Your SlideShare is downloading. ×
Extraits de l'ouvrage de Sebastien Henry
Extraits de l'ouvrage de Sebastien Henry
Extraits de l'ouvrage de Sebastien Henry
Extraits de l'ouvrage de Sebastien Henry
Extraits de l'ouvrage de Sebastien Henry
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Extraits de l'ouvrage de Sebastien Henry

310

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
310
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. 18  CEs décideurs qui méditent et s’engagent et The Mindfulness Revolution1 , mal­­heu­­reu­­se­­ment non tra­­duits en fran­­çais. Ce cha­­pitre met l’accent sur la dif­­fu­­sion de la médi­­ta­­tion dans les entre­­prises, les uni­­ver­­si­­tés, les écoles de commerce et le monde poli­­tique. La médi­­ta­­tion dans les entre­­prises Google a lancé en 2012 un signal fort, avec la publi­­ca­­tion par Chade-Meng Tan de son livre Search Inside Yourself 2 . Combi­­ nant le souci du concret et un grand sens de l’humour, cet ingé­ ­nieur décrit son propre par­­cours au sein de Google, ainsi que le pro­­gramme qu’il y a monté en 2006 après avoir rejoint l’équipe des RH. Ce pro­­gramme, qui donne son titre au livre, invite les col­­la­­bo­­ra­­teurs de Google à déve­­lop­­per leur intel­­li­­gence émo­­ tion­­nelle et fait une large place à la pra­­tique de la médi­­ta­­tion. Déve­­loppé par Meng avec le sou­­tien de dif­­fé­­rents experts comme Mi­ramai Bush (mindfulness) et Dan Goleman (intel­­li­­ gence émo­­tion­­nelle), il est opt-­in, c’est-­à-dire que seuls les col­­ la­­bo­­ra­­teurs qui le sou­­haitent y par­­ti­­cipent. Dans ses exer­­cices, Cheng par­­vient adroi­­te­­ment à combi­­ner la pro­­fon­­deur des ensei­­gne­­ments de maîtres de sagesse (comme la pra­­tique de Tong Len, une forme de déve­­lop­­pe­­ment de la compas­­sion issue du boud­­dhisme tibé­­tain) avec une prise en compte concrète 1.  The Mindfulness Revolution  : Leading Psychologists, Scientists, Artists, and Meditation Teachers on the Power of Mindfulness in Daily Life, sous la direc­­ tion de Barry Boyce, Shambala Editions, 2011. 2.  Search Inside Yourself: : The Unexpected Path to Achieving Success, Happiness (and World Peace) de Chade-­Meng Tan. Traduit en fran­­çais sous le titre : Connectez-­vous à vous-­même : une nou­­velle voie vers le suc­­cès, le bon­­heur (et la paix dans le monde), Belfond, 2014.
  • 2. Plus qu’un effet de mode…   19 ©Dunod–Toutereproductionnonautoriséeestundélit. des béné­­fices pour les col­­la­­bo­­ra­­teurs et pour l’entre­­prise (créa­­ ti­­vité et pro­­duc­­ti­­vité, notam­­ment).1 Il s’agit là d’un tour­­nant, pour plu­­sieurs rai­­sons. C’est – à ma connais­­sance – la pre­­mière fois qu’une entre­­prise aussi pres­­ti­­gieuse, qui conti­­nue de domi­­ner le clas­­se­­ment éta­­bli par For­­tune des « Best companies to work for »,2 intègre de façon expli­­cite les notions de médi­­ta­­tion et pra­­tique contem­­pla­­tive dans son cur­­sus de for­­ma­­tion, ainsi que d’autres termes peu communs en entre­­prise comme compas­­sion, paix inté­­rieure et joie. Aupa­­ra­­vant, ces mots étaient peu employés et la pra­­tique de la médi­­ta­­tion, quand elle était pré­­sente dans les plans de for­­ ma­­tion, était relé­­guée aux pro­­grammes de ges­­tion du stress, par­­fois sous d’autres noms. Cette pru­­dence était cer­­tai­­ne­­ment une étape néces­­saire, mais rédui­­sait la médi­­ta­­tion à une tech­­ nique de ges­­tion de stress. Il serait ten­­tant d’écar­­ter l’exemple de Google comme peu repré­­sen­­ta­­tif, cette entre­­prise ayant déve­­loppé une culture très par­­ti­­cu­­lière. Pour­­tant Google n’est pas un cas isolé, beau­­coup d’autres ini­­tiatives inté­­res­­santes indiquent que la pra­­tique de la médi­­ta­­tion se déve­­loppe en entre­­prise. Des diri­­geants n’hésitent plus à en recom­­man­­der la pra­­tique dans une perspec­­tive de déve­­lop­­pe­­ment du lea­­der­­ship. Bill George, par exemple, qui a été PDG de Medtronics pen­­dant 1.  Créa­­ti­­vité et pro­­duc­­ti­­vité figu­­raient dans le sous-­titre de la pre­­mière édi­­ tion (« Increase Productivity, Creativity and Happiness ») mais ont dis­­paru depuis. Les béné­­fices du pro­­gramme pour les col­­la­­bo­­ra­­teurs et l’entre­­prise res­­tent tou­­te­­fois une pré­­oc­­cu­­pa­­tion constante dans le livre. 2.  Pour le clas­­se­­ment 2013, voir http://money.cnn.com/maga­­zines/for­­tune/best-­ companies/.
  • 3. 20  CEs décideurs qui méditent et s’engagent dix ans avec des résul­­tats spec­­ta­­cu­­laires1 et qui est main­­te­­nant pro­­fes­­seur de lea­­der­­ship à la Harvard Busi­­ness School, a récem­ ­ment écrit un article inti­­tulé « Mindful Lea­­der­­ship : la compas­ ­sion, la contem­­pla­­tion et la médi­­ta­­tion contri­­buent à for­­mer des lea­­ders effi­­caces » dans la European Financial Review (une revue qui n’est pro­­ba­­ble­­ment pas la lec­­ture favo­­rite des hip­­pies contem­­po­­rains !)2 . Plus géné­­ra­­le­­ment, il devient cou­­rant, notam­­ment dans la presse anglo-­saxonne, que des diri­­geants s’expriment sur leur pra­­tique. Récem­­ment, Ray Dalio, fon­­da­­teur de Bridgewater, un des plus grands fonds d’inves­­tis­­se­­ment du monde, et Lord Myners, ancien pré­­sident de Marks and Spen­­cer, ont accepté d’être cités dans un article sur la médi­­ta­­tion du Financial Times3 . La liste des entre­­prises qui ont intro­­duit la médi­­ta­­tion dans leurs pro­­grammes de for­­ma­­tion s’agran­­dit régu­­liè­­re­­ment. En France, la presse en donne de plus en plus d’exemples. Mal­­heu­­ reu­­se­­ment, peu de détails sont four­­nis sur les pro­­grammes en ques­­tion (métho­­do­­logie, durée, busi­­ness units concer­­nées, etc.) et cer­­tains mana­­gers ou diri­­geants au sein même de ces entre­­ prises n’en ont pas entendu par­­ler. Cela ne signi­­fie pas néces­­sai­­ re­­ment que les sources de ces articles ne sont pas fiables : il est pos­­sible par exemple que la médi­­ta­­tion ait été intro­­duite par un 1.  Medtronics a mul­­ti­­plié son chiffre d’affaires par 5 entre 2001 et 2011, la période ou B. George était PDG, pas­­sant de 1 milliard de dol­­lars à 5,6 milliards. Sa capi­­ta­­li­­sa­­tion bour­­sière est pas­­sée de 3,6 à 60 milliards de dol­­ lars. Source : Authentic Lea­­der­­ship : Rediscovering the Secrets to Creating Las­­ ting Value, Bill George, Jossey-­Bass, 2003, loca­­tion 2068-2072. 2.  Bill George, Mindful Lea­­der­­ship : Compas­­sion, contem­­pla­­tion and meditation develop effec­­tive lea­­ders, European Financial Review, 16 octobre 2010. 3.  John Paul Rathbone, « Zen and the Art of Mana­­ge­­ment », Financial Times, 16 sep­­tembre 2013.
  • 4. Plus qu’un effet de mode…   21 ©Dunod–Toutereproductionnonautoriséeestundélit. mana­­ger dans une busi­­ness unit dans un pays par­­ti­­cu­­lier sans concer­­ta­­tion ou vali­­da­­tion par les équipes du siège (cer­­taines entre­­prises laissent beau­­coup d’indé­­pen­­dance à leurs mana­­gers pour la mise en place de pro­­grammes de for­­ma­­tion). Dans ce livre, les expé­­riences pré­­sen­­tées ont fait l’objet d’entre­­tiens soit avec des concep­­teurs du pro­­gramme, soit avec des par­­ti­­cipants. Deux exemples venant de Scandinavie (Carlsberg et IF Insurance, la plus grande société d’assu­­rance de Scandinavie) sont par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment inté­­res­­sants, pour plu­­ sieurs rai­­sons : ces entre­­prises ont impli­­qué un nombre impor­­tant de col­­la­­–– bo­­ra­­teurs (166 col­­la­­bo­­ra­­teurs du dépar­­te­­ment IT dans le pre­­mier cas, 35 mana­­gers du département Indus­­trie dans le second), par groupes de 10 ou 15, sur une base entiè­­re­­ment volon­­taire ; les pro­­grammes, cen­­trés sur la pra­­tique de la–– mindfulness, se sont dérou­­lés sur 3 mois envi­­ron, à rai­­son d’une courte ses­­sion par semaine ; ils ont été éva­­lués de façon indé­­pen­­dante–– 1 . Une telle rigueur reste assez rare, la plu­­part des initiatives consis­­tant à intro­­duire de courts modules de médi­­ta­­tion dans des pro­­grammes plus géné­­raux, sans suivi ni éva­­lua­­tion.Tou­­te­ ­fois, c’est déjà une avan­­cée consi­­dé­­rable au regard du passé. 1.  Res­­pec­­ti­­ve­­ment par le pro­­fes­­seur Jochen Reb de Cambridge University Busi­­ness School, et par Health Group, un consul­­tant indé­­pen­­dant. Pour plus de détails sur ces deux pro­­grammes, voir http://www.potentialproject. com/corporate-­based-mindfulness-training/showcases.html. Un autre pro­­ gramme qui a une solide répu­­ta­­tion est celui qui est conduit depuis plu­­ sieurs années chez Genentech, bap­­tisé Personal Excel­­lence Program (PEP). Je n’ai pas mené de recherche appro­­fon­­die sur ce pro­­gramme mais des détails peuvent être trou­­vés sur ce blog de la Harvard Busi­­ness Review : http://blogs.hbr.org/2011/12/developing-­mindful-leaders/.
  • 5. 22  CEs décideurs qui méditent et s’engagent Si les entre­­prises dans les­­quelles de tels déve­­lop­­pe­­ments ne sont pas du tout envi­­sa­­gés (et dans les­­quelles il serait même mal­­venu de les sug­­gé­­rer) sont bien sûr majo­­ri­­taires, il est pos­­ sible de voir ces quelques exemples comme les pré­­mices d’un chan­­ge­­ment que d’autres s’apprêtent à suivre ; d’autant plus que les écoles for­­mant les déci­­deurs en entre­­prise font elles aussi une place gran­­dis­­sante à la pra­­tique de la médi­­ta­­tion. La médi­­ta­­tion dans l’ensei­­gne­­ment supé­­rieur « Nous sommes au début du déve­­lop­­pe­­ment d’un nou­­veau champ uni­­ver­­si­­taire majeur, qui va poten­­tiel­­le­­ment chan­­ger signi­­fi­­ca­­ti­­ve­­ment l’ensei­­gne­­ment supé­­rieur en Amérique du Nord. Il nous invite à repen­­ser en pro­­fon­­deur ce qu’“ensei­­gne­­ment supé­­rieur” veut dire. » Harold Roth Fon­­da­­teur, Contem­­pla­­tive Studies Ini­­tiative, Brown University, USA1 La médi­­ta­­tion et la mindfulness font de plus en plus l’objet de recherches uni­­ver­­si­­taires. Le nombre d’études publiées sur ces thèmes, qui oscil­­lait entre 5 et 20 par an dans la décen­­nie 1990, atteint main­­te­­nant plus de 300 par an (et un record de 470 en 2012).2 Le nombre d’études asso­­ciant médi­­ta­­tion et lea­­der­­ship reste toutefois limité. Paral­­lè­­le­­ment, de plus en plus d’éta­­blis­­se­­ments de l’ensei­­ gne­­ment supé­­rieur accordent une place à la médi­­ta­­tion dans leurs cur­­sus, soit sous la forme de modules courts qui pro­­ 1.  Cité dans Mindfulness revolution, op. cit., loca­­tion 4319. 2.  D.S. Black (2013), Mindfulness Research Guide, www.mindful-­experience.org.

×