Your SlideShare is downloading. ×
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Dpes version-finale
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Dpes version-finale

484

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
484
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple – un but – une foiDocument de PolitiqueEconomique et Sociale DPES 2011-2015 Placer le Sénégal sur la rampe de l’émergence NOVEMBRE 2011 Guest REPUBLIQUE DU SENEGAL 19/04/2011 i Page
  • 2. Table des matièresListe des abréviations, acronymes et sigles ........................................................................................................ ivListe des figures .................................................................................................................................................... ixListe des tableaux ................................................................................................................................................. ixListe des annexes .................................................................................................................................................. ixIntroduction ........................................................................................................................................................... 2 Contexte général de la politique économique et sociale ................................................................................. 2 Processus d’élaboration .................................................................................................................................... 3 Contenu du document ...................................................................................................................................... 3Chapitre I : Diagnostic économique et social, enjeux et défis ........................................................................... 4 1.1. Profil de la croissance économique .......................................................................................... 4 1.2. Contraintes à la production, à l’investissement privé et à l’entreprenariat ........................ 6 1.3. Incidence de la pauvreté et stratégies développées par les populations ............................... 9 1.4. Facteurs d’exclusion et difficultés d’accès aux services sociaux de base ............................ 10 1.5. Enjeux et implications d’ordre institutionnel et de gouvernance ....................................... 12Chapitre II : Politique économique et sociale 2011-2015 ................................................................................. 14 2.1. Vision ....................................................................................................................................... 14 2.2. Stratégie ................................................................................................................................... 14 2.2.1. AXE 1 : Création d’opportunités économiques et de richesses pour la promotion d’emplois productifs et la transformation structurelle de l’économie ....................... 15 2.2.1.1. Cadre macroéconomique........................................................................................... 15 2.2.1.2. Développement du secteur privé et rôle des PME/PMI ............................................ 17 2.2.1.3. Initiatives pour accélérer la croissance économique ................................................. 19 2.2.1.4. Secteurs d’appui à la production et à la productivité ................................................ 20 2.2.1.4.1. Accès aux services énergétiques ............................................................................... 20 2.2.1.4.2. Développement et modernisation des infrastructures de transport ........................... 20 2.2.1.4.3. Services de transport ................................................................................................. 21 2.2.1.4.4. Secteur financier ....................................................................................................... 21 2.2.1.4.5. TIC et télécommunications ....................................................................................... 22 2.2.1.5. Développement intégré des filières de l’agriculture et de l’économie rurale ............ 23 2.2.1.5.1. Développement de l’agriculture ................................................................................ 23 2.2.1.5.2. Développement de l’élevage ..................................................................................... 26 2.2.1.5.3. Pêche et aquaculture.................................................................................................. 26 2.2.1.5.4. Hydraulique, irrigation et maîtrise de l’eau .............................................................. 27 2.2.1.5.5. Transformation agroalimentaire et promotion des produits agricoles....................... 27 2.2.1.6. Déploiement industriel et autres secteurs .................................................................. 28 2.2.1.6.1. Mines et carrières ...................................................................................................... 28 2.2.1.6.2. Industrie .................................................................................................................... 28 2.2.1.6.3. Capital foncier et Bâtiments et Travaux Publics (BTP) ............................................ 29 2.2.1.6.4. Tourisme ................................................................................................................... 29 2.2.1.6.5. Artisanat .................................................................................................................... 30 2.2.1.6.6. Culture....................................................................................................................... 30 2.2.1.6.7. Sports et loisirs .......................................................................................................... 30 2.2.1.6.8. Intégration régionale ................................................................................................. 31 2.2.1.6.9. Commerce ................................................................................................................. 31 2.2.1.6.10. Migrations internationales et Sénégalais de l’Extérieur ............................................ 31 2.2.2. AXE 2 : Accélération de l’accès aux services sociaux de base, protection sociale et développement durable .................................................................................................. 32 2.2.2.1. Education et développement des compétences et qualifications ............................... 33 2.2.2.2. Santé et nutrition ....................................................................................................... 34 2.2.2.3. Eau potable, hygiène et assainissement..................................................................... 35 2.2.2.4. Habitat et cadre de vie ............................................................................................... 35 2.2.2.5. Protection sociale et solidarité avec les populations vulnérables .............................. 36 Page ii
  • 3. 2.2.2.6. Promotion de l’équité et de l’égalité de genre........................................................... 37 2.2.2.7. Promotion de l’emploi............................................................................................... 38 2.2.2.8. Développement harmonieux de la jeunesse .............................................................. 38 2.2.2.9. Prévention et gestion des risques et catastrophes ...................................................... 39 2.2.2.10. Environnement, gestion des ressources naturelles et développement durable .......... 39 2.2.3. AXE 3 : Renforcement des principes fondamentaux de la bonne gouvernance et la promotion des droits humains ....................................................................................... 40 2.2.3.1. Pilotage stratégique des politiques sectorielles ......................................................... 41 2.2.3.2. Administration publique et réforme de l’Etat ........................................................... 41 2.2.3.3. Amélioration de la gestion des finances publiques ................................................... 42 2.2.3.4. Gouvernance judiciaire, protection et promotion des droits humains ....................... 43 2.2.3.5. Décentralisation, développement local et aménagement du territoire....................... 43 2.2.3.6. Travail parlementaire ................................................................................................ 45Chapitre III : Plan d’actions prioritaires (PAP) de la Stratégie ..................................................................... 46 3.1. Diversification des sources de production ............................................................................. 46 3.1.1. Développement de l’économie rurale .................................................................................... 46 3.1.2. Développement du secteur privé ............................................................................................ 48 3.2. Développement et modernisation des infrastructures structurantes .................................. 49 3.3. Meilleur accès aux services sociaux essentiels ...................................................................... 51 3.4. Bonne gouvernance des politiques publiques ....................................................................... 53Chapitre IV : Mise en œuvre et suivi-évaluation de la Stratégie..................................................................... 54 4.1. Fondements du suivi et de l’évaluation ................................................................................. 54 4.2. Dispositif de suivi et d’évaluation du DPES.......................................................................... 55 4.3. Acteurs, appropriation et responsabilité mutuelle ............................................................... 56 4.4. Indicateurs de suivi et d’évaluation ....................................................................................... 56 4.5. Financement du DPES ............................................................................................................ 58 4.6. Processus d’articulation entre le DPES et le budget national ............................................. 58 4.7. Risques liés à la mise en œuvre du DPES .............................................................................. 61ANNEXES .............................................................................................................................................................A Page iii
  • 4. Liste des abréviations, acronymes et siglesADEPME Agence de Développement et dEncadrement des Petites et Moyennes EntreprisesADL Agence de Développement LocalADS Aéroports Du SénégalAGVSAN Analyse Globale de la Vulnérabilité, de la Sécurité Alimentaire et de la NutritionAIBD Aéroport International Blaise DiagneANA Agence Nationale de l’AquacultureANAM Agence Nationale des Affaires MaritimesANAMS Agence Nationale de la Météorologie du SénégalANAQ Agence Nationale dAssurance QualitéANAT Agence Nationale de l’Aménagement du TerritoireANEJ Agence Nationale pour l’Emploi des JeunesANRAC Agence Nationale pour la Relance des Activités économiques et sociales en CasamanceANREVA Agence Nationale du plan de Retour Vers l’AgricultureANSD Agence Nationale de la Statistique et de la DémographieAPC Approche Par les CompétencesAPCD Acteur Porteur de Dynamique CommunautaireAPE Accords de Partenariat EconomiqueAPIX Agence de Promotion des Investissements et des grands travauxAPROSI Agence dAménagement et de Promotion des Sites IndustrielsARD Agence Régionale de DéveloppementARMP Agence de Régulation des Marchés PublicsARV Anti-Rétro-VirauxASC Association Sportive et CulturelleASEPEX Agence Sénégalaise de Promotion des ExportationsASIT Agence Sénégalaise de l’Innovation TechnologiqueASN Association Sénégalaise de NormalisationBCE Bureau d’appui à la Création d’EntrepriseBCEAO Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’OuestBCI Budget Consolidé d’InvestissementBEP Brevet d’Etudes ProfessionnellesBFEM Brevet de Fin d’Etudes MoyennesBIT Bureau International du TravailBT Brevet TechniqueBTP Bâtiments et Travaux PublicsBTS Brevet de Technicien SupérieurCAFSP Cellule d’Appui au Financement de la Santé et au PartenariatCAP Certificat d’Aptitude ProfessionnelleCCAP Contrôle Citoyen de l’Action PubliqueCDIPE Centre de Développement Intégré de la Petite EnfanceCDMT Cadre de Dépenses à Moyen TermeCDSMT Cadre de Dépenses Sectoriel à Moyen TermeCEDEAO Communauté Economique des États de l’Afrique de l’OuestCENTIF Cellule Nationale de Traitement des Informations FinancièresCEPOD Centre dEtudes de Politiques pour le DéveloppementCES Conseil Economique et SocialCETUD Conseil Exécutif des Transports Urbains de DakarCFEE Certificat de Fin d’Etudes ElémentairesCIEL Centre d’Initiative pour l’Emploi LocalCIMEL Centre dImpulsion pour la Modernisation de lElevage Page iv
  • 5. CMC Centre Multimédia CommunautaireCMP Code des Marchés PublicsCNAAS Compagnie Nationale d’Assurance Agricole du SénégalCNDCL Conseil National de Développement des Collectivités LocalesCNDS Comité National de Dialogue SocialCNLCC Commission Nationale de Lutte contre la Corruption et la ConcussionCNNCI Comité National des Négociations Commerciales InternationalesCNS Conseil National de la StatistiqueCOSAMA Consortium Sénégalais d’Activités MaritimesCPG Consultation Primaire GlobaleCPI Conseil Présidentiel de l’InvestissementCRADES Centre de Recherches, d’Analyse des Echanges et StatistiquesCRES Consortium pour la Recherche Economique et SocialeCSPLP Cellule de Suivi du Programme de Lutte contre la PauvretéCUR Centre Universitaire RégionalDAP Domaine Agricole PartagéDAPS Direction de l’Analyse, de la Prévision et des StatistiquesDAT Direction de lAménagement du TerritoireDB Direction du BudgetDDI Direction de la Dette et de l’InvestissementDCEF Direction de la Coopération Economique et FinancièreDCMP Direction Centrale des Marchés PublicsDEPONAT Déclaration de Politique nationale d’Aménagement du TerritoireDEPT Direction des Etudes et de la Planification TouristiqueDESPS Direction de l’Education Surveillée et de la Protection SocialeDGCPT Direction Générale de la Comptabilité Publique et du TrésorDGF Direction Générale des FinancesDGID Direction Générale des Impôts et DomainesDGP Direction Générale du PlanDIPE Développement Intégré de la Petite EnfanceDPEE Direction de la Prévision et des Etudes EconomiquesDPES Document de Politique Economique et SocialeDPPA Direction de la Promotion des Produits AgricolesDSRP Document de Stratégie de Réduction de la PauvretéDTA Direction de la Transformation AlimentaireEDS Enquête Démographique et de SantéEND Energie Non DistribuéeERN Environnement et Ressources NaturellesFBCF Formation Brute de Capital FixeENSAE Ecole nationale de Statistique de l’Analyse EconomiqueERIL Electrification Rurale d’Initiative LocaleESAM Enquête Sénégalaise Auprès des MénagesESPS Enquête de Suivi de la Pauvreté au SénégalFDD Fonds de Dotation de la DécentralisationFDTU Fonds de Développement des Transports UrbainsFECL Fonds d’Equipement des Collectivités LocalesFERA Fonds d’Entretien Routier AutonomeFMI Fonds Monétaire InternationalFNCF Fonds National de Crédit pour les FemmesFNPEF Fonds National de Promotion de lEntreprenariat FémininFNR Fonds National de RetraiteFONDEF Fonds de Développement de la Formation ProfessionnelleFPE Fonds de Promotion EconomiqueFPT Formation Technique et Professionnelle Page v
  • 6. FT Formation TechniqueGAR Gestion Axée sur les RésultatsGDRH Gestion Durable des Ressources HalieutiquesGELD Gouvernance Locale et Equité de GenreGIABA Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’ouestGIRMAC Gestion Intégrée des Ressources Marines et CôtièresGOANA Grande Offensive Agricole pour la Nourriture et l’AbondanceGPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des CompétencesGPL Gaz de Pétrole LiquéfiéGWh Gigawatt-heureHIMO Haute Intensité de Main-d’œuvreIA Inspection AcadémiqueIADM Initiative dAllégement de la Dette MultilatéraleIAS/IFRS International Accounting Standards/International Financial Reporting StandardsICAMO Institution de Coordination de lAssurance Maladie ObligatoireICS Industries Chimiques du SénégalIDE Investissements Directs ÉtrangersIDEN Inspection Départementale de l’Education NationaleIFAN Institut Fondamental dAfrique NoireINPS Initiative Nationale pour la Protection Sociale des groupes vulnérablesIPRES Institut de Prévoyance Retraite du SénégalIPS Institutions de Prévoyance SocialeIRD Institut de Recherche pour le DéveloppementISF Indice Synthétique de FéconditéISPE Instrument de Soutien à la Politique EconomiqueISRA Institut Sénégalais de Recherche AgricoleITA Institut de Technologie AlimentaireLARTES Laboratoire de Recherche sur les Transformations Economiques et SocialesLBC Lampes à Basse ConsommationLFI Loi de Finances InitialeLFR Loi de Finances RectificativeLMD Licence Master DoctoratLOASP Loi d’Orientation Agro-Sylvo-PastoraleMEF Ministère de l’Economie et des FinancesMW MégawattNETS Nutrition ciblée sur l’Enfant et Transferts SociauxNPNE Nouvelle Politique Nationale de lEmploiOMD Objectifs du Millénaire pour le DéveloppementOMS Organisation Mondiale de la SantéOMVG Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve GambieOMVS Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve SénégalONAS Office National de lAssainissement du SénégalONEQP Observatoire National de l’Emploi et des Qualifications ProfessionnellesONFP Office National pour la Formation ProfessionnelleORIO Programme pour le développement des infrastructuresOS Objectif StratégiquePADEL Projet d’Appui au Développement Economique LocalPADERCA Projet dAppui au Développement Rural en CasamancePAER Plans dAction Environnementaux et RégionauxPAFA Projet dAppui aux Filières Agricoles Page vi
  • 7. PAGF/MP Plan d’Action Global de Formation sur les Marchés PublicsPAM Programme Alimentaire MondialPAMU Programme d’Amélioration de la Mobilité UrbainePAP Plan d’Actions PrioritairesPAPIL Projet d’Appui à la Petite Irrigation LocalePATMUR Projet d’Appui au Transport et à la Mobilité UrbainePASMI Programme dAppui au Secteur MinierPCNPETE Plan Cadre national pour la Prévention et l’Elimination du Travail des EnfantsPDDAA Programme Détaillé de Développement de lAgriculture AfricainePDEF Programme Décennal de lEducation et de la FormationPDIS Programme de Développement Intégré de la SantéPDMAS Programme de Développement des Marchés Agricoles au SénégalPDU Plan Directeur d’UrbanismePEA Pôles d’Emergence AgricolesPEFA Public Expenditure and Financial AccountabilityPEPAM Programme dEau Potable et dAssainissement du MillénairePER Programme Economique RégionalPGAT Plan Général dAménagement du TerritoirePGE Plans de Gestion EnvironnementalePIB Produit Intérieur BrutPLASEPRI Plateforme dappui au Secteur PrivéPLT Projet eau à Long TermePMB Produit Mondial BrutPME Petite et Moyenne EntreprisePMI Petite et Moyenne IndustriePNAR Programme National d’Autosuffisance en RizPNASA Programme National dAppui à la Sécurité AlimentairePNB Programme National BiocarburantsPNBG Programme National de Bonne GouvernancePNDL Programme National de Développement LocalPNDS Programme National de Développement SanitairePNG Plan National GéomatiquePNIA Programme National dInvestissement AgricolePNLS Programme National de Lutte contre le SidaPNRH Plan National de restructuration des Ressources HalieutiquesPODES Plan d’Orientation pour le Développement Economique et SocialPOR Plans d’Opérations RégionauxPPJ Projet de Promotion des JeunesPPTE Pays Pauvres très endettésPRAESC Programme de Relance des Activités Economiques et Sociales en CasamancePRECASEJ Programme de Renforcement des Capacités en Suivi évaluation en matière d’Emploi des JeunesPRECOL Programme de Renforcement et d’Equipement des Collectivités LocalesPREMs Projets Energétiques MultisectorielsPRI Politique de Redéploiement IndustrielPRN Programme de Renforcement de la NutritionPRODAM Projet de Développement Agricole de MatamPROGERT Projet de Gestion et de Restauration des Terres DégradéesPROMER Projet de Promotion des Micro-Entreprises RuralesPRSE Projet de Restructuration du Secteur de l’ElectricitéPSJ Programme Sectoriel JusticePST Programme Sectoriel des TransportsPTF Partenaires Techniques et FinanciersPTIP Programme Triennal dInvestissements PublicsRBT Réserves de Biosphères Transfrontières Page vii
  • 8. RCC Réduction des Risques de CatastrophesRCCM Registre du Commerce et du Crédit MobilierRGPHA Recensement Général de la Population, Habitat, Agriculture et ElevageRN Route NationaleROME Répertoire Opérationnel des Métiers et EmploisSAGTC Schéma dAménagement et de Gestion du Terroir CommunautaireSAO Substances Appauvrissant la couche d’OzoneSAP Système national d’Alerte PrécoceSCA Stratégie de Croissance AccéléréeSDAU Schéma Directeur d’Aménagement et d’UrbanismeSDE Sénégalaise Des EauxSDS Schéma Directeur de la StatistiqueSE Sénégalais de l’ExtérieurSENELEC Société Nationale d’ElectricitéSERPM Société d’Etude et de Réalisation des Phosphates de MatamSFD Systèmes Financiers DécentralisésSIDA Syndrome d’Immuno Déficience AcquiseSIGEL Système d’Information de Gestion de l’ElevageSIGFIP Système Intégré de Gestion des Finances PubliquesSISE-DL Système d’Information et de Suivi-Evaluation pour le Développement LocalSMART Spécifique Mesurable Atteignable Raisonnable et Temporellement définiSNAT Stratégie Nationale d’Aménagement du TerritoireSNDS Stratégie Nationale de Développement de la StatistiqueSNEEG Stratégie Nationale d’Equité et d’Egalité de GenreSNPS Stratégie Nationale de Protection SocialeSPS Socle de Protection SocialeSRAT Services Régionaux d’Aménagement du TerritoireSSN Système Statistique NationalSYGMAP Système de Gestion des Marchés PublicsTAA Taux d’Autosuffisance AlimentaireTAP Taux d’Achèvement du PrimaireTBA Taux Brut d’AdmissionTBS Taux Brut de ScolarisationTDI Taux de Dépendance des ImportationsTDR Test de Diagnostic RapideTGI Tribunal de Grande InstanceTI Tribunal d’InstanceTIC Technologies de l’Information et de la CommunicationTOFE Tableau des Opérations Financières de l’EtatTPI Traitement Préventif IntermittentTVA Taxe sur la Valeur AjoutéeUCP Unité de Coordination des Projets et programmesUCSPE Unité de Coordination et de Suivi de la Politique EconomiqueUEMOA Union Economique et Monétaire Ouest AfricaineUNICEF Fonds des Nations Unies pour lEnfanceVBG Violences Basées sur le GenreVDN Voie de Dégagement NordVIH Virus de lImmunodéficience HumaineZAC Zone d’Aménagement Concertée Page viii
  • 9. Liste des figuresFigure 1: Evolution de la part des secteurs dans la formation du PIB, 1980-2008. ................................ 4Figure 2:Répartition (en %) du financement total du DPES (scénario optimiste) selon les axes ......... 59Liste des tableauxTableau 1: Scénarios de croissance sur la période 2011-2015 ............................................................. 16Tableau 2: Croissance et déficit public selon les scénarios. .................................................................. 60Liste des annexesAnnexe 1 : Liste restreinte des indicateurs du DPES .................................................................................................................. AAnnexe 2: Méthodologie de la priorisation des actions du DPES ............................................................................................... GAnnexe 3: Financement (en millions FCFA) du scénario tendanciel du PAP/DPES par axes stratégiques. ................................. HAnnexe 4: Financement (en millions FCFA) du scénario pessimiste du PAP/DPES par axes stratégiques. ................................. HAnnexe 5: Financement (en millions FCFA) du scénario optimiste du PAP/DPES par sous-secteurs et domaines. ..................... IAnnexe 6: Financement (en millions FCFA) du scénario tendanciel du PAP/DPES par sous-secteurs et domaines. .................. TAnnexe 7: Financement (en millions FCFA) du scénario pessimiste du PAP/DPES par sous-secteurs et domaines. ................ CCAnnexe 8: Projection du Produit Intérieur Brut par branche d’activité selon le scénario tendanciel. .................................... GGAnnexe 9: Tableau des opérations financières de lEtat - 2011-2015 selon le scénario tendanciel. ........................................ KKAnnexe 10: Balance des paiements selon le scénario tendanciel. .......................................................................................... NNAnnexe 11: Situation des institutions monétaires selon le scénario tendanciel. .................................................................... OOAnnexe 12: Projection du Produit Intérieur Brut par branche d’activité selon le scénario optimiste. ..................................... PPAnnexe 13: Tableau des opérations financières de lEtat selon le scénario optimiste. ............................................................ TTAnnexe 14: Balance des paiements selon le scénario optimiste. .......................................................................................... WWAnnexe 15: Situation des institutions monétaires selon le scénario optimiste. ....................................................................... XXAnnexe 16: Projection du Produit Intérieur Brut par branche d’activité selon le scénario pessimiste. ................................... YYAnnexe 17: Tableau des opérations financières de lEtat selon le scénario pessimiste. ........................................................ BBBAnnexe 18: Balance des paiements selon le scénario pessimiste. ..........................................................................................EEEAnnexe 19: Situation des institutions monétaires selon le scénario pessimiste. .................................................................... FFFAnnexe 20: Acteurs du processus participatif. ...................................................................................................................... GGGAnnexe 21: Participation nationale au processus délaboration du DPES. ................................................................................ III Page ix
  • 10. IntroductionContexte général de la politique économique et sociale1. Depuis son éligibilité à l’Initiative Pays Pauvres Très Endettés (PPTE) en 2000, le Sénégal met en œuvre à travers sa stratégie globale de réduction de la pauvreté, le DSRP, ses politiques et programmes intégrés, sur la base d’une démarche de plus en plus inclusive, visant à assurer les conditions d’une croissance soutenue et durable, à réduire significativement la pauvreté et à atteindre les OMD.2. Le DSRP-I, défini sur la période 2003-2005, à été mis à profit par l’Etat pour améliorer les objectifs de croissance du Programme d’Ajustement global (post dévaluation) et corriger ses incidences négatives aux plans social et politique. Ainsi, mis à part le ralentissement de la croissance noté en 2002, la situation d’ensemble de l’économie sénégalaise a continué à s’améliorer. Le PIB réel a crû d’environ 5% par an en moyenne entre 1995 et 2005, en se traduisant par une croissance non négligeable du secteur manufacturier et des services où la productivité du travail, malgré une tendance à la baisse, est relativement élevée. En outre, la productivité du capital est relativement forte ainsi que les taux dutilisation des capacités de production. Ces résultats ont été réalisés dans un contexte de maîtrise de l’inflation, de réduction continue des déficits aussi bien des finances publiques que de la balance des paiements courants. Toutefois, divers problèmes structurels perdurent pendant que l’attractivité du Sénégal pour les investisseurs reste modérée.3. La croissance soutenue enregistrée en 1995-2005 s’est également traduite par un recul appréciable de la pauvreté sur la même période. Mais les taux de pauvreté sont encore relativement élevés et la distribution des revenus reste particulièrement inégalitaire au Sénégal. Cela appelle davantage de mesures vigoureuses pour réduire la pauvreté de moitié en 2015 et souligne clairement le défi de la redistribution plus solidaire des fruits de cette croissance, condition requise pour que celle-ci ne profite pas exclusivement au monde urbain et limite ainsi les gains en termes de réduction de la pauvreté.4. Durant la période 2006-2010 du DSRP-II, les facteurs qui ont permis de réaliser une forte croissance du PIB et d’améliorer la qualité de vie des populations entre 1995 et 2005, ont été durement affectés successivement par les crises alimentaire et énergétique, et la dépression économique et financière de 2008, exposant une nouvelle fois, au grand jour, les faiblesses structurelles de l´économie. Les projections de pauvreté réalisées pour la période 2005-2009 suggèrent ainsi une stagnation des indicateurs de pauvreté, le taux de croissance du PIB par tête n’étant que de 0,5% en moyenne par an. L’incidence de la pauvreté passerait de 50,8% en 2005 à 50,7% en 2009 grâce à la mise en œuvre de projets publics qui visaient à faciliter l’accès à un logement et un cadre de vie sains, à une alimentation suffisante, à l’eau potable, à la santé, à l’éducation et aux marchés.5. Ces résultats sur la période 2005-2010, mettent en évidence la fragilité de l’économie sénégalaise et sa capacité dans le long terme à améliorer de manière durable les conditions de vie des populations. Par ailleurs, de nouveaux défis sont apparus : (i) l’avènement des nouveaux pays émergents ; (ii) le mouvement vers l’énergie propre et les substituts du pétrole ; (iii) les effets des changements climatiques; (iv) la demande croissante de sécurité alimentaire ; (v) les mutations socio-économiques en Afrique ; (vi) la référence croissante au principe de précaution et le besoin de plus en plus exigeant de sécurité et (vii) l’égalité de genre et l’autonomisation de la femme.6. Ces défis conjugués à certaines évolutions positives telles que : (i) le dynamisme des exportations de services et la relative diversification des produits et marchés d’exportation ; (ii) le relèvement de la plateforme logistique entrepris à travers la réduction progressive du déficit en infrastructures ; (iii) l’expérimentation de « l’approche grappe » comme cadre de partenariat permettant de tirer effectivement parti des avantages compétitifs nés de la qualité du cadre Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 2 sur 68
  • 11. macroéconomique et des réformes transversales et sectorielles ; (iv) la volonté de tous les acteurs de s’approprier l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques et (v) une culture multiforme du dialogue social favorisant la poursuite de la construction d’une démocratie apaisée, appellent d’urgence à la mise en place d’une stratégie de développement économique et social afin de hisser la croissance potentielle de l’économie à un niveau lui permettant de lisser ou d’amortir les mouvements erratiques liés aux chocs exogènes et donc d’inscrire le développement du pays dans une perspective durable d’amélioration des conditions de vie de la population. Cette ambition a amené l’ensemble des acteurs à convenir de la nécessité d’élaborer, pour la période quinquennale 2011-2015, une stratégie nationale empreinte à la fois de réalisme et de rupture. Cette nouvelle stratégie, cadre unique de référence en matière d’intervention pour tous les acteurs du développement, s’inscrit dans une vision de long terme et s’oppose à toute forme d’exclusion sociale. Elle appelle à une mise en œuvre optimale des politiques de gouvernance engagées aux niveaux central et local pour atteindre les OMD et poser les jalons de l’émergence en 2015.Processus d’élaboration7. Le processus d’élaboration de ce Document de Politique Economique et Sociale (DPES) pour la période 2011-2015 a été conduit par un comité technique ad hoc, onze (11) groupes de travail thématiques, cinq (5) « axes régionaux » et cinq (5) commissions d’acteurs. La méthodologie adoptée prend en compte les contributions des groupes thématiques et des études spécifiques.8. Le processus a été régi par les principes de travail suivants :  la démarche participative ;  le consensus fort autour des grandes orientations ;  la prise en compte des questions transversales (genre, droits humains, développement durable) ;  l’appropriation qui associe les acteurs à l’élaboration et facilite la mise en œuvre du DPES.9. Les travaux ont été menés en trois phases principales. La première est marquée par le bilan- diagnostic, englobant les revues sectorielles et le bilan de la mise en œuvre du DSRP-II. Elle s’est déroulée de mars à juin 2010. La deuxième phase a été consacrée à la formulation de nouvelles orientations stratégiques du DPES. Elle s’est déroulée de juillet à octobre 2010. L’élaboration du plan d’actions prioritaires et la finalisation de la matrice des indicateurs se sont étalées de novembre 2010 à juin 2011, dans un processus itératif qui a impliqué l’ensemble des acteurs.Contenu du document10. Le présent document se présente comme suit : le chapitre I décrit le profil de la croissance, de la pauvreté, des inégalités et les défis qu’ils posent aux différents acteurs économiques et sociaux en termes de bilan-diagnostic.11. La Stratégie elle-même est décrite au chapitre II, à travers la vision à long terme, les perspectives à l’horizon 2015 et les orientations stratégiques se rapportant aux politiques, programmes et projets qui vont donner corps à la Stratégie aux niveaux macroéconomique et sectoriel.12. Le chapitre III présente les priorités de la Stratégie, déclinées en un plan d’actions prioritaires.13. Enfin, le chapitre IV est consacré au dispositif à mettre en place pour assurer une mise en œuvre effective de la Stratégie ; il présente les rôles et responsabilités des acteurs et les mécanismes de revues périodiques sectorielles et globales à réaliser. Ce chapitre définit également le cadre de suivi et d’évaluation mis en place et circonscrit les facteurs de risques liés à la mise en œuvre de la Stratégie. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 3 sur 68
  • 12. Chapitre I : Diagnostic économique et social, enjeux et défisIntroduction14. Le présent chapitre passe en revue les contraintes qui pèsent sur le rythme de la croissance et sur la redistribution plus équitable de ses fruits. Il met également en exergue les enjeux que l’on peut associer au profil de la pauvreté monétaire, à la structure de l’emploi, aux initiatives de lutte contre la pauvreté non monétaire et aux différentes formes de vulnérabilité. Une attention particulière est portée aux disparités régionales, à l’égalité et l’équité de genre, aux inégalités dans la répartition des revenus et à leurs liens avec la structure de l’appareil de production, tout comme aux inégalités dans l’accès aux services sociaux de base et leurs relations avec la pauvreté non monétaire.1.1. Profil de la croissance économique15. L’économie sénégalaise a fortement subi les contrecoups des chocs liés aux crises alimentaire, énergétique et financière, qui ont marqué la période 2006-2009. L’activité économique a ralenti avec un taux de croissance moyen de 3,3% sur la période 2006-2009 contre plus de 6% en moyenne sur la période 2003-2005. Toutefois, un redressement s’est opéré, malgré les difficultés notées dans la fourniture d’électricité, en 2010, à la faveur notamment des conditions favorables de l’environnement international mais également de la poursuite de la régularisation des engagements extrabudgétaires en vue de redynamiser l’activité du secteur privé. Ainsi, le taux de croissance du PIB réel s’est établi à 4,1% en 2010 contre 2,1% en 2009.16. La figure 1 décrit l’évolution de la contribution des différents secteurs à la formation du PIB sur la période allant de 1980 à 2008. La part du secteur primaire1 est estimée en moyenne à 20,2% sur la période 1980-1993. A partir de 1994, elle a connu une évolution à la baisse, passant ainsi de 18,4% à 14,6% en 2008. La contribution du secteur secondaire, qui était de 16,5% en 1980, tourne autour de 20% depuis 1991. En effet, l’industrie est de plus en plus dominée notamment par les activités agroalimentaires, les industries chimiques, le raffinage de pétrole, les matériaux de construction et les BTP. Parallèlement, la part du secteur tertiaire pris globalement (incluant les services des Administrations publiques, les services non marchands de logement et les services de personnel domestiques) s’est stabilisée au cours de la période 1980-2008 autour de 51,2%. La part du secteur informel dans l’économie demeure importante (plus de 40%) et concerne principalement l’agriculture et les activités de services ; ce qui se traduit par un faible progrès technique et une faible productivité. Figure 1: Evolution de la part des secteurs dans la formation du PIB, 1980-2008. Secteur primaire Secteur secondaire Secteur tertiaire 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 1 980 1 984 1 988 1 992 1 996 2 000 2 004 Est. 2008 Source : ANSD-MEF, 2010.1 Prise en compte des activités extractives. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 4 sur 68
  • 13. 17. La consommation finale, avec une croissance moyenne de 7,3% en valeur sur la période 2006- 2010, a connu un accroissement plus rapide que le Produit Intérieur Brut (PIB) mesuré aux prix courants sur la même période. Une telle situation a induit la diminution du taux d’épargne intérieure qui est passé de 11,2% en 2000, à 9,1% en 2005 puis à 7,0% en 2010. En revanche, le taux d’épargne nationale a enregistré une hausse en passant de 13,4% en 2000 à 17,3% en 2010 à la faveur de la progression des envois de fonds des travailleurs sénégalais établis à l’étranger. La consommation finale publique, en valeur, a connu une hausse moyenne de 7,6% entre 2001 et 2010 (soutenue par une augmentation de 15% des salaires retracée dans le Tableau des Opérations Financières de l’Etat - TOFE).18. S’agissant du taux d’investissement, il a atteint 22,7% du PIB en 2010 contre 22,1% en 2009 à la suite de l’augmentation en valeur de 19,1% de la Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) globale. Cette dernière résulte des externalités positives dues à la forte hausse de la FBCF publique amorcée depuis 2004 (15,4%), à travers l’amélioration des infrastructures publiques. Les investissements directs étrangers (IDE) ont été cependant relativement faibles (58 millions de dollars US), avant de connaître un net dynamisme entre 2005 et 2009. Les IDE représentent en moyenne 2,8% de la FBCF, taux qui atteint plus de 15,0% en Ouganda, au Ghana ou encore en Malaisie. Au regard de ces résultats, le Sénégal a été classé, en 2006, à la 128ème place sur un total de 141 pays. Les investissements privés sont concentrés dans les sous-secteurs des télécommunications, des mines et du tourisme. Le taux de croissance de la FBCF privée a connu une dynamique assez forte sur la période 2004-2010. Cependant, l’importance de l’investissement dans le domaine du logement contribue à réduire son efficacité. Avec la forte progression des ressources budgétaires et l’apport substantiel de l’aide publique au développement, le taux d’investissement a quasiment doublé sur la période 1986-2010.19. Quant aux échanges extérieurs, ils ont été marqués par la dégradation de la balance commerciale, particulièrement en 2007 et 2008, du fait du renchérissement du prix des produits importés. Cette situation s’est traduite par une dégradation sensible du déficit du compte courant établi en 2007 à 11,6% et en 2008 à 14,2% du PIB, contre 6,9% en moyenne sur la période 2000-2006. Cependant, à la faveur de la détente sur les cours internationaux des produits de base, le déficit du compte courant a enregistré une amélioration en s’établissant à 6,4% du PIB en moyenne entre 2009 et 2010. Les déficits de la balance commerciale et du compte courant sont estimés respectivement à 978 milliards de F CFA et 388 milliards de F CFA en 2010.20. L’inflation est globalement maîtrisée. Elle subit, cependant, l’influence des fluctuations des cours mondiaux des produits alimentaires et énergétiques. En effet, la variation moyenne de l’Indice Harmonisé des Prix à la Consommation (IHPC) est passée de 1,5% entre 2000 et 2006 à près de 6% entre 2007 et 2008, sous l’effet des crises alimentaire et énergétique. Cependant, à la faveur de la détente observée sur les cours internationaux, les prix intérieurs ont renoué avec des rythmes de croissance plus modérés. Ainsi, en 2010, ils ont enregistré une hausse de 1,2% après un repli de 0,9% affiché en 2009. Sur le long terme, l’inflation devrait être maintenue en dessous du plafond communautaire de l’UEMOA (3%).21. Entre 2006 et 2010, le cadre macroéconomique a été globalement maîtrisé, en dépit du contexte mondial difficile. La dynamique de croissance empruntée par l’économie sénégalaise depuis 2006 (en moyenne annuelle 3,4%) est cependant restée en-deçà du scénario tendanciel (5,0%) consigné dans le DSRP-II.22. Le Sénégal a respecté l’essentiel de ses engagements vis-à-vis du Fonds Monétaire International (FMI), entre 2006 et 2010. Dans le cadre de la surveillance multilatérale de la CEDEAO, neuf critères de convergence sur dix sont respectés, au terme de lannée 2010. De même, six critères sur les huit définis par l’UEMOA ont été respectés. L’encours de la dette publique totale, qui a varié de 21,3% en 2006 à 34,4%% en 2010, est resté largement en-deçà du plafond communautaire (UEMOA) fixé à 70% du PIB. Au titre de la gestion budgétaire, l’Etat a maîtrisé les dépenses publiques, tout en préservant les dépenses sociales, malgré la baisse des recettes liée au Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 5 sur 68
  • 14. ralentissement de l’activité économique. Toutefois, le déficit public2, estimé en moyenne à 2% du PIB entre 2001 et 2005, a atteint 5,7% en 2006 et 4,5% en moyenne entre 2007 et 2010.1.2. Contraintes à la production, à l’investissement privé et à l’entreprenariat23. La structure des sources de la croissance n’est pas assez diversifiée. Les principales contraintes des secteurs de production économique sont liées à la faible productivité des facteurs de production et leurs coûts encore élevés, au rôle toujours faible joué par le secteur privé et les collectivités locales et aux difficultés dans l’accès au financement pour les PME. L’économie sénégalaise souffre de déficits d’infrastructures en termes de quantité et de qualité, de la faiblesse du tissu industriel et d’un niveau encore peu élevé des investissements privés, notamment dans les secteurs productifs.24. Depuis la dévaluation du franc CFA survenue en 1994, la base de la croissance a été portée par les BTP, les télécommunications, les activités industrielles et le commerce, au détriment de l’agriculture qui occupe encore plus de la moitié de la population et pour laquelle elle génère l’essentiel des revenus monétaires. Cette structure de la base sectorielle de la croissance, jointe au maintien d’une configuration de politique sociale résiduelle, explique la persistance de la pauvreté en milieu rural et dans les périphéries des villes où la main-d’œuvre se réfugie dans des activités de survie caractéristiques du secteur informel. De manière générale, la faible productivité de l’agriculture ainsi que la part encore importante du secteur informel expliquent la faible productivité globale de l’économie sénégalaise avec, comme corollaire, un taux d’épargne également faible.25. Globalement, les sous-secteurs de l’économie primaire souffrent de difficultés d’accès aux intrants de qualité, de l’absence d’ouvrages et d’infrastructures modernes de production. De façon spécifique, l’absence d’un dispositif d’action sociale pour la création et la protection des revenus pour les personnes victimes de l’exclusion sociale. Le sous-secteur agricole fait face à un certain nombre de difficultés dont celles liées à l’accès aux facteurs de production, au faible niveau de mise en valeur des aménagements, à la forte dépendance aux cultures pluviales, à la non- disponibilité des semences de qualité, à l’inadéquation de la politique foncière, aux difficultés d’accès aux marchés et à la faible valorisation des produits exportés. Quant au sous-secteur de l’élevage, les contraintes qui entravent son développement sont relatives, entre autres, au faible niveau de production des races locales, à l’insuffisance d’infrastructures physiques de base, à la forte compétition agriculture-élevage pour l’occupation des terres et à l’absence de circuits modernes de transformation et de commercialisation des produits animaux. De même, dans le domaine de la sécurité alimentaire, le Sénégal fait face aux difficultés d’accès des populations à des produits alimentaires de qualité et en quantité suffisante mais aussi à une instabilité dans la couverture des besoins alimentaires.26. La restructuration de l’appareil de production ne s’est traduite ni par la création d’emplois qualifiés en milieu rural ni par un transfert notable d’unités de production informelles vers le secteur moderne. Cette restructuration devrait engendrer davantage de dynamisme dans l’exportation de produits et de services plus élaborés, au fur et à mesure que le taux de main- d’œuvre qualifiée augmentera dans l’économie. Le transfert de main-d’œuvre de l’agriculture, la pêche, l’élevage, la sylviculture et du secteur informel vers le reste de l’économie moderne doit s’accompagner d’efforts conséquents pour contribuer à l’amélioration de la productivité et à l’accroissement des opportunités de gains de revenus en faveur des individus évoluant dans ces domaines d’activité. Cela passe par une maîtrise des coûts d’exploitation, des produits de meilleure qualité et des prix plus rémunérateurs, mais également par le renforcement des capacités d’intervention de l’ensemble des acteurs, tous sexes confondus.2 Le solde budgétaire (dons compris) est structurellement négatif au Sénégal. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 6 sur 68
  • 15. 27. La décennie 2000-2010 est marquée par un dynamisme des exportations. En effet, les exportations de marchandises et de services ont connu un taux de croissance moyen annuel respectivement de 5,6% et de 6,8% entre 2004 et 2010. Cependant, malgré cette tendance positive des exportations, la balance commerciale du Sénégal reste déficitaire(en moyenne 15,3% entre 1999 et 2008). Cette situation a entraîné une perte de parts de marché au niveau mondial. Le déficit des échanges avec le reste du monde s’est accentué, passant de 32,7% en 2005 à 42,7% en 2008.28. Les contraintes à l’essor du commerce se traduisent par des perturbations dans l’approvisionnement du marché intérieur, combinées à des prix élevés des biens et services de consommation. Elles sont liées à trois causes majeures : un déficit des supports de mise en marché, une insuffisance des moyens d’intervention et de surveillance des circuits de distribution, une insuffisance quantitative et qualitative de l’offre de biens et services tant pour le marché intérieur que pour le marché extérieur et un engorgement des circuits de commercialisation.29. Sur la période 2000-2007, on note une progression continue de l’actif des banques et établissements financiers, du secteur des assurances et des institutions de financement décentralisé. L’actif total des institutions financières s’est particulièrement accru en 2007, à la suite de celui des banques et établissements financiers. Cependant, un déséquilibre persiste entre la demande de crédit des PME et l’offre des banques et établissements financiers. Ainsi, le ratio crédits sur PIB se stabilise autour de 25% entre 2005 et 2007. Cette valeur reste inférieure aux niveaux atteints par les pays émergents.30. En outre, le système financier est marqué par une forte concentration des crédits alloués par les banques au profit de grandes entreprises qui présentent souvent des comptes certifiés et disposent d’actifs pouvant servir de garanties pour les prêts. L’analyse de la répartition des crédits a montré que la part affectée au secteur primaire est faible par rapport à celle qui va au secteur tertiaire. D’année en année, les secteurs qui bénéficient le plus des crédits sont les industries manufacturières (30%), la restauration commerciale, les hôtels (25%) et les services divers (18%) alors que l’agriculture, la sylviculture et la pêche ne reçoivent que 3% de ces crédits.31. Les PME et PMI, qui représentent respectivement 25% et 70% des entreprises au Sénégal, accèdent difficilement au financement, en raison des niveaux élevés de garanties bancaires exigées qui peuvent atteindre en moyenne 150% de la valeur des crédits demandés, selon le secteur. Aussi, les PME ont-elles recours à des solutions alternatives comme l’autofinancement et le crédit fournisseur ou aux Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) qui sont confrontés à la faiblesse de leurs capacités de financement et la difficulté de refinancement. En matière de microfinance, les obstacles auxquels les SFD sont confrontés ont pour nom : l’insuffisance des moyens de supervision, la dégradation du portefeuille de crédit et le manque de fiabilité des informations communiquées par certains SFD. Ces derniers souffrent également de l’absence de mécanismes pour la mise en place d’un fonds de garantie des dépôts et d’un fonds de sécurité ou de solidarité, l’absence de maîtrise, au niveau des SFD, du cycle et des caractéristiques des filières agricoles existantes et des chaînes de valeur qui les composent, l’absence d’une culture d’épargne et des difficultés de formulation des besoins dans le monde rural.32. Par ailleurs, les contraintes du sous-secteur de l’énergie continuent de peser sur la performance de toutes les composantes de l’économie nationale. Ce sous-secteur est marqué, entre autres, par le faible volume de l’offre et la qualité du service de l’électricité en zones urbaine et rurale, des délestages récurrents qui entravent les performances des activités économiques, un manque d’information et de sensibilisation sur l’utilisation rationnelle de l’énergie et la défaillance technique des opérateurs privés. Cette situation est imputable à la dépendance quasi exclusive aux importations de pétrole et l’absence de mécanismes adéquats d’amortissement des chocs exogènes, la faible capacité de raffinage et de stockage, la vétusté de la logistique de réception et de déchargement au niveau du port de Dakar, l’obsolescence des infrastructures électriques et le retard considérable dans la mise en œuvre des programmes de diversification des sources d’énergie. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 7 sur 68
  • 16. 33. L’industrie est confrontée à une insuffisance de production, de compétitivité, un déficit des capacités des entreprises industrielles, une concentration thématique et géographique du tissu industriel. Sur le plan opérationnel, les initiatives sont encore timides au niveau du cadre de partenariat entre l’Etat et le secteur privé, particulièrement pour la promotion de l’initiative entrepreneuriale, l’éclosion de l’innovation par la recherche-application, le renforcement de la formation des futurs champions des différents secteurs et le développement du capital-risque. Le déficit énergétique et la faiblesse des plateformes infrastructurelles plombent la compétitivité des industries, en occasionnant des surcoûts non négligeables.34. S’agissant du sous-secteur du transport, il reste confronté, entre autres, à l’étroitesse du réseau routier national inégalement réparti, l’insuffisance de l’offre de services de transport public urbain et la vétusté du parc automobile et des infrastructures ferroviaires et portuaires.35. En ce qui concerne l’artisanat, le manque de compétitivité des biens et services artisanaux est induit par la faiblesse des capacités de production des artisans, l’insuffisance et l’inadaptation des circuits de commercialisation.36. Le rôle du secteur privé est limité essentiellement par le faible niveau des investissements privés surtout au niveau du secteur informel, les difficultés d’accès au financement et au foncier notamment pour les femmes, un environnement des affaires peu propice à l’investissement privé, le rôle peu visible des chambres consulaires et le fait que la personnalité juridique (caractère familial) des entreprises soit peu favorable à leur expansion.Enjeux liés au profil de la croissance économique37. Au total, la structure de l’économie est l’une des premières contraintes à une forte amélioration de la productivité et au relèvement notable des niveaux de vie. La faible productivité de l’agriculture ainsi que la part encore importante des services expliquent, en partie, la faible productivité globale de l’économie sénégalaise avec, comme corollaires, un taux d’épargne faible par rapport aux besoins de financement de l’investissement et une dépendance notable à l’aide publique au développement et aux transferts des Sénégalais de l’Extérieur. Le Sénégal disposera ainsi d’un potentiel important de progression vers des activités de plus grande valeur ajoutée au fur et à mesure qu’il investit dans les qualifications et les capacités de base. En effet, un tel investissement est essentiel à la productivité du travail dans les secteurs qui porteront la dynamique de diversification de l’appareil de production afin de bâtir une économie moderne aspirant à l’émergence économique. La valorisation et la promotion du potentiel des femmes dans l’agriculture et dans le secteur informel contribueront sans conteste à l’amélioration de la productivité globale de l’économie.38. Capitaux, capacités et compétences sont combinés par les acteurs pour générer à l’aide de talents et de technologies des flux de revenus et de ressources grâce aux activités qu’ils permettent de mettre à la portée des différents segments de la population : activités primaires, secondaires et tertiaires. La prise en charge correcte des aspirations exprimées à travers leurs initiatives quotidiennes de sortie de la pauvreté ou d’ascension sociale passe par l’extension des opportunités et des aptitudes à les concrétiser, par l’amélioration de la gouvernance locale et du fonctionnement de la démocratie à la base. Les programmes retenus pour la période 2011-2015 ont été dimensionnés sur la base des conditions initiales qui ressortent des tendances et des contraintes structurelles de la croissance et du partage équitable des fruits de la croissance, mais également des défis que recèle l’environnement national, sous-régional et mondial.39. Pour atteindre les taux de croissance devant placer le Sénégal sur une trajectoire d’émergence et de développement inclusif, les acteurs de la vie économique et sociale ont désormais à relever cumulativement le niveau du taux de croissance du PIB réel, éradiquer la pauvreté, améliorer l’accès aux services sociaux de base, créer des opportunités et lutter contre toute forme d’inégalité afin de garantir les droits humains. Il s’agit donc de maintenir le taux de croissance économique au-dessus d’un plancher tendanciel (5% au moins) afin de pouvoir revaloriser le PIB par tête Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 8 sur 68
  • 17. d’habitant à plus de 3% par an au moins et d’insérer un nombre croissant d’hommes et de femmes dans les circuits de création de richesses.40. La stabilité du cadre macroéconomique est un attribut important de l’émergence économique. Elle est mesurée par la faiblesse du taux d’inflation, une faible volatilité du taux d’intérêt, un taux d’épargne élevé, une facilité à l’accès au crédit, y compris le microcrédit, une libéralisation du commerce, la viabilité des finances publiques et la stabilité du taux de change.1.3. Incidence de la pauvreté et stratégies développées par les populations41. Tout d’abord, il convient de rappeler l’approche de la pauvreté retenue par le Sénégal. Cette approche met l’accent sur la précarité qui affecte avec persistance plusieurs domaines de l’existence hypothéquant lourdement les chances de pouvoir assumer ses responsabilités et de reconquérir ses droits par soi-même. La pauvreté renvoie ainsi à un paquet de manques relatifs au revenu monétaire, à la nourriture, à l’habillement, à un logement décent et à l’accès à l’éducation, à la santé et à l’eau potable. L’approche empirique de cette définition de la pauvreté est traduite par un panier de biens alimentaires et non-alimentaires, indispensables, à chaque individu ou groupe d’individus, pour vivre dans des conditions décentes.42. Partant de cette approche de la pauvreté, il a été noté que, sur la période 2001-2005, le rythme de réduction de la pauvreté a évolué positivement. En effet, la proportion d’individus vivant en dessous du seuil de pauvreté a connu une baisse, passant de 57,1% en 2001 à 50,8% en 2005. La proportion des ménages vivant au-dessous du seuil de pauvreté monétaire a également accusé une baisse significative3, en passant de 48,5% en 2002 à 42,6% en 2005. L’image de stagnation à partir de 2006 du processus de réduction de la pauvreté monétaire que reflètent les estimations4 appelle à prêter davantage attention à l’évolution de la pauvreté non monétaire : l’accès aux services sociaux de base, à une alimentation décente, à une eau protégée de pollution, à un logement décent et un cadre de vie sain.43. Ainsi, au niveau national, l’incidence de la pauvreté des individus a quasiment stagné entre 2005 et 2009, passant de 50,8% à 50,7%. Par contre, elle a reculé légèrement à Dakar, s’est stabilisée dans les autres centres urbains et a un peu augmenté en milieu rural (de 61,9% en 2005 à 63,2% en 2009). La pauvreté reste un phénomène essentiellement rural, même si en milieu urbain, la vulnérabilité des ménages est assez notoire. Plus que la stagnation, de manière préoccupante, la profondeur et la sévérité de la pauvreté ont plutôt augmenté, induisant une aggravation de la situation des plus pauvres. De même, ces récentes simulations suggèrent une aggravation de l’inégalité, alors qu’elle était en baisse constante entre 2001-2005.44. La jeunesse de la population induit des répercussions sociales importantes, notamment les tensions sur le marché du travail. Les femmes sont majoritaires (52% de la population totale) et représentent 65% de la population active5. Cependant même si les statistiques sexo-spécifiques sont encore rares, les évolutions des indicateurs sociaux (taux d’analphabétisme, mortalité maternelle, etc.) laissent présager une féminisation de la pauvreté.45. Selon les secteurs économiques, l’emploi présente des disparités géographiques et de genre. Dans les zones rurales, les femmes sont principalement engagées dans lagriculture, lélevage et elles effectuent près de 82,6% du travail contre 79,4% pour les hommes. En milieu urbain, les femmes considèrent le secteur informel comme une alternative intéressante car nécessitant moins de compétences et de spécialisation, plus souple et plus adapté à leurs capacités financières et au calendrier de leurs activités. Elles restent ainsi peu représentées dans le secteur formel.3 Enquêtes ESAM, ESPS - 2005.4 Rapport provisoire Banque Mondiale et Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie -ANSD-, juin 2010.5 Source : Banque mondiale, 2009. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 9 sur 68
  • 18. Enjeux liés à l’incidence de la pauvreté46. Sur la base des résultats définitifs des ESPS-I et II et de ce qui précède, les meilleures stratégies de sortie de la pauvreté pour les populations, notamment en milieu rural, appellent à la modernisation de l’agriculture et la stabilisation des revenus agricoles, l’accès équitable aux ressources et à leur contrôle dans le secteur agricole et dans le secteur informel, l’accès équitable aux services sociaux de base de qualité, la valorisation et la protection des ressources naturelles.47. L’enjeu devient alors la promotion du développement humain en général et l’éradication de la pauvreté, en particulier, à travers un processus d’autonomisation et de participation équitable des différentes communautés de base dans le cadre d’une croissance inclusive, d’une mobilité sociale ascendante et d’une protection sociale mieux ciblée.1.4. Facteurs d’exclusion et difficultés d’accès aux services sociaux de base48. De multiples contraintes expliquent la prépondérance des facteurs d’exclusion sociale. Sur le plan des ressources humaines, les taux élevés de chômage et de sous-emploi sont les signes les plus évidents de leur utilisation inefficiente. Il n’y aurait, en effet, qu’une personne sur cinq qui travaille à plein temps au Sénégal. Une telle situation laisse entrevoir un taux élevé de dépendance qui se traduit, entre autres, par une pression constante sur les individus qui travaillent et qui courent, ainsi, le risque de basculer dans la pauvreté monétaire frappant plus de la moitié des ménages. La dispersion des structures de soutien à l’emploi, la non articulation entre le marché du travail, la formation professionnelle et la politique d’accompagnement pour l’auto-emploi, la multiplicité des fonds avec des missions similaires, le manque de transparence du marché de l’emploi accentué par les retards notés dans la mise en place de l’observatoire de l’emploi et le répertoire opérationnel des métiers et emplois constituent des facteurs peu favorables à la baisse du chômage et du sous-emploi.49. Suivant les résultats de l’enquête réalisée en 2008 sur les dépenses des ménages à Dakar, le taux de chômage à Dakar est de 14,5%. Ce taux est calculé en comptabilisant les demandeurs d’emplois non disponibles pour travailler immédiatement et les personnes restant à la maison et qui accepteraient un emploi s’il leur en était proposé. Ce taux de chômage dit au sens élargi est de 9,5% chez les hommes et de 20,8% chez les femmes. Selon la tranche d’âge, il atteint son niveau le plus élevé (18,8%) chez les personnes de 15 à 29 ans. Suivant le niveau d’instruction, le chômage est plus fréquent chez les personnes du niveau du secondaire auprès desquelles il est de 22% au sens élargi. En milieu rural, l’exode vers les villes des jeunes et des femmes actives est certainement le signe le plus évident du déficit d’emplois productifs.50. Le déséquilibre entre les régions concerne l’accès et la mise en place de façon inégale des infrastructures de base - eau potable et assainissement, infrastructures de transport, de stockage, de conservation et de transformation des produits locaux, électricité, irrigation. S’y ajoute l’absence d’un crédit adapté qui prend dûment en considération le double caractère d’unité de production et de consommation du ménage agricole. Ces éléments sont perçus comme des sources majeures d’inégalité dans la contribution à la croissance.Enjeux liés au profil des inégalités51. L’adéquation entre le marché de l’emploi et la formation professionnelle constitue un défi à relever. Chaque année d’études ou de formation supplémentaire induit une hausse de la productivité du travail autour de 7,5% et 5,4% respectivement pour les entreprises du secteur moderne et celles du secteur informel, taux qui rendent compte d’un niveau de productivité relativement élevé (équivalent à celui de la valeur médiane du secteur moderne). Ces résultats suggèrent l’existence d’un effet « expérience » et/ou d’un effet « niveau minimum d’études » reflété par l’incidence de la qualification du travail sur la productivité. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 10 sur 68
  • 19. 52. Le taux de croissance démographique est estimé à 2,6% sur la période intercensitaire 1988-2002 et l’espérance de vie à la naissance à 57,8 ans en 2009. La dernière Enquête démographique et de Santé (EDS-MICS, 2010) évalue l’Indice Synthétique de Fécondité (ISF) à 5,0 enfants par femme (6 en milieu rural contre 3,9 en milieu urbain). La structure par âge révèle une forte proportion de jeunes. Un peu plus d’un cinquième des femmes (22%) et plus d’un quart des hommes (27%) sont âgés de 15 à19 ans ; environ 20% des femmes et des hommes sénégalais ont entre 20 et 24 ans. Ces caractéristiques reflètent la structure d’une population très jeune. Subséquemment, l’offre de main-d’œuvre augmente encore plus vite que la population globale, puisque le taux de croissance de la population active, âgée de 15 à 64 ans est de 4%. Ce rythme est d’ailleurs plus rapide dans les villes que dans les campagnes en raison des flux nets d’exode rural. Le défi majeur est d’assurer une meilleure prise en compte de l’équité et de l’égalité de genre, mais aussi, de faire en sorte que la croissance démographique puisse favoriser la promotion de la croissance économique.53. Concernant les services sociaux de base, les contraintes du sous-secteur de la santé sont relatives aux difficultés d’accès aux soins, aux niveaux élevés de malnutrition6et de sous-alimentation, à l’accessibilité aux médicaments, aux ruptures fréquentes de stocks de vaccins, aux dysfonctionnements au niveau de la maintenance des équipements, à l’insuffisance et la répartition déséquilibrée du personnel qualifié et aux perturbations du travail dues au caractère souvent délétère des relations professionnelles et syndicales. Toutefois, l’Enquête Démographique et de Santé à Indicateurs Multiples (EDS-MICS, 2010-2011) a donné des résultats préliminaires encourageants pour le taux de mortalité infantile qui est de 72 décès pour mille naissances vivantes, contre 121‰ en 2005. Au regard de cette avancée significative réalisée et du rythme de progression, la cible fixée à l’horizon 2015 (44‰), pourrait être atteinte. Il importe de poursuivre les efforts pour la réduction de la mortalité néonatale qui se situe à 29‰ en 2010 contre 35‰ en 2005 (l’objectif en 2015 étant fixé à 16‰) et d’élargir l’accès aux soins de santé maternels et infantiles de qualité, notamment pour les groupes vulnérables.54. La faible efficacité interne et externe du système éducatif est, à son tour, due à plusieurs facteurs. On peut citer, entre autres, la faible couverture des filières par le système de formation professionnelle et technique et le niveau encore insuffisant d’infrastructures de qualité, de salles de travaux pratiques et de laboratoires mieux équipés, l’insuffisance des capacités d’accueil, du matériel didactique et de la qualification des enseignants, l’absence de système de suivi des placements et de notation des institutions en activité, le déficit de qualifications techniques et de cadres techniques intermédiaires, la précarité de l’environnement des apprentissages et les perturbations scolaires récurrentes. À ces facteurs s’ajoutent l’insuffisante prise en compte du genre dans les stratégies d’intervention, le déficit de cantines scolaires, la baisse du niveau d’enrôlement des hommes dans l’éducation non formelle, la faible implication des collectivités locales dans la mise en œuvre des programmes d’alphabétisation, l’absence de certification de la compétence des apprenants et d’un cadre de certification de la formation professionnelle, technique et supérieure.55. En dépit des résultats encourageants enregistrés, l’accès à l’eau potable est confrontée à la non réactualisation de l’inventaire des points d’accès à l’eau potable, au manque d’entretien des forages ruraux motorisés et également à la faible qualité et aux problèmes de distribution de l’eau. S’agissant de l’assainissement, la vétusté et l’étroitesse du réseau constituent les obstacles majeurs.56. D’après l’indice d’accès global à l’eau, à l’école, à la santé et aux marchés, les progrès réalisés sont réels. Toutefois, les inégalités persistent entre, d’une part, les ruraux et les citadins et, d’autre part, les régions. Selon les résultats de l’enquête-village 2009, les régions de Dakar, Ziguinchor et Diourbel ont les niveaux d’accès les plus élevés ; la population des communautés rurales de ces régions ont un accès aux services sociaux compris entre 88% et 100%. Viennent ensuite celles des régions de Fatick, Matam et Thiès (85%). Les régions de Louga, Tambacounda et Saint-Louis ont6 Environ 17,3% des enfants de moins de cinq (05) ans souffrent de la malnutrition L’objectif est de ramener ce taux à 10%au plus tard à l’horizon 2015. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 11 sur 68
  • 20. un taux d’accès de 70%. Les régions de Kédougou, Kaffrine et Kolda ont les niveaux d’accès les plus bas (compris entre 50% et 60%).57. Concernant la protection de l’environnement, les contraintes majeures s’expliquent par le manque de synergie dans les interventions pour la prise en charge des problèmes environnementaux avec, en particulier, les insuffisances en matière de gestion de la transversalité de la problématique du développement durable.58. Le système de protection sociale nécessite une meilleure allocation des ressources, une amélioration de la couverture et du ciblage en vue d’avoir un impact sur les capacités et les revenus des populations les plus pauvres. Pour gagner en efficacité, le système de protection sociale doit comprendre autant de composantes que de phases dans le cycle de vie, de l’enfance à la vie de retraité, dans le sens de développer une relation de double causalité avec le processus d’accélération de la croissance et le respect des droits humains.59. Par ailleurs, on note de nombreuses contraintes liées à la prévention et la gestion des risques de catastrophes. On peut citer l’inexistence dune unité de recherche sur les risques majeurs naturels, le défaut de partage des expériences et de vulgarisation des techniques de prévention sur les risques de catastrophes. S’y ajoutent le déficit en moyens d’intervention dédiés (maritimes et aériens) et en équipements spécifiques pour la prise en charge des évènements de recherche et de sauvetage maritime, de sûreté maritime et de lutte contre la pollution marine. Enfin, il faut mentionner le manque d’un système d’assurance fonctionnel pour lindemnisation des victimes de catastrophes naturelles et l’inexistence de plans locaux durgence au niveau des collectivités locales et d’un système d’alerte national.1.5. Enjeux et implications d’ordre institutionnel et de gouvernance60. Une gouvernance centrale et locale efficace se mesure de plus en plus en termes de performances économiques et sociales appréciables au regard des meilleures pratiques internationales. Depuis le milieu des années 1990, le Sénégal s’emploie à conduire des réformes structurelles dans ce domaine. Cependant, diverses contraintes continuent de persister en matière de gouvernance économique, juridique et locale. En effet, concernant l’amélioration du climat des affaires, de nombreux biais demeurent : la lenteur, la rigidité et le coût élevé des procédures, le manque de confiance dans l’application de la justice, l’accès difficile à un foncier aménagé et en particulier pour les femmes et les dettes publiques amoindrissent les capacités du secteur privé.61. Dans le domaine de l’efficacité économique et financière, le Sénégal a pour objectifs la poursuite de l’amélioration de la programmation et de l’exécution budgétaires à travers plusieurs mécanismes. Il y a, entre autres, la généralisation des Cadres de Dépenses Sectoriels à Moyen Terme (CDSMT), l’institutionnalisation de la budgétisation sensible au genre, la réforme du code des marchés publics, la transparence dans la gestion publique, la lutte systématique contre la corruption et le blanchiment d’argent. S’agissant de la programmation et de l’exécution budgétaires, malgré la mise en œuvre satisfaisante du plan des réformes budgétaires et financières et la part de plus en plus importante des crédits alloués aux secteurs sociaux, certains secteurs souffrent d’un faible niveau des allocations budgétaires et de non efficience des dépenses publiques, occasionnant ainsi des lenteurs dans la mise en œuvre des politiques publiques. Des progrès réels ont été notés relativement à l’efficacité de l’Administration. Toutefois, des difficultés majeures persistent : la faible capacité technique, le déficit de personnel ou son vieillissement, la non cohérence des politiques publiques et la faible intégration des questions transversales.62. L’administration judiciaire est encore confrontée à de nombreuses difficultés qui atténuent ses performances : (i) des besoins en renforcement de capacités des ressources humaines (recrutement, formation initiale et continue) ; (ii) une durée de traitement des dossiers encore longue notamment dans le cadre de la gestion du contentieux commercial ; (iv) des infrastructures quelque peu Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 12 sur 68
  • 21. vétustes (des juridictions, des établissements pénitentiaires et des services de la Direction de lAdministration Pénitentiaire et des services de la Direction de l’Education Surveillée et de la Protection Sociale (DESPS)) ; (v) une faible capacité de réinsertion socioprofessionnelle des détenus et des mineurs pris en charge par la DESPS.63. L’amélioration de la qualité du travail parlementaire se heurte au manque de moyens et aux faibles capacités d’analyse. Le recours aux assistants parlementaires ne compense que partiellement ce déficit. Le contrôle de l’exécutif par le législatif manque encore d’efficacité. Le nombre de propositions de lois est ainsi infime et les amendements sont rares. Le Parlement reste marqué par un manque de visibilité, faute d’une communication efficace. Les séances plénières et celles des commissions parlementaires sont faiblement médiatisées. Les capacités de recherche restent faibles (documentation, accès à des sources indépendantes d’information). L’évaluation est également très peu utilisée comme outil d’appréciation de l’action publique.64. En matière d’aménagement du territoire, des avancées significatives ont été notées, à travers l’adoption de la loi portant transformation des permis d’habiter et titres similaires en titres fonciers et de la loi portant organisation de la propriété foncière. En dépit des acquis constatés, des dysfonctionnements institutionnels et techniques empêchent de mener de façon efficiente les stratégies retenues dans les documents de planification spatiale. Ainsi en est-il de la non actualisation de la stratégie nationale d’aménagement du territoire, de l’absence d’instruments juridiques et financiers d’aménagement du territoire, de la non application du décret instituant un visa de localisation pour l’implantation de tout projet et action sur le territoire national. Il y a également une faible prise en charge de l’aménagement du territoire par les collectivités locales et une multiplication des conflits fonciers en l’absence d’un cadastre rural fiable. Pour répondre au besoin de sécurisation foncière et de promotion de l’investissement privé, l’Etat doit accélérer la réforme sur le foncier intégrant la mise en place d’un cadastre rural et l’organisation de la propriété foncière.65. Malgré les efforts consentis, les contraintes de la décentralisation et du développement local portent sur la faiblesse des transferts financiers de l’Etat, les retards dans la mise à disposition des fonds, impactant ainsi négativement sur le bon fonctionnement des services à compétences transférées, ou encore entraînant des difficultés de mobilisation du « potentiel financier local ». Toutefois, la question de la fiscalité locale se pose particulièrement face à l’enjeu de redistribution des revenus publics entre l’Etat et les collectivités locales, mais aussi par les incohérences et les faiblesses du système actuel. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 13 sur 68
  • 22. Chapitre II : Politique économique et sociale 2011-20152.1. Vision66. « Une économie sénégalaise émergente garantissant un développement durable et dont les retombées positives sont réparties de manière solidaire ». Telle est la vision du présent DPES en tant que Stratégie de développement.67. Cette vision est en conformité avec l’étude Prospective « Sénégal 20357 » qui s’inscrit dans la perspective de consolider les acquis de « Sénégal 2015 » et d’intégrer les enjeux nouveaux. Elle est articulée, d’une part, aux scénarios de l’émergence et, d’autre part, à celui de l’efficacité économique, de l’éthique et de la durabilité, d’autre part, qui apparaissent plus appropriées à un développement harmonieux et durable pouvant prendre en charge les préoccupations des populations. Elle couvre à la fois le court terme, et compte tenu de la dynamique de l’économie, des développements s’échelonnant sur le long terme.68. A travers cette vision, la situation économique et sociale du Sénégal aura les caractéristiques suivantes : - des niveaux et une qualité de vie plus élevés ; - la paix, la stabilité et la démocratie ; - la bonne gouvernance centrale et locale et l’aménagement dynamique et équilibré du territoire ; - une population instruite, bien formée, apprenante et engagée au niveau des communautés locales et nationale ; - une économie compétitive, une dynamique de croissance forte et soutenue aux fruits mieux répartis, sur l’ensemble du territoire.2.2. Stratégie69. Pour que cette vision se réalise, la Stratégie 2011-2015 doit être source de transformation et interpelle tous les acteurs socioéconomiques pour tirer profit de la synergie de tous les secteurs. A cette fin, elle est articulée autour de trois axes liés et solidaires :  Création d’opportunités économiques et de richesses pour la promotion d’emplois productifs et une transformation structurelle de l’économie ;  Accélération de l’accès aux services sociaux de base, protection sociale et développement durable ;  Renforcement des principes fondamentaux de la bonne gouvernance et promotion des droits humains.70. Avec ces trois leviers, la Stratégie met l’accent sur une croissance inclusive favorable au développement économique et social, portée par un secteur privé en levant en particulier les contraintes structurelles qui entravent la compétitivité. Elle se focalise sur les conditions préalables indispensables pour saisir les opportunités d’investissement, résister aux chocs externes et relever les défis pour la mise en place d’un environnement socioéconomique et politique en vue de réaliser les objectifs du Millénaire et de bonne gouvernance.7 La vision « Sénégal 2035 » postule l’émergence dans la solidarité intra et intergénérationnelle. Dans cette image dufutur partagée par les acteurs, les valeurs comme la vertu et la gouvernance politique sont mises au service de l’efficacité etdu développement humain. Ainsi, elle concilie l’efficacité économique avec les valeurs éthiques et vise à instaurer lasolidarité intra et intergénérationnelle en vue d’assurer la durabilité du développement (éthique du futur). Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 14 sur 68
  • 23. 71. Les politiques à mettre en œuvre pour pouvoir atteindre les objectifs fixés à l’horizon 2015 sont présentées ci-après. Dans le présent document, un objectif stratégique imprime l’orientation de la politique sectorielle et est décomposé en lignes d’actions concrètes déclinées en projets et programmes, dont la réalisation concourt directement à l’atteinte de l’objectif initialement établi. Cette démarche épouse l’approche de la gestion axée sur les résultats en retraçant la chaîne du cadre logique de la politique sectorielle, locale ou nationale.2.2.1. AXE 1 : Création d’opportunités économiques et de richesses pour la promotion d’emplois productifs et la transformation structurelle de l’économie72. La consolidation du cadre macroéconomique sain et stable dans un environnement des affairespropice permet de promouvoir une productivité globale de l’économie. Sous ce rapport, la mise enœuvre de politiques de développement des secteurs productifs et d’appui à la production, garantissantla compétitivité exige au préalable, le renforcement des facteurs de production. Il s’agit principalementde l’énergie et des infrastructures qui constituent les secteurs clés d’intégration du tissu économique etdes facteurs technologiques comme les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC)et télécommunications. Ainsi, le développement de l’agriculture et de l’économie rurale, en général,dans le but d’accélérer la croissance devra être accompagné de la promotion des PME/PMI et dusoutien du secteur industriel et des autres activités de services marchands. Dans ce contexte, laviabilisation de l’environnement extérieur garantit les chances de redéploiement de l’économienationale, compte tenu de la contribution majeure apportée par les Sénégalais de l’Extérieur et le rôledu Sénégal dans l’économie sous-régionale.2.2.1.1. Cadre macroéconomique73. Le maintien d’un cadre macroéconomique stable est la base des stratégies à mettre en œuvre pour impulser et entretenir, dans la durée, une croissance économique significative à large base sectorielle et sociale. En effet, la stabilité macroéconomique est essentielle pour contenir l’inflation et la volatilité du taux d’intérêt, réduire les risques et incertitudes pour les investisseurs et créer les conditions propices à la croissance soutenue du revenu.74. Dans le cadre de la mise en œuvre du DPES, trois scénarios ont été retenus dans le but de calibrer les choix d’investissements publics par rapport à la capacité de mobilisation des ressources. Il s’agit du scénario tendanciel, du scénario optimiste et du scénario pessimiste. Le contenu programmatique de ces scénarios a été élaboré grâce à une méthodologie statistique de priorisation (Cf. Annexe 2 relative à la méthodologie) qui a permis de hiérarchiser, relativement aux objectifs globaux du DPES ; les projets et programmes en trois classes de priorité.75. Le cadre macroéconomique de la période 2011-2015 s’inscrit dans la poursuite du relèvement du taux d’investissement observé ces dernières années ainsi que du taux d’épargne intérieure. En effet, à partir du niveau moyen de 26% atteint en 2005-2009, il est escompté un taux d’investissement moyen de 28,7% en 2011-2015 avec le soutien d’un taux d’épargne nationale renforcée par le relèvement de l’épargne intérieure. Ces niveaux des taux d’investissement et d’épargne, s’ils sont réalisés, seront compatibles avec un taux de croissance de 6,1% par an (Cf. tableau ci-dessous), envisagé dans le scénario optimiste8 de mise en œuvre du DPES. En effet, les résultats attendus laissent apparaître une amélioration de la croissance sur l’ensemble de la période8 Les hypothèses sont : exécution 35% des financements additionnels en 2011 et de 80% de 2012 à 2015. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 15 sur 68
  • 24. par rapport au scénario de base9. Il en ressort un gain de croissance moyen de l’ordre 1,1 point de pourcentage portant ainsi le taux de croissance de 4,8% en 2011 à environ 7% en 2015. Tableau 1: Scénarios de croissance sur la période 2011-2015 Par rapport au Croissance du PIB en Croissance du PIB scénario de base % du scénario de base en % du scénario Années (tendanciel) optimiste (*) Gains en points de % A B B-A 2011 4,5 4,8 0,3 2012 4,8 5,8 1,0 2013 5,0 6,4 1,4 2014 5,2 6,7 1,5 2015 5,5 7,0 1,5 Moyenne 5,0 6,1 1,1 Source : Compilation DPEE et UCSPE, novembre 201176. Le Sénégal vise sur la période de mise en œuvre du DPES 2011-2015 à : (i) porter le taux de croissance économique en moyenne dans l’ordre de 6 à 7% ; (ii) ramener le déficit public en- dessous de 4% du PIB, à l’horizon 2014-2015 ; (iii) réduire le déficit du compte courant aux environs de 6% du PIB et (iv) stabiliser le ratio d’endettement à moins de 40% du PIB. Il est attendu une amélioration de la croissance sur l’ensemble de la période par rapport au scénario tendanciel.77. La Stratégie anticipe également sur une maîtrise des dépenses publiques et un accroissement substantiel des recettes budgétaires annuelles qui devraient passer de 1 403 milliards de F CFA en 2011 à 2 096 milliards de F CFA en 2015. Les recettes fiscales croîtraient de 1 325 milliards de F CFA en 2011 à 2 007 milliards de F CFA en 2015, soit une progression substantielle, imputable à la fois à l’effort de recouvrement des régies financières et à l’élargissement de la base taxable. Quant aux dépenses totales, elles évolueraient de 2 104 milliards de F CFA en 2011 à 2 721 milliards de F CFA en 2015. Le solde budgétaire de base hors PPTE & IADM et CTRS et dépenses au titre du prolongement de lautoroute à péage, est projeté en déficit de 95 milliards de F CFA en 2011 et à 6 milliards de F CFA en 2015, soit respectivement 7,4% et 3,9% du PIB. Sachant que les ressources additionnelles prévues durant la période s’élèvent à hauteur de 961 milliards de francs CFA, 445 milliards de F CFA (soit 46,3% du gap) seront financés par l’Etat grâce à l’amélioration des recettes engendrées par la croissance économique sur la période et 516 milliards de F CFA (soit 53,7% du gap) seront mobilisés auprès des Partenaires Techniques et Financiers. Sur la contribution attendue des Partenaires Techniques et Financiers, 45% seront obtenus sous forme de dons10 et le reste du financement à rechercher sera mobilisé sous forme de prêts à taux concessionnels. La détérioration nette du déficit public est imputable à l’augmentation sensible des dépenses d’investissement pour soutenir l’effort de rattrapage du retard enregistré dans les secteurs d’infrastructures.78. Par ailleurs, le solde des transactions courantes pourrait se maintenir autour d’un déficit de 6% du PIB sur la période. Cette performance résulterait d’une légère amélioration de la balance commerciale, en particulier. Quant au solde global, avec les améliorations du compte de capital et d’opérations financières, il passerait d’un excédent de 282,5 milliards de F CFA en 2011 à 307,59 Ce scénario ne tient pas compte des financements additionnels.10 Hypothèses basées sur les tendances historiques habituellement notées. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 16 sur 68
  • 25. milliards de F CFA en 2015. Par conséquent, le solde global de la balance des paiements est excédentaire sur toute la période, traduisant, en outre, une hausse des avoirs extérieurs nets sur la période passant de 1 270,4 milliards de F CFA en 2011 à 2 516,9 milliards de F CFA en 2015, une amélioration des taux de croissance moyens par an du crédit intérieur de 11% et de la masse monétaire de 15,7%. A cet effet, la stratégie intègre un renforcement du potentiel d’exportation et des flux rentrants d’investissements directs étrangers, notamment dans les normes. Le véritable défi d’une hausse des prix des produits pétroliers résiderait dans le surcoût qu’il y aurait à faire passer dans les prix à la consommation ; ce qui pourrait avoir comme effet de modérer la dynamique de croissance à court terme.79. En termes d’emplois du PIB, la consommation finale devrait connaître une légère amélioration avec 5% en moyenne sur la période 2011-2015. En termes réels, elle progresserait un peu moins vite que le PIB (environ 6%) tandis que les consommations intermédiaires croîtraient plus vite (7,8%). La Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) pourrait atteindre un taux de croissance moyen de 7,1% imputable à la FBCF publique de l’ordre de 10,3% en moyenne sur la période. En ce qui concerne la FBCF privée, elle croitrait de 5,7% en moyenne.80. S’agissant de la demande extérieure nette, les exportations de biens et services augmenteraient en moyenne de 7,2% en termes réels, tandis que les importations de biens progresseraient de 6,3% en termes réels. Le niveau général des prix, mesuré par le déflateur du PIB est projeté en moyenne à 1,4% sur la période après les poussées inflationnistes liées à la hausse des cours du pétrole observées les dernières années. Toutefois, la conduite d’une bonne politique monétaire et budgétaire permettrait de maintenir l’inflation en-dessous du seuil communautaire de 3%.81. Au total, l’objectif d’un taux annuel de 6,1% de croissance est à portée avec les avancées de la petite irrigation, la mise en œuvre du plan de redressement du sous-secteur de l’électricité et l’ensemble des mesures prioritaires du DPES. La composition sectorielle de la croissance associée à cette projection prend en compte le taux de croissance de 6% retenu par le Programme National dInvestissement Agricole (PNIA) dans le cadre du Programme de Développement Durable de l’Agriculture en Afrique (PDDAA). Un tel taux de croissance est à atteindre si l’on veut diviser par deux l’incidence de la pauvreté en milieu rural et réduire de moitié l’extrême pauvreté et la faim à l’horizon 2015.82. Tirer parti d’un cadre macroéconomique sain et stable demande des politiques convergentes de développement et de diversification des sources de la croissance à l’actif de l’initiative et de l’entreprise privées et des collectivités locales. En effet, la prise en compte des dynamiques territoriales et leur articulation aux politiques sectorielles constituent certainement l’un des plus grands défis du développement économique national. De ce point de vue, il convient de concevoir et de mettre en œuvre une approche territoriale du développement qui relie aménagement du territoire et décentralisation, qui intègre le processus de régionalisation, et donne corps à de grands pôles régionaux de développement.2.2.1.2. Développement du secteur privé et rôle des PME/PMI83. Le secteur privé est l’acteur moteur de la création de richesses. Dans cette perspective, les politiques et les stratégies à mettre en œuvre pour son développement sont axées, d’une part, sur la sécurité alimentaire et le développement de l’économie rurale et, d’autre part, sur la transformation structurelle de l’économie, notamment celle urbaine et dynamisant celle-ci à partir des activités de transformation et d’exportation de produits plus élaborés.84. Dans ce cadre, la promotion de nouvelles opportunités d’activités économiques, particulièrement des activités créatrices d’emplois, devra être renforcée par des programmes ciblés d’appui à l’accroissement de la productivité et des revenus des populations. Des programmes spéciaux cibleront des groupes comme les micro-entreprises et les petites entreprises, les jeunes des Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 17 sur 68
  • 26. campagnes et des banlieues et l’artisanat. L’expérience acquise dans la gestion de tels programmes sera mise à contribution pour les réformer et les rendre plus efficients. Sera également encouragée la mise en place de programmes spécifiques ciblant les femmes dans la production pour l’approvisionnement des grands centres urbains et pour l’exportation.85. De telles interventions devront se faire dans le but de créer plus d’emplois qualifiés en milieu rural et de réduire la taille du secteur informel. Ce processus de transformation devra aussi se traduire par une accélération du processus de développement dans les régions et par la conquête du marché intérieur et l’exportation de produits et de services plus élaborés au fur et à mesure que le taux de main d’œuvre qualifiée augmentera dans l’économie. Sur ce dernier point, les produits et services élaborés « proches » de ceux qui composent déjà le panier des produits exportés par le Sénégal, sont, à cet égard, les premiers candidats à considérer.86. La mortalité élevée des PME requiert aussi des solutions viables et accessibles, notamment à celles d’entre elles qui ont un potentiel pendant les phases critiques de leur cycle de vie. Dans le cadre du Conseil Présidentiel de l’Investissement (CPI), un certain nombre de contraintes à la compétitivité des PME ont été levées. Le renforcement du dialogue public-privé et au sein des grappes de compétitivité et de croissance permettra d’identifier d’autres obstacles à lever en priorité. La loi d’orientation sur la promotion des PME votée en 2008 contient également des dispositions destinées à renforcer leur viabilité et leur compétitivité. L’ASN, l’ASIT et l’APROSI sont aussi des structures d’appui qui assistent les PME à lever les contraintes liées à la qualité, la technologie et au foncier. Le Code des Investissements propose d’autres avantages en plus des appuis institutionnels fournis par l’ASEPEX, l’ADEPME et le Bureau de mise à niveau.87. La contrainte liée à l’accès au financement fait aussi l’objet de nouvelles initiatives pour une plus grande efficacité des fonds de garanties et pour le développement de l’affacturage, du crédit-bail et surtout du capital-risque et du crédit à l’exportation. Il a été retenu de rationaliser la création de lignes de crédit et de mutualiser les coûts de leur gestion au sein d’une banque des PME. En retour, l’accès à l’information sur les entreprises et les emprunteurs sera rendu plus fluide par la création de bureaux d’information sur le crédit à côté de la centrale des bilans et de celle des risques.88. Toutefois, les PME constituent le facteur de densification et de vitalité du tissu économique. Elles sont une source de compétitivité de l’économie. Le contexte de libéralisation économique les conduit périodiquement à mettre en exécution des projets de mise à niveau technologique, organisationnelle et managériale et de passage à l’échelle. Sous ce rapport, toute la stratégie de développement et de promotion des PME est articulée autour des trois (3) axes stratégiques principaux suivants : (i) l’amélioration de l’environnement des affaires des PME à travers notamment l’amélioration de l’efficacité de l’ensemble du dispositif d’appui aux PME, le renforcement des capacités et la mise à niveau de l’ensemble des acteurs et la création d’un système d’information sur les PME, (ii) la promotion de l’accès pérenne des PME aux services financiers et non financiers11 grâce au développement et à l’adaptation des produits pour l’accès à l’information, la promotion de la transformation des produits locaux et l’assistance aux fournisseurs de services de garantie à développer des produits adaptés à la PME, y compris la garantie partielle de portefeuille, et à simplifier les procédures d’accès, (iii) l’appui et l’accompagnement des PME dans leur développement à travers la restructuration des entreprises en difficulté, la promotion de la petite mine au Sénégal Oriental et à Matam, la décentralisation des services dappui aux PME et la contribution à lencadrement et à la formalisation des PME.11 Le Programme dappui à la compétitivité et la croissance des PME et à la performance du secteur de la microfinanceconstitue le cadre de référence. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 18 sur 68
  • 27. 2.2.1.3. Initiatives pour accélérer la croissance économique89. La mise en place d’un environnement favorable au secteur privé implique des politiques convergentes dans les domaines de la politique monétaire et budgétaire pour assurer la stabilité du cadre macroéconomique, du climat de l’investissement, de l’accès au financement et aux services financiers, du commerce et des échanges avec l’extérieur, des infrastructures économiques et de l’accès aux marchés, des sciences et technologies ainsi que des ressources humaines.90. L’environnement des affaires a une influence significative sur le développement du secteur privé, la croissance économique et la création d’emplois et de richesses. C’est dans cette optique que le Conseil Présidentiel de l’Investissement (CPI) a été institué depuis novembre 2002 afin de constituer un cadre de dialogue direct entre l’Etat et le secteur privé. Le CPI a permis l’identification de contraintes majeures à la compétitivité de l’économie du Sénégal et a favorisé la formulation et l’adoption de réformes-clés dans les domaines prioritaires de l’environnement des affaires.91. La dynamique de réforme impulsée et entretenue par le CPI a valu au Sénégal d’être classé en 2009/2010 parmi les premiers pays réformateurs par l’enquête annuelle « Doing Business » de la Banque mondiale. En vue de garantir une compétitivité solide de l’économie sénégalaise, des mesures d’urgence ou des réformes structurelles sont envisagées. Il s’agit de la facilitation de l’accès au foncier, l’amélioration de l’accès au financement, la modernisation de la justice commerciale et la modernisation de la législation sociale. Toutefois, les mesures à mettre en œuvre pour une amélioration conséquente de la compétitivité requièrent de plus en plus un engagement fort de tous les segments de l’administration, du secteur privé et des partenaires sociaux. En appui, il importe de renforcer la communication sur la portée des réformes et leur impact sur le bien-être des différents acteurs économiques et les citoyens, notamment à travers leur incidence sur les moteurs et les leviers de la croissance.92. En dépit des efforts consentis pour le respect des critères de convergence de l’UEMOA et de la mise en œuvre satisfaisante de l’ISPE, le Sénégal doit maintenir le cap des réformes en vue de renouer durablement avec une croissance économique forte et soutenue qui puisse garantir les conditions de réussite de l’initiative privée. Ceci permettra, à terme, de poser les jalons d’un décollage maîtrisé et de faire de la période 2010-2020, une « décennie de l’émergence ».93. Par ailleurs, un pilier majeur de la Stratégie de Croissance Accélérée (SCA) est l’approche grappe qui invite les parties prenantes à bâtir des partenariats féconds autour des filières porteuses dont les produits peuvent avoir une visibilité nationale ou internationale. Cette approche grappe est rendue opérationnelle dans sa dimension géographique à travers des projets de clusters locaux identifiés pour faire l’objet d’une expérimentation. Cela amène la SCA à concilier deux démarches : le choix de secteurs clés à haut potentiel et la promotion de PME, notamment innovantes, créatrices de haute valeur ajoutée et/ou exportatrices pour répondre à la nécessité de restructurer l’économie pour en améliorer la compétitivité et élargir la base de la croissance.94. Le Code des Investissements, en tant que levier important d’incitation à la décentralisation des activités productives, n’a pas donné les résultats escomptés. La solution alternative est d’initier des projets de zones économiques spéciales, de parcs scientifiques ou technologiques, d’incubateurs et de création d’autres pôles économiques, avec la collaboration des collectivités locales. Des programmes d’accompagnement spéciaux vont cibler, d’une part, les jeunes diplômés qui maîtrisent une technique ou un métier et qui souhaitent créer des entreprises, d’autre part, les entrepreneurs du secteur informel qui peuvent justifier d’une longue expérience et qui seraient disposés à agrandir leur entreprise. Enfin, les dispositions de la Loi d’orientation sociale seront prises en considération. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 19 sur 68
  • 28. 2.2.1.4. Secteurs d’appui à la production et à la productivité2.2.1.4.1. Accès aux services énergétiques95. Le sous-secteur de l’énergie joue un rôle transversal dans la mise en œuvre des politiques publiques. Cependant, le faible taux d’accès aux services énergétiques modernes constitue un facteur limitant le développement économique et social. La CEDEAO a entériné dans son Livre Blanc12 des objectifs chiffrés, auxquels le Sénégal a souscrit, pour l’accès aux services énergétiques. La vision sectorielle est d’assurer ainsi une distribution géographique plus équitable de l’accès aux services énergétiques modernes et couvrant les besoins en termes d’électrification rurale et urbaine, de force motrice et de combustibles domestiques pour lutter contre la pauvreté et préserver l’environnement, notamment à travers la promotion d’énergies propres.96. Le sous-secteur de l’énergie poursuit les objectifs stratégiques suivants : i. favoriser laccès aux services énergétiques par une augmentation de capacités de production d’énergie et une accélération de l’accès à l’énergie en milieu rural autour de trois volets complémentaires13 en veillant à accroître l’offre d’énergie d’origine renouvelable dans le mix énergétique national ; ii. promouvoir la maîtrise et léconomie dénergie à travers entre autres l’assainissement des polices de l’Etat, la création d’unités locales de fabrication et de diffusion des composants d’équipements solaires et éoliens, le développement des différentes filières de biocarburants, la promotion des équipements économes dénergie et de substitution et la vulgarisation de façades et toits solaires dans le bâtiment ; iii. améliorer le cadre de pilotage du sous-secteur de lénergie par la poursuite de la réforme institutionnelle de la SENELEC et un renforcement du système dinformation énergétique.2.2.1.4.2. Développement et modernisation des infrastructures de transport97. Le développement des infrastructures de transport est essentiel pour asseoir une économie compétitive et une croissance forte. La réalisation de ces infrastructures revêt un caractère prioritaire du fait qu’elles devraient contribuer à un meilleur aménagement du territoire, en assurant une meilleure desserte des principaux pôles économiques du pays. Il est également attendu un effet multiplicateur des dépenses d’investissements publics pour créer des emplois et distribuer des revenus. En tant que facteur d’amplification de la croissance et de la productivité à moyen et long termes, ces infrastructures publiques rendent les investissements privés plus efficaces, jettent les bases de la création d’industries et ouvrent les voies de l’intégration dans la sous-région ouest-africaine. En plus du rôle accélérateur de l’économie, la mise en œuvre de ces infrastructures pourrait être une source des revenus nécessaires au financement de la Stratégie à travers les revenus supplémentaires qu’elles génèrent pour les ménages, les entreprises, les collectivités locales et l’Etat.12 Livre Blanc pour une politique régionale, Décision A/DEC.24/01/06 du 12 janvier 2006.13 Il s’agit de (i) la mise en concession d’électrification rurale du pays, (ii) le développement de projets d’électrification ruraled’initiative locale et (iii) la réalisation de projets énergétiques multisectoriels. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 20 sur 68
  • 29. 98. Le sous-secteur des infrastructures de transport poursuit les cinq (5) objectifs stratégiques suivants : i. développer les infrastructures routières, ferroviaires et portuaires : il s’agira, d’une part, de renforcer les infrastructures de la plateforme portuaire et d’entreprendre la construction de routes et d’ouvrages d’art, et d’autre part, de réhabiliter, rénover et de reconstruire selon les techniques et normes modernes, les chemins de fer afin d’impulser le développement du secteur minier, de faciliter la mobilité des biens et des personnes, le désenclavement des pôles de développement et l’intégration sous- régionale ; ii. développer l’industrie et les services aéronautiques, les infrastructures aéroportuaires par la construction d’aéroports et la modernisation des aérodromes régionaux ainsi que l’amélioration de la sécurité et de la sûreté du transport aérien, entre autres ; iii. renforcer le pilotage stratégique et le cadre légal du sous-secteur par l’élaboration d’un Code des ports, le renforcement des capacités des acteurs du sous-secteur ou encore par la mise en place d’un fonds d’investissement des programmes de développement des transports maritimes ; iv. favoriser la massification de l’emploi maritime en mettant en place un dispositif de formation sur les métiers de la mer et en créant des bureaux de placement des marins ; v. renforcer la sécurité et la sûreté maritimes et la prévention de la pollution marine à travers la mise en place dun système fonctionnel de suivi à distance des navires, l’amélioration du dispositif national de sécurité et sûreté maritimes et de prévention des risques liés à la pollution et le renforcement des capacités de l’administration maritime.2.2.1.4.3. Services de transport99. Le développement des services de transport fait face à un certain nombre de défis qui tournent autour d’insuffisances liées à une infrastructure de base ne respectant pas les normes de sécurité et de circulation ; à des moyens de transports confortables et sécurisés et à une intégration des modes de transport tant en milieu urbain que rural. Pour atteindre les objectifs de mobilité des personnes et des biens, le sous-secteur des services de transport poursuivra les deux (2) orientations stratégiques suivantes : i. développer les infrastructures liées aux services de transport en aménageant des sites propres pour les transports publics, la modernisation des gares routières et le renouvellement et renforcement des parcs automobiles de transport public ; ii. améliorer lenvironnement des transports terrestres par un renforcement de la sécurité routière et la facilitation du transport dans les corridors.2.2.1.4.4. Secteur financier100. Globalement, le paysage bancaire sénégalais comprend vingt et un (21) établissements de crédit, dont dix neuf (19) banques et deux (2) établissements financiers. A cet égard, le réseau compte deux cent soixante neuf (269) agences à fin décembre 2010, représentant 19,4% du nombre total de guichets de banque de l’UEMOA. Cinq (5) banques sont spécialisées dans l’habitat, le secteur agricole, la microfinance, la finance islamique et les opérations de marchés. Le financement bancaire de l’économie est essentiellement orienté vers les sous-secteurs des services (25%), de Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 21 sur 68
  • 30. l’industrie (21%), du commerce (20%) et dans une moindre mesure celui des transports et communications (9%). L’actionnariat est diversifié et est principalement composé d’investisseurs d’origine européenne, américaine, asiatique et africaine. Le capital est détenu à hauteur de 72% par des personnes morales et physiques étrangères et à hauteur de 28% par des nationaux. L’organisation de la supervision et du contrôle du système financier est assurée conjointement par la Banque Centrale et la Commission bancaire de l’UEMOA.101. Le principal facteur de vulnérabilité du secteur bancaire serait lié à la concentration des risques sur quelques grandes entreprises, en particulier celles évoluant dans les sous-secteurs de l’énergie, des mines, des télécommunications et du tourisme. L’objectif global est d’assurer la stabilité et la solidité du système financier, à travers la consolidation du secteur bancaire et la pérennisation du secteur de la microfinance. La nouvelle réglementation introduit des dispositions relatives à la protection des déposants. A ce titre, un chantier relatif à la mise en place d’un fonds de garantie des dépôts bancaires et des SFD se poursuit et un accent sera mis sur le renforcement de la transparence dans la tarification des services bancaires et financiers et sur l’accroissement de la concurrence entre les établissements de crédit, au bénéfice des usagers des services bancaires et financiers. Concernant le relèvement du capital social minimum, il sera instauré une norme de 10 milliards de F CFA pour les banques et de 3 milliards de F CFA pour les établissements financiers. Pour ce qui est des perspectives d’adaptation aux normes internationales, la révision du Plan Comptable Bancaire visant à le rendre conforme aux normes IAS/IFRS en vigueur, sera poursuivie.102. En direction du nouveau cycle de programmation, le sous-secteur de la microfinance entend se consolider et se pérenniser, à l’intérieur d’une dynamique d’intégration progressive au secteur financier global. Ce mouvement devra toutefois se faire dans le respect de l’identité du sous- secteur et de son apport spécifique à l’économie nationale. Deux objectifs stratégiques sont poursuivis, conformément au plan d’action de la lettre de politique sectorielle de la microfinance : i. améliorer lenvironnement économique, légal et réglementaire pour un développement sécurisé du sous-secteur avec un renforcement du cadre régional légal et réglementaire, la mise en place d’une base de données et d’une Centrale des Risques pour le secteur et la promotion de mécanismes de garanties adaptés pour les SFD ; ii. pérenniser loffre de produits et services adaptés et diversifiés en améliorant laccès des SFD à des services non financiers et en appui technique de qualité, en diversifiant et innovant loffre pour une adaptation des produits et services à la demande solvable de la clientèle, notamment en améliorant l’adéquation entre le secteur bancaire et la microfinance.2.2.1.4.5. TIC et télécommunications103. Globalement, les réformes et politiques mises en œuvre dans le sous-secteur des TIC et télécommunications ont permis de noter des avancées significatives. Pour jouer un rôle capital dans la croissance et la production, le sous-secteur des TIC et télécommunications poursuit les objectifs stratégiques suivants: i. mettre en place un cadre stratégique de développement de l’économie numérique par la formulation de la stratégie nationale de développement de l’économie numérique ; ii. améliorer le fonctionnement de l’administration et faciliter l’accès aux services publics de manière intégrée et sécurisée à travers le déploiement et le maintien de l’infrastructure d’accès sur tout le territoire et l’élaboration d’un Plan National Géomatique (PNG) ; Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 22 sur 68
  • 31. iii. créer les conditions de développement de l’industrie des TIC et des capacités des ressources humaines adaptées aux besoins du marché, en améliorant l’accès aux financements, en renforçant la compétitivité du secteur privé TIC et les capacités en TIC des collectivités locales et des populations, en particulier, dans les zones rurales ; iv. utiliser les TIC dans tous les secteurs pour accélérer le développement économique et social par la mise en œuvre de la stratégie de développement du service universel des télécommunications.2.2.1.5. Développement intégré des filières de l’agriculture et de l’économie rurale104. Toutes choses égales par ailleurs, une croissance de 6% du PIB agricole contribuerait substantiellement à ramener la croissance de l’économie nationale sur le trend des années 1995- 2005, à réduire la dépendance du Sénégal vis-à-vis des importations alimentaires et le déficit de la balance commerciale. Elle améliorerait, en même temps, le niveau de sécurité alimentaire. La cible de l’OMD-1 sera quasiment atteinte aussi bien au niveau national que dans les villes, mais les zones rurales resteraient encore relativement pauvres. L’extension des efforts de relance de l’agriculture au reste de l’économie rurale serait alors nécessaire pour faire bénéficier plus équitablement les populations rurales au partage des fruits de la croissance. Il s’agira de procéder à un meilleur aménagement du territoire, notamment à travers une réallocation des investissements agricoles et ruraux entre les zones agro-écologiques et une plus grande participation de toutes les autres zones rurales à l’animation de la dynamique de croissance.105. Le Programme National dInvestissement Agricole (PNIA) dont la finalité consiste à répondre aux défis que la Politique Agricole Commune de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (ECOWAP), pendant sous-régional du Programme Détaillé pour le Développement de lAgriculture Africaine (PDDAA) élaboré en 2003 par le Secrétariat du NEPAD, se propose de relever ce défi. Ainsi, l’objectif de réduction de moitié de l’incidence de l’extrême pauvreté et la faim sera plus à portée si l’Etat s’inscrit dans la perspective de consacrer progressivement jusqu’à 10% de ses ressources internes au développement de l’agriculture. Les interactions très fortes qui se produisent entre les branches agricoles, ainsi que les flux également importants entre ces dernières et le reste de l’économie renforcent les effets de la complémentarité entre investissements publics et investissements privés pour constituer un déterminant important de la croissance du PIB global.106. Dans le contexte global d’accélération de la croissance, de relance de l’économie rurale et de développement de l’agriculture, les filières vivrières trouvent un maximum de débouchés et de chances de concilier l’amélioration des revenus des producteurs ruraux et la défense du pouvoir d’achat des consommateurs urbains à travers une plus grande productivité. La relance intégrée de l’économie rurale sera, en particulier, mise en œuvre à travers les politiques visant le développement des secteurs primaires ou de l’agriculture au sens large. 2.2.1.5.1. Développement de l’agriculture107. Les fortes fluctuations et la tendance à la baisse des rendements de presque toutes les spéculations appellent à mettre davantage l’accent sur l’irrigation, la recherche et la vulgarisation agricoles, afin d’inverser durablement cette tendance. La loi d’orientation agro-sylvo-pastorale définit, sur la période 2004-2024, un cadre intégré favorable au développement de l’agriculture, de l’élevage et de la sylviculture et à l’épanouissement des populations rurales, y compris les jeunes et les femmes. Des initiatives se multiplient pour apporter des réponses pragmatiques aux contraintes du sous-secteur agricole : programmes spéciaux, plan REVA (pôles d’émergence agricole et domaines agricoles partagés), programme national d’autosuffisance en riz (PNAR) et GOANA. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 23 sur 68
  • 32. 108. L’agriculture dispose d’une marge de progression pour produire davantage du fait de la réserve de terres arables et/ou irrigables non encore exploitées, des gains de productivité encore possibles pour la population active rurale, notamment les femmes. L’agriculture moderne à grande échelle a également des marges de progression. De surcroît, l’agriculture dans son ensemble peut renforcer ses relations d’échange avec les autres secteurs, à travers le développement des chaînes de valeur et les activités de transformation. En retour, pour la modernisation, la croissance de l’agriculture et le développement de PMI et PME rurales, les leviers sur lesquels il faut agir sont les routes et les infrastructures de transport, les TIC, notamment pour l’accès en temps réel à l’information sur les marchés des produits agricoles, l’hydraulique, l’énergie (notamment renouvelable, solaire, biocarburant, etc.), le crédit agricole et rural, la mécanisation, l’instruction et la formation des agriculteurs, l’agro-industrie et les activités manufacturières.109. La production de céréales est restée en retrait par rapport au croît démographique depuis plusieurs décennies. Plus récemment, les prix des denrées de grande consommation ont subi l’effet de la flambée des cours mondiaux, ramenant alors au centre des politiques publiques les fonctions fondamentales de l’agriculture. La GOANA en est apparue très prometteuse pour apporter une solution définitive à la question de l’insécurité alimentaire. La levée des contraintes de débouchés en termes de circuits et de financement de la commercialisation, notamment à travers la transformation, permettra aux réalisations de la GOANA de passer à un nouveau palier. L’objectif de croissance du sous-secteur sera également soutenu par les cultures de diversification telles que l’horticulture, la floriculture, la filière laitière, l’aviculture, la pêche, l’agroforesterie, etc., dans les différentes zones agro-écologiques,110. La question du renouvellement du capital semencier est une autre source de contraintes à la productivité pour cause de déficit de semences certifiées et de confiance dans celles distribuées. Il est à cet effet nécessaire, pour combler ce déficit, de garder une traçabilité sur les variétés en circulation dans le pays et de limiter l’utilisation des semences tout venant, qui sont de piètre qualité et peu adaptées aux différents agro-systèmes. Un système de certification, accompagné d’une bonne politique de multiplication de ces semences impliquant les multiplicateurs professionnels et les structures de recherche, favorisera la disponibilité de semences certifiées en quantités suffisantes et de qualité fiable. La facilitation de l’accès aux marchés, couplée avec la mise en place de mécanismes d’assurance agricole devra participer à la stabilisation des revenus des producteurs agricoles et des flux d’approvisionnement.111. Le renforcement de la politique de subvention des intrants est une solution que l’Etat compte maintenir avec des mécanismes de ciblage plus précis pour préserver la productivité des sols. Les agriculteurs ont besoin d’investir dans la maintenance de la qualité des terres mais aussi dans les systèmes d’irrigation et de pompage et dans le matériel agricole. Ces investissements sont limités par le faible accès à un financement rural adapté tel celui qui est proposé par le projet de banque verte qui permettra d’abord de familiariser les petits agriculteurs avec les opérations de banque. Toutefois, le domaine le plus important pour un investissement dans l’agriculture demeure l’accès à l’eau et son utilisation efficiente.112. Sur la base des résultats de l’Analyse Globale de la Vulnérabilité, de la Sécurité Alimentaire et de la Nutrition (AGVSAN 2010), réalisée par le Programme Alimentaire Mondial (PAM), le calcul du score de consommation alimentaire des ménages montre que 15,1% d’entre eux sont en situation d’insécurité alimentaire, en milieu rural et 8,5%, en milieu urbain. En termes opérationnels, il s’agit d’articuler une stratégie globale imbriquant les hauts rendements des filières des céréales de grande consommation à ceux de l’agriculture dans son ensemble et aussi la productivité de l’agriculture à celle de l’économie rurale. L’amélioration de la productivité dans l’agriculture est à stimuler périodiquement par les investissements publics réalisés dans les infrastructures rurales, la recherche et la vulgarisation agricoles, l’irrigation et les incitations par les prix, de façon à contribuer directement à la croissance économique, à la réduction de la pauvreté et à l’amélioration de l’environnement des affaires, en milieu rural. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 24 sur 68
  • 33. 113. Un accent plus important est à mettre sur la recherche dans les domaines stratégiques liés à la mise en place de systèmes de culture adaptés aux différentes zones agro-écologiques. Du fait du rôle de l’agriculture dans les économies des différentes régions, il est particulièrement important de renforcer la recherche pour accroître fortement les rendements des cultures. En effet, la hausse de la productivité agricole pouvant être matérialisée par des rendements élevés nécessite, en plus d’investissements importants, notamment dans la maîtrise de l’eau, une forte implication de la recherche sénégalaise qui a développé des variétés à haut rendement et des techniques culturales mieux adaptées aux différentes zones agro écologiques. En outre, un partenariat opérationnel entre les structures de recherches (ISRA, ITA et universités), le Conseil agricole et rural et les organisations et interprofessions agricoles devrait y contribuer sensiblement. Cependant, pour permettre à la recherche de jouer pleinement son rôle dans ce cadre, il est particulièrement important dassurer la motivation, pour juguler les départs massifs des chercheurs des instituts de recherche vers dautres horizons.114. A travers la Loi n°2004-16 du 04 juin 2004 portant loi d’orientation agro-sylvo-pastorale (Article 5), il ressort une vision, une perspective d’avenir pour le secteur, à savoir, une agriculture au service des hommes, de leurs communautés et de l’environnement, qui fournit des denrées alimentaires saines en quantité et en qualité, dans un espace rural où il fait bon vivre. L’objectif principal qui en découle pour les acteurs et les institutions en charge du secteur serait d’être le moteur d’une dynamique de progrès viable dans les domaines de l’agriculture, l’alimentation, l’environnement et la qualité de vie en milieu rural. Par rapport à l’objectif principal et la perspective d’avenir pour l’agriculture, l’article 6 de la LOASP définit les objectifs spécifiques dont l’atteinte devrait contribuer à la réduction des inégalités entre les populations rurales et urbaines, à l’équité de genre, ainsi qu’à la réduction, puis à l’éradication de la pauvreté.115. Dans le secteur primaire, l’agriculture occupe une place centrale pour la satisfaction des besoins alimentaires des populations, la création de richesses et l’assurance d’une sécurité alimentaire durable. Conformément aux orientations de la LOASP, la présente Stratégie vise à améliorer la contribution de l’agriculture au développement économique et social. Les objectifs stratégiques poursuivis par le sous-secteur de l’agriculture sont au nombre de trois (03) : i. augmenter la production et améliorer la productivité à travers l’amélioration de l’accès aux semences de qualité, la restauration des terres dégradées et le relèvement du niveau de fertilité des sols, l’amélioration du niveau d’équipement des exploitations agricoles, la réalisation d’aménagements hydro agricoles et la promotion de la petite irrigation et le renforcement des capacités des producteurs ; ii. promouvoir un environnement favorable à la production grâce à la promotion de la recherche et la valorisation de ses résultats, le renforcement des institutions de soutien à la production (information, formation, conseil agricole), la réalisation et la réhabilitation d’infrastructures de soutien à la production (routes, marchés, magasin de stockage, électrification, etc.), la réduction de la vulnérabilité des activités agricoles aux calamités naturelles, la facilitation de l’accès aux marchés à travers notamment la promotion des équipements de traitement post-récolte et de transformation, le renforcement du dispositif de transfert de technologies et des connaissances, le renforcement des capacités des acteurs en normes et qualité, le désenclavement des zones de production, l’amélioration des systèmes d’information sur les marchés et l’accès des producteurs à des crédits agricoles adaptés à leurs besoins et aux intrants et équipements agricoles, la professionnalisation des producteurs et l’accélération du processus de la réforme foncière ; iii. améliorer le système de pilotage du secteur agricole par la mise en place d’un cadre de référence qui fédère l’ensemble des initiatives dans le sous-secteur, la mise en place d’un système unique de suivi-évaluation opérationnel du sous-secteur, la motivation des agents du sous-secteur et le renforcement des capacités techniques, humaines, matérielles et Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 25 sur 68
  • 34. financières d’intervention des structures du sous-secteur, l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique de communication interne et externe du sous-secteur et l’élaboration et la mise en œuvre d’un schéma directeur des statistiques agricoles nécessaires à une bonne prise de décisions. 2.2.1.5.2. Développement de l’élevage116. Le sous-secteur de l’élevage revêt une importance capitale sur le plan économique et social. En effet, ses grandes marges de progression devraient permettre d’accroître de manière considérable la productivité, les productions et en conséquence, les revenus des éleveurs. Toutefois, cela suppose un changement d’option et de stratégie, à travers la sécurisation de l’élevage pastoral et lémergence dexploitations de type nouveau bien adaptées aux réalités des marchés. Ainsi, lorientation globale du sous-secteur est de satisfaire la demande nationale en produits animaux et d’assurer la promotion socio-économique des acteurs.117. Les objectifs stratégiques poursuivis par le sous-secteur de l’élevage sont : i. améliorer les productions animales par la promotion d’unités modernes de production, le renforcement du potentiel génétique des races locales à travers entre autres l’insémination artificielle et l’amélioration de la santé animale ; ii. sécuriser l’élevage par la préservation et la gestion des ressources agro-pastorales, la promotion de l’assurance agricole et le renforcement des infrastructures et équipements pastoraux ; iii. améliorer les conditions de mise en marché des produits animaux par un renforcement et une modernisation des infrastructures et équipements de transformation et de commercialisation et un renforcement de la sécurité sanitaire des aliments d’origine animale ; iv. améliorer le pilotage sectoriel avec la mise en place d’un système de collecte et de gestion des données sur l’élevage et un renforcement des capacités d’intervention des services de l’élevage et des organisations professionnelles. 2.2.1.5.3. Pêche et aquaculture118. L’objectif global est de faire de la pêche et l’aquaculture un sous-secteur qui continue d’apporter une contribution importante à la croissance économique, au bien-être et à l’alimentation des populations par une gestion pérenne de la rente halieutique et un développement accéléré de la production aquacole.119. Ainsi, le sous-secteur de la pêche et l’aquaculture poursuit les objectifs suivants : i. gérer durablement les ressources halieutiques et restaurer les habitats par une maîtrise des capacités de pêche maritime en adéquation avec les potentiels de captures permissibles, la régulation de l’accès aux ressources halieutiques et la mise en place d’une politique de conservation de l’habitat aquacole et des ressources halieutiques ; ii. satisfaire la demande nationale en produits de la pêche et de l’aquaculture avec la mise en place des infrastructures de base nécessaires au développement de la pêche continentale et de l’aquaculture, la réduction des pertes post-capture au niveau de la pêche artisanale et la promotion de l’aquaculture vivrière et commerciale durable ; Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 26 sur 68
  • 35. iii. valoriser la production halieutique et aquacole par la restructuration de l’industrie de transformation des produits de la pêche et de l’aquaculture, la mise aux normes sanitaires des filières particulièrement en amont, la modernisation de la transformation artisanale des produits halieutiques et la promotion de l’innovation technologique et la diversification des produits ; iv. professionnaliser les acteurs de la pêche et de l’aquaculture par un renforcement des capacités des organisations professionnelles de la pêche et de l’aquaculture, en particulier, les acteurs de la filière transformation artisanale et par l’élévation du niveau de professionnalisation des acteurs de la filière par l’instauration de cartes professionnelles. 2.2.1.5.4. Hydraulique, irrigation et maîtrise de l’eau120. En plus du potentiel foncier, les ressources en eau sont d’un niveau très appréciable. Elles sont estimées à plus de 35 milliards de mètres cubes renouvelables dont 31 milliards en eaux de surface (Fleuve Sénégal, Fleuve Gambie, Casamance et la Kayanga) et 4 milliards en eaux souterraines. Ce bilan ne tient pas compte des ruissellements non maîtrisés. Toutefois, le niveau de mobilisation des ressources en eau souterraine (jusque-là utilisées essentiellement pour satisfaire la demande en eau potable) est de l’ordre de 5,5%. Pour une meilleure visibilité dans le diagnostic et dans la planification de la stratégie, les défis à relever dans le domaine de l’hydraulique rurale sont à rapporter à la faible valorisation des ressources en eau pour la production agricole.121. Le domaine de l’hydraulique agricole poursuit trois (03) objectifs stratégiques, à savoir : i. valoriser les eaux de surface pour la production agricole par la mise en place d’infrastructures hydro-agricoles structurantes et la lutte contre les végétaux aquatiques ; ii. valoriser les eaux souterraines pour lagriculture par le développement dinfrastructures de captage et de distribution de ces eaux , la promotion de Pôles dEmergence Agricoles (PEA) et de Domaines Agricoles Partagés (DAP), la formation de base aux techniques dirrigation et à la gestion des systèmes irrigués et la valorisation des excédents de débits des forages ruraux ; iii. mettre en place un dispositif de pilotage du sous-secteur de l’hydraulique agricole avec la mise en place d’un système d’information partagé par toutes les structures intervenant dans l’eau à usage agricole, le renforcement du dispositif daccès à linformation hydrogéologique et l’élaboration dun plan stratégique de leau souterraine à usage agricole. 2.2.1.5.5. Transformation agroalimentaire et promotion des produits agricoles122. L’industrie agroalimentaire doit participer activement à l’accélération de la croissance, du fait des grandes potentialités agricoles du pays et des capacités réelles et prouvées en matière de diversification des produits transformés d’origine aussi bien agricole qu’halieutique et animale. Le problème central de ce sous-secteur demeure le faible niveau de promotion et de valorisation de ses produits.123. Le sous-secteur de la transformation agroalimentaire poursuit les trois (03) objectifs stratégiques ci-après : i. promouvoir les produits agricoles et la transformation agroalimentaire à travers la valorisation et la vulgarisation des produits agricoles, forestiers, halieutiques, Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 27 sur 68
  • 36. agroalimentaires et de l’élevage pour la consommation locale et l’exportation et la promotion de PME et d’industries dans le sous-secteur ; ii. accroître la compétitivité des PME et des industries agroalimentaires par l’amélioration des conditions d’hygiène et de qualité des produits transformés sur la base des standards internationaux, la diversification des gammes de produits mis sur les marchés local et international et le renforcement des capacités techniques et managériales des professionnels de la transformation agroalimentaire ; iii. renforcer le cadre institutionnel de pilotage du sous-secteur par un ancrage institutionnel des différents acteurs et le renforcement des structures sectorielles de promotion et de valorisation des produits agroalimentaires.2.2.1.6. Déploiement industriel et autres secteurs2.2.1.6.1. Mines et carrières124. Le secteur des mines connaît un renouveau récent avec le démarrage de la production d’or, en plus des phosphates, et les perspectives associées à l’exploitation des gisements de fer. Pour la rentabilisation des activités minières, il faut agir sur des leviers, en l’occurrence, les infrastructures d’accès aux sites miniers et aux marchés, l’accès à l’eau, à l’électricité, à des débouchés extérieurs et le renforcement des capacités de transformation avant exportations.125. Des réalisations importantes ont été faites. Mais, le sous-secteur a été marqué par des contraintes liées à l’insuffisance de moyens humains et matériels au niveau de l’administration minière et la complexité des obligations de formalisation des orpailleurs, consécutivement à leur méconnaissance des textes réglementaires.126. Le sous-secteur des mines poursuit les quatre (04) objectifs suivants : i. améliorer les conditions de vie des populations des zones abritant les activités minières, par l’amélioration des retombées financières pour le pays et les collectivités locales dans le cadre de la gestion et l’exploitation des ressources minières et un encadrement des populations locales menant des activités minières ; ii. renforcer la compétitivité du secteur minier par sa promotion, la mise à jour de l’infrastructure géologique et minière et l’appui des exploitants de carrière ; iii. contribuer à la gestion de l’environnement et la remise en état des mines et carrières par la mise en place d’un comité de suivi pour l’application du plan de gestion environnementale et la sensibilisation des acteurs locaux sur les risques environnementaux liés à l’activité minière ; iv. augmenter les capacités de pilotage du secteur minier par l’élaboration et la mise en œuvre des instruments d’orientation et de suivi-évaluation de la politique minière.2.2.1.6.2. Industrie127. L’industrie est un moteur pour la dynamisation du rythme de croissance. Il importe de promouvoir la diversification des activités industrielles et l’amélioration de la qualité des produits. Une croissance significative des activités manufacturières est nécessaire pour la création d’opportunités d’emplois.128. Les objectifs stratégiques poursuivis pour développer l’industrie sont les suivants : Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 28 sur 68
  • 37. i. renforcer la compétitivité des entreprises avec les actions de leur mise à niveau; ii. accélérer le développement industriel endogène en créant des pôles régionaux de développement industriel et en implantant des ateliers de production communautaires polyvalents ; iii. promouvoir l’articulation entre linnovation technologique, la normalisation et la propriété industrielle par la mise à disposition d’un système de veille technologique, le renforcement de la promotion de la normalisation et de la culture de qualité dans les entreprises artisanales et industrielles; iv. renforcer les capacités institutionnelles de mise en œuvre de la politique industrielle à travers la modernisation de lobservatoire de lindustrie, l’élaboration et la mise en œuvre des instruments de suivi-évaluation de la politique industrielle.2.2.1.6.3. Capital foncier et Bâtiments et Travaux Publics (BTP)129. En vue de renforcer le capital foncier qui peut constituer un frein à l’amélioration de l’environnement des affaires et l’apport des BTP au PIB, deux (02) objectifs stratégiques sont poursuivis : i. réaliser des constructions dans les délais et selon les règles en vigueur par des actions de renforcement du contrôle technique de lexécution des travaux et l’application stricte du code de la construction et de lhabitat ; ii. renforcer les capacités institutionnelles de pilotage du sous-secteur avec la mise en place d’un centre national de formation et de qualification aux métiers du bâtiment et le renforcement institutionnel de linspection générale des bâtiments.2.2.1.6.4. Tourisme130. Le tourisme est considéré comme un des secteurs clés de l’économie nationale. Son développement, dans ses phases investissement et fonctionnement, fait appel aux services et aux produits des sous-secteurs de l’agriculture, la pêche, l’artisanat, la culture, les BTP au transport. Il fait également appel à la réalisation d’infrastructures publiques structurantes pour un accès aux sites touristiques, grâce au renforcement du réseau routier, de la vocation des gares et ports et à une mise aux normes des aéroports. Donc, cette dynamique multisectorielle peu valorisée nécessite de repenser le développement du tourisme suivant une demande globale avec une approche grappe et dans le cadre d’un partenariat public/privé efficace, associant les collectivités locales, partenariat dont a besoin une industrie touristique moderne, respectueuse de l’environnement et des valeurs socioculturelles afin d’éviter les effets néfastes du sous-secteur.131. Au regard de la faiblesse de l’attractivité du tourisme, l’objectif global de sa politique sectorielle est d’accélérer la promotion touristique pour une meilleure visibilité de sa contribution au développement économique et social du pays. A cet effet, le sous-secteur du tourisme poursuit les objectifs stratégiques suivants : i. favoriser une meilleure structuration et une présentation juste de l’offre touristique du Sénégal à travers des actions et mesures d’amélioration de la connaissance et de la maîtrise du potentiel de richesse touristique national et une promotion d’un système de communication et de marketing ; ii. promouvoir des investissements touristiques suffisamment attractifs par la création de conditions favorables à l’investissement privé et à l’épanouissement des touristes, entre autres ; Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 29 sur 68
  • 38. iii. développer une dynamique multisectorielle de structuration des potentialités du tourisme et de promotion des initiatives de développement touristique ; iv. améliorer le pilotage sectoriel du tourisme avec l’élaboration et la mise en œuvre des instruments d’orientation et de suivi-évaluation de la politique touristique.2.2.1.6.5. Artisanat132. Pour permettre à ce sous-secteur d’apporter des revenus substantiels aux acteurs, les politiques s’articulent autour des trois (03) objectifs stratégiques suivants : i. renforcer les capacités de production des artisans à travers la professionnalisation des acteurs, l’amélioration du système d’approvisionnement en intrants et en équipements et le renforcement de la base productive de l’artisanat ; ii. développer un système de commercialisation favorable des produits artisanaux par une amplification des activités de prospection de marché et de promotion commerciale des biens et services artisanaux et par un assainissement des circuits de commercialisation ; iii. augmenter les capacités de pilotage de la politique de développement du sous- secteur par un renforcement des dispositifs et instruments étatiques de pilotage ainsi que des mécanismes de concertation.2.2.1.6.6. Culture133. Le diagnostic relève que ce sous-secteur est confronté entre autres au manque de visibilité de l’activité culturelle, au caractère informel de l’activité, à la dégradation de la production culturelle, à l’absence d’une structure de coordination, à l’insuffisance des moyens alloués et aux lenteurs administratives dans la mobilisation des ressources. La politique à mettre en œuvre a pour objectif global d’accentuer la promotion de l’expression de la diversité culturelle pour une meilleure lisibilité de l’importance économique et sociale de l’activité culturelle dans le développement du pays.134. Ce sous-secteur poursuit deux (02) objectifs stratégiques : i. accroître le volume et la qualité de la production culturelle par un renforcement des infrastructures culturelles structurantes, l’implication des privés dans la promotion culturelle et par une accentuation de la décentralisation ; ii. redynamiser le pilotage sectoriel par un renforcement des capacités institutionnelles et techniques du sous-secteur et une déconcentration plus poussée des services culturels.2.2.1.6.7. Sports et loisirs135. L’objectif global du sous-secteur est d’augmenter la contribution du sport au développement économique du Sénégal et de rendre les loisirs accessibles à tous au regard de ses fonctions sociales, économiques, psychologiques et thérapeutiques.136. Les politiques et stratégies du sous-secteur des sports et loisirs poursuivent les objectifs suivants : i. promouvoir le sport et les activités connexes en mettant en place des infrastructures et équipements sportifs structurants et modernes et en favorisant la formation, la professionnalisation et le développement de l’entreprise sportive ; Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 30 sur 68
  • 39. ii. développer les sites et espaces de loisirs par la mise en place d’infrastructures structurantes des loisirs et inciter à l’investissement privé et associatif dans le domaine des loisirs ; iii. renforcer les acteurs des loisirs par une évaluation du patrimoine national de loisirs et leur professionnalisation ; iv. créer les conditions d’un pilotage efficace du sous-secteur à travers la promotion des outils d’orientation adaptés.2.2.1.6.8. Intégration régionale137. Si les opportunités qu’elle offre sont incontestables, l’intégration régionale doit, cependant, surmonter des défis importants : tenir compte de la mise en place au sein de l’UEMOA d’un conseil des collectivités territoriales, intégrer la libre circulation des personnes et des biens, le commerce transfrontalier, les conflits, les perceptions illicites sur les migrations et les corridors. En favorisant la poursuite et l’accélération de l’intégration régionale, le Sénégal a pour objectif stratégique l’approfondissement du processus de l’intégration économique et sociale dans le cadre de l’OMVS et de l’OMVG et au sein de l’UEMOA, de la CEDEAO et de l’Union Africaine. Il s’agira d’appuyer la promotion des exportations des produits locaux, de réhabiliter et développer le réseau dinfrastructures, de promouvoir l’investissement privé et le développement des affaires.2.2.1.6.9. Commerce138. La vision retenue pour le commerce repose sur le développement des exportations et l’approvisionnement correct du marché intérieur à des prix justes permettant aux opérateurs économiques et aux entreprises d’exercer leurs activités dans un environnement plus concurrentiel et moderne, ouvert sur l’extérieur et marqué par une fluidité des échanges plus sécurisés.139. Ainsi, les actions et mesures seront traduites autour des quatre (04) objectifs stratégiques ci-après : i. développer les infrastructures de mise en marché par un accroissement qualitatif des infrastructures modernes de stockage, de conditionnement et d’exposition et la promotion des équipements nécessaires à l’utilisation des TIC tant pour le commerce intérieur qu’extérieur et le développement des infrastructures de contrôle métrologique raccordé au système international ; ii. améliorer la quantité et la qualité de l’offre de biens et services à travers la maîtrise des importations, le renforcement des capacités d’offre des acteurs nationaux et la promotion d’une approche qualité des produits locaux ; iii. promouvoir les outils d’accès aux marchés locaux, régionaux et internationaux par la mise en œuvre d’initiatives de promotion commerciale, la redynamisation du Comité National des Négociations Commerciales Internationales (CNNCI), l’impulsion de dispositifs appropriés de commercialisation à travers le renforcement et l’assainissement des circuits de distribution et l’accompagnement des acteurs ; iv. renforcer le cadre institutionnel de mise en œuvre des politiques sectorielles par l’élaboration d’un cadre stratégique d’orientation et de suivi-évaluation.2.2.1.6.10. Migrations internationales et Sénégalais de l’Extérieur140. Les questions migratoires constituent un enjeu de taille dans la volonté du Sénégal d’enclencher les leviers de croissance. Ainsi, la stratégie poursuit les objectifs suivants : Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 31 sur 68
  • 40. i. mettre en place un système performant de gestion et de suivi des flux migratoires internationaux et dassistance des Sénégalais de l’Extérieur (SE) par un renforcement des capacités professionnelles et logistiques des dispositifs de contrôle au niveau des postes de police aux frontières, une promotion de l’emploi et d’opportunités économiques dans les zones de départ massif et de la migration internationale de travail temporaire ; ii. asseoir une politique d’implication des SE dans les efforts de développement par la promotion du transfert de connaissances et de savoir-faire des SE en faveur de leur pays d’origine et la mise en place d’un dispositif stratégique d’information sur les opportunités d’investissements productifs ; iii. élaborer et mettre en œuvre une politique nationale intégrée en matière de migration ; iv. promouvoir la coopération et le partenariat aux niveaux sous-régional, régional et international dans la gestion des questions et problèmes de migrations pour la mise en place de projets mieux adaptés aux réalités locales.2.2.2. AXE 2 : Accélération de l’accès aux services sociaux de base, protection sociale et développement durable141. La satisfaction des besoins sociaux de base constitue un facteur essentiel à la promotion du développement humain durable. En effet, l’accès à des infrastructures de base, de santé, d’éducation et de formation et d’adduction à l’eau potable a un effet direct sur la qualité de vie. Il détermine, en plus, l’offre d’opportunités économiques aux populations et communautés de base. Sans accès à ces biens et services publics ou collectifs, on ne peut considérer qu’il y a égalité devant les opportunités, tant au niveau des régions, des communautés de base, des individus, des campagnes que des villes.142. C’est pourquoi, la vision qui sous-tend la Stratégie pour 2011-2015, intègre l’augmentation conséquente de l’offre de ces services d’infrastructures financée par les ressources tirées de l’accélération de la croissance. L’atteinte des OMD et la poursuite de la mise en place des conditions préalables à l’émergence requièrent l’aménagement d’un espace budgétaire adéquat par l’Etat et ses partenaires. Le périmètre de cet espace budgétaire devrait, par ailleurs, impliquer l’exigence d’assurer une protection sociale également adéquate, dont la couverture est étendue aux différents segments de la population.143. Par ailleurs, les initiatives, projets et programmes ayant un fort impact écologique et économique sur le développement durable, d’une part, et une meilleure prise en compte de la transversalité de l’environnement, d’autre part, bénéficieront d’un accompagnement adéquat. Les changements climatiques, dont les effets sont de plus en plus présents sont des facteurs de perturbations hydrologiques, de températures plus élevées pouvant avoir un impact défavorable sur la production agricole, en l’absence de nouvelles technologies plus adaptées.144. La nouvelle Stratégie se veut, dès lors, un cadre réaliste et fédérateur de toutes les actions qui concourent au développement économique et social, notamment l’accès aux services sociaux de base, la protection des groupes vulnérables et la promotion de l’économie verte. De manière spécifique, le Sénégal vise à atteindre l’éducation de qualité pour tous, la prise en charge de la santé de la mère et de l’enfant, l’accès à un système et un cadre de vie amélioré et la réduction de la dégradation de l’environnement. Il importe aussi de rendre accessibles aux populations nécessiteuses des modules de formation professionnelle en adéquation avec les besoins du marché de l’emploi. Enfin, pour une meilleure redistribution des richesses nationales, il est envisagé de mettre en place un cadre global de protection sociale et de mécanismes de prévention et de gestion des risques de catastrophes. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 32 sur 68
  • 41. 2.2.2.1. Education et développement des compétences et qualifications145. Le Sénégal a fourni d’importants efforts dans le développement de l’éducation et de la formation. Les résultats obtenus traduisent une avancée significative. Toutefois, des insuffisances persistent et exigent des solutions pour améliorer le taux d’achèvement du cycle primaire et, de manière générale, relever la qualité et la performance du système éducatif, pacifier l’espace scolaire et universitaire et accélérer le rythme de construction et de livraison des salles de classe. Il s’agira d’offrir des possibilités équitables d’éducation et d’apprentissage à tous les enfants, en prenant en compte les disparités régionales, les problèmes d’infrastructure et de ressources humaines d’encadrement qui se posent avec acuité aussi bien dans le primaire que dans le moyen et le secondaire (général et technique).146. Egalement, le développement des qualifications dans une économie en croissance nécessite la mise en place de centres de formation professionnelle adaptés et performants et des stratégies visant à corriger les déséquilibres dans la répartition spatiale et selon le genre.147. A cet égard, les orientations majeures et les actions nécessaires du sous-secteur de l’éducation et de la formation reposent sur les options intégrant le cadre de mise en œuvre du PDEF. Ainsi, les objectifs stratégiques suivants sont poursuivis : i. assurer une prise en charge holistique et intégrée de la petite enfance à travers notamment l’amélioration de lenvironnement pédagogique des apprentissages dans les CDIPE ainsi que la construction ou la réhabilitation et l’équipement de structures DIPE avec un environnement adapté aux handicapés moteurs ; ii. créer les conditions d’un achèvement du cycle primaire pour tous les enfants en âge scolaire, par une campagne de sensibilisation et dinformation pour l’inscription et le maintien des enfants en particulier des filles, par la construction, l’équipement et la réhabilitation décoles élémentaires, de salles de classe, avec un environnement physique amélioré et par la promotion des programmes d’alimentation scolaire pour le renforcement de l’accès et l’amélioration du maintien des enfants, particulièrement en milieu rural ; iii. promouvoir l’éducation de base de 10 ans et améliorer laccès au secondaire et au supérieur, en particulier pour les filles, avec la construction, l’équipement et la réhabilitation de collèges, de lycées, d’instituts et d’universités ; iv. créer les conditions dune éducation de qualité à tous les niveaux en améliorant lenvironnement pédagogique des apprentissages dans le primaire, le moyen, le secondaire et le supérieur, la formation initiale et continue des enseignants « craie en main », le soutien à l’orientation et le maintien des filles vers les filières scientifiques et techniques14, la généralisation de la réforme LMD, la construction et l’équipement d’instituts supérieurs de formation professionnelle et le développement de la recherche ; v. améliorer la gouvernance, la déconcentration et la décentralisation de la gestion du sous-secteur avec notamment la création dun système d’information, la construction et l’équipement dinspections dacadémie et départementales dans les nouvelles régions ainsi que la mise en place dune Agence Nationale dAssurance Qualité dans lenseignement supérieur (ANAQ) et la promotion des femmes enseignantes dans les instances de décision ;14 La Lettre de Politique Sectorielle de la phase 3 du PDEF appelle à un « développement d’un programme hardid’amélioration de l’enseignement des sciences et des mathématiques pour accueillir, à l’horizon 2015, 60% des élèves admisen classe de seconde dans les séries scientifiques ». Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 33 sur 68
  • 42. vi. éradiquer lanalphabétisme et promouvoir les langues nationales par la promotion d’une alphabétisation de développement axée sur la demande et privilégiant les compétences socioéconomiques dans une approche holistique, inclusive et intersectorielle et par l’utilisation des langues nationales dans tous les secteurs de la vie socioéconomique ; vii. promouvoir la formation professionnelle orientée vers le marché de lemploi à travers le développement de la formation continue, des études de besoins de formation, d’analyse de situation de travail, d’écriture de curricula selon l’APC et la création des conditions de leur implantation ainsi que l’appui à l’insertion des nouveaux diplômés ; viii. intégrer lapprentissage dans le système de formation professionnelle et technique par une formation des maîtres datelier et la mise en place de dispositifs de formation par apprentissage dans les « Daaras » pilotes ; ix. développer la gouvernance partenariale avec un renforcement du partenariat public-privé.2.2.2.2. Santé et nutrition148. Une population en mauvais état de santé ne peut garantir la croissance économique. Ainsi, satisfaire les besoins en soins de santé demande une approche globale et soutenue tendant à assurer l’accessibilité à des services de qualité.149. Le Sénégal a réalisé des progrès importants dans la réduction de la mortalité maternelle et infanto- juvénile. Mais il reste encore des efforts à faire pour atteindre les OMD en matière de santé. Les actions pour l’élimination du VIH/SIDA, du paludisme et des autres pandémies seront renforcées. A cet effet, le système de santé doit davantage être préventif. En appui, un accent plus important va être mis sur l’hygiène et la promotion d’habitudes alimentaires saines. Les dépenses publiques dans le sous-secteur de la santé vont être portées à au moins 2% du PIB à l’horizon 2015. Les capacités d’absorption seront renforcées et des mécanismes innovants de financement de la santé devront être encouragés, y compris l’assurance maladie des populations pauvres. Les possibilités de partenariat public-privé dans la construction et l’exploitation des infrastructures de santé et de mutualisation des moyens et des risques seront explorées.150. Le Sénégal s’est engagé à lever ces contraintes à travers la mise en œuvre du Programme National de Développement Sanitaire (PNDS 2009-2018) et de la feuille de route pour l’accélération de la réduction de la morbidité et de la mortalité maternelle et néonatale. Les objectifs et politiques suivants sont visés afin d’assurer des services performants de santé publique : i. réduire le fardeau de la morbidité et de la mortalité maternelles et infanto-juvéniles par des actions et mesures de généralisation de l’assistance à l’accouchement dans les formations sanitaires par du personnel qualifié, de renforcement de l’assistance à la consultation pré et postnatale et de promotion de la survie de l’enfant par la vaccination et l’amélioration de l’état nutritionnel ; ii. améliorer les performances du sous-secteur de la santé en matière de prévention et de lutte contre les grandes maladies en assurant la promotion du dépistage et en renforçant le système de surveillance médicale ; iii. renforcer durablement le système de santé en assurant la maintenance et le renouvellement des équipements et en améliorant la qualité des soins ; iv. améliorer la gouvernance du sous-secteur de la santé en assurant l’efficience et l’efficacité des dépenses de santé ainsi qu’une meilleure implication des Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 34 sur 68
  • 43. collectivités locales dans le financement de la santé et en développant lapproche communautaire et le partenariat multisectoriel.2.2.2.3. Eau potable, hygiène et assainissement151. Le diagnostic du sous-secteur montre que des efforts restent à faire relativement à la qualité et la distribution de l’eau malgré la bonne tendance pour l’atteinte des OMD. Le déficit dans la distribution de l’eau potable devra être progressivement résorbé. Concernant l’assainissement, outre les financements supplémentaires à rechercher pour atteindre les objectifs, le problème demeure surtout aigu en milieu rural. Dans le domaine de l’hygiène, le Sénégal n’échappe pas aux problèmes posés par l’augmentation continue de la production de déchets dont les principaux effets sont l’insalubrité et la pollution de l’environnement, la recrudescence des maladies diarrhéiques, infectieuses et parasitaires qui portent atteinte à la santé publique.152. Pour un meilleur équilibre dans l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, entre le milieu rural et le milieu urbain, le sous-secteur poursuit les objectifs et actions majeurs suivants : i. promouvoir la gestion intégrée et efficace des ressources en eau pour la satisfaction des besoins liés à tous les usages à travers des actions de maîtrise des eaux de surface et de ruissellement, particulièrement au niveau des petits bassins versants ; ii. améliorer laccès à leau potable des populations en milieux urbain et rural en quantité et en qualité suffisantes par un renforcement de la mise en œuvre du PEPAM ; iii. développer lassainissement en milieux urbain et rural par la poursuite et l’accélération de la mise en œuvre de ce volet du PEPAM, notamment en ses sous- programmes de construction et de renforcement de systèmes de traitement et de dépollution des eaux usées ; iv. améliorer le cadre institutionnel et opérationnel du secteur de leau potable et de lassainissement en milieux urbain et rural avec la mise en œuvre de la réforme du sous-secteur de l’hydraulique rurale et l’assainissement en milieu rural, la poursuite de la réforme institutionnelle en milieu urbain et l’amélioration des relations entre tous les acteurs impliqués dans la gestion de l’eau ; v. promouvoir des changements positifs de comportement des populations en matière d’hygiène et d’assainissement par la mise en œuvre d’actions et de mesures appropriées d’hygiène et de salubrité au sein des communautés.2.2.2.4. Habitat et cadre de vie153. L’habitat et le cadre de vie sont largement tributaires des interrelations avec la dégradation des ressources naturelles et de l’environnement. Dans les villes comme dans les campagnes, on assiste à un développement de l’habitat spontané et précaire. En milieu urbain, ce type d’habitat représente environ 30 à 40% de l’espace occupé et est localisé dans des zones caractérisées par la promiscuité, l’inexistence ou la faiblesse d’équipements de toute nature et l’inexistence de titres d’occupation. En milieu rural, la qualité de l’habitat a enregistré une amélioration. Les ménages de ce milieu délaissent de plus en plus la chaume/paille15 au profit du zinc, du béton et de la tuile ou ardoise. Cette tendance milite en faveur d’un meilleur contrôle de la sécurité des constructions.154. Le sous-secteur de l’habitat et du cadre de vie vise l’amélioration et la sécurité du cadre de vie. Ainsi, les objectifs stratégiques suivants seront poursuivis. Il s’agit de :15 47,5% en 2005 contre 35,6% en 2008. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 35 sur 68
  • 44. i. promouvoir une politique de planification spatiale par l’élaboration et la réactualisation d’un Plan national d’Aménagement du Territoire (constitué d’un plan général et des Schémas Régionaux d’Aménagement du Territoire (SRAT)) par la hiérarchisation des pôles de développement (métropole nationale, métropole d’équilibre, villes secondaires stratégiques et relais ruraux) et par la création et l’aménagement systématique d’espaces publics, parcs, jardins et zones agricoles en milieu urbain ; ii. développer et diversifier loffre de logements sociaux en milieux urbain et rural à travers le renforcement des programmes « Zones d’Aménagement Concerté », et l’élaboration et la mise en œuvre dune stratégie nationale de lhabitat rural ; iii. résorber les bidonvilles et lutter contre les occupations irrégulières et l’installation des populations dans des sites vulnérables aux inondations et autres risques environnementaux urbains à travers la restructuration, la régularisation foncière et la relocalisation des quartiers non lotis et à risques et le relogement des personnes victimes d’inondation ; iv. améliorer le cadre de vie en milieux urbain et rural à travers l’élaboration de plans directeurs pour la gestion des déchets solides et l’appui aux collectivités locales pour la collecte des ordures ; v. renforcer les capacités des acteurs du secteur avec notamment le renforcement du dispositif de suivi, d’assistance et de conseil des collectivités locales dans l’exercice de la compétence transférée.2.2.2.5. Protection sociale et solidarité avec les populations vulnérables155. La protection sociale est considérée comme un ensemble de mesures tendant à protéger les populations contre la survenance de risques sociaux. Elle comprend, outre les régimes publics de sécurité sociale, les régimes privés ou communautaires et est mue par trois (3) logiques : celle d’assistance, celle d’assurance dans la prise en charge des prestations et celle d’autonomisation des catégories sociales. Les transferts non contributifs à travers l’assistance sociale (transferts réguliers et prévisibles) et les filets sociaux de sécurité16 permettent aux populations pauvres de disposer d’un minimum de sécurité de revenu, de moyens de subsistance et de soins de santé. L’assurance qui est un mécanisme de partage de risques est un système contributif qui permet aux ménages de se protéger contre divers facteurs de privations et d’atténuer les risques d’endettement.156. Le développement inclusif repose aussi sur un respect des besoins différenciés des femmes, des enfants et des groupes vulnérables, en leur assurant un accès équitable aux opportunités. Cela passe par leur autonomisation économique, sociale et politique ainsi que le renforcement des mécanismes de mise en œuvre des textes et règlements y relatifs. Avec le Plan Cadre national pour la prévention et l’élimination du travail des enfants, le Sénégal compte poursuivre le dialogue politique et social entre les différents intervenants, pour mener à bien cette lutte.157. Par ailleurs, il est aujourd’hui de plus en plus admis que la protection sociale contribue directement à la croissance économique. Le Sénégal compte faire sienne l’Initiative pour un Socle de Protection Sociale17 (SPS) qui vise à garantir un meilleur accès aux services essentiels et aux transferts sociaux pour les plus pauvres et les plus vulnérables. C’est ainsi que l’Etat du Sénégal16 Pensions sociales, indemnités de handicap, allocations familiales, coupons ou bons alimentaires ; cantines et boursesscolaires, travaux publics à haute intensité de main-d’œuvre ; subventions sur les prix destinées aux ménages pauvres ;exemptions de frais pour des services essentiels.17 LUnion africaine a d’ailleurs lancé « l’Appel à l’action » de Livingstone dès 2006, appelant tous les pays africains àdisposer d’un socle élémentaire de programmes de protection sociale. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 36 sur 68
  • 45. s’est engagé à assurer une large couverture en matière de sécurité sociale par le biais du socle de protection sociale qui est bâti autour de deux grandes composantes, à savoir : des services (santé de base, éducation de base, sécurité alimentaire, cantines scolaires, assainissement, eau, hygiène, nutrition, logement, crèches, énergie, services pour l’emploi, services d’inclusion sociale, formation professionnelle, programme d’activation, services juridiques) et des transferts (un ensemble de prestations de base, en nature ou en espèce, en faveur des pauvres et des catégories vulnérables).158. De ce point de vue, la vision du DPES prévoit de s’appuyer sur la Stratégie Nationale de Protection Sociale (SNPS) pour mettre en œuvre des programmes mais aussi des interventions ciblées, en application des lois et règlements ainsi que des stratégies existantes notamment la loi d’orientation sociale pour la promotion et la protection des droits des handicapés, la loi sur la parité entre hommes et femmes pour les postes électifs, la Stratégie Nationale pour l’Equité et l’Egalité de Genre (SNEEG), etc. Ainsi, les objectifs et mesures suivants constitueront un cadre fédérateur du domaine de la protection sociale et de la solidarité avec les groupes vulnérables. Il s’agit de : i. promouvoir le travail décent par une amélioration de la santé et de la sécurité au travail ; ii. élargir le champ de la couverture sociale en mettant en place de nouvelles branches de sécurité sociale et en étendant les systèmes formels de protection sociale à lensemble des travailleurs enregistrés ; iii. étendre la protection sociale au secteur informel et rural et aux groupes vulnérables à travers le renforcement et l’extension de la couverture maladie communautaire, la pérennisation et l’extension des politiques de gratuité ; iv. renforcer la protection sociale et économique des ménages, des femmes et de la petite fille vulnérables en facilitant leur accès aux ressources et aux facteurs de production, à l’éducation et à la formation ; v. assurer l’accès aux services sociaux de base et de protection aux enfants en situation de vulnérabilité par le développement d’un paquet de services de protection avec des normes et standards minimaux de qualité et par la consolidation et l’extension des mécanismes de transferts sociaux ; vi. promouvoir la participation sociale et l’autonomie de toutes les personnes handicapées, notamment par la mise en application de la loi dorientation sociale pour la protection et la promotion des handicapés ; vii. reconnaître le statut des personnes âgées en élaborant une déclaration de politique de vieillesse ; viii. améliorer les conditions socio-économiques des personnes âgées par la mise en place dun fonds de soutien ; ix. améliorer la prise en charge médicale des personnes âgées et des familles démunies par la mise en place dun système durable de gratuité des soins et la coordination et la cohérence des actions des systèmes médicaux.2.2.2.6. Promotion de l’équité et de l’égalité de genre159. Le Sénégal a décidé de promouvoir l’équité et l’égalité de genre. A cet égard, l’intégration de la dimension genre dans les politiques publiques18 est adoptée comme stratégie pour, en général,18 Pour faire ressortir de manière efficace l’impact réel des projets et programmes sur les différentes franges de la population,les efforts de désagrégation des indicateurs socio-économiques seront poursuivis. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 37 sur 68
  • 46. lutter contre toute forme d’inégalité et, en particulier, harmoniser les chances des hommes et des femmes dans la participation équitable au processus de développement.160. La Stratégie pour 2011-2015 prend en compte les besoins, les droits et les contributions des femmes dans toutes ses composantes, suivant une approche intégrée. Dans ce domaine, deux objectifs sont poursuivis : i. promouvoir les droits des femmes et de la petite fille à travers notamment le renforcement du dispositif juridique de protection des femmes et de la petite fille, la promotion du leadership et de la participation des femmes y compris dans les instances de décision et de délibération, et le renforcement de la promotion économique de la femme et du partenariat avec les associations et organismes internationaux ; ii. promouvoir lintégration du genre dans les interventions de développement par un renforcement des capacités des institutions et des collectivités locales à intégrer le genre, à travers le budget participatif et la mise en place dun système de suivi- évaluation des résultats en matière déquité et dégalité de genre.2.2.2.7. Promotion de l’emploi161. Pour arriver à des performances de grande envergure en comparaison à celles actuellement enregistrées, la Nouvelle Politique Nationale de lEmploi (NPNE) a défini des objectifs stratégiques qui couvrent l’ensemble du spectre des politiques publiques pertinentes en matière de promotion active de l’emploi. Ainsi, la NPNE envisage-t-elle de contribuer à la baisse du chômage par la création d’emplois massifs. Le nombre total d’emplois modernes escomptés sur la période 2010-2015 est ainsi estimé à 607 000 nouveaux emplois19. Les emplois visés concernent l’ensemble des secteurs et la fonction publique avec la mise en place progressive de la fonction publique locale. Sont également concernés les emplois créés dans le cadre de la poursuite de la modernisation des entreprises traditionnelles du secteur informel.162. Pour les cinq prochaines années, la Stratégie s’articule autour des objectifs suivants : i. promouvoir l’emploi dans les secteurs public, privé, formel et informel par la mise en œuvre de la NPNE à travers le développement de l’emploi décent dans les différents secteurs ; ii. améliorer et développer l’adéquation entre la formation et l’emploi à travers un appui à la mise en œuvre de la réforme des structures d’éducation, d’enseignement technique et de formation professionnelle et la mise en place du système national dévaluation et de validation des apprentissages techniques et professionnels et des acquis de lexpérience en situation de travail ; iii. mettre en place un système de suivi et de gestion du marché du travail par la création de lobservatoire et des programmes de lemploi.2.2.2.8. Développement harmonieux de la jeunesse163. Comme dans la plupart des pays en développement, les jeunes représentent plus de 60% de la population. Ils sont les plus touchés par la prégnance de la pauvreté, l’exode rural, le chômage, et19 Cet objectif passe par le développement de grands programmes dans les secteurs de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche,de l’aquaculture, de l’environnement et des énergies renouvelables, du commerce et de la distribution, du secteur informelnon agricole et non commercial et enfin dans le domaine des infrastructures (méthode HIMO). Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 38 sur 68
  • 47. la forte déperdition scolaire. Autant de contraintes qui font que la jeunesse demeure au cœur des préoccupations.164. Pour une meilleure prise en compte des spécificités des jeunes, les politiques visent les objectifs stratégiques suivants : i. définir un statut des jeunes vulnérables par la mise en place d’un arsenal juridique et d’un cadre organisationnel ; ii. améliorer les conditions sociales et économiques des jeunes par un renforcement des programmes déducation, de prévention contre les fléaux et d’insertion socioprofessionnelle ; iii. renforcer la prise en charge sanitaire des jeunes vulnérables en mettant en place un système durable pour leur prise en charge médicale.2.2.2.9. Prévention et gestion des risques et catastrophes165. De par sa position géographique avancée sur l’Océan atlantique, le Sénégal est exposé aux effets néfastes des changements climatiques couplés à une mauvaise répartition de l’habitat et des industries dont le corollaire est l’accroissement de la vulnérabilité des populations aux risques de catastrophes. Par ailleurs, les modes de production et de stockage de produits dangereux avec le non-respect des normes techniques et environnementales exacerbent les risques de catastrophes industriels.166. Dans le cadre du document de Stratégie, le Sénégal entend poursuivre les deux (2) objectifs stratégiques suivants : i. promouvoir des stratégies et des mécanismes de Réduction des Risques de Catastrophes (RRC) à travers l’opérationnalisation de la plateforme multisectorielle de RRC, la coordination de l’action de l’Etat en mer, la mise en place d’un système d’alerte national précoce de RRC et la mise en place de mécanismes dassistance et dindemnisation des victimes de catastrophes ; ii. renforcer la maîtrise des accidents liés aux catastrophes dorigine technique et/ou naturelle par l’élaboration et l’opérationnalisation des plans de contingence au niveau national et régional et la création dune synergie entre les structures sectorielles et décentralisées pour une meilleure coordination des interventions.2.2.2.10. Environnement, gestion des ressources naturelles et développement durable167. L’environnement et les ressources naturelles sont des questions transversales de par leurs effets directs et indirects sur les autres secteurs. L’analyse des résultats indique des progrès dans certains domaines comme la restauration des ressources naturelles et des terres, le développement des aires protégées pour la biodiversité, la gestion des ressources transfrontalières et la lutte contre les pollutions et les nuisances. Il convient de poursuivre et de renforcer les différentes pratiques sectorielles et les initiatives prises depuis 2006 et visant, entres autres, la promotion des modes de production et de consommation durables. Par ailleurs, il convient d’encourager le développement d’instruments de mesure de l’impact environnemental des politiques publiques. Les changements climatiques dont les effets sont de plus en plus présents sont facteurs de perturbations hydrologiques, de hausse de températures pouvant avoir un impact défavorable sur la production agricole et l’occupation du littoral. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 39 sur 68
  • 48. 168. La Stratégie 2011-2015 appelle à une prise de conscience sur la nécessité de poursuivre un processus de développement viable intégrant la gestion des ressources naturelles. Il s’agit de les préserver et de les maintenir tout en garantissant leur accès équitable. La pollution croissante de l’air et des eaux dans les villes est un signe qui indique que ce qui est souvent perçu comme un progrès peut être source de détérioration de la qualité de vie dont souffriraient particulièrement les groupes vulnérables.169. Intégrer la vision du développement durable commande d’accorder une haute priorité à la prise en compte de l’impact environnemental à tous les niveaux de planification locale et sectorielle. Pour ce faire, le sous-secteur de l’environnement et des ressources naturelles poursuit les politiques et stratégies à mettre en œuvre à travers les objectifs suivants : i. intensifier la lutte contre la tendance actuelle à la dégradation de l’environnement par une systématisation des évaluations environnementales préalables et une gestion écologiquement rationnelle des produits chimiques et des déchets ; ii. lutter contre la dégradation de lenvironnement global (effet des changements climatiques) à travers le combat contre l’érosion côtière et la promotion des modes de production et de consommation durables ainsi que l’intégration de l’adaptation aux changements climatiques dans la planification locale et sectorielle tout en tirant avantage des opportunités qu’offre la finance carbone ; iii. inverser la tendance actuelle à la dégradation des ressources naturelles par la lutte contre la déforestation et la dégradation des terres et la conservation de la biodiversité et la gestion des zones humides ; iv. renforcer les capacités de gestion de l’environnement et des ressources naturelles par un renforcement des ressources humaines, matérielles et financières des acteurs du secteur de lenvironnement et des ressources naturelles.2.2.3. AXE 3 : Renforcement des principes fondamentaux de la bonne gouvernance et la promotion des droits humains170. Un profil de gouvernance inapproprié est une entrave majeure au développement. L’expérience de la période 1980-2010 a été suffisamment riche pour bâtir un consensus sur un certain nombre d’éléments à élever au rang de règles de gestion du processus de développement : (i) la paix, la démocratie et la sécurité humaine ; (ii) la maîtrise des finances publiques dans le sens de permettre un dénouement à bonne date des transactions avec l’Etat ; (iii) un alignement de la structure des dépenses publiques sur les priorités de développement ; (iv) l’éthique, la transparence et une attention continue sur la reddition des comptes et l’efficacité de la dépense publique ; (v) l’existence de cadres fonctionnels de dialogue sur les politiques publiques. Le respect de ces cinq (5) règles requiert la foi dans des valeurs partagées en vue de susciter et d’entretenir la confiance réciproque entre les différents acteurs : Gouvernement et administrations publiques, collectivités locales, secteur privé, société civile et partenaires techniques et financiers.171. Les collectivités locales, les organisations de la société civile et les services déconcentrés sont les premiers canaux de mise en œuvre et de fournitures de services essentiels. Ainsi, tous les acteurs élus dans les collectivités locales et au Parlement doivent être pleinement impliquées dans la planification, la mise en œuvre et le suivi et l’évaluation de la fourniture des services publics essentiels.172. La Stratégie 2011-2015 anticipe la mise en place d’un cadre budgétaire, juridique et institutionnel adéquat ainsi qu’une mise en œuvre plus efficiente des programmes et initiatives soutenus et financés par l’Etat. A cet effet, il importe de promouvoir davantage la participation des Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 40 sur 68
  • 49. communautés à la base, à la fois dans la conception et dans la mise en œuvre des programmes publics.173. Le présent document de Stratégie place l’efficacité économique et financière, la participation des populations locales, la protection et la promotion équitables des droits fondamentaux des hommes et des femmes au rang des domaines devant accompagner le processus de développement. Il importe donc de veiller à l’efficacité et à l’efficience des dépenses publiques à travers une bonne gestion des finances publiques. De même, les réformes de l’administration devront être nécessaires pour lever les lourdeurs et les lenteurs des procédures administratives afin de maintenir la qualité des services publics rendus aux usagers. Par ailleurs, l’aménagement du territoire et la mise en œuvre de la charte de la décentralisation sont indispensables dans l’application d’une double planification et une meilleure implication des communautés de base.2.2.3.1. Pilotage stratégique des politiques sectorielles174. L’articulation des politiques sectorielles à la Stratégie est fondamentale pour sa mise en œuvre. Au cours du processus du DSRP-II, un bilan annuel des politiques sectorielles et des programmes multisectoriels a permis d’identifier les points forts, les faiblesses et lacunes, d’une part, et, d’autre part, de proposer des corrections pour mieux recentrer les politiques sectorielles sur les objectifs stratégiques du DSRP.175. Malgré les efforts consentis par le Sénégal ces dernières années sous l’impulsion du DSRP pour le suivi et l’articulation des politiques publiques, le dispositif de pilotage stratégique des politiques sectorielles reste encore à améliorer à tous les niveaux. A cet effet, il s’agit de poursuivre deux (2) objectifs stratégiques : i. l’amélioration du pilotage stratégique des politiques au niveau sectoriel, régional et local en systématisant les principes de la gestion axée sur les résultats dans la mise en œuvre de toutes les politiques publiques et de l’intégration du genre ; ii. la réalisation des enquêtes prioritaires nationales ou spécifiques d’évaluation périodique de la stratégie.2.2.3.2. Administration publique et réforme de l’Etat176. La gouvernance administrative pose la question de la modernisation des structures, de la valorisation des ressources humaines, de l’articulation intelligente des différents programmes, de la promotion du processus participatif dans l’action publique et de la simplification des procédures administratives. Malgré les progrès réalisés en matière d’amélioration de l’efficacité du service public, l’administration reste confrontée à un manque d’efficacité, du fait de multiples contraintes, dont, principalement : (i) l’instabilité institutionnelle et les défis qui en résultent en vue d’une coordination permanente des initiatives qui visent les mêmes objectifs ou sollicitent les mêmes ressources ; (ii) l’externalisation accrue de fonctions administratives, sous forme d’agences d’exécution, dont le cadre de performances ne fait pas toujours l’objet d’un contrat suivi d’engagements pour des résultats ; (iii) l’insuffisance du suivi et de l’évaluation de l’action publique et (iv) la longueur et la lourdeur de certaines procédures administratives.177. Afin de faire de l’administration publique un espace de régulation, de pilotage et de coordination institutionnels visant une plus grande efficacité dans la mise en œuvre des programmes à moyen et long termes, la Stratégie privilégie les objectifs globaux suivants : Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 41 sur 68
  • 50. i. améliorer le cadre organisationnel des administrations centrale, décentralisée et déconcentrée par une rationalisation de leurs responsabilités et capacités techniques et opérationnelles ; ii. renforcer le dialogue et la cohésion sociale par une amélioration du cadre institutionnel des organisations des acteurs non étatiques, en général, et du Comité National de Dialogue Social (CNDS), en particulier, et l’installation de comités sectoriels de dialogue social ; iii. améliorer la qualité du pilotage et la gestion publique à travers un renforcement de la qualité de la production statistique et l’adoption des principes et des nouvelles pratiques de gestion axée sur les résultats par ladministration ; iv. renforcer l’efficacité et la cohérence de la communication institutionnelle par une amélioration de l’accès à l’information des citoyens ainsi que le rôle et laction des médias en faveur de léducation citoyenne ; v. accroître la satisfaction des usagers du service public par un meilleur accès au service public et la poursuite des efforts de simplification des procédures et formalités administratives ; vi. promouvoir et consolider la sécurité intérieure par la prévention d’activités illégales.2.2.3.3. Amélioration de la gestion des finances publiques178. Les systèmes de gestion des finances publiques et des marchés publics du Sénégal se sont prêtés depuis 2002, à plusieurs exercices d’évaluation de leurs performances. La démarche a ainsi permis de mettre en œuvre des programmes d’amélioration des pratiques. Les derniers exercices en date ont porté sur la deuxième évaluation des performances de la gestion des finances publiques suivant l’approche du PEFA réalisée en mars 2011 et la deuxième évaluation du système national des marchés publics suivant les indicateurs de l’OCDE (Banque mondiale – CAD/OCDE) de 2010.179. Dans les domaines de la gestion budgétaire et comptable, l’adoption du Plan des Réformes Budgétaires et Financières en 2009 a permis de réaliser des progrès importants dans l’amélioration de la crédibilité du budget, l’exhaustivité et la transparence budgétaires, la préparation et l’articulation du budget sur les politiques publiques avec l’introduction et l’élargissement graduel des programmes pluriannuels de dépenses publiques. Ces progrès ont été également notés dans les domaines de la prévisibilité et du contrôle modulé de l’exécution du budget, la tenue de la comptabilité publique et la reddition des comptes. Ils devront se consolider avec l’application progressive, à partir de 2012, des fondamentaux des réformes et des innovations majeures inspirées par la nouvelle gestion publique introduite par les nouvelles directives du cadre harmonisé des finances publiques adoptées en 2009 par la Commission de l’UEMOA.180. Dans le domaine de la gestion de la commande publique, en dépit des révisions notées en 2010 dans les dispositions du Code des marchés publics puis corrigées par le retour à l’orthodoxie, les progrès en consolidation visent à inscrire durablement le système national dans les meilleures pratiques en la matière.181. D’une manière générale, la nouvelle gestion publique fondée sur l’autonomie, la performance et l’imputabilité de la responsabilité ainsi que la transparence sera progressivement mise en œuvre d’ici à 2019 conformément à l’échéance fixée par la Commission de l’UEMOA aux Etats de l’Union et va accroître les chances de succès des politiques publiques. A cet effet, trois (3) objectifs stratégiques ont été définis : i. renforcer les capacités financières de l’Etat à exécuter son budget à travers une modernisation des administrations financières, une amélioration de la qualité des Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 42 sur 68
  • 51. services offerts aux usagers et un accroissement continu des recettes budgétaires, aux niveaux central et local ; ii. renforcer la discipline budgétaire en évitant autant que faire se peut des modifications profondes des autorisations du Parlement, en respectant les dispositions légales et règlementaires qui sous-tendent l’exécution de la dépense publique et en œuvrant pour un respect des critères de convergence fixés par l’UEMOA ; iii. améliorer l’efficacité de la dépense publique à travers une allocation stratégique des ressources budgétaires fondée sur les priorités des politiques publiques, une utilisation optimale des ressources et un dispositif de contrôle interne et externe garant de la transparence et du bon usage des deniers publics.2.2.3.4. Gouvernance judiciaire, protection et promotion des droits humains182. La gouvernance judiciaire englobe aussi bien le sous-secteur de la justice proprement dit que les domaines de la promotion et de la protection des droits humains mais également l’application des lois y afférentes. Aussi, le domaine de la lutte contre la corruption, même s’il est transversal, doit- il reposer sur une justice efficace dotée de moyens adéquats. Le Sénégal a fait montre de la volonté de se doter d’un arsenal juridique contre le blanchiment de capitaux avec l’adoption de la loi uniforme n°2004-09 du 6 février 2004 relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et la loi uniforme n°2009-16 du 02 mars 2009 relative à la lutte contre le financement du terrorisme. Les objectifs retenus pour garantir les droits humains misent sur l’information, la sensibilisation et le plaidoyer auprès des différents acteurs sur le renforcement de l’autonomie d’action, des capacités de décision et de la protection des droits structurels et catégoriels des femmes et des hommes. Ce faisant, il s’agit de prêter attention aux déficits en matière de participation, de responsabilité, de non-discrimination et d’autonomisation.183. Pour une meilleure efficacité de la justice, les priorités sont de deux (02) ordres : i. renforcer l’efficacité de la justice à travers l’amélioration des conditions de gestion des archives judiciaires et de l’environnement des affaires, entre autres ; ii. améliorer l’accessibilité de la justice ainsi que de la justice de proximité en renforçant le maillage territorial des services et juridictions et en améliorant le dispositif daccès à laide juridictionnelle.2.2.3.5. Décentralisation, développement local et aménagement du territoire184. La territorialisation du développement et des politiques sectorielles requiert le renforcement des capacités des acteurs locaux, en général, et des collectivités locales, en particulier. La promotion d’un développement local durable repose sur l’engagement de l’Etat et des collectivités locales à réduire les disparités interrégionales et intra-régionales et sur leur capacité à sortir les populations de leur situation de vulnérabilité.185. Le conflit survenu en Casamance au début des années 1980 a eu un impact négatif sur le développement économique et social de la région et de ses communautés. A la faveur des accords de paix signés en 2001, un processus global et cohérent de pacification de la région de Casamance avait été lancé à travers le Programme de Relance des Activités Economiques en Casamance (PRAESC). Ce programme a permis d’instaurer progressivement les conditions d’une paix durable et la réintégration de la population casamançaise dans un environnement économique et social favorable au développement à long terme et respectant les particularités de la région. Dans le cadre Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 43 sur 68
  • 52. de la présente Stratégie, la mise en œuvre du PRAESC sera amplifiée à travers une démarche participative et inclusive.186. Les domaines « aménagement du territoire et décentralisation » partagent des principes fondateurs comme la proximité, l’inclusion et la participation de toutes les catégories d’acteurs, mais aussi la nécessité d’interaction et de solidarité entre elles. Dans la pratique, ces différents éléments requièrent une éthique qui exprime la conscience et la volonté de tous les acteurs d’agir dans le sens de l’intérêt général et du bien commun, avec un devoir de reddition de comptes et une possibilité de contrôle.187. Dans ces domaines, les politiques et stratégies à mettre en œuvre poursuivent les objectifs suivants : i. promouvoir la maîtrise de linformation territoriale par la mise en place dun Observatoire national des territoires opérationnel ; ii. assurer la solidarité territoriale et la cohérence de la planification spatiale à travers l’élaboration des schémas d’aménagement et de gestion des terroirs communautaires et des plans stratégiques des pôles régionaux de développement et la mise en cohérence des documents de planification nationale avec ceux de planification spatiale à tous les échelons (PGAT, SRAT, SAGTC) ; iii. accroître la viabilité des territoires et la fonctionnalité des pôles de développement en valorisant des potentialités des entités éco-géographiques, en améliorant des réseaux de voirie, d’adduction d’eau, d’assainissement et des services énergétiques et en relevant le niveau des équipements dans les villes secondaires et frontalières ; iv. renforcer les capacités institutionnelles et humaines de lensemble des acteurs à travers l’amélioration du système de formation des acteurs dans ces différents domaines et le renforcement qualitatif et quantitatif des ressources humaines ; v. améliorer le dialogue inclusif et le partenariat structuré entre toutes les catégories d’acteurs par une réforme des organismes de suivi de la décentralisation, la réforme et la relance des activités des comités économiques et sociaux régionaux et un appui à l’harmonisation et à la fonctionnalité des cadres de concertation ; vi. accroître les infrastructures et équipements structurants dans les pôles de développement économique local en quantité et en qualité à travers la promotion de l’approche régionale en matière de coopération décentralisée pour la réalisation d’équipements structurants ; vii. accroître les responsabilités et renforcer les capacités des collectivités locales pour la promotion du développement économique local durable, en créant des centres fiscaux départementaux, dans le cadre de la décentralisation de la chaîne fiscale, en mettant en œuvre, de manière concertée, l’observatoire des territoires, en harmonisant les interventions des bailleurs de fonds pour corriger les disparités intra et interrégionales, en améliorant la gouvernance administrative locale et en allégeant les procédures, en renforçant les capacités des collectivités locales pour mieux exploiter les potentialités et en améliorant l’utilisation des services techniques déconcentrés dans l’exécution des missions des collectivités locales ; viii. renforcer le partenariat, la solidarité et la coopération économique entre collectivités locales par la mise en place de structures d’intercommunalité et de délimitation des territoires des collectivités. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 44 sur 68
  • 53. 2.2.3.6. Travail parlementaire188. La place et le rôle du Parlement dans le système démocratique et républicain du Sénégal doivent être valorisés pour permettre aux élus d’assurer efficacement leur mission de contrôle de l’action gouvernementale. Ainsi, a-t-il été retenu une seule orientation relative à la modernisation du Parlement et à l’amélioration de son efficacité à travers le renforcement des capacités des parlementaires en matière de contrôle de laction gouvernementale. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 45 sur 68
  • 54. Chapitre III : Plan d’actions prioritaires (PAP) de la StratégieIntroduction189. Partant de l’approche méthodologique d’élaboration du Document de Politique Economique et Sociale, les priorités qui se dégagent sont déclinées sur la base du diagnostic de tous les sous- secteurs socio-économiques et les grandes orientations stratégiques. Ainsi, une matrice opérationnelle encadre et oriente les interventions de l’ensemble des acteurs qui doivent s’aligner sur les priorités de la Stratégie. Cette dernière, cadre fédérateur de la politique économique et sociale du Sénégal pour la période 2011-2015, combine une politique de croissance accélérée et la prise en compte des aspects sociaux afin de créer un environnement viable et équitable et renforcer les jalons du développement durable.190. La traduction opérationnelle de l’ensemble des orientations stratégiques déclinées nécessite de mobiliser les ressources financières et humaines adéquates pour actionner simultanément les différents leviers fondamentaux et opérer des réformes permettant de pouvoir catalyser les initiatives privées. En vue d’accélérer la croissance économique pour la porter à un niveau où la redistribution pourra assurer l’atteinte des OMD à l’horizon 2015, les priorités porteront sur la diversification des sources de production et le développement de l’agriculture, le développement et la modernisation des infrastructures structurantes, un meilleur accès aux services sociaux de base ainsi que sur une bonne gouvernance des politiques publiques.3.1. Diversification des sources de production191. L’accroissement à la marge de la valeur ajoutée des sous-secteurs a un impact différencié sur la croissance du PIB global, compte tenu de leur poids relatif et de la structure des productions sous- sectorielles. En effet, il existe une élasticité20 presque parfaite entre le PIB et la valeur ajoutée de sous-secteurs tels que le commerce, l’agriculture vivrière et de rente, l’élevage, la pêche, les BTP, les industries extractives, la métallurgie, les autres services marchands, le bois, la fabrication de produits divers, la papeterie, les textiles et la branche « verre ». Alors que pour les autres sous- secteurs, la croissance à la marge entraîne une hausse du PIB dans une proportion moins importante que celle obtenue par la poursuite des tendances actuelles. Dans de telles conditions, les priorités incluent le développement de l’économie rurale et l’appui au secteur privé. Globalement, sur la période 2011-2015, le secteur tertiaire va demeurer le plus grand contributeur à la formation du PIB mais les facteurs de dynamisme de l’économie, en d’autres termes, les moteurs potentiels de la croissance au Sénégal, seront notamment l’agriculture, les activités manufacturières, les services exportables et les PME. 3.1.1. Développement de l’économie rurale192. La réalisation de l’objectif de sécurité alimentaire commande de promouvoir les filières vivrières et une agriculture plus productives à la faveur d’une relance forte de l’économie rurale articulée à celle de l’ensemble de l’économie. Les investissements publics seront accrus au profit du monde rural en tenant compte du profil spatial de la pauvreté et du rôle assigné aux différentes activités économiques, notamment primaires, dans les stratégies de sortie de la pauvreté et d’ascension sociale des populations dans les différentes zones agro-écologiques. L’artisanat, les mines, l’industrie et les services seront également mis à contribution pour relever les revenus dans les zones rurales et créer des emplois en ville. La consommation locale de produits agricoles transformés et les exportations de produits et services plus élaborés ont un rôle particulier à jouer dans la stimulation de la restructuration de l’appareil de production et la diversification des sources de la croissance, objectif fondateur de la SCA.20 Résultats de simulation CRES, 2010. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 46 sur 68
  • 55. 193. Les investissements devant permettre d’assurer le développement de l’économie rurale seront orientés principalement vers la structuration du monde rural et la professionnalisation des filières agricoles, mais aussi vers l’amélioration durable de l’accès aux facteurs de production et aux marchés. A cet effet, l’intensification et la diversification21 agricoles en fonction des spécificités et des potentialités de chaque région tiendront compte des impacts de la complémentarité et des synergies attendues, notamment la promotion des pôles de développement de la SCA, la consolidation de la GOANA et la mise en œuvre du PNIA avec la participation effective du secteur privé. A cet effet, le plan d’actions du DPES vise en priorité : i. la sécurité alimentaire avec la mise en œuvre du programme national dappui à la sécurité alimentaire (PNASA), le renforcement du dispositif de prévention et de gestion des crises alimentaires, le projet d’aide alimentaire et le renforcement du stock de sécurité alimentaire ; ii. le développement de l’économie rurale par l’augmentation de la production agricole à travers la reconstitution du capital semencier et avec l’appui à la production et à la multiplication de semences certifiées, la gestion et la restauration des terres dégradées (INP et PROGERT), l’équipement du monde rural, l’implantation des fermes agricoles dans le cadre du plan Retour Vers lAgriculture (REVA), la réfection et l’augmentation des aménagements hydro-agricoles pour l’atteinte de l’autosuffisance en riz (GOANA), le développement agricole de Matam (PRODAM-II), lappui au développement rural en Casamance (PADERCA), lappui aux filières agricoles (PAFA), le renforcement du fonds national de développement agro-sylvo-pastoral et le développement des marchés agricoles (PDMAS) ; iii. l’augmentation de la part de la production irriguée dans la production agricole par la réalisation de bassins de rétention, la gestion intégrée des ressources en eau et le développement d’activités suivant des usages multiples du bassin du fleuve Sénégal (OMVS), la poursuite des projets d’appui à la petite irrigation locale et de lutte contre les plantes aquatiques dans le Delta, la gestion intégrée des plantes aquatiques envahissantes, la valorisation des eaux souterraines (volet plan REVA) et la valorisation des excédents deau de forage ; iv. l’amélioration des productions animales par la création des Centres dimpulsion pour la Modernisation de lElevage (CIMEL), le renforcement du fonds dappui à la stabulation, la vulgarisation de linsémination artificielle, le renforcement de la protection zoo-sanitaire, l’équipement du monde rural (volet Elevage), le développement de lélevage au Sénégal oriental et en Casamance, la réhabilitation et la construction dabattoirs, la promotion des structures de traitement des cuirs et peaux, l’appui institutionnel des services déconcentrés de l’élevage, la réalisation du recensement général de la population, habitat, agriculture et élevage (RGPHAE) ; v. la gestion durable des ressources halieutiques et l’amélioration des revenus des acteurs du sous-secteur de la pêche et de l’aquaculture grâce à la maîtrise et à l’ajustement des capacités ; à la promotion de la bonne gouvernance des pêcheries par l’instauration de la cogestion et les concessions de droits de pêche aux communautés locales ; à l’élaboration et la mise en œuvre des plans d’aménagement des pêcheries sénégalaises ; au suivi économique et biologique de la ressource halieutique ; à l’intégration de l’approche éco-systémique dans la21 L’indice de diversification du tissu productif et de l’offre d’exportation du Sénégal est de 26,0 contre 69,34 pour l’Afrique. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 47 sur 68
  • 56. gestion des pêcheries, à la création et protection des aires marines, à l’immersion de récifs artificiels, à la réalisation d’infrastructures et d’équipements de pêche modernes, au développement de la pêche continentale, à l’élaboration et la mise en œuvre du plan national de restructuration (PNRH), à la mise en œuvre du programme de développement de laquaculture, de l’algoculture et de la pisciculture à travers son volet SCA ; à la promotion des exportations des produits de la pêche à travers la mise aux normes de l’amont de la filière ; à la modernisation de la transformation artisanale ; et à la mise en œuvre du programme de restructuration des industries de pêche par le renforcement du fonds de redéploiement de la pêche industrielle et des capacités techniques des professionnels de la pêche ; vi. la promotion des produits agricoles et de la transformation agroalimentaire à travers le projet de promotion des filières agroalimentaires traditionnelles et émergentes, lappui aux filières agro-industrielles et le projet dappui à lindustrie de transformation agroalimentaire. 3.1.2. Développement du secteur privé194. Les orientations déclinées sont l’amélioration du climat des affaires, l’appui au secteur privé, la lutte contre la corruption et le blanchiment d’argent, le développement des industries notamment agroalimentaires et leur redéploiement, la mobilisation de l’épargne intérieure et l’assainissement du circuit de financement des entreprises. Les actions de développement des sous-secteurs de l’industrie, de l’artisanat et du commerce vont s’ajouter aux efforts de modernisation et de production du secteur primaire et de la promotion des produits locaux.195. Pour atteindre les objectifs d’une croissance économique tirée par le secteur privé, les priorités du DPES visent : i. la promotion des investissements privés à travers le programme « croissance économique et environnement des affaires », le projet d’appui à la cellule « Entreprises en difficulté », le projet de promotion du secteur privé, le renforcement du Fonds National de Promotion de lEntreprenariat Féminin (FNPEF), le Fonds National de Crédit pour les Femmes en articulation avec le Document de Stratégie de Développement de lEntreprenariat Féminin et le renforcement de la plateforme dappui au secteur privé à travers son volet PME (PLASEPRI), le programme dappui à la compétitivité, la croissance des PME et la performance du secteur de la microfinance, le programme dappui à la lettre de politique sectorielle de la microfinance et le projet d’appui au développement du système financier ; ii. le renforcement des capacités managériales de la politique minière à travers le projet de délimitation des périmètres miniers, le projet de prospection et promotion géologique et minière, le programme dappui au secteur minier (PASMI), le renforcement du fonds dappui à la mise à niveau des entreprises, le programme de mise à niveau des entreprises et le programme dacquisition et de diffusion technologiques. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 48 sur 68
  • 57. 3.2. Développement et modernisation des infrastructures structurantes196. Spécialement, les services d’infrastructures ont un impact significatif sur la croissance du fait de leurs effets sur la réduction des coûts de production, l’amélioration de la productivité des intrants et des facteurs de production. Les infrastructures facilitent l’accès à l’éducation et à la santé et aux produits alimentaires en quantité et en qualité. Par exemple, l’accès à l’eau potable et à l’assainissement améliore la santé, et donc la productivité et la production ; l’accès à l’électricité contribue à l’hygiène et à la santé. Au total, les infrastructures ont un impact sur le capital humain et, à travers lui, sur l’absorption du progrès technologique.197. Cependant, il existe une certaine complémentarité à respecter dans la mise en place planifiée des infrastructures publiques, en vue d’optimiser leurs effets sur la productivité et la croissance. L’absence de routes d’évacuation de la production limite les avantages anticipés de l’agriculture.198. Le second axe du plan d’actions prioritaires soutient les objectifs d’extension et de modernisation des infrastructures structurantes. La réhabilitation des infrastructures et leur extension constituent des préalables pour l’éclosion des actions de développement. Les interventions viseront au départ les infrastructures physiques de base, pour permettre de desserrer les goulots d’étranglement qui entravent la relance économique. Ainsi, de fortes impulsions seront créées par la reprise des investissements publics dans les secteurs ciblés, à savoir les axes régionaux et le désenclavement des villes et zones rurales de l’intérieur, l’énergie, l’eau et les télécommunications, l’agriculture et la réhabilitation des structures sociales.199. Dans le cadre du développement et de la modernisation des infrastructures de transport, la stratégie vise l’exécution d’un vaste programme d’infrastructures de soutien à la production et la distribution par la réhabilitation (et la construction) des pistes rurales et des infrastructures de commercialisation, l’hydraulique rurale, la construction de bassins de rétention, l’aménagement et la valorisation des bas-fonds, la gestion et la maintenance des ouvrages hydrauliques. Il est également prévu l’amélioration de la compétitivité de la plateforme du Port autonome de Dakar et l’achèvement des travaux de construction et d’équipement de l’Aéroport International Blaise Diagne (AIBD).200. Pour l’atteinte des objectifs fixés dans le sous-secteur des transports, le plan d’actions du DPES mise sur : i. l’expansion du réseau routier intérieur et transfrontalier à travers le projet d’autoroute à péage Dakar-Diamniadio, la connectivité de lautoroute à péage, liaison RN1- Autoroute, le prolongement de l’autoroute à péage AIBD - Mbour – Thiès et la construction de routes de connectivité, plusieurs projets de construction et de réhabilitation de routes bitumées et de ponts, la construction d’une liaison ferroviaire rapide entre Dakar et l’AIBD, la redynamisation de l’activité ferroviaire à l’intérieur du pays à travers la construction de nouvelles lignes ferroviaires et la réhabilitation du réseau de chemins de fer national, la construction de la gare ferroviaire de Colobane-Dakar, la construction de la route Saraya frontière Mali - Kédougou - Saraya, la construction de la route Médina Gounass - frontière Guinée et la modernisation du chemin de fer Dakar-Bamako ; ii. le renforcement des infrastructures de la plateforme portuaire à travers la poursuite de la modernisation du port de Dakar, les projets de réhabilitation des ports de Kaolack et de Ziguinchor, la modernisation des ports secondaires et le programme ORIO de navigabilité en Casamance ; iii. le développement des services aéronautiques et des infrastructures aéroportuaires à travers le programme d’investissement aéroportuaire de l’AIBD, le programme de réhabilitation et déquipement des aéroports régionaux, le programme de Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 49 sur 68
  • 58. construction et déquipement de laéroport international de Touba, le programme de construction et déquipement de laéroport de Tobor, le projet régional de sécurité et de sûreté du transport aérien en Afrique de lOuest et du Centre, la construction daéroport et la modernisation des aérodromes régionaux ; iv. le développement des services de transport à travers le projet dappui au transport et à la mobilité urbaine (PATMUR, volet transports urbains), le projet d’aménagement de carrefours dans le cadre du PAMU (Lot 2), le projet de gestion du corridor ferroviaire Dakar-Bamako (étude institutionnelle), le renouvellement du parc des cars rapides (phase-II), le projet de prime à la casse (PAMU), le renforcement du fonds de développement des transports urbains (FDTU), la modernisation de gares routières et la réalisation des infrastructures ferroviaires du PAMU (y compris la modernisation des infrastructures ferroviaires entre Dakar et Thiès).201. Pour l’atteinte des objectifs fixés dans le sous-secteur de l’énergie, le plan d’actions du DPES est bâti autour des priorités ci-après : i. l’accès aux services énergétiques comme une option prioritaire pour relancer la croissance et favoriser le redéploiement du sous-secteur industriel et la création des PME à travers la mise en œuvre : (a) du plan d’urgence « Takkal » devant aboutir à la restructuration et à l’amélioration de la gouvernance de la SENELEC et la sécurisation des approvisionnements en hydrocarbures, l’augmentation de la production et la réhabilitation du réseau de transport et de distribution de l’énergie grâce aux projets d’entretien, de maintenance et de réhabilitation des centrales existantes, d’acquisition de deux barges de 68 MW, de construction de nouvelles centrales (Sendou, Bel Air, Tobène, etc.) et à l’extension de la centrale de Ziguinchor pour 10 MW ; (b) d’un programme de production d’électricité d’origine renouvelable injecté au réseau (200 MW) et pour les sites isolés (100 MW) ; (c) du Programme national Biocarburants axé sur la culture du Jatropha curcas L et sur d’autres espèces bioénergétiques ; ii. la restructuration du sous-secteur de l’énergie avec (a) la poursuite des réformes dans les composantes électricité et hydrocarbures prenant en compte le nouveau cadre institutionnel, (b) l’augmentation des capacités de production, de transport et de distribution de l’électricité sur le réseau interconnecté tenant compte de l’évolution de la demande, (c) l’élaboration et la mise en œuvre des stratégies de substitution d’énergie thermique et d’électrification par des sources d’énergies renouvelables et enfin (d) la promotion des échanges d’énergies électriques aux niveaux sous-régional et régional ; iii. l’accélération de l’électrification rurale à travers (a) le partenariat public/privé avec le développement des projets d’électrification rurale (projets ERIL, projet « Un toit un panneau », projet « Solarisation des établissements scolaires », projet « Solarisation des établissements de santé », projet « Eclairage public par lampadaire à énergie renouvelable », projet « Electrification par système solaire photovoltaïque des infrastructures communautaires », projet « Equipement des ménages de lampes solaires autonomes »), (b) la réalisation des projets énergétiques multisectoriels par le développement des usages productifs de l’électricité et l’accès prioritaire à l’électricité des équipements collectifs et sociaux, (c) la réalisation des programmes d’urgence dont celui de l’électrification Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 50 sur 68
  • 59. rurale de 421 villages (phase-I), (d) le développement du biogaz et des biocarburants pour la production d’électricité ; iv. l’économie d’énergie à travers (a) la généralisation de l’utilisation des équipements à faible consommation d’énergie électrique (lampes, téléviseurs, réfrigérateurs, etc.), (b) l’utilisation des systèmes de production de chaleur (chauffe-eau, climatiseurs et cuiseurs solaires, etc.) à travers des mécanismes de financement innovants et des facilités douanières et fiscales ainsi qu’une bonne gestion de la politique énergétique et (c) la promotion de l’architecture et de l’urbanisme solaires pour une prise en compte de l’énergie passive dans l’aménagement et la construction de l’habitat, à travers la réalisation de projets phares et la prise de dispositions règlementaires ; v. la diversification des sources d’énergie motrice (transport, exhaure, mouture, etc.) à travers la promotion de l’utilisation des biocarburants (incorporation ou substitution) et l’utilisation de l’énergie éolienne.202. S’agissant du développement du sous-secteur des TIC, les mesures envisagées visent l’élaboration d’une lettre de politique sectorielle de l’économie numérique, la réorganisation et le pilotage du sous-secteur, la mise en place d’un observatoire des TIC, un développement panafricain des services en ligne, le renforcement des capacités des jeunes dans les métiers des TIC, l’interconnexion des services administratifs et la généralisation des centres multimédia communautaires.3.3. Meilleur accès aux services sociaux essentiels203. Le Plan d’actions prioritaires soutient, pour relever les défis du système éducatif, la poursuite de la mise en œuvre du PDEF, cadre fédérateur d’intervention dans le sous-secteur, à travers l’éradication de l’analphabétisme, l’achèvement du cycle primaire et moyen à tous les enfants dans toutes les régions, la création d’une passerelle adaptée entre le cycle secondaire et supérieur et prenant en compte l’enseignement technique. Il sera également poursuivi l’adéquation entre la formation professionnelle et le marché de l’emploi. En ce qui concerne le sous-secteur de la santé, la mise en œuvre du PDIS, de la feuille de route multisectorielle et de l’initiative « badianou gokh » permettront l’atteinte des objectifs de la santé de la mère et de l’enfant et de la lutte contre les grandes maladies (paludisme, sida, maladies cardiovasculaires, tuberculose, etc.). Un accent particulier sera mis sur les régions les plus pauvres et les groupes vulnérables. Pour atteindre les objectifs d’un développement durable, la stratégie prend en compte le renforcement des principes de viabilité de l’environnement à travers la préservation des ressources naturelles et la lutte contre le changement climatique.204. Pour un meilleur accès aux services sociaux de base, le plan d’actions du DPES met l’accent sur : i. l’atteinte des objectifs de l’éducation universelle de qualité au Sénégal à travers la construction, la réhabilitation et l’équipement d’infrastructures pour tous les cycles d’enseignement, lappui à léducation des filles avec, notamment, la création dun nouveau collège national de jeunes filles, l’extension des cantines scolaires dans toutes les régions au niveau de lélémentaire et du moyen secondaire, le renforcement des capacités des enseignants de léducation de base, la construction des infrastructures administratives (IDEN et IA) des nouvelles régions, la construction de « Daaras » modernes, le développement de l’alphabétisation qualifiante des adultes et de l’éducation alternative des adolescents, lappui à linsertion de la FPT et l’octroi de bourses aux filles orientées dans les filières industrielles et agricoles ; Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 51 sur 68
  • 60. ii. la mise en œuvre du plan national de développement sanitaire (PNDS) à travers le programme sante maternelle et infantile (Santé de la Reproduction), le programme de renforcement de la nutrition, le programme élargi de vaccination, le programme paludisme et autres endémies, la subvention au programme de lutte contre la tuberculose, le plan stratégique de lutte contre le sida, la lutte contre les maladies hivernales (paludisme, diarrhée, etc.), la construction et la réhabilitation des infrastructures sanitaires, l’acquisition déquipements médicaux techniques, l’appui à la mise en œuvre de la politique de maintenance des infrastructures et équipements et enfin lappui à la micro assurance santé ; iii. l’atteinte des objectifs d’eau potable et d’assainissement par le renforcement de la mise en œuvre du PEPAM, à travers le programme de réalisation de bassins de rétention, le programme de loffice du lac de Guiers, le projet dassainissement des villes religieuses, le projet dopérations hivernales, la réalisation de 4 500 ouvrages dassainissement individuel et de 75 édicules publics en milieu rural et le programme national dassainissement en milieu rural ; iv. un meilleur accès à l’habitat et un cadre de vie amélioré à travers la poursuite de la mise en œuvre du programme national daménagement des espaces publics, le programme de promotion des ZAC, le projet « une famille - un toit », le plan Jaxaay (équipement des zones inondées) et le programme de gestion des déchets solides urbains ; v. une meilleure gestion de l’environnement et des ressources naturelles (EGRN) à travers la mise en œuvre du projet de gestion des dioxines et du mercure, l’adaptation au changement climatique, la mise en œuvre du programme de consolidation des zones côtières, du projet dappui au transport et à la mobilité urbaine (PATMUR- volet environnement), du programme Eco-villages, de la campagne nationale de reboisement, du programme appui au développement en Casamance et l’appui à la mise en œuvre des plans dactions environnementaux et régionaux (PAER) ; vi. le renforcement de la protection sociale en articulation avec le Socle de Protection Sociale à travers la mise en place de l Institution de Coordination de lAssurance Maladie Obligatoire (ICAMO), l’élaboration dun code unique de sécurité sociale, la mise en place dun guichet unique pour les institutions de sécurité sociale, la lutte contre lévasion sociale, le renforcement de la lutte contre le VIH/SIDA dans le monde du travail, la promotion de l’emploi décent22 ainsi que celle de la sécurité et la santé au travail, la prévention des risques professionnels, lextension des systèmes formels de sécurité sociale, lextension de la protection sociale au secteur informel et rural, l’appui aux groupements féminins, la consolidation du Cash Transfert ainsi que des filets sociaux de sécurité et lappui à la promotion des aînés et des jeunes en situation de vulnérabilité. Dans le domaine de la réduction des risques de catastrophes (RRC), entre autres, le programme de mise en place dun système d’alerte précoce, le projet dappui à lopérationnalisation de la plateforme multisectorielle, de prévention et de maîtrise des catastrophes et le projet d’acquisition de motopompes ; vii. la mise en œuvre de la NPNE dans les cinq (5) prochaines années à travers la création massive d’emplois décents, qui passe par (a) une meilleure prise en compte de l’emploi dans le cadrage macro-économique et, en particulier, dans le secteur réel,(b) la réadaptation de l’environnement législatif et réglementaire de l’emploi, (c) la mise en œuvre de programmes nationaux d’emplois dans le secteur rural, le commerce et la distribution, et dans le secteur informel, (d) le développement de plans et programmes22 Selon la définition du BIT. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 52 sur 68
  • 61. d’emplois au niveau décentralisé par la mise en œuvre des centres d’initiative pour l’emploi local (CIEL), (e) le développement de programmes spécifiques d’emplois à l’endroit des jeunes, des femmes, des migrants, des handicapés et groupes spécifiques, (f) une meilleure intégration de l’emploi et de la formation professionnelle à travers surtout un plan actif de généralisation de la validation des acquis de l’expérience, (g) la mise en place des outils de pilotage du système d’information sur le marché du travail que sont l’Observatoire national de l’emploi et des qualifications professionnelles et le ROME et enfin (h) la coordination et le suivi plus efficace de la politique nationale de l’emploi.3.4. Bonne gouvernance des politiques publiques205. Les principes de la bonne gouvernance des politiques publiques, qui intègrent la gestion axée sur les résultats comme élément de base, sont pris en compte dans cette stratégie comme étant un facteur primordial pour faciliter l’atteinte des objectifs globaux de développement. A cet effet, les actions prioritaires à mettre en œuvre visent l’efficacité des dépenses publiques, l’amélioration de l’accès à la justice, l’accélération d’un développement local durable et la poursuite de la mise en place d’un système d’information statistique de qualité.206. Pour une bonne gouvernance des politiques publiques, le plan d’actions du DPES retient : i. la promotion de l’équité et de l’égalité de genre à travers lappui à la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG), la vulgarisation des textes sur la parité, l’appui au développement des relations avec les associations africaines et étrangères et lappui à la révision de la législation nationale et lappui à linstitutionnalisation du genre dans les politiques sectorielles ; ii. les réformes de l’administration publique à travers sa modernisation, l’amélioration de la qualité de la production statistique, le renforcement des capacités des services administratifs, l’harmonisation et la vulgarisation des outils de planification, le renforcement des capacités dexécution des projets et la construction, la réhabilitation et l’équipement des services de sûreté nationale ; iii. l’amélioration de la gouvernance économique et financière à travers la mise en œuvre des réformes des finances publiques, l’amélioration de la mobilisation des ressources budgétaires aux niveaux central et local, l’optimisation efficace de lutilisation des ressources et l’amélioration du dispositif de contrôle budgétaire ; iv. l’efficacité et l’accessibilité de la justice à travers la construction, la réhabilitation et l’équipement des établissements pénitenciers, la construction et la réhabilitation du centre de l’éducation surveillée, lappui au programme sectoriel justice et la mise en place de chambres spécialisées pour prendre en charge les litiges commerciaux, le renforcement du fonds daccès à la justice, la mise en place des maisons de justice et la construction et la réhabilitation des juridictions ; v. le renforcement de la décentralisation à travers la formulation et la mise en œuvre de nouveaux projets et programmes, la poursuite de la mise en œuvre de tous les projets, programmes en cours et le bon fonctionnement des agences s’occupant du développement local (ADL, PNDL : PADEL et GELD, etc.), ainsi que la consolidation et le renforcement du fonds déquipement des collectivités locales (FECL) et du fonds de dotation de la décentralisation (FDD), du programme déquipements et développement des collectivités locales. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 53 sur 68
  • 62. Chapitre IV : Mise en œuvre et suivi-évaluation de la Stratégie4.1. Fondements du suivi et de l’évaluation207. Au cours de la période de mise en œuvre des deux générations de DSRP, il a été mis en place un dispositif qui comprend un système de suivi-évaluation et un système d’information et de communication impliquant tous les acteurs. Au niveau stratégique, le cadre organisationnel était articulé autour d’un conseil interministériel d’orientation et de décision et placé sous la présidence du Premier Ministre et d’un comité national de pilotage, présidé par le Ministre de l’Economie et des Finances pour assurer le suivi rapproché de la mise en œuvre de la stratégie. Au niveau opérationnel, des comités régionaux de pilotage et des comités régionaux de suivi, présidés respectivement par les Gouverneurs et les Présidents des Conseils régionaux avaient été mis en place. Egalement, des points focaux étaient désignés dans chaque ministère technique pour assurer le suivi opérationnel des actions et activités inscrites dans le DSRP-II.208. L’innovation majeure de cet ancien dispositif a été non seulement d’instituer mais aussi de régulariser le suivi des politiques publiques. Les leçons tirées du système de suivi-évaluation sont diverses et globalement appréciables. Néanmoins, elles laissent apparaître de nombreuses contraintes. Il s’agit, entre autres, de la non tenue systématique des réunions des différents organes sectoriels ou régionaux de pilotage, des difficultés de renseignement de tous les indicateurs de la liste restreinte et de la non prise en compte intégrale des objectifs prioritaires dans la programmation budgétaire.209. Capitalisant les acquis et compte tenu de l’exigence de la gestion axée sur les résultats, la nouvelle démarche du DPES repose sur trois fondements conceptuels qui garantissent la mise en place d’un mécanisme de suivi-évaluation plus performant : i. l’évaluation formative consiste à analyser de façon critique l’ensemble des données collectées pour le suivi dynamique. Elle apprécie la façon dont les objectifs poursuivis sont progressivement atteints. Dans le cadre des revues annuelles conjointes du DPES, elle explique les écarts éventuels et propose des réajustements de la mise en œuvre de la stratégie ; ii. l’évaluation pronostique estime objectivement les possibilités d’atteinte des cibles annuelles des indicateurs. Elle offre l’occasion de réviser les prévisions de performance en fonction du contexte socio-économique. La revue annuelle doit, en conclusion, indiquer un pronostic global ; iii. l’évaluation sommative ou finale, réalisée à la fin de la mise en œuvre de la Stratégie, dresse un bilan général. Elle conduit obligatoirement à une certification finale du niveau d’atteinte des objectifs et du degré de réussite globale de la politique économique et sociale soutenue entre 2011-2015.210. L’application de ces trois fondements distinguera deux dimensions pour l’appréciation des performances obtenues dans chaque sous-secteur ou domaine : la dimension institutionnelle, administrative ou systémique, d’une part, et la dimension de l’impact populationnel, d’autre part. Par exemple, dans le sous-secteur de la santé, la situation du système de soins est à différencier de l’évaluation de l’état de santé de la population. De même, dans le sous-secteur éducatif, les infrastructures, le matériel pédagogique et les ressources humaines doivent être évalués au même titre que les performances obtenues par la population dans tous les cycles et types d’enseignement, relativement aux attentes qualitatives initiales. Enfin, dans le domaine de l’eau potable, l’installation infrastructurelle doit être abordée parallèlement à la fourniture effective de l’eau à la population. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 54 sur 68
  • 63. 4.2. Dispositif de suivi et d’évaluation du DPES211. Le dispositif de suivi et d’évaluation permet aux acteurs de suivre et d’analyser les résultats obtenus, tout au long de la mise en œuvre de la Stratégie. Il fournit l’opportunité d’expliciter au fur et à mesure les objectifs de la Stratégie, de s’assurer qu’ils demeurent réalistes et vérifiables et de les réajuster en cours d’exécution, si l’évolution des indicateurs n’est pas conforme aux prévisions. Après une évaluation de la mise en œuvre du système statistique national (SSN) et pour les besoins d’un meilleur suivi de la politique économique et sociale, le plan d’actions du Schéma Directeur de la Statistique (SDS) a été revu et réajusté sur la période 2011-2015 pour être plus performant et apte à produire et à diffuser des données statistiques de qualité.212. A cet effet, au niveau du dispositif institutionnel, qui sera régi par des textes réglementaires, deux niveaux de pilotage sont définis :  Au niveau politique : - Un Conseil Présidentiel d’évaluation se réunit une fois tous les deux ans et est chargé d’évaluer et de décider des éventuelles nouvelles orientations de la Stratégie sur la base des résultats majeurs observés (à mi-parcours notamment) et des enjeux internationaux ; - un Conseil national de suivi et d’orientation du DPES présidé par le Premier Ministre est mis en place. Ce conseil est composé par le gouvernement, les représentants des partenaires techniques et financiers, de la société civile, du secteur privé, du parlement et des collectivités locales. Il se réunit tous les six (6) mois pour évaluer l’état d’avancement de la mise en œuvre de la stratégie et donner les directives nécessaires à la bonne exécution de la politique économique et sociale. A cet effet, il est chargé de la tenue périodique d’une revue annuelle conjointe de la Stratégie ; - une Commission parlementaire de suivi du DPES : le Parlement à travers ses composantes (Sénat et Assemblée nationale) et le Conseil Economique et Social (CES) composent cette commission qui permet aux parlementaires de suivre la mise en œuvre globale du DPES. Elle se réunit une fois par an. Elle est présidée par l’Assemblée nationale ; - le Ministre de l’Economie et des Finances présente un rapport aux réunions de ces différents organes.  Au niveau opérationnel : il y a deux volets que sont la coordination de l’exécution des politiques sectorielles et le pilotage de la stratégie dans chaque région. Ainsi, nous avons : - des Comités ministériels de suivi-évaluation du DPES : les ministères constituent des relais importants pour la mise en œuvre de la Stratégie en assurant la tutelle opérationnelle de la réalisation des actions prioritaires. Présidé par le Ministre en charge du secteur concerné, le comité sectoriel est chargé du suivi de la mise en œuvre des priorités sectorielles déclinées et de la réalisation des revues sectorielles sur l’état d’avancement de la politique sectorielle inscrite dans le DPES. Le comité se réunit au moins une fois par trimestre. Le secrétariat technique de ce comité est assuré par les cellules d’étude, de planification et de suivi ; - des Comités régionaux de suivi-évaluation du DPES : le Gouverneur de région préside ce comité tandis que l’Agence Régionale de Développement (ARD) Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 55 sur 68
  • 64. assure le secrétariat technique. Il regroupe l’ensemble des catégories d’acteurs intervenant dans la région. Chaque comité régional se réunit au besoin une fois par trimestre pour établir l’état d’avancement de la mise en œuvre de la stratégie conformément à la vision locale. Chaque comité régional prépare un rapport annuel sur l’état d’avancement de la Stratégie au niveau de la région couverte et fait des recommandations pour accélérer le processus de mise en œuvre des actions prioritaires, au niveau régional23.213. Un Secrétariat technique, assuré par l’UCSPE, sera chargé de l’animation et la coordination du dispositif global de suivi-évaluation du DPES. Il assure la bonne exécution des différentes activités du processus et constitue le secrétariat du Conseil national de suivi et d’orientation du DPES. Il veillera également à la bonne coordination des interventions des acteurs dans la mise en œuvre de la Stratégie et préparera le rapport devant contribuer à la revue annuelle conjointe.4.3. Acteurs, appropriation et responsabilité mutuelle214. La Stratégie ici définie est l’unique cadre fédérateur et la référence en matière d’intervention pour tous les acteurs au développement. A cet effet, tous les acteurs alignent et harmonisent leurs actions autour de ces objectifs nationaux qui tiennent compte des engagements du Sénégal pour atteindre les objectifs prioritaires de la Stratégie, notamment les OMD. L’implication de l’ensemble des acteurs dans le processus de mise en œuvre d’un dispositif orienté vers les résultats de développement est indispensable pour partager la même compréhension de la mission et surtout pour œuvrer ensemble pour l’atteinte des résultats.215. Les organes de pilotage, aussi bien au niveau national que régional ou local, mobilisent l’ensemble des parties prenantes que sont les acteurs étatiques, les collectivités locales, la société civile, le secteur privé, le Parlement et les partenaires techniques et financiers. A cet égard, il est attendu de l’Etat l’appui du fonctionnement de ces entités (collectivités locales, société civile, secteur privé,…). La Stratégie est mise en œuvre par les divers acteurs du développement travaillant à la base. Des actes réglementaires fixeront la composition, la structuration et le fonctionnement de tous ces organes. Il est retenu une démarche participative d’évaluation qui implique aussi bien les organes de pilotage que les acteurs.4.4. Indicateurs de suivi et d’évaluation216. Le dispositif d’information sur la mise en œuvre de la stratégie est le second volet qui complète le dispositif de suivi et d’évaluation. Il donne une vue d’ensemble sur les progrès réalisés et leur impact sur les conditions de vie des populations. Il est relié au dispositif de pilotage par un système d’information structuré et cohérent. Pour cela, il utilise les indicateurs et un système de communication. La mise en place dun système de suivi-évaluation de ces activités se révèle alors essentielle pour juger de la progression en direction des objectifs visés et des résultats à atteindre. A cet effet, le « cadre logique » du DPES constitue le cadre de cohérence à travers lequel les informations nécessaires pour appréhender et mesurer les progrès de la mise en œuvre de la stratégie sont définies en termes didentification, de moyens, de délais, de sources de production et de ressources pour lexécution des programmes et projets.217. A chacun des trois niveaux institutionnels s’attache un système d’information spécifique. Pour la planification de la Stratégie, le système d’information sera global. Pour le niveau opérationnel, il existera un système d’information sectoriel et régional. C’est à partir de ces systèmes23 Il convient d’exploiter et de renforcer le Système d’Information et de Suivi-Evaluation pour le Développement Local(SISE-DL). Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 56 sur 68
  • 65. d’information distincts mais complémentaires qu’il convient de bâtir le dispositif d’information du suivi-évaluation de la Stratégie.218. Le système d’information du DPES sera constitué d’un tableau de bord d’indicateurs, dénommé liste restreinte d’indicateurs24, qui renseigne sur l’état d’avancement de l’exécution des actions prioritaires. A cet effet, le système statistique national, en tant que producteur de statistiques officielles, constitue la principale source de données pour la consolidation du processus de décisions25 tant au niveau politique, économique que social. Il dispose depuis juin 2007 dispose d’un document cadre de référence de la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS, 2011-2015), dont la déclinaison opérationnelle est le Schéma Directeur de la Statistique (SDS). Plusieurs instruments et outils seront combinés, notamment les recensements, les enquêtes sur les conditions de vie des ménages, les sondages ainsi que des études sur des questions spécifiques et le recours aux travaux des observatoires. La mobilisation du financement de toutes ces activités, en cohérence avec le calendrier de suivi de la liste restreinte des indicateurs est un préalable pour une réussite du suivi du DPES.219. Ainsi, le système d’information du DPES sera animé par deux comités techniques :  un Comité de suivi des indicateurs est créé au sein du Comité Technique des Programmes Statistiques (CTPS) », placé sous l’autorité de l’ANSD qui en définit la composition et le fonctionnement. Il est chargé d’établir la méthodologie des indicateurs de suivi et leur cible/objectif pour la période 2011-2015. Ce comité veillera à la mise à jour régulière des indicateurs de suivi, en appui à tous les organes institutionnels de pilotage de la Stratégie, conformément à leur calendrier. Il propose les mécanismes de réalisation des enquêtes prioritaires pour la mise à jour des indicateurs, notamment ceux de la liste restreinte.  un Comité de suivi du Plan d’Actions Prioritaires, formé entre autres par l’UCSPE, la DGF, la DGCPT, la DPEE, l’APIX et la DCEF qui en assure la présidence, sera chargé de l’évaluation annuelle du Plan d’Actions Prioritaires (PAP). Ledit comité veillera à améliorer la visibilité du suivi du financement des actions prioritaires et s’assurera de la remontée de l’information lors des rencontres trimestrielles du conseil national. Aussi, surveillera-t-il la concordance dans la programmation et l’exécution entre, d’une part, le CDMT et les CDSMT et, d’autre part, le PAP. Il garantira la cohérence entre le PAP du DPES et la programmation du PTIP. Il devra s’assurer de la réalité de la Gestion Axée sur les Résultats (GAR), notamment en analysant le budget exécuté et les résultats atteints et mettre à jour le cadrage macroéconomique.220. Le système de communication est articulé autour de la diffusion de l’information relative à l’état d’avancement de la mise en œuvre de la Stratégie. Il doit impliquer l’ensemble des acteurs pour une meilleure appropriation et une articulation cohérente des politiques transversales dans les priorités nationales. Les rapports d’avancement produits devront être annuels pour servir de référence pendant lélaboration du budget de lEtat, des collectivités locales et des accords de partenariat avec les partenaires techniques et financiers. La communication devra ainsi être entretenue par une très large diffusion des résultats auprès de tous les acteurs impliqués pour juger de la qualité de la mise en œuvre de la Stratégie. Les journées de revue (sectorielle ou globale) constituent un cadre idéal de partage et d’échange d’informations sur les résultats enregistrés et sont l’occasion de faire des recommandations sur la mise en œuvre de la politique économique et sociale aux niveaux national, local ou sectoriel. La participation critique des centres de recherche et détudes constituerait un élément important dans la dissémination de ces résultats.24 La liste restreinte d’indicateurs de suivi du DPES provient d’une liste d’indicateurs dominants.25 Loi statistique n°21-2004 du 21 juillet 2004. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 57 sur 68
  • 66. 4.5. Financement du DPES221. Lintégration dans le processus budgétaire des fonds mobilisés dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de lutte contre la pauvreté, déjà entamée, sera privilégiée en vue déviter les doubles emplois et de créer une synergie des dépenses et une célérité dans lexécution. Une telle intégration des fonds dans le processus budgétaire confirmerait le DPES dans son rôle de consolidation du lien entre allégement de la dette et réduction de la pauvreté et mobilisation des ressources pour latteinte des OMD. Par ailleurs, le Gouvernement mettra à contribution les interventions des collectivités locales, des ONG et du partenariat public-privé.222. Compte tenu de ces considérations, il savère important que les ressources mobilisées dans ce cadre soient intégrées dans le processus de planification et de programmation de lÉtat en sassurant de toute la traçabilité, la transparence et lesprit de responsabilité requis dans la gestion des apports pour le financement dactivités identifiées dans le DPES.223. À cet égard, il est attendu que la mise en œuvre de la stratégie soit loccasion d’approfondir le partenariat avec les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux qui sont, en particulier, interpellés pour coordonner leurs concours en termes de volumes mobilisés, de procédures et de suivi-évaluation. Au nom de ce nouveau partenariat, il est attendu des bailleurs de fonds quils renforcent la synergie entre les différentes modalités de l’aide publique au développement, conformément aux principes de la Déclaration de Paris (2005) et le Programme d’action d’Accra (2008) sur lEfficacité de laide publique au développement. Ils seront encouragés à privilégier l’appui budgétaire, à intégrer les fonds destinés aux projets dans une approche globale et/ou de programme sectoriel ou au sein de mécanismes de panier commun de ressources, au moins pour le financement des activités prioritaires du DPES.4.6. Processus d’articulation entre le DPES et le budget national224. Etape 1 : Elaboration des instruments de la mise en œuvre : Les politiques publiques formulées dans le DPES sont désormais mises en œuvre, en parfait alignement avec les instruments budgétaires nationaux afin de faire avancer les programmes essentiels, fournir des services publics et soutenir des avantages compétitifs de l’économie. Spécifiquement, dans le cadre de la programmation budgétaire pluri-annuelle, il s’agit de veiller systématiquement à la cohérence entre, d’une part, le PAP du DPES et, d’autre part, la Loi de finances et le Programme Triennal d’Investissements Publics (PTIP).225. Étape 2 : Evaluation des besoins du PAP : L’évaluation des montants du PAP est faite sur la base des coûts des projets et programmes prioritaires identifiés. Pour les sous-secteurs cibles des OMD, les montants ont été repris sur la base des objectifs de renforcement déjà évalués et inscrits dans les différents programmes en cours tels que le PEPAM, le PDEF ou le PNDS. Ensuite, les montants des programmes se trouvant dans la base des données financières de la DCEF ont servi de référence pour réévaluer les besoins. Pour les autres sous-secteurs et domaines où il ny a pas de programmes évalués ou les projets ne sont pas tous formulés, les informations sur les objectifs ciblés, les indicateurs de résultats et les coûts unitaires sont utilisés pour déterminer les besoins en financement. Cest le cas en 2011 pour la protection sociale, les groupes vulnérables, les actions dans le domaine des Sénégalais de lextérieur, etc.226. Une méthode a ensuite été mise au point pour vérifier si les montants proposés dans ces programmes permettront datteindre les OMD et les objectifs de croissance économique. Cette méthode repose sur le principe des élasticités des indicateurs par rapport au budget alloué. Les simulations ont été faites sur la base dune méthodologie qui consiste à déterminer lévolution de lindicateur retenu et, par ricochet, le volume de financement nécessaire à fixer dans le budget pour atteindre la cible à lhorizon fixé. Ainsi, pour chaque cible, leffort dinvestissement est calculé et Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 58 sur 68
  • 67. comparé aux montants agrégés des projets et programmes retenus dans le sous-secteur relevant de lindicateur (Sources : étude CSPLP, 2006 et CRES, 2010).227. Etape 3 : Programmation : Les besoins de financement des actions prioritaires, identifiés dans le PAP, sont ensuite comparés aux ressources disponibles dans les programmes existants ou dans le PTIP. La différence entre le montant total nécessaire (montant DPES) et le financement acquis et consolidé exprime le besoin additionnel (gap de financement) pour l’atteinte des objectifs prioritaires.228. La mise en œuvre de la Stratégie nécessite des investissements d’un montant total de 5 749 milliards de F CFA dont 4 788 milliards de F CFA d’acquis, pour un gap cumulatif de 961 milliards de F CFA sur toute la période. La part de l’Etat dans le financement acquis est estimée à 2 462 milliards de F CFA soit 51,42%.229. Lensemble des actions retenues par les acteurs au cours du processus participatif et devant avoir un impact significatif sur le développement économique et social ont été répertoriées dans une matrice de mesures. Les objectifs prioritaires et les actions correspondantes ont été identifiés dans le cadre dun plan dactions prioritaires (PAP) couvrant la période 2011-2015. Figure 2:Répartition (en %) du financement total du DPES (scénario optimiste) selon les axes Sources : UCSPE, août 2011230. Pour déterminer les projets et programmes prioritaires, les lignes d’actions des objectifs stratégiques du DPES sont soumises à une grille d’évaluation comportant des critères en lien direct avec les OMD, la croissance économique, l’environnement des affaires, le genre, l’amélioration de la gestion des politiques publiques et l’assainissement des finances publiques (Cf. Annexe 2). Ainsi, plus le score d’une ligne d’action est élevé, plus l’action en question gagne en niveau de priorité dans le PAP. Un type de classification automatique26 est appliquée pour attribuer aux lignes d’actions trois niveaux de priorité.26 Il s’agit de la méthode des nuées dynamiques. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 59 sur 68
  • 68. EncadréLe montant total des ressources affectées à l’investissement dans la Loi de Finances 2012 s’élève à 830,99milliards de FCFA réparti comme suit : 507,99 milliards de FCFA pour les dépenses en capital sur ressources internes (crédits de paiement), soit 61% des investissements publics ; 323 milliards de FCFA pour les dépenses en capital sur ressources extérieures, soit 39% des investissements publics.L’enveloppe globale des investissements publics est passée de 798,7 milliards de FCFA en 2011 à 830,99milliards de FCFA en 2012, soit une hausse de 32,29 milliards de FCFA en valeur absolue et de 4% en valeurrelative.Cette augmentation du budget d’investissement 2012 s’explique par l’accroissement du financement extérieurpour accompagner le Gouvernement dans la mise en œuvre du plan d’urgence pour le secteur de l’électricitédénommé Plan Takkal.Les crédits d’investissements 2012 contribuent à l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement(OMD) pour un montant de 581,73 milliards FCFA répartis comme suit : OMD Montant en FCFA % 1.réduire lextrême pauvreté et la faim 400 347 500 000 68,8% 2.assurer léducation primaire pour tous 13 894 000 000 2,4% 3.promouvoir légalité et lautonomisation des femmes 1 745 000 000 0,3% 4.réduire la mortalité infantile 7 816 000 000 1,3% 5.améliorer la santé maternelle 15 910 000 000 2,7% 6.combattre le VIH/SIDA, le paludisme et dautres maladies 12 969 000 000 2,2% 7.assurer un environnement humain durable 112 679 000 000 19,4% 8.mettre en place un partenariat mondial pour le 16 369 000 000 développement 2,8% TOTAL GENERAL 581 729 500 000 100%En outre, le budget d’investissement 2012 concourt à la réalisation du Plan d’Actions Prioritaires du Documentde Politique Economique et Sociale (DPES) pour un montant de 731,27 milliards FCFA, soit 88%. Le reste dubudget d’investissement 2012, d’un montant de 99,72 milliards FCFA, soit 12% est constitué : d’une part, pour un montant de 25 milliards FCFA de la réserve de gestion pour faire face au courant de la gestion 2012 à des dépenses imprévues revêtant un caractère urgent et prioritaire et ; d’autre part, pour un montant de 74,72 milliards FCFA à des dépenses de souveraineté nationale (défense nationale, affaires étrangères, etc), d’impôts et taxes sur les marchés publics financés sur ressources extérieures, de participations financières de l’Etat aux organisations sous-régionales, régionales et internationales, d’’indemnités d’expropriation et de préemption et de bâtiments et équipements administratifs pour l’amélioration des conditions de travail des services de l’administration.231. Les scénarios cadrent avec des taux de croissance réalistes et accompagnés d’un déficit proche de celui de la tendance de l’Instrument de Soutien à la Politique Economique (ISPE/FMI). En effet, le scénario tendanciel –ou scénario de base- retenu avec le FMI a un taux moyen annuel de 5% et un déficit de même rang, avec des dépenses totales en capital de 4 680 milliards de F CFA sur la période. Il correspond à la tendance de l’ensemble des dépenses du PTIP : ensemble des projets/programmes du PTIP et des nouveaux accords déjà presque à terme. Tableau 2: Croissance et déficit public selon les scénarios. Années Scénario tendanciel Scénario pessimiste Scénario optimiste Croissance (%) Déficit public (%) Croissance (%) Déficit public (%) Croissance (%) Déficit public (%) 2011 4,5 6,9 3,8 6,9 4,8 7,4 2012 4,8 5,6 2,8 4,8 5,8 6,3 2013 5 4,6 3 4,8 6,4 5,7 2014 5,2 4,4 3,1 4,8 6,7 4,6 2015 5,5 3,7 3,3 4,8 7 3,9 Moyenne 5 5 3,2 5,2 6,1 5,6 Source : DPEE, juillet 2011 Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 60 sur 68
  • 69. 232. Le scénario pessimiste correspondra à un cas extrême de crise économique pouvant conduire l’économie vers un ralentissement voire une baisse du PIB autour de 3,2% de croissance, avec comme hypothèse principale la poursuite des difficultés du sous-secteur énergétique. Dans un tel scénario, près de 775 milliards de F CFA seront déduits des dépenses de l’Etat (Budget Consolidé d’Investissement et Budget de Fonctionnement), sauf au cas où des partenaires financent cette partie. Il est retenu de privilégier les projets/programmes du tendanciel de priorité 1. Ainsi, il est opéré des coupes sur les projets/programmes de priorités 2 et 3, voire supérieure, à concurrence des 775 milliards de F CFA. Malgré ces ajustements, le déficit public pourrait atteindre 5,2% par an.233. Le scénario optimiste -ou scénario du DPES- part du scénario tendanciel et y ajoute l’ensemble des nouveaux projets/programmes de priorité 1. Le taux de croissance pourrait atteindre 6,1% par an, tandis que le déficit public passe de 7,4% en 2011 à 3,9% en 2015. Le coût global du scénario optimiste est de l’ordre de 5 438 milliards de F CFA pour la période 2011-2015 (Cf. Tableau 2). La mise en œuvre nécessite des investissements additionnels de l’ordre de 961 milliards de FCFA sur toute la période. Ce besoin additionnel représente 16,7% du montant global du DPES. La contribution de l’Etat dans le montant total acquis s’élève à 51,5%. Globalement, 90% des ressources financières du DPES sont consacrées aux priorités de rang 1.234. En résumé, tous ces scénarios sont constitués en tenant compte du potentiel de mobilisation et d’absorption des ressources financières, du respect scrupuleux de la « soutenabilité » de la dette publique, des règles budgétaires communautaires et des engagements internationaux.4.7. Risques liés à la mise en œuvre du DPES235. Les risques de la stratégie sont liés, dune part, aux chocs exogènes qui peuvent compromettre les objectifs macroéconomiques et à la capacité dabsorption des ressources du plan dactions prioritaires en rapport avec les procédures budgétaires actuelles et, dautre part, au contrôle efficient de lutilisation des ressources. Le scénario optimiste constitue le scénario dévolution favorable à une réduction substantielle de la pauvreté. Ainsi, les résultats escomptés supposent que les différents chocs identifiés et susceptibles de réapparaître sont maîtrisés de manière à éviter une perturbation éventuelle de latteinte de ces résultats. Ces chocs sont dordre naturel et économique.236. Le principal risque dordre naturel relève de la pluviométrie qui demeure encore le déterminant fondamental de la production agricole. Une situation dinsuffisance de la pluviométrie pourrait nuire significativement à lévolution du sous-secteur agricole. Si le rythme de développement de lagriculture irriguée dans les zones rurales est soutenu et les mécanismes des assurances agricoles mis en place, les effets indésirables d’une faible pluviométrie pourront être atténués. Par ailleurs, le secteur agricole est également exposé à d’autres chocs naturels tels que les agressions acridiennes qui constituent une menace importante sur léconomie, à la seule différence que lintervention publique pourrait en atténuer les effets.237. Au plan économique, le principal risque est lié à lévolution des prix sur le marché international en général et du prix du pétrole brut en particulier. Le secteur le plus exposé est celui de lénergie qui a connu des perturbations importantes au cours de la décennie 2000-2010, très défavorables à léconomie, du fait de son caractère intégré et transversal. Une persistance des perturbations dans la distribution de l’électricité anéantirait toutes les performances de l’économie nationale, en plus des conséquences désastreuses sur le bien-être des populations. Par ailleurs, au niveau international, la survenue d’une crise financière ou économique représente une source de perturbation de l’économie nationale, à cause notamment de l’ouverture de l’économie nationale sur le reste du monde et à travers une éventuelle baisse de l’aide extérieure subséquente. Dans ce même registre, il faut inscrire une baisse nette des transferts des Sénégalais de l’Extérieur. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 61 sur 68
  • 70. 238. Les risques peuvent également être liés aux évolutions des grandes entreprises du secteur de la transformation. En dehors de lénergie, les grandes entreprises du sous-secteur de la chimie et des huileries sont aussi exposées. Les perturbations enregistrées en 2008 pourraient affecter la croissance compte tenu du rôle important que les entreprises de ces sous-secteurs jouent dans léconomie, notamment sur les secteurs des services et des industries. Les effets cumulés de non fonctionnement des unités de production se traduiraient par une perte de lordre d’un point de pourcentage27 de croissance économique.239. Ce faisant, il est réaliste d’envisager un scénario pessimiste en vue d’anticiper sur d’éventuelles difficultés pouvant occasionner des contre-performances dans notre économie. Pour élaborer ce scénario alternatif, il est important de prendre en compte l’analyse de la croissance économique sur les 10 dernières années marquées par une période de forte croissance (2003-2005) avec une croissance moyenne du PIB de 6% par an et la période 2006-2010 marquée par divers chocs (flambée des cours du pétrole et des produits alimentaires, crise financière), avec un ralentissement de la croissance économique qui ressort en moyenne à 3,2%. Ce scénario pessimiste est envisagé au cas où le Sénégal aurait à faire face à des chocs pouvant engendrer une situation de réduction des dépenses d’investissement. Il sera alors amené à opérer des ponctions pour un montant de 775 milliards de F CFA sur la période de mise en œuvre du DPES. Ainsi, le taux de croissance attendu serait de 3,2% avec un déficit public représentant, en moyenne, plus de 5,2% du PIB.240. Les risques dordre politique et institutionnel peuvent revêtir diverses formes affectant directement la mise en place des investissements prévus sur la période de mise en œuvre du DPES, 2011-2015. Une faible mobilisation des besoins additionnels de financement est également un risque important parce que la réussite de la Stratégie repose sur lhypothèse que les ressources attendues soient mobilisées et exécutées de manière satisfaisante. Les moyens pour minimiser tous ces risques nécessitent de la part des différents acteurs un engagement ferme et une solidarité soutenue. Enfin, une faible exécution de ces dépenses dinvestissement pourrait affecter significativement la croissance et compromettre, à cet égard, latteinte des objectifs fixés à lhorizon 2015.241. Une voie par laquelle atténuer la probabilité et la portée de chacun de ces risques est de renforcer la compétitivité nationale en vue, d’une part, de diversifier davantage les sources de la croissance et, d’autre part, de renforcer la flexibilité de l’appareil de production et sa capacité à absorber à un coût social plus faible les chocs exogènes.27 En 2010, les perturbations dans la fourniture de l’énergie ont engendré une perte de croissance de l’ordre de 1,4%. Document de Politique Economique et Sociale, DPES-2011-2015. Page 62 sur 68
  • 71. ANNEXESAnnexe 1 : Liste restreinte des indicateurs du DPES Liste restreinte des indicateurs du DPES 2011-2015 Sous- Historique des réalisations Cibles Objectifssecteurs / Indicateurs Structures stratégiques Référence 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015domaines 1. Taux (en %) de croissance du 2008 3,7% 2,1% 4,1% 48% 5,8% 6,4% 6,7% 7% PIB réel (scénario optimiste) Cadre macro économique 2. Taux dinflation annuel moyen 2008 5,8% -0,9% 1,2% =<3% =<3% =<3% =<3% =<3% (en %) Stabiliser le cadre 3. Taux dinvestissement global (en macro DPEE/MEF 2008 26,8% 23,0% 22,2% 22,5% 22,8% 23,0% 23,2% 23,2% %) économique 4. Déficit budgétaire global hors dons en pourcentage du PIB 2008 4,60% 4,80% 5,20% 7,4% 6,3% 5,7% 4,6% 3,9% (scénario optimiste) 5. Déficit du compte courant en 2008 14,2% 6,7% 6,1% 8,2% 8,5% 7,7% 7,6% 7,3% pourcentage du PIB Conditions de vie National 2006 50,70% <30% des populations Réduire la 6. Pourcentage de la Dakar 2006 30,70% <30% pauvreté population vivant en ANSD/MEF Pas de données En attente des résultats de lESPS-2011 monétaire et les dessous du seuil de Autre 2006 38,10% <25% inégalités pauvreté Urbain Rural 2006 63,20% <30% 7. Taux délectrification rurale (en SIE 2008 21,6% 23,8% 23,8% 25% 27% 29% 30% 32% %) Favoriser laccès 8. Energie non distribuée à la aux services 2008 103,97 89,69 177,05 0 0 0 0 0 clientèle (MGWATT) SIE/SENELE Energie énergétiques 9. Nombre de mégawatts mis en C 2008 698,5 684,55 686,5 836,5 1113,4 970,4 1095,4 1095,4 service (Puissance installée) Développer les 10. Linéaire de Revêtues 2008 301,2 688,39 183,00 150 165 175 190 200 Infrastructures et services de infrastructures routes construites AGEROUTE routières, (en Km) Non 2008 200 1105,7 176,5 85 125 135 140 170 transport ferroviaires et revêtues portuaires 11. Linéaire de Revêtues AGEROUTE 2008 83 209 140 150 160 175 185 200 Annexe - page A
  • 72. Sous- Historique des réalisations Cibles Objectifssecteurs / Indicateurs Structures stratégiques Référence 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015domaines routes réhabilitées Non 2008 77,48 144,5 60 100 125 150 160 180 (en Km) revêtues Pérenniser loffre finance Micro de produits et 12. Nombre de bénéficiaires DRS-SFD 2008 914 597 1 352 287 1400565 1 789 977 1 789 977 2 227 667 1 789 977 2 227 667 services adaptés de crédit des SFD et diversifiés 13. Part des superficies irriguées sur les superficies 2008 37,45% 38,40% 41,06% 42,85% 44,71% 46,32% 62,98% 65,48% Augmenter la irrigables DAPS/MA production et 14. Production céréalière (en Agriculture améliorer la 2008 1,757 1,869 1,768 1,957 2,035 2,117 2,210 2,289 millions de tonnes) productivité 15. Taux de croissance du PIB DPEE/MEF 2008 40,1% 18,0% 5,1% 3,4% 3,2% 4,4% 4,5% 4,7% agricole (scénario de base) 16. Quantité de viande et dabats par an (en milliers de 2008 152,255 166 177 196 209 223 233 243 Améliorer les tonnes) productions DIREL/ME Elevage animales 17. Quantité de lait produite 2008 146 167 181 204 227 260 294 329 par an (en millions de litres) Gérer aquaculture durablement les Pêche et Non déterminé (pas ressources 18. Niveau de biomasse des Supérieur à Cibles à fixer après une évaluation du stock CEP/ MEM 2008 109391 d’évaluation de halieutiques et principaux stocks (en tonnes) 109 391 prévue en 2011 stock) restaurer les habitats Industrie Hydraulique Valoriser les eaux 19. Volume deaux agricole ANREVA, souterraines pour souterraines mobilisées pour 2010 réf. 2010 réf. 2010 920 1000 1200 1500 1800 2000 DGPRE lAgriculture lirrigation (en milliers de m3) Accélérer le développement 20. Indice de la production ANSD/MEF 2008 102,2 102,2 113,5 121,6 130,1 139,3 149,2 159,7 industriel industrielle endogène Favoriser une Tourisme meilleure 21. Nombre dentrées de DEPT/TOURI structuration et 2008 866 700 810 000 842 400 945 000 992 000 1 041 600 1 094 000 1 149 000 touristes par an SME présentation de loffre touristique Annexe - page B
  • 73. Sous- Historique des réalisations Cibles Objectifssecteurs / Indicateurs Structures stratégiques Référence 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015domaines Accroître le 22. Volume financier des volume et la Culture droits de propriété intellectuelle qualité de la BSDA 2008 342,45 345,77 420,50 496,25 580,00 725,00 906,25 1 132,81 et artistique (en millions de production FCFA) culturelle Appuyer et accompagner les 23. Nombre de PME ADEPME/PR PME 2008 810 739 945 1050 1150 1250 1350 1450 PME dans leur encadrées OMER/APIX développement Promouvoir les Commerce outils d’accès aux CRADES/Min. 24. Taux (en %) de croissance marchés Commerce et 2008 10,56% 3,11% 22,74% >20% >20% >20% >20% 27% du volume des exportations régionaux et ANSD internationaux National 2008 90,10% 92,50% 94,40% 96% 98% 100% 103% 105,00% 25. TBS au cycle DPRE/EDUC Filles 2008 92,40% 95,90% 98,70% 97% 99% 101% 104% 105,00% élémentaire (en %) ATION Créer les Garçons 2008 88,00% 89,20% 90,30% 95,00% 97% 99% 102% 104,00% conditions d’un 26. Taux National 2008 58,40% 59,60% 59,10% 70,50% 75% 80% 85% 90,00% achèvement du d’achèvement au DPRE/EDUC cycle primaire Filles 2008 58,00% 60,40% 60,90% 69,00% 74% 79% 84% 90,00% cycle primaire (en ATION pour tous les %) Garçons 2008 58,80% 58,70% 57,40% 71,80% 76% 80% 85% 90% enfants en âge scolaire National 2008 103,20% 110,40% 113,60% 117,50% 123,60% 110,30% 110,30% 110,20% 27. Taux brut DPRE/EDUC Education Filles 2008 106,40% 115,40% 119,10% 123,90% 129,70% 109,70% 108,50% 106,00% d’admission au CI ATION Garçons 2008 100,10% 105,70% 108,50% 111,50% 117,70% 107,40% 108,00% 110,30% Eradiquer National 2008 2008 83 529 77 988 115 526 92 893 92 893 92 893 92 893 28. Nombre lanalphabétisme DPRE/EDUC d’apprenants inscrits et promouvoir les ATION dans les classes Femmes 2008 2008 66 208 66 895 99 675 57 835 57 835 57 835 57 835 langues nationales Promouvoir la 29. Taux formation d’accroissement des professionnelle effectifs de la DPRH / National 2009 réf. 2008 6,00% 4,00% 13,00% 17,00% 21,00% 25,00% 29,00% orientée vers le Formation METFP marché de Professionnelle et lemploi Technique (en %) Annexe - page C
  • 74. Sous- Historique des réalisations Cibles Objectifssecteurs / Indicateurs Structures stratégiques Référence 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015domaines Améliorer 30. Taux titre III 2008 87,70% 95,39% 91,14% 95,00% 95,00% 95,00% 95,00% 95,00% lefficacité de la dexécution du DB/DGF dépense publique budget de dans léducation lEducation titre V 2008 60,08% 70,92% 86,27% 85,00% 95,00% 85,00% 95,00% 85,00% 31. Taux (en %) de couverture SNIS 2008 ND ND 75% 80% 83% 85% 90% 95% CPN4 Réduire le fardeau 32. Taux (en %) de la morbidité et 65,1% daccouchements assistés par du SNIS 2008 61% 67,00% 70% 72% 75% 78% 80% de la mortalité (EDS-5) personnel qualifié maternelles et infanto juvéniles 33. Proportion (en %) 62,8% d’enfants âgés de 0-11 mois SNIS 2008 80% 74% 85% 90% 93% 95% ≥95% (EDS-5) complètement vaccinés Santé et nutrition Améliorer les 34. Prévalence (en %) du performances du CNLS/SNIS 2008 0,7% 0,7% 0,7% <1% <1% <1% <1% <1% VIH/SIDA dans la population secteur de la santé en matière de prévention et de 35. Personnes vivant avec le lutte contre les CNLS/SNIS 2008 9252 12249 14408 14225 16444 18649 20961 23318 VIH sous ARV grandes maladies Améliorer titre III 2008 93,91% 86,28% 96,43% 95,00% 95,00% 95,00% 95,00% 95,00% lefficacité de la 36. Taux dépense publique dexécution du DB/DGF dans la santé budget de la Santé titre V 2008 104,60% 53,27% 86,28% 85,00% 85,00% 85,00% 85,00% 85,00% Améliorer laccès Eau Potable et Assainissement à leau potable des Urbain UCP/PEPAM 2008 98,0% 97,0% 98,5% 99,0% 99,0% 99,0% 99,0% 100,0% populations en 37. Taux (en %) milieux urbain et d’accès à l’eau rural en quantité potable Rural UCP/PEPAM 2008 75,5% 73,6% 77,5% 78,5% 79,5% 80,0% 81,0% 82,0% et en qualité suffisantes 38. Taux (en %) Développer Urbain UCP/PEPAM 2008 63,4% 63,6% 63,1% 70,3% 72,2% 74,1% 76,1% 78,0% d’accès des ménages lassainissement à des systèmes en milieux urbain (EPA) améliorés Rural UCP/PEPAM 2008 27,5% 28,9% 29,6% 49,0% 52,0% 57,0% 59,0% 63,0% et rural d’assainissement Annexe - page D
  • 75. Sous- Historique des réalisations Cibles Objectifssecteurs / Indicateurs Structures stratégiques Référence 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015domaines Intensifier la lutte 39. Proportion (en %) de Plans Environnement et Gestion des Ressources Naturelles contre la tendance de Gestion Environnementale actuelle à la (PGE) mis en œuvre et suivis 2008 17% 30,00% 60% 65% 70% 75% 80% 85% dégradation de (suivant EIE) dans le total de l’Environnement PGE Ministère de lEnvironnemen Inverser la t tendance actuelle 40. Ratio reboisement sur ≥ Ratio ≥ Ratio ≥ Ratio ≥ Ratio ≥ Ratio (EGRN) à la dégradation 2008 1,25 0,78 0,96 déboisement 2010 2011 2012 2013 2014 des ressources naturelles Direction Promouvoir 41. Taux (en %) d’activité 2008 56,4% 59,4% 62,7% 66,1% 68,0% 71,0% 73,2% 75,0% Emploi l’emploi dans les Emploi 42. Taux (en %) de sous Dir Emploi – secteurs public, 2008 22% 22% 21% 21% 20% 18% 16% 15% emploi invisible ANSD privé formel et informel 2008 43. Taux de chômage 2008 10,0% 10,0% 10,0% 10,0% 9,4% 8,9% 8,4% 8,0% 44. Budget social en Ministère du Etendre la pourcentage du PIB travail 2009 Une étude est en cours pour s’accorder sur la méthodologie protection sociale au secteur 45. Taux de couverture par les Protection sociale informel, rural et mutuelles de santé (des personnes aux groupes non prises en charge par les SNIS/ CAFSP 2010 réf.2010 réf.2010 4,35% 5,15% 13,62% 27,70% 46,32% 61,21% vulnérables systèmes formels de sécurité sociale) Renforcer la protection sociale 46. Nombre de ménages et économique vulnérables bénéficiaires de CLM 2009 réf.2009 15000 35000 50000 60000 75000 85000 100000 des groupes programmes de Cash transfert vulnérables 47. Proportion (en %) du budget affecté aux ministères DGF 2010 50% 60% 75% 85% financières et budgétaires Réformes Renforcer la sous CDSMT discipline 48. Respect des délais légaux budgétaire de production des comptes de DGCPT et 2010 réf.2010 réf.2010 oui oui oui oui oui oui gestion de lEtat, des lois de DGF règlement (oui/non) Annexe - page E
  • 76. Sous- Historique des réalisations Cibles Objectifssecteurs / Indicateurs Structures stratégiques Référence 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015domaines 49. Délais de Renforcer Délictuels DACG (Dir, 2008 6 mois 6 mois 6 mois 5 mois 5 mois 5 mois 5 mois 5 mois Justice traitement des l’efficacité de la Aff., Crim. et de dossiers pénaux (en justice Criminels grâces) 2008 3 ans 2 ans 2 ans 2 ans 2 ans 2 ans 2 ans 2 ans jours) Accroître les 50. Délai (en mois) de mise à 2,83 (25 DB/DGCPT/ 2,83 mois < 3mois < 3mois < 3mois < 3mois < 3mois < 3mois responsabilités et disposition du FECL et du FDD 2008 mars 2009) MEF Décentralisation renforcer les avant le 30 juin capacités des collectivités 51. Pourcentage de ressources locales pour la propres (fiscalité locale, dons et > valeur de > valeur > valeur > valeur promotion du autres) dans le budget MDCL 2010 réf. 2010 réf. 2010 Etude en cours 2011 de 2012 de 2013 de 2015 développement dinvestissement des collectivités économique local locales durable Annexe - page F
  • 77. Annexe 2: Méthodologie de la priorisation des actions du DPES 1ère étape de priorisation : notation des actions Pour déterminer les priorités du DPES, les actions des objectifs stratégiques sont soumises à une grille d’évaluation comportant les variables dichotomiques suivantes :  Critère 1 : l’action est directement liée aux OMD de la pauvreté, de la sécurité alimentaire, la santé, l’éducation, l’environnement, l’eau potable ou l’assainissement) ;  Critère 2 : l’action a un impact direct sur la croissance économique ;  Critère 3 : la population est exclusivement bénéficiaire ;  Critère 4 : l’action a un impact direct sur l’environnement des affaires ;  Critère 5 : l’action a une sensibilité directe sur la réduction des inégalités de genre ;  Critère 6: l’action a un impact direct sur l’amélioration de la gestion des politiques publiques ;  Critère 7 : l’action a un impact direct sur l’assainissement des finances publiques. A chaque fois qu’une action satisfait a un critère donné, la modalité de la variable concernée prend la valeur 1. La négation correspond à 0. Chaque critère est pondéré selon le tableau suivant : Critères Critère 1 Critère 2 Critère 3 Critère 4 Critère 5 Critère 6 Critère 7 Pondération 30% 25% 20% 10% 5% 5% 5% Cette pondération permet d’atténuer l’effet de la transversalité des actions moins urgentes. Les critères ne sont pas mutuellement exclusifs. Un score total (Sa) est affecté à chaque action en faisant la somme du produit des modalités de chaque critère par la pondération correspondante. Cette note totale obtenue est donc une moyenne pondérée. Ainsi, plus le score (Sa) est élevé, plus l’action en question gagne en niveau de priorité. Un type de classification automatique est utilisé pour classer les actions en fonction des scores totaux et en classes : il s’agit spécifiquement de la méthode des nuées dynamiques. Le nombre de classes désiré est trois (3). Soit k ce nombre. La première étape de l’algorithme consiste à choisir les k centres de départ. Les centres ont été imposés. Un algorithme d’affectation classique est ensuite appliqué. Il est réitéré jusqu’à ce qu’il y ait convergence, c’est-à-dire (persistance de sous-ensembles d’observations qui se forment à chaque fois). Le processus d’itération a déterminé les trois centres finaux stables des classes. 2ème étape de priorisation : choix des plans d’actions Idéalement, lorsque le contexte économique est difficile, les actions de la classe de priorité supérieure doivent être maintenues et réalisées. Elles représentent le noyau du plan d’actions fondamental devant nécessairement être priorisé dans le cadre d’un scénario pessimiste. Le cumul des actions de priorité 1 avec celles de priorité 2 forme le noyau du plan d’actions intermédiaire. Le plan d’actions global correspond à la prise en compte de toutes les actions programmées, allant théoriquement de la priorité supérieure à celle faible. Les deux premières étapes ont permis d’établir une classification sur la base d’une grille d’évaluation des actions. Il a été bien mentionné que leurs résultats forment les noyaux des plans d’actions. Ces derniers sont à concrétiser par des projets, programmes ou mesures. La troisième étape doit intégrer les indications du cadrage macroéconomique fixant les enveloppes financières que doivent respecter les scénarios consolidés. Des séries de consultations sectorielles ont permis de trouver un consensus sur les différents scénarios du cadrage avec les sectoriels, notamment les services techniques, en ramenant les projets et programmes selon le rang souhaité. 3ème étape de priorisation : application des plans d’actions et choix raisonnés des scénarios Une meilleure logique de planification exigerait une constitution des scénarios sur la base des plans d’actions déclinés à la deuxième étape de priorisation. Ensuite, par un processus itératif, le cadrage macroéconomique examinerait l’adéquation entre, d’une part, les enveloppes financières dégagées par la deuxième étape et, d’autre part, les objectifs de croissance et le respect des engagements. Partant de ce principe, la démarche édictée par la programmation budgétaire actuelle établit les trois scénarios que sont le tendanciel, le pessimiste et l’optimiste. Annexe- page G
  • 78. Synthèse globale (en millions) Montant Scénario Priorité Etat BCI Etat FCT Etat (BCI+FCT) PTF Acquis Gap DPES 1 1 662 139 400 643 2 062 782 2 189 879 4 252 661 - 4 252 661Tendanciel 2 137 907 75 750 213 657 95 039 308 696 - 308 696 3 164 273 21 213 185 486 40 767 226 252 - 226 252 Total Tendanciel 1 964 318 497 606 2 461 924 2 325 685 4 787 610 - 4 787 610 1 1 662 139 400 643 2 062 782 2 189 879 4 252 661 961 001 5 213 662Optimiste 2 137 907 75 750 213 657 95 039 308 696 - 308 696 3 164 273 21 213 185 486 40 767 226 252 - 226 252 Total Optimiste 1 964 318 497 606 2 461 924 2 325 685 4 787 610 961 001 5 748 610 1 1 394 726 337 275 1 732 001 2 027 147 3 759 148 - 3 759 148Pessimiste 2 - - - - - - - 3 - - - - - - - Total Pessimiste 1 394 726 337 275 1 732 001 2 027 147 3 759 148 - 3 759 148Annexe 3: Financement (en millions FCFA) du scénario optimiste du PAP/DPES par axes stratégiques.Scénario Axe stratégique Code priorité Etat BCI Etat FCFT Etat PTF Acquis Gap Montant DPES 1 1 193 265 234 458 1 427 723 1 438 360 2 866 083 800 305 3 666 388 axe 1 2 47 265 21 500 68 765 24 218 92 983 - 92 983 3 55 143 6 040 61 183 10 694 71 877 - 71 877 Total Axe 1 1 295 673 261 998 1 557 671 1 473 272 3 030 943 800 305 3 831 248 Optimiste 1 370 495 80 555 451 050 687 519 1 138 569 160 696 1 299 265 axe 2 2 56 665 54 250 110 915 70 821 181 736 - 181 736 3 38 408 6 196 44 604 10 163 54 766 - 54 766 Total Axe 2 465 567 141 001 606 568 768 503 1 375 072 160 696 1 535 768 1 98 379 85 630 184 009 64 000 248 009 - 248 009 axe 3 2 33 977 - 33 977 - 33 977 - 33 977 3 70 722 8 977 79 699 19 910 99 609 - 99 609 Total Axe 3 203 078 94 607 297 685 83 910 381 595 - 381 595 Total Optimiste 1 964 318 497 606 2 461 924 2 325 685 4 787 610 961 001 5 748 610Annexe 4: Financement (en millions FCFA) du scénario tendanciel du PAP/DPES par axes stratégiques. CodeScénario Axe stratégique Etat BCI Etat FCFT Etat PTF Acquis Gap Montant DPES priorité 1 1 193 265 234 458 1 427 723 1 438 360 2 866 083 - 2 866 083 axe 1 2 47 265 21 500 68 765 24 218 92 983 - 92 983 3 55 143 6 040 61 183 10 694 71 877 - 71 877 Total Axe 1 1 295 673 261 998 1 557 671 1 473 272 3 030 943 - 3 030 943 Tendanciel 1 370 495 80 555 451 050 687 519 1 138 569 - 1 138 569 axe 2 2 56 665 54 250 110 915 70 821 181 736 - 181 736 3 38 408 6 196 44 604 10 163 54 766 - 54 766 Total Axe 2 465 567 141 001 606 568 768 503 1 375 072 - 1 375 072 1 98 379 85 630 184 009 64 000 248 009 - 248 009 axe 3 2 33 977 - 33 977 - 33 977 - 33 977 3 70 722 8 977 79 699 19 910 99 609 - 99 609 Total Axe 3 203 078 94 607 297 685 83 910 381 595 - 381 595 Total Tendanciel 1 964 318 497 606 2 461 924 2 325 685 4 787 610 - 4 787 610 Annexe - page H
  • 79. Annexe 5: Financement (en millions FCFA) du scénario pessimiste du PAP/DPES par axes stratégiques. Code Etat MontantScénario Axe stratégique Etat BCI Etat PTF Acquis Gap priorité FCFT DPES axe 1 1 981 470 189 667 1 171 137 1 283 378 2 454 515 - 2 454 515 Pessimiste axe 2 1 326 047 71 528 397 575 679 769 1 077 344 - 1 077 344 axe 3 1 87 209 76 080 163 289 64 000 227 289 - 227 289 Total Pessimiste 1 394 726 337 275 1 732 001 2 027 147 3 759 148 - 3 759 148Annexe 6: Financement (en millions FCFA) du scénario optimiste du PAP/DPES par sous-secteurs et domaines. Sous-secteurs ou Code Financement 2011 2012 2013 2014 2015 Total domaines Priorité 1 DPES 286 959 295 266 214 290 148 037 98 946 1 043 498 1 Acquis 216 959 205 265 189 037 147 105 98 105 856 471 1 BCI 124 237 32 139 14 271 11 275 11 275 193 197 Energie 1 FCT 41 000 62 000 41 000 41 000 41 000 226 000 1 PTF 51 722 111 126 133 766 94 830 45 830 437 274 1 Gap 70 000 90 001 25 253 932 841 187 027 2 DPES 3 616 4 000 4 000 4 000 4 000 19 616 2 Acquis 3 616 4 000 4 000 4 000 4 000 19 616 2 BCI 3 616 4 000 4 000 4 000 4 000 19 616 Energie 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 50 140 65 65 65 385 3 Acquis 50 140 65 65 65 385 3 BCI 50 65 65 65 65 310 Energie 3 FCT - - - - - - 3 PTF - 75 - - - 75 3 Gap - - - - - - 1 DPES 203 029 444 179 374 818 259 591 256 925 1 538 542 1 Acquis 203 029 424 053 307 598 185 335 126 958 1 246 973Infrastructures 1 BCI 160 793 217 757 139 196 85 328 67 563 670 637de transport 1 FCT - - - - - - 1 PTF 42 236 206 296 168 402 100 007 59 395 576 336 1 Gap - 20 126 67 220 74 256 129 967 291 569 1 DPES 1 160 6 030 6 030 6 050 10 850 30 120 1 Acquis 1 160 6 030 6 030 6 050 10 850 30 120TIC et 1 BCI 960 1 030 1 030 1 050 1 050 5 120Communication 1 FCT - - - - - - 1 PTF 200 5 000 5 000 5 000 9 800 25 000 1 Gap - - - - - - 2 DPES 250 250 50 100 100 750 2 Acquis 250 250 50 100 100 750TIC et 2 BCI 250 250 50 100 100 750Communication 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - Annexe - page I
  • 80. 1 DPES 3 005 4 359 4 297 1 424 2 480 15 565 1 Acquis 3 005 3 568 2 175 505 505 9 758 Recherche, 1 BCI 771 835 675 505 505 3 291Développement etInnovation 1 FCT - - - - - - 1 PTF 2 234 2 733 1 500 - - 6 467 1 Gap - 791 2 122 919 1 975 5 807 1 DPES 1 325 2 001 1 400 1 400 - 6 126 1 Acquis 1 325 2 001 1 400 1 400 - 6 126 1 BCI 25 144 - - - 169Microfinance 1 FCT - - - - - - 1 PTF 1 300 1 857 1 400 1 400 - 5 957 1 Gap - - - - - - 2 DPES 1 020 1 737 1 568 270 270 4 865 2 Acquis 1 020 1 737 1 568 270 270 4 865 2 BCI 220 271 268 270 270 1 299Microfinance 2 FCT - - - - - - 2 PTF 800 1 466 1 300 - - 3 566 2 Gap - - - - - - 3 DPES 535 2 250 2 250 1 929 - 6 964 3 Acquis 535 2 250 2 250 1 929 - 6 964 3 BCI 235 250 250 229 - 964Microfinance 3 FCT - - - - - - 3 PTF 300 2 000 2 000 1 700 - 6 000 3 Gap - - - - - - 1 DPES 5 200 2 900 3 400 1 400 400 13 300 1 Acquis 5 200 2 900 3 400 1 400 400 13 300 1 BCI 500 400 400 400 400 2 100Secteur privé 1 FCT - - - - - - 1 PTF 4 700 2 500 3 000 1 000 - 11 200 1 Gap - - - - - - 2 DPES 90 100 103 100 100 493 2 Acquis 90 100 103 100 100 493 2 BCI 90 100 103 100 100 493Secteur privé 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 163 165 170 170 170 838 3 Acquis 163 165 170 170 170 838 3 BCI 163 165 170 170 170 838Secteur privé 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 1 310 2 118 2 394 3 121 1 317 10 260 1 Acquis 1 310 1 375 1 375 1 475 1 317 6 852 1 BCI 1 310 1 375 1 375 1 475 1 317 6 852Entreprenariat 1 FCT - - - - - - 1 PTF - - - - - - 1 Gap - 743 1 019 1 646 - 3 408PME 1 DPES 1 099 4 812 6 205 3 288 2 834 18 238 Annexe - page J
  • 81. 1 Acquis 1 099 1 099 1 109 699 499 4 505 1 BCI 100 200 200 200 - 700 1 FCT 499 499 499 499 499 2 495 1 PTF 500 400 410 - - 1 310 1 Gap - 3 713 5 096 2 589 2 335 13 733 2 DPES 3 000 2 668 - - - 5 668 2 Acquis 3 000 2 668 - - - 5 668 2 BCI - - - - - -PME 2 FCT - - - - - - 2 PTF 3 000 2 668 - - - 5 668 2 Gap - - - - - - 1 DPES 4 721 23 288 42 025 38 336 61 922 170 292 1 Acquis 4 721 4 722 4 318 4 318 4 318 22 397 Intégration 1 BCI 45 45 45 45 45 225régionale 1 FCT 75 75 75 75 75 375 1 PTF 4 601 4 602 4 198 4 198 4 198 21 797 1 Gap - 18 566 37 707 34 018 57 604 147 895 1 DPES 300 500 500 500 500 2 300 1 Acquis 300 500 500 500 500 2 300 Migration 1 BCI 300 500 500 500 500 2 300internationale etSE 1 FCT - - - - - - 1 PTF - - - - - - 1 Gap - - - - - - 2 DPES 254 354 354 276 276 1 514 2 Acquis 254 354 354 276 276 1 514 Migration 2 BCI 176 276 276 276 276 1 280internationale etSE 2 FCT - - - - - - 2 PTF 78 78 78 - - 234 2 Gap - - - - - - 1 DPES 6 050 6 837 7 086 7 027 6 250 33 250 1 Acquis 6 050 6 169 6 169 6 250 6 250 30 888 Sécurité 1 BCI 1 250 1 300 1 300 1 450 1 450 6 750alimentaire 1 FCT 200 269 269 200 200 1 138 1 PTF 4 600 4 600 4 600 4 600 4 600 23 000 1 Gap - 668 917 777 - 2 362 1 DPES 69 269 118 950 125 189 102 031 86 517 501 956 1 Acquis 69 269 108 558 103 441 70 675 59 904 411 847 1 BCI 31 856 55 112 46 232 45 532 37 210 215 942Agriculture 1 FCT 98 98 98 98 98 490 1 PTF 37 315 53 348 57 111 25 045 22 596 195 415 1 Gap - 10 392 21 748 31 356 26 613 90 109 3 DPES 8 861 8 350 7 350 7 350 7 350 39 261 3 Acquis 8 861 8 350 7 350 7 350 7 350 39 261 3 BCI 7 661 7 150 6 150 6 150 6 150 33 261Agriculture 3 FCT 1 200 1 200 1 200 1 200 1 200 6 000 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 6 307 15 891 23 238 16 667 10 022 72 125Elevage 1 Acquis 6 307 9 310 10 523 8 625 7 288 42 053 Annexe - page K
  • 82. 1 BCI 4 243 6 213 6 939 6 625 6 278 30 298 1 FCT - - - - - - 1 PTF 2 064 3 097 3 584 2 000 1 010 11 755 1 Gap - 6 581 12 715 8 042 2 734 30 072 3 DPES 200 500 500 300 500 2 000 3 Acquis 200 500 500 300 500 2 000 3 BCI 200 500 500 300 500 2 000Elevage 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 8 038 11 293 14 918 14 891 8 201 57 341 1 Acquis 8 038 9 808 12 625 12 733 7 033 50 237 Pêche et 1 BCI 1 338 3 108 3 559 3 633 3 933 15 571aquaculture 1 FCT - - - - - - 1 PTF 6 700 6 700 9 066 9 100 3 100 34 666 1 Gap - 1 485 2 293 2 158 1 168 7 104 2 DPES 139 500 500 600 600 2 339 2 Acquis 139 500 500 600 600 2 339 Pêche et 2 BCI 139 500 500 600 600 2 339aquaculture 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 285 700 850 715 1 324 3 874 3 Acquis 285 700 850 715 1 324 3 874 Pêche et 3 BCI 85 200 350 350 600 1 585aquaculture 3 FCT - - - - - - 3 PTF 200 500 500 365 724 2 289 3 Gap - - - - - - 1 DPES 6 420 14 820 15 066 6 908 4 348 47 562 1 Acquis 6 420 12 109 11 570 6 045 3 570 39 714 Hydraulique 1 BCI 1 820 2 620 2 070 1 070 1 070 8 650agricole 1 FCT - - - - - - 1 PTF 4 600 9 489 9 500 4 975 2 500 31 064 1 Gap - 2 711 3 496 863 778 7 848 1 DPES 200 2 900 4 400 5 400 5 400 18 300 1 Acquis 200 2 900 4 400 5 400 5 400 18 300 Transformation 1 BCI 200 400 400 400 400 1 800agroalimentaire 1 FCT - - - - - - 1 PTF - 2 500 4 000 5 000 5 000 16 500 1 Gap - - - - - - 2 DPES 297 500 500 300 300 1 897 2 Acquis 297 500 500 300 300 1 897 2 BCI 297 500 500 300 300 1 897Mines 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 726 722 722 722 722 3 614Mines 3 Acquis 726 722 722 722 722 3 614 Annexe - page L
  • 83. 3 BCI 726 722 722 722 722 3 614 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 2 916 3 541 5 625 3 900 3 900 19 882 1 Acquis 2 916 3 541 5 625 3 900 3 900 19 882 1 BCI 963 1 150 2 900 2 900 2 900 10 813Industrie 1 FCT - - - - - - 1 PTF 1 953 2 391 2 725 1 000 1 000 9 069 1 Gap - - - - - - 3 DPES 100 200 230 250 250 1 030 3 Acquis 100 200 230 250 250 1 030 3 BCI 100 200 230 250 250 1 030Industrie 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 1 407 1 557 1 557 1 367 992 6 880 1 Acquis 1 407 1 557 1 557 1 367 992 6 880 1 BCI 240 390 390 200 200 1 420Artisanat 1 FCT 792 792 792 792 792 3 960 1 PTF 375 375 375 375 - 1 500 1 Gap - - - - - - 2 DPES 80 80 80 - - 240 2 Acquis 80 80 80 - - 240 2 BCI 80 80 80 - - 240Artisanat 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 200 500 500 - - 1 200 3 Acquis 200 500 500 - - 1 200 3 BCI 200 500 500 - - 1 200Artisanat 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 103 5 505 7 086 6 483 5 787 24 964 1 Acquis 103 2 603 3 103 3 110 2 745 11 664Tourisme 1 BCI 103 103 103 110 110 529 1 FCT - - - - - - 1 PTF - 2 500 3 000 3 000 2 635 11 135 1 Gap - 2 902 3 983 3 373 3 042 13 300 2 DPES 321 236 236 260 260 1 313 2 Acquis 321 236 236 260 260 1 313 2 BCI 321 236 236 260 260 1 313Tourisme 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 64 83 68 88 88 391Tourisme 3 Acquis 64 83 68 88 88 391 3 BCI 56 75 60 80 80 351 Annexe - page M
  • 84. 3 FCT 8 8 8 8 8 40 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 2 DPES 1 443 973 637 - - 3 053 2 Acquis 1 443 973 637 - - 3 053 2 BCI 693 973 637 - - 2 303Culture 2 FCT - - - - - - 2 PTF 750 - - - - 750 2 Gap - - - - - - 3 DPES 627 618 650 - - 1 895 3 Acquis 627 618 650 - - 1 895 3 BCI 627 618 650 - - 1 895Culture 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 3 100 4 200 4 400 1 600 1 600 14 900 1 Acquis 3 100 4 200 4 400 1 600 1 600 14 900 1 BCI 2 100 4 200 4 400 1 600 1 600 13 900Sports 1 FCT - - - - - - 1 PTF 1 000 - - - - 1 000 1 Gap - - - - - - 1 DPES 180 216 221 218 216 1 051 1 Acquis 180 200 200 200 200 980 1 BCI 180 200 200 200 200 980Commerce 1 FCT - - - - - - 1 PTF - - - - - - 1 Gap - 16 21 18 16 71 2 DPES 500 550 600 600 650 2 900 2 Acquis 500 550 600 600 650 2 900 2 BCI 500 550 600 600 650 2 900Commerce 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 1 575 1 785 820 890 960 6 030 3 Acquis 1 575 1 785 820 890 960 6 030 3 BCI 560 770 720 790 860 3 700Commerce 3 FCT - - - - - - 3 PTF 1 015 1 015 100 100 100 2 330 3 Gap - - - - - - 1 DPES 2 496 5 394 5 423 4 923 1 700 19 936 1 Acquis 2 496 5 394 5 423 4 923 1 700 19 936 Services de 1 BCI 596 400 375 250 400 2 021transport 1 FCT - - - - - - 1 PTF 1 900 4 994 5 048 4 673 1 300 17 915 1 Gap - - - - - - 2 DPES 14 000 14 535 7 100 6 350 6 350 48 335 Services detransport 2 Acquis 14 000 14 535 7 100 6 350 6 350 48 335 2 BCI 2 700 3 235 2 800 2 050 2 050 12 835 Annexe - page N
  • 85. 2 FCT 4 300 4 300 4 300 4 300 4 300 21 500 2 PTF 7 000 7 000 - - - 14 000 2 Gap - - - - - - 3 DPES 755 910 910 910 910 4 395 3 Acquis 755 910 910 910 910 4 395 Services de 3 BCI 755 910 910 910 910 4 395transport 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 52 567 78 465 66 409 71 807 68 609 337 857 1 Acquis 52 567 75 638 61 781 67 443 63 499 320 928 Education et 1 BCI 18 946 30 094 30 648 28 660 28 660 137 008formation 1 FCT - - - - - - 1 PTF 33 621 45 544 31 133 38 783 34 839 183 920 1 Gap - 2 827 4 628 4 364 5 110 16 929 2 DPES 16 816 17 492 11 203 10 720 10 720 66 951 2 Acquis 16 816 17 492 11 203 10 720 10 720 66 951 Education et 2 BCI 9 747 10 887 6 993 5 720 5 720 39 067formation 2 FCT - - - - - - 2 PTF 7 069 6 605 4 210 5 000 5 000 27 884 2 Gap - - - - - - 3 DPES 3 954 5 325 2 424 1 899 1 899 15 501 3 Acquis 3 954 5 325 2 424 1 899 1 899 15 501 Education et 3 BCI 1 905 3 276 375 350 350 6 256formation 3 FCT 1 549 1 549 - 1 549 1 549 6 196 3 PTF 500 500 2 049 - - 3 049 3 Gap - - - - - - 1 DPES 56 645 64 168 61 155 64 364 64 506 310 838 1 Acquis 56 645 61 680 58 964 63 112 63 377 303 778Santé et 1 BCI 15 617 16 056 16 050 16 251 14 346 78 320Nutrition 1 FCT 3 605 3 605 3 605 3 605 3 605 18 025 1 PTF 37 423 42 019 39 309 43 256 45 426 207 433 1 Gap - 2 488 2 191 1 252 1 129 7 060 3 DPES 680 1 585 150 150 150 2 715 3 Acquis 680 1 585 150 150 150 2 715Santé et 3 BCI 180 210 150 150 150 840Nutrition 3 FCT - - - - - - 3 PTF 500 1 375 - - - 1 875 3 Gap - - - - - - 1 DPES 49 890 58 448 69 107 89 752 56 814 324 011 1 Acquis 49 890 58 448 69 107 24 406 17 421 219 272 Eau Potable et 1 BCI 16 398 14 828 15 045 6 651 6 651 59 573Assainissement(EPA) 1 FCT - 50 - - - 50 1 PTF 33 492 43 570 54 062 17 755 10 770 159 649 1 Gap - - - 65 346 39 393 104 739 Eau Potable et 2 DPES 22 510 20 854 20 934 20 400 10 400 95 098Assainissement 2 Acquis 22 510 20 854 20 934 20 400 10 400 95 098(EPA) 2 BCI 2 510 854 934 400 400 5 098 Annexe - page O
  • 86. 2 FCT 10 000 10 000 10 000 10 000 10 000 50 000 2 PTF 10 000 10 000 10 000 10 000 - 40 000 2 Gap - - - - - - 3 DPES 75 125 150 150 - 500 3 Acquis 75 125 150 150 - 500 Eau Potable et 3 BCI 75 125 150 150 - 500Assainissement(EPA) 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 21 350 23 475 26 375 21 100 24 100 116 400 1 Acquis 21 350 23 475 26 375 21 100 24 100 116 400Habitat et Cadre 1 BCI 9 350 8 475 9 375 2 100 2 100 31 400de vie 1 FCT 12 000 12 000 12 000 12 000 12 000 60 000 1 PTF - 3 000 5 000 7 000 10 000 25 000 1 Gap - - - - - - 2 DPES 850 875 875 650 650 3 900 2 Acquis 850 875 875 650 650 3 900Habitat et Cadre 2 BCI 850 875 875 650 650 3 900de vie 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 5 680 8 736 6 450 200 200 21 266 3 Acquis 5 680 8 736 6 450 200 200 21 266Habitat et Cadre 3 BCI 5 680 8 736 6 450 200 200 21 266de vie 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 24 531 29 863 24 269 25 475 26 741 130 879 Environnement 1 Acquis 24 531 29 863 24 269 25 475 26 741 130 879et Gestion des 1 BCI 5 631 13 339 7 996 8 393 8 810 44 170RessourcesNaturelles 1 FCT - 30 - - - 30(EGRN) 1 PTF 18 900 16 494 16 273 17 082 17 931 86 679 1 Gap - - - - - - 3 DPES 1 866 1 938 1 923 2 312 2 428 10 467 Environnement 3 Acquis 1 866 1 938 1 923 2 312 2 428 10 467et Gestion des 3 BCI 1 013 1 085 1 047 1 228 1 289 5 662RessourcesNaturelles 3 FCT - - - - - -(EGRN) 3 PTF 853 853 876 1 085 1 139 4 806 3 Gap - - - - - - 1 DPES 7 764 14 742 13 600 12 583 10 758 59 447 1 Acquis 7 764 8 866 5 537 5 788 4 630 32 585 1 BCI 2 392 2 393 2 508 2 732 3 100 13 125Protection sociale 1 FCT 490 490 490 490 490 2 450 1 PTF 4 882 5 983 2 539 2 566 1 040 17 010 1 Gap - 5 876 8 063 6 795 6 128 26 862 2 DPES 1 292 1 292 1 392 1 400 1 450 6 826 2 Acquis 1 292 1 292 1 392 1 400 1 450 6 826Protection sociale 2 BCI 442 442 542 550 600 2 576 2 FCT 850 850 850 850 850 4 250 Annexe - page P
  • 87. 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 1 DPES 65 85 85 85 85 405 1 Acquis 65 85 85 85 85 405 1 BCI 45 45 45 45 45 225Genre et Equité 1 FCT - - - - - - 1 PTF 20 40 40 40 40 180 1 Gap - - - - - - 3 DPES 388 355 355 355 400 1 853 3 Acquis 388 355 355 355 400 1 853 3 BCI 355 355 355 355 400 1 820Genre et Equité 3 FCT - - - - - - 3 PTF 33 - - - - 33 3 Gap - - - - - - 1 DPES 25 750 2 366 2 316 2 316 7 773 1 Acquis 25 750 2 366 2 316 2 316 7 773 1 BCI 25 50 50 - - 125Emploi 1 FCT - - - - - - 1 PTF - 700 2 316 2 316 2 316 7 648 1 Gap - - - - - - 2 DPES 490 460 370 370 370 2 060 2 Acquis 490 460 370 370 370 2 060 2 BCI 420 400 370 300 370 1 860Emploi 2 FCT - - - - - - 2 PTF 70 60 - 70 - 200 2 Gap - - - - - - 3 DPES 944 560 620 170 170 2 464 3 Acquis 944 560 620 170 170 2 464 3 BCI 544 560 620 170 170 2 064Emploi 3 FCT - - - - - - 3 PTF 400 - - - - 400 3 Gap - - - - - - 2 DPES 748 750 750 1 050 1 189 4 487 2 Acquis 748 750 750 1 050 1 189 4 487 2 BCI 350 350 350 350 350 1 750Jeunesse 2 FCT - - - - - - 2 PTF 398 400 400 700 839 2 737 2 Gap - - - - - - 1 DPES 549 2 614 3 029 2 795 2 668 11 655 Réduction des 1 Acquis 549 1 500 1 500 1 500 1 500 6 549Risques de 1 BCI 549 1 500 1 500 1 500 1 500 6 549Catastrophes 1 FCT - - - - - -(RRC) 1 PTF - - - - - - 1 Gap - 1 114 1 529 1 295 1 168 5 106 2 DPES 414 500 500 500 500 2 414 Réduction des 2 Acquis 414 500 500 500 500 2 414Risques deCatastrophes 2 BCI 414 500 500 500 500 2 414(RRC) 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - Annexe - page Q
  • 88. 2 Gap - - - - - - 1 DPES 2 000 3 500 3 500 - - 9 000 1 Acquis 2 000 3 500 3 500 - - 9 000Administration 1 BCI 2 000 3 500 3 500 - - 9 000publique etRéforme de l’Etat 1 FCT - - - - - - 1 PTF - - - - - - 1 Gap - - - - - - 2 DPES 4 202 5 100 4 800 4 600 4 600 23 302 2 Acquis 4 202 5 100 4 800 4 600 4 600 23 302Administration 2 BCI 4 202 5 100 4 800 4 600 4 600 23 302publique etRéforme de l’Etat 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 8 737 6 502 4 819 3 052 3 147 26 257 3 Acquis 8 737 6 502 4 819 3 052 3 147 26 257Administration 3 BCI 5 262 2 977 2 989 3 052 3 147 17 427publique etRéforme de l’Etat 3 FCT - - - - - - 3 PTF 3 475 3 525 1 830 - - 8 830 3 Gap - - - - - - 1 DPES 660 700 700 660 660 3 380 1 Acquis 660 700 700 660 660 3 380 Gouvernance 1 BCI 660 700 700 660 660 3 380économique etfinancière 1 FCT - - - - - - 1 PTF - - - - - - 1 Gap - - - - - - 2 DPES 550 550 550 550 450 2 650 2 Acquis 550 550 550 550 450 2 650 Gouvernance 2 BCI 550 550 550 550 450 2 650économique etfinancière 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 14 157 15 316 19 244 12 564 9 501 70 782 3 Acquis 14 157 15 316 19 244 12 564 9 501 70 782 Gouvernance 3 BCI 11 006 11 815 13 421 8 448 6 885 51 575économique etfinancière 3 FCT 1 481 1 481 3 053 1 481 1 481 8 977 3 PTF 1 670 2 020 2 770 2 635 1 135 10 230 3 Gap - - - - - - 1 DPES 2 334 4 023 4 359 2 859 2 359 15 934 1 Acquis 2 334 4 023 4 359 2 859 2 359 15 934 1 BCI 1 075 2 764 3 100 1 600 1 100 9 639Justice 1 FCT 259 259 259 259 259 1 295 1 PTF 1 000 1 000 1 000 1 000 1 000 5 000 1 Gap - - - - - - 2 DPES 75 1 100 900 700 1 500 4 275 2 Acquis 75 1 100 900 700 1 500 4 275Justice 2 BCI 75 1 100 900 700 1 500 4 275 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - Annexe - page R
  • 89. 2 Gap - - - - - - 3 DPES 100 100 100 100 100 500 3 Acquis 100 100 100 100 100 500 3 BCI 100 100 100 100 100 500Justice 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 50 780 50 845 51 636 33 067 33 367 219 695 1 Acquis 50 780 50 845 51 636 33 067 33 367 219 695 1 BCI 18 960 16 200 16 200 12 500 12 500 76 360Décentralisation 1 FCT 16 867 16 867 16 867 16 867 16 867 84 335 1 PTF 14 953 17 778 18 569 3 700 4 000 59 000 1 Gap - - - - - - 3 DPES 690 690 690 - - 2 070 3 Acquis 690 690 690 - - 2 070 3 BCI 340 440 440 - - 1 220Décentralisation 3 FCT - - - - - - 3 PTF 350 250 250 - - 850 3 Gap - - - - - - 2 DPES 750 750 750 750 750 3 750 2 Acquis 750 750 750 750 750 3 750 2 BCI 750 750 750 750 750 3 750Parlement 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - Annexe - page S
  • 90. Annexe 7: Financement (en millions FCFA) du scénario tendanciel du PAP/DPES par sous-secteurs et domaines. Sous-secteurs ou Code Financement 2011 2012 2013 2014 2015 Total domaines Priorité 1 DPES 216 959 205 265 189 037 147 105 98 105 856 471 1 Acquis 216 959 205 265 189 037 147 105 98 105 856 471 1 BCI 124 237 32 139 14 271 11 275 11 275 193 197 Energie 1 FCT 41 000 62 000 41 000 41 000 41 000 226 000 1 PTF 51 722 111 126 133 766 94 830 45 830 437 274 1 Gap - - - - - - 2 DPES 3 616 4 000 4 000 4 000 4 000 19 616 2 Acquis 3 616 4 000 4 000 4 000 4 000 19 616 2 BCI 3 616 4 000 4 000 4 000 4 000 19 616 Energie 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 50 140 65 65 65 385 3 Acquis 50 140 65 65 65 385 3 BCI 50 65 65 65 65 310 Energie 3 FCT - - - - - - 3 PTF - 75 - - - 75 3 Gap - - - - - - 1 DPES 203 029 424 053 307 598 185 335 126 958 1 246 973 1 Acquis 203 029 424 053 307 598 185 335 126 958 1 246 973 217 Infrastructures de 1 BCI 160 793 757 139 196 85 328 67 563 670 637 transport 1 FCT - - - - - - 1 PTF 42 236 206 296 168 402 100 007 59 395 576 336 1 Gap - - - - - - 1 DPES 1 160 6 030 6 030 6 050 10 850 30 120 1 Acquis 1 160 6 030 6 030 6 050 10 850 30 120 1 BCI 960 1 030 1 030 1 050 1 050 5 120 TIC et Communication 1 FCT - - - - - - 1 PTF 200 5 000 5 000 5 000 9 800 25 000 1 Gap - - - - - - 2 DPES 250 250 50 100 100 750 2 Acquis 250 250 50 100 100 750 2 BCI 250 250 50 100 100 750 TIC et Communication 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 1 DPES 3 005 3 568 2 175 505 505 9 758 1 Acquis 3 005 3 568 2 175 505 505 9 758 Recherche, 1 BCI 771 835 675 505 505 3 291 Développement et 1 FCT - - - - - - Innovation 1 PTF 2 234 2 733 1 500 - - 6 467 1 Gap - - - - - - 1 DPES 1 325 2 001 1 400 1 400 - 6 126 1 Acquis 1 325 2 001 1 400 1 400 - 6 126 1 BCI 25 144 - - - 169 Microfinance 1 FCT - - - - - - 1 PTF 1 300 1 857 1 400 1 400 - 5 957 1 Gap - - - - - - 2 DPES 1 020 1 737 1 568 270 270 4 865 2 Acquis 1 020 1 737 1 568 270 270 4 865 2 BCI 220 271 268 270 270 1 299 Microfinance 2 FCT - - - - - - 2 PTF 800 1 466 1 300 - - 3 566 2 Gap - - - - - - 3 DPES 535 2 250 2 250 1 929 - 6 964 Microfinance 3 Acquis 535 2 250 2 250 1 929 - 6 964 Annexe - page T
  • 91. Sous-secteurs ou Code Financement 2011 2012 2013 2014 2015 Total domaines Priorité 3 BCI 235 250 250 229 - 964 3 FCT - - - - - - 3 PTF 300 2 000 2 000 1 700 - 6 000 3 Gap - - - - - - 1 DPES 5 200 2 900 3 400 1 400 400 13 300 1 Acquis 5 200 2 900 3 400 1 400 400 13 300 1 BCI 500 400 400 400 400 2 100Secteur privé 1 FCT - - - - - - 1 PTF 4 700 2 500 3 000 1 000 - 11 200 1 Gap - - - - - - 2 DPES 90 100 103 100 100 493 2 Acquis 90 100 103 100 100 493 2 BCI 90 100 103 100 100 493Secteur privé 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 163 165 170 170 170 838 3 Acquis 163 165 170 170 170 838 3 BCI 163 165 170 170 170 838Secteur privé 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 1 310 1 375 1 375 1 475 1 317 6 852 1 Acquis 1 310 1 375 1 375 1 475 1 317 6 852 1 BCI 1 310 1 375 1 375 1 475 1 317 6 852Entreprenariat 1 FCT - - - - - - 1 PTF - - - - - - 1 Gap - - - - - - 1 DPES 1 099 1 099 1 109 699 499 4 505 1 Acquis 1 099 1 099 1 109 699 499 4 505 1 BCI 100 200 200 200 - 700PME 1 FCT 499 499 499 499 499 2 495 1 PTF 500 400 410 - - 1 310 1 Gap - - - - - - 2 DPES 3 000 2 668 - - - 5 668 2 Acquis 3 000 2 668 - - - 5 668 2 BCI - - - - - -PME 2 FCT - - - - - - 2 PTF 3 000 2 668 - - - 5 668 2 Gap - - - - - - 1 DPES 4 721 4 722 4 318 4 318 4 318 22 397 1 Acquis 4 721 4 722 4 318 4 318 4 318 22 397 1 BCI 45 45 45 45 45 225Intégration régionale 1 FCT 75 75 75 75 75 375 1 PTF 4 601 4 602 4 198 4 198 4 198 21 797 1 Gap - - - - - - 1 DPES 300 500 500 500 500 2 300 1 Acquis 300 500 500 500 500 2 300 Migration 1 BCI 300 500 500 500 500 2 300internationale et SE 1 FCT - - - - - - 1 PTF - - - - - - 1 Gap - - - - - - 2 DPES 254 354 354 276 276 1 514 2 Acquis 254 354 354 276 276 1 514 Migration 2 BCI 176 276 276 276 276 1 280internationale et SE 2 FCT - - - - - - 2 PTF 78 78 78 - - 234 2 Gap - - - - - - Annexe - page U
  • 92. Sous-secteurs ou Code Financement 2011 2012 2013 2014 2015 Total domaines Priorité 1 DPES 6 050 6 169 6 169 6 250 6 250 30 888 1 Acquis 6 050 6 169 6 169 6 250 6 250 30 888 1 BCI 1 250 1 300 1 300 1 450 1 450 6 750Sécurité alimentaire 1 FCT 200 269 269 200 200 1 138 1 PTF 4 600 4 600 4 600 4 600 4 600 23 000 1 Gap - - - - - - 108 1 DPES 69 269 558 103 441 70 675 59 904 411 847 108 1 Acquis 69 269 558 103 441 70 675 59 904 411 847Agriculture 1 BCI 31 856 55 112 46 232 45 532 37 210 215 942 1 FCT 98 98 98 98 98 490 1 PTF 37 315 53 348 57 111 25 045 22 596 195 415 1 Gap - - - - - - 3 DPES 8 861 8 350 7 350 7 350 7 350 39 261 3 Acquis 8 861 8 350 7 350 7 350 7 350 39 261 3 BCI 7 661 7 150 6 150 6 150 6 150 33 261Agriculture 3 FCT 1 200 1 200 1 200 1 200 1 200 6 000 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 6 307 9 310 10 523 8 625 7 288 42 053 1 Acquis 6 307 9 310 10 523 8 625 7 288 42 053 1 BCI 4 243 6 213 6 939 6 625 6 278 30 298Elevage 1 FCT - - - - - - 1 PTF 2 064 3 097 3 584 2 000 1 010 11 755 1 Gap - - - - - - 3 DPES 200 500 500 300 500 2 000 3 Acquis 200 500 500 300 500 2 000 3 BCI 200 500 500 300 500 2 000Elevage 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 8 038 9 808 12 625 12 733 7 033 50 237 1 Acquis 8 038 9 808 12 625 12 733 7 033 50 237 1 BCI 1 338 3 108 3 559 3 633 3 933 15 571Pêche et aquaculture 1 FCT - - - - - - 1 PTF 6 700 6 700 9 066 9 100 3 100 34 666 1 Gap - - - - - - 2 DPES 139 500 500 600 600 2 339 2 Acquis 139 500 500 600 600 2 339 2 BCI 139 500 500 600 600 2 339Pêche et aquaculture 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 285 700 850 715 1 324 3 874 3 Acquis 285 700 850 715 1 324 3 874 3 BCI 85 200 350 350 600 1 585Pêche et aquaculture 3 FCT - - - - - - 3 PTF 200 500 500 365 724 2 289 3 Gap - - - - - - 1 DPES 6 420 12 109 11 570 6 045 3 570 39 714 1 Acquis 6 420 12 109 11 570 6 045 3 570 39 714 1 BCI 1 820 2 620 2 070 1 070 1 070 8 650Hydraulique agricole 1 FCT - - - - - - 1 PTF 4 600 9 489 9 500 4 975 2 500 31 064 1 Gap - - - - - - 1 DPES 200 2 900 4 400 5 400 5 400 18 300 Transformation 1 Acquis 200 2 900 4 400 5 400 5 400 18 300agroalimentaire 1 BCI 200 400 400 400 400 1 800 Annexe - page V
  • 93. Sous-secteurs ou Code Financement 2011 2012 2013 2014 2015 Total domaines Priorité 1 FCT - - - - - - 1 PTF - 2 500 4 000 5 000 5 000 16 500 1 Gap - - - - - - 2 DPES 297 500 500 300 300 1 897 2 Acquis 297 500 500 300 300 1 897 2 BCI 297 500 500 300 300 1 897Mines 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 726 722 722 722 722 3 614 3 Acquis 726 722 722 722 722 3 614 3 BCI 726 722 722 722 722 3 614Mines 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 2 916 3 541 5 625 3 900 3 900 19 882 1 Acquis 2 916 3 541 5 625 3 900 3 900 19 882 1 BCI 963 1 150 2 900 2 900 2 900 10 813Industrie 1 FCT - - - - - - 1 PTF 1 953 2 391 2 725 1 000 1 000 9 069 1 Gap - - - - - - 3 DPES 100 200 230 250 250 1 030 3 Acquis 100 200 230 250 250 1 030 3 BCI 100 200 230 250 250 1 030Industrie 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 1 407 1 557 1 557 1 367 992 6 880 1 Acquis 1 407 1 557 1 557 1 367 992 6 880 1 BCI 240 390 390 200 200 1 420Artisanat 1 FCT 792 792 792 792 792 3 960 1 PTF 375 375 375 375 - 1 500 1 Gap - - - - - - 2 DPES 80 80 80 - - 240 2 Acquis 80 80 80 - - 240 2 BCI 80 80 80 - - 240Artisanat 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 200 500 500 - - 1 200 3 Acquis 200 500 500 - - 1 200 3 BCI 200 500 500 - - 1 200Artisanat 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 103 2 603 3 103 3 110 2 745 11 664 1 Acquis 103 2 603 3 103 3 110 2 745 11 664 1 BCI 103 103 103 110 110 529Tourisme 1 FCT - - - - - - 1 PTF - 2 500 3 000 3 000 2 635 11 135 1 Gap - - - - - - 2 DPES 321 236 236 260 260 1 313 2 Acquis 321 236 236 260 260 1 313 2 BCI 321 236 236 260 260 1 313Tourisme 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - -Tourisme 3 DPES 64 83 68 88 88 391 Annexe - page W
  • 94. Sous-secteurs ou Code Financement 2011 2012 2013 2014 2015 Total domaines Priorité 3 Acquis 64 83 68 88 88 391 3 BCI 56 75 60 80 80 351 3 FCT 8 8 8 8 8 40 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 2 DPES 1 443 973 637 - - 3 053 2 Acquis 1 443 973 637 - - 3 053 2 BCI 693 973 637 - - 2 303Culture 2 FCT - - - - - - 2 PTF 750 - - - - 750 2 Gap - - - - - - 3 DPES 627 618 650 - - 1 895 3 Acquis 627 618 650 - - 1 895 3 BCI 627 618 650 - - 1 895Culture 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 3 100 4 200 4 400 1 600 1 600 14 900 1 Acquis 3 100 4 200 4 400 1 600 1 600 14 900 1 BCI 2 100 4 200 4 400 1 600 1 600 13 900Sports 1 FCT - - - - - - 1 PTF 1 000 - - - - 1 000 1 Gap - - - - - - 1 DPES 180 200 200 200 200 980 1 Acquis 180 200 200 200 200 980 1 BCI 180 200 200 200 200 980Commerce 1 FCT - - - - - - 1 PTF - - - - - - 1 Gap - - - - - - 2 DPES 500 550 600 600 650 2 900 2 Acquis 500 550 600 600 650 2 900 2 BCI 500 550 600 600 650 2 900Commerce 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 1 575 1 785 820 890 960 6 030 3 Acquis 1 575 1 785 820 890 960 6 030 3 BCI 560 770 720 790 860 3 700Commerce 3 FCT - - - - - - 3 PTF 1 015 1 015 100 100 100 2 330 3 Gap - - - - - - 1 DPES 2 496 5 394 5 423 4 923 1 700 19 936 1 Acquis 2 496 5 394 5 423 4 923 1 700 19 936 1 BCI 596 400 375 250 400 2 021Services de transport 1 FCT - - - - - - 1 PTF 1 900 4 994 5 048 4 673 1 300 17 915 1 Gap - - - - - - 2 DPES 14 000 14 535 7 100 6 350 6 350 48 335 2 Acquis 14 000 14 535 7 100 6 350 6 350 48 335 2 BCI 2 700 3 235 2 800 2 050 2 050 12 835Services de transport 2 FCT 4 300 4 300 4 300 4 300 4 300 21 500 2 PTF 7 000 7 000 - - - 14 000 2 Gap - - - - - - 3 DPES 755 910 910 910 910 4 395 3 Acquis 755 910 910 910 910 4 395Services de transport 3 BCI 755 910 910 910 910 4 395 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - Annexe - page X
  • 95. Sous-secteurs ou Code Financement 2011 2012 2013 2014 2015 Total domaines Priorité 3 Gap - - - - - - 1 DPES 52 567 75 638 61 781 67 443 63 499 320 928 1 Acquis 52 567 75 638 61 781 67 443 63 499 320 928 1 BCI 18 946 30 094 30 648 28 660 28 660 137 008Education et formation 1 FCT - - - - - - 1 PTF 33 621 45 544 31 133 38 783 34 839 183 920 1 Gap - - - - - - 2 DPES 16 816 17 492 11 203 10 720 10 720 66 951 2 Acquis 16 816 17 492 11 203 10 720 10 720 66 951 2 BCI 9 747 10 887 6 993 5 720 5 720 39 067Education et formation 2 FCT - - - - - - 2 PTF 7 069 6 605 4 210 5 000 5 000 27 884 2 Gap - - - - - - 3 DPES 3 954 5 325 2 424 1 899 1 899 15 501 3 Acquis 3 954 5 325 2 424 1 899 1 899 15 501 3 BCI 1 905 3 276 375 350 350 6 256Education et formation 3 FCT 1 549 1 549 - 1 549 1 549 6 196 3 PTF 500 500 2 049 - - 3 049 3 Gap - - - - - - 1 DPES 56 645 61 680 58 964 63 112 63 377 303 778 1 Acquis 56 645 61 680 58 964 63 112 63 377 303 778 1 BCI 15 617 16 056 16 050 16 251 14 346 78 320Santé et Nutrition 1 FCT 3 605 3 605 3 605 3 605 3 605 18 025 1 PTF 37 423 42 019 39 309 43 256 45 426 207 433 1 Gap - - - - - - 3 DPES 680 1 585 150 150 150 2 715 3 Acquis 680 1 585 150 150 150 2 715 3 BCI 180 210 150 150 150 840Santé et Nutrition 3 FCT - - - - - - 3 PTF 500 1 375 - - - 1 875 3 Gap - - - - - - 1 DPES 49 890 58 448 69 107 24 406 17 421 219 272 1 Acquis 49 890 58 448 69 107 24 406 17 421 219 272Eau Potable et 1 BCI 16 398 14 828 15 045 6 651 6 651 59 573Assainissement (EPA) 1 FCT - 50 - - - 50 1 PTF 33 492 43 570 54 062 17 755 10 770 159 649 1 Gap - - - - - - 2 DPES 22 510 20 854 20 934 20 400 10 400 95 098 2 Acquis 22 510 20 854 20 934 20 400 10 400 95 098Eau Potable et 2 BCI 2 510 854 934 400 400 5 098Assainissement (EPA) 2 FCT 10 000 10 000 10 000 10 000 10 000 50 000 2 PTF 10 000 10 000 10 000 10 000 - 40 000 2 Gap - - - - - - 3 DPES 75 125 150 150 - 500 3 Acquis 75 125 150 150 - 500Eau Potable et 3 BCI 75 125 150 150 - 500Assainissement (EPA) 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 21 350 23 475 26 375 21 100 24 100 116 400 1 Acquis 21 350 23 475 26 375 21 100 24 100 116 400 1 BCI 9 350 8 475 9 375 2 100 2 100 31 400Habitat et Cadre de vie 1 FCT 12 000 12 000 12 000 12 000 12 000 60 000 1 PTF - 3 000 5 000 7 000 10 000 25 000 1 Gap - - - - - - 2 DPES 850 875 875 650 650 3 900Habitat et Cadre de vie 2 Acquis 850 875 875 650 650 3 900 2 BCI 850 875 875 650 650 3 900 Annexe - page Y
  • 96. Sous-secteurs ou Code Financement 2011 2012 2013 2014 2015 Total domaines Priorité 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 5 680 8 736 6 450 200 200 21 266 3 Acquis 5 680 8 736 6 450 200 200 21 266 3 BCI 5 680 8 736 6 450 200 200 21 266 Habitat et Cadre de vie 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 24 531 29 863 24 269 25 475 26 741 130 879 Environnement et 1 Acquis 24 531 29 863 24 269 25 475 26 741 130 879Gestion des 1 BCI 5 631 13 339 7 996 8 393 8 810 44 170Ressources Naturelles 1 FCT - 30 - - - 30(EGRN) 1 PTF 18 900 16 494 16 273 17 082 17 931 86 679 1 Gap - - - - - - 3 DPES 1 866 1 938 1 923 2 312 2 428 10 467 Environnement et 3 Acquis 1 866 1 938 1 923 2 312 2 428 10 467Gestion des 3 BCI 1 013 1 085 1 047 1 228 1 289 5 662Ressources Naturelles 3 FCT - - - - - -(EGRN) 3 PTF 853 853 876 1 085 1 139 4 806 3 Gap - - - - - - 1 DPES 7 764 8 866 5 537 5 788 4 630 32 585 1 Acquis 7 764 8 866 5 537 5 788 4 630 32 585 1 BCI 2 392 2 393 2 508 2 732 3 100 13 125 Protection sociale 1 FCT 490 490 490 490 490 2 450 1 PTF 4 882 5 983 2 539 2 566 1 040 17 010 1 Gap - - - - - - 2 DPES 1 292 1 292 1 392 1 400 1 450 6 826 2 Acquis 1 292 1 292 1 392 1 400 1 450 6 826 2 BCI 442 442 542 550 600 2 576 Protection sociale 2 FCT 850 850 850 850 850 4 250 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 1 DPES 65 85 85 85 85 405 1 Acquis 65 85 85 85 85 405 1 BCI 45 45 45 45 45 225 Genre et Equité 1 FCT - - - - - - 1 PTF 20 40 40 40 40 180 1 Gap - - - - - - 3 DPES 388 355 355 355 400 1 853 3 Acquis 388 355 355 355 400 1 853 3 BCI 355 355 355 355 400 1 820 Genre et Equité 3 FCT - - - - - - 3 PTF 33 - - - - 33 3 Gap - - - - - - 1 DPES 25 750 2 366 2 316 2 316 7 773 1 Acquis 25 750 2 366 2 316 2 316 7 773 1 BCI 25 50 50 - - 125 Emploi 1 FCT - - - - - - 1 PTF - 700 2 316 2 316 2 316 7 648 1 Gap - - - - - - 2 DPES 490 460 370 370 370 2 060 2 Acquis 490 460 370 370 370 2 060 2 BCI 420 400 370 300 370 1 860 Emploi 2 FCT - - - - - - 2 PTF 70 60 - 70 - 200 2 Gap - - - - - - Emploi 3 DPES 944 560 620 170 170 2 464 Annexe - page Z
  • 97. Sous-secteurs ou Code Financement 2011 2012 2013 2014 2015 Total domaines Priorité 3 Acquis 944 560 620 170 170 2 464 3 BCI 544 560 620 170 170 2 064 3 FCT - - - - - - 3 PTF 400 - - - - 400 3 Gap - - - - - - 2 DPES 748 750 750 1 050 1 189 4 487 2 Acquis 748 750 750 1 050 1 189 4 487 2 BCI 350 350 350 350 350 1 750 Jeunesse 2 FCT - - - - - - 2 PTF 398 400 400 700 839 2 737 2 Gap - - - - - - 1 DPES 549 1 500 1 500 1 500 1 500 6 549 1 Acquis 549 1 500 1 500 1 500 1 500 6 549 Réduction des 1 BCI 549 1 500 1 500 1 500 1 500 6 549Risques de 1 FCT - - - - - -Catastrophes (RRC) 1 PTF - - - - - - 1 Gap - - - - - - 2 DPES 414 500 500 500 500 2 414 2 Acquis 414 500 500 500 500 2 414 Réduction des 2 BCI 414 500 500 500 500 2 414Risques de 2 FCT - - - - - -Catastrophes (RRC) 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 1 DPES 2 000 3 500 3 500 - - 9 000 1 Acquis 2 000 3 500 3 500 - - 9 000 Administration 1 BCI 2 000 3 500 3 500 - - 9 000publique et Réforme de 1 FCT - - - - - -l’Etat 1 PTF - - - - - - 1 Gap - - - - - - 2 DPES 4 202 5 100 4 800 4 600 4 600 23 302 2 Acquis 4 202 5 100 4 800 4 600 4 600 23 302 Administration 2 BCI 4 202 5 100 4 800 4 600 4 600 23 302publique et Réforme de 2 FCT - - - - - -l’Etat 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 8 737 6 502 4 819 3 052 3 147 26 257 3 Acquis 8 737 6 502 4 819 3 052 3 147 26 257 Administration 3 BCI 5 262 2 977 2 989 3 052 3 147 17 427publique et Réforme de 3 FCT - - - - - -l’Etat 3 PTF 3 475 3 525 1 830 - - 8 830 3 Gap - - - - - - 1 DPES 660 700 700 660 660 3 380 1 Acquis 660 700 700 660 660 3 380 Gouvernance 1 BCI 660 700 700 660 660 3 380économique et 1 FCT - - - - - -financière 1 PTF - - - - - - 1 Gap - - - - - - 2 DPES 550 550 550 550 450 2 650 2 Acquis 550 550 550 550 450 2 650 Gouvernance 2 BCI 550 550 550 550 450 2 650économique et 2 FCT - - - - - -financière 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 14 157 15 316 19 244 12 564 9 501 70 782 Gouvernance 3 Acquis 14 157 15 316 19 244 12 564 9 501 70 782économique et 3 BCI 11 006 11 815 13 421 8 448 6 885 51 575financière 3 FCT 1 481 1 481 3 053 1 481 1 481 8 977 3 PTF 1 670 2 020 2 770 2 635 1 135 10 230 Annexe - page AA
  • 98. Sous-secteurs ou Code Financement 2011 2012 2013 2014 2015 Total domaines Priorité 3 Gap - - - - - - 1 DPES 2 334 4 023 4 359 2 859 2 359 15 934 1 Acquis 2 334 4 023 4 359 2 859 2 359 15 934 1 BCI 1 075 2 764 3 100 1 600 1 100 9 639Justice 1 FCT 259 259 259 259 259 1 295 1 PTF 1 000 1 000 1 000 1 000 1 000 5 000 1 Gap - - - - - - 2 DPES 75 1 100 900 700 1 500 4 275 2 Acquis 75 1 100 900 700 1 500 4 275 2 BCI 75 1 100 900 700 1 500 4 275Justice 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - 3 DPES 100 100 100 100 100 500 3 Acquis 100 100 100 100 100 500 3 BCI 100 100 100 100 100 500Justice 3 FCT - - - - - - 3 PTF - - - - - - 3 Gap - - - - - - 1 DPES 50 780 50 845 51 636 33 067 33 367 219 695 1 Acquis 50 780 50 845 51 636 33 067 33 367 219 695 1 BCI 18 960 16 200 16 200 12 500 12 500 76 360Décentralisation 1 FCT 16 867 16 867 16 867 16 867 16 867 84 335 1 PTF 14 953 17 778 18 569 3 700 4 000 59 000 1 Gap - - - - - - 3 DPES 690 690 690 - - 2 070 3 Acquis 690 690 690 - - 2 070 3 BCI 340 440 440 - - 1 220Décentralisation 3 FCT - - - - - - 3 PTF 350 250 250 - - 850 3 Gap - - - - - - 2 DPES 750 750 750 750 750 3 750 2 Acquis 750 750 750 750 750 3 750 2 BCI 750 750 750 750 750 3 750Parlement 2 FCT - - - - - - 2 PTF - - - - - - 2 Gap - - - - - - Annexe - page BB
  • 99. Annexe 8: Financement (en millions FCFA) du scénario pessimiste du PAP/DPES par sous-secteurs et domaines. Code Sous-secteurs ou domaines Financement 2011 2012 2013 2014 2015 Total Priorité 1 DPES 98 059 134 134 131 300 96 406 68 756 528 655 1 Acquis 98 059 134 134 131 300 96 406 68 756 528 655 1 BCI 6 737 13 835 14 028 9 501 8 180 52 281 Energie 1 FCT 41 000 39 460 40 200 31 735 29 746 182 141 1 PTF 50 322 80 839 77 072 55 170 30 830 294 233 1 Gap - - - - - - 253 460 300 126 108 1 249 1 DPES 329 085 453 969 412 248 253 460 300 126 108 1 249 1 Acquis 329 085 453 969 412 248 Infrastructures de transport 1 BCI 211 093 215 812 130 401 54 280 49 017 660 603 1 FCT - - - - - - 244 170 1 PTF 42 236 273 052 72 689 59 395 588 645 1 Gap - - - - - - 1 DPES 1 160 5 991 6 010 5 813 10 562 29 536 1 Acquis 1 160 5 991 6 010 5 813 10 562 29 536 1 BCI 960 991 1 010 813 762 4 536 TIC et Communication 1 FCT - - - - - - 1 PTF 200 5 000 5 000 5 000 9 800 25 000 1 Gap - - - - - - 1 DPES 3 005 3 537 2 162 391 366 9 461 1 Acquis 3 005 3 537 2 162 391 366 9 461 Recherche, Développement 1 BCI 771 804 662 391 366 2 994 et Innovation 1 FCT - - - - - - 1 PTF 2 234 2 733 1 500 - - 6 467 1 Gap - - - - - - 1 DPES 1 325 1 996 1 400 1 400 - 6 121 1 Acquis 1 325 1 996 1 400 1 400 - 6 121 1 BCI 25 139 - - - 164 Microfinance 1 FCT - - - - - - 1 PTF 1 300 1 857 1 400 1 400 - 5 957 1 Gap - - - - - - 1 DPES 5 200 2 885 3 392 1 310 290 13 077 1 Acquis 5 200 2 885 3 392 1 310 290 13 077 1 BCI 500 385 392 310 290 1 877 Secteur privé 1 FCT - - - - - - 1 PTF 4 700 2 500 3 000 1 000 - 11 200 1 Gap - - - - - - 1 DPES 1 310 1 323 1 348 1 142 955 6 078 1 Acquis 1 310 1 323 1 348 1 142 955 6 078 1 BCI 1 310 1 323 1 348 1 142 955 6 078 Entreprenariat 1 FCT - - - - - - 1 PTF - - - - - - 1 Gap - - - - - - 1 DPES 1 099 1 073 1 095 541 362 4 170 PME 1 Acquis 1 099 1 073 1 095 541 362 4 170 Annexe - page CC
  • 100. CodeSous-secteurs ou domaines Financement 2011 2012 2013 2014 2015 Total Priorité 1 BCI 100 193 196 155 - 644 1 FCT 499 480 489 386 362 2 216 1 PTF 500 400 410 - - 1 310 1 Gap - - - - - - 1 DPES 4 721 4 717 4 316 4 291 4 285 22 330 1 Acquis 4 721 4 717 4 316 4 291 4 285 22 330 1 BCI 45 43 44 35 33 200Intégration régionale 1 FCT 75 72 74 58 54 333 1 PTF 4 601 4 602 4 198 4 198 4 198 21 797 1 Gap - - - - - - 1 DPES 300 481 490 387 363 2 021 1 Acquis 300 481 490 387 363 2 021Migration internationale et 1 BCI 300 481 490 387 363 2 021SE 1 FCT - - - - - - 1 PTF - - - - - - 1 Gap - - - - - - 1 DPES 6 050 6 110 6 138 5 877 5 797 29 972 1 Acquis 6 050 6 110 6 138 5 877 5 797 29 972 1 BCI 1 250 1 251 1 274 1 122 1 052 5 949Sécurité alimentaire 1 FCT 200 259 264 155 145 1 023 1 PTF 4 600 4 600 4 600 4 600 4 600 23 000 1 Gap - - - - - - 1 DPES 70 405 89 539 92 601 48 562 38 287 339 394 1 Acquis 70 405 89 539 92 601 48 562 38 287 339 394 1 BCI 33 736 37 894 38 957 30 211 26 996 167 794Agriculture 1 FCT 98 94 96 76 71 435 1 PTF 36 571 51 551 53 548 18 275 11 220 171 165 1 Gap - - - - - - 1 DPES 6 307 9 076 10 388 7 128 5 565 38 464 1 Acquis 6 307 9 076 10 388 7 128 5 565 38 464 1 BCI 4 243 5 979 6 804 5 128 4 555 26 709Elevage 1 FCT - - - - - - 1 PTF 2 064 3 097 3 584 2 000 1 010 11 755 1 Gap - - - - - - 1 DPES 8 038 9 691 12 556 11 912 5 953 48 150 1 Acquis 8 038 9 691 12 556 11 912 5 953 48 150 1 BCI 1 338 2 991 3 490 2 812 2 853 13 484 1 FCT - - - - - - 1 PTF 6 700 6 700 9 066 9 100 3 100 34 666Pêche et aquaculture 1 Gap - - - - - - 1 DPES 6 420 12 011 11 530 5 803 3 276 39 040 1 Acquis 6 420 12 011 11 530 5 803 3 276 39 040 1 BCI 1 820 2 522 2 030 828 776 7 976Hydraulique agricole 1 FCT - - - - - - 1 PTF 4 600 9 489 9 500 4 975 2 500 31 064 1 Gap - - - - - -Transformation 1 DPES 200 2 885 4 392 5 310 5 290 18 077 Annexe - page DD
  • 101. CodeSous-secteurs ou domaines Financement 2011 2012 2013 2014 2015 Total Prioritéagroalimentaire 1 Acquis 200 2 885 4 392 5 310 5 290 18 077 1 BCI 200 385 392 310 290 1 577 1 FCT - - - - - - 1 PTF - 2 500 4 000 5 000 5 000 16 500 1 Gap - - - - - - 1 DPES 2 916 3 498 5 568 3 245 3 104 18 331 1 Acquis 2 916 3 498 5 568 3 245 3 104 18 331 1 BCI 963 1 107 2 843 2 245 2 104 9 262Industrie 1 FCT - - - - - - 1 PTF 1 953 2 391 2 725 1 000 1 000 9 069 1 Gap - - - - - - 1 DPES 1 407 1 512 1 534 1 143 720 6 316 1 Acquis 1 407 1 512 1 534 1 143 720 6 316 1 BCI 240 375 382 155 145 1 297Artisanat 1 FCT 792 762 777 613 575 3 519 1 PTF 375 375 375 375 - 1 500 1 Gap - - - - - - 1 DPES 103 2 599 3 101 3 085 2 715 11 603 1 Acquis 103 2 599 3 101 3 085 2 715 11 603 1 BCI 103 99 101 85 80 468Tourisme 1 FCT - - - - - - 1 PTF - 2 500 3 000 3 000 2 635 11 135 1 Gap - - - - - - 1 DPES 3 100 4 042 4 314 1 238 1 161 13 855 1 Acquis 3 100 4 042 4 314 1 238 1 161 13 855 1 BCI 2 100 4 042 4 314 1 238 1 161 12 855Sports 1 FCT - - - - - - 1 PTF 1 000 - - - - 1 000 1 Gap - - - - - - 1 DPES 180 192 196 155 145 868 1 Acquis 180 192 196 155 145 868 1 BCI 180 192 196 155 145 868Commerce 1 FCT - - - - - - 1 PTF - - - - - - 1 Gap - - - - - - 1 DPES 2 496 5 379 5 416 4 867 1 590 19 748 1 Acquis 2 496 5 379 5 416 4 867 1 590 19 748 1 BCI 596 385 368 194 290 1 833Services de transport 1 FCT - - - - - - 1 PTF 1 900 4 994 5 048 4 673 1 300 17 915 1 Gap - - - - - - 1 DPES 52 567 74 507 61 183 60 966 55 632 304 855 1 Acquis 52 567 74 507 61 183 60 966 55 632 304 855 1 BCI 18 946 28 963 30 050 22 183 20 793 120 935Education et formation 1 FCT - - - - - - 1 PTF 33 621 45 544 31 133 38 783 34 839 183 920 1 Gap - - - - - - Annexe - page EE
  • 102. CodeSous-secteurs ou domaines Financement 2011 2012 2013 2014 2015 Total Priorité 1 DPES 56 645 59 016 56 620 57 076 58 449 287 806 1 Acquis 56 645 59 016 56 620 57 076 58 449 287 806 1 BCI 15 617 13 528 13 776 11 030 10 408 64 359Santé et nutrition 1 FCT 3 605 3 469 3 535 2 790 2 615 16 014 1 PTF 37 423 42 019 39 309 43 256 45 426 207 433 1 Gap - - - - - - 1 DPES 49 890 57 341 66 073 19 266 13 483 206 053 1 Acquis 49 890 57 341 66 073 19 266 13 483 206 053Eau Potable et 1 BCI 16 398 14 271 14 261 4 761 4 463 54 154Assainissement (EPA) 1 FCT - - - - - - 1 PTF 33 492 43 070 51 812 14 505 9 020 151 899 1 Gap - - - - - - 1 DPES 21 350 22 706 25 958 17 913 20 230 108 157 1 Acquis 21 350 22 706 25 958 17 913 20 230 108 157 1 BCI 9 350 8 157 9 192 1 625 1 524 29 848Habitat et Cadre de vie 1 FCT 12 000 11 549 11 766 9 288 8 706 53 309 1 PTF - 3 000 5 000 7 000 10 000 25 000 1 Gap - - - - - - 1 DPES 24 531 29 361 24 113 23 578 24 323 125 906 1 Acquis 24 531 29 361 24 113 23 578 24 323 125 906 Environnement et Gestion 1 BCI 5 631 12 838 7 840 6 496 6 392 39 198des Ressources Naturelles(EGRN) 1 FCT - 29 - - - 29 1 PTF 18 900 16 494 16 273 17 082 17 931 86 679 1 Gap - - - - - - 1 DPES 7 764 8 758 5 478 5 060 3 644 30 704 1 Acquis 7 764 8 758 5 478 5 060 3 644 30 704 1 BCI 2 392 2 303 2 459 2 115 2 249 11 518Protection sociale 1 FCT 490 472 480 379 355 2 176 1 PTF 4 882 5 983 2 539 2 566 1 040 17 010 1 Gap - - - - - - 1 DPES 65 83 84 75 73 380 1 Acquis 65 83 84 75 73 380 1 BCI 45 43 44 35 33 200Genre et Equité 1 FCT - - - - - - 1 PTF 20 40 40 40 40 180 1 Gap - - - - - - 1 DPES 25 748 2 365 2 316 2 316 7 770 1 Acquis 25 748 2 365 2 316 2 316 7 770 1 BCI 25 48 49 - - 122Emploi 1 FCT - - - - - - 1 PTF - 700 2 316 2 316 2 316 7 648 1 Gap - - - - - - 1 DPES 549 1 444 1 471 1 161 1 088 5 713 1 Acquis 549 1 444 1 471 1 161 1 088 5 713Réduction des Risques deCatastrophes (RRC) 1 BCI 549 1 444 1 471 1 161 1 088 5 713 1 FCT - - - - - - 1 PTF - - - - - - Annexe - page FF
  • 103. Code Sous-secteurs ou domaines Financement 2011 2012 2013 2014 2015 Total Priorité 1 Gap - - - - - - 1 DPES 2 000 3 368 3 432 - - 8 800 1 Acquis 2 000 3 368 3 432 - - 8 800 Administration publique et 1 BCI 2 000 3 368 3 432 - - 8 800 Réforme de l’Etat 1 FCT - - - - - - 1 PTF - - - - - - 1 Gap - - - - - - 1 DPES 660 674 686 511 479 3 010 1 Acquis 660 674 686 511 479 3 010 Gouvernance économique 1 BCI 660 674 686 511 479 3 010 et financière 1 FCT - - - - - - 1 PTF - - - - - - 1 Gap - - - - - - 1 DPES 2 334 2 789 2 823 2 438 1 986 12 370 1 Acquis 2 334 2 789 2 823 2 438 1 986 12 370 1 BCI 1 075 1 540 1 569 1 238 798 6 220 Justice 1 FCT 259 249 254 200 188 1 150 1 PTF 1 000 1 000 1 000 1 000 1 000 5 000 1 Gap - - - - - - 1 DPES 50 780 49 602 50 991 26 430 25 306 203 109 1 Acquis 50 780 49 602 50 991 26 430 25 306 203 109 1 BCI 18 960 15 591 15 884 9 675 9 069 69 179 Décentralisation 1 FCT 16 867 16 233 16 538 13 055 12 237 74 930 1 PTF 14 953 17 778 18 569 3 700 4 000 59 000 1 Gap - - - - - -Annexe 9: Projection du Produit Intérieur Brut par branche d’activité selon le scénario tendanciel. 2 010 2 011 2 012 2 013 2 014 2 015 Variation en %( croissance en volume) Secteur primaire 5,0% 4,5% 3,5% 4,7% 4,6% 4,5% 010 020 agriculture 5,1% 3,4% 3,2% 4,4% 4,5% 4,7% 010 agriculture vivrière -2,5% 3,4% 3,6% 4,5% 4,6% 4,6% 020 agriculture industrielle ou dexportation 21,6% 3,4% 2,4% 4,2% 4,4% 4,9% 030 élevage et chasse 6,6% 7,3% 4,1% 6,5% 4,5% 4,5% 040 sylviculture, exploitation forestière, 5,4% 3,0% 3,3% 3,0% 3,2% 3,5% 050 pêche -0,5% 3,7% 3,8% 1,5% 5,6% 4,0% Secteur secondaire 5,5% 5,0% 6,4% 7,5% 7,9% 8,2% 060 activités extractives 5,0% 16,4% 10,0% 9,2% 8,0% 7,4% 080 fabrication de corps gras alimentaires 9,4% 4,0% 3,5% 4,0% 4,0% 4,0% 999 autres industries 5,5% 5,4% 6,0% 6,8% 7,1% 7,1% 070 Transformation et conservation de viande, poisson 2,6% 3,0% 4,0% 4,0% 4,2% 3,0% 090 travail de grains, fabrication de produits 0,0% 16,4% 3,6% 3,5% 6,6% 7,5% 100 Fabrication de produits alimentaires céréaliers 1,3% 7,3% 4,4% 4,3% 4,1% 4,0% 110 fabrication de sucre, transformation 8,1% -3,7% 8,9% 8,0% 4,6% 4,6% 120 fabrication de produits alimentaires n.c.a 6,7% 15,4% 0,5% 1,2% 2,7% 1,2% 130 fabrication de boissons 6,0% -3,4% 1,5% 2,0% 2,5% 3,0% Annexe - page GG
  • 104. 2 010 2 011 2 012 2 013 2 014 2 015 140 fabrication de produits à base de tabac 2,5% 6,3% 4,0% 4,0% 4,5% 5,0% 150 égrenage de coton et fabrication des textiles 0,2% 11,5% 4,7% 5,0% 5,7% 4,1% 160 fabrication du cuir; fabrication 5,0% -15,1% -2,7% 2,5% 2,5% 2,5% 170 travail du bois et fabrication darticles 7,2% 16,3% 6,2% 6,5% 6,5% 7,0% 180 fabrication de papier, carton, 1,4% 4,5% 3,5% 4,9% 4,7% 5,0% 190 raffinage pétrole, cokéfaction, -8,1% 20,1% 10,0% 9,1% 9,3% 10,0% 200 fabrication de produits chimiques 12,4% -1,2% 9,5% 14,3% 12,8% 12,2% 210 fabrication de produits en caoutchouc -2,0% 6,2% 2,7% 2,5% 3,0% 1,7% 220 fabrication de verre, poterie 20,2% 16,6% 17,0% 17,5% 18,0% 18,5% 230 métallurgie, fonderie, fabrication 6,7% -3,5% 5,0% 4,5% 4,0% 6,0% 240 fabrication de machines 6,7% 4,3% 3,8% 4,0% 3,9% 4,0% 250 fabrication déquipements, dappareils 260 construction de matériels de transports 5,6% 6,0% 5,6% 4,6% 3,0% 3,0% 270 fabrication de mobilier, fabrication n.c.a., 4,5% -3,7% 1,9% 1,2% 1,3% 2,3% 280 électricité, gaz et eau 8,0% -3,0% 8,0% 11,5% 13,0% 14,5% 290 construction 4,1% 5,4% 5,6% 7,0% 7,5% 8,0%Secteur tertiaire 3,7% 3,8% 4,3% 4,7% 4,9% 5,3% 300 commerce 0,7% 1,5% 5,0% 5,3% 5,5% 5,6% 330 340 transports, postes et télécommunications 7,7% 5,3% 4,8% 5,5% 5,8% 6,6% 330 transports 5,4% 9,8% 7,0% 7,0% 8,0% 8,0% 340 postes et télécommunications 8,5% 3,8% 4,0% 5,0% 5,0% 6,0% 390 éducation et formation 3,0% 5,0% 4,0% 4,0% 4,0% 4,0% 400 activités de sante et action sociale 1,9% 5,3% 2,3% 2,5% 2,5% 2,5% 999 Autres services 3,8% 4,5% 3,4% 3,5% 3,9% 4,5% 310 services de la réparation 1,0% 4,4% 4,5% 5,0% 5,0% 5,0% 320 services dhébergement et restauration 4,6% 15,0% 3,0% 4,0% 5,0% 5,5% 350 services financiers 5,7% 8,5% 5,0% 5,0% 6,0% 8,1% 360 activités immobilières 2,9% 2,1% 3,0% 3,0% 4,0% 4,0% 370 activités des services aux entreprises 5,8% 5,6% 3,5% 3,5% 3,5% 4,5% 410 activités à caractère collectif ou personnel 2,6% 2,7% 3,0% 3,0% 3,0% 3,0% 420 Services dintermédiation financière i. m. 6,9% 8,5% 5,0% 5,0% 6,0% 8,1%380 Activités dadministration publique 3,2% 2,7% 2,0% 2,0% 2,5% 2,5%Taxes nettes sur biens et services 2,7% 3,3% 3,0% 3,0% 3,0% 3,0%PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux prix du marché) 4,1% 4,0% 4,4% 4,9% 5,2% 5,5%PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux coûts des facteurs) 4,3% 4,1% 4,5% 5,2% 5,5% 5,8%PRODUIT INTERIEUR BRUT non agricole (aux prix du marché) 4,0% 4,1% 4,5% 5,0% 5,3% 5,5%Production de biens et services 5,0% 4,8% 4,9% 5,6% 6,0% 6,4%Importations de biens et services -5,9% -5,8% 5,0% 4,0% 4,0% 4,0%Taxes nettes sur les produits 2,7% 3,3% 3,0% 3,0% 3,0% 3,0%TOTAL DES RESSOURCES 3,1% 3,1% 4,8% 5,2% 5,6% 5,9%Consommations intermédiaires 5,9% 5,5% 5,3% 6,0% 6,6% 7,0%Consommation finale 2,3% 2,7% 3,0% 3,3% 3,4% 3,4% publique 3,1% 2,7% 2,0% 2,0% 2,5% 2,5% privée 2,2% 2,7% 3,2% 3,5% 3,5% 3,5%Formation brute de capital fixe 1,5% 5,5% 5,2% 5,2% 5,4% 6,2% publique 9,1% 7,7% 7,0% 6,0% 6,0% 6,5% privée -1,4% 4,5% 4,5% 4,9% 5,1% 6,0%Exportations de biens et services 2,8% 3,7% 4,0% 4,0% 4,5% 4,5%TOTAL DES EMPLOIS 3,1% 3,1% 4,8% 5,2% 5,6% 5,9%LE PRODUIT INTERIEUR BRUT PAR BRANCHE DACTIVITEEn milliards de francs CFA aux prix courants Annexe - page HH
  • 105. 2 010 2 011 2 012 2 013 2 014 2 015Secteur primaire 970,2 1 041,9 1 103,6 1 176,3 1 255,6 1 343,5 010 020 agriculture 532,7 557,9 587,7 623,4 662,1 707,0 010 agriculture vivrière 369,4 386,5 408,6 433,8 461,1 492,0 020 agriculture industrielle ou dexportation 163,3 171,4 179,0 189,6 201,1 215,0 030 élevage et chasse 262,3 291,5 309,5 336,2 358,3 381,9 040 sylviculture, exploitation forestière, 69,5 72,3 75,4 78,5 81,8 85,5 050 pêche 105,7 120,2 131,0 138,3 153,4 169,1Secteur secondaire 1 321,1 1 443,4 1 589,1 1 762,4 1 962,8 2 190,7 060 activités extractives 123,5 154,1 174,5 196,4 218,6 239,4 080 fabrication de corps gras alimentaires 9,0 9,9 10,6 11,3 12,0 12,7 999 autres industries 772,5 837,8 907,1 987,8 1 079,4 1 180,6 070 Transformation et conservation de viande, poisson 145,1 150,9 160,1 169,8 180,5 189,6 090 travail de grains, fabrication de produits 30,6 37,9 40,9 43,1 46,9 51,4 100 Fabrication de produits alimentaires céréaliers 31,9 38,5 41,0 43,6 46,3 49,1 110 fabrication de sucre, transformation 23,1 22,4 24,8 27,4 29,2 31,1 120 fabrication de produits alimentaires n.c.a 33,7 41,0 42,5 43,8 45,9 47,4 130 fabrication de boissons 24,1 25,0 25,8 26,9 28,1 29,5 140 fabrication de produits à base de tabac 12,1 13,1 13,9 14,7 15,7 16,8 150 égrenage de coton et fabrication des textiles 67,3 70,0 74,8 80,1 86,3 91,6 160 fabrication du cuir; fabrication 8,5 7,0 6,6 6,6 6,8 6,9 170 travail du bois et fabrication darticles 35,9 42,6 46,2 50,2 54,4 59,1 180 fabrication de papier, carton, 39,1 43,0 45,4 48,6 51,9 55,6 190 raffinage pétrole, cokéfaction, 14,9 21,1 25,0 28,7 32,9 38,0 200 fabrication de produits chimiques 82,6 87,5 97,8 114,0 131,1 150,1 210 fabrication de produits en caoutchouc 22,8 22,9 23,7 24,4 25,2 25,8 220 fabrication de verre, poterie 76,0 89,1 106,3 127,4 153,4 185,4 230 métallurgie, fonderie, fabrication 40,9 43,5 46,6 49,6 52,6 56,9 240 fabrication de machines 4,7 4,9 5,2 5,5 5,8 6,1 250 fabrication déquipements, dappareils 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 260 construction de matériels de transports 5,5 6,0 6,4 6,9 7,2 7,6 270 fabrication de mobilier, fabrication n.c.a., 73,8 71,3 74,0 76,4 79,0 82,4 280 électricité, gaz et eau 170,7 173,8 202,7 239,6 287,0 345,1 290 construction 245,6 267,8 294,1 327,3 365,9 413,0Secteur tertiaire 2 887,2 3 064,3 3 273,1 3 490,9 3 733,0 3 989,5 300 commerce 988,9 1 039,1 1 124,2 1 207,8 1 300,2 1 401,0 330 340 transports, postes et télécommunications 646,5 696,1 740,5 796,8 858,8 917,7 330 transports 227,9 257,7 284,6 322,9 366,1 395,4 340 postes et télécommunications 418,6 438,4 456,0 474,0 492,7 522,3 390 éducation et formation 239,8 259,8 275,3 291,7 309,2 327,6 400 activités de sante et action sociale 88,3 94,7 98,7 103,1 107,7 112,1 999 Autres services 923,8 974,6 1 034,3 1 091,5 1 157,1 1 231,1 310 services de la réparation 55,0 59,7 63,6 68,2 73,0 78,2 320 services dhébergement et restauration 46,4 54,0 56,7 60,2 64,4 69,3 350 services financiers 195,5 205,3 219,9 235,5 254,7 280,8 360 activités immobilières 357,7 359,5 381,4 400,7 425,1 450,9 370 activités des services aux entreprises 298,3 325,1 346,6 365,9 386,3 410,8 410 activités à caractère collectif ou personnel 114,0 121,2 128,6 135,1 142,0 148,5 420 Services dintermédiation financière i. m. -143,2 -150,4 -162,6 -174,2 -188,3 -207,4380 Activités dadministration publique 396,8 421,8 443,1 465,5 486,7 508,9Taxes nettes sur biens et services 791,6 868,3 921,2 977,3 1 036,8 1 096,8PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux prix du marché) 6 366,9 6 839,7 7 330,1 7 872,5 8 475,0 9 129,4PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux coûts des facteurs) 5 575,4 5 971,4 6 408,9 6 895,2 7 438,1 8 032,7PRODUIT INTERIEUR BRUT non agricole (aux prix du marché) 5 834,2 6 281,8 6 742,4 7 249,1 7 812,8 8 422,4Production de biens et services 10 883,2 11 654,8 12 482,6 13 430,5 14 506,7 15 709,3Importations de biens et services 2 536,3 2 724,8 2 911,3 3 021,6 3 153,6 3 282,2Taxes nettes sur les produits 791,6 868,3 921,2 977,3 1 036,8 1 096,8TOTAL DES RESSOURCES 14 211,1 15 247,9 16 315,1 17 429,4 18 697,1 20 088,2Consommations intermédiaires 5 307,8 5 683,4 6 073,7 6 535,3 7 068,5 7 676,6 Annexe - page II
  • 106. 2 010 2 011 2 012 2 013 2 014 2 015Consommation finale 5 920,6 6 320,1 6 633,8 6 924,1 7 232,8 7 555,2 publique 944,2 1 007,5 1 043,1 1 079,9 1 123,5 1 168,9 privée 4 976,4 5 312,5 5 590,7 5 844,2 6 109,2 6 386,3Formation brute de capital fixe 1 414,5 1 540,1 1 669,4 1 809,1 1 964,1 2 116,3 publique 415,7 465,0 512,5 559,5 610,9 670,1 privée 998,8 1 075,1 1 156,9 1 249,6 1 353,1 1 477,4Variation de stocks 29,9 92,7 193,7 311,7 501,5 393,3Exportations de biens et services 1 538,2 1 611,6 1 744,6 1 849,1 1 930,3 2 077,7TOTAL DES EMPLOIS 14 211,1 15 247,9 16 315,1 17 429,4 18 697,1 20 088,2 Annexe - page JJ
  • 107. Annexe 10: Tableau des opérations financières de lEtat - 2011-2015 selon le scénario tendanciel. Opérations (en milliards sauf indication contraire) 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Proj Proj Proj Proj 1. Total recettes et dons 1398,3 1559 1664 1785 1933 2094 1.1 Recettes budgétaires 1236,5 1396 1498 1660 1741 1888 Recettes fiscales 1194,7 1313 1422 1573 1657 1799 Recettes non fiscales 41,7 50 48 52 56 60 FSE 33 28 35 28 29 1.2 Dons 161,9 162 166 178 192 206 Budgétaires 21,5 37 32 34 37 40 En capital 140,4 125 134 144 155 166 2. Dépenses totales et prêts (net) 1728,8 2033 2074 2150 2302 2436 2.1 Dépenses courantes 995,2 1159 1189 1220 1310 1370 Traitements et salaires 392,3 416 448 472 508 547 Intérêts sur la dette publique 60,1 85 102 109 125 135 Extérieure 38,0 51 62 61 68 72 dont intérêts sur Eurobond 9,4 9,3 Intérieure 22,1 34 40 48 57 63 dont dette existante (source serv. prev Trésor) 21 16 11 dont nouvelle dette Autres dépenses courantes 542,8 658 640 640 677 688 dont Fournitures, entretien et autres 290 363 379 380 404 430 Ajustement pour rétablir léquilibre Transferts et subventions 240,2 283 249 247 261 246 hors énergie & alimentaire 249,5 245 dont SENELEC 76 0 0 0 0 y compris crédit bancaire SENELEC Filet social (subvention GPL+ SAR) 15 4 0 0 0 Produits alimentaires (levée en août 08) 0 0 0 0 0 PPTE et IADM financés 12,3 12 12 12 12 12 PPTE 4 IADM 8 2.2 Dépenses en capital 735,7 823 870 930 992 1066 Financement intérieur et sur prêts non concessionnels (2011 et+) 436,5 520 559 571 593 634 - Sur ressources Non PPTE et IADM 390,0 471 511 524 545 584 dont Dépenses liées au prolongement de lautoroute - PPTE et IADM financés 46,5 49 48 47 48 50 PPTE Reliquat 2005&2006 courant IADM FMI+Autres Financement extérieur 299,1 303 311 359 399 432 2.3 Prêts nets -2,1 51 14 0 0 0 prêts rétrocédés 1,3 54 26 13 14 15 remboursement des prêts rétrocédés -3,4 -3 -12 -13 -14 -15 2.4 Couts temporaires des reformes structurelles 0,0 0 0 0 0 Solde Global de lAdministration Centrale -330,5 -474 -410 -365 -369 -342 Annexe - page KK
  • 108. Opérations (en milliards sauf indication contraire) 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Revenues 272,5 Dépenses 275,7Solde Global des entités non financières du secteur public -3,2 0 0 0 0 0Solde Global de lAdministration Centrale et des entités non fin. du secteurpublic -333,7 -474 -410 -365 -369 -342 Dons non compris -495,5 -636 -576 -543 -561 -548Balance primaire Administration Centrale -270,4 -389 -308 -256 -244 -207 Solde de base -191,9 -279 -239 -171 -148 -101Solde de base hors PPTE & IADM et CTRS et dépenses au titre du prolongementde lautoroute4. Ajustements base caisse Variations des arriérés (réd.=-)5. Excédent ou déficit (-) -333,7 -474 -410 -365 -369 -342 Dons non compris -495,5 -637 -576 -543 -561 -5486. Financement 333,7 474 410 365 369 3427. Financement extérieur 180,0 317 330 241 311 319 Tirages 189,8 227 238 265 298 314 Trésorerie 29,7 38 35 37 40 43 Prêts projets 160,1 189 203 227 258 271 Rachat au titre de Eurobond 2009 Amortissement -36,0 -169 -92 -94 -91 -72 dont remboursement Eurobond 2009 -91,1 dont remboursement OCDE Assistance PPTE (intérêts et amortissements) 18,5 17 18 18 18 18 Rééchelonnement obtenu 0,0 0 0 0 0 0 Différé (Club de Paris) 0,0 0 0 0 0 0 Allégement demandé 0,0 0 0 0 0 0 Emissions bons du Trésor+ Emp Obligataires/région (net) 7,7 50 31 41 22 13 Emprunts non concessionnels. Autoroute/ infrastructure développement 191 135 11 65 46 Créances sur Banques ext (exceptional loan to Senelec)8 Financement intérieur (I.+II.) 155,8 158 80 125 58 22 I. Financement Bancaire (A+B+C) 155,3 109 64 125 40 -4 A. BCEAO (1+2+3) 161,8 -34 -19 -19 -25 -33 1. Concours 11,8 -11 -19 -19 -25 -33 Avances statutaire -7,9 -8 -8 0 0 0 Titres dEtat -0,8 0 0 0 0 0 Variation net FMI 25,8 2 -5 -14 -20 -27 dont facilités chocs exogènes -2 -2 dont facilités chocs exogènes 0 0 Allocation DTS G20 0 0 Dépôt Koweitien -5,3 -5 -5 -5 -5 -5 2. Dépôts 150,1 -23 0 0 0 0 dont Ressources affectées Compte PPTE IADM Autres dépôts 0 0 0 0 0 3. Encaisse du Trésor -0,1 0 0 0 0 0 B. Banques commerciales -6,5 144 82 144 65 29 Annexe - page LL
  • 109. Opérations (en milliards sauf indication contraire) 2010 2011 2012 2013 2014 2015 1. Concours 12,2 143 82 144 65 29 dont: Titres dEtat () -0,8 0 0 0 0 0 dont: Bons du Trésor -51,1 57 17 52 31 15 dont: Emprunt obligataire 104 78 92 34 14 Autres crédit bancaires directes net) -18 -13 0 0 0 2. Dépôts et obligations cautionnées -18,7 1 1 0 0 0 C. Institutions financières non-bancaires Dépôts aux Centres de Chèques Postaux 0,0 0,0 0 0 0 0 II. Financement non-bancaire 0,5 49 16 0 18 26 Titres dEtat détenus hors du système bancaire 0,0 0 0 0 0 0 Ressources privatisations 0,0 0 0 0 0 0 Arriérés extra-budgétaires -12,5 -5 0 0 0 0 Correspondants -32,8 0 0 0 0 0 Autres 5/ 45,8 54 16 0 18 26 Emprunts dEquipment à long terme (PBE) 0,0 0 0 0 0 0 Bons de Trésor sur formule 0,0 0 0 0 0 0 Coupons Zéros 0,0 0 0 0 0 0 Soutien coton 0,0 0 0 0 0 0 SONACOS 0,0 0 0 0 0 0 Autres 45,8 54 16 0 18 26 Régularisation des arriérés de paiement Régularisation des dépenses extra-budgétaires, dettes agences et compte de 0 0 0 0dépôt 7. Erreurs et omissions -2,1 0 0 0 0 0 9. Ecart de financement 0,0 0 0 0 0 0 Annexe - page MM
  • 110. Annexe 11: Balance des paiements selon le scénario tendanciel. ème(Selon la 5 édition du manuel de balance des paiements, adaptée à loptique BCEAO) En milliards de F.CFA 2010 2011 2012 2013 2014 2015 EST PROJ PROJ PROJ PROJ PROJ BALANCE DES BIENS -978,4 -1 135,8 -1 197,2 -1 194,2 -1 245,5 -1 275,4 EXPORTATIONS FOB 1 086,7 1 200,5 1 267,2 1 366,4 1 431,9 1 515,4 IMPORTATIONS FOB 2 065,1 2 336,3 2 464,4 2 560,6 2 677,4 2 790,8 SERVICES NETS -65,4 -86,9 -91,0 -94,7 -94,6 -92,6 dont FRET ET ASSURANCE -280,6 -317,6 -335,1 -348,4 -364,1 -379,4 REVENUS NETS -59,4 -73,8 -84,7 -83,4 -89,9 -97,3 dont INTERETS / DETTE EXTER.PUBLIQUE -33,7 -46,7 -57,6 -56,9 -64,1 -68,2 TRANSFERTS COURANTS 714,9 734,9 749,8 765,5 782,9 802,5 PRIVES 696,2 707,8 722,9 738,4 754,2 770,3 PUBLICS 18,7 27,2 26,8 27,1 28,7 32,2 TRANSACTIONS COURANTES -388,2 -561,5 -623,1 -606,7 -647,1 -662,8 COMPTE DE CAPITAL ET DOPERATIONS FINANCIERES 517,6 714,8 761,2 684,7 786,8 805,5 COMPTE DE CAPITAL 150,0 133,8 142,8 152,9 164,1 175,3 TRANSFERTS DE CAPITAL 151,0 133,8 142,8 152,9 164,1 175,3 PRIVES 8,4 8,6 8,8 8,9 9,1 9,3 PUBLICS 142,5 125,2 134,0 144,0 155,0 166,0 COMPTE DOPERATIONS FINANCIERES (Optique BCEAO) 367,6 581,0 618,4 531,8 622,7 630,2 - CAPITAUX PUBLICS (titres dEtat 5 % - 2006 inclus) 173,1 334,6 323,4 234,3 306,3 313,2 INVESTISSEMENTS DE PORTEFEUILLE 7,7 160,0 165,9 52,0 87,3 57,5 AUTRES INVESTISSEMENTS 165,4 174,6 157,5 182,3 219,0 255,7 dont TIRAGES (Financement exceptionnel inclus) 189,8 227,4 238,0 264,5 297,7 314,0 AMORTISSEMENTS PUBLICS -24,7 -53,1 -80,8 -82,5 -79,0 -59,5 - CAPITAUX PRIVES 194,5 246,4 295,0 297,5 316,4 317,0 INVESTISSEMENTS DIRECTS 126,9 128,9 122,2 127,4 133,8 141,5 INVESTISSEMENTS DE PORTEFEUILLE 14,6 10,6 21,1 27,1 32,7 30,9 AUTRES INVESTISSEMENTS 53,0 106,8 151,6 143,1 149,9 144,6 Dont contre partie cession billets FF ERREURS ET OMISSIONS NETTES 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 SOLDE GLOBAL 129,4 153,3 138,1 78,0 139,7 142,7 CONTREPARTIE DES REEVALUATIONS 0,0 VARIATION DES AVOIRS EXTERIEURS NETS -129,4 -153,3 -138,1 -78,0 -139,7 -142,7 - BANQUE CENTRALE -9,2 -173,3 -158,1 -98,0 -159,7 -162,7 - BANQUES DE DEPOTS -120,2 20,0 20,0 20,0 20,0 20,0 PIB (Pour Mémoire) 6 366,9 6 839,7 7 337,6 7 872,8 8 466,0 9 107,9 CC 5ème édition / PIB -6,1 -8,2 -8,5 -7,7 -7,6 -7,3 CCHD -406,9 -588,7 -649,9 -633,8 -675,8 -695,0 CCHD / PIB -6,4 -8,6 -8,9 -8,1 -8,0 -7,6 Annexe - page NN
  • 111. Annexe 12: Situation des institutions monétaires selon le scénario tendanciel. (au 25 juillet 2011) DEC.2010 DEC.2011 DEC.2012 DEC.2013 DEC.2014 DEC.2015 En milliards de F.CFA Proj Proj Proj Proj Proj Proj AVOIRS EXTER.NETS 987,9 1 141,2 1 279,3 1 357,3 1 497,0 1 639,7 B.C.E.A.O. 734,5 907,8 1 065,9 1 163,9 1 323,6 1 486,3 BANQUES 253,4 233,4 213,4 193,4 173,4 153,4 CREDIT INTERIEUR 1 847,2 2 115,8 2 395,7 2 764,4 3 139,0 3 586,2 P.N.G. 200,2 332,7 396,7 481,7 499,7 483,7 CREDITS A LECONOMIE 1 647,0 1 783,2 1 999,0 2 282,7 2 639,3 3 102,5 CREDITS DE CAMPAGNE 10,5 6,9 7,4 8,3 7,5 7,7 CREDITS ORDINAIRES 1 636,5 1 776,3 1 991,6 2 274,5 2 631,8 3 094,8 dt douteux et litigieux ACTIF = PASSIF 2 835,1 3 257,1 3 675,0 4 121,7 4 636,0 5 225,9 MASSE MONETAIRE 2 540,3 2 902,2 3 320,2 3 766,9 4 281,2 4 871,1 CIRCULATION FIDUCIAIRE 561,3 653,0 747,0 847,6 899,0 915,8 DEPOTS 1 979,0 2 249,2 2 573,2 2 919,4 3 382,1 3 955,3 Dépôts en banques 1 972,9 2 237,1 2 563,6 2 910,9 3 373,1 3 945,5 Dépôts en CCP 6,1 12,1 9,5 8,5 9,1 9,8 Dépôts en CNE 0,0 0,0 0,0 0,0 1,0 2,0 AUTRES ELEMENTS NETS 294,8 354,8 354,8 354,8 354,8 354,8 Annexe - page OO
  • 112. Annexe 13: Projection du Produit Intérieur Brut par branche d’activité selon le scénario optimiste. 2 010 2 011 2 012 2 013 2 014 2 015 Variation en % (croissance en volume) Secteur primaire 5,0% 4,0% 4,4% 5,2% 5,2% 5,4% 010 020 agriculture 5,1% 4,7% 4,9% 5,8% 5,8% 6,2% 010 agriculture vivrière -2,5% 4,1% 4,3% 4,5% 4,6% 4,7% 020 agriculture industrielle ou dexportation 21,6% 4,7% 4,0% 4,2% 4,4% 4,9% 030 élevage et chasse 6,6% 3,6% 4,3% 5,3% 5,1% 5,3% 040 sylviculture, exploitation forestière, 5,4% 3,0% 3,3% 3,0% 3,2% 3,5% 050 pêche -0,5% 2,1% 2,3% 2,5% 2,0% 2,0% Secteur secondaire 5,5% 5,8% 6,8% 7,0% 7,4% 7,4% 060 activités extractives 5,0% 8,0% 7,2% 8,1% 6,7% 6,7% 080 fabrication de corps gras alimentaires 9,4% 3,0% 3,5% 4,0% 4,0% 4,0% 999 autres industries 5,5% 4,1% 5,3% 5,6% 5,8% 6,1% 070 Transformation et conservation de viande, poisson 2,6% 1,5% 4,0% 4,0% 4,2% 3,0% 090 travail de grains, fabrication de produits 0,0% 3,3% 3,6% 3,5% 3,3% 3,4% 100 Fabrication de produits alimentaires céréaliers 1,3% 0,5% 4,4% 4,3% 4,1% 4,0% 110 fabrication de sucre, transformation 8,1% 4,8% 4,6% 4,4% 4,2% 4,2% 120 fabrication de produits alimentaires n.c.a 6,7% 1,4% 0,5% 1,2% 2,7% 1,2% 130 fabrication de boissons 6,0% 4,4% 4,9% 5,4% 5,9% 6,4% 140 fabrication de produits à base de tabac 2,5% 1,0% 2,4% 2,4% 2,5% 3,0% 150 égrenage de coton et fabrication des textiles 0,2% 5,1% 4,7% 5,0% 5,7% 4,1% 160 fabrication du cuir; fabrication 5,0% 0,5% 2,5% 2,5% 2,5% 2,5% 170 travail du bois et fabrication darticles 7,2% 5,0% 6,2% 6,5% 6,5% 7,0% 180 fabrication de papier, carton, 1,4% 3,0% 3,5% 4,9% 4,7% 5,0% 190 raffinage pétrole, cokéfaction, -8,1% 12,7% 8,1% 9,0% 11,3% 11,4% 200 fabrication de produits chimiques 12,4% 10,0% 9,4% 9,3% 9,3% 9,3% 210 fabrication de produits en caoutchouc -2,0% 3,5% 2,7% 2,5% 3,0% 1,7% 220 fabrication de verre, poterie 20,2% 7,8% 11,0% 12,6% 12,6% 14,5% 230 métallurgie, fonderie, fabrication 6,7% 4,0% 5,0% 4,5% 4,0% 6,0% 240 fabrication de machines 6,7% 1,0% 2,0% 2,5% 3,0% 3,5% 250 fabrication déquipements, dappareils 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 260 construction de matériels de transports 5,6% 4,0% 5,6% 4,6% 3,0% 3,0% 270 fabrication de mobilier, fabrication n.c.a., 4,5% 1,0% 1,9% 1,2% 1,3% 2,3% 280 électricité, gaz et eau 8,0% 10,3% 8,2% 8,9% 12,0% 9,9% 290 construction 4,1% 7,5% 10,1% 9,4% 9,0% 9,4% Secteur tertiaire 3,7% 4,9% 6,5% 7,2% 7,7% 8,1% 300 commerce 0,7% 4,6% 5,4% 7,4% 7,5% 8,2% 330 340 transports, postes et télécommunications 7,7% 7,5% 7,7% 7,7% 8,2% 8,0% 330 transports 5,4% 4,5% 6,8% 7,2% 10,1% 9,2% 340 postes et télécommunications 8,5% 8,7% 8,0% 7,8% 7,5% 7,5% 390 éducation et formation 3,0% 4,3% 6,8% 8,4% 6,3% 6,9% 400 activités de sante et action sociale 1,9% 2,3% 6,4% 7,9% 8,1% 7,0% 999 Autres services 3,8% 3,2% 6,4% 6,2% 7,7% 8,6% 310 services de la réparation 1,0% 4,8% 4,5% 5,0% 5,0% 5,0% 320 services dhébergement et restauration 4,6% 4,0% 4,0% 4,2% 5,0% 5,5% Annexe - page PP
  • 113. 2 010 2 011 2 012 2 013 2 014 2 015 350 services financiers 5,7% 4,7% 5,0% 5,0% 6,0% 8,1% 360 activités immobilières 2,9% 2,5% 7,5% 7,2% 9,1% 10,0% 370 activités des services aux entreprises 5,8% 3,0% 7,5% 7,2% 9,1% 10,0% 410 activités à caractère collectif ou personnel 2,6% 3,5% 3,0% 3,0% 3,0% 3,0% 420 Services dintermédiation financière i. m. 6,9% 4,7% 5,0% 5,0% 6,0% 8,1%380 Activités dadministration publique 3,2% 3,0% 2,0% 2,0% 2,5% 2,5%Taxes nettes sur biens et services 2,7% 4,1% 4,6% 4,9% 5,0% 5,2%PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux prix du marché) 4,1% 4,8% 5,8% 6,4% 6,7% 7,0%PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux coûts des facteurs) 4,3% 4,5% 4,8% 5,0% 5,3% 5,6%PRODUIT INTERIEUR BRUT non agricole (aux prix du marché) 4,0% 4,5% 4,8% 5,0% 5,3% 5,5%Production de biens et services 5,0% 4,5% 4,8% 5,0% 5,3% 5,6%Importations de biens et services -5,9% 3,3% 4,6% 4,7% 3,8% 4,3%Taxes nettes sur les produits 2,7% 5,0% 6,6% 7,3% 8,0% 8,1%TOTAL DES RESSOURCES 3,1% 3,3% 4,6% 4,7% 3,8% 4,3%Consommations intermédiaires 5,9% 5,2% 7,2% 8,2% 9,2% 9,1%Consommation finale 2,3% 4,9% 4,4% 5,4% 4,7% 5,6% publique 3,1% 7,2% 3,3% 5,8% 1,6% 4,5% privée 2,2% 4,5% 4,5% 5,3% 5,2% 5,7%Formation brute de capital fixe 1,5% 7,2% 8,3% 8,3% 4,7% 7,2% publique 9,1% 11,7% 14,8% 13,5% 2,1% 9,6% privée -1,4% 5,4% 5,5% 5,8% 6,0% 6,0% 19,0% -17,9% -5,1% -73,6% -137,7%Exportations de biens et services 2,8% 2,1% 1,8% 3,5% 0,2% 2,5%TOTAL DES EMPLOIS 3,1% 3,3% 4,6% 4,7% 3,8% 4,3%LE PRODUIT INTERIEUR BRUT PAR BRANCHE D ACTIVITEEn milliards de francs CFA aux prix courants 2010 2011 2012 2013 2014 2015Secteur primaire 970,2 1 000,9 1 065,1 1 145,0 1 238,8 1 334,1 010 020 agriculture 532,7 535,5 570,7 615,1 668,0 722,5 010 agriculture vivrière 369,4 020 agriculture industrielle ou dexportation 030 élevage et chasse 262,3 283,3 303,3 328,6 358,0 387,8 040 sylviculture, exploitation forestière, 69,5 64,0 67,2 70,5 74,6 78,7 050 pêche 105,7 118,1 124,0 130,8 138,3 145,1Secteur secondaire 1 321,1 1 463,3 1 642,3 1 845,0 2 089,3 2 356,9 060 activités extractives 123,5 119,9 133,2 149,7 167,1 183,4 080 fabrication de corps gras alimentaires 9,0 8,4 9,1 9,7 10,4 11,2 999 autres industries 772,5 810,6 879,3 958,1 1 051,6 1 150,1 070 Transformation et conservation de viande, poisson 145,1 125,5 133,9 143,3 154,7 164,0 090 travail de grains, fabrication de produits 30,6 38,7 41,9 44,6 47,8 50,8 100 Fabrication de produits alimentaires céréaliers 31,9 30,8 33,0 35,4 38,2 40,8 110 fabrication de sucre, transformation 23,1 21,0 22,6 24,2 26,1 28,0 120 fabrication de produits alimentaires n.c.a 33,7 35,1 36,5 38,0 40,5 42,1 130 fabrication de boissons 24,1 25,7 27,7 30,0 33,0 36,1 140 fabrication de produits à base de tabac 12,1 8,8 9,2 10,5 10,3 11,0 Annexe - page QQ
  • 114. 2 010 2 011 2 012 2 013 2 014 2 015 150 égrenage de coton et fabrication des textiles 67,3 51,4 55,2 59,7 65,3 70,0 160 fabrication du cuir; fabrication 8,5 3,9 4,1 4,3 4,6 4,8 170 travail du bois et fabrication darticles 35,9 53,4 58,1 63,4 69,6 76,0 180 fabrication de papier, carton, 39,1 40,4 42,9 46,3 50,2 54,2 190 raffinage pétrole, cokéfaction, 14,9 19,8 23,7 27,9 33,1 39,0 200 fabrication de produits chimiques 82,6 101,5 113,9 128,1 145,1 163,1 210 fabrication de produits en caoutchouc 22,8 24,2 25,2 26,2 27,5 28,4 220 fabrication de verre, poterie 76,0 88,0 100,3 116,2 135,6 159,8 230 métallurgie, fonderie, fabrication 40,9 61,5 66,2 71,2 76,7 83,7 240 fabrication de machines 4,7 5,2 5,4 5,7 6,1 6,5 250 fabrication déquipements, dappareils 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,1 260 construction de matériels de transports 5,5 5,4 5,8 6,3 6,7 7,1 270 fabrication de mobilier, fabrication n.c.a., 73,8 70,4 73,6 76,6 80,4 84,6 280 électricité, gaz et eau 170,7 214,7 257,1 302,3 361,0 428,4 290 construction 245,6 309,8 363,6 425,3 499,1 583,8Secteur tertiaire 2 887,2 3 185,2 3 484,8 3 838,2 4 254,6 4 680,7 300 commerce 988,9 1 084,8 1 184,7 1 309,9 1 458,4 1 609,4 330 340 transports, postes et télécommunications 646,5 771,8 857,6 951,9 1 061,9 1 180,6 330 transports 227,9 302,7 348,0 402,9 468,4 536,4 340 postes et télécommunications 418,6 469,1 509,7 549,0 593,5 644,2 390 éducation et formation 239,8 257,9 282,3 314,5 346,1 380,3 400 activités de sante et action sociale 88,3 83,6 91,2 101,3 113,5 124,4 999 Autres services 923,8 987,1 1 068,9 1 160,6 1 274,7 1 386,0 310 services de la réparation 55,0 60,4 64,8 70,0 76,1 82,2 320 services dhébergement et restauration 46,4 54,9 58,6 62,9 68,4 74,2 350 services financiers 195,5 226,0 243,5 263,1 289,0 321,5 360 activités immobilières 357,7 374,4 417,0 464,5 525,0 594,5 370 activités des services aux entreprises 298,3 315,6 335,1 357,0 382,8 410,6 410 activités à caractère collectif ou personnel 114,0 120,8 127,6 135,3 144,4 137,5 - 420 Services dintermédiation financière i. m. - 165,0 - 177,8 - 211,0 - 234,4 -143,2 192,1380 Activités dadministration publique 396,8 404,1 422,9 444,0 471,5 497,2Taxes nettes sur biens et services 791,6 811,8 879,7 958,0 1 053,5 1 166,0PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux prix du marché) 6 366,9 6 865,3 7 494,8 8 230,1 9 107,8 10 034,9PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux coûts des facteurs) 5 575,4PRODUIT INTERIEUR BRUT non agricole (aux prix du marché) 5 834,2 6 329,8 6 924,1 7 615,0 8 439,8 9 312,5Production de biens et services 10 883,2 11 623,4 12 677,5 13 930,1 15 432,3 17 038,9Importations de biens et services 2 536,3 2 669,2 2 783,8 2 945,5 3 095,8 3 281,3Taxes nettes sur les produits 791,6 811,8 879,7 958,0 1 053,5 1 166,0TOTAL DES RESSOURCES 14 211,1 15 104,4 16 341,1 17 833,6 19 581,7 21 486,2Consommations intermédiaires 5 307,8 5 569,9 6 062,4 6 658,0 7 378,1 8 170,0Consommation finale 5 920,6 6 232,9 6 573,1 7 002,3 7 404,1 7 897,9 publique 944,2 964,0 1 010,5 1 084,6 1 118,5 1 186,3 privée 4 976,4 5 268,8 5 562,7 5 917,7 6 285,6 6 711,6Formation brute de capital fixe 1 414,5 1 668,8 1 848,6 2 047,8 2 193,8 2 406,9 Annexe - page RR
  • 115. 2 010 2 011 2 012 2 013 2 014 2 015 publique 415,7 499,2 590,1 689,6 725,4 819,2 privée 998,8 1 169,5 1 258,5 1 358,2 1 468,4 1 587,7 variation de stocks 29,9 5,9 145,4 279,2 648,6 901,3Exportations de biens et services 1 538,2 1 627,0 1 711,6 1 846,3 1 957,1 2 110,1TOTAL DES EMPLOIS 14 211,1 15 104,4 16 341,1 17 833,6 19 581,7 21 486,2 Annexe - page SS
  • 116. Annexe 14: Tableau des opérations financières de lEtat selon le scénario optimiste. 2011 2012 2013 2014 2015 Opérations (en milliards sauf indication contraire) * * * * * Proj Proj Proj Proj Proj 1. Total recettes et dons 1593 1753 1911 2106 2331 1.1 Recettes budgétaires 1403 1530 1684 1869 2096 Recettes fiscales 1325 1454 1605 1785 2007 Recettes non fiscales 45 48 52 56 60 FSE 33 28 27 28 29 1.2 Dons 190 222 227 237 235 Budgétaires 37 32 34 37 40 En capital 153 190 193 200 195 2. Dépenses totales et prêts (net) 2104 2223 2385 2525 2721 2.1 Dépenses courantes 1159 1200 1231 1321 1380 Traitements et salaires 416 455 479 514 554 Intérêts sur la dette publique 85 103 111 127 135 Extérieure 51 63 63 70 75 dont intérêts sur Eurobond 9 22 22 22 22 Intérieure 35 40 48 57 60 dont dette existante (source serv. prev Trésor) 37 16 21 16 11 dont nouvelle dette Autres dépenses courantes 658 642 642 679 690 dont Fournitures, entretien et autres 363 379 380 404 430 Ajustement pour rétablir léquilibre 13 Transferts et subventions 283 249 247 261 246 hors énergie & alimentaire 245 254 263 274 286 dont SENELEC 31 0 0 0 0 y compris crédit bancaire SENELEC Filet social (subvention GPL+ SAR) 15 4 0 0 0 Produits alimentaires (levée en août 08) 0 0 0 0 0 PPTE et IADM financés 12 12 12 12 12 PPTE 4 4 4 4 4 IADM 8 8 8 8 8 2.2 Dépenses en capital 893 1009 1154 1204 1341 Financement intérieur et sur prêts non concessionnels (2011 et+) 520 559 673 694 837 - Sur ressources Non PPTE et IADM 471 511 524 545 574 dont Dépenses liées au prolongement de lautoroute 92 117 15 - PPTE et IADM financés 49 48 47 48 50 PPTE Reliquat 2005&2006 courant 14 14 14 14 14 IADM FMI+Autres 31 31 31 32 32 Financement extérieur 373 450 481 510 504 2.3 Prêts nets 51 14 0 0 0 prêts rétrocédés 54 26 13 14 15 remboursement des prêts rétrocédés -3 -12 -13 -14 -15 2.4 Couts temporaires des reformes structurelles 0 0 0 0 Solde Global de lAdministration Centrale -511 -470 -474 -419 -390 Annexe - page TT
  • 117. 2011 2012 2013 2014 2015Opérations (en milliards sauf indication contraire) * * * * * Revenues DépensesSolde Global des entités non financières du secteur public 0 0 0 0Solde Global de lAdministration Centrale et des entités non fin. du secteur public -511 -470 -474 -419 -390Dons non compris -320 -693 -701 -656 -625 Solde de base -274 -216 -207 -132 -106Solde de base hors PPTE & IADM et CTRS et dépenses au titre du prolongement de -95 -142 -22 -11 -6lautoroute4. Ajustements base caisseVariations des arriérés (réd.=-)5. Excédent ou déficit (-) -511 -470 -474 -419 -390Dons non compris -701 -693 -701 -656 -6256. Financement 511 470 474 419 3907. Financement extérieur 383 413 315 378 362Tirages 269 322 338 365 357 Trésorerie 38 35 37 40 43 Prêts projets 231 287 301 325 314 Rachat au titre de Eurobond 2009Amortissement -160 -92 -95 -91 -72Assistance PPTE (intérêts et amortissements) 17 18 18 18 18Rééchelonnement obtenu 0 0 0 0 0Différé (Club de Paris) 0 0 0 0 0Allégement demandé 0 0 0 0 0 Emissions bons du Trésor+ Emp Obligataires /région (net) 50 30 42 22 13 Emprunts non concessionnel. Autoroute/ infrastructure développement 206 135 11 65 46 Créances sur Banques ext (exceptional loan to Senelec)8 Financement intérieur (I.+II.) 128 58 159 41 28 I. Financement Bancaire (A+B+C) 133 58 159 41 28 A. BCEAO (1+2+3) -11 -19 -19 -25 -32 1. Concours -11 -19 -19 -25 -32 Avances statutaire -8 -8 0 0 0 Titres dEtat 0 0 0 0 0 Variation net FMI 2 -5 -14 -20 -27 dont facilités chocs exogènes -2 -5 -14 -20 -27 dont facilités chocs exogènes 0 0 0 0 0 Allocation DTS G20 0 0 0 0 0 Dépôt Koweitien -5 -5 -5 -5 -5 2. Dépôts 0 0 0 0 0 dont Ressources affectées Compte PPTE IADM Autres dépôts 0 0 0 0 0 3. Encaisse du Trésor 0 0 0 0 0 B. Banques commerciales 144 77 179 66 61 1. Concours 143 94 179 66 61 dont: Titres dEtat () 0 0 0 0 0 Annexe - page UU
  • 118. 2011 2012 2013 2014 2015Opérations (en milliards sauf indication contraire) * * * * * dont: Bons du Trésor 30 25 25 -11 10 dont: Emprunt obligataire 131 73 154 77 51 Autres crédit bancaires directes net) -18 -4 0 0 0 2. Dépôts et obligations cautionnées 1 -17 0 0 0 C. Institutions financières non-bancaires Dépôts aux Centres de Chèques Postaux 0 0 0 0 0 II. Financement non-bancaire -5 0 0 0 0 Titres dEtat détenus hors du système bancaire 0 0 0 0 0 Ressources privatisations 0 0 0 0 0 Arriérés extra-budgétaires -5 0 0 0 0 Correspondants 0 0 0 0 0 Autres 5/ 0 0 0 0 0 Emprunts déquipement à long terme (PBE) 0 0 0 0 0 Bons de Trésor sur formule 0 0 0 0 0 Coupons Zéros 0 0 0 0 0 Soutien coton 0 0 0 0 0 SONACOS 0 0 0 0 0 Autres 0 0 0 0 0 Régularisation des arriérés de paiement Régularisation des dépenses extra-budgétaires, dettes agences et compte de dépôt 0 0 0 0 7. Erreurs et omissions 0 0 0 0 0 9. Ecart de financement 0 0 0 0 0 Annexe - page VV
  • 119. Annexe 15: Balance des paiements selon le scénario optimiste. 2010 2011 2012 2013 2014 2015 En milliards de F.CFA EST PROJ PROJ PROJ PROJ PROJ -978,4 BALANCE DES BIENS -1 027,1 -1 076,1 -1 096,3 -1 165,2 -1 213,4 EXPORTATIONS FOB 1 086,7 1 176,0 1 243,5 1 318,9 1 371,4 1 479,3 IMPORTATIONS FOB 2 065,1 2 203,1 2 319,6 2 415,2 2 536,6 2 692,7 SERVICES NETS -65,4 -71,7 -74,5 -68,4 -63,6 -61,2 dont FRET ET ASSURANCE -280,6 -299,4 -315,3 -328,5 -344,9 -366,3 REVENUS NETS -59,4 -62,3 -63,2 -72,0 -81,5 -82,8 dont INTERETS / DETTE EXTER.PUBLIQUE -33,7 -30,5 -30,4 -30,7 -30,9 -31,0 TRANSFERTS COURANTS 714,9 753,2 767,6 776,1 826,7 855,8 PRIVES 696,2 725,2 740,7 750,2 798,1 824,1 PUBLICS 18,7 28,0 26,9 26,0 28,6 31,7 TRANSACTIONS COURANTES -388,2 -407,8 -446,1 -460,5 -483,5 -501,6 COMPTE DE CAPITAL ET DOPERATIONS FINANCIERES 517,6 690,3 752,4 740,1 836,6 809,1 COMPTE DE CAPITAL 150,0 161,9 198,5 202,2 208,9 204,1 TRANSFERTS DE CAPITAL 151,0 161,9 198,5 202,2 208,9 204,1 PRIVES 8,4 8,6 8,8 8,9 9,1 9,3 PUBLICS 142,5 153,3 189,7 193,3 199,8 194,8 Acquisitions / cessions dactifs financiers non produits -1,0 COMPTE DOPERATIONS FINANCIERES (Optique 528,4 553,9 537,9 627,7 605,0 BCEAO) 367,6 - CAPITAUX PUBLICS (titres dEtat 5 % - 2006 inclus) 173,1 370,1 380,5 254,1 338,9 331,4 INVESTISSEMENTS DE PORTEFEUILLE 7,7 256,0 135,0 11,0 65,0 45,0 AUTRES INVESTISSEMENTS 165,4 114,1 245,5 243,1 273,9 286,4 dont TIRAGES (Financement exceptionnel inclus) 189,8 269,5 321,6 337,9 364,6 357,2 AMORTISSEMENTS PUBLICS -24,7 -155,7 -76,4 -95,0 -91,0 -72,0 - CAPITAUX PRIVES 194,5 158,3 173,4 283,8 288,9 273,5 INVESTISSEMENTS DIRECTS 126,9 139,7 147,7 234,0 235,7 239,1 INVESTISSEMENTS DE PORTEFEUILLE 14,6 10,6 13,2 19,0 34,5 32,1 AUTRES INVESTISSEMENTS 53,0 8,0 12,5 30,8 18,6 2,4 Dont contre partie cession billets FF ERREURS ET OMISSIONS NETTES SOLDE GLOBAL 129,4 282,5 306,3 279,6 353,1 307,5 CORRECTION SUITE REVISION DONNEES MONETAIRES CONTREPARTIE DES REEVALUATIONS VARIATION DES AVOIRS EXTERIEURS NETS -129,4 -282,5 -306,3 -279,6 -353,1 -307,5 - BANQUE CENTRALE -9,2 -302,5 -326,3 -299,6 -373,1 -327,5 - BANQUES DE DEPOTS -120,2 20,0 20,0 20,0 20,0 20,0 PIB (Pour Mémoire) 6 366,9 6 789,3 7 205,8 7 683,0 8 219,2 8 836,0 CC 5ème édition / PIB -6,1 -6,0 -6,2 -6,0 -5,9 -5,7 CCHD -406,9 -435,8 -473,0 -486,5 -512,1 -533,3 CCHD / PIB -6,4 -6,4 -6,6 -6,3 -6,2 -6,0 Annexe - page WW
  • 120. Annexe 16: Situation des institutions monétaires selon le scénario optimiste. (au 25 juillet 2011) DEC.2010 DEC.2011 DEC.2012 DEC.2013 DEC.2014 DEC.2015 Proj Proj Proj Proj Proj Proj AVOIRS EXTER.NETS 987,9 1 270,4 1 576,7 1 856,3 2 209,4 2 516,9 B.C.E.A.O. 734,5 1 037,0 1 363,3 1 662,9 2 036,0 2 363,5 BANQUES 253,4 233,4 213,4 193,4 173,4 153,4 CREDIT INTERIEUR 1 847,2 2 036,5 2 210,7 2 490,9 2 744,8 3 106,2 P.N.G. 200,2 332,8 390,7 550,0 591,2 619,2 CREDITS A LECONOMIE 1 647,0 1 703,7 1 820,1 1 941,0 2 153,6 2 487,0 CREDITS DE CAMPAGNE 10,5 6,9 7,4 8,3 7,5 7,7 CREDITS ORDINAIRES 1 636,5 1 696,8 1 812,6 1 932,7 2 146,1 2 479,3 dont douteux et litigieux ACTIF = PASSIF 2 835,1 3 306,9 3 787,5 4 347,3 4 954,2 5 623,2 MASSE MONETAIRE 2 540,3 2 952,1 3 432,6 3 992,4 4 599,4 5 268,3 CIRCULATION FIDUCIAIRE 561,3 664,2 772,3 898,3 965,9 990,4 DEPOTS 1 979,0 2 287,9 2 660,3 3 094,1 3 633,5 4 277,9 Dépôts en banques 1 972,9 2 275,7 2 650,8 3 085,7 3 624,5 4 268,1 Dépôts en CCP 6,1 12,1 9,5 8,5 9,1 9,8 Dépôts en CNE 0,0 0,0 0,0 0,0 1,0 2,0 AUTRES ELEMENTS NETS 294,8 354,8 354,8 354,8 354,8 354,8 Annexe - page XX
  • 121. Annexe 17: Projection du Produit Intérieur Brut par branche d’activité selon le scénario pessimiste. 2 010 2 011 2 012 2 013 2 014 2 015 Variation en %( croissance en volume) proj proj proj proj proj proj Secteur primaire 5,0% 3,8% 3,9% 4,0% 4,0% 4,2% 010 020 agriculture 5,1% 4,3% 4,2% 4,4% 4,5% 4,7% 010 agriculture vivrière -2,5% 4,1% 4,3% 4,5% 4,6% 4,7% 020 agriculture industrielle ou 4,7% 4,0% 4,1% 4,4% 4,9% dexportation 21,6% 030 élevage et chasse 6,6% 3,5% 3,8% 3,9% 3,8% 3,8% 040 sylviculture, exploitation forestière, 5,4% 3,0% 3,3% 3,0% 3,2% 3,5% 050 pêche -0,5% 2,1% 2,3% 2,0% 2,0% 2,0% Secteur secondaire 5,5% 2,6% 1,3% 1,9% 2,4% 2,8% 060 activités extractives 5,0% 8,0% 7,2% 8,1% 6,7% 5,2% 080 fabrication de corps gras alimentaires 9,4% 3,0% 3,5% 3,8% 4,0% 4,0% 999 autres industries 5,5% 2,0% 1,7% 2,3% 3,1% 3,7% 070 Transformation et conservation de -7,0% -5,0% -3,0% -2,0% -0,5% viande, poisson 2,6% 090 travail de grains, fabrication de 3,3% 3,6% 3,5% 3,3% 3,4% produits 0,0% 100 Fabrication de produits alimentaires 0,5% 4,4% 4,3% 4,1% 4,0% céréaliers 1,3% 110 fabrication de sucre, transformation 8,1% 4,8% 4,6% 4,4% 4,2% 4,2% 120 fabrication de produits alimentaires 1,4% 0,5% 1,2% 2,7% 1,2% n.c.a 6,7% 130 fabrication de boissons 6,0% 4,4% 4,9% 5,4% 5,9% 6,4% 140 fabrication de produits à base de -10,0% -10,0% -9,0% -5,0% 3,0% tabac 2,5% 150 égrenage de coton et fabrication des -11,0% -10,0% -10,0% -3,0% 0,0% textiles 0,2% 160 fabrication du cuir; fabrication 5,0% -10,0% -10,0% -5,0% -3,0% 0,5% 170 travail du bois et fabrication 5,0% 6,2% 6,5% 6,5% 7,0% darticles 7,2% 180 fabrication de papier, carton, 1,4% 3,0% 3,5% 4,9% 4,7% 5,0% 190 raffinage pétrole, cokéfaction, -8,1% -8,0% 0,0% 2,0% 5,0% 5,0% 200 fabrication de produits chimiques 12,4% 10,0% 9,4% 9,3% 9,3% 8,0% 210 fabrication de produits en 3,5% 2,7% 2,5% 3,0% 1,7% caoutchouc -2,0% 220 fabrication de verre, poterie 20,2% 18,8% 4,0% 4,0% 4,0% 4,0% 230 métallurgie, fonderie, fabrication 6,7% 4,0% 5,0% 4,5% 4,0% 5,0% 240 fabrication de machines 6,7% -1,0% -1,0% -0,5% 0,0% 0,5% 250 fabrication déquipements, dappareils 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 260 construction de matériels de 4,0% 5,6% 4,6% 3,0% 3,0% transports 5,6% 270 fabrication de mobilier, fabrication 1,0% 1,9% 1,2% 1,3% 2,3% n.c.a., 4,5% 280 électricité, gaz et eau 8,0% -2,0% -5,0% -4,0% -3,0% -1,7% 290 construction 4,1% 5,5% 2,0% 2,0% 1,8% 1,8% Secteur tertiaire 3,7% 4,8% 3,4% 3,5% 3,5% 3,6% 300 commerce 0,7% 3,1% 2,9% 3,2% 3,4% 3,6% 330 340 transports, postes et 7,7% 5,7% 5,7% 5,4% 5,4% télécommunications 7,7% 330 transports 5,4% 9,0% 5,0% 5,0% 4,0% 4,0% 340 postes et télécommunications 8,5% 8,8% 6,0% 6,0% 6,0% 6,0% 390 éducation et formation 3,0% 4,0% 4,0% 4,0% 4,0% 4,0% 400 activités de sante et action sociale 1,9% 2,0% 2,3% 2,5% 2,5% 2,5% 999 Autres services 3,8% 3,2% 1,5% 1,6% 1,6% 1,6% 310 services de la réparation 1,0% 4,8% 4,5% 5,0% 5,0% 5,0% 320 services dhébergement et 11,8% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% restauration 4,6% 350 services financiers 5,7% 11,6% 2,0% 2,0% 2,0% 2,0% Annexe - page YY
  • 122. 2 010 2 011 2 012 2 013 2 014 2 015 360 activités immobilières 2,9% 2,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 370 activités des services aux entreprises 5,8% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 410 activités à caractère collectif ou 3,5% 3,0% 3,0% 3,0% 3,0%personnel 2,6% 420 Services dintermédiation financière 11,6% 2,0% 2,0% 2,0% 2,0%i. m. 6,9%380 Activités dadministration publique 3,2% 2,0% 2,0% 2,0% 2,0% 2,0%Taxes nettes sur biens et services 2,7% 2,8% 2,0% 2,0% 2,0% 2,0%PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux prix du marché) 4,1% 3,8% 2,8% 3,0% 3,1% 3,3%PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux coûts des 3,9% 2,9% 3,1% 3,3% 3,4%facteurs) 4,3%PRODUIT INTERIEUR BRUT non agricole (aux 3,8% 2,7% 2,9% 3,0% 3,1%prix du marché) 4,0%Production de biens et services 5,0% 3,6% 2,9% 3,1% 3,2% 3,4%Importations de biens et services -5,9% 3,0% 4,0% 4,0% 4,0% 4,0%Taxes nettes sur les produits 2,7% 2,8% 2,0% 2,0% 2,0% 2,0%TOTAL DES RESSOURCES 3,1% 3,4% 3,0% 3,2% 3,3% 3,4%Consommations intermédiaires 5,9% 3,2% 2,8% 3,0% 3,1% 3,3%Consommation finale 2,3% 3,6% 2,8% 3,0% 3,1% 3,3% publique 3,1% 6,1% 2,8% 3,0% 3,1% 3,3% privée 2,2% 3,2% 2,8% 3,0% 3,1% 3,3%Formation brute de capital fixe 1,5% 2,7% 2,8% 3,0% 3,1% 3,3% publique 9,1% 1,9% 2,8% 3,0% 3,1% 3,3% privée -1,4% 3,1% 2,8% 3,0% 3,1% 3,3%Exportations de biens et services 2,8% 2,8% 2,8% 3,0% 3,1% 3,3%TOTAL DES EMPLOIS 3,1% 3,4% 3,0% 3,2% 3,3% 3,4% LE PRODUIT INTERIEUR BRUT PAR BRANCHE DACTIVITEEn milliards de francs CFA aux prix courantsSecteur primaire 970,2 1 007,5 1 051,1 1 071,8 1 127,0 1 179,0 010 020 agriculture 532,7 538,3 561,6 573,1 603,6 632,8 010 agriculture vivrière 369,4 397,4 414,9 423,8 446,5 467,9 020 agriculture industrielle ou 140,8 146,7 149,4 157,1 164,9dexportation 163,3 030 élevage et chasse 262,3 285,5 299,5 307,3 324,7 340,9 040 sylviculture, exploitation forestière, 69,5 64,6 66,8 67,2 69,9 72,4 050 pêche 105,7 119,1 123,3 124,1 128,8 132,9Secteur secondaire 1 321,1 1 433,5 1 492,6 1 519,7 1 601,3 1 681,4 060 activités extractives 123,5 121,0 132,4 142,7 156,4 167,8 080 fabrication de corps gras alimentaires 9,0 8,4 9,0 9,2 9,8 10,3 999 autres industries 772,5 805,0 833,2 846,0 891,8 941,7 070 Transformation et conservation de 117,1 112,5 107,7 107,4 109,1viande, poisson 145,1 090 travail de grains, fabrication de 39,0 41,7 43,4 46,5 49,6produits 30,6 100 Fabrication de produits alimentaires 31,1 32,8 33,7 35,7 37,6céréaliers 31,9 110 fabrication de sucre, transformation 23,1 21,2 22,4 23,1 24,5 25,8 120 fabrication de produits alimentaires 36,1 37,0 37,0 38,6 39,5n.c.a 33,7 130 fabrication de boissons 24,1 25,9 27,5 28,6 30,8 33,2 140 fabrication de produits à base de 7,9 7,2 6,5 6,2 6,5tabac 12,1 150 égrenage de coton et fabrication des 43,9 40,0 35,5 35,0 37,5textiles 67,3 160 fabrication du cuir; fabrication 8,5 3,5 3,2 3,0 3,0 3,0 170 travail du bois et fabrication 53,9 57,7 60,5 65,1 69,9darticles 35,9 180 fabrication de papier, carton, 39,1 40,7 42,6 44,1 47,0 50,4 Annexe - page ZZ
  • 123. 2 010 2 011 2 012 2 013 2 014 2 015 190 raffinage pétrole, cokéfaction, 14,9 16,8 17,9 18,6 20,4 22,3 200 fabrication de produits chimiques 82,6 102,4 113,2 122,1 135,8 148,3 210 fabrication de produits en 24,1 24,6 24,6 25,4 25,7caoutchouc 22,8 220 fabrication de verre, poterie 76,0 97,8 102,8 105,6 111,7 117,5 230 métallurgie, fonderie, fabrication 40,9 62,0 65,8 67,9 71,8 76,3 240 fabrication de machines 4,7 5,1 5,1 5,1 5,1 5,2 250 fabrication déquipements, 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0dappareils 0,0 260 construction de matériels de 5,4 5,8 6,0 6,3 6,5transports 5,5 270 fabrication de mobilier, fabrication 71,0 73,1 73,0 75,3 77,9n.c.a., 73,8 280 électricité, gaz et eau 170,7 192,4 195,7 190,9 193,9 198,4 290 construction 245,6 306,6 322,4 330,9 349,5 363,3Secteur tertiaire 2 887,2 3 200,6 3 350,1 3 413,3 3 583,8 3 732,5 300 commerce 988,9 1 078,3 1 122,2 1 143,4 1 203,0 1 249,1 330 340 transports, postes et 782,8 842,5 873,8 930,7 987,3télécommunications 646,5 330 transports 227,9 318,6 354,7 378,5 412,2 442,0 340 postes et télécommunications 418,6 464,3 487,8 495,4 518,5 545,4 390 éducation et formation 239,8 259,5 272,6 279,6 295,5 310,4 400 activités de sante et action sociale 88,3 84,1 86,9 88,0 91,7 94,7 999 Autres services 923,8 995,9 1 025,9 1 028,5 1 062,9 1 090,9 310 services de la réparation 55,0 60,9 64,4 66,7 71,3 76,0 320 services dhébergement et 59,6 60,8 60,7 62,3 63,6restauration 46,4 350 services financiers 195,5 242,9 250,5 252,2 261,7 269,9 360 activités immobilières 357,7 375,8 387,5 386,3 397,0 405,4 370 activités des services aux entreprises 298,3 312,2 318,7 317,8 326,5 332,7 410 activités à caractère collectif ou 121,8 126,9 129,0 135,2 140,2personnel 114,0 420 Services dintermédiation financière -177,4 -182,9 -184,1 -191,1 -196,9i. m. -143,2380 Activités dadministration publique 396,8 403,7 494,3 619,2 684,9 748,6 791,6Taxes nettes sur biens et services 847,2 970,0 1 118,6 1 224,7 1 326,2PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux prix du marché) 6 366,9 6 892,5 7 358,2 7 742,5 8 221,8 8 667,8PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux coûts des 6 045,3 6 388,2 6 623,9 6 997,1 7 341,6facteurs) 5 575,4PRODUIT INTERIEUR BRUT non agricole (aux 6 354,2 6 796,6 7 169,4 7 618,2 8 035,0prix du marché) 5 834,2Production de biens et services 10 883,2 11 663,6 12 385,3 13 024,4 13 905,6 14 819,4Importations de biens et services 2 536,3 2 714,9 2 889,3 3 049,8 3 299,5 3 583,2Taxes nettes sur les produits 791,6 815,7 844,5 851,2 883,9 910,9TOTAL DES RESSOURCES 14 211,1 15 194,3 16 119,1 16 925,4 18 089,0 19 313,5Consommations intermédiaires 5 307,8 5 586,9 5 871,6 6 133,1 6 567,7 7 062,5Consommation finale 5 920,6 6 319,8 6 613,9 6 763,5 7 124,0 7 468,9 publique 944,2 975,6 1 037,6 1 087,2 1 163,8 1 250,0 privée 4 976,4 5 344,2 5 576,3 5 676,3 5 960,3 6 218,9Formation brute de capital fixe 1 414,5 1 623,1 1 693,6 1 761,4 1 910,5 2 116,0 publique 415,7 459,3 479,3 498,5 540,6 598,8 privée 998,8 1 163,8 1 214,3 1 263,0 1 369,9 1 517,2Variation de stocks 29,9 165,6 534,9 970,8 1 249,9 1 485,3Exportations de biens et services 1 538,2 1 499,0 1 405,2 1 296,5 1 236,9 1 180,8TOTAL DES EMPLOIS 14 211,1 15 194,3 16 119,1 16 925,4 18 089,0 19 313,5 Annexe - page AAA
  • 124. Annexe 18: Tableau des opérations financières de lEtat selon le scénario pessimiste 2010 2011 2012 2013 2014 2015 (en milliards sauf indication contraire) Proj Proj Proj Proj Proj 1. Total recettes et dons 1398,3 1494 1560 1644 1707 1795 1236,5 1.1 Recettes budgétaires 1339 1394 1465 1515 1589 Recettes fiscales 1194,7 1261 1317 1386 1431 1500 Recettes non fiscales 41,7 45 48 52 56 60 FSE 33 28 27 28 29 1.2 Dons 161,9 155 166 179 192 206 Budgétaires 21,5 30 32 35 37 40 En capital 140,4 125 134 144 155 166 2. Dépenses totales et prêts (net) 1728,8 1968 1914 2019 2102 2213 2.1 Dépenses courantes 995,2 1138 1130 1180 1250 1297 Traitements et salaires 392,3 416 448 472 508 547 Intérêts sur la dette publique 60,1 85 102 109 125 132 Extérieure 38,0 51 62 61 68 72 dont intérêts sur Eurobond 9,4 9 22 22 22 22 22,1 Intérieure 35 40 48 57 60 dont dette existante (source serv. prev Trésor) 37 16 21 16 11 dont nouvelle dette 542,8 Autres dépenses courantes 638 580 599 617 618 dont Fournitures, entretien et autres 290 343 319 340 344 360 Transferts et subventions 240,2 283 249 247 261 246 hors énergie & alimentaire 249,5 245 254 263 274 286 dont SENELEC 31 0 0 0 0 y comp. crédit bancaire SENELEC Filet social (subvention GPL+ SAR) 15 4 0 0 0 Produits alimentaires (levée en août 0 0 0 0 0 08) PPTE et IADM financés 12,3 12 12 12 12 12 PPTE 4 4 4 4 4 IADM 8 8 8 8 8 735,7 2.2 Dépenses en capital 778 770 839 852 916 Financement intérieur et sur prêts non concessionnels (2011 436,5 475 459 481 453 484 et+) - Sur ressources Non PPTE et IADM 390,0 426 411 434 405 434 46,5 - PPTE et IADM financés 49 48 47 48 50 PPTE Reliquat 2005&2006 courant 13,7 14 14 14 14 14 IADM FMI+Autres 29,8 31 31 31 32 32 299,1 Financement extérieur 303 311 358 399 432 2.3 Prêts nets -2,1 51 14 0 0 0 prêts rétrocédés 1,3 54 26 13 14 15 remboursement des prêts rétrocédés -3,4 -3 -12 -13 -14 -15 2.4 Couts temporaires des réformes structurelles 0,0 0 0 0 0 0 -330,5 Solde Global de lAdministration Centrale -474 -354 -376 -395 -418 Annexe - page BBB
  • 125. Solde Global des entités non financières du secteur public -3,2 0 0 0 0 0Solde Global de lAdministration Centrale et des entités non fin. du -474 -354 -376 -395 -418secteur public -333,7 Dons non compris -495,5 -319 -521 -555 -587 -624Balance primaire Administration Centrale -270,4 -310 -257 -165 -159 -174 -191,9 Solde de base -271 -183 -184 -174 -177Solde de base hors PPTE & IADM et CTRS et dépenses au titre duprolongement de lautoroute4. Ajustements base caisse 0 0 0 0 0 Variations des arriérés (réd.=-)5. Excédent ou déficit (-) -333,7 -474 -354 -376 -395 -418 Dons non compris -495,5 -628 -521 -555 -587 -6246. Financement 333,7 474 354 376 395 4187. Financement extérieur 180,0 341 329 241 311 319 Tirages 189,8 227 238 264 298 314 Trésorerie 29,7 38 35 37 40 43 Prêts projets 160,1 189 203 227 258 271 Amortissement -36,0 -160 -92 -94 -91 -72 Assistance PPTE (intérêts et amortissements) 18,5 17 18 18 18 18 Rééchelonnement obtenu 0,0 0 0 0 0 0 Différé (Club de Paris) 0,0 0 0 0 0 0 Allégement demandé 0,0 0 0 0 0 0 Emissions bons du Trésor+ Emp Obligataires/région (net) 7,7 50 30 42 22 13 Emprunts non concessionnels Autoroute/ infrastructure 206 135 11 65 46développement Créances sur Banques ext (exeptional loan to Senelec)8 Financement intérieur (I.+II.) 155,8 133 25 135 84 99 155,3 I. Financement Bancaire (A+B+C) 138 25 119 67 83 A. BCEAO (1+2+3) 161,8 -11 -19 -19 -25 -32 1. Concours 11,8 -11 -19 -19 -25 -32 Avances statutaire -7,9 -8 -8 0 0 0 Titres dEtat -0,8 0 0 0 0 0 Variation net FMI 25,8 2 -5 -14 -20 -27 Allocation DTS G20 0 0 0 0 0 Dépôt Koweitien -5,3 -5 -5 -5 -5 -5 2. Dépôts 150,1 0 0 0 0 0 dont Ressources affectées 0 0 0 0 0 Compte PPTE IADM Autres dépôts 0 0 0 0 0 3. Encaisse du Trésor -0,1 0 0 0 0 0 B. Banques commerciales -6,5 149 45 138 92 115 1. Concours 12,2 148 54 138 92 115 dont: Titres dEtat () -0,8 0 0 0 0 0 dont: Bons du Trésor -51,1 30 23 25 -11 10 dont: Emprunt obligataire 136 34 114 102 105 Autres crédit bancaires directes net) -18 -4 0 0 0 2. Dépôts et obligations cautionnées -18,7 1 -9 0 0 0 C. Institutions financières non-bancaires Dépôts aux Centres de Chèques Postaux 0,0 0 0 0 0 0 Annexe - page CCC
  • 126. II. Financement non-bancaire 0,5 -5 0 15 17 16 Titres dEtat détenus hors du système bancaire 0,0 0 0 0 0 0 Ressources privatisations 0,0 0 0 0 0 0 Arriérés extra-budgétaires -12,5 -5 0 0 0 0 Correspondants -32,8 0 0 0 0 0 Autres 5/ 45,8 0 0 15 17 16 Emprunts déquipement à long terme (PBE) 0,0 0 0 0 0 0 Bons de Trésor sur formule 0,0 0 0 0 0 0 Coupons Zeros 0,0 0 0 0 0 0 Soutien coton 0,0 0 0 0 0 0 SONACOS 0,0 0 0 0 0 0 Autres 45,8 0 0 15 17 16 Régularisation des arriérés de paiement Régularisation des dépenses extra-budgétaires, dettes agences et 0 0 0 0 0compte de dépôt Pour mémoire : dépôts sans contrepartie dans le TOFE BCEAO Banques Commerciales 7. Erreurs et omissions -2,1 0 0 0 0 0 9. Ecart de financement 0,0 0 0 0 0 0 Annexe - page DDD
  • 127. Annexe 19: Balance des paiements selon le scénario pessimiste 2010 2011 2012 2013 2014 2015 En milliards de F.CFA EST PROJ PROJ PROJ PROJ PROJ BALANCE DES BIENS -978,4 -1 091,1 -1 158,9 -1 122,2 -1 204,0 -1 231,4 EXPORTATIONS FOB 1 086,7 1 108,1 1 140,2 1 241,6 1 256,6 1 303,8 IMPORTATIONS FOB 2 065,1 2 199,2 2 299,1 2 363,8 2 460,6 2 535,2 SERVICES NETS -65,4 -71,3 -72,2 -72,3 -70,0 -63,8 dont FRET ET ASSURANCE -280,6 -298,9 -312,5 -321,5 -334,6 -344,8 REVENUS NETS -59,4 -73,8 -84,7 -91,4 -106,5 -110,3 dont INTERETS / DETTE EXTER.PUBLIQUE -33,7 -46,7 -57,6 -56,9 -64,1 -68,2 TRANSFERTS COURANTS 714,9 693,0 714,7 726,3 735,9 734,2 PRIVES 696,2 673,3 687,4 698,2 707,2 702,0 PUBLICS 18,7 19,7 27,2 28,1 28,7 32,2 TRANSACTIONS COURANTES -388,2 -543,1 -601,2 -559,5 -644,6 -671,2 COMPTE DE CAPITAL ET DOPERATIONS FINANCIERES 517,6 631,8 634,9 583,3 705,9 701,1 COMPTE DE CAPITAL 150,0 133,8 142,8 152,9 164,1 175,3 TRANSFERTS DE CAPITAL 151,0 133,8 142,8 152,9 164,1 175,3 PRIVES 8,4 8,6 8,8 8,9 9,1 9,3 PUBLICS 142,5 125,2 134,0 144,0 155,0 166,0 Acquisitions / cessions dactifs financiers non produits -1,0 COMPTE DOPERATIONS FINANCIERES (Optique BCEAO) 367,6 498,0 492,1 430,4 541,8 525,8 - CAPITAUX PUBLICS (titres dEtat 5 % - 2006 inclus) 173,1 316,6 322,5 233,8 329,7 313,7 INVESTISSEMENTS DE PORTEFEUILLE 7,7 160,0 165,0 53,0 87,0 58,0 AUTRES INVESTISSEMENTS 165,4 156,6 157,5 180,8 242,7 255,7 dont TIRAGES (Financement exceptionnel inclus) 189,8 227,4 238,0 264,0 297,5 314,0 AMORTISSEMENTS PUBLICS -24,7 -71,1 -80,8 -83,5 -55,0 -59,5 - CAPITAUX PRIVES 194,5 181,3 169,6 196,6 212,0 212,0 INVESTISSEMENTS DIRECTS 126,9 139,7 133,5 139,1 146,1 154,5 INVESTISSEMENTS DE PORTEFEUILLE 14,6 10,6 13,2 19,0 34,5 32,1 AUTRES INVESTISSEMENTS 53,0 31,0 22,9 38,4 31,5 25,4 Dont contre partie cession billets FF ERREURS ET OMISSIONS NETTES 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 SOLDE GLOBAL 129,4 88,7 33,7 23,8 61,3 29,9 CORRECTION SUITE REVISION DONNEES MONETAIRES CONTREPARTIE DES REEVALUATIONS VARIATION DES AVOIRS EXTERIEURS NETS -129,4 -88,7 -33,7 -23,8 -61,3 -29,9 - BANQUE CENTRALE -9,2 -108,7 -53,7 -43,8 -81,3 -49,9 - BANQUES DE DEPOTS -120,2 20,0 20,0 20,0 20,0 20,0 PIB (Pour Mémoire) 6 366,9 6 931,2 7 571,1 8 234,5 8 843,3 9 419,9 CC 5ème édition / PIB -6,1 -7,8 -7,9 -6,8 -7,3 -7,1 CCHD -406,9 -562,8 -628,4 -587,6 -673,3 -703,4 CCHD / PIB -6,4 -8,1 -8,3 -7,1 -7,6 -7,5 Annexe - page EEE
  • 128. Annexe 20: Situation des institutions monétaires selon le scénario pessimiste. (au 25 juillet 2011) DEC.2010 DEC.2011 DEC.2012 DEC.2013 DEC.2014 DEC.2015 Proj Proj Proj Proj Proj Proj AVOIRS EXTER.NETS 987,9 1 202,5 1 389,6 1 510,7 1 680,0 1 837,1 B.C.E.A.O. 734,5 969,1 1 176,2 1 317,3 1 506,6 1 683,7 BANQUES 253,4 233,4 213,4 193,4 173,4 153,4 CREDIT INTERIEUR 1 847,2 2 003,4 2 236,5 2 489,6 2 727,0 2 979,3 P.N.G. 200,2 189,1 169,9 150,7 125,7 93,2 CREDITS A LECONOMIE 1 647,0 1 814,3 2 066,6 2 338,9 2 601,3 2 886,0 CREDITS DE CAMPAGNE 10,5 6,9 7,4 8,3 7,5 7,7 CREDITS ORDINAIRES 1 636,5 1 807,4 2 059,2 2 330,7 2 593,7 2 878,3 dont douteux et litigieux ACTIF = PASSIF 2 835,1 3 205,9 3 626,1 4 000,3 4 407,0 4 816,4 MASSE MONETAIRE 2 540,3 2 911,1 3 331,3 3 705,5 4 112,1 4 521,6 CIRCULATION FIDUCIAIRE 561,3 655,0 749,5 833,7 863,6 850,1 DEPOTS 1 979,0 2 256,1 2 581,8 2 871,8 3 248,6 3 671,5 Dépôts en banques 1 972,9 2 243,9 2 572,2 2 863,3 3 239,5 3 661,7 Dépôts en CCP 6,1 12,1 9,5 8,5 9,1 9,8 Dépôts en CNE 0,0 0,0 0,0 0,0 1,0 2,0 AUTRES ELEMENTS NETS 294,8 294,8 294,8 294,8 294,8 294,8 Annexe - page FFF
  • 129. Annexe 21: Acteurs du processus participatifSERVICES ETATIQUES  Primature  Assemblée nationale  Sénat  Gouvernances, Préfectures et sous-préfectures  Directions techniques de tous les ministères sauf les forces armées  Cellules d’études et de planification des ministères techniques des ministères correspondants  Directions de ladministration générale et de léquipement des ministères concernés  Services techniques régionaux  Agences nationales  Universités publiques et centres de rechercheCOLLECTIVITES LOCALES  Union des Associations dElus Locaux (UAEL)  Association nationale des conseils ruraux (ANCR)  Cellule dAppui aux Élus Locaux (CAEL)  Association des Régions du Sénégal (ARS)  Association des Maires du Sénégal (AMS)  Conseils régionaux  Agences Régionales de Développement (ARD)  Cadres Régionaux de Concertation et de coopération des Ruraux(CRCR)  Centres d’Appui au Développement Local (CADL)  Agences de Développement Municipal (ADM)SOCIETE CIVILE  Pôle Groupement d’Initiatives des Femmes (GIF)  Pôle des AÎNÉS  Pôle des SYNDICATS  Pôle Conseil des ONG d’appui au développement (CONGAD)  Pôle des JEUNES  Plate-forme des Acteurs non étatiques (ANE)  Collectif National des Organisations de la Société Civile (COLUPAS)  Forum civil  Fédération des Organisations Non Gouvernementales du Sénégal (FONGS)SECTEUR PRIVE  Confédération Nationale des Employeurs du Sénégal (CNES)  Conseil National du Patronat (CNP)  Comité National du Dialogue Social (CNDS)  Union Nationale des Chambres des Métiers (UNCM)  Réseau Africain pour le Soutien à lEntreprenariat Féminin (RASEF)  Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Agriculture du Sénégal (CCIAD)  Conseil National de Concertation et de coopération des Ruraux (CNCR)  Association Nationale des Transformateurs de Fruits et de Légumes locaux (TRANSFRULEG)  Réseau Africain pour la Femme Travailleuse (RAFET)  Mouvement Des Entreprises du Sénégal (MDES)  Union Nationale des Commerçants et Industriels du Sénégal (UNACOIS/JAPPO)  Groupement des Armateurs et Industriels de la Pêche au Sénégal (GAIPES)  Groupement Professionnel de l’industrie du Pétrole du Sénégal (GPP)  Syndicat National des Bâtiments et Travaux Publics (SNBTP)  Syndicat professionnel des Entrepreneurs du Bâtiment et des Travaux Publics du Sénégal (SEBTPS) Annexe - page GGG
  • 130.  Union Nationale des Chambres de Commerce, d’Industrie et d’Agriculture du Sénégal (UNCCIAS) Organisation des Commerçants, Agriculteurs, Artisans et Industriels du Sénégal (OCAAIS) Ordre des Avocats Chambre des Notaires Syndicat National des Pharmaciens Privés (SNPP) Syndicat National des Médecins Privés (SNPP) Organisation Nationale des Producteurs Exportateurs de fruits et légumes du Sénégal (ONAPES) Syndicat Patronal de l’Industrie Hôtelière au Sénégal (SPIHS) Fédération Sénégalaise des Sociétés d’Assurance du Sénégal (F.S.S.A.) Association des bureaux de Contrôle technique et dInspection Agréés du Sénégal (ACIAS) Conseil des Diffuseurs et des Éditeurs de Presse du Sénégal (CDEPS) Universités privées (IAM, ISM, SUP de CO) Association de Défense des Usagers de l’Eau, l’Électricité, les Télécommunication et des Services (ADETELS) SOS Consommateurs Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Annexe - page HHH
  • 131. Annexe 22: Participation nationale au processus délaboration du DPES SECTEURS Effectif de NombreCatégories dacteurs participants d’ateliers CONTRIBITION DES SECTEURS Agriculture, Elevage, Pêche, Aquaculture, 70 2Groupe 1 Hydraulique rurale Culture, Industrie, Commerce, Artisanat, Tourisme, 75 2Groupe 2 Mines, Services de transport, BTP, Services, Loisirs Secteurs dappui à la croissance: Infrastructures de 55 3 transport et de télécommunication, TIC, RechercheGroupe 3 & Développement et innovation technologique, Energie Politiques daccompagnement: Emploi, Micro 60 2 finance, Entreprenariat et PME, Développement duGroupe 4 secteur privé, Intégration régionale, Sénégalais de lextérieur Migration internationale Services Sociaux et capital humain: Education et 50 3Groupe 5 Formation, Santé et Nutrition Développement durable: Eau potable, 60 2Groupe 6 Assainissement, Environnement, Habitat et cadre de vie, Prévention des risques et catastrophes Protection sociale, Population et groupes 60 2Groupe 7 vulnérables, gestion des risques et catastrophes Bonne gouvernance: Réforme budgétaire et 65 2Groupe 8 financière, Justice, Réforme et management de lAdministration publique, Communication, Parlement Aménagement du territoire, Développement local et 65 2Groupe 9 décentralisation CONTRIBUTION DES REGIONS Axe NORD 60 2 SAINT LOUIS 40 1 LOUGA 40 1 MATAM 40 1 Axe CENTRE 60 1 KAOLACK 60 1 FATICK 50 1 KAFFRINE 50 1 DIOURBEL 50 1 Axe SUD 50 1 ZIGUINCHOR 50 1 SEDHIOU 60 1 KOLDA Axe SUD-EST 60 1 TAMBACOUNDA 40 1 KEDOUGOU 30 1 Axe OUEST 60 1 DAKAR 60 1 THIES 30 1 CONTRIBUTION DES COMMISSIONSCOMISSION SOCIETE CIVILE 50 2COMISSION SECTEUR PRIVE 50 2COMMISSION ETATIQUE 100 2 SUIVI-EVALUATION, SYNTHESE ET CONTRIBUTION DES COMMISSIONS Suivi évaluation du DPES (G.10) 40 15Groupes 10 ET 11 Synthèse des rapports de groupes (G.11)TOTAL 1 690 60 Annexe - page III

×