Your SlideShare is downloading. ×
Nr audit financier advolis 8 juillet 2014
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Nr audit financier advolis 8 juillet 2014

59,278
views

Published on


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
59,278
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
15
Actions
Shares
0
Downloads
35
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Paris, le 8 juillet 2014 ADVOLIS Synthèse des conclusions de l’audit sur la situation financière de l’UMP Le Cabinet Advolis, conformément à la mission qui lui a été confiée par la direction du Parti, le 17 juin 2014, a réalisé un audit relatif à la situation financière de l’UMP. Ses travaux, qui se sont déroulés du 17 juin au 4 juillet, ont porté d’une part sur l’analyse de la situation financière actuelle, et d’autre part sur les projections de trésorerie pour la période 2014 – 2017. L’analyse des recettes et des dépenses sur les exercices antérieurs n’entrait pas dans le cadre de sa mission. A fin 2013, les comptes d’ensemble de l’UMP font apparaître une dette financière de l’ordre de 40 M€, pour ce qui relève essentiellement du financement des pertes sur les exercices antérieurs hors l’acquisition de l’immeuble de la rue de Vaugirard. En intégrant la dette issue de l’acquisition immobilière, la dette financière se situe à hauteur de 79,1 M€. Les fonds propres sont négatifs à hauteur de 40 M€. La situation de trésorerie de l’instance nationale, positive à fin juin 2014, devrait lui permettre d’éviter de recourir à des facilités de trésorerie sur l’exercice en cours. Sur la base de cette analyse de la situation financière de l’UMP, les projections s’appuient sur une hypothèse où les perspectives de recettes (adhésions, dons) demeurent incertaines. Dans le cadre du scénario qui a été dégagé, il apparaît que l’UMP devrait disposer, à horizon 2017, de moyens réajustés pour son action politique, et sera ainsi en mesure de faire face à son calendrier politique sur la période. Toutefois, cela suppose d’une part la renégociation des échéances bancaires de 2017 et d’autre part un pilotage resserré des dépenses du Parti : si les dépenses du siège – masse salariale comprise – sont maintenues à un niveau annuel de 15 M€, en diminution de 20% par rapport à 2013 ; les dépenses consacrées spécifiquement à l’animation politique ne devront pas excéder 19 M€ sur la période. Sous ces hypothèses, la dette financière à fin 2017 restera élevée, à 55 M€, mais marquera toutefois un début de désendettement du Parti. A noter que la cession de l’immobilier, si elle devrait permettre un désendettement complémentaire, ne serait pas contributive en trésorerie.