Your SlideShare is downloading. ×
ULCC BILAN DE FEVRIER 2012 A JANVIER 2013.
ULCC BILAN DE FEVRIER 2012 A JANVIER 2013.
ULCC BILAN DE FEVRIER 2012 A JANVIER 2013.
ULCC BILAN DE FEVRIER 2012 A JANVIER 2013.
ULCC BILAN DE FEVRIER 2012 A JANVIER 2013.
ULCC BILAN DE FEVRIER 2012 A JANVIER 2013.
ULCC BILAN DE FEVRIER 2012 A JANVIER 2013.
ULCC BILAN DE FEVRIER 2012 A JANVIER 2013.
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

ULCC BILAN DE FEVRIER 2012 A JANVIER 2013.

1,064

Published on

UNITE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION (ULCC) …

UNITE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION (ULCC)
BILAN DE FEVRIER 2012 A JANVIER 2013

Published in: News & Politics
1 Comment
4 Likes
Statistics
Notes
No Downloads
Views
Total Views
1,064
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
6
Comments
1
Likes
4
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. UNITE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION (ULCC) BILAN DE FEVRIER 2012 A JANVIER 2013La lutte contre la corruption constitue l’un des aspects fondamentaux de l’objectif inscrit dans lapolitique générale du gouvernement qui consiste à instaurer l’État de droit en Haïti.Par ailleurs dans le but de réduire les risques de corruption et de revaloriser les institutions publiques,L’ULCC poursuit la mise en œuvre de la stratégie nationale en matière de lutte contre la corruptionadoptée depuis 2009. Cette stratégie cible neuf axes prioritaires portant sur : • le renforcement du cadre institutionnel et légal de prévention et de répression de la corruption, • la promotion de la transparence dans la perception, le recouvrement et l’utilisation des recettes fiscales et douanières • l’amélioration du niveau de compétence et d’intégrité des cadres de l’administration publique • Le renforcement des procédures de passation de marchés publics • La promotion et le renforcement de la déconcentration et de la décentralisation des pouvoirs de décisions • Le renforcement de l’action des médias et de la société civile • L’intensification de la coopération internationale en matière de lutte contre la corruption • L’amélioration du mode de fonctionnement des partis politiques • L’implication du Parlement dans la lutte contre la corruption.Voici donc les activités réalisées par l’ULCC de février 2012 à Janvier 2013: a) Campagne de communicationDepuis Février 2012, l’ULCC a multiplié ses interventions dans les médias. A ce titre, plus d’unecentaine d’entrevue ont été accordées par le Directeur Général à plusieurs médias notamment ScoopFM, Caraïbes FM, Le Nouvelliste, Radio et télé Métropole, Radio Vision 2000, Radio RFM, TélévisionNationale d’Haïti, Radio Télé Ginen et Radio Kiskeya etc b) Déclaration de patrimoine 1
  • 2. De Février 2012 à Janvier 2013, la collecte des déclarations de patrimoine s’est intensifiée. En effet aucours de cette période, l’ULCC a reçu deux cents dix sept (217) formulaires de déclaration de patrimoine,soit en moyenne 18 déclarations par mois, ce qui représente une 26 % du nombre total de déclarationscollectées depuis le lancement des opérations en 2009. Tableau 1 Evolution du nombre total de formulaires reçus depuis 2009 au 31 janvier 2013 Année 2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013 TotalNombre de formulaires 435 38 177 40 690 reçusEn date du 22 janvier 2013, 85 % des membres du gouvernement avait fait leur déclaration depatrimoine. En effet, le Président, le Premier Ministre et tous les Ministres avaient fait leur déclaration depatrimoine, parmi les seize Secrétaires d’État, dix avaient fait leur déclaration. Cependant, à partir deschangements effectués au sein gouvernement le 22 janvier 2013, cinq (5) nouveaux ministres etdeux 2 secrétaires détat doivent faire ou actualiser leur déclaration de patrimoine afin de respecter lequota des 100%. Tableau 2 Evolution du nombre de formulaires collectés pour le Gouvernement Martelly –Lamothe au 22 janvier 2013 Gouvernement (Martelly-Lamothe) Catégories Nombre de Nombre de Pourcentage formulaires reçus formulaires attendus Président 1 1 100 % Premier ministre 1 1 100% Ministres 22 22 100 % Secrétaires d’État 10 16 62.5 % Total 36 40 85 %Pour ce qui concerne les Directeurs Généraux, 67.5% ont fait leur déclaration de patrimoine. 2
  • 3. Tableau 3 Nombre de formulaire collectés pour les Directeurs généraux et directeurs généraux adjoints au 22 janvier 2013 Déclaration de patrimoine/ Directeurs Généraux Catégories Nombre de Nombre de déclarations Pourcentage déclarations reçues attendues Directeurs Généraux et adjoints 56 83 67.5% (entrant et sortant)Dans le cadre de cette campagne, plusieurs correspondances ont été envoyée aux personnalités assujetties à ladéclaration de patrimoine, des exploits dhuissier ont été notifié aux réfractaires. Ainsi, une liste de hautsfonctionnaires a été acheminée au Ministre de lEconomie et des Finances en application de larticle 16 de laloi du 12 février 2008 ainsi stipulé:" Toute personne assujettie à la déclaration de patrimoine qui, à léchéance des délais prévus auxarticles 8, 8.1, 8.2 et trois (3) mois après un rappel par exploit dhuissier notifié à la diligence delULCC, à personne ou à domicile réel, naura pas rempli cette formalité, sera privée dun quart(1/4) de ses émoluments jusquà ce quelle fournisse la preuve de laccomplissement de cetteformalité. LULCC a pour obligation de produire ce rappel dans un délai de soixante (60) jours." c) Actualisation du cadre légal sur la prévention et la répression de la corruption Dans la perspective d’harmoniser les lois haïtiennes avec la Convention Interaméricaine Contre la Corruption (CICC) et la Convention des Nations Unies Contre la Corruption (CNUCC), l’ULCC a élaboré un avant-projet de loi portant sur la prévention et la répression de la corruption. Ce texte a pris en compte des infractions de corruption qui n’étaient pas encore punies par le Code Pénal haïtien. En vue de faciliter le dépôt et le vote de ce projet de loi, une retraite parlementaire a été organisée du 9 au 11 Mars 2012 à Moulin-Sur-Mer afin de sensibiliser les parlementaires sur la question. A la fin de cette rencontre, trente et un (31) parlementaires dont cinq (5) sénateurs et vingt six (26) députés ont 3
  • 4. signé la déclaration de Moulin sur Mer qui témoigne de leur engagement à adopter une législation appropriée en vue de renforcer la lutte contre la corruption. La commission anti-corruption du Senat a déjà déposé son rapport afin que le texte soit mis au vote. Parallèlement, avec lappui de l lULCC, la Fondation Héritage Pour Haïti (LFHH) a soumis au Parlement deux propositions de loi, lune portant sur laccès à linformation et lautre portant sur la protection des dénonciateurs et des témoins. d) Conduite d’investigations Le nombre total de dossiers de plaintes ou dénonciations reçus à l’ULCC depuis 2004 s’élève à cent soixante neuf cas (169). De Février 2012 à Janvier 2013, lULCC a reçu quarante deux dossiers(42 ) soit en moyenne quatre (4) cas par mois. Quatre dossiers ont été transmis aux autorités de poursuite :un au parquet de P-de-Paix, deux à celui de Saint-Marc et un à celui de P-au-P. Tableau Evolution du nombre de dossiers de plaintes/dénonciations traités par l’ULCC au 31 janvier 2013 Nombre 2004- 2005- 2006- 2007- 2008- 2009- 2010-2011 2011- Oct Total 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2012 2012- Jan 2013Nombre de plaintes/dénonciations 8 7 25 32 27 13 8 38 11 169 reçues Nombre d’enquêtes finalisées 1 1 4 5 4 1 - 4 6 26Nombre de cas déférés devant la 1 1 4 5 4 1 - 4 - 20 justice et/ou aux autorités compétentes e) Suivi de la mise en application des Conventions internationales contre la corruption Le mécanisme dexamen de la mise en application de la Convention des Nations Unies contre la Corruption (CNUCC) et le mécanisme dexamen de la mise en application Convention Interaméricaine Contre la Corruption (MECISIC) consistent en un processus d’évaluation par les pairs établi entre les Etats parties auxdites conventions. Ces mécanismes comporte des cycles successifs où les Etats évaluent réciproquement la mise en application des dispositions de la sélectionnées pour l’évaluation. A ce titre, un comité d’experts a été constitué en vue de la conduite de ces évaluations. Plusieurs rencontres nationales et internationales ont déjà été réalisées et d’autres sont programmées dans le cadre de cet exercice. Haïti sera évalué au cours de lannée 2013 dans le cadre de la Convention des Nations Unies Contre la Corruption. 4
  • 5. f) Code d’éthique L’ULCC a préparé un projet de code d’éthique à l’intention des agents de la Fonction Publique. Ce code sera publié par arrêté présidentiel trois mois après la promulgation de la loi portant prévention et répression de la corruption. g) Création d’un comité interinstitutionnel de lutte contre la contrebande , la fraude fiscale, le blanchiment d’argent et la corruption. L’ULCC a la responsabilité de coordonner les activités du comité interinstitutionnel de lutte contre la contrebande, la fraude fiscale, le blanchiment d’argent et la corruption. De juillet à Septembre 2012 les actions du comité ont permis à lEtat haïtien de percevoir plus quarante millions de gourdes (40,266,919.19) Tableau récapitulatif des recettes générées par les brigades mixtes et les postes fixes au cours de la période allant du 1er juillet au 31 décembre 2012 Juillet 2012 Aout 2012 Septembre Octobre 2012 Novembre Décembre 2012 2012 2012Braches     947,553.06   962,657.03   830,071.80   551,805.36   674,896.95   393,890.00  Sources  Matelas       816,778.83   1,331,135.18   991,631.37   732,169.90   908,548.66  Ganthier   2,432,018.95   2,331,315.18   1,816,787.83   2,  272,046.27   1,132,368.20   2,421,040.29  Morne  à    cabri       649,906.61   4,406,691.56   306,645.37   253,843.30   264,857.19  Terrier  rouge   292,438.03   760,657.65   645,906.61   487,970.02   812,936.35   652,246.01  Brigades  mobiles     -­‐   316,327.91   148,508.42   445,521.04   0.00      Operations  nocturnes  menées  par               1,  025,461.59   354,813.08   617,501.65  les  Brigades  mobiles  (dossiers  traités  à  la  Douane  de  l’Aéroport  Operations  menées  par  la               600,179.51   682,419.59  Coordination  des  Brigades  (Office  central)   brigades  mobiles  à  Anse  a  Pitre                 1,056,732.29   1,340,215.95   Intervention  de  la  Brigade  2  au                   5,452,843.44   port  de  Miragoane   Brigade  Fixe  a  Thommassique                   836,979.02   Total   3,672,010.04   5,837,643.21   9,179,101.40   2,783,573.16   5,617,939.58   13,176,651.80   h) Ouverture des bureaux de province Le projet d’établissement de bureaux départementaux de l’ULCC répond à un double objectif : • Doter l’ULCC de moyens nécessaires pour accroitre sa présence dans les dix (10) départements géographiques, conformément au décret du 8 septembre 2004. 5
  • 6. • Répondre aux attentes manifestes et légitimes des populations des dix (10) départements géographiques exprimées lors des ateliers départementaux sur la nécessité détablir des représentations régionales de l’ULCC comme élément fondamental de dissuasion dans la logique d’une bonne stratégie de Lutte Contre la Corruption.Ainsi, le 31 janvier 2013, le Directeur Général de lULCC a inauguré le bureau de Hinche qui est lecinquième après les autres bureaux de province ouverts dans l’ordre chronologique suivant : • 1er Juillet 2008 : inauguration du bureau de Miragoane • 4 Mai 2010 : inauguration du bureau de Saint –Marc • 5 Aout 2010 : inauguration du bureau du Cap • 22 Octobre 2010 : inauguration du bureau des Cayes.Laction des bureaux de province est supervisée par un coordonateur des bureaux départementaux. i) Renforcement du bureau central et des bureaux départementaux de l’ULCCDans le but de combler le déficit en personnel, en infrastructures et en équipements et d’assurer unemeilleure performance dans la conduite des enquêtes, l’ULCC a entrepris plusieurs activités visant àrenforcer les capacités du bureau central • Acquisition de trois véhicules • Recrutement de nouveaux employés et cadres techniques • Acquisition d’équipements informatiques et de matériels de bureau • Initiation de démarche en vue de l’installation d’une ligne ouverte (hot ligne) pour recevoir les dénonciationsPERSPECTIVES POUR L’ANNEE 2013Prévenir, dépister, sanctionner et éliminer les actes de corruption et infractions assimilées : telle sera notremission première dans le cadre de cette lutte puisque, faut-il le souligner, nous devons corriger le score del’indice de perception de la corruption dans notre pays. Nous allons faire de notre mieux pour que, d’ici àla fin du mandat du Président de la République, Haïti passe de 1.8 à 4.5. C’est un défi de taille, certes,mais nous allons nous engager fermement dans cette bataille. La mobilisation pour faire avancer latransparence, l’éthique et l’intégrité ne doit pas fléchir face à la difficulté de la tâche et à l’héritage 6
  • 7. conséquent de décennies de gestion hasardeuse. C’est le gage de notre marche vers le progrès et lamodernité.A cet effet, comme le prévoit la Stratégie Nationale de Lutte contre la Corruption, l’ULCC va, au coursdes prochains mois, mettre l’accent sur les points suivants : • La mise en application de la loi du 12 février 2008 portant déclaration de patrimoine par certaines catégories de personnalités politiques, de fonctionnaires et autres agents publics. Dans cette perspective, elle va poursuivre la campagne de sensibilisation entreprise dans la presse écrite, parlée et télévisée de la capitale, laquelle sera relayée dans les différents départements géographiques du pays, notamment par les directeurs départementaux de l’ULCC à l’intention des cadres des services déconcentrés des ministères et des collectivités territoriales concernés. L’objectif est de porter toutes les personnes visées par la loi à accomplir cette formalité. • La sensibilisation du public sur les enjeux et les défis de la lutte contre la corruption. Un accent particulier sera mis sur la vulgarisation de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption qui comporte des actions à réaliser par des institutions étatiques dont le Parlement, la Direction Générale des Impôts, la Direction Générale des Douanes, l’Autorité Portuaire Nationale, la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif, le Ministère de l’Economie et des Finances, les Parquets, le Ministère de la Justice et de la sécurité Publique, pour ne citer que celles-là. Il est prévu une évaluation du niveau d’implication des secteurs dans la mise en œuvre de ce document. • Le suivi des dossiers transmis aux autorités chargées des poursuites judiciaires. Elle poursuivra les enquêtes déjà entamées et envisage de conclure au moins dix (10) d’entre elles au cours des prochains mois. D’autres dossiers seront soumis au cours des deux prochains mois. • La signature dun accord de partenariat avec la CSCCA pour un meilleur suivi des cas de détournements de fonds commis par les comptables de deniers publics. • La déconcentration de l’institution avec l’ouverture très bientôt de deux nouveaux bureaux départementaux respectivement à Port-de-Paix et à Ouanaminthe, 7
  • 8. • La vulgarisation de la loi portant prévention et répression de la corruption, une fois votée, promulguée et publiée. Par le vote de cette loi, Haïti serait passé du stade d’un Etat qui cautionne ou encourage la corruption à un Etat responsable, désireux de s’aligner au rang des autres pays qui se dotent d’instruments légaux en vue de contrer ce fléau qui détruit les sociétés.• Le vote de cette loi devrait être suivi d’un certain nombre de mesures telles : un code d’éthique des agents de l’administration publique, une loi sur le financement des partis politiques, une loi portant protection des consommateurs, un arrêté portant création et organisation du Comité consultatif mixte en appui à l’ULCC et l’adoption de codes de déontologie des professions.• La révision du décret du 8 septembre 2004 portant création de l’ULCC, vue l’extension de sa juridiction dans le secteur privé. Cette action viendra renforcer la mission et le mandat de l’institution dans le milieu.• La préparation de l’évaluation de l’application par Haïti de la Convention Interaméricaine contre la corruption et de la Convention des Nations Unies contre la Corruption.• La signature dun pacte dintégrité avec le secteur privé pour sceller leur engagement à lutter contre la corruption.• La mise sur pied, en partenariat avec la CNMP, dun observatoire sur la passation des marchés publics.• La mise en place dune ligne rouge pour recevoir les dénonciations de corruption. 8

×