• Save
Cercle condorcet conduites addictives
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Cercle condorcet conduites addictives

on

  • 3,470 views

 

Statistics

Views

Total Views
3,470
Views on SlideShare
495
Embed Views
2,975

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

13 Embeds 2,975

http://lecerclecondorcetdebourgenbresse.blogspot.fr 2795
http://lecerclecondorcetdebourgenbresse.blogspot.com 129
http://lecerclecondorcetdebourgenbresse.blogspot.ch 11
http://lecerclecondorcetdebourgenbresse.blogspot.be 9
http://lecerclecondorcetdebourgenbresse.blogspot.de 8
http://lecerclecondorcetdebourgenbresse.blogspot.nl 7
http://www.lecerclecondorcetdebourgenbresse.blogspot.fr 6
http://translate.googleusercontent.com 2
http://lecerclecondorcetdebourgenbresse.blogspot.pt 2
http://lecerclecondorcetdebourgenbresse.blogspot.co.uk 2
http://lecerclecondorcetdebourgenbresse.blogspot.ru 2
http://lecerclecondorcetdebourgenbresse.blogspot.ca 1
http://www.google.fr 1
More...

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Cercle condorcet conduites addictives Presentation Transcript

  • 1. CSAPA - A.N.P.A.A.01CENTRE D’ADDICTOLOGIE DE L’AIN M. Lumaret, Médecin addictologue - A.N.P.A.A.01 Le Cercle Condorcet - Bourg-en-Bresse - Ain - 18 septembre 2012
  • 2. LES PRATIQUES ADDICTIVES pratiques de consommation pouvant permettre :  de procurer un plaisir  ou d’atténuer une sensation de malaise interne caractérisées par une envie répétée et irrépressible de consommer, en dépit des efforts du sujet pour sy soustraire DU LATIN ADDICO (ADDICERE) : ADJUGER « ADJUGER LA PERSONNE DU DÉBITEUR AU CRÉANCIER » 2
  • 3.  l’usage de SPA fait partie intégrante de l’individu une société « addictogène »  société en proie à l’immédiateté  obligation d’accession au plaisir  course à la performance, à l’hyperconsommation une posture sociétale ambivalente  encouragement des comportements  banalisation des comportements  mise en place d’une politique de répression 3  mise en place de structures de soins
  • 4. UNE APPROCHE HISTORIQUE CENTRÉE SUR LE PRODUIT….Centre d’Hygiène Alimentaire (CHA)Centre d’Hygiène Alimentaire et d’Alcoologie (CHAA)Centre de Cure Ambulatoire en Alcoologie (CCAA)Centre de Soins Spécialisés pour Toxicomanes (CSST)Consultation d’aide à l’arrêt du tabac 4
  • 5. ….QUI N’EXPLIQUE QU’INCOMPLÈTEMENT :  les poly consommations  les changements de produit  les changements de comportement  le mécanisme de la « rechute »  la vulnérabilité persistante  la dépendance (physique) sans addiction 5  l’addiction sans dépendance (physique)
  • 6. L’ADDICTION : UN CONCEPT RÉCENT1980: Aviel Goodman 1990: Goodman éléments communs aux SPA les critères de l’addiction responsables d’une dépendance pharmacologique1988: Gaetano Di Chiara et Assunta Imperato libération de dopamine par les 6 psychostimulants, les opiacés, l’alcool
  • 7. UN CONCEPT FÉDÉRATEUR  Alcool  Cannabis  Héroïne  Cocaïne  CrackApproche  tabac  Médicaments, autres produits… par PRODUIT  Nourriture , chocolat…  Travail  Politique  Jeux vidéo, jeux d’argent  InternetApproche  Téléphone  Sexe COMPORTEMENTALE  Passion (amoureuse ou autre …)  Sport (et dopage)  Achats compulsifs 7  UV, bronzage
  • 8. CSAPA Centrede Soins, d’Accompagnementet de Prévention en Addictologie 8
  • 9. Pourquoi certains sujetstransforment-ils une stimulation sensorielle « banale » en uncarcan comportemental dont ils ne peuvent s’échapper ?
  • 10. QUELLE PLACE POUR L’ADDICTION ?  L e n o n u s a ge  L’ex p é r i m e ntat i o n  L’u s a ge s i m p l e  L’u s a ge à risque  L’u s a ge n o c i f  La dépendance 10
  • 11. L’ADDICTION : UN RISQUE ÉVOLUTIF ?  Le non usage  L’e x p é r i m e n t a t i o n  L’ u s a g e s i m p l e  L’ u s a g e à r i s q u e  L’ u s a g e n o c i f  La dépendance ?  L’addiction 11
  • 12. L’ADDICTION : UN RISQUE POTENTIEL  Le non usage  L’e x p é r i m e n t a t i o n  L’ u s a g e s i m p l e  L’ u s a g e à r i s q u e Potentialité addictive  L’ u s a g e n o c i f L’ a d d i c t i o n  La dépendanceLa dépendance L’addiction  Mécanisme commun Mécanisme adaptatif variable / produit  Besoin irrépressible d’agir (craving) Tolérance  Tension extrême précédant le comportement Syndrome de sevrage  Plaisir ou soulagement pendant sa durée Anticipation du malaise  Perte de contrôle 12
  • 13. POUR QU’IL Y AIT ADDICTION, IL FAUT UNE RENCONTRE OBLIGATOIRE ENTRE …  Résistance Individu  Vulnérabilité Jeu, Internet  Familial Produits  Social  Culturel Déclencheur Contexte 13
  • 14. FACTEURS LIÉS AUX PRODUITS pouvoir toxicomanogène quantités consommées durées de consommation modes de consommation effets induits exposition au produit 14 statut social du produit
  • 15. FACTEURS LIÉS À L’INDIVIDU Facteurs génétiques  difficiles à mettre en évidence Facteurs de stress Facteurs psychologiques  mesure de profils d’expression de gènes de sensibilité aux addictions Facteurs psychiatriques  un gène ne s’exprime que dans un environnement donné 15
  • 16. FACTEURS LIÉS À L’INDIVIDU Facteurs génétiques La sensibilisation au stress  parfois induite dès le plus jeune âge Facteurs de stress  perturbation durable Facteurs psychologiques Facteurs psychiatriques Le stress  augmente la sensibilité du cerveau aux SPA  favorise l’émergence d’une addiction 16
  • 17. FACTEURS LIÉS À L’INDIVIDU Facteurs génétiques Facteurs de stress  Il n’y a pas de « personnalité addicte »  L’addiction s’inscrit dans une approche transversale Facteurs psychologiques  Certaines pathologies rendent plus vulnérables Facteurs psychiatriques  Une période critique : l’adolescence 17
  • 18. FACTEURS LIÉS À L’ENVIRONNEMENT Facteurs familiaux  usage parental de SPA  éducation  dysfonctionnements familiaux  évènements de vie traumatiques Rôle de l’entourage, des pairs  consommation régulière  rites d’initiation Facteurs socio-culturels  exposition précoce aux produits  marginalité  immigration  culturel ou religion  enjeux économiques 18
  • 19. «Nous sommes tous exposés aux risques, donc vulnérables» Prof. Marc-Henri SouletMais tout le monde ne devient pas addict 19
  • 20. DES ÉLÉMENTS ANTAGONISTES EN PRÉSENCE Le plaisir La nécessité, avec une séquence comportementale irrépressible La souffrance, notamment en cas d’interruption du comportement 20
  • 21. TOUT SE PASSE DANS LE CERVEAU  le cerveau : 100 milliards de neurones  1000 à 10 000 synapses / neurone  100 neurotransmetteurs  Certains sont impliqués dans la dépendance ou l’addiction acétylcholine GABA glycine substance P cannabinoïdes opiacés endogènes dopamine noradrénaline 21 sérotonine
  • 22. LES NEURONES S’ORGANISENT ENRÉSEAUXtraitent les entrées sensoriellesles relayent jusqu’au cortexpuis les traduisent en sorties comportementale ou psychique 1%  Sélectionnent et modulent les réseaux les mieux adaptés Utilisent comme neuromédiateurs : 99%   la dopamine  la sérotonine créent des réseaux spécialisés  la noradrénaline dans un certain type d’information 22
  • 23. L’ADDICTION :UNE RECHERCHE DE PLAISIR ? 23
  • 24. LE PLAISIR EST LIE A LA DOPAMINE jus de pomme > plaisir Enregistrement chez le singe > sécrétion de DA +++ 1. conditionnement par un signal1 lumineux 1 sec avant la récompense 2. la seule annonce de la récompense libère la DA la récompense est attendue :2 > absence de sécrétion de DA 3. suppression de la récompense en conservant lannonce > diminution transitoire de DA3 > frustration, agitation 24
  • 25. Neurone à dopamine information reconnue par un récepteur de N1 émission d’un signal électrique synthèse de dopamine … fixation sur un récepteur de N2 Information R CB1 GABA Récepteur Message électrique Message électrique modifié N1 N2 Sensation subtile de satisfaction, de plaisir 25
  • 26. LA DOPAMINE EST LIÉE AU CIRCUIT DERÉCOMPENSE (CDR)  C’est un circuit d’apprentissage  sélectionne ce qui est considéré comme agréable ou douloureux  le met en mémoire  permet de le refaire ou de l’éviter selon les circonstances  Le CDR est représenté par l’ATV  l’ATV est formé de neurones qui se projettent vers l’avant du cerveau :  Hypothalamus  Nucleus accumbens  Cortex cérébral 26
  • 27. L’annonce d’une récompense : stimule le CDR entraîne la libération de dopamine  Dans le cortex préfrontal : focalisation de l’attention motivation prise de décisions  Dans le nucleus accumbens : activation motrice sollicite l’hypothalamus  informé de la présence d’une récompense  aucune possibilité de contrôle  exécute les ordres selon les informations reçues Cela déclenche une sensation de PLAISIR, de SATISFACTION 27
  • 28. EN CAS DE CONSOMMATION DE SPA :Les SPA : Cannabis  miment les neuromédiateurs naturels Cocaine  saturent +++ les récepteurs … Ecstasy Amphétamines Acétylcholine Endocannabinoïde Nicotine Cannabis R Nicotinique GABA R CB1 R CB1 Alcool GABA R. GABA Message électrique Message électrique renforcéEndorphines R. MorphiniqueHéroïne Hypersécrétion de Dopamine > Sensation intense de plaisir +++ 28 D’après Matthes et al., Nature 1996-Maldonado et al., Nature 1997- Ledent et al., Science 1999
  • 29. L’ADDICTION : UN MESSAGE DE PLAISIR ERRONÉ  sur-stimulation du CDR  libération de dopamine +++  l’HT reçoit un message de satisfaction +++  l’individu a l’impression que tout va très bien Le CDR est détourné de sa fonction de régulation des plaisirs naturels 29
  • 30. L’HYPERACTIVATION DU CDR ENTRAVE LA CONSCIENCE DE CE QUI EST NÉCESSAIRE OU NON Déconnexion du contrôle préfrontal Renforcement du comportement par :  surévaluation du besoin  surévaluation de la motivation Action Envahissement des circuits de mémoire non adaptée Les autres centres d’intérêt deviennent secondaires 30
  • 31. les SPA procurent du plaisir +++ en libérant la dopamineL’ADDICTION :UN EXCÈS DE PLAISIR ? 31
  • 32. Certaines activités physiologiques ou certains aliments déclenchent beaucoup de plaisir sans entrainer d’addiction Certains produits déclenchent un plaisir peu intense mais entraînent des addictions très fortes plaisir ≠ addiction 32
  • 33. LE COUPLE NORADRÉNALINE / SÉROTONINE Le système noradrénergique agit sur la vigilance rend l’environnement intéressant, attractif Le système sérotoninergique assure une protection contrôle les impulsions, les envies et régule les réponses Ces systèmes se contrôlent mutuellementIl y a couplage entre les 2 systèmes 33
  • 34. LE COUPLE NORADRÉNALINE / SÉROTONINE A la naissance : deux systèmes sont indépendants Mise en place progressive jusqu’à la puberté Selon le parcours de l’individu, ce couple:  pourra être solide et harmonieux  ou fragilisé 34
  • 35. 3 SYSTÈMES SONT IMPLIQUÉSActivation du 1° système Activation du 2 système sécrétion de noradrénaline sécrétion de sérotonine <> sursaut, mise en éveil <> contrôle des émotions, prise de recul, compréhension de l’extérieur protection / un danger Activation du 3° système (CDR) sécrétion de dopamine = modulateur final de toutes les sorties psychiques ou motrices de l’organisme<> intégration des données précédentes 35<> choix d’un comportement adapté au stimulus du départ
  • 36. Un système de contrôle mis en place sur plusieurs années Système de la noradrénaline Equilibre Réactions adaptées Système de la sérotonine 36
  • 37. DÉCOUPLAGE NORADRÉNALINE / SÉROTONINE parcours de vie difficile stress répétés  activation simultanée consommation répétée de SPA  fonctionnement autonomeLe couplage NA/S  Absence de lien entre DESIR et CONTRÔLEdevient défectueux 37
  • 38. En cas de stress ou de consommation de SPA Système de la noradrénaline Déséquilibre Réactions non contrôlées 38 Système de la sérotonine
  • 39. L’EXPRESSION DE LA POTENTIALITÉ ADDICTIVEhypersécrétion de sécrétion inadaptée denoradrénaline 1 sérotonine <> sensation d’un désir intense +++ <> non contrôle de l’hyperactivité de la NA <> émotions intolérables <> apparition d’un besoin compulsif (le craving) 2hypersécrétion dedopamine addiction <> sensation de plaisir +++ 3 <> répétition non contrôlée du comportement (renforcement positif) 39
  • 40. GENÈSE DE L’ADDICTION perturbations des voies du stress  découplage du système NA / S  activation anormale et répétée du système dopaminergique addiction 40
  • 41. Malaise interne consommation de produits recouplage transitoire du système NA/S vulnérabilité de l’individu sensation transitoire bien-êtrenon couplage découplagedu système NA/S du système NA/S découplage du système NA/Sstress dans l’enfance stress Malaise interne consommation de produit non contrôle du comportement 41
  • 42. CSAPA - A.N.P.A.A.01CENTRE D’ADDICTOLOGIE DE L’AIN A.N.P.A.A. 01 – CENTRE D’ADDICTOLOGIE DE L’AIN 114 bis, boulevard de Brou – 01000 BOURG EN BRESSETél. : 04 74 23 36 61 – Fax : 04 74 22 06 48 – E-mail : anpaa01@anpaa.asso.fr