La Diffusion Des Valeurs Dites Féminines - Partie 1
 

Like this? Share it with your network

Share

La Diffusion Des Valeurs Dites Féminines - Partie 1

on

  • 9,098 views

 

Statistics

Views

Total Views
9,098
Views on SlideShare
5,578
Embed Views
3,520

Actions

Likes
5
Downloads
111
Comments
1

13 Embeds 3,520

http://www.levidepoches.fr 2035
http://www.levidepoches.blogs.com 1039
http://coachingentreprise.wordpress.com 265
http://levidepoches.blogs.com 112
http://www.slideshare.net 30
http://www.l-management.fr 18
http://www.linkedin.com 8
http://translate.googleusercontent.com 4
url_unknown 3
https://coachingentreprise.wordpress.com 3
http://feeds2.feedburner.com 1
http://webcache.googleusercontent.com 1
https://www.linkedin.com 1
More...

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
  • Très intéressante présentation. Beau travail ! Félicitations. Merci pour le partage. Excellent week-end. Bernard
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

La Diffusion Des Valeurs Dites Féminines - Partie 1 Presentation Transcript

  • 1. PARTIE 1 La diffusion des valeurs « dîtes » féminines 9 Témoignages Crédits photo: (C) Ellen Kooi pour COTÉLAC, direction artistique Maryse Khoriaty
  • 2.
    • Christine Marsan « Au-delà du masculin et du féminin »
    • Jean-Louis Lespes « L’irrésistible ascension des valeurs féminines »
    • Joël de Rosnay « Valeurs féminines pour construire un monde »
    • Rafik Smati « Vers un capitalisme féminin »
    • Nishchalananda Saraswati « L’importance du principe féminin »
    • Danièle Rousseau « L’avenir économique appartient aux valeurs féminines »
    • Thierry Verhelst « La féminisation de nos cultures »
    • Monique Grande « Vers l’alliance de nos intelligences créatrices »
    • Christine Page « 2012 ou le retour du féminin »
    Plan de la partie
  • 3. 1. Au-delà du masculin et du féminin Le témoignage de Christine Marsan Des valeurs universelles de paix
  • 4. Ce dont il est question lorsque l’on parle de valeurs féminines c’est de la manifestation de valeurs qui sous-tendent des attitudes et des comportements qui permettent de dépasser les conflits, les violences et les guerres. Il s’agit alors d’aller au-delà des hommes et des femmes et d’ identifier dans chaque comportement associé au genre ce qui est nuisible pour l’individu, l’interaction et le collectif et ce qui en revanche est positif, bénéfique et source d’innovation sociétale et d’intelligence collective. Il est essentiel aujourd’hui de sortir de la dichotomie homme / femme qui renvoie au genre et au sexe (…) Ce dont il est question c’est d’aller plus loin que nos déterminismes archaïques et manifester tout ce qui nous rend profondément humain , qui se manifeste par notre conscience , fonde notre libre-arbitre et nous permet le respect d’autrui et des formes d’interactions constructives.   Les valeurs féminines sont celles de l’écoute, de la patience, de la tolérance et de la prise en compte de la différence et de la diversité.
  • 5. Ce sont les cultures et les rôles sociaux qui ont fragmenté nos comportements en les attribuant aux genres masculins et féminins. Les récentes recherches des neurosciences démontrent, par l’imagerie IRM, que toutes les théories affirmant la différence structurelle et physiologique des cerveaux entre les hommes et les femmes sont fausses. Maintenir la différence c’est alors rester dans le paradigme de la domination et donc de la compétition et par conséquent de la guerre potentielle entre les sexes, entre les hommes et entre les peuples. Ce que la physique quantique nous permet de comprendre et de concevoir dans l’infiniment petit et dans l’infiniment grand, nous détenons les clés neuroscientifiques de le rendre possible à l’échelle humaine. En faire une mode serait là aussi une grossière erreur mêlant tendance de fond et marketing d’opportunité. Cette vague féminine préfigure un nouveau temps, celui de la conciliation des contraires pour une nouvelle forme d’humanité
  • 6. 2. L’irrésistible ascension des valeurs féminines Le témoignage de Jean-Louis Lespes dans l’entreprise
  • 7. Plus actives : il y a trente ans le marché du travail comportait deux fois plus d’hommes (13,2 millions) que de femmes (6 millions) ; aujourd’hui il y a 12 millions de femmes pour 14 millions d’hommes dans la population active occupée. Plus instruites : depuis 1970 il y a plus de bachelières et de diplômées de l’enseignement supérieur que d’hommes. Plus libres par le contrôle de la procréation et une plus large autonomie en la matière. (…) Ce rééquilibrage est non seulement éthiquement souhaitable mais économiquement profitable. Les perspectives qu’il ouvre sont nombreuses et dynamisantes. (…) Mieux, les valeurs dites féminines – sans supposer que les valeurs aient un sexe, puisque bien heureusement elles peuvent être portées par les hommes – seraient génératrices d’efficacité dans la direction d’entreprise. Dans le contexte économique d’aujourd’hui (mondialisation, révolution de l’information, intensification de la concurrence, tertiarisation…) les entreprises ont besoin de flexibilité organisationnelle, de multiplier les échanges, de capacité de nouer des partenariats… Si le masculin est associé à l’autorité, aux réponses tranchées, à l’unilatéralisme, on comprend qu’il s’avère inadapté. Le rééquilibrage des rôles sociaux des femmes est l’une des évolutions les plus importantes de notre société
  • 8. Pensée globalisante versus pensée simplifiante dirait E. Morin ; connaissance transversale contre connaissance en « tuyau d’orgue » ; on comprendra que ces oppositions s‘accordent au passage d’une société industrielle, verticalisée, hiérarchisée à une société post industrielle, informationnelle où les organigrammes plats, l’interactivité, le partage des connaissances est prédominant. Avec le rééquilibrage des pôles masculin et féminin ce sont ainsi les styles de management qui sont démultipliés. Force est de constater que le contexte des années 2000 est plus favorable à la prééminence de ces nouvelles valeurs. (…) Le passage d’une société andocentriste – centrée sur les hommes – à une société qui intègre progressivement son pôle féminin a, on s’en doute, d’autres conséquences qu’économiques. Tout le processus de socialisation en est modifié . Plus largement cette réflexion débouche sur l’analyse du genre. Le concept de genre apparaît davantage comme une construction sociale que comme une catégorie naturelle ; revisité, il conduit à déconstruire la féminité comme catégorie naturelle et à socialiser l’opposition masculin/féminin. Il convient alors d’apprivoiser une acception plus large des genres, un continuum de genre ; à tout le moins d’admettre l’existence d’une frontière floue entre les êtres humains. Comprendre la complexité et la mobilité de nos identifications n’est pas le moindre défi de cette révolution silencieuse . Les valeurs et pratiques dites féminines seraient plus en phase avec les nouveaux modes de croissance et de direction des entreprises
  • 9. 3. Valeurs féminines pour construire un monde Le témoignage de Joël de Rosnay
  • 10. Les valeurs économiques ne sont pas les seules à contribuer à la construction du monde. Le rôle des valeurs humaines, morales, spirituelles est fondamental. Or, celles qui priment aujourd’hui opposent plus qu’elles ne réunissent. Pendant des millénaires, les hommes ont assuré leur survie grâce à la domestication de l’énergie solaire par l’agriculture. Cette étape de l’évolution des sociétés a favorisé des valeurs de nature symbiotique : complémentarité, équilibre, utilisation ménagée des ressources. La période de conquête économique et industrielle des derniers siècles , résultant de l’exploitation accélérée des combustibles fossiles, privilégie des valeurs masculines : compétition, conquête, domination, croissance. La transition que connaît désormais l’humanité - phase d’aménagement post-industrielle ou bio-écologique, société d’information et de communication, va nécessiter le retour à des valeurs féminines comme la solidarité, la complémentarité, l’équilibre, des valeurs analogues à celles qui prévalaient dans la période de survie de l’humanité. Il serait quelque peu réducteur d’opposer systématiquement les valeurs masculines aux valeurs féminines, mais il est intéressant de se placer dans le contexte de leur complémentarité.  Les composantes majeures du développement économique et social sont la compétition et la concurrence … elles sont insuffisantes pour construire la prochaine étape de l’évolution de l’humanité 
  • 11. Aujourd’hui, la crise de l’environnement, les dangereux pouvoirs de la biologie, les défis de l’éducation, font apparaître au premier plan l’influence de valeurs féminines dans le débat sur les grands enjeux de société. Cette montée des valeurs ne concerne pas le seul "féminisme" ou l’accession des femmes aux postes de responsabilité dans l’industrie et la politique, nécessaire rééquilibrage des pouvoirs, mais plutôt une nouvelle manière de voir le monde et d’agir sur lui, fondée sur la coopération plutôt que sur la compétition. Cette vision est désormais partagée par un nombre croissant d’hommes. Les hommes construisent leur domination sur la force, la raison, le pouvoir. Les femmes font plus volontiers appel à l’intuition, à la persuasion, à l’influence. La logique des uns s’oppose aux sentiments, à l’émotion, à la sensibilité des autres. (…) Mais la transition vers la société symbiotique fait appel à des concepts biologiques, écologiques, de communication, de transversalité et de réseaux ; elle fait découvrir la nécessité de nouvelles valeurs féminines. L’influence, croissante à l’échelle mondiale, de la réflexion et du rôle des femmes dans les grands enjeux du monde de demain en est la preuve (en matière de biologie, d’environnement, d’éducation, de santé).   L’action des femmes ouvre des voies alternatives vers des modèles symbiotiques
  • 12. 4. Vers un capitalisme féminin Le témoignage de Rafik Smati
  • 13. Et si la crise que traverse notre civilisation n’était-elle pas la crise de la masculinité ? Regardons tout d’abord les choses d’un point de vue biogénétique (…) Le chromosome Y tend à devenir de plus en plus petit avec le temps et à se vider de ses gênes, si bien que certains prédisent sa disparition pure et simple d’ici une dizaine de millions d’années. Parallèlement à cela, de nombreuses études font état d’une La concentration de spermato baisse spectaculaire de la fertilité masculine ces dernières années. zoïdes diminuerait de 3% par an en Europe. Sur ces 50 dernières années, leur concentration aurait baissé de 50% ! Tout se passe donc comme si la Nature voulait désormais se passer du sexe masculin. Et la survie de l’espèce me direz-vous ? Cette question est d’autant plus légitime que l’une des hypothèses avancée pour expliquer la disparition de l’Homme de Neandertal il y a 30000 ans est celle d’une défaillance de la fertilité masculine. Dans notre cas, la survie de l’espèce n’est à priori pas menacée car l’Homme a su créer, notamment grâce à sa science, des techniques de reproduction non sexuées qui fondamentalement n’impliquent pas la présence impérieuse d’un individu de sexe masculin pour assurer le renouvellement de l’espèce. Mais pourquoi donc la Nature aurait-elle intérêt à se passer du sexe masculin ?
  • 14. Quand les hommes incarnaient l’autorité à l’extérieur du foyer, les femmes exerçaient cette autorité à l’intérieur. Quand les hommes enseignaient à leur descendance l’art de la guerre, les femmes veillaient à la transmission du savoir. Au fond, tout se résume de la façon suivante : le risque est une valeur masculine, la prudence est une valeur féminine ; la conquête est l’apanage de l’homme, l’organisation est l’apanage de la femme. Pour se bâtir, notre modèle de civilisation a donc de fait nécessité une approche de type masculine basée sur la prise de risque, la conquête et la guerre. Et si la fin du modèle capitaliste que prédisent certains n’était-il pas plutôt la fin du modèle capitaliste masculin ? Un capitalisme féminin serait en effet assurément un capitalisme plus apaisé ; un capitalisme conscient de la limitation des ressources et de l’importance de l’éducation ; un capitalisme probablement moins ludique et plus prudent. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les traders de salles de marché sont dans leur quasi-totalité de sexe masculin. La crise financière que nous connaissons aurait-elle eu lieu si ces mêmes traders étaient des femmes ? Probablement pas. « La femme est l’avenir de l’homme », écrivit Louis Aragon. Plus que jamais cette maxime n’a autant fait figure de prophétie le modèle « masculin » a-t-il encore un sens ? Plus encore, n’est-il pas intrinsèquement dangereux pour la survie de l’espèce ? 
  • 15. 5. L’importance du principe féminin Le témoignage de swami nishchalananda saraswati
  • 16. En effet, si nous devons survivre et évoluer en tant qu'humains, ce qu'on appelle les aspects «masculins » que sont la compétition et la combativité, qui ont été utiles peut être parle passé dans la lutte contre les animaux pour survivre, ont maintenant besoin d'être équilibrés par les qualités «féminines » de coopération, de compassion, de bienveillance et d'amour. Ces qualités, qui bien sûr existent à la fois chez les hommes et les femmes, aideront à amener la paix et la stabilité dans la société. Ce sont ces qualités qui nous permettront de nous mettre en harmonie avec les dimensions spirituelles en nous-mêmes et dans les autres . Si la science et la qualité de la vie doivent vraiment évoluer, il faut que la science devienne plus bienveillante : il faut traiter la terre et tous les êtres comme faisant partie de nous-mêmes , et non pas comme quelque chose à piller, à violer et à dominer. En somme, la science va devoir devenir plus féminine et moins masculine. Il me revient l'esprit le souvenir de Buckminster Fuller, l'inventeur américain de génie. A trente deux ans, il était sans travail, sans argent, et il avait échoué dans les affaires. Il pensait au suicide. Mais il ne s'est pas suicidé : il a conclu un pacte avec lui même, décidant que dorénavant il ne ferait rien qui ne soit au bénéfice des autres. Il dédierait son travail à l'humanité. A partir de ce jour, il devint célèbre dans le monde entier et, au lieu d'avoir à poursuivre la richesse, il fut poursuivi par la richesse. Une bienveillance fondamentale pour les autres amène le succès et le contentement La dégradation de la société nous montre que quelque chose de plus est nécessaire pour que les êtres humains vivent une vie plus utile, plus joyeuse, en harmonie les uns avec les autres et avec les autres êtres
  • 17. La réceptivité sexuelle de la plupart des femelles de mammifères est sous le contrôle des ovaires ;sa fonction première est la reproduction. En fait, chez les femmes, la réceptivité sexuelle n'est pas entièrement déterminée par les cycles ovariens. En effet, sa fonction première, selon Prescott, n'est pas la reproduction mais le développement d'un attachement par des liens affectifs très proches. Une telle évolution ne semble pas s'être encore produite chez les hommes . Cette modification spectaculaire de la fonction de la sexualité, dit Prescott, finira par conduire à l'intégration du mental conscient et inconscient, et à une compréhension plus profonde de la nature spirituelle des espèces. Alors il semble que l'aspect féminin chez les femmes et chez les hommes devrait jouer un rôle essentiel dans le processus de l'évolution. De plus en plus, les hommes et les femmes deviennent plus complets, plus holistiques. En éveillant la « femme intérieure » le cerveau droit intuitif et en l'amenant à dialoguer avec le cerveau gauche logique, nous pouvons également devenir des êtres humains plus créatifs.   La recherche scientifique actuelle semble soutenir l'importance du " principe féminin
  • 18. 6. L’avenir économique appartient aux valeurs Le témoignage de Danièle Rousseau féminines
  • 19. L’économie, comme tout système vivant, est soumise à un cycle, au sein de cycles multiples qui se chevauchent et évoluent ensemble. Au cours du dernier cycle, la France a pu évoluer, grandir, puis profiter largement avec les Trente Glorieuses. Ce cycle est aujourd’hui en train de s’achever. Il est plus que temps de se demander quelles sont les idées qui germent, quels "inverseurs" vont permettre de redémarrer, comme l’ont fait à une époque les grands travaux d’Haussmann, la réforme de l’éducation par Jules Ferry et toutes les initiatives qui ont marqué le début de la III° République. On a dit que le XXI° siècle serait spirituel ou ne serait pas. Pour moi, il sera rond au lieu d’être carré, dans ce qui englobe plutôt que dans le tracé au cordeau, là où rien ne peut changer parce que les angles sont bien déterminés et définis. A partir du moment où on acceptera l’idée que la femme a une contribution à donner, je crois que cette contribution permettra aux hommes de se libérer d’un certain nombre de tabous et de limites sur leur développement émotionnel, sur l’expression de ce qu’ils ont de féminin en eux. L’energie féminine peut et doit apporter quelque chose : un autre regard sur la société et la possibilité, pour les hommes, de devenir eux mêmes
  • 20. La préoccupation et le respect de l’environnement, par exemple, sont des valeurs féminines. Les femmes y sont plus sensibles (…) Toujours cette différence entre Mars et Vénus, entre le chasseur et celle qui donne et préserve la vie. Aujourd’hui, les hommes ne savent plus où est leur place, ils se rendent compte des dégâts qu’ils causent en étant simplement tels qu’on a dit qu’ils devaient être . Nous sommes donc dans une phase où joue cet inverseur dont je parlais : les besoins et les regards basculent, l’humanité entre dans des modes de fonctionnement inconnus, émergents. (…) si on a un système où chacun a le pouvoir de faire ce qu’il doit, où les besoins de la base remontent jusqu’aux preneurs de décisions, et où ceux-ci agissent pour le bien de la base, tout le monde a de bonnes raisons pour travailler.  La femme peut féconder l’esprit des hommes dans un sens favorable à la vie
  • 21. La façon d’aborder les problèmes, l’avenir ou même le rapport aux autres, commence déjà à évoluer : on trouve maintenant des managers qui ont fini d’exercer leur gouaille machiste. La tendance est à la médiation, à la concertation et au partage. Ces valeurs ne sont pas uniquement féminines, mais les femmes ont eu tendance, à la place où elles étaient et avec leur nature "vénusienne", à les incarner. Cela ne signifie pas que toutes les incarnent, ni qu’elles en aient l’exclusivité. Certains hommes sont, par nature ou par choix, aussi ronds, aussi acquis à ces valeurs, et on connaît des femmes masculines jusqu’à la caricature » Dans une entreprise moyenne, comptant au maximum trois cents salariés, on n’a pas les moyens de faire autrement, car la vie de l’entreprise dépend de la motivation des hommes. Celle-ci ne s’obtient pas seulement par de l’argent, mais par le regard que l’on porte sur eux, par la prise en compte de leur créativité et grâce au sens qu’ils peuvent mettre dans ce qu’ils accomplissent. La preuve, c’est que les gens travaillent sans compter dans les associations. C’est uniquement ça : comment je donne du sens à ce que je fais. Je crois qu’il faut considérer, un peu comme les Compagnons du Devoir, que la fierté de l’être est de contribuer à une œuvre et, du coup, de donner du sens à sa vie. Pour avoir travaillé aussi bien en entreprise qu’au sein d’associations, je pense que l’économie sociale est un phénomène à regarder de près, parce qu’il y a peut-être là les règles du jeu dont a besoin notre jeunesse, et donc le futur de notre économie. Peut-être serait-il temps de mettre en avant ceux qui, "créatifs culturels" convaincus dans la vie et non pas seulement devant la machine à café, créent et vivent dans leur entreprise en fonction des valeurs auxquelles ils adhèrent.  Comment je donne du sens à ce que je fais ? La fierté de l’être est de contribuer à une œuvre et, du coup, de donner du sens à sa vie
  • 22. 7. La féminisation de nos cultures Le témoignage de Thierry Verhelst
  • 23. Les valeurs dites « masculines », liées à la conquête, à un sur-moi dominateur, au goût du pouvoir, à l'agressivité, tout cela a conduit à un monde en difficulté et dont tous sont victimes, qu'ils soient femmes ou hommes. Il est donc important de laisser s'exprimer les composantes dites « féminines » de chacun : voilà l'alternative. La nouvelle culture sera « féminine » avec des valeurs d'intériorité, d'expression sincère de ses sentiments, de communication non-violente, de convivialité, de souci de reliance, de tendresse. « Les moteurs symboliques féminins sont la mise en relation, le refus de fragmenter, de cloisonner, de s'enferrer dans des pensées dichotomiques et hiérarchiques. Ainsi, par exemple, l'économie et l'écologie sont à penser ensemble, non séparément et encore moins en termes de la supériorité de l'économique sur l'écologique » affirma une militante écologiste européenne. Autres valeurs généralement attribuées au côté féminin de l'être humain : l'accueil, la réconciliation, la paix. On y ajoute souvent l'esprit intuitif, lié à l'hémisphère droit du cerveau : un esprit cordial et holiste qui complète ainsi la raison qui analyse et conceptualise. L'émergence des énergies « féminines » à l'échelle planétaire fait éclore de nouvelles manières d'être. Il y a lieu de laisser s'épanouir d'autres façons de penser et d'agir
  • 24. Gandhi le disait naguère : il existe un lien mystérieux entre le travail sur soi et le changement social, entre l'intériorité et l'extériorité. La plupart des participants au projet sont d'accord : « La haine, l'envie ou le désespoir que je laisse en mon cœur est mystérieusement complice d'un meurtre, d'une injustice ou d'une catastrophe naturelle qui se passent à des milliers de kilomètres, même concernant des gens que je n'ai jamais rencontré ». L'épanouissement de l'économie sociale peut constituer une des forces positives qui vient humaniser l'économie et sauvegarder les liens non-marchands entre les individus. L'économie sociale est peut-être une concrétisation dans le domaine économique de la « féminisation de la culture » dont il a été question. Elle se fonde non d'abord sur le capital et la motivation de profit maximal, mais sur les ressources humaines disponibles et le besoin de solidarité et de coopération. C'est pourquoi l'économiste chilien Luis Razeto l'appelle « l'économie avec facteur C » pour : convivialité, collaboration, coopération … Il s'agit de cette faculté « féminine » de re-lier, de ré-unir, d'associer. Cette faculté-là se distingue de la faculté « masculine » de séparer, entrer en compétition, de combattre et de vaincre. Le changement social et politique passe par le changement personnel. La spiritualité est politique. 
  • 25. 8. Vers l’alliance de nos intelligences créatrices Le témoignage de Monique Grande
  • 26. Nos sacro-saints désirs personnels ont certes supplanté habilement les besoins du groupe, fragilisant ainsi l’équilibre communautaire , mais réjouissons-nous, nous les femmes françaises ainsi que quelques sœurs voisines d’avoir la chance de faire partie de nations qui ont déjà conquis leur indépendance. La liberté que cela nous donne contribue à nous inclure à part entière dans ce grand mouvement humaniste qui annonce ce nouvel âge. Partout dans le monde, de nouvelles ardeurs insufflent ce grand élan du cœur. Un appel au changement communément s’exclame et se passionne pour quelque chose de plus ample et de plus vivant. De grandes causes se déploient déjà , chacune tissant à leur manière une lucidité nouvelle . La femme est soutenue par l’homme lorsqu’elle veut épouser ses forces agissantes, parce qu’ il lui montre le chemin actif qu’il a tracé depuis des millénaires . A son tour, l’homme cherche son féminin et la femme lui ouvre la voie. Elle l’initie parce qu’elle lui permet de toucher à la magnificence de son âme. Habiter leur pouvoir d’affirmation tout en incarnant la douceur de leurs sentiments permet ainsi aux hommes et aux femmes de triompher ensemble de leurs tendances égotiques et matérialistes. Nous sommes au début d’un nouvel âge où nous aimerions œuvrer ensemble, en nous donnant la main, en agissant au-delà de notre ego et de notre toute puissance.
  • 27. Pour créer une société de qualité, d’incontournables mutations nous invitent à changer de niveau. Nos incompréhensions ont généré de l’inconfort, nos batailles ont choqué nos confiances, nos séparations ont muré nos élans vers les personnes de l’autre sexe ; dans ce désert, le féminin et le masculin se cherchent, telles deux moitiés qui voudraient se ré harmoniser pour vivre ensemble différemment. Des hommes cherchent déjà à rencontrer ces sensibilités créatrices féminines. Des partenariats s'esquissent dans les relations hommes-femmes comme pour faire naître une nouvelle fécondité, avec comme nécessité le fait de sortir du pouvoir sur l’autre, de la division, de la soif d’individualisme, des vœux exclusifs de richesse matérielle. Parallèlement, la société ne semble guère se soucier du sens, elle se préoccupe avant tous des résultats , plus de ci, plus de çà, plus de croissance, plus de consommation. Un nouveau défi s’ouvre à nous. C’est une mission historique sans précédent qui interpelle chacune d’entre nous, là où nous en sommes, notamment lorsque nous jugeons notre créativité de trop étriquée, notre implication de trop timide, là où la planète déchirée pleure notre manque de présence. Une créativité plus ample nous attend, dans nos ventres, dans nos cœurs, dans notre esprit féminin et dans nos qualités masculines plus agissantes
  • 28. 9. 2012 ou le retour du féminin Le témoignage de Christine Page
  • 29. Des millions de personnes commencent à écouter leur propre guidance, laquelle leur conte une autre histoire. Par la perception intérieure ou l'intuition, ils se reconnectent à la pulsation du cœur de la Grande Mère et se souviennent que leur destinée dans cette existence est de semer la connaissance du nouveau monde [...]. Les anciens peuples savaient que ce temps viendrait et ils nous ont laissé des messages cryptés afin que nous les trouvions. Ils étaient cachés au sein des contes mythologiques, des anciennes chansons, de la poésie et des sites sacrés [...]. Aujourd'hui, nous observons un regain d'intérêt pour toutes choses sacrées et mystérieuses, le monde scientifique y compris leur dédiant des recherches sérieuses et de l'argent. Beaucoup de gens prennent actuellement conscience que certains dogmes enseignés pendant des siècles sont fondés sur un raisonnement biaisé
  • 30. En 2012, pour la première fois en presque 26 000 ans, notre Soleil sera exactement aligné sur le Centre galactique, offrant l'opportunité à l'humanité de participer à la création d'une nouvelle ère d'expansion de la conscience. Cet événement annonce une renaissance des qualités féminines divines de la Triple Déesse : l'intuition, la créativité sensible et le renouveau. Il s'agit de la fin d'un monde et du passage vers un autre, où les valeurs féminines et masculines sont enfin réconciliées. Il nous faudra comprendre et appliquer les lois des cycles, de l'ordonnancement du monde et nous réapproprier pour plus tard apprivoiser la nature duale de l'existence, afin de parvenir à l'épanouissement et l'accomplissement de soi
  • 31. Un rapport d’innovation Courts-Circuits , le cercle d’innovation 2.0 Une initiative de Pourquoi tu cours (l’agence des idées) : www.pourquoitucours.fr