Your SlideShare is downloading. ×
Pathologie digitale : enjeux et défis technologiques de demain par Benjamin Stévens | Liege Creative, 21.11.13
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Pathologie digitale : enjeux et défis technologiques de demain par Benjamin Stévens | Liege Creative, 21.11.13

814
views

Published on

La pathologie digitale utilise des échantillons de pathologie traditionnels et les transforme en images numériques à très haute définition. Elle était jusqu’il y a peu faiblement utilisée. …

La pathologie digitale utilise des échantillons de pathologie traditionnels et les transforme en images numériques à très haute définition. Elle était jusqu’il y a peu faiblement utilisée. Aujourd’hui, les innovations technologiques ont radicalement modifié la situation, ouvrant la voie à de nouvelles innovations pour lesquelles il existe de nombreux défis à relever. Dans le cadre de cette rencontre, Benjamin Stévens nous a parlé du projet Cytomine, une plateforme logicielle pour l’exploration, l’annotation et l’analyse automatique de lames virtuelles.

Published in: Health & Medicine

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
814
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Parole d’expert Pathologie digitale : enjeux et défis technologiques de demain Benjamin STEVENS, ULg - GIGA-R : Systèmes et modélisation
  • 2. Avec le soutien de :
  • 3. Cytomine! Pathologie digitale : enjeux et défis technologiques de demain! Le 21 novembre 2013 Benjamin Stévens, Project Manager @ Ulg Contact : about.me/benstevens www.cytomine.be info@cytomine.be
  • 4. Anatomopathologie!
  • 5. Anatomopathologie! •  Processus fondamental remonte au 19ème siècle •  Matériel plus sophistiqué mais l’oeil du pathologiste reste incontournable •  Beaucoup d’étapes manuelles (préparation, labélisation, assurance-qualité)!
  • 6. Du microscope au numérique! Aujourd’hui! 1995! 1980! 1751!
  • 7. Pathologie Digitale! Processus qui consiste à numériser des lames microscopiques afin de les visualiser via un ordinateur d’une façon similaire à celle du microscope! •  •  •  Visualisation à différents niveaux de zoom Navigation dans toutes les directions Focus !
  • 8. Microscope traditionnel! Pathologie Digitale! Requiert un microscope Une lame à la fois Analyse manuelles limitées Stockage laborieux Pas de visualisation à distance Non intégré avec les systèmes d’informations (LIS) Accessibilité (PC, Tablette, …) Plusieurs lames en même temps Algorithmes Archivage & recherche « Anywhere at anytime » Intégré avec les systèmes d’informations (LIS)
  • 9. Freins au changement! Vitesse d’acquisition faible Mauvaise qualité d’image Coût élevé (direct et indirect) Largeur de bande du réseau limitée Solutions locales Pas de format d’images standard! Réticence au changement
  • 10. Et maintenant ?! Temps d’acquisition réduit (1 à 4 min) Bonne qualité d’image, bon focus Coût du hardware en baisse vDSL, fibre optique, 3G/4G Internet, Infrastructures IT Dicom part 145
  • 11. Défis ?! DICOM Standard ? Modifications des processus ANAPATH ? Croissance de budget consacré à l’IT ? Décroissance du coût en logistique ? Centralisation des laboratoires d’anatomopathologie ?!
  • 12. Recherche! « Healthcare »! Education!
  • 13. « Healthcare »! De plus en plus de patients Pénurie de pathologistes Complexité des analyses Logistique!
  • 14. Augmentation des cas! Accroissement de la population Vieillissement de la population Nouvelles techniques de détection Conséquence : Le nombre de cas détectés a doublé de 1980 à maintenant Source: INVS (Institut de veille sanitaire, France)!
  • 15. Vers la pénurie ?! Source: MINISTERE DU TRAVAIL, DE L’EMPLOI ET DE LA SANTE (France) !
  • 16. Complexité des analyses!
  • 17. Logistique!
  • 18. Recherche! De plus en plus de données De multiples sources Besoin de « focus » sur la recherche, pas les problèmes Besoin de précision !
  • 19. Education! De plus en plus d’étudiants Restrictions budgétaires Manque de solution d’apprentissage continu Préparation au contexte professionnel!
  • 20. Comment y répondre ?!
  • 21. « Plateforme logicielle pour l'exploration et l'analyse automatique de lames virtuelles cytohistopathologiques »!
  • 22. Collaboration •  Déployable sur plusieurs hôpitaux ou laboratoires (exemple : CHU + antennes) •  Distribution des images “local” ou “global” (mais accès global !) •  Utilisateurs + droits d’accès + traces •  Accès concurrents possible, suivi à distance (télépathologie)
  • 23. Accessibilité
  • 24. Organisation Gestion des espaces de travail!
  • 25. Annotations, Ontologies, Propriétés Créer votre “biobank”!
  • 26. Intégration Connect APPS - PACS – HIS – LIS - …!
  • 27. Analyse automatique d’images Calcul!
  • 28. Cas d’utilisations
  • 29. Autres applications en cours
  • 30. Merci Systems and Modeling (GIGA-Research / Montefiore Institute): Loïc Rollus, Raphaël Marée, Gilles Louppe, Olivier Stern, Nathalie Jeanray, Vincent Botta, Pierre Geurts, Louis Wehenkel ULB Anapath & LBTD CHU Liège: Didier Cataldo, Natacha Rocks, Fabienne Perin, Christine Fink, Sandrine Bekaert, Myriam Remmelink, Caroline Degand, Isabelle Salmon, Sandrine Rorive, Audrey Voncken, Jessica Aceto, Yoann Curé, Benoist Pruvot, Marc Muller, Natacha Leroi, ... GIGA FEDER, DG06 Wallonie : -  CYTOMINE (2010-2014) Research grant n° 1017072 -  SMASH (2012-2014) First Spin-Off grant n° 1217606

×