Séléction du 1er Grand Prix Littéraire du Web

666 views

Published on

http://chroniquesdelarentreelitteraire.com

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
708
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Séléction du 1er Grand Prix Littéraire du Web

  1. 1. présente le 1 er
  2. 2. Nominés pour « Roman français »
  3. 3. Le grand exil de Franck Pavloff « Description réussie d'une Nature toute puissante, belle et cruelle. » « Peut-être pensais-je retrouver la force de Matin Brun du même auteur ? Dans cet opus, les descriptions se délayent dans la moiteur du pays et l’exploitation du thème principal s’en trouve amoindrie. » « Pavloff raconte les déplacements des hommes et des femmes qui nous montrent à quel point, parfois, ils nous arrivent d'être limités. Une livre qui élève. » « Un roman en discrétion , comme les exilés, étouffant parfois comme le climat de l'Equateur. «  L’auteur offre à son lecteur des descriptions foisonnantes et une langue des plus travaillées, l’emmenant dans un festival de sensations. »
  4. 4. La Perrita d’Isabelle Condou « Un livre qui montre bien comment l'histoire avec un grand H entre en collision avec l'intime des individus. Une histoire de femmes qui concernera  tous les hommes. Dommage que l'écriture soit si banale. » « De beaux personnages de femmes, nuancés, émouvants. » « Rendre la parole aux disparus et leur raconter leur histoire, comme une grand-mère au coin du feu. » « Une émotion qui ne cesse d’augmenter pour exploser à la fin. Une belle réflexion sur l’attente et l’absence. » « Bouleversant d'humanité. » « Un roman bouleversant qui met la lumière sur une des nombreuses périodes troubles de l'Histoire, une époque politiquement instable. On y lit une histoire atroce mais que l'auteur a su mettre en mots avec beaucoup de douceur, avec des mots qui sonnent vraiment juste. »
  5. 5. Conquistadors d’Eric Vuillard « Les amateurs des poèmes épiques adoreront ce livre à l'écriture maîtrisée. On a beau connaître - et pour cause - la fin, l'écriture est si belle que l'on a envie d'aller plus loin. L'anti "turning page", un livre qui donne envie de s'arrêter à la fin de chaque phrase. » « C'est exigeant mais cette route est un bonheur si vous aimez l'épique » « Œuvre parfaitement originale par son thème et sa forme, mais parfaitement classique par son écriture. Grande et belle puissance d'évocation des faits historiques mais aussi des sentiments des protagonistes. » « Ecrit avec la lame de l'épée de Pizarre, acre, ferme, précis, et d'un autre temps. » « Parfois l’absolue maîtrise de la langue met à distance les personnages et l’histoire. C’est dommage car le sujet était porteur… »
  6. 6. Enclave de Philippe Carrese « Un roman cinématographique. On imagine très bien le film qui pourrait être tissé de ce livre au suspense fort, qui révèle un épisode historique que j'ignorais. » « Il y aurait matière à tourner une série historique ou faire un film de genre incroyable. » « Conte philosophique noir sur la violence. Grande force d'évocation de la dramaturgie du huis-clos. Ecriture cinématographique puissante et très efficace. » « Enfermé dehors, et j’y suis resté. » « Un thème peu exploité en littérature, une écriture fluide et agréable. Carrese signe là un roman touchant qui permet de revenir sur la notion de liberté. » « Ce roman montre comment la soif de pouvoir fait partie du tempérament humain. Chassez l'oppresseur et un autre prendra inévitablement sa place, même au sein de ceux qui furent d'abord les opprimés. »
  7. 7. Nominés pour « Roman étranger »
  8. 8. Les aubes écarlates de Léonara Miano « Miano nous offre la profondeur animiste de l'Afrique » « Il est presque parfait selon mes critères, même le défaut de construction est intéressant et intrigant. » « Une écriture maîtrisée, un message fort : voici un roman écrit avec une rage certaine. Miano a déjà tout d’un auteur classique. » « Animé et animiste, cela peut être un lien dans la langue. Luxuriant, oral, et pourtant, tellement moins inspiré que le précédent. » «  Un roman puissant sur une Afrique à la recherche de sa vérité. La pénible tentaive d’un peuple pour se relever d’un passé auquel il ne doit finalement pas s’extraire. Un roman sur la question du pardon plutôt que de l’oubli. »
  9. 9. La clé de l’abime de José Carlos Somoza « Un livre à la mécanique infernale, une fois que vous aurez pris le train avec le héros, vous ne pourrez plus lâcher ce thriller philosophique. » « Passée totalement à côté, je suis totalement inculte en SF et ignorante de l'œuvre de Lovecraft. » « Une recréation où le mythe dispute au futur l'acuité d'analyse des comportements humains; une épopée intérieure et d'anticipation. » « Un début détonnant qui s’embourbe dans la deuxième partie pour finir en feu d’artifices… » « L'auteur manie à merveille la projection dans des univers perméables entre fiction et réalité. On y découvre à chaque fois une réflexion sur les frontières entre littérature et réalité. Quelle impression délicieuse de vertige ! »
  10. 10. Le livre des choses perdues de John Connolly « Un très joli livre sur le pouvoir de l'imagination et le celui de la lecture. Un conte comme on aime en lire enfant. » « Pour une surprise... c'est une surprise ! J'ai retrouvé avec délices et frissons des émotions littéraires de jeunesse. » « Avec ce livre, le lecteur renoue avec les contes de son enfance. Des contes où la censure ne serait pas encore passée. On tremble, on rit au fil de pages ! » « Quand un roman nous propose un voyage dans notre citadelle intérieure avec une telle maîtrise de l'écriture, on ne peut qu'avoir envie de le relire. » « Un chef d'œuvre qui explore avec subtilité et finesse les tourments de l'adolescent confronté subitement à la perte et au deuil. » « John Connolly fait le pari d'écrire un livre pour adultes sur le modèle d'un conte pour enfants. Pari raté, a mon sens. » « L’auteur signe ici une fable cruelle dans laquelle le héros va prendre conscience de la difficulté à grandir, de l'aigreur du monde des adultes. »
  11. 11. Histoire de mes assassins de Tarun J. Tejpal « Dur, mais très bien écrit, Histoire de mes Assassins est le roman exigeant d'un romancier qui ne l'est pas moins, et ne vous laissera pas indifférent. » « Un portrait enlevé, terrible et sans concession de l'Inde moderne. » « A partir d'une idée de départ originale, l'auteur veut dresser un portrait de l'Inde. Le seul hic, c'est qu'il n'y a que l'idée de départ qui soit originale. » « C'est quand même mieux que Dominique Lapierre comme vision réaliste de l'Inde mais moins sympa que le Kamasutra. » « Moderne, cru et violent. » « Ni du reportage, ni de l'essai, une vraie narration, et cette influence anglo-saxonne de l'écriture descriptive et journalistique sublimée par la poussière luxuriante de l‘Inde. » « Un roman dont on ne ressort pas indemne; un roman qu'on ne peut refermer sans se poser un nombre infini de questions. »
  12. 12. Nominés pour « Premier Roman »
  13. 13. L’invisible de Pascal Janoviak « Un roman dans l‘air du temps avec une pointe d'ironie et de drôlerie. » « Conte philosophique d'anticipation, mélange burlesque et émotion qui ne fonctionne pas pour moi. » « Une idée originale et prometteuse ! Malheureusement, une mise en avant de certains travers de notre société moderne qui m’a dérangée. Au final, le message est dilué… » « Découverte d’un futur grand écrivain. » « Un roman qui aurait gagné à l'être. » «Qui sera le futur grand écrivain ? L’auteur ou celui qui a fait la quatrième de couverture ? » « Une manière singulière et décalée de revisiter le fantasme de l’invisibilité. »
  14. 14. L’éclat du diamant de John Marcus « J'ai beaucoup aimé la gouaille de certains passages qui font penser à Audiard. » « Si Olivier Marchall savait ce qu'est l'IDH et Flaubert,  piquait encore à Audiard ses expressions, et tentait d'écrire comme John Grisham , ce savant mélange donnerait John Marcus ... mais j'aime pas les cocktails. » « Des expressions fantaisistes, un style banal, ce polar ne restera pas dans mes annales. »
  15. 15. L’homme de cinq heures de Gilles Heuré « Une révélation. On peut être savant et drôle. Une joyeuse érudition, un livre inventif, toujours surprenant et jamais lassant. La réussite de la rentrée. » « Kaléidoscope brillantissime de tout ce que j'aime dans le roman : humour, érudition, vérité psychologique des personnages. » « Une fantaisie érudite et absurde, sans se prendre la Teste. » « Pour un premier roman, voici un récit bâti sur une intrigue originale. L’auteur possède une culture littéraire manifeste. » « Surprenant, érudit, léger. Un régal. » « Quand un auteur arrive à ce point à restituer un Paul Valéry dans ses complexités, son talent et son humanité tout en conservant la part d'imaginaire, il est difficile de ne pas célébrer L'homme de Cinq heures. » «  Un style puissant et ciselé au service d’une rencontre hors du temps. »
  16. 16. La peine du menuisier de Marie Le Gall « Attends-toi, lecteur, à avoir une chape de plomb qui s’abat sur toi lorsque tu ouvriras ce livre ! L’écriture maîtrisée de ce récit te mènera tranquillement vers une révélation finale bouleversante. » « C'est de ma peine à moi dont il a été question ici : quel pensum! » « Un vrai style, un premier roman forcément autobiographique, malheureusement trop, la vie rêvée a peut être plus d'intérêt que la vraie.. La vérité est ailleurs, en tout cas pas dans le Finistère, n'en déplaise aux Innocents. » « Rappelle trop Annie Ernaux. » « Une écriture tout en douceur et en retenue. Un premier récit, autobiographique, que l'on suppose nécessaire : une catharsis, un exutoire.  »
  17. 17. Le livre des nuages de Chloe Aridis « Une ouverture captivante et une héroïne attachante et rêveuse... pour les esprits rêveurs. » « Noir, labyrinthique, brouillardeux. » « Voici un roman flirtant avec le fantastique, le ton nimbe la capitale berlinoise d’un halo onirique. » « Nébuleux et vague comme un cumulonimbus. » « J’étais sur le mien en attrapant le livre des nuages et peut être que j'en préfère la théorie. Mais, auteur à suivre absolument. » « Un roman écrit tout en délicatesse, qui marque la fin d'une époque tout en peignant la difficulté pour son personnage principal à s'inscrire dans une nouvelle ère. Un roman qui tente également de dire le déracinement à un pays, au monde presque. »
  18. 18. Les jurés parlent de leur expérience <ul><li>Etre juré est une expérience étonnante. Devoir lire des livres qu'on n'aurait jamais achetés offre quelques bonnes surprises. Désormais, je plains les critiques littéraires, car certains livres m'ont montré à quel point certains éditeurs ont oublié ce qu'était leur métier. </li></ul><ul><li>La lecture &quot;forcée&quot; d'un grand nombre de romans en quelques semaines, est un exercice plein d'enseignements. </li></ul><ul><li>L’expérience a été intéressante, même si elle s’est révélée très chronophage. Comment passer d’un livre à un autre sans passer par la case digestion ? </li></ul><ul><li>Exercice terrible. Limite surhumain. Je crois que je ne vais pas lire pendant au moins quinze jours ! </li></ul><ul><li>La grande difficulté réside dans l'inadéquation parfois du message que l'on veut transmettre et de son goût personnel pour une certaine littérature. L'exigence envers l'écriture n'est pas la même pour tous, mais cohérente et justifiable chez tous. Au final, c'est quand même l'amour des mots qui nous permet de partager un poulet citron sans nous taper dessus et avec plaisir, en continuant à argotier pour défendre nos positions. </li></ul>

×