Your SlideShare is downloading. ×
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Mémoire de recherche economie sociale julie rogeon_juin 2011_vf

10,111

Published on

Mémoire de recherche de fin d'études portant sur le thème de l'économie sociale (17 cadres et dirigeants rencontrés)

Mémoire de recherche de fin d'études portant sur le thème de l'économie sociale (17 cadres et dirigeants rencontrés)

Published in: Business, Technology
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
10,111
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
278
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. MEMOIRE DE RECHERCHES APPLIQUEES Présenté et soutenu par Julie Rogeon L’économie sociale en France Année 2010/2011Pilote de mémoire : Audrey ALCIM DUONG 1
  • 2. 2
  • 3. REMERCIEMENTS Je tiens à remercier particulièrement les personnes suivantes : Mon pilote de mémoire Audrey Alcim DuongToutes les personnes qui m’ont aimablement accordé de leur temps pour la réalisation de mon étude empirique Mes correcteurs Catherine Rogeon et Adrien Van Eynde 3
  • 4. 4
  • 5. SOMMAIREIntroduction _______________________________________________________________ 7Partie 1 - Revue de littérature : L’économie sociale et solidaire, fondements et pratiques _ 9 I. Des coopératives ouvrières à l’économie sociale et solidaire _______________________ 9 II. Comprendre et appréhender l’économie sociale ________________________________ 21 III. L’économie sociale aujourd’hui _____________________________________________ 36Partie 2 : Etude empirique ___________________________________________________ 52 I. Formulation des hypothèses de recherche _____________________________________ 52 II. Démarche de la recherche et choix méthodologiques ____________________________ 53 III. Analyse thématique _______________________________________________________ 56Conclusion _______________________________________________________________ 85 BIBLIOGRAPHIE ____________________________________________________________ 87 Table des matières _____________________________________________________________ 90 ANNEXES ___________________________________________________________________ 92 RESUME ___________________________________________________________________ 153 ABSTRACT _________________________________________________________________ 153 5
  • 6. 6
  • 7. INTRODUCTION Qu’est ce que l’économie sociale en France ? L’économie sociale est un phénomènequi a émergé il y a plus de 150 ans, mais le terme et ce qu’il recouvre demeurent aujourd’hui,d’après Eric Bidet, peu connus du grand public et des économistes. Selon Jean-FrançoisDraperi, « l’économie sociale définit l’ensembles des entreprises coopératives, mutualistes etassociatives. Ces entreprises partagent des traits communs qui les distinguent à la fois desentreprises individuelles, des entreprises publiques et des sociétés de capitaux : elles émanentde personnes, physiques ou morales, et ont pour finalité de répondre aux besoins et auxattentes collectives de ces personnes. Ces membres établissent entre eux des formes desolidarité : mutualisation des risques, mise en commun des produits de l’activité, constitutiond’une épargne commune, échanges réciproques, etc. Groupements de personnes, lesentreprises de l’économie sociale fonctionnent selon les principes d’engagement volontaire,d’égalité des personnes, de solidarité entre membres et d’indépendance économique ». Depuis les années 1970, l’économie sociale est revenue sur le devant de la scèneéconomique française. Cette appellation renvoie aujourd’hui à ce qui est communémentappelé « le secteur de l’économie sociale ». Si tout le monde s’accorde à dire qu’il s’agit d’unsecteur à part dans notre économie, chacun lui donne un périmètre et un sens différents. Cetteconfusion est probablement due au fait que depuis son émergence, l’économie sociale n’acessé de subir des mutations en s’adaptant à la société française et à ses évolutions. Bien que la France soit un des pays les plus développés du monde 1, les inégalitéss’accroissent davantage de jour en jour2, touchant une population de plus en plus vaste3. Cesinégalités s’étendent notamment aux domaines de l’emploi, de la santé, du logement et del’alimentation. L’État français semble démuni face à ce phénomène qui se répercute àl’échelle locale, et qui vise certains groupes sociaux.1 Selon Le Figaro.fr, la France se trouve depuis 2008 au 5ème rang des puissances mondiales2 D’après l’Observatoire des inégalités, les inégalités de revenus se sont accrues au cours des dix dernières années. Le revenu annuel moyen des 10 % les plus modestes s’estélevé de 970 euros entre 1998 et 2008, celui des 10 % les plus riches de 11 530 euros. D’après l’Insee, les inégalités face au prix du logement se sont creusées entre 1996 et2006.3 D’après Le Monde.fr, le chômage de longue durée s’est accru de près de 20 % en 2010 par rapport à 2009. Selon le rapport 2011 sur l’état du mal logement en Franceréalisé par la fondation Abbé Pierre, 10 millions de personnes sont touchées par la crise du logement. 7
  • 8. Face au développement des inégalités, au désengagement de l’Etat, et àl’affaiblissement des valeurs démocratiques au sein de la puissance publique, de plus en plusd’individus s’investissent pour construire une économie différente alliant des valeurs tellesque le volontariat, l’égalité, ou encore la solidarité. Ces aspirations traduisent les valeursrépublicaines qui sont celles de l’économie sociale. L’économie sociale entend aujourd’hui mettre en place un modèle plus juste, moinssujet aux soubresauts des marchés, en opposition à une praxis économique principalementfondée sur le capitalisme financier. Elle constitue un vecteur de changement pour la société,ouvre une voie nouvelle à la citoyenneté et au développement économique et social. L’économie sociale revêt tout son sens dans une société plurielle où différenteslogiques économiques peuvent se déployer. À une période où les sociétés de capitaux sont demoins en moins bien perçues par l’opinion publique, l’économie sociale met l’accent sur laconstitution d’un patrimoine collectif, au détriment du retour sur l’investissement privilégiépar l’économie capitaliste. Ce mémoire a pour objectif d’appréhender les moteurs du développement del’économie sociale en France. Quels sont aujourd’hui les enjeux de l’économie sociale, ses limites et ses possibilitésd’évolutions ? Dans un contexte économique où domine le capitalisme financier, quelsfacteurs peuvent impulser l’essor de l’économie sociale en France? Pour appréhender l’économie sociale, il est nécessaire de retracer son évolution àtravers le temps, de connaître ses acteurs et leurs pratiques, et d’en évaluer la place dansl’économie française. Après avoir identifié les facteurs déterminants du développement de l’économiesociale en France, il s’agira de les comprendre en profondeur. Ces éléments seront testésgrâce à une étude qualitative composée d’entretiens semi-directifs. 8
  • 9. PARTIE 1 - REVUE DE LITTERATURE : L’ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, FONDEMENTSET PRATIQUES I. Des coopératives ouvrières à l’économie sociale et solidaire a. 1791-1848 : Les sociétés de secours mutuel, une alternative face à la montée du modèle capitaliste Au lendemain de la Révolution française, l’économie de marché 4 et le capitalisme5 ontdétrôné l’organisation économique de l’Ancien Régime. La proclamation des grandes libertéséconomiques - liberté d’entreprise, liberté de commerce et liberté du travail – a bouleversé lepaysage économique cédant la place à un nouveau modèle. Pour respecter le principed’égalité des citoyens, tout intermédiaire entre l’individu et l’Etat est supprimé. Les coalitionset corporations6 sont interdites - décret Allarde puis la loi Le Chapelier de 1791. Les ouvriersne peuvent plus se regrouper sous forme de confréries7 et compagnonnages8, et n’ont plus ledroit de résister grâce aux manifestations et aux grèves. Dans ce contexte d’ouverture à la concurrence, la classe ouvrière s’appauvrit et sesconditions de vie s’amoindrissent. De nouvelles formes de résistance s’organisent àl’initiative des ouvriers qualifiés qui se regroupent selon leurs métiers. Ils créent alors dessociétés de secours mutuels. Ces organisations sont à la fois des sociétés de prévoyance, de4 Système économique dans lequel les mécanismes naturels tendent à assurer seuls, à lexclusion de toute intervention des monopoles ou de lÉtat, léquilibre de loffre et dela demande.5 Systèmeéconomiqueetpolitiquecaractériséparlalibertédéchangeetlaprédominancedescapitauxprivés.6 Association dartisans exerçant une même activité professionnelle ou artistique.7 Ensemble de personnes unies par un lien professionnel, corporatif ou autre.8 Association entre ouvriers dun même corps détat à des fins dinstruction professionnelle, dassurance mutuelle et de moralisation. 9
  • 10. bienfaisance et de résistance, remplissant des fonctions de protection sociale, et de défensesyndicale. Dès 1830, certains ouvriers organisent leurs activités économiques à travers deuxtypes d’associations : - L’association de consommation, qui est un groupement d’achats de produits de première nécessité, - L’association de production, qui est une sorte d’entreprise possédée et gérée par les adhérents. Ces organisations sont nombreuses dans les quartiers populaires des grandes villes oùse développent des magasins ou des sociétés de secours mutuels, des bibliothèques ou desclubs ouvriers. Ces modèles d’associations se diffusent grandement dès 1840 grâce à la presse et aujournal L’atelier9 (1840-1850). Ce journal prêche pour l’association ouvrière sous toutes sesformes. D’après Henri Desroche, dans les associations de production « le capitalappartiendrait à l’association qui deviendrait insoluble, non point parce que les individus nepourraient point s’en détacher, mais parce que cette société serait rendue perpétuelle parl’admission continuelle de nouveaux membres. Ainsi, ce capital n’appartiendrait à personne[en particulier] et ne serait point sujet aux lois sur l’héritage ». Michel Derrion10, négociant lyonnais très marqué par les révoltes et les grèves descanuts, cherche également à inciter à la création d’associations ouvrières. D’après ses propresmots, il cherche « à établir un ordre social nouveau qui garantisse au producteur de touterichesse une part plus équitable dans le bénéfice social » (Henri Desroche). En 1834, il publieun manifeste qui plaide en faveur d’une « vente sociale d’épicerie » pour créer un« commerce véridique et social » (Henri Desroche).9 Le journal LAtelier est fondé en septembre 1840 par le socialiste utopique et socialiste chrétien Philippe Buchez (1796-1865).10 Michel-Marie Derrion est entre 1835 et 1838 l’initiateur de la première coopérative de consommation ou première « vente sociale d’épicerie ». 10
  • 11. La Révolution de 1848 marque un réel tournant pour ce mouvement de créationd’associations ouvrières. Le gouvernement provisoire11 en place reconnaît le droitd’association, supprime le marchandage et diminue la durée du travail. Cependant, seuls lesateliers nationaux12 seront développés, délaissant les ateliers sociaux. Leurs fermeturesrapides déclencheront en juin 1848 une nouvelle révolte populaire qui sera bridée par lepouvoir. L’espoir de remplacer le modèle de manufactures capitalistes par un modèle collectifde production et de distribution s’évanouit. De 1791 à 1848Révolution française Large ouverture à la concurrence (liberté d’entreprise, liberté de commerce et liberté du travail). Les coalitions et les corporations sont interdites.Création d’un nouveau modèle En réaction, un nouveau modèle est mis en place et développé ; les sociétés de secours mutuels.Organisation des ouvriers Les ouvriers s’organisent grâce à des associations de consommation et de production.Révolution de 1848 Les associations sont reconnues. Seuls les ateliers nationaux sont développés au détriment des ateliers sociaux. b. 1850-1900 : Le temps des coopératives et des mutuelles Sous le second Empire, Napoléon III autorise la formation de sociétés de secoursmutuels13, à condition que celles-ci soient présidées par des notables. Dans la seconde phasede l’Empire, il va même chercher à s’appuyer sur les ouvriers urbains, reconnaissant ainsi ledroit de grève. Tout au long de cette période, qui est marquée par une industrialisation11Gouvernement constitué à lissue de la révolution de février 1848 (24 février- 10 mai 1848) et présidé par Dupont de lEure et composé de républicains modérés(Lamartine, Arago, Garnier-Pagès, Crémieux, Marie) et de socialistes (Louis Blanc, Albert).12 Institution créée en 1848 par le gouvernement provisoire pour occuper les ouvriers sans travail. Les ouvriers étaient employés à des travaux de terrassement ou de voirie.13 Associations de prévoyance qui, en l’échange d’une modeste cotisation, assurent à leurs membres des prestations en cas de maladie (indemnités journalières,remboursements médicaux et pharmaceutiques). 11
  • 12. importante, le mouvement associationniste ouvrier se divise en organisations plus spécialiséesque sont les syndicats, les mutuelles et les coopératives. L’avènement de la IIIème République permet la renaissance du mouvement ouvrier.Celui-ci est cependant rapidement déchiré entre deux courants de pensées formant deux clans,celui des proudhoniens et celui des marxistes. Ce sont les marxistes qui, derrière JulesGuesde, finissent par s’imposer. D’après Henri Desroche, ils prônent « la prise du pouvoirpolitique par le prolétariat pour supprimer l’antagonisme entre les classes sociales ». Le terme d’association, qui fait référence à une certaine soumission de l’individu augroupe, s’efface peu à peu pour laisser place à celui de coopération qui valorise le libre choixet le contrat. Au cours des années 1860, les coopératives de production sont nombreuses ; lescoopératives associant ouvriers et patrons, les coopératives socialistes, les coopérativeschrétiennes, les coopératives patronales… Le nombre de coopératives passe de 70 en 1885 à174 en 1895. La coopération de production se développe particulièrement dans les secteurs àforte intensité de main d’œuvre et à main d’œuvre qualifiée comme la mécanique, le bâtiment,ou encore l’imprimerie. La coopérative de consommation se développe également, mais avecplus de mal. En 1888, on compte près de 800 coopératives. Cependant, elles restent disperséeset subissent la concurrence des grands magasins comme Le Bon Marché. Des conflitsidéologiques opposent les deux grandes formes de coopératives que sont les coopératives deproduction et les coopératives de consommation. Des divergences d’opinions se font ressentirquant à l’émancipation des travailleurs. De son côté, la coopération de crédit ne parvient pas às’imposer. La plupart disparaissent dans les premières années. Autre fait marquant, la promulgation d’une loi en 1884 crée un fossé et une coupureentre les mouvements ouvriers et coopératifs. Celle-ci reconnaît la liberté syndicale maiscantonne les syndicats dans une action de défense professionnelle en leur interdisant de gérerdirectement les activités économiques. Plus tard, le législateur reconnaît les autres formesd’organisations collectives en leur assignant des spécificités fonctionnelles : - Les mutuelles de santé avec la charte de mutualité datant de 1898. Elle distingue les sociétés « libres », les sociétés « approuvées » et les sociétés « reconnues d’utilité publique ». 12
  • 13. - Les coopératives de consommation, de production ou de crédit, intégrées dans la loi sur les sociétés commerciales de 186714. - Les organisations non professionnelles avec la loi de 190115. L’insertion de l’agriculture dans le marché s’opère à la fin du XIXème siècle parl’économie sociale agricole. L’ouverture à la concurrence, ainsi que les grandes crisesagricoles, poussent les agriculteurs à entrer dans l’économie de marché. L’agriculture est alorsmajoritairement structurée par les organisations de l’économie sociale. Les Expositions universelles jouent un rôle important dans l’expression d’une identitécommune des coopérations : - Après l’Exposition de 1867, le rapport de Frédéric Le Play16 présente l’économie sociale comme la « science de la vie heureuse ». - A la suite de l’Exposition de 1889, les institutions créées pour améliorer la condition matérielle, intellectuelle et morale des classes ouvrières sont mises en exergue. - A partir de l’Exposition de 1900, Charles Gide17 décrit les institutions de progrès social comme améliorant la prévoyance, l’indépendance, le confort, et les conditions de travail. Le terme d’ « économie sociale » tend cependant à disparaître à cause de l’intervention économique croissante de l’Etat qui masque le rôle des organismes de l’économie sociale. De 1850 à 1900Second Empire Les sociétés de secours mutuels sont autorisées et le mouvement associationniste se développe grandement.Troisième République Renaissance du mouvement ouvrier et expansion des associations ouvrières.Actions du Législateur Reconnaissance des organisations collectives (mutuelles de santé, coopératives de consommation, organisations non professionnelles).Expositions Universelles Rôle marquant pour l’identité commune des coopérations.14 La loi du 24 juillet 1867 sur les sociétés commerciales est considérée comme la base juridique du capitalisme en France, en permettant la réunion des moyens financiersnécessaires aux entreprises de grande envergure sous forme du capital social des sociétés anonymes.15 La loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août de la même année constituent les deux textes fondamentaux sur lesquels repose le fonctionnement des associations.16 Sociologue et économiste aux fortes convictions chrétiennes, Frédéric Le Play (1806-1882) est le premier à s’être penché sur la condition ouvrière.17 Charles Gide fut l’un des principaux théoriciens de l’économie sociale (1847-1932). 13
  • 14. c. 1901-1945 : La naissance des associations et l’envolée des coopératives et mutuelles Le XXème siècle débute avec la promulgation de la loi de 1901 sur les associations nonprofessionnelles. Celle-ci autorise « la création de tout groupement (hors cadre professionnel)conforme à l’ordre public et aux bonnes mœurs, mais réglemente plus strictement la créationde congrégations » (extrait de la loi de 1901). Cette loi, dite « de la liberté », permet uneaccélération des créations d’associations. Leur nombre passe ainsi de 5 000 en 1908 à 10 000en 1938. Le mouvement ouvrier se mobilise alors autour de thématiques telles que l’insécuritéet le prix de la vie. Les travailleurs indépendants se regroupent quant à eux pour structurerleurs activités et organiser les marchés. Cette période de pleine expansion se termine dans les années 1930 avec la Grandecrise. L’Etat, qui détient un pouvoir d’intervention économique important, transforme la placede la coopération, de la mutualité et des associations dans l’économie. La IIIème République, très influencée par la doctrine socialiste, cherche une voie entrele libéralisme18 et le socialisme19. Elle affirme ainsi clairement son soutien aux mutualités. En1902, la Fédération Nationale de la Mutualité Française est créée. Cette organisation connaîtun franc succès avec 10 millions de membres en 1938. La mutualité se mobilise ensuite enfaveur des lois instituant les assurances sociales en 1928. Le mouvement coopératif connaît quant à lui un développement significatif, et jouitrapidement d’une importante reconnaissance. Les coopératives de consommations sontestimées à 4 500. De 1913 à 1920, leur nombre de sociétaires et leur chiffre d’affaire18 Doctrine économique qui privilégie lindividu et sa liberté ainsi que le libre jeu des actions individuelles conduisant à lintérêt général.19 Doctrine politique et économique qui vise, à linverse du modèle libéral, à réformer le système de propriété privée des moyens de production et déchange et àlappropriation de ceux-ci par la collectivité. 14
  • 15. progressent rapidement, puis se consolident jusqu’en 1939. Les coopératives ouvrières deproduction connaissent, elles, un développement limité, contrairement aux coopérativesagricoles qui sont 7 420 en 1939. A noter que les transformations majeures des modes de viedurant l’entre-deux-guerres ont induit le développement de ces coopératives, et donc del’économie sociale. De 1901 à 1945Loi de 1901 Accélération des créations d’associations (thèmes : insécurité et coût de la vie)Troisième République Affirme son soutien aux mutualités + voit se développer grandement le mouvement associatif qui se fait également reconnaître. d. 1945-1975 : L’impulsion d’un nouveau modèle au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, le Conseil national de la Résistance20aspire à la démocratie économique et sociale. De grandes réformes sont ainsi mises en placedont les plus marquantes sont : - Des nationalisations21 avec une gestion tripartite des entreprises publiques par les salariés, les usagers et l’Etat. - Un programme ambitieux de Sécurité Sociale22 géré par les syndicats et les associations familiales.20 Organisme formé de représentants de huit mouvements de résistance, créé en 1943, dont laction aboutit en particulier à létablissement dun programme de réformes àeffectuer après la Libération sous la présidence de Jean-Moulin.21 Ensemble dopérations par lesquelles une ou plusieurs entreprises privées sont soustraites par voie dautorité au régime capitaliste, déclarées propriétés de la nation etdotées dune structure et dune organisation nouvelles.22 Ensemble de mesures qui permettent de garantir les individus et les familles contre certains risques, appelés risques sociaux. 15
  • 16. C’est dans ce contexte de changement qu’est voté en 1947 une loi sur la coopération 23 quirassemble l’ensemble des règles communes aux coopératives ; double qualité des sociétaires,droits égaux dans la gestion, statut de société civile ou commerciale, capital fixe ou variable,parts nominatives et cessibles sous condition, appropriation collective des bénéfices,dévolution désintéressée à l’actif net. La seconde décision politique et culturelle marquante pour l’économie sociale est ledéveloppement des politiques publiques de l’Etat. Celui-ci ouvre une large voie aux mutuelleset aux associations. Les pouvoirs publics réglementent leurs activités et financent une partiede leurs activités économiques. Contrairement à l’époque précédente, les entreprises collectives d’après-guerre nes’inscrivent pas dans un mouvement contestataire du capitalisme, mais davantage dans uneperspective de partage des fruits de la croissance. Avec l’institution de la Sécurité Sociale en 1945, on aurait pu croire que les mutuellesdisparaîtraient. Mais bien au contraire, la mutualité voit son nombre d’adhérents passer de 11millions en 1945 à 25 millions fin 1970. C’est dans cet élan que se forment également desmutuelles d’assurance à vocation nationale pour couvrir les risques liés notamment aulogement et à l’automobile. Les coopératives agricoles subissent des bouleversements liés à la fin de la guerre et à lamodernisation de l’agriculture. L’Etat joue également un rôle dans ces changements enréduisant progressivement les avantages financiers consentis aux coopératives. A partir desannées soixante dix, les coopératives se transforment en agents du productivisme24. Les règlesont changé, la défense de leur chiffre d’affaires les pousse à vendre toujours plus. La questionde solidarité entre agriculteurs est alors posée. Les banques coopératives subissent le même sort. Après avoir été soutenues par le Trésorpublic, celui-ci les met en concurrence les unes avec les autres. La coopération semble alorss’aligner sur un modèle industriel de grande entreprise.23 La loi du 10 septembre 1947 sert de cadre législatif de référence à l’ensemble des coopératives.24 Tendance à rechercher systématiquement lamélioration ou laccroissement de la productivité. 16
  • 17. Les coopératives de consommations sont elles, de plus en plus fortement concurrencéespar les chaînes de magasins populaires et les sociétés de supermarchés dès les annéessoixante. Elles rencontrent des difficultés d’adaptation face aux modes de gestion et definancement de la concurrence capitaliste. En total contraste avec l’évolution des coopératives, le secteur associatif est lui en pleinessor. Naissent alors des associations très militantes, des associations d’entraide, desassociations gestionnaires d’équipements socioculturels,… Ces initiatives sont à la foislocales ou instrumentalisées par les politiques publiques. Les entreprises collectives n’ont pas disparu pendant ce qui est appelé la « croissancefordiste », fondée sur la production et la consommation de masse. Cependant, leur rôle a étélargement occulté, et ce pour deux raisons : - Leur organisation divisée en une multitude d’activités, a induit une technicité qui a affaibli le processus démocratique. - Leur dépendance vis-à-vis des politiques publiques en termes de financement et de réglementation a masqué leur rôle novateur. De 1945 à 1975Conseil national de la Résistance 1947 : loi sur la coopération et développement des politiques publiques de l’Etat (grande voie pour les mutuelles et les associations).Evolution des mutuelles Grand élan et fort développement. Les mutuelles d’assurance apparaissent.Evolution des coopérations agricoles Changement des objectifs de production, la question de la solidarité est posée.Evolution des banques coopératives Mise en rude concurrence les unes avec les autres.Evolution des coopératives de consommation Forte concurrence des chaînes de magasins et des sociétés de supermarchés.Evolution du secteur associatif Plein essor et grand développement dans divers domaines.Evolution des entreprises collectives Pas de disparition, mais un rôle quasiment occulté. 17
  • 18. e. 1975-1990 : Entre élan institutionnel et crise économique Dans les années soixante dix, les mouvements associatifs, les coopératives et les mutuellesqui s’étaient développés de façon autonome, se réunissent pour affirmer une identitécommune. S’ouvre alors un débat sur l’identité de l’économie sociale, solidaire ou non, et surle sens de ses initiatives. En 1970, le Comité national de liaison des activités mutualistes, coopératives etassociatives voit le jour (CNLAMCA) devenu aujourd’hui le Conseil des Entreprises etGroupements de l’Economie Sociale (CEGES). En 1977, ses responsables estiment leursorganisations comme des organisations à but non lucratif, et adoptent la référence àl’économie sociale. Le terme d’entreprise d’économie sociale devient un terme courammentutilisé. Il devient également une référence dans la charte de l’économie sociale publiée en1980 qui affirme sa nature démocratique et humaniste, allant jusqu’à affirmer que« l’économie sociale est au service de l’homme ». A l’arrivée des socialistes au pouvoir en 1981, Michel Rocard, alors ministre du Plan et del’Aménagement du territoire, crée une délégation interministérielle à l’économie sociale. Ledécret définit institutionnellement pour la première fois l’économie sociale : « ensemble descoopératives, mutuelles et associations dont les activités de production les assimilent à desorganismes ». Cette initiative répond à un besoin bien précis de l’économie sociale qui estd’avoir un interlocuteur administratif unique pour faciliter son développement. Est égalementcréé un comité consultatif mixte pour étudier les questions transversales liées au statut, aufinancement, ou encore à la formation. Une des premières réalisations de ces deux nouvellesinstitutions est la création de l’Institut de développement de l’économie sociale. 18
  • 19. Face à la montée en puissance de la concurrence mettant en péril leur survie, lesentreprises de l’économie sociale ont besoin de s’affirmer et d’être reconnues.L’augmentation du chômage, de la pauvreté et des inégalités, les demandes d’action sociale semultiplient. Ce phénomène engage des actions nouvelles dans l’action caritative avec lesRestaurants du cœur et les Banques alimentaires, et dans l’insertion professionnelle avec desassociations qui innovent contre le chômage de longue durée. De 1975 à 19901970 Naissance d’une identité collective entre les différentes organisations avec un comité.1977 La Référence à l’économie sociale est adoptée.1981, arrivée du pouvoir socialiste L’économie sociale est définie institutionnellement + un comité consultatif mixte est créé + mise en place de l’Institut de développement de l’économie sociale.Accroissement de la concurrence Naissance d’actions nouvelles avec un grand élan caritatif. f. De 1991 à aujourd’hui : Un ensemble de pratiques sociales, alternatives et solidaires très variées L’histoire de l’économie sociale est en perpétuel mouvement. En deux siècles, lesentreprises associatives sont passées de l’associationnisme ouvrier à un ensembled’organisations très diversifiées. La profusion actuelle de l’économie sociale dont les limitessont parfois difficiles à cerner, peut paraître confus. Ce phénomène est dû au fait que cetteéconomie cherche sans cesse de nouvelles formes d’organisation pour répondre au mieux auxproblématiques contemporaines. L’économie sociale est fermement implantée au niveau localcar les organisations sont capables de relier différentes dimensions ; économiques, sociales etenvironnementales. Cette capacité permet d’élaborer une vision globale et donc d’améliorer le 19
  • 20. développement et l’application de politiques et de programmes efficaces pour ledéveloppement local. Cela permet également de promouvoir l’insertion sociale25. Il existe aujourd’hui une infinité de pratiques se revendiquant de l’économie sociale. Cespratiques sont de nature marchande et non marchande, et se déclinent grâce à des formesorganisationnelles diversifiées. Elles constituent de réelles alternatives au modèle capitalistedominant. L’économie sociale actuelle est très largement ancrée dans le secteur associatif,contrairement à l’économie sociale historique qui était représentée par les entreprisescoopératives et mutualistes. Ces associations sont essentiellement concentrées dans lesservices sociaux, culturels et sportifs. Les mouvements coopératifs et les mutuellesinterviennent quant à eux dans des secteurs d’activités diversifiés tels que l’agriculture, lecrédit, la consommation de biens et services, l’habitat… Le mouvement associatif a pris sonessor dans un « creux » juridique avec des règles très souples. L’économie sociale s’inscrit aujourd’hui comme un troisième secteur en France aux côtésdu secteur privé capitaliste et du secteur public étatique. De 1991 à aujourd’huiProblématiques contemporaines L’Economie sociale est en perpétuelle mutation cherchant à s’adapter. Elle recherche sans cesse de nouvelles formes d’organisation.Principe commun/fédérateur L’économie sociale a la même finalité : une finalité socialeEconomie sociale actuelle Ancrée dans le secteur associatif et considérée comme le troisième secteur.25 Action ayant pour objectif de faire évoluer une personne isolée ou marginale vers un état où les échanges avec son environnement social sont considérés commesatisfaisants. 20
  • 21. II. Comprendre et appréhender l’économie sociale a. Recueil des origines théoriques de référence Les racines de l’économie sociale se trouvent dans des pratiques très anciennes datantdu Moyen-âge (guildes, confréries, compagnonnages, associations ouvrières, patronages). Plus récemment, elle puise ses racines dans des écoles de pensées appartenant à unetradition socialisante et à un socialisme utopique. Les auteurs de cette école ont tous pourpréoccupation d’améliorer les conditions de vie des travailleurs. Parmi ces auteurs, onretrouve Claude-Henri de Saint-Simon, Charles Fourier, Jean-Baptiste Godin ou encorePhilippe Buchez (source Encyclopaedia Universalis). Aristocrate et inspirateur des socialistes, il est le premier socialiste français de l’ère industrielle. Il prône une théorie des classes sociales en mettant l’accent sur l’exploitation d’une immense majorité de travailleurs par une minorité. Ainsi d’après lui, « en accord avec la masse, une élite des Lumières, à la fois Claude-Henri intellectuelle et professionnelle, issue pour la plus grande part du de Saint- monde des chefs dentreprise, délivrera de cette exploitation la Simon société tout entière et organisera progressivement le règne de (1760-1825) labondance et du travail. ». Il met en avant la vertu de l’Homme au travail et présente l’association comme un moyen de socialisation des citoyens. Au-delà de l’industrialisme progressiste de Saint-Simon ouvrant une voie à un socialisme moderne, les saint-simoniens apportent à l’œuvre de leur maître un contenu collectiviste et planificateur. 21
  • 22. Il est l’inspirateur du solidarisme. Il analyse à travers ses nombreuses publications écrites entre 1830 et 1850, les contradictions du système capitaliste, et des conceptions de l’organisation du travail. Il y affirme également sa volonté de résoudre le conflit entre l’individu et la société, ce qui fait de lui Charles un précurseur du socialisme français. Il défend l’idée que Fourier l’Homme naturellement bon, est corrompu par la civilisation. Il(1772-1837) revendique une société qui s’auto organise grâce au développement d’associations, de mutuelles et de phalanstères (regroupement des producteurs au sein de communautés de vie où la répartition des biens se fait selon le travail, le capital, et le talent). Convaincu par l’idée de la redistribution des richesses aux ouvriers, crée à Guise un familistère après avoir découvert lesJean-Baptiste théories de Charles Fourier. Ce familistère est considéré Godin aujourd‘hui comme précurseur des coopératives de production.(1817-1888) L’objectif premier de Jean-Baptiste Godin était de fournir aux ouvriers des conditions de vie décentes dans un environnement communautaire. Après s’être déclaré comme Saint-simonien, édifie une synthèse entre le Christianisme, le Socialisme, et des idéaux de la Révolution française. Dès 1840, il développe un plan de réforme de la société française basé sur l’association des ouvriers. Selon lui, « Ces associations, qui sont des coopératives ouvrières de Philippe production formées sur la base dun capital inaliénable et Buchez indissoluble, doivent en se propageant, permettre de rassembler(1796-1865) un « capital ouvrier » global sur lequel la classe laborieuse pourra sappuyer ; leur généralisation poserait les fondements dune rénovation de la société par lassociationnisme ». Philippe Buchez est aujourd’hui connu comme un défendeur de l’association ouvrière, et un opposant de la concurrence et des entrepreneurs qu’il qualifie de « parasites ». 22
  • 23. L’économie sociale puise également ses origines au sein d’une tradition sociale chrétiennefondée sur la doctrine de l’Eglise qui prône les corps intermédiaires et le principe desubsidiarité. Cette tradition est portée par les valeurs de la charité chrétienne qui constituentpour les chrétiens le plus grand commandement social, impliquant le respect d’autrui et de sesdroits. Elle repose également sur la solidarité des fortunés envers les plus défavorisés. Lesfigures les plus marquantes de cette tradition sont Frédéric Le Play et Friedrich WilhelmRaiffeisen. Frédéric Le Play est perçu comme le penseur catholique de l’économie sociale. Il examine la religion, la propriété, la famille, le travail, lassociation, les rapports privés et le gouvernement. Pour chacun de ces éléments, il propose des mesures pouvant conduire à la prospérité sociale. Il va notamment prôner « linstitution du régime dit du Frédéric Le Play patronage volontaire où patrons et ouvriers sont liés par des intérêts et (1806-1882) des devoirs réciproques ». Frédéric Le Play va ainsi défendre le patronage contre le libéralisme qui génère selon lui de nombreuses inégalités sociales. Mais il va surtout en 1867 à l’Exposition Universelle introduire le principe d’économie sociale après avoir créé une société d’économie sociale en 1856. Friedrich Wilhelm Raiffeisen est le fondateur de la mutualité de crédit. Réagissant à la disette de 1846-1847, ce fils de pasteur crée une Friedrich Wilhelm association charitable et un fournil coopératif communal en Prusse. Ces Raiffeisen caisses s’étendent jusqu’en Alsace-Lorraine en 1882. A sa mort, (1818-1888) Friedrich Wilhelm Raiffeisen aura jeté les bases et les principes de fonctionnement des caisses locales. L’économie sociale est aussi portée par une idéologie libérale inspirée par des auteursnotables tels que John Stuart Mill, Frédéric Bastiat, et Léon Walras. 23
  • 24. Il représente la pensée libérale et l’attirance vers le socialisme utopique. John Stuart Mill Il voit dans lassociation de production « un moyen de rationaliser le (1806-1873) système économique, daugmenter la productivité et, en matière sociale, dassocier tous les travailleurs aux résultats de lentreprise ». Economiste reconnu comme l’un des plus talentueux du courant libéral Frédéric Bastiat français, introduit le concept « dassociation progressive et volontaire » (1801-1850) dans la pensée libérale. L’un des fondateurs de l’économie néo-classique, il écrit en en 1896 ses Études déconomie sociale. Cet œuvre présente une nouvelle façon Léon Walras de faire de l’économie politique en prenant en compte les problèmes (1834-1910) sociaux. Des économistes appartenant au courant libéral, c’est lui qui apporte la contribution la plus intéressante à l’économie sociale. L’économie sociale est également inspirée d’un quatrième courant qui est celui dusolidarisme, doctrine selon laquelle il faudrait « remplacer la charité du christianisme par lasolidarité humaine » (Encyclopaedia Universalis). Cette école est construite autour de l’œuvrede Charles Gide (1847-1932). Il se place dans la continuité du socialisme français associationniste de Charles Fourier. Cette école puise ses origines dans ce qui est appelé « l’école de Nîmes » qui débouche en 1885 à la création de la première Charles Gide Fédération française des coopératives de consommation. Celle-ci (1847-1932) intègre des principes qui seront ceux de l’économie tels que légalité et le contrôle démocratique, la liberté dadhésion, la justice économique, léquité, la neutralité religieuse et politique, et léducation des membres. Dans les années 1930, la formalisation théorique d’un secteur coopératif sera opérée parGeorges Fauquet avec son ouvrage Le secteur coopératif publié en 1935. 24
  • 25. Dans on ouvrage Le secteur coopératif publié en 1935, il définit « les rapports sociaux entre les sociétaires dans l’association » et « les Georges Fauquet rapports économiques entre chacun d’entre eux et l’entreprise ». La (1873-1953) démocratie coopérative est d’après lui le trait essentiel de l’institution coopérative (Jean-François Draperi). Les dernières influences contemporaines pour l’économie sociale sont celles d’HenriDesroche et Claude Vienney qui ont chacun mené des réflexions différentes sur lesorganisations de cette économie (source Jean-François Draperi). Il démontre que les coopératives constituent une forme spécifique d’organisation car elles comportent des caractéristiques communes. Cette forme est d’après lui « la combinaison d’un groupement de personnes et d’une entreprise réciproquement liés par un rapport d’activité et un rapport sociétariat ». Claude Vienney va élargir la Claude Vienney théorie de Georges Fauquet à toutes les entreprises coopératives, (1929-2001) mutualistes et associatives définissant ainsi un secteur de l’économie sociale. D’après lui, les organisations de l’économie sociale sont celles qui réalisent une aide mutuelle entre les personnes dans le cadre de l’activité d’une entreprise. L’économie sociale se distingue ainsi de l’économie pure au sens orthodoxe car elle donne la priorité à l’utilité sur la rentabilité. Il s’intéresse aux créativités coopératives (ou projet coopératif). Pour lui, il existe une constante dans le processus de la création coopérative : il y aurait une rupture entre le projet des fondateurs et sa réalisation. Henri Desroche Pour Henri Desroche, l’économie sociale est un objet de pensée avant (1914-1994) d’être une organisation. Concernant les coopératives, elles constituent pour lui un outil de développement d’une société locale et se définissent par l’animation des groupes sociaux. 25
  • 26. Tous ces penseurs ont contribué à dessiner les contours de l’économie sociale. Malgréleurs divergences, ces doctrines ont en commun la recherche du bonheur, l’épanouissementindividuel et collectif, et la maîtrise de l’économie au bénéfice de l’Homme. Ce sontcependant les diverses tentatives et expériences menées sur le terrain qui permettront laformalisation de ces concepts en règles et principes de fonctionnement. Théories de référence Socialisme et socialisme utopique : améliorer Claude-Henri de Saint-Simon, Charles Fourier, les conditions de vie des travailleurs Jean-Baptiste Godin, Philippe Buchez Tradition sociale chrétienne : valeurs de Frédéric Le Play et Friedrich Wilhelm Raiffeisen charité chrétienne Idéologie libérale associée à l’idée de Stuart Mill, Frédéric Bastiat, et Léon Walras socialismeCourant du solidarisme : la solidarité humaine Charles Gide et Georges FauquetInfluences contemporaines : réflexions sur les Henri Desroche et Claude Vienney organisations b. Valeurs fondatrices, utilité sociale et dimension éthique Les valeurs fondatrices de l’économie sociale se sont construites et pérennisées à traversplus de 150 ans d’histoire coopérative et mutualiste. Ces valeurs cardinales sont d’après Jean-François Draperi, Nicolas Bàrdos-Féltoronyi, Danièle ou encore Philippe Chanial et Jean-Louis Laville: - L’initiative ou le volontariat : Les coopératives, les associations, et les mutuelles sont fondées par des ouvriers, des agriculteurs, des consommateurs, des employeurs, ou parfois tout simplement par des citoyens. Ces individus font le choix, librement consenti, de s’associer. Les organisations de l’économie sociale sont ainsi le fruit de d’initiatives diverses et variées telles que celles des agriculteurs (coopératives et mutuelles agricoles), des instituteurs (mutuelle d’assurance MAIF), ou encore des syndicalistes (SCOP Chèque Déjeuner). - L’égalité : L’initiative collective est développée assez naturellement sur un pied d’égalité. Au sein des personnes morales de l’économie sociale, la notion de pouvoir est déconnectée de la propriété d’un capital. Cette valeur est un des éléments 26
  • 27. fondateurs de l’économie sociale. Cette règle peut ainsi être retranscrite par l’expression « association de personnes » ou encore « groupement de personnes ». - La solidarité : Plus qu’un principe, c’est un des fondements de l’économie sociale. La solidarité explique aussi bien les actions des premières confréries que des fonds de solidarité mutualistes ou des associations d’insertion actuelles. Le terme de solidarité a été utilisé par de nombreux mouvements où la solidarité est aussi bien interne entre les membres, qu’externe, soit par destination, soit par l’ouverture à de nouveaux membres, par l’inter coopération, ou encore la création de dispositifs et d’outils juridiques permettant de dépasser le cercle des membres. - L’autonomie : L’indépendance vis-à-vis de l’Etat ou de toute collectivité publique est un principe qui a une importance considérable. Il ne suffit pas de créer une personne morale, il faut également garantir que celle-ci n’est pas une sorte «d’excroissance » de l’Etat. En France, ce principe a été rappelé lors du centenaire de la loi de 101 dans le but de mettre fin à la création d’associations accusées d’être des prolongations des administrations étatiques. Ces quatre valeurs de l’économie sociale constituent des références incontournables. Ellesconsacrent la primauté de l’Homme sur l’économie et confèrent à l’économie sociale unesorte de dimension sociétale. Les entreprises de l’économie sociale doivent être enpermanence vigilantes à poursuivre leurs activités et leur développement sans perdre leursvaleurs. L’initiative ou le volontariat La solidarité Valeurs L’autonomie L’égalité 27
  • 28. La référence à la création du lien social apparaît souvent dans le discours des acteurs.L’économie sociale se donne comme objectif de contribuer à la création ou au renforcementdu lien social. Cette valeur est connexe avec les références humanistes26 qui sont laprééminence de l’Homme par rapport à des considérations purement économiques, la qualitédes prestations qui ne sont pas évaluées par des critères d’efficacité et de rentabilité, et lasoumission à des principes éthiques du respect et de la dignité des personnes. En plaçantl’Homme au centre de ses préoccupations, l’économie sociale prend clairement une positionéconomique divergente de l’économie classique. La question du lien social comporte une dimension éthique27 qui porte sur la manière detraiter certaines activités au regard du modèle de société. La façon dont est pratiquée l’activitédoit être en corrélation avec sa nature. Les rapports entre les dimensions éthiques,économiques et politiques constituent un réel enjeu. Des questions se posent ainsi, telles quefaut-il marchander la relation à la mort et aux mourants ? Ou encore existe-t-il des naturesd’activités qui ne peuvent pas se réclamer de l’économie sociale ? Valeurs fondatrices, utilité sociale et dimension éthique Valeurs fondatrices L’initiative ou le volontariat, l’égalité, la solidarité, l’autonomie Utilité sociale Création d’un lien social Dimension éthique Prééminence de l’Homme par rapport à des considérations économiques c. Principes communs D’après la charte de l’économie sociale datant de 1981 (réactualisée par la suite en1995), l’économie sociale est basée sur le respect de sept articles (Alternatives Economiques):Article 1 : Les entreprises de léconomie sociale fonctionnent de manière démocratique, ellessont constituées de sociétaires solidaires et égaux en devoirs et en droits.26 Relatif à lhumanisme philosophique ; qui met lhomme au centre de ses préoccupations.27 Qui concerne la morale. 28
  • 29. Article 2 : Les sociétaires, consommateurs ou producteurs, membres des entreprises deléconomie sociale, sengagent librement, suivant les formes daction choisies (coopératives,mutualistes ou associatives), à prendre les responsabilités qui leur incombent en tant quemembres à part entière des dites entreprises.Article 3 : Tous les sociétaires étant au même titre propriétaires des moyens de production, lesentreprises de léconomie sociale sefforcent de créer, dans les relations sociales internes, desliens nouveaux par une action permanente de formation et dinformation dans la confianceréciproque et la considération.Article 4 : Les entreprises de léconomie sociale revendiquent légalité des chances pourchacune delles et affirment leur droit au développement dans le respect de leur totale libertédaction.Article 5: Les entreprises de léconomie sociale se situent dans le cadre dun régime particulierdappropriation, de distribution ou de répartition des gains. Les excédents dexercice nepeuvent être utilisés que pour leur croissance et pour rendre un meilleur service auxsociétaires qui en assurent seuls le contrôle.Article 6 : Les entreprises de léconomie sociale sefforcent par la promotion de la recherche etlexpérimentation permanente dans tous les domaines de lactivité humaine, de participer audéveloppement harmonieux de la société dans une perspective de promotion individuelle etcollective.Article 7 : Les entreprises de léconomie sociale proclament que leur finalité est le service delhomme. Outre ces sept articles, l’économie sociale est basée sur cinq grands principes que doiventrespecter les organisations sociales : - La non-lucrativité28 individuelle - La finalité des services doit profiter aux membres ou à la collectivité. Le dégagement d’excédents29 constitue un moyen de réaliser un28 Correspond à l’impartageabilité des bénéfices et des réserves.29 Valeur ajoutée, diminuée des frais de personnel et des impôts liés à la production (sauf T.V.A.). 29
  • 30. service, et non l’objectif majeur de l’activité. La recherche du profit30 nécessaire pour que l’entreprise puisse survivre, mais elle n’est pas l’objectif principal de la structure. D’après le CNCRES, « les entreprises de l’économie sociale et solidaire ont pour principe fondateur de s’associer, de coopérer et de mutualiser au service de l’homme et de la société, et non celui de faire fructifier des capitaux ». Les entreprises sociales peuvent constituer des excédents financiers, mais il est formellement interdit aux individus se les approprier. Cette règle est absolue dans les associations où aucun dividende ne peut être versé aux adhérents. Elle est plus souple dans les coopératives où les salariés peuvent se voir attribuer une part du bénéfice réalisé (participations ou dividendes). De manière plus globale, les personnes et l’objet social priment sur le capital dans la répartition des excédents (rémunération limitée du capital, répartition des excédents entre travailleurs et membres usagers sous forme de ristournes, mise en réserve de bénéfices pour le développement de l’activité ou affectation immédiate à des fins sociales...) - La liberté d’adhésion et l’autonomie de gestion- sont le ressort essentiel dans la dynamique associative. D’après ce principe, personne ne peut être contraint et forcé à adhérer à une structure de l’économie sociale. Chaque individu est libre de rester au sein de cette structure, ou de la quitter. Ce principe est un des piliers pour la gestion des associations. Il a également une grande importance pour les coopératives dont les salariés doivent pouvoir vendre leurs parts dans le cas où ils voudraient la quitter. Cela fait des coopératives des sociétés à capital variable31. - Le contrôle démocratique par les membres – La gestion par les membres est théoriquement renvoyée à la règle « une personne-une voix », ou du moins à une limitation du nombre de voix par membre dans les organes souverains. Chaque association coopérative est une démocratie. Chaque membre a une voix, quelque soit son apport en capital. Tous les membres sont égaux. Les décisions relevant de la stratégie de la structure se prennent en assemblée générale avec la consultation de l’ensemble des membres.30 Gain réalisé sur une opération ou dans lexercice dune activité.31 Une société à capital variable a pour caractéristique de disposer d’un capital susceptible daugmenter ou de diminuer constamment par leffet soit de nouveaux versementseffectués par les associés anciens ou nouveaux, soit de reprises dapport consécutives à des retraits dassociés. 30
  • 31. - La double qualité qui apparaît comme le principe central des entreprises de l’économie sociale. Les acteurs sociaux sont les sociétaires de l’entreprise. Ainsi, dans une coopérative de production, les salariés sont des sociétaires, dans une mutuelle, les mutualistes sont à la fois des assurés et des assureurs, dans une association, les bénéficiaires peuvent être également des membres. A noter qu’une entreprise de l’économie sociale est nécessairement au service d’un projet collectif et non d’un projet individuel. - La mixité des ressources – Les ressources de l’économie sociale sont privées (coopératives, mutuelles, et fondations), ou mixtes (associations). Les entreprises sociales sont des structures indépendantes des pouvoirs publics. Elles peuvent cependant être reconnues comme des interlocuteurs privilégiés dans la mise en place de politiques d’intérêt général et obtenir ainsi des subventions, des aides, ou des avantages fiscaux. contrôle démocratique par les membres non- , la mixité des lucrativité ressources individuelle Principes liberté d’adhésion et double l’autonomie qualité de gestion Les entreprises de l’économie sociale n’ont pas pour objectif l’enrichissement individuel.Ces entreprises sont collectives et leurs valeurs sont communes à celles de la République« liberté, égalité, fraternité ». L’adhésion est libre et volontaire et sa gestion est démocratique,elles appliquent un principe de non-lucrativité ou de lucrativité réduite. Elles guident leursactions sur des principes de solidarité et de responsabilités sociales et environnementales. 31
  • 32. Principes communsInstitutionnels = charte de l’économie sociale 7 articles ; fonctionnement démocratique, libre adhésion, égalité des membres, liberté d’action, juste redistribution des bénéfices, participation au développement, finalité au service de l’Homme. 5 grands principes informels La non-lucrativité individuelle, la liberté d’adhésion et l’autonomie de gestion, le contrôle démocratique par les membres, la double qualité, la mixité des ressources. d. Divers types de structures juridiques Les organisations d’économie sociale sont de plus en plus nombreuses. Ces structuresprennent des formes organisationnelles différentes. Les environnements culturels,sociopolitiques, les circonstances économiques et le degré de développement, déterminent enpartie les formes d’organisation des entreprises à but non lucratif. Les entreprises socialesregroupent des individus exclus du marché du travail, ou des individus motivés par leursconvictions. Ces derniers sont à la recherche d’alternatives collectives. Ces organisationsdéveloppent leurs activités dans des secteurs de la production ou de la prestation de services,de la commercialisation et du crédit. Les entreprises de l’économie sociale se définissentcomme des regroupements de personnes et non de capitaux. Les principales formes légales des organisations à but non lucratif ne constituent que desoutils indispensables de réalisation d’un projet. Ces outils se comptent au nombre de quatre : - Les associations 78.2%; les structures associatives sont créées à l’initiative de groupes de personnes qui décident de se regrouper pour œuvrer autour d’un but commun. Leur cadre légal est régi par la loi du 1er juillet 1901. Les associations peuvent être d’intérêt général si les bénéficiaires sont différents des fondateurs. Elles peuvent également être des organisations d’intérêt commun quand la solidarité entre les parties prenantes est décisive. Ces associations se sont, ces dernières années, transformées en fournisseur d’assistance sociale, par exemple dans la fourniture de services sociaux et services de soins. Les associations sont régies par la loi de 1901, qui propose le statut juridique le plus flexible et le plus libéral de toute la législation française. - Les fondations et trusts 2.8%; ces types de structures existent grâce à des dotations provenant d’un individu ou d’un groupe d’individus. Ces organisations sont également 32
  • 33. souvent financées par des organisations publiques ou des entreprises privées. Les fondations et trusts se doivent d’atteindre des objectifs fixés par les donateurs visant un profil de groupe d’individus, ou une communauté. Elles sont particulièrement investies dans le parrainage d’activités sociales, religieuses, éducatives, et d’intérêt général. Les fondations se scindent en deux groupes : les fondations opérationnelles qui poursuivent leurs objectifs en s’impliquant directement dans des activités, et les fondations de soutien qui se consacrent au soutien des activités d’autres organisations. Les fondations ont pour cadre légal des lois très récentes : la loi du 23 juillet 1987 sur le développement du mécénat qui a institué le régime même de la fondation, et la loi du 4 juillet 1990 sur les fondations d’entreprises qui visent à entraîner la construction de fondations privées à l’image des grandes fondations américaines et allemandes (Fondations Ford, Rockefeller, IBM, Mercedes, ou BMW).- Les coopératives 13.7%; les coopératives sont des entreprises qui appartiennent à une catégorie d’agents qui ne sont pas des investisseurs, à des groupements de personnes. Celles-ci s’associent sur une base égalitaire pour réaliser une activité économique et partagent les bénéfices éventuels en fonction de l’activité de chaque membre. Ce sont des consommateurs, des travailleurs, ou des producteurs. Les coopératives se déclinent sous la forme de coopérative agricoles, d’épargne et de crédit, de consommation, d’assurance, de distribution, de travailleurs, d’habitation…- Les sociétés de secours mutuel 5.3%; La mutualité a pour objectif de contribuer au développement de la protection sociale, notamment dans le domaine de la santé et des retraites sur la base de principes démocratiques. Sa vocation est de réunir des personnes dans une structure qui va gérer des risques auxquelles elles sont exposées. Les mutuelles de santé et de prévoyance ont un rôle important, tout comme les mutuelles d’assurance. Les fondations et Les associations 78.2% trusts 2.8% Types de structures juridiques Les Les sociétés de secours coopératives 13.7% mutuel 5.3% 33
  • 34. Divers types de structures juridiques Les associations 78.2% Elles sont créées à l’initiative de groupes de personnes qui décident de se regrouper pour œuvrer autour d’un but commun. Les fondations et trusts 2.8% Elles existent grâce à des dotations provenant d’un individu ou d’un groupe d’individus dans le but d’atteindre des objectifs fixés par les donateurs. Les coopératives 13.7% Groupement de personnes qui s’associent pour réaliser des activités économiques et qui s’en partagent les bénéfices en fonction de leur implication. Les sociétés de secours mutuel 5.3% Groupement d’individus au sein d’une structure qui va gérer des risques auxquelles ils sont exposés. e. Une économie ancrée dans le territoire L’économie sociale est par essence une économie profondément ancrée dans le territoire.Elle privilégie les relations directes dans les échanges, délaissant parfois leur contenu. Elleimpose une proximité entre les acteurs. L’économie sociale produit une cohésion sociale etterritoriale. Elle renforce les rapports sociaux de solidarité, contribue à la construction ou à lapérennisation d’identités collectives, renforçant ainsi le lien social. Elle prend ainsi le contre-pied de l’individualisme32 contemporain en créant du lien social33 entre les acteurs et lesindividus. Les organisations de l’économie sociale et le développement local sont deux éléments quisont étroitement liés depuis une quarantaine d’années. Depuis les années 1970, ledéveloppement local allant de la délocalisation à la participation, est nettement valorisé. Cephénomène pousse les organisations à se renouveler et à se créer. Cette évolution correspondà l’émergence des services à la personne qui nécessitent une dimension relationnelle.L’ancrage de l’économie sociale dans les territoires est donc dû à la nature et à l’émergencede nouveaux services, ainsi qu’à une volonté de privilégier la participation d’organisationsprivées collectives non lucratives au développement du territoire. Les organisationsdeviennent des acteurs du territoire à part entière.32 Attitude favorisant linitiative individuelle, lindépendance et lautonomie de la personne au regard de la société.33 Ensemble des relations qui unissent des individus faisant partie dun même groupe social et/ou qui établissent des règles sociales entre individus ou groupes sociauxdifférents. 34
  • 35. Cette implantation locale s’explique notamment par le fait que les projets qui font naîtreles organisations se formalisent grâce à des relations interpersonnelles. Il s’agit de relationsaffinitaires et identitaires. C’est entre autre grâce à la relation avec le futur usager que leprojet peut être pensé. L’organisation entre alors dans l’espace public et participe àl’amélioration de la vie sociale en créant du lien social. Les apports de l’économie sociale au territoire sont multiples d’après Danièle Demoustier,Nadine Richez-Battesti: - Mobilisation d’acteurs sociaux autour d’un entrepreneuriat collectif qui conduit à accroître le capital social du territoire, - Construction collective de besoins, - Valorisation du patrimoine local qui permet de conserver la mémoire locale, - Drainage de l’épargne locale qui conduit à redéfinir les rôles des banques coopératives et mutualistes, - Création de nouveaux services à la personne ou à la collectivité, - Création de nouveaux emplois et dynamisation du marché du travail local. Une économie ancrée dans le territoireNotions clés - Proximité avec les individus - Lien social – amélioration de la vie sociale - Développement local - Apports significatifs dans la vie locale 35
  • 36. III. L’économie sociale aujourd’hui a. Place de l’économie sociale dans l’économie actuelle : chiffres et constats En décembre 2008, l’Observatoire national de l’économie sociale et solidaire a étécréé par le CNCRES (Conseil national des chambres régionales de l’économie sociale etsolidaire). Cet institut a publié le premier Panorama de l’économie sociale et solidaire enFrance et en régions. Cette initiative permet aujourd’hui de mesurer la place ainsi que lepoids de l’économie sociale et solidaire. Ce panorama permet d’appréhender certainesdonnées et caractéristiques liées à l’emploi et aux rémunérations en croisant les activitéséconomiques des établissements et les catégories juridiques des entreprises sociales. Cetobservatoire permet également de répondre aux questions suivantes ; Qui sont cesentreprises ? Combien sont-elles ? Combien d’emplois créent-elles ? Quel est leur chiffred’affaires ? D’après de le CNCRES, « il est [en effet] indispensable d’avoir des données fiables,pertinentes et régulières pour rendre compte de l’activité de ces entreprises, pour mesurer leurdynamisme, et pour orienter les choix stratégiques des entrepreneurs et de l’action publique ».Le bilan de l’Observatoire national de l’économie sociale et solidaire, également publié parl’INSEE en octobre 2010, indique que l’économie sociale et solidaire représente une part nonnégligeable de l’emploi en France. Voici les chiffres clés : - 9.9% de l’emploi français ; - 2.3 millions de salariés ; - Plus de 100 000 emplois créés chaque année ; - 215 000 établissements employeurs ; - 53.1 milliards d’euros de rémunérations brutes. Chaque année, près d’un emploi sur cinq est créé par l’économie sociale et solidaire.D’après l’Observatoire national de l’économie sociale et solidaire, la croissance moyenne del’emploi dans l’économie sociale et solidaire suit une progression sensiblement supérieure àcelle des autres entreprises privées et des organisations publiques. Les entreprises de l’économie sociale et solidaire ont un encadrement majoritairementféminin et 66% des salariés sont des femmes contre 40% dans les entreprises privées hors 36
  • 37. économie sociale et solidaire. Ces taux résultent de la forte implication de l’économie socialeet solidaire dans les domaines d’activité où les emplois féminins sont traditionnellementimportants (éducation, santé, social, finance). Un cadre sur deux est une femme (56% descadres), alors que dans l’économie privée hors économie sociale et solidaire, seul 30% descadres sont des femmes. Autres faits marquants, les salariés de l’économie sociale et solidaire sont en moyennenettement plus âgés que les salariés du secteur privé hors économie sociale et solidaire avec335 000 salariés de plus de 55 ans. C’est donc près d’un salarié sur sept qui devrait partir à laretraite d’ici 2018. Ce phénomène touche davantage les cadres qui sont 20% à avoir plus de55 ans. Quand l’Observatoire national de l’économie sociale et solidaire prend en comptedans ses prévisions les salariés de 50 à 54 ans, ce sont 658 00 individus, dont 97 000 cadres,qui devraient partir à la retraite d’ici 2018. En France, les employeurs de l’économie sociale et solidaire sont pour 77.1% desmicro-entreprises. Toutefois, la part des entreprises ayant plus de 50 salariés est deux fois plusimportante que dans l’économie privée hors économie sociale et solidaire. Le nombre desalariés dans l’économie sociale et solidaire est de 11 en moyenne par entreprise, contre 8dans le reste de l’économie privée. A noter que l’économie sociale est essentiellement une économie de services. D’aprèsl’Observatoire national de l’économie sociale et solidaire, l’économie sociale et solidaire estmassivement présente dans les secteurs de l’action sociale (6 salariés sur10, majoritairementdans les associations) ainsi que dans celui des activités financières et d’assurance (1salarié sur10 dont 2/3 sous forme coopérative et 1/3 mutualiste). Si le secteur tertiaire regroupe unemajorité des effectifs salariés de l’économie sociale et solidaire, les coopératives exercentessentiellement dans des activités de production : industrie, construction, agriculture. 37
  • 38. Place de l’économie socialeBilan de l’Observatoire - 9.9% de l’emploi français ; - 2.3 millions de salariés ;national de l’ESS - Plus de 100 000 emplois créés chaque année ; - 215 000 établissements employeurs ; - 53.1 milliards d’euros de rémunérations brutes.Faits marquants - Un emploi sur cinq en France a été créé par l’ESS - L’encadrement est majoritairement féminin avec 66% de femmes salariées. - Les salariés sont nettement plus âgés que dans le reste du secteur privé avec 335 000 personnes de plus de 55 ans. - Le nombre de salariés moyen dans une entreprise de l’ESS est de 11, contre 8 pour les autres entreprises ; - L’économie est essentiellement une économie de services. b. L’économie sociale face à la crise économique La crise que nous vivons depuis septembre 2008 est une crise très complexe. Cettecrise puise ses origines dans le secteur de la finance, elle s’est ensuite étendue à d’autresdomaines pour créer d’autres crises connexes. Parmi celles-ci, la crise des subprimes etproduits structurés, celle des assureurs de crédit, celle qui a fait chuter les grandes banquescomme Lehman Brothers et engendrée des pertes considérables sur les marchés financiers etles places boursières. Ce sont les excès du capitalisme financier et de l’ultralibéralisme qui ontprovoqué cette crise, doctrines qui se trouvent aux antipodes de la doctrine de l’économiesociale. D’après les plus grands économistes contemporains, la crise actuelle est en quelquesorte une mise à nu des limites de l’économie libérale et capitaliste, et une valorisation desprincipes de l’économie sociale. D’après Jean-François Draperi cette crise favorise les attentes que les individus ont del’économie sociale. Cette tendance est liée aux excès de la mondialisation, aux inquiétudesgrandissantes face aux menaces écologiques, à la perte de sens de l’économie, et aux excès dela concurrence qui touchent la plupart des individus dans leur quotidien. Parmi les élémentsconcrets qui témoignent de cette demande à se diriger davantage vers un modèle d’économiesociale : le doublement du nombre de création de SCOP34, la création de filières universitairesdédiées à l’économie sociale, l’engouement des jeunes diplômés pour se faire embaucher dansle secteur, l’intérêt fleurissant des épargnants pour la finance solidaire, l’engagement des34 La Société Coopératives Ouvrière de Production est une société commerciale de type SARL ou SA, dont les associés majoritaires sont les salariés de l’entreprise. 38
  • 39. collectivités locales pour l’économie sociale, l’intérêt grandissant des medias pour ce secteuret ses activités… Cependant, même si cette attente et cette demande d’économie sociale est forte, elle nepeut pas se développer à la hauteur des espérances car l’offre n’est pas suffisante dans tous lesdomaines d’activités. En effet, nous nous trouvons actuellement dans un système économiquelié à l’offre et non à la demande. Ainsi, il y a des secteurs et des activités sur lesquelsl’économie sociale pourrait en théorie se positionner, mais s’en voit privée en pratique. Celavaut pour l’éducation où ce sont des groupes côtés en bourse qui conquiert le marché scolaire,ou encore celui de la santé où les cliniques privées se voient racheter par des fonds depension. La problématique actuelle de l’économie sociale face à la crise est de réussir à saisir sachance, se faire reconnaitre et obtenir une place importante dans le paysage économique. Ladifficulté de ce secteur est également de se trouver une place à côté de l’interventionnisme del’Etat, même si il se désengagement de plus en plus des questions sociales. L’ensemble de sesdifficultés semblent résulter de trois causes : - Les banques coopératives ont été touchées par la crise financière, créant le trouble au sein même de l’économie sociale. La crise remet ainsi en cause la non-application des principes coopératifs. - Les clivages internes se sont accrus entre les entreprises sociales de marché et celles davantage tournées vers l’intérêt général. Ils se traduisent entre autre par de fortes tensions au sein des organisations représentatives de l’économie sociale. - L’absence de politique publique et de portage politique de l’économie sociale n’aide pas le secteur à réaliser des propositions concrètes pour sortir de la crise et à affirmer un projet politique de sortie de crise. L’économie sociale doit se positionner, d’après des auteurs comme Jean-François Draperi,comme une alternative crédible en mettant en œuvre son projet politique et sociétal. Pour cela,elle doit respecter et appliquer les principes qui lui sont propres pour éviter qu’ils se voientréduits au rôle d’oriflammes. Elle est plus que jamais appelée à être un modèle d’innovation 39
  • 40. et de créativité en se rapprochant des milieux universitaires, des chercheurs, des créateurs etde politiques. La crise actuelle mondiale remet littéralement en cause le système capitaliste prédominantet fait naître de nouvelles inspirations civiques, sociales et environnementales auxquellesrépond l’économie sociale. Sans vouloir se positionner comme un nouveau modèle unique,l’économie sociale est aujourd’hui une alternative potentielle au capitalisme ambiant. L’économie sociale face à la crise économiqueLes effets de la crise Les attentes d’économie sociale augmentent fortement, mais l’économie sociale a du mal à y faire face car le marché ne le permet pas.Les difficultés de l’économie sociale face à la - Les banques coopératives ont étécrise touchées de plein fouet par la crise. - L’augmentation des clivages internes des entreprises de l’économie sociale. - L’absence de politiques publiques. c. Enjeux contemporains et défis de l’économie sociale Selon Jean-François Draperi et Thierry Jeantet, l’économie sociale est actuellementtiraillée par différents enjeux essentiels en termes de transformation sociale : - Renforcer l’organisation nationale représentative de l’économie sociale pour que cette dernière puisse s’exprimer d’une seule voix. Cela nécessite la rédaction d’un texte de référence à l’échelle nationale, et l’affectation de moyens essentiels pour mener des actions de représentation et de lobbying. L’économie sociale doit, selon ses acteurs, s’affirmer et se faire connaître et reconnaître. - Rassembler et fédérer les acteurs de l’économie sociale en s’appuyant sur des dynamiques territoriales et entrepreneuriales, ce qui permettrait de donner au secteur davantage de cohérence et de visibilité. L’économie sociale doit avoir une image à la hauteur de son poids dans l’économie française. 40
  • 41. - Ouvrir les discussions concernant la gouvernance et les pratiques de l’économie sociale. La notion de démocratie économique spécifique à l’économie sociale doit être approfondie en mettant à jour les statuts et les pratiques en vigueur. - Se pourvoir d’outils communs de développement et de financement. Il serait ainsi probable de voir émerger des banques d’affaires du secteur, des outils communs entre les fondations des entreprises de l’économie sociale… - Réaliser des évolutions quant aux formes juridiques qui ne forment pas actuellement un bloc immuable. L’économie sociale doit poursuivre ses recherches et ses efforts pour, avec l’aide du législateur, améliorer constamment ses modes de fonctionnement en fonction des évolutions et tendances sociétales. L’un des principaux chantiers juridiques à venir est celui de l’élaboration d’un droit des groupes d’économie sociale au niveau national permettant de dresser des passerelles entre les familles de l’économie sociale. Aujourd’hui seules les mutuelles peuvent se regrouper sous l’impulsion du Groupement des Entreprises Mutuelles d’Assurance. Il apparaît nécessaire d’élaborer dès à présent un véritable droit des groupes de personnes morales d’économie sociale. - Influencer l’ensemble des acteurs économiques pour les rapprocher de l’économie sociale. Cette approche pourrait donner par exemple naissance à des sortes d’alliances avec des acteurs qui ont des points communs comme la gouvernance participative, le développement social, ou encore le réinvestissement des excédents. La crise économique et financière qui touche actuellement la France remet en partie encause le système économique dominant. Dans cette période de forte tension, l’économiesociale se doit de réfléchir sur son rôle à venir, ainsi que sur les défis qu’elle doit relever. Pourcela, elle doit selon Jean-François Draperi: - Tendre à modifier la donne économique et financière, notamment en rendant des produits et des services émanant du commerce équitable plus accessibles, ou encore en développant un financement davantage coopératif. 41
  • 42. - Contribuer à remodeler la mondialisation en développant une économie sociale transnationale, en faisant un nouveau trait d’union entre le Nord et le Sud. L’économie sociale française pourrait être le moteur d’une économie mondiale plus juste en transplantant son modèle au-delà des frontières. - Oser l’innovation en s’ouvrant aux jeunes, ou en formant de nouvelles alliances. Pour se développer et trouver sa place dans l’économie française, l’économie sociale doit être audacieuse et dynamique. - Confirmer son ancrage sociétal en se modernisant, en réalisant de nouveaux pactes sociaux pour consolider ses liens, en développant une nouvelle approche du temps de vie ou encore en démocratisant la communication avec des modes de communication virtuels. Enjeux et défis de l’économie socialeEnjeux - Renforcer l’organisation nationale représentative de l’économie sociale - Rassembler les acteurs de l’économie sociale - Réaliser des évolutions quant aux formes juridiques - Se pourvoir d’outils communs de développement et de financement - Ouvrir les discussions concernant la gouvernance et les pratiques - Influencer l’ensemble des acteurs économiques pour les rapprocher de l’économie socialeDéfis - Tendre à modifier la donne économique et financière - Contribuer à remodeler la mondialisation - Oser l’innovation - Confirmer son ancrage sociétal d. Limites « externes » et « internes » de l’économie sociale L’économie sociale se retrouve, d’après Jean-François Draperi et Danièle Demoustier,aujourd’hui confrontée à deux types de limites, limites internes et limites externes. Les limites dites externes concernent les entreprises qui adoptent seulement une partiedes principes de l’économie sociale. A titre d’exemple, les syndicats, les sociétés d’économiemixtes, les associations caritatives, ou encore les comités d’entreprises, peuvent être inclusesdans l’économie sociale au sens large alors que ces organisations ne font pas partie de 42
  • 43. l’économie sociale instituée. Cette tendance correspond à un isomorphisme de l’économiesociale qui tend à s’accroitre, et à une banalisation du terme et du concept. Les limites dites internes concernent quant à elles les entreprises ayant des statutsd’économie sociale. Parfois, ces organisations prennent des décisions qui s’éloignent desprincipes et des valeurs fondatrices de l’économie sociale. Le principe le plus concerné parces limites est l’a-capitalisme qui est menacé par la rémunération limitée au capital, lafilialisation des sociétés anonymes par croissance externe et la cotation en bourse. Ces deux types de limites amènent à se poser une question identitaire. Si la tendanceveut que les entreprises d’économie sociale et les entreprises d’économie capitaliste évoluentvers un modèle commun, quand peut-on affirmer qu’une entreprise sociale quitte lemouvement. Le statut juridique qui est actuellement le seul critère pour caractériserl’entreprise d’économie sociale, ne semble plus être suffisant. Il faudrait également prendre encompte les principes qui guident l’appropriation des valeurs. Pour définir si une organisationappartient au mouvement d’économie sociale, il faudrait prendre en compte les valeurs deréférence, les principes, les règles juridiques, le projet et les pratiques réellement mises enplace. Limites de l’économie socialeLimites externes Certaines entreprises n’adoptent qu’une partie des principes de l’économie sociale.Limites internes Certaines organisations prennent des décisions qui s’éloignent des principes et des valeurs fondatrices de l’économie sociale.Réflexion La question identitaire se pose, des changements doivent-ils être opérés pour affirmer qu’une organisation appartient au mouvement de l’économie sociale ? e. L’entrepreneuriat social L’entrepreneuriat social fait de plus en plus parler de lui en se développant dansl’Hexagone, comme le témoigne la montée du Mouvement des entrepreneurs sociaux.L’entrepreneuriat social serait défini suivant les critères économiques suivants (Jean-FrançoisDraperi, 2009) : - Une activité continue de productions de biens et/ou de services - Un degré élevé d’autonomie par rapport aux pouvoirs publics 43
  • 44. - Un niveau significatif de risques sur le marché - Un niveau minimum d’emplois rémunérés L’entrepreneuriat social serait également défini par les critères sociaux suivants (Jean-François Draperi, 2009) : - Un objectif de services à la communauté - Une initiative émanant des citoyens - Un pouvoir de décision non basé sur la détention du capital - Une dynamique participative et une limitation de la distribution des bénéfices En 2008, l’Agence de valorisation des initiatives économiques (AVISE) a définil’entrepreneuriat social selon trois grands critères : modèles économiques de marché, finalitésociale et gouvernance participative (Jean-François Draperi, 2009). Le 6 mars 2009, laConfédération Européenne des Coopératives de Production(CECOP) a approuvé cettedéfinition en insistant toutefois sur la composante participative, cest-à-dire le contrôle del’entreprise par les sociétaires, la gouvernance démocratique et la valorisation du patrimoinede la collectivité locale (Jean-François Draperi, 2009). Selon Philippe Frémeaux (Alternatives économiques n°296, 2010), « lentrepreneuriatsocial nest quun terme pour désigner ce que les associations réalisent depuis plus dun siècle :produire, avec plus ou moins de subventions publiques, des services à forte utilité sociale dansde multiples domaines - santé, social, culture, loisirs, éducation populaire, etc. Maislutilisation dun nouveau mot nest jamais innocente et traduit ici la volonté de secouer lecocotier associatif. Les entrepreneurs sociaux portent une double exigence : innover dans lamanière de répondre aux besoins sociaux et gérer efficacement, parce quêtre dans le social nejustifie pas dêtre moins performant. Au final, lobjectif est daméliorer le rapport qualité/coûtdes services rendus aux usagers, à la manière de ce que promeut, par exemple, le GroupeSOS, une entreprise sociale qui emploie désormais 3 000 salariés et est présente dans tous leschamps de la solidarité (santé, social, éducation, insertion, environnement...). » Selon le degré de respect de ces règles, les entrepreneurs sociaux appartiennent ou non àl’économie sociale. 44
  • 45. Accent mis sur les Accent mis sur la statuts, la dimension contribution à l’intérêt démocratique (1 général , statuts Homme, 1 voix), et la différents (ex : S.A. propriété collective d’insertion) (réserve impartageable) (ex : SCOP) Entrepreneuriat Economie social sociale Espace commun : sociétés de personnes et finalité de contribution à l’intérêt général ( ex : SCIC ou CAE) Figure : Entrepreneuriat social et économie sociale (Jean-François Draperi, 2009) Entrepreneuriat socialCritères - Une activité continue de productions de biens et/ou de services - Un degré élevé d’autonomie par rapport aux pouvoirs publicséconomiques - Un niveau significatif de risques sur le marché - Un niveau minimum d’emplois rémunérésCritères sociaux - Un objectif de services à la communauté - Une initiative émanant des citoyens - Un pouvoir de décision non basé sur la détention du capital - Une dynamique participative et une limitation de la distribution des bénéfices f. L’émergence de l’économie solidaire Le terme d’économie solidaire a fait son apparition en France dans le domaineacadémique autour des années 1980 avec les travaux de François Roustang, philosophefrançais, et de Jean-Louis Laville, sociologue et économiste. Le terme est institutionnaliséavec la création d’un Secrétariat d’Etat à l’Economie solidaire en 2000. 45
  • 46. Ce concept a été construit autour de principes en rapport direct avec la proximité : - En 1996, Cette, Héritier et Singer donnent la définition suivante « services fournis aux personnes pour améliorer la qualité de la vie ou de l’environnement local et correspondant autrefois à des fonctions remplies par la sphère familiale élargie». - Le concept est par la suite davantage formalisé avec trois principes qu’identifie Karl Polanyi, historien de l’économie. Il s’agit de réciprocité, de marché et de redistribution. Il désigne ainsi par ce biais l’ensemble des initiatives reposant sur l’implication des usagers et combinant des ressources marchandes, non marchandes (dons et subventions), et non monétaires (bénévolat). - Par la suite, de nouvelles appellations voient le jour comme la nouvelle économie sociale, le tiers secteur d’utilité sociale, ou encore le terme d’entreprise sociale. D’après Geneviève Azam, les origines de l’économie solidaire sont avant tout puiséesdans les formes de l’exclusion sociale et l’échec politique de l’économie sociale au senstraditionnel du terme. L’augmentation du chômage, l’aggravation de la précarité et le recul del’Etat providence ont poussés l’économie solidaire à prendre corps pour constituer un outil« d’insertion par l’activité économique ». L’économie solidaire se pose en résistance à lalogique dominatrice marchande. Elle entend réinstaurer un équilibre entre Etat, marché etréciprocité. Les approches de l’économie solidaire marquent un regain essentiel d’intérêt pour ladimension politique de l’économie sociale. En effet, d’après Geneviève Azam la dimensionpolitique de l’économie sociale a été rapidement minimisée par rapport à la sphèreéconomique en passant d’un niveau macro-économique35 à un niveau micro-économique36.Les acteurs ont davantage mis l’accent sur les règles de fonctionnement que sur le projetéconomique en lui-même. En prenant en compte cette dimension politique, l’économiesolidaire remet au goût du jour une problématique qui a été celle de l’économie sociale.Comme l’a écrit Jean-Louis Laville en 2000, l’économie solidaire « cherche à articuler lechamp politique et le champ économique » alors que « la théorie de l’économie sociale, par sa35 Science qui ne considère que les phénomènes économiques globaux36 Science qui étudie les comportements économiques individuels 46
  • 47. référence à un paradigme de l’intérêt, occulte par construction la dimension intersubjective del’action organisée ». Encore d’après Jean-Louis Laville, « À la fois socio-économique etpolitique, la problématique de l’économie solidaire est susceptible d’engendrer une critiquesubjective des pratiques de l’économie sociale au regard des enjeux de société majeurs. ».Ainsi, l’économie solidaire tend davantage à s’intéresser au projet politique autour de l’égalitéet la justice, qu’à l’objet économique défini par la rentabilité et la compétitivité. L’économiesociale et l’économie solidaire partagent les mêmes valeurs de référence, mais l’économiesolidaire ne les classe pas de la même façon. Le concept de solidarité est pris en compte ausens plus large, entre les acteurs, mais aussi vis-à-vis des autres. Elle complète également lesvaleurs de l’économie sociale en y introduisant les valeurs de réduction de la désaffiliation, etla préoccupation environnementale. L’économie solidaire se place comme une alternativeaux structures de l’économie sociale qu’elle accuse d’isomorphisme en s’éloignant de sesprincipes originels. Ainsi, l’économie solidaire renouerait avec « l’être associatif » et mettrait« au cœur du passage à l’action économique la notion de solidarité ». D’après Jean-LouisLaville, l’économie solidaire « réintroduit des problématiques à l’origine de l’économiesociale : celle de la combinaison des formes de travail et d’économie, celle de la contributionà un débat pluraliste sur les institutions pertinentes de la démocratie ». L’économie solidairecherche à l’heure actuelle à promouvoir des activités qui répondent aux attentes sociales, touten redonnant de l’importance aux valeurs pionnières de l’économie sociale. L’économiesolidaire apparaît donc comme une économie sociale émergente. L’économie solidaire1980 L’économie solidaire fait son apparition avec les travaux de François Roustang et de Jean-Louis Laville.2000 Le terme est institutionnalisé avec la création d’un Secrétariat d’Etat à l’Economie solidaire.Origines Les origines sont puisées dans les formes de l’exclusion sociale et l’échec politique de l’économie sociale au sens traditionnel.Spécificités La naissance de l’économie solidaire témoigne d’un regain essentiel d’intérêt pour la dimension politique de l’économie sociale. Cette économie entend s’intéresser au projet politique autour de l’égalité et la justice. 47
  • 48. g. D’une approche sociale à une approche sociétale, la RSE D’après Thierry Jeanet, depuis quelques années, nous assistons à des changements depréoccupations quant à l’appréhension de l’économie. Il ne s’agit plus de concevoirl’économie par des volets commerciaux et financiers, il s’agit également de prendre encompte des éléments tels que les normes éthiques, la responsabilité sociale37 et la croissancedurable38. Cette nouvelle tendance a été et est inspirée par des syndicats, des consommateurs,des organisations non gouvernementales, des actionnaires ou encore des entrepreneurs. Elle setraduit par davantage de considérations sociales, écologiques et même civiques, comme lerespect des salariés, des fournisseurs, des sous-traitants, et le respect de l’environnement. Ces nouvelles préoccupations donnent naissance à de nombreuses initiatives dont lespersonnes morales de l’économie sociale constituent des parties-prenantes. En effet, lescritères qu’elles appliquent sont aujourd’hui classés dans le champ du développement durableet de la responsabilité sociale et environnementale. Les organisations de l’économie socialeont un rôle d’inspirateur et de pionnier dans le débat actuel. La responsabilité sociale des entreprise (RSE) est définie par la Commissioneuropéenne de la façon suivante ; « l’intégration volontaire des préoccupations sociales etécologiques des entreprises à leur activités commerciales et leurs relations avec les partiesprenantes ». Le déploiement d’une démarche de RSE par les entreprises témoigne d’unevolonté de progrès. Afin d’être visible du grand public, ces entreprises n’hésitent pas à publierdes chartes ou des codes de bonne conduite, ou à diffuser un rapport relatant les mesuresmises en œuvre et les progrès accomplis conformément aux engagements pris. Pourrenouveler leurs démarches, les entreprises sociales ont elles-mêmes élaboré ce type dechartes avec des recommandations et engagements. L’économie sociale produit également desdocuments communs aux représentants et aux entreprises de forme traditionnelle comme Lacharte du développement des assureurs publié en 2009 par l’Association française del’assurance.37 La responsabilité sociale renvoie à des dimensions marchandes et non marchandes dans la gestion et à la prise en compte des effets externes positifs et négatifs desentreprises sur la société.38 Théorie économique selon laquelle il faut créer un environnement saint où les citoyens du pays en question pourront s’épanouir et atteindre l’excellence. Il s’agit donc, parle biais de l’environnement, de créer les stimulants qui rendront l’économie stimulante et qui attirera les capitaux. 48
  • 49. La publication de rapports annuels qui vise à mesurer la mise en place d’engagements,est obligatoire pour les entreprises cotées de plus de 200 salariés d’après la loi sur lesnouvelles régulations économiques. Les entreprises d’économie sociale ne sont pas soumisesà cette obligation. Pourtant, elles sont nombreuses à publier des rapports annuels. La RSE semble aujourd’hui s’inspirer grandement des valeurs et des principes del’économie sociale. Il est possible de voir dans la prise de conscience grandissante desentreprises pour la responsabilité sociale et environnementale, une incursion de l’économiesociale en leur sein. Banalisation, vulgarisation, ou expansion de l’économie sociale, les avisdivergent. La RSELe rôle de l’économie sociale Les organisations de l’économie sociale ont un rôle d’inspirateur et de pionnier dans le débat actuel concernant du développement durable et de la responsabilité sociale et environnementale (RSE).L’économie sociale prise - L’économie sociale produit des documents communs auxcomme modèle représentants et à des entreprises de forme traditionnelle. - La RSE semble aujourd’hui s’inspirer grandement des valeurs et des principes de l’économie sociale. 49
  • 50. Tableau de synthèse permettant de mieux appréhender les points de concordance et dedivergence entre l’économie sociale, l’économie solidaire et la RSE. Economie sociale Points communs Points divergents • Motivation conduite par • Origines puisées dans les formes l’aggravation de la précarité, le d’exclusion sociale recul de l’Etat providence et l’augmentation du chômage • Naissance du mouvement en opposition à l’échec de l’économie • Résistance face à la logique sociale au sens classique du terme dominatrice marchande • Regain important pour la dimension • Valeurs de référence politique de l’économie socialeEconomie (égalité et justice) en opposition àsolidaire l’objet économique qui est privilégié par l’économie sociale. • Classement des valeurs de référence ; le concept de solidarité est pris en compte au sens plus large. • Inspiration puisée dans les valeurs • Concerne les entreprises qui et les principes de l’économie n’appartiennent pas au mouvement de sociale l’économie sociale • Prise en compte d’éléments tels que • Déploiement de la démarche réalisée les normes éthiques, la pour être visible du grand public, et responsabilité sociale et la non par conviction croissance durable • Publication obligatoire de rapports • Considération sociale, écologique annuels pour certaines entreprisesRSE et civique ; le respect des salariés, des fournisseurs, des sous-traitants, et de l’environnement • Publication de rapports et chartes avec recommandations et engagements 50
  • 51. h. Bilan : Pourquoi développer l’économie socialeCes figures ont été réalisées avec des éléments abordés dans la revue de littérature.Figure1 : Pourquoi développer l’économie socialeFigure 2 : Les effets attendus du développement de l’économie sociale 51
  • 52. PARTIE 2 : ETUDE EMPIRIQUE I. Formulation des hypothèses de rechercheHypothèse 1 : La création d’instances spécialisées favorise l’essor de l’économie sociale.Hypothèse 2 : La reconnaissance officielle des organisations de l’économie sociale favorisel’essor de l’économie sociale.Hypothèse 3 : L’instauration d’un gouvernement de gauche favorise l’essor de l’économiesociale.Hypothèse 4 : La mise en place d’avantages fiscaux en faveur des structures de l’économiesociale favorise l’essor de l’économie sociale.Hypothèse 5 : Le manque d’encadrement des structures de l’économie sociale joue endéfaveur de l’essor de l’économie sociale.Hypothèse 6 : Le développement de la RSE dans les entreprises favorise l’essor de l’économiesociale.Hypothèse 7 : La mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiairefavorise l’essor de l’économie sociale. 52
  • 53. Hypothèse 8 : La diffusion d’informations sur l’économie sociale par le gouvernement et parles acteurs de l’économie sociale favorise l’essor de l’économie sociale II. Démarche de la recherche et choix méthodologiques a. Choix d’une étude qualitative Selon Morse, pour réaliser une étude empirique, il convient de commencer parimaginer ce que l’on va trouver. Comme l’explicite Raymond-Alain Thietart, « projeter letype de résultat attendu, voire le résultat souhaité lui-même, permet […] de trouver plusfacilement les différentes méthodes envisageables pour parvenir à la réponse ». Le type deméthode retenu dépend donc de la problématique centrale et du résultat souhaité. Il existe unemultitude de méthodes d’analyse de données ayant toutes une finalité différente. D’après Raymond-Alain Thietart, « on appelle monde empirique l’ensemble desdonnées que l’on peut recueillir ou utiliser sur le terrain. Ces dernières peuvent être des faits,des opinions, des attitudes, des observations, des documents. Dans le domaine de la rechercheen management, le chercheur délimite par son intérêt et son attention, un cadre au sein de cemonde empirique. […] De plus, le chercheur peut délimiter ce cadre par dans le temps par saprésence effective sur le terrain. » L’étude empirique de ce mémoire a pour objectif de répondre à la problématiquesuivante : quels facteurs peuvent impulser l’essor de l’économie sociale en France ? D’aprèsMarco Caramelli, « les données qualitatives sont nécessaires pour répondre à des questions detype qui, pourquoi, comment, quand où. » Selon lui, les données qualitatives sont en partienécessaires pour comprendre des processus et mécanismes en profondeur, ainsi que pourexplorer un domaine dont les informations existantes sont limitées voire inexistantes. C’estdonc ce mode de collecte de données qui sera retenu pour cette étude car il paraît être le plusadapté. 53
  • 54. b. Entretiens individuels semi-directifs Les principaux modes de collecte de données primaires en recherche qualitative selonRaymond-Alain Thietart, sont l’entretien individuel, l’entretien de groupe, et l’observationparticipante, ou non participante. L’entretien est une technique destinée à collecter desdonnées discursives dans l’objectif de les analyser par la suite. Selon Raymond-AlainThietart, l’entretien individuel est une situation de face à face entre un enquêteur et un sujet.Ainsi, la notion d’entretien est fondée sur la pratique d’un questionnement du sujet avec uneattitude plus ou moins marquée de non-directivité de l’enquêteur vis-à-vis du sujet. Deuxtypes d’entretiens individuels se démarquent ; l’entretien non directif, et l’entretien semi-directif. Au cours de l’entretien non-directif, l’enquêteur se contente de définir un thèmegénéral sans intervenir sur l’orientation du sujet. Au cours de l’entretien semi-directif, appeléégalement entretien « centré », le chercheur applique, selon Raymond-Alain Thietart, lesmêmes principes que pour l’entretien non-directif, à la différence qu’il utilise un guidestructuré pour aborder une série de thèmes préalablement définis. C’est cette démarche quicorrespond le mieux à l’étude empirique de ce mémoire. Une étude qualitative menée grâce àdes entretiens individuels semi-directifs permettra d’aboutir aux résultats escomptés. En effet,si les grands thèmes abordés correspondent aux facteurs pouvant influencer l’essor del’économie sociale, les entretiens permettront d’infirmer ou d’affirmer les hypothèsesformulées, et même de les enrichir. Il s’agira également de savoir dans quelle mesure cesfacteurs influent sur l’essor de l’économie sociale. c. Taille de l’échantillon Pour déterminer la taille de l’échantillon d’individus sollicités, il faut appréhender la tailleminimale qui permettra d’obtenir une confiance satisfaisante des résultats. D’après Glaser etStrauss, l’échantillon ne doit pas comporter d’ordre de grandeur du nombre d’unitésd’observation. D’après eux, la taille adéquate est celle qui permet d’atteindre une saturationthéorique qui arrive lorsqu’on ne trouve plus d’information supplémentaire capable d’enrichirla théorie. Il est donc a priori impossible de connaître à l’avance quel sera le nombre d’unitésd’observation nécessaire lors de l’étude empirique. De plus, personne ne peut réellement avoirla certitude qu’il n’existe plus d’information supplémentaire. Il revient donc au chercheur deprendre la décision d’arrêter la collecte des données lorsque les dernières unitésd’observations n’ont pas apportées d’éléments nouveaux. C’est cette démarche qui sera 54
  • 55. retenue dans ce mémoire car c’est celle-ci qui permet semble-t-il d’optimiser la qualité desrésultats souhaités. d. Population ciblée et individus sollicités La population ciblée sera composée d’individus travaillant, ou ayant travaillé dans lesecteur de l’économie sociale, de l’économie solidaire et de l’entrepreneuriat social. Cespersonnes travailleront donc ou auront travaillé dans une structure œuvrant dans léconomiesociale, solidaire ou dans une entreprise sociale : associations, fondations, mutuelles etcoopératives. Un panel relativement complet permettrait d’obtenir des résultats satisfaisants etreprésentatifs. Les individus contactés auront au préalable été repérés grâce à des revues et àdes organismes spécialisés, mais également grâce à mon propre réseau relationnel. e. Elaboration du guide d’entretien Selon Marco Caramelli, l’utilisation d’un guide d’entretien est une exception nécessaireau principe de neutralité et de non-directivité de l’entretien. Il convient donc d’en élaborer unavant de débuter la collecte de données primaires. Ce guide se compose de la liste des thèmesqui permettront de collecter des données attendues et d’une trame de questions semi-directives à administrer lors des entretiens avec des professionnels. f. Limites de la démarche globaleLa démarche retenue comprend certaines limites : - L’arrêt de la conduite d’entretiens individuels semi-directifs est une décision subjective. Celle-ci peut être juste, mais elle ne pourra pas être indiscutable, et aucune méthode ne pourra valider de manière certaine cette décision. Pour pallier à ce problème, les entretiens prendront fin lorsque les résultats obtenus arriveront à saturation sémantique. - La contrainte de temps pour mener ces entretiens constitue un frein compte tenu de l’échantillon. Le nombre d’entretiens qu’il va falloir réaliser pour arriver à une saturation sémantique est un élément totalement inconnu. Il est probable que le temps imparti ne soit pas suffisant pour arriver au résultat escompté. Une rigueur méthodologique s’impose pour remédier à cette limite : bonne gestion du temps, prise de contacts rapide, optimisation de la disponibilité. 55
  • 56. - Le fait de viser des populations spécifiques travaillant dans le domaine de l’économie sociale n’est pas aisé à tenir. Il se peut que peu de personnes veuillent accorder du temps à une étudiante réalisant son mémoire de recherche de fin de scolarité. Pour surmonter ce risque, le nombre de demande d’entretiens sera multiplié.III. Analyse thématique Cette analyse thématique a été établie sur la base d’entretiens réalisés avec desprofessionnels travaillant dans l’économie sociale (retranscription en annexes). Le termeéconomie sociale englobe les structures de l’économie sociale et de l’économie solidaire, ainsique les entreprises sociales. Cette définition est valable pour l’ensemble de l’analyse. Pourchaque thème abordé, la réflexion s’articulera autour des arguments allant dans le sens de lavalidation, puis autour de ceux allant à son encontre. a. Thème 1 : La création d’instances spécialisées favorise l’essor de l’économie sociale D’après les interviews menées, l’hypothèse est validée. La création d’instancesspécialisées favoriserait l’essor de l’économie sociale. Les individus interrogés évoquent deuxtypes d’instances : celles créées par les acteurs de l’économie sociale et celles créées par lapuissance étatique.  Les organes existants Il existe un grand nombre d’instances qui chapeautent le mouvement de l’économiesociale en France. Chaque type de structures dispose d’un organe représentatif : FNMS39 pourles mutuelles ou la COORACE40pour les entreprises d’insertion. D’autres organismes39 La Fédération nationale de la Mutualité Française rassemble 700 mutuelles de santé qui protègent 38 millions de personnes. Les mutuelles sont des organismes à but nonlucratif. Elles font vivre un système de solidarité, dentraide et de prévoyance. Elles combattent lexclusion et la discrimination.40 D’après le site institutionnel de la COORACE, « la COORACE est née en 1985. La fédération COORACE réunit aujourdhui près de 500 entreprises de léconomie socialeet solidaire. Elle se caractérise par la diversité des entreprises quelle fédère, permettant une réflexion et des actions transversales au service de lemploi, de linsertion et dudéveloppement de territoires solidaires. Ses adhérents sont principalement des Structures de lInsertion par lActivité Economique (SIAE). Il sagit également dOrganismesagréés Services à la Personne (OASP) regroupés sous la marque commerciale ProximServices. Lensemble de ces entreprises salarie annuellement près de 100 000 personnesdont 83 000 dans le cadre de parcours dinsertion. » 56
  • 57. occupent déjà le paysage comme le CEGES41, le CRES42, la Direction Générale de laCohésion Sociale, ou encore le Conseil Supérieur de l’Economie Sociale43qui est un organeconsultatif placé sous la tutelle du Ministère de la Santé et de la Solidarité. D’autres acteurssont également présents sous forme de fédérations très spécifiques comme le Mouvement desentrepreneurs sociaux44 (MOUVES) qui a pour finalité de fédérer les entrepreneurs sociauxou encore le CJDES45. L’économie sociale est valorisée par des mesures telles que celle dufond jeun’ESS46 qui vise à développer l’économie sociale et solidaire chez les jeunes.  Création d’instances par les acteurs de l’économie sociale Les individus interrogés ont émis des suggestions qui pourraient permettre l’essor del’économie sociale grâce à la volonté des acteurs du mouvement :41 D’après le site institutionnel du CEGES, « Le Conseil des Entreprises, Employeurs et Groupements de l’Economie Sociale (CEGES) regroupe les entreprises, employeurset organisations de l’économie sociale et solidaire. En tant que mouvement, l’Association a pour mission de fédérer les acteurs de l’économie sociale et solidaire, de lesreprésenter dans le dialogue avec les pouvoirs publics et la société civile et de promouvoir leur modèle entrepreneurial. »42 Conseil National des Chambre Régionales de l’Economie Sociale - D’après le site institutionnel du CNCRES, « Les CRES(S) sont des associations représentatives ettransversales qui ont vocation à réunir les acteurs de l’économie sociale (et solidaire) de leur région : les associations, les coopératives, les fondations dentreprise de lESS,les mutuelles, les syndicats employeurs de l’économie sociale et dans la plupart des régions, les réseaux déconomie solidaire et de développement local. »43 En 2006, dans le cadre de la redéfinition d’une nouvelle délégation à l’innovation, à l’expérimentation sociale et à l’économie sociale, le CEGES a demandé augouvernement, la création d’un Conseil Supérieur de l’Economie Sociale (qui se substitue au Comité Consultatif antérieur, lequel n’avait plus été réuni depuis 2002). Créépar décret (n° 2006 – 826) le 10 juillet 2006, il est présidé par La Ministre de l’Economie, de l’Industrie et des Finances, Mme Christine Lagarde. Un arrêté du 28 septembreen a nommé les membres (35 titulaires, dont 15 proposés par le CEGES, et 3 par la Conférence nationale des Chambres régionales de l’économie sociale), et son installationa eu lieu le 6 décembre 2006.Trois groupes de travail sur les thèmes suivants : L’innovation sociale, sous l’impulsion d’Hugues Sibille, La mesure de l’impact social, animépar Thierry Sibieude, ESSEC, La question d’un label pour l’économie sociale et solidaire, animé par Claude Alphandéry, président du Labo de l’ESS.44 D’après le site institutionnel du MOUVES, « Le Mouvement des entrepreneurs sociaux (MOUVES) est un mouvement de personnes qui se retrouvent sur des valeurs, despratiques et la volonté de construire une économie humaine qui réponde efficacement aux besoins de la société : emploi, santé, éducation, dépendance, logement,alimentation, etc. Le MOUVES veut fédérer et représenter les entrepreneurs sociaux. Des entrepreneurs qui portent une vision, prennent des risques, développent et innovent,managent des équipes. Des entrepreneurs motivés avant tout par l’intérêt général, pour qui le profit est un moyen et pas une fin en soi. Des entrepreneurs qui partagentéquitablement les richesses qu’ils créent. »45 D’après le site institutionnel du CJDES, « Le CJDES est né en 1985 de la volonté de dirigeants de l’économie sociale de mettre en commun les expériences etcompétences. Le CJDES est soutenu par des entreprises, des institutions publiques et des adhérents engagés autour d’une conception moderne, pragmatique et solidaire del’économie sociale. Son rôle d’observateur et de créateur d’émergences solidaires le conduit à veiller au renouvellement des générations. Le CJDES est un lieu ouvert à laréflexion collective en-dehors des mandats et des fonctions représentatives de chacun. Il réunit des profils aussi divers qu’enrichissants : jeunes, dirigeants et acteurs del’économie sociale, Pouvoirs publics… Son Conseil d’Administration, est constitué de personnalités issues de tous les horizons : mutuelles, associations, coopératives,entreprises d’insertion… etc. »46 D’après secteurpublic.fr, « A l’occasion du forum national des associations et des fondations, Marc-Philippe Daubresse a signé avec les grandes entreprises de l’économiesociale et solidaire la création d’un fonds dénommé « Jeun’ESS » destiné à développer l’économie sociale et solidaire chez les jeunes. Ce fonds, financé à 50 % par unesubvention du ministère de la Jeunesse et des solidarités actives et à 50 % par la Fondation MACIF, la Fondation Crédit Coopératif, la MAIF, la Fondation Groupe ChèqueDéjeuner, la Fondation AG2R La Mondiale et La MGEN, sera doté d’1,2 million d’euros dès sa création. Ce fonds sera piloté par l’Agence de Valorisation des InitiativesSocio-Economiques (AVISE). Il visera à répondre à la quête de sens des jeunes qui souhaitent s’investir par le biais de leur travail ou d’une action bénévole au service d’unprojet de société réconciliant l’homme et la planète. Selon un sondage CSA (janvier 2010), l’économie sociale et solidaire bénéficie d’une forte attractivité chez les jeunes :75% d’entre eux estiment que le fait qu’une entreprise soit une « entreprise sociale », les inciterait à postuler et 62 % seraient prêts à créer une « entreprise sociale » ». 57
  • 58. - La mise en place d’un label par le MOUVES ayant pour objectif d’identifier les entreprises appartenant à l’entrepreneuriat social d’une part pour les aider à se financer et d’autre part pour créer une visibilité pour le grand public. - La création d’un organe qui concentre les organisations professionnelles qui sont actuellement 4 ou 5. Cette association interprofessionnelle doit être l’émanation des structures de l’économie sociale et solidaire, et non de l’Etat. Il y a eu des progrès récemment avec la présentation de listes communes lors des élections prud’homales. Cependant l’économie sociale est encore loin de parler d’une seule voix. Il serait également nécessaire qu’il y est une reconnaissance de l’USGERES47. - La nécessité que des personnes créent des liens, des ponts entre les structures existantes pour qu’il y ait à terme des porte-parole et des instances représentatives de tout le secteur. Il faut des instances de dialogue et d’échange dans un monde où il y a des rivalités entre les membres originels et les nouveaux acteurs. - Les instances comme les CRESS pourraient voir évoluer leur statut vers un statut consulaire. Le CEGES pourrait lui aussi évoluer dans le même sens. - La mise en place d’outils serait sans doute plus utile que des instances qui existent déjà. Ces outils pourraient rendre les acteurs davantage autonomes et favoriseraient leur développement. Le soutien par le biais d’outils concrets tels que les clauses favorisant les acteurs de l’économie sociale dans l’attribution de marchés publics serait plus bénéfique que la création d’instances spécialisées. - Création d’une formation spécifique au sein des organismes de formation visant à préparer des individus à développer une entreprise de l’économie sociale. - La création d’instances doit être une volonté française mais aussi européenne. Cependant, la création d’instances spécialisées par les acteurs de l’économie sociale resteaujourd’hui une utopie en raison de blocages dus à des luttes de personnes et des désaccordsd’ordre politique. Pour créer de nouvelles instances, il faudrait qu’il y ait un renouveau etqu’une nouvelle dynamique s’installe au sein des structures déjà existantes. Dans le contexteactuel, il très difficile de fédérer des acteurs dont les natures sont diverses. Au lieu d’être unerichesse, cette diversité est un frein au regroupement des acteurs sous une même bannière enraison de conflits d’intérêt, de divergences politiques et de la trop grande disparité des statuts.Il existe actuellement trop d’instances, il y a un foisonnement avec des regroupements47 Union de Syndicats et Groupements d’Employeurs Représentatifs dans l’Economie Sociale 58
  • 59. d’acteurs plus ou moins spécialisés. Il y en a beaucoup pour un ensemble peu visible et peulisible. Il faudrait rationaliser les instances déjà existantes qui manquent d’efficacité. Mais le problème majeur de l’économie sociale aujourd’hui est qu’elle n’est pasréellement définie. Ce terme regroupe des structures très diverses qui ne s’entendent pas sur ladéfinition du mouvement. Les premières barrières visibles sont celles liées à la sémantique etaux vocables utilisés. Les acteurs emploient tous des termes différents et ne définissent pas lemouvement de la même façon. Certains plaident pour une ouverture, alors que d’autresprivilégient un cloisonnement. Ce débat qui anime les acteurs engendre actuellement l’inertiedu mouvement. Avant de créer des instances, il faut que l’ensemble des parties prenantesopère une cohésion qui leur permettra d’avoir davantage d’influence. Malgré ces disparités, une volonté de regroupement émane de la part des différents acteursde l’économie sociale. Cet effort de synergie semble prendre forme à travers des initiativestelles que les Etats Généraux de l’Economie Sociale et Solidaire les 17, 18 et 19 juin 2011organisés par le Labo de l’Economie Sociale et Solidaire.  Création d’instances par la puissance étatique La plupart des personnes interviewées ont également évoquée la nécessité del’implication de l’Etat, mais en dehors des instances créées par les acteurs de l’économiesociale. Cette démarche de l’Etat peut se manifester de différentes façons : - Création d’un organe public de consultation avec les pouvoirs publics et les structures de l’économie sociale. - La création d’un secrétariat d’Etat48 rattaché au ministère de l’économie. Cet affichage pourrait ouvrir des portes. Entre 1999 et 2002 il y a eu un secrétariat d’Etat solidaire, mais il a disparu. La mise en place d’un organe décisionnaire relevant du pouvoir exécutif constituerait une force d’impact sur l’administration et sur les ministères. Cette création permettrait également de donner à l’économie sociale une meilleure visibilité externe, et ainsi de lui allouer davantage de poids en faisant ressortir un enjeu transversal et qui touche beaucoup de ministères.48 Un secrétariat d’Etat à l’Economie solidaire a été créé en 2000, disparu depuis l’arrivée du gouvernement Raffarin. 59
  • 60. - L’instauration d’une banque publique d’investissement49 ayant pour objectif d’aider les PME et PMI et donc par ce biais les structures de l’économie sociale (idée figurant dans le programme du Parti Socialiste). - La mise en place d’une structure qui formerait les fonctionnaires de la direction du travail qui ne connaissent pas les IAE. En effet, la Direction du Travail est chargée d’allouer ou non des subventions aux IAE en fonction des résultats du dialogue de gestion. En mettant en place cette démarche, l’Etat impulserait le mouvement sans pour autant lecréer, ce qui n’est pas de son ressort. L’Etat est un catalyseur (financement et lois), mais ilreste avant tout un partenaire qui n’a pas les moyens de réunir tous les acteurs de l’économiesociale, notamment à cause de querelles intestines. La mise en place de mesures en faveur del’économie sociale permettrait aux acteurs d’acquérir un poids politique plus important etd’avoir une visibilité politique conséquente. A noter que le rapport du députéVercamer50présenté en octobre 2010 a permis d’engendrer une prise de conscience importanteet d’entamer une réflexion de la part des politiques. Depuis février 2010, le gouvernementévoque l’idée d’un « label » des entreprises sociales qui s’inspirerait du modèle britannique dela Social Enterprise Mark qui distingue environ 400 entreprises au Royaume-Uni. Cependant,le bilan français est différent. Il existe aujourd’hui 230 000 entreprises de l’économie sociale,ce qui représente environ 10% du produit intérieur brut (PIB) (cahier du « Monde », n°20 614,49 La banque publique dinvestissement est une proposition issue du programme économique du Parti Socialiste. Ce pôle piloterait et financerait la politique industrielle, selonle porte-parole du PS Benoît Hamon.50 D’après Francis Vercamer, « Ce rapport vient conclure un travail de réflexion et d’élaboration de préconisations qui a duré 6 mois, et pour lequel j’ai souhaité associer trèslargement l’ensemble des acteurs de ce secteur intéressés par cette démarche. L’économie sociale et solidaire constitue un secteur économique dont l’activité est très ouverteet portée aux questions de solidarités et plus généralement aux enjeux de société. Elle est un pan de notre économie qui est très dynamique, créateur de richesses et ce faisantqui n’oublie pas d’être créateur d’emplois. C’est un secteur très présent dans notre économie, puisqu’il contribue à hauteur de 7 à 8% à la formation de notre PIB, qu’ilreprésente 10% de l’emploi salarié, que la création d’emplois y est plus dynamique que dans le secteur privé (+ 2,6% en moyenne de 2001 à 2006 contre une augmentation de1,1% dans le secteur privé). Trois grands constats peuvent être dressés : tout d’abord, et corollaire de la grande diversité de l’économie sociale et solidaire, une difficulté àappréhender l’ampleur du périmètre exact du secteur, qui se sent insuffisamment reconnu. Ensuite, une aspiration forte des acteurs de l’ESS à voir leurs spécificités et leurspréoccupations mieux prises en compte par les pouvoirs publics. Enfin, troisième constat, le secteur est riche d’atouts et de potentiels qu’il estime insuffisamment reconnus etsollicités. Face à ce constat, la mission a déterminé les axes d’une approche d’une politique globale de développement de l’ESS, à travers quatre grandes orientationsgénérales qu’illustrent 50 propositions concrètes. Ces orientations visent en particulier à :favoriser une meilleure visibilité ainsi que la prise en compte des enjeux, enparticulier européen, de l’économie sociale et solidaire, permettre aux structures et entreprises de ce secteur d’accéder à des dispositifs de droit commun qui facilitent leurcroissance, promouvoir une politique active d’aide et d’accompagnement qui tienne compte des spécificités de ce secteur, mieux prendre en compte le secteur de l’économiesociale dans l’élaboration des politiques publiques. Les 50 propositions que vous trouverez dans le rapport visent à donner une impulsion nouvelle au développement del’économie sociale et solidaire et dessinent les contours d’une politique globale qui permette aux acteurs de l’ESS de prendre toute leur place dans l’économie nationale. Cerapport n’est qu’une étape dans un processus d’élaboration de cette politique qui me paraît essentielle, et qui, j’insiste sur ce point, doit être élaborée en partenariat avec lesacteurs de ce secteur. Laurent Wauquiez s’est engagé à réunir rapidement le Conseil supérieur de l’économie sociale pour travailler sur ces propositions, et d’apporter desréponses concrètes pour aider celles et ceux qui sont convaincus de pouvoir entreprendre autrement pour la croissance et la création d’emploi. » 60
  • 61. mardi 3 mai 2011). Mais ce décompte n’intègre pas des entreprises sociales n’ayant pas lestatut de l’économie sociale (coopératives, mutuelles et associations) : insertion par l’activité,maintien de l’agriculture paysanne, commerce équitable, microcrédit… Ces entreprises quiont résisté à la crise et créé deux fois plus d’emplois que le secteur privé sont sourcepermanente d’innovation et contribuent à la cohésion sociale (cahier du « Monde », n°20 614,mardi 3 mai 2011). L’idée du Label constitue une très bonne piste pour reconnaîtrel’ensemble de ces entreprises, mais il est extrêmement difficile, voire illusoire, de regroupersous la même bannière des entreprises aussi diverses. Suite aux préconisations du rapport Vercamer, un plan de développement de l’économiesociale a été mis en place : - Renforcer la concertation entre les acteurs et le Pouvoirs Publics : cet axe de travail sera engagé avec la réforme du Conseil Supérieur de l’Economie Sociale et Solidaire. - Accélérer la mise en œuvre des préconisations du rapport Vercamer : sensibilisation aux métiers de l’économie sociale dans l’enseignement, soutien de l’entrepreneuriat social, appui du développement des entreprises sur un pilotage local. - Développer l’ancrage territorial de l’économie sociale avec des territoires tests : Rhône-Alpes, Aquitaine, Languedoc-Roussillon, Nord-Pas de Calais. - Développer l’innovation sociale : création de micro franchises solidaires, développement de « pépinières » de l’entrepreneuriat social, réalisation de deux guides pour favoriser l’accès des entreprises de l’économie sociale aux dispositifs de droit commun pour la création d’entreprises et d’innovation, soutien à la rencontre mondiale des entrepreneurs sociaux en juin 2011. Les acteurs de l’économie sociale souhaitent s’unifier pour peser plus lourd dans la sphèrepolitique et économique notamment en améliorant leur visibilité. Cependant, ce regroupements’avère difficile, mais la volonté des acteurs et la naissance d’initiatives laissent présager unavenir florissant pour l’économie sociale. L’intervention de l’Etat pourrait aider lemouvement sans pour autant le supplanter. La création d’un Secrétariat d’Etat lui conféreraitune légitimité économique et politique. 61
  • 62. Par les acteurs de l’économie sociale: • organe qui concentre les organisations professionnelles • personnes qui créent des liens • évolution de certains statuts • mise en place doutils • création d’une formation spécifique • la création d’instances doit être une volonté française mais aussi européenne Créationdinstancesspécialisées Par lEtat : • création d’un organe public de consultation • création d’un secrétariat d’Etat • instauration d’une banque publique d’investissement • mise en place d’une structure qui formerait les fonctionnaires b. Thème 2 : La reconnaissance officielle des organisations de l’économie sociale favorise l’essor de l’économie sociale Aux vues des réponses données lors des entretiens, l’hypothèse selon laquelle la reconnaissance officielle des organisations de l’économie sociale favoriserait l’essor de l’économie sociale est valable. Cette reconnaissance permettrait à l’économie sociale de jouir d’une meilleure visibilité et d’une plus grande lisibilité.  Voies privilégiées pour la reconnaissance de l’économie sociale La question est de savoir par quelles voies pourrait se concrétiser cette reconnaissance. Voici les suggestions des personnes interviewées : - Instauration de critères : La liberté de l’économie sociale est à la fois une force et une faiblesse. L’établissement de critères pourrait constituer une reconnaissance officielle mais cette option est à double tranchant. Si les critères sont flous, il risque d’y avoir des dérives, si au contraire ils sont trop restrictifs, les initiatives diminueront. 62
  • 63. - Label représenté par un logo : La question du label est extrêmement importante. Elle constitue un enjeu majeur et une étape intéressante, bien que compliquée à mettre en œuvre. Le lancement d’un label permettrait de faire coïncider différentes logiques pour dégager davantage de visibilité et de clarté. Il y a actuellement un débat au Conseil Supérieur de l’Economie Sociale et Solidaire autour de l’instauration d’un label. Il faut néanmoins faire attention aux critères qui vont être retenus, ils pourraient être trop limitatifs. La diversité de l’économie sociale est une richesse, trop d’exigences formelles et contraignantes pourraient la desservir. On pourrait imaginer une labellisation, qui pourrait se fonder sur des critères éthiques par exemple. En France, les acteurs économiques et politiques apprécient de pouvoir situer les structures avant de les rencontrer, avant de s’engager dans un éventuel partenariat par exemple. Pour cela, l’existence d’un label permettrait de « rassurer » les contacts éventuels, les prospects, voire d’élargir les cibles potentielles. Mais la question du label ne fait pas l’unanimité et ne parvient pas à convaincre tout le monde car il paraît difficile d’y réunir l’ensemble des acteurs. Certains craignent que les critères choisi desservent une partie du mouvement et freine les initiatives. Si par exemple le critère du statut est retenu, une partie des entrepreneurs se verront exclus du mouvement. Il faut noter qu’il existe déjà une reconnaissance par des labels qui appartiennent à différents réseaux comme celui « d’entreprises solidaires ». Cependant, ces labels ne permettent pas une visibilité du mouvement dans sa globalité.- Définition commune : Il est nécessaire que la puissance publique, les politiques et le grand public puissent identifier les entreprises qui sont sociales ; quel est leur poids et combien sont-elles. Pour cela il faut identifier leur statut mais surtout leur finalité et leur utilité. La multitude de termes employés dessert le secteur. Il n’y a pas de définition réelle. Aujourd’hui, nous assistons à un changement de culture et de perspective dans lequel interviennent les entreprises sociales qui sont décriées par une partie du mouvement. Il faudrait qu’il y ait une reconnaissance commune du fer de lance de l’économie sociale et solidaire qui est le but non lucratif des activités, ce qui n’exclut pas la rentabilité. L’économie sociale pourrait alors tenir un discours efficace et uni. Il y a une trop grande volonté d’unifier et de gommer la diversité de l’économie sociale. La construction d’une identité commune est nécessaire, mais il faut prendre garde de ne pas occulter la diversité sociale qui est une occupation qui bloque le mouvement. Il faudrait une action commune autour d’enjeux, de pratiques et de 63
  • 64. valeurs communes qui correspondent aux fondamentaux de l’économie sociale. Il faut reconnaitre les spécificités de l’économie sociale qui se différencie de l’économie au sens classique pour que la législation soit adaptée. - Représentations syndicales : Des efforts doivent être menés concernant des aspects plus institutionnels tels que la représentation des syndicats de l’économie sociale dans les négociations paritaires. Les organisations patronales de l’économie sociale doivent également être reconnues. L’USGERES ainsi que des syndicats de salariés pourraient être reconnus comme des interlocuteurs de l’Etat et au même titre que le MEDEF51, la CGPME52 ou l’UPA53. - Statuts spécifiques : L’instauration de statuts spécifiques pourrait permettre aux structures de l’économie sociale d’être identifiées par le grand public, le label ne suffisant pas. Le grand public a quant à lui besoin de communication et de relation de proximité pour mieux appréhender l’économie sociale. La mise en place d’un statut permettrait que l’économie sociale se renforce et se développe. Pour les mutuelles, ce statut serait un statut particulier qui ne les mette pas en concurrence avec les assurances pour que ces deux entités aient la même réglementation. - Volonté politique : Les structures de l’économie sociale ne sont pas suffisamment reconnues, mais elles ne sont pas pour autant combattues. Une volonté politique pourrait apporter cette reconnaissance dans la mesure où l’économie sociale peut répondre à un besoin des individus de se retrouver dans ce type d’organisations. Il est nécessaire qu’il y ait une reconnaissance de l’utilité de gestion, et donc d’abolir la mesure du dialogue de gestion. Cette reconnaissance politique interviendrait dans un contexte où les associations constituent un secteur oublié par l’Etat qui leur verse de moins en moins d’argent. - Législation : La reconnaissance officielle de l’économie sociale doit passer par la législation et donc s’effectuer par voix législative. - Secrétariat d’Etat : La reconnaissance au sein de la puissance publique doit passer par une place dans les instances officielles. L’Etat peut reconnaître l’économie sociale à travers la mise en place d’un Secrétariat d’Etat lui étant dédié. Mais les critères de51 Mouvement des entreprises de France52 Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises53 Union Professionnelle Artisanale 64
  • 65. reconnaissance demeurent difficiles à définir ; est-ce l’objet social, la présence d’actionnaires, et de quel type ? - Ouvrir le débat : Aujourd’hui il faut essayer de faire reconnaître le secteur à l’échelle européenne. En France il existe des textes et une législation, le même travail doit être reproduit au niveau européen. La question de la reconnaissance de l’économie sociale est étroitement liée avec laquestion d’une identité commune des acteurs du mouvement. Les idées foisonnent pour quecette reconnaissance devienne une réalité, mais elle ne sera pas réalisable tant que les acteursdu mouvement ne seront pas à l’unisson.  Instauration de critères  Label représenté par un logo  Définition commune  Représentations syndicales  Statuts spécifiques Reconnaissance de  Volonté politique l’économie sociale  Législation  Secrétariat d’Etat  Ouverture du débat au niveau européen c. Thème 3 : L’instauration d’un gouvernement de gauche favorise l’essor de l’économie sociale Les personnes interviewées estiment majoritairement que l’instauration d’ungouvernement de gauche favoriserait l’essor de l’économie sociale.  La gauche plus sensible aux thèmes de l’économie sociale La gauche a de manière générale une plus grande propension à favoriser l’économiesociale ; il y a une porosité entre les deux : réseaux militants et valeurs. La gauche accordeune grande attention à la société civile et à l’économie sociale : sensibilité envers la cohésionsociale. En effet, la dimension philosophique de la gauche se rapproche davantage del’économie sociale que celle de la droite. La gauche a besoin en vue des élections de 2012 de 65
  • 66. s’appuyer sur la société. L’économie sociale va donc être une des préoccupations, mais celaest davantage lié à un contexte particulier de sortie de crise durant laquelle le capitalismefinancier a montré ses limites. En outre, la gauche recherche un nouveau moteur dedéveloppement économique, elle pourrait s’inspirer du modèle de l’économie sociale. Lanotion d’économie sociale est davantage portée par la gauche que par la droite, surtout par lebiais des collectivités et des régions. La droite reconnaît l’intérêt de l’économie sociale etsolidaire, mais elle est davantage influencée par des entreprises qui pensent que l’économiesociale et solidaire est déjà trop avantagée.  Les mesures que la gauche pourrait mettre en place La question est également de savoir quelles mesures pourraient être mises en place par ungouvernement de Gauche. Les interviews ont permis de donner des pistes : - Favoriser les petites structures - L’économie est aujourd’hui dominée par les entreprises du CAC 40 qui demandent toujours plus de rendement externalisé et de production. C’est la finance qui dirige plutôt que les managers d’entreprise. Pour contrebalancer cette situation, la gauche pourrait développer les petites structures qui sont moins exposées à la concurrence dans les services ou la technologie de pointe. Ces actions favoriseraient donc l’essor de l’économie sociale. - Financement et fiscalité - Un gouvernement de gauche pourrait intervenir dans le financement et la fiscalité des entreprises de l’économie sociale. - Soutenir la création de coopératives - Le gouvernement pourrait favoriser le rachat par les salariés des entreprises qui ferment et qui sont délocalisées. Ces structures pourraient se transformer en coopératives. Les politiques pourraient jouer en faveur des rachats par des mesures telles que l’emprunt à taux 0. Cela permettrait à des entreprises traditionnelles de pouvoir survivre par les volontés des salariés. - Améliorer sa connaissance – Un gouvernement de gauche pourrait introduire des modules de l’économie sociale dans l’éducation nationale. - Soutenir le mouvement – Un gouvernement de gauche pourrait encourager le lancement d’un Grenelle de l’économie sociale autour d’un plan de développement sur le modèle du Grenelle de l’environnement. 66
  • 67. - Développement européen – Un gouvernement de gauche épaulerait la création d’un statut européen pour les associations, comme c’est déjà le cas pour les mutuelles. L’idée est de développer la diffusion de l’économie sociale dans les pays où elle n’est pas encore présente. - Soutien de l’IAE - L’instauration d’un gouvernement de gauche favoriserait notamment les chantiers d’insertion qui dépendent des subventions de l’Etat. Il pourrait faire abolir la mesure qui oblige les associations d’insertion à présenter un bilan quantifié de leurs activités : nombre de personnes en CDI, en CDD, nombre de sorties, nombre de personnes suivies… Il pourrait également allouer davantage de subventions pour les formations des personnes en insertion : alphabétisation, CAP (aujourd’hui que très peu de places)… - Secrétariat à l’économie sociale - Un gouvernement de gauche pourrait instaurer un Secrétariat à l’économie sociale faisant ainsi avancer la reconnaissance politique du mouvement. - Mise à disposition d’outils - La gauche pourrait assurer un soutien à l’économie sociale sur le long terme en soutenant par exemple les contrats aidés. Elle pourrait mener une politique pérenne grâce à des outils concrets. Pour le mutualisme, cela passerait par l’instauration d’une Sécurité Sociale qui prendrait en charge 100% des soins. Cependant, un gouvernement de gauche pourrait défendre l’économie sociale à conditionque la gauche porte une rupture avec le capitalisme. Le travail récemment mené avec le PartiSocialiste n’a pas réellement abouti. Le programme du parti pour les élections présidentiellesde 2012 n’accorde que très peu de place à la question de l’économie sociale en étant troptimide. La droite semble actuellement plus sensible aux questions de l’entrepreneuriat socialet serait davantage porteuse d’actions.  Favoriser les petites structures  Financement et fiscalité  Soutenir la création de coopératives Mesures  Améliorer sa connaissance envisageables  Soutenir le mouvement  Développement européen  Soutien de l’IAE Secrétariat à l’économie sociale Mise à disposition d’outils 67
  • 68.  L’économie sociale, un mouvement apolitique Finalement, ce n’est pas la couleur politique qui joue un rôle majeur pour l’économiesociale, mais l’opinion publique qui est elle davantage entendue par les politiques : lafrontière gauche/droite n’est pas absolue. Le principal frein sont les limites budgétaires, et cepour tous les gouvernements. Le secteur n’est pas réellement dépendant de la couleurpolitique, bien que le sujet soit mis en avant avec plus d’aisance par la gauche que par ladroite. L’économie sociale n’a pas de réelle logique politique, ce sont les moyens mis enœuvre et la volonté qui va à priori compter. Il y a cependant des tenants de l’économie socialeà gauche comme à droite. C’est à l’économie sociale de se rendre visible et lisible auprès despolitiques, et ce avec tous les bords politiques. Le monde de l’économie sociale est apolitique et ne se reconnaît pas dans l’Etat, une sortede troisième secteur. La question de l’économie sociale ne se règle pas avec l’aspect politique,mais sur le terrain. Tous les politiques devraient cependant être sensibles à l’attrait de leurscontemporains pour les valeurs que porte l’économie sociale. La sensibilité aux valeurs departage, de respect mutuel, d’entraide et de solidarité ne dépend pas seulement d’uneappartenance politique. d. Thème 4 : La mise en place d’avantages fiscaux en faveur des structures de l’économie sociale favorise l’essor de l’économie sociale La majorité des personnes interrogées estime que la mise en place d’avantages fiscauxfavoriserait l’essor de l’économie sociale. Ils doivent néanmoins être compris par l’opinionpublique et par les autres acteurs.  Les avantages fiscaux envisageables - Modifier l’impôt sur les bénéfices - Les grandes entreprises payent 8% d’impôt sur leurs bénéfices, alors que les PME et PMI y contribuent de façon plus importante. Il s’agit d’inverser cette tendance : que les grandes entreprises payent davantage cet impôt et que les petites entreprises soient aidées en participant moins. Cette mesure favoriserait l’économie sociale. Il s’agirait également de moduler l’impôt sur les sociétés en fonction du dynamisme des entreprises. Cette mesure impacterait 68
  • 69. directement les entreprises de l’économie sociale qui sont caractérisées par leur dynamisme. - Ne pas appliquer de nouvelles taxes - Avant d’envisager des exonérations de cotisations, il s’agit de faire en sorte que les structures de l’économie sociale ne soient pas accablées par les nouvelles taxes, comme c’est le cas pour les mutuelles qui ont vu leurs taxes se multiplier depuis plusieurs années. Le poids du financement de la protection sociale est important alors que les grandes entreprises se voient exonérées de charges patronales. Les mutuelles doivent depuis peu verser la taxe sur les conventions d’assurance54 qui les pénalise beaucoup. Il faudrait retirer cette taxe. - Rétablir un équilibre entre les entreprises - Il faudrait corriger l’application de mesures fiscales et rétablir un équilibre entre les structures de l’économie sociale et les structures d’économie capitaliste. Par exemple, l’ensemble des agences de voyages, telles que Pierre et Vacances, ont en tout chaque année des avantages fiscaux qui les exonèrent de près de 6 millions d’euros par an, alors que l’Etat ne verse que 2 millions d’euros par an aux organisations du tourisme social. Il faudrait corriger cette tendance. - Favoriser le crédit impôt recherche - La mise en place de réformes fiscales telles que les crédits d’impôt recherche favoriserait l’innovation au sein des structures de l’économie sociale. Ce type de mesure pourrait avoir un effet levier. - Défiscalisation - La défiscalisation de certaines entreprises en fonction de leur finalité sociale pourrait également constituer un atout pour les structures de l’économie sociale. - Exonération - La mise en place d’une exonération de charges serait une mesure utile pour les structures de l’économie sociale étant donné que le coût du travail est très élevé. Les exonérations de la TVA sur certaines activités réduiraient également les charges des structures de l’économie sociale. A savoir qu’il existe déjà des avantages54 D’après le site Fiscalonline, « Depuis le 1er octobre 2002, l’article 995 du CGI prévoit une exonération de taxe spéciale sur les conventions d’assurance (TSCA) pour lescontrats d’assurance maladie complémentaire dits « solidaires » qui respectent certaines conditions. Il s’agit des contrats qui respectent certaines conditions relatives àl’absence de prise en compte de l’état de santé de l’assuré pour la tarification des primes et cotisations pour les opérations individuelles et collectives à adhésion obligatoireou facultative et à l’absence de questionnaire médical pour les opérations individuelles et collectives à adhésion facultative. Depuis le 1er janvier 2006, le champd’application de l’exonération a été restreint aux seuls contrats d’assurance maladie solidaires également qualifiés de « responsables ».Les contrats d’assurance maladie quine répondraient pas aux conditions de l’article 995 du CGI restent soumis à la TSCA selon le tarif de 7%. » 69
  • 70. fiscaux pour les associations intermédiaires avec une déduction de 50% du prix des prestations sur les impôts des clients. Les associations intermédiaires également sont exonérées de certaines taxes. Pour les mutuelles, il faudrait mettre en place des avantages fiscaux pour les assurés. Cette mesure inciterait les personnes qui cherchent à se couvrir à adhérer à une mutuelle. Cet avantage peut se faire sur le modèle des adhésions aux associations avec une déduction fiscale. Ne pas appliquer de nouvelles taxes Modifier l’impôt sur les Défiscalisation bénéfices Mesures fiscales envisageables Rétablir un équilibre entre Exonération les entreprises Favoriser le crédit impôt recherche  Les avantages fiscaux, une mesure à double tranchant Cependant, pour certaines personnes interrogées, la mise en place d’avantages fiscauxn’apparaît pas comme réaliste car il y a trop de diversité au sein du secteur. Ce type demesures pourrait ouvrir le champ au social washing et engendrerait des difficultés quant à samise en place. Ces dispositifs pourraient en effet être perçus comme déloyaux vis-à-vis desentreprises classiques, à l’image des IAE55.La mise en place d’avantages fiscaux ne seraitdonc pas dans l’air du temps en partie en raison du fait que les organisations se veulent55 D’après Camille Dorival, journaliste à Alternatives Economiques, rédactrice en chef de La lettre de l’insertion par l’activité économique, « Les associations et lesentreprises du secteur de l’insertion par l’activité économique (IAE) permettent à des personnes exclues du marché de l’emploi de se (re)familiariser avec le monde du travail,tout en bénéficiant d’une formation et d’un accompagnement adaptés. L’objectif, au terme de ce parcours d’insertion, est qu’elles aient en main tous les atouts pour retrouverun emploi convenable sur le marché « ordinaire » du travail. » 70
  • 71. autonomes et indépendantes de l’Etat. Les avantages fiscaux ne sont pas forcémentresponsables et crédibles. Le problème réside également dans le fait que l’économie sociale se situe à la fois dans unchamp concurrentiel et dans un champ non concurrentiel. Si des aides fiscales sont allouées, ilfaut qu’il y ait une certaine transparence et que ces avantages soient alloués en raison decontraintes inhérentes au secteur pour ne pas soulever l’accusation de concurrence déloyale.Tant au niveau européen qu’au niveau national, l’instauration d’avantages fiscaux ne sera pasautorisée au nom de la concurrence. La question aujourd’hui est davantage de conserver lesavantages fiscaux légitimes. e. Thème 5 : Le manque d’encadrement des structures de l’économie sociale joue en défaveur de l’essor de l’économie sociale La plupart des individus interrogés pense que le manque de contrôle de l’ensemble desstructures de l’économie sociale joue en défaveur de l’économie sociale. L’économie socialeest aujourd’hui confrontée à quelques dérives qui desservent le secteur en renvoyant unemauvaise image du mouvement. Il faut que l’économie sociale soit exemplaire etirréprochable pour être synonyme d’excellence. S’l doit y avoir un contrôle, la question seraitde savoir qui serait en mesure de le réaliser, avec quels dispositifs et selon quels critères. Unechose est certaine, c’est qu’il faut que ce soit une instance qui ait l’aval de l’ensemble dumouvement et qui soit strictement indépendante de l’Etat.  Le renforcement de l’encadrement du mouvement Ce contrôle pourrait être réalisé grâce à l’attribution d’un label dont il faudraitdéterminer les critères. L’instauration d’un label ou d’un statut commun, comme évoquéprécédemment pourrait permettre la mise en place de dispositifs d’exception favorisantl’économie sociale (dispositifs légaux spécifiques). Les structures et les salariés pourraientégalement s’investir dans une organisation transversale (structures issues de l’économiesociale, avec un mode de fonctionnement spécifique et en accord avec les valeurs). Cetteorganisation constituerait un moyen de favoriser la démocratie transversale et d’associer unmaximum de personnes. Elle serait une garantie pour le projet de l’économie sociale, pour lessalariés, et pour le maintien des valeurs. Pour cela, il faudrait créer une émulation visant à 71
  • 72. aboutir à un travail commun à l’ensemble des structures regroupant les acteurs de l’économiesociale autour des questions et thèmes communs. Il faudrait créer une organisation quireprésenterait le mouvement d’une seule voix. Cette instance indépendante des pouvoirspublics pourrait s’appuyer sur des réseaux de coordination comme le CEGES et les chambresrégionales. Le manque de capacité à agir dessert l’économie sociale. Il faut essayer d’agirensemble, sans pour autant tuer la richesse. Pour mener à bien la création d’une instancecommune à l’ensemble du mouvement qui aurait la légitimité d’avoir un droit de regard surles faits et agissements des membres, il faudrait rajeunir la gouvernance de l’économie socialequi semble en partie réticente à cette instauration. Il s’agit de renouveler la gouvernance avecdes personnes compétentes ayant des capacités. Il y a un enjeu de formation dans l’économiesociale. Il est également envisageable de mettre en place des modèles de certification commeune charte d’engagement des acteurs. Seulement, tout cela a un coût pour les acteurs. Comment renforcer l’encadrement du mouvement ?  Attribuer un label  Créer une organisation transversale  Rajeunir la gouvernance de l’économie sociale  Mettre en place une charte d’engagement des acteurs  Le manque d’encadrement, un atout pour le mouvement Pour certaines personnes interrogées, la faiblesse de l’encadrement des structures del’économie sociale permet de libérer des énergies et de développer davantage de projets.Globalement, l’économie sociale ne souffre pas du manque d’encadrement et la perceptiondes initiatives de l’économie sociale est positive. Le problème majeur résiderait davantagedans le fait que le terme d’économie sociale n’est pas très parlant pour les citoyens lambda.Ils ne perçoivent pas l’économie sociale alors qu’un grand nombre s’y confronterégulièrement (en étant sociétaires de mutuelles par exemple). Il s’agit de mettre en avant lesenjeux, d’insister sur la finalité de l’économie sociale. Pour cela, il faut impérativement 72
  • 73. qu’elle soit bien dirigée et managée, c’est une condition sine qua non. Ce sont les dirigeantsqui doivent créer une culture de transparence et initier les projets. S’il y a des dérives, c’estque ces personnes ne partagent pas les valeurs de l’économie sociale. Le problème relèvedonc en ce sens d’un manquement de la part des dirigeants. f. Thème 6 : Le développement de la RSE dans les entreprises favorise l’essor de l’économie sociale Les avis sont partagés sur la question ; les uns pensent que la RSE est un bienfait quifavorise l’essor de la RSE, alors que les autres affirment que la RSE dessert l’économiesociale.  La RSE, un bon support pour l’économie sociale Pour les premiers la RSE est une bonne chose car c’est un sujet de préoccupation pour lesfrançais. Elle valide le discours de l’économie sociale ainsi que ce qu’elle porte (aux niveauxéconomique et social). L’objectif final de la RSE est de faire respecter les valeurs et lesbesoins sociaux au sein des entreprises, ce qui est le fer de lance des entreprises sociales. Laresponsabilité sociale des entreprises favorise la propagation des valeurs de l’économiesociale, mais il faut prendre garde à ce que la RSE ne soit pas assimilée à l’économie sociale.Les interactions et les ponts entre la RSE et l’économie sociale sont très intéressants, mais ilfaut prendre garde à ce qu’ils ne créent pas de confusion. Cependant l’amalgame que faitl’opinion publique entre la RSE et les entreprises sociales ne constitue pas un problème. Cetteméconnaissance permet de créer un dialogue et d’ouvrir des portes. La RSE soulève un enjeu crucial qui est de montrer que les entreprises qui l’appliquent nesont pas nécessairement des entreprises sociales. Une communication appuyée sur un labelpourrait permettre de clarifier la situation et d’éviter tout amalgame La RSE peut favoriser ladiffusion des pratiques responsables concernant l’écologie et l’économie. La RSE fait évoluerles entreprises sur un certain nombre d’enjeux. Les dirigeants peuvent imposer des choses auxactionnaires, ce qui était impossible auparavant. La sensibilisation se fait progressivement.Les cadres des entreprises prennent conscience de l’aberration de certaines pratiques. 73
  • 74. Aujourd’hui la RSE émane d’une volonté des entreprises. La législation les obligeseulement à publier un rapport annuel sur le sujet. Il faudrait passer à une obligation légale.Actuellement, la RSE est du ressort du bon vouloir des entreprises. La RSE permet unegrande progression de pratiques vertueuses qui émane d’une volonté réelle des entreprises. Ily a une prise de conscience des DRH et des dirigeants qui prennent en compte des enjeux quiaujourd’hui dépassent la notion de marché de l’économie capitaliste. La notion de RSE est intéressante car elle permet aux entreprises de servir de modèle etd’inspirer les entreprises classiques. Ces entreprises ont parfois des difficultés à sortir dumodèle qu’elles connaissent et n’y parviennent que grâce à l’aide des entreprises sociales. LaRSE permet un travail commun entre ces deux types d’entreprises en favorisant notamment lacréation de partenariats. Ce type d’association est bénéfique aussi bien pour les entrepriseclassiques que pour les entreprises sociales. La RSE crée un lien entre les deux mondes.Cependant, la RSE est plutôt un habillage qu’un réel mouvement de fond, tout en restant uneporte d’entrée pour l’économie sociale.  La RSE, un phénomène qui dessert l’économie sociale Néanmoins, une part des individus interrogés pense au contraire que la RSE constitueune façade car ce sont en réalité les lois du marché qui dominent la logique des entreprises.La RSE n’est dans ces conditions pas compatible avec le capitalisme tel qu’il existeaujourd’hui. Il faudrait pour que la RSE influence l’essor de l’économie sociale au sein desentreprises un autre capitalisme, davantage soucieux de la répartition du capital en fonction dutravail, un capitalisme contrôlé, régulé dans lequel la place du secteur public domine. Ilfaudrait également que des moyens plus importants soient accordés aux syndicats. Il semble intéressant que quelques principes de l’économie sociale se diffusent,néanmoins, les questions de gouvernance, d’application de normes, ou encore deréinvestissement du profit qui sont des questions centrales, nécessitent beaucoup plus detravail que l’application de quelques principes. La RSE constitue davantage une contraintepolitique plutôt qu’une volonté réelle de la part des entreprises. La RSE s’inscrit dans uncontexte où la société exerce une forte pression56. La RSE constitue davantage une contrainte56 Ainsi, un article (n° 116, ) dans la loi sur les Nouvelles régulations économiques (NRE) votée en 2001 demande que les entreprises cotées en bourse indiquent dans leurrapport annuel une série d’informations relatives aux conséquences sociales et environnementales de leurs activités. 74
  • 75. politique plutôt qu’une volonté réelle de la part des entreprises. La RSE s’inscrit dans uncontexte où la société exerce une forte pression57. La RSE crée un phénomène de banalisation par les entreprises car elle engendre de laconfusion dans l’esprit du grand public alors que l’économie sociale doit se différenciersurtout en mettant en évidence son mode de gouvernance démocratique. Les structures del’économie sociale ont également un meilleur taux de rentabilité et une dimensiondémocratique qui répond à l’attente des français qui souhaitent une économie différente, desentreprises qui ont du sens, et une démocratie au sein de la sphère économique. A ce jour,aucune des sociétés qui se sont engagées dans la RSE ont voulu changer de modèle pourdevenir des sociétés de l’économie sociale et solidaire. Pour une entreprise, se situer dans une démarche RSE, c’est d’une part être beaucoup plusattractive pour des consommateurs pour qui cela entre en ligne de compte dans leur choixd’achat (c’est une tendance croissante), pour les fournisseurs (au niveau des clausesd’insertion dans les marchés publics, au respect environnemental…). Cela joue égalementpour attirer de nouveaux salariés (ou les fidéliser), soucieux de participer à un projetd’entreprise pas uniquement tourné vers le profit. La RSE devient très tendance même si c’estune préoccupation majeure pour l’opinion. La RSE s’apparente davantage au green washing. La notion d’entreprise citoyenne se répand, les effets de diverses innovations récentess’ajoutent les uns aux autres : l’aide aux associations par les pouvoirs publics, la Charte de laDiversité, la Halde, le service civique, le nombre d’appels à projets innovants au plan social,lancés ou soutenus par les instances publiques comme la Région Ile-de-France par exemple,ou bien encore l’Etat via les ministères concernés qui s’y mettent à leur tour. La RSE peut banaliser le discours de l’économie sociale. La RSE aujourd’hui ne favorisepas l’essor de l’économie sociale. C’est une nouvelle source d’information et un nouveaupositionnement qui brouille l’image de l’économie sociale. La RSE pourrait être bénéfiquedans un deuxième temps si elle pouvait pousser l’économie sociale à clarifier son discours :ses différences, ses fondamentaux.57 Ainsi, un article (n° 116, ) dans la loi sur les Nouvelles régulations économiques (NRE) votée en 2001 demande que les entreprises cotées en bourse indiquent dans leurrapport annuel une série d’informations relatives aux conséquences sociales et environnementales de leurs activités. 75
  • 76. Quand la RSE s’applique à des petites entreprises, la question se discute car le dirigeantn’a pas la même relation avec ses salariés et peut avoir une fibre sociale et davantage demarge de manœuvre s’il n’y a pas d’actionnaires externes majoritaires. La RSE Support intéressant pour l’économie Phénomène desservant l’économie sociale sociale  Diffuse le discours de l’économie  Constitue une façade ; ce sont en sociale ainsi que ce qu’elle porte réalité les lois du marché qui  Favorise la propagation des valeurs dominent la logique des entreprises de l’économie sociale  Constitue davantage une contrainte  Sert de modèle pour inspirer les politique plutôt qu’une volonté entreprises classiques réelle de la part des entreprises  Crée un lien entre les deux mondes  Crée un phénomène de banalisation car elle engendre de la confusion dans l’esprit du grand public g. Thème 7 : La mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaire favorise l’essor de l’économie sociale Pour une minorité des personnes interviewées, la mise en place d’une stratégie globaletournée vers le secteur tertiaire favorise l’essor de l’économie sociale. Pour la majorité, il nefaut pas que l’économie sociale se cloisonne à se développement que dans le secteur tertiaire.  La mise en place d’une stratégie tournée vers le tertiaire Pour certains, le secteur tertiaire est le secteur qui a le plus de poids dans la sociétéfrançaise et suscite une réelle vocation chez les jeunes. Les entreprises fleurons de l’économiesociale se trouvent dans ce secteur, quand on parle d’économie sociale, le terme évoque lesentreprises de services. Les entreprises de l’économie sociale produisant des biens n’ont pasréussi à s’imposer comme des leaders dans leur filière. Mais elle devrait se développerdavantage dans des secteurs porteurs tels que la dépendance et l’économie verte. Pour certaines structures comme les IAE, il est quasiment impossible de développer uneautre stratégie que celle tournée vers le tertiaire. Les personnes suivies par des IAE sont 76
  • 77. orientées vers des métiers peu qualifiés : ménage, bricolage, travaux publics… Le travail dansd’autres secteurs d’activité s’avère impossible pour ces personnes car ce sont des postes tropqualifiés.  Adopter une stratégie tournée vers l’ensemble des secteurs d’activités Pour la majorité des personnes interviewées, la France a besoin de produire et donc dedévelopper son secteur productif. Si toute l’économie sociale était axée sur les services, laproduction à bas coûts serait laissée aux autres pays. La France a besoin d’un secteurproductif de biens de hautes technologies et de biens de l’économie durable. Il vrai qu’il estplus facile pour l’économie sociale de se spécialiser dans les services, mais ce serait dommagede laisser de côté la production de biens alors qu’elle est tout à fait réalisable. Le secteur tertiaire a tendance à plus se développer mais la crise économique a rebattu lescartes sur ces aspects car les pays qui ont le mieux résisté sont les pays développés les plusindustrialisés. L’industrie doit permettre le changement. Aujourd’hui, il y a une absence depolitique industrielle en France, alors que nous ne pouvons pas nous le permettre. Il fautarriver à produire localement et éviter les délocalisations. Une politique de ré-industrialisationinitiée par l’Etat pourrait avoir en partie pour vocation de soutenir l’activité des coopérativesouvrières. L’implantation de l’économie sociale dans tous les domaines de l’économie favorisel’innovation et le lien social. Cet ancrage permet d’inventer une nouvelle économie sociale etde créer une identité. Le volet tertiaire est très important, mais il ne faut pas pour autantnégliger les autres secteurs. Il ne faut pas délaisser le secteur primaire qui doit être une forcepour la France. Le pays doit rétablir sa souveraineté alimentaire en développant notammentl’agriculture de proximité. Le secteur industriel est lui aussi trop faible, il faudrait ledévelopper davantage à l’image de l’Allemagne. Le secteur doit se tourner vers une stratégie qui vise à entreprendre autrement, et ce danstous les secteurs. Cest la manière de faire qui compte et non le secteur. Il faut partir du besoinsocial et voir la façon dont il est possible dy répondre. La logique ne doit pas être sectorielle,elle doit se focaliser sur la finalité des projets .La stratégie doit être tournée vers le besoin dela collectivité, des clients et des employés. L’économie sociale et solidaire a un mode d’organisation industriel qui vaut pour toutesles activités. Il est cependant plus difficile à concevoir si les besoins de capitaux sont élevés. 77
  • 78. Les compagnies industrielles à capitaux légers peuvent plus facilement appartenir àl’économie sociale et solidaire. Il y a également une difficulté avec la dimensioninternationale quand les entreprises doivent s’internationaliser. Pour lever des fonds, lesentreprises créent des sociétés sous des statuts qui ne font pas partie de l’économie sociale etsolidaire. Le secteur tertiaire  Secteur qui a le plus de poids dans la société  Suscite une réelle vocation chez les jeunes  Pour certaines structures comme les IAE, il est quasiment impossible de développer une autre stratégie que celle tournée vers le tertiaireStratégie tournée vers : Tous les secteurs d’activités  Favorise l’innovation et le lien social  Permet d’inventer une nouvelle économie sociale et de créer une identité  Encourage le secteur primaire et le secteur industriel  Opte pour une stratégie qui vise à entreprendre autrement, et ce dans tous les secteurs  Prendre en compte le besoin social et voir la façon dont il est possible dy répondre  La logique ne doit pas être sectorielle, elle doit se focaliser sur la finalité des projets h. Thème 8 : La diffusion d’informations sur l’économie sociale par le gouvernement et par les acteurs de l’économie sociale favorise l’essor de l’économie sociale Toutes les personnes interrogées s’accordent à dire que la diffusion d’informations surl’économie sociale est indispensable. Il s’agit de communiquer sur les valeurs et les piliers del’économie sociale. La diffusion d’informations donnerait une meilleure visibilité àl’économie sociale en lui créant une identité vis-à-vis de l’opinion publique. Les acteurs del’économie sociale seraient alors à même de faire peser leurs revendications grâce à leurreconnaissance par l’opinion publique. Cest aujourdhui lenjeu principal. Pour cela, il faututiliser toutes les voies possibles. Si cette diffusion n’existe pas, les médias et l’opinionpublique ne peuvent pas reconnaître le secteur en tant que tel. 78
  • 79. A l’évidence, toute mesure visant à accroître ou bâtir une notoriété, et donc favoriserun accroissement de l’activité est une bonne initiative. Plus généralement, après la crisemajeure qui a impacté nos économies, l’émergence de valeurs sociales est incontestable etporteuse de sens aux yeux de beaucoup de responsables d’entreprises.  Voies et canaux de diffusion de l’information Cette diffusion de l’information pourrait se faire via les medias, Internet, et également via les structures de formations professionnelles et la filière éducative. Cela permettrait d’influencer les producteurs, les créateurs, les jeunes actifs et les entrepreneurs. Le premier public qu’il faut viser sont les jeunes car d’ici quelques années beaucoup de départs à la retraite vont être opérés dans les structures de l’économie sociale. L’économie sociale devra dès lors se renouveler. - La télévision pourrait jouer un rôle considérable en diffusant des émissions montrant la réussite d’entreprises de l’économie sociale. Elle pourrait également diffuser une campagne financée par les acteurs de l’économie sociale comme celle de l’artisanat. Ce type de diffusion d’information aurait un impact certain sur l’opinion publique. Elle pourrait être financée par les acteurs et par des subventions. Internet pourrait également jouer un rôle important en mettant en relation des individus ayant des idées et des personnes prêtent à investir. - Lorganisation de grands évènements et de mouvements qui regroupent les acteurs se développent de plus en plus. Lobjectif est de faire passer un message unifié envers lEtat et lopinion publique. Les acteurs doivent communiquer et éduquer les populations via des actions comme les Etats Généraux de l’ESS les 17 et 18 juin 2011. - L’Education Nationale a un rôle important à jouer dans le secondaire et dans le supérieur. L’économie y est enseignée mais peu de place est laissée aux alternatives de l’économie libérale. L’éducation, devrait dispenser un enseignement qui ne prône pas qu’un seul modèle économique à l’image de quelques universités. La diffusion d’information passe en effet par la sensibilisation des étudiants. Pour cela, il faut faire intervenir des professionnels dans le secondaire et dans les universités. L’enseignement de l’économie sociale dans les programmes scolaires constitue une nécessité et cela passer par la prise en compte des pouvoirs publics. Un programme a déjà été lancé : Jeun’ESS. Il comprend trois volets : favoriser la connaissance par les 79
  • 80. jeunes de l’ESS, favoriser l’émergence des entreprises de l’ESS par les jeunes et rajeunir l’ESS. - Les cercles de dirigeants doivent davantage faire la promotion de l’économie sociale et faire de la pédagogie autour du grand public. L’important est de convaincre notamment les politiques grâce à la parole d’ambassadeurs de l’économie sociale. - L’instauration d’un label et la réalisation d’une campagne de communication favorisant les produits de l’économie sociale pourraient développer l’activité de l’économie sociale. Elle pourra également se faire quand celui-ci sera opérationnel. - Les militants constituent de bons vecteurs pour diffuser de l’information sur l’économie sociale. Cependant, ils doivent faire attention au discours qu’ils tiennent et garder un certain esprit critique envers l’économie sociale, tout n’est pas nécessairement vertueux. - Une autre voie à envisager pour diffuser de l’information sur l’économie sociale est celle des clients et des membres de l’économie sociale et solidaire qui sont satisfaits. Ils peuvent relayer une bonne image du mouvement. - Mais il ne faut pas se limiter à la communication. Il faudrait associer des structures comme les syndicats pour instaurer un rapport de force. Cependant, peu de choses avancent car l’économie sociale ne parle pas d’une seule et même voix face aux décideurs politiques. L’économie sociale a une aura mais elle ne l’utilise pas.  La télévision  Lorganisation de grands évènements et de mouvements  L’Education Nationale  Les cercles de dirigeantsVoies de diffusion  L’instauration d’un label et la réalisation d’unede l’information campagne  Les militants  Les clients et les membres de l’économie sociale et solidaire Les syndicats pour instaurer un rapport de force 80
  • 81. A l’heure actuelle, il y a déjà beaucoup trop de sources d’information. L’informationest mal diffusée et manque d’efficacité. Il y a un réel besoin de clarification. Les gens nevoient pas ce qu’il y a derrière l’économie sociale alors que la plupart sont en accord d’unpoint de vue philosophique. Cette méconnaissance est liée au fait que le secteur estextrêmement diversifié, qu’il ne s’exprime pas d’une seule voix et ne forme pas une unité.L’économie sociale doit parler d’une même voix et véhiculer les mêmes concepts. Celapourrait passer par l’institution d’un label. Le débat théorique est fatiguant, il faut passer à desactions concrètes. i. Synthèse de l’analyse thématique D’après l’analyse thématique réalisée au préalable, les facteurs susceptibles de pouvoirimpulser l’essor de l’économie sociale en France sont les suivants : La création d’instances spécialisées par les acteurs de l’économie sociale et par l’Etat La reconnaissance officielle de l’économie sociale L’instauration de mesures phares par un gouvernement de gauche La création d’un encadrement chapeautant le mouvement La mise en place d’avantages fiscaux pour des entreprises qui se trouvent dans un environnement non-concurrentiel La mise en place d’une stratégie tournée vers le besoin sociétal, et non orientée vers un secteur La diffusion d’informations sur l’économie sociale à destination du grand public, des acteurs économiques, et des politiques La question du développement de la RSE dans les entreprises classiques et capitalistiquesest controversée ; d’un côté des professionnels pensent que l’arrivée de la RSE dans cesentreprises permet la diffusion des valeurs propres à l’économie sociale, et de l’autre lesprofessionnels qui au contraire pense que la RSE est un phénomène « de mode » qui dessertl’économie sociale en créant un amalgame dans l’opinion publique. 81
  • 82. Cependant, l’ensemble de ces constatations ne font pas l’unanimité, les opinions sontencore très diverses quant aux actions et outils à mettre en œuvre pour favoriser l’essor del’économie sociale. Cette diversité d’opinions témoigne des difficultés que rencontre lemouvement pour se rassembler autour d’enjeux communs. L’économie sociale semble êtretiraillée entre des luttes de personnes et des luttes d’opinions. Cette situation serait en partiedue à l’émergence des entreprises sociales qui sont décriées par certains des membres del’économie sociale et l’économie solidaire. Les professionnels interrogés s’accordent pour lamajorité à dire que le mouvement doit davantage se préoccuper des finalités de l’ensemble deses structures, plutôt que de se préoccuper par exemple des questions de statuts. Mais encoreune fois, ce point de vue n’est pas partagé par tous. Certains pensent au contraire qu’il faut seconcentrer sur les questions de statut qui est un des piliers de l’économie sociale et del’économie solidaire. Aussi, pour que l’économie sociale au sens large58 puisse connaître un réel essor dans lesannées à venir, elle doit avant tout se rassembler autour d’enjeux et objectifs communs. Ellene doit pas gommer sa diversité, mais au contraire se servir de cette richesse qui peut faire saforce. Ce rassemblement passe en premier lieu par l’adoption d’un terme englobant économiesociale, économie solidaire et entreprises sociales. Actuellement, la tendance serait dedésigner le mouvement par le terme « économie sociale et solidaire », reste à savoir si celui-cirecueillera l’unanimité. j. Tour d’horizon européen Les quatre pays pionniers de l’économie sociale en Europe sont la Belgique,l’Espagne, la France et l’Italie. Ce sont des moteurs de l’économie sociale depuis des annéeset leurs actions permettent à la fois de la développer et d’attirer l’attention des politiques. Cependant, l’économie sociale au niveau européen est confrontée au même problèmeque l’économie sociale en France : l’absence d’une définition commune satisfaisantl’ensemble des acteurs. L’économie sociale européenne reste en effet marquée par sadiversité. En Espagne les entreprises faisant partie de l’économie sociale sont des entreprisesréalisant des bénéfices. L’accent est donc mis sur l’économie, excluant de facto lesassociations et les ONG. La définition de l’économie sociale en France est plus large car elle58 Economie sociale, économie solidaire et entreprises sociales 82
  • 83. inclut un nombre de structures plus important, dont les associations. Celle de la Belgique, quis’apparente dans les grandes lignes à celui de la France, est également différente. Les pays duNord de l’Europe (pays scandinaves et Royaume-Uni) ont une autre conception de l’économiesociale ; leur modèle s’apparente davantage au social business59. Quant aux pays d’Europe del’Est, ils témoignent d’une réticence à utiliser le terme « social » qui fait référence au passécommuniste encore présent dans les esprits. Même si les pratiques sont aujourd’hui disparatesselon les pays, un grand nombre d’acteurs sont présents sur le terrain. Les acteurs européens se retrouvent régulièrement pour évoquer la difficulté qu’ilséprouvent à trouver un consensus autour d’une définition, ce qui ralentit la réalisationd’actions. Une grande confusion réside autour de l’appellation « économie sociale », qui peutêtre interprétée de manière différente selon les aspirations. Ce problème de définition brouillela visibilité de l’économie sociale et sa lisibilité pour les politiques. En effet, il n’y aactuellement pas de statut commun aux pays européens, ni de reconnaissance officielle. Selon Social Economy Europe60, qui représente l’économie sociale auprès desinstitutions communautaires depuis 2000, l’économie sociale en Europe est définie de la façonsuivante : « Les entreprises et organisations d’économie sociale sont des acteurs économiqueset sociaux présents dans tous les secteurs de la société, elles se constituent pour répondre auxbesoins des citoyens. Elles se caractérisent avant tout par leur finalité, une façon différented’entreprendre qui associe en permanence intérêt général, performance économique etfonctionnement démocratiques. […] Les domaines d’activité des entreprises et organisationsde l’économie sociale sont : la protection sociale et les services sociaux de santé, les servicesd’assurance, les services bancaires, les services de proximité, l’éducation, la formation et larecherche, les domaines de la culture, du sport et des loisirs, le tourisme social, l’énergie, la consommation, la production industrielle et agricole, l’artisanat, et l’habitat. »59 Terme désignant les entreprises sociales60 Social Economy Europe est l’organisation qui représente l’Économie Sociale au niveau européen. Elle a été créée en novembre 2000, sous le nom de CEP-CMAF. SocialEconomy Europe a pour but de promouvoir l’apport tant économique que social des entreprises et organisations de l’économie sociale, de promouvoir le rôle et les valeursdes acteurs de l’économie sociale au sein de l’Europe et de renforcer la reconnaissance politique et juridique de l’économie sociale et des coopératives, mutuelles,associations et fondations (CMAF) au niveau européen. 83
  • 84. Malgré cette question de définition, les acteurs de l’économie sociale européens fontde plus en plus entendre leur voix. La crise de 2008 a donné un élan au mouvement quisuscite désormais davantage l’intérêt des acteurs européens, notamment de la Commissioneuropéenne. La crise a permis aux acteurs de faire parler d’eux et de mettre en avant un autremodèle économique. Ainsi, depuis un an et demi, de plus en plus d’évènements autour de cesujet ont lieu, mettant en exergue les bonnes pratiques de l’économie sociale. L’Europe a fait le choix de regrouper toutes les pratiques sociales. Le terme privilégiépar la Commission européenne pour nommer cet ensemble est « innovation sociale ». Cetteappellation vient du Canada, l’Europe souhaite aujourd’hui la transposer. L’Europe est entrain de mettre en place des programmes conçus par la Commission pour financer des actionset des projets concrets liés à l’innovation sociale. Grâce à la crise et au terme « d’innovationsociale », les choses vont certainement avancer. Selon Social Business Europe, l’Europe met en place un certain nombre d’outils visant àpromouvoir l’économie sociale : - L’intergroupe « Economie Sociale » du Parlement Européen permet d’entretenir un dialogue riche entre tous les acteurs de l’économie sociale et avec les parlementaires européens et de s’inscrire ainsi dans le débat politique européen. - La catégorie « économie sociale » du Comité Économique et Social Européen, qui rassemble des membres issus de coopératives, de mutuelles, d’associations, de fondations et d’ONG à vocation sociale. - Les conférences européennes de l’économie sociale permettent une forte reconnaissance du travail effectué par des femmes et des hommes dans les entreprises et organisations de l’économie sociale, moteurs économiques de l’Union, engagés dans le renforcement des solidarités et des cohésions, locales, nationales, européennes et internationales. 84
  • 85. CONCLUSION L’objectif de ce travail de recherche était de mettre en évidence les facteurs pouvantinfluencer l’essor de l’économie sociale. Pour atteindre cet objectif, des entretiens semi-directifs d’une demi-heure ont été réalisés auprès de professionnels de l’économie sociale. Il faut tout de même noter qu’aucune personne faisant partie d’instances supervisantune partie de l’économie sociale n’a été interviewée (CEGES, CRESS, CJDES, ConseilSupérieur de l’économie sociale et solidaire…). Ne pas avoir pris en compte l’opinion de cesprofessionnels peut constituer un manque quant au travail de recherche accompli. Ces interviews ont néanmoins permis de tester les hypothèses de recherche formuléesà la suite de la revue de littérature. Afin de dégager les grandes tendances, l’analyse de leurcontenu a été réalisée autour de huit grandes thématiques :  la création d’instances spécialisées  la reconnaissance officielle de l’économie sociale  l’instauration d’un gouvernement de gauche  le manque d’encadrement du mouvement  la mise en place d’avantages fiscaux  la RSE vecteur de diffusion des valeurs de l’économie sociale  la mise en place d’une stratégie tournée vers le tertiaire  la diffusion d’information sur l’économie sociale D’après cette analyse, les facteurs pouvant impulser l’économie sociale en Francesont :  la création d’instances spécialisées (instances créées par les acteurs de l’économie sociale et instances crées par l’Etat)  la reconnaissance officielle de l’économie sociale  l’instauration d’un gouvernement de gauche dans certaines mesures,  la mise en place d’un encadrement du mouvement  la mise en place d’avantages fiscaux pour les structures se trouvant dans un champ non concurrentiel  la mise en place d’une stratégie tournée vers le besoin social et sociétal 85
  • 86.  la diffusion d’informations sur l’économie sociale à destination du grand public, des acteurs économiques, et des politiques. Quant à la question de la RSE, les avis divergent ; certains pensent que la RSE est le refletd’un phénomène de mode et non d’une réelle prise de conscience, alors que d’autres affirmentque le RSE permet la diffusion des valeurs et principes de l’économie sociale au sein desentreprises capitalistiques. Tous les facteurs énoncés devraient être pris en compte par les acteurs de l’économiesociale. Cependant, pour que tous ces éléments puissent avoir un réel impact il est nécessaireque ce « troisième secteur » se réunisse pour harmoniser son discours. La cohésion desacteurs est une condition sine qua non à l’émancipation du secteur. Sans cette avancée,l’économie sociale s’empêtrera probablement dans une inertie entraînant son immobilisme etdesservant ses intérêts. Il ne s’agit pas de gommer les disparités qui constituent la richesse dumouvement, mais de faire en sorte qu’elles cohabitent autour d’enjeux et objectifs communs. La question légitime qui se pose aujourd’hui est de savoir comment amener les acteursde l’économie sociale en France à se fédérer. Pour répondre à cette interrogation et proposerdes pistes viables, il faudrait mener une étude auprès de tous les acteurs de l’économie socialeau sens large afin de dégager un consensus commun. Cette question peut aussi être posée àl’échelle européenne. La France, où l’économie sociale est ancrée dans le paysageéconomique, peut-elle être le moteur de la construction d’une économie sociale européenne ? 86
  • 87. BIBLIOGRAPHIEAzam Geneviève (2003) Economie sociale, tiers secteur, économie solidaire, quellesfrontières ?, revue MAUSS n°21Bàrdos-Féltoronyi Nicolas (2004) Comprendre léconomie sociale et solidaire : théories etpratiques, Couleurs LivresBidet Eric (2003) L’insoutenable grand écart de l’économie sociale, Isomorphismeinstitutionnel et économie solidaire, revue MAUSS n°21Bidet Eric (2007) sociale, Le MondeBocquet Anne-Marie, Gérardin Hubert et Poirot Jacques (2010) Économie sociale et solidaireet développement durable : quelles spécificités pour les coopératives et les mutuelles ?Géographie, économie, Société 12Cahier du « Monde » (2011) « spécial économie solidaire », 3 maiCanfin Pascal (22008) La définition de l’économie sociale et solidaire, AlternativesEconomiques, Dossier Web n° 029Chanial Philippe et Laville Jean-Louis (2002) Économie sociale et solidaire : le modèlefrançaisCharles-Pauvers Brigitte, Schieb-Bienfait Nathalie, Urbain Caroline (2009) Émergenceentrepreneuriale et innovation sociale dans l’économie sociale et solidaire : acteurs, projetset logiques d’action, Innovation n°30Chopart Jean-Noël(2006) Les dynamiques de léconomie sociale et solidaire, La DécouverteClerc Denis (2010) Réformer le capitalisme, Projet n°317Collette Christine (2008) Léconomie sociale et solidaire : gouvernance et contrôle, DunodCrémieux Robert (2002) L’avenir de l’économie sociale et solidaire : un enjeu politique,Mouvement n°19Demoustier Danièle(2010) Économie sociale et solidaire et régulation territoriale : Étude surquatre zones d’emploi en Rhône-Alpes, Géographie, économie, Société 12Demoustier Danièle (2006) Les dynamiques de léconomie sociale et solidaire, La DécouverteDemoustier Danièle (2001) L’économie sociale et solidaire, s’associer pour entreprendreautrement, Syros 87
  • 88. Demoustier Danièle, Richez-Battesti Nadine (2010) Les organisations de l’Économie socialeet solidaire : gouvernance, régulation et territoire, Géographie, économie, Société 12Draperi Jean-François (2005) Léconomie sociale : utopies, pratiques, principes, Presses deléconomie socialeDraperi Jean-François (2007) Comprendre léconomie sociale : fondements et enjeux, DunodDraperi Jean-François (2008) Godin, inventeur de léconomie sociale : mutualiser, coopérer,sassocier, Réseau déchanges et de pratiques alternatives et solidairesDraperi Jean-François (2009) Lannée de léconomie sociale et solidaire 2010 : unealternative à redécouvrir en temps de crise, DunodDussuet Annie, Lauzanas Jean-Marc(2007) Léconomie sociale : entre informel et formel,paradoxes et innovations, Presses Universitaires de RennesFlahault Erika, Dussuet Annie (2010) Entre professionnalisation et salarisation, quellereconnaissance du travail dans le monde associatif, Formation Emploi n°111Fraisse Laurent (2005) Les enjeux d’une action publique en faveur de l’économie sociale etsolidaire, ErèsFrémeaux Philippe (2010) Léconomie sociale et solidaire cherche sa voix, Alternativeséconomiques n°288Frémeaux Philippe (2010) Innovation : lentrepreneuriat social à la français, Alternativeséconomiques n°296Hamzaoui Mejed(2007) Économie sociale d’insertion : enjeux et limites, Empan n°65Huybrechts Benjamin, Mertens Sybille et Xhauflair Virginie (2006) Les interactions entrel’économie sociale et la responsabilité sociale des entreprises : illustration à travers la filièredu commerce équitable, Gestion volume 31, numéro 2Jeantet Thierry(2006) Economie sociale : la solidarité au défi de lefficacité, DocumentationfrançaiseJeantet Thierry(2007) Léconomie sociale, une alternative planétaire : mondialiser au profitde tous, C.-L. MayerJeantet Thierry (2008) Léconomie sociale : une alternative au capitalisme, EconomicaLaville Jean-Louis (2010) Histoire et actualité de l’associationnisme : l’apport de MarcelMauss, Revue du MAUSS n°36Motchane Jean-Loup (2010) Ambiguïtés de léconomie sociale et solidaire, Le MondeDiplomatique 88
  • 89. Observatoire National de l’Economie Sociale et Solidaire (2010) Panorama de l’économiesociale et solidaire en France et dans les régionsPeemans Jean-Philippe (2010) Acteurs, histoire, territoires et la recherche d’une économiepolitique d’un développement durable, Monde en développement n°150Thietart Raymond-Alain (2007) Méthodes de recherche en management, Dunod 89
  • 90. Table des matièresIntroduction ............................................................................................................................... 7Partie 1 - Revue de littérature : L’économie sociale et solidaire, fondements et pratiques ... 9 I. Des coopératives ouvrières à l’économie sociale et solidaire ................................................ 9 a. 1791-1848 : Les sociétés de secours mutuel, une alternative face à la montée du modèle capitaliste 9 b. 1850-1900 : Le temps des coopératives et des mutuelles_________________________________ 11 c. 1901-1945 : La naissance des associations et l’envolée des coopératives et mutuelles __________ 14 d. 1945-1975 : L’impulsion d’un nouveau modèle au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale ___ 15 e. 1975-1990 : Entre élan institutionnel et crise économique _______________________________ 18 f. De 1991 à aujourd’hui : Un ensemble de pratiques sociales, alternatives et solidaires très variées _ 19 II. Comprendre et appréhender l’économie sociale ................................................................. 21 a. Recueil des origines théoriques de référence __________________________________________ 21 b. Valeurs fondatrices, utilité sociale et dimension éthique _________________________________ 26 c. Principes communs _____________________________________________________________ 28 d. Divers types de structures juridiques ________________________________________________ 32 e. Une économie ancrée dans le territoire ______________________________________________ 34 III. L’économie sociale aujourd’hui ............................................................................................ 36 a. Place de l’économie sociale dans l’économie actuelle : chiffres et constats __________________ 36 b. L’économie sociale face à la crise économique ________________________________________ 38 c. Enjeux contemporains et défis de l’économie sociale ___________________________________ 40 d. Limites « externes » et « internes » de l’économie sociale _______________________________ 42 e. L’entrepreneuriat social __________________________________________________________ 43 f. L’émergence de l’économie solidaire _______________________________________________ 45 g. D’une approche sociale à une approche sociétale, la RSE ________________________________ 48 h. Bilan : Pourquoi développer l’économie sociale _______________________________________ 51Partie 2 : Etude empirique ...................................................................................................... 52 I. Formulation des hypothèses de recherche ........................................................................... 52 II. Démarche de la recherche et choix méthodologiques ......................................................... 53 a. Choix d’une étude qualitative _____________________________________________________ 53 b. Entretiens individuels semi-directifs ________________________________________________ 54 c. Taille de l’échantillon ___________________________________________________________ 54 d. Population ciblée et individus sollicités ______________________________________________ 55 90
  • 91. e. Elaboration du guide d’entretien ___________________________________________________ 55 f. Limites de la démarche globale ____________________________________________________ 55 III. Analyse thématique ................................................................................................................ 56 a. Thème 1 : La création d’instances spécialisées favorise l’essor de l’économie sociale __________ 56 B. Thème 2 : La reconnaissance officielle des organisations de l’économie sociale favorise l’essor de l’économie sociale ___________________________________________________________________ 62 c. Thème 3 : L’instauration d’un gouvernement de gauche favorise l’essor de l’économie sociale __ 65 d. Thème 4 : La mise en place d’avantages fiscaux en faveur des structures de l’économie sociale favorise l’essor de l’économie sociale ____________________________________________________ 68 e. Thème 5 : Le manque d’encadrement des structures de l’économie sociale joue en défaveur de l’essor de l’économie sociale ___________________________________________________________ 71 F. Thème 6 : Le développement de la RSE dans les entreprises favorise l’essor de l’économie sociale 73 g. Thème 7 : La mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaire favorise l’essor de l’économie sociale ________________________________________________________________ 76 H. Thème 8 : La diffusion d’informations sur l’économie sociale par le gouvernement et par les acteurs de l’économie sociale favorise l’essor de l’économie sociale __________________________________ 78 i. Synthèse de l’analyse thématique __________________________________________________ 81 j. Tour d’horizon européen _________________________________________________________ 82Conclusion ............................................................................................................................... 85 BIBLIOGRAPHIE .......................................................................................................................... 87 Table des matières ........................................................................................................................... 90 ANNEXES ....................................................................................................................................... 92 Annexe 1 : guide d’entretien ___________________________________________________________ 92 Annexe 2 : entretiens _________________________________________________________________ 95 RESUME ....................................................................................................................................... 153 ABSTRACT ................................................................................................................................... 153 91
  • 92. ANNEXESAnnexe 1 : guide d’entretien Guide d’entretien1 - Création d’instances spécialisées dans l’économie socialeQuestion : Selon vous, la création d’instances spécialisées dans l’économie sociale peut-elle favoriserl’essor de l’économie sociale ?Pourquoi ?Comment ?Question de reformulation : Pensez-vous que la mise en place de structures dédiées à l’économiesociale puisse influencer le développement de l’économie sociale ?Question de recentrage : Donc selon vous la création d’instances spécialisées dans l’économie socialeinfluence/n’influence pas le développement de l’économie sociale ?Définir instances spécialisées si besoin : ministère, conseil général de l’économie sociale, commissionnationale, assises…2 – Reconnaissance officielle des organisations de l’économie socialeQuestion : Pensez-vous que la reconnaissance officielle des organisations de l’économie socialepuisse favoriser l’essor de l’économie sociale ?A quel type de reconnaissance pensez-vous ?Par quelles voies ? Quels moyens ?Si non, pourquoi ?Question de reformulation : Pensez-vous que la reconnaissance de l’économie sociale comme secteurà part entière puisse influencer l’essor de l’économie sociale ?Question de recentrage : Donc pour vous cette reconnaissance peut/ne peut pas favoriser l’essor del’économie sociale ?3 – Instauration d’un gouvernement de gaucheQuestion : A votre avis, est-ce que l’instauration d’un gouvernement de gauche peut favoriser l’essorde l’économie sociale ?Pourquoi ?Comment ?Question de reformulation : L’élection d’un président de gauche favorise-t-il à votre avis ledéveloppement de l’économie sociale ?Question de recentrage : Donc selon vous, l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement de gauche peut/nepeut pas favoriser l’essor de l’économie sociale ?Définition d’un gouvernement de gauche : un gouvernement qui favoriserait le juste et l’égalité – 92
  • 93. l’écart se creuse entre les plus riches et les plus pauvres (reconnu publiquement) + réduire cet écart –le partage du profil + la reconnaissance de l’individu qui est écrasé par les structures.4 – Mise en place d’avantages fiscauxQuestion : Selon vous, la mise en place d’avantages fiscaux en faveur des structures de l’économiesociale peut-elle favoriser l’essor de l’économie sociale ?Si oui, à quels types d’avantages pensez-vous ?Si non, pourquoi ?Question de reformulation : Une diminution des charges fiscales pour les structures de l’économiesociale serait-elle susceptible selon vous de favoriser le développement de l’économie sociale ?Question de recentrage : Donc selon vous, la mise en place d’avantages fiscaux en faveur desstructures de l’économie sociale peut/ne peut pas favoriser l’essor de l’économie sociale ?5 – Manque d’encadrement des structuresQuestion : Pensez-vous que le manque d’encadrement des structures de l’économie sociale joue endéfaveur de l’essor de l’économie sociale ?Pourquoi ?Si oui, comment pensez-vous y remédier ?Question de reformulation : Pensez-vous que le manque de contrôle de l’ensemble des structures del’économie sociale puisse porter préjudice à l’essor de l’économie sociale ?Question de recentrage : Donc selon vous, ce manque d’encadrement peut/ne peut pas défavoriserl’essor de l’économie sociale ?6 – Le développement de la RSE dans les entreprisesQuestion : A votre avis, le développement de la RSE dans les entreprises favorise-t-il l’essor del’économie sociale ?Pourquoi ?Si oui, dans quelle mesure la RSE favorise cet essor ?Question de reformulation : Pensez-vous que la généralisation de la RSE dans les entreprises puissefavoriser le développement de l’économie sociale ?Question de recentrage : Donc selon vous, le développement de la RSE peut/ne peut pas favoriserl’essor de l’économie sociale ?Définir RSE si besoin : « l’intégration volontaire des préoccupations sociales et écologiques desentreprises à leur activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes » selon lacommission européenne.7 – Mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaireQuestion : Pensez-vous que la mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiairepuisse favoriser l’essor de l’économie sociale ?Pourquoi ? 93
  • 94. Si oui, comment imaginez-vous cette stratégie ?Question de reformulation : Pensez-vous que si l’ensemble des structures de l’économie socialeoptent pour une stratégie de développement orientée vers les activités du secteur tertiaire puisseinfluencer l’essor de l’économie sociale ?Question de recentrage : Donc selon vous, la mise en place d’une stratégie orientée vers le secteurtertiaire peut/ne peut pas influencer l’essor de l’économie sociale ?8 – Diffusion d’informations sur l’économie socialeQuestion : Selon vous, la diffusion d’informations sur l’économie sociale par le gouvernement et parles acteurs de l’économie sociale peu-elle favoriser l’essor de l’économie sociale ? Pourquoi ?Si oui, comment pourrait être réalisée cette diffusion ? Quels canaux ?Question de reformulation : Pensez-vous que la mise en place d’une campagne de communicationémanant du gouvernement et des acteurs de l’économie sociale peut influencer l’essor de l’économiesociale ?Question de recentrage : Donc pensez-vous qu’une campagne de communication diffusant desinformations à propos de l’économie sociale peut influence le développement de l’économie sociale ? 94
  • 95. Annexe 2 : entretiensEntretien n°1 Thème 1 - Création d’instances spécialisées dans l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Des mesures quant à l’organisation et au financement de l’économie sociale s’avèrent nécessaires. - Il faudrait créer une banque publique d’investissement61 ayant pour objectif d’aider les PME et PMI et donc par ce biais les structures de l’économie sociale (idée figurant dans le programme du Parti Socialiste).Que faut-il mettre enplace ? - Il faudrait également créer une formation spécifique au sein des organismes de formation visant à préparer des individus à développer une entreprise de l’économie sociale. - Le rôle du Ministère de l’économie est important ; il pourrait favoriser l’économie de façon globale, avec une branche dédiée à l’économie sociale. Thème 2 – Reconnaissance officielle des organisations de l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Les structures de l’économie sociale ne sont pas suffisamment reconnues, mais elles ne sont pas pour autant combattues. Une volonté politique pourrait apporter cette reconnaissance dans la mesure où l’économie sociale peut répondre à un besoin desQuelle peut être la individus de se retrouver dans ces types d’organisations.nature de cettereconnaissance? - Un discours d’ensemble sur l’économie en général, aussi bien sur les entreprises du CAC 40 que sur les petites structures telles que les PME, PMI, et celles de l’économie sociale, pourrait également apporter une reconnaissance officielle.61 La banque publique dinvestissement est une proposition issue du programme économique du Parti Socialiste. Ce pôle piloterait et financerait la politique industrielle,selon le porte-parole du PS Benoît Hamon. 95
  • 96. Thème 3 – Instauration d’un gouvernement de gaucheValidation de Ouil’hypothèse - L’économie est aujourd’hui dictée par les entreprises du CAC 40 qui dominent et qui demandent toujours plus de rendement externalisé et de production et qui créent de plus en plus de chômage. C’est la finance qui dirige plutôt que les managers d’entreprises. Pour contrebalancer cette situation, il faudraitComment peut-il développer les petites structures qui sont moins exposées à lainfluencer l’essor de concurrence dans les services ou la technologie de pointe. Cesl’économie sociale ? actions favoriseraient donc l’essor de l’économie sociale. - Un gouvernement de gauche peut également intervenir dans le financement et la fiscalité des entreprises de l’économie sociale. Thème 4 – Mise en place d’avantages fiscauxValidation de Ouil’hypothèse - Les grandes entreprises payent à hauteur de 8% de leurs bénéfices l’impôt sur les sociétés, alors que les PME et PMI y contribuent de façon plus importante. Il s’agit d’inverser cette tendance : que les grandes entreprises payent davantage cet impôt et que les petites entreprises soient aidées en payantQuels types moins. Cette mesure favoriserait l’économie sociale.d’avantages fiscaux ? - Il s’agirait de moduler l’impôt sur les sociétés en fonction du dynamisme des entreprises. Cette mesure impacterait directement les entreprises de l’économie sociale qui sont caractérisées par leur dynamisme. 96
  • 97. Thème 5 – Manque d’encadrement des structuresValidation de Ouil’hypothèseQuels types - Mise en place d’un label dont il faut déterminer les critères.d’encadrement ? Thème 6 – Le développement de la RSE dans les entreprisesValidation de Nonl’hypothèse - La RSE constitue une façade car ce sont en réalité les lois du marché qui dominent la logique des entreprises. La RSE n’est pas compatible avec le capitalisme tel qu’il existe aujourd’hui. Il faudrait, pour que la RSE influence l’essor de l’économie sociale au sein des entreprises, un autre capitalisme davantagePourquoi ? soucieux de la répartition du capital en fonction du travail ; un capitalisme contrôlé, régulé dans lequel la place du secteur public domine. Il faudrait également que des moyens plus importants soient accordés aux syndicats. Thème 7 – Mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaireValidation de Nonl’hypothèse - La France a besoin de produire et donc de développer son secteur productif. Si toute l’économie sociale était axée sur les services, la production à bas coûts serait laissée aux autres pays. La France a besoin selon lui d’un secteur productif de biens de hautes technologies et de biens de l’économie durable.Pourquoi ? - Il vrai qu’il est plus facile pour l’économie sociale de se spécialiser dans les services, mais ce serait dommage selon lui de laisser de côté la production de biens alors qu’elle est tout à fait réalisable. 97
  • 98. Thème 8 – Diffusion d’informations sur l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - La diffusion de l’information pourrait se faire via les medias, Internet, et également via les structures de formations professionnelles et la filière éducative. Cela permettrait d’influencer les producteurs, les créateurs, les jeunes actifs etComment peut se les entrepreneurs.faire cette diffusion - La télévision pourrait jouer un rôle considérable en diffusantd’information ? des émissions montrant la réussite d’entreprises de l’économie sociale. Internet pourrait également jouer un grand rôle en mettant en relation des individus ayant des idées et des personnes prêtes à investir. 98
  • 99. Entretien n°2 Thème 1 - Création d’instances spécialisées dans l’économie socialeValidation de Oui car aujourd’hui l’économie sociale est un terme abstrait pour lesl’hypothèse étudiants qui ne sont pas en mesure d’appréhender les ressors de cette économie, le potentiel des usagers, ou encore de mesurer le climat social. - L’économie sociale mérite d’être valorisée avec des mesures telles que celle du fond jeun’ESS62 qui vise à développer l’économie sociale et solidaire chez les jeunes. Il s’agit de cibler principalement les jeunes pour faire progresser l’économie sociale au sein de la société.Que faut-il mettre en - Création de structures comme le CJDES63 (Centre des Jeunesplace ? Dirigeants et Acteurs de l’Economie Sociale). - Le financement des structures doit être réalisé par l’Etat et par les entreprises. - Création d’un organe public de consultation avec les pouvoirs publics et les structures de l’économie sociale.62 D’après secteurpublic.fr, « A l’occasion du forum national des associations et des fondations, Marc-Philippe Daubresse a signé avec les grandes entreprises de l’économiesociale et solidaire la création d’un fonds dénommé « Jeun’ESS » destiné à développer l’économie sociale et solidaire chez les jeunes. Ce fonds, financé à 50 % par unesubvention du ministère de la Jeunesse et des solidarités actives et à 50 % par la Fondation MACIF, la Fondation Crédit Coopératif, la MAIF, la Fondation Groupe ChèqueDéjeuner, la Fondation AG2R La Mondiale et La MGEN, sera doté d’1,2 million d’euros dès sa création. Ce fonds sera piloté par l’Agence de Valorisation des InitiativesSocio-Economiques (AVISE). Il visera à répondre à la quête de sens des jeunes qui souhaitent s’investir par le biais de leur travail ou d’une action bénévole au service d’unprojet de société réconciliant l’homme et la planète. Selon un sondage CSA (janvier 2010), l’économie sociale et solidaire bénéficie d’une forte attractivité chez les jeunes :75% d’entre eux estiment que le fait qu’une entreprise soit une « entreprise sociale », les inciterait à postuler et 62 % seraient prêts à créer une « entreprise sociale » ».63 D’après le site institutionnel du CJDES, « Le CJDES est né en 1985 de la volonté de dirigeants de l’économie sociale de mettre en commun les expériences etcompétences. Le CJDES est soutenu par des entreprises, des institutions publiques et des adhérents engagés autour d’une conception moderne, pragmatique et solidaire del’économie sociale. Son rôle d’observateur et de créateur d’émergences solidaires le conduit à veiller au renouvellement des générations. Le CJDES est un lieu ouvert à laréflexion collective en-dehors des mandats et des fonctions représentatives de chacun. Il réunit des profils aussi divers qu’enrichissants : jeunes, dirigeants et acteurs del’économie sociale, Pouvoirs publics… Son Conseil d’Administration, est constitué de personnalités issues de tous les horizons : mutuelles, associations, coopératives,entreprises d’insertion… etc. » 99
  • 100. Thème 2 – Reconnaissance officielle des organisations de l’économie socialeValidation de Nonl’hypothèse - Le contrôle strict et l’attribution d’un label par l’Etat pourraient freiner des initiatives qui ne seraient pasQuelle peut être la nécessairement vues d’un bon œil par l’Etat.nature de cette - Néanmoins, il faudrait établir un nombre de critères publics dereconnaissance? l’économie sociale. Ainsi, via ses critères l’économie sociale jouirait d’une reconnaissance officieuse. Thème 3 – Instauration d’un gouvernement de gaucheValidation de Non, pas automatique.l’hypothèse - La gauche de manière générale a effectivement une plus grande propension à favoriser l’économie sociale. Mais la Gauche a bien souvent une tradition étatiste qui peut desservir l’économie sociale.Comment peut-ilinfluencer l’essor de - La gauche a cependant besoin en vue des élections de 2012 del’économie sociale ? s’appuyer sur la société. L’économie sociale va donc être une des préoccupations, mais cela est davantage lié à un contexte particulier de sortie de crise durant laquelle les entreprises capitalistes ont été écornées. 100
  • 101. Thème 4 – Mise en place d’avantages fiscauxValidation de Ouil’hypothèse - Avant d’envisager des exonérations de cotisations, il s’agit de faire en sorte que les structures de l’économie sociale ne soient pas accablées par les nouvelles taxes, comme c’est le cas pourQuels types les mutuelles qui ont vu leurs taxes se multiplier depuisd’avantages fiscaux ? plusieurs années. Le poids du financement de la protection sociale est important alors que les grandes entreprises se voient exonérées de charges patronales. Thème 5 – Manque d’encadrement des structuresValidation de Nonl’hypothèse - La faiblesse de l’encadrement des structures de l’économie sociale permet de libérer des énergies et de développer davantage de projets. Globalement, l’économie sociale ne souffre pas du manque d’encadrement et la perception desQuels types initiatives de l’économie sociale est positive.d’encadrement ? - Le problème majeur réside dans le fait que le terme d’économie sociale n’est pas très parlant pour les citoyens lambda. Ils ne perçoivent pas l’économie sociale alors qu’un grand nombre s’y confronte régulièrement (ex. mutuelles). 101
  • 102. Thème 6 – Le développement de la RSE dans les entreprisesValidation de Nonl’hypothèse - Il est intéressant que quelques principes de l’économie sociale se diffusent, néanmoins, les questions de gouvernance, d’application de normes, ou encore de réinvestissement du profit qui sont des questions centrales, nécessitent beaucoup plus de travail que l’application de quelques principes.Pourquoi ? - La RSE constitue davantage une contrainte politique plutôt qu’une volonté réelle de la part des entreprises. La RSE s’inscrit dans un contexte où la société exerce une forte pression64. Thème 7 – Mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaireValidation de Ouil’hypothèse - Le secteur tertiaire est le secteur qui a le plus de poids dans la société française. - Le secteur tertiaire suscite une réelle vocation chez les jeunes.Pourquoi ? - Les entreprises fleurons de l’économie sociale se trouvent dans ce secteur, quand on parle d’économie sociale, le terme évoque les entreprises de services. Les entreprises de l’économie sociale produisant des biens n’ont pas réussies à s’imposer comme des leaders.64 Ainsi, un article (n° 116, ) dans la loi sur les Nouvelles régulations économiques (NRE) votée en 2001 demande que les entreprises cotées en bourse indiquent dans leurrapport annuel une série d’informations relatives aux conséquences sociales et environnementales de leurs activités. 102
  • 103. Thème 8 – Diffusion d’informations sur l’économie socialeValidation de Oui, c’est même le premier pas à réaliser.l’hypothèse - Il s’agit de diffuser les valeurs et les piliers de l’économie sociale. - Le premier public qu’il faut viser est les jeunes car d’ici quelques années beaucoup de départs à la retraite vont être opérés dans les structures de l’économie sociale. L’économie sociale devra dès lors se renouveler. - Les acteurs doivent communiquer et éduquer les populations via des actions comme les Etats Généraux de l’ESS les 16, 17 et 18 juin 2011.Comment peut sefaire cette diffusion - Les pouvoirs publics doivent financer les acteurs ded’information ? l’économie sociale pour qu’ils aient les moyens de communiquer. - L’Education Nationale a un rôle important à jouer dans le secondaire et dans le supérieur. L’économie y est enseignée mais peu de place est laissée aux alternatives de l’économie libérale. - Les cercles de dirigeants doivent davantage faire la promotion de l’économie sociale et faire de la pédagogie autour du grand public. 103
  • 104. Entretien n°3 Thème 1 - Création d’instances spécialisées dans l’économie socialeValidation de Oui car l’économie sociale doit s’organiser pour défendre ses intérêts.l’hypothèse - Pourquoi pas la création d’un secrétariat d’Etat65 rattaché auQue faut-il mettre en ministère de l’économie. Cet affichage pourrait ouvrir desplace ? portes.Thème 2 – Reconnaissance officielle des organisations de l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - La liberté de l’économie sociale est à la fois une force et une faiblesse. L’établissement de critères pourrait constituer une reconnaissance officielle mais cette option est à doubleQuelle peut être la tranchant. Si les critères sont flous, il risque d’y avoir desnature de cette dérives, si au contraire ils sont trop restrictifs, les initiativesreconnaissance? diminueront. Il faudrait tout de même opter pour l’instauration de critères restrictifs car nous assistons à une inertie de l’économie sociale qui est due à la recherche d’un consensus.65 Un secrétariat d’Etat à l’Economie solidaire a été créé en 2000, disparu depuis l’arrivée du gouvernement Raffarin. 104
  • 105. Thème 3 – Instauration d’un gouvernement de gaucheValidation de Oui, mais tout dépend du gouvernement, du rapport de force, dul’hypothèse contexte et de la volonté de progrès du gouvernement. - Le gouvernement pourrait favoriser le rachat par les salariés des entreprises qui ferment et qui sont délocalisées. Ces structures pourraient se transformer en coopérative. Les politiques pourraient jouer en faveur des rachats par desComment peut-ilinfluencer l’essor de mesures telles que l’emprunt à taux 0. Cela permettrait à desl’économie sociale ? entreprises traditionnelles de pouvoir survivre par la volonté des salariés. Thème 4 – Mise en place d’avantages fiscauxValidation de Oui, le conditionnement des aides de l’Etat peut favoriser l’essor del’hypothèse l’économie sociale. - Aides sur la politique salariale.Quels typesd’avantages fiscaux ? - Exonération d’impôt, mais solution à éviter. Thème 5 – Manque d’encadrement des structuresValidation de Ouil’hypothèse - Il y a à gagner du point de vue légal à avoir un label ou un statut commun qui pourrait permettre la mise en place de dispositifs d’exception pour favoriser l’économie sociale (dispositifs légaux spécifiques). - Un accompagnement existe déjà mais il reste peu connu. IlQuels types faudrait encourager les pépinières de coopératives comme c’estd’encadrement ? actuellement le cas avec le statut d’auto-entrepreneur. - L’organisation ne doit pas être un organe qui impose ses mesures car ce ne serait pas en adéquation avec les principes et les valeurs de l’économie sociale. - Les structures et les salariés pourraient s’investir dans une 105
  • 106. organisation transversale (structures issues de l’économie sociale, avec un mode de fonctionnement spécifique et en accord avec les valeurs). Cette organisation constituerait un moyen de favoriser la démocratie transversale et d’associer un maximum de personnes. Elle serait une garantie pour le projet de l’économie sociale, pour les salariés, et pour le maintien des valeurs. Thème 6 – Le développement de la RSE dans les entreprisesValidation de Nonl’hypothèse - La RSE dépend de la volonté des entreprises. Même s’il y a de bonnes intensions, il n’y aura pas de changements réels. - La RSE est une bonne chose en soi, mais l’intérêt des entreprises change.Pourquoi ? - RSE aurait une vocation à court-circuiter l’organisation des syndicats dans les entreprises. - La RSE n’est pas un outil adapté. Thème 7 – Mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaireValidation de Non sur le long terme.l’hypothèse - Le secteur tertiaire a tendance à plus se développer mais la crise économique a rebattu les cartes sur ces aspects car les pays qui ont le mieux résisté sont les pays industrialisés. L’industrie doit permettre le changement. Aujourd’hui, il y a une absence de politique industrielle en France, alors que nousPourquoi ? ne pouvons pas nous le permettre. - Il faut aujourd’hui arriver à produire localement et éviter les délocalisations. Une politique de réindustrialisation initiée par l’Etat pourrait avoir en partie pour vocation de soutenir l’activité des coopératives ouvrières. 106
  • 107. Thème 8 – Diffusion d’informations sur l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - L’instauration d’un label et la réalisation d’une campagne de communication favorisant les produits de l’économie sociale pourraient développer l’activité de l’économie sociale. - L’important est de convaincre notamment les politiques grâce à la parole d’ambassadeurs de l’économie sociale. - Il ne faut pas se limiter à la communication. Il faudrait associerComment peut se des structures comme les syndicats pour instaurer un rapport defaire cette diffusion force. Cependant, peu de choses avancent car l’économied’information ? sociale ne parle pas d’une seule et même voix face aux décideurs politiques. L’économie sociale a une aura mais elle ne l’utilise pas. - L’éducation, universités et secondaire, devrait dispenser un enseignement qui ne prône pas qu’un seul modèle économique à l’image de quelques universités. 107
  • 108. Entretien n°4 Thème 1 - Création d’instances spécialisées dans l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Il existe déjà un Conseil supérieur de l’économie sociale qui est un organe consultatif sous la tutelle du Ministère de la Santé et de la Solidarité. - Entre 1999 et 2002 il y a eu un secrétariat d’Etat solidaire, mais il a disparu. La mise en place d’un organe décisionnaire relevant du pouvoir exécutif constituerait une force d’impactQue faut-il mettre en sur l’administration et sur les ministères. Cela permettraitplace ? également de donner à l’économie sociale une meilleure visibilité externe, et ainsi de lui allouer davantage de poids. Un secrétariat d’Etat permettrait de faire ressortir un enjeu qui est transversal et qui touchent beaucoup de ministères. - Il est important de favoriser la création d’instances spécialisées dans l’économie sociale pour donner une impulsion politique.Thème 2 – Reconnaissance officielle des organisations de l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Une reconnaissance officielle permettrait d’avoir une plus grande visibilité et lisibilité.Quelle peut être la - Un label représenté par un logo.nature de cettereconnaissance? - Efforts concernant des aspects plus institutionnels comme la représentation des syndicats de l’économie sociale dans les négociations paritaires. 108
  • 109. Thème 3 – Instauration d’un gouvernement de gaucheValidation de Oui, en principe.l’hypothèse - L’économie sociale a en principe des porosités avec la gauche; réseaux militants et valeurs. La gauche accorde une grande attention à la société civile et à l’économie sociale. - La gauche pourrait régler la question de la reconnaissance (cf thème 1). - La gauche recherche un nouveau modèle de développement économique, elle pourrait s’inspirer du modèle de l’économie sociale. - La gauche a une plus grande sensibilité envers la cohésionComment peut-il sociale.influencer l’essor del’économie sociale ? - Introduction de modules de l’économie sociale dans l’Education Nationale. - Lancement d’un Grenelle de l’économie sociale autour d’un plan de développement sur le modèle du Grenelle de l’environnement. - Création d’un statut européen pour les associations comme c’est déjà le cas pour les mutuelles. L’idée est de développer la diffusion de l’économie sociale dans les pays où elle n’est pas présente. 109
  • 110. Thème 4 – Mise en place d’avantages fiscauxValidation de Oui car cela permettrait d’améliorer les résultats des entreprises, maisl’hypothèse ce n’est pas l’élément déterminant. - Les mutuelles doivent depuis peu verser la taxe sur les conventions d’assurance66 qui les pénalise beaucoup. Il faudrait retirer cette taxe. - Il faudrait corriger l’application de mesures fiscales et rétablir un équilibre entre les structures de l’économie sociale et lesQuels types structures d’économie capitaliste. Par exemple, l’ensemble desd’avantages fiscaux ? agences de voyages, telles que Pierre et Vacances, ont en tout chaque année des avantages fiscaux qui les exonèrent de près de 6 millions d’euros par an, alors que l’Etat ne verse que 2 millions d’euros par an aux organisations du tourisme social. Il faudrait corriger cette tendance. Thème 5 – Manque d’encadrement des structuresValidation de Nonl’hypothèse - Le problème n’est pas un manque d’encadrement. Ce sont les dirigeants qui doivent créer une culture et initier les projets.Quels types S’il y a des dérives, c’est que ces personnes ne partagent pasd’encadrement ? les valeurs de l’économie sociale. Le problème relève donc en ce sens d’un manquement de la part des dirigeants.66 D’après le site Fiscalonline, « Depuis le 1er octobre 2002, l’article 995 du CGI prévoit une exonération de taxe spéciale sur les conventions d’assurance (TSCA) pour lescontrats d’assurance maladie complémentaire dits « solidaires » qui respectent certaines conditions. Il s’agit des contrats qui respectent certaines conditions relatives àl’absence de prise en compte de l’état de santé de l’assuré pour la tarification des primes et cotisations pour les opérations individuelles et collectives à adhésion obligatoireou facultative et à l’absence de questionnaire médical pour les opérations individuelles et collectives à adhésion facultative. Depuis le 1er janvier 2006, le champd’application de l’exonération a été restreint aux seuls contrats d’assurance maladie solidaires également qualifiés de « responsables ». Les contrats d’assurance maladie quine répondraient pas aux conditions de l’article 995 du CGI restent soumis à la TSCA selon le tarif de 7%. » 110
  • 111. Thème 6 – Le développement de la RSE dans les entreprisesValidation de Oui / Nonl’hypothèse - C’est un sujet de préoccupation pour les français. Oui - La RSE valide le discours de l’économie sociale ainsi que ce qu’elle porte (économie et social). Oui - La RSE crée un phénomène de banalisation par les entreprises car elle crée de la confusion dans l’esprit du grand public alorsPourquoi ? que l’économie sociale doit se différencier surtout en mettant en évidence son mode de gouvernance démocratique. Les structures de l’économie sociale ont également un meilleur taux de rentabilité et une dimension démocratique qui répond à l’attente des français qui souhaitent une économie différente, des entreprises qui ont du sens, et une démocratie au sein de la sphère économique. Thème 7 – Mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaireValidation de Ouil’hypothèse - De fait, l’économie sociale est très présente dans le tertiaire. Mais elle devrait se développer davantage dans des secteurs porteurs tels que la dépendance et l’économie verte. - Les secteurs industriel, secondaire, et primaire sont enPourquoi ? interconnexion avec le tertiaire. - Il ne faut pas qu’il y ait de focalisation, mais il faut prioriser les secteurs porteurs au sein du tertiaire. 111
  • 112. Thème 8 – Diffusion d’informations sur l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - La diffusion d’information permettrait une meilleure visibilité et donc la création d’une identité vis-à-vis de l’opinion publique. Les acteurs de l’économie sociale seraient alors à même de revendiquer grâce à leur poids dans l’opinionComment peut se publique.faire cette diffusion - La télévision pourrait également jouer un rôle important avecd’information ? le financement d’une campagne financée par les acteurs de l’économie sociale comme à l’image de la campagne pour l’artisanat. Ce type de diffusion d’information aurait un impact certain sur l’opinion publique. 112
  • 113. Entretien n°5 Thème 1 - Création d’instances spécialisées dans l’économie socialeValidation de Oui dans l’absolul’hypothèse - Il existe déjà certains organes comme le CEGES 67, le CRES68, ou encore le Conseil Supérieur de l’Economie Sociale69. D’autres acteurs sont également présents sous forme de fédérations très spécifiques comme le MOUVES qui a pour finalité de connecter les gens entre eux. - La création d’instances spécialisées reste aujourd’hui une utopie à cause de blocages dus à des luttes de personnes et des désaccords d’ordre politique. - Le label mis en place par le MOUVES a pour objectifQue faut-il mettre en d’identifier les entreprises appartenant à l’entrepreneuriatplace ? social pour les aider à se financer, mais aussi pour créer une visibilité pour le grand public. - Pour créer de nouvelles instances, il faudrait un renouveau et qu’une nouvelle dynamique s’installe au sein des structures déjà existantes. Il est très difficile de fédérer les acteurs dans le contexte actuel. - L’Etat est un catalyseur (financement et lois), mais il reste avant tout un partenaire qui n’a pas les moyens de réunir tous les acteurs de l’économie sociale, notamment à cause de67 D’après le site institutionnel du CEGES, « Le Conseil des Entreprises, Employeurs et Groupements de l’Economie Sociale (CEGES) regroupe les entreprises, employeurset organisations de l’économie sociale et solidaire. En tant que mouvement, l’Association a pour mission de fédérer les acteurs de l’économie sociale et solidaire, de lesreprésenter dans le dialogue avec les pouvoirs publics et la société civile et de promouvoir leur modèle entrepreneurial.68 Conseil National des Chambre Régionales de l’Economie Sociale - D’après le site institutionnel du CNCRES, « Les CRES(S) sont des associations représentatives ettransversales qui ont vocation à réunir les acteurs de l’économie sociale (et solidaire) de leur région : les associations, les coopératives, les fondations dentreprise de lESS,les mutuelles, les syndicats employeurs de l’économie sociale et dans la plupart des régions, les réseaux déconomie solidaire et de développement local. »69 En 2006, dans le cadre de la redéfinition d’une nouvelle délégation à l’innovation, à l’expérimentation sociale et à l’économie sociale, le CEGES a demandé augouvernement, la création d’un Conseil Supérieur de l’Economie Sociale (qui se substitue au Comité Consultatif antérieur, lequel n’avait plus été réuni depuis 2002). Créépar décret (n° 2006 – 826) le 10 juillet 2006, il est présidé par La Ministre de l’Economie, de l’Industrie et des Finances, Mme Christine Lagarde. Un arrêté du 28 septembreen a nommé les membres (35 titulaires, dont 15 proposés par le CEGES, et 3 par la Conférence nationale des Chambres régionales de l’économie sociale), et son installationa eu lieu le 6 décembre 2006.Trois groupes de travail sur les thèmes suivants : L’innovation sociale, sous l’impulsion d’Hugues Sibille, La mesure de l’impact social, animépar Thierry Sibieude, ESSEC, La question d’un label pour l’économie sociale et solidaire, animé par Claude Alphandéry, président du Labo de l’ESS. 113
  • 114. querelles intestines. - Il y a aujourd’hui une très grande diversité entre les acteurs de l’économie sociale. Au lieu d’être une richesse, cette diversité est un frein au regroupement des acteurs sous une même bannière en raison de conflits d’intérêt, de divergences politiques et de la trop grande disparité des statuts.Thème 2 – Reconnaissance officielle des organisations de l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Cette reconnaissance doit passer par la législation. - Il existe un agrément « entreprise solidaire » mais qui n’est pas nécessairement adapté.Quelle peut être la - L’instauration de statuts spécifiques pourrait permettre auxnature de cette structures de l’économie sociale d’être identifiées par le grandreconnaissance? public, le label ne suffisant pas. Le label est certes un outil de reconnaissance, mais il est davantage destiné à l’Etat. Le grand public a, lui, besoin de communication et de relation de proximité pour mieux appréhender l’économie sociale. 114
  • 115. Thème 3 – Instauration d’un gouvernement de gaucheValidation de Nonl’hypothèse - Le travail récemment mené avec le Parti Socialiste n’a pas réellement abouti. Le programme du parti pour les élections présidentielles de 2012 n’accorde que très peu de place à la question de l’économie sociale.Comment peut-il - La droite est actuellement plus sensible aux questions deinfluencer l’essor del’économie sociale ? l’entrepreneuriat social et serait davantage porteuse d’actions. - Ce n’est pas la couleur politique qui joue un rôle majeur pour l’économie sociale, mais l’opinion publique qui est elle davantage entendue par les politiques. Thème 4 – Mise en place d’avantages fiscauxValidation de Ouil’hypothèse - La mise en place de réformes fiscales, telles que les crédits d’impôt recherche, favoriserait l’innovation au sein des structures de l’économie sociale. Ce type de mesure pourraitQuels types avoir un effet levier.d’avantages fiscaux ? - La défiscalisation de certaines entreprises en fonction de leur finalité sociale pourrait également constituer un atout pour les structures de l’économie sociale. 115
  • 116. Thème 5 – Manque d’encadrement des structuresValidation de Ouil’hypothèse - Il faut aujourd’hui fédérer par l’action. - Il existe déjà des grandes structures qui chapeautent le mouvement.Quels types - Il faudrait créer une émulation visant à aboutir à un travaild’encadrement ? commun pour l’ensemble des structures. Ce qui manque aujourd’hui est une dimension transversale qui regrouperait les acteurs de l’économie sociale autour des questions et thèmes communs. Il faudrait créer une organisation qui représenterait le mouvement d’une seule voix. Thème 6 – Le développement de la RSE dans les entreprisesValidation de Ouil’hypothèse - La propagation des valeurs de l’économie sociale est une bonne chose, mais il faut prendre garde à ce que la RSE ne soit pas assimilée à l’économie sociale. L’échange RSE /économie sociale est très intéressant tant qu’il ne créé pas de confusion. - La RSE soulève un enjeu crucial qui est de montrer que lesPourquoi ? entreprises qui l’appliquent ne sont pas des entreprises sociales. - Une communication appuyée sur un label pourrait permettre de clarifier la situation et d’éviter tout amalgame. Thème 7 – Mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaireValidation de Nonl’hypothèse - Le volet tertiaire est très important, mais il ne faut pas pour autant négliger les autres secteurs. - L’implantation de l’économie sociale dans tous les domainesPourquoi ? de l’économie favorise l’innovation et le lien social. Cet ancrage permet d’inventer une nouvelle économie sociale et de créer une identité. 116
  • 117. Thème 8 – Diffusion d’informations sur l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - La diffusion d’information passe par la sensibilisation des étudiants. Il faut faire intervenir des professionnels dans le secondaire et dans les universités. Il faut également inclure l’économie sociale dans les programmes scolaires.Comment peut se - Cette diffusion pourrait également se faire via une campagnefaire cette diffusiond’information ? d’information nationale comme celle de l’artisanat. Elle pourrait être financée par les acteurs et par des subventions. - Elle pourrait également se faire via un label quand celui-ci sera opérationnel. 117
  • 118. Entretien n°6 Thème 1 - Création d’instances spécialisées dans l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Il sera envisageable de créer un secrétariat d’Etat pour défendre les intérêts de l’économie sociale qui est en danger. - La création de fédérations pour défendre le point de vue de l’économie sociale passe par la législation. Ce typeQue faut-il mettre en d’organisations existe déjà pour chaque type de structure.place ? - Si toutes ces institutions n’existaient pas, les entreprises d’insertion ne pourraient pas perdurer sur le marché car elles ont besoin d’aides, comme c’est le cas des entreprises d’aide au logement.Thème 2 – Reconnaissance officielle des organisations de l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Il existe déjà une reconnaissance avec la loi de 1901 pour les associations.Quelle peut être la - Il faudrait que l’Etat instaure une reconnaissance avec la misenature de cette en place d’un secrétariat dédié à l’économie sociale. Mais lesreconnaissance? critères de reconnaissance demeurent difficiles à définir ; est-ce l’objet social, la présence d’actionnaires, et de quel type ? 118
  • 119. Thème 3 – Instauration d’un gouvernement de gaucheValidation de Ouil’hypothèse - Le gouvernement actuel mène déjà des actions et met en place des règles publiques qui favorisent l’économie sociale. La gauche pourrait jouer sur ces règles. La gauche est plus sensible au champ de l’économie sociale que la droite, mais laComment peut-il frontière gauche/droite n’est pas absolue.influencer l’essor del’économie sociale ? - La gauche pourrait mettre en place des mesures et des incitations pour favoriser l’économie sociale, mais il y a toujours des limites budgétaires, et ce pour tous les gouvernements. Thème 4 – Mise en place d’avantages fiscauxValidation de Ouil’hypothèse - Mise en place d’une exonération de charges qui constituerait la mesure principale compte tenu du fait que le coût du travail estQuels types très élevé.d’avantages fiscaux ? - Exonération de la TVA sur certaines activités. Thème 5 – Manque d’encadrement des structuresValidation de Nonl’hypothèse - Le manque réside davantage dans la visibilité de l’économie sociale. Il s’agit de mettre en avant les enjeux, d’insister sur laQuels types finalité de l’économie sociale. Pour cela, il faut impérativementd’encadrement ? qu’elle soit bien dirigée et managée, c’est une condition sine qua non. 119
  • 120. Thème 6 – Le développement de la RSE dans les entreprisesValidation de Ouil’hypothèse - La RSE peut favoriser la diffusion des pratiques responsables concernant l’écologie et l’économie. La RSE fait bouger les entreprises sur certain nombre d’enjeux. Les dirigeants peuvent imposer des choses aux actionnaires, ce qui était impossible auparavant. La sensibilisation se fait progressivement. Les cadres des entreprises prennent conscience de l’aberration de certaines pratiques. - Aujourd’hui la RSE est une volonté des entreprises. LaPourquoi ? législation les oblige juste à publier un rapport annuel. Il faudrait passer à une obligation légale. Actuellement, la RSE est du ressort du bon vouloir des entreprises. - La RSE permet une grande progression de pratiques vertueuses qui émanent d’une volonté réelle des entreprises. - Il y a une prise de conscience des DRH et des dirigeants qui prennent en compte des enjeux qui aujourd’hui dépassent la notion de marché de l’économie capitaliste. Thème 7 – Mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaireValidation de Nonl’hypothèse - L’économie sociale ne doit pas négliger le secteur primaire qui doit être une force de la France. Le pays doit rétablir sa souveraineté alimentaire en développant notamment l’agriculture de proximité. - Le secteur industriel est lui aussi trop faible, il faudrait le développer davantage à l’image de l’Allemagne.Pourquoi ? - L’économie sociale regroupe tous les secteurs confondus, et pas seulement le secteur du tertiaire et l’assistance sociale. - L’économie sociale se doit de se développer dans tous les secteurs de l’économie pour se séparer de l’image focalisée sur le service social qui n’est pas représentative de l’économie sociale. 120
  • 121. Thème 8 – Diffusion d’informations sur l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Les militants constituent des bons vecteurs pour diffuser de l’information sur l’économie sociale. Cependant, ils doiventComment peut se faire attention aux discours qu’ils tiennent et garder un certainfaire cette diffusiond’information ? esprit critique envers l’économie sociale, tout n’est pas nécessairement vertueux. 121
  • 122. Entretien n°7Thème 1 - Création d’instances spécialisées dans l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Petit à petit des organisations émergent dans la volonté de se regrouper. Il est nécessaire de savoir mesurer l’utilité sociale des entreprises sociales, cest-à-dire leur gain pour la collectivité. - Ces instances naissent sur le terrain, notamment en régions, ce qui fait naître une prise de conscience de l’Etat.Que faut-il mettre en - La mentalité de l’entreprenariat social est moins présente enplace ? France que dans d’autres pays comme le Royaume-Uni et les Etats-Unis, l’Etat étant davantage investi dans les questions d’ordre social. - Le rapport du député Vercamer70 remis le 28 avril 2010 a permis d’entamer une réflexion des politiques et une prise de conscience.70 D’après Francis Vercamer, « Ce rapport vient conclure un travail de réflexion et d’élaboration de préconisations qui a duré 6 mois, et pour lequel j’ai souhaité associer trèslargement l’ensemble des acteurs de ce secteur intéressés par cette démarche. L’économie sociale et solidaire constitue un secteur économique dont l’activité est très ouverteet portée aux questions de solidarités et plus généralement aux enjeux de société. Elle est un pan de notre économie qui est très dynamique, créateur de richesses et ce faisantqui n’oublie pas d’être créateur d’emplois. C’est un secteur très présent dans notre économie, puisqu’il contribue à hauteur de 7 à 8% à la formation de notre PIB, qu’ilreprésente 10% de l’emploi salarié, que la création d’emplois y est plus dynamique que dans le secteur privé (+ 2,6% en moyenne de 2001 à 2006 contre une augmentation de1,1% dans le secteur privé). Trois grands constats peuvent être dressés : tout d’abord, et corollaire de la grande diversité de l’économie sociale et solidaire, une difficulté àappréhender l’ampleur du périmètre exact du secteur, qui se sent insuffisamment reconnu. Ensuite, une aspiration forte des acteurs de l’ESS à voir leurs spécificités et leurspréoccupations mieux prises en compte par les pouvoirs publics. Enfin, troisième constat, le secteur est riche d’atouts et de potentiels qu’il estime insuffisamment reconnus etsollicités. Face à ce constat, la mission a déterminé les axes d’une approche d’une politique globale de développement de l’ESS, à travers quatre grandes orientationsgénérales qu’illustrent 50 propositions concrètes. Ces orientations visent en particulier à : favoriser une meilleure visibilité ainsi que la prise en compte des enjeux, enparticulier européen, de l’économie sociale et solidaire, permettre aux structures et entreprises de ce secteur d’accéder à des dispositifs de droit commun qui facilitent leurcroissance, promouvoir une politique active d’aide et d’accompagnement qui tienne compte des spécificités de ce secteur, mieux prendre en compte le secteur de l’économiesociale dans l’élaboration des politiques publiques. Les 50 propositions que vous trouverez dans le rapport visent à donner une impulsion nouvelle au développement del’économie sociale et solidaire et dessinent les contours d’une politique globale qui permette aux acteurs de l’ESS de prendre toute leur place dans l’économie nationale. Cerapport n’est qu’une étape dans un processus d’élaboration de cette politique qui me paraît essentielle, et qui, j’insiste sur ce point, doit être élaborée en partenariat avec lesacteurs de ce secteur. Laurent Wauquiez s’est engagé à réunir rapidement le Conseil supérieur de l’économie sociale pour travailler sur ces propositions, et d’apporter desréponses concrètes pour aider celles et ceux qui sont convaincus de pouvoir entreprendre autrement pour la croissance et la création d’emploi. » 122
  • 123. Thème 2 – Reconnaissance officielle des organisations de l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Il est nécessaire d’arriver à identifier les entreprises qui sont sociales ; quel est leur poids et combien sont-elles. Il faut identifier le statut mais surtout la finalité et l’utilité. - La question du label est elle aussi extrêmement importante. Elle constitue un enjeu majeur et une étape intéressante bienQuelle peut être la que compliquée. Le lancement d’un label permettrait de fairenature de cette coïncider différentes logiques pour dégager davantage dereconnaissance? visibilité et de clarté. - La multitude de termes employés dessert le secteur. Il n’y a pas de définition réelle. - Aujourd’hui, nous assistons à un changement de culture et de perspective dans laquelle interviennent les entreprises sociales. Thème 3 – Instauration d’un gouvernement de gaucheValidation de Ouil’hypothèse - La notion d’économie sociale est davantage portée par la gauche que par la droite, surtout par le biais des collectivités et des régions. - Cependant, le secteur n’est pas si dépendant de la couleur politique, bien que le sujet soit manipulé avec plus d’aisance par la gauche que par la droite. L’économie sociale n’a pas deComment peut-il réelle logique politique.influencer l’essor del’économie sociale ? - Les partis les plus à gauche sont mal à l’aise avec la question de l’insertion par l’activité économique, car c’est pour eux le rôle de l’Etat. La sensibilité est plus forte à gauche, mais reste disparate en fonction des différents mouvements. - La question de l’économie sociale ne se règle pas avec l’aspect politique, mais sur le terrain. 123
  • 124. Thème 4 – Mise en place d’avantages fiscauxValidation de Nonl’hypothèse - La mise en place d’avantages fiscaux n’apparaît pas comme réaliste car il y a trop de diversité au sein du secteur. Ce type de mesure pourrait ouvrir le champ au social washing etQuels types engendrerait des difficultés quant à sa mise en place.d’avantages fiscaux ? - Ces dispositifs pourraient être perçus comme déloyaux vis-à- vis des entreprises classiques, à l’image des IAE71. Thème 5 – Manque d’encadrement des structuresValidation de Ouil’hypothèse - Il est nécessaire que l’Etat reconnaisse l’activité de façonQuels types officielle.d’encadrement ? - L’encadrement peut se faire grâce à un label. Thème 6 – Le développement de la RSE dans les entreprisesValidation de Ouil’hypothèse - Dans le secteur, il y a des méfiances vis-à-vis de la RSE, des suspicions. - La notion de RSE est intéressante car elle permet aux entreprises de servir de modèle et d’inspirer les entreprises classiques. Ces entreprises ont parfois du mal à sortir duPourquoi ? modèle qu’elles connaissent et n’y parviennent que grâce à l’aide des entreprises sociales. La RSE permet un travail commun entre ces deux types d’entreprises en favorisant notamment la création de partenariats. Ce type d’association est bénéfique aussi bien pour les entreprises classiques que pour les entreprises sociales. La RSE crée un lien entre les71 D’après Camille Dorival, journaliste à Alternatives Economiques, rédactrice en chef de La lettre de l’insertion par l’activité économique, « Les associations et lesentreprises du secteur de l’insertion par l’activité économique (IAE) permettent à des personnes exclues du marché de l’emploi de se (re)familiariser avec le monde du travail,tout en bénéficiant d’une formation et d’un accompagnement adaptés. L’objectif, au terme de ce parcours d’insertion, est qu’elles aient en main tous les atouts pour retrouverun emploi convenable sur le marché « ordinaire » du travail. » 124
  • 125. deux mondes. - L’amalgame que fait l’opinion publique entre la RSE et les entreprises sociales ne constitue pas un problème. Cette méconnaissance permet de créer un dialogue et d’ouvrir des portes. - L’objectif final de la RSE est de respecter les valeurs et les besoins sociaux, ce qui est le fer de lance des entreprises sociales. Thème 7 – Mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaireValidation de Nonl’hypothèse - Le secteur doit se tourner vers une stratégie qui vise à entreprendre autrement, et ce dans tous les secteurs. Cest la manière de faire qui compte et non le secteur. Il faut partir duPourquoi ? besoin social et voir la façon dont il est possible dy répondre. - La logique ne doit pas être sectorielle, elle doit se focaliser sur la finalité des projets. Thème 8 – Diffusion d’informations sur l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Cest aujourdhui lenjeu principal. - Lopinion publique est de plus en plus ouverte et entend de plus en plus parler des initiatives.Comment peut sefaire cette diffusion - Lorganisation de grands évènements et de mouvements quid’information ? regroupent les acteurs est de plus en plus courante. Lobjectif est de faire passer un message unifié envers lEtat et lopinion publique. Cest à lheure actuelle la solution la plus cohérente. 125
  • 126. Entretien n°8Thème 1 - Création d’instances spécialisées dans l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Une structure qui réunirait l’ensemble des entreprises d’insertion. La COORACE ne rassemble à ce jour qu’une partie de ces entreprises. Cette structure est une nécessité car aujourd’hui les entreprises d’insertion n’ont pas la volonté d’adhérer à une organisation commune, alors que cela leurQue faut-il mettre en permettrait d’avoir davantage de poids.place ? - Instauration d’une structure qui formerait les fonctionnaires de la Direction du Travail qui ne connaissent pas les IAE. En effet, elle est chargée d’allouer ou non des subventions aux IAE en fonction des résultats du dialogue de gestion. Thème 2 – Reconnaissance officielle des organisations de l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Il est nécessaire qu’il y ait une reconnaissance de l’utilité de gestion, et donc d’abolir la mesure du dialogue de gestion.Quelle peut être la Cette reconnaissance serait politique dans un contexte où lesnature de cettereconnaissance? associations constituent un secteur oublié par l’Etat qui leur verse de moins en moins d’argent. 126
  • 127. Thème 3 – Instauration d’un gouvernement de gaucheValidation de Ouil’hypothèse - L’instauration d’un gouvernement de gauche favoriserait notamment les chantiers d’insertion qui dépendent des subventions de l’Etat. - Un gouvernement de gauche pourrait faire abolir la mesure qui obligent les associations d’insertion à présenter un bilan quantifié de leurs activités : nombre de personnes en CDI, en CDD, nombre de sorties, nombre de personnes suivies…Comment peut-il - Un gouvernement de gauche pourrait allouer davantage deinfluencer l’essor de subventions pour les formations des personnes en insertion :l’économie sociale ? alphabétisation, CAP (aujourd’hui que très peu de places)… - Ce gouvernement pourrait également mener des actions pour favoriser l’accès au logement des personnes en parcours d’insertion. Comment trouver un travail quand on n’a pas de logement ? - Il pourrait également régulariser la délivrance de titre de séjour et faciliter l’accès à la nationalité française. Thème 4 – Mise en place d’avantages fiscauxValidation de Ouil’hypothèse - Il existe déjà des avantages fiscaux pour les associations intermédiaires avec une déduction de 50% du prix desQuels types prestations sur les impôts des clients.d’avantages fiscaux ? - Les associations intermédiaires sont déjà exonérées de certaines taxes. Thème 5 – Manque d’encadrement des structuresValidation de Ouil’hypothèse - Il faudrait une instance plus forte qui permettrait aux IAE de seQuels types faire entendre et d’avoir plus de poids face à la direction dud’encadrement ? travail. 127
  • 128. Thème 6 – Le développement de la RSE dans les entreprisesValidation de Ouil’hypothèse - La RSE peut amener le changement et des améliorations dans les structures. La RSE pourrait amener davantage d’écoute au sein des petites associations. Il faudrait même aller plus loin etPourquoi ? que la RSE devienne une obligation, même si les mesures qu’elle apporte n’émanent pas nécessairement d’une volonté réelle. Thème 7 – Mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaireValidation de Ouil’hypothèse - Pour les IAE il est quasiment impossible de développer une autre stratégie que celle tournée vers le tertiaire. Les personnes suivies par des IAE sont orientées vers des métiers peuPourquoi ? qualifiés : ménage, bricolage, travaux publics… Le travail dans d’autres secteurs d’activité s’avère impossible pour ces personnes car ce sont des postes trop qualifiés. Thème 8 – Diffusion d’informations sur l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Cette diffusion pourrait passer par des publicités en directionComment peut se des clients des IAE qui ne savent pas forcement qu’ilsfaire cette diffusion s’adressent à des entreprises d’insertion et qui n’en connaissentd’information ? pas le principe. 128
  • 129. Entretien n°9Thème 1 - Création d’instances spécialisées dans l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Il est important qu’il y ait un organe qui concentre les structures professionnelles. - La délégation suffit, mais il serait intéressant qu’il y ait uneQue faut-il mettre en organisation qui regroupe toutes les organisationsplace ? professionnelles ; actuellement 4 ou 5. Il faudrait une association interprofessionnelle qui serait l’émanation des structures de l’économie sociale et solidaire et non de l’Etat. Thème 2 – Reconnaissance officielle des organisations de l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Il y a actuellement un débat au Conseil Supérieur de l’Economie Sociale et Solidaire autour de l’instauration d’un label. Il faut néanmoins faire attention aux critères qui vont être retenus ; ils pourraient être trop limitatifs. La diversité deQuelle peut être lanature de cette l’économie sociale et solidaire est une richesse, tropreconnaissance? d’exigences formelles et contraignantes pourraient la desservir. - Favorable à la mise en place de moyens de reconnaissance, mais cela semble difficile à réaliser. 129
  • 130. Thème 3 – Instauration d’un gouvernement de gaucheValidation de Ouil’hypothèse - La droite reconnaît l’intérêt de l’économie sociale et solidaire, mais elle se trouve davantage sous le joug de sociétés qui pensent que l’économie sociale et solidaire a trop d’avantages. - Un gouvernement de gauche pourrait être plus attentif auxComment peut-il efforts à mettre en œuvre pour développer l’économie socialeinfluencer l’essor del’économie sociale ? et solidaire, autrement dit il serait plus attentif pour répondre à des besoins sociaux. - Avec un gouvernement de gauche, l’économie sociale et solidaire aurait de meilleures chances de se développer. Thème 4 – Mise en place d’avantages fiscauxValidation de Nonl’hypothèse - La mise en place d’avantages fiscaux n’est pas dans l’air du temps. - Les organisations se veulent autonomes.Quels typesd’avantages fiscaux ? - Tant au niveau européen qu’au niveau national, l’instauration d’avantages fiscaux ne sera pas autorisée au nom de la concurrence. Thème 5 – Manque d’encadrement des structuresValidation de Ouil’hypothèse - A priori, l’image de l’économie sociale et solidaire n’est pas assez connue pour que les entreprises de l’économie sociale puissent en jouir pleinement. Il faudrait pourvoir montrer lesQuels types bénéfices de cette économie.d’encadrement ? - Le fait d’avoir un encadrement pour donner une image claire à l’opinion constituerait un élément positif. 130
  • 131. Thème 6 – Le développement de la RSE dans les entreprisesValidation de Nonl’hypothèse - A ce jour, aucune des sociétés qui se sont engagées dans la RSE ont voulu changer de modèle pour devenir des sociétés de l’économie sociale et solidaire.Pourquoi ? - Les sociétés qui appartiennent à l’économie sociale et solidaire se doivent d’être attentives à leur responsabilité sociale. La RSE est indissociable du statut. Thème 7 – Mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaireValidation de Nonl’hypothèse - La stratégie doit être tournée vers le besoin de la collectivité, des clients et des employés. - L’économie sociale et solidaire a un mode d’organisationPourquoi ? industriel qui vaut pour toutes les activités. Il est cependant plus difficile à concevoir si les besoins de capitaux sont élevés. Les compagnies industrielles à capitaux légers peuvent plus facilement appartenir à l’économie sociale et solidaire. Thème 8 – Diffusion d’informations sur l’économie socialeValidation de Oui, cela ne fait aucun doute.l’hypothèse - Il faut utiliser toutes les voies possibles.Comment peut sefaire cette diffusion - La voie la plus favorable est celle des clients et des membresd’information ? de l’économie sociale et solidaire qui sont satisfaits. 131
  • 132. Entretien n°10 Thème 1 - Création d’instances spécialisées dans l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - La création d’instances spécialisées est essentielle car le secteur progresse trop lentement. - Il y a eu des progrès récemment avec la présentation de listes communes lors des élections prud’homales. Cependant l’économie sociale et solidaire est encore loin de parler d’une seule voix. - Il faudrait qu’il y ait des personnes qui créent des liens, desQue faut-il mettre en ponts entre les structures pour qu’il y ait à terme des porte-place ? paroles et des instances représentatives de tout le secteur. - Ces instances doivent être créées par les acteurs eux-mêmes ; les forces doivent être autonomes. - L’Etat doit impulser cette fédération de l’ensemble des acteurs mais ce n’est en aucun cas à lui de créer le mouvement. - La création d’instances doit être une volonté française mais aussi européenne.Thème 2 – Reconnaissance officielle des organisations de l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - La reconnaissance au sein de la puissance publique doit passer par une place dans les instances officielles.Quelle peut être la - Elle peut également passer par la reconnaissance desnature de cette organisations patronales en temps que telle.reconnaissance? - Il faudrait reconnaître que l’économie sociale et solidaire est une économie à but non lucratif. 132
  • 133. Thème 3 – Instauration d’un gouvernement de gaucheValidation de Ouil’hypothèse - Un gouvernement de gauche pourrait instaurer un Secrétariat à l’économie sociale. - Cependant, la gauche et le Parti Socialiste a du retard avec laComment peut-il promotion d’une alternative au secteur lucratif, le projet estinfluencer l’essor de beaucoup trop timide.l’économie sociale ? - Un gouvernement de gauche pourrait faire avancer l’aspect reconnaissance et faire avancer la dimension au niveau européen. Thème 4 – Mise en place d’avantages fiscauxValidation de Ouil’hypothèse - Les avantages fiscaux doivent néanmoins être compris par l’opinion publique et par les autres acteurs. - L’économie sociale se situe à la fois dans un champ concurrentiel et dans un champ non concurrentiel. Si des aides fiscales sont allouées, il faut qu’il y ait une certaine transparence et que ces avantages soient alloués en raison deQuels typesd’avantages fiscaux ? contraintes inhérentes au secteur pour ne pas être accusé de concurrence déloyale. - Ces avantages auraient pu s’exprimer quand le gouvernement a accordé des aides aux banques françaises. Il aurait pu faire une différence entre celles qui ont des actionnaires et celles qui ont des adhérents. 133
  • 134. Thème 5 – Manque d’encadrement des structuresValidation de Ouil’hypothèse - Le manque de structures dessert l’économie sociale. Il faut une instance mais indépendante des pouvoirs publics, c’est évident.Quels typesd’encadrement ? - Il y a déjà des réseaux de coordination comme le CEGES et les chambres régionales. Thème 6 – Le développement de la RSE dans les entreprisesValidation de Nonl’hypothèse - La RSE est une donnée structurante du secteur de l’économie sociale. L’économie sociale ne doit pas avoir un mode de gouvernance analogue à celui des entreprises classiques. Les structures de l’économie sociale et solidaire gouvernentPourquoi ? autrement à l’interne et à l’externe. - Dommage que le secteur de l’économie sociale et solidaire de soit pas à l’avant poste de la stratégie de développement de la RSE. Thème 7 – Mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaireValidation de Nonl’hypothèse - Tous les secteurs d’activités sont favorables à l’économie sociale. Ceux les plus favorables sont ceux à but non lucratif. - Tous les secteurs économiques ont une place dans l’économie sociale et solidaire (ex avec Chèques Déjeuner).Pourquoi ? - Il y a cependant une difficulté avec la dimension internationale quand les entreprises doivent s’internationaliser. Pour lever des fonds, les entreprises créent des sociétés sous des statuts qui ne font pas partie de l’économie sociale et solidaire. 134
  • 135. Thème 8 – Diffusion d’informations sur l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Campagne de publicité avec le soutien de tout le secteur. - Lancement d’un site, d’une revue.Comment peut se - Si tout cela ne se met pas en place, les médias et l’opinionfaire cette diffusion publique ne pourront pas reconnaître le secteur en temps qued’information ? tel. Il faut pour cela marteler l’existence du secteur. Si c’est le cas, les journalistes prendront des initiatives et relayeront les informations. 135
  • 136. Entretien n°11 Thème 1 - Création d’instances spécialisées dans l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse Je pense que cela serait favorable. Toute instance qui fédère les énergies d’un type d’activités et permet l’échange de bonnes pratiques est plutôt une bonne chose, selon le bon vieux principe « l’union fait la force ». La visibilité du secteur de l’économie sociale pourrait êtreQue faut-il mettre en accrue, ainsi que la prise de conscience de son impact et son poidsplace ? économique croissant d’année en année. Reste à définir quelle instance et quels fonctionnements sont prévus. Il ne faudrait pas une structure trop lourde ou potentiellement contraignante.Thème 2 – Reconnaissance officielle des organisations de l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse On pourrait imaginer une labellisation, qui pourrait se fonder sur des critères éthiques par exemple. En France, on aime bien pouvoir situer les structures avant de les rencontrer, avant de s’engager dans unQuelle peut être la éventuel partenariat par exemple. Alors oui là encore, dans ce cas,nature de cette l’existence d’un label permettrait de « rassurer » les contactsreconnaissance? éventuels, les prospects, voire d’élargir les cibles potentielles. Imaginons peut-être même des opérations communes de notoriété de plusieurs structures aux actions différentes, groupées sous le même repère d’identité type label par exemple. 136
  • 137. Thème 3 – Instauration d’un gouvernement de gaucheValidation de Nonl’hypothèse Je ne crois pas que la question puisse se poser exactement en ces termes ; je crois davantage que l’émergence des préoccupations sociales va bien au-delà des clivages ou appartenances politiques des uns et des autres. En revanche, je suis certain que les critères quiComment peut-il animent l’économie sociale concernent une part sans cesse croissanteinfluencer l’essor de de nos contemporains, chiffres et sondages le confirment. Je suggère àl’économie sociale ? toute notre classe politique d’y prêter attention. La sensibilité aux valeurs de partage, de respect mutuel, d’entraide et de solidarité ne dépend pas seulement d’une appartenance politique. Enfin, les entrepreneurs doivent savoir précéder les politiques, quitte à les inspirer ! Thème 4 – Mise en place d’avantages fiscauxValidation de Ouil’hypothèse Tout le monde s’accorde à reconnaître le poids excessif des charges qui pèsent sur le travail en France, et naturellement, compte tenu des spécificités du secteur de l’économie sociale, tout avantage fiscal estQuels types le bienvenu de façon à permettre de se positionner sur des marchésd’avantages fiscaux ? habituellement réservés aux entreprises industrielles et commerciales de type classique. Thème 5 – Manque d’encadrement des structuresValidation del’hypothèse Je ne suis pas sûr de ce que vous entendez par encadrement. S’il s’agit de collaborateurs, je considère que notre structure a la chance deQuels types bénéficier d’apports en compétences et expertises extraordinaires,d’encadrement ? notamment parce que Mozaïk RH s’appuie sur un réseau de bénévoles de très haut niveau. Si vous faites allusion à des encadrements de nos activités, là je suis assez réservé sur tout ce qui peut être un frein.. 137
  • 138. Thème 6 – Le développement de la RSE dans les entreprisesValidation de Ouil’hypothèse Pour une entreprise, se situer dans une démarche RSE, c’est d’une part être beaucoup plus attractive pour des consommateurs pour qui cela entre en ligne de compte dans leur choix d’achat (c’est une tendance croissante), pour les fournisseurs (c’est aux clauses d’insertion dans les marchés publics, au respect environnemental, etc…que je pense). Cela joue également pour attirer de nouveaux salariés (ou les fidéliser), soucieux de participer à un projet d’entreprise pas uniquement tourné vers le profit. De fait, les entreprises de l’économie sociale sont d’autant plus sollicitées que le « besoin » RSE des entreprises augmente.Pourquoi ? Si j’osais, je dirais que la RSE devient très tendance … Sérieusement, je pense que c’est une préoccupation majeure. La notion d’entreprise citoyenne se répand, les effets de diverses innovations récentes s’ajoutent les unes aux autres : l’aide aux associations par les pouvoirs publics, la Charte de la Diversité, la Halde, le service civique, le nombre d’appels à projets innovants au plan social, lancés ou soutenus par les instances publiques comme la Région Ile de France par exemple, ou bien encore l’état via les ministères concernés qui s’y mettent à leur tour. Le secteur bouge, pas encore tout à fait assez vite à mon goût. Thème 7 – Mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaireValidation del’hypothèse Clairement, notre économie se fonde chaque jour davantage sur le secteur tertiaire, comme beaucoup d’autres pays développés. Toute initiative de soutien ou d’accompagnement de l’économie sociale est bienvenue. Mais je me garderai bien de suggérer quoi que ce soit ou me substituer à ceux qui sont en charge de ces actions et réflexions,Pourquoi ? chaque structure a ses spécificités et ses perspectives propres de développement. En revanche, je suis tout à fait ouvert à échanger avec les responsables et livrer mon point de vue en fonction de l’expérience de Mozaïk RH. - 138
  • 139. Thème 8 – Diffusion d’informations sur l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse D’évidence, une fois encore, toute mesure visant à accroître ou bâtirComment peut se une notoriété, et donc favoriser un accroissement de l’activité est unefaire cette diffusion bonne chose. Plus généralement, après la forte crise qui a impacté nosd’information ? économies, l’émergence de valeurs sociales est incontestable et porteuse de sens aux yeux de beaucoup de responsables d’entreprises. 139
  • 140. Entretien n°12 Thème 1 - Création d’instances spécialisées dans l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Il existe actuellement trop d’instances, il y a un foisonnement avec des regroupements d’acteurs plus ou moins spécialisés. Il y en a beaucoup pour un ensemble peu visible et peu lisible. - La création d’un Secrétariat d’ Etat ou d’un Ministère chargé de l’économie sociale constituerait un signe fort permettant de favoriser l’essor de l’économie sociale. - Aujourd’hui, il y a des structures qui perdurent comme laQue faut-il mettre enplace ? DGCS (Direction Générale de la Cohésion Sociale) ou le Conseil Supérieur de l’Economie Sociale. - Il faudrait rationaliser les instances déjà existantes qui manquent d’efficacité. - Les instances comme les CRESS pourraient voir évoluer leur statut vers un statut consulaire. Le CEGES pourrait lui aussi évoluer.Thème 2 – Reconnaissance officielle des organisations de l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - La création d’un Secrétariat d’Etat pourrait apporter une reconnaissance officielle. - Mais il faut surtout que l’économie sociale tienne un discours efficace et commun en réunissant les moyens. - Le Label dont il est actuellement question n’est pasQuelle peut être lanature de cette convaincant car il paraît difficile d’y réunir l’ensemble desreconnaissance? acteurs. Il existe déjà une reconnaissance par des labels qui appartiennent à différents réseaux. - Il y a une trop grande volonté d’unifier et de gommer la diversité de l’économie sociale. Oui pour la construction d’une identité commune qui respecte la diversité des acteurs. A contrario, cette diversité contribue à bloquer le mouvement. Il 140
  • 141. faudrait une action commune autour d’enjeux, de pratiques et de valeurs communes qui correspondent aux fondamentaux de l’économie sociale. Thème 3 – Instauration d’un gouvernement de gaucheValidation de Ouil’hypothèse - Un gouvernement de gauche intègrerait le développement de l’économie sociale et solidaire plus naturellement qu’un gouvernement de droite. - Il y a cependant des tenants de l’économie sociale à gaucheComment peut-il comme à droite. Ce sont les moyens mis en œuvre et la volontéinfluencer l’essor de qui vont à priori compter.l’économie sociale ? - C’est à l’économie sociale de se rendre visible et lisible des politiques, et ce quelque soient leurs bords. - Un gouvernement écologiste aurait une proximité encore plus grande avec l’économie sociale. Thème 4 – Mise en place d’avantages fiscauxValidation de Nonl’hypothèse - Nous assistons au mouvement inverse depuis des années. - Il existe déjà des avantages fiscaux. - Les avantages fiscaux ne sont pas forcément responsables et crédibles. Il ne faut pas tirer la corde des subventions. - Il faudrait peut être faire un tri dans l’IAE et créer de nouvellesQuels types modalités dans les parcours d’insertion.d’avantages fiscaux ? - Les entreprises sociales ont des exigences de rentabilité liées à leurs activités. Elles ne devraient pas lésiner en multipliant les partenariats avec les entreprises capitalistiques. - Les délégations quant à elles doivent recevoir des subventions car elles se substituent au rôle de l’Etat et des collectivités. 141
  • 142. - La question aujourd’hui est davantage de conserver les avantages fiscaux légitimes. Thème 5 – Manque d’encadrement des structuresValidation del’hypothèse - Le manque de capacité à agir dessert l’économie sociale. Il faut essayer d’agir ensemble, sans pour autant tuer la richesse. - L’enjeu actuel est de rajeunir la gouvernance de l’économieQuels types sociale et de donner envie à des jeunes de s’y investir. Il s’agitd’encadrement ? de renouveler la gouvernance avec des personnes compétentes ayant des capacités. Il y a un enjeu de formation dans l’économie sociale. Thème 6 – Le développement de la RSE dans les entreprisesValidation de Nonl’hypothèse - La RSE peut banaliser le discours de l’économie sociale. La RSE aujourd’hui ne favorise pas son essor. C’est une nouvelle source d’information et un nouveau positionnement qui brouille l’image de l’économie sociale. - La RSE est un argument marketing et non une prise de conscience. La RSE n’est pas un choix profond mais plutôt unePourquoi ? contrainte pour les entreprises qui doivent prouver leur engagement. La RSE s’apparente davantage au green washing. - La RSE pourrait être bénéfique dans un deuxième temps si elle pouvait pousser l’économie sociale à clarifier son discours : ses différences, ses fondamentaux. 142
  • 143. Thème 7 – Mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaireValidation de Nonl’hypothèse - Il n’y a aucune raison que l’économie sociale soit moins bonne pour les activités industrielles. Le problème est que le contexte est peu favorable à la réimplantation industrielle. Il n’y a pas de raisons que l’économie sociale ne puisse pas jouer sa carte dans le tissu industriel français.Pourquoi ? - L’économie sociale a des capacités d’innovation et des capacités techniques. - L’attribution d’une plus grande part des subventions d’aide à la recherche aux entreprises de l’économie sociale pourrait lui permettre de jouer un rôle plus important. - Il faudrait que la puissance publique témoigne d’un réel investissement en termes d’argent et d’énergie pour implanter des entreprises de l’économie sociale au sein du tissu industriel des PME françaises. Ces implantations constitueraient des garanties de pérennité car les entreprises de l’économie sociale ne sont pas délocalisables. Thème 8 – Diffusion d’informations sur l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Il y a déjà beaucoup trop de sources d’information. L’information est mal diffusée et manque d’efficacité. - L’enseignement de l’économie sociale dans les programmesComment peut se scolaires constitue une nécessité. Il faut une prise en comptefaire cette diffusion des pouvoirs publics. Un programme a déjà été lancéd’information ? Jeun’ESS. Il comprend trois volets : favoriser la connaissance par les jeunes de l’ESS, favoriser l’émergence des entreprises de l’ESS par les jeunes et rajeunir l’ESS. 143
  • 144. Entretien n°13 Thème 1 - Création d’instances spécialisées dans l’économie socialeValidation de Nonl’hypothèse - Il existe déjà des instances spécialisées dans le domaine de l’économie sociale : Sous Secrétariat d’Etat, entités au sein des mairies comme à celle de Paris. - En France, la tradition veut que l’économie sociale soit accompagnée par les législateurs qui soutiennent et accompagnent son développement. - Il faut des instances de dialogue et d’échange dans un mondeQue faut-il mettre en où il y a des rivalités entre les membres originels et lesplace ? nouveaux acteurs. - Il faudrait plus mettre en place des outils que des instances qui existent déjà. Ces outils pourraient rendre les acteurs davantage autonomes et favoriseraient leur développement. Le soutien par le biais d’outils concrets tels que les closes dans le marché public favorisant les acteurs de l’économie sociale, serait plus bénéfique que la création d’instances spécialisées.Thème 2 – Reconnaissance officielle des organisations de l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Il faut reconnaitre les spécificités de l’économie sociale qui se différencie de l’économie au sens classique pour que la législation soit adaptée. - En France il y a déjà une reconnaissance et c’est un des pays pionniers en Europe. Cette reconnaissance passe par exempleQuelle peut être la par l’obligation par les entreprises de créer un fond d’épargnenature de cettereconnaissance? salarial solidaire qui permet le développer le secteur. - Aujourd’hui il faut essayer de faire reconnaître le secteur à l’échelle européenne. En France il existe des textes et une législation, il faut faire la même chose maintenant au niveau européen. 144
  • 145. Thème 3 – Instauration d’un gouvernement de gaucheValidation de Oui, sûrementl’hypothèse - La dimension philosophique de la gauche se rapproche davantage de l’économie sociale. - Cependant, le mouvement reste apolitique.Comment peut-il - La gauche pourrait assurer un soutien à l’économie sociale surinfluencer l’essor de le long terme par exemple en soutenant les contrats aidés. Ellel’économie sociale ? pourrait mener une politique pérenne grâce à des outils concrets. - Le monde de l’économie sociale est un monde apolitique qui ne se reconnaît pas dans l’Etat, une sorte de troisième secteur. Thème 4 – Mise en place d’avantages fiscauxValidation de Ouil’hypothèse - Pas de positionQuels typesd’avantages fiscaux ? Thème 5 – Manque d’encadrement des structuresValidation de Ouil’hypothèse - Il faut que l’économie sociale soit exemplaire et irréprochable. Il suffit d’une dérive pour que le secteur/mouvement soit desservi.Quels types - Il faudrait mettre en place des modèles de certification commed’encadrement ? une charte d’engagement des acteurs (un label ?). Seulement, tout cela a un coût pour les acteurs. - L’Etat fait déjà des contrôles avec les contrats aidés. 145
  • 146. Thème 6 – Le développement de la RSE dans les entreprisesValidation de Ouil’hypothèse - Les entreprises de l’économie sociale peuvent bénéficier des politiques RSE des entreprises classiques.Pourquoi ? - Mais la RSE est plutôt un habillage qu’un réel fond. Mais tout commence par là, c’est une porte d’entrée pour l’économie sociale. Thème 7 – Mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaireValidation de Nonl’hypothèse - L’économie sociale est présente sur différents secteurs comme l’agriculture et sur des secteurs d’avenir comme l’environnement. Elle est même présente sur des secteurs de pointe comme la haute technologie.Pourquoi ? - Mais au niveau national et européen le secteur qui est le plus poussé, le secteur des services, est donc créateur d’emplois. L’économie sociale a cependant vocation à être présente sur tous les secteurs y compris la production et l’agriculture. Thème 8 – Diffusion d’informations sur l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Il y a un réel besoin de clarification. Les gens ne voient pas ce qu’il y a derrière l’économie sociale alors que la plupart sont en accord d’un point de vue philosophique. - Cette méconnaissance est liée au fait que le secteur est diversComment peut se et qu’il ne s’exprime pas d’une seule voix et ne forme pas unefaire cette diffusion unité.d’information ? - L’économie sociale doit parler d’une même voix et véhiculer les mêmes concepts. Cela pourrait passer par l’institution d’un label. Le débat théorique est fatiguant, il faut passer à des actions concrètes. 146
  • 147. Entretien n°14 Thème 1 - Création d’instances spécialisées dans l’économie socialeValidation de Oui, si le but est de la renforcer et non de la démantelerl’hypothèse - Il y en a déjà quelques unes comme la FNMS pour les mutuelles. - Il existe deux moyens pour ces instances : que les groupes solidaires se forment et s’organisent, ou qu’il y ait une coordination faite par la puissance publique.Que faut-il mettre enplace ? - Le problème pour les mutuelles n’est pas qu’il n’y ait pas d’organisations, mais que les mutuelles soient de moins en moins militantes. Elles se trouvent aujourd’hui dans une gestion du quotidien plutôt que dans une démarche militante et politique.Thème 2 – Reconnaissance officielle des organisations de l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - La mise en place d’un statut qui permette que l’économie sociale se renforce et se développe.Quelle peut être la - Pour les mutuelles, il faudrait un statut particulier qui ne lesnature de cettereconnaissance? mette pas en concurrence avec les assurances. Il ne faut pas que ces deux entités aient la même réglementation. 147
  • 148. Thème 3 – Instauration d’un gouvernement de gaucheValidation de Ouil’hypothèse - Un gouvernement de gauche pourrait défendre l’économie sociale à condition que la Gauche porte une rupture avec le capitalisme. - Pour le mutualisme, cela passerait par l’instauration d’uneComment peut-il Sécurité Sociale qui prendrait en charge 100% des soins.influencer l’essor del’économie sociale ? - Il faudrait mettre en place un statut qui permettrait à l’économie sociale de se protéger des réglementations européennes, et faire attention que le statut ne soit pas détricoté. Thème 4 – Mise en place d’avantages fiscauxValidation de Ouil’hypothèse - Pour les mutuelles, il faudrait mettre en place des avantages fiscaux pour les assurés. Cette mesure inciterait les personnesQuels types qui cherchent à se couvrir à adhérer à une mutuelle. Cetd’avantages fiscaux ? avantage peut se faire sur le modèle des adhésions aux associations avec une déduction fiscale. Thème 5 – Manque d’encadrement des structuresValidation de Oui dans l’absolul’hypothèse - Le problème est de savoir qui ferait le contrôle, pas l’Etat en tout cas. - Il y a des problèmes dans les mutuelles où les salariés ont leQuels types pouvoir et non les militants. C’est bien dans le sens où lesd’encadrement ? salariés sont ceux qui travaillent dans l’entreprise, mais il faut aussi des élus pour qu’il y ait un certain équilibre. Cependant, cet équilibre n’est pas systématiquement présent et la charte de la mutualité n’est pas nécessairement respectée. 148
  • 149. Thème 6 – Le développement de la RSE dans les entreprisesValidation de Nonl’hypothèse - La RSE, c’est l’économie sociale. - Il y a deux dynamiques aujourd’hui : l’économie sociale et les entreprises capitalistiques. Ces dynamiques ne sont pas compatibles. La RSE reste essentiellement de l’affichage. - Quand la RSE s’applique à des petites entreprises, la questionPourquoi ? se discute car le patron n’a pas la même relation avec ses salariés et peut avoir une fibre sociale et davantage de marge de manœuvre s’il n’y a pas d’actionnaires. - Les grosses structures sont écrasées par leur poids. La RSE reste de la poudre aux yeux. Thème 7 – Mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaireValidation de Pas de réponsel’hypothèse - Ne connaît bien que le secteur du tertiaire.Pourquoi ? Thème 8 – Diffusion d’informations sur l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - L’économie sociale doit être étudiée à l’école, l’éducation est la base.Comment peut sefaire cette diffusion - Le meilleur moyen serait l’apparition politique des acteurs ded’information ? l’économie sociale sans couleur politique, juste pour faire valoir leurs différences. 149
  • 150. Entretien n°15 Thème 1 - Création d’instances spécialisées dans l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Il faut renforcer les instances qui existent déjà ce qui permettrait au mouvement d’acquérir une meilleure visibilité ainsi qu’une meilleure représentativité. - Ce renforcement devrait être traduit par l’unification du CEGES72 et une reconnaissance de l’USGERES73 - A noter qu’il faut que l’économie sociale soit capable deQue faut-il mettre enplace ? s’unir, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. - Il faudrait définir ce qu’est clairement l’économie sociale. Le débat est toujours ouvert entre économie sociale d’une part, et économie sociale et solidaire de l’autre. - Il faudrait qu’un Ministère ou qu’un Secrétariat d’Etat soit créé.Thème 2 – Reconnaissance officielle des organisations de l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - Il faudrait que l’USGERES soit reconnu comme interlocuteur de l’Etat et des syndicats de salariés au même titre que leQuelle peut être la MEDEF74, la CGPME75 ou l’UPA76.nature de cettereconnaissance? - Cette reconnaissance peut se faire par voix législative.72 Conseil des entreprises, Employeurs et Groupements de lEconomie Sociale73 Union de Syndicats et Groupements d’Employeurs Représentatifs dans l’Economie Sociale74 Mouvement des entreprises de France75 Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises76 Union Professionnelle Artisanale 150
  • 151. Thème 3 – Instauration d’un gouvernement de gaucheValidation de Ouil’hypothèse - Les traditions « de gauche » incitent plus à une reconnaissance des organisations collectives.Comment peut-il - Mais avec un bémol: il ne faudrait pas que les organisations deinfluencer l’essor de l ‘économie sociale se substituent au rôle de l’Etat (ce qui estl’économie sociale ? le cas actuellement avec la situation d’un gouvernement de droite). Thème 4 – Mise en place d’avantages fiscauxValidation de Oui et nonl’hypothèse - L’économie sociale recouvre des réalités diverses : les SCOP et les mutuelles qui évoluent dans un domaine concurrentiel et les associations diverses qui répondent à des besoins sociaux non pris en compte par d’autres structures. Pour les premières, pas d’exonération (sauf l’ex-taxe professionnelle pour les SCOP qui ne peuvent délocaliser). Mais actuellement, lesQuels types SCOP bénéficient déjà d’un régime particulier pour lad’avantages fiscaux ? participation et donc pour l’impôt sur les sociétés. Pour les secondes peut-être. - Oui, mais pas forcément sains. Pas bonne connaissance du milieu, je sais que certaines structures de l’ES n’ont aucune conscience des problèmes d’équilibre économique (je ne parle pas de « rentabilité »). 151
  • 152. Thème 5 – Manque d’encadrement des structuresValidation de Ouil’hypothèse - Les organisations de l’ES, malgré leur histoire, n’ont pas de tradition « d’alliance » ou de syndicalisme d’entreprise. - Le problème du « manque de contrôle » se traduit par plusieursQuels types « aberrations » : la moitié des Français participent à l’ES, lad’encadrement ? plupart sans le savoir (mutuelles, coopératives, associations) ; il n’y a pas de « label ES » (et d’ailleurs qui pourrait le donner sans avoir un « jugement » politique ?). Thème 6 – Le développement de la RSE dans les entreprisesValidation de Nonl’hypothèse - Ne croit pas un seul instant à l’honnêteté de la démarche RSE.Pourquoi ? Thème 7 – Mise en place d’une stratégie globale tournée vers le secteur tertiaireValidation de Nonl’hypothèse Pas d’argumentationPourquoi ? Thème 8 – Diffusion d’informations sur l’économie socialeValidation de Ouil’hypothèse - La diffusion d’information ne doit pas être réalisée par le gouvernement car par définition, les organisations de l’ESComment peut se doivent être indépendantes des pouvoirs publics.faire cette diffusiond’information ? - Presse et médias divers, mais par un regroupement (CEGES par exemple) des organisations de l’ES. 152
  • 153. RESUME L’économie sociale revient depuis les années 1970 sur le devant de la scèneéconomique française. Cette partie de l’économie représente environ 10% du produit intérieurbrut (PIB), mais reste pour autant méconnue du grand public, des politiques et des acteurséconomiques. Cette étude s’attache à définir l’économie sociale en France au sens large duterme, et à déterminer les facteurs pouvant influencer son essor. ABSTRACT The social economy has come back on the front of the French economic scene sincethe 1970s This part of the economy represents about 10% of gross domestic product (GDP),but remains so far unknown to the general public and to the political and economic actors.This study aims to define the social economy in France in the broadest sense, and to identifyfactors that may influence its development. 153

×