• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Semaine Religieuse Alger N6 Juin 2009 109eme Annee
 

Semaine Religieuse Alger N6 Juin 2009 109eme Annee

on

  • 1,054 views

La Semaine Religieuse d’Alger N6 - juin 2009 - 109eme annee

La Semaine Religieuse d’Alger N6 - juin 2009 - 109eme annee

Statistics

Views

Total Views
1,054
Views on SlideShare
1,054
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Semaine Religieuse Alger N6 Juin 2009 109eme Annee Semaine Religieuse Alger N6 Juin 2009 109eme Annee Document Transcript

    • La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - 109ème année
    • Prière de Benoît XVI devant le Mur des lamentations à Jérusalem, le mardi 12 mai 2009 Dieu de tous les âges, lors de ma visite à Jérusalem, « ville de la Paix », demeure spirituelle commune des juifs, des chrétiens et des musulmans, je vous apporte les joies, les espoirs et les aspirations, les épreuves, la souffrance, et la douleur de votre peuple à travers le monde. Dieu d‘Abraham, d’Isaac et de Jacob, entendez le cri des affligés, des apeurés, des dépouillés,envoyez votre paix sur cette Terre sainte, sur le Moyen-Orient, sur votre famille entière, remuez les cœurs de tous ceux qui appellent en votre nom pour marcher humblement sur le sentier de la justice et de la compassion. « Dieu est bon avec ceux qui l’attendent, avec l’âme qui le cherche » (livre des lamentations 3,25) Benoît XVI La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 142
    • Pentecôte "Chacun deux les entendait parler sa propre langue" (Actes 2: 5) Arabes…"; malgré toutes ces différences, et grâceC hers frères et sœurs,Cinquante jours après la fête de la Résurrection, à cette présence de Dieu au milieu deux, la Parole de Dieu nous rapporte que "… chacun deux les entendait parler sa propre langue" (Actes 2, 5)…nous célébrons aujourdhui la fête de la Pentecôte. Au Cénacle, le jour de la Pentecôte, les hommes,Mais plus exactement, qu’est ce que cette fête de les peuples, les nations… sentendaient, se com-la Pentecôte ? Et quel sens peut-elle avoir encore prenaient entre eux…Aujourdhui, cest différent,pour nous et pour nos frères les hommes? car chacun parle sa langue, une langue que les au-Si la fête de lAscension du Seigneur, ou le retour tres ne comprennent pas… et cela dure depuis ladu Christ au ciel, terminait sa présence visible au Création, depuis quil y a les hommes sur terre.milieu des hommes et concluait sa mission sur En effet, après la Création, les hommes avaientterre, donnant ainsi limpression que Jésus quittait tenté de se construire "… une ville, avec une tourdéfinitivement ce monde des hommes pour rentrer dont le sommet touche au ciel" (Gen. 11, 4), maisdans la gloire qui lui appartenait depuis léternité, nous savons que cette tour de Babel passa dansJésus cependant ne part pas en laissant les hommes lhistoire des hommes comme le symbole de toutesseuls. Il ne les laisse pas orphelins. Il reste au mi- les divisions, de toutes les différences, de tous leslieu deux, leur envoie lEsprit Saint qui restera conflits, bref de tout ce qui sépare et oppose lesavec eux jusquà la fin des temps, comme il lavait hommes entre eux… et cela parce que les hommesdéjà promis. La Pentecôte cest donc lEsprit Saint, entendaient construire leur ville, leur tour, sansDieu lui-même qui vient habiter parmi nous et Dieu ou même contre Dieu puisque le sommet defaire sa demeure dans nos cœurs, cest Dieu qui se cette tour devait toucher au ciel, cest-à-dire aurend présent au milieu des hommes, pour marcher trône de Dieu, à Dieu lui-même… Le jour de laavec eux et les accompagner sur les chemins de la Pentecôte par contre, tous ceux qui étaient présentsvie. étaient dans lémerveillement, dans la stupéfaction,Dans la première lecture des Actes des Apôtres, "car chacun deux les entendait parler sa proprenous avons pu constater comment cette effusion de langue".lEsprit Saint, cette présence de Dieu au milieu des Aujourdhui aussi, les hommes tentent de nouveauhommes est source de communion, dunité, de de se construire une ville, une culture, une civilisa-paix et dentente entre les hommes, entre les tion… dont le sommet touche au ciel, à Dieu lui-peuples, les nations, les religions, puisque en ce même. Notre monde est une nouvelle tour de Ba-jour de la Pentecôte, ils étaient venus de toutes bel, où chacun parle sa propre langue, celle de sesparts et parlaient chacun sa propre langue, diffé- propres intérêts, et où personne ne réussit à com-rente de celle des autres… Pour quelquun qui prendre personne, et où chacun est contre tout etconnait un peu la géographie et aussi lhistoire du tous… Durant leur longue histoire, les hommesmonde de ce temps-là, il peut constater que tous ont toujours trouvé et même inventé et fabriquéles peuples, toutes les nations, étaient présents au mille raisons pour se séparer, pour se différencierCénacle: "Galiléens, Parthes, Mèdes et Élamites, les uns des autres, pour tracer de nouvelles frontiè-habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la res et construire de nouveaux murs de séparationCappadoce, des bords de la Mer Noire, de la pro- entre eux, pour susciter la méfiance, la peur et lavince dAsie, de la Phrygie, de la Pamphylie, de haine des uns contre les autres, pour se faire lalÉgypte et de la Lybie, Romains, Juifs, Crétois et guerre… Aujourdhui les hommes séloignent de La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 143
    • plus en plus les uns des autres, ils ont des langues avec les autres, permettent à chacun dentendre lesdifférentes, leurs intérêts ne sont pas toujours les autres parler dans sa propre langue.mêmes.… Cest pourquoi notre monde a besoin Hommes, pourquoi chercher ce qui vous séparedune nouvelle Pentecôte, car il a besoin de Dieu. alors que vous êtes tous les enfants du même Dieu,La vie des hommes et les relations humaines ont alors que vous avez la même foi dans lunique etbesoin de Dieu… car Dieu seul peut rétablir lhar- seul Dieu de vous tous.monie dans notre univers, la paix et lunité entreles hommes, lentente et la concorde parmi les peu- Chers frères et sœurs,ples et les nations, Dieu seul peut abaisser les murs La Pentecôte est toujours actuelle, Dieu ne cessede la peur et de la haine et nous convaincre de pas de venir, denvoyer son Esprit. Il est là au mi-nous entendre, nous entraider, nous accepter réci- lieu de lÉglise, au milieu des hommes… Laissons-proquement. Dieu seul peut rendre les hommes nous réveiller par lEsprit, car cette présence decapables de surmonter leurs différences, leurs mé- Dieu au milieu des hommes est aujourdhui unefiances, leurs craintes réciproques pour les réalité ou plutôt une nécessité qui devient de plusconduire les uns vers les autres, car, au milieu des en plus urgente, car elle répond exactement à lahommes, Dieu est lAmour, cet Amour qui est le soif de paix et dentente entre les peuples quaremède de toutes les divisions et de toutes les hai- lhomme aujourdhui, elle répond exactement à sonnes. Il est la Vérité qui ne divise pas, mais unit et insatisfaction devant tout ce que peut lui offriraide à faire lunité. Il la Paix, car Lui seul peut dire cette vie, et comble ainsi le vide quil sent à linté-"la paix soit avec vous" et seule la paix avec Dieu rieur de lui-même et donner un sens à son exis-peut donner à lhomme la paix avec soi-même et tence et à sa vie.avec ses frères les hommes. Dieu est Celui qui Devant létat de notre univers, devant les divisionsbrise tous les murs qui séparent lhumanité, Celui qui séparent les hommes, demandons à Dieu din-qui traverse les portes fermées et apporte la paix. tervenir, dintervenir pour nous faire retrouverDieu au milieu des hommes est Celui qui pardonne lunité qui régnait entre eux et disons-lui: "Viens,et leur donne la force de pardonner, de tendre une Esprit Créateur, et renouvelle la face de la terre, etmain et de reprendre la route avec leurs frères en surtout renouvelle, purifie et unis les cœurs deshumanité. Il abolit les différences, les distances, hommes, pour quils puissent vivre dans lales frontières et restaure l’unité première des hom- concorde et la paix, la concorde et la paix avecmes. Dieu, et avec leurs frères dans lhumanité". PrionsSaint Paul nous résume tout cela en décrivant les pour la paix et lentente entre les peuples et les na-fruits de lEsprit, de la présence de Dieu dans tions de notre univers, dans lespoir de les entendrelhomme dans lequel Il habite:« le fruit de l’Esprit parler une même langue, celle de lamour, de laest charité, joie, paix, longanimité, serviabilité, concorde, de la paix et du bien-être de toutbonté, confiance dans les autres, douceur, maîtrise homme. Amende soi ». Toutes ces attitudes, toutes ces vertussont tournées vers les autres, elles permettent de Mgr Khaleb Badervivre en harmonie, en communion, en paix les uns Elle est née le jour de la Pentecôte « LA CHORALE » Elle recrute tous ceux qui aiment chanter Répétions le deuxième vendredi de chaque mois à la maison Diocésaine de 10h30 à 11h30 (exception : Première répétition vendredi 19 juin 09) Inscrivez-vous vite auprès du Père Bernard Mallet malletbern@yahoo.fr La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 144
    • V i du di s e ocè eRetour à TibhirineL ’émotion d’abord, pour beaucoup de ceux-là – dont je n’étais pas – qui font pèlerinage versce lieu pascal, mis en route aujourd’hui par ce jour venues de la plaine. Senteurs de miel des aca- cias en pleine floraison. Si douce assurance plutôt que certitude implacable : cette éternité qui tire enqu’ils en ont connu hier. avant, brûle aussi de nous éclairer sur notre au-Treize années dé- jourd’hui. Sur notre exode en cours.jà. Mémoire des L’Eucharistie, dans leur église. Tente-étable, quisept dormants. « Il gonfle ses toiles, élargit ses piquets. Sept luciolesvous est bon que sur le rude bois de l’autel. Ghaleb, notre archevê-je m’en aille ». que, invite à regarder devant, à trouver fidélité de-Vraiment ? Même vant. Nurallah, unique petite sœur de Bethléem,de cette manière ? pourrait-elle, même en arabe, chanter autre chose ?Par cet anti- Tant de voix et de visages subsahariens donnentExode ? Sinistre- un élan d’universalité. La voix grave de Robertment perpétré, de nuit certes et bâton à la main Fouquez, témoin du passé s’il en fut, nous annonce(peut-être) mais rapt sans Moïse apparent, et bri- à tous notre acte de naissance : nous sommes nés àsant d’un seul coup tant de liens, avec le voisinage Thibérine, cet espace n’est rien d’autre que notrequi en rien ne les asservissaient, avec toute l’É- maison.glise d’Algérie qui en eux se reconnaissait, avec ce Quelques moments« peuple de priants » même si l’on sait qu’il n’est de réflexion préala-pas composé que de priants ? bles, par petits grou-Nos quatre bus nous mènent donc là-haut. Épaule- pes, comme englou-ments de verdure entre des failles profondes, de- tis, absorbés parpuis Médéa surtout, tour à tour denses ou transpa- l’ampleur discrète etrents dans la lumière commençante du matin. Ne accomplissante de cedit-on pas que dans l’Irlande médiévale on prêtait repas pascal. Com-trois couleurs au martyre, le rouge, le blanc et le ment faire et rece-vert, à savoir : le don du sang, l’offrande de la vir- voir un avenir qui nous tende les bras et nous ou-ginité et de l’ascèse, le départ au loin pour la cause vre les mains ? Mon groupe, en guise d’ échange,de l’Évangile. Faut-il vraiment ici choisir entre les insiste surtout sur la réciprocité, la réciprocitétrois ? qu’imposent désormais ce lieu et son histoire : il yComme souhaité par le frère Jan, c’est le silence a des besoins de ce peuple, bien sûr, dans la me-qui répand sur le cimetière, dès notre arrivée, un sure où un pluralisme de sa part, autant spontanévoile de consentement grave, d’infini respect pour que décidé, nous ouvre les portes et veut bien seles voies de Dieu, du Dieu des Évangiles et des prêter aux services que nous aimerions lui rendre,religions qui cherchent le vrai. Silence de tombe. mais il y a en face tout ce que nous recevons de cePlus « en creux », plus dénudé que l’inscription peuple si malmené par l’histoire, tout ce que nosrisquée par Clau- frères les moines, les premiers, ont reçu de lui, dé-del sur sa tombe couvert en lui, c’est cela que nous tenions à rappe-et qui bavarderait ler à l’Offertoire.encore trop : « icireposent les restes Merci, les sept dormants ! Éveillez-nous chaqueet la semence d’é- jour, vous les éveillés. Et merci à tous ceux qui ontternité de… » Fra- osé cette journée.giles bougies allu- Dominique Mottemées. Fleurs d’un La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 145
    • V i du di s e ocè eCélébration de la Confirmation et de la Profession de Foi à la Cathédrale du Sacré CœurLe vendredi 22 mai, six confirmands et huit jeunes faisant leur profession de foi étaientrassemblés avec leurs parents et amis, à la Cathédrale du Sacré Cœur.Les confirmands avaient écrit à Mgr Bader une lettre dans laquelle ils exprimaient lesraisons pour lesquelles ils demandaient la confirmation.Mgr Teissier qui présidait la cérémonie, en remplacement de Mgr Bader, pris par le pè-lerinage à Tibhirine, a repris les principales convictions de ces jeunes pour les partageravec leurs familles et leurs amis.Confirmer votre baptême la confirmation, le P. Christian nous a parlé dePar les professions de foi, comme par la confirma- l’Esprit Saint et je me suis rendue compte quetion, vous allez aujourd’hui confirmer votre bap- l’Esprit (de Jésus) nous guide. Par exemple :tême, cest-à-dire votre identité de chrétiens, de − pour prendre des décisions,disciples de Jésus et de son évangile, c’est ce que − pour aider des personnes,dit l’une d’entre vous qui écrit : − pour partager un moment avec une personne« La confirmation permet de dire que nous allons qu’on ne connaît pas encore.confirmer notre baptême, (que l’on est d’accord Je pense que l’Esprit-Saint est toujours là et qu’Ilavec nos parents qui nous ont fait baptiser après nous aide sur notre chemin de foi. »notre naissance) et que ce ne sont pas eux qui déci-dent à notre place. Maintenant, je sais que je veux Un autre analyse même cette présence de l’Espritêtre chrétienne dans ma vie future. Je voudrais de façon très suggestive :vraiment exprimer cela, car j’étais indécise sur ma « On nous parle beaucoup de l’Esprit-Saint pen-religion quand j’étais petite et même jusqu’à l’an- dant la préparation. Pour moi, l’Esprit-Saint, estnée dernière ». quelque chose que j’ai en moi. Je ne m’en rendais pas vraiment compte, alors que maintenant j’aiCette confirmation de votre foi vient au terme l’impression de le sentir en moi, qu’il me guide etd’une évolution personnelle. qu’il m’aide. »Un garçon écrit : « Si je fais ma confirmation cen’est pas pour suivre mes amis ou parce qu’on me Cette découverte de la présence de Dieu, écri-l’a imposé… mais c’est pour continuer mon che- vez-vous aussi, s’est faite grâce à vos rencontresmin dans la vie chrétienne ». de catéchèse cette année.Et une fille écrit : « En Algérie, au milieu d’une « Pour préparer notre confirmation, nous avonsculture différente, on ne peut pas suivre les co- parlé (entre nous) et mangé à trois reprises chezpains sans réfléchir. On est obligé de se remettre des personnes qui nous ont bien accueillis et oùen question et je préfère appeler cela ‘écouter son nous avions un thème à chaque repas. Les person-cœur’… Je me suis rendu compte que c’est mon nes qui nous invitaient apportaient leur témoi-choix et qu’il est remplacé par la présence moins gnage. Les thèmes étaient la prière, les sept sacre-envahissante d’un mouvement d’ensemble comme ments et la cérémonie (d’aujourd’hui). »cela aurait été le cas en France ». Une autre lettreLe deuxième thème que vous soulignez dans vos « J’avais du mal à me rendre compte que Dieulettres est celui-ci : était présent avec moi tous les jours… mais nosLa vie chrétienne est un don de Dieu, un don de dîners avec thèmes et les séances de catéchismel’Esprit de Dieu m’ont aidé à sentir Dieu plus proche de moi…Cela aussi vous l’avez bien compris : L’une d’en- Nous parlions de nos expériences (comme la musi-tre vous écrit : « Lors d’une séance préparatoire à que ou l’écoute) et comment Dieu pouvait être La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 146
    • V i du di s e ocè eprésent à l’intérieur même de ces sujets.» ce que vous avez vécu en profondeur, dans dif-Une autre écrit : férentes occasions de votre vie (hors de l’aumô-« Mon année de catéchisme cette année, a été mer- nerie). Cela est devenu aussi un soutien pourveilleuse. Nous n’avons pas fait vraiment de caté- votre foi.chisme comme au primaire, mais plus de l’aumô- « J’ai fait des pèlerinages en France et ce sont desnerie et cela m’a beaucoup plu. Par exemple, nous souvenirs que je n’oublierai jamais : les veillées leprenions un sujet de la vie courante et nous débat- soir, les messes, les marches à travers les bois entions. » chantant ».Vous nous dites aussi que plusieurs d’entre Un garçon : « J’ai fait un camp chrétien cet été etvous sont passés par des pays différents pour c’était formidable : on disait le bénédicité, on afaire cette expérience de la vie chrétienne. construit un oratoire, on allait à la messe et on a puL’un de vous écrit : « J’ai commencé ma catéchèse se confesser… Et depuis cette expérience j’ai vrai-à Istanbul, mais c’est à Alger, après trois ans d’au- ment envie de recevoir l’Esprit-Saint pour devenirmônerie, que j’ai vraiment ressenti l’envie de un adulte qui sait Jésus, et avoir la force de lui être(vivre) avec Jésus. » fidèle ».Un autre : Après avoir fait ma communion et ma « Ici ma vie religieuse est plus active. J’encadreprofession de foi en Guadeloupe, je souhaiterais les petits loups (les louveteaux) et les grandsfaire ma confirmation en Algérie, dans un pays loups. De ce fait, la présence de Dieu m’accompa-musulman où il y a peu de chrétiens ». gne dans mon quotidien ».Vous êtes plusieurs, d’ailleurs, à souligner l’im- Le dernier témoignage est important. Il souligneportance de faire votre choix de vivre en chré- que notre foi chrétienne est aussi responsabilitétiens dans un pays musulman comme l’Algérie : par rapport aux autres, engagement de service, ma-« Je suis un catholique parmi tous les musulmans. nifestation de foi dans la société.Je suis un représentant chrétien en Algérie parmi Je crois que tous ces témoignages nous ont mainte-les gens de (religion) islamique ». nant bien préparés à notre double célébration et que nous pouvons y entrer ensemble. Et ce sont les« C’est important pour moi de continuer mon par- confirmands eux-mêmes qui nous ont donné lescours religieux tout en faisant attention aux autres éléments de cette préparation que je viens de vousreligions qui m’entourent. » lire.Il n’y a pas eu d’ailleurs que les rencontres de Témoignages rassemblés par le Père Teissierl’aumônerie pour soutenir votre foi. Il y a aussi Glycines - Section LanguesLe Centre dÉtudes Diocésain « Les Glycines» organise des sessions darabe moderne et dialectal dusamedi 26 septembre au jeudi 08 octobre 2009 tous les jours (sauf vendredi) dans ses locaux, 05 che-min Slimane Hocine Alger.Pour l’arabe moderne, un seul niveau est proposé : niveau 1, vrais débutants.Pour l’arabe dialectal, deux niveaux seront proposés : niveau 1 et niveau 2.Objectifs du niveau 1 : ⋅ Acquisitions des éléments essentiels pour une conversation quotidienne simple.Objectifs du niveau 2 : ⋅ Poursuite de l’initiation à la conversation, initiation à l’écriture arabe. ⋅ II est demandé aux personnes inscrites à la session darabe dialectal, qui logeront au Centre des Glycines dapporter sils en ont un, leur ordinateur portable. ⋅ Frais dinscription : 10000 DA la session. 4500 DA pour les Religieux et personnes travaillant pour les dioceses, a regler avant la session. ⋅ Tarifs repas et logement sont ceux des Maisons Diocésaines dAlger ⋅ Renseignements : glycinesced@yahoo.fr La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 147
    • V i du di s e ocè eConfirmations à Tizi OuzouL e vendredi le 5 Juin 2009 fut une journée ma- gnifique à Tizi-Ouzou. La chapelle pleine duMonde sans compté ceux qui étaient debout et à dans une famille lorsquil y a une naissance, ou une nouvelle vie. Il en est ainsi avec le baptême, notre pasteur nous a enseigné.lextérieure, la communauté de Tizi-Ouzou a eu Par rapport au deuxième, il nous a fait comprendreune célébration simple, solennelle et formidable. que celui-ci « devrait devenir notre nourriture oùNos 11 frères et sœurs étudiants étrangers sont de- nous puiserons la force pour tous les devoirs devenus membres « officiels » de léglise catholique, notre vie...... »par le sacrement de la confirmation, précédé pour Concernant la confirmation, il nous assuré quellesix d’entre eux par le sacrement du baptême. fait de nous « des témoins et des apôtres du Christ.Bien vêtus en blanc, les étudiants venant dAngola, Si au baptême, le Christ nous fait la grâce de la Congo Braz- foi, cette foi nest encore que comme une petite zaville, Côte semence que nous devons cultiver et faire fructi- dIvoire , fier » nous a affirmé notre archevêque bien aimé. Guinée Bis- En tout cas, dans une ambiance de prière et de sau, Mozam- joie, la liturgie était soigneusement préparée avec bique, Niger, les chants en latin, français, lingala, portugais, kis- Togo, et un wahili, kabyle,..... sans oublier la musique médita- Malien de tive et contemplative de Taizé. Boumerdes A la fin de la cérémonie tous ceux qui étaient pré- ont témoigné sents eurent à manger et à boire. On dirait que Jé-de leur foi en recevant les sacrements dinitiation. sus nous avait fait don de lun des ses miracles:Leur baptême et confirmation qui ont été adminis- multiplication des pain! Toute la célébration futtrés par Mgr Ghaleb Abdallah Moussa Bader, fut somptueuse. « Toute était bien sauf lespace », aune cérémonie vraiment touchante. Véritablement témoigné lun des membres présent.inoubliable! Beaucoup de ceux qui étaient là, ont Un grand merci à tous ceux qui ont pu sacrifierété vraiment émus. « Je suis doublement heureux leur temps pour être présent.de célébrer cette cérémonie avec vous aujourdhui. Merci aux baptisés et confirmés, pour le don dePremièrement parce que ce sont les premiers sa- leurs vie à léglise catholique.crements dinitiation chrétienne que jadministre Merci aux Pères Blancs et les sœurs Salésiennesdans mon diocèse. Quoi que je sois arrivé dans ce sans oublier le Centre Spirituel de Ben Smen quidiocèse depuis quelques mois déjà, je nai malheu- les ont accompagnés. Merci au Père Michel Lom-reusement baptisé personne encore, confirmé per- bard qui a accompagné Simon Pierre de Boumer-sonne, donné la première communion à personne. dès.Or administrer les sacrements aux fidèles et les Merci à Mgr Ghaleb Bader pour sa présence et sonfaire vivre leur foi chrétienne par ces sacrements ministère dans son diocèse !est non seulement le premier devoir de lévêque et Finalement,de tout pasteur, mais est aussi sa consolation spiri- merci à tou-tuelle, consolation de faire les enfants de Dieu et tes les per-de les nourrir par les sacrements, et ce sont les sonnes qui,fruits du sacrement de lordre ou du sacerdoce qui dune ma-lui a été conféré..... », a pu affirmer l’évêque dans nière ouson homélie. d’une autre,Il a aussi profondément marqué les membres pré- se sont dé-sents par son explication ardente du sens profond vouées pourdes sacrements notamment : le baptême, leucha- que cetteristie et la confirmation: journée soit aussi splendide ! Que Dieu vous bé-Quant au premier, on devrait sentir la joie quil y a nisse et quil vous garde dans son amour. Vincent Kyererezi La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 148
    • V i du di s e ocè ePentecôte à la cathédraleLa célébration de la Fête de Pentecôte à laCathédrale le 31 Mai, sous la présidencenotre Archevêque Mgr Bader, a revêtu cetteannée, un caractère bien particulier carnous avons fait mémoire durant cette Eu-charistie des 50 ans de sacerdoce de troisprêtres du diocèse : Jean Baptiste Climent,Dominique Motte (dominicain) et YahyaAïssa (P.F. de Jésus). A lire les récits sui-vants, qui retracent un peu leurs cheminsrespectifs, il n’est pas difficile de voir àl’œuvre la diversité des dons de l’Esprit dePentecôte dans la vie des disciples de Jé-sus ! Jean-Baptiste ClimentD ’abord et surtout, c’est un vrai d’Algérie, né à El-Biar en 1933, ayant choisi, à l’indépen-dance, de prendre la nationalité algérienne.C’est aussi un vrai de l’église d’Algérie formé, àpartir de 1945 dans le petit puis le grand séminaired’Alger, ordonné prêtre par Mgr Duval le 29 juin1959 en la cathédrale Saint Philippe, aujourd’huimosquée Ketchaoua.Il a longtemps été un homme de terrain. Ce futpour commencer la vallée du Chélif jusqu’après au volant du fourgon du diocèse, assurant égale-l’indépendance : Orléanville (actuel Chleff), Af- ment avec une grande compétence l’impression defreville (actuel Khemis-Miliana), Duperré (actuel publications diocésaines, ce qu’il ne fait plusAïn Déflaâ). Puis en 1963, c’est le Sahel algérois à qu’occasionnellement ces temps-ci, pris qu’il estpartir d’El-Biar pour rayonner courageusement par ses fonctions de directeur de la Maison Saintdans des circonstances difficiles sur Dély-Ibrahim, Augustin depuis 1985. J’allais oublier qu’il a étéChéraga, Ouled Fayet, Draria, El-Achour, Saoula. longtemps chauffeur du cardinal Duval et que ce-Il ajoutera Boufarik, Birkhadem, Staouéli, Guyot- lui-ci le tenait en très grande estime et amitié, ceville (actuel Aïn-Bénian) à partir de 1964. dont je fus témoin plus d’une fois.Puis le voilà qui part pour Ténès, comme curé Mon cher Jean-Baptiste, j’ai du oublier beaucoupd’où il se dépensera aussi dans le Dahra, région de choses ou les embrouiller, tant ta vie est richemontagneuse à l’extrême ouest de notre diocèse de dévouement et d’actions multiformes. Sachedans des conditions de vie inconfortables. Un pas- que tu as l’estime, l’amitié et le respect de toussage vers l’ouest d’Alger, tout de même, à Rouiba. ceux qui bénéficient incessamment de ton abnéga-Le voilà un temps économe du centre des Glycines tion au service des autres. Que ce jubilé de tes cin-qu’il a su gérer avec efficacité. Puis il vit avec quante ans de sacerdoce soit pour nous tous etClaude Valette à Hydra mais continue de se dé- pour toi-même l’occasion d’un nouveau départ.penser vers l’intérieur, parfois jusqu’à Constantine Jean-Pierre Henry La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 149
    • V i du di s e ocè eCinquante ans ?I l s’agit donc de se présenter en quelques li- gnes ? Loin de toute prétention de bilan ? Jeconstate que jusqu’ici je peux parler d’au moinsquatre saisons, dans ma vie de dominicain prêtre.Quatre saisons, pensez bien sûr à Vivaldi, plutôtqu’à la pizzeria du coin. Il y a deux types de par-cours qui ne furent pas les miens, et Dieu saitpourtant que je les admire chez les autres : d’abordles hommes et les femmes d’un seul parcours,d’une seule coulée, d’un seul sillon creusé tout aulong; et puis les hommes ou les femmes dont lesseuils franchis, les étapes successives coïncident à Ensuite, départ au Pérou, douze ans à peu près, etchaque fois avec une vraie conversion (Mgr Riobé tiraillement – heureux tiraillement – entre travailavouait avoir vécu quatre conversions ). Quatre pour le développement qui m’amené, déjà, du côtésaisons jusqu’ici, j’ose penser que le Seigneur me des évangéliques, et une présence passionnantefait comme cà, me prend comme cà, et je lui en dans les prisons péruviennes. Et puis l’Algérie,rends grâce, J’énumère donc : Un septennat d’au- depuis quatre ans, avec mes quatre frères, face aumônerie d’étudiants à Lille, avec pour point d’or- grand inconnu de ce peuple, de cette église, sansgue mai 68. Puis, durant une vingtaine d’années, en connaître ni la langue ni la culture. Le petit défitravail en usine et entrée en sociologie du travail et du moment, avec vous. Merci d’avoir prié pourde l’emploi, en région lyonnaise, avec des alter- moi à la Pentecôte, et de me laisser prier et espérernances de services institutionnels dans l’Ordre do- à vos côtés.minicain. Dominique MotteE n ce dimanche de Pentecôte, Yahya Aïssa, aîné de seize frères et sœurs, breton d’origine,algérien d’adoption, a célébré lui aussi le 50èmeanniversaire de son ordination sacerdotale à la ca-thédrale d’Alger.Il fut ordonné en février 1959 à Tamanrasset dansle Bordj que Charles de Foucauld fit bâtir quelquesmois avant sa mort pour y protéger ses voisins…Nomade chamelier autour d’El Abiodh, Yahya futauparavant un des fondateurs de la fraternité deTazrouk au Hoggar, avant d’être conducteur decamion pour le compte de bases pétrolières du Sa-hara. Cela lui permit d’assurer le service eucharis- En Juin 1994, suite à une attaque terroriste, il duttique de diverses communautés spécialement à Ti- quitter ce lieu de vie avec frère Bruno. Il vintmimoun. alors à Alger assumer les multiples petits services pratiques que demande l’accueil de la grande mai-Au seuil des années 70, Yahya se sédentarise et son du Diocèse. Il continue d’y prodiguer son cha-devient éleveur de brebis et créateur de verger risme propre tinté d’un esprit d’enfance qui l’em-dans la montagne du Bissa. Retour aux sources, pêche de prendre au sérieux les inévitables heurtspuisqu’au début de sa vie de petit frère, il avait d’une vie qui se désire toujours fraternelle.participé à l’enracinement de cette première frater- François Xardelnité en milieu berbère entre Cherchell et Ténès. La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 150
    • V i du di s e ocè eMaison de Ben SmenC hers amis, Ci-joint vous trouverez le programme de Ben Smen pour les mois à venir… Lesretraites sont mises en évidence, au cas où vous ne seriez pas encore informés...Pour commencer à prévoir lan prochain, nous serions heureux de recueillir votreavis :- Quelles sont les périodes où vous souhaiteriez trouver une retraite à Ben Smen ?- En dehors des retraites personnellement accompagnées que nous proposons toujours,seriez-vous intéressés par une retraite où la prière serait nourrie par quelques interven-tions quotidiennes permettant dapprofondir un thème, par exemple : la guérison ; lanon-violence ; le discernement communautaire ; la gratuité... ou toute autre suggestionde votre part ?Merci de votre collaboration, et bonne fête de Pentecôte à chacun ! Damien, pour léquipe de Ben Smen Programme de mai à août 2009Messe mensuelle du jeudi matin à 11h30 (demander les dates) : en particulier pour ceux qui nepeuvent pas fréquenter les rassemblements habituels, pour des raisons d’horaires ou de lieux ;occasion d’un partage à partir de la Parole de Dieu.Parcours spirituel sur Saint Paul le vendredi 19 juin de 9h à 12h. « Rien ne pourra nous sépa-rer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus Christ » (Rom 8, 39). (sans inscription)Retraite personnelle soutenue par quelques temps de prière communautaire, du mercredi 24juin soir au vendredi 3 juillet matin.La maison sera fermée au public du 14 juillet au 16 août, mais un chantier est prévu avec laparticipation de quelques jeunes européens du 16 au 30 juillet.Retraite personnelle avec des orientations de prière selon les Exercices de Saint Ignace, duvendredi 21 août soir au dimanche 30 août matin (période de début de Ramadan).Pour toutes les retraites un accompagnement personnel peut être demandé ; cet accompagne-ment est d’ailleurs possible aussi sur rendez-vous en dehors du cadre des retraites.En dehors des périodes fixées, d’autres retraites ou récollections, individuelles ou de petitsgroupes, sont possibles à la demande, en fonction des disponibilités de la maison.Projets : En septembre, pendant le Ramadan, mini-session pour les étudiants chrétiens autourde l’enracinement spirituel de leur vie ici ; et week-end d’accueil et de dialogue avec des musul-mans soufis. La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 151
    • V i du di s e ocè eLes Sœurs des Saints Cœurs de Jésus et Marie 1964 – 2009L orsqu’à l’indépendance de l’Algérie, les éco- les diocésaines ont accueilli des enfants algé-riens dans toutes les places laissées libres par le ont partagé alors leur temps entre l’enseignement de l’arabe aux adultes dans le cadre du Centre d’É- tudes Diocésain des Glycines et des enseignementsdépart des enfants européens, il fallut organiser d’arabisation des cadres dans diverses structures.l’enseignement de la langue arabe selon les nou- Aujourd’hui deux sœurs présentes travaillent,veaux programmes algériens. l’une au Centre des Glycines (Sœur Samira), laLe Cardinal Duval fit appel à la Congrégation des deuxième (Sœur Claire) au C.I.D.D.E.F. (Centre« Saints Cœurs » qui devaient dès la rentrée sco- d’Information, Documentation pour les Droits delaire 1964 prendre en charge la direction pédago- l’Enfant et de la Femme) à la Cathédrale.gique de l’enseignement de l’arabe, en assurant Malheureusement ces deux Sœurs nous annoncentaussi la formation des maîtres et des cours pour leur départ.adultes. Voici ce que disait Sœur Hyam Habib qui a tra-Les « Sœurs libanaises » sont arrivées à Alger le vaillé plusieurs années dans une école privée et qui17 août 1964. On se rappelle les noms des premiè- a organisé plusieurs colonies de vacances :res volontaires, Sr Atina Fadel (qui devait mourir « Notre mission en Algérie est une parole d’amourpar la suite d’un cancer), Sr Nadia Nouh, Sr Marie et de joie, un service fait dans le respect de l’autreMelhem. et le désir de la rencontre. Elle est un signe d’es-Après la nationalisation des écoles en 1976, les pérance dans un pays déchiré par la violence. ElleSœurs furent dépossédées de leur maison de la Co- n’est pas seulement une simple présence mais unelonne Voirol mais elles acceptaient de s’engager intervention dynamique et bienfaisante entre diffé-de nouveau à partir de l’appartement de Mgr Jac- rentes religions… ».quier (rue Khalifa Boukhalfa), qui venait d’être Julien Oumejkaneassassiné. Elles y sont encore aujourd’hui. Elles Rencontres bibliques 2009-2010Nous étudierons cette année les épîtres qui se trouvent à la fin du Nouveau Testament, juste avant l’A-pocalypse, qui ne sont pas attribuées à saint Paul et qui sont dites EPÎTRES « CATHOLIQUES »Car elles n’ont pas de destinataire désigné.Elles sont reçues par toutes les confessions chrétiennes malgré le titre qu’on leur a donné qui pourraitinduire en erreur. Dates des rencontres : les vendredis 13 novembre, 18 décembre, 5 février, 5 mars, 23 avril. La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 152
    • V i du di s e ocè ePot de départ dÉlisabeth Queval, le 8 juin aux GlycinesM a chère Élisabeth, Tu es arrivée au Centre des Glycines en de toi, la conservatrice qui manquait « cruellement » à nos bi-janvier 2003, après avoir pris ta retraite de la BNF bliothèques pour repren-( Bibliothèque Nationale de France). Cela fait dre la formule du pèredonc six années passées au service du diocèse Thierry Becker dans undAlger et plus particulièrement dans les bibliothè- article de « Rencontres »ques des Glycines. du mois davril 2007.Monseigneur Bader, notre évêque parti ce matin « Nous manquons cruellement dun conservateurpour la CERNA à Tunis et Monseigneur Teissier, ou dune Conservatrice disponible à temps pleinabsent dAlger depuis le début du mois de juin, pour veiller à lensemble et accompagner lesauraient souhaité être parmi nous, avec tes collè- consultants dans leur recherche. » écrivait-il àgues des Glycines et tes amis, pour te remercier de propos de nos bibliothèques.cet engagement et tentourer pour ce pot, non pas Cest ton métier, cest ta compétence, notre conser-dadieu, mais « dau revoir et à bientôt ». vatrice était là, modestement cachée dans notreLorsque je suis revenue moi-même en Algérie le propre maison.13 mai 2007, jai découvert aux Glycines « toute Grâce à ton savoir-faire, outre tout le fonds Man-une faune », qui entrait, sortait, buvait, man- douze qui a été enregistré, avec les mots clé, tousgeait...il ma fallu un certain temps pour compren- les tirés à part qui ont été catalogués, cest presquedre et découvrir qui était qui, qui faisait quoi... tout notre catalogue qui a été revu, corrigé...desToi, malgré ta modestie, ton désir de ne pas para- documents extirpés de rayons où ils dormaient de-ître, ma chère Élisabeth, je tai vite repérée, je ne puis des années, inconnus, ont été catalogués etpouvais pas te rater: tu es in-ra-ta-ble! dernièrement, ce sont des Dictionnaires Chrétiens,Est-ce dû à ton « look de nurse anglaise »? Ou à qui ont été retrouvés, non catalogués aussi, fauteton si gentil sourire, ou à cette joie étonnante qui de savoir-faire, dont un « dictionnaire darchéolo-émane de toi? gie chrétienne », très demandé...On na même pas à se demander longtemps doù ça Nous avons même un site maintenant, modestete vient, ta foi est si vivante, et ta sérénité conta- encore, où le catalogue Mandouze a été mis en li-gieuse. gne, limpulsion est donnée, les bibliothécaires seJen ai si souvent bénéficié, quà titre personnel, je lancent à fond, et nous avons prévu de rester enme dois de te remercier doublement. contact de travail et damitié avec toi, grâce à laÉvidemment... cest lensemble qui est charmant. webcam, dont nous allons équiper la bibliothèque,Et lorsque jai pris mes fonctions de directrice, jai tu resteras ainsi notre conservatrice-conseil.fait le tour de tous les services, pour en compren- Nous ignorons ce que lavenir nous réserve, mais dre le fonctionnement, je tu as prévu de revenir dans deux ans. Inch-Allah! reconnais avoir été heureu- Que Dieu te prête santé, et force, pour que tu puis- sement surprise de décou- ses accomplir tes projets, en attendant nous te sa- vrir la bonne ambiance de vons engagée pour deux années auprès de ta fa- travail et le bon esprit de la mille du Carmel, et nous ty souhaitons le meilleur bibliothèque de prêt. En- séjour possible, nous te souhaitons tout le bonheur tourée de ta nuée dhiron- possible, tu es douée pour cela, ce nest pas un se- delles -les étudiantes qui cret, cest visible. nous apportent leur aide- Merci Élisabeth, pour le travail accompli, et pour tu étais là joyeuse, et...jai ton amitié. osé, ten arracher pour faire M.T. Mounier La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 153
    • V i du di s e ocè eLa cité de Thénia, après les malheurs, l’espoir et la vie.T ous, nous avons en mémoire le désastre causé par le séisme de mai 2003, particulièrementdans la wilaya de Boumerdes. La cité de Thénia,entre autres, a alors subi d’énormes dégâts maté-riels, et surtout humains. Le retour à une vie nor-male, aujourdhui encore, ne cesse de s’opérer quelentement, tant les problèmes à résoudre sont im-menses…La cité comprend, actuellement, environ 25.000habitants, dont 65 % ont moins de 20 ans. L’asso-ciation locale, « Salam », soutenue par les Servi-ces Caritas, a très vite formé le projet d’édifier unCentre Culturel. Peu après la catastrophe, il s’agis-sait de faire renaître l’espoir au sein d’une jeu-nesse, le plus souvent réduite au désœuvrement, en jet ont été amenés à beaucoup réfléchir, à prendrelui offrant un lieu de rencontres, d’activités diver- ainsi davantage conscience de l’importance du dia-ses, y compris de loisirs. logue avec les jeunes, et de leur implication dansAprès bien des efforts, en mai 2006, le Centre toutes les étapes d’un projet initialement conçuCulturel était prêt à être inauguré, mais c’était pour eux.sans compter avec un déplorable incident : l’incen- La réfection du toit, entreprise courantdie du bâtiment au cours d’une émeute populaire, mai, vient d’être achevée. Reste encore beau-suite à un match de foot perdu contre l’équipe coup à faire... Mais, sans plus attendre, il ad’une cité voisine. Catalysant toutes les rancœurs été décidé d’y célébrer la journée des enfants quisuscitées par la mal-vie, la manifestation est très se célèbre le 1er juin. A cette occasion, répondant àvite devenue aveugle et dévastatrice. une tradition populaire, des vêtements ont été offerts à 120 garçonnets et fillettes, dont beau- coup sont venus accompagnés de leurs ma- mans. Les principaux membres de l’association « Salam », étaient présents, ainsi que quelques autres responsables : le Chef de daïra, celui de la sécurité, de l’A.P.C., l’imam, un représentant des Services Caritas. Après tant d’épreuves, les défis ne sont pas tous surmontés ; mais animés par une foi toujours aussi inébranlables, des pas viennent d’être ac- complis par les initiateurs, vers la réalisation d’un projet devant servir à l’épanouissement de toute la jeunesse. Jean-Marie LeclercqGravement sinistré, le bâtiment est resté fermé delongs mois. Durant ce temps, les initiateurs du pro- La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 154
    • V i du di s e ocè eBilan de la formation chrétienneD urant près d’une année académique, des étu- diants de différentes wilayas du centre, no-tamment Boumerdes, Alger, Blida et Hussein Dey Le contenu de l’enseignement qu’ils nous trans- mettaient était aussi édifiant que réconfortant, car d’après les dires des participants, ils ont trouvé ense retrouvaient un week-end par mois, pour une cette formation :connaissance approfondie de la parole de DIEU, - une façon de maintenir, de renforcer leur foi etanimée par des prêtres de différentes wilayas du leur amour pour le Christ ;centre. - des éléments de réponse à donner à leurs frères musulmans qui les harcèlent de questions religieu- ses, étant donné qu’ils vivent dans un environne- ment musulman; - une meilleure connaissance de celui en qui ils croient et des mystères qui l’entourent. ⋅ Étant donné que la formation s’étend sur deux an- nées, ces étudiants feront une semaine de retraite, du 29 juillet au 5 aout 2009 à Chréa afin de conso- lider les connaissances reçues ; et en septembre ils passeront le flambeau aux nouveaux participants dont les intéressés commencent à se dessiner àTout au long de cette formation, à laquelle ont par- l’instar de Raphaël de l’Angola de la wilaya deticipés huit étudiants : Édouard d’Ouganda, Mar-lon du Zimbabwe représentant la wilaya de BabEzzouar ; Justino de Guinée Bissau, Roger du Bur-kina Faso représentant la wilaya de Blida, Aminereprésentant d’Hussein Dey, Cyrille du Came-roun, Paulin de Côte d’Ivoire, Simon Pierre duMali représentant la wilaya se Boumerdes.Les enseignements ont été donnés par les diffé-rents prêtres des dites wilayas en commençant parle père Jean Toussaint, qui a abordé le thème desÉvangiles au mois de novembre , ensuite le pèreJean-Pierre Henry en décembre, sur l’Ancien Tes-tament, puis le père Christian Mauvais, en jan-vier sur l’église et les sacrements , le père Michel Boumerdes.Lombard en février pour la personne du Christ ; le Et de ce pas, nous prions DIEU de bien vouloirpère Henri Teissier en mars sur l’islam et enfin le nous accorder davantage de sa connaissance à tra-père Jean-Paul Kaboré en avril sur la mission du vers ses serviteurs.chrétien. Les étudiants de Boumerdes.Veuillez noter : nouveau numéro de téléphone des sœurs de la Doctrine Chrétienne : 021 23 00 57 La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 155
    • V i i t di s i e e n er océ a nConférence des Évêques de la Région Nord de lAfrique (CERNA) Communiqué finalL a Conférence des Évêques de la Région Nord de l’Afrique (CERNA) sest réunie à Tunis, du9 au 12 juin 2009, accueillie chaleureusement par au vieillissement ; mais nous nous réjouissons de larrivée de nouvelles communautés, issues désor- mais de tous les continents ; elles acceptent de ve-Mgr Maroun LAHHAM, évêque de Tunis, en pré- nir continuer notre présence ecclésiale dans cettesence de Son Excellence Mgr Thomas YEH région : pour elles, linculturation au Maghreb estSHENG-NAN, nonce apostolique, qui a participé un défi quelles veulent relever. Les Évêques ontà lensemble des travaux de la Conférence. de nouveau insisté sur lapprentissage de la langue,Mgr Paul DESFARGES, nouvel évêque de Cons- la connaissance de lislam, la découverte des cultu-tantine – Hippone, et le Père Mario LEÓN DORA- res plus diverses quil ny paraît au premier abord,DO, Administrateur Apostolique de la Préfecture et de la tradition spirituelle de nos Églises mar-Apostolique de Laâyoune, ont été accueillis par les quées par Cyprien, Félicité, Perpétue, Augustin,autres évêques de la région, tous présents. Comme José Antonio Lerchundi, Charles de Foucauld, Al-dhabitude, les vicaires généraux ont participé aux bert Peyriguère et tant dautres... Tout cela ne peuttravaux, à lexception du Père Jean-Paul VESCO, se vivre quen acceptant de durer au Maghreb...vicaire général dOran, excusé. Mgr MartinHAPPE, évêque de Nouakchott, invité permanent, Comme à chaque rencontre, Mgr Georger, notreétait présent lui aussi. délégué à la CEFTL (Commission des Évêques Francophones pour les Traductions Liturgiques)Après un long échange sur les évolutions dans les nous a fait part de létat davancement de la nou-domaines politique, économique et social de leurs velle version française du missel romain et de ladifférents pays, les participants ont approfondi traduction liturgique de la Bible.plusieurs thèmes touchant à la vie de leurs Églises,de plus en plus marquées par la mobilité et la di- La CERNA a préparé la participation de ses délé-versité des chrétiens et des agents pastoraux. gués à la deuxième assemblée spéciale pour lAfri- que du Synode des Évêques. Elles espère que cha-A propos de la pastorale des étudiants subsaha- cun de nos pays pourra y être représenté. Les inter-riens, ils se sont dabord réjouis de leur nombre et ventions des Évêques porteront sur quatre défisde leur vitalité : ils rajeunissent les Églises, et sou- qui leur paraissent plus spécifiques à notre région :vent constituent lessentiel de la communauté chré- le dialogue islamo-chrétien, les étudiants, les mi-tienne. Comment pouvons-nous contribuer tou- grants et les diversités culturelles.jours davantage à la formation de ceux qui serontdes cadres de leurs pays ? Comment les soutenir Un long temps dapprofondissement théologique adans leur responsabilité dêtre le visage de lÉglise été conduit par Mgr Rault, Mgr Lahham et Mgrdans un monde universitaire essentiellement mu- Agrelo Martinez sur la théologie de la Mission :sulman ? Chacun des diocèses essaie de leur offrir nous sommes une Église pour le Royaume. Dèsun accompagnement humain et spirituel, et des lors, la première tâche de lEglise, cest de devenirformations susceptibles de les aider à mûrir de plus en plus ce quelle annonce : signe ducomme laïcs engagés dans leurs pays et leurs Égli- Royaume de Dieu ; il ny a aucune tâche dansses. lÉglise qui ne soit en même temps service du Royaume ; nous vivons lEucharistie comme an-Les Évêques ont souligné limportance de la pré- nonce, célébration et service de ce Royaume. « Sisence et de lengagement des communautés reli- on fait le choix de venir dans ces pays et dans cesgieuses. Nous constatons de nombreux départs dus Églises, dy travailler et dy vivre, il faut aimer ces La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 156
    • V i i t di s i e e n er océ a npays, ces peuples et ces Églises et sy trouver à Laâyoune ont élu leur Conseil Permanent : Mgrlaise, parce quon ne pourra jamais servir si on Vincent LANDEL, Archevêque de Rabat, a éténaime pas. » réélu président. Mgr Maroun LAHHAM, Évêque de Tunis, a été élu vice-président, et Mgr Ghaleb« Comment faire grandir la communion dans nos BADER, Archevêque dAlger, membre du Conseildiversités ? » Cette réflexion pastorale a été pro- Permanent. Le Père Daniel NOURISSAT a étéposée par Mgr Desfarges et Mgr Bader. A travers confirmé comme secrétaire général de la CERNA.les questions qui leur ont été posées, les évêques Afin daméliorer la fluidité de leurs relations avecont partagé des points de repère pour leur mission le Saint-Siège, les membres de la CERNA se sontdaccompagnement et de soutien des prêtres. Lan- répartis les liens avec chacun des dicastères, ainsinée du sacerdoce proposée par le Saint Père aidera quavec les épiscopats des pays voisins.à mieux préciser la place originale du ministèrepresbytéral dans nos Églises en mutation. Chaque Les membres de la CERNA ont vivement appréciéÉvêque prendra des initiatives pour que les prêtres davoir été accueillis par diverses communautésapprofondissent leur vocation et la vivent dans une paroissiales et religieuses du diocèse de Tunis, decommunion toujours plus profonde, alors quils célébrer lEucharistie et de partager le repas avecproviennent dhorizons très divers. Les membres elles, de percevoir ainsi le dynamisme de cettede la CERNA espèrent approfondir ce dossier à Église.leur prochaine assemblée. La liturgie est un lieu oùsexprime la communion : il est important quelle La prochaine conférence de la CERNA aura lieu àharmonise de plus en plus lenracinement dans le Alger du 19 au 24 avril 2010.pays daccueil avec lapport des diverses culturesdorigine. Vincent Landel Archevêque de Rabat, président de la CERNALes Évêques et lAdministrateur Apostolique de Festival PanafricainDans le cadre du Festival panafricain qui se déroulera du 05 au 20 juillet 09, pour aider les éventuelschrétiens qui seront présents en Algérie à vivre ce festival avec Dieu à leurs côtés, les étudiants sub-sahariens, en lien avec les autorités de l’Église catholique d’Alger, proposent deux célébrations eucha-ristiques à leur intention :⇒ Une Méga Messe d’ouverture à l’église du Sacré-Cœur (Cathédrale d’Alger) le 04 juillet 09 à 17 H00. (pour information téléphoner : (+213) 21 74 46 27 ; 21 73 45 07 ; Archevêché : (+213) 21 63 37 18⇒ Une Méga Messe de clôture à l’église de Hydra (Alger) le 19 juillet 09 à 18h00. (Pour information téléphoner : (+213) 21 60 06 74 ; Archevêché 21 63 37 18) La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 157
    • É gls u n i s l ie ver eleRetour sur un pèlerinage « Quelle invitation pressante pour nous aussi » !Nous faisons notre cette réflexion de Christophe Roucou à propos du pèlerinage de Be-noît XVI en Terre Sainte. Très proches de ce que vivent nos frères et sœurs de là-bas,nous ne pouvons qu’être très touchés de l’encouragement que le Saint Père a prodiguéà l’Eglise au Moyen Orient, et de ses prises de positions claires contre toute injustice ettoute violence, et de son engagement au service de la paix et la réconciliation. Le tondes nombreuses rencontres avec les musulmans, dans la vérité et le respect mutuel,marqueront sûrement un tournant dans les relations islamo-chrétiennes.Difficile de faire « à chaud » un bilan du pèleri- religieux, à se lever et à saisir les mains d’un rab-nage du pape Benoît XVI en Jordanie, Israël et bin et d’un chef druze, accompagnant ainsi la psal-dans les territoires palestiniens ! Benoît XVI s’é- modie d’un autre rabbin qui implorait Dieu pour letait voulu pèlerin de la paix : il l’a été, même s’il don de la paix, en arabe, hébreu, anglais et latin.reste aux principaux acteurs politiques à reprendre …: Qui, en effet, aurait pu imaginer un tel échole chemin des tables de négociations. donné par Benoît XVI au geste de Jean-Paul II àCe voyage marque certainement un tournant dans Assise, le 28 octobre 1985, avec des représentantsles relations entre catholiques et musulmans : la de toutes les religions du monde ? Démenti infligépage de Ratisbonne se à tous ceux qui parlaienttourne, même s’il reste à en d’une rupture dans le dialo-informer les opinions pu- gue interreligieux entrebliques musulmanes. Ces Jean-Paul II et Benoîtrelations sont fondées non XVI !seulement sur le respect Tout au long de sonmutuel mais sur la foi au voyage, le pape a conjuguéDieu unique et créateur de la solidarité manifestéel’univers et des êtres hu- avec les chrétiens d’Orientmains que nous sommes. Benoît XVI a invité les et la rencontre des musulmans, refusant d’opposerchrétiens et les musulmans à témoigner ensemble l’une à l’autre mais au contraire les conjuguant.de ce que la foi au Dieu unique et l’usage de la Quelle invitation pressante aussi pour nous !raison peuvent permettre pour le service de l’hu- Ce dialogue interreligieux « trilatéral », Benoîtmanité. XVI le veut au service de la paix. Cette paix Be-Chaque fois qu’il l’a pu, Benoît XVI a associé noît XVI l’a demandé pour les deux peuples, l’i-Juifs, Chrétiens et Musulmans, tant dans ses priè- sraélien et le palestinien, dans la justice. Il s’estres (cf. le billet glissé au Kotel) que dans ses dis- situé proche de la souffrance des palestiniens, ilcours, soulignant la source commune qui permet la s’est voulu un témoin qui interpelle la communau-rencontre : « Chacune croit en un Dieu unique, té internationale et, selon les mots de Mgr Fouadcréateur et régissant toute chose. Chacune recon- Twal, l’invite à sortir de son sommeil ou son indif-naît en Abraham un ancêtre, un homme de foi au- férence.quel Dieu accorda une bénédiction spéciale. »1 Bref, le pape a joué son rôle de veilleur et d’éveil-Benoît XVI ne s’est pas contenté de paroles, il y a leur, à nous d’œuvrer pour que les murs soient ef-joint les gestes. A Jérusalem, le même matin, il a fectivement abattus, ceux de pierre ou de bétonrelié des lieux saints importants pour les musul- mais aussi ceux qui sont dans les têtes et les cœursmans et pour les juifs en allant à pied du Dôme du là-bas mais parfois aussi ici.Rocher au mur occidental. A Nazareth, il n’a pas P. Christophe Roucouhésité, lors de la rencontre avec des responsables 19 mai 2009, dans « la Croix »1 A Jérusalem, Discours sur l’esplanade des mosquées, 12 mai 2009 La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 158
    • É gls u n i s l ie ver eleUn pèlerinage pour la paix et l’unitéVoici un passage du discours de Benoît XVI, au moment de son départ de Tel Aviv, le15 Mai 2009, à la fin de son séjour en Terre Sainte. Il nous semble bien résumer lemessage de paix et de réconciliation que le Saint Père a voulu donner à travers son pè-lerinage, aux deux peuples vivant sur cette terre, et au monde entier.…M onsieur le Président, je vous remercie pour la chaleur de votre hospitalité, qui a été trèsappréciée, et je tiens à rappeler que je suis venu Une des vues les plus tristes pour moi lors de ma visite en ces terres a été celle du mur. Pendant que je passais à côté, je priais pour un avenir dans le-pour visiter ce pays comme un ami des Israéliens, quel les peuples de la Terre Sainte puissent vivretout comme je suis un ami du ensemble en paix et en harmo-peuple palestinien. Les amis nie sans avoir besoin de cesaiment passer du temps en instruments de sécurité et decompagnie lun de lautre, res-sentant une profonde détresse Brisons le cercle séparation, mais plutôt du res- pect et de la confiance des uns vicieuxà la souffrance de lautre. Au- envers les autres, et renonçantcun ami des Israéliens et des à toute forme de violence etPalestiniens ne peut manquer dagression. Monsieur le Prési-dêtre attristé par la persis-tance des tensions entre vos de la violence. dent, je sais combien il sera difficile datteindre cet objec-deux peuples. Aucun ami peut tif. Je sais combien votre tâchene pas pleurer face à la souf- est difficile, ainsi que celle defrance et à aux pertes de vies lAutorité palestinienne. Maishumaines que les deux peuples ont endurées au je vous assure que mes prières et les prières descours des six dernières décennies. catholiques à travers le monde sont avec vous alors que vous poursuivez vos efforts pour cons-Permettez-moi de lancer cet appel à tous les habi- truire une paix juste et durable dans cette région.tants de ces terres : Plus jamais deffusion desang ! Plus jamais de combats ! Plus jamais de ter- …. À vous tous, je dis : merci, et que Dieu soitrorisme ! Plus jamais de guerre ! Au contraire, bri- avec vous. Shalom !sons le cercle vicieux de la violence. Quil y ait Benoît XVIune paix durable fondée sur la justice, quil y ait (source Radio Vatican)une véritable réconciliation et guérison. Quil soit Aéroport Ben Gourion, Tel Aviv, 15 mai 2009universellement reconnu que lÉtat dIsraël a ledroit dexister et de jouir de la paix et de la sécuritéau sein de frontières internationalement reconnues.Quil soit également reconnu que le peuple palesti-nien a droit à un pays souverain et indépendant, devivre dans la dignité et de se déplacer librement.Que la solution des deux États devienne une réali-té, quelle ne reste pas un rêve. Et que la paix sepropage vers lextérieur de ces terres ; que ces ter-res servent de « lumière pour les nations » (Is 42,6), porteuses despoir pour les nombreuses autresrégions qui sont touchées par les conflits. La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 159
    • É gls u n i s l ie ver eleDiscours du Patriarche Fouad Twal pendant la messe à Gethsémani le vendredi 8 mai 2009T rès Saint Père,L’Église de Jérusalem vous accueille avec ferveur pleurer avec les réfugiés sans espoir de retour, avec les veuves dont le mari a été victime de vio- lence, et avec les nombreuses familles de cettedans cette ville où Jésus Christ fut acclamé par la ville qui, tous les jours, voient leurs maisons dé-foule aux cris de « Hosanna au plus haut des molies au prétexte qu’elles ont été « construitescieux ! Béni soit celui qui vient au nom du Sei- illégalement, alors que la situation générale toutgneur ! » (Mt 21,9) Bienvenue dans la ville où Jé- entière est illégale et ne reçoit pas de solution.sus Christ remporta la victoire sur le péché et la Au-dessus du lieu où nous nous tenons, Notre Sei-mort, et obtint le salut pour ceux qui ont foi en lui. gneur lança ce cri : « Jérusalem, Jérusalem, toi quiIci, avec vous, l’Église prie et veille amoureuse- tues les prophètes et lapides ceux qui te sont en-ment sur ces lieux où Notre Seigneur a accompli la voyés ! Combien de fois ai-je voulu rassembler tesmerveilleuse œuvre de notre rédemption. Ces lieux enfants – tous tes enfants, juifs, chrétiens et musul-sont les témoins du passé et la vérité de notre vie mans – et vous n’avez pas voulu ! » (Lc 13,34).présente. Cher Saint-Père, nous vous demandons de com-A quelques mètres d’ici seulement, Jésus dit à ses prendre ce que vivent ici vos pauvres enfants, et detrois disciples : « Restez ici et veillez avec fortifier notre foi et notre espérance. Par votre vi-moi » (Mt 26,39). Mais ceux-ci ont fermé les yeux, site, vous nous apportez la sollicitude et la solida-sans se soucier le moins du monde de Jésus, en rité de toute l’Église, et vous attirez l’attention duagonie un peu plus loin. monde sur cette région, sur ces peuples, leur his-Très Saint Père, par bien des aspects, la situation toire, leurs combats et leurs espoirs, leurs souriresn’a pas beaucoup changé aujourd’hui. Nous assis- et leurs larmes.tons d’un côté à l’agonie du peu- Pour quelqu’un qui souffre – unple palestinien, qui rêve de vivre infirme, un réfugié, un prisonnierdans un État palestinien libre et ou un tel qui porte le poids d’unindépendant, mais n’y parvient injustice – la plus grande détressepas ; et nous assistons de l’autre est de constater qu’on l’a oubliécôté à l’agonie du peuple israé- et que personne ne voit, ne sait nilien, qui rêve d’une vie normale n’est ému par ce qu’il endure.dans la paix et la sécurité mais, Votre visite aujourd’hui est unmalgré sa puissance médiatique grand réconfort pour nos cœurs etet militaire, n’y parvient pas. l’occasion de dire à tous que le Dieu de compas-Quant à la communauté internationale, elle joue le sion et ceux qui croient en Lui ne sont ni aveugles,rôle des disciples de Jésus : elle se tient à l’écart, ni oublieux, ni insensibles.les paupières lourdes d’indifférence, insensible à Votre Sainteté, vous êtes le successeur de saintl’agonie par laquelle passe la Terre Sainte depuis Pierre, chargé par le Seigneur « d‘affermer vossoixante et un ans, sans vouloir vraiment se réveil- frères » dans la foi (Lc 22,32). Aussi vous sup-ler pour trouver une solution juste. De cette vallée plions-nous et crions-nous avec les Apôtres :de Josaphat, vallée de larmes, nous faisons monter « Augmente notre foi ! » (Lc 17,25).notre prière pour que se réalisent les rêves de cesdeux peuples. Très Saint Père, vous avez devant vous un petit troupeau, et qui se réduit encore à cause de l’émi-Sur ce même Mont des Oliviers, Jésus pleura en gration, une émigration largement due aux effetsvain sur Jérusalem. Aujourd’hui, il continue de d’une occupation injuste, avec son cortège d’hu- La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 160
    • É gls u n i s l ie ver elemiliation, de violence et de haine. Et pourtant nous croyance ! » (Mc 9,24).savons que « c’est notre foi qui nous a fait vaincre Très Saint Père, nous vous accueillons comme lele monde » (Jn 5,4) et que c’est elle qui nous rend successeur de saint Pierre : Venez au secours decapables de voir et de reconnaître Jésus Christ notre incroyance ! Priez avec nous notre Père desdans toute personne. Avec et en Jésus, nous pou- cieux pour tous les habitants de Terre Sainte : in-vons goûter ici et maintenant la paix que le monde voquez aussi la Mère des Douleurs, qui au pied dene peut ni donner ni ôter de nos cœurs. Cette paix la croix de son fils souffrant ne s’est pas dérobée,signifie sérénité, foi, esprit d’accueil et joie de vi- afin qu’elle nous aide à avoir la même foi qu’ellevre et de travailler sur cette terre. dans la bonne providence de Dieu, et à tout accep-C’est pourquoi nous profitons de votre présence ter, même sans comprendre d’abord.bénie au milieu de nous pour vous crier, comme ce O Seigneur, fortifie notre foi !père souffrant qui supplia Jésus de délivrer son fils Fouad Twal, Patriarchedes tourments qui l’accablaient depuis longtemps : Vallée de Josaphat, Jérusalem, 9 mai 2009« je crois ! Viens au secours de mon in-Décès de Jean MolleJean Molle est décédé le 23 mai, après une opération à l’hôpital d’ Aubenas. Prêtre duPrado, Jean est arrivé en Algérie en 1964, comme prêtre Fidei Donum. Nommé à ElHarrach, il a fait équipe avec Denis Gonzalez, jusqu’en 1974. Epoque après l’indé-pendance et Vatican II, où, après les dures années de guerre, chacuncroyait participer à la construction d’un monde nouveau. Lexode massif de beaucoupde chrétiens, était compensé par des vagues de jeunes coopérants. L’équipe des prêtress’accroissait de la présence de Jean Desforges, professeur au lycée, de Gérard de Be-lair, étudiant en Agro…Par manque de place, nous ne pouvons malheureusement pas mettre ici les témoigna-ges donnés par ses amis sur sa vie en Algérie. Nous avons retenu celui que le pèreTeissier, qui l’a bien connu depuis son arrivée, a envoyé à son évêque Mgr Blondel .Il est arrivé à Alger, à la rentrée pastorale 1964, son départ gardant aussi une relation avec nous paravec lintention de rester avec nous pour une pé- lettre et échanges de nouvelles, en particulier dansriode de dix années, comme Fidei Donum, ce la période douloureuse des attentats qui ont frappéquil a fait. Il est donc resté dans le diocèse dAl- notre communauté.ger de 1964 à 1974. Nommé à El Harrach, dans labanlieue ouvrière dAlger, il y est resté fidèle à sa Nous gardons de le lui souvenir très fort de sonvocation de Pradosien et à son engagement dans engagement évangélique dans les milieux défavo-lapostolat en milieu ouvrier. Il a soutenu la J.O.C. risés du grand Alger, de sa participation person-qui, à lépoque, grâce à des permanents volontaires nelle à notre projet de relation islamo-chrétiennevenant de France, avaient à Alger une pacifiée, projet qu’il servait, entre autres par unvraie relation avec la jeunesse algérienne musul- effort patient de maîtrise du parler algérien. Dansmane des milieux populaires…. toutes ses activités et ses rencontres il mettait sa joie, sa jovialité, sa disponibilité évangélique, sonJean devait revenir nous voir ces derniers mois et aptitude à la rencontre directe et chaleureuse. Nousen a été empêché par les difficultés administratives remercions le Seigneur pour tout ce que Jean a vé-à obtenir des visas et tous ceux qui lavaient connu cu parmi nous et nous communierons avec vousse réjouissaient de ces retrouvailles. En plusieurs dans la prière de lÉglise à son intention.occasions, dailleurs, il nous avait rejoints depuis La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 161
    • É gls u n i s l ie ver eleLancement de la Collection TibhirineNous donnons ci-dessous un compte rendu de la Conférence de Presse, faite par le Frère PhilippeVaneste, O.C.S.D, gérant des éditions de Bellefontaine, à la Maison de la Conférence des Évêquesde France à Paris. Mgr BADER et Mgr TESSIER ont participé à cette rencontre. Frère Philippey a présenté la nouvelle « collection Tibhirine », qui publie les écrits des sept moines de Tibhirine,et des travaux ( études, approches, biographies, thèses etc…) qui ont été faits sur eux. Quatre li-vres sont déjà parus, d’autres paraitront à l’automne.Le texte complet de la conférence de presse est disponible sur le Site de l’Église d’Algérie(www.ada.asso.dz), et à l’Archevêché en fascicule imprimé (dix pages), pour celles et ceux qui ledésirent.« Il est urgent de vivre l’amitié selon l’Évangile », raine des éditions, nous fit la joie d’une lecture et nouscette phrase issue d’un poème de Frère Christophe, avons ressenti une vive émotion lorsque Mgr. Bader etrésume assez bien la teneur de ce Mgr. Teissier ont entonné la prièreque nous avons vécu à la Maison du Notre Père , chantée en arabe.de la Conférence des évêques de Ensuite, quatre orateurs se succé-France à l’occasion du lancement dèrent pour nous aider à entrerde la collection « Tibhirine ». dans la démarche spirituelle etLe message laissé par les frères est théologique des frères.universel, révélateur d’une tolé- M. Hubert de Chergé, frère derance, d’un partage dont nous Christian qui fut prieur de Tibhi-avons tant besoin. Il aurait été in- rine, nous dévoila comment le par-congru voire déplacé d’avoir envi- cours de son frère a fortement in-sagé la soirée de présentation de la fluencé sa propre vie. Il nous par-collection autrement que par un ⋅ Mgr. Bader tagea quelques anecdotes familia-moment de partage et d’amitié. ⋅ Dom Guillaume Jedrzejczak, Abbé du Mont les et insista beaucoup sur l’im-Nous avions souhaité organiser cet des Cats portance des écrits de son frère. Aévénement dans un lieu fort, sym- ⋅ Mgr. Teissier l’instar de Christian mais dansbolique : nous avons été remarqua- ⋅ Frère Philippe Vanneste, frère trappiste d’autres conditions, M. de Chergéblement accueillis à la Maison de responsable des éditions de Bellefontaine et a à cœur d’agir au quotidien etla Conférence des Évêques de de la Collection "Tibhirine". par le biais de multiples activités,France ; d’emblée, ils ont été touchés par notre démar- dans le souci de l’autre, du pauvre, de l’étranger. En-che et sensibles à l’invitation au dialogue interreli- suite, Marie-Dominique Minassian prit la parole afingieux laissé par les frères. Le hasard a voulu que cette de nous présenter la première partie de sa thèse consa-soirée ait lieu le 2 juin … jour anniversaire des funé- crée à Frère Christophe. Avec la rigueur du chercheurrailles des frères ... C’est un petit signe, parmi tant en théologie mais aussi avec l’implication affectived’autres que ceux qui sont souvent désignés par l’ex- indispensable à la rencontre d’une personnalité aussipression ‘les sept dormants de l’Atlas’ sont en fait de riche, Mme Minassian nous proposa quelques clésredoutables veilleurs qui nous ont accompagnés tout pour comprendre le parcours et la théologie de Chris-au long de cette aventure. tophe.Ce qui devait être une soirée plutôt intime a rassemblé Puis, Mgr. Henri Teissier nous a partagé son témoi-près de 150 personnes pour un véritable hommage aux gnage de pasteur. Archevêque d’Alger au moment desfrères Martyrs, cérémonie en présence de Mgr. Ghaleb faits, il a personnellement connu les sept Martyrs et ilBader, archevêque d’Alger et de son prédécesseur, a aussi traversé les tempêtes violentes et sanglantesMgr. Henri Teissier, en charge au moment des faits. qui ont agité l’Algérie à l’époque. Profondément mar-Etaient également présents les abbés des monastères qué, ému et au bord des larmes, l’émotion était plusdont étaient issus les frères ainsi que leurs familles. que palpable … et contagieuse. Nous touchons là duNous avons également souhaité que cette soirée doigt le fait que cette guerre fratricide, politique, ad’hommage s’inaugure par un temps de prière. Les surtout touché des hommes … chrétiens et musul-étudiants du Séminaire des Carmes de Paris ont animé mans, chrétiens ou musulmans, chacun atteint dans sace temps très privilégié … Colette Nys-Mazure, mar- propre chair, son propre cœur. C’est par une connais- La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - 109ème année
    • É gls u n i s l ie ver elesance exhaustive du journal de Christophe que Mgr. peut dévoiler une vie simple, pauvre, humble, toute àTeissier nous a raconté la vie de cette communauté la rencontre d’un Autre qui diffère mais qui est telle-monastique chrétienne vivant avec les musulmans … ment proche, au fond.entraide au quotidien et partage de la foi, dans le res- Les éditions de Bellefontainepect et l’amour de l’autre. Enfin, frère Didier, de l’Ab-baye de Tamié en Savoie, nous a parlé de l’amitié par- Titres des ouvrages déjà parus dans la « collectiontagée au long des jours avec frère Christophe, en dépit Tibhirine »de la distance géographique. Par de fréquents recours « Dieu pour tout jour » (Chapitres du Père Ch.deaux poèmes de Christophe, frère Didier nous a emme- Chergé à la communauté de Tibhirine1986-1996)nés, dans les pas de son ami certes, mais dans ceux « L’Autre que nous attendons » (Homélies du Pèred’une communauté qui a choisi délibérément de vivre Ch. de Chergé 1970-1996jusqu’au bout du don. « Adorateurs dans le Souffle » (Homélies du frère.En tant qu’éditeur, ce n’est pas seulement un travail Christophe Lebreton pour les fêtes et solennités 1989-qui nous est confié par la publication de ces différents 1996« Frère Christophe Lebreton, moine de Tibhi-écrits, c’est une véritable mission : celle d’un devoir rine », de l’enfant bien-aimé à l’home tout donné.de mémoire. A charge pour nous de permettre au plus D’autres paraitront à l’automne.grand nombre de goûter à la richesse universelle que Activités d’été pour les étudiants subsahariensPar ailleurs, nous informons qu’en lieu et place de l’Université d’été de cette année, il est proposé aux étu-diants sub-sahariens chrétiens une semaine dénommée « fourre-tout » pendant laquelle on vivrait pasmal de choses : Activité Lieu Nombre Responsable Initiation à l’arabe dialectal C. Hélène Chauvin 15 Sr Jacqueline Informatique Bordj el Kiffan 15 P. Firmin Retraite spirituelle (3jrs) Chréa/Ben Smen 15 P. Albert P. Mariusz Sida info. animée Tizi Ouzou 25 Sr. Bernadette P. Jean Paul Soutien en Français Blida/Bordj el Kiffan 25 P.ChristianDate : du 24 au 31 juillet 09NB. Une contribution est demandée : 500 DA / personne. Inscription auprès des aumôniers qui sechargeront de faire suivre P. Jean Paul La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 163
    • M é dia ton t i Homélie de Robert Fouquez à la célébration du 22 mai à Tibhirine lors du pèlerinage diocésainI l me semble que si nous sommes ici réunis une fois de plus, c’est parce que plus ou moinsconfusément chacun a le sentiment que, d’une cer- « Dieu a caché le vent et monté la poussière. Comment la poussière pourrait-elle s’élever d’elle- même ?taine manière, Tibhirine lui appartient. Tu vois pourtant la poussière et pas le vent… »On pourrait appliquer à ce lieu ce qu’un psaume Et bien, c’est le vent qui nous intéresse ici d’abord.prétend du Mont Sion : « Tout homme y est né. Le Vent, cet autre nom de l’Esprit, dont Jésus nousDieu, le Très Haut lui garde sa place. » (Ps 86). avertit qu’il est déconcertant. Raison de plus pourTibhirine, c’est le bien indivis des habitants de ce essayer de le voir à l’œuvre dans cette communautévillage, de Médéa, de la communauté chrétienne et autour d’elle.d’Algérie, des sœurs de Bethléem qui reçoiventmission de rendre vie à ce lieu… Tibhirine, c’est Comment le Vent a-t-il pu soulever la poussière deun bien de famille dont nous avons hé- Tibhirine ?rité ensemble. « Tout homme y est 1- C’est d’abord dans la salle communené »… de « lectio » que, me semble-t-il, l’Es- prit Saint opérait : chaque frère avait saC’est pourquoi se sentir né ici, s’ac- table individuelle et une passion com-compagne de JOIE : la joie de retrou- mune pour la Parole de Dieu les ani-ver spirituellement chacun des frères mait. Ils la « mâchaient, selon le motdans la demeure qui fut la leur. de St Bernard, avec les dents de l’Es-Il y a plus cependant : c’est à leur pro- prit ».pre joie que nous pouvons communier Or, vaquer à la lecture de la Parole deaujourd’hui : leur joie du face-à-face Dieu (comme St Benoît y ramène obsti-avec Celui qui, aux jours de détresse, promettait de nément ses moines, c’est apprendre le cœur du Pèrele revoir : « Je vous reverrai »… Promesse de les dans le Verbe fait chair. Et tel est bien le travail deretrouver définitivement, tous, visages entrés dans l’Esprit : ensemencer chez l’homme la Parolela joie de Pâques. Qui, désormais, pourrait les sépa- faite chair, comme il l’a fait pour Marie. On parlerer de la joie du Christ ? Joie imprenable… beaucoup de l’Espérance à propos de Tibhirine : « l’invincible Espérance », la « théologie de l’Es-Cette joie-là, replongée dans l’Eucharistie, suffit au pérance »… C’est juste et surtout justice rendue àrendez-vous d’aujourd’hui. A quoi bon, en effet, l’Esprit qui n’ensemence que pour moissonner.renchérir sur tout ce qu’on a pu entendre sur cet 2- Autre lieu fréquenté par l’Esprit, cette autreendroit : qu’il fut un « avant-poste », un pièce du monastère appelée « salle du chapitre ».« laboratoire », que « la vie contemplative est la Une sorte d’agora monastique. On y parlait beau-meilleure présence possible auprès de croyants mu- coup, on écoutait beaucoup et surtout on apprenaitsulmans »… et que les moines seraient à s’écouter les uns les autres. Dans ce contexte, on« spécialistes de la foi à temps plein, professionnels imagine sans peine les allées et venues de l’Espritde la contemplation » !!! Etc. etc. Devant pareille visitant chacun, y compris les moins enclins à s’ex-inflation, on a envie d’appeler au secours le Fr. primer. Tour à tour Esprit de Sagesse, de Paix, deLuc, lui qui se voulait « ni moine ni charismatique Réconciliation, de Discernement.mais simplement un baptisé ». On en viendrait Ce serait peut-être dans cette salle de communautémême à envier la sobre et bienveillante évocation que s’actualisait avec le plus d’évidence la paroledes moines chrétiens faite par le Coran. du Christ :Mais pourquoi donc ne pas s’en tenir à l’humble et « Je ne vous laisserai pas orphelins (…) Je prieraicaptivante réalité ? On pense à Djalal eddine Rû- le Père qui vous donnera l’Esprit de Vérité… etmi : vous aussi vous témoignerez… » La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 164
    • M é dia ton t iA une époque où il était difficile devoir claire et ger à l’Esprit. Nous avons la certitude, dans la foi,difficile d’être fidèle sans témérité, l’Esprit leur a qu’en chacun, DIEU n’en finit pas de le remodelersuggéré ce qu’il est possible d’oser, quand on à son image, avec une prédilection pour les pau-veut aimer comme le Christ. Par delà la concerta- vres. Ce que nous sommes invités à méditer aprèstion ou la confrontation apparaissait de mieux en les moines de Tibhirine c’est que si l’Esprit demieux que rien (pas même l’éventualité d’une vie l’Annonciation a choisi une cellule pour rencontrertranchée) ne pouvait leur ôter la liberté d’aimer Marie, l’Esprit de la Visitation a poussé la jeunejusqu’au bout de la nuit. Concrètement, cela vou- mère sur le chemin de Judée…lait dire : rester avec ceux que Dieu leur avait don-nés. On imagine difficilement l’Esprit absent Djalal eddine Rûmi, encore lui !, voyait en toutd’une si grave décision. Mais on ne doit pas non homme une hôtellerie, cest-à-dire une capacité deplus l’imaginer absent de tout ce qui, dans un quo- tout accueillir. Oui, l’accueil est un aspect fonda-tidien le plus terre-à-terre, fut inlassablement mis mental de notre humanité. Et un aspect encore plusen œuvre pour rendre plausible une telle décision : fondamental de notre être chrétien. Dans la languepar exemple le souci de ne pas avoir un « train de de la deuxième Alliance, le premier sens du verbevie » trop dissonant avec celui des voisins : cela « aimer » c’est : accueillir à bras ouverts, recevoirallait de la voiture à la nourriture… s’agissant – chaleureusement un hôte, le fêter… Parallèlement,comme c’était leur volonté – de vivre une relation être accueilli, se laisse apprivoiser ou dépouilleren vérité, l’Esprit Saint apparait on ne peut plus est tout aussi important. Cela peut paraître une fo-suggérant ! lie, pourtant ce n’est pas facultatif.3- Enfin, espace pour l’Esprit Saint cette chapelle, Un jour, en Espagne, Christian s’en est expliquéle fut aussi. Dans la prière des Heures liturgiques sans détour :ou dans l’Eucharistie, Dieu s’y trouvait de vrais « Il n’est plus possible d’installer un monastèreadorateurs. tout construit d’avance car, plus que tout autre, laChaque jour, les frères se rassemblaient autour du vie contemplative se découvre dépendante des« grand désir » du Christ à l’heure de son don conditions « humaines » de vie d’un pays, de saplénier : « J’ai désiré d’un grand désir manger culture, de son histoire, de ses habitudes, de sescette Pâque avec vous » (Lc 22,15). Chez le traditions religieuses ».Christ, ce grand désir c’était l’Esprit Saint. Pour- Si rien ne peut être « construit d’avance », celaquoi n’aurait-il pas été aussi celui qui acheminait signifie qu’il faudra mettre en œuvre une absolueces moines jusqu’au don total ?... Parallèlement, confiance en Dieu. Et cette absolue confiance enappeler chaque jour l’Esprit sur les offrandes de Dieu pourrait bien être la trace la plus saisissablel’autel redoublait de sens dès lors que, avec elles, de l’Esprit. Notre vie, au même titre que la vieon présentait l’entourage proche ou lointain dans de quiconque, est capable d’être transforméetoutes ses attentes ou ses détresses. Sur elles, on par ce biais de la confiance en Dieu. « Ceux quiinvoquait l’Esprit « qui renouvelle la face de la sont animés par l’Esprit de DIEU, Ceux-là sontterre », à commencer par la terre de Tibhirine. fils de DIEU » (Rom)Ceux qui ont une fois ou l’autre, partagé l’Eucha- Nous le vérifions à longueur de journée autour deristie avec les moines peuvent témoigner qu’on nous, en toutes situations, les plus banales commesortait réconforté de cette chapelle. les plus périlleuses. Cette confiance absolue an- nonce la joie qu’un être humain digne de sonNous aussi, à notre tour, nous allons quitter cette DIEU va naître dans le monde. Lorsque Christo-chapelle et chacun des lieux où l’Esprit nous a pa- phe s’étonne que « la symbiose avec nos voisin,ru présent. Nous sortirons de ce monastère par une avec le pays, nous réserve de grandes choses, onporte largement ouverte sur le village, sa mosquée peut y voir le pressentiment de ce nouvel être népresque achevée et sur un vaste paysage dénudé de DIEU à l’œuvre dans l’Esprit. Cela advientmais non dépeuplé. simplement à toute personne acceptant d’être tra-C’est là que l’Esprit nous attend comme il atten- versée par la bienveillance divine et de la servir.dait les frères. Frère Michel constatait : « L’Esprit Les moines de Tibhirine, poussière autant quenous précède sur le visage de tout être vivant ». nous, y ont consenti. Ils nous poussent fraternelle-Voisins, malades, compagnons d’un bout de che- ment dans la même direction.min ou de travail : tout être vivant n’est pas étran- La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 165
    • Di l e a ogu« Un pape qui a le courage moral d’agir et de parler selon sa conscience" Amman, le 09 Mai 2009Il nous a semblé important de citer quelques passages de ce discours d’accueil duprince Ghazi Ibn Talal, pionnier du dialogue islamo chrétien, à l’origine entre autresde la lettre des 138. Il retrace aussi l’histoire du peuple jordanien, dont la petite minori-té chrétienne est partie intégrante. C’est cette Église jordanienne qui nous a donné no-tre évêque !"Pax Vobis". A l’occasion de cette visite histori- nous a créés et se préoccupe de chaque personneque à la mosquée Roi Hussein Bin Talal, ici à Am- dans tous les lieux du monde. [...] Il y a un impor-man, je souhaite la bienvenue à Votre Sainteté, tant et vaste domaine dans lequel nous pouvonspape Benoît XVI. agir ensemble pour défendre et promouvoir les (…) Je vous remercie de laffectueux accueil que valeurs morales qui font partie de notre héritagevous avez fait à l’historique "Parole commune en- commun".tre vous et nous", la lettre ouverte du 13 octobre2007 écrite par 138 éminents spécialistes musul- Maintenant, je ne peux pas ne pas rappeler les pa-mans du monde entier, dont le nombre continue à roles de Dieu dans le Saint Coran : "Tous ne sontaugmenter. pas égaux". Certaines personnes des Écritures for-Un résultat de cette initiative qui, en se basant sur ment une communauté juste, ils récitent les versetsle Saint Coran et sur la Sainte Bible, a reconnu la la nuit en se prosternant. Ils croient en Dieu et auprimauté de lamour de Dieu et de l’amour du pro- dernier jour, ils aiment la décence et interdisentchain à la fois dans le christianisme et dans lislam, lindécence, ils rivalisent entre eux de bonnes œu-est que le premier séminaire du forum internatio- vres. Ce sont des justes, et toute bonne actionnal catholico-musulman a eu lieu au Vatican, sous qu’ils accomplissent ne leur sera pas déniée parcela direction personnelle de Votre Sainteté, du 4 au que Dieu connaît ceux qui Le craignent. Je rap-6 novembre 2008. pelle aussi ces paroles de Dieu : "Et vous trouve- rez en vérité, que les plus proches des croyantsD’ici peu nous examinerons avec l’éminent cardi- sont ceux qui disent : vraiment nous sommes chré-nal Tauran lœuvre commencée lors de cette ren- tiens. Cela parce que certains d’entre eux sont prê-contre, mais pour le moment je désire citer des tres et moines".propos de Votre Sainteté, tirés de votre discours declôture de ce premier séminaire : "Le thème que Je souhaite maintenant la bienvenue à Votre Sain-vous avez choisi pour votre rencontre – amour de teté en tant que hachémite et descendant du pro-Dieu, amour du prochain, la dignité de la personne phète Mahomet. Je vous souhaite aussi la bienve-humaine et le respect mutuel – est particulièrement nue dans cette mosquée de Jordanie, en rappelantsignificatif. Il est tiré de la Lettre ouverte qui pré- que le prophète accueillit ses voisins chrétiens desente lamour de Dieu et lamour du prochain Nejran à Médine et qu’il les invita à prier dans sacomme le cœur aussi bien de lislam que du chris- mosquée, ce qu’ils firent en harmonie, sans que lestianisme. Ce thème souligne encore plus claire- uns compromettent la croyance religieuse des au-ment les fondements théologiques et spirituels de tres. Cela aussi constitue une leçon d’une inesti-lenseignement central de nos religions respectives. mable valeur dont le monde doit absolument se[...] Jai bien conscience que les musulmans et les souvenir.chrétiens ont des approches différentes sur les su-jets qui concernent Dieu. Mais nous pouvons et Je vous souhaite encore la bienvenue en tant qu’a-nous devons être des fidèles du Dieu unique qui rabe et descendant direct d’Ishmael Ali-Salaam, de La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 166
    • Di l e a oguqui, selon la Bible, Dieu aurait fait sortir une pres enfants. C’est aussi le message de son fils, Sagrande nation, en restant près de lui (Genèse 21, Majesté le roi Abdullah II, qui a choisi, comme18-20). objectif spécifique de son règne et de sa vie, deL’une des vertus cardinales des arabes, qui tradi- rendre honorable, digne et heureuse la vie de toustionnellement ont survécu dans des climats parmi ceux qui vivent en Jordanie et en fait, celle de tousles plus chauds et les plus hostiles du monde, est ceux qu’il peut atteindre dans le monde, autant quelhospitalité. Lhospitalité naît de la générosité, elle le permettent les ressources limitées de la Jorda-reconnaît les besoins des autres, elle considère nie.ceux qui sont loin ou qui viennent de loin commedes amis. En fait cette vertu est confirmée par Aujourd’hui, les chrétiens de Jordanie ont droit àDieu dans le Saint Coran par ces mots : "Et adorez 8% des sièges au parlement et à des quotas sem-Dieu et associez-lui l’homme, soyez bons avec vo- blables à tous les niveaux de gouvernement et detre père, votre mère, vos parents, les orphelins, les société, même si en réalité ils sont moins nom-pauvres, vos voisins proches et ceux qui sont loin- breux que prévu. Les chrétiens, bénéficient de loistains, les amis de chaque jour et les voya- relatives à leur statut et de tribunaux religieux et,geurs" (4,36). de plus, ils jouissent de la protection de l’État sur leurs lieux saintsL’hospitalité et sur leurs écoles.arabe, ce n’est pas Votre Sainteté aseulement aimer, pu s’en rendredonner et aider, compte personnel-c’est aussi être lement à la nou-généreux d’esprit velle universitéet donc savoir ap- catholique de Ma-précier. En 2000, daba. Si Dieu leau moment de la veut, on verravisite du regretté bientôt se dresserpape Jean-Paul II la nouvelle cathé-en Jordanie, je drale catholique ettravaillais avec les la nouvelle églisetribus jordanien- melkite sur le sitenes et des gens du baptême.ont dit qu’ils appréciaient vraiment le pape.Comme on leur demandait pourquoi, puisqu’il Donc, aujourd’hui, en Jordanie, les chrétiens pros-était chrétien et eux musulmans, ils ont répondu en pèrent, comme d’ailleurs ils l’ont fait au cours dessouriant : "Parce qu’il nous a rendu visite". Certai- deux cents dernières années, dans la paix et l’har-nement Jean-Paul II et vous-même, Saint-Père, monie, avec de la bonne volonté et des relationsauriez pu aller immédiatement en Palestine et en authentiquement fraternelles entre eux et avec lesIsraël, mais au contraire vous avez choisi de com- musulmans. Cela vient, en partie, du fait que lesmencer votre pèlerinage par une visite chez nous, chrétiens représentaient autrefois un pourcentageen Jordanie, et nous l’apprécions. de la population plus important qu’aujourd’hui. En raison de la baisse démographique chez les chré-Enfin, je vous souhaite la bienvenue en tant que tiens et de leur niveau plus élevé d’instruction etJordanien. En Jordanie, tout le monde est à égalité de prospérité qui a fait qu’ils étaient très demandésdevant la loi, indépendamment de la religion, de la en Occident, leur nombre a diminué. Cela tientrace, de lorigine ou du sexe, et ceux qui travaillent aussi à ce que les musulmans apprécient le fait queau gouvernement doivent faire tout le possible les chrétiens étaient déjà ici 600 ans avant eux. Enpour protéger tout le monde dans le pays, avec effet, les chrétiens jordaniens sont peut-être la pluscompassion et justice. Cela a été lexemple person- ancienne communauté chrétienne du monde. Pournel et le message du regretté roi Hussein qui, pen- la plupart, ils ont toujours été orthodoxes, attachésdant ses 47 ans de règne, a éprouvé pour tous les au patriarcat orthodoxe de Jérusalem en Terrehabitants du pays ce qu’il éprouvait pour ses pro- Sainte qui est, Votre Sainteté le sait mieux que La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 167
    • Di l e a ogumoi, l’Église de saint Jacques, fondée pendant la même. J’espère que cet esprit unitaire jordanienvie de Jésus. d’harmonie interreligieuse, de bienveillance et de respect mutuel, sera un exemple pour le mondeBeaucoup d’entre eux descendent d’anciennes tri- entier et que Votre Sainteté le portera à des en-bus arabes et, au cours de l’histoire, ils ont partagé droits comme Mindanao et dans certaines partiesle sort et les luttes des de lAfrique sub- Je reçois en vous lemusulmans. En effet, saharienne, où les mi-en 630, le Prophète norités musulmanes su-étant vivant, ils sont pape Benoît XVI qui bissent de fortes pres-entrés dans son armée, sions de la part de ma-conduite par son fils jorités chrétiennes, etadoptif et son cousin,et ils ont combattu avez fait du dialogue aussi en d’autres en- droits où c’est l’inversecontre larmée byzan-tine des orthodoxes à la interreligieux et intra qui se produit. religieux la priorité debataille de Mechtar. (…) Je reçois en vousC’est de cette bataille le pape Benoît XVI, votre pontificat.qu’ils ont tiré leur nom vous dont le pontificattribal qui signifie "les est caractérisé par lerenforts" et le patriar- courage moral d’agir etche latin Fouad Twallui-même descend de Je reçois en vous le de parler selon votre conscience, indépen-ces tribus. pèlerin de paix qui vient damment des modes du moment, vous qui êtes avec humilité etEn 1099, au moment aussi un maître théolo-de la chute de Jérusa- gien chrétien, auteur gentillesse prier làlem, ils ont été massa- d’encycliques histori-crés par les croisés ca- ques sur les belles ver-tholiques à côté de tus cardinales deleurs compagnons d’ar-mes. Plus tard, de 1916 où Jésus Christ lamour et de l’espé- rance, vous qui avezà 1918, pendant lagrande révolte arabe, - le Messie - a été réintroduit la Messe traditionnelle en latinils ont combattu contreles musulmans turcs, à baptisé, il y a deux pour ceux qui le souhai- tent et avez en même mille ans !côté de leurs amis mu- temps fait du dialoguesulmans, sous mandat interreligieux et intracolonial protestant, et religieux la priorité dedans les guerres arabo-israéliennes de 1948, 1967 votre pontificat, pour répandre la bonne volonté etet 1973 ils ont combattu avec les musulmans ara- la compréhension entre toutes les populations de labes contre les juifs. terre.Non seulement les Jordaniens chrétiens ont tou- ( …) Je reçois en vous, enfin, un simple pèlerin dejours défendu la Jordanie, mais ils ont contribué paix qui vient avec humilité et gentillesse prier làinfatigablement et patriotiquement à sa construc- où Jésus-Christ, le Messie – la paix soit avec lui !tion, jouant des rôles importants dans les domaines – a été baptisé et a commencé sa mission il y a 2de léducation, de la santé, du commerce, du tou- 000 ans.risme, de lagriculture, de la science, de la culture (…) Alors, bienvenue en Jordanie, Saint-Père,et dans beaucoup d’autres secteurs. Tout cela pour pape Benoît XVI ! Dieu dit dans le Coran : "Quedire que, alors que Votre Sainteté les considère la paix soit avec les messagers et que Dieu, le Sei-comme ses coreligionnaires chrétiens, nous les gneur des mondes, soit loué".considérons comme nos compatriotes jordaniens et Par Ghazi Bin Muhammad Bin Talalils font partie de cette terre comme la terre elle- La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 168
    • Di l e a ogu« La parole du pape a eu une importance capitale dans cette partie du monde » Interview dAzzedine GaciLe Président du bureau du Conseil Régional du Culte Musulman de Rhône-Alpes estengagé dans le dialogue islamo-chrétien depuis une quinzaine dannées. Il apporte sonéclairage sur le regard des Musulmans de France sur le voyage de Benoît XVI en TerreSainte.Azzeddine Gaci est venu en Algérie, il y a deux ans, conduire une délégation islamo-chrétienne à la rencontre de l’Algérie, et spécialement de l’Église ici. Mgr Barabarin,archevêque de Lyon, faisait partie de la délégation catholique.Q uel le pèlerinageMusulmans … portent-ils sur regard les du pape? Jattendais essentiellement le pape sur ce quil al- lait dire à Bethléem, sil aurait le courage dêtre laLes Musulmans de France sont partagés entre in- voix de ceux qui nont pas de voix, de dire ce quedifférence et espoir. Certains sont indifférents car se passe véritablement dans cette partie du monde,tellement de choses se sont passées dans cette ré- de parler de la souffrance des Palestiniens, de cettegion du monde sans quon puisse trouver des solu- monstrueuse injustice quils vivent depuis près detions concrètes à ce que vivent les Palestiniens de- 60 ans, de la spoliation de certaines terres, des co-puis des décennies. Les autres attendent beau- lonies qui ne cessent de se développer. Et dire quilcoup : le pape, ce nest pas nim- ne peut pas y avoir la paix sans jus-porte quelle personne. Il pourra, sil tice et que la justice veut que lesen a le courage politique, faire Palestiniens aient un pays avec desavancer le dialogue les différentes frontières sûres pour vivre dans laparties en vue dune solution qui dignité et le respect. Le statut dearrangerait tout le monde. Jai re- Jérusalem pourra toujours être dis-marqué que les chrétiens, surtout les cuté mais revenir aux frontières deresponsables catholiques se sont 1967, cest quelque chose de trèsempressés de donner à ce voyage le important. Jai été sensible au faitnom de « pèlerinage » dont lobjectif est de répan- que le pape rappelle que les Palesti-dre la paix entre les croyants. Ils ne voulaient pas niens ont droit à la justice, à la dignité et à la paix.donner un caractère politique à ce voyage. Ce fut Cest le message qui a et qui est toujours porté parun voyage religieux mais aussi un voyage politi- Jésus. Ce faisant, le pape est tout simplement dansque dans le sens où la parole du pape a eu une im- la trace de Jésus que nous respectons tous, en tantportance capitale dans cette partie du monde. que musulmans et en tant que chrétiens. Jai été sensible aussi au fait quil répète quil ne pouvaitBenoît XVI sadresse à tous les croyants, quils pas y avoir de paix sans justice, que les Palesti-soient musulmans, juifs ou chrétiens. Comment niens avaient le droit davoir un État. Pour nous,recevez-vous ces paroles ? Jérusalem est le troisième lieu saint de lIslam. IlJe pense quil est dans son rôle quand il parle aux occupe une place très importante dans le cœur decroyants de toutes les spiritualités, surtout dans chaque musulman, comme dans les cœurs descette partie du monde, berceau de toutes les fois. Il chrétiens et des juifs. Jai été très ému quand il aest normal quil appelle au dialogue interreligieux : parlé de ces murs qui séparent les uns et les autrescest la seule façon qui nous permette de vivre en- et quau lieu de construire des murs, nous devrionssemble. Cest ça ou le clash des civilisations dont construire des ponts qui permettent de vivre en-certains font la promotion aujourdhui. semble. Les Musulmans ne peuvent quêtre ravis davoir entendu une personnalité aussi importanteA quoi avez-vous été particulièrement attentif ? rappeler un certain nombre de choses qui sont im- portantes, non seulement pour les Musulmans La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 169
    • Di l e a ogumais aussi pour les croyants du monde entier et mal commencé avec le discours de Rastibonne.pour les citoyens épris de justice. Depuis, il a fait des choses qui commencent à effa- cer ce rapport avec les Musulmans : il a visité desComment ce voyage contribue-t-il au dialogue mosquées, voyagé en Turquie, en Jordanie, avecislamo-chrétien …. ? son discours à Bethléem, tous ses discours ne peu-Le dialogue interreligieux dans le monde entier vent que donner un nouvel élan au dialogue inter-traverse aujourdhui des moments difficiles. On religieux, et notamment islamo- chrétien(…) Et envoit ce qui se passe en Irak, en Afghanistan, lépi- Europe en général, où la communauté musulmaneneuse question palestinienne à laquelle on narrive est fortement représentée. Pour moi, ce discours vapas à trouver une solution... On vient de traverser donner des arguments aux musulmans qui sontune période difficile avec les événements de Gaza avec moi et aux chrétiens avec qui je discute. Ilqui ont fait 1500 morts. Jai été aussi sensible au faut absolument continuer à construire les ponts, àsouhait du pape quon mette fin au blocus de Gaza. nous retrouver, à discuter et à construire la paix.Je suis engagé dans le dialogue islamo-chrétien Elle ne sera peut-être ni pour demain ni pourmais cela devient très difficile. Que ce soit du côté après-demain mais elle viendra dans quelques an-chrétien ou musulman, on nous ramène à la réalité nées ou décennies. Aujourdhui, il ne faut pas bais-des choses : à quoi bon tout ça quand on voit ce ser les bras. Ce que nous faisons aujourdhui, nousqui se passe ? Ceci dit, il faut absolument quon ne le faisons peut-être pas pour nous mais pour lescontinue dans ce sens, que le pape ait cette parole générations futures.et quil aille encore plus loin. Je pense quil avait Avancer avec d’autres dans la recherche de Dieu. Par une prière basée sur le chant, le silence. Intense méditation personnelle. Élargir l’espace de sa tente. Découverte de soi et de l’autre. Service, expérience de vie communautaire. Cadre Focolare de Tlemcen Conditions de vie agréablesAttention ! Une centaine de places disponiblesInscriptions par e-mail à l’adresse : taizeenalgerie@yahoo.frFrais de participation : 1000 DAUn accusé de réception vous sera envoyé avec les détails pratiques de la semaine. La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 170
    • B i i a phe blogr iPaul MATTEI, Le christianisme antique de Jésus à Constantin Paris, Armand Colin, 2008L’ouvrage se présente comme un manuel pour étudiants en université (il est d’ailleurs publié dans la« Collection U » de Colin). Mais on sait que le professeur Mattei, bien connu et apprécié en Algérie, parcequ’il était déjà apprécié des grands Serge Lancel et André Mandouze, fait partie de ces universitaires enga-gés dans la mise en valeur du patrimoine chrétien antique, ce que manifeste, entre autre, son appartenance àl’équipe de recherche de la collection Sources Chrétiennes, jadis fondée par le père de Lubac. Il y a doncchez lui un double dessein : fournir aux étudiants en histoire toutes les données leur permettant d’entrerdans une compréhension nuancée de la naissance et des premiers développements du christianisme à partirde Jésus dans le contexte de l’Empire romain ; répondre aux questions tant des croyants que des incroyantscontemporains sur les origines lointaines des dogmes et pratiques encore en vigueur dans les confessionschrétiennes actuelles. Tout cela en recourant souvent à l’historiographie de questions qui sont encore en dé-bat.Je me contente de proposer ici un bref extrait de la conclusion stimulante de cet ouvrage de référence.Jean-Pierre HENRYTrois siècles ont transformé une infime secte juive en religion universelle, matrice potentielle de civilisa-tions, désormais assez profondément implantée en diverses régions de l’Empire romain, et qu’aucuneproscription n’était plus capable d’éradiquer.Quant aux origines, trois idées clé : aspect polymorphe du judaïsme dont aujourd’hui l’historiographie[…] met toujours plus en lumière qu’il fut le terreau du christianisme naissant ; rupture par degrés, nul-lement désirée au départ, avec ce même judaïsme que les circonstance obligèrent, quant à lui, à se« recentrer » ; diversité du christianisme naissant ou plutôt « des » christianismes naissants – en raisondirecte de l’aspect polymorphe du milieu juif -, pluralité des courants qui, souvent, s’entrechoquent etagitent le « mouvement de Jésus ». Sur ce fond hétérogène, une longue évolution. […] Les IIè et IIIè siè-cles furent pour la catholica, la Grande Église, un temps de gestation et de construction, dans une pos-ture d’abord réactive, face aux juifs, aux païens et aux dissidents de toute espèce. Sur le plan doctrinald’abord, où il convient de diagnostiquer la recherche, en trois directions coordonnées d’une « bonne »distance à l’égard du legs judaïque : acceptation de la révélation biblique du Dieu créateur et législateur,au prix d’une herméneutique figurative qui fait place à l’ancienne Loi dans une histoire progressive dusalut ; christologie qui rend compte de la certitude que Dieu s’est communiqué authentiquement et tota-lement au faîte de cette histoire, en l’homme Jésus ; code moral où un légalisme modéré compose avecla notion de salut par la foi. Sur le plan axiomatique et institutionnel ensuite, l’orthodoxie dogmatique etéthique […] définit des critères de vérité : délimitation d’un canon scripturaire ; revendication d’unesuite sans faille, depuis le Christ et les Apôtres – dont sont garants les chefs des Églises dans leur suc-cession ; elle s’appuie sur une charpente ministérielle qui, pour parer aux divers défis, connut, dans laseconde moitié du IIè siècle, une véritable mutation (émergence du « mono-épiscopat ») et dont la justifi-cation théologique et le fonctionnement pratique allèrent en se perfectionnant. Simultanément, commepar une poussée intérieure, dans une religion en passe de devenir œcuménique, et qui, de ce fait, pen-chait à proposer, sans encore y réussir ni même le vouloir, sur tous les points, une vision totalisante, lesrites et le pratiques s’enrichissaient et se diversifiaient, structurant les temps du jour et de l’année, etnaissait un univers de symboles, qui bientôt cristalliserait dans les arts. […] A vues humaines, pareillecroissance, scandée d’accidents, n’était pas « écrite » d’avance. Pour aller à l’essentiel, quel rapport en-tre la croyance des premières générations, certes nullement fruste (il ne faut pas opposer une prétenduesimplicité primitive à on ne sait quelle sophistication ultérieure) mais encore engagée dans les schémasintellectuels du judaïsme tardif, et une théologie qui peine à tenir ensemble les intuitions des« fondateurs » […] et qui, avec un bonheur inégal, fait appel à la philosophie ? Quelle permanence de-puis les communautés primitives ignorant la dichotomie clercs-laïcs et le caractère sacerdotal de leursministres à l’institution déjà solide, qui repose désormais sur cette dichotomie, et où se multiplient lesrèglements « canoniques » ? La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 171
    • Sommaire Page Points de RencontreÉditorial 143 27/06 au 03/07 /2009 Vie du diocèse Pèlerinage à RomeRetour à Tibhirine 145 pour la remise du pallium à Mgr BaderConfirmation et profession de Foi 146Pentecôte à la cathédrale 149Programme Ben Smen 151 09/07 au 17/07/2009Sœurs des Saints Cœurs de Jésus et Marie 152 Rencontre de Taizé à TlemcenDépart Élisabeth Queval 153Cité de Thénia 154Bilan formation chrétienne 155 19/06 /2009 de 9h à 12h, parcours spirituel à Ben Smen Vie interdiocésaineCERNA 156 18/06/2009 Église universelle l’après midi, fête au foyer des JeunesPèlerinage du Pape en Terre Sainte 158 à El BiarCollection Tibhirine 162Méditation 164 DialogueDiscours du prince Ghazi Ibn Talal 166Interview Azzedine Gacci 169 Photos de couvertures :bibliographie 171 - groupe de confirmands à Tizi Ouzou avec Mgr Bader - un groupe autour de la Vierge à TibhirineAdministration-rédaction : Archevêché d’Alger13 rue Khelifa BOUKHALFA - 16000 AlgerTél. : (213)[0] 21 63 35 62 & 63 37 18 - Fax: (213)[0] 21 63 38 42E-mail : redaction.rencontres@gmail.comPour les abonnements : evechealger@yahoo.frSite Internet de l’Église d’Algérie : www.ada.asso.dzLe gérant : Gilles NICOLAS (Courriel : gillesnicolasdz@yahoo.fr)Coordinatrice de la rédaction/mise en page : P.S. Marie-Danièle (Courriel : marie_danielej@yahoo.fr)Mise en page : Catherine EnjolrasDépôt légal: Décembre 2007Pour les abonnements et réabonnements, merci de s’adresser à l’Archevêché d’Alger.Les virements effectués directement à l’A.E.M. ne permettent pas toujours d’identifier leurs auteursChangements de tarifs à partir du 1er janvier 2008 Les abonnements pour les pays du Maghreb passent de 250 à 300 DA Les abonnements pour les autres pays restent à 20 euros mais passent de 1.200 à 1.900 DA La vente au numéro : 50 DA (20 DA tarif étudiants)Les chèques en euros sont à établir au profit de l’A.E.M., ceux en DA au nom de A.D.A.Pour les versements d’un montant supérieur à l’abonnement annuel, veuillez préciser, le cas échéant, si votre participationdoit être considérée comme un abonnement de soutien. La Semaine Religieuse d’Alger n° 6 - juin 2009 - page 172