Your SlideShare is downloading. ×
Supply Chain Magazine Juillet 2011
Supply Chain Magazine Juillet 2011
Supply Chain Magazine Juillet 2011
Supply Chain Magazine Juillet 2011
Supply Chain Magazine Juillet 2011
Supply Chain Magazine Juillet 2011
Supply Chain Magazine Juillet 2011
Supply Chain Magazine Juillet 2011
Supply Chain Magazine Juillet 2011
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Supply Chain Magazine Juillet 2011

22,648

Published on

Les TMS à l\'aube de la maturité - interview

Les TMS à l\'aube de la maturité - interview

Published in: Business, Technology
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
22,648
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
12
Actions
Shares
0
Downloads
76
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. POUR VOS APPELS D’OFFRE Il y a l’embarras du choix en matière de progiciels de gestion du transport. Mais l’offre TMS se structure peu à peu, et surtout, gagne en maturité. En s’appuyant sur leur expérience, les éditeurs sont de plus en plus nombreux à proposer des solutions pré paramétrées afin d’éviter de se lancer dans des développements longs et coûteux. LES TMS à l’aube de la maturité es outils informatiques de la solution TMS », explique par exem- L gestion du transport, autre- ment appelés TMS (Trans- port Management System), auraient-ils franchi une étape ? En discutant avec les diffé- rents éditeurs, il semble en tout cas que la phase d’ «évangélisation » soit ple Jean-Christophe Cuvelier, Direc- teur Etudes & Développement chez Alis-International. Sauf que jusqu’à présent, la plupart des entreprises n’avaient qu’une vague idée de ce qu’un progiciel pouvait apporter à leur problématique transport. « J’ai le plutôt derrière eux. Bon nombre d’en- sentiment que l’offre TMS s’est clari- treprises ont désormais conscience des fiée en quelques années », nous confie gains potentiels et des optimisations Ezio Ujetto, Responsable Produit sur le maillon du transport : taux Supply Chain Execution chez A-Sis. de remplissage, regroupement des Selon lui, il y aurait actuellement commandes, meilleure productivité trois grands types de TMS. Première- des tournées, contrôle des factures, ment, ceux conçus pour les sociétés amélioration du service client, etc. BtoC (VAD, e-commerce notamment), ©RICHARD VILLADON-FOTOLIA « Compte tenu des réductions de coûts essentiellement des chargeurs, qui uti- liées à la mise en place du contrôle lisent plutôt la messagerie et l’express, facturation (3 à 5 % sur le budget et où la problématique principale est transport la première année), à la pro- de pouvoir affecter aux marchandises ductivité administrative et à la pro- le meilleur transporteur en termes de ductivité achat, il est raisonnable de coûts ou de qualité. Deuxièmement, penser atteindre la première année les TMS adaptés aux besoins des une économie entre 10 et 15 %, plus sociétés BtoB dans la grande distribu- proche des 15 % si les appels d’offre tion ou la distribution spécialisée qui transport n’étaient pas systématisés et ont de gros volumes à expédier par la industrialisés avant le déploiement de route entre leurs centres de distribu-72 N°56 ■ SUPPLY CHAIN MAGAZINE - JUILLET-AOÛT 2011
  • 2. tion et leurs magasins, en palettes ouen gabarits, avec des problématiquesd’optimisations de tournées et dechargement. Enfin, les TMS « grandimport », où la problématique princi-pale est d’optimiser et de tracer les ©OMP INFORMATIQUEflux multimodaux (par bateau, train,camions, avions) depuis les usines defabrication jusqu’au client. « A-Sis sepositionne sur les deux premières caté-gories, respectivement avec Transport encore déroutante. « Dans la pratique, maturité de l’offre, avec notammentOrder Optimizer et Shipping Manager », le taux d’équipement en TMS est vrai- l’apparition de modules orientés routeprécise-t-il. ment très faible. Sur nos 200 clients chez plusieurs éditeurs de WMS, et ou prospects, moins de 10 % possè- d’autre part, un marché émergeant,Y voir plus clair dans l’offre dent un TMS. Autant les gens savent plus discret, celui des TMS à l’inter-« Le TMS est sorti de la zone d’ombre. ce que fait un WMS, et quasiment national, qui concerne les flux mari-Les entreprises sont de plus en plus tous les entrepôts de plus de 5.000 m2 times et aériens.conscientes des fonctionnalités détail- en sont équipés, autant pour le TMS,lées offertes par l’outil et de ce qu’elles il y a une multitude d’offres et aucune Diminuer le ticket d’entréepeuvent y trouver en standard : planifi- n’est globale. Ce n’est pas évident de Outre la visibilité sur les fonctionnali-cation, pré facturation, tracing, etc.», s’y retrouver et la demande de conseil tés, l’autre frein principal au dévelop-constate Alexandre Morel, Directeur est réelle ». Selon Jean-Christophe pement des TMS dans les entreprisescommercial et marketing d’Acteos. Cuvelier, il convient d’opérer une dis- est la réticence à s’engager dans unPour d’autres observateurs, comme tinction entre deux types de marchés projet informatique long et coûteux,Alain Borri, Fondateur du cabinet de pour le TMS : d’une part le national, en matière de licence et de joursconseil en transport BP2R, l’offre reste routier, sur lequel il observe une vraie hommes. « Le ticket d’entrée et le temps JUILLET-AOÛT 2011 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE ■ N°56 73
  • 3. POUR VOS APPELS D’OFFRE de mise en œuvre décroît chaque année, affirme Emmanuel Thaunier, DG d’e-solutions. Notre TMS traite particulièrement du transport interna- tional maritime, aérien et routier, avec des interfaces vers les opérateurs internationaux comme Maersk, DHL, K+N, etc. Pour la plupart, ces inter- faces existent déjà. Dans la catégorie des PME, nous avons aujourd’hui comme clients des entreprises avec des budgets de transport autour de ©AXIODIS 200.000 à 400.000 €, pour gérer le transport de 10 à 15 conteneurs par mois. Et d’ajouter, Sur de petits déré comme standard. C’est notre certains concurrents moins présents projets, la mise en œuvre peut durer démarche FIT, pour Fast Implementa- sur ce métier », souligne Alexandre un mois, formation comprise, quand tion Toolkit. » Concrètement, chez Morel. quelques années auparavant, les cas DDS Logistics, pour une telle solution étant beaucoup plus hétérogènes, il standard, le coût moyen d’un projet Le Saas à toutes les sauces fallait trois mois. » Là encore, il chez un client « Mid Market », s’élève Une autre tendance de l’informatique convient de faire une distinction entre à 75.000 €, avec un délai de déploie- commence à jouer en faveur de la les types de projets TMS : plus il est ment de trois à quatre mois, alors démocratisation du TMS. Il s’agit du d’ordre stratégique (optimisation du qu’une solution « customisée » tour- Saas, ou Software as a service, qui schéma de transport, simulation, nait plutôt en moyenne autour de propose un paiement à l’usage ou par achat transport) et plus la phase 100.000 €, avec une mise en œuvre en abonnement, le plus souvent sur un d’étude préalable est longue. En six mois. Même souci de standardisa- serveur hébergé chez un tiers, qui revanche, les aspects facturation, tra- tion chez Acteos, qui a entamé une assure la maintenance, l’administra- çabilité, bilan carbone, peuvent béné- démarche de verticalisation de son tion, le support utilisateur et la mise à ficier d’une certaine standardisation. offre, notamment TMS, en pré-para- jour du logiciel. Avec l’avantage de métrant les modules de l’offre stan- transformer des coûts jusque-là fixes L’ère du « pré-packagé » dard et en les complétant par des (la licence, les serveurs et l’équipe L’expérience des éditeurs commence modules spécialisés métier : un TMS informatique) en coûts variables et aussi à payer. « Nous sortons un peu de « Retail » a été lancé en avril, deux d’offrir une facilité d’accès de l’outil à l’époque des pionniers, où chaque client autres pour les industriels de l’agro- ses prestataires ou à ses clients, ce qui avait une approche différente avec une alimentaire et l’industrie lourde sont n’est pas négligeable dans le cas du étape de customisation importante, pour en cours de packaging et une version TMS, notamment avec les fonctionna- entrer dans une phase de généralisation, à venir pour la pharmacie cosmé- lités de track & trace. « La progressi- énonce Jérôme Bour, PDG de DDS tiques est à l’étude. « La spécialisation vité du déploiement est un avantage Logistics. Depuis plus d’un an, nous sectorielle se ressent sur le temps de du mode Saas. Le fait d’être facturé à avons bâti des solutions pré packa- mise en œuvre. Lors dun appel d’of- l’usage facilite grandement les mises gées, pré paramétrées, qui peuvent fres récent sur lun de nos secteurs en œuvre car on peut commencer par réduire fortement le coût en termes clefs bien maîtrisé, nous avons pu faire un prototype sur des flux parti- de prestations de mise en œuvre si proposer et garantir un déploiement culiers (par exemple Shanghai -Le l’entreprise utilise un processus consi- en deux mois contre quatre ou six chez Havre ou un certain type de produits) SUITE PAGE 68 Alexandre Jérôme Gérard Morel, Bour, Berlier, Directeur PDG de Gérant commercial DDS Logistics de Teliae et marketing d’Acteos ©DDS LOGISTICS ©ACTEOS ©TELIAE74 N°56 ■ SUPPLY CHAIN MAGAZINE - JUILLET-AOÛT 2011
  • 4. POUR VOS APPELS D’OFFRE SUITE DE LA PAGE 66 avant de le généraliser, ce qui n’est pas possible quand il faut faire l’in- vestissement initial de la licence dès le premier mois », fait remarquer Emmanuel Thaunier. Thierry Genelot, qui dirige l’éditeur Urios (outil Win- trans), n’est pas convaincu. « En mode Saas, la technologie web n’est pas aussi aboutie que la technologie client/serveur et la rapidité est plus importante dans l’environnement Windows », professe- t-il. Il n’empêche, la majorité des édi- teurs de TMS proposent désormais une offre dite Saas, même si toutes ne se ressemblent pas. Certains outils ont été conçus dès l’origine sur des tech- ©IT 2000 nologies web, d’autres sont des appli- cations client/serveur « rhabillées », d’autres encore sont issus d’une refonte par an », déclare pour sa part Antoine mais ce système peu pratique a ten- totale d’un progiciel « historique » Bertrandy, Responsable commercial dance à disparaitre », nous rapporte pour l’adapter au Saas. Cela peut avoir Europe du Sud de Transwide. Les Gérard Berlier, Gérant de Teliae. des conséquences sur la modularité de offres diffèrent également sur l’aspect l’offre et sur sa capacité à accepter ou facturation. Certaines solutions sont La phase d’analyse est cruciale non des personnalisations. L’éditeur facturées uniquement à l’usage (au En revanche, le fait que la solution peut proposer une seule instance de nombre d’OT ou de conteneurs, par soit en mode Saas ne change pas le son logiciel mutualisée pour plusieurs exemple), indépendamment du nom- travail préalable d’analyse des proces- clients (avec les sécurisations de don- bre de modules activés. D’autres pro- sus et de paramétrage. « Cette phase nées associées) ou bien un logiciel posent un abonnement en fonction du est généralement sous-estimée côté personnalisé pour chaque client, qui nombre d’utilisateurs ou ajoutent un client. Mais si ce travail en amont fonctionne sur une infrastructure coût mensuel de maintenance. « Au de la rationalisation n’est pas correc- informatique et réseau mutualisée. choix, notre abonnement Saas peut tement effectué et que l’on met en Dans le premier cas, les demandes très être lié au nombre d’utilisateurs, ou place un TMS, il y a aura des anoma- spécifiques ne pourront être prises en au nombre d’expéditions. Nos clients lies de fonctionnement », prévient compte que si elles concernent des vont plutôt sur la première option, qui Alain Borri. « Avant d’implémenter le modules externes. « Si le besoin est plus prévisible. C’est logique TMS, il faut avoir une vision claire et exprimé par le client est spécifique puisqu’a priori une solution TMS va précise de ses flux, une bonne carto- mais qu’il correspond à une évolution apporter des gains de productivité », graphie, surtout quand on veut naturelle du métier, nous prenons en explique Jérôme Bour. « Le droit duti- mutualiser les achats transport, ce qui charge le développement de cette fonc- lisation est mensualisé. Il représente est une vraie problématique des direc- tionnalité qui servira à la commu- un montant fixe déterminé lors de tions Supply Chain », confirme Jean- nauté de nos clients du produit Saas », l’étude d’avant-vente, en fonction du Christophe Cuvelier. Il faut également souligne Emmanuel Thaunier. « Nous nombre d’expéditions potentiel. Ce créer des interfaces vers le progiciel de effectuons un classement des demandes système de forfait offre une visibilité gestion intégré (ERP), le logiciel de de fonctionnalités supplémentaires appréciée aussi bien par le client que gestion d’entrepôt (WMS) ou la ges- de nos clients, ce qui nous conduit à par l’éditeur. Plus rarement, le droit tion commerciale, ainsi que vers les sortir trois à quatre nouvelles versions d’utilisation est ramené à l’expédition, systèmes d’informations des transpor- teurs. Là encore, les développements effectués depuis des années par les éditeurs vont permettre d’accélérer un peu les choses. « Nous allons proposer Alain Ezio Borri, Ujetto, à la rentrée une nouvelle manière de Fondateur Responsable s’interfacer simplement avec SAP. du cabinet Produit L’IRDT (Imprimante de Récupération de conseil Supply Chain en transport Execution de Données Transport) est une inter- BP2R chez a-SIS face qui capte les flux d’impression de Bons de Livraisons, récupère les infor- ©BP2R ©A-SIS mations sur les marchandises, le des- tinataire et le mode de transport et les76 N°56 ■ SUPPLY CHAIN MAGAZINE - JUILLET-AOÛT 2011
  • 5. envoie automatiquement au TMS »,décrit Arnaud Cavelier, Fondateur deLogtimum. Autre exemple, chez DDSLogistics, qui vient de lancer en modeSaas la plate-forme Trade Collaborate,(voir page 12) un point d’entréeunique vers bon nombre de transpor-teurs, pour simplifier le travail d’in-terfaçage avec les prestataires.Faire vivre son TMSUne fois le TMS installé, l’entreprisedevra être à même de le faire évoluer ©SAGEen fonction des changements d’orga-nisation, de ses processus et de sesschémas de transport. « L’avantage du « Il faut que l’outil soit adaptable et le TMS en mode Saas, des équipesmode Saas est que c’est un service que les équipes soient en mesure de pour le manager et le mettre à jour.tout compris. L’éditeur s’implique faire évoluer le paramétrage, pour évi- L’argument est particulièrement perti-beaucoup plus dans le paramétrage ter d’avoir à gérer certaines choses à nent si le TMS couvre la partie achatspour que l’utilisateur n’ait plus qu’à la main en dehors du TMS, ce qui transports, car le fait de suivre au plusse concentrer sur son métier », affirme n’est malheureusement pas exception- près les évolutions du marché, avecArnaud Cavelier. Si l’entreprise veut nel », préconise Alain Borri. C’est un processus d’appels d’offres indus-conserver la maîtrise de l’outil, dont d’ailleurs sur cet aspect pilotage du trialisé, ouvre des perspectives dele paramétrage est souvent assez com- TMS que se positionnent des sociétés gains en augmentant les fréquencesplexe, il sera nécessaire de passer par tierces (comme Alis International, voir d’appel d’offre transport. ■une étape de formation approfondie. encadré page 82), qui proposent, outre JEAN-LUC ROGNON JUILLET-AOÛT 2011 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE ■ N°56 77
  • 6. POUR VOS APPELS D’OFFRE Idées reçues sur le Saas Il n’y a aucun investissement vail d’analyse de la cartographie des flux hébergées à l’extérieur. C’est ce que l’on 1 de départ : FAUX Même si le principe du Saas est une et des processus du client, indispensa- ble au paramétrage de l’outil, peut durer appelle le « Cloud d’entreprise ». facturation à l’usage, la plupart des édi- plusieurs mois. Ensuite, sur la mise en Les temps de réponse sont teurs font payer le premier mois des « starting costs » ou un « pack démar- œuvre informatique, le Saas peut faire gagner du temps. 4 toujours garantis contractuellement FAUX rage » qui couvrent la formation, le La plupart du temps, l’accès à l’applica- développement des interfaces avec Le Saas, c’est forcément tion en mode Saas se fait via Internet. l’ERP et le système comptable ainsi que les liens avec les transporteurs, 3 hébergé : FAUX Certains éditeurs peuvent proposer aux Difficile dans ces conditions pour l’édi- teur de s’engager sur les temps de par exemple. clients qui le souhaitent une location à réponse de bout en bout. En revanche, l’usage ou par abonnement sous le nom il peut garantir un taux de disponibilité Le projet peut démarrer de Saas avec un logiciel qui tourne sur un à l’année et devra vérifier que les temps 2 presque instantanément : FAUX serveur de l’entreprise. On peut même imaginer des solutions hybrides où cer- de réponses sont satisfaisants lors de la phase de tests d’intégration. Attention : Que ce soit en mode Saas ou en mode taines applications sont installées en un taux de 99% annuel signifie moins de licence, la phase de démarrage ne interne chez le client (pour des raisons trois jours et 15 heures d’indisponibi- change pas. Sur les gros projets, ce tra- stratégiques et sécuritaires) et d’autres, lité, ce qui reste considérable ! ■ Cofely veut un TMS pour coller aux standards e que vend la société de services rapport qualité/délai/coût à proximité C Cofely aux industriels et aux collectivités, c’est de la chaleur, issue de la transformation du gaz (la de la zone à desservir. En novembre 2010, le choix se porte sur DDS Shipper de DDS Logistics. « Parmi nos critères, filiale du groupe GDF Suez est le nous recherchions un outil qui nous per- deuxième acheteur de gaz en France), mette de faire le moins de développe- mais aussi, de plus en plus du bois, ments possible. L’objectif était de nous depuis le Grenelle de l’environnement. organiser par rapport au TMS et d’ac- « Si on fait la somme de tous les pro- quérir des compétences et du savoir-faire ©CFELY jets en matière de chauffage bois, de pour être aux normes de performances 100.000 t par an en 2007, sur 50 sites, Francois-Xavier Dugripon, des standards du marché », ajoute Fran- Directeur des achats d’énergie chez Cofely nous passerions à 1,5 M de tonnes çois-Xavier Dugripon. en 2015, sur 250 sites, soit 400 à pour sélectionner un TMS qui automa- D’après ses calculs, l’outil sera rentabi- 450 livraisons par jour dans une logis- tise au maximum les tâches quoti- lisé en deux ans par rapport à une solu- tique en quasi juste à temps. Il y a là diennes (pré facturation, alertes en cas tion de traitement des factures et de ges- un vrai sujet en matière d’approvision- d’incidents, calcul des émissions CO2 sur tion des appros purement manuelle. Les nements », argumente François-Xavier kilométrage réel, gestion des dépro- premiers livrables du TMS ont été testés Dugripon, Directeur des achats d’énergie grammations) et opte pour le meilleur dès la fin mars et le système est chez Cofely. La société, qui achète aujourd’hui opérationnel sur quatre aujourd’hui 99 % de son bois en franco chaufferies. Selon le plan de déploie- souhaite centraliser la gestion dune ment, 18 autres installations seront cou- large part des activités de transport de vertes d’ici la fin novembre. Seuls déve- biomasse dans lobjectif doptimiser les loppements liés aux spécificités métiers : tournées entre les sites de production, la possibilité dans l’outil de gérer en les sites de regroupement et les chauffe- permanence deux unités de mesure, la ries et donc de réduire ses coûts dap- tonne de bois et son équivalent en kWh provisionnement. En mai 2010, Cofely vendus aux chaufferies, et celle de gérer se lance dans le projet, aidé par un simultanément les prestations de trans- consultant en logistique. La décision est port et les prestations dapprovisionne- ©CFELY prise d’établir un cahier des charges ment de combustible. ■ JLR78 N°56 ■ SUPPLY CHAIN MAGAZINE - JUILLET-AOÛT 2011
  • 7. POUR VOS APPELS D’OFFRE Principaux éditeurs de TMS Commissionnaires ferroviaire-fluvial) Modes couverts (route-air-mer- Transporteurs Nom de l’éditeur Pays Nom de la solution TMS Autres modules ou logiciels Exemples de références Chargeurs (distributeur) dorigine Acteos France Acteos TMS Acteos Generation (WMS/ Lafarges Platres, Cora O Partiel O Tous gestion de points de ventes/APS) Belgique, Delpeyrat AEB Allemagne Assist4 Transport WMS, Gestion des opérations douanières, Risk Honeywell, Zimmer, Zeiss O N O Tous Management Management, contrôle des exportations, traçabilité Aplus Informatique France Traplus CRM, GED, compta, informatique embarquée MTA, PHM Group, H Ducros O O O Routier, fer, fluvial a-SIS France LM Transport LM TOO appartient à la solution Flow Management, Laboratoires Pierre Fabre, O N N Route Order Optimizer LM Shipping Manager/LM Transport Quality Manager Descours et Cabaud, Berner Central Line/ Belgique Scala, LP/2, Trampas Cenpac, Socomec, O Partiel O Tous Staedtler Allemagne Atrya/Triba CJM International France OpenTMS WMS, gestion de parc et Capelle, Olano, Stalaven O O O Tous (aérien datelier, préfacturation avec restrictions) DDS Logistics France DDS Shipper Sourcing, DDS Freight, DDS Truck Carrefour, Essilor, Gefco O N N Tous e-Solutions France Transport Track & trace, décisionnel, etc Yves Rocher, BLD, DHL O O O Tous sauf fer Management Suite GenerixGroup France GCS TMS ERP, WMS (gamme Generix Conforama, Pepsico, O O O Tous collaborative Business) Samada/Monoprix Geoconcept France GeoScheduling Suite Suivi de mobiles, centre dappels GrDF, Energie O O N Tous for Delivery/Dispatcher GrDF, Aliseo, SGS GFI France OPTIDOCK portail web Suite BEXT, Magellan Groupe Alainé, Ackerman, LSDH O N N Tous Gols France Gols EDI,Table d’allocation logistique,Tracing/Tracking, Groupe Mars, Hasbro, O N N Tous Slotting/Booking, Cellule de pilotage United Biscuits GT Nexus Etats-Unis Transportation Sourcing & Gestion des flux physiques et de la chaîne Nestlé, Case New O O O Tous Transportation Execution de transport internationale Holland, Rhodia Hardis France Reflex TMS WMS Auchan, STG, Système U O O O Routier, fer, fluvial IBM Etats-Unis IBM Sterling Transportation IBM Sterling Selling & Fulfillment Suite Heinz, Domino’s Pizza, O O N Tous (Sterling Commerce) Management System Continental IER France IER Transport Suite Géolocalisation, écoconduite, etc. Geodis,Vir Transport, O O O Routier Office Depot Inconso Allemagne Inconso TMS WMS et Supply Chain Execution NC O O N Tous IPS Europe France Clic&Track/BestTransport Non Alcoa,Verallia, Cadbury, O N N Routier Transware Sara Lee IT 2000 France R2000W Compta, planning, paie Ageneau, Trans Inter, Selta N O O Routier Item Informatique France Item Trans GED, gestion commerciale Altrans, Transco Ziegler, N O O Routier Wincanton Mondia JDA Software Etats-Unis Transportation & APS, gestion de flotte, sourcing, etc Kimberly-Clark , Procter & O O O Tous Logistics Management Gamble, Caprabo Kratzer Automation Allemagne cadisTRANSPORT TMS Non Geodis Ciblex, Gefco, N O N Routier Geopost DPD Logtimum France XMS (eXpress Non Sofileta, Auto Distribution, O N N Routier et aérien Management System) Logtex Manhattan Etats-Unis TMS Supply Chain Execution dont WMS Panalpina, But, Sportmaster, O N O Tous Associates 3 Suisees International Microtrans France Microtrans Transport Intelligence Groupe Bigard Charal Socopa, O N N Tous LOréal, Legrand Octi France Instinct Non Etiquettes Grilles, O N N Routier AQL Electronique, Loulik OMP Informatique France R2000X Chargeurs Gestion atelier et gestion sociale des conducteurs Tratel, Lactalis, Altead O O O Routier Transport Optilogistic FranceAxiodis Non Akiolis, groupe Lactalis, Delhaize O N N Routier Oracle Etats-Unis OTM Suite applicatives Oracle (E-Business Suite et JDE) Geodis, Tesco, Electrolux O O O Tous Ortec Pays-Bas Ortec Transport et Distribution Logiciels doptimisation et de planification TNT, Tesco, Coca-Cola O O N Tous Puissance i FranceStoreway, DST Non Delisle, Dupessey, TSA O O N Routier RedPrairie Etats-Unis RedPrairie Transportation WMS, gestion points de ventes (suite E2e) Monsanto, BestBuy, Flextronics O O O Tous Management Sage Royaume-Uni Sage Transport WMS, Douanes, ERP DHL, Berto, ID Logistics N O O Tous SAP Allemagne SAP Transportation ERP, WMS, APS, etc Panalpina, Dow Corning, Cargill O O O Routier, fer, mer, aérien Management Sigma Informatique France Trucking Online WMS, gestion des expéditions Intermarché, Séché Environnement, O O O Routier Groupe Charles André Sydel France Sydel Univers TMS WMS, MES, GPAO, gestion commerciale Bonduelle Traiteur, Halles Mandar, O N N Tous Groupe Charcuterie Vendéenne TDI France EXpedito Optimisation des grilles tarifaires des transporteurs, Oscaro.com, C-Log, Plastimo O N N Routier, aérien consignation automatique des expéditions Teliae France Station-Chargeur.com Non Sonepar, GPDis, DHL Supply Chain O N O Routier et aérien Timocom Allemagne TC Truck&Cargo, TC eBid TC Profile (annuaire transporteurs) et TC eMap La Martiniquaise, Gefco, Heppner, O O O Routier (calculateur de trajets et de coûts) Transalliance Tivios (Wolters Kluwer) Belgique Tivios Non NC O O N Routier Transept Informatique France Transept Routeur Solveur, Routeur, Pilot et Pool Manager Colizen, Star’s Service, Satas O O O Tous Transporeon Allemagne Plate-forme logistique Transporeon Gestion appels doffres, execution du transport, Stora Enso, Eckes Granini, O O O Tous gestion des créneaux horaires pour la distribution Nestlé Purina Transwide Belgique Transwide Planification, appels doffres, etc Procter &Gamble, Paul Hartmann, O N O Routier, fer, fluvial, Bayer Cropscience, Sony maritime, aérien Urios Informatique France Wintrans GED, track & trace, gestion de parc, Euralis, Saint Gobain Glass Logistic, O O O Tous gestion des emballages Cavac Wexlog France Wex VS WMS, extranet, compta, etc Intereuropa, Giorgio Gori, O O O Tous Elia Ambrosetti Xyric France Proxylog Non Groupe Cassier, Groupe Perrenot, N O O Routier N7 Froid80 N°56 ■ SUPPLY CHAIN MAGAZINE - JUILLET-AOÛT 2011
  • 8. Note : figurent dans ce tableau les éditeurs que nous avons sollicités et qui nous ont répondu dans les délais impartis. Les données mentionnées nous ont été communiquées par les éditeurs.Conception réseau équipés en France Nombre de sites démissions CO2 CA France 2010 Plate-forme EDI Achat transport de chargement Mode licence : Préfacturation Mode Saas ou marchandises ASP possible. Cartographie Abonnement Optimisation Optimisation coût à partir de tournées Planification Déclaration Calculateur (déclaratif) temps réel à partir de Traçabilité douanes de (€) (M€) O O O O O O O en option N O O O Offre SaaS à partir 8.000 6,2 110 de 500€/mois O O (via PTV) N N O O N O O N O O NC NC 5 N O option O O O O N O O O O O 20.000 2,8 380 N O N N N N N N N N O N NC 18 NC O O O O O O N Partiel O O O O 25.000 NC 8 O O O O O O O N O Avec cartographie O O 100 €/utilisateur 1.200 0,7 100+ O O O O O O O N (interfacé avec O O O O 200 €/ 1.800 €/utilisateur 6,5 140 Conex et Soget) utilisateur/mois O N O O O N O N O N O O1.000 €/ mois NA 1,8 51 partiel (exclusivement) O O O O O O O O O O O O NC 59 70 O O N O N O N N N O N O (partiel) 30€ par NC 8 100+ véhicule et par mois N N N O O O N N N en cours O O 300 €/mois 5.000 658 6 N N O O N O O N O N O O NC 7 14 N O O O O N O N O N O O (exclusivement) NA NC 30+ O O O O O O N N O O O NC NC 48 40 N O (US et O O O O O N O N O O NC NC NC Canada uniquement) N O N O O O O N N O O O 40 €/mois 1.000 50 10 O O option O O O O O option N O En cours O O NC NC Aucun N N O O N O N N O N O O NC 5 7 N O N O N N N N O O calcul simplifié N N NC NC 1.200 O O O O O O O N O N O N 600 € NC 350 O O O O N O O N O O O O NC NC NC O O N O O O O O N O O O NC 8 30 N N O N O N O option O O O O O 160 € par mois 990 € NC 8 N O N O O O N N O N O N NC NC 10+ O O O O N O O N O O O O 1.000 € par mois 30.000 1 185 N N O N O N N N O N O O (exclusivement) NA 0,4 12 O O O O N O O N O N O O NC 5,47 100 via Optilogistic via Optilogistic O O O O O Axiomobil O O Axiopack N O N N N NC 1,8 300+ O O O O O O O O O O O O NC NC NC O O N O O O O N O O O Possible NC NC 30 N O O O O N O via Ortec N O N O ASP 120 €/mois/véhicule 20.000 1,2 100 O O O O O O O O O O O O NC NC NC O O O O O O O O O O O O 36€/mois/utilisateur 2.000 NC 800 N O O O N O N O O N O N NC 699 Aucun (via SAP GTS) N O O O O O N N O O O O 150 €/poste/mois 2.000 54 100 N N N O N N O O O N O En cours 4.000 31 15 N N N N O N N N O N O O 500 €HT/mois NC 0,6 80 N N O N N N N N O N O O exclusivement 200 €/mois NA 1,1 500 N O O N N N N N N N N O 119,09 €/mois NA NC 1.000 (en projet) N O N N N (inter.Transwide) N O N N O O O NA NC NA O O O O O O N N O O O Oui 600 €/mois 30.000 1,2 env. 30 O N O O N O N N N N O O NC NC env. 60 N O O O O N (via Tivios) N (via Tivios) N O O O O (exclusivement) NC NC 400 O O O O O O N N O O O Non NC 1 500 O O O O O O O (via produit tiers) N O O O O 80 €/utilisateur 700€/ utilisateur 1,2 5 O O O O O O N N O N O O 400 € HT/mois 7.500 € HT 2 55 JUILLET-AOÛT 2011 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE ■ N°56 81
  • 9. POUR VOS APPELS D’OFFRE Chez Pepsico France, le Saas ouvre sur la mutualisation e transport est l’une des quatre Demand de Generix Group qui est rete- L dimensions du grand chantier de mutualisation engagé par Pepsico France, qui lui a valu en janvier dernier le nue, dans une Short List de quatre édi- teurs. « Aucune offre ne couvrait l’inté- gralité du périmètre que l’on souhaitait Trophée de ROI de la Supply Chain 2011 pouvoir traiter avec un TMS. Là où cela (en tandem avec Deloitte Conseil). Et c’est s’est joué, c’est dans l’engagement du justement cet aspect mutualisation qui a partenaire éditeur à étoffer rapidement guidé le choix vers une solution TMS en son offre dans le sens de notre souhait », ©PEPSICO mode Saas pour l’activité boissons (Pepsi, précise Jean-Paul Guichard. Le projet 7 up, Gatorade, Tropicana, Lipton Ice Tea, démarre à l’automne 2010. La partie Jean-Paul Guichard, Dark Dog, Mirinda ...). « Nous ne souhai- Directeur Supply Chain Boissons exécution et la facturation sont aujour- tions pas sous-traiter le pilotage de l’in- de Pepsico France d’hui opérationnelles. Restent à mettre formation, tout en travaillant sur des pour transmettre les OT aux transpor- en place d’ici à la fin de l’année les approches de collaborations mutuali- teurs, mais qui ne traitait pas la factu- aspects optimisation et pilotage du bud- sées. Nous recherchions un outil qui ration, la gestion du budget, l’optimisa- get consolidé, qui demandent des chan- nous permette de mutualiser le trans- tion ou la simulation des flux. Les gements dans les processus internes de port des marchandises de plusieurs don- volumes, (environ 40.000 OT par an) et l’entreprise. « Sur l’ensemble du projet, neurs d’ordre dans un même camion. Le l’optimisation des flux entre les cinq les économies estimées sont de l’ordre mode Saas s’est imposé », explique entrepôts et les 1.000 points de livrai- de 3 % après une phase d’un an de Jean-Paul Guichard, Directeur Supply son en France justifiaient amplement le fonctionnement », nous confie Jean-Paul Chain Boissons de Pepsico France. La recours à un véritable TMS. Après un Guichard . Prochaine étape : la mutua- société disposait auparavant d’une appel d’offres, c’est la solution Transport lisation du TMS, qui figure sur l’agenda plate-forme web développée en interne Management System en mode On de 2012. ■ JLR Alis mutualise un TMS en mode Saas pour ses clients « otre volonté est de nous adresser l’offre d’Alis réside surtout dans la N à des clients qui n’ont pas les moyens de s’offrir un TMS », explique Jean-Christophe Cuvelier, méthodologie mise en œuvre pour faire rapidement une cartographie fiable des flux (routes logistiques, historique, inco- Directeur Etudes & Développement terms, poids, volumes, etc.). « Pour nos chez ALIS-International. C’est ce qui a clients, c’est la capacité à pouvoir poussé ce prestataire de pilotage du déployer très rapidement, en un mois ». transport et de la Supply Chain (4PL, Alis peut proposer son TMS mutualisé, dans le jargon) à bâtir une offre modu- modulaire (gestion des appels d’offres, laire, à la carte, orientée flux internatio- contrôle facturation, track & trace, repor- naux (notamment aérien et maritime) et ting, KPI, veille marché…), les processus basée sur DDS Shipper. Le travail associés et aussi l’équipe pour le piloter. d’adaptation, de construction de pro- Mais le client sera toujours associé aux ©ALIS-INTERNATIONAL cessus standards, a été effectué en décisions dans la partie appel d’offre amont par Alis-International et intégré achats transport. « Cette transparence des dans l’outil. « Il y a beaucoup de subti- coûts, c’est ce qui nous différencie des lités au niveau des règles de gestion de offres de type Control Towers. Chez nous, Jean-Christophe Cuvelier, l’organisation du transport qui doivent Directeur Etudes & Développement chaque client participe aux négociations être mises en œuvre avec du paramé- chez Alis-International avec les transporteurs, à la validation des trage ou du développement spécifique. tophe Cuvelier. Dans l’international grilles tarifaires », insiste Jean-Chris- Dans notre projet, le développement aérien et maritime, les structures de tophe Cuvelier. Deux clients ont déjà spécifique représente 20 à 25 % de l’en- coûts sont plus complexes à comparer signé pour cette offre : Schlumberger et veloppe budgétaire », estime Jean-Chris- que pour le routier. La différenciation de CGG Veritas. ■ JLR82 N°56 ■ SUPPLY CHAIN MAGAZINE - JUILLET-AOÛT 2011

×