• Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
3,149
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
90
Comments
0
Likes
1

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. L’Open Access en 12 diapositives Journée d’étude Couperin “ La mise en place des archives ouvertes dans les institutions d’enseignement supérieur et de recherche” Paris, 21 mai 2007
  • 2. De quoi s’agit-il ?
    • Open Access (OA) se traduit habituellement en “libre-accès à l’Information Scientifique et Technique” (IST)
    • Une définition : l’Open Access consiste en la mise à disposition gratuite sur l’Internet public, permettant à tout un chacun de lire, télécharger, copier, transmettre, imprimer, chercher ou faire un lien vers le texte intégral [des documents], les disséquer pour les indexer, s’en servir de données pour un logiciel, ou s’en servir à toute autre fin légale, sans barrière financière, légale ou technique (Déclaration de Budapest, 2002)
  • 3. Deux voies pour la mise en œuvre de l’Open Access
    • La publication dans des revues en libre accès
    • Le dépôt, par l’auteur, d’une version électronique de sa publication dans une archive ouverte (auto-archivage)
  • 4. Voie 1 : les revues en libre-accès
    • Baptisée “voie dorée” ou “gold OA”
    • Les articles de ces revues sont librement accessibles en ligne
    • Le financement des revues est souvent fondé sur une participation financière des auteurs ou de leur institution
    • Il peut s’agir soit de nouvelles revues (Public Library of Science), soit d’une “conversion” de revues existantes (éditions Hindawi par exemple).
  • 5. Voie 2 : les archives ouvertes, sujet de la journée d’étude
    • Baptisée “voie verte” ou “green OA”
    • Les archives ouvertes (AO) se fondent sur
      • des possibilités juridiques : la plupart des éditeurs scientifiques autorisent le dépôt par l’auteur et la diffusion des articles publiés sous certaines conditions
      • des possibilités techniques : un protocole technique international (OAI-PMH) permet d’interconnecter facilement les différents entrepôts disséminés sur la planète.
  • 6. Les archives ouvertes : définitions (Michel Roland, journée d’étude Couperin, 04/11/2005)
    • Dispositif qui permet aux chercheurs de mettre en ligne les résultats de leurs travaux de manière alternative au système d’édition commerciale traditionnel
    • Sens strict : pré- et post-publications (regroupés sous le vocable d’ e-prints )
    • Sens large : dispositif cohérent de mise en ligne “ouverte” des résultats de la recherche.
  • 7. Les archives ouvertes : objectifs (Michel Roland, journée d’étude Couperin, 04/11/2005)
    • Favoriser le libre-accès à l’IST en
      • améliorant la communication scientifique (impact, rapidité),
      • déserrant l’emprise des éditeurs commerciaux
    • Rendre visible l’activité de recherche de l’établissement :
      • lisibilité
      • (auto) évaluation
      • valorisation
  • 8. Où en est-on au niveau mondial ?
    • A l’heure actuelle, la voie des archives ouvertes est la plus efficace pour promouvoir l’Open Access sur le court terme
    • Sans politique d’obligation, le taux de publications déposées culmine à 15-20 %
    • De plus en plus d’institutions et de financeurs se positionnent en faveur d’une obligation du dépôt des articles dans une archive ouverte
  • 9. Le début des AO en France
    • Le CNRS et les organismes de recherche ont été les précurseurs du mouvement des AO en France
      • HAL (Hyper Article en Ligne), comme logiciel fédérateur
      • le CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe) comme opérateur
  • 10. Une approche nationale
    • Juillet 2006 : signature d’un protocole d’accord en vue d’une approche coordonnée des AO en France
    • Signataires : CPU, CGE, organismes de recherche
    • Protocole signé pour une période de 2 ans
    • Des instances de travail en commun : le Comité Stratégique (CoStrAO) et le Comité Scientifique et Technique (CoST).
  • 11. La situation des établissements d’enseignement supérieur
    • Un retard à combler, mais de nombreux projets en cours
    • Développement croissant des Systèmes d’Information des Etablissements
    • Apparition de la notion de “patrimoine numérique” allant au-delà des articles de recherche (cours, thèses…)
    • Réflexion sur les modalités d’évaluation de la recherche
  • 12. Les enjeux pour les établissements d’enseignement supérieur
    • Politique : arriver à faire prendre conscience de l’indispensable définition d’une politique d’établissement.
    • Technique : réussir l’intégration des AO dans le Système d’Information et l’articulation entre les outils locaux et l’archive nationale.
    • Défense et illustration des AO : sensibiliser les communautés de recherche en tenant compte de la diversité des cultures disciplinaires