Your SlideShare is downloading. ×
Concours de nouvelle la guerre du coeur
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Saving this for later?

Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime - even offline.

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Concours de nouvelle la guerre du coeur

226
views

Published on

Published in: Education

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
226
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. LA GUERRE DU COEUR
  • 2. « L’amour ne commence ni ne finit comme nous le croyons. L’amour est une bataille, l’amour est uneguerre, l’amour grandit. » James Baldwin- Nana…- Mon petit trésor, que fais-tu debout ? Viens dans mes bras.- Nana, je n’arrive pas à dormir.- Oh, mais que sest-il passé ?- J’ai fait un cauchemar.- Allons, allons. Tu es avec moi maintenant, n’aie plus peur.- Nana ? Tu peux me raconter une de tes histoires ?- Une de mes histoires. Voyons. Ah ! Ecoute bien ma petite Sophie, c’est une histoire d’amour : la fabuleuse histoire du soldat « Petit Cœur ». -o-o- Il était une fois, un pays qui convoitait l’Amour. Il déclara donc la guerre et envoya sonarmée en quête du trésor fabuleux dont le pays Amour détient tous les bienfaits. C’est donc ainsi, que lesoldat Petit Cœur fut mobilisé à 18 ans, comme beaucoup de jeunes de son âge. Petit Cœur embrassa ses parents, ses frères et sœurs et quitta avec tristesse ses amis. Mais on luidit que cette guerre, qu’il fallait de toute façon faire, ne durerait pas et qu’il rentrerait vainqueur comme sonpère l’avait été à son âge. Petit Cœur partit donc la fleur au fusil en chantant. -o-o-- Qu’est-ce qu’il chantait Nana ?- « Quand elle me prend dans ses bras Elle me parle tout bas Je vois la vie en rose »- C’est beau Nana.- Oui, n’est-ce pas ? -o-o- On lui avait dit que cela se passerait bien et qu’il n’aurait qu’à obéir aux ordres du Général« Cerveau ». Petit Cœur était confiant. Mais la guerre en Amour n’était pas du tout reposante. Souvent, Petit Cœur fut pris de sueursfroides et ne dormait pas tellement les combats étaient féroces. Car lAmour ne se laisse pas conquérir sifacilement quil le croyait. Il en vit des camarades soldats comme lui tombés au combat. Il en vit même quipleuraient. Oui, les combats étaient féroces. Petit Cœur fut plusieurs fois blessé, des tas de petites écorchures, mais qui faisaient mal. -o-o-
  • 3. - Il avait des bobos, Nana ?- Oh qu’il en avait ce pauvre petit soldat !- Ça fait mal les bobos. Regarde j’en ai un. -o-o- Toutefois, après quelques pansements, le Général Cerveau le renvoyait à l’assaut. Il sedisait « Alea jacta est, on est reparti pour un tour ». -o-o-- Ça veut dire quoi?- Ça veut dire : Les dés sont jetés, ma chère Sophie.- Nana, je ne comprends pas.- Cela ne fait rien, je t’expliquerai quand tu seras devenue une jolie petite adolescente. -o-o- Plusieurs percées furent menées et le soldat Petit Cœur fit acte de grande bravoure. Saufque le régiment de Petit Cœur perdait beaucoup de soldats dans les batailles. Les mois passaient. Lhiver était froid et Petit Cœur pensait à sa famille et à la chaleur de sonfoyer. Il écrivait à ses parents et recevait au début une réponse qui lenveloppait dune immense chaleur etlui donnait la force de continuer à se battre. Il avait hâte que cette guerre finisse. Mais la guerre dura et une année passa. Puis deux. Puis dix. Et à chaque bataille le régimentperdait beaucoup de soldats. Mais Petit Cœur continuait en silence à mener cette guerre, qui d’après lesdires du Général mènerait à la victoire. Il trouvait le temps long. Il ne recevait plus de réponse. Il était dans sa tranchée et il avaitpeur. À chaque assaut il fallait avancer. Cours Petit Cœur ! Cours ! Et Petit Cœur courait et était souvent touché, blessé légèrement et renvoyé aussitôt au front. Et laguerre, les batailles continuaient. Ce n’était qu’un cercle vicieux. Il en avait fait toutes des batailles. Celle de lindifférence. Celle du «Rendez vous qui neviendra pas ». Celle aussi du « Cest ton camarade que jaime ». Et celle «De la fausse excuse ». Celle du« Je taime bien, mais je taime pas ». Toutes ces batailles.... Il les avait toutes faites le soldat Petit Cœur.Oui, toutes, parce quil était en première ligne à chaque fois. Et jamais une médaille. Parfois, quelquesfélicitations, mais même pas un petit galon... non rien. Les palmes du mérite et les étoiles, cest fait pour lesofficiers, pas pour les soldats... Encore dix ans passèrent. Un jour, Petit Cœur se retourna et vit quil était tout seul ! Il pritpeur. Que devait-il faire? Retourner en arrière ? Non, il fallait avancer, il navait pas reçu lordre de reculer.Alors en bon soldat, il continua son chemin. Il navait plus que quelques cartouches et les gens leregardaient bizarrement et avaient peur quand ils le voyaient passer dans son uniforme sale et tout mité. Ilnavait plus fière allure comme le premier jour où il avait défilé sur lavenue « des dix-huit ans ». Cétait finice temps-là.
  • 4. Petit Cœur survivait tant bien que mal. Il nétait certainement pas le seul à se trouver dansce pays de lAmour ? Non, le reste de larmée nétait certainement pas très loin et le rejoindrait très bientôt.Et un jour... il vit une forteresse avec les portes grandes ouvertes ! Une lumière brillait ! Cétaitcertainement là que lAmour cachait son secret ! Il fallait aller le chercher pour que cette guerre cesse enfin!Petit Cœur restait prudent. Il fallait avancer prudemment. Avancer. Coucher. Viser. Regarder à droite àgauche ! Personne ! Pas un soldat pour garder la porte de cette forteresse ! Petit Cœur se voyait déjà reçuen héros dans son pays lorsquil rentrerait avec le trophée ! Il était arrivé aux portes où la lumière brillait, brillait... quand tout à coup ! Assise au milieu de la forteresse, il vit la plus belle des jeunes filles. Elle portait une longue robeblanche et avait les pieds nus. Les rayons qui passaient à travers le mur effondré se reflétaient sur sonvisage presque parfait. Il ne pouvait pas détacher ses yeux d’elle. Pendant ses années de guerre, il n’avaitjamais rencontré une telle beauté. Il était amoureux. Il recula doucement pour se cacher derrière un rocher dans la crainte de la surprendre. Ils’assit et observa, comme un bon soldat guettant l’ennemi. Mais il entendit soudain une chanson qui luiparut familière. -o-o-- C’était laquelle Nana ?- « Quand il me prend dans ses bras Il me parle tout bas Je vois la vie en rose »- Mais c’est la même qu’a chanté Petit Cœur avant de partir à la guerre ?- Bravo ma Sophie, tu as une mémoire impeccable. (Sophie fit un grand sourire)- Qu’est-ce qu’il se passe ensuite ?- Ah, il faut écouter jusquà la fin.- Mais Nana, je veux savoir. Est-ce qu’elle va tomber amoureuse du Petit Cœur ?- Oh, la petite veut déjà savoir la fin ?- Oui !- Non, tu voulais que je te raconte une histoire Sophie. Il faut écouter du début à la fin.(En chuchotant) Mais tu as raison, ils vont tomber amoureux l’un de l’autre. Chut… -o-o- Il se leva sans même en être conscient : il n’avait plus aucun contrôle sur son corps. Cettevoix l’hypnotisait tant qu’il fut emporté par la mélodie. A sa grande surprise la fillette n’avait pas peur. Aucontraire, elle s’approchait petit à petit vers lui. Face à face, ils se regardaient. Mais, un coup de canoninterrompit ce moment intime. La fillette recula pour quitter la forteresse, laissant Petit Cœur dans sarêverie. Il ne savait pas quoi faire. Courir après cette demoiselle ou continuer sa quête ? Ce dilemme lefrustrait. Il n’en pouvait plus de la guerre, cela était clair. Donc, il prit une grande respiration et se dit « Aleajacta est. Je vais arrêter la guerre, et retrouver cette demoiselle ». Il se mit en route. Ce n’était pas évident de la retrouver. Elle se cachait et ne voulait pas se faire voir. Avait-ilpris la bonne décision ? Il voulait juste que la guerre s’arrête pour qu’il puisse enfin vivre sa vie.
  • 5. Comme par pur hasard, il l’a revit un soir. Elle contemplait le ciel et les étoiles. Ils’approcha d’elle. Sachant que quelqu’un était là, elle lui dit :« C’est merveilleux le ciel le soir. Seule la lumière des étoiles éclaire notre chemin. Qu’en pensez-vous ?- Les étoiles parmi les étoiles ne donnent que peu de lumière et pas davantage de chaleur. Vous n’avez pas froid, mademoiselle ?- Au contraire, Monsieur. La fraicheur du temps, de l’air donne cette impression de mystère. Le tout créant ainsi un monde inconnu. Votre voix me dit quelque chose. Etes-vous bien le jeune homme que j’ai rencontré dans la forteresse, il y a quelque temps ?- Savez-vous que depuis ce jour, je n’arrête pas de penser à la prochaine fois que je vous verrai ?- Vous me flattez fort bien. Quel est votre nom ?- Je me nomme Petit Cœur, mademoiselle. » Ils conversèrent jusquà l’aube de diverses choses de la vie. Petit Cœur proposa de larevoir, elle accepta. Ils vécurent plein de belles histoires. Le mariage ne tarda pas et ce fut la fin de laguerre pour Petit Cœur. Il avait enfin trouvé la paix et la sérénité. -o-o-- L’histoire se termine là mon ange.(Sophie baillait, la grand-mère la raccompagna dans sa chambre. Elle l’embrassa sur le front et retournadans sa chambre. Elle se dirigea vers une photo encadrée sur sa table de nuit)« J’ai raconté notre histoire à la petite ce soir. Oh que tu me manques mon Petit Cœur. J’attends juste lemoment de te revoir. Tu es parti trop tôt. »(Sur ce, elle reposa sa tête sur son oreiller et s’endormit. Elle se retrouva à la forteresse au moment où ellerencontra pour la première fois Petit Cœur.)