se décourager pendant le traitement. C'est normal, n’hésitez pas à demander de l’aide auprès de professionnels (psychologues), ou à solliciter les associations de malades qui proposent des moments de rencontres et d’entraide, afin de trouver un réconfort utile et du soutien. q u e s t i o n s l e s p l u s f r é q u e n t e s Est-ce que je peux voyager pendant mon traitement ?>> Après quelques semaines de traitement, un voyage court entre les différentes visites au centre de soin peut, dans certains cas, être envisagé (y compris à l'étranger). Demandez conseil à votre équipe soignante. Avec Marque® (DCI), il est formellement contre indiqué de se faire vacciner contre la fièvre jaune pendant la durée du traitement (vaccin nécessaire pour se rendre dans certains pays).
    • EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28>> EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29>> N o s a s t u c e s p o u r m i e u x Nos astuces pour mieux vivre votre traitement Arrêtez de fumer et renforcez votre hygiène de vie{{ : alimentation suffisante et équilibrée, activité physique et relaxation pour gérer le stress Pensez à vous faire du bien{{ : ne laissez pas la maladie et le traitement envahir votre quotidien. Centrez-vous sur vos centres d’intérêts (vos proches, vos loisirs) pour y puiser du bien-être et de l’énergie Face à la maladie, vous n’êtes pas seul{{ : la famille, les amis sont là mais aussi le psychologue de l’hôpital, votre médecin, des associations où vous pourrez trouver un lieu de partage et d’échange et parfois une aide financière. Croire en l’efficacité du traitement{{ aide à accepter les contraintes et efforts à réaliser Il est possible de conserver une qualité de vie «satisfaisante» pendant le{{ traitement en trouvant des solutions pratiques face aux désagréments : Vousdormezmal ?Vousavezdesidéesnoires ?Voussouffrezdedouleurs ? Vous perdez du poids ? Signalez ces problèmes à vos médecins qui vous aideront. N’hésitez pas non plus à vous faire conseiller par une association de malades.{{ Savoir qui joindre en cas de problème de santé.{{ v i v r e v o t r e t r a i t e m e n t 7
    • EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30>> EXPErimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31>> N o s c o n s e i l s . . . M e s n o t e s . . . ......................................................................................................................................... ......................................................................................................................................... ......................................................................................................................................... ......................................................................................................................................... ......................................................................................................................................... ......................................................................................................................................... ......................................................................................................................................... ......................................................................................................................................... ......................................................................................................................................... ......................................................................................................................................... ......................................................................................................................................... ......................................................................................................................................... ......................................................................................................................................... notez tout ce qui vous préoccupe>> Informez les autres professionnels de santé>> Il est utile de constituer un «journal» où vous notez vos questions, vos préoccupations sur votre traitement et où vous tenez un registre des désagréments que vous ressentez. Ce document vous aidera à faire le point avec votre médecin qui pourra ainsi mieux vous aider pour trouver des solutions et soulager vos difficultés. Des aides sont envisageables pour vous soutenir dans vos tâches quotidiennes : demandez conseil à une assistante sociale. Que ce soit pour la gestion des effets indésirables ou pour vérifier si vos autres traitements sont compatibles, il est important d’informer vos médecins et pharmaciens que vous recevez une chimiothérapie anticancéreuse. Demandez à votre médecin oncologue de compléter les premières pages de ce document et montrez la à vos médecins et pharmaciens. Nos conseils 8
    • EXPErimentation Pour plus d’explications sur le cancer du poumon et ses traitements : N’hésitez pas à poser des questions à votre médecin. Vous pouvez également vous procurer le dépliant d’information sur le cancer du poumon édité par La ligue contre le Cancer (www.ligue-cancer. net ou 0810 111 101) ou le guide «Cancer Info» sur le cancer du poumon édité dans l’Institut National contre le Cancer (www.e-cancer.fr). Si vous avez des problèmes d’acceptation de votre traitement ou de votre maladie, n’hésitez pas non plus à contacter d’autres personnes malades pour apprendre de leur expérience, ou à faire appel au soutien d’un professionnel de type psychologue ou psychiatre. En cas de difficultés matérielles liées à la maladie, prenez contact avec une assistante sociale de l’hôpital ou contacter : Droits des Malades Info au 0 810 51 51 51