Your SlideShare is downloading. ×
Dr jean pierre_ayoub_cancer_19_avril_2012
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Dr jean pierre_ayoub_cancer_19_avril_2012

304

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
304
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Le cancer: faire équipe pour la continuité des soins Jean-Pierre Ayoub, MD, FRCPC Oncologue médical, CHUM Centre hospitalier de l’Université de Montréal
  • 2. Plan de la présentation Ampleur du problème Trajectoire de soins actuelle (problèmes/solutions) Modèles de suivi partagé
  • 3. Ampleur du problème
  • 4. Ampleur du problème - pourquoi? Source: Fichier des tumeurs du Québec
  • 5. Ampleur du problème
  • 6. Ampleur du problème
  • 7. Ampleur du problème -60% des patients ayant un diagnostic de cancer survivront >5 ans Source: Fichier des tumeurs du Québec
  • 8. Ampleur du problème – Pourquoi? Figure 2 Nombre de médecins par 100 000 habitants, selon la catégorie de médecins, Canada, 1978 à 2010 250 2010: 203 1997: 200 184Nombre de médecins par 100 000 habitants 1978: 147 150 100 50 0 1978 1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008 2010 Tous les médecins Médecins de famille Spécialistes Source: Institut canadien d ’information sur la santé
  • 9. L ’ampleur du problème - Pourquoi? Source: Institut canadien d ’information sur la santé
  • 10. L’ampleur du problème - Pourquoi? Vieillissement de la population Croissance de la population Mise au point de traitements plus efficaces pour les maladies cardiovasculaires et pour certains cancers L’impact croissant du cancer n’est pas contrebalancé par le nombre de médecins (de famille et spécialistes) soignant cette clientèle
  • 11. Trajectoire des soins Diagnostic potentiel de néo. par médecin de famillePneumologue Chirurgien GynécologueGastroentérologue Oncologue médical Radio-oncologue
  • 12. Problèmes avec la trajectoire actuelle Accès au médecin de famille lors des premiers symptômes Accès au centre spécialisé pour diagnostic et traitement Le médecin de famille n ’est plus impliqué dans le suivi du malade une fois dans un centre spécialisé Absence de communication du centre spécialisé avec le médecin de famille Une fois un traitement oncologique actif est terminé, l ’accès au médecin de famille peut être difficile
  • 13. Problèmes avec la trajectoire actuelle (suite) Rôles des médecins de famille et des spécialistes ambigus Compensation financière pour le suivi par le médecin de famille Problème d’échange d’information
  • 14. Problème d’échange d’information –Modèle de lettre servant à la communication avec le médecin de famille Diagnostic Stade Symptômes actuels Objectif du traitement (cure, palliation de symptômes) Plan de traitement (radiothérapie, chimiothérapie) Problèmes anticipés (effets secondaires du traitement, complications du cancer) Pronostic (espérance de vie) Information donnée au malade et à la famille Suivi planifié (soins primaires par le médecin de famille ou l’oncologue) Soins à domicileUn court narratif peut suivre le résumé ci-hautCoordonnées du spécialiste en oncologie en cas de questions Braun, Can Fam Physician July 2003 49;882-886
  • 15. Problème d’échange d’information –Modèle de lettre servant à la communication avec le médecin de familleDegré de satisfaction des Niveau de base (%) avant Après l’implantation du modèle demédecins de famille l’implantation du modèle de lettre lettre (%)Pertinence 17 60Ponctualité 10 44Format 10 63Quantité d’information présentée 10 56Satisfaction en général 10 56 Braun, Can Fam Physician July 2003 49;882-886
  • 16. Solutions Établir des corridors de services entre les soins primaires et les soins spécialisés (RUIS) Améliorer la communication entre le médecin de famille et les spécialistes Intégrer le médecin de famille dans l’équipe interdisciplinaire et assurer sa formation médicale continue (vidéoconférence) Adresser les barrières financières et administratives (PEM, AMP) en sensibilisant le MSSS et la FMOQ aux besoins Augmenter l’exposition des stagiaires de la faculté de médecine à l’oncologie pendant la formation
  • 17. Limites des territoires des RUIS (Réseaux universitaires intégrés de santé) Source: MSSS
  • 18. Quelles sont les opportunités pour l’intégration du médecin de famille dans l’ équipe interdisciplinaire? Suivi en communauté Gestion des effets secondaires de la chimio Gestion de la douleur Suivi du malade une fois les traitements actifs terminés Pratique hospitalière Administration de la chimio après prescription par l’oncologue Suivi de patients hospitalisés pour complications de la maladie ou des traitements
  • 19. Ce que le médecin de famille ne doit pas faire Prescription de la chimiothérapie Modification des traitements
  • 20. « Docteur, ne serait-ce pas mieux d ’être suivie par un spécialiste? » - Grunfeld, et al. JCO 24:848, 2006 R Suivi par un spécialiste A dans un centre d ’oncologie N968 patientes opérées Dpour un cancer du sein O SUIVI AD 5 ANS POST-CHxet ayant complété une Mthérapie (chimio/radio) Iadjuvante S E Suivi par leur propre médecin de famille (feuille R d ’instruction)
  • 21. Lignes directrices envoyées aux médecins de famille pour le suivi
  • 22. Observation de la fréquence des évènements dans l ’étude de Grunfeld MD de famille Spécialiste ∆ (%) Intervalle de confiance – 95% (%) (%) (%) Récidive 11.2 13.2 2 -2.13-6.16 Décès 6 6.2 0.2 -2.90-3.26Complication 3.5 3.7 0.2 -2.26-2.65 sérieuse
  • 23. Conclusions de l ’étude de Grunfeld Le suivi post-traitement pour un cancer du sein peut être effectué par le médecin de famille Aucune différence dans la détection des récidives ni des décès Aucune différence dans la qualité de vie Ainsi, les patientes ont l ’option d ’effectuer le suivi avec un seul médecin (au lieu de 2, 3 ou 4)
  • 24. Modèle de plan de suivi actuel – Trajectoire du malade Pré-cancer Dx fin Rx 1-2 ans post-Rx 5 ans post-Rx Médecin de ………………………………………………………. famille X XSpécialiste en oncologie Rôle primaire Communication ……… Rôle incerrtain X Peu/pas de communication
  • 25. Pourquoi le modèle de suivi à long terme en oncologie est-il différent du modèle de suivi partagé qui existe en hypertension, diabète, insuffisance rénale chronique, hyperlipidémie, MCAS? 1. Problème d’éducation en oncologie (notions d’histoire naturelle de différents cancers, des effets secondaires/complications à long terme des traitements oncologiques) 2. La phase de traitement en centre spécialisé en oncologie est longue et intensive. Pendant cette période (~1 an), le patient voit peu/pas le médecin de famille, et le spécialiste s’occupe des comorbidités
  • 26. Modèle de plan de suivi actuel – Docteur, est-ce que je devrais avoir un médecin de famille?• Perception qu’un diabète ou une hypertension légers ainsi que les soins préventifs usuels passent en 2e priorité devant le cancer qui menace la vie du patient• Le patient développe des liens affectifs puissants pour le spécialiste (et le centre d’oncologie) qui a « sauvé » le malade et perd les liens établis avec le MD de famille (années)• Réaction de la part du MD de famille: Le spécialiste « vole » ou « garde » leurs malades• Réaction de la part du spécialiste: Le MD de famille « ne s’intéresse pas » ou « n’est pas à l’aise » avec le suivi de ces malades• Les soins primaires du malade risquent d’en souffrir s’il n’y pas de modèle partagé de suivi – Earle, et al. Cancer 101:1712, 2004
  • 27. Modèle de plan de suivi actuel –Docteur, est-ce que je devrais avoir un médecin de famille?14 884 survivants à 5 ansd’un cancer colorectal de labanque de patients deMedicare aux É-U Soins aigus Soins pour les comorbidités Soins préventifsCas témoins de la banque depatients de Medicare sanscancer aux É-U Earle, et al Cancer 101:1712, 2004
  • 28. Modèle de plan de suivi – Docteur, est-ce que je devrais avoir un médecin de famille?Soins % de suivi % de suivi % de suivi % de suiviprimaires par recommandé recommandé recommandé recommandé (global) (soins aigus) (comorbidités) (soins préventifs)Oncologue 53 11 64 35seulementMD de famille 57 25 71 37seulementLes deux 64 31 72 47 Earle, et al Cancer 101:1712, 2004
  • 29. Vers un modèle de suivi partagé Pré-cancer Dx Fin de Rx 1-2 ans 5 ans Post-Rx Post-RxMédecin ___________de familleSpécialiste en _____________oncologie Communication Rôle primaire Rx Traitement oncologique ___ Rôle secondaire
  • 30. Vers un modèle de suivi partagé Rôles du médecin de famille Rôles du spécialiste en oncologie• Soins biopsychosociaux pendant et après la maladie • Traitement antinéoplasique et être disponible au besoin pour les• Soins des conditions comorbides complications et pour répondre aux questions du MD de famille• Référer au spéciaiste pour évaluation périodique et pour les • Informer le MD de famille du plan complications de la maladie et des de traitement et du plan de suivi traitements qui nécessiteraient son nécessaire au congé expertise • Référer le malade au MD de famille• Consulter avec le spécialiste lorsqu’il durant et après la phase de y a des incertitudes traitement pour les soins de conditions comorbides
  • 31. Conclusions Avec le vieillissement et l’accroissement de la population, on s’attend à ce que près de 1.5 million de Québécois développent une forme ou une autre de cancer au cours des 30 prochaines années. Un modèle de suivi partagé entre le médecin de famille et les spécialistes du diagnostic jusqu’aux soins palliatifs est nécessaire Il existe présentement des obstacles à la collaboration Des études prospectives de modèles de suivi partagé en oncologie pourraient démontrer des bénéfices cliniques et au niveau de la qualité de vie, facilitant l’implantation Les médecins de famille et les spécialistes en oncologie sont des joueurs sur la même équipe

×