Ecolo, le parti politique le plus crédible, l'étude

  • 475 views
Uploaded on

«Les partis politiques manquent de crédibilité», selon Whyte, une agence de conseil en communication. «Les partis verts et la N-VA semblent cependant les plus crédibles» …

«Les partis politiques manquent de crédibilité», selon Whyte, une agence de conseil en communication. «Les partis verts et la N-VA semblent cependant les plus crédibles»

More in: News & Politics
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
475
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
3
Comments
0
Likes
1

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. communiqué de presseLes partis politiques manquent de crédibilitéLes partis verts et la N-VA semblentcependant les plus crédiblesBruxelles, le 5 novembre 2012 – Un sondage auprès de 1.000 Belges, réalisé avant les élections du 14octobre, montre que les partis politiques souffrent d’un manque de crédibilité dans notre pays. Enoutre, des différences importantes en termes de crédibilité se marquent entre les partis. Du côtéfrancophone, c’est Ecolo qui réalise le meilleur score : 37,35 % des personnes interrogées considèrentle parti écologiste comme crédible1. Suivent ensuite les partis traditionnels qui se tiennent dans unmouchoir de poche. Les partis présentant le moins de crédibilité sont les partis très marquésidéologiquement comme le FDF à droite ou le PTB, à gauche. Du côté néerlandophone, ce sont la N-VAet Groen qui se placent en tête du peloton.Ecolo est, de loin, le parti le plus crédible aux yeux des francophones. En termes de pourcentage, ildépasse même la N-VA qui, dans ce même sondage, récolte un résultat de 37,1 %. Il est intéressant denoter que du côté néerlandophone, Groen réalise également un beau score avec 29,9 %. Les partisécologistes semblent donc être parmi les plus crédibles, tant au niveau francophone que flamand.Les partis traditionnels francophones ne dépassent pas la barre des 30 % et présentent des résultats trèsproches ; dans l’ordre : cdH – 29,69 %, PS – 29,41 % et MR – 28,14 %. Enfin, les partis tels que le FDF etle PTB arrivent en fin de course. Le FDF est crédible pour 19,08 % des francophones et le PTB pour14,36 %.Qui dit crédible, dit élu ?La composition du trio de tête – les deux partis écologistes et la N-VA – conduit aux conclusionssuivantes :  La crédibilité n’est l’apanage ni de la gauche ni de la droite  La crédibilité ne va pas automatiquement de pair avec popularité et n’est pas synonyme de victoire électorale. La crédibilité des partis écologistes est plus haute que les intentions de vote. Il en va de même pour le PTB qui présente une crédibilité – bien que parmi les plus basses – nettement supérieure aux intentions de vote.1 Pourcentage des personnes interrogées qui ont répondu “assez crédible” ou “ tout à fait crédible” à la question : « Parmi les groupes suivantsen Belgique, quelle est selon vous la source d’information la plus crédible? Laquelle aura le plus tendance à dire la vérité? ».
  • 2.  Etre au pouvoir n’est pas gage de forte crédibilité. Des partis avec une ligne politique claire et des thèmes de communication récurrents et ciblés sont perçus comme plus crédibles par rapport à leur poids électoral réel ; c’est typiquement le cas des partis écologistes mais également du PTB.Analyse : quelles leçons en tirer pour les partis ? Pour le parti Ecolo, les résultats démontrent qu’ils sont perçus comme les plus crédibles lorsqu’ils s’expriment sur un sujet. Leur crédibilité est de loin plus élevée que les intentions de vote ou les résultats des dernières élections, quel que soit le niveau. Bien qu’étant (ou ayant été) présent dans plusieurs coalitions, ce parti garde une position de challenger auquel on semble accorder plus de crédibilité. Les événements post-14 octobre semblent cependant avoir quelque peu écorné l’image d’un parti avec des convictions claires et un peu hors de la mêlée. Il sera intéressant de voir comment ceci peut influencer leur crédibilité à l’avenir. Bien que les 3 partis traditionnels présentent des résultats serrés, c’est le cdH qui arrive en tête face au PS et au MR en termes de crédibilité. Dans la pratique, le cdH est pourtant toujours le 3ème voire le 4ème parti à la sortie des urnes. Il est probable que l’attitude du cdH souvent décrite par la presse comme ferme lors des négociations sur la formation du Gouvernement fédéral, ait donné une image de conviction plus forte au cdH. Le PS semble avoir une crédibilité proche de ses résultats électoraux. C’est probablement dû à une stratégie politique stable avec des thèmes connus et des personnalités politiques installées. N’ayant pas de recul, ce sondage étant le premier du genre, nous ne pouvons quantifier à ce stade l’impact négatif des affaires qui ont entaché le PS il y a quelques années ou à contrario, l’éventuelle influence positive d’un Premier Ministre PS sur la crédibilité du parti. Le MR est le dernier des partis traditionnels en termes de crédibilité. Bien que ce score reste proche des intentions de vote ou des résultats électoraux, il pose la question de la place du MR sur l’échiquier politique. Le changement de présidence a certes rajeuni et redynamisé le parti, celui-ci reste pourtant trop à gauche ou pas assez à droite pour certains, laissant ainsi une place vide à la droite du MR. Ce manque de prise de position parfois plus radicale pourrait expliquer que le MR ne soit pas perçu comme plus crédible. Suite à la scission avec le MR, le FDF a repris son destin en mains. En Belgique francophone, il semble que les partis très marqués idéologiquement comme le FDF, réalisent les moins bons scores en termes de crédibilité. Cependant, comparés aux intentions de vote, ces résultats restent dans la même lignée. Enfin, le PTB, bien que dernier en termes de crédibilité, présente une crédibilité plus importante que ses scores électoraux ou intentions de vote. Loin d’être un réel concurrent pour le PS au 2
  • 3. niveau régional, ce dernier doit néanmoins tenir compte du PTB. En effet, ses prises de position pourraient influencer indirectement le PS et sa ligne politique.Et du côté néerlandophone ?Sans réelle surprise, la N-VA s’affiche comme le grand champion de la crédibilité chez nos voisins, avecun score de 37,1 %. Le premier parti à s’en approcher est Groen avec 29,9 %. Suivent alors les autrespartis : le CD&V avec 24,0 %, le sp.a avec 20,4 %, le parti d’extrême-gauche, PVDA, avec 23,1 %, leVlaams Belang avec 21,1 % et pour finir l’Open Vld avec 15,3 %.Contrairement aux partis traditionnels francophones, les résultats sont ici plus éclatés, avec un scoreremarquablement bas pour l’Open Vld qui se place après deux partis extrêmes que sont le PVDA et leVlaams Belang. 3
  • 4. A propos de ce sondageLe sondage a été réalisé à la demande de Whyte Corporate Affairs par GfK Significant auprès de 1007personnes (579 néerlandophones et 428 francophones) âgées de 18 et 75 ans, réparties selon de quotasentre genre, âge, région et classe sociale. Il s’est déroulé entre le 12 et le 24 septembre 2012. La marged’erreur est de +/- 2,5 %.Les répondants francophones ont été interrogés quant à la crédibilité qu’ils accordent aux partisfrancophones. Il en va de même pour les néerlandophones qui n’étaient concernés que par les partisflamands. Les résultats présentés dans ce communiqué de presse font partie d’une plus large enquêteconcernant la crédibilité et l’influence des divers stakeholders du paysage socio-économique belge. Lesrésultats complets seront présentés le 20 novembre 2012.Vous trouverez ci-dessous les données explicitées dans ce communiqué de presse : 4
  • 5. A propos de Whyte Corporate AffairsWhyte Corporate Affairs SA est une agence de conseil en communication belge et indépendante,spécialisée dans la gestion de la réputation et la défense d’intérêts. Il s’agit de l’un des acteurs les plusimportants du marché belge du conseil en communication, plus particulièrement en matière decommunication corporate, d’affaires publiques, de communication sensible et de crise.Whyte Corporate Affairs a été fondée le 1er septembre 2008 par 4 associés : Sandrine Agie, Joris Bulteel,Eveline De Ridder et Emmanuel Goedseels. L’agence compte actuellement une vingtaine collaborateursdisposant chacun d’une expertise spécifique.Whyte Corporate Affairs a été élue « Best Benelux Consultancy of the Year 2012 » pour le HolmesReport, après avoir gagné en 2011 le titre de « Newcomer Agency of the Year » par les EuropeanExcellence Awards.Contact presseSandrine Agie | SA@whyte.be | T +32 2 738 06 24 | M +32 475 71 67 71 | www.whyte.be 5