Irep MéDias Think Out V2 à Lire[1]
 

Irep MéDias Think Out V2 à Lire[1]

on

  • 1,260 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,260
Views on SlideShare
1,259
Embed Views
1

Actions

Likes
1
Downloads
14
Comments
0

1 Embed 1

http://www.slideshare.net 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Irep MéDias Think Out V2 à Lire[1] Irep MéDias Think Out V2 à Lire[1] Presentation Transcript

  • Les médias à l’épreuve du web participatif Du contrat de lecture au contrat d’écriture ?
  • Sommaire  Objectifs et Méthodologie  Des contrats de lecture menacés  Des stratégies participatives en construction  Participation et lecture: un apport ambivalent  Participation et écriture: des pratiques inégales  Stratégies de valorisation: quelques pistes
  • Objectifs   Observer les pratiques participatives actuelles des sites de presse   Comprendre comment les internautes appréhendent le web participatif sur les sites de presse d’actualités, quels sont leurs comportements et leurs attitudes (en tant que lecteurs et/ou contributeurs)   Proposer des pistes d’optimisation View slide
  • Méthodologie   Analyse sémiotique d’un corpus de sites  Volet 1: étude des modalités d’intégration des outils et des contenus participatifs sur le Libération, Le Monde, Le Figaro, Les Echos site (stratégies éditoriales) 20minutes, métro  Volet 2: étude des contenus produits par L’express, Nouvel Obs, Courrier international les internautes   Etude qualitative auprès d’internautes   En tant que lecteur comment on • Tous lecteurs de la presse papier et consomme l‘information sur le web, comment web, gros consommateurs d’information on perçoit le participatif et d’Internet   En tant que contributeur est-ce qu’on a • Deux générations: un groupe de déjà participé, comment, pourquoi ? 20-25ans et un groupe de 30-40ans View slide
  • Introduction Des contrats de lecture menacés
  • Un sentiment de dilution de l’identité du titre Sur la forme: une Sur le fond: un rédactionnel « grammaire » moins lisible moins distinctif Des sujets plus triviaux Une perte de repères « sur le net on ressent moins la couleur du « l’image n’est pas la même sur internet ou journal, ça dilue, quand je vais sur le sur le papier, je suis sensible à la monde ou le figaro j’ai l’impression maquette, au format et je ne le retrouve d’avoir la même info » pas sur le net » La fin du système clos Des signatures moins présentes « On est propriétaire et décideur de son « on dirait que c’est pas les mêmes équipes, parcours de lecture, on va dans un c’est moins bien sur le net, on retrouve zapping au gré de nos envies et de nos pas les mêmes plumes » humeurs »
  • Un lectorat moins fidèle La diminution de la dimension La facilité d’accès disperse le affective facilite l’indifférence lectorat sur plusieurs sources relative à la marque Gratuité et concurrence Moins d’enjeux identitaires « je n’achèterai pas à la fois le Figaro, Le Monde « avec la presse papier, on affiche et Libé, mais sur le web je consulte les trois » l’appartenance à un groupe, alors que chez soi « on peut aller sur le figaro même si on est de sur le net on peut aller sur n’importe quoi, gauche alors qu’on l’achèterait pas » personne ne nous regarde » Un rapport plus « brut » et superficiel Méta-outils et redirections au contenu « J’utilise Google actualités, plus des recherches « le plaisir de lecture c’est pas dans le web, c’est de temps en temps, et je tombe sur des sites l’instantanéité » « Je cherche plutôt l’info brute différents, au hasard» « j’ai mon Netvibes et chaude, pour l’analyse approfondie je préfère le organisé par thèmes, je survole plein de papier » sources dont des blogs »
  • Il y a 23 ans, Eliseo Veron présentait le contrat de lecture comme une méthode Aujourd’hui, avec Internet permettant aux titres de presse  cette hyperconcurrence de positionner plus s’est radicalisée efficacement leurs produits mais les internautes dans un contexte médiatique perçoivent et recherchent hyperconcurrentiel. moins les propositions de valeur et le « lien imaginaire » spécifiques à chaque titre Le contrat de lecture ébranlé  Le participatif peut-il refonder un nouveau contrat en recréant un autre lien avec le public ?
  • Partie 1 Des stratégies en construction
  • Des mécanismes déjà « classiques » Le commentaire d’article Les « rubriques outils »
  • Des mises en œuvre plus ou moins avancées La participation est La participation est dépendante d’un stimuli libre et autonome par La participation éditorial étroit rapport à l’éditorial est un échange Elle est un « paratexte » Elle est un « texte » Elle est un « co-texte » Le titre et le public restent Le rapport au titre dans un rapport vertical s’horizontalise
  • Des mises en œuvre plus ou moins avancées La participation est La participation est dépendante d’un stimuli libre et autonome par La participation éditorial étroit rapport à l’éditorial est un échange Elle est un « paratexte » Elle est un « texte » Elle est un « co-texte » Le titre et le public restent Le rapport au titre dans un rapport vertical s’horizontalise
  • Des mises en scène plus ou moins explicites La une des lecteurs, participez, à vous la parole: une catégorisation claire par la rupture énonciative Opinions, rebonds, perspectives, idées et débats : une catégorisation moins directe par le « registre » du contenu
  • Des usages indéterminés et multiples Pour « réagir » mais aussi… Pour interpeller les lecteurs? Pour interpeller le journaliste? Pour interpeller les participants? Pour interpeller le titre? Deux logiques conversationnelles (verticale et horizontale) au sein d’un outil de réaction: confusion? « les gens prennent les commentaires pour des forums alors que l’outil est pas fait pour ça »
  • Une valorisation timide Niveau 1  Au niveau de la home, (7 sites sur 11) peu de mises en avant le nombre de commentaires associés aux articles Niveau 2 (5 sites sur 11) Blocs liens vers les outils rubriques Niveau 3 (20 Minutes) La colonne dédiée
  • Une valorisation timide  Au niveau de la home, peu de mises en avant  Au niveau de l’architecture du site, la participation n’est pas intégrée mais annexée à l’éditorial
  • Une valorisation timide  Au niveau de la home, peu de mises en avant   Cas de  Au niveau de proximité l’architecture du site, la maximale: les participation n’est pas commentaires en entier sous intégrée mais annexée à l’article (après l’éditorial coupure)  Au niveau des pages, l’éditorial et les contributions ne sont jamais mis en coprésence immédiate   Cas le plus courant: clic et page séparée
  • Une certaine mise à distance  Au niveau de la home, peu de mises en avant Une hiérarchisation spatiale  Au niveau de et donc symbolique qui l’architecture du site, la marque la rupture et tend participation n’est pas plus ou moins selon les cas intégrée mais annexée à à minimiser le participatif l’éditorial  Au niveau des pages, l’éditorial et les Distance entre le titre et les contributions ne sont jamais mis en coprésence contenus participatifs immédiate
  • Une distance renforcée par l’absence de dialogue avec le titre Pas de nouveau lien créé avec le public, si ce n’est par le passage Dans les contributions, le titre peut d’une relation dyadique à une être virtuellement allocutaire relation triadique ou délocuté, mais il n’est presque jamais interlocuteur il n’entre pas dans des tours de parole, il n’atteste même pas d’une simple lecture des contributions (sauf pour les Feedback blogs, dans une certaine mesure): il ne devient pas récepteur E/R E/R
  • Y’a-t-il un contrat d’écriture? L’absence de consignes claires et de dialogue mènent à un flottement. Deux perceptions: « sur Libé ou le Monde y’a pas « N’importe qui peut dire beaucoup de fautes, alors que n’importe quoi partout, pour sur les sites de sport c’est que moi les gens viennent chercher des insultes, les gens qui la confrontation, y’a des viennent ont une image du lecteurs du Figaro dans les site et une image de soi » commentaires du Monde » vs Le contrat de lecture « papier » Il n’y a pas de contrat. Les fonde implicitement un contrat espaces participatifs sont des d’écriture en continuité. espaces en rupture. Un « lien imaginaire » qui reste très flou
  • Nous sommes encore à la « préhistoire » du participatif. Les stratégies sont perfectibles et les internautes sont critiques « on a l’impression qu’ils le font parce qu’ils se sentent obligés mais qu’ils sont pas au point » Comprendre les enjeux pour le lecteur et le contributeur afin d’optimiser les dispositifs
  • Partie 2 Participation et lecture: un apport ambivalent
  • En surface, un impact perceptif positif Nombre de commentaires et attractivité des contenus •  Le nombre de commentaires, un repère fort dès la Une « Je vais regarder la notion de quantité des commentaires, c’est un indicateur » •  Un facteur de curiosité, de libido « on voit tant de commentaires ça donne tout de suite envie de lire » « ca attire la curiosité, du coup quand il y a zéro ou qu’il y a pas de bulles on a pas envie » Pour l’article lui-même Pour les réactions « si on voit mille commentaires « il y a débat autour de la ça gagne en crédibilité sur question, c’est un sujet l’article » chaud »
  • En surface, un impact perceptif positif Co-énonciation et image de la marque •  Un geste d’ouverture et d’adaptation au web, signes de modernité « le media donne une image d’ouverture, moi internaute je peux dire quelque chose » « c’est lié à l’esprit d’internet, la liberté » « une bonne adaptation au web, par rapport au papier on a quand même une plus value, on a pas juste collé les articles » •  Le ton humain des contributions, signe de proximité « les commentaires donnent plus d’affectif » « Création d’un lien immédiat même si il est virtuel »
  • En profondeur, un intérêt plus mitigé Chez les lecteurs, Des non-lecteurs un usage modéré rapport scolaire à l’information Une pratique plutôt occasionnelle « moi ce que je recherche c’est de l’info donc « une fois sur 10 » « une fois sur 5 » parfois les conversations dans tous les sens ça me dépasse un peu » Une lecture de survol « je regarde la première page pour voir» besoin de figures d’autorité, « je jette juste un œil sur les titres » l’amateur n’apporte rien au « le début et la fin pour la trame de la professionnel discussion » « ça m’intéresse pas ce que les gens pensent Sur certains sujets seulement mais le journaliste c’est celui qui est légitime , qui fait le tri » « il faut vraiment que le sujet m’intéresse, et qu’il soit un peu polémique, sur l’info brute c’est pas intéressant »
  • En profondeur, un intérêt plus mitigé Un regard critique sur la qualité des contributions « il y a le pire comme le meilleur » « La plupart du temps on s’ennuie assez vite » « c’est pas assez qualitatif, il peut même y avoir des spams » « on débarque c’est pas lisible, écrit en texto, c’est pas le plus bel écrin pour l’article… » Un simple accessoire de l’éditorial? •  Un accès qui passe par l’éditorial: on entre par l’article, puis on « dérive » sur les commentaires « c’est l’article qu’on cherche pas le commentaire » •  Un repère quantitatif, un baromètre, mais pas de lecteurs inconditionnels en profondeur
  • Un double imaginaire En majeur, le «café du commerce» En mineur, le « contre-pouvoir » La participation comme réaction subjective du tout La participation comme co-construction venant, tournant à la conversation gratuite: d’une information plus objective « défouloir », « psy gratuit » « chat géant » « ça s’engueule » « les gens qui postent sont pas ceux qui ont le point de vue le plus « apporter un plus par rapport à l’article » « des gens intéressant, ils ont juste envie de parler » qui corrigent » « pour pousser la réflexion plus loin » « un côté wiki , collaboration» Les espaces participatifs, des lieux de passage et de Un rapport (de force) plus présent au brassage qui ne reflètent pas le lectorat du titre journaliste et au titre « ça met en contact des gens qui ne se parleraient pas sinon, de droite et de gauche, genre le lecteur du figaro et du monde » « on s’aperçoit qu’il y a des choses que le journaliste a pas dit, c’est son point de vue, pas la vérité » « ça désacralise le journaliste » « le journal n’est plus tout Des contributions qui n’informent pas sur le sujet mais puissant par rapport à sa vision supérieure de sur les mentalités l’actualité » « j’en apprend plus sur ce que je pensent les gens que sur le débat lui- même » « comme un mini sondage, la sensation de capter tout de suite les opinions » « étudier le comportement des gens » Un spectacle divertissant « je m’amuse à regarder les types, j’ai envie de voir » « on rigole en lisant des âneries» « ça me mets de bonne humeur »
  • Deux attitudes Le lecteur veilleur Le lecteur voyeur ? Une posture idéaliste, « intra » Une posture cynique, « méta » plus présente chez les 30-40 ans majoritaire chez les 20-25ans  le participatif comme « à côté » ludique de  le participatif comme démocratisation de l’information, décalage, « second degré » l’expertise, prolongement de l’info   recherche des positions extrémistes et   recherche des développements élaborés des échanges agonistiques sur des sujets sur des sujets pointus (sciences…) polémiques (politique notamment)   lecture fractionnée, mécanisme   mécanisme d’engrenage à la de recherche et de tri ? lecture, importance du « fil » (effet feuilleton)
  • Des constats transversaux Motivation: le Frein: des difficultés de lecture lié à participatif comme l’ergonomie enrichissement  Pour les voyeurs, qui cherchent les potentiel discussions « système mal foutu avec le dernier commentaire en premier, pour la lecture de la « Même si c’est pas de conversation c’est pas pratique » qualité ça donne d’autres points de vue, ça permet de  Pour les critiques, qui cherchent des se positionner » informations « quand il y a 50 pages ça me « ça élargit, on aborde plus décourage il faudrait pouvoir faire remonter le de choses » meilleur, être moins pollué »
  • Les contributions sont un contenu secondaire, dans Le participatif ne lequel chacun trouve son modifie pas compte: certains les radicalement l’usage et ignorent, d’autres les lisent l’image du titre parce pour approfondir ou pour qu’il est perçu comme s’amuser accessoire par rapport à l’éditorial Pas de renouvellement réel du contrat de lecture L’étude de la réception indique que les titres ne proposent pas encore d’interprétation claire du participatif, qui reste comme extérieur, indépendant de la proposition de valeur
  • Partie 3 Participation et écriture: des pratiques inégales
  • Typologie des commentateurs Emotionnel Rapport à l’information réaction subjective sur le sujet, dérive par rapport à l’article. pas ou peu de interpellations et signes de interlocutions Posture énonciative synchronisation entre participants, avec les autres interventions participants, Dialogue Monologue répétées au fil de intervention la discussion unique, insulaire apport informatif sur l’article, discours argumenté et critique Rationnel
  • Typologie des commentateurs Emotionnel L’éditorialiste Le provocateur 1 2 Dialogue Monologue 4 3 Le correcteur Le collaborateur Rationnel
  • Typologie des commentateurs Emotionnel Le lecteur voyeur Dialogue Monologue Le lecteur critique Rationnel
  • Motivations Emotionnel Exprimer son opinion et son sentiment Produire de la réaction et de l’action Exutoire Divertissement Lien passionné au sujet Sans liens « pour le plaisir d’exciter tout le monde là « il faut que ça sorte » où ils savent que dans la vraie vie ils se feraient frapper! » Dialogue Evolution possible Monologue Rétablir la « vérité » Approfondir la réflexion Prétention à un statut journalistique S’inscrire dans une communauté Lien moral au titre Lien identitaire au titre « un érudit qui cherche la « quelqu’un d’engagé, avec un reconnaissance » vrai avis qu’il veut partager » Rationnel
  • Freins En surface, des freins pratiques lié au temps Barrière de l’inscription « ça filtre, on n’a pas envie de remplir des formulaires » « La flemme de me loguer » La peur de l’engrenage chronophage « C’est chronophage, on va voir s’il y a une réponse, répondre encore… » En profondeur, une pratique perçue comme peu valorisante Une projection sur le profil de collaborateur… …mais un sentiment de vanité de l’effort lié à l’absence de reconnaissance « de toute façon ça changera rien » « c’est pas fécond, pas de suite, ça débouche sur rien » « Je prendrais plus la parole si je pensais que ça mène à quelque chose » L’absence d’interlocuteurs Les contributions élaborées L’évanescence spatio- de qualité cannibalisées par les conversations temporelle « s’il y avait des experts avec qui « on peut passer demi heure à réfléchir pour « ça va s’arrêter et échanger ça m’intéresserait bien exprimer son point de vue mais en disparaître » mais pas juste des personnes fait ça sera pas lu, c’est les trucs courts lambdas » et stupides qu’on lit »
  • Un parcours d’initiation? Je survole les commentaires, ça m’amuse 100% Je regarde le Je lis les nombre de commentaires, commentaires ça m’intéresse « à force de regarder, c’est un peu l’engrenage, 10% ça titille… » J’écris mon premier Je produis commentaire régulièrement (monologue) du contenu Je m’intègre à une 1% communauté (dialogue)
  • Les comportements participatifs témoignent d’une diversité d’intentions et de relations au titre. Il n’y a pas Cette diversité réellement de prouve que le dynamique contrat d’écriture communautaire n’est pas clair Du contrat d’écriture au contrat de conversation? Au-delà de la liberté de « réagir », inscrire la participation dans une logique de partage, d’échange, favorable à l’auto-régulation et au sentiment de reconnaissance
  • Conclusion Stratégies de valorisation : quelques pistes
  • Au global, une participation mal définie Stratégies participatives Partie 1 Dispositifs hétérogènes et confus, valorisation timide Flottement sur l’interprétation des rôles Pas de statut pour le participant Participation et lecture Participation et écriture Partie 3 Partie 2  Comportements inégaux dont   Perception d’espaces accessoires, certains peuvent menacer l’intégrité en discontinuité avec le corps du titre éditoriale du titre   Faible prise au sérieux des contenus,  Freins à l’action liés au sentiment de valeur ajoutée ambivalente non reconnaissance
  • Au global, une participation mal définie Stratégies participatives Partie 1 Le risque d’un participatif comme prothèse Dispositifs hétérogènes et confus, valorisation timide technologique décontextualisée, dissociée de la Flottement sur l’interprétation des rôles Pas de statutmarque participant pour le Participation et lecture Participation et écriture Partie 3 Partie 2  Comportements inégaux dont   Perception d’espaces accessoires, certains peuvent menacer l’intégrité Des espaces et des publics qui en discontinuité avec le corps du titre échappent à tout contrat éditoriale du titre   Faible prise au sérieux des contenus,  Freins à l’action liés au sentiment de valeur ajoutée ambivalente non reconnaissance
  • Pour reconstituer un public Stratégies participatives Rendre la participation signifiante Clarifier les outils et les attentes Revaloriser les contributions et les contributeurs Participation et lecture Participation et écriture Identification Responsabilisation Participation plus aspirationnelle Sentiment de reconnaissance et Renforcement de l’identité du titre d’appartenance à une communauté
  • Clarifier les outils et les attentes: trois grandes postures Parler comme le titre Contribution, UGC créative Demain ? Aujourd’hui Parler avec le titre Parler chez le titre Conversation verticale Conversation horizontale avec les équipes entre lecteurs  Des postures, des outils et des contrats à différencier Toutes sont à conserver car elles correspondent à des attentes à la fois pour les contributeurs et les lecteurs. MAIS le fait qu’elles soient en cohabitation au sein des mêmes outils plus ou moins adaptés (et notamment le commentaire) réduit la satisfaction de tous
  • Postures non différenciées: danger
  • Exemple fictif d’outils différenciés A la Une Société Politique Economie Culture Les articles de la rédaction Les articles des abonnés Forums Blogs Best of Voir mon profil M’écrire Mes réponses à vos remarques Vos contributions Classer par date note membre Vos discussions > Voir les discussions > Discutez-en > contribuez
  • Revaloriser les contributions et les contributeurs: quel feedback? Feedback et écriture « Je prendrais plus la parole si je pensais que ça mène à quelque chose »   pour parler chez le titre: faciliter les échanges interindividuels Le système de commentaires en cascade de Libé
  • Revaloriser les contributions et les contributeurs: quel feedback? Feedback et écriture « Je prendrais plus la parole si je pensais que ça mène à quelque chose »   pour parler chez le titre: faciliter les échanges interindividuels Le réseau social du NYT
  • Revaloriser les contributions et les contributeurs: quel feedback? Feedback et écriture « Je prendrais plus la parole si je pensais que ça mène à quelque chose »   pour parler chez le titre: faciliter les échanges interindividuels   Pour parler comme le titre: une sélection éditoriale
  • Revaloriser les contributions et les contributeurs: quel feedback? Feedback et écriture « Je prendrais plus la parole si je pensais que ça mène à quelque chose »   pour parler chez le titre: faciliter les échanges interindividuels   Pour parler comme le titre: une lecture et une sélection éditoriale  Pour parler avec le titre: des interlocuteurs accessibles
  • Revaloriser les contributions et les contributeurs: quel feedback?  Boucler la boucle d’émission/réception
  • Revaloriser les contributions et les contributeurs: quelle synthèse? Synthèse et lecture « Il faudrait mieux organiser les contenus, souvent c’est décourageant » « il faudrait un label qualité » « on pourrait noter les meilleurs   Par des opérations de qualification commentaires, faire une hiérarchisation »
  • Revaloriser les contributions et les contributeurs: quelle synthèse? Synthèse et lecture « Il faudrait mieux organiser les contenus, souvent c’est décourageant » « on prend les choses pertinentes et on les associe officiellement à l’article »   Par des opérations de qualification « une logique de création de remontée à la fin »   Par des opérations de redistribution « un best of »
  • Revaloriser les contributions et les contributeurs: quelle synthèse? Synthèse et lecture « Il faudrait mieux organiser les contenus, souvent c’est décourageant »   Par des opérations de qualification   Par des opérations de redistribution   Vers la mise à disposition d’outils de traitement avancés « web 3.0 »
  • Vers de nouveaux contrats
  • Vers de nouveaux contrats Le traditionnel « contrat de lecture » qui fixe le lien imaginaire entre le titre émetteur et le public récepteur doit servir de base à des contrats de conversation  entre participants (parler chez)  entre participants et lecteurs (parler comme)  entre les participants et le titre (parler avec) Ces contrats de conversations, en définissant qui parle à qui et pourquoi, fonderont naturellement des contrats d’écriture en continuité et en renfort de l’identité du média-marque.