Dpes version-finale

746 views
622 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
746
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
10
Actions
Shares
0
Downloads
6
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Dpes version-finale

  1. 1. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple – un but – une foiDocument de PolitiqueEconomique et Sociale DPES 2011-2015 Placer le Sénégal sur la rampe de l’émergence NOVEMBRE 2011 Guest REPUBLIQUE DU SENEGAL 19/04/2011 i Page
  2. 2. Table des matièresListe des abréviations, acronymes et sigles ........................................................................................................ ivListe des figures .................................................................................................................................................... ixListe des tableaux ................................................................................................................................................. ixListe des annexes .................................................................................................................................................. ixIntroduction ........................................................................................................................................................... 2 Contexte général de la politique économique et sociale ................................................................................. 2 Processus d’élaboration .................................................................................................................................... 3 Contenu du document ...................................................................................................................................... 3Chapitre I : Diagnostic économique et social, enjeux et défis ........................................................................... 4 1.1. Profil de la croissance économique .......................................................................................... 4 1.2. Contraintes à la production, à l’investissement privé et à l’entreprenariat ........................ 6 1.3. Incidence de la pauvreté et stratégies développées par les populations ............................... 9 1.4. Facteurs d’exclusion et difficultés d’accès aux services sociaux de base ............................ 10 1.5. Enjeux et implications d’ordre institutionnel et de gouvernance ....................................... 12Chapitre II : Politique économique et sociale 2011-2015 ................................................................................. 14 2.1. Vision ....................................................................................................................................... 14 2.2. Stratégie ................................................................................................................................... 14 2.2.1. AXE 1 : Création d’opportunités économiques et de richesses pour la promotion d’emplois productifs et la transformation structurelle de l’économie ....................... 15 2.2.1.1. Cadre macroéconomique........................................................................................... 15 2.2.1.2. Développement du secteur privé et rôle des PME/PMI ............................................ 17 2.2.1.3. Initiatives pour accélérer la croissance économique ................................................. 19 2.2.1.4. Secteurs d’appui à la production et à la productivité ................................................ 20 2.2.1.4.1. Accès aux services énergétiques ............................................................................... 20 2.2.1.4.2. Développement et modernisation des infrastructures de transport ........................... 20 2.2.1.4.3. Services de transport ................................................................................................. 21 2.2.1.4.4. Secteur financier ....................................................................................................... 21 2.2.1.4.5. TIC et télécommunications ....................................................................................... 22 2.2.1.5. Développement intégré des filières de l’agriculture et de l’économie rurale ............ 23 2.2.1.5.1. Développement de l’agriculture ................................................................................ 23 2.2.1.5.2. Développement de l’élevage ..................................................................................... 26 2.2.1.5.3. Pêche et aquaculture.................................................................................................. 26 2.2.1.5.4. Hydraulique, irrigation et maîtrise de l’eau .............................................................. 27 2.2.1.5.5. Transformation agroalimentaire et promotion des produits agricoles....................... 27 2.2.1.6. Déploiement industriel et autres secteurs .................................................................. 28 2.2.1.6.1. Mines et carrières ...................................................................................................... 28 2.2.1.6.2. Industrie .................................................................................................................... 28 2.2.1.6.3. Capital foncier et Bâtiments et Travaux Publics (BTP) ............................................ 29 2.2.1.6.4. Tourisme ................................................................................................................... 29 2.2.1.6.5. Artisanat .................................................................................................................... 30 2.2.1.6.6. Culture....................................................................................................................... 30 2.2.1.6.7. Sports et loisirs .......................................................................................................... 30 2.2.1.6.8. Intégration régionale ................................................................................................. 31 2.2.1.6.9. Commerce ................................................................................................................. 31 2.2.1.6.10. Migrations internationales et Sénégalais de l’Extérieur ............................................ 31 2.2.2. AXE 2 : Accélération de l’accès aux services sociaux de base, protection sociale et développement durable .................................................................................................. 32 2.2.2.1. Education et développement des compétences et qualifications ............................... 33 2.2.2.2. Santé et nutrition ....................................................................................................... 34 2.2.2.3. Eau potable, hygiène et assainissement..................................................................... 35 2.2.2.4. Habitat et cadre de vie ............................................................................................... 35 2.2.2.5. Protection sociale et solidarité avec les populations vulnérables .............................. 36 Page ii
  3. 3. 2.2.2.6. Promotion de l’équité et de l’égalité de genre........................................................... 37 2.2.2.7. Promotion de l’emploi............................................................................................... 38 2.2.2.8. Développement harmonieux de la jeunesse .............................................................. 38 2.2.2.9. Prévention et gestion des risques et catastrophes ...................................................... 39 2.2.2.10. Environnement, gestion des ressources naturelles et développement durable .......... 39 2.2.3. AXE 3 : Renforcement des principes fondamentaux de la bonne gouvernance et la promotion des droits humains ....................................................................................... 40 2.2.3.1. Pilotage stratégique des politiques sectorielles ......................................................... 41 2.2.3.2. Administration publique et réforme de l’Etat ........................................................... 41 2.2.3.3. Amélioration de la gestion des finances publiques ................................................... 42 2.2.3.4. Gouvernance judiciaire, protection et promotion des droits humains ....................... 43 2.2.3.5. Décentralisation, développement local et aménagement du territoire....................... 43 2.2.3.6. Travail parlementaire ................................................................................................ 45Chapitre III : Plan d’actions prioritaires (PAP) de la Stratégie ..................................................................... 46 3.1. Diversification des sources de production ............................................................................. 46 3.1.1. Développement de l’économie rurale .................................................................................... 46 3.1.2. Développement du secteur privé ............................................................................................ 48 3.2. Développement et modernisation des infrastructures structurantes .................................. 49 3.3. Meilleur accès aux services sociaux essentiels ...................................................................... 51 3.4. Bonne gouvernance des politiques publiques ....................................................................... 53Chapitre IV : Mise en œuvre et suivi-évaluation de la Stratégie..................................................................... 54 4.1. Fondements du suivi et de l’évaluation ................................................................................. 54 4.2. Dispositif de suivi et d’évaluation du DPES.......................................................................... 55 4.3. Acteurs, appropriation et responsabilité mutuelle ............................................................... 56 4.4. Indicateurs de suivi et d’évaluation ....................................................................................... 56 4.5. Financement du DPES ............................................................................................................ 58 4.6. Processus d’articulation entre le DPES et le budget national ............................................. 58 4.7. Risques liés à la mise en œuvre du DPES .............................................................................. 61ANNEXES .............................................................................................................................................................A Page iii
  4. 4. Liste des abréviations, acronymes et siglesADEPME Agence de Développement et dEncadrement des Petites et Moyennes EntreprisesADL Agence de Développement LocalADS Aéroports Du SénégalAGVSAN Analyse Globale de la Vulnérabilité, de la Sécurité Alimentaire et de la NutritionAIBD Aéroport International Blaise DiagneANA Agence Nationale de l’AquacultureANAM Agence Nationale des Affaires MaritimesANAMS Agence Nationale de la Météorologie du SénégalANAQ Agence Nationale dAssurance QualitéANAT Agence Nationale de l’Aménagement du TerritoireANEJ Agence Nationale pour l’Emploi des JeunesANRAC Agence Nationale pour la Relance des Activités économiques et sociales en CasamanceANREVA Agence Nationale du plan de Retour Vers l’AgricultureANSD Agence Nationale de la Statistique et de la DémographieAPC Approche Par les CompétencesAPCD Acteur Porteur de Dynamique CommunautaireAPE Accords de Partenariat EconomiqueAPIX Agence de Promotion des Investissements et des grands travauxAPROSI Agence dAménagement et de Promotion des Sites IndustrielsARD Agence Régionale de DéveloppementARMP Agence de Régulation des Marchés PublicsARV Anti-Rétro-VirauxASC Association Sportive et CulturelleASEPEX Agence Sénégalaise de Promotion des ExportationsASIT Agence Sénégalaise de l’Innovation TechnologiqueASN Association Sénégalaise de NormalisationBCE Bureau d’appui à la Création d’EntrepriseBCEAO Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’OuestBCI Budget Consolidé d’InvestissementBEP Brevet d’Etudes ProfessionnellesBFEM Brevet de Fin d’Etudes MoyennesBIT Bureau International du TravailBT Brevet TechniqueBTP Bâtiments et Travaux PublicsBTS Brevet de Technicien SupérieurCAFSP Cellule d’Appui au Financement de la Santé et au PartenariatCAP Certificat d’Aptitude ProfessionnelleCCAP Contrôle Citoyen de l’Action PubliqueCDIPE Centre de Développement Intégré de la Petite EnfanceCDMT Cadre de Dépenses à Moyen TermeCDSMT Cadre de Dépenses Sectoriel à Moyen TermeCEDEAO Communauté Economique des États de l’Afrique de l’OuestCENTIF Cellule Nationale de Traitement des Informations FinancièresCEPOD Centre dEtudes de Politiques pour le DéveloppementCES Conseil Economique et SocialCETUD Conseil Exécutif des Transports Urbains de DakarCFEE Certificat de Fin d’Etudes ElémentairesCIEL Centre d’Initiative pour l’Emploi LocalCIMEL Centre dImpulsion pour la Modernisation de lElevage Page iv
  5. 5. CMC Centre Multimédia CommunautaireCMP Code des Marchés PublicsCNAAS Compagnie Nationale d’Assurance Agricole du SénégalCNDCL Conseil National de Développement des Collectivités LocalesCNDS Comité National de Dialogue SocialCNLCC Commission Nationale de Lutte contre la Corruption et la ConcussionCNNCI Comité National des Négociations Commerciales InternationalesCNS Conseil National de la StatistiqueCOSAMA Consortium Sénégalais d’Activités MaritimesCPG Consultation Primaire GlobaleCPI Conseil Présidentiel de l’InvestissementCRADES Centre de Recherches, d’Analyse des Echanges et StatistiquesCRES Consortium pour la Recherche Economique et SocialeCSPLP Cellule de Suivi du Programme de Lutte contre la PauvretéCUR Centre Universitaire RégionalDAP Domaine Agricole PartagéDAPS Direction de l’Analyse, de la Prévision et des StatistiquesDAT Direction de lAménagement du TerritoireDB Direction du BudgetDDI Direction de la Dette et de l’InvestissementDCEF Direction de la Coopération Economique et FinancièreDCMP Direction Centrale des Marchés PublicsDEPONAT Déclaration de Politique nationale d’Aménagement du TerritoireDEPT Direction des Etudes et de la Planification TouristiqueDESPS Direction de l’Education Surveillée et de la Protection SocialeDGCPT Direction Générale de la Comptabilité Publique et du TrésorDGF Direction Générale des FinancesDGID Direction Générale des Impôts et DomainesDGP Direction Générale du PlanDIPE Développement Intégré de la Petite EnfanceDPEE Direction de la Prévision et des Etudes EconomiquesDPES Document de Politique Economique et SocialeDPPA Direction de la Promotion des Produits AgricolesDSRP Document de Stratégie de Réduction de la PauvretéDTA Direction de la Transformation AlimentaireEDS Enquête Démographique et de SantéEND Energie Non DistribuéeERN Environnement et Ressources NaturellesFBCF Formation Brute de Capital FixeENSAE Ecole nationale de Statistique de l’Analyse EconomiqueERIL Electrification Rurale d’Initiative LocaleESAM Enquête Sénégalaise Auprès des MénagesESPS Enquête de Suivi de la Pauvreté au SénégalFDD Fonds de Dotation de la DécentralisationFDTU Fonds de Développement des Transports UrbainsFECL Fonds d’Equipement des Collectivités LocalesFERA Fonds d’Entretien Routier AutonomeFMI Fonds Monétaire InternationalFNCF Fonds National de Crédit pour les FemmesFNPEF Fonds National de Promotion de lEntreprenariat FémininFNR Fonds National de RetraiteFONDEF Fonds de Développement de la Formation ProfessionnelleFPE Fonds de Promotion EconomiqueFPT Formation Technique et Professionnelle Page v
  6. 6. FT Formation TechniqueGAR Gestion Axée sur les RésultatsGDRH Gestion Durable des Ressources HalieutiquesGELD Gouvernance Locale et Equité de GenreGIABA Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’ouestGIRMAC Gestion Intégrée des Ressources Marines et CôtièresGOANA Grande Offensive Agricole pour la Nourriture et l’AbondanceGPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des CompétencesGPL Gaz de Pétrole LiquéfiéGWh Gigawatt-heureHIMO Haute Intensité de Main-d’œuvreIA Inspection AcadémiqueIADM Initiative dAllégement de la Dette MultilatéraleIAS/IFRS International Accounting Standards/International Financial Reporting StandardsICAMO Institution de Coordination de lAssurance Maladie ObligatoireICS Industries Chimiques du SénégalIDE Investissements Directs ÉtrangersIDEN Inspection Départementale de l’Education NationaleIFAN Institut Fondamental dAfrique NoireINPS Initiative Nationale pour la Protection Sociale des groupes vulnérablesIPRES Institut de Prévoyance Retraite du SénégalIPS Institutions de Prévoyance SocialeIRD Institut de Recherche pour le DéveloppementISF Indice Synthétique de FéconditéISPE Instrument de Soutien à la Politique EconomiqueISRA Institut Sénégalais de Recherche AgricoleITA Institut de Technologie AlimentaireLARTES Laboratoire de Recherche sur les Transformations Economiques et SocialesLBC Lampes à Basse ConsommationLFI Loi de Finances InitialeLFR Loi de Finances RectificativeLMD Licence Master DoctoratLOASP Loi d’Orientation Agro-Sylvo-PastoraleMEF Ministère de l’Economie et des FinancesMW MégawattNETS Nutrition ciblée sur l’Enfant et Transferts SociauxNPNE Nouvelle Politique Nationale de lEmploiOMD Objectifs du Millénaire pour le DéveloppementOMS Organisation Mondiale de la SantéOMVG Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve GambieOMVS Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve SénégalONAS Office National de lAssainissement du SénégalONEQP Observatoire National de l’Emploi et des Qualifications ProfessionnellesONFP Office National pour la Formation ProfessionnelleORIO Programme pour le développement des infrastructuresOS Objectif StratégiquePADEL Projet d’Appui au Développement Economique LocalPADERCA Projet dAppui au Développement Rural en CasamancePAER Plans dAction Environnementaux et RégionauxPAFA Projet dAppui aux Filières Agricoles Page vi
  7. 7. PAGF/MP Plan d’Action Global de Formation sur les Marchés PublicsPAM Programme Alimentaire MondialPAMU Programme d’Amélioration de la Mobilité UrbainePAP Plan d’Actions PrioritairesPAPIL Projet d’Appui à la Petite Irrigation LocalePATMUR Projet d’Appui au Transport et à la Mobilité UrbainePASMI Programme dAppui au Secteur MinierPCNPETE Plan Cadre national pour la Prévention et l’Elimination du Travail des EnfantsPDDAA Programme Détaillé de Développement de lAgriculture AfricainePDEF Programme Décennal de lEducation et de la FormationPDIS Programme de Développement Intégré de la SantéPDMAS Programme de Développement des Marchés Agricoles au SénégalPDU Plan Directeur d’UrbanismePEA Pôles d’Emergence AgricolesPEFA Public Expenditure and Financial AccountabilityPEPAM Programme dEau Potable et dAssainissement du MillénairePER Programme Economique RégionalPGAT Plan Général dAménagement du TerritoirePGE Plans de Gestion EnvironnementalePIB Produit Intérieur BrutPLASEPRI Plateforme dappui au Secteur PrivéPLT Projet eau à Long TermePMB Produit Mondial BrutPME Petite et Moyenne EntreprisePMI Petite et Moyenne IndustriePNAR Programme National d’Autosuffisance en RizPNASA Programme National dAppui à la Sécurité AlimentairePNB Programme National BiocarburantsPNBG Programme National de Bonne GouvernancePNDL Programme National de Développement LocalPNDS Programme National de Développement SanitairePNG Plan National GéomatiquePNIA Programme National dInvestissement AgricolePNLS Programme National de Lutte contre le SidaPNRH Plan National de restructuration des Ressources HalieutiquesPODES Plan d’Orientation pour le Développement Economique et SocialPOR Plans d’Opérations RégionauxPPJ Projet de Promotion des JeunesPPTE Pays Pauvres très endettésPRAESC Programme de Relance des Activités Economiques et Sociales en CasamancePRECASEJ Programme de Renforcement des Capacités en Suivi évaluation en matière d’Emploi des JeunesPRECOL Programme de Renforcement et d’Equipement des Collectivités LocalesPREMs Projets Energétiques MultisectorielsPRI Politique de Redéploiement IndustrielPRN Programme de Renforcement de la NutritionPRODAM Projet de Développement Agricole de MatamPROGERT Projet de Gestion et de Restauration des Terres DégradéesPROMER Projet de Promotion des Micro-Entreprises RuralesPRSE Projet de Restructuration du Secteur de l’ElectricitéPSJ Programme Sectoriel JusticePST Programme Sectoriel des TransportsPTF Partenaires Techniques et FinanciersPTIP Programme Triennal dInvestissements PublicsRBT Réserves de Biosphères Transfrontières Page vii
  8. 8. RCC Réduction des Risques de CatastrophesRCCM Registre du Commerce et du Crédit MobilierRGPHA Recensement Général de la Population, Habitat, Agriculture et ElevageRN Route NationaleROME Répertoire Opérationnel des Métiers et EmploisSAGTC Schéma dAménagement et de Gestion du Terroir CommunautaireSAO Substances Appauvrissant la couche d’OzoneSAP Système national d’Alerte PrécoceSCA Stratégie de Croissance AccéléréeSDAU Schéma Directeur d’Aménagement et d’UrbanismeSDE Sénégalaise Des EauxSDS Schéma Directeur de la StatistiqueSE Sénégalais de l’ExtérieurSENELEC Société Nationale d’ElectricitéSERPM Société d’Etude et de Réalisation des Phosphates de MatamSFD Systèmes Financiers DécentralisésSIDA Syndrome d’Immuno Déficience AcquiseSIGEL Système d’Information de Gestion de l’ElevageSIGFIP Système Intégré de Gestion des Finances PubliquesSISE-DL Système d’Information et de Suivi-Evaluation pour le Développement LocalSMART Spécifique Mesurable Atteignable Raisonnable et Temporellement définiSNAT Stratégie Nationale d’Aménagement du TerritoireSNDS Stratégie Nationale de Développement de la StatistiqueSNEEG Stratégie Nationale d’Equité et d’Egalité de GenreSNPS Stratégie Nationale de Protection SocialeSPS Socle de Protection SocialeSRAT Services Régionaux d’Aménagement du TerritoireSSN Système Statistique NationalSYGMAP Système de Gestion des Marchés PublicsTAA Taux d’Autosuffisance AlimentaireTAP Taux d’Achèvement du PrimaireTBA Taux Brut d’AdmissionTBS Taux Brut de ScolarisationTDI Taux de Dépendance des ImportationsTDR Test de Diagnostic RapideTGI Tribunal de Grande InstanceTI Tribunal d’InstanceTIC Technologies de l’Information et de la CommunicationTOFE Tableau des Opérations Financières de l’EtatTPI Traitement Préventif IntermittentTVA Taxe sur la Valeur AjoutéeUCP Unité de Coordination des Projets et programmesUCSPE Unité de Coordination et de Suivi de la Politique EconomiqueUEMOA Union Economique et Monétaire Ouest AfricaineUNICEF Fonds des Nations Unies pour lEnfanceVBG Violences Basées sur le GenreVDN Voie de Dégagement NordVIH Virus de lImmunodéficience HumaineZAC Zone d’Aménagement Concertée Page viii
  9. 9. Liste des figuresFigure 1: Evolution de la part des secteurs dans la formation du PIB, 1980-2008. ................................ 4Figure 2:Répartition (en %) du financement total du DPES (scénario optimiste) selon les axes ......... 59Liste des tableauxTableau 1: Scénarios de croissance sur la période 2011-2015 ............................................................. 16Tableau 2: Croissance et déficit public selon les scénarios. .................................................................. 60Liste des annexesAnnexe 1 : Liste restreinte des indicateurs du DPES .................................................................................................................. AAnnexe 2: Méthodologie de la priorisation des actions du DPES ............................................................................................... GAnnexe 3: Financement (en millions FCFA) du scénario tendanciel du PAP/DPES par axes stratégiques. ................................. HAnnexe 4: Financement (en millions FCFA) du scénario pessimiste du PAP/DPES par axes stratégiques. ................................. HAnnexe 5: Financement (en millions FCFA) du scénario optimiste du PAP/DPES par sous-secteurs et domaines. ..................... IAnnexe 6: Financement (en millions FCFA) du scénario tendanciel du PAP/DPES par sous-secteurs et domaines. .................. TAnnexe 7: Financement (en millions FCFA) du scénario pessimiste du PAP/DPES par sous-secteurs et domaines. ................ CCAnnexe 8: Projection du Produit Intérieur Brut par branche d’activité selon le scénario tendanciel. .................................... GGAnnexe 9: Tableau des opérations financières de lEtat - 2011-2015 selon le scénario tendanciel. ........................................ KKAnnexe 10: Balance des paiements selon le scénario tendanciel. .......................................................................................... NNAnnexe 11: Situation des institutions monétaires selon le scénario tendanciel. .................................................................... OOAnnexe 12: Projection du Produit Intérieur Brut par branche d’activité selon le scénario optimiste. ..................................... PPAnnexe 13: Tableau des opérations financières de lEtat selon le scénario optimiste. ............................................................ TTAnnexe 14: Balance des paiements selon le scénario optimiste. .......................................................................................... WWAnnexe 15: Situation des institutions monétaires selon le scénario optimiste. ....................................................................... XXAnnexe 16: Projection du Produit Intérieur Brut par branche d’activité selon le scénario pessimiste. ................................... YYAnnexe 17: Tableau des opérations financières de lEtat selon le scénario pessimiste. ........................................................ BBBAnnexe 18: Balance des paiements selon le scénario pessimiste. ..........................................................................................EEEAnnexe 19: Situation des institutions monétaires selon le scénario pessimiste. .................................................................... FFFAnnexe 20: Acteurs du processus participatif. ...................................................................................................................... GGGAnnexe 21: Participation nationale au processus délaboration du DPES. ................................................................................ III Page ix
  10. 10. IntroductionContexte général de la politique économique et sociale1. Depuis son éligibilité à l’Initiative Pays Pauvres Très Endettés (PPTE) en 2000, le Sénégal met en œuvre à travers sa stratégie globale de réduction de la pauvreté, le DSRP, ses politiques et programmes intégrés, sur la base d’une démarche de plus en plus inclusive, visant à assurer les conditions d’une croissance soutenue et durable, à réduire significativement la pauvreté et à atteindre les OMD.2. Le DSRP-I, défini sur la période 2003-2005, à été mis à profit par l’Etat pour améliorer les objectifs de croissance du Programme d’Ajustement global (post dévaluation) et corriger ses incidences négatives aux plans social et politique. Ainsi, mis à part le ralentissement de la croissance noté en 2002, la situation d’ensemble de l’économie sénégalaise a continué à s’améliorer. Le PIB réel a crû d’environ 5% par an en moyenne entre 1995 et 2005, en se traduisant par une croissance non négligeable du secteur manufacturier et des services où la productivité du travail, malgré une tendance à la baisse, est relativement élevée. En outre, la productivité du capital est relativement forte ainsi que les taux dutilisation des capacités de production. Ces résultats ont été réalisés dans un contexte de maîtrise de l’inflation, de réduction continue des déficits aussi bien des finances publiques que de la balance des paiements courants. Toutefois, divers problèmes structurels perdurent pendant que l’attractivité du Sénégal pour les investisseurs reste modérée.3. La croissance soutenue enregistrée en 1995-2005 s’est également traduite par un recul appréciable de la pauvreté sur la même période. Mais les taux de pauvreté sont encore relativement élevés et la distribution des revenus reste particulièrement inégalitaire au Sénégal. Cela appelle davantage de mesures vigoureuses pour réduire la pauvreté de moitié en 2015 et souligne clairement le défi de la redistribution plus solidaire des fruits de cette croissance, condition requise pour que celle-ci ne profite pas exclusivement au monde urbain et limite ainsi les gains en termes de réduction de la pauvreté.4. Durant la période 2006-2010 du DSRP-II, les facteurs qui ont permis de réaliser une forte croissance du PIB et d’améliorer la qualité de vie des populations entre 1995 et 2005, ont été durement affectés successivement par les crises alimentaire et énergétique, et la dépression économique et financière de 2008, exposant une nouvelle fois, au grand jour, les faiblesses structurelles de l´économie. Les projections de pauvreté réalisées pour la période 2005-2009 suggèrent ainsi une stagnation des indicateurs de pauvreté, le taux de croissance du PIB par tête n’étant que de 0,5% en moyenne par an. L’incidence de la pauvreté passerait de 50,8% en 2005 à 50,7% en 2009 grâce à la mise en œuvre de projets publics qui visaient à faciliter l’accès à un logement et un cadre de vie sains, à une alimentation suffisante, à l’eau potable, à la santé, à l’éducation et aux marchés.5. Ces résultats sur la période 2005-2010, mettent en évidence la fragilité de l’économie sénégalaise et sa capacité dans le long terme à améliorer de manière durable les conditions de vie des populations. Par ailleurs, de nouveaux défis sont apparus : (i) l’avènement des nouveaux pays émergents ; (ii) le mouvement vers l’énergie propre et les substituts du pétrole ; (iii) les effets des changements climatiques; (iv) la demande croissante de sécurité alimentaire ; (v) les mutations socio-économiques en Afrique ; (vi) la référence croissante au principe de précaution et le besoin de plus en plus exigeant de sécurité et (vii) l’égalité de genre et l’autonomisation de la femme.6. Ces défis conjugués à certaines évolutions positives telles que : (i) le dynamisme des exportations de services et la relative diversification des produits et marchés d’exportation ; (ii) le relèvement de la plateforme logistique entrepris à travers la réduction progressive du déficit en infrastructures ; (iii) l’expérimentation de « l’approche grappe » comme cadre de partenariat permettant de tirer effectivement parti des avantages compétitifs nés de la qualité du cadre Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 2 sur 68
  11. 11. macroéconomique et des réformes transversales et sectorielles ; (iv) la volonté de tous les acteurs de s’approprier l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques et (v) une culture multiforme du dialogue social favorisant la poursuite de la construction d’une démocratie apaisée, appellent d’urgence à la mise en place d’une stratégie de développement économique et social afin de hisser la croissance potentielle de l’économie à un niveau lui permettant de lisser ou d’amortir les mouvements erratiques liés aux chocs exogènes et donc d’inscrire le développement du pays dans une perspective durable d’amélioration des conditions de vie de la population. Cette ambition a amené l’ensemble des acteurs à convenir de la nécessité d’élaborer, pour la période quinquennale 2011-2015, une stratégie nationale empreinte à la fois de réalisme et de rupture. Cette nouvelle stratégie, cadre unique de référence en matière d’intervention pour tous les acteurs du développement, s’inscrit dans une vision de long terme et s’oppose à toute forme d’exclusion sociale. Elle appelle à une mise en œuvre optimale des politiques de gouvernance engagées aux niveaux central et local pour atteindre les OMD et poser les jalons de l’émergence en 2015.Processus d’élaboration7. Le processus d’élaboration de ce Document de Politique Economique et Sociale (DPES) pour la période 2011-2015 a été conduit par un comité technique ad hoc, onze (11) groupes de travail thématiques, cinq (5) « axes régionaux » et cinq (5) commissions d’acteurs. La méthodologie adoptée prend en compte les contributions des groupes thématiques et des études spécifiques.8. Le processus a été régi par les principes de travail suivants :  la démarche participative ;  le consensus fort autour des grandes orientations ;  la prise en compte des questions transversales (genre, droits humains, développement durable) ;  l’appropriation qui associe les acteurs à l’élaboration et facilite la mise en œuvre du DPES.9. Les travaux ont été menés en trois phases principales. La première est marquée par le bilan- diagnostic, englobant les revues sectorielles et le bilan de la mise en œuvre du DSRP-II. Elle s’est déroulée de mars à juin 2010. La deuxième phase a été consacrée à la formulation de nouvelles orientations stratégiques du DPES. Elle s’est déroulée de juillet à octobre 2010. L’élaboration du plan d’actions prioritaires et la finalisation de la matrice des indicateurs se sont étalées de novembre 2010 à juin 2011, dans un processus itératif qui a impliqué l’ensemble des acteurs.Contenu du document10. Le présent document se présente comme suit : le chapitre I décrit le profil de la croissance, de la pauvreté, des inégalités et les défis qu’ils posent aux différents acteurs économiques et sociaux en termes de bilan-diagnostic.11. La Stratégie elle-même est décrite au chapitre II, à travers la vision à long terme, les perspectives à l’horizon 2015 et les orientations stratégiques se rapportant aux politiques, programmes et projets qui vont donner corps à la Stratégie aux niveaux macroéconomique et sectoriel.12. Le chapitre III présente les priorités de la Stratégie, déclinées en un plan d’actions prioritaires.13. Enfin, le chapitre IV est consacré au dispositif à mettre en place pour assurer une mise en œuvre effective de la Stratégie ; il présente les rôles et responsabilités des acteurs et les mécanismes de revues périodiques sectorielles et globales à réaliser. Ce chapitre définit également le cadre de suivi et d’évaluation mis en place et circonscrit les facteurs de risques liés à la mise en œuvre de la Stratégie. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 3 sur 68
  12. 12. Chapitre I : Diagnostic économique et social, enjeux et défisIntroduction14. Le présent chapitre passe en revue les contraintes qui pèsent sur le rythme de la croissance et sur la redistribution plus équitable de ses fruits. Il met également en exergue les enjeux que l’on peut associer au profil de la pauvreté monétaire, à la structure de l’emploi, aux initiatives de lutte contre la pauvreté non monétaire et aux différentes formes de vulnérabilité. Une attention particulière est portée aux disparités régionales, à l’égalité et l’équité de genre, aux inégalités dans la répartition des revenus et à leurs liens avec la structure de l’appareil de production, tout comme aux inégalités dans l’accès aux services sociaux de base et leurs relations avec la pauvreté non monétaire.1.1. Profil de la croissance économique15. L’économie sénégalaise a fortement subi les contrecoups des chocs liés aux crises alimentaire, énergétique et financière, qui ont marqué la période 2006-2009. L’activité économique a ralenti avec un taux de croissance moyen de 3,3% sur la période 2006-2009 contre plus de 6% en moyenne sur la période 2003-2005. Toutefois, un redressement s’est opéré, malgré les difficultés notées dans la fourniture d’électricité, en 2010, à la faveur notamment des conditions favorables de l’environnement international mais également de la poursuite de la régularisation des engagements extrabudgétaires en vue de redynamiser l’activité du secteur privé. Ainsi, le taux de croissance du PIB réel s’est établi à 4,1% en 2010 contre 2,1% en 2009.16. La figure 1 décrit l’évolution de la contribution des différents secteurs à la formation du PIB sur la période allant de 1980 à 2008. La part du secteur primaire1 est estimée en moyenne à 20,2% sur la période 1980-1993. A partir de 1994, elle a connu une évolution à la baisse, passant ainsi de 18,4% à 14,6% en 2008. La contribution du secteur secondaire, qui était de 16,5% en 1980, tourne autour de 20% depuis 1991. En effet, l’industrie est de plus en plus dominée notamment par les activités agroalimentaires, les industries chimiques, le raffinage de pétrole, les matériaux de construction et les BTP. Parallèlement, la part du secteur tertiaire pris globalement (incluant les services des Administrations publiques, les services non marchands de logement et les services de personnel domestiques) s’est stabilisée au cours de la période 1980-2008 autour de 51,2%. La part du secteur informel dans l’économie demeure importante (plus de 40%) et concerne principalement l’agriculture et les activités de services ; ce qui se traduit par un faible progrès technique et une faible productivité. Figure 1: Evolution de la part des secteurs dans la formation du PIB, 1980-2008. Secteur primaire Secteur secondaire Secteur tertiaire 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 1 980 1 984 1 988 1 992 1 996 2 000 2 004 Est. 2008 Source : ANSD-MEF, 2010.1 Prise en compte des activités extractives. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 4 sur 68
  13. 13. 17. La consommation finale, avec une croissance moyenne de 7,3% en valeur sur la période 2006- 2010, a connu un accroissement plus rapide que le Produit Intérieur Brut (PIB) mesuré aux prix courants sur la même période. Une telle situation a induit la diminution du taux d’épargne intérieure qui est passé de 11,2% en 2000, à 9,1% en 2005 puis à 7,0% en 2010. En revanche, le taux d’épargne nationale a enregistré une hausse en passant de 13,4% en 2000 à 17,3% en 2010 à la faveur de la progression des envois de fonds des travailleurs sénégalais établis à l’étranger. La consommation finale publique, en valeur, a connu une hausse moyenne de 7,6% entre 2001 et 2010 (soutenue par une augmentation de 15% des salaires retracée dans le Tableau des Opérations Financières de l’Etat - TOFE).18. S’agissant du taux d’investissement, il a atteint 22,7% du PIB en 2010 contre 22,1% en 2009 à la suite de l’augmentation en valeur de 19,1% de la Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) globale. Cette dernière résulte des externalités positives dues à la forte hausse de la FBCF publique amorcée depuis 2004 (15,4%), à travers l’amélioration des infrastructures publiques. Les investissements directs étrangers (IDE) ont été cependant relativement faibles (58 millions de dollars US), avant de connaître un net dynamisme entre 2005 et 2009. Les IDE représentent en moyenne 2,8% de la FBCF, taux qui atteint plus de 15,0% en Ouganda, au Ghana ou encore en Malaisie. Au regard de ces résultats, le Sénégal a été classé, en 2006, à la 128ème place sur un total de 141 pays. Les investissements privés sont concentrés dans les sous-secteurs des télécommunications, des mines et du tourisme. Le taux de croissance de la FBCF privée a connu une dynamique assez forte sur la période 2004-2010. Cependant, l’importance de l’investissement dans le domaine du logement contribue à réduire son efficacité. Avec la forte progression des ressources budgétaires et l’apport substantiel de l’aide publique au développement, le taux d’investissement a quasiment doublé sur la période 1986-2010.19. Quant aux échanges extérieurs, ils ont été marqués par la dégradation de la balance commerciale, particulièrement en 2007 et 2008, du fait du renchérissement du prix des produits importés. Cette situation s’est traduite par une dégradation sensible du déficit du compte courant établi en 2007 à 11,6% et en 2008 à 14,2% du PIB, contre 6,9% en moyenne sur la période 2000-2006. Cependant, à la faveur de la détente sur les cours internationaux des produits de base, le déficit du compte courant a enregistré une amélioration en s’établissant à 6,4% du PIB en moyenne entre 2009 et 2010. Les déficits de la balance commerciale et du compte courant sont estimés respectivement à 978 milliards de F CFA et 388 milliards de F CFA en 2010.20. L’inflation est globalement maîtrisée. Elle subit, cependant, l’influence des fluctuations des cours mondiaux des produits alimentaires et énergétiques. En effet, la variation moyenne de l’Indice Harmonisé des Prix à la Consommation (IHPC) est passée de 1,5% entre 2000 et 2006 à près de 6% entre 2007 et 2008, sous l’effet des crises alimentaire et énergétique. Cependant, à la faveur de la détente observée sur les cours internationaux, les prix intérieurs ont renoué avec des rythmes de croissance plus modérés. Ainsi, en 2010, ils ont enregistré une hausse de 1,2% après un repli de 0,9% affiché en 2009. Sur le long terme, l’inflation devrait être maintenue en dessous du plafond communautaire de l’UEMOA (3%).21. Entre 2006 et 2010, le cadre macroéconomique a été globalement maîtrisé, en dépit du contexte mondial difficile. La dynamique de croissance empruntée par l’économie sénégalaise depuis 2006 (en moyenne annuelle 3,4%) est cependant restée en-deçà du scénario tendanciel (5,0%) consigné dans le DSRP-II.22. Le Sénégal a respecté l’essentiel de ses engagements vis-à-vis du Fonds Monétaire International (FMI), entre 2006 et 2010. Dans le cadre de la surveillance multilatérale de la CEDEAO, neuf critères de convergence sur dix sont respectés, au terme de lannée 2010. De même, six critères sur les huit définis par l’UEMOA ont été respectés. L’encours de la dette publique totale, qui a varié de 21,3% en 2006 à 34,4%% en 2010, est resté largement en-deçà du plafond communautaire (UEMOA) fixé à 70% du PIB. Au titre de la gestion budgétaire, l’Etat a maîtrisé les dépenses publiques, tout en préservant les dépenses sociales, malgré la baisse des recettes liée au Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 5 sur 68
  14. 14. ralentissement de l’activité économique. Toutefois, le déficit public2, estimé en moyenne à 2% du PIB entre 2001 et 2005, a atteint 5,7% en 2006 et 4,5% en moyenne entre 2007 et 2010.1.2. Contraintes à la production, à l’investissement privé et à l’entreprenariat23. La structure des sources de la croissance n’est pas assez diversifiée. Les principales contraintes des secteurs de production économique sont liées à la faible productivité des facteurs de production et leurs coûts encore élevés, au rôle toujours faible joué par le secteur privé et les collectivités locales et aux difficultés dans l’accès au financement pour les PME. L’économie sénégalaise souffre de déficits d’infrastructures en termes de quantité et de qualité, de la faiblesse du tissu industriel et d’un niveau encore peu élevé des investissements privés, notamment dans les secteurs productifs.24. Depuis la dévaluation du franc CFA survenue en 1994, la base de la croissance a été portée par les BTP, les télécommunications, les activités industrielles et le commerce, au détriment de l’agriculture qui occupe encore plus de la moitié de la population et pour laquelle elle génère l’essentiel des revenus monétaires. Cette structure de la base sectorielle de la croissance, jointe au maintien d’une configuration de politique sociale résiduelle, explique la persistance de la pauvreté en milieu rural et dans les périphéries des villes où la main-d’œuvre se réfugie dans des activités de survie caractéristiques du secteur informel. De manière générale, la faible productivité de l’agriculture ainsi que la part encore importante du secteur informel expliquent la faible productivité globale de l’économie sénégalaise avec, comme corollaire, un taux d’épargne également faible.25. Globalement, les sous-secteurs de l’économie primaire souffrent de difficultés d’accès aux intrants de qualité, de l’absence d’ouvrages et d’infrastructures modernes de production. De façon spécifique, l’absence d’un dispositif d’action sociale pour la création et la protection des revenus pour les personnes victimes de l’exclusion sociale. Le sous-secteur agricole fait face à un certain nombre de difficultés dont celles liées à l’accès aux facteurs de production, au faible niveau de mise en valeur des aménagements, à la forte dépendance aux cultures pluviales, à la non- disponibilité des semences de qualité, à l’inadéquation de la politique foncière, aux difficultés d’accès aux marchés et à la faible valorisation des produits exportés. Quant au sous-secteur de l’élevage, les contraintes qui entravent son développement sont relatives, entre autres, au faible niveau de production des races locales, à l’insuffisance d’infrastructures physiques de base, à la forte compétition agriculture-élevage pour l’occupation des terres et à l’absence de circuits modernes de transformation et de commercialisation des produits animaux. De même, dans le domaine de la sécurité alimentaire, le Sénégal fait face aux difficultés d’accès des populations à des produits alimentaires de qualité et en quantité suffisante mais aussi à une instabilité dans la couverture des besoins alimentaires.26. La restructuration de l’appareil de production ne s’est traduite ni par la création d’emplois qualifiés en milieu rural ni par un transfert notable d’unités de production informelles vers le secteur moderne. Cette restructuration devrait engendrer davantage de dynamisme dans l’exportation de produits et de services plus élaborés, au fur et à mesure que le taux de main- d’œuvre qualifiée augmentera dans l’économie. Le transfert de main-d’œuvre de l’agriculture, la pêche, l’élevage, la sylviculture et du secteur informel vers le reste de l’économie moderne doit s’accompagner d’efforts conséquents pour contribuer à l’amélioration de la productivité et à l’accroissement des opportunités de gains de revenus en faveur des individus évoluant dans ces domaines d’activité. Cela passe par une maîtrise des coûts d’exploitation, des produits de meilleure qualité et des prix plus rémunérateurs, mais également par le renforcement des capacités d’intervention de l’ensemble des acteurs, tous sexes confondus.2 Le solde budgétaire (dons compris) est structurellement négatif au Sénégal. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 6 sur 68
  15. 15. 27. La décennie 2000-2010 est marquée par un dynamisme des exportations. En effet, les exportations de marchandises et de services ont connu un taux de croissance moyen annuel respectivement de 5,6% et de 6,8% entre 2004 et 2010. Cependant, malgré cette tendance positive des exportations, la balance commerciale du Sénégal reste déficitaire(en moyenne 15,3% entre 1999 et 2008). Cette situation a entraîné une perte de parts de marché au niveau mondial. Le déficit des échanges avec le reste du monde s’est accentué, passant de 32,7% en 2005 à 42,7% en 2008.28. Les contraintes à l’essor du commerce se traduisent par des perturbations dans l’approvisionnement du marché intérieur, combinées à des prix élevés des biens et services de consommation. Elles sont liées à trois causes majeures : un déficit des supports de mise en marché, une insuffisance des moyens d’intervention et de surveillance des circuits de distribution, une insuffisance quantitative et qualitative de l’offre de biens et services tant pour le marché intérieur que pour le marché extérieur et un engorgement des circuits de commercialisation.29. Sur la période 2000-2007, on note une progression continue de l’actif des banques et établissements financiers, du secteur des assurances et des institutions de financement décentralisé. L’actif total des institutions financières s’est particulièrement accru en 2007, à la suite de celui des banques et établissements financiers. Cependant, un déséquilibre persiste entre la demande de crédit des PME et l’offre des banques et établissements financiers. Ainsi, le ratio crédits sur PIB se stabilise autour de 25% entre 2005 et 2007. Cette valeur reste inférieure aux niveaux atteints par les pays émergents.30. En outre, le système financier est marqué par une forte concentration des crédits alloués par les banques au profit de grandes entreprises qui présentent souvent des comptes certifiés et disposent d’actifs pouvant servir de garanties pour les prêts. L’analyse de la répartition des crédits a montré que la part affectée au secteur primaire est faible par rapport à celle qui va au secteur tertiaire. D’année en année, les secteurs qui bénéficient le plus des crédits sont les industries manufacturières (30%), la restauration commerciale, les hôtels (25%) et les services divers (18%) alors que l’agriculture, la sylviculture et la pêche ne reçoivent que 3% de ces crédits.31. Les PME et PMI, qui représentent respectivement 25% et 70% des entreprises au Sénégal, accèdent difficilement au financement, en raison des niveaux élevés de garanties bancaires exigées qui peuvent atteindre en moyenne 150% de la valeur des crédits demandés, selon le secteur. Aussi, les PME ont-elles recours à des solutions alternatives comme l’autofinancement et le crédit fournisseur ou aux Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) qui sont confrontés à la faiblesse de leurs capacités de financement et la difficulté de refinancement. En matière de microfinance, les obstacles auxquels les SFD sont confrontés ont pour nom : l’insuffisance des moyens de supervision, la dégradation du portefeuille de crédit et le manque de fiabilité des informations communiquées par certains SFD. Ces derniers souffrent également de l’absence de mécanismes pour la mise en place d’un fonds de garantie des dépôts et d’un fonds de sécurité ou de solidarité, l’absence de maîtrise, au niveau des SFD, du cycle et des caractéristiques des filières agricoles existantes et des chaînes de valeur qui les composent, l’absence d’une culture d’épargne et des difficultés de formulation des besoins dans le monde rural.32. Par ailleurs, les contraintes du sous-secteur de l’énergie continuent de peser sur la performance de toutes les composantes de l’économie nationale. Ce sous-secteur est marqué, entre autres, par le faible volume de l’offre et la qualité du service de l’électricité en zones urbaine et rurale, des délestages récurrents qui entravent les performances des activités économiques, un manque d’information et de sensibilisation sur l’utilisation rationnelle de l’énergie et la défaillance technique des opérateurs privés. Cette situation est imputable à la dépendance quasi exclusive aux importations de pétrole et l’absence de mécanismes adéquats d’amortissement des chocs exogènes, la faible capacité de raffinage et de stockage, la vétusté de la logistique de réception et de déchargement au niveau du port de Dakar, l’obsolescence des infrastructures électriques et le retard considérable dans la mise en œuvre des programmes de diversification des sources d’énergie. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 7 sur 68
  16. 16. 33. L’industrie est confrontée à une insuffisance de production, de compétitivité, un déficit des capacités des entreprises industrielles, une concentration thématique et géographique du tissu industriel. Sur le plan opérationnel, les initiatives sont encore timides au niveau du cadre de partenariat entre l’Etat et le secteur privé, particulièrement pour la promotion de l’initiative entrepreneuriale, l’éclosion de l’innovation par la recherche-application, le renforcement de la formation des futurs champions des différents secteurs et le développement du capital-risque. Le déficit énergétique et la faiblesse des plateformes infrastructurelles plombent la compétitivité des industries, en occasionnant des surcoûts non négligeables.34. S’agissant du sous-secteur du transport, il reste confronté, entre autres, à l’étroitesse du réseau routier national inégalement réparti, l’insuffisance de l’offre de services de transport public urbain et la vétusté du parc automobile et des infrastructures ferroviaires et portuaires.35. En ce qui concerne l’artisanat, le manque de compétitivité des biens et services artisanaux est induit par la faiblesse des capacités de production des artisans, l’insuffisance et l’inadaptation des circuits de commercialisation.36. Le rôle du secteur privé est limité essentiellement par le faible niveau des investissements privés surtout au niveau du secteur informel, les difficultés d’accès au financement et au foncier notamment pour les femmes, un environnement des affaires peu propice à l’investissement privé, le rôle peu visible des chambres consulaires et le fait que la personnalité juridique (caractère familial) des entreprises soit peu favorable à leur expansion.Enjeux liés au profil de la croissance économique37. Au total, la structure de l’économie est l’une des premières contraintes à une forte amélioration de la productivité et au relèvement notable des niveaux de vie. La faible productivité de l’agriculture ainsi que la part encore importante des services expliquent, en partie, la faible productivité globale de l’économie sénégalaise avec, comme corollaires, un taux d’épargne faible par rapport aux besoins de financement de l’investissement et une dépendance notable à l’aide publique au développement et aux transferts des Sénégalais de l’Extérieur. Le Sénégal disposera ainsi d’un potentiel important de progression vers des activités de plus grande valeur ajoutée au fur et à mesure qu’il investit dans les qualifications et les capacités de base. En effet, un tel investissement est essentiel à la productivité du travail dans les secteurs qui porteront la dynamique de diversification de l’appareil de production afin de bâtir une économie moderne aspirant à l’émergence économique. La valorisation et la promotion du potentiel des femmes dans l’agriculture et dans le secteur informel contribueront sans conteste à l’amélioration de la productivité globale de l’économie.38. Capitaux, capacités et compétences sont combinés par les acteurs pour générer à l’aide de talents et de technologies des flux de revenus et de ressources grâce aux activités qu’ils permettent de mettre à la portée des différents segments de la population : activités primaires, secondaires et tertiaires. La prise en charge correcte des aspirations exprimées à travers leurs initiatives quotidiennes de sortie de la pauvreté ou d’ascension sociale passe par l’extension des opportunités et des aptitudes à les concrétiser, par l’amélioration de la gouvernance locale et du fonctionnement de la démocratie à la base. Les programmes retenus pour la période 2011-2015 ont été dimensionnés sur la base des conditions initiales qui ressortent des tendances et des contraintes structurelles de la croissance et du partage équitable des fruits de la croissance, mais également des défis que recèle l’environnement national, sous-régional et mondial.39. Pour atteindre les taux de croissance devant placer le Sénégal sur une trajectoire d’émergence et de développement inclusif, les acteurs de la vie économique et sociale ont désormais à relever cumulativement le niveau du taux de croissance du PIB réel, éradiquer la pauvreté, améliorer l’accès aux services sociaux de base, créer des opportunités et lutter contre toute forme d’inégalité afin de garantir les droits humains. Il s’agit donc de maintenir le taux de croissance économique au-dessus d’un plancher tendanciel (5% au moins) afin de pouvoir revaloriser le PIB par tête Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 8 sur 68
  17. 17. d’habitant à plus de 3% par an au moins et d’insérer un nombre croissant d’hommes et de femmes dans les circuits de création de richesses.40. La stabilité du cadre macroéconomique est un attribut important de l’émergence économique. Elle est mesurée par la faiblesse du taux d’inflation, une faible volatilité du taux d’intérêt, un taux d’épargne élevé, une facilité à l’accès au crédit, y compris le microcrédit, une libéralisation du commerce, la viabilité des finances publiques et la stabilité du taux de change.1.3. Incidence de la pauvreté et stratégies développées par les populations41. Tout d’abord, il convient de rappeler l’approche de la pauvreté retenue par le Sénégal. Cette approche met l’accent sur la précarité qui affecte avec persistance plusieurs domaines de l’existence hypothéquant lourdement les chances de pouvoir assumer ses responsabilités et de reconquérir ses droits par soi-même. La pauvreté renvoie ainsi à un paquet de manques relatifs au revenu monétaire, à la nourriture, à l’habillement, à un logement décent et à l’accès à l’éducation, à la santé et à l’eau potable. L’approche empirique de cette définition de la pauvreté est traduite par un panier de biens alimentaires et non-alimentaires, indispensables, à chaque individu ou groupe d’individus, pour vivre dans des conditions décentes.42. Partant de cette approche de la pauvreté, il a été noté que, sur la période 2001-2005, le rythme de réduction de la pauvreté a évolué positivement. En effet, la proportion d’individus vivant en dessous du seuil de pauvreté a connu une baisse, passant de 57,1% en 2001 à 50,8% en 2005. La proportion des ménages vivant au-dessous du seuil de pauvreté monétaire a également accusé une baisse significative3, en passant de 48,5% en 2002 à 42,6% en 2005. L’image de stagnation à partir de 2006 du processus de réduction de la pauvreté monétaire que reflètent les estimations4 appelle à prêter davantage attention à l’évolution de la pauvreté non monétaire : l’accès aux services sociaux de base, à une alimentation décente, à une eau protégée de pollution, à un logement décent et un cadre de vie sain.43. Ainsi, au niveau national, l’incidence de la pauvreté des individus a quasiment stagné entre 2005 et 2009, passant de 50,8% à 50,7%. Par contre, elle a reculé légèrement à Dakar, s’est stabilisée dans les autres centres urbains et a un peu augmenté en milieu rural (de 61,9% en 2005 à 63,2% en 2009). La pauvreté reste un phénomène essentiellement rural, même si en milieu urbain, la vulnérabilité des ménages est assez notoire. Plus que la stagnation, de manière préoccupante, la profondeur et la sévérité de la pauvreté ont plutôt augmenté, induisant une aggravation de la situation des plus pauvres. De même, ces récentes simulations suggèrent une aggravation de l’inégalité, alors qu’elle était en baisse constante entre 2001-2005.44. La jeunesse de la population induit des répercussions sociales importantes, notamment les tensions sur le marché du travail. Les femmes sont majoritaires (52% de la population totale) et représentent 65% de la population active5. Cependant même si les statistiques sexo-spécifiques sont encore rares, les évolutions des indicateurs sociaux (taux d’analphabétisme, mortalité maternelle, etc.) laissent présager une féminisation de la pauvreté.45. Selon les secteurs économiques, l’emploi présente des disparités géographiques et de genre. Dans les zones rurales, les femmes sont principalement engagées dans lagriculture, lélevage et elles effectuent près de 82,6% du travail contre 79,4% pour les hommes. En milieu urbain, les femmes considèrent le secteur informel comme une alternative intéressante car nécessitant moins de compétences et de spécialisation, plus souple et plus adapté à leurs capacités financières et au calendrier de leurs activités. Elles restent ainsi peu représentées dans le secteur formel.3 Enquêtes ESAM, ESPS - 2005.4 Rapport provisoire Banque Mondiale et Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie -ANSD-, juin 2010.5 Source : Banque mondiale, 2009. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 9 sur 68
  18. 18. Enjeux liés à l’incidence de la pauvreté46. Sur la base des résultats définitifs des ESPS-I et II et de ce qui précède, les meilleures stratégies de sortie de la pauvreté pour les populations, notamment en milieu rural, appellent à la modernisation de l’agriculture et la stabilisation des revenus agricoles, l’accès équitable aux ressources et à leur contrôle dans le secteur agricole et dans le secteur informel, l’accès équitable aux services sociaux de base de qualité, la valorisation et la protection des ressources naturelles.47. L’enjeu devient alors la promotion du développement humain en général et l’éradication de la pauvreté, en particulier, à travers un processus d’autonomisation et de participation équitable des différentes communautés de base dans le cadre d’une croissance inclusive, d’une mobilité sociale ascendante et d’une protection sociale mieux ciblée.1.4. Facteurs d’exclusion et difficultés d’accès aux services sociaux de base48. De multiples contraintes expliquent la prépondérance des facteurs d’exclusion sociale. Sur le plan des ressources humaines, les taux élevés de chômage et de sous-emploi sont les signes les plus évidents de leur utilisation inefficiente. Il n’y aurait, en effet, qu’une personne sur cinq qui travaille à plein temps au Sénégal. Une telle situation laisse entrevoir un taux élevé de dépendance qui se traduit, entre autres, par une pression constante sur les individus qui travaillent et qui courent, ainsi, le risque de basculer dans la pauvreté monétaire frappant plus de la moitié des ménages. La dispersion des structures de soutien à l’emploi, la non articulation entre le marché du travail, la formation professionnelle et la politique d’accompagnement pour l’auto-emploi, la multiplicité des fonds avec des missions similaires, le manque de transparence du marché de l’emploi accentué par les retards notés dans la mise en place de l’observatoire de l’emploi et le répertoire opérationnel des métiers et emplois constituent des facteurs peu favorables à la baisse du chômage et du sous-emploi.49. Suivant les résultats de l’enquête réalisée en 2008 sur les dépenses des ménages à Dakar, le taux de chômage à Dakar est de 14,5%. Ce taux est calculé en comptabilisant les demandeurs d’emplois non disponibles pour travailler immédiatement et les personnes restant à la maison et qui accepteraient un emploi s’il leur en était proposé. Ce taux de chômage dit au sens élargi est de 9,5% chez les hommes et de 20,8% chez les femmes. Selon la tranche d’âge, il atteint son niveau le plus élevé (18,8%) chez les personnes de 15 à 29 ans. Suivant le niveau d’instruction, le chômage est plus fréquent chez les personnes du niveau du secondaire auprès desquelles il est de 22% au sens élargi. En milieu rural, l’exode vers les villes des jeunes et des femmes actives est certainement le signe le plus évident du déficit d’emplois productifs.50. Le déséquilibre entre les régions concerne l’accès et la mise en place de façon inégale des infrastructures de base - eau potable et assainissement, infrastructures de transport, de stockage, de conservation et de transformation des produits locaux, électricité, irrigation. S’y ajoute l’absence d’un crédit adapté qui prend dûment en considération le double caractère d’unité de production et de consommation du ménage agricole. Ces éléments sont perçus comme des sources majeures d’inégalité dans la contribution à la croissance.Enjeux liés au profil des inégalités51. L’adéquation entre le marché de l’emploi et la formation professionnelle constitue un défi à relever. Chaque année d’études ou de formation supplémentaire induit une hausse de la productivité du travail autour de 7,5% et 5,4% respectivement pour les entreprises du secteur moderne et celles du secteur informel, taux qui rendent compte d’un niveau de productivité relativement élevé (équivalent à celui de la valeur médiane du secteur moderne). Ces résultats suggèrent l’existence d’un effet « expérience » et/ou d’un effet « niveau minimum d’études » reflété par l’incidence de la qualification du travail sur la productivité. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 10 sur 68
  19. 19. 52. Le taux de croissance démographique est estimé à 2,6% sur la période intercensitaire 1988-2002 et l’espérance de vie à la naissance à 57,8 ans en 2009. La dernière Enquête démographique et de Santé (EDS-MICS, 2010) évalue l’Indice Synthétique de Fécondité (ISF) à 5,0 enfants par femme (6 en milieu rural contre 3,9 en milieu urbain). La structure par âge révèle une forte proportion de jeunes. Un peu plus d’un cinquième des femmes (22%) et plus d’un quart des hommes (27%) sont âgés de 15 à19 ans ; environ 20% des femmes et des hommes sénégalais ont entre 20 et 24 ans. Ces caractéristiques reflètent la structure d’une population très jeune. Subséquemment, l’offre de main-d’œuvre augmente encore plus vite que la population globale, puisque le taux de croissance de la population active, âgée de 15 à 64 ans est de 4%. Ce rythme est d’ailleurs plus rapide dans les villes que dans les campagnes en raison des flux nets d’exode rural. Le défi majeur est d’assurer une meilleure prise en compte de l’équité et de l’égalité de genre, mais aussi, de faire en sorte que la croissance démographique puisse favoriser la promotion de la croissance économique.53. Concernant les services sociaux de base, les contraintes du sous-secteur de la santé sont relatives aux difficultés d’accès aux soins, aux niveaux élevés de malnutrition6et de sous-alimentation, à l’accessibilité aux médicaments, aux ruptures fréquentes de stocks de vaccins, aux dysfonctionnements au niveau de la maintenance des équipements, à l’insuffisance et la répartition déséquilibrée du personnel qualifié et aux perturbations du travail dues au caractère souvent délétère des relations professionnelles et syndicales. Toutefois, l’Enquête Démographique et de Santé à Indicateurs Multiples (EDS-MICS, 2010-2011) a donné des résultats préliminaires encourageants pour le taux de mortalité infantile qui est de 72 décès pour mille naissances vivantes, contre 121‰ en 2005. Au regard de cette avancée significative réalisée et du rythme de progression, la cible fixée à l’horizon 2015 (44‰), pourrait être atteinte. Il importe de poursuivre les efforts pour la réduction de la mortalité néonatale qui se situe à 29‰ en 2010 contre 35‰ en 2005 (l’objectif en 2015 étant fixé à 16‰) et d’élargir l’accès aux soins de santé maternels et infantiles de qualité, notamment pour les groupes vulnérables.54. La faible efficacité interne et externe du système éducatif est, à son tour, due à plusieurs facteurs. On peut citer, entre autres, la faible couverture des filières par le système de formation professionnelle et technique et le niveau encore insuffisant d’infrastructures de qualité, de salles de travaux pratiques et de laboratoires mieux équipés, l’insuffisance des capacités d’accueil, du matériel didactique et de la qualification des enseignants, l’absence de système de suivi des placements et de notation des institutions en activité, le déficit de qualifications techniques et de cadres techniques intermédiaires, la précarité de l’environnement des apprentissages et les perturbations scolaires récurrentes. À ces facteurs s’ajoutent l’insuffisante prise en compte du genre dans les stratégies d’intervention, le déficit de cantines scolaires, la baisse du niveau d’enrôlement des hommes dans l’éducation non formelle, la faible implication des collectivités locales dans la mise en œuvre des programmes d’alphabétisation, l’absence de certification de la compétence des apprenants et d’un cadre de certification de la formation professionnelle, technique et supérieure.55. En dépit des résultats encourageants enregistrés, l’accès à l’eau potable est confrontée à la non réactualisation de l’inventaire des points d’accès à l’eau potable, au manque d’entretien des forages ruraux motorisés et également à la faible qualité et aux problèmes de distribution de l’eau. S’agissant de l’assainissement, la vétusté et l’étroitesse du réseau constituent les obstacles majeurs.56. D’après l’indice d’accès global à l’eau, à l’école, à la santé et aux marchés, les progrès réalisés sont réels. Toutefois, les inégalités persistent entre, d’une part, les ruraux et les citadins et, d’autre part, les régions. Selon les résultats de l’enquête-village 2009, les régions de Dakar, Ziguinchor et Diourbel ont les niveaux d’accès les plus élevés ; la population des communautés rurales de ces régions ont un accès aux services sociaux compris entre 88% et 100%. Viennent ensuite celles des régions de Fatick, Matam et Thiès (85%). Les régions de Louga, Tambacounda et Saint-Louis ont6 Environ 17,3% des enfants de moins de cinq (05) ans souffrent de la malnutrition L’objectif est de ramener ce taux à 10%au plus tard à l’horizon 2015. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 11 sur 68
  20. 20. un taux d’accès de 70%. Les régions de Kédougou, Kaffrine et Kolda ont les niveaux d’accès les plus bas (compris entre 50% et 60%).57. Concernant la protection de l’environnement, les contraintes majeures s’expliquent par le manque de synergie dans les interventions pour la prise en charge des problèmes environnementaux avec, en particulier, les insuffisances en matière de gestion de la transversalité de la problématique du développement durable.58. Le système de protection sociale nécessite une meilleure allocation des ressources, une amélioration de la couverture et du ciblage en vue d’avoir un impact sur les capacités et les revenus des populations les plus pauvres. Pour gagner en efficacité, le système de protection sociale doit comprendre autant de composantes que de phases dans le cycle de vie, de l’enfance à la vie de retraité, dans le sens de développer une relation de double causalité avec le processus d’accélération de la croissance et le respect des droits humains.59. Par ailleurs, on note de nombreuses contraintes liées à la prévention et la gestion des risques de catastrophes. On peut citer l’inexistence dune unité de recherche sur les risques majeurs naturels, le défaut de partage des expériences et de vulgarisation des techniques de prévention sur les risques de catastrophes. S’y ajoutent le déficit en moyens d’intervention dédiés (maritimes et aériens) et en équipements spécifiques pour la prise en charge des évènements de recherche et de sauvetage maritime, de sûreté maritime et de lutte contre la pollution marine. Enfin, il faut mentionner le manque d’un système d’assurance fonctionnel pour lindemnisation des victimes de catastrophes naturelles et l’inexistence de plans locaux durgence au niveau des collectivités locales et d’un système d’alerte national.1.5. Enjeux et implications d’ordre institutionnel et de gouvernance60. Une gouvernance centrale et locale efficace se mesure de plus en plus en termes de performances économiques et sociales appréciables au regard des meilleures pratiques internationales. Depuis le milieu des années 1990, le Sénégal s’emploie à conduire des réformes structurelles dans ce domaine. Cependant, diverses contraintes continuent de persister en matière de gouvernance économique, juridique et locale. En effet, concernant l’amélioration du climat des affaires, de nombreux biais demeurent : la lenteur, la rigidité et le coût élevé des procédures, le manque de confiance dans l’application de la justice, l’accès difficile à un foncier aménagé et en particulier pour les femmes et les dettes publiques amoindrissent les capacités du secteur privé.61. Dans le domaine de l’efficacité économique et financière, le Sénégal a pour objectifs la poursuite de l’amélioration de la programmation et de l’exécution budgétaires à travers plusieurs mécanismes. Il y a, entre autres, la généralisation des Cadres de Dépenses Sectoriels à Moyen Terme (CDSMT), l’institutionnalisation de la budgétisation sensible au genre, la réforme du code des marchés publics, la transparence dans la gestion publique, la lutte systématique contre la corruption et le blanchiment d’argent. S’agissant de la programmation et de l’exécution budgétaires, malgré la mise en œuvre satisfaisante du plan des réformes budgétaires et financières et la part de plus en plus importante des crédits alloués aux secteurs sociaux, certains secteurs souffrent d’un faible niveau des allocations budgétaires et de non efficience des dépenses publiques, occasionnant ainsi des lenteurs dans la mise en œuvre des politiques publiques. Des progrès réels ont été notés relativement à l’efficacité de l’Administration. Toutefois, des difficultés majeures persistent : la faible capacité technique, le déficit de personnel ou son vieillissement, la non cohérence des politiques publiques et la faible intégration des questions transversales.62. L’administration judiciaire est encore confrontée à de nombreuses difficultés qui atténuent ses performances : (i) des besoins en renforcement de capacités des ressources humaines (recrutement, formation initiale et continue) ; (ii) une durée de traitement des dossiers encore longue notamment dans le cadre de la gestion du contentieux commercial ; (iv) des infrastructures quelque peu Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 12 sur 68
  21. 21. vétustes (des juridictions, des établissements pénitentiaires et des services de la Direction de lAdministration Pénitentiaire et des services de la Direction de l’Education Surveillée et de la Protection Sociale (DESPS)) ; (v) une faible capacité de réinsertion socioprofessionnelle des détenus et des mineurs pris en charge par la DESPS.63. L’amélioration de la qualité du travail parlementaire se heurte au manque de moyens et aux faibles capacités d’analyse. Le recours aux assistants parlementaires ne compense que partiellement ce déficit. Le contrôle de l’exécutif par le législatif manque encore d’efficacité. Le nombre de propositions de lois est ainsi infime et les amendements sont rares. Le Parlement reste marqué par un manque de visibilité, faute d’une communication efficace. Les séances plénières et celles des commissions parlementaires sont faiblement médiatisées. Les capacités de recherche restent faibles (documentation, accès à des sources indépendantes d’information). L’évaluation est également très peu utilisée comme outil d’appréciation de l’action publique.64. En matière d’aménagement du territoire, des avancées significatives ont été notées, à travers l’adoption de la loi portant transformation des permis d’habiter et titres similaires en titres fonciers et de la loi portant organisation de la propriété foncière. En dépit des acquis constatés, des dysfonctionnements institutionnels et techniques empêchent de mener de façon efficiente les stratégies retenues dans les documents de planification spatiale. Ainsi en est-il de la non actualisation de la stratégie nationale d’aménagement du territoire, de l’absence d’instruments juridiques et financiers d’aménagement du territoire, de la non application du décret instituant un visa de localisation pour l’implantation de tout projet et action sur le territoire national. Il y a également une faible prise en charge de l’aménagement du territoire par les collectivités locales et une multiplication des conflits fonciers en l’absence d’un cadastre rural fiable. Pour répondre au besoin de sécurisation foncière et de promotion de l’investissement privé, l’Etat doit accélérer la réforme sur le foncier intégrant la mise en place d’un cadastre rural et l’organisation de la propriété foncière.65. Malgré les efforts consentis, les contraintes de la décentralisation et du développement local portent sur la faiblesse des transferts financiers de l’Etat, les retards dans la mise à disposition des fonds, impactant ainsi négativement sur le bon fonctionnement des services à compétences transférées, ou encore entraînant des difficultés de mobilisation du « potentiel financier local ». Toutefois, la question de la fiscalité locale se pose particulièrement face à l’enjeu de redistribution des revenus publics entre l’Etat et les collectivités locales, mais aussi par les incohérences et les faiblesses du système actuel. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 13 sur 68
  22. 22. Chapitre II : Politique économique et sociale 2011-20152.1. Vision66. « Une économie sénégalaise émergente garantissant un développement durable et dont les retombées positives sont réparties de manière solidaire ». Telle est la vision du présent DPES en tant que Stratégie de développement.67. Cette vision est en conformité avec l’étude Prospective « Sénégal 20357 » qui s’inscrit dans la perspective de consolider les acquis de « Sénégal 2015 » et d’intégrer les enjeux nouveaux. Elle est articulée, d’une part, aux scénarios de l’émergence et, d’autre part, à celui de l’efficacité économique, de l’éthique et de la durabilité, d’autre part, qui apparaissent plus appropriées à un développement harmonieux et durable pouvant prendre en charge les préoccupations des populations. Elle couvre à la fois le court terme, et compte tenu de la dynamique de l’économie, des développements s’échelonnant sur le long terme.68. A travers cette vision, la situation économique et sociale du Sénégal aura les caractéristiques suivantes : - des niveaux et une qualité de vie plus élevés ; - la paix, la stabilité et la démocratie ; - la bonne gouvernance centrale et locale et l’aménagement dynamique et équilibré du territoire ; - une population instruite, bien formée, apprenante et engagée au niveau des communautés locales et nationale ; - une économie compétitive, une dynamique de croissance forte et soutenue aux fruits mieux répartis, sur l’ensemble du territoire.2.2. Stratégie69. Pour que cette vision se réalise, la Stratégie 2011-2015 doit être source de transformation et interpelle tous les acteurs socioéconomiques pour tirer profit de la synergie de tous les secteurs. A cette fin, elle est articulée autour de trois axes liés et solidaires :  Création d’opportunités économiques et de richesses pour la promotion d’emplois productifs et une transformation structurelle de l’économie ;  Accélération de l’accès aux services sociaux de base, protection sociale et développement durable ;  Renforcement des principes fondamentaux de la bonne gouvernance et promotion des droits humains.70. Avec ces trois leviers, la Stratégie met l’accent sur une croissance inclusive favorable au développement économique et social, portée par un secteur privé en levant en particulier les contraintes structurelles qui entravent la compétitivité. Elle se focalise sur les conditions préalables indispensables pour saisir les opportunités d’investissement, résister aux chocs externes et relever les défis pour la mise en place d’un environnement socioéconomique et politique en vue de réaliser les objectifs du Millénaire et de bonne gouvernance.7 La vision « Sénégal 2035 » postule l’émergence dans la solidarité intra et intergénérationnelle. Dans cette image dufutur partagée par les acteurs, les valeurs comme la vertu et la gouvernance politique sont mises au service de l’efficacité etdu développement humain. Ainsi, elle concilie l’efficacité économique avec les valeurs éthiques et vise à instaurer lasolidarité intra et intergénérationnelle en vue d’assurer la durabilité du développement (éthique du futur). Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 14 sur 68
  23. 23. 71. Les politiques à mettre en œuvre pour pouvoir atteindre les objectifs fixés à l’horizon 2015 sont présentées ci-après. Dans le présent document, un objectif stratégique imprime l’orientation de la politique sectorielle et est décomposé en lignes d’actions concrètes déclinées en projets et programmes, dont la réalisation concourt directement à l’atteinte de l’objectif initialement établi. Cette démarche épouse l’approche de la gestion axée sur les résultats en retraçant la chaîne du cadre logique de la politique sectorielle, locale ou nationale.2.2.1. AXE 1 : Création d’opportunités économiques et de richesses pour la promotion d’emplois productifs et la transformation structurelle de l’économie72. La consolidation du cadre macroéconomique sain et stable dans un environnement des affairespropice permet de promouvoir une productivité globale de l’économie. Sous ce rapport, la mise enœuvre de politiques de développement des secteurs productifs et d’appui à la production, garantissantla compétitivité exige au préalable, le renforcement des facteurs de production. Il s’agit principalementde l’énergie et des infrastructures qui constituent les secteurs clés d’intégration du tissu économique etdes facteurs technologiques comme les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC)et télécommunications. Ainsi, le développement de l’agriculture et de l’économie rurale, en général,dans le but d’accélérer la croissance devra être accompagné de la promotion des PME/PMI et dusoutien du secteur industriel et des autres activités de services marchands. Dans ce contexte, laviabilisation de l’environnement extérieur garantit les chances de redéploiement de l’économienationale, compte tenu de la contribution majeure apportée par les Sénégalais de l’Extérieur et le rôledu Sénégal dans l’économie sous-régionale.2.2.1.1. Cadre macroéconomique73. Le maintien d’un cadre macroéconomique stable est la base des stratégies à mettre en œuvre pour impulser et entretenir, dans la durée, une croissance économique significative à large base sectorielle et sociale. En effet, la stabilité macroéconomique est essentielle pour contenir l’inflation et la volatilité du taux d’intérêt, réduire les risques et incertitudes pour les investisseurs et créer les conditions propices à la croissance soutenue du revenu.74. Dans le cadre de la mise en œuvre du DPES, trois scénarios ont été retenus dans le but de calibrer les choix d’investissements publics par rapport à la capacité de mobilisation des ressources. Il s’agit du scénario tendanciel, du scénario optimiste et du scénario pessimiste. Le contenu programmatique de ces scénarios a été élaboré grâce à une méthodologie statistique de priorisation (Cf. Annexe 2 relative à la méthodologie) qui a permis de hiérarchiser, relativement aux objectifs globaux du DPES ; les projets et programmes en trois classes de priorité.75. Le cadre macroéconomique de la période 2011-2015 s’inscrit dans la poursuite du relèvement du taux d’investissement observé ces dernières années ainsi que du taux d’épargne intérieure. En effet, à partir du niveau moyen de 26% atteint en 2005-2009, il est escompté un taux d’investissement moyen de 28,7% en 2011-2015 avec le soutien d’un taux d’épargne nationale renforcée par le relèvement de l’épargne intérieure. Ces niveaux des taux d’investissement et d’épargne, s’ils sont réalisés, seront compatibles avec un taux de croissance de 6,1% par an (Cf. tableau ci-dessous), envisagé dans le scénario optimiste8 de mise en œuvre du DPES. En effet, les résultats attendus laissent apparaître une amélioration de la croissance sur l’ensemble de la période8 Les hypothèses sont : exécution 35% des financements additionnels en 2011 et de 80% de 2012 à 2015. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 15 sur 68
  24. 24. par rapport au scénario de base9. Il en ressort un gain de croissance moyen de l’ordre 1,1 point de pourcentage portant ainsi le taux de croissance de 4,8% en 2011 à environ 7% en 2015. Tableau 1: Scénarios de croissance sur la période 2011-2015 Par rapport au Croissance du PIB en Croissance du PIB scénario de base % du scénario de base en % du scénario Années (tendanciel) optimiste (*) Gains en points de % A B B-A 2011 4,5 4,8 0,3 2012 4,8 5,8 1,0 2013 5,0 6,4 1,4 2014 5,2 6,7 1,5 2015 5,5 7,0 1,5 Moyenne 5,0 6,1 1,1 Source : Compilation DPEE et UCSPE, novembre 201176. Le Sénégal vise sur la période de mise en œuvre du DPES 2011-2015 à : (i) porter le taux de croissance économique en moyenne dans l’ordre de 6 à 7% ; (ii) ramener le déficit public en- dessous de 4% du PIB, à l’horizon 2014-2015 ; (iii) réduire le déficit du compte courant aux environs de 6% du PIB et (iv) stabiliser le ratio d’endettement à moins de 40% du PIB. Il est attendu une amélioration de la croissance sur l’ensemble de la période par rapport au scénario tendanciel.77. La Stratégie anticipe également sur une maîtrise des dépenses publiques et un accroissement substantiel des recettes budgétaires annuelles qui devraient passer de 1 403 milliards de F CFA en 2011 à 2 096 milliards de F CFA en 2015. Les recettes fiscales croîtraient de 1 325 milliards de F CFA en 2011 à 2 007 milliards de F CFA en 2015, soit une progression substantielle, imputable à la fois à l’effort de recouvrement des régies financières et à l’élargissement de la base taxable. Quant aux dépenses totales, elles évolueraient de 2 104 milliards de F CFA en 2011 à 2 721 milliards de F CFA en 2015. Le solde budgétaire de base hors PPTE & IADM et CTRS et dépenses au titre du prolongement de lautoroute à péage, est projeté en déficit de 95 milliards de F CFA en 2011 et à 6 milliards de F CFA en 2015, soit respectivement 7,4% et 3,9% du PIB. Sachant que les ressources additionnelles prévues durant la période s’élèvent à hauteur de 961 milliards de francs CFA, 445 milliards de F CFA (soit 46,3% du gap) seront financés par l’Etat grâce à l’amélioration des recettes engendrées par la croissance économique sur la période et 516 milliards de F CFA (soit 53,7% du gap) seront mobilisés auprès des Partenaires Techniques et Financiers. Sur la contribution attendue des Partenaires Techniques et Financiers, 45% seront obtenus sous forme de dons10 et le reste du financement à rechercher sera mobilisé sous forme de prêts à taux concessionnels. La détérioration nette du déficit public est imputable à l’augmentation sensible des dépenses d’investissement pour soutenir l’effort de rattrapage du retard enregistré dans les secteurs d’infrastructures.78. Par ailleurs, le solde des transactions courantes pourrait se maintenir autour d’un déficit de 6% du PIB sur la période. Cette performance résulterait d’une légère amélioration de la balance commerciale, en particulier. Quant au solde global, avec les améliorations du compte de capital et d’opérations financières, il passerait d’un excédent de 282,5 milliards de F CFA en 2011 à 307,59 Ce scénario ne tient pas compte des financements additionnels.10 Hypothèses basées sur les tendances historiques habituellement notées. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 16 sur 68

×