Leblanc & blanes maestre

371 views
286 views

Published on

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
371
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
4
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide
  • Originalité de Néopass: a) adossée à un observatoire de recherche sur l’activité des enseignants débutants et plus largement sur un programme scientifique sur l’évolution de la professionnalité enseignante, b) élaborée en collaboration avec des enseignants associés d’établissements scolaires volontaires pour contribuer aux recueils de données dans les classes, c) évolutive compte tenu des thèmes professionnels les plus demandés par les débutants , en fonction de l’évolution des publics scolaires et des orientations ministérielles, d) régulée par des boucles d’évaluation par la recherche de l’adéquation de sa conception aux attentes et usages des stagiaires, des néo-titulaires et des formateurs responsables de leur accompagnement.
  • Leblanc & blanes maestre

    1. 1. Néopass@ction en utilisation à distance avec des formateurs et des étudiants Serge Leblanc, PR IUFM-UM2 Céline Blanes-Maestre, Master2 recherche CFE, UM3
    2. 2. UE 942 NOUVELLES TECHNOLOGIES DE LA FORMATION • Formation continue diplômante (Master formateur) • Publics de formatrices (13) et formateurs (4) • UE totalement à distance (24h) • Éprouver cette position de l'étudiant à distance de manière à en percevoir les intérêts et les limites • Découvrir des plateformes de vidéo formation • Exploiter ces ressources en formation dans une perspective d'analyse professionnelle
    3. 3. Néopass@ction : des contenus de formation professionnelle « orientés activité » • Thématiques critiques / débutants : L'entrée en classe et la mise au travail ; Faire parler les élèves à l'école élémentaire ; Aider les élèves ; Faire classe à cours double ; Maternelle : rituels et consignes ; Faire face aux incidents… • Mise en lumière des savoirs de l’action souvent ignorés des enseignants et dévalorisés • Description, modélisation, évaluation de l’activité débutante sans compassion Centration sur le développement de trajectoires professionnelles ⇒Une « boîte à outils d’analyse
    4. 4. o L’activité comme forme provisoire d’adaptation dont l’étude des activités typiques en amont et en aval donne des clefs pour la transformer Des films courts en classe de néo-titulaires
    5. 5. o Mise en mots des vécus professionnels des débutants pour en comprendre le sens, les aspects spécifiques et typiques, les ancrages concrets dans l’action Vécu Professionnel des néo-titulaires
    6. 6. o Espace de dialogue entre pairs : convergences des expériences mais aussi divergences, nuances et controverses… Témoignages des néo-titulaires
    7. 7. o Espace de dialogue non dogmatique mettant en lumière les controverses, les dilemmes professionnels qui caractérisent le métier d’enseignant Témoignages des expérimentés
    8. 8. Module Formation
    9. 9. Activité 1: analyse de vidéos et d’entretiens L’importance de l’accès à « ce qui fait expérience » • 1ère étape : Regardez la vidéo de classe de ces enseignants, décrivez ce qui se passe et commentez-les (6 à 10 lignes) • 2ème étape : Regardez les vidéos d’entretien avec ces enseignants à partir du fichier « VECU PROFESSIONNEL ROMAIN et CECILE ». Identifiez ce qui vous semble organiser leur activité de classe (6 à 10 lignes) • 3ème étape : Que nous apportent les entretiens avec les enseignants par rapport à la vidéo de classe ? (6 à 10 lignes) Des axes de « travail prioritaire » en formation initiale . 4 étape : Consultez les vidéos compléments de Romain et de Cécile. Identifiez 3 ou 4 axes de réflexion-proposition qui vous semblent intéressants à exploiter en formation. . 5 étape : Consulter Scénario 1 Transformation professionnelle et Scénario 4 Corps et voix . 6 étape : Participez à un forum intitulé « Intérêts et limites de l’exploitation
    10. 10. Travail individuel à rendre sur Dokéos
    11. 11. Etape 1: Commentaires de 2 formatrices Formatrice A Formatrice B L'installation du silence apparaît comme la condition première pour faire classe, pour que le cours commence. ll ne paraît pas avoir de solution didactique ou en tous cas dans ce qui est filmé cela n'apparaît pas, pas d'élèves qui se mettent à la tâche. Le prof lutte contre les nombreuses perturbations et incivilités. Le mauvais positionnement spatial du prof alimente la distance avec les élèves qui ne reconnaissent pas l'autorité, ni l'accueil. ll ne marque pas son autorité par un seuil qui serait géographique. Le prof ne crée pas vraiment les conditions de prise en activité des élèves. La rupture entre son monde à lui et celui des élèves est visible. L'entrée en cours de ce jeune enseignant semble marquée par une représentation traditionnelle voire idéalisée dans laquelle les élèves respectent un protocole attendant que l'enseignant veuille bien « tenir son rôle » : leur transmettre le savoir. Or ces élèves ont une autre représentation de l'enseignant et par leurs provocations - allant jusqu'à empiéter sur son « territoire », derrière son bureau – le lui font cruellement sentir. Le « rôle » de l'enseignant commencerait-il avant la « transmission des savoirs » ? NB : Seules les indications accompagnant la vidéo permettent de savoir que cette entrée en classe est celle d'un cours d'allemand.
    12. 12. Etape 2: Eléments organisateurs de l’activité de cet enseignant Formatrice A Formatrice B La position d'attente est forte, il attend que les élèves se mettent en condition comme il attend que ce métier lui soit agréable. Il attend que les contenus didactiques œuvrent et changent les positions des élèves. La préparation didactique est importante et ne colle pas avec la réalité. Gros décalage entre des séances préparées minutieusement et la réalité. L'activité de ce jeune enseignant semble s'organiser autour : – du respect du calme comme préalable indispensable à toute activité – sans s'énerver afin que son métier reste agréable ; – du contenu didactique comme préoccupation centrale et quasi unique « geste » professionnel.
    13. 13. Formatrice A Formatrice B La position du prof L'importance de son regard et de sa voix L'importance de la qualité d'écoute des élèves. L’importance de la place de chacun. La place de la négociation L'anticipation des imprévus et des éléments perturbateurs La maîtrise des différents seuils Sa protection - de l'instauration d'une atmosphère silencieuse, respectueuse et « protectrice » pour l'activité ; - de la stabilisation de sa place d'enseignante face ou avec le groupe d'élèves, - en s'appuyant sur des stratégies qui lui permettent de se préserver. Etape 2: Eléments organisateurs de l’activité de cette enseignante
    14. 14. Etape 3 : Apports entretien et axes de réflexion Apports de l’entretien de type « vécu professionnel » Formatrice B Ces entretiens avec les enseignants nous renseignent à la fois sur leurs logiques profondes, leur activité et leurs préoccupations réelles et en acte, les représentations qu'ils se sont forgées et comment ils les font évoluer. Ceci permet à la fois de mieux comprendre – pour eux-mêmes comme pour les formateurs - ce qui sous-tend l'activité de chacun de ces enseignants, d'éclairer celle-ci à la lumière des apports théoriques de la recherche, ainsi que de formaliser les gestes de la « professionnalité » en construction en situation. Axes de réflexion-proposition retenus Formatrice A 1. Les différents seuils d'un cours, prise de conscience des positionnements du prof. 2. Prise en considération de l'individuel et du collectif, prise de conscience de la qualité de l'atmosphère et du registre relationnel. 3. Nécessité d'ajuster ses gestes professionnels, ou comment analyser et objectiver la situation pour recadrer les élèves perturbateurs et limiter les imprévus. 4. Le rôle de la parole du maître. Les ajustements de la voix et du regard. Les gestes de communication non verbaux et leur impact
    15. 15. Analyse des productions du forum: Etape 6: Intérêts et limites de Néopass@ction dans différents contextes de formation Catégories d’analyse (unité de sens) % de mots • Intérêts-limites de Néopass et de la vidéo formation 49% • Echo à ses expériences et projection 17,90% • Questions-réponses et points de vue sur la formation 17,85% • Difficultés techniques 11,80% • Divers 4,45%
    16. 16. Intérêts-limites de Néopass et de la vidéo formation : 49% => Intérêts • rassuré de reconnaître ses propres difficultés et se sentir membre d'une communauté • quantités d'éléments que l'on peut analyser sur une durée très brève • gestes professionnels d'enseignant et leurs effets produits sur les élèves • dit lui-même ce qui est inapproprié et donne lui-même des pistes de modification • juger l'action sans juger celui qui la fait • se projeter concrètement dans une situation de classe • l'importance de la mutualisation • envisager des perspectives de progrès réalistes et atteignables • percevoir les difficultés et les réussites des collègues avec des façons différentes d'agir ⇒ Limites • l'accompagnement du formateur pour faire émerger les pistes de remédiation • les vidéos restent alors que les collègues évoluent, regard bienveillant • seul derrière son ordinateur, risque est de plaquer un modèle • première vidéo de Romain peut être déstabilisante • couverture plus large des différents corps, ex. PLP en enseignement général et professionnel
    17. 17. Echo à ses expériences et projection :17,90% => ECHO à ses expériences • Je pratique moi-même le théâtre amateur et je mets en place chaque année des ateliers de pratique théâtrale autour du "travail du clown" dans le cadre de l'unité d'enseignement "soins relationnels" avec les étudiants. S'ils sont réticents au départ (timidité, manque d'intérêt...), ils adhérent ensuite très vite à ces activités et avec le recul font le constat que cela les aide beaucoup dans la relation qu'ils établissent avec les patients au quotidien et notamment quand celles-ci sont difficiles ou tendues. • Comme j'aurais aimé avoir été formé avec Néopass@ction lorsque, il y a bien longtemps j'étais stagiaire… Les échanges avec nos formateurs et entre stagiaires étaient souvent frustrants car personne n'avait partagé les mêmes situations ni se trouvait avec les mêmes problématiques. Notre questionnement était dicté par l'urgence des cours à préparer. L'absence de réponses quant à : L'entrée en classe? La mise au travail? L'attitude à adopter face à un incident? Les rituels? nous faisait vivre notre année de formation comme une mise à l'épreuve. • Dans mes souvenirs, nous avions une formation qui mettait l'accent sur les préparations et finalement nous avons eu peu de formation sur l'activité en classe. => Projection • Néopass@action me semble être un outil tout à fait intéressant pour travailler sur des situations emblématiques de soins qui pourraient être filmées et proposées aux étudiants pour analyser les pratiques • Un dispositif de formation pourrait consister à faire réaliser ces vidéos entre stagiaires à l'issue d'une préparation commune. Tous auraient travaillé à l'élaboration d'un protocole ferme. Par groupes, les stagiaires réaliseraient une séquence pédagogique commune et l'enregistreraient en stage - sans mise en ligne par la suite.
    18. 18. Questions-réponses et points de vue sur la formation :17,85% => Question-réponse • Avez-vous ce type d'ateliers dans vos formations de professeurs des écoles? • Non je n'ai pas eu de formation "théâtre" et je le regrette Petite question: Un bon enseignant est-il toujours un praticien réfléchi? • Si j'osais un peu de provocation, je poserai la question:"Qu'est-ce qu'un bon enseignant ?" Est-ce un enseignant qui fait des séances "tip-top"? Est-ce un enseignant qui est réflexif ?, pour reprendre ta question. Est-ce un enseignant qui se "plante " mais qui est capable d'expliquer pourquoi et comment ? Est-ce un enseignant qui ose ? Et alors qu'est-ce qu'oser d'un point de vue pédagogique ? • Qu'en est-il si l'enseignant ne "progresse" pas? N'y a-t-il pas alors un risque de démotivation? N'a-t-on pas aussi l'impression qu'on applique des "recettes ? … => Point de vue sur la formation • J'avoue avoir pris un peu peur en me lançant dans cette activité en distanciel. Après un début laborieux et beaucoup de temps perdu à tâtonner, le plaisir est venu, la confiance aussi. Pouvoir réfléchir, apprendre, prendre le temps du recul au moment qui convient dans un emploi du temps professionnellement et familialement dense. • Participer à un forum, ce n'est pas la même chose que de participer à une formation en présentiel. J'ai pour ma part un mal fou à être réactif et à avoir un discours construit dans ce cadre
    19. 19. ⇒ Partage des difficultés techniques, découvertes et ré- assurance ⇒ Tâtonnement, sensation d’isolement, échecs, être débutant, découragement • Merci, je me sens moins seule d'avoir tâtonné depuis hier. Sans mode d'emploi à la lettre, ce n'est guère facile. • Non vous n'êtes pas seuls moi aussi je galère un peu pour me lancer... Mais voilà, je crois que cela devrait être bon!!! J'avoue que mes étudiants infirmiers maitrisent beaucoup mieux l'outil informatique et effectivement quand on a quelques lacunes comme moi, on se sent un peu seule. • Quelle galère ! J'ai fait X tentatives successives et infructueuses, pour finalement avoir l'éclair: cela ne fonctionne pas en passant par Chrome. Il me faut donc avoir recours à Mozilla. Ouf, un problème qui est réglé ! • Bonjour à tous et un grand merci à Claudie pour sa solution de connexion! • Oups! Mon "post" est parti sans prévenir... On en fini jamais d'être débutant. je me relance donc:… • Bonsoir 3 (les autres ont disparu avec les bugs de Dokéos :-( ) Serait-il possible de ré-activer la fonction copier-coller ? Car afin de rédiger ma bafouille en dehors des aléa et bugs, je l'ai écrite en fichier texte sur mon ordinateur... Et franchement, après une journée entière de bug de Dokéos, et un nouveau méga bug ce soir … je ne me sens pas le courage de la retaper dans cette magnifique jolie fenêtre qui risque de disparaître à tout moment derrière celle-ci (voir PJ). Difficultés techniques :11,80%
    20. 20. Contexte et méthodologie 2 Professeurs des écoles stagiaires ayant été formées à l’IUFM de Montpellier de 2010 à 2012 Aurélie Margot enseignante en CE1 enseignante en CM2 Etape 1: Recueil des préoccupations Etape 2: Navigation autonome et enregistrée sur la plateforme Etape 3: Réalisation d’entretien d’autoconfrontation à partir des traces des enregistrements vidéos de leur navigation Suivi de navigation de deux enseignantes stagiaires face à Néopass@ction, en autoformation
    21. 21. Schématisation de la plateforme
    22. 22. Quelques présupposés théoriques • La vidéo: « Un « catalyseur puissant» accentuant les potentialités individuelles et collectives, et comme un instrument ambivalent, et même dangereux par les jeux de regard et de pouvoir [qu’il instaure] » (Linard & Prax, 1984) • Néopass@ction: un « outil aide » centrée sur l’activité (Ria & Leblanc, 2011) dans la continuité de préceptes de l’ergonomie de langue française • Situations de simulations vidéo: Immersion mimétique (Leblanc & Sève, 2012) Dans l’immédiat, produit des émotions et échos aux expériences personnelles, professionnelles antérieures A plus long terme « un remodelage de l’expérience » (ibid.) suivant les principes de « modifications-continuations » (Leblanc, 2012, p.173) aidant à la transformation du formé.
    23. 23. Quelques données quantitatives Margot - 31 minutes de navigation - 14 vidéos visionnées Durée de l’autoconfrontation:1h30 Aurélie - 51 minutes de navigation - 17 vidéos visionnées Durée de l’autoconfrontation:1h40
    24. 24. Premiers résultats (1) • Immersion mimétique: • Importance de l’expérience antérieure: Ma. Et donc, là euh c’est bien pour moi parce que je me, je me revois en classe, fin… Ce. Ouais Ma. parce que là en plus c’est des enfants de sixième, donc à la limite c’est des enfants qui ressemblent plus, à mes élèves, donc euh… je m’projette en fait, j’arrive mieux à me projeter, avec ces p’tits, cet âge là disons. Ce. Avec cet âge là, d’accord. Ma. Je projette et en même temps je pratique, fin je fais jamais ça en fait, je fais pas ça moi Ma. Ben, j’l’avais déjà vue et j’l’avais vue avec un regard d’étudiante en master 2 Ce. Oui Ma. Qui n’avait pas sa classe Ce. Humhum Ma. Donc là je l’ai regardée avec mon expérience, ma petite expérience hein, ma petite expérience de « ça fait six mois que je suis dans ma classe de CM2 » donc voilà, euh du coup euh, c’est pas la même manière de euh… je pense que je n’ai pas le même regard aujourd’hui sur cette Guillemette, euh que s’que j’ai pu avoir comme regard l’année dernière en fin Ce. D’accord… Ma. Finalement l’année dernière je sais même pas trop si finalement cette vidéo a pu m’intéresser plus qu’autre chose parce qu’au finale c’était très loin pour moi et j’comprenais pas très bien peut-être même Ma. Mais là cette année pt’être que ça m’permet de m’poser des questions sur moi (rire) du coup. Sur peut-être en fait, j’ai certains élèves dans ma classe qui sont peut-être dépendants de moi en fait, je les rends pas assez autonomes peut-être, j’vais trop vers eux. Ca ça m’permet de…
    25. 25. Premiers résultats (2) • Socialisation professionnelle grâce à la prise de position dans ce qui est donné à voir • Des outils prescrits, des « bonnes pratiques » versus une construction de ses propres outils par une mise en réflexion Ma. Non, ça ne m’apporte rien // Si à part de la réflexion, sur moi, ma pratique, euh, voilà on compare, on réfléchit mais, sinon ça ne m’apporte rien de concret Ma. Et on est en colère contre nous finalement. Fin moi, c’est plus moi qui suis en colère contre moi plutôt que contre lui, parce que c’est moi finalement qui lui propose pas quelque chose d’adapté car si j’arrive pas à lui faire comprendre c’est que c’est pas adapté pour lui. Donc c’est ma faute en fait, et du coup on s’en veut Ce. Et tu t’en veux Ma. Mais elle, c’est pas s’qu’elle dit ! J’ai pas l’impression que c’est s’qu’elle dit. Elle dit plutôt que voilà ça arrive de … d’avoir des moments de défaillance dans l’sens où… on arrive à des moments à blesser l’enfant, sans le vouloir mais que, on arrive pas toujours à trouver les mots justes, voilà un peu s’qu’elle dit j’ai l’impression. Ce. Et toi ça, qu’est-ce que… enfin… ça t’apporte quoi Ma. Encore je l’ai écoutée ! Très honnêtement, quand je l’ai écoutée, et après j’me suis un p’tit peu, comment dire, calmée, j’me suis dis, « oh non quand même, ben non c’est pas normal, c’est pas normal d’avoir des propos blessants face à un élève, il faut pas qu’elle, au début c’est s’que je suis dit quand j’ai vu la, la dame dire ça, fin Guillemette dire ça Ce. Oui Ma. J’me suis dis, « Bon euh, fin elle exagère euh, c’est pas normal de te dire que dans ta carrière tu vas blesser, tu vas… Bon et après j’me suis un peu, remise en question j’me suis dis bon « pt'être que oui, pt’être que c’est vrai »
    26. 26. Ma. De parfois, l’état/ on a l’impression de laisser des enfants de côté, c’est pas du tout notre euh, fin moi c’est pas du tout mon envie, bien au contraire d’ailleurs et pourtant on sait pas, on trouve pas, on n'arrive pas, on… Ouais, ouais, ouais. Donc là ça fait du bien aussi d’entendre ça, parfois. Parce que… ouais. Parce que cette année par exemple, moi qui suis PES… Alors j’ai les conseillés pédagogiques qui viennent dans ma classe, j’ai ma tutrice… quand on les écoute on a l’impression que tout est possible, que tout est réalisable. Que… là tu pourrais faire ça, là tu pourrais faire ci, là tu pourrais faire ça, ça, ça. Mais moi je suis juste euh… enseveli sous tout ce que je devrais faire et que je n’arrive pas à faire, parce j’ai, parce qu’au final c’est pas moi en fait ! Fin c’est pas moi (rire), si c’est moi mais, c’est eux qui feraient comme ça mais moi il faut aussi que j’y arrive à l’faire ! Et je sais pas comment dire mais, des fois c’est s’qu’ils disent [montre la vidéo] « voilà, on a chacun sa pratique, chacun à sa personne ! » et, et ça rassure de savoir que, voilà que justement notre personne est très importante dans, dans ce métier Ce. Hum… Ouais Ma. Et que, faut, c’est beau d’écouter les conseillers pédagogiques, les tuteurs, c’est très bien mais, d’ailleurs ils sont d’une très grande aide parfois, mais parfois ça ne nous ressemble pas donc on y arrive pas et on a encore plus, moi je culpabilise d’autant plus, hein. Ce. Le fait de, voilà, la présence des tuteurs, de Ma. Ben du coup, ils, ils nous font culpabiliser parce qu’on les écoute on a l’impression que c’est super facile à faire Ce. Humhum, d’accord Ma. Alors que pour moi ça me parait être une montagne Ma. C’est-à-dire que ça me donne pas une piste concrète mais maintenant ça me fait réfléchir sur justement la dépendance des élèves et c’est ça qui m’a fait réfléchir parce que justement j’ai pt’être des élèves dans ma classe, moi, qui sont dépendants … peut-être, trop du coup… et qu’on est au contraire là pour tendre vers l’autonomie, vers le, au contraire ils devraient / Ce. D’accord Ma. Plus avoir besoin de moi, c’est ça ! Il faut ! Ce. Humhum Ma. Il faut… Mais c’est ça, ça m’a permis de réfléchir sur moi, sur ma pratique mais c’est quelque chose, voilà, d’abstrait. C’est plus pour moi, pour ma personne, euh.
    27. 27. Premiers résultats (3) • Effet de réassurance en parallèle au sentiment d’appartenance à la communauté enseignante Ma. Ca c’est vraiment des discours qui me sou/, qui me rassurent Ce. Ouais Ma. J’me dis euh, j’suis pas toute seule. [pause dans le visionnage] Ce. Ouais Ma. Je suis pas toute seule à vivre la chose, qu’on a le droit aussi, parce qu’après je vais voir une autre vidéo, on a le droit, ben de pas savoir à un moment comment aider cet élève et c’est vrai que ça rassure en fait d’entendre que… bien oui que c’est pas si facile que dans les livres et que, il faut… Oui c’est, c’est difficile quoi. Ce. Humhum Ma. Et ça fait du bien d’entendre que justement d’entendre des personnes expérimentées qui, qui, qui le disent, qui le disent et qui s’en cachent pas du tout quoi. Ma. Voilà [fait un geste de la main vers l’écran]. On n’a pas toujours la solution et ça j’trouve que c’est rassurant d’l’entendre. / Parce qu’en plus on culpabilise
    28. 28. Discussion • Importance de la présence d’un médiateur car un retour d’expérience trop fort et négatif peut s’avérer contre productif s’il n’est pas transformé, allant jusqu’à remettre en question le désir d’enseigner. • L’immersion mimétique ne semble pas couler de soi, notamment chez les étudiants ayant peu d’expérience en classe. L’activité de l’enseignant observé risque alors de se réduire à une analyse en extériorité minimisant grandement les effets formatifs et transformatifs voulus par la simulation vidéo. Un médiateur qui renvoie le formé à lui-même parait être utile dans ces cas là. • La vidéo utilisée comme une aide et non comme une prothèse prescriptive n’est pas de nature à fournir immédiatement les outils concrets plébiscités haut et fort par les jeunes enseignants ; aussi, une médiation semble nécessaire pour aider au basculement du désir insatisfait de trouver des « bonnes pratiques » à celui de créer ses propres outils grâce à une mise en réflexion.
    29. 29. Merci. Avez-vous des questions?

    ×