Cp ambition survey 281112 vf

247
-1

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
247
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Cp ambition survey 281112 vf

  1. 1. Date novembre 2012Objet Résultats de l’étude BDO « Ambition Survey » 2012La Chine, les Etats-Unis et le Brésil dans le Top 3 des investissements étrangers selon 1000 directeurs financiers internationaux Les DAF redessinent la carte des "pays à risque"Dans quelle région du monde investir ? Dans un marché globalisé, mais en proie une criseéconomique et financière sporadique depuis 2007, l’étude BDO Ambition Survey fait le pointauprès de plus de 1000 directeurs financiers de PME et de grands comptes.Les directeurs financiers misent dorénavant sur des marchés "refuges"Selon létude, les directeurs financiers envisagent majoritairement (66%) avec une certaineprudence le développement international de leur entreprise, préférant miser sur desmarchés "refuges" tels que les BRIC, les Etats-Unis, le Royaume-Uni ou lAllemagne . Perçuscomme des marchés d’investissements désormais matures, les BRIC connaissent un véritableboom en termes dinvestissement. Près de la moitié (45%) des DAF investit ou prévoitdinvestir dans ces marchés, contre moins dun tiers (29%) en 2011. Le ralentissementéconomique mondial (78%), la crise financière de la zone euro (64%) et la probabilité dunerécession à "double creux" (59%) sont les principaux facteurs pour lesquels les directeursfinanciers sont davantage prudents qu’il y a un an.Létude révèle également une appétence au risque variant considérablement dun pays àlautre. Les directeurs financiers en Russie, en Chine et au Japon sont les plussusceptibles de parier sur la croissance. Près de deux tiers des entreprises russes (60%) etprès de la moitié des répondants chinois et japonais (respectivement 46% et 44%) sont prêts àprendre des risques importants, contre 3 sur 10 seulement pour les directeurs financiers auBrésil ou en France. Parmi ces pays, lequel considérez-vous comme étant le plus risqué pour investir ?
  2. 2. Limpact de la crise de la zone euroTraditionnellement considérée comme un investissement sûr, lEurope du Sud estaujourdhui perçue comme une destination aussi risquée que le Moyen-Orient. LEspagneest dailleurs vue comme étant plus risquée que lEgypte, et la Grèce plus risqué que laLibye et la Syrie.La crise de la zone euro est l’un des principaux facteurs qui explique cette frilosité desdirecteurs financiers. 44% dentre eux considèrent, en effet, quelle a eu un véritable impactsur leur projet de développement à létranger (42% pour les DAF en France). LEspagne (18%),la Grèce (18%) et lItalie (14%) étant perçus comme les destinations les moins attrayantes entermes dinvestissement.Cette crise a également eu un impact pour les entreprises chinoises et brésiliennes sur leurchoix dinvestissement.Au baromètre « BDO Global Market Opportunity » qui mesure le potentiel d’opportunitésà 3 ans des différents pays, la Chine, les Etats-Unis et le Brésil dominent le classementLa Chine reste la destination numéro un des investissements, dominant le classement pour latroisième année consécutive. 69% des répondants citent la taille du marché de la Chinecomme un avantage et 39% le coût du travail peu élevé. LAllemagne a disparu du top 3 auprofit du Brésil et de lInde.Malgré les difficultés rencontrées, les directeurs financiers ont vu une augmentation moyennede 9% du chiffre daffaires international de leur entreprise au cours de la dernière année. Lesentreprises indiennes et russes sont celles qui ont réalisé les plus belles performances, avecrespectivement une augmentation de 18% et 17% du chiffre daffaire réalisé à létranger,contre 6% seulement pour les entreprises françaises.Il est important de noter que les pays considérés à fort potentiel « investisseur » ne sont pasnécessairement ceux dans lesquels les entreprises investissent. LAfrique du Sud, lArabieSaoudite et la France sont en effet dans le top 5 des pays investisseurs (sur la base du nombrede marchés sur lesquels ils investissent), mais ne font pas partie des pays les plus attractifsdans lesquels investir. Ce baromètre est basé sur les déclarations d’intention des directeurs financiers concernant leurs projets de
  3. 3. développement à l’international dans les 3 ans à venir et sur le nombre de citations recueillies par chaque pays (moyenne fixée à 100).Les trois facteurs décisifs pour choisir un terrain d’expansion : • La taille du marché, • Les infrastructures et compétences locales, • L’accès à de nouveaux clientsLes trois principaux freins au développement international : • Le cours de devises • Les risques géopolitiques • Trouver les bonnes compétences locales « Dans un contexte de crise financière, devenue une crise économique, lapproche desdirecteurs financiers en matière dinvestissement à létranger est en pleine mutation. Cesderniers préférant adopter une dynamique risque-rendement beaucoup plus mesurée etpragmatique, en misant sur des marchés "refuges". Cela représente une réelle opportunitépour ce que notre enquête identifie comme les "Big Seven", à savoir les BRIC, les Etats-Unis,le Royaume-Uni et lAllemagne. Toutefois, ces marchés ne sont pas la seule option pour lesentreprises qui cherchent à simplanter à létranger. Malgré le défi de taille, une approcheadaptée "marché par marché" semble la plus propice au succès", souligne Michel Léger,Président du Directoire et membre du Board européen de BDO.La France continue de séduire malgré toutBien que la France passe de la 7ème à la 13ème place au baromètre « BDO Global MarketOpportunity », le marché français reste une priorité pour lexpansion internationale desentreprises néerlandaises et anglaises notamment qui le considèrent comme étant le plusimportant en Europe avec le marché allemand.Les atouts français : - La taille du marché (61%), - la conquête de nouveaux clients (52%) - Laccès à une expertise marché locale (39%)A contrario, les barrières culturelles et linguistiques (45%), la concurrence exacerbée (32%) etles contraintes administratives (27%) sont les challenges les plus mentionnés pour la France.Les directeurs financiers français : Principaux enseignements. Les entreprises françaises semblent vouloir procéder avec prudence quand il sagitd’expansion, prenant moins de risques tout en attendant la croissance, contraintes dans uneéconomie locale difficile. La crise de la zone euro a eu un double impact sur les projets de développement des DAF etsur la France, en tant que destination d’investissement. Les directeurs financiers français se tournent davantage vers les BRIC pour leurs projetsdexpansion, la Chine et le Brésil notamment. Les principales recommandations des directeurs financiers français en matière dedéveloppement à linternational sont les suivantes :- Trouver les bonnes compétences locales et les bons partenaires- Faire des recherches approfondies pour améliorer la connaissance du marché local- Prendre son temps"Une solide connaissance de la culture locale et la nécessité de trouver les bonnescompétences « sur place » restent les principales recommandations des directeurs financiersfrançais en matière dexpansion internationale de leurs entreprises. C’est ce besoin d’une
  4. 4. connaissance approfondie des différents marchés géographiques et des réseaux locaux, aussibien institutionnels que « business », que nos clients, intéressés notamment par la Chine etle Brésil, nous remontent au fil des missions", souligne Rolland Nino, Associé BDO.A PROPOS DE LENQUÊTELétude Ambition Survey a été réalisée à l’été 2012 auprès de plus de 1000 directeursfinanciers d’entreprises dont le chiffre d’affaires est compris entre 50 millions et 1 milliardde dollars, dans 13 pays à travers le monde (Australie, Brésil, Canada, Chine, France,Allemagne, Inde, Japon, Pays-Bas, Russie, Arabie saoudite, Royaume-Uni, Etats-Unis).Note BDO France SAS est membre de BDO International Limited, société de droit anglais (company limited by guarantee), et fait partie du réseau international de sociétés membres indépendantes BDO. BDO est la marque utilisée pour désigner le réseau BDO et chacune de ses sociétés membres. Le chiffre d’affaires global des sociétés membres de BDO s’élève à 5,7 milliards de dollars en 2011. Le réseau international compte plus de 1200 bureaux dans 135 pays et plus de 48 000 collaborateurs qui fournissent des services d’audit et de conseil à travers le monde.Contact Delphine JOUENNE & Jérémy BELLAIS 01 83 64 71 76 ENDERBY 06 45 75 00 03 Paris jbe@enderby.fr

×