Your SlideShare is downloading. ×
Son nom est unique
Son nom est unique
Son nom est unique
Son nom est unique
Son nom est unique
Son nom est unique
Son nom est unique
Son nom est unique
Son nom est unique
Son nom est unique
Son nom est unique
Son nom est unique
Son nom est unique
Son nom est unique
Son nom est unique
Son nom est unique
Son nom est unique
Son nom est unique
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Son nom est unique

230

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
230
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Zekeniam YIsraEL Sherut haRitztzuy (le ministère de la réconciliation) par qui nous avons maintenant reçu la (Expiation) Réconciliation de lHaRitztzuy de DvarQue ce jour soit un jour de réconciliation et de régénération ( HaYaH (He was), Howeh (He is), and Yihyeh (He will be). I AM Mon Mémorial de génération en génération". Shemot 03:13-16 Cest mon nom pour toujours,
  • 2. YaHuWaH, les de la ALuaHiYM de votre père Abraham, Yitzchak [Isaac], et Yaaqob [Jacob], ma envoyé vers vous. Cest mon nom pour toujours, et cestmon Mémorial de génération togeneration. » « Second livre 6:3, » et je me suisprésenté à Abraham, à Yitzchak, et Yaaqob comme hashadday [tout-puissant]. et mon nom, YaHuWaH, ne était pas connue (célèbre) pour eux. est son nom. Le ministère de la réconciliation Message de réconciliation Torah shBichtav (Torah écrite) Qui a des oreilles pour entendre, quil entende « Sola Scriptura » (lEcriture seule fait autorité pour la foi) (en son nom) YaHuWaH [Yah - hoo-Wah] est le nom du créateur. YaHuWSCHuA
  • 3. (YaHuWSCHuA) est son fils ALuaHiYM [Heem-u-Al - ALHYM] signifie « Puissants » ou « Power » Qadosh moyens ensemble-apart, Pure. Kodesh (Qodesh) signifie aussi « Set-apart »Ruwach (esprit) est le nom de Serge (hébreu) pour sa « présence », décritcomme le conseiller, dassistance et avocat, celui qui « procède du père » ALef and BeytLe Mashiyach réalise la plénitude du nom de son père avec tous les quatre lettres et donc le nom de la Mashiyach est
  • 4. Ayin Vav Shin Hei Hei Vav Hei Yod (Hébreu se lit de droite à gauche) Une voie du ciel ici Voici, une échelle a été créée vers la terre, et son sommet atteint jusquaux cieux. Voici, les messagers de Aluahiym étaient ascendantes et descendantes sur elle ! Lélection divine du Yaʽaqoḇ, ainsi que le Ruwach de sa vie intérieure et le travail de sa foi, apparaît dans une lumière brillante dans son émigration, son rêve et son vœu. Mattiyahu 17:5 Alors quil ne parlait encore, voici, un nuage lumineux (Shekinah) eux dans lombre. Voici, une voix sortit de la nuée, disant: «celui-ci est mon Ben bien- aimé, en qui je me complais. Tenir compte de lui ! « Et Ruwach HaQadoshdescendit sur lui sous une forme corporelle à la ressemblance dune colombe ; et une voix vint du ciel, disant : "Tu es mon fils bien-aimé. En toi je me complais. » Le sperme de YaHuWaH Voici, mon serviteur (Zach. 3:8), que je défends mon choisie, en qui mon être ravit jai mis mon Ruwach sur lui. Il doit apporter la justice aux nations. Maintenant la naissance de YaHuWSCHuA haMashiyach était comme ça ;daprès sa mère, Miryam, était fiancée à Yahuwseph, avant ils se sont réunis, le Ruwach HaQodesh trouvée enceinte. Mais quand il a pensé à ces choses, voici, un messager de YaHuWaH [YHWH - je suis celui qui existe] lui apparut ensonge, disant: « Yahuwseph, fils de Dawiyd, nhésitez pas à prendre vous-même Miryam, ta femme, car ce qui a été engendré en elle vient de la haKadosh Ruwach. Et regardez ! Elle doit sortir un fils. Tu lappelleras son nom YaHuWSCHuA, car cest "Celui qui sauvera son peuple de leurs péchés"."
  • 5. Yahuwseph est née de son sommeil et firent ce que le Messager de YaHuWaH lui avait ordonné et a pris sa femme à lui-même ; et elle savait pas jusquà ce quelle avait amené son Ben, le premier-né. Il nomma lui YaHuWSCHuA. (cest la signification exacte de son nom en Ibriy... Yahuw + shuwah = je suis celui qui sauve) Fiancée: similaire à lengagement, mais considéré comme aussi contraignant que le mariage, comme cétait un gage et donc la première étape du pacte conjugal. Une cérémonie « mis la femme à part » à cet homme ; Il a ainsi tenu un projet de loi de divorce pour rompre, ainsi que le retour des cadeaux et de compensation pour la dégradation publique ; beaucoup dhommes ne serait pas disposé à épouser une femme qui avait ainsi été montrées du doigt. (Ben-David) Avant ils ont consommé: Hébreux, "avant son arrivée en elle". Selon Luc, dès que le Messager la informée quelle était à un fils, elle est allée à où Ali- shaba - la mère de fit - a vécu et est resté avec elle pendant 3 mois - donc quand elle est revenue elle serait ont été "montrant". Publique exemple : Hébreux, « divulguer ou calomnie lui ». La procédure en cas de fornication(Deut. 22:23ff était la lapidation. Ne souhaitait pas cela sur lui, il savait que ceserait le cas si il son exposé. Que Yahuwseyf était juste encore ne suivrait pascette Torah règlement peut provenir du fait que la prétendue autre hommeimpliqué na pas été trouvée ou quil avait confiance Miryam assez de croire enpartie son Engendré... Ruwach: Hébreux, « de la Ruwach de Set-isolement,parce que dès le Ruwach de Set-isolement quelle a conçue. " "[Cest pourquoimon maître lui-même vous donnera un signe Luke 02:34, Look! La Vierge [deYISCHRaEL] est enceinte, on porte un Ben et elle appellera son nom"Immânuw Al (le pouvoir avec nous)!" YashaYahuw 07:14] pris: a traversé avecla deuxième étape du mariage. Il est fréquent en Hébreu pour parler de tout leprocessus comme « prenant une épouse et épouser pris: a traversé avec ladeuxième étape du mariage. Il est fréquent en Hébreu pour parler de tout leprocessus comme « prendre une épouse et épouser ».Normalement dans la culture hébraïque le mariage est consommé dans unepièce séparée, alors que les invités célèbrent à proximité, et le « ami de lépoux» écoute le marié à crier au sein de la chambre que le mariage a étéconsommé, puis transmet le message pour les invités de fête. (LuYahuwchanan 03:29 dans le contexte de cette coutume.) Cependant,Yahuwseph agi différemment dans ce cas, peut-être parce quil savait quecétait si unique, même si la légende que Miryam restait une vierge toute sa viedécoule clairement pas de lécriture, mais dune confusion avec certainsmythes gréco-romain qui a abouti après que Constantin a brouillé la vérité àtravers permettant aux thèmes chrétiens simplement prendre la place depagan existante celles. Le premier-né : le fait quil ne dit pas « son premier-né »
  • 6. signaux du fait quil sagit dun titre avec une référence plus large quesimplement les descendants de Miryam. Shaul picks up sur ce thème enappelant YaHuWSCHuA le « premier-né de plusieurs frères, » cest-à-dire, filsde Aluahiym (Rom. 08:29 ; Comparez Hébreux 12:23) et non seulement cela,mais le « premier-né de toute la création » (ce qui implique les deux prioritédans le temps et lÉtat, 01:15). Juste après cela, il est appelé « le premier-né[qui, en Hébreu, serait également prémices] dentre les morts » (01:18) ; sonascension a eu lieu le jour de la fête des premiers fruits après une résurrectiondu Shabbat. (cf. 1 Cor. 15:20-23). Colombe (Ruwach HaQodesh) YaHuWSCHuA, quand il a été immergé, est passé directement de leau : et voici, la shamayim souvrirent à lui, et il a vu la haKadosh Ruwach YaHuWaH descendant la ressemblance dune colombe et reposait sur YaHuWSCHuA. Hovered"ou"couvés", comme une colombe attend sur elle éclos jeunes jusquà ce que tout est en place Et la terre est venu à être dévasté et ruiné. ["la terre est devenue tohu et bohu] Ténèbres était sur la surface de labîme. ALuaHiYM Ruwach/souffle était en vol stationnaire au-dessus de la surface des eaux. Cette phrase pouvait lire « Un Ruwach de Aluahiym intervint délibérément sur... » Mais il ny a aucun article défini ici, et Aluahiym est parfois utilisé comme un adjectif superlatif (en parallèle en anglais avec des mots tels que "YaHuWaH-like"). « Tressaillirent » peut également être traduit « oscillait » ou « couvés », comme une colombe attend ses jeunes éclos que tout est en place. Sur un plan plus métaphorique, « une ruine et désolation » pourraient être traduit « un espace vide et un vide ». Dautres formes du mot pour « transformer » ou « créer » (v. 1) signifie "couper" ou « faire gras ». Continue lerécit mystique : lun sans fin, désireux de partager lui-même, tout en étant toutce quil y avait, navait personne pour communiquer avec, il a créé un « vide »-- un espace à lintérieur de lui-même, qui nétait « pas lui-même », donc ilpourrait le remplir avec les créatures qui pourraient connaître et profiter de lui.Ventre de la mère est une excellente illustration de cette idée. Dans cet espace vide, il envoya un point unique de lumière, le montant maximal de sa nature qui ce nouvel univers pouvait tolérer encore: (YaHuWSCHuA) Puis il envoya une colombe de lui, pour voir si les eaux avaient reculé de la surface du sol. La colombe vint à lui dans la soirée, et voir, une feuille dOlivier fraîchement cueillie était dans sa bouche. Dix, la valeur numérique de lYod, est aussi le nombre des commandements (littéralement « déclarations ») révélé par YaHuWaH à son peuple YISCHRaEL au Sinaï. Tous les commandements, et en fait toutes les lettres de la Torah,posséder le pouvoir de la « little qui détient une grande partie » ; chacun est un canal pour la révélation de la lumière infinie YaHuWaH en réalité finie.
  • 7. Le père YaHuWaH est Ruwach, un YaHuWaH invisible ; Il est un et invisible.Yod comporte trois parties : un volet vers le haut à YaHuWaH, une fourche vers le bas à lhomme et le milieu reliant le ciel et la terre. Par conséquent, la main invisible du YaHuWaH relie ciel et terre. Le Talmud explique que YaHuWaH acréé lunivers avec la lettre et qui forment son nom divin ; avec le Yod He a créé le « monde à venir » (Olam Haba) alors avec le bon, il a créé ce monde (Olam Hazeh). Yod est utilisé dans la Torah comme la vie éternelle à venir. Yod = main/bras fermé... Droitière), achèvement, « bouclée », infini, travail, un acte pour rendre,persistance, présence métaphysique (Yah), perfection physique ou ordonnée, puissance. -------------------------------------------------------------------------- Un clou sur une porte de la tente ----------------------------------------------------------------------------------------------------- ---- Foin/Heh = Voici / Hey a une valeur numérique de cinq. La gematria = 5. Cinq est le nombre de la grâce. Comme cinq, elle reflète la Torah (cinq livres de Moïse). « le... »Fenêtre, souffle ou Ruwach de YaHuWaH, Ruwach HaQodesh, Ruauch HaKodesh, grâce, foi, la miséricorde, de montrer, révéler, « la » est féminine lorsquil est utilisé à la fin dun mot. 1 cor 6 19 Ne sais-tu pas que tu es un lieu dhabitation de YaHuWaH, et Ruwach de cette YaHuWaH habite en vous ? Col 2; 14 Après avoir effacé le certificat de dette contre nous – par les dogmes – qui sélevait contre nous. Et il a pris de la route, après avoir cloué au pieu. Exo_21:6 puis son maître doit lui apporter à Aluahiym et lui mettent à la porte et lechambranle et son maître doit percer son oreille par avec un poinçon, et il doit lui servir pour toujours. Le maître ne peut pas percer juste son oreille, même si lesclave a exprimé cette intention ; Il faut par voie judiciaire officiel, donc il ne fait aucun doute. Il a littéralement sattache à la maison, au moins pour quelques secondes !Certains disent quils mettent une boucle doreille dans le trou plus tard commeun rappel symbolique ; ce détail nest pas donné dans les Ecritures. Combien de
  • 8. personnes seraient disposés à le faire aujourdhui ? Les gens nont pas tendent à se soumettre à lautorité comme ceci ; Si le prédicateur va deux minutespassé midi, ils vont à léglise une autre ! Ils veulent que leurs oreilles chatouillé, ne pas percé ! Mais il sagit dune belle chose. Mais ce nest pas une décision temporaire ; une fois quil a fait ce choix, il ne pourrait pas être inversé. Il commet encore sa lignée toute servitude à cette famille sauf sils deviennent tellement doués quils peuvent acheter leur propre liberté. Donc il devrait être effectué uniquement à la fin de ses six ans alors quil a le temps de sassurer que sa femme ne va pas se pour révéler à quelquun, quil ne tiendrait pascompte lui-même « coincé avec ». Ici la septième année, lesclave a eu le tempsde surmonter la honte initiale dêtre un esclave et a eu amplement le temps de voir comment bienveillant est de son maître. (Matthieu 20:25ff) Il ne devrait pas prendre un tel engagement absolu dès le début. Après tout, elle peut impliquer changeant des tribus, mais aussi des ménages. Mais lorsque larelation arrive à maturité, il peut voir que cest vraiment un meilleur choix pourlui servir plutôt que dêtre « libre » comme un maître de sa propre maison, où il agit à soi seul. (Comparer Mark 09:35 ; 10:44.) Un bon exemple de ceci peut être vu dans ceux qui changent leur citoyenneté à YISCHRaEL par amour pour tout ce quil représente, bien quils aient beaucoup davantages à vivre où ils le font. Le maître devient également son frère, bien quil soit toujours au-dessus de lui en situation dautorité. (Yohanan 15:14-15) Il laisse toutes ses autres préoccupations. En revanche, si lon choisit de servir Mammon (dans lequel YaHuWSCHuA inclut même inquiéter les besoins fondamentaux comme la nourriture et des vêtements), tous nous serons est asservie, avec aucun des autres avantages. Juges : Heb, élohim. (Le terme peut se référer à YHWH, maisce contexte fortement suggère des autorités locales et allait libérer une grande partie de la confusion quant à comment YaHuWSCHuA, un homme, peut être appelé "elohim".) Les poteaux sont les placeupon qui YISCHRaEL est commandé dinscrire les mots de la Torah [enseignement]. (Deut. 6) Il y aurait encore de sang sur le chambranle (comme en Egypte), lui rappelant que nimporte si réduits en esclavage, comme un YISCHRaELite il était vraiment libre. Notre relation à YHWH commence par la commande « entendre », si loreille est lendroit approprié pour porter ce rappel dont nous avons choisi dappartenir à. Se pour engager à la maison signifie sengager sur les décisions de la maison, qui sont écrits sur les poteaux, pour dire: « jentends ce que vous dites! » Philippiens 2:5-9 Avoir ceci dans votre esprit, qui était aussi à lintérieur haMashiyachYaHuWSCHuA, qui, lorsquil était semblable à celle du Aluahiym, na pas tenu ce péché dêtre légaux de Aluahiym encore déshérité lui-même, a assumé la ressemblance dun serviteur et en devenant semblable aux hommes et a été
  • 9. trouvé dans le mode « comme un fils dAdam » [Daniel 7: 13]Il sest humilié lui- même, devenant obéissant jusquà la mort, oui, même la mort de lenjeu. Cest pourquoi YaHuWaH aussi hautement souverainement élevé et a donné à lui changer le nom qui est au-dessus de tout autre nom ; Le serviteur, dans létat de servitude, était un emblème de cet état de servitude pour dettes au péché, haSatan et à la Loi, dont lhomme est amenée par voler YaHuWaH de sa gloire, de la transgression de ses préceptes. De même, en étant affranchis, il était un emblème de cette liberté par laquelle YaHuWSCHuA, le fils de YaHuWaH, rend libre de lesclavage à son peuple, qui sont libres en effet ; et le fait librement, sans argent et sans prix, de la grâce libre. Sceptre dun roi à la tente, dont la tête sétend dans les deux sens et apparaît ainsi comme une couronne Le clou sur la porte Le clou sur larbre de haMashiyach YaHuWSCHuA qui sont venus dans sa maison et a reçu le sceptre du roi dès avant sa maison des pères Trois affectés, chacun avec un yuds quatre sur le dessus et la hausse dun point de base commun. 7 La flamme éternelle La lettre SHIN, équivalent au nombre de trois cents dans lalphabet hébreuet représente la puissance Divine telle quelle est la première lettre des deux les noms de YaHuWaH. Shaddaï, un des noms de YaHuWaH, commence par la lettre SHIN. Le mot Shaddai est généralement traduit en anglais sous le nom « tout-puissant ». Le SHIN apparaît sur les téfilines sous deux formes : sur le côté gauche decelui porté sur la tête, la lettre est gravée avec quatre petits, tandis que sur lecôté droit de celui utilisé pour le bras, la version standard de trois têtes de lalettre est utilisée. Ces deux formes représentent les deux types de la sagesse Divine : le révélée et le caché.
  • 10. La lettre SHIN fait allusion au Shabbat, le septième jour de la création. Ce jour signifie repos absolu de la semaine de travail et est rempli de paix et de tranquillité. La lettre SHIN signifie shalom, qui dénote la paix et la perfection Shin est la lettre de feu Il a 2 flammes Alef shin Il parle de la grâce dans les yeux YaHuWaHs Tehillim 23:4 Oui, bien que je marche dans la vallée de lombre de la mort, Je ne crains aucun mal : car tu es avec moi ; ta houlette et ton bâton ils me consoler. » Yahrushalom YUD, resh, vav, yod, shin, lamed, mem sofi Les vallées de Yahrushalom forment la lettre hébraïque Shin : Vallée du Cédron (Vallée de lombre de la mort) Au cours de la fête des Tabernacles pendant la nuit, quatre lampes à lhuileénorme brûlaient dans la Cour du Temple. Chaque lampe a quatre grands bols dhuile sur les stands de hautes, avec mèches fabriqués à partir de vêtements usés des prêtres. Il est écrit que « il y navait pas une Cour de Yahrushalom qui ne reflète pas la lumière"(Mishna, Soukkoth 5:3). Les lumières se voyait tout au long de la Yahrushalom ; mais en raison de la profondeur et langle, la vallée du Cédron est resté dans lombre. La vallée du Cédron possède plusieurs sites funéraires, car beaucoup croient que larésurrection commencera là. Pour ces raisons, il est dit que la vallée du Cédron a été appelée la « vallée de lombre de mort, » comme dans le Psaume 23:4.
  • 11. David probable a écrit le Psaume 23 lorsque fuyant son fils Absalom (un type du faux Messie), à travers la vallée du Cédron - 2 Samuel 15. Le Psaume 23 est probablement une référence prophétique au Messie, Yeshua, qui a été arrêté dans le jardin de Gethsémané, puis porté à Yahrushalom, dans lensemble de la vallée du Cédron. Yeshoua probablement prié Psaume 23 à cet instant. Vallée du Tyropoeon La vallée du Tyropoeon robuste sépare le mont Moriah de la montagne de Sion et a été engendrée par des ponts, plus particulièrement de Sion pont, reliant le palais royal sur le Mont Sion au Temple. Un fragment darche de ce pont, appelé « Arche de Robinson », a été découvert par lhistorien Edward Robinson en 1838 Vallée de la Géhenne Le nom de la vallée de la Géhenne en Hébreu est GeHinnom, « Géhenne ». Géhenne sassociée à un tourment éternel (létang de feu) parce que les sacrifices infantiles détestables à Moloc a eu lieu il y. Géhenne est traduite « enfer » dans la version KJV (Matthew 05:22, 29).Géhenne est la vallée de labattage qui servira à lavenir (fin des temps) comme un lieu dabattage, de flammes et de punition pour les méchants : Décombres de bâtiments détruits avaient rempli un peu dans les vallées même en temps dYeshoua -Jérémie 19:6. Cest pourquoi voici, les jours viennent, dit YaHuWaH, que cet endroit doitnon plus être appelé Tophet, ni de la vallée du fils de Hinnom, mais de la vallée de labattage. »- « Mon nom sera là... » -1 Rois 08:28-29 « Que tes yeux soient ouverts vers cette maison jour et nuit, même vers la place dont tu las dit, mon nom sera là : que tu pourras écouter la prière que ton serviteur fera en ce lieu. » Il est intéressant que les trois vallées forment la lettre hébraïque « Shin ». Une version moderne du tibia est montrée dans limage ci-dessus. Le Shin représente le nom de YaHuWaH comme dans « El Shaddai » (YaHuWaH tout- puissant). « Shaddaï », écrit en Hébreu ydc, dénote le caractère de YaHuWaH, quil est tout-puissant. Cest comment YaHuWaH sest révélé aux Patriarches the dans Exode 6:2-3. Le Shin représente de même nom de YaHuWaH et decaractère sur les Mezzuzot qui sont placés sur les poteaux, comme la ordonnédans Deutéronome 6:9: « Et tu seras écrivez-les sur les poteaux de ta maison et sur tes portes. »
  • 12. Un pilier. Une verticale de lhomme. (justice) VAV : connexion Au début de la création, quand la lumière infinie rempli toute la réalité, YaHuWaHcontracted sa lumière pour créer un espace vide creux, comme il étaient, le « lieu » nécessaires à lexistence des mondes finis. Dans ce vide Quyahuwah a attiré vers le bas, au sens figuré, une seule ligne de lumière, dela Source infinie. Ce rayon de lumière est le secret de la lettre vav. Si la ligne estsingulier en apparence, il possède néanmoins des deux dimensions, un externe, mais aussi une force interne, chacune dentre elles prenant part au processusde création et de linteraction continue entre la puissance créatrice et la réalité créée. En Hébreu biblique, la lettre vav possède également la fonction dinvertir lapparent du verbe un verbe à son contraire du passé au futur, ou du futur au passé (vav hahipuch). La première apparition de ce type de vav dans la Torah est la lettre vav » qui commence le mot vingt-deuxième du récit de la création » et YaHuWaH dit... » Il sagit de la première explicite en disant des dix parolesde création: « et YaHuWaH dit [le verbe « dit » inversée de lavenir au passé parle vav au début du mot--« Et »]: "Let there be light", et il y avait de la lumière. " Le phénomène de la lumière perçant lobscurité de la tzimtzum, la contraction primordiale, est lui-même le secret du temps (futur passé devenant) qui imprègne lespace. Dans le service divin dun YYISCHRaELite, le pouvoir de tirer de lavenir dans le passé est le secret de teshuvah (« repentance » et « retour auxYaHuWaH ») de lamour. Par teshuvah de la peur, ses transgressions délibérées deviennent comme des erreurs ; la gravité de ses dernières transgressions devient partiellement sucrée, mais pas complètement changée. Cependant, quand un juif retourne dans lamour, ses transgressions délibérées devient comme les mérites réels, pour la conscience même de distance de YaHuWaH résultant de ses transgressions devienne la force motrice de revenir àYaHuWaH avec passion encore plus grande que celle de celui qui navait jamais péché. « Et tous vos pays sont des « tzadikim » ; pour toujours, ils hériteront de la terre. Une religieuse allongée avec une enwedged vav ou ZAÏN. Le navire de la religieuse reçoit la bénédiction de YaHuWaH, le vav.
  • 13. Les deux yeux et des nerfs optiques entrant dans le cerveau. Loeil droit regarde vers le haut le samech ; loeil gauche regarde vers le bas à lî. « Elle [la terre de YISCHRaEL] est la terre qui YaHuWaH votre YaHuWaH cherche ; aux yeux de YaHuWaH votre YaHuWaH sont toujours [regarder], depuis le début de lannée à la fin de lannée. » Le cycle annuel, du début à la fin ("enwedged de fin à début"), évoque « le cycle sans fin, » le secret de la lettre samech, comme expliqué ci-dessus. La Providence divine, les « yeux » de YaHuWaH dans le contrôle du cycle, est le secret de la lettre suivante, ayin, qui signifie « œil ». Bien que la révélationprimaire de la Providence surnaturelle est dans la terre de YISCHRaEL, le juif en exil est commandé pour créer quelque chose de sa sainteté dans chacune de ses stations de Diaspora en reconnaissant la Providence Divine, où quil soit. En entrant dans les terres de YISCHRaEL, la deuxième ville dêtre conquis par Joshua a Ia, orthographié ayin-yud, forme abrégée dayin (ayin-yud-nun, leschutes de nonne) « the Eye ». Jéricho, la première ville à être conquis, vient du mot hébreu reiach, le sens de lodorat. En né on nous apprend que lorigine delodorat est en keter, la sensibilité super consciente, enjoignant à la motivationde la volonté. Le mot hébreu pour « la terre, » eretz, dérive le mot ratzon, « will », comme nos Sages enseignent: « Pourquoi est-il appelé eretz ? Parce quilveut pour faire la volonté de son créateur. » Vue est le premier sens conscient, correspondant à la sefirah de Hokhma, « sagesse ». Dans la conquête de Jéricho, ACAN - associé à layin mot [le kaf dAkân égale en gématrie lorthographe complet du Yod (yud-vav-dalet) dayin, 20] - convoité butin interdit. Le résultat tragique a été la défaite initiale deYISCHRaEL à la bataille de « loeil ». La cupidité est la tache spirituelle de la vuede le œil. Seulement quand le péché de convoitise a été rectifié était « the Eye », donné au peuple juif. Après la défaite initiale, Joshua tomba sur sa face au désespoir, mais a été commandé par YaHuWaH : "Rise, sanctifier le peuple... Il y a une chose maudite au milieu de toi, YISCHRaEL ; vous ne pourra sélever devant vos ennemis, jusquà ce que vous lenlevez de votre milieu. » Joshua a dit de « lever » si les gens étaient incapables de « rise ». Cela fait allusion au secret de deux cercles concentriques de la samech lettre : le cercle extérieur, statique soutenant la chute de la religieuse et le cercle intérieur, dynamique réalisé, en fin de compte, par la Divine Providence de layin. Il complète lorthographe dégal à égal la lettre ayin 130 ou 5 fois 26, 26 étant la valeur de la Havayah nom Havayah est la prononciation utilisée pour essentiel nom du YaHuWaH sécrit avec quatre lettres‫(י־הוה‬Yod, hei, vav, hei). Havayah est le plus sacré de la noms de YaHuWaH. Bien quaucun nom nepeut pleinement exprimer essence de YaHuWaH, Havayah se réfère à lessence
  • 14. de YaHuWaH. Cest pourquoi il est parfois dénommé « le nom essentiel » ( ‫ ,)ה‬ou "le nom unique" ( ‫ ,)ה י‬ou "le nom explicit" ( ‫.)ה‬ La gématrie de Havayah est 26 = 2 • 13, où 13 est la gématrie de « un » ( ). Ainsi, lorsque nous récitons le Shema, « Hear O YISCHRaEL, Havayah est notre YaHuWaH, Havayah est lun, » nous exprimons également la relation entre ces deux mots. Leur ratio de 2:1 symbolise lunité absolue de YaHuWaH et création, conformément au principe de lunification appelé ensemble et demi. En raison de sa grande sainteté, ce nom ne peut être prononcé que dans le Saint Temple, et sa prononciation correcte ne connaît pas aujourdhui. Pour cette raison, nous nous référons à ce nom par soit le mot Hashem, qui signifie simplement "le nom", ou Havayah (‫ ,)הוי־ה‬un des permutations de ses lettres. En anglais, ce nom est dénommé le Tétragramme, ce qui signifie le nom de quatre lettres, parce quen Hébreu, il sécrit avec quatre lettres. Dans le premier des deux versets qui contiennent les treize principes de la Miséricorde Divine Shemot 34: 6-7 YaHuWaH passèrent devant lui et proclama: « YaHuWaH, (Havayah) YaHuWaH (un Al compatissant et montrant favor, lent à la colère et abondant en bonté et en vérité, gardant bonté pour des milliers, loin de roulement perversité et rébellion et le péché; mais ne sera en aucun cas acquit le coupable, qui punis liniquité des pères sur les enfants et les enfants, sur la troisième et la quatrième génération." Cette libération et portant loin notre péché est presque toujours mal traduit« pardonner » dans les traductions de mise en place, ce qui signifie des acquis.Pour nous qui croient en son nom, il a payé notre peine, portant loin la punition lui-même, ce qui prouve encore quil est YaHuWaH. » (PS pour le reste) 1 Philippe 02:24 Qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bûcher de lexécution, que nous, étant mort pour les péchés, vivions pour la justice ; par goutte à goutte de sang dont les plaies vous ont été guéris. Une façon désigne YaHuWaH essence car elle se manifeste dans la création. Linverse se réfère à son essence car elle transcende la création. Nous ne pouvons pas saisir le sens du niveau supérieur, transcendant de YaHuWaH essentielles nom, car en effet il est au-delà de notre conception même de la signification. Mais la signification de YaHuWaH nom essentiel que manifeste dans la création peut être comprise. En fait, étymologiquement, lenom de Havayah est dérivé de la racine hébraïque ‫ ,היה‬la forme de la racine du verbe "to"be. La forme grammaticale du nom signifie « rendre possible lexistence. » Ainsi, YaHuWaH nom essentiel, manifeste dans la création, peut être compris comme signifiant, « Celui qui apporte en permanence des [toute
  • 15. réalité] à lexistence. » En conséquence, toute vie et existence peut se concevoir dun processus qui se déroule en quatre étapes qui correspond aux quatre lettres du nom essentiel YaHuWaH. Havayah reflète aussi la puissance Divine de la recréation continue de toute réalité (à travers le processus créatif de 4 étapes décrite ci-dessus). La source de cette puissance Divine est le sefirah de sagesse comme mentionné dans le verset, « Havayah avec sagesse fondée la terre. » < ref name = « établi » >Proverbes 03:19 </ref> la première manifestation de ce pouvoir est la création du temps (raison pour laquelle, la sagesse correspond à la dimension de temps). La principale manifestation de Havayah dans création correspond à la sefirah de la beauté, le sefirah central de laxe central. À ce titre, Havayah est reflète YaHuWaH attribut de la miséricorde, lexpérience intérieure etmotivateur du sefirah de beauté. Dans la Torah, que cest la façon la différence entre le nom de YaHuWaH dans les comptes de premiers et deuxième de la Genèse est expliquée. Alors que dans le premier récit de la création que saffiche uniquement le nom de Elokim, dans la seconde compte le Havayah précède la Elokim, création dun nom composé, Havayah-Elokim. Les sages expliquent que YaHuWaH intention première était de créer le monde conformément à son attribut darrêt strict, mais vu que le monde serait insoutenable. Par conséquent, il a ajouté son attribut de la miséricorde (représentée par le nom de Havayah) et placé avant son attribut darrêt strict (représenté par le nom de Elokim). Puisque Havayah se réfère à lessence YaHuWaH comme le créateur (continu), il sensuit que le sefirot sont une manifestation de ce nom. En dautres termes, les dix sefirot peut être comprise comme une révélationexplicite du processus divin même quatre étapes de création codé dans le nom de quatre lettres. La première lettre de Havayah, lyod (‫ )י‬est connu dans la Kabbale comme un "point formé », sens que si elle ressemble à un petit point, il est toujoursbien formé. La nature ponctuelle du Yod symbolise graphiquement la phase decontraction. Conceptuellement, il correspond à la sefirah de la sagesse, dont le caractère séminal est comparé plusieurs fois jusquà un point de potentiel à travers lequel quelque chose entre dans la réalité. Sagesse sert de point dentrée pour lénergie intellectuelle de pénétrer lesprit. La seconde lettre de Havayah, hei (‫ )ה‬est dessinée avec trois lignes, qui représentent lexpansion du point du yod dans les trois dimensions spatiales.Sur le plan conceptuel, il est parallèle à la tâche du sefirah de compréhension : pour développer le point séminal dénergie qui est le sefirah de sagesse. En raison de leur partenariat durable, la sagesse et la compréhension sontassimilés à un père ( ) et mère ( ). La mère, symbolisée par la lettre hei,
  • 16. est imprégnée par le point séminal dénergie donnée par le père. La mèrerenferme des semences du père de la sagesse et il nourrit en son sein. Le fœtus de compréhension grandit et se développe dans lutérus jusquau développement complet, prêt à être né en réalité. La troisième lettre de Havayah, le vav (‫ )ו‬ressemble à une ligne verticale qui sétend vers le bas, reliant les royaumes supérieurs à la basse. À ce titre, il symbolise graphiquement la phase dextension. La valeur numérique de lalettre vav est 6 et elle correspond à la six sefirot émotive damour bienveillant à la Fondation, qui sont collectivement connus en tant quattributs (midot). Sappuyant sur limagerie de la sagesse et de compréhension en tant que père et mère, les six attributs sont considérés comme les fils nés du ventre de la mère. Puissance du vav dextension lui permet de transporter la réalité cachée daccord (le premier « HEI ») dans la réalité révélée, représentée par le sefirah du Royaume, ce qui correspond à la deuxième « Hei ». Comme dans le premier « HEI », les trois lignes de la lettre représentent les trois dimensions spatiales, mais cette fois-ci, notre réalité imminente et révélée, également connu sous le nom de YaHuWaH Royaume sur la terre. Dans la Kabbale, la matriarche, Leah, qui a donné naissance à six fils et une fille représente la figure de la mère. Dun point de vue conceptuel, le deuxième « Hei » est assimilé à la fille de la famille. Absent de cette correspondance est le sefirah de couronne. Couronne représente ces choses, comme le super-conscious, qui sont transcendants ou antérieur à notre réalité perceptible. En effet, bien quil ny a aucune lettre qui représente le sefirah de couronne directement, il est (correctement) fait simplement allusion pour par la pointe supérieure du Yod, première lettre. Dans la Kabbale, pointe supérieure du Yod est appelée « point informe », cest-à-dire un simple point ne posséder aucune dimension spatiale, un nom qui indique la transcendance insondable de la Couronne, auquel elle se réfère.Lyod et le premier « Hei » étant le père et la mère, la pointe supérieure du Yod pointe vers le troisième partenaire dans le mariage : YaHuWaH, qui tire la puissance infinie de procréer. La correspondance complète des lettres de YaHuWaH nom essentiel pour le sefirot est comme suit : Sur le Tefilin de la tête, il y a deux tibias en relief, un avec trois têtes et lautre avec quatre têtes. Les trois shin pommé, la forme du tibia dans notre réalité, représente le remplissage de Elokim. Les quatre shin pommé, la forme du tibia dans le monde à venir, représente la transformation de lAtbash de Havayah.
  • 17. YaHuWSCHuA ALuaHiYM YaHuWSCHuA haMaSHiYaCH En son nom Béni soit, en son nom« YHWH soit avec vous. » et ils lui répondit: « YHWH que vous bénisse ». " Nêtre ne pas aveugle à la vérité Et hinnei, deux aveugles, assis en passant côté, lorsquils ont entendu que YaHuWSCHuA passé, sécria, disant, aie pitié de nous, O YHWH, [tu] BenDavid. Un YaHuWSCHuA sarrêta, et appelé à eux et dit, ce qui va vous que jevais te fassent ils lui disent, YHWH, que nos yeux peuvent être ouvertes. Ainsi fut ému de compassion [sur les] YaHuWSCHuA et toucha leurs yeux : et immédiatement leurs yeux a reçu la vue, et ils le suivirent. Son serviteur et le vôtre Shalom en justice par la GRACE de YHWH keiYAH nätzräya
  • 18. Se souvenir de moi et de prier pour moi queYaHuWaHsera gracieux à moi etêtre miséricordieux envers mes péchés que jai péché contre lui. Que la paix soit à eux que lire et quentendre ces choses et à leurs serviteurs : Fabien et Fabien Librement vous avez reçu, gratuitement, donnez gratuitement Une règle nécessaire et de grande ampleur. Un serviteur dans le vignoble de lÉvangile, bien quedigne de son soutien confortable dans le travail. Devrait jamais prêcher pour la location, ou faire un trafic séculaire de la Ruwach (travail spirituel): quel scandale est-il pour un homme de faire le trafic avec les cadeaux dont il fait semblant, au moins, avoir reçu de la Ruwach HaQodesh, dont il nest pas le maître, mais le distributeur. Celui qui prêche pour obtenir une vie, ou de faire fortune, est coupable de la plus infâme sacrilège LAlliance de lÉternel est le Sabbat ALuaHiYM YaHuWSCHuA HaMashiyach être avec votre Ruwach

×