Soft Gouvernance

520 views
465 views

Published on

Fondation pour Genève

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
520
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Soft Gouvernance

  1. 1. La société civile, les groupes d’intérêts et les Etats s’obligent à passer à l’action permettant aussi à ceux-ci de s’attribuer les résultats du processus consensuel.
  2. 2. Un nouveau processus de gouvernance s’est installé dans les diffé- rentes parties du monde en mettant en place de nouvelles méthodologies de travail
  3. 3. Aujourd’hui, les nouvelles technologies de communication ont changé le déroulement de la gestion des affaires internationales y compris le processus de l’agenda setting.
  4. 4. Un acteur non étatique a été capable de tuer plus d’Américains le 11 septembre 2001 que Pearl Harbor le 7 décembre 1941. C’est une illustration type d’un monde en mutation.
  5. 5. Je pense qu’avec ces incroyables atouts, Genève pourrait créer quelque chose qui ressemblerait au «CERN du soft power»
  6. 6. Ceux qui, comme nous, sont actifs dans le domaine de la santé, mesurent parfaitement l’importance grandis- sante de la «soft gouvernance»
  7. 7. Les «nouveaux» acteurs de la vie internationale ne remplacent pas les acteurs «tradi- tionnels» mais ajoutent à la complexité du jeu politique, sécuritaire ou économique
  8. 8. C’est un échange permanent de concepts et d’idées qui font de cette culture globalisée quelque chose d’abso- lument fascinant et en même temps quelque chose d’inquiétant
  9. 9. Le «deuxième Gothard» bien plus porteur d’avenir, qu’est Genève: lieu de rencontre et d’échange avec le monde entier, d’ouverture à l’ensemble du globe
  10. 10. La gouvernance mondiale ne peut et ne doit donc pas être comprise comme un système autoritaire, dépositaire d’un pouvoir supra-démocratique partagé par quelques- uns au nom de tous
  11. 11. Les Etats cèdent une partie de leur monopole en faisant appel à des organisations non étatiques. C’est une étape essentielle et qui marque le début de l’ère de la «soft gouvernance»
  12. 12. Les rencontres infor- melles organisées de part le monde, et notamment dans le cadre du Forum de Davos, sont les expres- sions modernes des antichambres parlemen- taires de l’ancien monde
  13. 13. Ces nouvelles pratiques imposées de plus en plus par la société civile entraînent une redéfi- nition des rôles afin que chaque acteur puisse contribuer à l’effort commun
  14. 14. L’émergence de l’offre intellectuelle des Think Tanks dans le processus de la réflexion mondiale est une des principales caractéristiques de notre modernité
  15. 15. Genève comme place de réflexion des grands problèmes économiques, sécuritaires et politiques planétaires
  16. 16. La région métropole lémanique se doit d’entamer une profonde mutation afin de garantir son avenir comme l’un des principaux centres de la «soft gouvernance» mondiale

×