Archives Ouvertes - Open Archives

2,351
-1

Published on

Le mouvement des archives ouvertes et du libre accès à l'information scientifique

Published in: Education
0 Comments
2 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
2,351
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
59
Comments
0
Likes
2
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Archives Ouvertes - Open Archives

  1. 1. Archives Ouvertes - OA - Open Archives Le libre accès à l’information scientifique et technique Lardy Jean-Pierre Université Lyon 1 11/12/2008
  2. 2. Libre accès <ul><li>Le monde de la communication scientifique - enseignants/chercheurs et professionnels de la documentation - est en train de vivre une profonde mutation . </li></ul><ul><li>Le mouvement vers le Libre Accès est né au début des années 90 et connaît depuis le début des années 2000 un fort développement. </li></ul><ul><li>C’est une remise en cause du modèle traditionnel d’accès aux publications scientifiques et aux résultats de la recherche. </li></ul>
  3. 3. Libre accès <ul><li>Ce bouleversement a plusieurs origines qui se complètent : </li></ul><ul><li>Émergence de nouvelles technologies basées sur internet : diffusion en ligne, mondialisation, instantanéité, baisse des coûts, facilité d’usage ; </li></ul><ul><li>Augmentation anormale des tarifs d’abonnement aux revues scientifiques ; </li></ul><ul><li>Développement dans certains milieux (informaticiens, chercheurs) d'une réflexion philosophique sur les logiques de partage des ressources (logiciels open source) et de la connaissance (progrès scientifique) ; </li></ul><ul><li>Évolution de la réflexion juridique sur les droits de propriété intellectuelle : réaction à l’abandon des droits d’auteur aux éditeurs  Creative commons et Copyleft pour les logiciels http://fr.wikipedia.org/wiki/Copyleft . </li></ul>
  4. 4. Libre accès <ul><li>Les chercheurs, en tentant de court-circuiter la médiation onéreuse des éditeurs scientifiques commerciaux, bâtissent des communautés au sein desquelles la circulation rapide et gratuite des résultats de recherche est essentielle. </li></ul><ul><li>Mais l'évaluation des chercheurs passe encore largement par la publication d'articles dans des revues scientifiques payantes qui restent très majoritairement l'apanage des éditeurs scientifiques traditionnels : au modèle émergent de l'Open Access, les éditeurs « for profit » opposent leur valeur ajoutée éditoriale et la notoriété de leurs revues. </li></ul><ul><li>Cependant le développement du modèle hybride de publication et des journaux « tout open access » a connu un développement remarquable ces dernières années. </li></ul>
  5. 5. <ul><li>Plan </li></ul><ul><li>Définition </li></ul><ul><li>Problématiques de la publication scientifique </li></ul><ul><li>Evolutions technologiques </li></ul><ul><li>Réactions du monde universitaire </li></ul><ul><li>Bénéfices </li></ul><ul><li>Droits d’auteur – Creative Commons </li></ul><ul><li>Réactions des éditeurs commerciaux </li></ul><ul><li>Présentation d’archives </li></ul><ul><li>Les outils OA </li></ul><ul><li>Rapide historique </li></ul>
  6. 6. Définition <ul><li>Le concept « open » présente 2 aspects : </li></ul><ul><li>L’ accessibilité au maximum de documents par le plus grand nombre possible </li></ul><ul><li>La pérennité et donc l’archivage </li></ul><ul><li>Un troisième principe sous-entendu est la gratuité de l’accès, souhaitée par la communauté scientifique. </li></ul>
  7. 7. Définition <ul><li>Les objectifs de l'OA peuvent être atteints par deux voies différentes et complémentaires : </li></ul><ul><li>à travers la publication d'articles dans des journaux avec comité de lecture, immédiatement et librement accessibles : c’est l’Open Access ; </li></ul><ul><li>avec l'auto-archivage sans contrôle sur des serveurs institutionnels de copies publiques de preprints et/ou postprints d’articles publiés dans des journaux ou des communications de congrès : c’est l’Open Archive . </li></ul>
  8. 8. Complémentarité <ul><li>Les deux approches sont complémentaires : </li></ul><ul><li>Les revues en libre accès proposent une validation par les pairs, contrairement aux archives ouvertes. </li></ul><ul><li>Les archives ouvertes ont l’avantage d’une diffusion instantanée de nouveaux résultats et d’une validation de la date de publication (questions d’antériorité). </li></ul>
  9. 9. Problématique <ul><li>Dans les années 90 les chercheurs se sont fait « piégés » par : </li></ul><ul><li>la dictature de la publication : </li></ul><ul><li>«  Publish or perish  » </li></ul><ul><li>le Facteur d’Impact qui limite le nombre de titres de périodiques </li></ul><ul><li>la perte du droit d’auteur abandonné à l’éditeur de la revue </li></ul>
  10. 10. Problématique <ul><li>On a assisté à : </li></ul><ul><li>une concentration excessive des éditeurs commerciaux spécialisés STM </li></ul>
  11. 11. Problématique <ul><li>En 2006, l'activité d'édition scientifique se concentre désormais entre quelques très grands groupes mondiaux ( Reed Elsevier, Thomson Publishinfg, Klüwer, Springer, Klüwer, Blackwell… ), quelques dizaines d'éditeurs de taille moyenne pour la plupart anglo-saxons et quelques très grandes « sociétés savantes » (American Chemical Society, IEEE, IOP …), pratiquement toutes américaines. </li></ul><ul><ul><li>Voir SINBAD http://sinbad.univ-lyon1.fr </li></ul></ul><ul><li>Il existe quelques acteurs locaux de taille moyenne qui assurent une prestation d'édition de proximité. </li></ul><ul><li>On peut citer en France EDP Sciences, Anthropos, Lavoisier,... </li></ul><ul><li>Mais cette édition locale est elle-même impliquée dans le mouvement de concentration : les éditions Masson, N°1 français de l'édition médicale ont ainsi été rachetées par les Editions Scientifiques et Médicales Elsevier, filiale française d'Elsevier. </li></ul>
  12. 12. Problématique <ul><li>On a assisté à : </li></ul><ul><li>une augmentation excessive des coûts d'abonnement aux revues scientifiques ces 15 dernières années. </li></ul><ul><li>Exemple : entre 1991 et 2001 l'augmentation des tarifs Elsevier tourne autour de 140% </li></ul>
  13. 13. Problématique <ul><li>Enfin </li></ul><ul><li>Les éditeurs dépouillent les auteurs de leur droit sur leur écrit en le captant souvent à leur insu. </li></ul><ul><li>Le droit d'auteur est sans doute un droit inadapté à la société de l'information et plus particulièrement à l’information scientifique. </li></ul>
  14. 14. Problématique <ul><li>Du point de vue des chercheurs, il y a captation par un intermédiaire privé de sommes publiques disproportionnées par rapport à la valeur ajoutée. </li></ul><ul><li>Le coût de la recherche scientifique est supporté par l’argent public. </li></ul><ul><li>L’information scientifique devrait donc être accessible à tous et non au prix d’abonnements à des grandes revues scientifiques d’éditeurs privés. </li></ul>
  15. 15. Problématique Editeur Périodique Université Bibliothèque Recherche Auteur Article fourni gratuitement Peer review Abonnement Journal Bibliographie Argent public Argent privé
  16. 16. Evolutions technologiques <ul><li>La période connaît aussi d’importantes évolutions technologiques qui bouleversent les échanges d’information. </li></ul><ul><li>Internet en est la base : </li></ul><ul><li>Expérience dès les années 80 des premiers journaux électroniques </li></ul><ul><li>Développement mondial d’internet </li></ul><ul><li>Baisse des coûts de connexion </li></ul><ul><li>Evolutions du web (blog, wiki) comme service de publication </li></ul>
  17. 17. Evolutions technologiques <ul><li>Développement du «  logiciel libre  » (open source) : </li></ul><ul><li>Les sources sont disponibles et modifiables </li></ul><ul><li>Les exécutables peuvent être gratuits </li></ul><ul><li>Ex : plateformes LAMP : Linux, Apache, PHP, MySQL </li></ul><ul><li>Mozilla, Koha, Open Office, CASTORE … </li></ul>
  18. 18. Réaction du monde universitaire <ul><li>Initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert </li></ul><ul><li>BOAI - Budapest Open Access Initiativ e le 14 Février 2002 : </li></ul><ul><li>Libre accès au savoir : accès, lecture, impression, déchargement gratuit des articles </li></ul><ul><li>Élimination des barrières : </li></ul><ul><ul><li>financières, </li></ul></ul><ul><ul><li>technologiques, </li></ul></ul><ul><ul><li>culturelles, </li></ul></ul><ul><ul><li>des droits d’auteur </li></ul></ul>
  19. 19. Réaction du monde universitaire <ul><li>Bethesda 20 juin 2003 </li></ul><ul><li>http://www.earlham.edu/%7Epeters/fos/bethesda.htm </li></ul><ul><li>1. Le/les auteur(s) ainsi que les titulaires du droit d’auteur accordent à tous les utilisateurs un droit d’accès gratuit, irrévocable, mondial et perpétuel et leur concèdent une licence leur permettant de copier, utiliser, distribuer, transmettre et visualiser publiquement l’œuvre et d’utiliser cette œuvre pour la réalisation et la distribution d’œuvres dérivées, sous quelque format électronique que se soit et dans un but raisonnable, et ce à condition d’en indiquer correctement l’auteur; ils accordent également aux utilisateurs le droit de faire un petit nombre de copies papier pour leur usage personnel. </li></ul><ul><li>2. La version complète de l’œuvre, ainsi que tout document connexe, dont une copie de l’autorisation ci-dessus, réalisée dans un format électronique standard approprié, est déposée dès sa publication initiale dans au moins un réservoir en ligne subventionné par un établissement d’enseignement supérieur, une société savante, une agence gouvernementale ou tout autre organisme reconnu œuvrant pour le libre accès, la diffusion sans restriction, l’interopérabilité, et l’archivage à long terme (PubMed Central est un exemple de ce type de réservoir en sciences biomédicales). </li></ul>
  20. 20. Réaction du monde universitaire <ul><li>Berlin 22 octobre 2003 </li></ul><ul><li>http://www.zim.mpg.de/openaccess-berlin/berlindeclaration.html </li></ul><ul><li>La déclaration est l’œuvre de sociétés savantes et organismes de recherche </li></ul><ul><li>dont le CNRS et l’INSERM pour la France. </li></ul>
  21. 21. Réaction du monde universitaire <ul><li>En octobre 2006 : signature d’un protocole d’accord pour une approche coordonnée au niveau national de l’archivage ouvert de la production scientifique par : CEMAGREF, CIRAD, CNRS, CPU, INRA, INRIA, INSERM, Institut PASTEUR, IRD, Conférence des Grandes Ecoles. </li></ul><ul><li>http://hal.archives-ouvertes.fr/more/Communique_de_presse_11_10.pdf </li></ul><ul><li>Le protocole préconise HAL comme plateforme de dépôt. </li></ul>
  22. 22. Réaction du monde universitaire <ul><li>Les serveurs de pré-publications, comme arXiv dans les années 90, ont démontré la faisabilité de l’auto-archivage. </li></ul><ul><li>Un système de pré-prints permet aux chercheurs de se transmettre leurs articles pas encore passés par l’évaluation du peer-review, et cela directement, librement et néanmoins de façon organisée avec leurs pairs. </li></ul>
  23. 23. Réaction du monde universitaire <ul><li>Certaines universités lancent leur propre serveur : </li></ul><ul><li>Sept 2005 : Obligation de dépôt de l’université portugaise de Minho, la première en Europe https://repositorium.sdum.uminho.pt/index.jsp </li></ul><ul><li>Juin 2008 : démarrage d’ORBi de l’université de Liège </li></ul><ul><li>http://orbi.ulg.ac.be </li></ul>   
  24. 24. Politique internationale <ul><li>Enfin certains pays s’engagent à légiféré sur le Libre Accès : GB, USA, Australie, Brésil, Europe. </li></ul><ul><li>Politiques des organismes de financement : </li></ul><ul><li>Juillet 2007 : La Chambre des représentants américains, l’une des deux branches du Congrès, vient d’adopter un texte législatif qui rendrait obligatoire le dépôt dans une archive ouverte des articles rendant compte de travaux de recherche financés par le NIH </li></ul><ul><li>Nov 2007 : En France l ’ANR incite les chercheurs à intégrer leurs publications dans le système d’archives ouvertes </li></ul><ul><li> </li></ul><ul><li>Août 2008 : La DG Recherche de la Commission européenne annonce le lancement d’un projet pilote de mise à disposition en &quot; open access &quot; dans des archives ouvertes des articles publiés issus des recherches financées dans le cadre du 7e programme-cadre de recherche de l'UE (couvrant les années 2007-2013 et dont les financements totaux s’élèvent à 50 milliards d’euros). Ce projet pilote permettra d’accéder librement, après un embargo de 6 à 12 mois, aux résultats de la recherche financée par l’Union européenne, publiés initialement dans des revues après évaluation par les pairs. </li></ul>   
  25. 25. Soutien de l’Europe <ul><li>avril 2006 : DRIVER http://www.driver-community.eu </li></ul><ul><li>Digital Repository Infrastructure Vision for European </li></ul><ul><li>Research, présenté par un consortium européen a été </li></ul><ul><li>retenu par la Commission Européenne. </li></ul><ul><li>Le projet, fruit de la collaboration de dix partenaires </li></ul><ul><li>européens, a pour objectif de créer une base de </li></ul><ul><li>connaissances de la recherche européenne. </li></ul><ul><li>Son but est de créer une infrastructure européenne fédérant les initiatives d’archives nationales existantes. La plate-forme nationale HAL sera ainsi intégrée à ce réseau européen en assurant une visibilité grandissante aux travaux français. </li></ul>
  26. 26. Réaction du monde universitaire <ul><li>Cependant tout ceci demande un investis-sement important du chercheur-auteur : il devient auteur, linguiste, éditeur et payeur. </li></ul><ul><li>Tout le monde n’est pas prêt à ce travail. </li></ul><ul><li>Ce n’est pas parce que l’infrastructure existe qu’il y a appropriation par tous. </li></ul>
  27. 27. Bénéfices <ul><li>Au-delà de l'aspect économique, le Libre Accès va à la rencontre des intérêts d'un grand nombre d‘acteurs : </li></ul><ul><li> auteurs, lecteurs, enseignants, étudiants, bibliothèques, universités, journaux et éditeurs, organismes de financement, gouvernements et citoyens en général. </li></ul><ul><li>L'Open Access représente une appropriation de la communication scientifique par la communauté scientifique elle-même . </li></ul>
  28. 28. Droit d’auteur <ul><li>Par rapport au droit d’auteur : </li></ul><ul><li>Les auteurs gardent leur droit sur leurs documents. </li></ul><ul><li>Cependant le droit d’auteur est très restrictif au niveau des usages. C’est pourquoi sont apparues de nouvelles licences favorisant le partage. </li></ul><ul><li>  </li></ul>
  29. 29. Les Creative Commons <ul><li>Le projet Creative Commons a vu le jour en 2001, au sein du Stanford Law School Center for Internet and Society (U. de Stanford), sous l’impulsion de diverses personnalités dont Lawrence Lessig , grand spécialiste du droit sur internet et défenseur de la liberté du web contre les multinationales qui souhaitent s’en emparer. </li></ul><ul><li>Creative Commons France http://fr.creativecommons.org </li></ul><ul><li>On passe d’une situation où tout est interdit, sauf ce qui est permis à une autre où (presque) tout est permis, sauf ce qui ne l’est pas. </li></ul>
  30. 30. Les Creative Commons
  31. 31. Les Creative Commons <ul><li>Les licences Creative Commons sont d’usage courant pour les : </li></ul><ul><li>articles de journaux scientifiques </li></ul><ul><li>ex PLoS http://www.plos.org/oa/index.html </li></ul><ul><li>thèses : ex La moitié des thèses déposées dans l'archive de l'Université de Lünd en 2008 sont en Open Access </li></ul><ul><li>http://jinfo.lub.lu.se/jinfo?func=fullRecord&jId=12867&issn=18122108 </li></ul><ul><li>ou UMI Open Access publishing propose aussi la publication OA des thèses </li></ul><ul><li>http://www.proquest.com/en-US/products/dissertations/epoa.shtml </li></ul><ul><li>livres électroniques : ex Wikilivres </li></ul><ul><li>http://fr.wikibooks.org/wiki/Wikilivres:Wikilivres </li></ul><ul><li>… </li></ul>
  32. 32. Les Creative Commons <ul><li>Science Commons , lancé en 2005,a comme objectif de faciliter le partage des résultats de la recherche scientifique tout en préservant les droits des auteurs. Science Commons aidera les auteurs à publier leurs travaux en utilisant des licences basées sur celles de Creative Commons. </li></ul><ul><li>http://sciencecommons.org </li></ul><ul><li>Recherche de documents en CC </li></ul><ul><li>http://search.creativecommons.org </li></ul><ul><li>http://search.yahoo.com/cc </li></ul><ul><li>http://www.google.fr  Recherche avancée : Droits d'utilisation </li></ul>
  33. 33. Réactions des éditeurs <ul><li>Les éditeurs ont su récupérer dès 2005 le mouvement de publication Open Access : </li></ul><ul><li>en proposant le modèle hybride </li></ul><ul><li>en basculant vers le « tout open access » </li></ul><ul><li>Le modèle sur abonnement pourrait même devenir minoritaire et disparaître à terme. </li></ul>
  34. 34. Réactions des éditeurs <ul><li>Pour convaincre les chercheurs que les éditeurs commerciaux admettent l’auto-archivage, consultez le site : </li></ul><ul><li>The SHERPA/ROMEO list </li></ul><ul><li>http://www.sherpa.ac.uk </li></ul>
  35. 35. Archives ouvertes <ul><li>Différents types d’archives : </li></ul><ul><li>Disciplinaires </li></ul><ul><li>arXiv en physique arXiv.org </li></ul><ul><li>CogPrints http://cogprints.org </li></ul><ul><li>PubMed Central - PMC lancé en 1999 http://www.pubmedcentral.org </li></ul><ul><li>Centralisatrices </li></ul><ul><li>HAL multidisciplinaire http://hal.archives-ouvertes.fr </li></ul><ul><li>Institutionnelles </li></ul><ul><li>eScholarship http://repositories.cdlib.org/escholarship/ </li></ul><ul><li>CERN http://cdsweb.cern.ch </li></ul><ul><li>U. de Cambrige DSpace@Cambridge http://www.dspace.cam.ac.uk </li></ul><ul><li>PASTEL (thèses Ecoles Paris) http://pastel.paristech.org </li></ul><ul><li>La non-standardisation entre archives va disparaître avec le projet SWORD visant à standardiser l’échange d’informations et de documents entre archives </li></ul><ul><li>http://www.ukoln.ac.uk/repositories/digirep/index/SWORD </li></ul><ul><li>Ex : ArXiv et HAL </li></ul>
  36. 36. Archives ouvertes <ul><li>Les archives ouvertes dans le monde </li></ul><ul><li>http://maps.repository66.org </li></ul><ul><li>Répertoires </li></ul><ul><ul><li>Registry of Open Access Repositories ( ROAR )  </li></ul></ul><ul><ul><li>http://roar.eprints.org </li></ul></ul><ul><ul><li>Directory of Open Access Repositories ( Open DOAR ) </li></ul></ul><ul><li>http://www.opendoar.org </li></ul>
  37. 37. Archives ouvertes <ul><li>Toutes ses archives respectent un protocole permettant l’interopérabilité : OAI-PMH (OAI protocol for metadata harvesting) </li></ul><ul><li>http://fr.wikipedia.org/wiki/Open_Archives_Initiative_Protocol_for_Metadata_Harvesting </li></ul><ul><li>Ceci a permis de développer des moteurs de recherche spécialisés : </li></ul><ul><li>OAIster http://www.oaister.org </li></ul><ul><li>multidisciplinaire </li></ul><ul><li>Avano http://www.ifremer.fr/avano/index.jsp?la=fr </li></ul><ul><li>sciences marines et aquatiques </li></ul>
  38. 38. Quelques chiffres <ul><li>Fin 2008 </li></ul><ul><li>3 768 : Nombre de journaux avec peer-reviewed listés dans DOAJ Directory of Open Access Journals </li></ul><ul><li>1 292 : Nombre de dépôts OA listés dans OpenDOAR (Directory of Open Access Repositories) http://www.opendoar.org </li></ul><ul><li>1 226 : Nombre de dépôts OA listéd dans ROAR (Registry of Open Access Repositories) </li></ul><ul><li>1 049 : Nombre de dépôts OA indexés par OAIster </li></ul><ul><li>19 193 210 : Nombre de références dans OAIster </li></ul><ul><li>511 343 : Nombre d’articles déposés à arXiv </li></ul><ul><li>5 616 906 : Nombre d’articles déposés dans PubMed Central </li></ul><ul><li>114177 : Nombre d’articles déposés dans HAL </li></ul>
  39. 39. Les outils pour l’OA <ul><li>Méta-données </li></ul><ul><li>Dublin core : http://dublincore.org/ </li></ul><ul><li>Logiciels d’archivage </li></ul><ul><li>Eprints http://www.eprints.org/ </li></ul><ul><li>Dspace http://www.dspace.org/ </li></ul><ul><li>CDSware (CERN) http://cdsware.cern.ch/ </li></ul><ul><li>BioMed Central propose Open Repository sous Dspace (service payant) </li></ul><ul><li>http://www.openrepository.com </li></ul>
  40. 40. Les outils pour l’OA <ul><li>Le protocole OAI-PMH </li></ul><ul><li>Le protocole OAI-PMH est né en 1999 lors de la convention de Santa Fé. Ce protocole définit des normes d'échange de métadonnées (données décrivant la structure des documents et les mots clés qui définissent leurs contenus) pour que les archives soient « interopérables », c'est-à-dire pour qu'un ensemble d'archives ouvertes puisse être interrogé en une seule requête comme si les archives n'en faisaient qu'une. Objectifs du protocole OAI-PMH : </li></ul><ul><li>faciliter l'échange des données entre des fournisseurs de données (bibliothèques, musées, etc.) et un fournisseur de service (bibliothèque, portail, etc.). </li></ul><ul><li>créer, alimenter et tenir à jour des réservoirs d'enregistrements qui signalent, décrivent et rendent accessibles des documents sans les dupliquer ni modifier leur localisation d'origine, </li></ul><ul><li>faire communiquer entre elles des bases de données diverses et hétérogènes, et réaliser des partenariats entre plusieurs établissements que rapprochent leurs collections ou leurs publics. </li></ul><ul><li>Les acteurs : </li></ul><ul><li>le fournisseur de données : archive, entrepôt. </li></ul><ul><li>le fournisseur de services : le moissonneur qui lance des requêtes aux entrepôts via le protocole http pour extraire les enregistrements des nouveaux articles déposés et l'agrégateur qui rassemble des données collectées par un moissonneur. </li></ul>
  41. 41. Historique <ul><li>1991-1994 </li></ul><ul><li>Premiers e-journaux « Open Access » : Surfaces (1991) Working papers in Economics (1993). </li></ul><ul><ul><li>http://www.pum.umontreal.ca/revues/surfaces/index.html </li></ul></ul><ul><ul><li>http://netec.mcc.ac.uk/WoPEc.html) </li></ul></ul><ul><ul><li>  </li></ul></ul><ul><li>Premier serveur « d'auto-archivage » : arXiv.org (Los Alamos, puis Cornell), géré par la communauté mondiale de physique nucléaire. </li></ul><ul><ul><li>http://arXiv.org/ </li></ul></ul><ul><ul><li>  </li></ul></ul><ul><ul><li>  </li></ul></ul><ul><li>Digital Library Intiative , lancée par la National Science Foundation ( http://www.dli2.nsf.gov/ ), liée, à la fois à la mise en ligne de livres numérisés et de publications scientifiques. </li></ul>
  42. 42. Historique <ul><li>1996-1999 </li></ul><ul><li>Création d'une base de données gratuite d'articles sur la publication électronique : Scholarly Electronic Publishing Bibliography </li></ul><ul><ul><li>http://info.lib.uh.edu/sepb/sepb.html </li></ul></ul><ul><li>Medline devient gratuit et s'intègre dans PubMed (1996), puis dans PubMed Central (2000) </li></ul><ul><ul><li>http://www4.ncbi.nlm.nih.gov/PubMed/ </li></ul></ul><ul><li>Première campagne «  Freedom of Distribution of Scientific Work », aussi connue sous le nom de «  Free Science Campaign » , réclamant la restriction des droits cédés aux éditeurs (1998). </li></ul><ul><li>Lancement de CiteSeer en 1998, base de donnée en technologie ACI, avec reconnaissance automatique des bibliographies et génération des citations entre articles référencés. </li></ul><ul><ul><li>http://citeseer.ist.psu.edu/aci-computer/aci-computer99.html </li></ul></ul>
  43. 43. Historique <ul><li>2000-2001 </li></ul><ul><li>Eprints , logiciel « Open Source », compatible avec les serveurs « Open Access » est lancé par l'université de Southampton en 2000. Il devient rapidement le logiciel de référence pour l'OA (produit GNU en 2002). </li></ul><ul><ul><li>http://www.eprints.org/ </li></ul></ul><ul><ul><li>  </li></ul></ul><ul><li>Lancement de PLoS : Public Library of Science (2001), en médecine et biologie. </li></ul><ul><ul><li>http://www.publiclibraryofscience.org/ </li></ul></ul><ul><ul><li>  </li></ul></ul><ul><li>En France, la Sous-Commission du Groupe « Science Société » de l' Académie des Sciences chargée des questions de propriété intellectuelle publie une pétition adressée à la Communauté Européenne en faveur d'une politique d'exception pour le copyright des publications scientifiques. </li></ul><ul><ul><li>http://calenda.revues.org/nouvelle1580.html </li></ul></ul><ul><ul><li>  </li></ul></ul>
  44. 44. Historique <ul><li>2002-2004 </li></ul><ul><li>  </li></ul><ul><li>Déclaration de Budapest : «  Open Archive Initiative » (sur la base de l'Open Access Initiative lancée en 2001). La communauté scientifique internationale se prononce publiquement pour un accès gratuit au savoir au travers de l'Open Access. </li></ul><ul><ul><li>http://www.soros.org/openaccess/ </li></ul></ul><ul><ul><li>  </li></ul></ul><ul><li>DOAJ : premier répertoire de journaux électroniques gratuits, créé par l'université de Lund (suède). </li></ul><ul><ul><li>http://www.doaj.org/ </li></ul></ul><ul><ul><li>  </li></ul></ul><ul><li>Le « Budapest Open Access Initiative » (2002) produit deux guides : l'un pour le lancement d'un journal « Open Access », l'autre pour la conversion d'un journal traditionnel en revue OA. </li></ul><ul><ul><li>http://www.soros.org/openaccess/oajguides/ </li></ul></ul><ul><ul><li>  </li></ul></ul><ul><li>Le Sommet Mondial sur la Société de l'Information publie une déclaration de principes, dont le point 28 favorise explicitement l'Open Access. </li></ul><ul><ul><li>http://www.itu.int/dms_pub/itu-s/md/03/wsis/doc/S03-WSIS-DOC-0004!!MSW-F.doc </li></ul></ul><ul><ul><li>  </li></ul></ul>
  45. 45. Historique <ul><li>Fin 2003 : les bibliothèques de grandes universités américaines , telles Harvard, Stanford, Berkeley, MIT, annoncent des coupes dans leurs abonnements auprès de grands éditeurs comme Reed Elsevier ou Wiley Interscience et déclarent leur engagement à promouvoir et développer la publication en « Open Access ». </li></ul><ul><ul><li>http://www.earlham.edu/~peters/fos/newsletter/04-02-04.htm#dc </li></ul></ul><ul><ul><li>  </li></ul></ul><ul><li>Déclaration de Berlin , à la suite d'une première déclaration, suivie de groupes de travail pendant l'année 2003 : des institutions scientifiques européennes affirment leur engagement en faveur de l' « Open Access ». </li></ul><ul><ul><li>http://www.zim.mpg.de/openaccess-cern/index.html </li></ul></ul><ul><ul><li>  </li></ul></ul><ul><li>L' IFLA , association internationale des associations de bibliothécaires, se prononce officiellement, en décembre 2003, en faveur de l' « Accès libre à la littérature scientifique et à la documentation recherche ». </li></ul><ul><ul><li>http://www.ifla.org/V/cdoc/open-access04-f.html </li></ul></ul>
  46. 46. A consulter <ul><li>Hélène Bosc, “Le droit des chercheurs à mettre leurs résultats de recherche en libre accès : appropriation des archives ouvertes par différentes communautés dans le monde” ArchiveSIC , 2008 http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/34/07/84/PDF/HBOSCterminalOA.pdf </li></ul><ul><li>Rentier, “Bernard Rentier, Recteur,” Blog http://recteur.blogs.ulg.ac.be </li></ul><ul><li>“ Libre accès à l'information scientifique et technique” http://openaccess.inist.fr </li></ul><ul><li>“ Open Archives Initiative,” </li></ul><ul><li>http://www.openarchives.org </li></ul>
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×