Your SlideShare is downloading. ×
Différences hommes femmes
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Différences hommes femmes

9,892
views

Published on

Présentation traitant des différences hommes-femmes dans un contexte d'entraînement.

Présentation traitant des différences hommes-femmes dans un contexte d'entraînement.

Published in: Health & Medicine, Business

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
9,892
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
7
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Différences Hommes - Femmes
    Réalité, illusion ou utopie ?
    Par Maxime St-Onge
    M.Sc NutritionPhD Activité physique
  • 2. Similitudes et différences
    Composition corporelle
    Métabolisme énergétique
    Capacité aérobie
    Force musculaire
    Hypertrophie
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 3. Composition corporelle
    Hommes
    Stature plus importante
    Masse maigre plus importante (os, organes et muscles)
    Masse grasse inférieure
    Distribution centrale de la masse grasse
    Femmes
    Stature moins importante
    Masse maigre inférieure(membres supérieurs)
    Masse grasse plus importante
    Distribution périphérique de la masse grasse (pré et péri ménopause)
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 4. Composition corporelle
    Masse Osseuse
    3%
    2.4kg
    5%
    4kg
    30%
    24kg
    20%
    16kg
    Masse Grasse
    75%
    60kg
    67%
    53.6kg
    Masse Maigre
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 5. Composition corporelle
    Hommes
    Femmes
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 6. Gras viscéral vs sous-cutané
    Femmes
    Hommes
    Plus de gras abdominal viscéral
    Plus de gras abdominal sous-cutané
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 7. Quantité de fibres musculaires
    Biceps brachi
    Moins de fibres chez les femmes (Sale et al. 1987)
    Autant de fibres chez les femmes(Miller et al. 1992)
    Probable: différences régionales du nombre de fibres
    Homme ou Femme ?
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 8. Différences homme-femme
    Type I
    Type IIA
    Type IIX
    Hommes
    4800 um²
    6200 um²
    5200 um²
    Femmes
    3600 um²
    3200 um²
    2800 um²
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 9. Adaptations: Hypertrophie
    Hommes
    Bénéficient d’une masse musculaire initiale plus importante
    Femmes
    Auraient une légère prépondérance de fibres type I
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 10. Gain en hypertrophie (16 sem)
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 11. Hypertrophie: progression
    Progression similaire sur16 semainesen gains relatifs
    Les hommes se distinguent par une diminution plus importante du gras sur une période plus longue
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 12. Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 13. Hypertrophie: différences régionales
    Après 24 semaines d’entraînement en musculation (Selon Nindl et al 2000):
    31% de perte en masse grasse pour les membres supérieurs
    Aucun gain significatif en masse musculaire pour les membres supérieurs
    Aucune perte de masse grasse pour les membres inférieurs
    5% de gain significatif en masse musculaire pour les membres inférieurs
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 14. Hypertrophie: différences régionales
    Après 24 semaines d’entraînement en musculation (Selon Kraemer et al 2002):
    15-19% d’augmentation pour CSA du bras
    5-9%d’augmentation pour CSA de la cuisse
    Dépend probablement du niveau initial d’entraînement des sujets
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 15. Causes de gains exceptionnels
    Niveau de testostérone plus élevé
    Niveau d’hormone de croissance plus élevé
    Réponse hormonale à l’entraînement plus importante
    Ratio plus faible estrogène – testostérone
    Prédisposition génétique
    Capacité à soutenir un volume et intensité plus élevés à l’entraînement
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 16. Résumé
    Les femmes ont une plus grande proportion de fibres de type I
    Les femmes hypertrophient davantage au niveau des fibres de type IIA
    Probablement à cause du bassin de Type IIX
    Les femmes ont un potentiel hypertrophique similaire aux hommes mais possèdent une masse maigre initiale moins importante
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 17. Équilibre énergétique
    Relation entre les apports et la dépense
    Régulé par une multitude de facteurs
    Endocriniens
    Comportementaux
    Environnementaux
    Etc.
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 18. Régulation de l’équilibre énergétique
    Hommes
    Gestion du déficit énergétique via régulation de l’appétit
    Plus le déficit énergétique est important, plus l’appétit est stimulé
    Femmes
    Gestion du déficit énergétique via régulation de la dépense énergétique
    Plus le déficit énergétique est important, plus l’activité physique tend à diminuer
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 19. Perte et gestion du poids
    Hommes
    Interventions nutritionnelles pour être plus profitables
    Évaluation des portions
    Éducation nutritionnelle
    Gestion des apports
    Femmes
    Interventions en activité physique pourraient être plus profitables
    Augmentation du niveau d’activité physique
    Augmentation de la masse musculaire
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 20. Adaptations: Capacité aérobie
    Hommes
    VO² max 5-15% supérieur pour un même niveau d’entraînement
    Taux d’hémoglobine parfois plus faible (15-20%)
    Femmes
    Ont un volume sanguin inférieur
    Augmentation plus faible du volume d’éjection systolique suite à l’entraînement
    Thermorégulation plus difficile (dissipation, sudation)
    Utilisation des substrats différente
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 21. Oxydation des substrats (repos)
    Les femmes présentent une oxydation des lipides possiblement plus faible que les hommes
    Cependant
    Après correction pour la masse maigre, il n’existe plus de différence
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 22. Oxydation des substrats (repos)
    Jeun 0-2h (% de l’énergie)
    Jeun 0-2h (g/2h)
    *
    *
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 23. En théorie…
    Au repos, à jeun:
    Les femmes pourraient oxyder jusqu’à 4kg de moins de gras que les hommes par année de par leur gabarit différent
    Avec un peu plus de masse musculaire, cette différence serait abolie
    - ~2-3kg de masse musculaire de plus pourrait potentiellement suffire (modèle théorique)
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 24. Oxydation des substrats (efforts)
    Effort 2h (40% VO² max)
    Post effort 2h
    *
    *
    *
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 25. Comment expliquer ces différences ?
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 26. Phase Folliculaire
    Phase Lutéale
    Effet synergique œstrogène / progestérone
    Effet unique des œstrogènes
    Menstruations
    Ovulation
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 27. Adaptations: Force
    Hommes
    Leur masse musculaire leur procure une force absolue plus importante
    La distribution de leur masse musculaire favorise la force des membres supérieurs
    Femmes
    Moins fortes en force absolue
    Qu’en est-il de la force relative ?
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 28. Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 29. Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 30. Gains en force (16 sem)
    *
    *
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 31. Gains en force (24 sem)
    *
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 32. Gains de force
    Les femmes gagnent autant sinon plus de force relative que les hommes
    Les femmes gagnent plus rapidement en force
    Les femmes plafonnent généralement après 3-5mois d’entraînement (force)
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 33. Quelques erreurs potentielles
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 34. Orientation & Perception
    Femmes
    Difficilement orientées vers un entraînement RÉEL en force
    Leurs différences en force et composition corporelle peuvent partiellement découler d’une perception et prescription erronée
    Hommes
    Rarement orientés vers du développement moteur et de la coordination motrice
    Pourraient bénéficier d’une meilleure rentabilité musculaire
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 35. Pour l’égalité des sexes
    À éviter pour les femmes
    Miser trop souvent sur des exercices spécifiques
    Pas assez de charges, trop de répétitions
    Trop d’entraînement aérobie pas assez de musculation
    Craintes et peurs injustifiées de la musculation et de la force
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 36. Pour l’égalité des sexes
    À éviter pour les hommes
    Miser trop souvent sur l’hypertrophie sans développer le recrutement neuromusculaire
    Négliger la flexibilité (diminution de la force et de la puissance)
    Négliger la coordination motrice
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 37. Questions ? Consultez notre site: www.synemorphose.com
    Ou visitez notre blogue:
    www.drkin.com
    Synemorphose 2010 © Tous droits réservés
  • 38. Références
    1. Sparks, L.M., et al., Effect of adipose tissue on the sexualdimorphism in metabolicflexibility.Metabolism, 2009. 58(11): p. 1564-71.
    2. Shi, H., R.J. Seeley, and D.J. Clegg, Sexualdifferences in the control of energyhomeostasis. Front Neuroendocrinol, 2009. 30(3): p. 396-404.
    3. Shi, H. and D.J. Clegg, Sexdifferences in the regulation of body weight.PhysiolBehav, 2009. 97(2): p. 199-204.
    4. Geer, E.B. and W. Shen, Genderdifferences in insulinresistance, body composition, and energy balance. Gend Med, 2009. 6 Suppl 1: p. 60-75.
    5. Power, M.L. and J. Schulkin, Sexdifferences in fat storage, fat metabolism, and the healthrisksfromobesity: possible evolutionaryorigins.Br J Nutr, 2008. 99(5): p. 931-40.
    6. Perez-Gomez, J., et al., Role of muscle mass on sprint performance: genderdifferences?Eur J ApplPhysiol, 2008. 102(6): p. 685-94.
    7. Harms, C.A. and S. Rosenkranz, Sexdifferences in pulmonaryfunctionduringexercise. Med Sci Sports Exerc, 2008. 40(4): p. 664-8.
    8. Wells, J.C., Sexualdimorphism of body composition. Best PractRes Clin EndocrinolMetab, 2007. 21(3): p. 415-30.
    9. Magnusson, S.P., et al., The adaptability of tendon to loadingdiffers in men and women. Int J ExpPathol, 2007. 88(4): p. 237-40.
    10. Volek, J.S., C.E. Forsythe, and W.J. Kraemer, Nutritional aspects of womenstrengthathletes.Br J Sports Med, 2006. 40(9): p. 742-8.
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 39. Références
    11. Stefani, R.T., The relative power output and relative lean body mass of World and Olympic male and female champions with implications for genderequity. J Sports Sci, 2006. 24(12): p. 1329-39.
    12. Harms, C.A., Doesgender affect pulmonaryfunction and exercisecapacity?RespirPhysiolNeurobiol, 2006. 151(2-3): p. 124-31.
    13. Perreault, L., et al., Genderdifferences in insulin action after a single bout of exercise. J ApplPhysiol, 2004. 97(3): p. 1013-21.
    14. Charkoudian, N. and M.J. Joyner, Physiologicconsiderations for exercise performance in women. Clin Chest Med, 2004. 25(2): p. 247-55.
    15. Nielsen, S., et al., Energyexpenditure, sex, and endogenous fuel availability in humans. J Clin Invest, 2003. 111(7): p. 981-8.
    16. Deschenes, M.R. and W.J. Kraemer, Performance and physiologic adaptations to resistance training. Am J Phys Med Rehabil, 2002. 81(11 Suppl): p. S3-16.
    17. Doherty, T.J., The influence of aging and sex on skeletal muscle mass and strength.CurrOpin Clin NutrMetab Care, 2001. 4(6): p. 503-8.
    18. Braun, B. and T. Horton, Endocrine regulation of exercisesubstrateutilization in womencompared to men.Exerc Sport SciRev, 2001. 29(4): p. 149-54.
    19. Blaak, E., Genderdifferences in fat metabolism.CurrOpin Clin NutrMetab Care, 2001. 4(6): p. 499-502.
    20. Goris, A.H. and K.R. Westerterp, Postabsorptiverespiratory quotient and food quotient-an analysis in lean and obese men and women.Eur J Clin Nutr, 2000. 54(7): p. 546-50.
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés
  • 40. Références
    21. Davis, S.N., et al., Effects of gender on neuroendocrine and metaboliccounterregulatoryresponses to exercise in normal man. J Clin EndocrinolMetab, 2000. 85(1): p. 224-30.
    22. Dionne, I., et al., Genderdifference in the effect of body composition on energymetabolism. Int J ObesRelatMetabDisord, 1999. 23(3): p. 312-9.
    23. Toth, M.J., et al., Genderdifferences in fat oxidation and sympatheticnervous system activityatrest and duringsubmaximalexercise in olderindividuals. Clin Sci (Lond), 1998. 95(1): p. 59-66.
    24. Lovejoy, J.C., The influence of sex hormones on obesityacross the female life span. J WomensHealth, 1998. 7(10): p. 1247-56.
    25. Horton, T.J., et al., Fuel metabolism in men and womenduring and after long-durationexercise. J ApplPhysiol, 1998. 85(5): p. 1823-32.
    26. Lindle, R.S., et al., Age and gendercomparisons of muscle strength in 654 women and men aged 20-93 yr. J ApplPhysiol, 1997. 83(5): p. 1581-7.
    27. Hurley, B.F., Age, gender, and muscularstrength. J Gerontol A BiolSci Med Sci, 1995. 50 Spec No: p. 41-4.
    28. O'Toole, M.L., Genderdifferences in the cardiovascularresponse to exercise.Cardiovasc Clin, 1989. 19(3): p. 17-33.
    29. Hoyenga, K.B. and K.T. Hoyenga, Gender and energy balance: sexdifferences in adaptations for feast and famine.PhysiolBehav, 1982. 28(3): p. 545-63.
     
    Synemorphose 2010 © Tousdroitsréservés

×