Ubuntu.article.memoire.version.1.fr

907 views
855 views

Published on

Memoire du master 2 recherche dans l'IAE Gustave Eiffel

Published in: Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
907
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
4
Actions
Shares
0
Downloads
7
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Ubuntu.article.memoire.version.1.fr

  1. 1. LE SUCCÈS DUBUNTU : UN EXEMPLE DAVANTAGE CONCURRENTIEL DANS LOPEN SOURCEUNE DISTRIBUTION BUREAUTIQUE DE LINUX QUI OCCUPE LA PREMIÈRE PLACE PARMI LES ACTEURS DE LOPEN SOURCE JUAN MANUEL MATALLANA C. SOUS LA DIRECTION DE M. GÉRARD KŒNIG MASTER 2 RECHERCHE EN SCIENCES DE GESTION IAE GUSTAVE EIFFEL, UNIVERSITÉ PARIS 12 – VAL DE MARNE ÉCOLE CENTRALE PARIS 2008-2009
  2. 2. LE SUCCÈS DUBUNTU : UN EXEMPLE DAVANTAGE CONCURRENTIEL DANS LOPEN SOURCEUNE DISTRIBUTION BUREAUTIQUE DE LINUX QUI OCCUPE LA PREMIÈRE PLACE PARMI LES ACTEURS DE LOPEN SOURCE DIRECTEUR DE AUTEUR RECHERCHE Pr. Gérard KŒNIG Juan Manuel MATALLANA Kœnig@univ-paris12.fr jmmc1962@gmail.com Responsable de la formation Diplôme dingénieur informatique Master 2 Recherche en Gestion Politecnico Grancolombiano à Bogotá, Colombie IAE Gustave Eiffel, Université de Étudiant du Master 2 Recherche Paris 12 Val-de-Marne Management et Stratégie IAE Gustave Eiffel, Université de Paris 12 Val-de-Marne École Centrale Paris RÉSUMÉ Depuis 2005, Ubuntu occupe la première place parmi les distributions Linux. Cette réussite est due principalement au fait quelle dispose dune avantage concurrentiel sur les autres distributions Linux . Cet avantage repose sur ses ressources financières propres et à la volonté de rendre plus conviviale linterface (bureau) avec les utilisateurs. Dautre part, on doit signaler que Ubuntu est facile à installer et que ses mises à jour des logiciels (Synaptic) sont très conviviales. Elle dispose également de mécanismes dans le réseau qui permettent une grande participation des communauté , tant des utilisateurs (non-experts) comme des développeurs. Les informations disponibles sur le réseau montrent que Ubuntu a le soutien humain et financier nécessaire pour maintenir cette position. Cet article essaie de montrer que la réussite de la distribution Ubuntu se rapproche dun modèle davantage concurrentiel dynamique où des facteurs tels quune rivalité active ou une nouvelle combinaison de ressources trouvent leur place. MOTS CLÉS Ubuntu, distribution bureautique de Linux, Open Source, avantage concurrentiel dynamique, actions et réactions, lhypercompétition, compétences internes ABSTRACT Ubuntu has positioned itself as the first distribution of Linux, in terms of downloads from its website. In addition, Ubuntu has occupied it first place since 2005, which is very significant because it was born in 2004. This article explores the idea that Ubuntus success is because it has a competitive advantage over other Linux distributions. The information available on the network shows that Ubuntu has the human and financial support necessary to maintain this position. Distribution is also successful because of the ease of installing and updating software (synaptic), and supply the participative mechanisms in the network for the community both users (non-experts) and developers. Dynamic competitive advantage, which is the theoretical perspective that comes closest to the phenomenon of which this article, may be due either to an active rivalry or a new combination of resources. The main contribution of this research is that theoretical perspectives related to the dynamic competitive advantage, could be confirmed or denied with the specific case of the Linux distribution Ubuntu. KEYWORDS Ubuntu, Distribution Desktop of Linux, Open Source, dynamic competitive advantage, actions and reactions, hypercompetition, dynamic capabilities
  3. 3. TABLE DE MATIÈRESINTRODUCTION.....................................................................................................................................................51 LE SUCCÈS DE LA DISTRIBUTION DE LINUX UBUNTU..........................................................................7 1.1 La distribution bureautique de Linux Ubuntu....................................................................7 1.2 la concurrence de Linux ubuntu dans lOpen Source..........................................................8 1.3 La concurrence dans le segment de marche .....................................................................11 1.4 La chronologie du succès de la distribution ubuntu.........................................................132 LA PERSPECTIVE THÉORIQUE DE LAVANTAGE CONCURRENTIEL DYNAMIQUE.......................16 2.1 Quest ce que ce lavantage concurrentiel..........................................................................16 2.2 Lavantage concurrentiel dû à une Rivalité active : actions et réactions.............................17 2.3 Lavantage concurrentiel dû à une Rivalité active : lhypercompétition..............................17 2.4 Lavantage concurrentiel dû à une Nouvelle combinaison de ressources...........................18 2.5 Competences internes......................................................................................................183 MÉTHODOLOGIE............................................................................................................................................19 3.1 Recueil des données.........................................................................................................19 3.2 Traitement des données...................................................................................................20 3.3 Modèle danalyse..............................................................................................................21 3.4 méthodes.........................................................................................................................224 PRÉSENTATION ET DISCUSSION DES RÉSULTATS................................................................................23 4.1 Analyse I : actions et réactions........................................................................................23 4.2 Analyse II : lhypercompétition..........................................................................................25 4.3 Analyse III : nouvelle combinaison de ressources..............................................................26 4.4 Analyse IV : compétences internes....................................................................................27CONCLUSIONS ET IMPLICATIONS..................................................................................................................29GLOSSAIRE............................................................................................................................................................31BIBLIOGRAPHIE..................................................................................................................................................34 INDEX DES ILLUSTRATIONSILLUSTRATION 1: ÉCRAN DUBUNTU..............................................................................................................5ILLUSTRATION 2: LÉCOSYSTÈME DE LOPEN SOURCE............................................................................11ILLUSTRATION 3: LÉCOSYSTÈME DU SEGMENT DE MARCHÉ BUREAUTIQUE................................12ILLUSTRATION 4: LA PRÉFÉRENCE POUR LINUX UBUNTU ..................................................................13ILLUSTRATION 5: VISITES PAR JOUR (HINTS PER DAY HPD)...............................................................15ILLUSTRATION 6: DISTRIBUTION DES VISITES PAR JOUR (HPD %)..................................................15ILLUSTRATION 7: MAP DE LAVANTAGE CONCURRENTIEL....................................................................16ILLUSTRATION 8: SÉQUENCE LOGIQUE DE TRAITEMENT DES DONNÉES........................................21 INDEX DES TABLESTABLEAU 1: APERÇU DES PRINCIPAUX DISTRIBUTIONS DE LINUX...................................................10TABLEAU 2: VISITES PAR JOUR (HPD) PERIODE 2002-2009 MAI.......................................................14TABLEAU 3: ACTIONS DES DISTRIBUTIONS DE LINUX...........................................................................20TABLEAU 4: CADRE THÉORIQUE POUR LA CARACTÉRISATION DU SUCCÈS DUBUNTU.............22TABLEAU 5: ACTIONS CONCURRENTIELS DES DISTRIBUTIONS PÉRIODE 2004-2008................23TABLEAU 6: RECENSEMENT DES ACTIONS ET RÉACTIONS DUBUNTU ANNÉE PAR ANNÉE DE 2004 À 2008...................................................................................................................................................................................24TABLEAU 7: CADRE DE LHYPERCOMPÉTITION DUBUNTU .................................................................26TABLEAU 8: COMPÉTENCES INTERNES DES DISTRIBUTIONS DE LINUX..........................................28 INDEX DES ANNEXESANNEXE A1: MODÈLE DE INFORMATION DU PROJET DE RECHERCHEANNEXE A2: REQUÊTES DE SQLANNEXE A3: HISTOIRE DE LA CONCURRENCE DES DISTRIBUTIONS DE LINUX
  4. 4. INTRODUCTIONLa réputation de Linux comme une innovation technologique dans le secteur destechnologies dinformation, est bien connue en termes de sécurité et optimisation deressources. Cependant il fallait avoir de connaissances spécialisées pour fairefonctionner le système dexploitation Linux avec des périphériques déterminés, telsque la souris, les cartes vidéo et la carte Ethernet. Le système nincluait pas les pilotescorrespondants qui appartenaient au monde propriétaire. Par conséquent,linstallation dune distribution de Linux était une tâche non triviale.Aujourdhui, une distribution de Linux plus conviviale avec lutilisateur est arrivé : ladistribution bureautique Ubuntu. La facilité dinstallation et ses mécanismes de miseà jour de la distribution montrent un haut niveau de maturation et de simplification,similaire à des produits de la concurrence du monde propriétaire, par exemple Mac OSX de Apple Computer. Illu stration 1: écran dUbuntuUbuntu naît en 2004 comme une initiative du sud-Africain Mark Shuttleworth. Il adécidé de faire une innovation technologique pour les utilisateurs non-experts. Dansles médias spécialisés en technologie ce succès nest pas passé inaperçu et a été publiédans le medias generaux. Les articles de presse montrent que le phénomène Ubuntuest en hausse. Selon Matt Asay, la revue «The Economist» fait des prévisions à court etmoyen terme sur comment le système dexploitation Linux pourrait conquérir desentreprises, au moment où on démontre léchec remarquable du système WindowsVista par rapport à son prédécesseur Windows XP (ASAY,2007b).C’est ainsi que les entreprises ont déjà commencé à surveiller des innovations danslenvironnement Linux. Le monde des affaires et des gouvernements prennent ausérieux le système dexploitation Linux. Les gouvernements de certain pays ont pris la 4
  5. 5. décision dinstaller ce système dexploitation sur le parc informatique de leuradministrations.Parmi les distributions de Linux, Ubuntu, grâce à sa convivialité, est celle qui montrela plus grande potentialité.Par conséquence, il est question dun nouveau phénomène qui se réfère au succès de ladistribution bureautique de Linux Ubuntu. Le but de cette recherche est répondre à laquestion suivante : Pourquoi la distribution bureautique de Linux Ubuntu a pris un avantage concurrentiel sur les autres acteurs de lOpen Source?La démarche de ce projet de recherche se centre sur deux principales étapes. Lapremière est la construction dune histoire de la concurrence des distributions Linux,entre 2004 et 2008; 2004 étant lannée de création de la distribution Ubuntu. Ladeuxième étape est la mobilisation des théories qui expliqueraient le succès dUbuntuet leur confrontation avec les faits réels. 5
  6. 6. 1 LE SUCCÈS DE LA DISTRIBUTION DE LINUX UBUNTU1.1 LA DISTRIBUTION BUREAUTIQUE DE LINUX UBUNTULa distribution Ubuntu Linux est lune des plus importantes innovationstechnologiques de ces dernières années dans le domaine des technologies delinformation. Les distributions de Linux cherchent à briser le monopole commercialcréé par Windows de Microsoft. Dans cet objectif elles nouent des alliancesstratégiques avec les fabricants dordinateurs. Grâce à la qualité éprouvée desdistributions Linux, principalement dUbuntu, de nombreux fabricants dordinateursoffrent maintenant la possibilité dacheter Linux pré-installé. Pour une meilleurecompréhension de la distribution Ubuntu, on va étudier quest-ce quest Linux et lemonde Open Source, leviers de lactuel succès de la distribution Ubuntu.Linux est un système dexploitation basé sur le Système UNIX (cf. Glossaire), et conçupar Linus Torvalds, un étudiant en informatique de lUniversité de Helsinki, qui adécidé dutiliser son PC de manière professionnelle, cest-à-dire, sans utiliser Windowsou DOS, deux systèmes dexploitation quil considérait de mauvaise qualité.En 1991 il a construit une version initiale basée sur le système Minix. A partir de cemoment, et grâce à linternet, un nombre croissant de programmateurs bénévoles detout les pays développés, ont commencé à modifier et à adapter le noyau du système.Linux a été inscrit sous la licence GPL proche de lOpen Source (cf. Glossaire). En1994, Linux est devenu un système stable et a été officiellement lancé. À partir de cemoment, les entreprises ont commencé à sen intéresser commercialement (WELSH &als,2000; PUTTONEN,2005).Dautre part, il existe le mouvement GNU ou Open Source (cf. Glossaire) qui proposeque le code source du logiciel puisse être modifié sans aucune restriction. Lemouvement GNU est le promoteur de la licence copyleft (cf. Glossaire), laquelle estclairement opposée au concept de brevets, de licences et copyright qui prédomine dansle monde des affaires et de linnovation technologique. Ce deux mouvement vont encontre-sens de Microsoft, entreprise qui clairement reste sur le concept propriétaire etinterdit la modification des sources de ses logiciels.Toutefois, le monde des affaires commence à apprécier la robustesse et la fiabilité du 6
  7. 7. nouveau système dexploitation. Dune certaine manière on pense quil pourraitdevenir une alternative sérieuse au logiciel propriétaire. La possibilité de gagner delargent en Open Source se situe dans le domaine du Conseil, cest-à-dire, dans lacapacité dadapter le logiciel libre aux besoins dune entreprise. Cest le cas de RedHat, entreprise de lOpen Source, qui vend ses connaissances et son expertise auxgrandes entreprises, qui veulent des logiciels sûrs et fiables dans les serveurs où setrouvent leurs systèmes de mission critique. Cet ainsi que, Linux est installé dansplus de 75% des serveurs dinternet. Dans ce segment de marche, la distribution RedHat, est la plus installée.Pour atteindre leur objectif stratégique de briser le monopole de Microsoft, lesdistributions de Linux devraient impérativement conquérir le segment de marchébureautique. Ubuntu prétende être la distribution Linux mieux préparée pour cettâche.Ubuntu provient dun ancien mot bantou, qui désignait une personne sachant que cequelle est, est intimement liée à ce que sont les autres, cest-à-dire, « je suis ce que jesuis grâce à ce que nous sommes tous ». Selon lévêque Desmond Tutu, ce concept estfondamental dans la philosophie de la réconciliation après lapartheid.Ubuntu naît de la nécessité de rendre plus accessible Linux aux utilisateurs nonexperts. Ceux-ci ne veulent pas se voir obliger à installer des pilotes pour lespériphériques de leur ordinateur, souris, écrans, imprimante etc. En plus, lutilisateursouhaite pouvoir utiliser un système libre de problèmes de sécurité tellementprésentes dans le système Windows. Cet effort pour simplifier linstallation auxdébutants est un des fondements de cette distribution.À partir de la version 7.04, on peut apprécier un effort significatif dans laméliorationdu mécanisme dinstallation du système dexploitation, de sorte que tout utilisateurnon-expert puisse leffectuer sans grand inconvénient. Cet événement a fait que lemarché ait réagi favorablement envers cette innovation technologique. En effet, lesfabricants dordinateurs tels que Dell et Lenovo offrent à présent le système LinuxUbuntu pré-installé comme option au système Windows de Microsoft (OGG,2007;SHANKLAND,2007). Cet décision a signifié une réduction de prix des ordinateurs etcontribuerait sans doute à favoriser le logiciel libre.Dautre part, à fin de populariser sa propre distribution, la firme Canonical acommencé à livrer le système avec un seul CD-ROM (LiveCD), contenant lesprogrammes nécessaires pour une utilisation courante (ShipIt) (Linux4Coffee,2007).1.2 LA CONCURRENCE DE LINUX UBUNTU DANS LOPEN SOURCELa concurrence de Linux Ubuntu ne se limite pas au monde du logiciel propriétaire,cest-à-dire, Microsoft ou Apple Computer, mais sétend également à lOpen Source.Les distributions de Linux cherchent à attirer la communauté des utilisateurs, à findessayer de prendre une petite part du segment marché bureautique, actuellementdétenu par Microsoft.Dautre part, les concurrents directes dUbuntu dans lOpen Source sont les cinqpremières distributions préférées par la communauté des utilisateurs de Linux, danslordre: SuSE, Fedora, Mandriva et Debian (cf. chronologie concurrentielle de Linux).SuSE est une distribution majeure, dorigine allemande et principalement développée 7
  8. 8. en Europe. La première version de cette distribution apparut au début de lannée1994, faisant de SUSE la plus ancienne distribution commerciale encore existante. En2003, elle a été rachetée par la société américaine Novell, en tant que membrefondateur de lOpen Invention Network. Novell ouvrit largement le développement dela distribution aux contributeurs extérieurs en 2005, en créant le projetcommunautaire openSUSE.Fedora (anciennement Fedora Core) est une distribution basée sur le système RPM,développée par le Projet Fedora et sponsorisée par Red Hat. Cette distribution se veutun système dexploitation complet et général, composé uniquement de logiciels libreset lOpen Source. Fedora dérivée de la distribution Red Hat Linux est destinée àremplacer la version cliente de Red Hat Linux. Cette distribution sadressait auxutilisateurs du segment bureautique. Le soutien de Fedora provient en grande partiede sa communauté. Bien que Red Hat emploie de nombreux développeurs pour Fedora,lentreprise ne fournit pas dassistance officielle pour les utilisateurs lambda. Lesnouvelles versions de Fedora sortent à des intervalles denviron 6 à 8 mois.Mandriva (anciennement Mandrakesoft) est une société éditrice française. Elle est lerésultat de la fusion de cinq sociétés : Mandrakesoft en France, Conectiva (Brésil),Edge IT (France), Lycoris (États-Unis) et Linbox (France). MandrakeSoft a étécondamnée en première instance par le tribunal de grande instance de Paris le 12décembre 2003 à ne plus utiliser la distribution Mandrake en France, comme résultatdu procès qui lopposa début 2000 à Hearst Holdings et King Features Syndicate Inc,propriétaires de la marque « Mandrake le Magicien ». Mais la société fit appel de cettedécision. Le 18 juillet 2005, un accord à lamiable est intervenu entre les deux parties,mettant fin au litige, pour un montant non révélé. La société utilisa ensuite lesdistributions Mandrakesoft et Mandrakelinux, avant de prendre le nom de Mandriva.Debian est un système dexploitation reposant sur les principes du logiciel libre. Cesystème permet un mode dunification des nombreux éléments pouvant êtredéveloppés indépendamment les uns et les autres. Ils sont associés sous forme de «paquets » modulaires en fonction des besoins (on en dénombre plus de 23 000 en 2009).Debian a été utilisée comme base de nombreuses autres distributions commeLinuxMint ou Ubuntu qui rencontrent un grand succès. Fin 2005, la version originalea été retenue comme système dexploitation GNU/Linux pour équiper le matérielinformatique de la ville de Munich, soit près de 14 000 PC.Le tableau présente un aperçu des principales distributions de Linux : Ubuntu SuSE Fedora Mandriva DebianLogoFamille Linux GNU/Linux GNU/Linux GNU/Linux GNU/LinuxType de noyau Monolithique Monolithique Monolithique Monolithique Monolithique modulaireÉtat du projet en développement en développement en développement en développement en développementPlates-formes où i386 x86, x86-64, PPC i386 i386 i386, AMD64, x86-la distribution AMD64 X86-64 AMD64 64, PowerPC, 68k, 8
  9. 9. Ubuntu SuSE Fedora Mandriva Debianpeut marcher PowerPC PowerPC PowerPC SPARC, Alpha, UltraSPARC UltraSPARC ARM, MIPS, HPPA, OS/390, IA-64Entreprise/ Canonical Ltd. Novell Fedora Project Mandriva ProgenyDéveloppeur Ubuntu Foundation la communauté openSUSEÉtats des sources Logiciel libre Logiciel libre, Open source Logiciel libre Divers licences Open Source Open Source et Open Source libres selon Debian PropriétaireDernière version 9.04 (Jaunty 11.1 (le 18 Fedora 10 Mandriva 2009 5.0.1 (Lenny) (le 11stable Jackalope) (le 23 décembre 2008) (Cambridge) (le 25 avril 2009) avril 2009) novembre 2008)Méthode de mise APT YaST, Zypper Yum Drakx APT (Advancedà jour Packaging Tool )Interface GNOME KDE GNOME KDE (GNOME, KDE,graphique Xfce, Enlightenment, ...)Gestionnaire de dpkg rpm rpm rpm dpkgpaquetsSite Web http://www.ubuntu. http://www.novell. http://fedoraproject.or http://www2.mandr http://www.debian.o com/ com/linux g/ iva.com/ rg/ http://www.opensu se.org/Tableau 1: Aperçu des principaux distributions de LinuxDans lécosystème Open Source, on peut observer, au moins quatre catégories dedéveloppement: de la distribution Linux elle-même, du noyau du systèmedexploitation Linux, des logiciels du bureau (desktop) et des programmes liés ausegment du marché bureautique (ex: Open Office). La plupart des distributions sontdéveloppés par des start-ups financées par de capitaux risque proche à des grandesentreprises technologiques (IBM, Oracle, etc), sauf Canonical, qui est lentreprisedUbuntu.Le fonctionnement interne de lOpen Source est régi par la GPL, cest-à-dire, chaqueparticipant est tenu de communiquer les améliorations sur le logiciel qui a ététéléchargé car il ny a pas de barrières à limitation. Cet ainsi quune entreprisequelconque peut créer une nouvelle distribution de Linux à partir dune autre déjàexistante. La copie de la distribution de Linux inclut des normes standards, lesmécanismes d’installation et de mise à jour des programmes et des pilotes pour lareconnaissance des différents dispositifs et périphériques.Les entreprises de développement Linux, ont souvent des coûts liés à la modificationde code au moment du changement de version. En effet, passer du standard Debian(DPKG) au standard Red Hat (RPM), a besoin de nombreuses heures deprogrammation qui ont un coût élevé. Mais, ces changements ont aussi un coût surlimage de la distribution puisquils porte préjudice aux utilisateurs de la distribution.En conséquence, ce qui garantie la fidélité à une distribution particulier est quelledurant son cycle de vie suit les mêmes normes techniques et quelle produisentcontinuellement de mises à jour. 9
  10. 10. Illus tration 2: Lécosystème de lOpen SourceLe passage dune distribution Linux à une autre dépend de la norme dans laquelle aété bâti la distribution utilisée. Une personne qui utilise une distribution basée surDebian, adoptera plus facilement Ubuntu. Mais, en revanche, si cette personne utiliseune distribution basée sur Red Hat comme Fedora, Mandriva ou OpenSuSE, lui seraun peu plus difficile de prendre une décision semblable.1.3 LA CONCURRENCE DANS LE SEGMENT DE MARCHELa distribution de Linux Ubuntu est en concurrence avec le monde propriétaire sur lesegment du marché bureautique, Windows de Microsoft et Mac OS X dAppleComputer. Dans cette bataille, la totalité de lOpen Source contribue audéveloppement du système Linux.Selon Wikipedia (cf. http://fr.wikipedia.org), Windows est une gamme de systèmesd’exploitation produite par Microsoft, principalement destinés aux ordinateurscompatibles PC. C’est le successeur de MS-DOS. Depuis les années 1990, etnotamment depuis la sortie de Windows 95, son succès commercial pour équiper lesordinateurs personnels est tel qu’il possède un statut de quasi-monopole. Sesmeilleures ventes sont le système d’exploitation Windows et la suite bureautiqueMicrosoft Office. La stratégie commerciale de Microsoft lui a permis de diffuser sonsystème d’exploitation Windows sur la grande majorité des ordinateurs de bureau.Cest ainsi que « la mission originale » de Microsoft d’avoir « un ordinateur sur chaquebureau et dans chaque maison, tournant sur Windows » est aujourd’hui pratiquementaccomplie.Mac OS X est une ligne de systèmes d’exploitation propriétaire développés etcommercialisés par Apple Computer, dont la version la plus récente (Mac OS X v10.5,dit Leopard, depuis fin 2007) est installée sur tous les Mac vendus actuellement. MacOS X est le successeur du système Mac OS, qui avait été le principal systèmedexploitation dApple depuis 1984. Contrairement à ses prédécesseurs, Mac OS X fait 10
  11. 11. partie de la famille des systèmes dexploitation UNIX, basé sur les technologiesdéveloppées par NeXT depuis le milieu des années 1980 jusquau rachat de la sociétépar Apple en 1997. Apple Inc., la societé du Mac OS X, est une multinationaleaméricaine dinformatique. La distribution est devenue célèbre avec l’ordinateurpersonnel Apple II (1977), puis la gamme Macintosh (depuis 1984). En 2001, Apple alégèrement diversifié ses activités avec l’iPod et l’iTunes Store (2003) deux produitsconçus pour la musique numérique, puis avec les téléphones portables avec l’iPhone(2007). Apple est réputée pour l’interface utilisateur de ses produits, et notammentpour l’introduction grand public du système avec fenêtres et souris, et de l’écranMultitouch. Illu stration 3: Lécosystème du segment de marché bureautiqueUbuntu, en tant que concurrent de marché propriétaire, cherche à avoir un bureauavec les mêmes prestations de services offertes par le logiciel propriétaire. Mais elledispose dune avantage sur le monde propriétaire qui est celle de la possibilité qui alutilisateur de modifier et adapter le code source de logiciel.Mark Shuttleworth, CEO de Canonical, affirme que son point de référence est lesystème Mac OS X dApple Computer. En effet, Il est clair que lintention est deprendre une partie significative du marché contrôlé par Microsoft.Aujourdhui, la situation de Microsoft nest pas confortable, étant donné la faibleacceptation du système Windows Vista. à fin de améliorer sa position, Microsoft sortune nouvelle version de Windows appelé Windows 7 (ASAY,2009b).A cause de la loi anti-trust, Microsoft a été obligé à ouvrir les interfaces du systèmeWindows ce qui a permis au développeurs de lOpen Source daffronter de plus en plusMicrosoft sur le terrain des applications Windows. Cet ainsi quil y a des applicationsversion libre sur Windows très populaires, tel que Open Office, Firefox, Audacity, etc.Comme réponse, Microsoft soulève souvent la question des brevets et de la propriétéintellectuelle. à des concurrents dans lOpen Source. Ainsi le tribunaux de justice sont 11
  12. 12. un nouveau terrain de lutte.Cependant, Microsoft est un concurrent dans lOpen Source indirectement parlintermédiaire de son alliance stratégique avec la société Novell, propriétaire de ladistribution SuSE. Dun point de vu technique, cet action garanti que les utilisateursde la distribution pourront avoir une connectivité facile avec le système dexploitationde Microsoft. Dautre part, beaucoup de start-ups Linux ont tenté de parvenir à unaccord avec le géant de linformatique en quête de capitaux, mettant ainsi en danger laphilosophie du mouvement Open Source.La migration du monde propriétaire à lOpen Source dans les entreprises peut êtrecoûteux financièrement dû aux frais de formation et dadaptation. Néanmoins, lamigration peut être intéressant pour les entreprises parce que le système Linuxgarantie plus de sécurité que nimporte quel système propriétaire.Dans le segment du marché bureautique, la décision dune migration massive versLinux, dépendra si létat de lart dune distribution de Linux est suffisamment mûre.Un des problèmes centraux dans lutilisation de distribution Linux étaitlimpossibilité de lutiliser toute la technologie développée dans le multimédia, tels queles Codecs DivX ou MPEG4, etc. Cela a été lobstacle principal à une utilisationmassive de cette type de distribution. Ubuntu a résolu ce problème. Canonical, enignorant ainsi le code de conduit de lOpen Source, a décidé de payer des licences auxentreprises propriétaires de différent Codecs.Paradoxalement, Ubuntu, qui a un partie propriétaire, fonctionne absolument demanière libre. Les ressources financières de Canonical permettent que leconsommateur bénéficie gratuitement de la distribution Ubuntu. Ainsi, lesutilisateurs bureautique peuvent être tentés dutiliser Ubuntu parce quelle devientéquivalent de Windows. Cette nouvelle donne a permis que certain fabricantsdordinateurs aient donné le pas à offrir des ordinateur avec Linux pre-installé,principalement Ubuntu.Le cas du système Mac OS X dApple est différent, parce quil y a un grandefidélisation à la marque de la part de ces utilisateurs, ce que rendre difficile unmigration de Mac à Ubuntu.1.4 LA CHRONOLOGIE DU SUCCÈS DE LA DISTRIBUTION UBUNTUSelon lexpert Matt Assay,(ASAY,2008) 46% des utilisateurs Linux préfèrent Ubuntu. Illu stration 4: La préférence pour Linux Ubuntu 12
  13. 13. Dans le monde Linux, les données publiée par le site Distrowatch, relatives au nombrede visites par jour (Hints per Day) de différentes sites de téléchargements dedistributions Linux, sont considérées comme un indicateur de limplantation desdifférentes distributions.Cependant, il est nécessaire dindiquer ce que le créateur de site, Ivar Bodnar, a dit àpropos de la fiabilité des chiffres publiées pour ce site: « Id like to believe that there is some truth in the figures, but in all honesty, they really dont mean all that much and should not be taken very seriously. (Je veux croire quil y a une certaine vérité dans les chiffres, mais en toute honnêteté, ils ne signifient pas grande chose et ne devraient pas être prises très au sérieux) »Mais, ces données sont souvent citées comme une guide de la popularité des diversesdistributions. Le « hit counter » de site DistroWatch a été appelée le meilleurbaromètre des distributions de Linux sur lInternet. Le tableau indique le nombre devisites par jour (HPD Hints per Day) faites dans le but de télécharger les différentesdistributions principales de Linux (cf. http://distrowatch.com).distribution 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 maiDebian 311 428 832 867 819 953 1038 1157Fedora 453 631 343 1211 1444 1332 1376 1374Mandriva 473 770 1457 1664 1015 845 988 1000OpenSuSE 250 366 858 1451 2027 1596 1740 1489Ubuntu 300 2953 3120 2967 2825 2773Des autres distrosFreeBSD 290 460 499 412 515 503Gentoo (*) 326 460 670 647 618 499 443 350Knoppix 489 910 830 615 473 369 406MEPIS 694 1145 1045 921 518 655Mint (**) 135 991 1458 1389PCLinuxOS (**) 451 426 774 2502 1147 855Tableau 2: Visites par jour (HPD) periode 2002-2009 maiCela se traduit par le graphique suivant: 13
  14. 14. Illustration 5: Visites par jour (Hints per Day HPD) Distributions de Linux Visites par Jour (Hints per day) Debian 3500 Fedora 3000 FreeBSD 2500 Gentoo Knoppix 2000 HPD Mandriva 1500 MEPIS Mint 1000 OpenSuSE 500 PCLinuxOS Ubuntu 0 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 annéesA partir de données publiée par le site Distrowatch, on peut constater que ladistribution Ubuntu est, depuis 2005, la distribution préférée par les utilisateurs. Lagraphique suivante montre la position de chaque distribution respect aux autres. Illustration 6: Distribution des visites par jour (HPD %) Distributions de Linux Visites par jour (Hints Per Day) Ubuntu 100% PCLinuxOS 90% OpenSuSE 80% Mint 70% MEPIS 60% HPD (%) Mandriva 50% Knoppix 40% Gentoo 30% FreeBSD 20% Fedora 10% Debian 0% 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 annéesOn peut aussi observer une diminution de la préférence pour la distribution Mandriva.Cette distribution était la première en préférence des utilisateurs au début de la série 14
  15. 15. chronologique de la recherche proposée, 2002. La distribution Gentoo a perdu sapréférence pendant 2006, tandis quil y a une augmentation de la préférence pourdautres distributions comme PCLinux et LinuxMint .Bien que linformation affichée ici montre la préférence pour la distribution Ubuntu, lebut de ce projet de recherche est dexpliquer pourquoi cette distribution est préféréepar la communauté des utilisateurs de Linux bureautique.2 LA PERSPECTIVE THÉORIQUE DE LAVANTAGE CONCURRENTIEL DYNAMIQUE2.1 QUEST CE QUE CE LAVANTAGE CONCURRENTIELLanalyse de lavantage concurrentielle se centre sur les ressources spécifiques quipermettent à lentreprise de se singulariser. Dans cette approche, les racines delavantage concurrentiel sont en effet à rechercher dans une dynamique lui permettentde maintenir son patrimoine de ressources et compétences et dacquérir cellesnécessaires à son développement future (PUTHOD & THEVENARD,2009).Selon Kœnig (KŒNIG,2004), lavantage concurrentiel dynamique peut procéder dunerivalité active au quotidien ou dune nouvelle combinaison de facteurs. Illu stration 7: Map de lavantage concurrentielAinsi, pour le succès dUbuntu, on pourrait établir donc, que la concurrence entre lesdifférentes distributions de Linux réponds à un modèle davantage concurrentieldynamique selon les critères établis par Kœnig (KŒNIG,2004). Selon cet auteurlavantage concurrentiel dynamique peut procéder dune rivalité active au quotidien oudune nouvelle combinaison de ressources.Ainsi, en expliquant le succès dUbuntu, on pourrait mobiliser les théories suivantes:actions et réactions (SMITH K. & als,1992), lhypercompétition (DAVENI,1995), 15
  16. 16. nouvelles combinaisons de ressources (SCHUMPETER, 1911) et des compétencesinternes (TEECE & als,1997).2.2 LAVANTAGE CONCURRENTIEL DÛ À UNE RIVALITÉ ACTIVE : ACTIONS ET RÉACTIONSLa Rivalité Active naît des préoccupations fondamentales de lanalyse concurrentielpour donner une réponse à la compréhension et la prédiction des réponses probablesdes concurrents. Mais son approche macroscopique ne permet pas de regarder laréalité des comportements quotidiens (SMITH K. & al,1992; PORTER,1980 cités parKŒNIG,2004).Cette voie fut prise par lUniversité du Maryland, et rapidement, deux lignesargumentaires ont été conçues. La première ligne, souligne limportance de lévitementen allant où il ny a pas de concurrence. Cest pourquoi « laction est un investissementdont il faut tirer le meilleur parti » . Cest-à-dire, une action est un succès en fonctiondes dividendes à venir et des réactions de la concurrence. La deuxième ligne, enrevanche, portée par DAveni (1995), insiste sur les bénéfices quune entreprise peuttirer dun comportement résolument agressif, où « laction vise à déstabiliserladversaire et permet de lemporter » (KŒNIG,2004).Ce genre de rivalité active découle de la prémisse selon laquelle une action est uninvestissement. Sur cette base, il est nécessaire destimer les dividendes à en retirer.Cela dépend de la réaction des autres concurrents. Car, s’il ny a pas de réaction, alorson évite la concurrence.Ce type davantage concurrentiel peut être observé à travers le modèle théoriquedactions et de réactions de Smith, Grimm et Ganon (SMITH K. & als,1992 cité parKŒNIG,2004). Le modèle montre une séquence dactions initiée par un acteur contreun concurrent Ce dernier peut, soit sabstenir ou soit répondre par une réaction. À cestade, il est important de considérer la moyenne des délais de réaction. Ce modèledonne une valeur importante à linformation et à son mode de propagation. En OpenSource, en raison de la nature de la GPL et à labsence de brevets, toute modificationdoit être communiquée à dautres participants. On pourrait donc dire quil sagit dunsystème dinformation presque parfait.Le programme de recherche de Smith, signale que les réponses de la concurrence sonten partie influencées par les caractéristiques de laction. De la même façon, les délaisde réponse varient selon le secteur (KŒNIG,2004). On pourrait se demander si lavariation des coûts financiers pour lentreprise dûs à laction ne sont pas susceptiblesde provoquer des réactions très différentes de la concurrence, et par conséquence, ilfaut évaluer si les investissements réalisés sont susceptibles dêtre récupérés. Laprincipale action concurrentielle des cinq premières firmes que produisent et mettentà jour des distributions de Linux est celle de publier la dernière version de ladistribution en question. Dans chaque cas, est presque certain que les autresentreprises répondent de la même manière.2.3 LAVANTAGE CONCURRENTIEL DÛ À UNE RIVALITÉ ACTIVE : LHYPERCOMPÉTITIONLe deuxième type de rivalité active est basée sur le postulat que la concurrence doitêtre résolument agressive , dans le but de déstabiliser ladversaire (KŒNIG,2004). 16
  17. 17. Le modèle de l’hypercompétition repose sur lidée que la concurrence se déroule enplusieurs étapes, depuis le monopole dun seul joueur, de loligopole à la concurrence àla schumpetérienne, de là à une concurrence parfaite. La compétition a lieu dans lesquatre domaines de la concurrence, notamment: le coût et la qualité; les choix et lesavoir faire; les places fortes; et des fortes capacités financières. On parle del’hypercompétition si : • la concurrence est intense • la concurrence est à la Schumpeter, cest-a-dire, avec beaucoup d’acteurs • si les profits sont intermittents (DAVENI,1995: 30)Dans le domaine des places fortes se présente une forte concurrence. Les entreprisescréent des avantages concurrentiels qui sont protégées avec des outils disponibles, parexemple des brevets, lesquels cherchent à déstabiliser ladversaire.Un coup dœil à lhistoire de la concurrence des principales distributions Linux,montre que si bien existe une forte concurrence au sein de lOpen Source, leur actionpour déstabiliser ladversaire a été dirigée contre les systèmes propriétaires, à savoir,Microsoft. Cette dernière, afin de déstabiliser ses adversaires, soulève parfois laquestion de la propriété intellectuelle sur ses contributions à lOpen Source (VoieSuse).Etant donné que la distribution Ubuntu est considérée par le monde de lOpen Sourcecomme la mieux placée pour concurrencer Windows, une synergie croissante entre lesdifférentes distributions sest développé autour delle afin de contrer Microsoft.DAveni suggère quun avantage concurrentiel et les benefices qui laccompagnent nepeuvent plus être aujourd’hui que transitoires, sauf si les concurrents saccordent pourlimiter lintensité de leur rivalité (DAVENI,1995 cité par KŒNIG,2004). Il est doncpossible que, avec la maturité dun système bureautique libre et gratuit, avec lesoutien de fabricants dordinateurs, et la faible acceptation de Windows Vista, lasuprématie de Microsoft pourrait être vraiment contestée.2.4 LAVANTAGE CONCURRENTIEL DÛ À UNE NOUVELLE COMBINAISON DE RESSOURCESLa théorie sur lavantage concurrentiel dû à des nouvelles combinaisons de ressourcesfait référence à Schumpeter. Cet auteur parle dun agent économique exceptionnel,l’entrepreneur, capable de changements radicaux basés dans les nouvellescombinaisons de ressources. Il détermine la nature de la concurrence, qui estcaractérisée par une concurrence intense (SCHUMPETER,1911; KIRZNER,1992 citéspar KŒNIG,2004). Lentrepreneur est un opérateur dont la fonction est de mettre enœuvre de nouvelles combinaisons de ressources. Un regard sur le phénomène Ubuntu,montre que Mark Shuttleworth, PDG de Canonical, est un entrepreneur.2.5 COMPETENCES INTERNESTeece suggère que dans le XXIème siècle, il faut réussir dans quatre compétences: « laformation », « la construction dactifs stratégiques », « lintégration » et « latransformation et la ré-configuration » (TEECE & als,1997). La formation peut seréaliser avec laide dautres entreprises, en collaboration ou partenariat avec dautressociétés. La formation exige des codes de communication et de coordination dans les 17
  18. 18. procédures de recherche. Les Actifs Stratégiques dont parle Teece sont lesconnaissances, les technologies et les interactions avec la clientèle. Les Connaissancesconcernent les nouveaux modes dactivité ou les nouvelles façons de travailler, lenouvelles routines et formes dorganisation. Les Connaissances permettent construireet maintenir les actifs stratégiques. Les Routines, reconnues comme des modèlesdinteractions, représentent des solutions efficaces à des problèmes particuliers. Etfinalement, la capacité de transformation qui consiste en savoir adapter son structureaux besoins des nouveaux produits. Pour cela, il faut avoir la possibilité dévaluer lemarché.Malgré la facilité pour construire une nouvelle distribution Linux, ce qui détermine saréussite, dun point de vue des compétences internes, est le fait de disposer dune fortecapacité financière. En effet, il faut un gros effort financière pour supporter un longprocessus de développement et damélioration.3 MÉTHODOLOGIE3.1 RECUEIL DES DONNÉESLes sources de données pour ce projet de recherche sont sources secondaires, car il viseà reconstituer une histoire de la concurrence des distributions Linux. Cest-à-dire, unerecherche sur processus (MINTZBERG & WATERS,1982; HUBERMAN &MILES,1984). Cette histoire nous fournira éventuellement les raisons du succès de ladistribution bureautique Ubuntu.Comme sources secondaires, on a choisi des portails bien connus par les experts,spécialisés dans des nouvelles relatives aux aspects techniques, commerciaux etstratégiques des nouvelles technologies de linformation et de la communication(NTIC). Ces sources sont dans lordre: news.cnet.com, slashdot.org etDistroWatch.com.Dans lexploration initiale du sujet, sur le site news.cnet.com on a trouvé desnombreuses références sur des nouvelles qui pourraient nous expliquer les causes dusuccès dUbuntu. Pour la validation de cette source, on a choisi comme deuxièmesource le site slashdot.org. Lors de la phase de validation, nous avons pu constaterque ces deux portails sont des sources complémentaires. Certaines nouvelles setrouvent dans les deux sources. Mais dans la reconstruction de lhistoire de laconcurrence entre les différentes distributions Linux, dans news.cnet.com il ny apresque pas d’informations sur en premières années de la distribution Ubuntu. Enrevanche, dans slashdot.org on a trouvé un nombre significative de nouvelles. Uneexplication possible: news.cnet.com est près de médias et il sintéresse principalementaux phénomènes dordre commercial, tandis que slashdot.org est plus proche de lOpenSource.Le portail DistroWatch est utilisée pour déterminer la position dUbuntu et des cinqautres grandes distributions de Linux dans le marché Open Source. Il fournit lordrede préférence des distributions Linux et la moyenne des visites par jour par an sur lessites des différentes distributions. 18
  19. 19. 3.2 TRAITEMENT DES DONNÉESLe traitement de données comprend les étapes suivantes: • collecte des nouvelles sur les distributions les plus importantes • sélection des actions dans les nouvelles • encodage des actions stratégiques • encodage des réponses à des actionsEn ce qui concerne la collecte des nouvelles, on a pris toutes les mentions sur lesdifférentes distributions Linux qui apparaissent dans les portails news.cnet ouslashdot. Ensuite on les a placés dans une table de cinq colonnes, à savoir : source,date (2004-2008), titre, contenu, nom distribution (cf: fichier excelubuntu.nouvelles.xls).De la table de nouvelles on a extrait les actions des différents acteurs de lOpenSource, et on a mis en place un codage axial sur le contenu de linformation, ensignalant sil sagissait dune action technique, commerciale ou financière (cf: fichierexcel ubuntu.actions.xls).La table 3 présente la liste des actions stratégiques codées.catégorie actions actions (fr) stratégique hiring recrutement linux pre-installed Linux pre-installé release nouvelle édition support support porting portage acquisition acquisition trade rename changement de nom commercial strategic alliance alliance stratégiqueautre adoption adoption delay délai development développement (de logiciel) evaluation évaluation fixing réparer training former update mise à jour certification certification commitment engagement marketing marketing seeking contrib recherche des contributions seeking funds recherche de capitaux integration integration finantial financement starts program debut des programmesTableau 3: actions des distributions de Linux 19
  20. 20. Finalement, on a procédé à associer les réactions, définies comme les réponses à uneaction concurrentielle donnée (cf. fichier ubuntu.reactions.xls). Lencodage desréactions a été réalisé selon lalgorithme suivant : Étape 1. Sélectionner les nouvelles sur Linux encodées comme action et les stocker dans une table relationnelle du même nom Étape 2. Sélectionner des actions stratégiques (cf. tableau 3). Étape 3. Définir les intervalles de réactions des différentes distributions de Linux comme suit : lintervalle débute avec une action stratégique et se termine avec laction stratégique suivante de la même distribution. Étape 4. Dans chaque intervalle des réactions, on associe les différentes actions de la concurrence avec laction stratégique à partir de laquelle commence lintervalle. Ces réactions sont stockées dans la table relationnelle du même nom. Étape 5. Pour chaque réaction, on calcule le délai de réponse, selon la forme suivante: date de laction de réponse moins date de laction stratégiqueLillustration 8 montre la séquence logique du traitement des données. Illus tration 8: Séquence logique de traitement des donnéesLensemble des tableaux, dont on a parlé, sont stockes dans une base de données. Pourune plus grande compréhension, on fourni de fichiers excel.3.3 MODÈLE DANALYSESelon les théories examinées précédemment, on a établi les hypothèses suivantes: h1: Le succès dUbuntu est dû à une plus grande activité au sein de lOpen Source h2: Le succès dUbuntu est dû à que celle distribution navigue sur la vague de 20
  21. 21. lintensification de la concurrence (lhypercompétition) dans le segment de marché du bureau en vue de déstabiliser ladversaire le plus fort qui est Microsoft h3: le succès dUbuntu est dû à quelle est dirigée par un entrepreneur actif et intuitif. h4: Le succès dUbuntu est du aux compétences internes de Canonical.La tableau 4 présente les indicateurs qui peuvent être utilisés pour tester leshypothèses h1 à h4Concept Théorie à tester Contenu de la théorie Dimensions indicateursRivalité active Actions et réactions Il faut être là où la concurrence actions N° actions, %actions (Smith et als,1992) n’est pas (encore). L’action est réactions N° réactions, %réactions un investissement qu’il faut délai moyen de réponse récupérer et cela se fait DMR d’autant meux que les autres ne Coefficient de productivité réagissent pas ou avec retard. de la distribution CPD Hypercompétition Le succès va à celui qui est en Concurrence acteurs (DAveni,1997) mesure de déstabiliser domaine de la type_concurrence l’adversaire et l’activité est un concurrence nature_profits indicateur de cette capacité domaine_concurrenceNouvelle Nouvelle combinaison Lexception entrepreneuriale entrepreneur Caractérisation duncombinaison (Schumpeter,1911) entrepreneurdes ressourcesCompétences Compétences internes il faut réussir dans quatre Actifs stratégiques Actifs stratégiques ASinternes (Teece et als,1992) compétences: compétences apprentissage « lapprentissage », « la réplication construire des AS construction dactifs imitation intégration des AS stratégiques », « lintégration » transformer et reconfigurer et « la transformation et la ré- des AS configuration » dégrée de réplication et imitationTableau 4: Cadre théorique pour la caractérisation du succès dUbuntu3.4 MÉTHODESLes hypothèses pour expliquer le succès de la distribution Ubuntu sont basées sur lesquatre théories de management stratégique suivantes: actions et réactions,lhypercompétition, nouvelle combinaison des ressources et compétences internes.A fin de tester la théorie dactions et de réactions de Smith, Grimm et Ganon , on aconstruit, à partir de la table de réactions (cf. fichier excel ubuntu.reactions.xls) untableau récapitulatif qui contient le nombre dactions, le nombre de réactions et letemps de réponse, en appliquant lalgorithme qui fait la jonction entre lactionconcurrentielle et la laction de réponse. Le résultat apparaît dans le tableau 6:recensement dactions et de réactions.Pour tester la théorie de lhypercompétition, on a utilisé un test qualitatif. Cetteméthode utilise le tableau dévénements ou de nouvelles, (cf. fichier excelubuntu.nouvelles.xls) et la réorganise principalement par date et distribution en unenouvelle table quest appelée «lhistoire de la concurrence», (cf. annexe A3 Histoire dela concurrence). A partir de ce dernière table, on établi une relation entre les donnéesde lhistoire concurrentielle et les concepts de lhypercompétition proposées parDAveni (DAVENI,1995). 21
  22. 22. Dans le cas de la théorie des compétences internes on a construit un tableaucomparatif des différentes distributions Linux selon les critères des compétencesinternes proposés par Teece (TEECE et als,1997).Finalement, afin de tester la théorie des nouvelles combinaisons des ressources, on autilisé linformation disponible sur Mark Shuttleworth (PDG de Canonical),lentreprise Canonical et sur le processus de production de la distribution Ubuntu,selon les critères dexception entreprenuriale de Schumpeter.4 PRÉSENTATION ET DISCUSSION DES RÉSULTATS4.1 ANALYSE I : ACTIONS ET RÉACTIONSDès la classification des actions des différentes distributions selon leur type dactionnous pouvons construire la table suivante:categorie actions debian fedora mandriva suse ubuntu stratégique hiring 2 1 2 linux pre-installed 1 2 5 14 16 release 11 21 16 10 23 support 2 1 porting 3 1 3 acquisition 2 2 trade rename 1 1 strategic alliance 1 6 6 total 19 25 25 36 48autre adoption 2 2 delay 1 development 2 2 evaluation 1 3 2 1 1 fixing 4 1 1 1 training 1 update 1 3 certification 1 commitment 2 1 marketing 1 seeking contrib 4 3 2 seeking funds 1 integration 1 finantial 1 starts program 1 total 12 17 5 6 7total 31 42 30 42 55Tableau 5: actions concurrentiels des distributions période 2004-2008Les valeurs du tableau permettent daffirmer que Ubuntu produit plus dactions 22
  23. 23. stratégiques que les autres distributions Linux. Elle est suivi par Suse. Enconséquence, Ubuntu est la distribution plus active parmi lOpen Source.Il est dintérêt détablir le comportement concurrentielle dUbuntu au sein de lOpenSource. Le tableau 6 est le produit de lorganisation des résultats de la requête faitesur la base de données composée par les tables actions et réactions référées à Ubuntu.Cette requête est un produit cartésien (cf: Glossaire) des réactions avec deux instancesdactions. Lune sont les actions stratégiques et lautre sont les actions de réponse. (cf:annexes A1 et A2: modèle dinformation et requêtes SQL). Cest à dire, il sagit decompter le nombre dactions de réponse entre le différentes distributions et de calculerles délais moyen de réponse. Cela a été fait dans les deux sens, cest-à-dire, de Ubuntuvers dautres distributions et vice versa.Afin de pouvoir établir un coefficient de productivité (nombre moyen de visites par jouret par an divisé par le nombre dactions de réactions par an de la concurrence), onajoute au tableau le nombre moyen de visites par jour et par an de Ubuntu.Avec cet indicateur, on peut constater que 2006 a été lannée la plus profitable àUbuntu parce quelle a fait moins deffort à réaliser ses bénéfices, mesurés en nombrede visites moyen par jour. Réactions 2004 (*) 2005 2006 2007 2008 total distribution N° DMR N° DMR N° DMR N° DMR N° DMR N° DMR From ubuntu debian 2 36,50 17 45,82 3 48,67 2 38,00 3 15,33 27 41,48 fedora 4 30,25 15 39,53 5 36,80 4 25,25 8 18,50 36 31,86 mandriva 4 15,50 10 40,60 3 33,33 7 23,57 3 3,00 27 27,48 suse 5 19,40 10 25,10 7 27,86 3 26,67 12 13,25 37 21,14 total 19 27,03 58 44,34 24 39,13 37 26,88 41 13,70 127 30,22 HPD Ubuntu 300 2953 3120 2967 2825 CPD Ubuntu 16 51 130 80 69 To ubuntu debian 4 89,75 5 19,80 6 44,67 26 83,38 0 0,00 41 70,59 fedora 4 22,25 7 38,00 12 72,25 15 45,60 7 21,43 45 45,69 mandriva 5 23,80 6 17,33 7 106,00 17 57,29 14 53,93 49 54,98 suse 3 13,33 4 60,50 16 147,31 10 23,00 16 24,44 49 66,53 total 20 36,53 28 41,26 47 83,85 89 46,04 52 23,64 174 46,26Tableau 6: Recensement des actions et réactions dUbuntu année par année de 2004 à 2008Lannée 2007 est particulièrement intéressante pour la distribution Linux. En effet,cette année là des multiples facteurs ont produit des changements importants sur sasituation stratégique. Si lon observe le coefficient de productivité de 2007, il nest pastrès favorable à Ubuntu. Mais, en revanche, dans lannée 2007, année de publicationde la version 7.04 et 7.10, deux fabricants importants dordinateurs, Dell et Lenovo,ont décidé de vendre des ordinateurs avec de Linux Ubuntu pré installé.Dautre part, cette ^me année, a été publié la nouvelle version de Windows Vista, qui 23
  24. 24. est perçue comme coûteuse en termes de ressources dordinateur et avec des gravesproblèmes de compatibilité des logiciels de versions précédentes.Preuve de la réussite dUbuntu est son utilisation par des institutions, telles quelAssemblée Nationale Française ou la Police Nationale Française (cf. annexe A3Histoire Concurrentielle dUbuntu).4.2 ANALYSE II : LHYPERCOMPÉTITIONLe test de lhypercompétition est fait sur le segment de marché bureautique aussibien de lOpen Source que du monde propriétaire. Le modèle à utiliser est le cadreprévu par DAveni, qui évalue les deux dimensions de la concurrence (DAVENI,1995),à savoir, son domaine et son niveau de la concurrence. Linformation est obtenue de lahistoire concurrentielle des distributions Linux (cf: Annexe A3 histoire de laconcurrence).Le modèle de lhypercompétition est plus applicable dans le cas de la concurrenceentre lOpen Source et le monde propriétaire mené par Microsoft. En effet, on parle delhypercompétition si dans le domaine de la concurrence « les entreprises tentent decréer des barrières à lentrée pour limiter la concurrence ».dans lequel lavantageconcurrentiel est protégé avec les outils disponibles, tels que les brevets et la propriétéintellectuelle(DAVENI,1995 : 28). Cest le cas des actions de Microsoft (cf: Annexe A3histoire concurrentielle).En conséquence, Microsoft devient un trésor de guerre pour lOpen Source.A la lumière des prémisses proposées par DAveni, dans le tableau 7 on présente lasituation réelle de la concurrence Open Source - Monde propriétaire, dans le segmentde marche bureautique.Cadre de Prémisses de la théorie La situation réelle à évaluerlhypercompétitionScénario descalade Barrières à lentrée Dans lOpen Source, il nexiste pas de barrières à lentrée pour la création ou réplication dune nouvelle distribution de Linux. Mais le problème est la durabilité financière du développement et la maintenance des distributions, qui est une barrière à lentrée. Du point de vue du monde propriétaire, les barrières à lentrée sont les brevets qui ont ces sociétés. Les trésors de guerre Le principal trésor de guerre est le segment de marché de bureau contrôlé par Microsoft.niveaux Une concurrence selon la définition de Il y a des nombreux acteurs dans lOpen Source. Les plus Schumpeter (plusieurs acteurs) grandes agissent dans le marché « MakeT » qui a une tendance à disparaître. Dans le monde propriétaire, les acteurs sont peu nombreux. Profits intermittentes ou faibles Vrai dans lOpen Source Faux dans le monde propriétaire Les entreprises se positionnent Microsoft tente de déstabiliser lOpen Source en utilisant agressivement les unes par rapport aux les brevets et la propriété intellectuelle. autres, en tentant de déstabiliser LOpen Source tente de déstabiliser Microsoft en le ladversaire. concurrençant avec un système dexploitation à prix zéro et qualité supérieure. Les entreprises créent de nouveaux Vrai dans les deux domaines, lOpen Source et le monde avantages concurrentiels qui détruisent propriétaire ou neutralisent les avantages de leurs 24
  25. 25. Cadre de Prémisses de la théorie La situation réelle à évaluerlhypercompétition concurrents dans un ou plusieurs domaines de concurrence. Les entreprises sefforcent de garder une Vrai dans les deux domaines, lOpen Source et le monde avance sur leurs concurrents dans un ou propriétaire, malgré la possibilité de réplication et de plusieurs domaines de concurrence. duplication Les entreprises créent de nouveaux Vrai dans les deux domaines avantages concurrentiels qui détruisent les avantages des adversaires en déplaçant la concurrence dans un autre domaine. Les avantages provisoires et les profits à Depuis 2007, Microsoft a été obligé à diminuer le prix de la court terme sont possibles jusquà ce que licence Windows, dû à la présence des ordinateurs avec de les concurrents rattrapent le mouvement Linux pre-installé. ou neutralisent la dernière manœuvre de lagresseur.Tableau 7: Cadre de lhypercompétition dUbuntuDe cette tableau, on peut constater quau moins deux de trois critères qui définissentlhypercompétition sont satisfaits dans le cas de la concurrence Open Source – Mondepropriétaire, à savoir, la concurrence est intense et des nombreux acteurs yparticipent. Dautre part, des quatre domaines de la concurrence proposés parDAveni, « le coût et et la qualité, des choix et de savoir faire, des places fortes et dessolides compétences financières », la concurrence dans le segment de marchebureautique se déroule principalement dans le domaine des places fortes.4.3 ANALYSE III : NOUVELLE COMBINAISON DE RESSOURCESPour déterminer si le succès dUbuntu répond à lexception entrepreneuriale selonSchumpeter on utilisera linformation disponible sur Mark Shuttleworth (PDG deCanonical), sur lentreprise Canonical et sur le processus de production de ladistribution Ubuntu (SCHUMPETER,1911 cité par KŒNIG,2004).Ordre Nouvelle Se Situation réel combinaison présente I Fabrication dun bien NON nouveau II Introduction dune OUI Canonical a crée une nouvelle processus pour produire de manière régulière de méthode de production publications de versions de la distribution Ubuntu. Chaque avril et chaque nouvelle octobre, Ubuntu publie une nouvelle version. Canonical a crée également des mécanismes de participation de la communauté des utilisateurs, tels que Launchpad et Ubuntuforum. III Ouverture dun NON débouché nouveau IV Conquête dune source NON nouvelle de matières premières V Réalisation dune OUI Avant Ubuntu, les distributions Linux étaient éloignées de la convivialité nouvelle organisation dutilisation. Canonical a organisé sa productions sur la base daméliorer le bureau prédominant de Linux (Debian). Cela a été possible parce quelle disposait des capitaux propres qui lui ont permis dembaucher les meilleurs programmateurs disponibles. Également, sa bonne santé financière lui a permis dinnover dans la manière de distribuer son produit: le ShipIt 25
  26. 26. En conséquence, Canonical, par ses nouvelles méthodes de production et sa nouvelleorganisation, satisfait deux de cinq types de « nouvelles combinaisons » deSchumpeter. On pourrait donc conclure que M Mark Shuttleworth, PDG de Canonical,est un entrepreneur schumpeterien.4.4 ANALYSE IV : COMPÉTENCES INTERNESDans le tableau 8, on a analysé lhistoire dUbuntu à la lumière des critères de lathéorie des compétences internes et on les a comparé avec ceux des autresdistributions Linux.Capacité Ubuntu SuSE Fedora Mandriva DebianLogoEntreprise/ Canonical Ltd. Novell Fedora Project Mandriva ProgenyDéveloppeur Ubuntu Foundation la communauté Red hat openSUSEType Entreprise privée Entreprise privée Entreprise privée Entreprise privée InstitutiondentrepriseRessources Investissement Capital propre de Ressources Haute dépendance Donationsfinancières initial 10M USD Novell financières de Red de firmes de Investissement de Hat (marché des capital risque Microsoft serveurs) Problèmes financières historiquesActifsstratégiquesMécanisme Très convivial, Très convivial, Très convivial, Très convivial. Elle Mode texte, mais cedinstallation visuelle et des visuelle et des visuelle et des est pionnière dans distribution est en étapes très claires à étapes très claires étapes très claire à la qualité du train dadopter le suivre de suivre suivre bureau. même mécanisme dUbuntuLivraison ShipIt, livraison Livraison payante Nexiste pas Livraison payante Livraison payante gratuite de CD déquivalentMécanisme de Synaptic, aucune Yast, il oblige à une Yum, il oblige à Drakx, aucun Mode texte. Elle estmise à jour dintervention des intervention des dintervention des dintervention des en train dadopter le utilisateurs. utilisateurs. Pas de utilisateurs. Pas de utilisateurs. Elle même mécanisme Entreprise codecs propriétaires codecs propriétaires inclut des codecs dUbuntu pionnière. Elle propriétaires inclut des codecs payants propriétaires, gratuits pour lutilisateurRelation avec la Forums de Forums de Forums de Forums de Forums decommunauté communauté communauté communauté communauté communauté indépendants de la indépendants de la indépendants de la indépendants de la indépendants de la firme, soutenus par firme, soutenus par firme, soutenus par firme,soutenus firme, soutenus par sa technologie, sa technologie sa technologie par sa technologie sa technologie « launchpad » ou « brainstorm » des utilisateursPromotion entre Haute parmi les Commerciale Haute, mais peu de Moyenne Haute, mais parmiutilisateurs utilisateurs non support de Red Hat les utilisateurs experts; cest la experts. principale raison de croissance de la 26
  27. 27. Capacité Ubuntu SuSE Fedora Mandriva Debian distributionHPD 2009 2773 1489 1374 1000 1157Tableau 8: Compétences internes des distributions de LinuxDe lobservation du tableau 8, on peut conclure que Ubuntu à trois avantages dans ledomaine des compétences internes: • Une nouveauté, distribution gratuite du produit, le ShipIt; • disponibilité gratuite de codecs propriétaires qui rendent plus facile l utilisation de la distribution dans les applications multimédia; • Par sa haute qualité, des utilisateurs satisfaits, qui deviennent des promoteurs de la distribution. Dans le monde Linux, cette avantage est dimportance significative. 27
  28. 28. CONCLUSIONS ET IMPLICATIONSLe succès dUbuntu peut être expliqué par le fait de disposer dun avantageconcurrentiel. Mais cet avantage se manifeste comme un système dans lequellexpertise interne et des actifs stratégiques sont mobilisés pour produire de façonrégulière et continue des mises à jour de la distribution, par exemple, les ressourcesfinancières que sont nécessaires pour maintenir une équipe de développementresponsable de lélaboration et la mise à jour de la distribution selon les exigences dela technologie.Par analogie, il peut être démontré par le cycle de naissance et de décès desdistributions Linux, que le financement est essentiel pour soutenir lopération. Il nesuffit pas dêtre techniquement supérieur. Tel est le cas de la distribution Gentoo, dehaute qualité technique, mais en 2006 il a commencé à avoir des problèmes financiers.La même tendance peut être observée avec la distribution Mandriva. Le retard dans laproduction de la distribution des mises à jour peut causer que les utilisateurs passer àune autre distribution prestigieuse.Historiquement, on peut montrer que, jusquà larrivée dUbuntu, il y avait une totalenégligence dans lélaboration et le lancement de nouvelles versions bureautiques. Laraison en est que Red Hat avait découvert, il y a un certain temps, quil était possiblede gagner de largent sur le marché des serveurs. Et, par conséquent, tous les effortsont été déployés pour réussir dans ce segment de marché. Aujourdhui Red Hat contrôlla plus grande partie de serveurs Linux qui eux même représentent 75% des serveursInternet, loin de windows Y2K server, UNIX, etc. En dépit du coût du passage, denombreuses entreprises ont pris la décision radicale de l évoluer à partir dun serveurpropriétaire Windows NT Server vers un serveur Linux. La raison invoquée était lesproblèmes de sécurité qui ont gravement par des attaques malveillantes de piratesinformatiques et des crackers.Néanmoins, on doit constaté que dans le segment du marché bureautique, WindowsXP, malgré ce problème de sécurité, continue à être le système préféré. Le distributionLinux dans ce segment de marché ne sont pas encore mûre pour le concurrencé.Quand la distribution Ubuntu est arrivée avec ses ressources financières et humaines,on a eu un renouvellement du marché bureautique de Linux. Avec la vision de créer lameilleure distribution bureautique possible, Canonical a démarré le projet de créationdun système « Linux pour des êtres humains », cest-à-dire, les utilisateurs non-experts qui utilisent Windows. Mais certaines caractéristiques dUbuntu tel que lafacilité dinstallation, ont été déjà créés et testés par la distribution Mandrakesoft etMandriva. Mais aujourdhui, en raison de problèmes financiers de Mandriva, elle abeaucoup de difficultés à développer et lancer de nouvelles versions. Mandrake a étéégalement un pionnier dans lidée de créer une distribution bureautique facile àinstaller, configurer et utiliser.En 2007, Ubuntu a réalise une grande nombre des actions pour produire la version7.04 et 7.10; de plus, la décision de Dell de vendre des ordinateurs de bureau avecLinux pré-installé, montre que la préférence dUbuntu dans le segment de marchébureautique. La maturation de Ubuntu peut espérer contester la domination de 28
  29. 29. Microsoft, et de capturer une bonne partie du marché bureautique, par sa qualité et sagratuité.En outre, la communauté dutilisateurs commence à jouer un rôle de premier plandans la promotion de personnes. Comme indiqué dans lanalyse des compétencesinternes, la capacité davoir une relation étroite avec le client, il est essentiel deproposer de nouveaux produits sur le marché.Le succès dUbuntu est dû à une rivalité actif. En effet Ubuntu a produit toute unesérie dactions et de réactions au sein de lOpen Source, et par son nombre confirmeque est la distribution plus active. Ainsi, on peut conclure que Ubuntu est ladistribution mieux préparé de lOpen Source à rivaliser Microsoft Windows, par sonprix et sa qualité. Avoir un distribution bureautique de bon qualité, sans lesproblèmes de sécurité et des risques de détérioration de la performance causée par devirus ou autres éléments perturbateurs, et que ne coûte rien dépasse loin un licence deWindows Vista.Grâce à des accords entre les fabricants dordinateurs et les principales distributionsde Linux, de même que les accords extra-judiciaires entre Microsoft et les tribunauxanti-trust américains et européens, Microsoft na plus le monopole de la pré-installation du système dexploitation sur les ordinateurs. Ainsi, aujourdhui, il y a dela concurrence entre lOpen Source et le monde propriétaire dans le segment demarché bureautique: Microsoft montre déjà des signes de faiblesses (cf. Annexe A3, lecopyright dans lhistoire de la concurrence).En conclusion, le succès d’Ubuntu est dû en grande partie à la rivalité active au seinde lOpen Source face à dautres distributions Linux. Ce succès peut être expliqué parune chaîne d’actions et réactions. Le lancement des versions bêta, la participationcommunautaire dans le teste sont de réserve précieuse qui font dUbuntu ladistribution préférée des utilisateurs. 29
  30. 30. GLOSSAIRELa distribution Cest une grande collection de programmes qui répondent à unou la distro même type de segment de marché où il est dirigé (serveurs, PC, mobiles et systèmes embarqués), sur un système dexploitation.Distribution Est une distribution qui comprend les programmes dapplicationbureautique aux utilisateurs finaux ne sont pas nécessairement des experts en informatique. Ces programmes mai inclure le traitement de texte, de matrices de calcul, des présentations, de reproduction du son et la vidéo.Distribution Est une distribution qui est construit autour du systèmeLinux dexploitation GNU / Linux, qui inclut le noyau Linux, les programmes utilitaires et les bibliothèques.Minix Minix est un système dexploitation, clone dUNIX, fondé sur un micro-noyau créé par un professeur nommé Andrew S. Tanenbaum à des fins pédagogiques, volontairement réduit afin quil puisse être compris entièrement par ses étudiants en un semestre, et qui a servi de source dinspiration à Linus Torvalds pour créer Linux.GPL ou la GNU General Public License (son seul nom officiel en anglais,Licence communément abrégé GNU GPL voire simplement courammentpublique «GPL») est une licence qui fixe les conditions légales degénérale GNU distribution des logiciels libres du projet GNU. Richard Stallman et Eben Moglen, deux des grands acteurs de la Free Software Foundation, en furent les premiers rédacteurs. Sa dernière version est la GNU GPL version 3 publiée le 29 juin 2007.GNU signifie «GNU nest pas UNIX», cest lorganisation crée par Richard Stallman pour promouvoir le software libre durant les années 80s.Les nouvelles Schumpeter définit cinq types de nouvelles combinaisons, danscombinaisons Théorie de lévolution économique (SCHUMPETER,1911 cité parde ressources KŒNIG,2004) :selon I. La fabrication dun bien nouveau, cest-à-dire encore nonSchumpeter familier au cercle des consommateurs, ou dune qualité nouvelle dun bien. II. Lintroduction dune méthode de production nouvelle, cest-à- dire pratiquement inconnue de la branche intéressée de lindustrie; il nest nullement nécessaire quelle repose sur une découverte scientifiquement nouvelle et elle peut aussi résider dans de nouveaux procédés commerciaux pour une marchandise. III. Louverture dun débouche nouveau, cest-à-dire dun marché où jusquà présent la branche intéressé de lindustrie du pays intéressé na pas encore été introduite, que ce marché ait existé avant ou non. 30
  31. 31. IV. La conquête dune source nouvelle de matières premières ou de produits semi-ouvrés ; à nouveau, peu importe quil faille créer cette source ou quelle ait existé antérieurement, quon ne lait pas prise en considération ou quelle ait été tenue pour inaccessible. V. La réalisation dune nouvelle organisation, comme le fait, par exemple, de créer un trust pour une industrie qui jusque-là avait fonctionné sous le régime de la libre concurrence.Coût de En étant similaire à coût de transfert, il est le coût supportés par lepassage client à loccasion dun changement de fournisseur.Action Cest une action dont la mise en œuvre a un effet sur lécosystèmeconcurrentiel de la concurrence. Cest-à-dire, les concurrents mai réagir par des actions de réponse.Codecs Le mot-valise codec vient de « compression-décompression » (ou «multimédia codage-décodage » - COde-DECode en anglais) et désigne un procédé capable de compresser ou de décompresser un signal, analogique ou numérique. Ce procédé peut exister sous forme matérielle ou logicielle. Dun côté, les codecs encodent des flux ou des signaux pour la transmission, le stockage ou le chiffrement de données. Dun autre coté, ils décodent ces flux ou signaux pour édition ou restitution. Les différents algorithmes de compression et de décompression peuvent correspondre à différents besoins en qualité de restitution, de temps de compression ou de décompression, de limitation en termes de ressource processeur ou mémoire, de débit du flux après compression ou de taille du fichier résultant. Ils sont utilisés pour des applications comme la téléphonie, les visioconférences, la diffusion de médias sur Internet, le stockage sur CD, DVD, la télé numérique par exemple. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Codecs)SQL ou langage structuré de requêtes, est un pseudo-langageStructured informatique (de type requête) standard et normalisé, destiné àquery interroger ou à manipuler une base de données relationnelle avec :language • un langage de définition de données (LDD, ou en anglais DDL, Data definition language), • un langage de manipulation de données (LMD, ou en anglais DML, Data manipulation language), la partie la plus courante et la plus visible de SQL, • un langage de contrôle de données (LCD, ou en anglais DCL, Data control language), • un langage de contrôle des transactions (LCT, ou en anglais TCL, Transaction control language), • et dautres modules destinés notamment à écrire des routines (procédures, fonctions ou déclencheurs) et interagir 31
  32. 32. avec des langages externes. SQL fait partie de la même famille que les langages SEQUEL (dont il est le descendant), QUEL ou QBE (Zloof).Distribution Cest une distribution de Linux fait de manière officieuse. Cétait« MakeT » très commun à début de lascension de Linux comme système dexploitation fiable.Produit En mathématiques, le produit cartésien de deux ensembles X et Y,cartesien appelé ensemble-produit, est lensemble de tous les couples, dont la première composante appartient à X et la seconde à Y. On généralise facilement la notion de produit cartésien binaire à celle de produit cartésien fini, qui est alors un ensemble de multiplets, on dit n-uplets pour les éléments dun produit cartésien de n ensembles. On peut aussi introduire la notion de somme disjointe (ou cartésienne). Pour généraliser aux produits cartésiens infinis, des produits dune famille quelconque (éventuellement infinie) densembles, on a besoin de la notion de fonction. Dans le domaine des bases des données, il sagit de « projection ». 32
  33. 33. BIBLIOGRAPHIEASAY, Matt (2007) Ubuntu and the future of the Linux desktop,http://news.cnet.com/8301-13505_3-9799636-16.htmlASAY, Matt (2007b) The Economist: Ubuntu is the source of Linuxs rise,http://news.cnet.com/8301-13505_3-9837818-16.htmlASAY, Matt (2007c) The source(s) from which all Linux distributions spring: Debian,Slackware, and Red Hat, http://news.cnet.com/8301-13505_3-9823825-16.htmlASAY, Matt (2008c) Who runs Ubuntu? The list keeps growing,http://news.cnet.com/8301-13505_3-10045291-16.htmlASAY, Matt (2009) The secret of Ubuntus success, http://news.cnet.com/8301-13505_3-9797983-16.htmlASAY, Matt (2009b) Two clues Microsoft is losing his way, http://news.cnet.com/8301-13505_3-10269990-16.html?tag=mncolASAY,Matt (2008) Did we really need yet another Linux distribution?,http://news.cnet.com/8301-13505_3-9984164-16.htmlASAY,Matt (2008b) Ubuntu tops the Open Source Census with 46 percent,http://news.cnet.com/8301-13505_3-9926516-16.htmlBODNAR, I. (2009) Distrowatch, The linux distribution barometer,http://distrowatch.comDAVENI,R.(1995) Hypercompetition, Paris : VuibertGUILLEMIN, Cristophe (2007) French Parliament picks for Linux switch,http://news.cnet.com/French-parliament-picks-Ubuntu-for-Linuxswitch/2100-7344_3-6166347.htmlHUBERMAN,A.M.;MILES M.B. (1984) Qualitative Data Analysis – a source book ofnew methods, SAGEKATZ, Leslie (2008) Dell goes for latest Ubuntu Linux: Hardy Heron,http://news.cnet.com/8301-17938_105-9994659-1.htmlKIRZNER,I. (1992) Entrepreneurial discovery and the competitive market process : anaustrian approach, ,35,pp.60-85KŒNIG, G. (2004) Management Stratégique : projets, interactions et contextes, Paris :DUNODLAUBIER,Charles de (2009) Mandriva veut devenir le « Windows » du logiciel libreavec Linux, Les Echos,p.22Linux4Coffee (2007) 7 reasons why Ubuntu is so successful,http://linux4coffee.wordpress.com/2007/10/15/the-7-reasons-why-ubuntu-is-so-successful/MINTZBERG H.,WATERS J. (1982) Tracking Strategy in a entrepreneurial firm,Academy of Management Journal,254,OREILLY, Dennis (2008) Weak Ubuntu for peak performance, 33
  34. 34. http://news.cnet.com/8301-13880_3-9874006-68.htmlOGG, Erika (2007) Another helping of Ubuntu for Dell, http://news.cnet.com/8301-10784_3-9736651-7.htmlPUTHOD, D., THEVERARD, C. (2009) La Théorie de la Concurrentiel fondé sur lesressources. Université de Québec. p.1.PUTTONEN, Hannu (2002) Nom de Code : Linux, http://video.google.fr/videoplay?docid=-3699763257121592701SCHUMPETER,J. (1911) Théorie de lévolution économique : Recherches sur le profit,le crédit, lintérêt et le cycle de la conjoncture (traduction française,1935),SHANKLAND, Stephen (2007) Dell picks Ubuntu for Linux PCs,http://news.cnet.com/Dell-picksUbuntufor-Linux-PCs/2100-7344_3-6180419.htmlSMITH K.C., et als (1992) Dynamics of Competitive Strategy,University of Newark,SAGE PublicationsTEECE. D.J., G.PISANO, & A.SHUEN (1997) Dynamic Capabilities and StrategicManagement, Strategic Management Journal,Vol 18:7,pp.509-533VAN den VEN,A. & als (2000) Research on the management of innovation, Oxford :Oxford University PressVAN den VEN,A.;POOLE,M.S. (2000) Methods for Studying Innovation Process,Research on the management of innovation , Oxford : Oxford University PressWELSH, Matt & als (2000) Running Linux, New York : OReilly Publishing 34

×