"Les geeks se débranchent" Interviews Figaro
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

"Les geeks se débranchent" Interviews Figaro

on

  • 330 views

Interview dans le Figaro du 3 juin 2010. L'idée est venu lors d'une discussion avec la journaliste sur ma fatigue des notifications. En pleine essor les réseaux n'étaient pas "ajustés" dans le ...

Interview dans le Figaro du 3 juin 2010. L'idée est venu lors d'une discussion avec la journaliste sur ma fatigue des notifications. En pleine essor les réseaux n'étaient pas "ajustés" dans le filtrage des infos et une réel fatigue s'était installé à l'époque. Le phenomene a d'ailleurs donner des livres et des essais sortis dans les 18 mois suivant cette interview, à l'instar de "J'ai débranché: Comment revivre sans internet après une overdose" de
Thierry Crouzet sorti en 2012.

Statistics

Views

Total Views
330
Views on SlideShare
330
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

"Les geeks se débranchent" Interviews Figaro Document Transcript

  • 1. jeudi 3 juin 2010 LE FIGARO A 8 franceSOCIÉTÉ CÉCILIA GABIZON INTERNET À mesure qu’Internet vampi- rise le monde, les inquiétudes se généra- lisent. Et les demandes de règles claires se font plus pressantes. Sans pour autant, entamer l’attrait du Net. C’est le paradoxe Facebook, succès planétaire avec 450 millions de membres malgré les polémiques récurrentes, ou de Goo- gle sans cesse montré du doigt pour son hégémonie, mais porte d’entrée princi- pale du Web. Car l’utilisateur n’entend pas renoncer aux immenses possibilités de la Toile, à cette proximité inédite avec le monde entier, au nom de risques qu’il perçoit, mais dont les conséquences pa- raissent rarement dramatiques. Si les internautes n’envisagent ni l’abstention ni les solutions techniques qu’ils jugent compliquées pour mieux £ ++ ================================================ //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// :: /////////////////////////////////////// ::::::::::: ////////////////////////////// ::::::::::::::::::::::::::: ........... ;;;;; ctrl t cmmdd 79 % 20 % 77979797 % 0 %%%%%%%%%%%%%%% 79 %20 % 1% ******* $$$$$$$$$$$$ 75%25% 61%39% 53%46% 1% cc 35%63% 2% aaaaaalt85% 15% Trèsinquietou assezinquiet Peuoupasdu toutinquiet Sansopinion EnquêteTNSSofresréalisée du26au30avril2010selonla méthodedesquotasauprèsd'un échantillonde1200personnes représentatifdelapopulation françaiseâgéede15ansetplus. PhotoFigaro ...les pouvoirs publics ...n'importe qui ...des collègues ou collaborateurs ...des membres de votre famille ...des entreprises commerciales ...des pirates informatiques%%%%%%%%%%%%%%%%% ùùùùùùùùù 6161%%399%% ...%%%%%%%%%%%ntrepriseen es mmercialcom les Êtes-vous inquiet que vos données sur Internet puissent être vues et utilisées par... P gérer leurs données… Ils réclament de plus en plus « le droit à l’oubli », la possi- bilité de supprimer, définitivement, leurs profils sur les réseaux sociaux comme Facebook. Et cette clameur monte, aux États- Unis comme en France, où vient de s’achever la consultation lancée par Na- thalie Kosciusko-Morizet, la secrétaire d’État au Numérique : quelque 74 % des votants demandent un véritable droit de vie et de mort sur leurs profils mais aussi leurs traces, celles qui les désignent comme amateurs de foot, de chaussures ou de voyages et que Google ou Face- book vendent aux publicitaires. Beau- coup aimeraient même pouvoir récupé- rer leurs données, qui sont pour l’instant presque impossibles à « déménager » d’un site à un autre. Lorsqu’on ferme son profil, on perd ses souvenirs. Globalement, les internautes vou- draient mieux contrôler leur image nu- mérique, mais sans trop d’effort, semble indiquer la consultation. Ils rechignent à régler « les paramètres de confidentiali- té », devenus, il est vrai, aussi opaques et enchevêtrés que la forêt amazonien- ne. En l’espace de quelques années, le nombre de ces critères sur Facebook a bondi, laissant les membres nonchalants ou débutants à la merci du regard public. Sans réglage, on peut retrouver le profil Facebook d’une personne par un moteur de recherche, lire son nom, sa date de naissance, son diplôme et voir quelques- uns de ses amis et de ses pages préfé- rées… Seuls les messages restent cachés. Par son ampleur, Facebook, concen- tre les critiques. Ses tentatives commer- ciales agressives et son manque de transparence dans la gestion des don- nées ont parfois alimenté, chez ses membres, le sentiment d’être floués. Quelque 30 000 personnes se seraient désinscrites lundi dernier au cours d’un « Quit Facebook Day » organisé par deux Canadiens… Une goutte d’eau dans l’océan des « amis ». Mais 60 % des Le Net veut s’acheter une bonne conduite Les internautes comme les responsables politiques souhaitent à présent mieux préserver leur vie privée. IL A TENU un blog dans la préhistoire de l’Internet, s’est déployé sur Facebook à peine le réseau social lancé, a twitté quand personne n’en avait entendu parler, et vientdedevenir« lemaireduThéâtredela ville » dans le monde virtuel de Foursqua- re, un site de géolocalisation lancé récem- ment en France, où chacun signale ses dé- placements, pour retrouver des membres et de devenir… maire en cas de fréquenta- tion assidue ! « Et maintenant, je vais dé- crocher, parce que l’hyperconnexion est un peu vaine, que je n’ai pas envie d’aller saluer des inconnus juste parce qu’ils pointent à Foursquare », assure Raphaël Labbé, en- trepreneur du Web, créateur d’ulike.net. Comme lui, des centaines de « geeks », ces jeunes amateurs de nouvelles technologies quiontlancélesnouvellesmodesduNeten France, commencent à saturer, annonçant peut-être une évolution plus massive. «Prime à la présence» « Mon téléphone bipe à chaque seconde pour m’annoncer la localisation de person- nes que je connais à peine, ou encore que l’on m’a poké (c’est-à-dire gratifié d’une petite salutation virtuelle, NDLR) ou qu’une alerte google a retenti, signalant qu’à un bout de la toile on a parlé de moi, tandis qu’une pluie de messages Twitter tambourine… Je n’en peux plus », confesse Stéphanie, pourtant animatrice de com- munauté sur le Net. Après des hésita- tions, elle vient de retirer le « push » de son iPhone, cette fonction qui lui signale la moindre activité de son réseau. Facebook et ses masses d’amis qu’on n’identifie même plus est « devenu un tor- rentdeconfessionsinutiles,unesortedemé- téo des humeurs, qui peut vous occuper pen- dant des heures, avant de se retrouver bien seul pour déménager », raille Fabien, qui lève le pied après deux années d’addiction. Noyés sous les messages, ces geeks en- tament une mue. Ils ne désertent pas le ré- seau. Mais condamnent certains outils. « On ralentit les connexions », dit ce res- ponsable de communication d’une fonda- tion. À contre-courant de ceux qui se font un nom sur le Net aujourd’hui, « en twit- tant en permanence, en occupant le terrain. Car il règne encore une prime à la présence sur la Toile, selon Raphaël Labbé, mais, dé- sormais, on peine à identifier qui parle de quoi. » D’autant que chacun « pollénise », diffusant sur tous les supports, en moult exemplaires, donc, sa prose et celle des autres, que l’on re-twitte sans fin. Pour parfois tourner en rond. Les pionniers du Net peinent à recon- naître le Twitter des débuts, « véritable fo- rum de geeks », selon Maëlis Jamin-Bizet, de l’agence de veille Internet Human to Human. Il est ensuite « devenu un outil pour partager des liens vraiment intéres- sants. On pouvait suivre de vrais leaders d’opinion sur des sujets pointus. Mais, à partir de la massification, à l’été 2009, la conversation a pris le dessus, comme le buzz, au détriment des informations », esti- me cette spécialiste. Les geeks qui utilisaient justement leur compte twitter, leur profil ou leur blog comme une vitrine, pour faire de leur nom une marque, pâtissent de cette mas- sification. « Avant, lorsque j’envoyais un message, j’avais énormément de retour. Aujourd’hui, j’ai plein de followers (per- sonnes qui suivent votre production twitter, NDLR), mais très peu de répon- ses », poursuit Florence, qui s’était in- vestie sur le Net pour faire connaître son groupe de musique. Maintenant, pour faire venir des spectateurs, « il vaut mieux téléphoner », assure-t-elle. Ce que Maëlis Jamin-Bizet, spécialiste de la communication sur le Net, appelle pro- longer l’amorce faite sur les réseaux par un échange en IRL… In real life ! I C. G. Les «geeks» se débranchent Les internautes rechignent à régler « les paramètres de confidentialité », devenus, il est vrai, aussi opaques et enchevêtrés que la forêt amazonienne LE WEB n’est pas sans loi. Il est au contraire régi par moult codes civils : sur Google et Facebook, qu’on les consulte en France ou aux États-Unis, c’est la loi californienne qui règne. Le lé- gislateur français peine donc à réguler ces opérateurs, qui se montrent plus sensibles aux protestations des inter- nautes. Car « la gratuité n’est qu’appa- rente. En réalité, le consommateur “échange” ses données personnelles contre le droit d’utiliser le service », rappellent les députés UMP dans un rapport sur l’éthique du numérique. C’est pourquoi Nathalie Kosciusko- Morizet, secrétaire d’État au Numéri- que, espère clarifier les relations entre les utilisateurs et les sites par une charte. Le texte définitif devrait être prêt d’ici à la fin du mois. Les signataires vont probablement accepter un « pa- ramétrage par défaut protecteur », « clarifier les catégories de personnes qui ont accès à chaque type de conte- nus publiés » et permettre aux « utili- sateurs de résilier facilement leur ad- hésion ou de supprimer leur compte ». La charte devrait aussi encourager, lorsque c’est possible, les utilisateurs à prendre un pseudonyme et le recom- mander fortement aux mineurs. Enfin certains internautes ont suggéré d’instaurer une date de péremption des données publiées ou encore la possibilité pour l’internaute de désin- dexer son nom des moteurs de re- cherche. C. G. Une future charte membres seraient prêts à quitter le ré- seau, selon une étude menée par la so- ciété de sécurité informatique Sophos. Possibilités commerciales La direction de Facebook a senti le dan- ger et vient d’annoncer une simplifica- tion de ces critères de confidentialité. Ils passent de 50 à 15. Mais Marc Zucker- berg, le fondateur, n’a pas cédé à l’appel des hommes politiques ou des Cnil euro- péennes qui réclamaient un réglage par défaut totalement protecteur, réservant les données aux seules personnes admi- ses comme « amies ». Car la visibilité participe du rayonnement du site et de ses possibilités commerciales. Difficiles à réglementer par la loi, les pratiques sur le Net interpellent de plus en plus les politiques. Les députés UMP Hervé Mariton, Lionel Tardy et Patrice Martin-Lalande recommandent que leur groupe privilégie, après la contestée loi Hadopi, de la pédagogie et les propo- sitions concertées avec les acteurs du Net. Tandis que Nathalie Kosciusko- Morizet devrait finaliser dans les semai- nes qui viennent une charte de bonnes pratiques (voir encadré). Mais il ne faut pas attendre la salvation des acteurs du Net, si les comportements des utilisateurs n’évoluent pas, insiste- t-on chez NKM. Les pionniers du Net, ces geeks férus de nouvelles technolo- gies, commencent d’ailleurs à saturer (voir ci-dessous) d’une vie entièrement connectée, ce qui annonce, peut-être, une évolution de fond. D’autant que la moitié des internautes ont cette année tapé leur propre nom dans un moteur de recherche. Découvrant parfois, à leurs dépens, que le Net a bonne mémoire. I «Facebook est devenu un torrent de confessions inutiles qui peut vous occuper pendant des heures »FABIEN, DÉÇU DU RÉSEAU SOCIAL Les Français redoutent surtout les pirates du Net TENTACULAIRE, globalisé, mené par des acteurs privés, l’Internet fait peur. Les Fran- çais redoutent surtout d’y croi- ser un pirate informatique. Se- lon une récente étude menée par TNS pour Microsoft, 79 % des utilisateurs craignent d’être dépouillés par des ma- fieux du clavier. Ils sont encore 75 % à s’inquiéter d’une mau- vaise rencontre avec un « in- connu » prêt à utiliser à mau- vais escient des informations laissées sur le Web ou, plus gra- ve, à détourner un enfant. Les parents multiplient les invita- tions à la prudence. L’utilisa- tion commerciale de tout ce que les moteurs de recherche savent de nous effraie, elle, 65 % des personnes, mais af- fecte peu les comportements. Tandis que 53 % craignent les pouvoirs publics, perçus com- me un Big Brother. Mesures sécuritaires Beaucoup d’utilisateurs du Net piratant, à l’occasion, des mor- ceaux de musique ou des films, le vote d’Hadopi ou encore l’adoption de mesures sécuri- taires dans la Loppsi, au nom de la lutte contre la cyberpédo- philie, ont donné le sentiment d’une reprise en main du Web par l’État. Et alimenté, chez certains, la crainte d’une sur- veillance, qu’elle soit policière ou fiscale. Ces peurs relèvent parfois du fantasme. Moins on fréquente l’Internet, plus on le diabolise, d’ailleurs. Les plus de 65 ans prônent souvent l’abstinence technologique ou l’expression minimale, pour limiter les ris- ques. À l’inverse, plus on est fa- milier du Web, moins on craint ses traquenards. « 70 % des jeu- nes de 15 à 24 ans pensent qu’ils maîtrisent ce qu’ils disent d’eux sur la Toile », souligne le socio- logue Jean-Claude Kaufmann, auteur de Sex@amour. Si ces jeunes urbains se dévoilent à dessein, ils réservent cependant leur numéro de téléphone ou leur adresse aux vrais amis, et non à leurs fréquentations vir- tuelles. Comme une dernière barrière entre l’univers du nu- mérique, où, de pseudo en pro- fil, ils se mettent en scène, et la vraie vie, dont ils aimeraient te- nir à distance les êtres juste croi- sés sur la toile, « sans toujours comprendre, regrette le sociolo- gue, que ces deux mondes ne sont plus vraiment séparés ». I C. G. «À partir de la massification de Twitter, à l’été 2009, la conversation a pris le dessus, comme le buzz, au détriment des informations »RAPHAËL LABBÉ, ENTREPRENEUR DU WEB ALDOSPERBER/PICTURETANK