• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Tendances des usages digitaux 2011- 2012
 

Tendances des usages digitaux 2011- 2012

on

  • 30,524 views

Bilan des tendances des usages digitaux en 2011 et perspectives 2012

Bilan des tendances des usages digitaux en 2011 et perspectives 2012

Statistics

Views

Total Views
30,524
Views on SlideShare
6,167
Embed Views
24,357

Actions

Likes
18
Downloads
356
Comments
0

12 Embeds 24,357

http://www.chasseusedetendances.com 22641
http://www.scoop.it 1467
http://www.levidepoches.fr 151
http://www.levidepoches.blogs.com 51
http://levidepoches.blogs.com 15
http://webcache.googleusercontent.com 14
http://pratiquesweb.wordpress.com 6
http://translate.googleusercontent.com 6
http://abtasty.com 3
http://131.253.14.98 1
http://us-w1.rockmelt.com 1
http://ranksit.com 1
More...

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Tendances des usages digitaux 2011- 2012 Tendances des usages digitaux 2011- 2012 Presentation Transcript

    • Tendances des usages digitaux :Bilan 2011 et perspectives 2012 Internet ATAWAD Virtu-réalité Check-in Recommandation sociale Personnalisation Bons plans Agrégation/Curation Personal branding Micro-communautés Gamification Déconnexion digitale
    • Il y a un an, je publiais mon rapport de tendances 2011 des usages digitaux, dans lequel je proposaisen quelque sorte mes prédictions pour l’année 2011, dans lesquelles je me suis intéressée à montreren quoi nos modes de vie allaient favoriser certains usages des technologies digitales et l’influencequ’eux-mêmes allaient avoir en retour sur nos modes de vie. « En résumé, en 2011, les individus pourront être connectés en permanence à la toile et à leurs réseaux. Les jeux virtuels investiront de plus en plus notre quotidien, jusqu’à la transposition de leur mécanique dans la vie réelle. Nous ferons des allers-retours entre le offline et le online, afin de vivre des expériences plus riches (en puisant dans la richesse d’informations du web, en sollicitant les avis de nos pairs) et de créer plus de connexions physiques. « Ensemble » sera un mot qui caractérisera beaucoup de nos activités, et entre autres la consommation, comme en témoigne le social shopping, la consommation collaborative, l’achat groupé ou le check-in de contenus/produits (qui rend des pratiques individuelles plus communautaires). Face à une vie numérique toujours plus intense mais aussi plus intrusive et produisant des interactions sociales superficielles et beaucoup de contenus inutiles, les individus privilégieront la qualité des contenus et des échanges. Certains iront jusqu’à se déconnecter temporairement de cette vie numérique. »Un an après, il est temps de faire le bilan - voir si ces usages se sont confirmés et comment ils ontévolué au cours de l’année 2011 – et de réfléchir à leurs possibles évolutions en 2012.
    • Internet ATAWADAvec toujours plus de supports connectés (terminauxmobiles, TV, objets), Internet occupe de plus en plus de placedans notre vie. Accessible quasiment partout et tout letemps, il est présent dans toujours plus d’activités de notrequotidien. Cette tendance renforce le développement desautres. Avec le développement de l’équipement numérique et l’essor de l’Internet des objets (extension d’Internet à des choses et des lieux dans le monde réel), Internet est accessible ‘any time, any where, any device’ : nos objets, maisons et villes sont intelligents et (inter)connectés, rendant notre vie connectée en quasi-permanence. « D’ici quelques années, tout ce qui est connectable sera connecté » (Eric Schmidt, Google).
    • Equipement et usages numériques en France en 2011 PC Tablettes– 73,2% des foyers possèdent un ou plusieurs micro-ordinateurs en France (+2,1 pts - 4,5 millions de possesseurs de tablettes (UserADgent) en un an) - En moyenne 2h40 par jour (+ 40 minutes en un an) (OTO– 44,1% des foyers (3,4 millions) possèdent un ordinateur portable (40% en Research) 2010)(GFK et Médiamétrie)Usages :– Sites communautaires : 65% inscrits (+ 6 pts) (Médiamétrie)– Regarder une vidéo : 29 millions d’internautes (+4%). En moyenne, 71 vidéos et 3 h 28/mois (Médiamétrie)– 26 % des internautes écoutent la radio sur internet et 13,7 % jouent en réseau– E-commerce: 60% des internautes (Médiamétrie/Netratings) Mobile– 68,5 millions de clients au téléphone mobile (Arcep), 40% possèdent un smartphone (+66% en un an) (Médiamétrie)Usages :– Internet : 18,3 millions (+34%), dont 1/3 quotidiennement (X2 en un an) (Médiamétrie)– Réseaux sociaux/blogs : 10 millions TV connectée– Applications mobiles : 4,2 millions (X2) (Comscore) En moyenne, 27 applications– Géolocalisation : 71% des mobinautes (dont 32% qui ont été sollicités). En moyenne 6,8 fois/mois– Réalité augmentée : 15%– Flashcodes : 42% (dont 33% plusieurs fois) (TNS Sofres)– m-commerce: 1/4 des mobinautes a effectué un achat et 1/3 utilise leur mobile en magasin (Médiamétrie/Netratings)
    • Les medias et loisirs numériques : une plus grande place dans notre existenceo De plus en plus de supports connectables et connectés 20% TV connectables, dont 1/3 TV connectées (Simavelec) visuelo Des usages numériques qui occupent de plus en plus de o Internet sinvite dans toutes les activités du quotidien temps … Préparer et faire ses achats, échanger avec ses proches, La moitié du temps libre des jouer, écouter la musique, regarder des vidéos, la Français (4h58) télévision… est passé devant un écran (Insee)o … et de plus en plus de lieux A la maison, au bureau, en déplacement, dans les lieux publics…
    • Wherever/Whenever connected, whatever the deviceTerminaux mobiles connectés, Internet La ville et ses lieuxembarqué, capteurs, cartes Sim, wifi, cloudcomputing, GPS, actions codes, NFC, réalité o La maisonaugmentée, reconnaissance visuelle et vocale,… ledéveloppement conjugué de ces technologies favorisel’explosion des appareils connectés – interconnectésentre eux, reliés à l’Internet et avec lesquels nouspourrons communiquer - et rend notre vie connectée.Le smartphone devient le centre de cette vie Table tactile avec projecteur Abribus connecténumérique, grâce à sa connectivité et sa mobilité. dans un restaurant londonien Maison connectée Objets courantsLe matériel informatique et audiovisuel, la domotique,le gros électroménager, les meubles…La Freebox Revolutionpermet d’accéder au Boutique virtuel Tescocatalogue vidéos dans le métro L’application meilleursagentsDailymotion et à Twitter La montre «intelligente» pour connaître le prix au m2depuis la TV i’m Watch d’un immeuble Voitures connectées BMW intègre les bons plans de Qype Ford propose les service musicaux Spotify Renault équipe ses véhicules de R-Link, une tablette tactile, intégrée et connectée General Motor lance le projet WOO, une vitre Table de salon interactive à réalité augmentéeNotreenvironnement, notrevie… Voir Voir Voir Voir
    • Virtu-réalitéAvec le développement de la tendance ‘Internet ATAWAD’, lesinteractions entre le réel et le virtuel s’intensifient ettouchent tous les aspects de la vie. Le mobile, dontl’équipement et les usages explosent, est une des passerellesprivilégiées entre les univers online et offline. Convergence du online et offline dans l’ensemble de nos activités quotidiennes (commerce, expériences de marque, consommation, pratiques culturelles, relations sociales, etc.), favorisée notamment par l’essor des technologies permettant de digitaliser la vie physique (objets connectés, géolocalisation, réalité augmentée, actions codes, reconnaissance visuelle, RFID, commandes par mouvement, etc.).
    • Vie sociale et culturelle Des pratiques culturelles enrichies Des rencontres IRL favorisées par le digitalAvec la TV sociale et connectée :- Les téléspectateurs peuvent discuter en Les applications mobiles de ligne en temps réel des programmes, géolocalisation sociale permettent grâce aux réseaux sociaux et applications de localiser et rencontrer des de check-in (en second screen) amis/personnes se trouvant- Les téléspectateurs peuvent interagir proximité ou de s’échanger des avec les programmes et accéder à des services avec des voisins contenus additionnels online France Télévisions a enrichi les retransmissions de Roland Garros de L’application mobile de photo Le Superbowl a Viewdle utilise la reconnaissance contenus additionnels : scores et les généré 12,2 faciale pour afficher, en réalité statistiques en temps réel de tous les millions de augmentée, les informations matchs, … commentaires Facebook des personnes dans le sur les médias La reconnaissance viseur sociaux visuelle comme passerelle entre le papier Le service de KLM, ‘Meet And Waldgänger, (journaux- Seat’, permet de choisir son un roman triller magazine) et le siège en fonction du profil socialfantastique, techno- digital – Kooaba (Facebook, LinkedIn) des autres digital et interactif Shortcut passagers lors du check-in en ligne Avec les technologies mobiles Les habitants de (applications, QR Montréal et de Toronto code, RA), les visites ont pu pendant 10 jours culturelles deviennent plus communiquer en temps vivantes : contenus réel par murs additionnels, jeu de numériques interposés pistes, visites guidées...RAParisAvant : découvrir le Paris historique en
    • Commerce Un parcours d’achat toujours plus influencé par les interactions online/offlineDéveloppement des pratiques web-to-store Digitalisation des points de vente PLV interactive NFC Borne tactileet store-to-web … Franprix King Jouet- 9/10 des shoppers pratiquent le Ropo (research online, purchase offline) Miroir connecté Applications mobiles- 7/10 recherchent en magasin pour acheter ensuite Morgan MyAuchan, sur internet Prixing, Flow Powered Cabine d’essayage Kinect/… et des usages du mobile en magasin réalité augmentée Topshop- Intensification : 75 % des possesseurs de smartphone l’utilisent en magasin.- Diversification : envoi de SMS ou de photo, recherche d’avis consommateurs, comparaison de prix, utilisation d’applications… Packaging RA Lego QR codes Macy’s(Étude Digitas – Reload/VivaKi)Généralisation des services et opérations web-to-shop Multiplication des magasins Mais aussi : virtuels (achat par QR code) – ‘Réel-isation’ de la boutique en Deals locaux Applications de recherche Applications mobiles ligne via la réalité augmentée de produits à proximité (promotions, jeu) Tissot, Bouygues Telecom) et des assistant s en ligne (The Kooples) – Walmart lance un réseau social Zifiz, Shopping adventure, pour ses clients in-store Kaniti – Des chèques-cadeaux physiques pour Amazon, des Facebook credits Opérations marketing géolocalisées pour récompenser la fidélité des Ebay clients Bazando et Plink Coca Cola/Dismoioù Walmart, Nina Ricci, ICA Vanadis (check-in groupé) Cadburry – Services store-to-web : applications Mais aussi : Price Check et Flow Powered Buffalo Grill (Facebook deal) Tesco, Procter&Gamble, Walmart, Kma d’Amazon
    • Expérience de marques et produits Des expériences de marques et produits plus digitales et connectées L’évènementiel et la publicité se digitalisent Des jeux marketing de plus en plus « virtu-réels » Liker les véhicules via un système de carte RFID/ borne Facebook- Hyundai Partager ses performances lors d’une Chasse aux fantômes course sur Vodafone IRL/online Facebook grâce Jouer au tennis une puce virtuellement dans la rue placée dans les – application BNP chaussures - Nike Jeu interactif sur bilboard – McDonald’s Des anges en réalité augmentée pour une Plus d’exemples de jeux marketing « virtu-réels » opération de street marketing - Lynx Des produits connectésMais aussi : Asics, Axe Boat, Easylike , Heineken Le Smart pack de Blu Un tee-shirt Diesel connecte les fumeurs avec QR code Décapsuleur social Heineken équipé d’un bluetooth Le bracelet Nike+ directement relié Fuelband aux réseaux synchroniszble sociaux avec le site Nike+ Spot TV interactif grâce à Campagne d’affichage par USB ou en l’audio-détection de Shazam - interactive grâce à des codes Mais aussi : Toyota Friends, Bluetouth avec une Pillsbury 2D – Victoria’s Secret Nespresso, Pommery application
    • Check-inProfitant de la montée en puissance des usages sur le mobileet des applications mobiles, le ‘check-in local’ se développe,en se combinant de plus en plus aux réseaux sociaux, à lamécanique de jeu ou encore aux deals.Sa forme temporelle se développe : le ‘check-in des lieux’gagne en consistance temporelle et le ‘check-in live’ progresseindépendamment de la dimension locale. Check-in = indiquer où l’on se trouve et ce que l’on fait (s’enregistrer) o ‘Check-in local’ (des lieux – géolocalisation) : recherche de personnes, bonnes adresses et bonnes affaires à proximité o ‘Check-in live’ (des activités/contenus – temps réel ) : partager et commenter les activités/contenus que l’on pratique/consomme en temps réel
    • ‘Check-in local’: Mo/Lo/So/Deals/Gaming Si l’explosion des usages mobiles permet la géolocalisation (GPS), son utilisation à des fins d’’auto-géolocalisation’ a plus de mal à entrer dans les habitudes : - seuls 29% des Français sont prêts à communiquer des informations relatives à la géolocalisation (CDC-Acsel), 72% considérant comme risqué le fait de diffuser sur internet en temps réel leur localisation géographique - le taux de pénétration de Foursquare (1% des Français) n’a pas évolué en un an (Ifop), Facebook a arrêté Facebook Places moins d’un an après son lancement (seulement 6% d’utilisateurs). L’enrichissement de la géolocalisation mobile par les dimensions de « temps réel », recommandation sociale, bons plans et gaming pourrait favoriser son usage, puisqu’il s’agit moins de signaler sa présence dans un lieu que d’indiquer ce qui se passe en ce moment à cet endroit et quand il s’agit de se localiser c’est pour en retirer un bénéfice (social, économique, émotionnel). Sociale Gamingo Rencontre et interaction avec des amis ou inconnus à proximité o Lancement de nouveaux jeux basés sur la géolocalisation : Multiplication des applications de géolocalisation sociale : Gameorlive, Oust.me, World of Banjo, Oleapark, Unsocial, Forecast, JoyLocal, Agora, Just Around Us ou Find Fourcraft, etc. my friends d’Apple o Découverte de lieux/évènements/activités à proximité o Développement des jeux marketing en fonction des recommandations des membres, de ‘virtu-réels’ : ses amis Chasses au trésor ou enquêtes – Facebook rachète Gowalla interactives online/IRL – Foursquare propose une fonctionnalité de découverte de lieux « Radar » et le check-in des évènements Plus d’exemples dans ‘Gamification’ – Lancement de Google Schemer, Scoville, Wherevent, MonNuage, Tipao, The Tweetographer Deals o Les offres de deals géolocalisées se développent :o Rencontre de l’offre et de la demande services géolocalisés – Lancement des services d’aide communautaire – Foursquare propose de nouveaux types de deals LocalHero, Stootie, Wydif, Geokiwi, OhSoWe – Plyce se repositionne sur les bons plans locaux – Lancement des services de questions/réponses – Google, NRJ et 20 minutes lancent leur offre Loquest, Localmind, Gootip – Sentinelo : une application qui localise les promotions à proximitéo Réseaux sociaux mobiles dédiés au partage de photos – Avec 15 millions d’utilisateurs (en un an), Instagram o Les acteurs de l’achat groupé lancent leur application devient le premier réseau social mobile mobile de deals géolocalisés en temps réel – Lancement de Color, Photovine (Google), Hipster, Plus d’exemples dans ‘Bons plans’
    • ‘Check-in live’ : activités et contenus Partager en temps réel ses activités en ligne ou hors ligne (lecture, écoute de musique, visionnage de vidéos, programmes TV…) avec ses contacts ou d’autres internautes et les commenter en direct, dans une volonté de rendre ses pratiques plus communautaires et d’enrichir son identité numérique Online Offlineo Facebook Timeline o La social TV– Social apps (‘media’ et ‘lifestyle’) : partager de manière automatique et Développement de l’offre d’applications de check-in TV : signaler le en direct les contenus que l’on est en train de consommer (articles, programme TV que l’on est en train de regarder et le commenter en direct : musiques, vidéos), grâce à de nouveaux boutons d’action (‘écouter’, ‘regarder’, ‘voyager’, ‘cuisiner’, ‘lire’…) – Applications intégrées aux Plusieurs partenariats ont déjà été conclu : téléviseurs/Box TV (TV connectée) : MySpace TV (Panasonic) (Twitter sur laNRJ a intégré le bouton Freebox Revolution‘jécoute’ à ses webradios – Applications mobiles (second screen) :et le bouton ‘je regarde’ sur TVCheck, V2 de RendezVousTV, MTVson site NRJ12 Under The Tomb, BlinQ, IntoNowAutres Partenariats :– Musique : Spotify, Deezer o Les applications de partage de photos/vidéos permettent de partager– Vidéos : Netflix, Hulu, ce que l’on vit en temps réel Dailymotion – Food Reporter, une application– Presse : Les Echos, Le pour partager en temps réel ce Monde, Vogue, que vous mangez Washington Post o ‘Liker’ dans la réalité– Happening Now (Ticker) : connaitre en temps réel les activités de ses amis Signaler à ces amis (interactions, likes, posts, p que l’on est en train hotos, commentaires, chec de faire du shopping k-in) et interagir à Diesel instantanément Partager les évènements auxquels on assiste à sesMais aussi sur d’autres réseaux sociaux via les statuts (comme Circle.me Des QR codes pour liker réseaux sociauxavec “I’m now into”) des pages du Glamour Axe Boat
    • Recommandation socialeLa recommandation sociale, qui poursuit son essor à travers lesocial shopping et la recherche sociale de contenus/lieux, voitses formes se renouveler.La défiance montante à l’égard des avis consommateurs etleur multiplication favorisent la recommandation d’ ‘amis’, d’‘experts’ et le check-in ‘live’ comme nouvel outil derecommandation. La sollicitation de l’avis des pairs dans le processus décisionnel se généralise et s’étend à de nombreuses activités quotidiennes : l’acte d’achat (qui se traduit par le social shopping), mais aussi la recherche d’information (recherche sociale), de contenus de divertissement ou encore de bonnes adresses. la fréquentation de lieux…).
    • o La recommandation sociale, une pratique généralisée – 86% des internautes consultent les avis consommateurs et 90% les jugent "très utiles" ou "utiles" (Testntrust/Easy Panel) – Le tourisme , un secteur où la recommandation sociale prend de l’importance : (Médiamétrie/Netratings) 25% considèrent le rôle des médias sociaux comme important voire même incontournable dans l’organisation de leurs séjours 34% des sondés affirment tenir compte des recommandations d’autres internautes pour choisir leurs destinations de vacances (Skyscanner)o Une plus grande défiance envers les avis de consommateurs – La part des internautes qui consulte les avis consommateurs est en baisse par rapport à 2010, de même que celle des consommateurs qui jugent les avis consommateurs "très utiles" ou "utiles" – En revanche, 75% des consommateurs sont sceptiques quant à la véracité des avis publiés sur Internet et 15% les jugent peu ou pas du tout fiables (en hausse par rapport à 2010) (Testntrust/Easy Panel)o Face à cette déviance, plusieurs initiatives sont développées Certifier les avis S’appuyer sur les avis des réseaux d’amis S’appuyer sur les avis d’expertso Préparation par l’Afnor d’une norme S’appuyer sur le graph social des individus – leur Professionnels/amateurs passionnés, détenteurs d’une française des avis clients visant à garantir la réseau d’amis en qui ils ont confiance - … expertise fiabilité de la collecte des avis des Augmentation internautes et éviter les faux avis de la confianceo Le partage d’activité/contenus en direct envers les (check-in ‘live’) comme nouvel outil de experts (dont la collecte d’avis ‘authentique’ (Vs recommandation déclaratif), qui plus est il ne demande pas est jugée fiable Ex : Open d’effort du client et sérieuse) Graph (Facebook Ex : Social Apps de Facebook : un moyen de Connect/ partager et recommander des produits, des Social Apps) articles, des vidéos, des musiques, etc. o Exemples d’initiatives Stylistclick (Spartoo) : sélection personnalisée de … mais pas toujours pertinent, car il ne se confond chaussures par des stylistes pas forcément avec le graph d’intérêt (nos goûts)  11% estiment importants ou très importants les Mais aussi : OpenSky (par avis de leurs amis sur les réseaux sociaux et 13% les des stars), Flickr Select jugent digne de confiance (Lightspeed Research) (professionnels de la photo), Shopwise Vineloop lance le concept de recommandation par (diététiciens) quelques « élus » dans notre vie
    • Social shopping (en ligne) Acheter dans une dynamique communautaire de partage et de recommandation avec des amis ou d’autres consommateurs Intégration des avis clients dans les sites de commerce Achat groupé« Social sharing » (génération d’avis) et « Social merchandising » (mise En 2011, les initiatives d’achat groupé visent surtout àen avant des recommandations) (Social commerce) faire baisser les prix ou à simplifier la gestion d’achato Social Apps Facebook (dont les publications apparaissent dans le flux groupé d’activité et Ticker des amis) : Terranova : opération – Giantnerd : intègre trois boutons à chaque fiche produit : Facebook : un ‘Like’ = une « J’adore », « Je veux » et « Je possède » baisse de 5 centimes sur les produits de la marque – Wipolo : « voler », « voyager » et « séjourner » – eBayo Avis clients : 24h00 – Kayak : intégration des avis clients de TripAdvisor dans son moteur dhôtels – Expedia : lance son système de notation dhôtels, à partir des avis de ses propres clients Plateformes communautaires de recommandation de produits– Prodcast : réseau social orienté produits Sosh (films, musique, livres et jeux vidéos) pour partager ses avis sur ses derniers achats et ses envies– Lyst : newsfeed dédié au shopping pour partager et recevoir des suggestions de looks et d’achats de ses Toyota créateurs, trendsetters favoris et de ses amis Plus d’exemples d’achat groupé dans ‘Bons plans’– Chala.la : guide d’achat social avec réseaux de connaissance– The Fancy : TumblR + Social shopping + Wish list « Un jour, une liste » (La – Shopandtip et Shopcade : un moteur et une Redoute) : listes de cadeaux application de recommandation qui rétribuent les sur Facebook avec système de membres lorsque leurs amis achètent de leur part e-cagnottes pour gérer simplement le paiement final. F-commerce– Ouverture de f-boutiques par les marques : Lacoste, Orange Jeux, …– Mais aussi fermeture de celles de Gap, Nordstrom et J.C.Penney Le Parc Astérix : application pour organiser ses « Sorties  Un potentiel de socialisation de l’expérience d’achat (valeur ajoutée) inexploité ? entre amis »
    • Social shopping (dans la vie réelle) Points de vente connectés ‘Mobile social shopping’Demander l’avis de ses réseaux sociaux en temps réel ou acheter en groupe Avec le développement de l’équipement en smartphones et des usagespour faire baisser les prix, grâce à des dispositifs ‘connectés’ mobiles (Internet mobile, applications mobiles…), les shoppers peuvent solliciter l’avis de leurs proches en temps réel directement depuis le point de vente o Usages du smartphone chez les shoppeurs – Plus de 48 % des utilisateurs de smartphones lutilisent en point de vente – Au top des activités, 24% des mobinautes prennent une photo en magasin, 16% joignent leur famille ou leurs amis pour demander un conseil et près de 14 % dentre eux partagent leurs photos prises en « Diesel Cam » : se boutique prendre en photo et la ComScore publier sur Facebook ou MiMirror (RepublicTM) ‘Liker’ un produit, pour o Applications mobiles de social shopping avoir l’avis de ses amis Yakatag : transformer ses coups de cœur produits en fiche produit géolocalisée, les partager sur ses réseaux sociaux et tchatter en directTweet Mirror (Morgan) : miroirnumérique pour se prendre en photo Staround : prendre en photo un produit/service etdurant ses essayages de vêtements et demander l’opinion à ses réseaux Facebook oudemander l’avis de ses abonnés ICA Vanadis : promo Twitter et/ou partager son avisTwitter en y publiant sa photos, ou en évolutives dans ses pointsles envoyant directement par SMS de vente grâce au check-in Mais aussi : Peexter, une application pour rechercher(blluetooth) ou e-mail groupé de clients et partager ses produits préférés en indiquant les lieux où les trouver
    • Recommandation sociale de contenus et lieux Recherche sociale (d’information) Recherche sociale (de contenus divertissants et lieux)Intégration des réseaux sociaux dans les moteurs de recherche, pourpersonnaliser les résultats en fonction de la recommandation de ses relations – Youtube : création de flux de chaine pour y partager ses vidéos et sessociales listes de lectureMoteurs de recherche/Portail de news : – Likester Affinities : utilise leso Google informations de votre profil – Intégration de Google+ dans Google Search Facebook pour vous suggérer des (profils G+, les partages et les photos) recommandations sur des – What’s Hot (Google+) : répertorie les news les plus partagées/ films, livres, bars, musiciens, restaur commentées. ants,… – Bouton +1 : montrer à ses contacts Gmail et Google les sites intéressants – Personnalisation des résultats en fonction de son réseau de contacts – Mitaani : Guide social pour les (Twitter, Blogger, Buzz et Flick) sorties – Extension ‘google +Like’ : montrer à ses amis Facebook les liens (du moteur de recherche) qui nous intéressent o Check-in ‘live’ (d’activités/contenus) comme support deo Bing : intégration des recommandations de ses amis Facebook dans les recommandation SERPo Wajam : extension pour moteur de recherche qui intègre les liens partagés – Facebook : intégration de la VOD, dont les films pourront être par vos amis sur Twitter, Facebook, Delicious et vos signets aux résultats de recommandés recherche – Applications de check-in TV, qui fonctionneo msnNOW (Microsoft): portail des actualités qui font le buzz comme des guides de programme : recommandation des programmes regardésRéseaux sociaux : par ses amis ou les plus populaire (ex. TV Check)o Facebook: – Nouvelle fonctionnalité de sélection des contenus « les plus populaires » – Obtention brevet d’un moteur de recherche aux SERP affinés par les clics de ses amis – Service ‘Questions’ pour solliciter la recommandation de ses amiso Strawberryj.am : reader des liens les plus partagés de sa Timeline Twitter – Ditto : application de check-in anticipés : annoncer à ses amis que l’on a l’intention de faire quelqueMagazines sociaux (Cf. ‘Agrégation’) chose très prochainement, pour solliciter leur recommandation
    • PersonnalisationEn parallèle de la recommandation sociale, se développe larecommandation personnalisée à partir des donnéespersonnelles des individus.Un des autres champs qui profite de l’explosion des donnéespersonnelles numériques est le Quantified Self, unmouvement qui commence à émerger en France. L’exploitation des données personnelles laissées sur le net ou collectées par les organisations et l’apparition d’outils de Quantified self permettent aux individus de tirer bénéfice de leurs propres données, en profitant d’une recommandation personnalisée (de contenus informatifs, divertissants et de produits/services) et en améliorant la connaissance de soi et de ses pratiques pour agir sur son style de vie.
    • Recherche d’information personnalisée Suggestion personnalisée de contenus/lieux …Personnalisation des résultats de recherche (personnalisation … en fonction de ses goûts personnels et de ses comportements passésalgorithmique), non pas en fonction de son graph social (recherchesociale), mais à partir notre profil d’internaute (habitudes de recherche) – ’Explore’ (Foursquare) : proposer des recommandations de lieux en fonction des check-in passés de l’utilisateuro Moteurs de recherche/de news : – Bandito : application mobile d’information personnalisée sur nos – Yahoo : lance un moteur de recherche personnel, en prenant en compte artistes préférés déduits à partir de la bibliothèque musicale de notre notre historique de recherche, nos informations démographiques… iPhone – Trove : « moteur personnalisé d’information » qui agrège les actualités provenant de plus de 10.000 sources et donne la possibilité de paramétrer – Movie Like : moteur de le type de contenus que l’on souhaite voir et la mise en page de celui-ci recherche de suggestions de – PRESY : outil pour reformuler une requête en temps réel, en tenant films en fonction de ses compte du contexte de lutilisateur goûts cinématographiqueso Réseaux sociaux : – Twitter : personnalise l’expérience de recherche, en prenant en compte les informations individuelles dont il dispose (biographie, langue, tweets publiés, interactions) Conseils d’achat personnalisés Suggestion de produits en fonction du profil des individuso Magazines web sur mesure : organisés à partir des sources de son choix (flux RSS, journaux/magazines), de ses thèmes d’intérêt et dont nos MySephora : les vendeuses, équipées d’un comportements de lecture impactent de manière évolutive les résultats iPod, peuvent scanner la carte fidélité des (algorithme apprenant) shoppeuses et accéder à leur profil client (historique d’achat, taille, goût) pour leur – Google Currents : personnalisation des sources proposer du conseil sur mesure – Zite, Trapit : avec Giftmania (Pixmania) : application Facebook pour trouver les cadeaux algorithme apprenant qui idéaux pour soi et ses amis en analysant les likes et centres d’intérêts détermine les informations censées le mieux nous eBay rachète le moteur de recommandation sociale Hunch convenir en fonction des Mybestfit et Bodymetrics : paramètre déterminés scanners corporels 3D pour prendre les mesures des shoppers et leur proposer des conseils Plus d’exemples de magazines personnalisés dans ‘Agrégation/Curation’ personnalisés
    • Quantified self Nommé également « My Data », « Open Data personnelles », « Personal analytics », le « Quantified-Self » désigne l’utilisation collaborative des données personnelles (physiologiques, pratiques de loisirs, déplacements, bilan carbone, relations avec les entreprises et les administrations…) afin, entre autres, de mieux se connaitre et d’avoir une plus grande maitrise de sa vie (hygiène de vie, budget, empreinte carbone…) Il consiste à : – collecter, stocker et analyser ses données personnelles (self-tracking) – partager ces données (exposed self), pour produire de la connaissance plus utile grâce à leur comparaison et pour se motiver avec la communauté o Un mouvement qui prend de l’ampleur – 500 outils recensés – 1ère édition(s) de conférences Quantified Self à : Moutain View, Montréal, Amsterdam, Paris o Des usages surtout personnels et relatifs à la santé Taxonomie des données quantifiées par Ethan Zuckerman Runalizer : cardio-fréquencemètre pour Weekmate : application iPhone pour surveiller son iPhone pour estimer la perte de masse hygiène de vie au quotidien (sommeil, poids, sport, graisseuse, de calories ou l’intensité de tabac, alcool…) l’effort physique.La majorité des initiatives relève de l’expérience Les usages les plus populaires concernent la santé (condition physique, nutrition, maladie…) et lepersonnelle sport, notamment parce que ces secteurs permettent d’enregistrer des données “objectives” facilement mesurableso Vers le Quantified-self Marketing – Limites : préoccupation croissante de la– Relation consommateur/entreprise : inverser le rapport de force en expérimentant l’empowerment protection des données personnelles, effort à des individus par leurs propres données (rendre le consommateur acteur dans sa relation avec la fournir par l’utilisateur, réticence des marque en partageant le même accès à ses informations personnelles : Vendor Relationship organisations à partager leurs données, diversité Management) des formats de données…  Programme britannique MyData pour lequel 20 grandes entreprises se sont engagées à partager  Enjeux : contrôle des données par l’utilisateur, avec leurs clients les données qu’elles possèdent sur eux transparence, acquisition passive, Open Data,– Marché des services personnels de gestion de données : passé du suivi personnel (primo-adoptants) interopérabilité (infrastructure) des données… au produit de consommation (grand public) En savoir plus sur le Quantified-Self
    • Bons plansLe marché de l’achat groupé, s’il continue de croitre, peineencore à trouver un modèle économique viable ettransformer ses inscrit en acheteurs.Le mobile devient un canal privilégié des bons plans - dealsgéolocalisés - en permettant leur accès en temps réel. Initialement favorisée par le contexte de crise du pouvoir d’achat, la quête aux bons plans commerciaux (deals) s’installe de façon durable dans les comportements des consommateurs, non seulement pour faire des économies mais aussi pour la satisfaction d’acheter malin. Face à cette demande, un « écosystème » d’offres de deals – notamment d’achat groupé et de deals géolocalisés - se développe.
    • L’ achat groupé : un marché croissant qui se structure Les deals géolocalisés profitent de l’essor de la géolocalisation mobile Mi- 2011, on comptait (Observatoire de linternet mobile 3e edition 2011 - SFR Regie – GroupM) une soixantaine de sites en – Si Facebook met fin à ses Facebook Deals, il conserve son service mobile France Check-In Deals – Google lance son service de couponing géolocalisé sur Google Latitude – Foursquare propose de nouvelles offres commerciales (notammento Le segment de l’achat groupé généraliste attire de nouveaux d’achat groupé) concurrents et s’organise : – Plyce se repositionne sur les bons plans locaux – Groupon a quintuplé son CA en 2011 – Une trentaine de médias américains lancent une – Living Social s’implante en France en rachetant Dealissime application de coupons, iCircular – Google rachète DailyDeal et lance Google Offers – 20 minutes et NRJ lancent leurs sites de bons plans – Paypal se lance dans les deals locaux locaux – Près d’un tiers des sites américains de coupons ont fermé ou été revendus o La géolocalisation et le “temps réel”, nouveauxo Le marché évolue vers les offres de niche et l’agrégation : leviers de croissance de l’achat groupé : – Apparition de nouveaux sites d’achat groupé spécialisés dans : – Plusieurs acteurs d’achat groupé s’associent l’automobile (Automodeal), l’immobilier (MaisoniaDeal), les banques à Foursquare pour proposer leurs deals (Monabanq, Crédit agricole), l’assurance (friendsurance), le bio et (Groupon, LivingSocial, Gilt City, AT&T, etc.) équitable (Bio&Co en Ville), etc. – Groupon lance l’application Groupon Now! pour – Développement des agrégateurs de deals : Microsoft lance Bing Deals, connaître les offres aux alentours en temps réel Amazon lance AmazonLocal (qui agrège les offres dautres sites dachat groupé en plus des siennes) Mais aussi :o Un modèle économique qui se cherche encore : – Opideal, le premier label de qualité des deals sur internet – S’il y a de plus en plus d’inscrits (43% en juillet), seulement la moitié – Agrégateurs de deals : Bing Deals, AmazonLocal, iGraal Marketplace effectue des achats. La demande s’essoufle avec une baisse consécutive – Ebay lance une offre de deals quotidiens et un service de coupons de du CA du marché le 3ème trimestre 2011 (souce : Dealy) réduction à imprimer – Après une entrée en Bourse retardée, le cours de Groupon est fluctuant. – Les marques organisent des opérations de bons plans sans intermédiaire Coupon&deals (revente et achat des deals) et Groupon Goods (achat : des ventes flash, ventes privées et ventes de coupons via Boosket Deals groupé de biens) : vers une optimisation de son business model ? (24h00) ou de l’achat groupé via Facebook – Facebook met fin à son service d’achat groupé quatre mois après l’avoir – Les bons plans, c’est aussi : les ventes privées, le C to C, etc lancé de manière expérimentale aux USA
    • Agrégation/CurationLes agrégateurs de réseaux sociaux se multiplient pour répondre aunombre toujours plus important de réseaux sociaux mais également deplus en plus à une demande de mise en scène de ses présencesnumériques (personal branding).L’explosion de l’information favorise la croissance de l’offre de services decuration, par les réseaux sociaux mais aussi de plus en plus par centresd’intérêt.Cette agrégation des réseaux sociaux et de l’information est aussi unemanière de faire face à la ‘social media fatigue’ grandissante. Face à la multiplication des médias sociaux et à la profusion d’informations, les activités numériques (notamment la gestion des réseaux sociaux et la recherche d’information) deviennent de plus en plus chronophages et difficiles à gérer (schizophrénie numérique, sentiment d’infobésité). L’optimisation de ces pratiques génère un besoin de solutions de : - Gestion multi-médias sociaux : agrégation de réseaux sociaux - Recherche d’information : agrégation/curation d’information
    • L’agrégation de réseaux sociaux La gestion de ses comptes de réseaux sociaux En moyenne, un internaute dispose dune quinzaine o Gérer depuis une même plateforme ses didentités numériques. En trois ans, ce nombre a légèrement différents profils (tableau de bord) progressé, avec la diversification des usages dInternet (et notamment les réseaux sociaux), et la fragmentation de ces usages. (Source) La centralisation (et mise en scène) de ses présences en ligne Egalement dans une volonté de construire son ‘personal branding’Todobravo : gérer l’ensemble de ses profils (privé, pro, site derencontres)Ifttt : gérer des tâches automatisées entre les réseaux Timekiwi, une timeline esthétique pour ses réseaux sociauxTwentyFeet : centraliser les statistiques de ses médias sociaux(Twitter, Facebook, YouTube, MySpace) et sites web ou blogs o Centraliser ses contenusGreplin : moteur de recherche personnel qui agrège l’ensemble descontenus postés sur ses comptes de réseaux sociauxSocialFolders : dossier pour centraliser les photos et fichiers postéssur ses réseaux sociauxKikin : extension pour navigateur pour accéder,depuis une même page, à ses favoris, auxboutons de partage, à ses comptes de réseaux Aliaz, « carte d’identité web » quisociaux, aux actualités partagées sur les centralise ses différentes présencesréseaux sociaux… en ligne
    • L’agrégation de l’information – Curation… Agrégation de contenus (informations/vidéos/images) puis tri, filtrage et éditorialisation (contextualisation, mise en scène) de ces informations ( = curation) … par les réseaux sociaux (sociale) … par thématiquesS’appuyer sur les réseaux sociaux comme filtre de recherche, force de S’appuyer sur des thématiques (centres d’intérêt) comme filtre de rechercherecommandation o Outils de bookmarking :Filtrage des résultats de recherche en fonction des liens partagés par sesréseaux sociaux (Cf ‘Recommandation sociale’) – Pinterest : organisation de ses images/vidéos par Application Social Reader de Vogue : thématiques (7,5 millions filtres de lecture : contenus les plus vus d’utilisateurs en 2 ans) par ses amis, par les utilisateurs – Stacks (Delicious) : organisation de ses bookmarks par thèmes o Moteurs de recherche : – Editors’Picks (Bing) : les meilleurs sites internet par catégorieSideKick (Condé Nast): articles les plus – Sparks (Google+) : filtrage de son fluxlus et partagés sur Facebook et Twitter d’activité et du moteur de recommandation de contenus en fonctionCuration sociale et thématique : organisation des contenus ‘sociaux’ par de ses centres d’intérêt (prédéfinies authèmes préalable) – LinkedIn Today : agrégation des informations partagées par les membres, organisées par intérêt o Sites de news : – Quora Boards : outil de bookmarking social par thèmes – Wall Street Journal et iReport (CNN) : organisation des actualités en fonction de ses propres centres d’intérêto Magazines sociaux : agrégation des informations publiées sur ses réseaux – Youmag : moteur de news organisé par thèmes sociaux et affichage sous forme de magazine organisé par thématiques – Flipboard : lancement de sa version iPhone et de son édition française o Magazines (web) sur mesure : organisés à partir de thèmes sélectionnés – Lancement de Streamglider : panel de flux par catégorie, possibilité en fonction de ses propres centres d’ajouter ses propres flux et d’intégrer ses profils de réseaux sociaux d’intérêt Lancement de : Zite, Trapit (tous deux Brief.me : lecteur d’actualités et avec un algorithme réseaux sociaux, organisé autour de apprenant), Snip.it, Livestand, Otograff thématiques (magazine papier)
    • Personal brandingL’intensification de nos activités en ligne (généralisation et multiplicationdes profils en ligne, augmentation des publications et de leur partage,etc)et des traces numériques qu’elles laissent, l’indexation des contenus desréseaux sociaux dans les résultats des moteurs de recherche et la pratiqueplus répandue du Name Googling amènent les particuliers à se préoccuperde plus en plus de leur e-réputation. De nouveaux outils sont à leurdisposition pour surveiller leur réputation mais aussi pour géreractivement leur présence en ligne. Le ‘personal branding’ – ‘Gérer et faire vivre sa marque personnelle’ (Fadhila Brahimi) – se joue de plus en plus sur le web. Il consiste à gérer son e-réputation, maitriser son identité numérique par : – Le monitoring de ce qui se dit sur soi pour protéger son image – L’optimisation de sa présence en ligne pour exercer une influence sur internet (exemple : visibilité accrue sur le marché du travail)
    • Le contrôle de lidentité numérique représente une priorité pour 44% des internautes français, qui évitent de publier des informations privées sur le web ou en limitent laccès. 16% des internautes adoptent une stratégie qui se rapproche du « personal branding » : ainsi, ils se déclarent vigilants quant à ce qu’ils publient sur le web, sans pour autant rechercher l’anonymat. (LH2-ZDNet.fr) Contrôler son identité numérique De nouveaux services permettent d’optimiser sa visibilité (référencement personnel) et déterminer la manière dont on souhaite apparaitre sur internet, par la création de profils sur les réseaux sociaux et par l’agrégation en un lieu (sur des pages personnelles) des informations et contenus personnels que l’on souhaite partager o Valoriser son image sur les réseaux sociaux o Centraliser sa présence en ligneNouveaux profils Facebook ‘Timeline’ :– affichage sous forme chronologique : autobiographie numérique (‘l’histoire de votre vie’) Tiki’mee : galerie personnelle sur le net qui regroupe– réorganisation visuelle (apparition de nombreux services pour tout le contenu que l’on souhaite partager personnaliser son profil)– renforcement du contrôle sur ses publications avec les nouveaux CircleMe, le paramètres de confidentialité meilleur des photos, vidéos et autresProfils Google+ : obligatoirement publics, ils contenusapparaissent en 1ère position sur la requête de des comptesnotre nom et sont intégrés dans Google News d’un individu(‘service d’identité en ligne’) Mais aussi : Timekiwi et Aliaz
    • Monitorer son e-réputationo Surveiller et ‘nettoyer’ sa réputation en ligne De nouveaux services viennent s’ajouter à la palette de solutions de monitoring de l’e-réputation : – Me on the web (Google) : alertes sur ses informations personnelles + explications pour ‘gérer son identité en ligne’ et ‘supprimer du contenu indésirable’ sur l’index du moteur de recherche – Peoplze : découvrir ce que son nom et prénom dévoilent sur sa personne sur Internet, récupérer ses profils publics disséminés sur la toile, modifier ou compléter ses profils – Swiss life : offre d’assurance e-réputation pour particuliers, en cas de diffamation sur internet, de publication de données privées sans consentement ou d’usurpation d’identitéo Outil pour mesurer son influence online et off line De nouveaux outils de scoring social : indicateurs d’influence/d’activité sur les médias sociaux et IRL : – Klout ajoute les checkins Foursquare et les données Google+ pour calculer son Klout Score – Klout-Like : Kred.ly, The Social List, The Reach Score (Circle.me) – Application The Social Life Audit d’Ultimate Vodka : analyse notre vie social offline à partir des données Facebook (Check-in, Photos, Statuts) – Expertise (Foursquare) : intégration d’un compteur aux badges récompensant ses check-in pour valoriser son niveau dexpertise du monde réel (dans différents domaines) – Badgification : collections de badges récompensant ses activités notamment offline (voyages, lieux fréquentés, programmes TV, style vestimentaire…)
    • Micro-communautésLes réseaux sociaux généralistes se dotent de fonctionnalitésde filtres/listes, pour segmenter les contacts en groupesdistincts et mieux contrôler ses publications.En parallèle, se développe la verticalisation des réseauxgénéralistes privés – avec le recentrage autour des cerclesconcentriques proches (familles, amis) et des cerclesaffinitaires (graph des centres d’intérêt) - et professionnels. La recherche d’interactions sociales plus qualitatives - plus authentiques, affinitaires et enrichissantes – et de contrôle sur la gestion de nos réseaux sociaux favorisent le développement des micro- communautés online. Cela se traduit par la segmentation du graph social en multiples groupes (amis, famille, relations professionnelles,…) et par la superposition du graph des centres d’intérêt sur le graph social.
    • Réseaux sociaux généralistes ‘segmentés’ Réseaux numériques de ‘proches’Intégration de fonctionnalités de filtres/listes pour segmenter ses contacts Réseaux sociaux dédiés aux échanges avec les personnes : la famille et lesdans des groupes distincts (famille, amis, collègues…) vrais amis– Smart Friends Lists (Facebook) : Path : deux semaines et demi après sa algorithme maison pour mieux nouvelle version, le réseau social gérer ce que l’on partage et avec qui, mobile basé sur une courte liste de basé sur les comportements et contacts composée uniquement de ses interactions passées avec son réseau proches (max. de 150 personnes) est passé de 10.000 à 300.000– Nouveau bouton ‘Envoyer’ : un ‘Like’ restreint utilisateurs/jour– Katango : algorithme de tri automatique d’amis, avec une application pour Facebook Famicity : réseau social inter- générations, pour communiquer avec– BeKnown : application pour créer un réseau professionnel à partir de ses sa famille et ses amis en toute contacts sur Facebook confidentialité– Des chercheurs de l’INRIA ont développé un algorithme permettant d’identifier automatiquement les différents groupes d’appartenance d’un individu sur les réseaux sociaux Between : réseau social mobile pour le– Google Circles (Google+) : système couple : pour partager et archiver des de classement des contacts pour moments particuliers gérer la visibilité de ce qu’on partage et filtrer son flux d’information– Rachat de Katango par Google OhSoWe : réseau social hyperlocal pour voisins, pour réseauter,– Fridge : réseau social avec système d’organisation des Cercles intuitif : communiquer, partager des biens, aide automatiquement à prévoir ses « Groupes » et les affine en fonction échanger des services des gens que l’on ajoute– Diaspora : le réseau social décentralisé en version Alpha depuis fin 2011, permet également de classer ses contacts par groupe (« aspect ») Vineloop : plateforme de partage de recommandation basée sur les gens de confiance
    • Réseaux d’intérêt Réseaux de semblables Réseaux sociaux qui réunissent des personnes partageant les mêmes Réseaux sociaux pour les personnes partageant la même condition centres d’intérêt o Réseaux sociaux professionnels de nicheo Réseaux sociaux multi-thématiques : Multi-métiers :Hobee : partager ses loisirs Muxi : organisé par métier, pourpréférés avec d’autres partager son expérience, poser despersonnes et suivre les questions, trouver desprincipaux événements collaborateurs et plus globalementassociés échanger avec des personnes travaillant dans le même secteurGen Zone : regroupe les communautés professionnelles et les amateurs d’activitéautour de 24 centres d’intérêt Par secteur : Digikaa (digital),Subjot : suivre les personnes qui abordent les mêmes sujets d’intérêt enviMotion (développement durable), Suplinks (finance), AgrilinkSupyo : discuter par webcam avec des personnes du monde entier ayant (agriculture…)les mêmes passions Mais aussi les "Entrepreneurs", les "Locaux", les "Générationnels", etc.Community (Scoop.it) : partage de contenus avec des communautés o Réseaux sociaux dédiés aux étudiantspartageant les mêmes centres d’intérêts So.cl : dédié à la recherche et à l’étude des comportements sur les réseauxAgora : suggère de rencontrer des personnes partageant les mêmes sociauxcentres d’intérêts, à partir de l’analyse des comptes Foursquare et Twitter Yupeek : réseau social professionnel pour les étudiants et jeunes diplômés(score d’affinité) Communautés de marque o Réseaux sociaux dédiés : Sites communautaires pour les fans de marques Wish you where here (Veuve Clicquot) : Tiwago (Voyage), ArtFinder, Yuuby, Overbooke partager des photos de dégustation du (Art), Zamante, PixRider, ProfilPlayers, Nobunker champagne mais aussi se tenir informer (Sport), Yummy pets (Animaux), Cooknow des évènements de la marque (Cuisine), Linkinbar (Sorties), Jumo (Œuvres caritatives), Carenity (Maladie), mais aussi d’autres réseaux sociaux insolites Connected People (Seat) : mettre en relation, via tchat, visio voire e-mail, Mais aussi verticalisation des sites : des internautes-acheteurs avec des Le Figaro développe son offre de sites thématiques (vin, santé) Le fidèles de la marque Huffington Post renforce ses verticaux avec HuffPost Women, HuffPost Parents, et HuffPost Black Voices, YouTube lance des chaines thématiques Mais aussi : Lego, Little monsters by Lady Gaga, MMA, Toyota, Amazon
    • GamificationLe jeu se joue de moins en moins sur support physique. Il sedématérialise, est de plus en plus mobile mais aussi social.Mais le jeu se joue aussi de plus en plus en ville, grâce audéveloppement des usages du smartphone.De plus en plus de marques/services formulent leur offre etcommunication sous forme de jeux. La pratique de jeu se répand de plus en plus. Le jeu se joue sur de nouveaux supports - sur les réseaux sociaux, le mobile, la tablette, la TV connectée - mais aussi de plus en plus dans la vie réelle (la rue devient un nouveau terrain de jeu). Ses mécanismes s’appliquent à des champs toujours plus variés, notamment sous l’impulsion des marques.
    • Les jeux vidéoso Le jeu vidéo, un loisir de plus en plus prisé…o … par un public toujours plus large…. 63% des Français ont joué à des jeux vidéos en 2011 Les femmes représentent 52% des joueurs et seulement 16,5% des joueurs ont moins de 18 ans (SNJV)o … sur de plus en plus de supports : consoles mais aussi PC, réseaux sociaux, mobiles, tablettes et TV connectées TV connectée : Tablette : La Freebox Revolution 53% jouent à des jeux propose 5 jeux en HD basiques et (Gameloft) 40% à des jeux évolués (OTO Research) L’enquête interactive,o Mais surtout le jeu vidéo est de plus en plus dématérialisé, mobile et social un nouveau format ? Arrivée des Detective Avenue, une enquête Sims sur Facebook Top 10 des applications iPhone policière qui se regarde et se joue sur le web et le téléphone mobile (bilan) Zynga propose son propre réseau social pour jouer et sa monnaie virtuelle La France, 2ème producteur mondial de jeux sociaux sur Facebook
    • Le jeu envahit de plus en plus le quotidien Jeux urbains Jeux marketingo Jeux basés sur la géolocalisation (pour la conquête de quartier) o Jeux « virtu-réels » : des jeux IRL s’appuyant sur les réseaux sociaux et les– Metropoli (ex.Foursquaropoly), Gamorlive, technologies digitales (géolocalisation, RFID, QR codes…) Oust.me, World of Fourcraft – Chasses au trésor : Parc Astérix, Sosh, Nike,– Foursquare lance les city badges Gemey-Maybelline, Duracell, Mercedes– Google Latitude lance son système de Mini Coupé, New Balance, Timberland, Kia, points, Leaderboards Vodafone – Partie de tennis virtuelle dans la rue BNP – Jeux interactifs billboard/mobile McDonald’s, Hyundai – Enquêtes interactives : The escape de Intel, The witness et Je tue un ami 2 de 13ème rue, Mission Braquo de Canal+, Milleniumo Jeux de piste/chasses au trésor : Gemotions, Black Beard o Jeux « pour de vrai »/IRL :o Jeux basés sur les cartes – Braquer une banque comme dans Batman Arkham City (Warner) – Chat/souris de Kia o Advergames sur le web, les réseaux sociaux, les mobiles et tablettes : – Social game Fanta – Advergame en RA Ubisoft – Mais aussi : Red Bull, Bic, Magnum, Leroy Merlin– GTA, GT5 (via une campagne de bannières) et Nissan avec son advergame Qstreet s’invitent dans Google Street View Badgification– Mini lance un advergame qui tilise Google Maps De plus en plus d’offres/services intègrent les mécaniques du jeu, avec deso Chasses au trésor en magasin systèmes de scores, de classement et de plus en plus de bagdes Une semaine après sa mise en ligne Skyrock lance un système de récompense sur l’Appstore, l’application Scanbucks pour ses blogueurs à travers une collection était n°1 des applications gratuites, d’« honneurs » (Worker, Paparazzi…) 50 000 téléchargements et 10 000 produits scannés Mais aussi : le site de voyage Wipolo, Google News, l’application TV Check, le programme de fidélisation de Samsung, l’application de musique Pump It, les Plus d’exemples sites de Social shopping Walldress et Fancy, la campagne de François Bayrou
    • Déconnexion digitaleFace à la multiplication des outils numériques, àl’augmentation du volume d’informations et conversationsqu’ils génèrent mais aussi à la préoccupation croissance de lavie privée sur Internet, le sentiment de « social mediafatigue » et ses manifestations s’accroissent. Face à l’infobésité, à la connectivité permanente, au multitasking et à la difficulté à filtrer ces stimuli et gérer cette hyperactivité, la lassitude et l’overdose numérique s’emparent des individus, qui sont de plus en plus nombreux à s’aménager des temps de « pause numérique » et à en profiter pour se reconnecter « IRL » avec les personnes et les lieux qui les entourent.
    • o Toujours plus de : réseaux sociaux (Google+, réseaux sociaux verticaux), applications mobiles, services de deals, équipements numériques et objets connectés, Recours aux solutions de gestion multi-médias informations, conversations, etc. sociaux (agrégation) et filtres (agrégation, recommandation sociale, personnalisation, micro- o Inquiétude grandissante quant à la maitrise de ses données personnelles : communautés) pour faire face à la surcharge – 44% des internautes sont très vigilants avec la publication des données informationnelle personnelles sur le web (LH2-ZDNet.fr) – La moitié redoute le vol de données numériques (SPB) – 90% des internautes jugent ainsi importante la non conservation de leurs Baisse d’activité sur les sites de réseaux sociaux données personnelles (CDC-Acsel) – 24% des utilisateurs Français affirment y avoir  Sentiment de « social media fatigue » diminué le temps passé (par rapport à 2010) “At the end of each day, we’re simply exhausted. Whether we realize it or not, fatigue – 42% ont des comptes inactifs is an inevitable product of engagement. From Social Network Fatigue to Deals Fatigue (Lightspeed Research) to Follow Fatigue, we are slowly realizing that we are not invincible.” (Brian Solis) Multiplication des expériences de déconnexion temporaires 53 % des Français ont eu « envie de ne pas se connecter à Internet Mouvement du « Shabbat numérique » pendant plusieurs jours ? » (Ifop, fin 2010) "Et vous, vous faites quoi pour déconnecter?" Appel à témoignages Le Monde.fr Jai récupéré un vieux téléphone à clapet, sans Internet, sans applications. Mon taux de stress a rapidement diminué Ne pas se connecter plutôt que davoir besoin de se déconnecter Je nai pas diPhone, jai tué mon compte Facebook, je nai pas diPad. Le week-end, le téléphone reste au fond du sac Deux best-sellers de l’année 2011 aux Etats-Unis symboliques du besoin de déconnexion Pas de compte Facebook Un internaute américain s’est déconnecté pendant trois du monde virtuel Thierry Crouzet raconte dans cet ouvrage sa « cure de désintoxication » après avoir fait uneKeepMeOut : site qui vous permet de réduire overdose de réseauxvotre temps de visite sur certains sites. sociaux et dinternet
    • Et en 2012 ?
    • Estimation de l’équipement digitale en 2012 Ces tendances vont se poursuivre en 2012, grâce au développement croissant de l’équipement numérique et au renforcement des nouvelles pratiques digitales qui vont se consolider et, pour certaines, s’ancrer dans le quotidien ITRgames.com– 55% des Français équipés en smartphone– Présence d’1 million de téléphones équipés de puces NFC d’ici la fin 2012 (L’Association Française du Sans Contact Mobile)– 8% des Français équipés en tablettes– 40% du parc de TV connectables
    • o Internet ATAWAD : nous serons toujours plus équipés en supports connectés, et notamment en tablettes (avec l’arrivée d’offres low cost) et ‘TV connectées’ (avec la pénétration des téléviseurs connectés et surtout le second screen avec, entre autres, la tablette). Les ‘objets connectés’ (hors équipement numérique) s’accroîteront dans les villes et dans les commerces et commenceront à faire leur apparition dans les foyers.o Virtu-réalité : corollaire de la tendance précédente, les interactions entre le online et le offline se feront plus fréquentes et seront notamment portées par les marques qui miseront toujours plus sur la synergie physique/digital pour leur commerce et leurs opérations marketing.o Check-in : la croissance du taux de pénétration du smartphone va favoriser les usages du ‘check-in local’, qui s’enrichira toujours plus de social, de deals et de gaming. Le ‘check-in live’ – partage de ses activités en ligne et hors ligne en temps réel - va se développer de manière importante avec notamment les ‘Social Apps de Facebook’ et la profusion des objets connectés dont la Social TV.o Recommandation sociale : toujours aussi essentielle dans le processus décisionnel, elle continuera de se développer notamment par le biais du ‘check-in live’, qui sera de plus en plus utilisé par les entreprises pour générer des avis de manière ‘indirecte’ et certifier la véracité des avis clients.o Personnalisation : nous profiterons davantage de recommandations personnalisées de contenus et produits et de conseils personnalisés pour mieux gérer notre vie (via les outils de Quantified Self), grâce à l’exploitation de nos données personnelles, qui s’enrichiront avec le développement de l’Internet ATAWAD (numérisation et multiplication des capteurs), du ‘Check-in live’ (permettant l’importation implicite de données) et la croissance du taux de pénétration du smartphone (comme substitut au capteur). L’offre de Quantified Self se développera, portée notamment par la gamification, le cloud et l’initiation de certaines marques.o Bons plans : le contexte économique se prêtera à toujours plus de bonnes affaires. Les deals géolocalisés en temps réel se développeront avec de nouvelles offres mais aussi des commerçants qui proposeront leurs promotions sans intermédiaires. La solidarité étant de mise dans ce contexte, le C to C se développera, d’autant que la consommation collaborative entre de plus en plus dans les habitudes.
    • o Agrégation/Curation : l’explosion et la dispersion des flux de données à gérer (avec la multiplication et verticalisation des réseaux sociaux et sites d’informations, le déploiement des objets connectés et des applications de check-in) favorisera le développement d’offres d’agrégateurs de réseaux sociaux et d’information plus adaptés à la diversification et fragmentation des usages. Les centres d’intérêt seront de plus en plus utilisés comme filtre de recherche.o Personal Branding : la préoccupation croissante de la vie privée sur Internet, la sensibilisation aux risques mais aussi aux opportunités de l’e-réputation (notamment avec le recrutement 2.0) amèneront de plus en plus d’individus à gérer leur identité numérique, d’autant que l’offre de solutions d’e-réputation pour particuliers se développera.o Micro-communautés : la multiplication et verticalisation des réseaux sociaux se poursuivra avec des réseaux sociaux toujours plus ciblés pour nous offrir des relations sociales toujours plus qualitatives, basées de plus en plus sur le graph des centres d’intérêt. Celui-ci sera également utilisé comme filtre de segmentation des contacts par les réseaux sociaux généralistes.o Gamification : alors que 2012 s’annonce comme une année difficile, le jeu sera toujours aussi présent dans nos vies, servant d’échappatoire. Toujours plus dématérialisé (notamment avec le cloud gaming), plus social et mobile, il s’immiscera également toujours autant dans notre quotidien, notamment sous l’impulsion des jeux marketing qui verront leurs formats se renouveler (la chasse au trésor ne sera plus l’apanage du jeu virtu-réel).o Déconnexion digitale : si le recours aux solutions de gestion de réseaux sociaux et de l’information permettra de faire face en partie au sentiment croissant de ‘social media fatigue’, il s’accompagnera de plus en plus de l’aménagement de temps de ‘pause numérique’ pour se ressourcer dans le monde réel. Données, Graph d’intérêt, Temps réel, Connecté seront les maîtres mots des usages digitaux en 2012