S1.problematique d'ensemble
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

S1.problematique d'ensemble

on

  • 190 views

Rapport de synthèse presenté

Rapport de synthèse presenté

Statistics

Views

Total Views
190
Views on SlideShare
190
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

S1.problematique d'ensemble S1.problematique d'ensemble Document Transcript

  • Problématique densemble du Management de linnovation et la technologieJUAN MANUEL MATALLANAjean.m.matallana@gmail.comMASTER 2 RECHERCHE EN SCIENCES DE GESTIONMANAGEMENT ET STRATEGIEMANAGEMENT DE LINNOVATION ET LA TECHNOLOGIE S1. PROBLEMATIQUE DENSEMBLE DU MANAGEMENT DE LINNOVATION ET LA TECHNOLOGIE RAPPORT DE SYNTHESELe Management de lInnovation et la Technologie porte une problématique densemble quon peut découvrir dans lalecture et lanalyse des rapports de recherche liés a ce sujet (DOSI,1982 ; COOPER & SCHENDELL, 1976 ; ABERNATHY &UTTERBACK, 1978). Pour une meilleur compréhension de dossier, DURAND (1999) nous donne les définitions nécessaires,telles que la découverte, linvention et linnovation, et des relations par rapport au marché, où aucune garantie quuneinvention ou une découverte devienne innovation. Daccord Von HIPPEL (1990), les utilisateurs sont la principale sourcedinspiration pour linnovation, cest-à-dire, pour la rentrée au marché dune découverte ou dune invention.DOSI présente une interprétation proposée sur les déterminants et les orientations de lévolution technologique. Parconséquence il présente une analogie entre la science et la technologie à légard de sa procédure et sa nature Pour cela, ila construit un modèle de paradigme technologique semblable à un modèle de paradigme scientifique. Le modèle chercheà tenir compte des changements continus et discontinus par rapport à linnovation technologique. Les continuités sontprésentés dans le cadre dune trajectoire technologique, défini sur un paradigme technologique, tandis que lesdiscontinuités indiquent l’émergence dun nouveau paradigme. COOPER & SCHENDELL, à la suite de ce qui précède,montre comment l’émergence dune nouvelle innovation permet de créer de nouvelles industries, de détruire outransformer ceux qui existent déjà. Dans son rapport de recherche, ils proposent un étude qualitatif, à partir dune enquêteappliqué en certaines industries où ils démontrent quune nouvelle technologie déplace à lancien en ventes, même quil ya dun temps moyen pour faire baisser leur position (5 et 14 ans après son introduction au marché). Dautre part,ABERNATHY & UTTERBACK mettent laccent sur le rôle du management par rapport à l’émergence dune innovation, cest-à-dire, ils étudient la relation entre le début du processus dinnovation et comment il affecte son organisation du projet.Les auteurs du rapport de recherche montrent que une innovation commence comment un projet mal défini en termesd’objectifs, mais on attends quil projet devenu en un processus de maturité quil pouvait utiliser de linfrastructureexistante riche en objectifs de conception et de gestion. Par conséquence, une caractéristique commune des innovationsréussies est le soutien ou lengagement de commencer le processus dinnovation.On peut établir que la problématique densemble de ce sujet concerne la nature de linnovation et sa relation avec lemarché. Cette théorie affirme que lintervention du management est minime lorsque linnovation se trouve dans unepériode de développement et démergence. Alors que si elle est dans un état de maturité, dautres éléments deManagement sont pris en compte. Une innovation dans un état de maturité est axé sur l’amélioration continue de lagestion de la continuité, et de cette façon, on sécoute et se prends en compte de la contribution des utilisateurs duproduit.Tout dabord, DOSI montre quil existe deux approches principales dans la théorie économique du changement technique :guidé par le marché (demand-pull), et les indépendants au moins à court terme (technology-push). La preuve contreditlhypothèse que le changement technologique est purement réactif. En plus, DOSI suggère une définition plus large de latechnologie, y compris les connaissances et les techniques développés dans un sens pratique : un paradigmetechnologique es prescriptible quant à la direction du changement technique. D’après, DOSI se demande les questions derecherche suivantes :  Y a-t-il des régularités dans le processus de génération de nouvelles technologies et des progresses technologiques depuis ?Rapport de Synthèse 1 sur 3
  • Problématique densemble du Management de linnovation et la technologie  Y a-t-il une certaine régularité dans la relation fonctionnelle entre le grand nombre des droits économiques, sociaux, institutionnels et scientifiques qui peuvent être influencés le processus dinnovation ?  Et la question cruciale : comment-t-il un paradigme est établi en premier lieu et comment-t-ils ont choisi lautre possibilité ?En outre, COOPER & SCHENDELL montrent que linnovation technologique peut créer de nouvelles industries, detransformer ou de les détruire. En tout temps, les entreprises font face à une série de menaces techniques extérieures.Mais les dirigeants des entreprises menacées, par la suite se rendent compte que bon nombre de celles, ne se sont pasmatérialisées, au moins à courte terme. L’évidence montre aussi quil y a dune séquence typique des événementsimpliquant des réponses de la société traditionnelle à une menace technologique commence avec le départ duneinnovation technologique en dehors de lindustrie, souvent stimulés par une nouvelle entreprise (courbe en S). Dans celui-ci contexte, les auteurs posent des questions de recherche suivantes :  Quelle-est-t-il la nature de la substitution dune nouvelle technologie sur le vieille ?  Quelles stratégies dadaptation utilisées pour contrer les menaces technologiques ?Enfin, ABERNATHY & UTTERBACK montrent que les études antérieures sur linnovation signifie que les moteurs delinnovation voient la plupart de ses résultats en nouveaux produits. Mais une observation détaillée masque une différenceessentielle : un produit innovant fait par une petite unité en fonction de la technologie, souvent utilise l’équipement duprocessus adopté par une grande unité en vue daméliorer sa production à volume élevé dun produit standard. Lechangement est coûteux dans les systèmes hautement intégrés, ou la concurrence est fondée sur les bas prix et les margesde profit dunité sont faibles et ses caractéristiques de produit sont bien comprises, de sorte que linnovation seraprogressif. Par conséquence, les auteurs prédissent que les unités à divers stades de développement répondent à desstimule différents pour effectuer autres types dinnovation. Les auteurs se posent des questions de recherche suivantesliées à celle-ci problématique :  Comment-t-il une société innovante et ses réponses à idées davant garde change lorsque la société grandit et mûrit ?  Y a-t-il des circonstances dans lesquelles une tendance générale liés à linnovation réussie est en fait plus susceptibles dêtre associés à léchec ?  Dans quelles circonstances, les nouvelles technologies disponibles sur le marché sont la clé de stimulation pour le changement ?  Dans quelle situations cette stratégie plutôt que de conduire à linstabilité est de crise potentielle dans une organisation ?Son avantage par rapport des produits prédécesseurs sont basés sur les résultats fonctionnels plutôt que de moindre coût,de sorte que ces innovations radicales ont tendance à offrir des marges plus élevées par unité. Par conséquent, sil sagit deperformance. Les utilisateurs peuvent jouer un rôle important en indiquant la forme définitive de linnovation et lanécessité (cf. von HIPPEL,1988, pp.30-34) et l’évolution radicale par rapport peuvent être considérés pour représenter lestypes extrêmes du spectre pris en compte.Les méthodes adoptées dans le contexte de la problématique densemble sont dordre prédominante qualitatif. DOSI aeffectué un test de modèle ou lanalyse des résultats est hypothético-déductif. Le résultat principal est la distinctionlogique entre les processus de recherche de modèles de nouvelles technologies et leur mise en place dune distinctionhistorique, à travers le développement dune industrie, entre une phase durgence et de la maturité à la Schumpeter.COOPER & SCHENDELL ont mis en œuvre dun instrument de sondage des entreprises menacées par lintroduction duneinnovation. Ces résultats se rapportent aux modèles de substitution et, par conséquent, des stratégies pour répondre à lamenace de substitution. ABERNATHY & UTTERBACK ont fait un processus d’enquête sur différents types dinnovations etlunité de lorganisation quont les produites, afin de créer un modèle dinnovation dans un contexte de stratégieconcurrentielle, des capacités de production et les caractéristiques de lorganisation.Des apportes et limites de la recherche liées a la problématique densemble du management de linnovation et latechnologie sont inclus par chaque rapport de recherche de la façon suivante. DOSI nous donne une définition deparadigme technologique comme un programme de recherche technologique, cest-à-dire, des trajectoires commeRapport de Synthèse 2 sur 3
  • Problématique densemble du Management de linnovation et la technologiemétaphore que devrait contribuer à éclairer les différents aspects et les acteurs qui suggère une approchemultidimensionnelle à la théorie de linnovation et du changement technique. Mais, il nessaie pas de fournir une théoriegénérale, au contraire, un modèle que peut être forcé ses limites. COOPER & SCHENDELL, dautre part montrent quil existede nombreux facteurs influents sur le taux de pénétration des nouvelles technologies, mais ils notent que les données sontincomplètes dans certains domaines, dû à lutilisation des sources secondaires et un petit nombre dindustries étudiées.ABERNATHY & UTTERBACK concluent que la capacité dune unité de production pour linnovation et ses méthodescritiques dépendent de leur dégrée de développement des petites entreprises technologiques pour devenir un importantproducteur de haute volume. Mais, il y a dune point en commun pour expliquer léchec « a posteriori », que certainsaspects de lappui technique nétaient pas présents.REFERENCESDURAND, Th. (1999) « Définitions utiles » : pour lencyclopédie de la Gestion du Management éditée par R. le Duff, Dalloz.DOSI, G.(1982) « Technological Trajectories and technological paradigms », Research policyCOOPER, A. & D.SCHENDELL (1976) « Strategic responses to technological threats », Business HorizonsABERNATHY,W. & J.UTTERBACK (1978) « Patterns of industrial innovation » Technology reviewVon HIPPEL,R. (1988) « User as innovators », « Sources of innovations » publié par von HIPPEL, MIT Press : Cambrigde,MARapport de Synthèse 3 sur 3