• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Politique generale   finale
 

Politique generale finale

on

  • 1,803 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,803
Views on SlideShare
1,800
Embed Views
3

Actions

Likes
2
Downloads
39
Comments
2

2 Embeds 3

https://si0.twimg.com 2
http://a0.twimg.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel

12 of 2 previous next

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
  • Vous n'avez que cinq mois à la Primature ,, vous faites montre de Premier Ministre responsable , nous ne croyons pas nos yeux tant que vous travaullez , Le chemin est difficile des fois, vous travallez avec assiduité, dans tous les secteurs ,sans exclure personne ., Félicitations !,
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
  • Felicitations PM !
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Politique generale   finale Politique generale finale Document Transcript

    • VERSION FINALE – DECLARATION POLITIQUE GENERALEHonorables ParlementairesSe yon gran lonè pou mwen jodya poum parèt devan nou tout, ki reprezantegrandèt majè peyi-ya, nou menm ki se Reprezantan Pèp la, yon fason poum patajeak nou jan manman lwa peyi-ya mandel, « Déclaration Politique Généralegouvènman-an » kem pral dirije ya, yon fason poun rive jwenn aprobasyon noutout ki la-a, apre vot konfians kem souwete resevwa lan men nou.Kom nou konnen, peyi dAyiti lan mitan yon kafou istorik ki mande poun prananpil desizyon ki ka ede pèp ayisyenan vanse sou wout progrè ak developman.Prézidan Républic la Son Excellence Michel Joseph Martelly, fèm pi gran onè, lolchwazim poum vin dirije pwochen gouvènman peyi-ya. Map pwofite dil mèsianpil, epi jodya map di byen fo sou Tribune sa-a, kem gen anpil rekonesans poukonfiyans ke Prezidan Martelly fèm. Senatè map di nou mèsi tou pou konfians kenou fèm lefèt ke nou ratifye chwam, poum vini Premye Minis ki tankou yonKaptenn pral dirije bato peyi-ya poun travèse yon impass ki difisil.Mwen konnen ke travay la anpil, men, mwen aksepte nominasyon sa-a paskemwen gen you sèl volonte : sèvi peyi’m ansanm ak nou, travay pou peyi-m, epoumisyon sa-a, nou mèt kwèm, menm jan ak nou, mwen pap bouke.Nou pral travay ansanm avek anpil pasyon, anpil kouray pou nou rive fè objectifprogrè ak devlopman-an pran chè, o nivo ekonomik esosyal jan prezidan peyi-amandel, jan pèp la ap tann li, jan nou tout isi ya esperel. Se yon bèl rèv ki pral pranchè tout bon vre..Men, mwen konnen, ke tout sa nou ta vle fè, pap rive posib sinou pa kreye yonclima konfyans, yon clima politik stab. Pou sa fèt mwen dako jan anpil fos politiknan peyi-a déjà dil, il nous faut trouver un pacte de gouvernabilite.Sa vle di, fòn chita pale ant Aysyen, je nan je, mete-n dakò sou ki sak priyorite, fòkfòs politik ak sosyal yo ka chita ansanm. Se déjà yon apèl kem lance bay fòs Page 1 of 49

    • politik ki nan Palman-an pou edem sou wout sa-a, ni sak deyo yo tou, ak tout fòssosyal yo, sektè prive, forum ekonomik lan, pou bay dison yo sou kijan n dwetravay pou sa suspann di nan bouch, men pou l vin yon realite.Nou tout nou renmen peyi n, ankenn sacrifis pa dwe tròp, fok nou rive depasen-nann fè yon trèv poun soti peyi a nan labou mizè, zizani, egoyis ak korupsyon. Noupedu dwa grandèt nou, kwi nou toujou nan men-n, m kwè ke Ayiti se yon peyi richki ka bay pitit li mange, nou tout dakò sou sa déjà, an avan pou yon lòt revolusyonsosyal.Honorables parlementaires,Un nouveau rêve haïtien est possible. C’est parce que j’y crois fermement que j’aiaccepté de prendre les rennes de ce nouveau Gouvernement qui a l’ambition d’êtrele catalyseur des forces de changement en Haïti.Si le défi est énorme, la tâche est exaltante. Nous serons à la hauteur. Je dis «NOUS », car la réussite sera collective. C’est pour cela que je compte associer àmes efforts tous les secteurs de la vie nationale et, à plus forte raison, desinstitutions vitales comme le Parlement qui est co-dépositaire de la souveraineténationale. A ce propos, d’emblée, je tiens à informer nos Honorablesparlementaires et leurs mandants des départements et circonscriptions qu’ilsreprésentent, que mon énoncé de politique générale tiendra compte des sensibilitésdes différents secteurs de la vie nationale, et ceci dans les dix départementsgéographiques. Une telle démarche est nécessaire pour que règne la sérénité etl’entente indispensables au lancement du grand chantier de la reconstruction.Sa nap fè jodya, se pa simpman prezante yon « énoncé de politique générale », menbati lan espri tèt ansanm yon program ki pral sèvi kom baz yon vrè pwojè national.Program saa chita sou 5 priyorite, 5 E Prezidan Mately yo, ki se Ekonomi aktravay, Edikasyon, Enèji, Environman, ak Etat de Dwa, é li pral pran ankonsiderasyon tout tèt chaje sosyete sivil la, group oganize yo. Avek yo tout nou tekontan fè yon brase lide poun jwenn solisyon a tout problèm ki ap boulvèse bilpeyi d’Ayiti. Page 2 of 49

    • Dokiman politik general la, ke map prezante banou laa, se pa sèlman travayteknisyen spesyalis, ak fonktionè ki chita andedan kay, se vizyon Prezidan-an,vizyon peyi-ya, vizyon pam, yon dokiman ki chita sou reflexion yon pakètsyndicalis, payzan, profesyonel, gason ak fanm ki lan biznis, ti komèsan,industrièls, vodouizan, pastè, monpè, univèsitè, lidè politik, elatrye.Je me félicite d’avoir pu rallier à la préparation de cette politique générale deshommes et des femmes qui ne partagent pas nécessairement les mêmes idées quemoi ou que ma famille politique. Le tissu social déchiré qui est le nôtre doit êtrerecousu ensemble. Les troubles politico-économiques dont souffre notre pays sontle symptôme d’une crise plus profonde : celle de notre incapacité à transcender nosdifférences et à travailler ensemble même dans la diversité et la différenced’opinions. Nous devons changer cet état de choses. Mon Gouvernement sera prêtà remplir sa part du contrat. Je suis un homme de dialogue. Mon Gouvernement lesera. Je suis un homme d’ouverture. Mon Gouvernement le sera. Je suis un hommesensible à la grande misère du peuple. Mon Gouvernement fera tout ce qu’il fautpour mettre Haïti sur le chemin du progrès économique et surtout social.Pi gwo kesyon poun poze tèt nou jodya, se eske nou pare poun reponn a tout defi kiprezante devan nou ? Répons lan pa fasil, telman nou dekouraje kèk fwa. Epoutan,nou tout konnen ke nou pat pran rout listwa, poun tonbe lan impass kote nou ye la-a.Nou pat fè tout pil sakrifis sa yo, pou se mizè ki vin mèt nou. Nou dwe pranrezolisyon poun fè lot sakrifis epoun pran destin nou anmen, yon fason poun batiyon lot sosyete. Li posib poun refè fondasyon peyi sa-a. Men se ansanm poun fèl..En ce sens, Honorables parlementaires, je compte sur votre inestimablecollaboration à l’exaltant combat que mon Gouvernement entend mener en faveurdu peuple qui a toujours été maintenu à la lisière de la société.En m’adressant à vous dans cette enceinte, haut-lieu de débat autour des grandesdécisions devant engager la Nation, je ne saurais ici rater l’occasion de rappelerune nouvelle fois l’impérieuse nécessité de réunir autour d’une table lesreprésentants des différents secteurs de la vie nationale – toutes tendances Page 3 of 49

    • politiques confondues – pour travailler à la mise en place d’un véritable projetnational de développement sur 30 ans. Nous le savons, le principe de l’alternanceimplique que différents Gouvernements vont se succéder au pouvoir durant lesdécennies à venir. Il n’y a pas de moment plus approprié que celui que nous vivonsaujourd’hui pour définir, ensemble, un cadre consensuel et une boussole communeauxquels les Gouvernements successifs seraient solidaires dans le cadre de notrequête collective de modernité et de développement.Honorables parlementaires,« Fòk Pèp la Jwen-n », « Fòk exclusion-an kaba » se slogan sa-a ki pral gideaksyon mwen.Avan tout lot bagay, ambysyon pam se ede sa ki pa gen moyen yo, se pou sa politikgouvenman-an pral kampe sou aksyon social, pral kampe sou bit ede manman akpapa pitit ki paka voye pitit yo lekol, kap bat la ri-a, pou yo cheche la vi. Pou sanap bezwen anpil investisman.L’investissement privé massif, OUI mais à une seule fin : celle de générer desmoyens pour que le Gouvernement mène une politique sociale d’envergure enfaveur de ceux vivant dans la pauvreté extrême.Chif yo bay tèt fè mal.Depi tranbleman de tè 12 Janvye ya, bagay yo vin pi malouk. Si lan lot peyi lancaraibe la, moun ka viv jiska 72 zan, limit lavi moun an Ayiti pa depase 60 an. Seselman 52% Ayisyen ki rive jwenn dlo prop pou yo bwè. Gen a peprè 5 ou 6 doktèpou 10,000 moun, gen pliske 68% moun ki pa konn li. Sitiyasyon saa inakseptab.Mwen vle, pou yo di yon jou lan listwa, ke Gouvènman Prezidan Martelly ya akPremye Minis Lamothe, te travay lajounen kou lannuit pou chanje figi peyi ya nètale, retire pèp la lan malsite, ebay tout moun menm dwa pou yon lavi miyo, kotechretyen vivan ka viv tout bon. Page 4 of 49

    • En effet, Honorables parlementairesMon Gouvernement se fera le champion de la solidarité sociale, solidarité socialeenvers les plus démunis qui ne mangent pas à leur faim…. Le voeu du Président dela République, maintes fois répété, durant la dernière campagne électorale, est celuide voir chaque Haïtien capable de manger décemment chaque jour.Aujourd’hui, notre peuple a besoin d’un sursaut de civisme, de consciencepatriotique et de foi dans l’avenir. Quand à moi, encore une fois, je me mets auservice d’Haïti et des haïtiens. Sur les terrains de tennis du monde entier où j’aitoujours hissé au mât du succès le drapeau de mon pays, ma foi patriotique atoujours guidé ma fierté d’être né haïtien et de le rester. Les quelques succès quej’ai connu dans ma vie, je les dois à ma persévérance et mon assiduité au travail.Ces qualités, je les mettrai à contribution dans ce nouveau combat que je m’apprêteà livrer à la tête du Gouvernement contre la misère, la corruption et l’exclusionsociale. L’expérience que j’ai acquise, je veux l’offrir à tous et aux jeunes enparticulier.Mwen di tout moun tèt frèt. Mwen di tout moun poze. Fe prezidan nou anconfyans. Fem confyans. Pran yon ti pasyens. Lè gouvenman m lan monte, yopral senti ke gin yon l’État kap mache, ke gin yon polis kap fè travay li, ke sekiriteap blayi pi rèd, ke Ayiti ap dekole !Mwen tande, em li tout diskou ak promès ki te fèt avanm, pa moun kite pase devanPalman an, depi epok nou te koumanse ap mete anplas systèm Repiblik sa-a ke noute adopte. Twaka lan grandèt nou yo te gen bon jan intensyon, yo te toujou jwennbèl pawol pou mande chanjman, bay espwa, gin yin ladan yo ki te pote solisyonmin twaka te tonbe sou resif ki chavire bato lespwa-a. Sa ranpli tèt mwen, em kwèke nou ka tiré leson sou sak te pase mal yo, poun pote koreksyon é poun pran bonjan aksyon ki pou pote chanjman.La Nation et ses composantes, commémoreront bientôt le premier anniversaire del’accession à la Première Magistrature de l’État du Président Michel Martelly,choisi par le peuple pour le sortir de la misère. Que lui soit rendu les fruits de laconfiance qu’il a placé et qu’il continue de placer dans le Président. Avec lui etavec les forces vives du pays dont les Parlementaires, je demeure assuré que nous Page 5 of 49

    • lui rendrons le bénéfice de ses aspirations.PARTIE IMettre le pays en chantierLES PRINCIPES ET LES VALEURS QUE NOUS DéFENDONS1. D’abord l’inclusion sociale ! Pour nous, c’est le maître mot d’une politique quivise l’égalité et la justice sociale. Trop nombreux sont les haïtiens vivant dansl’extrême pauvreté avec un revenu inférieur à 40 Gourdes par jour. Commentconcevoir une action politique d’envergure sans que les plus vulnérables de noscompatriotes n’en soient les premiers bénéficiaires ?2. La bonne gouvernance ! Les principes que nous voulons défendre sont ceux dela bonne gouvernance, synonyme d’ une gestion rationnelle des ressources del’État et d’une relation encore plus harmonieuse entre les différents partenaires dela reconstruction d’Haïti.3. La responsabilité fiscale ! Ce n’est pas tout d’investir, de générer des emplois etde gagner de l‘argent. Il faut que la part revenant à l’État lui soit remise sous formed’impôts et de taxes. La Constitution haïtienne prescrit qu’il n’y a pas de privilègeen la matière. La qualité de citoyen s’acquiert aussi par la responsabilité fiscale detous sans distinction.4. La liberté d’expression et d’association ! Les dispositions constitutionnellesactuelles garantissent la liberté d’expression et d’association. C’est un acquis gagnéde haute lutte et qu’il nous faut préserver à tout prix. Mon Gouvernement s’engageà contribuer au renforcement de la formation des journalistes.5. L’idéal démocratique ! Pour que s’instaure l’État de Droit, il faut des électionshonnêtes à intervalles réguliers. Le maintien des acquis démocratiques passe par lerenouvellement des postes électifs. Le peuple doit avoir la possibilité de choisir sesdirigeants et de les sanctionner à travers des élections libres et honnêtes. En outre,il n’y aura de Gouvernement plus attentif et respectueux des Droits de l’Hommeque le Gouvernement Martelly-Lamothe ! Les Droits de l’Homme constituent, à Page 6 of 49

    • l’heure actuelle, un fondement essentiel de l’Etat de droit et de la Démocratie, et dece fait une condition nécessaire de la légitimité de l’Etat.Mettre le pays en chantierHaïti jouit d’un potentiel énorme à tous les niveaux. Notre pays dispose de sérieuxatouts pour réussir un véritable boom économique si les conditions sont réunies.Nou rive lan yon kafou desizif pou pèp ayisyen yan. Pa blye, nou te mete fosponyèt nou ansanm poun kraze lesklavaj, nou te goumen ansanm poun bati nasyonsa-a, san modèl, san moyen. Nou te reyisi ansanm genyen pari sa-a, poun sovepeyi nou anba abu, esploitatiyon, ak aksyon racis.Nou te rive kase tout chenn sou do nou. Nou te rive kase chenn lesklavaj lan lotpeyi, pou nèg nwè te ka fier de tèt yo, pou blan ki anba kod te rive jwennliberasyon yo tou, anba kouray ak drapo libète pèp ayisyen. Wi, nou pat janm ezitebay vinou, pou moun ki te bezwen lavi tout kote !Nou ede le mond antye, lan batay pou rive jwenn libète. Nou fyè jodya pou noukanpe djanm paske nou se yon pèp lib malgre van ze mare. Men, sa pa sifi.Nou pa ka bloke listwa. Nou dwe jounen jodi-a, gen kouray poun kanpe tout bonvre, poun montre le monde entier ke nou kapab di NON a sityasyon ki ap fini akpeyi-a, epoun fè Ayiti tounen yon peyi kote moun ka viv ak bon jan diyite lan respèyon pou lot.Le sursaut national est possible. Nous avons trop tardé. A notre génération, il estpermis aujourd’hui de prendre les décisions qui mettront Haïti sur le chemin duprogrès. A ce propos, nous n’allons pas réinventer la roue. En terme de programmeéconomique et social, mon Gouvernement exécutera les recommandations faitespar le Ministère de la Planification et de la coopération externe qui a proposé unPlan Stratégique de Développement d’Haïti visant à faire d’Haïti un pays émergenten 2030.Ce plan a le grand mérite d’avoir été élaboré par des penseurs et techniciens Page 7 of 49

    • haïtiens imbus des problèmes et des réalités du terrain, dans une approcheparticipative. Très souvent, nous avons la mauvaise habitude de trop nous fier à desétudes et recommandations venant de l’extérieur ou produites par des expertsétrangers aux connaissances seulement livresques d’Haïti. Parallèlement, noscadres dans nos ministères qui connaissent le terrain font des propositions quirestent souvent dans des tiroirs. Il faut renverser cette tendance, corriger ce travers.Valorisons nos matières grises et faisons confiance à nos cadres. D’ailleurs la fuitede nos meilleurs cerveaux de l’administration publique n’est-elle pas aussi liée aufait que nos éléments les plus brillants ne sentent pas leurs travaux appréciés et prisen compte.Nan logik Plan Stratégik Dévelopman sa-a, Gouvenman an pral met men, lan 4gran chantye « pou remete fondasyon » peyi ya pi djanm.1. Le chantier territorial qui concerne l’aménagement du territoire, l’urbanisme, ledéveloppement local, la protection de l’environnement, un réseau de transportnational, l’électrification du territoire, l’expansion des communications, le maillagenumérique du territoire, l’alimentation en eau potable et la gestion des déchetssolides.2. Le chantier social prévoit la création de réseaux modernes de santé etd’éducation incluant la formation professionnelle, la protection des biens culturels,l’accès au logement, le développement de l’action civique, l’offre sportive et deloisirs, le renforcement de notre Système de Sécurité sociale accessible à tous,notamment à tous les travailleurs, y compris ceux du secteur informel.3. Le chantier économique qui prévoit la mise en oeuvre d’une approche globale dedéveloppement, l’appui à l’investissement privé, la dynamisation et lerenforcement des secteurs compétitifs de l’économie haïtienne, la mise en placed’une véritable industrie de la construction et la mise en oeuvre de projets ciblantla création d’emplois ainsi que l’amélioration de la productivité.4. Et finalement, le chantier institutionnel, outil indispensable de mise en oeuvredes chantiers mentionnés précédemment, qui englobe la révision du cadre légal, lerenforcement des institutions, la modernisation de l’administration publique, lerenforcement des Collectivités Territoriales et celui de la société civile. Page 8 of 49

    • Poun rive fè sa, fok nou tout mete men, nou dwe fèl, nou ka fèl, nou gen resouspoun fèl. Yon grenn bagay poun fè, se trouse manch nou epi mete nou otravay, fèpeyi ya tounen yon kokennchenn chantye. Nou mèt kwèm : Ayiti pral dekole !Ayiti pral chanje. Ayiti gen poul bèl anko !La réforme institutionnelle :UN Gouvernement AU SERVICE DU CITOYENHonorables Parlementaires,Map di nou kichoy : m’pral fè yon jan pou administrasyon peyi ya reponn abezwen popilasyon wan. Sa pral mande anpil refom, anpil chanjman jan PrezidanMateli swetel tout tan. Se sak pral fè peyi-a mache pi byen lan sa yo rele yon «bonne gouvernance » nan tout 4 kwen Repiblik nou wan.Je veux donc prendre devant cette auguste assemblée, au nom du Gouvernementque je vais diriger, l’engagement de créer les conditions favorables à la réformeadministrative et à l’instauration d’une Fonction Publique de carrière, protégée desaléas de la politique.Nous allons redonner à l’État, via l’Administration publique, sa vocation premièrequi est de servir la population. Pour cela, mon Gouvernement s’appuiera surl’apport des technologies pour appuyer la réforme (Internet, courriel, téléphone…),ceci, dans la plus grande transparence quant à la gestion par l’administration desdonnées détenues, notamment les informations personnelles ou confidentielles.En ce sens, mon Gouvernement invitera le parlement à voter un ensemble de loisdont l’objectif principal est de donner une validité juridique à la communicationd’informations sous forme de messages sans support papier. Les principales loisenvisagées sont :1. La Loi régissant les communications et l’archivage de l’informationinformatisée. Page 9 of 49

    • 2. La Loi sur le commerce électronique.3. La Loi sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication,destinée à reconnaître la valeur juridique des documents technologiques, tels que :le courrier électronique et les données informatisées dont l’usage est répanduautant dans le domaine des échanges avec les administrations, que dans la conduitedes opérations commerciales nationales et internationales.Nous allons définir une nouvelle politique de recrutement de cadres par la mise enplace d’une Banque de ressources humaines qualifiées au moyen de concoursannuels visant le principe de l’égalité des chances et de l’égal accès à la FonctionPublique. Je me réjouis pleinement d’avoir déjà donné le ton lors du dernierconcours organisé à l’intention du Ministère des Affaires Etrangères et des Cultes.J’en ferai une pédagogie toutes les fois qu’il s’agira de recruter de nouveaux cadresdans la Fonction Publique;Mon Gouvernement finalisera le plan d’établissement de l’École Nationale del’Administration et des Politiques Publiques pour la rendre opérationnelle le plusrapidement que possible.Les Bâtiments PublicsHonorables Parlementaires,Pour réussir la réforme institutionnelle, pour faire de l’Etat haïtien un état modernecapable de remplir ses fonctions régaliennes, nos institutions publiques doivent êtrebien logées. Nos cadres doivent pouvoir travailler dans de bonnes conditions.L’efficacité administrative publique est au coeur des réussites de politiquespubliques.A ce propos, l’Unité de Construction de Logements et de Bâtiments Publics estappelée à apporter une assistance technique à la construction des bâtiments publicset de logements sur tout le territoire de la république. Elle sera essentielle dans ladémarche de mon Gouvernement à rétablir la capacité de l’Etat, et cela au plus vite Page 10 of 49

    • car, rebâtir nos bâtiments publics, c’est donner à l’Etat les moyens de sa politique !Dans un premier temps, mon Gouvernement entend doter cette Unité de moyenspour la reconstruction des bâtiments publics suivants: 1. Le Palais de Justice ; 2. Le Palais législatif ; 3. La Mairie de Port-au-Prince ; 4. La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratifs.Ces choix rentrent dans une politique de renforcement des trois pouvoirs,fondement même de l’Etat de Droit que nous devons continuer à construire. Desfonds provenant des accords avec le FMI, suite à l’annulation des dettes publiquesd’Haïti, sont actuellement disponibles pour le financement de ces projets. Il y aégalement un consensus sur un autre lot de bâtiments publics composé :1. Du Ministère de l’Economie et des Finances ;2. Du Ministère du Commerce et de l’Industrie ;3. De la Direction Générale des Impôts ;4. De l’Administration Générale des Douanes.1er « E » : Etat de Droit et DémocratieJusticeOnorab Parlmaentè peyi-aKom nou konnen, jistis se yon, lan pi gran tèt chaje tout moun an Ayiti, se priyoritepam. Low gade kijan jistis la ap mache, nou kenbe kè epi nou mete men lan tèt.Anpil vil provens pa menm gen Buro Etat Sivil, ni Tribunal depè. Sou 567Seksyon rural, gen selman 182 tribinal, sa vle di gen 69% ki manke, eke nou dweinstale presse presse.Koman poun ta vle pou yon peyi ap mache ak 4 Jij pou 100,000 moun ? Konsa lidifisil pou jistis la, al jwenn moun ki lan Seksyon riral yo, sesak fè gen tout abu sa Page 11 of 49

    • yo sou peyizan. Se menm problèm sa-a ken jwenn lan Tribinal Première Instanceyo.La Justice constitue le socle sur lequel devra se fonder notre contrat social et sonrenforcement sera l’action prioritaire de mon Gouvernement : il importe à cetournant décisif de la vie nationale de lui accorder une attention particulière pourqu’elle soit à la hauteur de sa mission de garantir la stabilité sociale et le respect detous les droits fondamentaux du peuple.L’indépendance de la magistrature sera au coeur de ma politique. C’est le seulmoyen de remédier à ce phénomène d’impunité sélective, ayant pour conséquencela violation massive des libertés individuelles. De ce point de vue, toutes lesdispositions seront prises pour mettre les magistrats à l’abri des pressionsmultiformes.Ceci dit, la politique judiciaire que je compte mener sera orientée dans deuxdirections. En premier lieu, il s’agira de mettre en place un plan de recrutement etde formation des juges et du personnel judiciaire pour suppléer à la carence à ceniveau. En second lieu, davantage de tribunaux seront créés, de manière àrapprocher la Justice de la population. Cette politique s’articulera autour de deuxaxes prioritaires.Le premier axe concerne la formation. L’école de la Magistrature ouvriradésormais ses portes aux huissiers, aux greffiers et aux Officiers d’État Civil etaussi au personnel des Cours et Tribunaux à travers l’établissement de branchesrattachées à certains Tribunaux de Première Instance suivant un curriculumpréétabli.Le second axe est le renforcement des mécanismes institutionnels de contrôle.Ainsi, sera renforcé, le Conseil supérieur du pouvoir judicaire : une instancesuprême de surveillance, de discipline et de gestion de l’institution judiciaire, dansla plus grande indépendance qui soit à l’égard des pressions politiques et dessecteurs économiques puissants. Page 12 of 49

    • SECURITE PUBLIQUEHonorables Parlementaires,Nap viv lan yon peyi ki gen yon polisye pou 1,000 moun. Sa-a se yon bagay kigrav. Le droit à la sécurité constitue le fondement de l’exercice des libertésindividuelles et collectives. Mon Gouvernement s’imposera l’impérieux devoir nonseulement de respecter ces acquis, mais aussi de les faire observer par tous lesorganes chargés de les appliquer.La délinquance est devenue une des caractéristiques de la société haïtienne. Lesgrandes villes, notamment la région métropolitaine, sont les plus touchées par cephénomène d’insécurité (délits, crimes, kidnapping, viol, drogue…). Pour barrer laroute au banditisme sous toutes ses formes, nous avons besoin d’une PoliceNationale forte, efficace et ponctuelle; de forces d’intervention rapides, équipées,entrainées et décidées à remplir leur fonction de protéger et servir la population.Je vais, tout au long de cet énoncé, souligner à l’eau forte, la nécessité de mobilisertoutes les capacités de mon Gouvernement à mettre en place une politiquefavorable à l’investissement. Ce sera cependant un vain sacrifice si l’insécuritécontinue de figurer sur la carte de visite d’Haïti. Vous comprendrez ainsi madétermination à donner à la Police Nationale les moyens dont elle a besoin pours’acquitter de ses lourdes responsabilités.Une augmentation sensible de l’effectif de la Police Nationale et un apport enlogistique adéquat seront entrepris immédiatement. Nous avons aujourd’hui uneffectif de 10,600 policiers. L’Académie a les moyens d’en former 1000/année. Ilnous faudra trouver les mécanismes, voies et moyens de « faire mieux » car monGouvernement estime à 25,000 le nombre idéal de policiers pour assurer la sécuritéde la population.Fok lajistis la ka mete men lan pat kasav kriminel yo, jije yo epi kondane yo lanrespè lalwa, lan respè dwa moun, jan Konstitsyon peyi a prevwal. Yon lot pwenkem pral defann anpil se zafè droit de propriété ya, mpap tolere pou moun rantresou byen yon lot, poulal eseye volè sak pa pouli. Angwo ponyèt. Se lalwa ki pralgen gwo ponyèt. Page 13 of 49

    • En conclusion, je rappelle que l’Etat de Droit est d’abord un état qui respecte la loi.Pour être en conformité aux prescrits de la loi mère, nous entendons matérialiserles objectifs suivants :1. La nomination du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire ;2. L’organisation des élections législatives et locales avant la fin de l’année.Toutes les actions ci-dessus mentionnées supportent une volonté ferme de mettreen oeuvre une politique en matière de justice dont les grands axes porteront sur :1. La réactivation du chantier de la réforme judiciaire ;2. L’établissement d’un système national de casier judiciaire ;3. La formation du personnel judiciaire en mettant l’accent sur la responsabilité etl’obligation de résultats ;4. L’établissement d’un système national d’assistance judiciaire ;5. L’établissement d’un véritable système de carrière pour les juges, magistrats etle personnel judiciaire;6. L’activation du processus de réforme des codes et des lois.2e « E » :économie et emploiHaïti : pa ys émergent en 2030La politique générale de mon Gouvernement table sur une meilleure cohésion despolitiques publiques et un renforcement qualitatif des relations entre les trois (3)pouvoirs, en vue d’une augmentation de la richesse nationale par la promotion de Page 14 of 49

    • l’investissement privé avec une emphase particulière sur les petites et moyennesentreprises pour un élargissement de la classe moyenne. Ce programme prévoit uneaugmentation substantielle de la production nationale et une convergenceprogressive vers l’autosuffisance alimentaire, laquelle autorisera une réduction dessorties de devises ainsi que des vulnérabilités aux flambées des coursinternationaux de produits alimentaires.Mon Gouvernement s’attaquera à un ensemble de freins structurels àl’investissement, notamment : les problématiques de l’identification des citoyens,des titres de propriété valides, de la contrebande en général notamment au niveaude la frontière Haïtiano-dominicaine. Cette contrebande frontalière entamesérieusement la compétitivité de notre production locale et compromet l’accèsélargi au crédit qu’il soit résidentiel, agricole, commercial et industriel.L’État favorisera les investissements dans les secteurs d’exportation de biens etservices en créant un cadre favorisant l’émergence des zones économiquesintégrées à travers des partenariats public-privé.Mon Gouvernement jouera pleinement son rôle de catalyseur de l’investissementprivé dans les secteurs compétitifs de l’économie à travers un train d’actions visant:1. Le recours systématique aux partenariats public-privé pour contourner lacontrainte du déficit de moyens financiers de l’État ;2. L’utilisation de la liquidité oisive du système bancaire pour le financement deprojets viables et solvables.3. Un support particulier aux micros, petites et moyennes entreprises parl’élargissement de l’accès au crédit, l’intensification de la formationprofessionnelle et la formalisation des activités des opérateurs informels.Honorables parlementairesPour créer les conditions permettant à Haïti de devenir un pays émergent dans Page 15 of 49

    • l’horizon 2030, mon Gouvernement entend mettre en branle un ensemble depolitiques publiques favorisant l’investissement dans des pôles de développementgéographiques et sectoriels qui seront déterminés en fonction des potentielsrégionaux. Les principaux secteurs ciblés seront le Tourisme, l’Agriculture,l’industrie textile, les infrastructures (Télécommunications, électricité, routes, portset aéroports) et la Construction avec un accent particulier sur les immeubles del’Administration Publique et l’accès au logement.Parmi les mesures notons :1. Le développement de nouveaux mécanismes d’appui aux PME. Nous cogitonsdéjà en urgence sur la mise en place d’un Fonds de solidarité aux femmes et auxpaysans.2. La rénovation du Code des Investissements, de la Loi sur les Zones Franches etdu Régime Fiscal en vigueur.3. Le renforcement du secteur des assurances à travers une régulation appropriée ;4. L’intensification de la lutte contre la corruption et la contrebande ;5. Le renforcement des organes de perception et l’augmentation sensible desrecettes fiscales.6. Le Renforcement du Centre de Facilitation des Investissements (CFI).Honorables parlementaires,Dans le cadre d’une stratégique économique planifiée, l’espace de dialogue entre leGouvernement et le secteur privé doit être permanent et institutionnalisé. A cepropos, je me réjouis de la qualité des discussions déjà entamées avec le secteurprivé des affaires tant au niveau de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïtique du Forum économique et Social, ainsi que les diverses organisationsregroupant des agriculteurs, petits commerçants et micro entrepreneurs…Sur le chemin du dialogue institutionnel public-privé, d’autres initiatives seront Page 16 of 49

    • encouragées. Nous mettrons en place le Conseil de Développement Économique etSocial (CDES), dont la mission est d’assurer le pilotage du dialogue social entre lesdifférents secteurs de la vie nationale pour formuler les recommandationsconsensuelles sur les voies et moyens à adopter pour réussir le pari dudéveloppement.Chemin faisant, j’invite également les entreprises du secteur privé à faire face àleurs responsabilités fiscales. Le Gouvernement s’engage à remplir son rôle. Lesecteur privé doit également jouer le sien pleinement et en toute transparence. Lapolitique sociale que compte mener mon Gouvernement ne sera possible que si lescitoyens et les entreprises paient leurs taxes intégralement. Nous y veilleronsattentivement.Honorables parlementaires,Mon Gouvernement s’attachera à préserver la stabilité macroéconomique à traversdes politiques fiscales et monétaires harmonisées qui, tout en visant un contrôle del’inflation et du taux de change, ne devront pas empêcher l’Etat de jouer un rôleprépondérant en terme d’impulsion économique.Bien sûr, la stabilité interne et externe de la monnaie est essentielle à la croissance.Celle-ci permet la baisse des taux d’intérêt, rassure les investisseurs tant nationauxqu’étrangers et encourage les projets à moyen et long terme porteurs de croissancedurable. Mon Gouvernement travaillera avec les organes spécialisés de l’État et lesystème financier pour maintenir les conditions les plus favorables à l’inclusionfinancière aussi bien qu’à la croissance et l’élargissement du crédit.La stabilité macroéconomique a permis une baisse substantielle des taux d’intérêtscréditeurs des banques, ce qui a induit une croissance appréciable du crédit, parexemple de plus de 20% en 2011.Nous tâcherons de maintenir cette stabilité par une bonne coordination despolitiques fiscale et monétaire. Letat pral investi lan tout sektè expotasyon, poun karive voye vann sa-n pwoduyi, ba peyi lot bo dlo, vann sèvis korekteman lan bon janpartenaria avec sektè privé. Poun rive fè sa, l’État pral ba investissè yo, tè, pral ede Page 17 of 49

    • yo jwenn tè, investi ak yo, poun ka rive fè rout, waf, aeropo, mete limyè tout kote.La priorité sera également accordée au crédit en milieu rural. Mon Gouvernementenvisage des mécanismes incitatifs autorisant le crédit agricole via des institutionsfinancières privées à des conditions favorables. Cela pourrait constituer uneinitiative judicieuse dans un contexte où le système bancaire jouit d’un volumeimportant de liquidités excédentaires.Notez bien, honorables parlementaires, que mon Gouvernement favorisera laréduction des risques associés au marché du crédit par notamment l’utilisationsystématique de mécanismes juridiques ou financiers, tels que : le leasing, le gagesans dépossession et la garantie partielle du crédit, visant à réduire les barrières àl’accès au crédit et accordera une attention particulière aux secteurs clefs comme laconstruction, le tourisme et l’agriculture.AgricultureKI SAK PRAL FET ? La vision de mon Gouvernement pour le secteur agricoles’articule autour d’une agriculture :1. Rentable, et donc capable de fournir un revenu acceptable aux producteurs;2. Productive et performante, pour répondre aux besoins d’une populationcroissante;3. Moderne, donc intégrant des outils et techniques plus avancés;4. Génératrice d’emplois stables et de devises pour l’économie nationale.Dans le cadre de la lutte contre la pauvreté extrême, mon Gouvernement s’est fixé,entre autres, les objectifs spécifiques suivants :1. Éliminer les blocages au niveau du foncier par la révision du cadre juridique enmatière foncière ; Page 18 of 49

    • 2. Réduire de 25% la dépendance alimentaire pour atteindre un tauxd’autosuffisance de 60% au bout des quatre prochaines années;3. Accroître la productivité des populations rurales par le renforcement del’organisation et de la capacité des acteurs ;4. Mettre en oeuvre un Plan global de mécanisation agricole ;5. Encourager un partenariat actif entre les producteurs agricoles et les micros,petites et moyennes entreprise agro-industrielles ;6. Faciliter l’accès au crédit des promoteurs agricoles et des groupements de jeunesdésirant se lancer dans l’agriculture en développant des mécanismes innovants;7. Réaliser des infrastructures hydro-agricoles (grande et petite irrigation) dans laperspective d’une augmentation significative de la production agricole d’ici 2015 ;8. Augmenter la production locale de riz de manière à couvrir une plus grandepartie de la consommation nationale.Mon Gouvernement accordera une attention spéciale aux périmètres à irriguer :30,000 HA à réhabiliter, 40,000 HA à construire, principalement dans des régionsdu pays traditionnellement laissées pour compte telles que Savane Diane dansl’Artibonite et le Centre, la Plaine de Maribaroux, la Plantation Dauphin dans leNord-est, la Plaine des Baconnois dans les Nippes, le Farwest dans le Nordouest.D’autre part, mon Gouvernement procédera :1. Au curage des canaux des systèmes d’irrigation fonctionnels, en particulier les34,000 HA de la Vallée de l’Artibonite,2. Au curage de la rivière Salée pour augmenter de 20% l’offre agricole de larégion globalement.Un effort particulier sera fait sur : Page 19 of 49

    • 1. Des centaines de lacs collinaires ;2. Des milliers de citernes individuelles ;3. Des dizaines de barrages de retenue sur les rivières surplombant des espacesexploitables pour renforcer l’aquaculture et développer l’agriculture intensive.LES TRAVAUX PUBLICSNou pral redinamize tout projè ki ka ede Travo Piblik modènize peyi-a. Au niveaudes infrastructures, la stratégie consiste à développer un réseau routier primaire etsecondaire de qualité. Aussi, il sera construit, dans la logique de désenclavement,des réseaux routiers destinés à relier les zones à fort potentiel de production quisont aujourd’hui pratiquement inaccessibles en saisons pluvieuses aux marchésintérieurs.Au delà du réseau routier, il s’agit également d’ouvrir le pays sur la région et sur lemonde par la construction et la modernisation des ports et aéroports.1. L’Aéroport International Toussaint Louverture est en cours de réhabilitation.2. La rénovation de L’Aéroport International du Cap-Haïtien est une des prioritésmajeures du Gouvernement et la livraison de l’ensemble des travaux est prévuepour février 2013.3. La renovation des Aéroports de Jacmel, de Jérémie, de Hinche et Port-de-Paix.4- Le port de Port-au-Prince sera reconstruit.Nous opterons pour le choix des partenariats public/privé (PPP) tout autant quecette formule se révèle la plus apte à offrir un service de qualité au citoyen.Au niveau du sous-secteur de l’Energie, mais aussi de l’Eau Potable et de Page 20 of 49

    • l’Assainissement (EPA), la stratégie visera à accompagner les efforts derestructuration et de modernisation des dispositifs existants (Ed’H et DINEPA) afind’en faire des opérateurs efficaces pouvant accroître l’offre et la qualité desservices publics tant dans les zones urbaines que rurales.L’INDUSTRIEPolitique lan domèn industrièl panou pral koumanse ak supo nou pral pote ba TiEntrepriz yo, sa yo rele Petites et Moyennes Entreprises (PME) yon fason poundévelope ti mouvman indistri ak biznis, ki pral ede classes moyenne lan fè kob, baytravay, jwenn crédit, bali formasyon sitou lan zones ki pi éloigné yo.Ainsi, la stratégie sectorielle industrielle de mon Gouvernement table sur :1. La modernisation du cadre légal des affaires et l’harmonisation des lois etprocédures nationales;2. La création et la consolidation d’un tissu de micro entreprises et de coopérativesde transformation des produits agricoles et de production de services ;3. L’appui technique aux petites et moyennes industries en leur apportant lesservices nécessaires au développement de leurs activités ;4. L’implication des associations de la diaspora haïtienne dans les projetsd’investissements industriels.5. La mise en oeuvre des mesures capables de favoriser la promotion et lacroissance des investissements dans l’industrie des biens et services destinés aussibien au marché intérieur (Alimentation et artisanats de service) et au marchéextérieur (sous-traitance).La filière Vêtements et Industries légères doit retenir notre attention de façonsoutenue.Malheureusement, notre pays ne compte que deux parcs industriels hébergeant90% des usines textiles du pays. Aussitôt mon Gouvernement installé, nous allons Page 21 of 49

    • veiller à ce que le pays bénéficie des retombées des lois HOPE II et HELP.Grâce à ces lois, valables pour une période de 10 années consécutives à compter de2010, l’industrie textile haïtienne aura la capacité de doubler et voir même triplersa production. Une telle initiative participe de notre objectif visant à atténuer lapauvreté extrême.Pour favoriser la dynamisation industrielle, mon Gouvernement envisage despartenariats privépublic pour la construction de mini parcs industriels etcommerciaux, logés à proximité des nouveaux lotissements et logements àconstruire.LE TOURISMENotre idéal pour Haïti est qu’il retrouve sa grandeur d’antan. Pour cela, monGouvernement entend faire du tourisme un pilier de sa politique de développementéconomique. Durant cette dernière année, les excellentes initiatives entamées tantpar le ministère que par les opérateurs du tourisme devront être encouragées etcomplétées. La tâche n’est pas facile car nous savons tous combience secteur estaffecté par des facteurs comme l’insuffisance d’infrastructure d’accueil, lafaiblesse de la qualité de l’offre et le problème d’image que confronte ladestination. Nou menm ki vwayaje nan tout karayib la, nou konnen peyi nou an pakanmarad okenn lòt nan zafe bèl lanmè, bèl plaj, bèl mònn, bèl rivyè, bon manje,bon mizik, bon jan ospitalite…. Nou gen tout sa nou bezwen pou nou reyisi nanzafè devlopman touristik la !Nou pran engageman poun remete Haïti sou carte touristique mondiale la, enoupral komanse ak clientèle kilan Diaspora-a. Se poutèt sa stratégie touristiqueGouverneman-an pral chita sou 3 zangles: promotion, formation epiréglementation.L’amélioration de l’image du pays passe par la promotion et la valorisation denotre passé glorieux, de notre culture et de nos différentes destinations touristiques.Mon Gouvernement mettra en place un curriculum national de formation Page 22 of 49

    • touristique et l’ouverture d’écoles professionnelles des métiers au tourisme.Ces actions doivent être articulées autour d’une double nécessité. D’abord celled’attirer l’investissement direct dans le but de redynamiser le secteur, ensuite celled’assumer le parti pris pour le développement d’un tourisme durable. La stratégieouverte au partenariat public-privé, prévoit la finalisation et l’application des plansd’aménagement des régions touristiques prioritaires selon « le plan directeurtourisme ». De manière plus spécifique nous prévoyons le développement de deuxpôles balnéaires l’un au Nord et l’autre au Sud à l’horizon 2014. En ce sens, dès lemois de juin 2012, mon Gouvernement initiera l’élaboration des Plansd’Aménagement de ces deux régions retenues.Honorables parlementaires,nous devons, nous pouvons, nous allons valoriser nos ressources naturelles defaçon systématique et planifiée. Nous allons sans relâche – avec comme arme notrefoi inébranlable qu’Haïti est l’un des plus beaux pays au monde – proposant unproduit diversifié (Historique, culturel, balnéaire).Pour cela, nous considérons comme essentielles les trois composantes suivantes :1. Une première composante qui consiste à accompagner le Ministère du Tourismedans la gouvernance du secteur. Ainsi, seront prises des actions de formationd’inspecteurs et d’autres métiers liés au tourisme, le montage d’un bureau destandardisation, l’implantation de Kiosques pour la gestion de sites touristiques etde formation continue de professionnels du secteur ; la formation aux métiers dutourisme ; l’ouverture d’écoles techniques dans les différentes régions touristiquesavec l’implémentation à port au prince pour 2014 de l’INFHOT (Institut Nationalde Formation Tourisme et en Hôtellerie)2. Une deuxième composante vise la rentabilité de l’existant. En effet, nous allonsdévelopper simultanément les clusters que sont les régions Nord, Sud-Est, Côtesdes Arcadins, bas Artibonite et Sud (Cayes, Camp-Perrin, Ile à Vaches et Port-Salut). Au coeur de cette dynamique, nous prévoyons des actions d’aménagementde plages, de gestions des sites naturels et de monuments historiques. Page 23 of 49

    • 3- La troisième composante est également d’une extrême importance ; car elleconsiste à faire la promotion du tourisme tant à l’intérieur qu’à l’extérieur d’Haïti.Ainsi, un ensemble d’actions de Promotion se fera à travers certaines foiresinternationales.LE SECTEUR DE LA CONSTRUCTIONTremblement de terre ya détruit Port-au-Prince apeprè à 60%, Léogane à 80%menm jan ak Ti-Gôave ou bien Jacmel. Koulye-a gen yon problème kay, poumalere ak fanmi classe moyenne yo akoz :- moyen ki pa gen-yen- moun pa ka jwenn crédit, lajan monte bwa, san konte problèm droit depropriété.Poun rive rezoud sa, Gouvernmanm-lan pral fè yon jan poun rédui risk ki genyen,lan afè finanse construction kay. Nou pral ede moun ki vle investi lan domenkonstriksyon comèsyal ou rezidans, ayisyen kou etranjeAu nombre des incitations considérées par mon Gouvernement, il importe dementionner:1. L’exonération des banques de l’obligation légale de constituer des réservesobligatoires sur les ressources allouées aux financements immobiliers ;2. La réduction des droits d’inscription hypothécaire ;3. La multiplication de programmes de taux d’intérêt fixe à long terme.Dans le cas particulier du centre-ville de la capitale, je tiens à préciser que l’arrêtéde déclaration d’utilité publique sera modifié, afin d’établir un zoning et de limiterl’utilité publique aux stricts besoins de l’état pour ses bâtiments. Cela libèrera ainsiles forces créatrices de l’investissement privé. Page 24 of 49

    • Dès le premier jour de mon installation comme Chef de Gouvernement, jedemanderai de publier la politique de l’habitat et du développement urbain etd’élaborer un cadre normatif définissant les prescriptions techniques à appliquer àtous les projets de construction de logements sociaux.Mon Gouvernement entend continuer la mise en oeuvre des projets suivants :1. La construction de 2,000 logements au bas du Morne à cabri ;2. La construction de 1,000 unités à Duvivier ;3. La construction de plusieurs villages intégrés totalisant 1,440 logements dans lazone de Cabaret;4. La construction de villages intégrés à Fort liberté, Ouanaminthe, Caracol, Terrierrouge et Quartier Morin totalisant 5,125 logements ;5. Un programme de construction de logements totalisant près de 5,000 unités danstous les départements;6. L’élaboration d’un plan d’urbanisme opérationnel pour le site de Canaan. Lesinfrastructures de base (routes, les réseaux d’eau, d’assainissement et d’électricité)seront également construites pour permettre aux 7,203 familles recensées dans lazone, de vivre dans un environnement organisé, planifié et salubre ;7. Un programme de densification des quartiers déjà urbanisés ;8. La réhabilitation de 17 quartiers populaires. En particulier, l’investissement de30 Millions de dollars dans le quartier de Jalousie.Honorables Parlementaires,Il est évident que la situation des camps restera une priorité pour l’administrationMartelly-Lamothe. Page 25 of 49

    • Avant même son accession au pouvoir, le Président Martelly avait demandé à sonéquipe de se pencher sur la problématique des déplacés, et de proposer un pland’action immédiat et réaliste. Aujourd’hui, les résultats sont palpables. En effet, leProjet 16/6, lancé en août dernier à déjà permis la relocalisation de plus de 8,500familles (51,000 personnes). Les 6 camps associés à ce programme sont maintenantfermés (Place Saint-Pierre, Place Boyer, Place du Canapé-Vert, Aéroport-MaisGaté, Stade Sylvio Cator et Primature). Ce projet demeure un symbole decollaboration exemplaire entre la Présidence, le Gouvernement, les autoritéslocales et la communauté internationale. Mon Gouvernement entend continuer surcette lancée.A l’heure où je me présente devant vous, honorables parlementaires, larelocalisation des sans-abris du Champs de Mars, à quelques mètres de cetteillustre enceinte, est en cours. 67% des familles ont été relocalisées et 100% leseront d’ici cet été.Mon Gouvernement entend s’attaquer immédiatement aux 45 camps situés dans lesécoles nationales.L’UCLBP aura la responsabilité de transformer les différents projets initiés en unvéritable programme national afin de libérer les 600 camps toujours occupés.Technologies de l’Information Et de la CommunicationHonorables parlementaires,Vu l’importance des Technologies de l’Information et de la Communication, monGouvernement en fera un outil de son action. C’est d’ailleurs un immense plaisirpour moi de vous donner la primeur des grands projets technologiques de monGouvernement dans le cadre du programme Gouvernement 2.0.Il s’agit entre autres :1. De la modernisation de l’identification des citoyens et du Registre Civil;2. Du Cadastre National ; Page 26 of 49

    • 3. De la modernisation du service au citoyen ;4. De l’enregistrement des entreprises en ligne ;5. Du système financier intégré ;6. Des cyber-centres dans tous les lycées publics nationaux ;Jan’m sol dil la, si nou utilize byen technologies sa yo, nap rive bay pibon sèvis epinap elimine gagot ki ap fèt lan administration publique la.3e « E » :Environnement et aménagement du territoireHonorables parlementaires,Palé sou environnement en Ayiti se yon tristès, pou tout citoyen qui renmen payssaa jus lan zo. Poun stope dégradation environman-an, nou pral blije investi anpillan you seri aksyon ki urgent.En matière environnementale, mon gouvernement entend :1. Réduire, par le recyclage systématique, au moins 20% de la quantité de déchetssolides et liquides produits et déversés dans les décharges publiques.2. Arrêter le processus de déboisement et rentrer dans une ère de reboisement quiconduira, à la fin du quinquennat présidentiel, à une amélioration substantielle dela couverture arborée.3. Arrêter l’expansion des bidonvilles et réorganiser l’occupation de l’espaceterritorial afin de réduire les vulnérabilités inhérentes aux changementsclimatiques.4. Créer plus de 20,000 emplois durables dans des activités de restauration et desauvegarde de l’environnement. Les actions du Gouvernement pour atteindre cesobjectifs tourneront autour de trois paramètres.1. La réorganisation de la gouvernance environnementale en Haïti. Le décret Page 27 of 49

    • d’octobre 2005 a créé le système national de gestion de l’environnement (SNGE).Cependant, les mécanismes de coordination des acteurs ainsi que l’adaptation desresponsabilités institutionnelles n’ont pas été mis en place, laissant ainsi desconfusions sur le rôle de chaque acteur. Mon gouvernement apportera une solutionà ce problème rapidement en réorganisant la gouvernance environnementale dupays et en restructurant le ministère de l’environnement.2. Le renforcement des capacités pour la gestion de l’environnement. Desnouveaux agents environnementaux seront formés et déployés dans les différentescommunes. La jeunesse sera invitée à s’impliquer dans les programmes dereboisement et de protection.Mon gouvernement entend lancer un programme national de reforestation avec lamise en place de distribution de plantules pour la création de 1,130 pépinières dansles sections communales et la restauration de 173,200 hectares de terre autour desbassins versant.La mise en place de centres de compostage, la mise en oeuvre de plans deréhabilitation de bassins versants surplombant des périmètres a risque seront parmiles priorités de mon gouvernement.Aménagement du territoireHonorables parlementaires,Nou tout konn sa. Espace kote nou rete ya, non selman li dégrade fizikman, li anbagwo pression démographique akoz popilasyon wan ki ap ogmante san rete depi 15zan, aloske nou pa bien organize kote pou kretyen vivan rete, kote pou yo jwenndlo pou bwè, pou yo viv, sitou lo yo abite nimpot kote.Parlementè peyi-a, nou konnen menm jan ak mwen ke yon peyi pa ka dévelopesans vision.Aussi mon gouvernement entend poser la problématique de l’environnementhaïtien comme un tout en adaptant l’aménagement du territoire aux réalités Page 28 of 49

    • nationales. A ce propos, une institution clé sera appelée à jouer pleinement sonrôle. Il s’agit du Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire (CIAT)devant coordonner et harmoniser les actions de mon gouvernement, notamment enmatière d’aménagement du territoire, de gestion des bassinsversants, de gestion del’eau et d’urbanisme.1. Parmi les grands dossiers en cours du CIAT, les suivants sont d’un intérêtparticulier pour le gouvernement :2. L’appui à la reconstruction du Centre-Ville de Port-au-Prince ;3. La Participation au pilotage des grands projets de reconstruction de logement etde revitalisation urbaine : Martissant, Baillergeau, Carrefour Feuille, Delmas 32 ;4. La définition, avec tous les acteurs du foncier, d’une politique nationale desécurisation foncière et cadastrale à travers deux expériences ;5. Une nouvelle approche d’aménagement des bassins versants sur tout le territoire.Gestion des risques et désastresLa gestion des risques et désastres reste un défi majeur. Notre pays est de plus enplus exposé à de multiples phénomènes naturels d’ordre climatique, géologique,hydrométéorologique tels que les ouragans, les inondations, la sécheresse, lesglissements de terrain, les incendies...Nous profitons de cette haute tribune pour saluer l’engagement et l’esprit debénévolat des différents agents de la protection civile répartis dans les différentsdépartements, communes et sections communales du pays. Nous ne saurions, nonplus, oublier l’appui combien important de nos partenaires internationaux, à traversles projets de coopération et de tous les pays amis d’Haïti qui ont en maintes foisaccourus pour nous soutenir dans les moments de grandes douleurs.Onorab Palmantè Page 29 of 49

    • A chak gout la pli ki tonbe, tankou sa rive nan mwa davril lan, ki se sezon la pli, tèttout moun chaje.Pandan nou nan sezon la pli sa a ki déjà komanse, e sezon siklonik ki pra’l rive, safè nou sonje rivyè La Wouyòn nan plenn Leogane ki abitye fè anpil dega. Sa fènou sonje tou, grann rivyè Cabaret ki touye plizyè moun déjà lè li debòde.Sa fè nou sonje ankò rivyè Laquinte nan Gonaïves ak tout dega ke li te fè nan lane2004 ak 2008. E tout lòt rivyè ke nou pa site nan peyi a ki toujou bay pwoblèm.Se pou tèt sa, gouvènman pa’m nan, nan tèt kole ak Prezidan repiblik la, pranangajman depi jodi a devan nou men’m, ke tout dysposition ap pran poupopilasyon an ka pran yon souf avek tout dega inondasyon kap detwi byen’n aklavi fanmi nou.De façon générale, il reste encore beaucoup à faire afin d’arriver à doter le paysd’un Système national de Gestion des Risques et Désastres véritablement adéquat.Mon gouvernement compte, dès son installation, en plus des actions citées plushaut, engager des ressources financières considérables afin de doter les différentesstructures de protection civile de moyens adéquats pour les actions de réponse auxdésastres.Parmi les objectifs identifiés, notons :1. Neuf (9) centres d’opération d’urgence seront en chantier à travers les neuf (9)autres départements du pays.2. Le projet de cadre légal du Système national de Gestion de Risques et deDésastres à soumettre au Parlement3. Près de 2000 agents de protection civile seront formés à travers tout le territoire4. En ce qui concerne la maitrise de l’aléa sismique, en plus des cinq stationsexistant, huit autres seront installées et rendues opérationnelles. Page 30 of 49

    • Décentralisation et collectivités territorialesHonorables parlementaires,Pendant que plus de 60% de la population vivent en milieu rural, 2% seulement dela population rurale ont accès aux services sanitaires ; 15% seulement de lapopulation rurale ont accès à l’eau potable ; moins de 10% seulement des écolesprimaires publiques sont installées dans les zones reculées et le milieu ruraln’accueille que 0.1% des fonctionnaires de l’Etat central.Pour corriger ce déséquilibre, voire cette injustice, mon gouvernement s’engage àélaborer une feuille de route pour l’opérationnalisation de la décentralisation. C’estune exigence constitutionnelle qui répond à notre vision d’inclusion du plus grandnombre d’Haïtiennes et d’Haïtiens dans la gestion de leurs communautés. Il s’agitde mettre en place une administration de proximité et de responsabiliser lesstructures décentralisées, les collectivités territoriales et les communautés de base.Nous allons confier le soin de la régulation des collectivités aux entités locales,plus proches de la population. Mon gouvernement s’engage donc à promouvoir ladéconcentration des services de l’Etat et rendre fonctionnel tous les mécanismesfavorisant la participation des citoyens qui existent déjà et si nécessaire, à enproposer d’autres.4e « E » : EnergieUne nouvelle politique énergétiqueHonorables parlementaires,Pour bâtir l’Haïti dont nous rêvons, il nous faut enclencher la machine économiquequi nous permettra d’accélérer la croissance. Aucune croissance économique n’est Page 31 of 49

    • possible sans une politique énergétique pouvant assurer une desserte suffisanted’électricité aux entreprises, aux particuliers et agents économiques qui sont lesprincipaux forgerons de cette croissance que nous devrons maintenir à deuxchiffres pour faire d’Haïti un pays émergeant en 2030.C’est un voeu pieu que de mettre en place une politique industrielle si nos usinesdoivent continuer à crouler sous le poids d’investissements massifs dans desgroupes électrogènes couteux et souvent affectant l’environnement de manièrenéfaste. Comment penser à une reprise du tourisme, si nos hôtels ne peuventbénéficier d’une desserte minimum d’énergie électrique ? Comment assurerl’éducation de nos enfants, quand la nuit tombée, ils sont dans l’incapacité deréaliser leurs devoirs de maisons ou d’étudier parce qu’il n’y a pas d’électricitédans leur foyer ? Quel avenir pour nos micros entrepreneurs qui n’ont pas lesmoyens de se procurer des sources d’énergie autonome leur permettant desurvivre?Chers parlementaires,Pa ka gen developman si pa gen kouran ! Jusqu’ici, Ayiti pat janm adopté yonpolitique énergétique consequent pou blayi kouran lan tout rakwen peyi-a. Malgrenecessite ya, dirijan yo outijan tap gade kibo limyè ap soti, kwaze bra yo ap tannjiskaske nou tounen pwa tann. Fok nou aji vit !La réalité est dure mais elle n’en demeure pas moins vraie : Il reste moins de 2% decouverture forestière à notre pays qui, ne produisant pas de pétrole, doit consacrerchaque année plus de $600 millions à l’importation de produits pétroliers et qui,s’il continue à transformer à ce rythme ses arbres en combustible, sera bientôt undésert.Devant ce constat inquiétant, les objectifs de mon gouvernement sont clairs :Premièrement, nous allons nous atteler à bâtir une stratégie énergétique sur les 15prochaines années.Deuxièmement, nous allons réorganiser l’EDH pour la rendre financièrement plus Page 32 of 49

    • rentable, et qu’elle augmente sa desserte en électricité à tous.Troisièmement, le Gouvernement Martelly-Lamothe s’engage à initier unprogramme d’éclairage public dans les plus importantes agglomérations urbaines.Cela favorisera la reprise de la vie nocturne et mondaine, et de façon plus générale,le développement du secteur touristique et celui des loisirs et les multiples servicesqui y sont associés.Quatrièmement, nous comptons construire un partenariat tripartite dedéveloppement pour l’énergie qui inclut l’État, le secteur privé et les bailleurs defonds. Seul, l’Etat ne peut plus faire face aux deux milliards de dollars nécessairesà la construction d’un réseau national de production, de distribution et decommercialisation d’électricité. Aussi, l’état a intérêt à faire appel à l’initiativeprivée en vue de mobiliser les ressources humaines et financières nécessaires àoffrir une énergie plus fiable et moins couteuse.A moyen terme, nous pensons qu’il sera important de créer un « Ministère auprèsde la primature chargé de l’énergie » et une institution régulatrice autonome pourl’énergie. Comme la Conatel pour les télécommunications, notre objectif à moyenterme est de proposer au Parlement la création du Conseil National de l’Energie quidevra veiller à la création d’un environnement incitatif en faveur del’investissement privé dans le marché énergétique haïtien. Ce régulateur veilleraaux questions de tarification, de compétitivité, de production, de réduction defraudes, de commercialisation, etc… Le corollaire d’une telle disposition est lapréparation, pour soumission au parlement, d’un nouveau cadre légal etrèglementaire facilitant entre autres l’adoption de mécanismes financiers novateursdans le domaine de l’énergie ;De plus, mon gouvernement entend diversifier les carburants utilisés. Depuis lestrois dernières années, des réserves importantes de gaz naturel ont été découvertesen Amérique du Nord. Elles sont si importantes qu’elles ont causé la chute ducours du Gaz naturel de $17 par million de BTU à environ $4.50 par million deBTU. Le gouvernement Martelly-Lamothe entend favoriser l’importation de gaznaturel comme combustible de substitution au diesel et mazout, au bois de feu et aucharbon de bois ; Il entend promouvoir le gaz naturel dans la productiond’électricité et dans le transport de masse. Pour ce faire, il entend entamer des Page 33 of 49

    • négociations immédiates avec les fournisseurs internationaux.5e « E » : Education, développement humain et socialEDUCATIONHonorables parlementaires,Li pa normal ke en 2012 gen des milliers timoun ki pa konn li ak ekri. Liinacceptable, pendant kek entreprises ap voye chache moun aletranje vin travay, kegen moins pase 9,000 étudiants lan lekol technique ou professionnelle nan toutpeyi-a. Esak pirèd, ke program yo pa mache ak sa entrepriz nou yo bezwen.Li pa normal non plis ke université ki plase pou bay développement lan yon peyipa ka resevwa plis ke 1,000 étudiants sou 100,000 kandida. Ki koze sa-a ?Dans le domaine de l’education, mon gouvernement entend changer la donne dutout au tout !De plus, le secteur de l’éducation se signale par une absence de textes législatifsd’orientation et de programmations récentes - la Loi créant l’Office national pourle Partenariat en Éducation (ONAPE) constitue une exception, dont l’ouverture sefera dans les prochains mois.Le Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle a élaboréun Plan opérationnel quinquennal qui a défini les stratégies pour la refondation dusystème avec des actions concrètes à mener dans le secteur. A ce niveau, jesolliciterai votre indispensable appui, en vue de fournir une assise légale à ce planopérationnel, duquel émanent déjà plusieurs programmes de coopérationinternationale, afin qu’il ne subisse pas le même sort que les autres plans antérieursqui n’ont pas été véritablement mis en oeuvre. Ce plan constituera notre cadre deréférence et d’intervention dans le secteur.En collaboration avec le Parlement, des actions seront entreprises, en vue derenforcer le cadre légal du secteur de l’éducation. Il s’agira de favoriser : Page 34 of 49

    • 1. Le vote de la proposition de loi d’orientation de l’éducation par la chambre desDéputés. Ce qui permettra l’élaboration du projet de la nouvelle loi organique duministère chargé de l’éducation nationale. La dernière en date remonte à juin 1989;2. Le vote de la loi cadre portant création et fonctionnement du Fonds Nationald’Éducation (FNE) ;3. Le vote du projet de loi portant revalorisation de la fonction enseignante.D’autres projets de loi seront soumis au parlement après consultation avec lesreprésentants des secteurs non publics de l’éducation.Au plan de l’accès, des mesures incitatives tendant à la fois à abaisser les coûts descolarisation des enfants et à accroître la fréquentation scolaire ont été adoptées. Eneffet, dans le cadre du programme de scolarisation universelle gratuite etobligatoire, plus d’un million d’enfants ont fréquenté l’école gratuitement. Parmices enfants, 165,000 ont été à l’école pour la première fois. Maintenant, au coursdes prochains mois, il s’agira d’accroître l’offre d’éducation par la constructiondans un premier temps de 50 écoles ou la réhabilitation d’une centaine environ,surtout en milieu rural, particulièrement dans les sections communales déficitaires.Le renforcement des programmes de dotations en manuels scolaires pour lesdisciplines de base devrait nous permettre de toucher plus d’un million d’élèves,principalement ceux qui fréquentent les écoles publiques, les écoles communales,les écoles communautaires, les écoles de mission, et les écoles presbytérales.A ce programme devrait s’ajouter une dotation pour les uniformes. De plus, leprogramme de la suppression des frais scolaires pour tous les élèves entrant en 1èreannée de l’école fondamentale dans les établissements touchés par le programmede scolarisation universel, sera étendu progressivement durant les années à venirpour les classes du premier cycle du fondamental du secteur public et pourraégalement se traduire par un programme de subvention aux écoles à existencelégale du secteur non public à but non lucratif. Ces mesures seront, dans l’intérêtdes familles, accompagnées d’une augmentation sensible du nombre debénéficiaires des cantines scolaires, particulièrement en milieu rural.Au plan qualitatif, l’action de mon Gouvernement visera trois cibles particulières : Page 35 of 49

    • 1. Les enseignants : Il nous faut assurer l’arrivée massive de nouveaux enseignantsqualifiés dans les salles de classes par des programmes audacieux de formation. Ilfaudra également mettre en œuvre un programme de requalification professionnelledevant déboucher sur une certification, et à terme, la mise en place d’un permisd’enseigner.2. Est-il encore responsable et rentable de laisser notre ressource principale, nosjeunes, à la charge de personnels non qualifiés ? Soulignons que laprofessionnalisation des enseignants marche de pair avec une revalorisation de lacondition enseignante.3. Le personnel d’encadrement et de supervision : A partir du renforcement et del’extension du dispositif des EFACAP à raison d’une par commune et de larationalisation du fonctionnement des structures d’encadrement et de contrôle, leGouvernement souhaite avoir des effets à court terme sur la durée d’enseignementet l’amélioration de l’apprentissage.4. Les familles : L’École étant l’affaire de tous, seul un engagement des familles àaccompagner, à Encadrer et à contrôler leurs enfants permettra d’arrêter la spiraledescendante de la mauvaise qualité de notre éducation.Si l’enseignement de base constitue notre priorité, il ne saurait être l’unique objetde nos preoccupations en matière d’éducation.Les chantiers consacrés à la rénovation du secondaire devront être accélérés,surtout en ce qui concerne la mise en place des filières technologiques,accompagnement indispensables des politiques de l’emploi et de la main d’oeuvredans les domaines stratégiques pour la croissance et la réduction de la pauvreté.D’ici la fin 2013, le Ministère de l’Education Nationale devra mettre à dispositionde l’ensemble des acteurs concernés les plans d’études détaillés des principalesfilières technologiques des secteurs clés.En ce sens, un lycée modèle sera construit dans chaque département, et quant à laformation professionnelle proprement dite, mon gouvernement s’attellera àélaborer la politique de sous-secteur en construisant un centre par département,commençant par ceux de Hinche et de Petit Gôave. Page 36 of 49

    • Le secteur formel de l’éducation ne doit pas être l’unique objet de notre attention.Un dispositive d’Éducation Alternative devra être conçu et développé. Cedispositif, qui prendra en compte, aussi bien les besoins d’alphabétisation, de post-alphabétisation que de formation professionnelle, accueillera aussi bien les laisséspour compte du système que les adultes en quête de requalification ouréorientation.Il sera également nécessaire de mettre en chantier une véritable réforme du secteurde la formation professionnelle afin de l’orienter vers l’emploi et l’arrimer auxbesoins des secteurs productifs de l’économie.L’Enseignement Supérieur fera également l’objet de l’attention de monGouvernement. Les deux priorités en ce domaine seront la régulation du secteur etla définition d’un cadre légal pour la réforme de l’Université d’État d’Haïti avec laparticipation de tous les acteurs, dans le respect de l’esprit de la Constitution.A propos de l’Université Henri Premier située à Limonade, de concert avecl’Université d’Etat d’Haïti (UEH), deux structures seront mises en place dès maprise de fonction.1. Un Haut Conseil Universitaire, composé des personnalités de haut rang, chargéd’assurer la visibilité de cette université et de l’aider à mobiliser les ressourcesindispensables à son fonctionnement et à son développement ;2. Un Conseil Provisoire de Gestion composé d’universitaires chevronnés avec unmandat clair de mettre en place les bases de cette université moderne.Tout sera fait par mon Gouvernement pour que les activités académiques au niveaude cette Université puissent démarrer prochainement.Jeunesse et sportLes tranches d’âge de 15 à 34 ans constituent 35 % de la population, alors que 58%ont entre 0 et 24 ans. Environ 220,000 jeunes des deux sexes atteignent 15 ans Page 37 of 49

    • chaque année. Les jeunes représentent plus de 50% de la population globale dupays.Mais, l’environnement socioculturel haïtien s’est progressivement déstructuré,notamment en raison de l’affaiblissement constant de la cellule sociale de base : laFamille. Les jeunes sont délaissés et n’ont plus le temps de se cultiver à travers lesactivités éducatives et culturelles.Le constat est morose. L’heure d’agir est arrivée. Face à cette réalité, mongouvernement a l’impérieux devoir de faire du secteur Jeunesse une prioritéstratégique en mettant de l’avant des Politiques Publiques susceptibles de répondreaux aspirations des jeunes.Mon gouvernement s’attellera à :1. Renforcer et initier un ensemble de projets et d’actions qui allient le progrèséconomique et le progrès social ;2. Offrir aux opérateurs et acteurs du mouvement sportif haïtien, un encadrementstructurel et programmatique plus adapté;3. Favoriser une culture de maintenance des infrastructures sportives etsociocommunautaires actuelles mal entretenues.A ce propos, le Ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Action Civique devrajouer un rôle clé. Mon gouvernement entend mener une politique qui s’articuleautour des 5 axes programmatiques suivants :1. Le programme de renforcement institutionnel pour la desserte d’un service demeilleure qualité à la population cible.2. Le programme de développement et d’insertion de la jeunesse visant l’insertionsocioéconomique des jeunes dans les circuits de production.3. Le programme de promotion du civisme. Page 38 of 49

    • 4. Le programme de mise en place d’infrastructures socio sportives pour ledéveloppement des activités sportives. Ce programme contient des projets deréhabilitation et de construction d’espaces de sociabilité sportive adaptées et mieuxréparties sur le territoire. En ce sens, sachez également que nous allons procéder àla réhabilitation du Centre Sportif de Carrefour et celui de Dadadou. Nousenvisageons d’ailleurs la construction d’un centre multisports dans chaquecommune.CULTUREDepi yo pale de richesses d’Haïti, premier élément qui vi’n lan tête tout moun sekestion culturel la. Nous pensons à ses oeuvres d’art, ses rythmes, ses coutumes,son folklore, sa musique, son artisanat, son histoire…Dans une économie globalisée où les nations font jouer les avantages compétitifspour réussir leur politique touristique, Haïti dispose avec sa culture, trésoruniversellement reconnu, d’un atout considérable et indéniable.Entre autres objectifs visés par mon gouvernement, notons la relocalisationd’institutions tels :- l’Institut de Sauvegarde du Patrimoine National (ISPAN),- l’Ecole Nationale des Arts (ENARTS),- la direction Nationale du Livre (DNL),- la Réhabilitation du Théâtre National d’Haïti,- la Réhabilitation du Ciné Triomphe et du Rex Théâtre, entre autres.Par ailleurs, mon gouvernement entend également :1. Apporter un soutien aux livres, à la lecture et l’écriture en créant de nouvellesbibliothèques dans les provinces, lesquelles auront pour vocation d’être devéritables centres d’animation culturelle capable de cimenter le vivre ensemblecommunautaire ;2. Encourager la production artistique dans toute sa splendeur et sous toutes ses Page 39 of 49

    • formes, notamment à travers le théâtre, la danse, la musique et autres ;3. Créer des centres multimédia et autres infrastructures culturelles intégrant sallesd’exposition polyvalentes, bibliothèques, boutiques d’artisanat et cafés littérairesmultifonctionnels ;4. Stimuler l’intérêt pour une participation encore plus grande des jeunes dans desfoires de types foires du livre, musique en folie, artisanat en fête, art culinaire etautres ;5. Encourager les manifestations populaires traditionnelles comme les fêtespatronales, le rara et le carnaval qui s’en trouveraient revalorisées et transforméesen activités génératrices de revenus au bénéfice de la population immédiate.SANTE ET POPULATIONHonorables Parlementaires, en matiere de santé et de population, l’objectif généraldu prochain gouvernement est double :1. Le renforcement du système de santé ;2. L’harmonisation des activités des opérateurs publics et privés.Ainsi, un ensemble d’actions sera mis en oeuvre.1. Des mesures seront prises pour augmenter l’offre de santé. Dans ce cadre, unplan de réhabilitation des anciens hôpitaux et de construction de nouveaux sera misen oeuvre. Parmi les nouveaux hôpitaux à construire, il faut noter celui de Jacmelet de Mirebalais.2. Les programmes de soins préventifs seront renforcés, incluant la surveillance desmaladies transmissibles (comme le VIH-Sida, etc.). Cette activité s’appuiera sur unsystème performant d’information stratégique, de surveillance de l’hygiène dumilieu, y compris l’augmentation de l’accès à l’eau potable. Page 40 of 49

    • 3. L’accent sera mis sur le système de soins curatifs. Il s’agira de permettre à toutcitoyen malade de se faire soigner à tous les échelons du système, en offrant unréseau de services de base notamment aux populations affectées par la pauvretéextrême.4. Le processus de distribution du médicament sera mieux régulé, assurant ainsi ladisponibilité des médicaments essentiels en région d’une part, du respect des règlesencadrant leur vente et leur consommation d’autre part.Toutes les dispositions seront prises pour améliorer la Bonne Gouvernance au seindes institutions publiques et privées de santé.Les extrants obtenus des Etats Généraux de la Santé réalisés récemment serviront àl’élaboration du cadre légal. En ce sens, une attention particulière, dans l’espritd’une décentralisation réelle, sera accordée à la gestion financière, à la gestion desRessources Humaines responsables et performantes.Un dernier point d’importance est celui de la Protection Sociale en Santé. Trèsbientôt, le Gouvernement lancera une première initiative à titre pilote d’une cartesanté pour l’accès à un paquet de soins de base. Cette initiative sera le point dedépart d’un grand modèle de protection sociale en santé, aujourd’hui déjà en coursd’élaboration. Ce modèle laissera toutefois la libre entreprise aux employeurs etemployés de contracter dans le privé des polices d’assurance maladie et invaliditédans le cadre d’une nouvelle loi sur l’assurance santé qui se voudra êtreobligatoire.FemmeKOULYE YA AN PALE DE KOZE FANM YOSituation fanm yo pral yon lot priorite pou mwen. Yo pral jwenn bon jan plas lanékip gouvènman’m lan. Gen yon pakèt fanm exceptionel ke pays sa-a bay kimérite plus respect lan société ya paske se yo kilan mitan tout aktivite familiale,sociale ou bien économique Haiti. Page 41 of 49

    • La situation de la femme en Haïti sera une de mes grandes priorités. Ellestrouveront au sein de mon équipe gouvernementale une place de choix.Comment accepter que les femmes représentent 52% de la population et que moinsde 5% d’entre elles occupent des postes de direction parmi les cadres supérieurs del’administration publique. S’agissant de la participation politique des femmes, leurprésence est très faible dans les sphères de décision politique.Au sein de la 49ème législature, il n’y a qu’une seule femme au Sénat sur 30sénateurs et 5 femmes à la Chambre Basse sur 99 députés.Sous notre leadership, tous les départements ministériels et toutes les institutionsde l’Etat seront fortement responsabilisées et travailleront en étroite collaborationavec le Ministère de la Condition Féminine et aux Droits de la Femme àl’intégration des questions d’égalité Homme-Femme dans la mise en œuvre despolitiques sectorielles.Sur le plan de la santé, nous entendons réduire le taux de mortalité lié auVIH/SIDA, particulièrement chez les femmes. Une campagne d’éducation sexuellepour les jeunes et les adultes favorisant la responsabilisation des partenaires seralancée.Sur le plan juridique, des efforts doivent être consentis pour que les femmes soientadmises comme des citoyennes à part entière.L’insuffisance de cadre juridique sur la violence spécifique faite aux femmes ainsique sur leurs droits sexuels et reproductifs méritent d’être comblée par uneharmonisation des textes juridiques nationaux avec les Conventions Internationalessur les Droits des Femmes.Mon gouvernement s’engage d’emblée à matérialiser les objectifs de :1. La mise en place d’une politique d’égalité des sexes par l’adoption d’unensemble de lois y relatif dont celle concernant la responsabilité des parents et desconjoints ; Page 42 of 49

    • 2. Le renforcement de la capacité du Ministère à la condition féminine et auxDroits de la Femme ;3. Le renforcement des capacités des organisations féminines et du leadershipféminin ;Politique étrangèrePARTIE IIIHonorables parlementaires,Les turbulences socio politiques qu’Haïti a connues ces dernières années ontconsidérablement terni l’image du pays au niveau international. Dans ce contexte,la diplomatie haïtienne aura un double rôle à remplir. D’abord celui de restaurerl’image d’Haïti à l’extérieur, ensuite celui d’attirer les investissements étrangers,moteurs de la croissance économique, susceptible d’améliorer de manièresignificative les conditions de vie du peuple.La politique étrangère définie de concert avec le Président de la République, SonExcellence Monsieur Michel Joseph MARTELLY, sera structurée autour desgrands axes suivants : le Bilatéral et le Multilatéral.Sur le Plan Bilatéral 1. Pour la Coopération Nord-Sud, il s’agira pour nous de renforcer nos relations avec des partenaires stratégiques traditionnels tels les Etats-Unis, la France, l’Espagne, le Canada, le Japon, pour ne citer que ceux-là. Il sera aussi question d’élargir les champs de nos relations en faisant appel à d’autres partenaires. 2. L’axe de coopération Sud-Sud, demeure plus que jamais indispensable pour Haïti, tant par son originalité, les liens historiques centenaires que par sa capacité d’innovation. Dans ce domaine, la coopération avec certains pays, comme Cuba, le Venezuela, le Brésil, l’Argentine, le Chili, a déjà fait ses preuves. Il faut les maintenir et les renforcer. Il convient aussi de Page 43 of 49

    • chercher de nouveaux horizons.Sur le plan Multilatéral 1. Il s’agira pour mon Gouvernement de rendre plus dynamique l’action multilatérale de l’Etat, par une plus grande affirmation dans les enceintes internationales qui passera par des prises de positions des délégués haïtiens, lors des réunions internationales et par l’application d’une politique de candidature dans les organisations et institutions internationales. 2. La complexité des relations internationales, le phénomène de la mondialisation rendent indispensables les zones d’intégration économique qui demeurent de véritables marchés pour l’économie haïtienne et d’outils permettant de maximiser notre capacité de négociations dans les négociations économiques internationales. Notre intégration au sein de la CARICOM doit être renforcée. Dans le même ordre d’idées, il conviendra de renforcer notre relation avec l’Union Européenne, dans le cadre des ACP.La mise en oeuvre de notre politique étrangère nécessite une réorganisation denotre appareil diplomatique qu’est le Ministère des Affaires Etrangères (MAE) etses services externes. Dans ce contexte, une nouvelle loi réorganisant le MAE sousune base géographique sera déposée au Parlement.Il conviendra aussi de redéfinir la carte diplomatique et consulaire du pays pourune meilleure rationalisation du fonctionnement de notre appareil diplomatique,tenant compte des contraintes budgétaires. Dans ce contexte, certaines Missionsont été fermées ou fusionnées avec d’autres. En meme temps, il sera aussinécessaire d’en ouvrir d’autres, tenant compte de l’apparition des groupes de paysémergeants sur la scène internationale et de leur poids dans les négociationsinternationales. Page 44 of 49

    • PARTIE IVVoies & moyensHonorables parlementaires,Faire d’Haïti un pays émergent en 2030 est un objectif très ambitieux qui vanécessiter la mobilisation d’importantes ressources humaines mais surtoutmatérielles et financières. Pour trouver les ressources nécessaires, il nous fautconvaincre, et pour convaincre, nous devons d’ores et déjà réaliser les nombreusesréformes qui mettront en confiance, le peuple haïtien d’abord, la société civile et lesecteur privé des affaires, et, en dernier lieu les investisseurs et les bailleurs defonds internationaux.LES RÉFORMES FINANCIÈRESL’analyse des données relatives aux Opérations Financières de l’Etat pourl’exercice écoulé a encore mis en évidence le caractère étriqué de notre modèle definancement : 100% des revenus du trésor proviennent des recettes internes avecprès de 60%, soit la TCA et les droits de douanes, liés directement à des activitésde commerce international, notamment les importations. En comparant ces donnéesà celles provenant de l’analyse de la balance des paiements, montrant queseulement 5% de nos importations sont payées par des exportations, nous mesuronsl’ampleur de la dépendance de notre économie vis-à-vis de l’étranger. Mongouvernement a donc pour devoir de reconsidérer le rôle assigné à l’Etat au coursde ces 20 dernières années par tous les programmes d’ajustement structurels. Pourrenverser cette dépendance vis-à-vis de l’étranger, l’Etat devra intervenir dansl’économique.Les réformes financières qu’envisage mon gouvernement vont couvrir tous leschamps des finances publiques et devront aboutir à une utilisation optimale de tousles outils fiscaux et financiers pour atteindre les objectifs que nous nous sommesfixés soit ceux : - d’augmenter et diversifier les revenus du Trésor ;- de diversifier les sources de financement ;- de relancer la croissance ; Page 45 of 49

    • Les lois fiscales qui accompagnent le budget voté pour l’exercice 2011-2012prévoient déjà la révision de certaines positions tarifaires, des droits d’accises etd’autres droits de timbres et de licence. Ce budget autorise des dépenses de l’ordrede 121 milliards de gourdes dont 36.8 milliards pour le fonctionnement et 80.4milliards pour les investissements financés essentiellement par les fonds de l’AidePublique au Développement.De cette enveloppe, nous pouvons compter sur la mobilisation d’environ 33.2milliards de gourdes pour boucler l’exercice fiscal. Ces ressources seront affectéesau paiement des salaires à hauteur de 9.5 milliards de gourdes, des dépenses defonctionnement des subventions, respectivement de 5.2 et 2.9 milliards de gourdeset des investissements de l’ordre de 14.0 milliards de gourdes.Les principales réformes institutionnelles, notamment celles relatives à lamodernisation des entreprises publiques et du cadre des affaires seront mises enroute dès l’entrée en fonction de mon gouvernement. Nous lancerons également lesconsultations pour la préparation d’un budget pour le prochain exercice, budget quireflètera notre nouvelle vision de l’Etat. De même, nous mettrons en chantierd’importantes infrastructures, symbole de la reconstruction d’Haïti.Les nouvelles réformes concerneront : - La modernisation du cadre physique, légal et administratif des organismes de perception ; - La poursuite de la révision de certains droits, taxes et procédures ; - La diversification des instruments de paiements des impôts et taxes ; - La réforme des franchises ; - La mise en place d’un système efficace de surveillance douanière.Les mesures de réforme ci-dessus mentionnées, pour autant efficaces qu’ellesseront, resteront limitées à l’amélioration de la qualité et du niveau de la perceptiondes droits et taxes. L’augmentation réelle et soutenue des revenus du Trésor Page 46 of 49

    • implique une nouvelle stratégie financière. Celle-ci devrait permettrel’augmentation de la production nationale et générer d’autres sources de revenupour le trésor public. La Stratégie de Financement pour 2013-2015 intègraplusieurs volets dont : - Une recherche diversifiée de financement externe à travers une diplomatie dynamique ; - L’intégration de l’investissement direct étranger comme champ privilégié de mobilisation de l’épargne externe ; - La mise en place d’instruments financiers et d’accompagnement innovants destinés aux PME, aux nouvelles entreprises et aux ménages, notamment dans le secteur du logement. - Le renforcement et l’actualisation du cadre de l’endettement public.Dans le respect des lois, mon gouvernement est disposé à : - Ouvrir à l’investissement privé, certains secteurs d’activités jusque là considérés comme des monopoles d’état ; - Participer, avec des apports d’actifs physiques immobiliers du domaine privé de l’Etat, ou intervenir en portage avec des apports en numéraires, à la création de nouvelles entreprises, de production de biens ou de services dans des secteurs jugés très porteurs pour l’économie nationale.Notre stratégie financière pendant tout le reste du quinquennat mettra égalementl’accent sur la recherche et l’utilisation de nouveaux produits financiers pourorienter l’épargne locale vers le financement de l’économie nationale et diversifierles sources de financements du Trésor Public, des entreprises publiques et descollectivités territoriales.ConclusionHonorables Parlementaires,Je viens de déposer sur l’Hôtel de la Patrie dont vous êtes les gardiens, mon énoncéde politique générale. Page 47 of 49

    • Plus que le plan que je m’engage à appliquer en faveur du peuple que je prends àtémoin, c’est avant tout un cri du coeur que je lance. C’est l’expression de mondésir de me mettre au service de tous ceux, qui de près ou de loin, sont convaincusque Haïti peut s’en sortir.A cette tribune, je vis un moment exceptionnel. J’ai le sentiment d’être observé parceux dont la voix retentit encore dans cette enceinte. Je crois reconnaître celle deBoyer BAZELAIS, Septimus RAMEAU, Dantes BELLEGARDE, PauléusSANON, Rosalvo BOBO, Anténor FIRMIN, Dumarsais ESTIME, Louis DEJOIE,Constantin MAYARD, Hanibal PRICE, Emile SAINT LOT, AlexandreLEROUGE, Mirlande MANIGAT et de tous ceux qui en dépit des menaces, del’arbitraire, des incompréhensions, des préjugés ont sonné le lambi de ce grandKONBIT au profit de ceux qui les ont élus. Dans un langage sans doute différent,ils ont chacun, selon sa tendance politique, réclamé plus de justice, plus d’écoles,plus de santé, plus de sécurité, plus d’emplois…; une meilleure répartition desrichesses ; En un mot, moins d’exclusion.Comme vous vous en êtes rendus compte, J’ai choisi de faire du social le fil detrame des actions de mon gouvernement. Cette orientation vise à rapprocher lespouvoirs publics de tous les citoyens sans distinction. Le forme du combat quenous devons mener sera différente de celle de Goman, d’Acaau, ou de BenoîtBatraville, mais l’idéal sera le même : sortir le peuple des affres de la pauvretéextrême. Ceux qui sont mort pour la Liberté et pour une société plus juste en faveurde tous, trouveront dans mon action gouvernementale les idéaux pour lesquelles ilsse sont battus.L’heure du ralliement a sonné. Il est temps d’oublier nos divergences ; Ce n’estplus une affaire de Laurent Lamothe, Michel Martelly et de leurs famillespolitiques. Je ne suis qu’un maillon de la longue chaîne qui nous unit. Soyons lesartisans d’un autre pote boure qui doit changer l’image du pays.Le programme gouvernemental ne m’appartient pas. Mes ministres et moi nepourrons l’exécuter efficacement sans la participation de tous. Les luttes qui ontconduit les pères fondateurs de la nation à nous léguer cette terre ont réussi parceque le tèt ansanm a toujours été à tous les rendez-vous. Les combattants de Page 48 of 49

    • l’époque ont manqué de tout.Batay ki te mennen pa tout fondatè nasyon sa-a, ki se eritaj yo kite pou nou, reysidepi plis pase desyèk apre bon jan tèt ansanm.A lepok yo te manke tout bagay. Yo te goumen ak plan men yo, san manje, san laswenyaj doktè, yo te di menm si yo mouri yap kite pitit yo lib. Yo te itilize propteknik pa yo, anpil te mouri, men yo kite you peyi lib pou pitit pitit yo.Sèl zam yo, se te determinasyon yo, pou yo soti lan malcite ki tap toupizi yo, lanesklavay. Nou kapab reyisi anko si nou devlope prop strateji panou, ak anpildisiplin ak anpil volonte.Pandanm tap pale ak nou, Reprezantan pèp la, sou tibun sa-a, gen yon bel ideprezidan Dumarsais Estime kite pase lan tèt mwen, yon diskoul te fè 25 mars1947… et je prends un immense plaisir à le citer en conclusion de mon énoncé depolitique générale :« … si chacun de nous pour sa part, cédant à l’appel du patriotisme et audévouement de la chose commune, sait oublier ses haines, ses colères, sesdéceptions et ses rancunes ; si chacun de nous sait trouver, en face de la tâchequi lui est assignée, le sens du devoir envers une patrie immortelle et si chacunde nous trouve dans ce ciel, et ces paysages, et ce sol jadis arrosé du sang desancêtres, les sens de la mission dans le monde de cette terre du nègre libre, alorscontemplant au bout de nos travaux l’oeuvre de nos mains, nous dirons tousensemble : Ayiti pap peri ! »Vive Haïti. Vive le people Haïtien!Merci.
 Page 49 of 49