Your SlideShare is downloading. ×
Santé économique et performance cash des entreprises françaises
Santé économique et performance cash des entreprises françaises
Santé économique et performance cash des entreprises françaises
Santé économique et performance cash des entreprises françaises
Santé économique et performance cash des entreprises françaises
Santé économique et performance cash des entreprises françaises
Santé économique et performance cash des entreprises françaises
Santé économique et performance cash des entreprises françaises
Santé économique et performance cash des entreprises françaises
Santé économique et performance cash des entreprises françaises
Santé économique et performance cash des entreprises françaises
Santé économique et performance cash des entreprises françaises
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Santé économique et performance cash des entreprises françaises

1,075

Published on

Dans cette étude actualisée, EY et Ellisphere (nouveau nom de Coface Services) ont observé l’évolution du chiffre d’affaires, du niveau d’endettement et des indicateurs relatifs à la gestion de …

Dans cette étude actualisée, EY et Ellisphere (nouveau nom de Coface Services) ont observé l’évolution du chiffre d’affaires, du niveau d’endettement et des indicateurs relatifs à la gestion de trésorerie de quelque 12.000 d’entreprises réalisant un CA supérieur à 30 millions d’euros.

Published in: Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,075
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
7
Actions
Shares
0
Downloads
6
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Santé économique et performance cash des entreprises françaises Mise à jour décembre 2013 (Comptes publiés à fin 2012)
  • 2. Synthèse des principales variations 3 Santé économique et performance cash : principaux enseignements 4 Chiffre d’affaires : une progression globale de 3% 4 Endettement : taux d’endettement globalement stable 4 Besoin en fonds de roulement : stabilité sur la période étudiée 5 Risque de défaillance : légère progression en 2012 6 Méthodologie 7 Sommaire Avant-propos Avec la publication, en juin 2013, du rapport « Santé économique et performance cash des entreprises françaises », EY et Ellisphere avaient souhaité présenter un vaste panorama de la situation et du dynamisme des entreprises de 21 secteurs de l’économie française. Plus spécifiquement, l’étude permettait d’observer l’évolution du chiffre d’affaires, du niveau d’endettement et des indicateurs relatifs à la gestion de trésorerie de milliers d’entreprises réalisant un CA supérieur à 30 millions d’euros. Cette édition complémentaire permet d’actualiser l’étude en prenant en compte les données des entreprises ayant publié leurs comptes à la fin de l’année 2012.
  • 3. 3 Grands groupes L’analyse des grands groupes repose sur un échantillon de 930 sociétés françaises dont le chiffre d’affaires dépasse les 200 M€. Cette analyse fait ressortir une hausse du C2C de +8,7% entre 2011 et 2012 expliquée par : ɢɢ une amélioration du DSO et du DIO (de respectivement -1,2% et -0,6%), ɢɢ une dégradation du DPO, ce dernier passant de 65,3 jours de chiffre d’affaires en 2011 à 62,8 jours en 2012. PME et ETI L’analyse des PME et ETI repose sur un échantillon de 5 798 sociétés françaises dont le chiffre d’affaires est compris entre 30 M€ et 200 M€. Dans cette catégorie, le C2C présente une hausse (+2,1% entre 2011 et 2012) expliquée par : ɢɢ une amélioration relative des niveaux de créances clients et de stocks (DSO et DIO) en baisse de respectivement -0,3% et -2,9%), ɢɢ une dégradation du DPO de -2,6%. Synthèse des principales variations 2011 2012 Variation 2011–2012 DSO 57,9 57,2 –1,2% DIO 26,1 25,9 –0,6% DPO 65,3 62,8 –3,8% C2C 18,7 20,3 8,7% 2011 2012 Variation 2011–2012 DSO 59,6 59,4 –0,3% DIO 33,4 32,5 –2,9% DPO 65,8 64,1 –2,6% C2C 27,2 27,8 2,1% 3 Rappel des indicateurs étudiés BFRE : Besoin en fonds de roulement exprimé en nombre de jours de chiffre d’affaires DSO : Crédit client moyen en jours DIO : Rotation des stocks moyenne en jours DPO : Crédit fournisseur moyen en jours EBE/CA : Ration de rentabilité économique (excédent brut d’exploitation/ chiffre d’affaires) C2C : Cash to Cash (C2C = DSO + DIO – DPO) © 2014 Ernst & Young et Associés — Ellisphere. Tous droits réservés. Cette publication est indissociable des éléments de contexte qui ont permis de l’établir.
  • 4. Santé économique et performance cash Chiffre d’affaires : une progression globale de 3% Croissance du CA par taille d’entreprise Le chiffre d’affaires total généré par les entreprises de l’échantillon sélectionné s’élève à 1 227 milliards d’euros en 2012, ce qui représente une hausse de 3% par rapport à 2011. L’année 2012 aura été moins favorable aux entreprises ayant un chiffre d’affaire moins important (compris entre 30 M€ et 50 M€) : elles enregistrent une réduction d’activité de -5% par rapport à 2011. Pour les entreprises des tranches supérieures, le bilan 2012 est plus favorable avec une progression de leur chiffre d’affaires compris entre +3% et +4% (1 128 milliards au total pour 2012 contre 1 087 milliards en 2011). –5% 3% 3% 4% Croissance moyenne du CA 2011–2012 De 30 à 50 M€ De 50 à 200 M€ De 200 à 600 M€ Plus de 600 M€ Croissance du CA par secteur La majeure partie des secteurs (16 secteurs sur 21) présente une croissance positive du chiffre d’affaires entre 2011 et 2012. L’Agriculture et la Pêche, le Textile / Habillement / Cuir, les Services aux entreprises et les Services aux particuliers présentent les plus fortes progressions (entre +9% et +14%). Les secteurs affichant les plus grandes difficultés en matière d’activité commerciale sont ceux des Télécommunications, des Métaux, des Moyens de transport et du Bois, Papier, Carton et Imprimerie (en repli de –2% à -9%). Croissance moyenne du CA 2011–2012 Bois Papier Carton et Imprimerie Moyens de transport Métaux Télecommunications Services collectifs Médias et Loisirs Pharmacie Biens d'équipement industriels Biens de consommation Produits minéraux et Chimie Agroalimentaire Biens d'équipement du foyer Bâtiment et Travaux publics Distribution Informatique et Electronique Energie Transports et Logistique Services aux particuliers Services aux entreprises Textile habillement cuir Agriculture et Pêche –9% –6% –4% –2% 0% 1% 2% 2% 3% 3% 4% 4% 5% 5% 6% 8% 8% 9% 9% 12% 14% Endettement : taux d’endettement globalement stable Sur l’ensemble de l’échantillon étudié, le taux d’endettement reste quasiment stable (-0,2% entre 2011 et 2012). Les sociétés dont le chiffre d’affaires est supérieur à 50 M€ enregistrent une baisse de leur taux d’endettement allant de -0,4 à -4,6% tandis que les sociétés dont le chiffre d’affaires est inférieur voient leur endettement augmenter de +1,1% en moyenne. Evolution du taux d'endettement 2011–2012 De 30 à 50 M€ De 50 à 200 M€ De 200 à 600 M€ Plus de 600 M€ 1,1% –0,4% –1,4% –4,6% 4 © 2014 Ernst & Young et Associés — Ellisphere. Tous droits réservés. Cette publication est indissociable des éléments de contexte qui ont permis de l’établir.
  • 5. Principaux enseignements 1/3 Besoin en fonds de roulement : stabilité sur la période étudiée Le BFR d’exploitation (BFRE) immobilise un niveau moyen de trésorerie relativement stable entre 2011 et 2012, ne dépassant pas 31 jours pour l’ensemble des tranches analysées. Pour les entreprises de plus de 200 M€ de chiffre d’affaires, le BFRE ne dépasse pas une vingtaine de jours de chiffre d’affaires, en amélioration en 2012 par rapport à 2011 (18 jours contre 20 jours). Les niveaux de DSO sont stables d’une année sur l’autre. Le crédit fournisseur a reculé de 3% pour l’ensemble de l’échantillon, le DPO moyen atteignant ainsi, en 2012, 64 jours de chiffre d’affaires. Concernant la gestion des stocks, on constate que l’indicateur de niveau de stocks marque une baisse moyenne de –3%, soit un DIO 2012 à environ 32 jours de chiffre d’affaires sur l’ensemble du périmètre. Situé aux alentours de 8%, le ratio BFRE/CA est relativement stable entre 2011 et 2012. Cet indice est cependant en amélioration pour les sociétés affichant un CA de 50 M€ à 200 M€ (de 9% à 8%) et pour les sociétés de plus de 600 M€ de CA (passant de 6% à 5%). Dans le même temps, l’indice de rentabilité économique EBE/CA reste stable à 5,9%. BFREmoyenenj.deCA 28 31 23 22 29 30 23 18 0 10 20 30 40 De 30 à 50 M€ De 50 à 200 M€ De 200 à 600 M€ Plus de 600 M€ 2011 2012 52 52 DSOmoyenenj.deCA 57 62 60 57 62 59 45 50 55 60 65 De 30 à 50 M€ De 50 à 200 M€ De 200 à 600 M€ Plus de 600 M€ 2011 2012 64 67 67 61 63 65 65 59 DPOmoyenenj.deCA De 30 à 50 M€ De 50 à 200 M€ De 200 à 600 M€ Plus de 600 M€ 2011 2012 70 50 55 60 65 DIOmoyenenj.deCA 40 34 33 25 27 34 31 26 26 0 10 20 30 De 30 à 50 M€ De 50 à 200 M€ De 200 à 600 M€ Plus de 600 M€ 2011 2012 ratioBFR/CA 8% 9% 6% 6% 8% 8% 6% 5% De 30 à 50 M€ De 50 à 200 M€ De 200 à 600 M€ Plus de 600 M€ 2011 2012 ratioderent.éco.EBE/CA 6% 6% 6% 7% 6% 6% 6% 8% De 30 à 50 M€ De 50 à 200 M€ De 200 à 600 M€ Plus de 600 M€ 2011 2012 5© 2014 Ernst & Young et Associés – Ellisphere. Tous droits réservés. Cette publication est indissociable des éléments de contexte qui ont permis de l’établir.
  • 6. 6 Principaux enseignements 2/3 © 2014 Ernst & Young et Associés — Ellisphere. Tous droits réservés. Cette publication est indissociable des éléments de contexte qui ont permis de l’établir. Risque de défaillance : légère progression en 2012 Dans l’ensemble, sur 2012, le risque de défaillance était peu élevé. Moins de 1% des entreprises a une probabilité de faillir dans l’année supérieure à 10%. Une légère progression de la part des entreprises en risque « très élevé » est toutefois constatée : en 2012, cette part atteint 0,8% contre 0,5% en 2011. De plus, les structures financières des entreprises continuent de se fragiliser. Entre 2011 et 2012, on constate un net glissement des entreprises en classe de risque « faible à très faible » vers les classes à plus fort risque. La part des entreprises situées en risque « faible à très faible » a reculé de 4 points, tandis que la catégorie « élevé à moyen » a progressé de plus de 2 points. Un point d’alerte est à signaler pour les entreprises réalisant plus de 600 millions d’euros de chiffre d’affaires. En un an, leur taux en classe de risque « faible à très faible » a chuté de 7 points au profit de la classe de risque « moyen à faible ». Toutefois, ces structures demeurent les plus solides financièrement avec un taux d’entreprises classées en risque très faible supérieur à 60%, contre moins de 40% pour l’ensemble du panel. Les secteurs Médias et loisirs et Métaux sont à surveiller avec plus de 7% des entreprises classées en risque élevé. A l’inverse, trois secteurs sont jugés peu risqués avec plus de 80% de leur population en classe de risque faible : Agriculture et pêche, Pharmacie et Distribution. Répartition par classe de risque des entreprises en 2011 et 2012 0,5% 10% 42% 48% 0,8% 12% 43% 44% Très élevé De élevé à moyen De moyen à faible De faible à très faible 2011 2012 Classement sectoriel selon leur part en risque élevé en 2012 1,4% 1,8% 2,0% 2,1% 2,2% 2,3% 2,4% 2,5% 2,7% 2,9% 2,9% 3,4% 3,6% 3,6% 4,2% 4,5% 6,2% 6,5% 6,9% 7,1% 7,3% Distribution Pharmacie Services aux particuliers Services collectifs Biens d'équipement industriels Agriculture et Pêche Energie Agroalimentaire Biens de consommation Bois Papier Carton et Imprimerie Informatique et Electronique Télecommunications Bâtiment et Travaux publics Produits minéraux et Chimie Services aux entreprises Textile habillement cuir Moyens de transport Transports et Logistique Biens d'équipement du foyer Métaux Médias et Loisirs
  • 7. 7© 2014 Ernst & Young et Associés – Ellisphere. Tous droits réservés. Cette publication est indissociable des éléments de contexte qui ont permis de l’établir. Méthodologie Cette mise à jour de l’étude « Santé économique et performance cash des entreprises françaises » (première édition réalisée en juin 2013 en partenariat avec EY et Ellisphere) a pour objectif d’offrir une vision générale actualisée de la performance cash des entreprises françaises. Plus spécifiquement, elle analyse l’évolution des composants du BFR (besoin en fonds de roulement) entre 2011 et 2012 des entreprises de plus de 30 millions d’euros de chiffre d’affaires. Elle présente également le score Ellisphere, qui fournit un indicateur supplémentaire de santé économique en mesurant le risque de défaillance des entreprises. Seules les entreprises spécialisées dans les secteurs Holding et Services financiers ont été exclues des échantillons, du fait de la particularité de leurs comptes sociaux, non comparables aux autres secteurs d’activités. І1І Définition des principaux indicateurs de performance cash ɢɢ Croissance moyenne* du chiffre d’affaires : ((CA N – CA N-1)/CA N-1)*100 ɢɢ Taux d’endettement moyen : (Dettes financières / (capitaux propres + autres fonds propres)*100 ɢɢ EBE/Chiffre d’affaires (ratio de rentabilité économique) : Excédent brut d’exploitation / chiffre d’affaires ɢɢ BFRE moyen* en jours : (besoin en fonds de roulement / chiffre d’affaires)*360 ɢɢ Crédit client moyen (DSO)* en jours : (Clients et comptes rattachés / chiffre d’affaires)*360 ɢɢ Crédit fournisseur moyen (DPO)* en jours : (Dettes fournisseurs / achats)*360 ɢɢ Rotation des stocks moyen (DIO)* en jours : (Stocks nets / chiffre d’affaires)*360 * La moyenne de chaque ratio est agrégée par variable d’analyse en éliminant les valeurs atypiques à chaque ratio. Les valeurs atypiques sont déterminées selon la méthode de l’écart interquartile appliqué au premier quartile pour les valeurs basses et au troisième quartile pour les valeurs hautes. І2І Indicateur complémentaire de santé économique : le score Ellisphere ɢɢ Les 10 positions du score Ellisphere sont réparties au sein de quatre classes de risque établies en fonction du taux de défaillance attendu. ɢɢ Un score 1 correspond à la probabilité de défaillance la plus importante, un score 10 à la probabilité de défaillance la plus faible. Note des auteurs : l’ensemble des données utilisées dans cette étude sont issues d’informations disponibles publiquement. Si l’information utilisée s’avère incomplète ou incorrecte, EY et Ellisphere ne pourront être tenus responsables de toute incidence que cela pourrait avoir sur les résultats ou les analyses présentées dans ce document. Il convient de noter que les chiffres fournis dans cette étude ne sont pertinents que jusqu’à la date du 31 décembre 2012, sauf indication contraire. Classe de risque Très élevé Elevé à moyen Moyen à faible Faible à très faible Score 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Taux de défaillance moyen attendu sur 1 an 25% 10% 4% 2% 1,3% 0,7% 0,4% 0,15% 0,05% 0%
  • 8. 8 © 2014 Ernst Young et Associés — Ellisphere. Tous droits réservés. Cette publication est indissociable des éléments de contexte qui ont permis de l’établir. Echantillon Fondée sur un échantilon de 6 728 SIREN d’entreprises en 2011 et 8 714 en 2012 réparties par taille selon leur chiffre d’affaires, l’étude offre une bonne représentation du panorama économique des entreprises françaises ainsi que de leurs performances en termes de gestion de la trésorerie et du BFR. Période observée L’actualisation de l’étude analyse l’évolution des principaux indicateurs de performance sur la base des informations publiées par les entreprises en 2011 et 2012. Nomenclatures utilisées І1І Taille des entreprises Fondée sur un échantilon de 7 000 SIREN d’entreprises en 2011 et 9 000 en 2012 réparties par taille selon leur chiffre d’affaires, l’étude offre une bonne représentation du panorama économique des entreprises françaises ainsi que de leurs performances en termes de gestion de la trésorerie et du BFR. A noter que pour l’analyse nous n’avons conservé que les sociétés dont les données étaient disponibles en 2011 et 2012, soit 6 728 entreprises. І2І Secteurs d’activités L’étude couvre 21 secteurs d’activité, différenciés en fonction du code NAF (Nomenclature d’Activités Française) des entreprises sélectionnées. Echantillon par CA (cumul 2011) 11,048 14,922 14,294 15,606 19,694 25,331 31,736 34,495 43,087 46,028 47,923 46,708 51,472 55,760 62,920 71,780 72,418 100,107 100,794 127,787 197,848 Bois Papier Carton et Imprimerie Médias et Loisirs Services aux particuliers Textile habillement cuir Services collectifs Biens d'équipement du foyer Métaux Biens de consommation Télecommunications Services aux entreprises Informatique et Electronique Agriculture et Pêche Transports et Logistique Produits minéraux et Chimie Distribution Pharmacie Biens d'équipement industriels Agroalimentaire Bâtiment et Travaux publics Energie Moyens de transport Echantillon par CA (cumul 2012) Bois Papier Carton et Imprimerie Médias et Loisirs Services aux particuliers Textile habillement cuir Services collectifs Biens d'équipement du foyer Métaux Biens de consommation Télecommunications Services aux entreprises Informatique et Electronique Agriculture et Pêche Transports et Logistique Produits minéraux et Chimie Distribution Pharmacie Biens d'équipement industriels Agroalimentaire Bâtiment et Travaux publics Energie Moyens de transport 10,047 15,040 15,527 17,540 19,751 26,469 30,360 35,623 42,270 50,222 50,567 53,350 55,580 57,701 66,304 73,338 74,028 103,796 105,649 137,979 185,847 Taille des entreprises en 2011 40% 46% 10% 4% De 50 à 200 M€ De 200 à 600 M€ Plus de 600 M€ De 30 à 50 M€ Taille des entreprises en 2012 42% 45% 9% 4% Principaux enseignements 3/3
  • 9. Desinterlocuteursquicomprennentvosenjeux  Ellisphere 10 EY 11
  • 10. Ellisphere accompagne les entreprises tout au long de leur cycle de vente Focus sur 3 des offres Ellisphere Etudes économiques Nous sécurisons votre stratégie marketing et commerciale par la connaissance approfondie de vos environnements économiques. Nous vous proposons des études de marché et de veille pour analyser, surveiller et anticiper la santé des entreprises d’un environnement économique donné. Solution Ellipro Nous évaluons en un clin d’œil la santé des entreprises avec lesquelles vous entretenez des relations d’affaires (ou commerciales), qu’elles soient clientes, prospects, fournisseurs ou concurrentes. Diagnostics balances âgées Nous vous offrons un diagnostic de votre balance âgée qui présente notamment la ventilation de votre portefeuille clients par classe de risque, secteur d’activité et région, ainsi qu’un comparatif sectoriel et le calcul d’un score synthétique. 10 © 2014 Ernst Young et Associés — Ellisphere. Tous droits réservés. Cette publication est indissociable des éléments de contexte qui ont permis de l’établir. Ellisphere en quelques chiffres... Une base de données orientées business : ɢɢ 8,5 millions d’entités actives dont 7,5 millions sont scorées ɢɢ 60 000 enquêtes annuelles Une proximité constructive avec les clients et partenaires d’affaires : ɢɢ 400 collaborateurs ɢɢ 8 sites d’opérations en France “ “Développer des relations de confiance entre les entreprises grâce à la diffusion d’informations permettant d’identifier parfaitement les risques potentiels et de favoriser ainsi la croissance des entreprises sur le long terme. Gérôme Boulay, Directeur Business Développement Marketing, Ellisphere
  • 11. EY a développé une approche structurée centrée sur du cash en intégrant les spécificités secteurs Une approche centrée autour du cash Prévoir ɢɢ Prévisions de trésorerie à CT (13 semaines) ɢɢ Prévisions de trésorerie MT (Budget et BP) ɢɢ Développement d’outils / AMOA logiciels ɢɢ Formation et transfert de compétences Mesurer et contrôler ɢɢ Diagnostic organisation, processus : Potentiel d’optimisation ɢɢ Procédures de suivi et de contrôle des cash-flows ɢɢ Reportings BFR / Trésorerie / Capex ɢɢ Mise sous contrôle des flux de trésorerie Optimiser ɢɢ Conduite de projet d’optimisation du BFR ɢɢ Optimisation des cash-flows intra-mensuels ɢɢ Optimisation du financement CT 11© 2014 Ernst Young et Associés – Ellisphere. Tous droits réservés. Cette publication est indissociable des éléments de contexte qui ont permis de l’établir. Notre approche Une équipe pluridisciplinaire de consultants expérimentés bénéficiant d’une compétence reconnue pour l’identification et l’assistance à la mise en œuvre des potentiels d’amélioration du BFR. Une expérience reconnue dans des contextes économiques et des secteurs différents, en France ou à l’international, pour vous proposer un service adapté à la taille de toutes les entreprises. Une expérience vous permettant de bénéficier des meilleures pratiques du marché et d’un benchmark constamment actualisé. Les entreprises se focalisent plus que jamais sur leur génération de cash pour répondre aux demandes des actionnaires, sécuriser l’avenir et libérer des ressources pour la croissance externe comme les investissements. Dans le contexte actuel les efforts pour générer mieux et plus de cash retenu au sein du BFR sont indispensables. Si le niveau de maturité sur ces sujets a très nettement progressé ces dernières années, il reste le plus souvent un potentiel d’amélioration non négligeable. Pour être pérenne, l’intégration du cash dans la culture et les pratiques internes de l’entreprise est incontournable, tant dans la détermination de la stratégie que dans les pratiques quotidiennes. “ “ Sensibiliser à l’importance du cash et à l’utilisation du capital est une nécessité si l’on souhaite opérer des changements durables, mettre la création de valeur au cœur de la stratégie du groupe, aligner les objectifs de chaque département et permettre d’améliorer la performance. Benjamin Madjar, Directeur Associé EY La réalisation de l’étude a été menée par l’équipe EY WCS : Benjamin Madjar, Gilles Willot, Alain Falomir, Mickael Piffard-Besnard et leur équipe.
  • 12. EY | Audit | Conseil | Fiscalité et Droit | Transactions EY est un des leaders mondiaux de l’audit, du conseil, de la fiscalité et du droit, des transactions. Partout dans le monde, notre expertise et la qualité de nos services contribuent à créerles conditions de la confiance dans l’économie et les marchés financiers. Nous faisons grandir les talents afin qu’ensemble,ils accompagnent les organisations vers une croissance pérenne. C’est ainsi que nous jouons un rôle actif dans la constructiond’un monde plus juste et plus équilibré pour nos équipes, nos clients et la société dans son ensemble. EY désigne l’organisation mondiale et peut faire référence à l’un ou plusieurs des membres d’Ernst Young Global Limited, dont chacun est une entité juridique distincte. Ernst Young Global Limited, société britannique à responsabilité limitée par garantie, ne fournit pas de prestations aux clients. Retrouvez plus d’informations sur notre organisation sur www.ey.com. Cette étude a été réalisée par EY et Ellisphere. Pour EY, sous la direction de Benjamin Madjar, avec la participation de Nicolas Lassiaille et avec la collaboration du studio graphique. Pour Ellisphere, sous la direction de Gérôme Boulay avec la participation de Thierry Bès et Patricia Roche. Cette étude est la propriété exclusive d’EY et Ellisphere ; sa reproduction est interdite sans l’autorisation expresse des titulaires des droits. Cette étude est établie à partir d’informations obtenues auprès d’un panel de sociétés sélectionnées par EY et Ellisphere sur la base des publications desdites entreprises. En conséquence, elle est un reflet des informations reçues et ne peut être considérée comme exhaustive. En 2014, Coface Services devient Ellisphere et se recentre sur son métier de l’information BtoB. C’est aujourd’hui la référence en matière d’information sur les entreprises, à destination des acteurs du financement de l’économie, des directions financières, commerciales et achats des entreprises de tous les secteurs d’activités, en France et à l’international, en tant que membre du réseau BigNet. Ellisphere permet à ses clients de prospecter, de sécuriser leurs décisions et de maîtriser leurs risques, en s’appuyant sur la fiabilité de son référentiel et sur l’expertise de ses collaborateurs. Ellisphere est le partenaire de confiance qui donne de la perspective à la relation d’affaires. Ellisphere est une entreprise de Natixis. © 2014 Ernst Young et Associés. Tous droits réservés. SCORE France N° 14-005 EMEIA Marketing Agency 1000756 Cette publication a valeur d’information générale et ne saurait se substituer à un conseil professionnel en matière comptable, fiscale ou autre. Pour toute question spécifique, vous devez vous adresser à vos conseillers. Document imprimé conformément à l’engagement d’EY de réduire son empreinte sur l’environnement. ey.com/fr

×