Le rôle de l'intimité dans la formation des adultes
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Le rôle de l'intimité dans la formation des adultes

on

  • 3,434 views

En relais aux exigences de notre époque, les programmes des formations professionnelles sur le thème de l’efficacité personnelle véhiculent un message de sommation à devenir soi, en incarnant ...

En relais aux exigences de notre époque, les programmes des formations professionnelles sur le thème de l’efficacité personnelle véhiculent un message de sommation à devenir soi, en incarnant l’image d’un être idéal alliant authenticité, autonomie et performance.

Ce travail consiste à explorer les modalités d’expression comportementale des participants face à cette injonction paradoxale. La première hypothèse émise dans ce mémoire induit la présence de l’injonction à être soi dans la formation étudiée. La seconde, pose l’intimité perçue par les participants comme un facteur favorisant leur attitude de loyauté face à ce même message injonctif.

Ancrée dans la sociologie autour de l’individu contemporain, cette étude a été menée selon une approche de type monographique et s’est construite autour du cadre théorique d’Albert Hirschman : Voice, Exit, Loyalty.

Les résultats obtenus valident les deux hypothèses et soulèvent la difficile question de l’éthique dans la manière de faciliter l’attitude de loyauté des participants et en particulier, de présenter l’enjeu du climat d’intimité. Ces résultats montrent également les limites pédagogiques de l’attitude de loyauté.

Statistics

Views

Total Views
3,434
Views on SlideShare
3,410
Embed Views
24

Actions

Likes
3
Downloads
46
Comments
0

3 Embeds 24

http://www.linkedin.com 19
https://www.linkedin.com 4
http://www.lmodules.com 1

Accessibility

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs LicenseCC Attribution-NonCommercial-NoDerivs LicenseCC Attribution-NonCommercial-NoDerivs License

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Le rôle de l'intimité dans la formation des adultes Le rôle de l'intimité dans la formation des adultes Document Transcript

  • Conservatoire  National  des  Arts  et  Métiers  (Crf)  –  Université  Paris  XIII  (Experice)  –     Université  Catholique  de  Louvain-­‐la-­‐neuve  (Girsef)  –  Université  de  Genève  (Form’Action)     Mémoire  Master  Européen  de  Recherche  :  Formation  des  Adultes   Auteur  :  Jean-­‐Philippe  Poupard   Titre  :   Le   rôle   de   l’intimité   dans   les   modalités   d’expression   comportementale   des   participants   face   à   l’injonction   à   être   soi   en   formation   des   adultes  :   cas   d’une   formation  aux  techniques  de  communication.   Directeur  de  recherche  :  Etienne  Bourgeois   Mémoire  soutenu  au  Cnam  à  Paris,  le  15  octobre  2009   Nombre  de  pages  :  94   Résumé  :     En  relais  aux  exigences  de  notre  époque,  les  programmes  des  formations  professionnelles  sur   le   thème   de   l’efficacité   personnelle   véhiculent   un   message   de   sommation   à   devenir   soi,   en   incarnant  l’image  d’un  être  idéal  alliant  authenticité,  autonomie  et  performance.     Ce   travail   consiste   à   explorer   les   modalités   d’expression   comportementale   des   participants   face   à   cette   injonction   paradoxale.   La   première   hypothèse   émise   dans   ce   mémoire   induit   la   présence   de   l’injonction   à   être   soi   dans   la   formation   étudiée.   La   seconde,   pose   l’intimité   perçue   par   les   participants   comme   un   facteur   favorisant   leur   attitude   de   loyauté   face   à   ce   même  message  injonctif.   Ancrée   dans   la   sociologie   autour   de   l’individu   contemporain,   cette   étude   a   été   menée   selon   une  approche  de  type  monographique  et  s’est  construite  autour  du  cadre  théorique  d’Albert   Hirschman  :  Voice,  Exit,  Loyalty.   Les   résultats   obtenus   valident   les   deux   hypothèses   et   soulèvent   la   difficile   question   de   l’éthique  dans  la  manière  de  faciliter  l’attitude  de  loyauté  des  participants  et  en  particulier,  de   présenter   l’enjeu   du   climat   d’intimité.   Ces   résultats   montrent   également   les   limites   pédagogiques  de  l’attitude  de  loyauté.         Mots   clés  :   Formation   Professionnelle,   Efficacité   personnelle,   Etre   soi,   Intimité,   Comportement,  Sociologie,  Hirschman,  Loyauté,  Manipulation,  Ethique   1    
  • Conservatoire  National  des  Arts  et  Métiers  (Crf)  –  Université  Paris  XIII  (Experice)  –     Université  Catholique  de  Louvain-­‐la-­‐neuve  (Girsef)  –  Université  de  Genève  (Form’Action)     Master  Européen  de  Recherche  :  Formation  des  Adultes             LE  ROLE  DE  L’INTIMITE  DANS  LES  MODALITES     D’EXPRESSION  COMPORTEMENTALE  DES  PARTICIPANTS  FACE     A  L’INJONCTION  A  ETRE  SOI  EN  FORMATION  DES  ADULTES  :   CAS  D’UNE  FORMATION  AUX  TECHNIQUES  DE     COMMUNICATION             Jean-­Philippe  Poupard         Sous  la  Direction  de   Etienne  Bourgeois         Septembre  2009   2    
  • TABLE  DES  MATIERES   TABLE  DES  MATIERES ...............................................................................................................................3   INTRODUCTION.............................................................................................................................................8   1.   Question  Personnelle.....................................................................................................................8   2.   Emergence  de  l’objet  de  recherche..........................................................................................9   3.   Questions  et  Hypothèses ........................................................................................................... 10   3.1   Questions .................................................................................................................................. 10   3.2   Hypothèses .............................................................................................................................. 10   4.   Structure  de  la  présentation  du  travail............................................................................... 10   Partie  1  :  PAYSAGE  THEORIQUE ......................................................................................................... 12   1.   Cadre  conceptuel .......................................................................................................................... 12   1.1   Sociologie  autour  de  l’individu  contemporain ......................................................... 12   1.1.1   Le  règne  de  la  compétition  et  de  la  réussite ..................................................... 12   1.1.2   Le  devoir  de  devenir  soi ............................................................................................ 14   1.1.3   Le  revers  de  la  médaille  et  ses  désillusions ...................................................... 16   1.2   Sociologie  autour  de  la  question  de  l’intimité .......................................................... 17   1.2.1   Le  devoir  d’intimité ..................................................................................................... 17   1.2.2   Les  limites  du  devoir  d’intimité ............................................................................. 19   2.   Cadre  étymologique .................................................................................................................... 20   2.1   Injonction  à  être  soi ............................................................................................................. 20   2.1.1   Injonction......................................................................................................................... 20   2.1.2   Etre  soi .............................................................................................................................. 21   2.1.3   Injonction  à  être  soi..................................................................................................... 22   2.2   Intimité ...................................................................................................................................... 22   3.   Cadre  théorique............................................................................................................................. 24   3    
  • 3.1   Théorie  d’Albert  O.  Hirschman  :  Exit,  Voice,  Loyalty............................................. 24   3.1.1   Introduction  à  la  théorie  d’Albert  O.  Hirschman ............................................ 24   3.1.2   Exit  :  La  défection ......................................................................................................... 25   3.1.3   Voice  :  La  prise  de  parole .......................................................................................... 25   3.1.4   Loyalty  :  La  loyauté...................................................................................................... 26   3.2   Motivations  du  choix  de  ce  cadre  théorique ............................................................. 27   3.2.1   Solidité  du  modèle  théorique.................................................................................. 27   3.2.2   Flexibilité  du  modèle  théorique............................................................................. 28   3.2.3   Antériorité   d’application   du   modèle   théorique   dans   le   champ   de   la   sociologie  autour  de  l’individu  contemporain................................................................ 28   Partie  2  :  DONNEES  EMPIRIQUES....................................................................................................... 30   1.   Méthodologie.................................................................................................................................. 30   1.1   Choix  méthodologique........................................................................................................ 30   1.2   Constitution  du  matériau .................................................................................................. 30   1.2.1   Choix  de  l’institution................................................................................................... 30   1.2.2   Choix  de  la  formation.................................................................................................. 32   1.2.3   Choix  des  sujets............................................................................................................. 32   1.3   Méthode  de  recueil  des  données.................................................................................... 33   1.4   Méthode  d’analyse  des  données..................................................................................... 34   1.4.1   Démarche  de  l’analyse................................................................................................ 34   1.4.2   Grilles  d’analyse ............................................................................................................ 35   1.4.2.1   Grille  pour  les  travaux  préliminaires .......................................................... 35   1.4.2.2   Grille  pour  le  travail  principal........................................................................ 35   2.   Présentations  des  résultats  préliminaires......................................................................... 38   2.1   Analyse  du  programme  de  formation .......................................................................... 38   2.1.1   Traces  d’injonction  à  être  autonome ................................................................... 38   4    
  • 2.1.2   Traces  d’injonction  à  être  authentique............................................................... 39   2.1.3   Traces  d’injonction  à  être  performant ................................................................ 40   2.1.4   Synthèse  de  l’analyse  du  programme  de  formation...................................... 41   2.2   Analyse  de  la  posture  autocritique  du  formateur................................................... 42   2.2.1   Traces  d’injonction  à  l’autonomie......................................................................... 42   2.2.2   Traces  d’injonction  à  l’authenticité ...................................................................... 43   2.2.3   Traces  d’injonction  à  la  performance .................................................................. 44   2.2.4   Synthèse  de  l’analyse  du  discours  autocritique  du  formateur ................. 45   2.3   Synthèse  des  résultats  préliminaires ........................................................................... 46   2.4   Conclusion  de  la  présentation  des  résultats  préliminaires ................................ 47   3.   Présentations  des  résultats...................................................................................................... 47   3.1   La  défection ............................................................................................................................. 48   3.1.1   Entretien  de  Claudia.................................................................................................... 48   3.1.2   Entretien  de  Bernard .................................................................................................. 50   3.1.3   Croisement  des  données  liées  à  la  défection.................................................... 52   3.1.3.1   Eléments  communs............................................................................................. 52   3.1.3.2   Eléments  complémentaires............................................................................. 53   3.1.3.3   Eléments  contradictoires ................................................................................. 54   3.2   La  prise  de  parole ................................................................................................................. 54   3.2.1   Entretien  de  Claudia.................................................................................................... 54   3.2.2   Entretien  de  Bernard .................................................................................................. 55   3.2.3   Croisement  des  données  liées  à  la  prise  de  parole ........................................ 56   3.2.3.1   Eléments  communs............................................................................................. 56   3.2.3.2   Eléments  complémentaires............................................................................. 56   3.2.3.3   Eléments  contradictoires ................................................................................. 56   3.3   La  Loyauté................................................................................................................................ 57   5    
  • 3.3.1   Entretien  de  Claudia.................................................................................................... 57   3.3.2   Entretien  de  Bernard .................................................................................................. 59   3.3.3   Croisement  des  données  liées  à  la  loyauté........................................................ 61   3.3.3.1   Eléments  communs............................................................................................. 61   3.3.3.2   Eléments  complémentaires............................................................................. 62   3.3.3.3   Eléments  contradictoires ................................................................................. 62   3.4   Synthèse  des  données ......................................................................................................... 62   3.4.1   La  défection..................................................................................................................... 63   3.4.2   La  prise  de  parole......................................................................................................... 63   3.4.3   La  loyauté......................................................................................................................... 64   3.4.4   Tableau  de  synthèse.................................................................................................... 64   3.5   Analyse  transversale  des  données  observées .......................................................... 68   3.5.1   Une  prise  de  parole  inexistante.............................................................................. 68   3.5.2   La  défection  à  défaut  de  prise  de  parole ............................................................ 70   3.5.3   La  loyauté  forcée  par  l’intimité .............................................................................. 70   3.6   Conclusion  de  la  présentation  des  résultats.............................................................. 73   Partie  3  :  DISCUSSIONS  DES  RESULTATS........................................................................................ 74   1.   Limites  du  travail.......................................................................................................................... 74   1.1   Taille  réduite  de  l’échantillon.......................................................................................... 74   1.2   Phénomène  de  désirabilité  sociale................................................................................ 75   2.   Critique  du  cadre  théorique..................................................................................................... 77   2.1   Une  prise  de  parole  absente............................................................................................. 77   2.2   Une  prise  de  parole  potentiellement  paradoxale.................................................... 77   2.3   Une  flexibilité  trop  grande ................................................................................................ 78   3.   Elargissement  du  cadre ............................................................................................................. 79   3.1   Conduites  manipulées......................................................................................................... 79   6    
  • 3.1.1   Automanipulation ........................................................................................................ 79   3.1.2   Automanipulation  accompagnée........................................................................... 81   3.2   Dissonance  cognitive........................................................................................................... 83   CONCLUSION................................................................................................................................................ 86   1.   Synthèse  du  Texte ........................................................................................................................ 86   2.   Perspectives.................................................................................................................................... 87   2.1   Perspectives  pour  les  pratiques ..................................................................................... 87   2.1.1   Intérêt  pédagogique  de  la  prise  de  parole......................................................... 87   2.1.2   Intérêt  déontologique  de  dévoiler  l’enjeu  de  l’intimité ............................... 88   2.2   Perspectives  pour  la  recherche....................................................................................... 88   2.2.1   Les  relations  entre  intimité  et  reconnaissance ............................................... 88   2.2.2   Les  effets  postformation  du  discours  injonctif  à  être  soi............................ 89   3.   Conclusion  finale........................................................................................................................... 90   BIBLIOGRAPHIE ......................................................................................................................................... 92   7    
  • INTRODUCTION   1. QUESTION  PERSONNELLE   Avant  même  de  débuter  ce  Master  Européen  de  Recherche  en  formation  des  adultes   au   CNAM,   je   cherchais   à   comprendre   pourquoi   les   formations   d’adultes   que   j’animais   en   entreprise   étaient   si   différentes   les   unes   des   autres.   Pourquoi   l’ambiance   était-­‐elle   parfois   si   bienveillante   et   d’autres   fois   difficile  ?   Pourquoi   avais-­‐je   le   sentiment   que   certains   groupes   s’immergeaient   complètement   dans   la   formation   et   que   d’autres   restaient  en  retenue  durant  toute  la  formation  ?  Certes,  chaque  groupe  est  différent  et   le  formateur  n’a  pas  toujours  une  qualité  d’animation  égale,  mais  tout  de  même,  n’y   avait-­‐il   pas   d’autres   pistes   d’explication  ?   Mon   sentiment   personnel   était   que   l’ambiance   instaurée   dès   les   premiers   instants   de   la   formation   influençait   notablement  son  succès.  Telle  était  la  teneur  de  mon  premier  questionnement.   En   parallèle,   j’ai   très   vite   compris   que   le   contenu   des   formations1   que   j’animais   mettait   en   avant   cela   même   qui   m’avait   fait   fuir   le   monde   de   l’entreprise   pour   privilégier  le  statut  d’indépendant  à  celui  de  salarié.  Devoir  être  toujours  au  sommet   de  sa  performance  !  Pour  qui  ?  Pourquoi  ?  Les  réponses  à  ces  questions  étaient  pour   moi   le   chemin   qui   menait   à   une   vaste   vallée   de   déceptions.   Aussi   avais-­‐je   appris   à   modeler  les  messages  de  ces  formations  pour  les  rendre,  autant  que  faire  se  peut,  plus   écologiques2  pour  chacun  des  participants.  Mais  tout  de  même,  dans  l’environnement   de   l’entreprise   dicté   par   la   compétition,   le   prérequis   de   l’autonomie,   de   la   responsabilisation,  de  la  performance  et  l’appel  à  devenir  un  bon  gestionnaire  de  soi-­ même   demeuraient.   Ainsi   émergeait   mon   second   questionnement  :   est-­‐ce   cela   que   les   participants   souhaitaient   entendre   dans   ce   type   de   formation  ?   Mais   alors,   n’y   avait-­‐il   pas  une  relation  dans  les  réponses  à  ces  deux  questionnements  ?                                                                                                                     1  La  plupart  des  formations  que  j’anime  traitent  de  la  communication  et  plus  largement  de  tout  ce  qui   concerne  l’efficacité  personnelle.  Exemples  de  titres  de  cours  :  Gestion  du  temps  et  des  priorités,  Savoir   négocier  efficacement,  Gestion  des  conflits,  Réussir  ses  présentations  orales.  Plus  d’informations  sont   disponibles   sur   le   contexte   et   le   périmètre   de   mon   activité   professionnelle   à   l’adresse   suivante  :   http://www.jeanphilippepoupard.com 2   Terme   emprunté   non   pas   au   lexique   du   Grenelle   de   l’environnement,   mais   à   celui   de   la   Programmation  Neuro-­‐Linguistique.  En  PNL,  un  objectif  écologique  induit  qu’il  préserve  les  équilibres   psychiques   de   l’individu   à   qui   il   s’adresse.   Une   approche   qui   consiste   à   définir   l’objectif   non   plus   en   terme  de  devoir  mais  de  désir  afin  de  réduire  les  freins  à  son  accomplissement.     8  
  • 2. EMERGENCE  DE  L’OBJET  DE  RECHERCHE   Les  questions  personnelles  qui  m’ont  conduit  à  suivre  cette  formation  au  CNAM  sont   le  socle  même  sur  lequel  s’est  construit  mon  objet  de  recherche.  La  construction  de   l’objet   de   recherche   a   commencé   à   prendre   forme   par   une   précision   du   message   inductif   que   je   sentais   commun   aux   formations   que   j’animais.   Au   cours   de   mes   lectures   scientifiques,   l’expression   injonction   à   être   soi   m’a   paru   résumer   parfaitement   ce   message   que   je   pressentais   paradoxal.   Dans   ces   mêmes   lectures,   j’avais   aussi   découvert   un   outil   d’intelligibilité   sur   les   comportements   types   face   à   une   insatisfaction  :   une   attitude   de   fuite,   la   défection  ;   une   attitude   de   rébellion,   la   prise   de   parole  ;   une   attitude   de   soumission,   la   loyauté3.   J’ai   donc   ensuite   cherché   à   comprendre  parmi  ces  trois  réactions  possibles,  celle  privilégiée  par  les  participants   qui  font  face  à  cette  injonction  à  être  soi.  Un  participant  pouvait-­‐il  réagir  à  l’injonction   à  être  soi  d’une  manière  différente  de  tel  autre  participant  ou  au  contraire,  pouvaient-­‐ ils   tous   réagir   de   la   même   manière  ?   Et   la   réaction   de   chacun   est-­‐elle   unique   et   stable   ou   contrastée   tout   au   long   de   la   formation  ?   Et   enfin,   pourquoi   les   participants   réagissaient-­‐ils  ainsi  ?  Mon  intuition  personnelle  me  guidait  vers  la  piste  de  l’intimité.   Quelle   pouvait   être   le   rôle   de   l’intimité   dans   ces   trois   types   de   réactions   possibles  ?   Telle   est   la   problématique   soulevée   par   cette   étude,   qui   est   donc   en   rapport   direct   avec  mon  champ  de  pratique  de  la  formation  des  adultes  en  entreprise.   Aussi,  l’objet  de  recherche  de  ce  mémoire  est  l’étude  de  l’intimité  dans  les  modalités   d’expression  comportementale  des  participants  face  à  l’injonction  à  être  soi  dans  les   formations   d’adultes.   Nous   limiterons   volontairement   le   périmètre   de   cette   étude   à   une   formation   en   particulier   issue   de   mon   champ   de   pratique   professionnel  dont   l’intitulé  est  le  suivant  :  Techniques  de  communication  -­‐  Collaborer  pour  obtenir  des   résultats.     A  partir  de  cet  objet  de  recherche  énoncé,  nous  pouvons  formuler  plusieurs  questions   et  hypothèses  de  recherche.                                                                                                                   3   Ce   très   cours   résumé   ne   traduit   pas   la   complexité   et   la   finesse   du   modèle   proposé   par   Albert   Hirschman.   Nous   détaillerons   plus   précisément   cet   outil   d’intelligibilité   dans   le   cadre   théorique   en   partie  1. 9    
  • 3. QUESTIONS  ET  HYPOTHESES   3.1 Q UESTIONS   Notre  objet  de  recherche  prend  pour  présupposé  qu’il  y  a  injonction  à  être  soi  dans   les   formations   considérées.   Ce   présupposé   est-­‐il   valide  ?   Voilà   la   première   question   qu’il   convient   de   nous   poser  :   y   a-­t-­il   injonction   à   être   soi   dans   la   formation   étudiée  ?   Pour   y   répondre,   nous   décortiquerons   le   sens   donné   à   cette   injonction   et   les  critères  qui  nous  permettront  de  la  reconnaître.   Si  injonction  à  être  soi  il  y  a,  alors  quelles  sont  les  réactions  possibles  des  participants   face  à  cette  injonction  ?  Quels  sont  les  critères  facilitant  telle  ou  telle  réaction  ?  Et  plus   précisément  :   quel   est   le   rôle   de   l’intimité   dans   les   modalités   d’expression   comportementale  des  participants  face  à  l’injonction  à  être  soi  ?  Si  nous  déplions   cette  question,  quelles  sont  tout  d’abord  les  modalités  d’expression  comportementale   possibles  ?   Leurs   pourtours   et   leurs   significations  ?   De   la   même   manière   que   nous   aurons  préalablement  défini  le  sens  de  l’injonction  à  être  soi,  que  revêt  un  mot  aussi   usité   que   l’intimité  ?   Et   enfin,   l’intimité   influence-­‐t-­‐elle   une   expression   comportementale  plus  qu’une  autre  ?     3.2 H YPOTHESES   Pour   répondre   à   ces   questions,   nous   proposons   de   vérifier   deux   hypothèses.   La   première  hypothèse  est  une  affirmation  de  la  présence  de  l’injonction  à  être  soi   dans   la   formation   étudiée.   Valider   cette   première   hypothèse   correspond   à   un   travail  préalable  à  la  formulation  de  la  seconde  hypothèse.     La   seconde   hypothèse   est   que   l’intimité   favorise   l’expression   comportementale   de  loyauté  des  participants  face  à  l’injonction  à  être  soi.     4. STRUCTURE  DE  LA  PRESENTATION  DU  TRAVAIL   Pour  vérifier  les  hypothèses  et  répondre  aux  questions  de  notre  objet  de  recherche,   nous  allons  suivre  le  déroulé  suivant  :     La   première   partie   de   ce   mémoire   présente   le   paysage   théorique   dans   lequel   nous   inscrivons  notre  recherche.  Aussi,  nous  reprendrons  tout  d’abord  les  grands  concepts   et  idées  de  la  sociologie  autour  de  l’individu  contemporain  et  de  la  notion  d’intimité   10    
  • sur  lesquels  notre  recherche  prend  pied.  Nous  préciserons  ensuite  la  signification  que   nous   donnons   au   terme   central   de   cette   recherche  :   l’injonction   à   être   soi.   Nous   éclairerons   aussi   la   signification   de   ce   que   nous   appelons   l’intimité.   Nous   finirons   cette   première   partie   en   présentant   le   cadre   théorique   que   nous   utiliserons   pour   mener   notre   travail   d’analyse   et   qui   nous   permettra   notamment   d’explorer   les   différentes   modalités   d’expression   comportementale   des   participants   face   à   l’injonction.     La   seconde   partie   de   ce   mémoire   présente   les   données   empiriques.   Nous   commencerons   par   préciser   la   méthodologie   adoptée   dans   cette   étude,   notamment   les   motivations   pour   le   choix   d’une   approche   de   type   monographique.   Nous   détaillerons  également  la  méthodologie  de  constitution  du  matériau  et  les  méthodes   de   recueil   et   d’analyse   des   données.   Suite   à   cela,   nous   présenterons   les   résultats   préliminaires,   répondant   à   la   première   question   de   recherche,   traitant   de   la   présence   ou   non   de   l’injonction   à   être   soi   dans   la   formation   choisie.   Une   fois   l’hypothèse   correspondante   validée,   nous   présenterons   les   résultats   d’analyse   des   entretiens,   répondant   à   la   question   principale   de   ce   mémoire  :   dans   quelle   mesure   l’intimité   influence-­‐t-­‐elle   les   modalités   d’expression   comportementale   des   participants   face   à   l’injonction  à  être  soi  ?  Chacune  des  deux  présentations  de  résultats  fera  l’objet  d’un   tableau  de  synthèse  et  d’une  conclusion.   La   troisième   partie   consistera   à   discuter   les   résultats   obtenus.   Nous   montrerons   d’une  part,  les  limites  du  travail  et  tenterons  d’autre  part,  de  poser  un  regard  critique   sur  le  cadre  théorique  choisi.  Nous  en  proposerons  enfin  des  pistes  d’élargissement.   Pour   conclure   ce   mémoire,   nous   ferons   une   synthèse   du   travail   de   recherche   mené   puis   en   proposerons   des   perspectives   tant   dans   le   domaine   des   pratiques   que   dans   celui  de  la  recherche.  Ce  mémoire  se  terminera  par  une  conclusion  personnelle.   11    
  • PARTIE  1  :  PAYSAGE  THEORIQUE         1. CADRE  CONCEPTUEL   Nous   inscrivons   cette   étude   dans   un   cadre   conceptuel   principalement   ancré   dans   la   sociologie4.   Nous   nous   inspirons   en   particulier   des   études   et   réflexions   liées   à   la   question   de   l’individu   contemporain   et   des   paramètres   qui   mettent   en   tension   sa   construction  identitaire.         1.1 S OCIOLOGIE  AUTOUR  DE  L ’ INDIVIDU  CONTEMPORAIN   Nous   distinguerons   volontairement   trois   axes,   fortement   inspirés   de   la   trilogie   d’Alain  Ehrenberg5  :  le  règne  de  la  compétition  et  de  la  réussite,  le  devoir  de  devenir   soi,  les  revers  de  la  médaille  et  ses  désillusions.   1.1.1 Le   r ègne   d e   l a   c ompétition   e t   d e   l a   r éussite   Beaucoup   de   sociologues   et   d’études   transdisciplinaires   ont   traité   des   changements   sociaux  qui  ont  modelé  l’homme  moderne.  Nous  nous  référerons  à  plusieurs  d’entre   eux,   notamment   le   professeur   émérite   Clare   Graves.   Il   a   su   mettre   à   la   portée   de   chacun   une   grille   de   compréhension   de   ces   transformations.   Selon   son   modèle   théorique   ECLET6,     nos   sociétés   se   construisent   en   appui   sur   des   systèmes   de   valeurs   profondes.   Ces   systèmes   de   valeur7   seraient   la   conséquence   de   l’évolution   de   notre   environnement  et  de  nos  conditions  de  vie.  Ainsi  pendant  fort  longtemps,  nos  sociétés   occidentales  ont  été  régies  par  une  loi  absolue  sous  l’égide  d’un  empire  idéologique,                                                                                                                   4   Au   cours   de   ce   mémoire,   nous   nous   permettrons   toutefois   de   faire   quelques   liens   avec   la   psychologie   sociale   (branche   commune   aux   disciplines   de   la   sociologie   et   de   la   psychologie),   les   sciences   de   l’éducation  et  l’économie. 5  Trois  ouvrages  qui  portent  les  titres  suivants  :  Le  culte  de  la  performance  (1991),  L’individu  incertain   (1996)  et  La  fatigue  d’être  soi  (2000).  Voir  bibliographie  pour  références  complètes. 6  ECLET  :  Emergent  Cyclical  Levels  of  Existence.  La  principale  publication  de  Graves  sur  ce  modèle  est   paru   dans   la   Harward   Business   Review   en   1966.   Depuis,   il   a   été   édité   à   titre   posthume   en   2002   et   2005.   Don   Beck   et   Christopher   Cowan   (1996)   ont   repris,   enrichis   et   renommé   ce   modèle   Spirale   Dynamique,  l’appellation  aujourd’hui  la  plus  communément  retenue.  On  retrouve  aussi  des  traces  de   cette  théorie  dans  l’ouvrage  La  stratégie  du  dauphin  (1989  et  traduit  en  français  en  1994)  rédigé  par   Dudley  Lynch,  un  élève  de  Graves,  dont  il  s’est  fortement  inspiré.   7  Ces  systèmes  de  valeur,  appelés  par  les  théoriciens  du  modèle   vmèmes,  ne  se  substituent  pas  les  uns   aux  autres,  mais  créent  une  holarchie  dont  sa  complexité  est  intégralement  corrélée  avec  la  complexité   croissante  de  notre  environnement  et  de  nos  conditions  de  vie. 12    
  • bureaucratique  ou  religieux.  Ce  règne  de  l’ordre  et  de  la  loi  comme  vérité  ultime,  vie   aux  rythmes  des  récompenses  et  des  punitions.  Amené  à  bout  de  souffle,  ce  système  a   montré   ses   failles   et   l’individu   s’est   rebellé,   pour   enfin   proclamer   haut   et   fort,   qu’il   existe,   que   sa   voie   compte   et   qu’il   peut   lui   aussi   influencer   le   cours   de   l’histoire8.   Richard   Sennett   le   proclame   tout   aussi   fortement  :   «  La   société   moderne   s’est   levée   contre   la   peur   et   la   répression9  »  ;   Alain   Ehrenberg   met   quant   à   lui   l’emphase   sur   l’issue   de   cette   rébellion   «  Nous   sommes   entrés   dans   l’âge   ...   où   n’importe   qui   doit   s’exposer   dans   l’action   personnelle   afin   de   produire   et   montrer   sa   propre   existence   au   lieu  de  se  reposer  sur  des  institutions  qui  agissent  à  sa  place  et  parlent  en  son  nom10  »  ;   et  Michela  Marzano  résume  parfaitement  bien  le  changement  de  paradigme  en  cours  :   «  Du  modèle  paternaliste,  selon  lequel  l’autorité  religieuse,  morale  ou  politique  pouvait   constamment  interférer  avec  la  liberté  des  individus  au  nom  du  Bien  ou  de  la  prévention   du  Mal,  nous  sommes  passés  à  un  modèle  individualiste,  selon  lequel  personne  ne  peut   mieux  que  l’individu  lui-­même  déterminer  sa  conception  du  Bien,  et  ce  qu’il  veut  ou  ne   veut  pas  faire.11  »     Ainsi   émerge   notre   société   moderne   où   l’austérité   s’est   transformée   en   désir   et   la   coercition  en  compréhension  possible  (Lipovetski,  1993).  Cette  société  individualiste   nous   délivre   du   joug   de   l’autorité   suprême   moralisatrice   et   nous   permet   enfin   de   vivre  libres  sans  contrainte  et  de  nous  développer  sans  limites  :  progrès  et  bonheur   deviennent  accessibles  à  quiconque  s’en  donne  la  peine.  L’heure  est  à  la  libération  et   à  l’émancipation.  Il  suffit  de  vouloir  et  d’agir.  Nous  rentrons  dans  l’ère  du  primat  de   l’identité  du  je  (Elias,  1987).   Ainsi  émerge  notre  capitalisme  moderne  où  la  loi  est  devenue  argent.  Expansion  sans   limites   de   nos   sociétés,   stimulées   par   la   concurrence,   la   compétition   et   la   consommation.   La   loi   du   toujours   plus   pour   plus   de   réussite,   d’argent   et   de   reconnaissance  a  remplacé  les  Écritures  saintes  de  la  loi  univoque.  Avec  ce  nouveau   leitmotiv,  c’est  l’évolution  des  ressources  matérielles  et  intellectuelles  de  chacun  qui                                                                                                                   8  Ceci  n’est  pas  sans  rappeler  notre  révolution  française  et  les  début  de  la  démocratie  ou  encore  plus   proche  de  nous,  les  événements  de  mai  68.   9  Richard  Sennett,  Les  tyrannies  de  l’intimité,  Paris,  Seuil,  1974,  p.16 10  Alain  Ehrenberg,  Le  culte  de  la  performance,  Paris,  Calmann-­‐Lévy,  1991,  p.279   11  Michela  Marzano,  Extension  du  domaine  de  la  manipulation,  Paris,  Grasset,  2008,  p.13   13    
  • devient  permise  et  accessible.  L’éducation,  les  revenus,  les  temps  libres  et  les  loisirs,   voici  les  premiers  résultats  les  plus  observables  de  notre  société  hédoniste.     Dans   cet   univers   toutefois   incertain   et   complexe   brille   la   nouvelle   bible   des   temps   modernes  :   le   plan   de   progrès12   ;   l’homme   y   est   mis   à   lourde   contribution.   Implication,   flexibilité   et   initiative   deviennent   les   maîtres   mots   de   ces   transformations   socioculturelles   d’après-­‐guerre.   L’homme,   le   cœur   vibrant   de   la   machine,   doit   suivre   le   rythme,   car   il   est   le   principe   même   de   légitimisation   du   système  (Honneth,  2006).  Devant,  la  multiplication  des  choix  possibles  qui  l’oblige  à   se   recentrer   sur   ses   intérêts   personnels,   il   n’a   d’autre   choix   que   d’aspirer   à   la   réalisation   individuelle   de   soi.   Sur   le   modèle   du   chef   d’entreprise,   emblème   de   l’efficacité   et   de   la   réussite   sociale,   l’individu   contemporain13   s’improvise   donc   entrepreneur   de   sa   vie   (Ehrenberg,   1991)   et   s’évertue   à   devenir   unique   et   paradoxalement  semblable  à  tous  les  autres  qui  comme  lui  s’impose  le  dur  labeur  de   l’invention  de  soi  (Kaufmann,  2004).  La  quête  de  soi-­même  a  commencé.     1.1.2 Le   d evoir   d e   d evenir   s oi   La   conquête   de   soi   est   devenue   notre   responsabilité   et   notre   devoir   de   chaque   instant.   Toujours   selon   Alain   Ehrenberg   (1991)  :   «  chaque   individu   doit,   dans   son   travail,  ses  loisirs  ou  sa  vie  affective,  conduire  sa  vie  comme  un  vrai  professionnel  de  sa   propre  performance.14  »  Christopher  Lasch  (1979)  va  plus  loin  encore,  concevant  que   ce  travail  permanent  de  la  réalisation  de  soi  contraint  l’individu  moderne,  ce  nouveau   Narcisse,  à  une  surveillance  anxieuse  de  soi.  Il  doit  sans  cesse  questionner  ses  choix   pour   s’assurer   d’une   relative   conformité   avec   l’identité   mouvante   qu’il   se   construit   et   le   sens   qu’il   veut   donner   à   sa   vie.   Dans   ce   processus,   la   volonté   individuelle15   toute                                                                                                                   12  Programme  de  développement,  plan  d’amélioration  continue,  projet  professionnel,  projet  de  vie  et   autre   démarche   de   développement  personnel,  voilà  quelques  autres  synonymes  habituels  au  plan  de   progrès. 13   Selon   les   auteurs,   l’individu   contemporain   (Marzano)   est   aussi   appelé   l’individu   moderne   (Kaufmann)   ou   encore   l’individu   hypermoderne   (Castel,   Aubert,   Gaulejac).   Nous   utiliserons   principalement   les   deux   premières   appellations.   Pour   Norbet   Elias,   les   sociologues   de   notre   époque   tendent   à   considérer   comme   allant   de   soi   que   la   notion   d’individu   exprime   surtout   le   primat   de   l’identité  du  Je.  Norbert  Elias,  La  société  des  individus,  Paris,  Fayard,  1991 14  Alain  Ehrenberg,  op.cit.,  p.16   15   Notons   aussi   que   la   volonté   individuelle   l’oblige   à   se   tourner   vers   lui-­‐même   et   par   voie   de   conséquence  à  un  isolement  croissant.  Il  est  seul  à  faire  face  à  l’incertitude  et  à  ses  inquiétudes. 14    
  • puissante,   érigée   par   notre   culture   narcissique   en   pilier   de   la   réussite   personnelle,   laisse  croire  à  l’individu  moderne  qu’il  peut  maîtriser  seul  le  fil  de  son  histoire.  Quand   Je  deviens  Dieu  ou  comme  l’exprime  Vincent  de  Gaulejac  :  «  le  sujet  lui-­même…  prend   la   place   de   Dieu   comme   créateur   de   son   existence.16  »   Ce   besoin   d’autoréalisation   privatise   l’existence   de   cet   individu   souverain.   Libre   de   choisir   sa   vie,   il   devient   l’unique  responsable  de  la  construction  de  son  destin  et  il  ne  peut  plus  compter  que   sur   lui   et   son   autonomie   pour   réussir.   Il   se   projette   alors   dans   la   conquête   d’un   soi   grandiose   au   parcours   ponctué   d’exploits   personnels.   L’individu   devient   alors   condamné   à   réussir   (Bonetti   et   de   Gaulejac,   1982).   Dans   cette   quête   éperdue,   l’indicateur   suprême   de   sa   réussite   se   prononce   bonheur  ;   ce   bien-­‐être   durable   cristallisé   par   toutes   les   aspirations   profondes   en   arrière-­‐plan   de   notre   quête   identitaire.  Vouloir  devenir  soi  pour  enfin  être  heureux,  tel  pourrait  être  le  credo  de   l’homme  moderne.     Pour   cela,   il   n’hésite   pas   à   s’investir   ou   plus   exactement   à   investir   sur   soi,   tel   un   capital   à   faire   fructifier.   Etudes,   examens,   projets,   loisirs,   actes   de   socialisation,   expériences  nouvelles  et  bien  sûr  le  travail  en  entreprise  et  sur  soi,  tels  sont  les  clés   de   voûte   de   son   édifice  :   «  Tout   le   monde   doit   se   développer,   se   former,   se   mobiliser   pour  trouver  une  place  et  la  conserver17  »  (de  Gaulejac,  2004).  L’individu  moderne  doit   alors   résoudre   un   problème   insoluble  :   «  se   couler   dans   des   moules   de   socialisations   conformes,   tout   en   affirmant   une   singularité   irréductible18  »   (Kaufmann,   2003).   Cette   exigence   sociale   le   conduit   dans   un   mouvement   d’ouverture,   qui   le   contraint   à   l’expérimentation   de   la   nouveauté   pour   se   construire   soi,   unique   et   incomparable.   Comme  le  souligne  Jean-­‐Claude  Kaufmann  (2004),  cette  invention  de  soi  est  là  encore   bien   paradoxale   avec   la   recherche   de   sens,   cette   fixation   de   soi   qui   permet   de   cristalliser  les  pourtours  mouvants  et  hésitants  de  l’individu  incertain.  Dans  l’absolu,   l’exigence  de  la  nouveauté  est  une  occasion  de  projeter  de  nouveaux  contours  à  son   propre   soi   afin   de   mieux   définir   ses   limites   qui   à   peine   fixées,   devront   de   nouveau   être   repoussées.   Cette   nouveauté   permanente   pousse   aussi   l’individu   à   se   rendre                                                                                                                   16  Vincent  de  Gaulejac,  Qui  est  «  je  »  ?  Paris,  Seuil,  2009,  p.198   17  Vincent  de  Gaulejac,  Le  sujet  manqué.  In  Aubert  Nicole,  L’individu  hypermoderne.  Ramonville,  Erès,   2006,  p.  135     18  Jean-­‐Claude  Kaufmann,  Tout  dire  de  soi,  tout  montrer,  Le  débat,  n°125,  2003   15    
  • visible,  vulnérable  et  le  contraint  d’autant  à  l’autonomie  (Ehrenberg,  1991)  et  in  fine   le  prépare  au  changement  permanent.  Pour  Cécile  Van  de  Velve  «  être  soi,  inventer  sa   vie,   se   construire   à   travers   de   multiples   expériences,   sont   autant   de   directions   qui   placent   l’individu   contemporain   dans   la   potentialité   permanente   d’un   nouveau   changement.19  »   Finalement,   cette   crise   identitaire   permanente   n’est   que   le   reflet   de   notre   société   où   règne   la   compétition,   l’abondance   des   relations   de   réseau,   l’incertitude  et  la  précarité  (Dubar,  2000).   Jean-­‐Claude   Kaufmann   (2004)   donne   un   éclairage   saisissant   de   ce   processus   de   construction   de   soi  :   «  l’identité   est   au   croisement   de   deux   processus  :   l’énergie   nécessaire   à   la   constitution   de   l’estime   de   soi   et   la   fixation   d’une   grille   cognitive   donnant  sens  à  la  vie.20  »  Mais  alors,  que  se  passe-­‐t-­‐il  quand  l’énergie  n’est  plus  là  ou   quand  il  n’y  a  plus  de  sens  à  donner  à  sa  vie21  ?  Voilà  le  trou  abyssal  qui  guette  chacun   de  nous,  épris  dans  cette  course  effrénée  de  la  création  de  soi.               1.1.3 Le   r evers   d e   l a   m édaille   e t   s es   d ésillusions   Dans   ce   travail   éreintant   de   la   construction   de   soi   où   les   paradoxes   sont   légions,   l’individu   contemporain   est   pris   dans   un   engrenage   d’exigences   et   d’attentes   croissantes  :  plus  il  prend  conscience  de  l’énorme  responsabilité  qu’il  porte  vis-­‐à-­‐vis   de  lui-­‐même,  plus  il  se  remet  en  question  et  remet  son  identité  en  question,  alors  plus   il   prend   conscience   de   l’instabilité   de   sa   construction   et   plus   il   redouble   d’énergie   pour   y   remédier.   Hanté   par   l’anxiété   d’être   soi   et   la   peur   d’échouer,   notre   individu   moderne  n’a  finalement  pas  tant  le  choix  qu’il  n’y  paraît.  Il  se  donne  corps  et  âme  à   l’édification  de  sa  vie  et  exacerbe  tous  les  mécanismes  à  sa  portée  pour  atteindre  un   hyperfonctionnement  de  soi.  D’autant  que  parallèlement,  l’environnement  s’accélère  ;   la   dictature   de   l’urgence,   le   culte   de   l’instantanéité   et   la   servitude   au   changement   permanent   battent   leur   plein   (Aubert,   2004).     Cette   société   flexible   projette   alors                                                                                                                   19  Cécile  Van  de  Velde,  Devenir  adulte.  Paris,  PUF,  2008,  p.2   20  Jean-­‐Claude  Kaufman,  L’invention  de  soi,  Paris,  Armand  Colin,  2004     21  Kaufmann  montre  également  que  «  le  paradoxe  d’une  vie  dominée  par  le  processus  identitaire  est   que   l’on   ne   sait   pas   qui   on   est   »   :   un   comble   pour   celui   qui   orchestre   minutieusement   son   parcours   pour  s’approcher  au  mieux  de  l’identité  à  laquelle  il  aspire.  Jean-­‐Claude  Kaufman,  op.cit.,  p.186       16    
  • l’individu  dans  une  errance  apathique  (Lipovetski,  1993)  où  «  le  désir  d’ascension  et  de   réussite  va  laisser  place  au  poison  de  l’envie22  »  (Haroche,  2004).   Pour   Alain   Ehrenberg   (1995),   ne   peuvent   subsister   au   final   que   deux   types   d’individus  :  le  conquérant  qui  réussit  et  le  souffrant  qui  échoue.  Robert  Castel  (1996)   les   appelle   individu   par   excès   et   individu   par   défaut.   Le   premier   est   maître   de   son   parcours,   hyperactif,   autosuffisant   et   jouissant   de   ses   ressources   et   de   ses   capacités   d’action.   Le   second   se   définit   par   le   manque   de   ressources   et   la   perte   d’autonomie,   d’adaptabilité,   de   performance   et   de   dynamisme   (Aubert,   2004).   Dans   tous   les   cas,   l’agonie   guette.   Le   stress,   le   burn-­‐out   ou   les   sentiments   de   tristesse,   d’impuissance,   d’insécurité   intérieure   et   l’asthénie   concourent   à   l’avènement   de   la   pathologie   des   temps  moderne  :  la  dépression23  (Ehrenberg,  1998).  Pour  conclure,  reprenons  ici  les   propos   de   Richard   Sennett  :   «  Le   moi   de   chaque   individu   est   devenu   son   principal   fardeau.   Se   connaître   soi-­même   est   devenu   un   but,   une   fin   en   soi24  ».   Un   fardeau   auprès   duquel  s’est  portée  en  secours  la  psychologie  moderne,  dont  un  des  principaux  axes   de  travail  consiste  à  se  dévoiler.     1.2 S OCIOLOGIE  AUTOUR  DE  LA  QUESTION  DE  L ’ INTIMITE   Dans   la   littérature   sociologique   contemporaine,   l’intimité   fait   l’objet   d’une   analyse   toute   particulière.   Nous   explorons   donc   ici   succinctement   deux   dimensions   de   l’intimité  :  le  devoir  d’intimité  dans  notre  société  contemporaine  et  ses  limites.   1.2.1 Le   d evoir   d ’intimité   Pour   Richard   Sennett   (1979),   le   devoir   de   dévoiler   son   intimité   et   de   rentrer   en   intimité   avec   autrui   est   devenu   une   quasi-­‐obligation   morale   de   notre   société   intimiste.   Ce   qui   était   préalablement   réservé   au   domaine   privé   est   devenu   petit   à   petit   objet   dévoilé   dans   le   domaine   public.   Ce   que   Claudine   Haroche   (2004)   traduit   par   un   effacement   crescendo   des   frontières   publiques,   privées,   intimes.   Pour   Alain   Ehrenberg,   l’intimité   devient   l’objet   d’attentions   croisées  :   «  L'espace   mystérieux   du                                                                                                                   22  Claudine  Haroche,  Manières  d’être,  manières  de  sentir  de  l‘individu  hypermoderne.  In  Nicole  Aubert,   op.  cit.   23   Ehrenberg   donne   plusieurs   statistiques   saisissantes   sur   cette   maladie,   notamment   celle-­‐ci  :   entre   1980  et  1990,  le  nombre  de  dépression  dans  l’hexagone  a  été  multiplié  par  deux.   24  Les  tyrannies  de  l’intimité,  op.  cit.,  p.12   17    
  • dedans   doit   aujourd'hui   faire   l'objet   d'une   sensation   pour   soi   et   d'une   visibilité   pour   l'autre.25  »   Rentrer   en   intimité   avec   autrui   délie   les   langues   et   tend   à   autoalimenter   la   dynamique  du  partage  d’intimité26.  D’ailleurs  pour  Serge  Tisseron  (2001),  l’extimité,   c’est-­‐à-­‐dire   l’expression   de   son   soi   intime,   est   au   service   de   la   création   d’une   intimité   plus   riche   avec   les   autres   et   avec   soi,   car   se   dévoiler   à   l’autre   est   aussi   le   plus   sûr   moyen   de   se   dévoiler   à   soi.   Pour   Henri-­‐Pierre   Jeudy   (2007),   «  l’acte   de   se   dévoiler   produirait   un   effet   d’altérité,   pour   moi   comme   pour   l’autre.27  »   En   effet,   comme   cet   auteur   ajoute  :   «  Ne   suis-­je   pas   surpris   chaque   fois   que   je   dis   à   l’autre   quelque   chose   d’intime,  de  découvrir  dans  la  manière  même  de  le  dire,  un  effet  d’étrangeté  comme  si  je   me   découvrais   moi-­même  ?28  »   Par   conséquent,   être   en   intimité   avec   l’autre   procure   non   seulement   l’intensité   émotionnelle   que   provoque   la   découverte   potentielle   d’une   nouvelle  partie  de  soi,  mais  aussi  permet  de  recevoir  le  regard  de  l’autre  sur  son  soi   authentique  dévoilé.     Il   paraît   opportun   de   rappeler   ici   la   description   du   mot   authentique   que   propose   Richard   Sennett   (1979).   Si   autrefois,   être   authentique   signifiait   être   fidèle   à   ses   origines   et   avoir   un   caractère   trempé   par   l’odeur   de   son   terroir,   il   en   est   tout   autrement   aujourd’hui.   Être   authentique   signifie   maintenant   être   capable   de   se   rendre   transparent,   dans   le   sens   d’entièrement   lisible.   Ses   pensées,   sa   personnalité,   ses  comportements,  sa  psyché,  son  histoire  de  vie  ne  devraient  plus  avoir  de  secrets   pour   autrui29.   Cet   espace   du   dedans,   du   secret   dévoilé   est   pour   Henri-­‐Pierre   Jeudy   (2007)   la   preuve   de   l’exhibitionnisme   débridé   de   l’Ego.   Ce   nouveau   narcisse   s’estimant  créateur  de  son  existence  est  à  l'affût  de  telles  expériences  d’intimité,  car                                                                                                                   25  Alain  Ehrenberg,  L’individu  incertain,  Paris,  Calmann-­‐Lévy,  1995,  p.303   26  Comme  nous  le  rappelle  Anne  Cauquelin  :  «  Plus  il  y  a  d’intimistes,  plus  il  y  a  d’intimité  »,  L’exposition   de  soi,  Paris,  Eshel,  2004,  p.51   27  Henry-­‐Pierre  Jeudy,  L’absence  d‘intimité,  Belval,  Circé,  2007,  p.36   28  Citation  très  proche  de  ce  qu’exprime  le  poète  Henri  Michaux  à  sa  manière  «  un  centre  de  moi-­‐même   si   intérieur   que   je   l’ignorais  »   (L’en-­‐dedans   –   en   dehors  :   Michaux,   Wittgenstein   et   le   mythe   d’une   certaine  intériorité,  In  Henri  Michaux  ,  Le  corps  de  la  pensée,  Tours,  Farrago,  2002)     29   Donnons   ici   trois   exemples   de   travaux   sur   cette   question.   Dans   son   ouvrage   cité   ci-­‐dessus,   Anne   Cauquelin   (op.cit.)   étudie   la   mode   des   webcams   qui   s’invitent   dans   l’intimité   de   gens   ordinaires   ou   encore   la   résurgence   des   journaux   intimes.   Christine   Delory-­‐Momberger   (Les   histoires   de   vie,   Paris,   Anthropos,   2004)   se   concentre   quant   à   elle   sur   la   question   des   histoires   de   vie,   l’écriture   de   soi,   qui   conduisent  parfois  à  des  projets  de  formations.  Et  enfin,  Serge  Tisseron  qui  dresse  une  analyse  critique   sur  une  célèbre  émission  de  reality  show  (op.  cit.).   18    
  • elles   l’aident   à   se   définir   profondément   et   à   se   sentir   dans   la   vérité30.   Justement   pour   Serge  Tisseron  (2005),  dévoiler  des  éléments  de  son  monde  intérieur  dont  la  valeur   est   incertaine   est   contraire   à   une   démarche   exhibitionniste,   qui   consiste   à   dévoiler   ce   qu’on  sait  pouvoir  séduire  ou  fasciner.  Montrer  son  intimité,  c’est  en  fait  le  plus  sûr   moyen  de  mieux  se  connaître  et  s’approprier  soi.   Toutefois,  ce  voile  de  transparence  levé  sur  son  intimité  traduit  la  volonté  de  paraître   authentique  et  de  rentrer  dans  le  rang  de  notre  société  intimiste  où,  comme  le  décrit   encore   Henri-­‐Pierre   Jeudy,   l’étalage   du   moi   est   devenu   une   pratique   tout   à   fait   ordinaire,  en  fait,  un  acte  de  socialisation  qui  cache  le  socle  du  désespoir  de  l’individu   contemporain  :   le   besoin   inassouvissable   de   reconnaissance   (Todorov,   1995).   Ce   dernier   auteur   poursuit   en   indiquant   que   :   «  La   reconnaissance   de   notre   être   et   la   confirmation   de   notre   valeur   sont   l'oxygène   de   l'existence.31  »   En   résumé,   le   jeu   de   l’intimité   avec   autrui   est   une   manière   de   se   reconnaître   mutuellement   et   de   fournir   une  intensité  et  une  énergie  émotionnelle  qui  exacerbent  le  sentiment  d’être  vu  tel  que   l’on  est  et  d’être  dans  la  vérité  de  soi.   1.2.2 Les   l imites   d u   d evoir   d ’intimité   L’auteur   le   plus   critique   sur   ce   devoir   d’intimité   est   sans   aucun   doute   Richard   Sennett.   Quasiment   chaque   fois   cité   dans   les   ouvrages   sociologiques   qui   traitent   de   notre   société   contemporaine,   sa   renommée   est   à   la   hauteur   de   sa   prise   de   position   déjà   explicite   dans   le   titre   de   son   ouvrage   phare   «  Les   tyrannies   de   l’intimité  ».   Il   y   met   brillamment   en   avant   les   dangers   d’une   société   intimiste.   Premièrement,   «  dans   une   telle   société,   il   est   tout   à   fait   normal   que   l’artifice   et   la   convention   paraissent   suspects.32  »  Aussi,  ceux  qui  désiraient  conserver  leur  image  publique  vierge  de  toutes   colorations  privées  deviennent  de  facto  les  résistants  du  diktat  tacite  d’un  processus   de   dévoilement   et   de   reconnaissance   mutuels.   Deuxièmement,   contrairement   aux   idées  préconçues,  le  contact  intime  réduit  la  sociabilité  :  «  les  êtres  humains  ont  besoin                                                                                                                   30  Bernard  et  Véronique  Cova  (L’hyperconsommateur,  entre  immersion  et  sécession.  In  Nicole  Aubert,   op.   cit.)   vont   plus   loin   en   reprenant   les   idées   de   Bernd   Schmitt   (1999)  :   «  vivre   des   expériences   intenses   et   positives   cristallisent   la   conscience   de   soi,   donnant   un   sens   et   une   perspective   à   la   vie,   conférant   une   conscience   de   sa   propre   mortalité,   réduisant   l'anxiété   et   améliorant   la   capacité   à   affronter  la  peur.  » 31  Tzvetan  Todorov,  La  vie  commune,  Paris,  Seuil,  1995,  p.119   32  Richard  Sennett,  op.cit.,  p.272   19    
  • de  se  trouver  protégés  des  autres  pour  être  sociables.  Augmentez  le  contact  intime,  vous   diminuez  la  sociabilité.33  »  Pour  étayer  cette  idée,  Henri-­‐Pierre  Jeudy  (2007)  parle  de   la   crainte   de   la   violation   des   territoires   du   moi   où   le   simple   fait   de   se   dévoiler   peut   nous   amener   à   faire   émerger   l’inconscient   de   l’inconnu   en   soi.   Cette   potentielle   révélation  importune  génère  un  sentiment  d’insécurité,  qui  pour  Richard  Sennett  est   un   des   autres   dangers   de   l’intimité  :   elle   augmente   la   douleur   et   l’anxiété   du   sentir   individuel.   Willy  Pasini  (1991)  a  quant  à  lui  pousser  l’analyse  de  l’intimité  chez  l’individu  jusqu’à   en  montrer  ses  pathologies  extrêmes.  Parmi  celles-­‐ci,  nous  citerons  les  personnalités   borderline,   qui   confondent   réalité   externe   et   réalité   interne,   les   personnalités   perverses,  qui  confondent  intimité  et  promiscuité  et  la  pathologie  de  la  transparence   excessive   où   l’intimité   devient   rapidement   un   besoin   de   fusion.   Heureusement,   ces   cas  sont  rares,  mais  ils  le  deviennent  de  moins  en  moins.   2. CADRE  ETYMOLOGIQUE   L’étude  que  nous  proposons  dans  ce  mémoire  est  construite  autour  de  l’injonction  à   être   soi.   Découvrons   ce   que   revêt   sur   le   plan   étymologique   cette   énonciation   en   décortiquant  tout  d’abord  le  mot  injonction,  puis  en  précisant  ce  que  sous-­‐tend  être   soi   et   enfin,   en   résumant   le   sens   que   nous   donnerons   à   cette   expression   dans   son   entier.   Nous   donnerons   ensuite   une   définition   de   l’intimité,   expression   aussi   au   cœur   de  notre  objet  de  recherche.   2.1 I NJONCTION  A  ETRE  SOI   2.1.1 Injonction   Du   latin   injunctio,   l’injonction   désigne   dans   son   sens   originel   une   action   d’imposer   (une   charge).   En   dehors   de   certains   contextes   spécifiques34,   le   terme   injonction   est   le                                                                                                                   33  Ibidem,  p.24   34   Le   terme   injonction   est   notamment   employé   dans   le   domaine   juridique   où   il   peut   se   référer   à   plusieurs   notions.   Tout   d’abord,   dans   le   sens   où   le   juge   peut   à   la   requête   d’une   partie   enjoindre   à   l’autre  ou  à  un  tiers  de  produire  une  pièce  que  cette  personne  détient.  Il  peut  aussi  user  de  son  pouvoir   d’injonction   pour   assurer   la   police   de   l’audience.   Enfin,   «  l’injonction   de   faire  »   ou   «  l’injonction   de   payer  »   est   une   procédure   spéciale   permettant   le   recouvrement   de   créances   pécuniaires   liquides   et   exigibles   qui     s’applique   en   matière   civile   et   commerciale   dans   les   litiges   frontaliers.   (source  :   http://www.dictionnaire-­‐juridique.com) 20    
  • plus  communément  utilisé  dans  le  sens  de  «  sommation  à  ».  Cette  sommation  a  induit   toutefois  un  rapport  de  force.  Pour  reprendre  les  propos  de  Lionel  Bellenger  (2004),   c’est   même   le   rapport   de   force   qui   confère   la   possibilité   de   l’injonction.   L’auteur   ajoute  :  «  Elle  restreint  le  débat  en  rappelant  la  dépendance  (soumission  à  l’autorité)  au   regard  d’éléments  statutaires,  réglementaires  ou  contractuels.35  »     Pour   rebondir   sur   ces   derniers   mots   à   connotation   juridique,   dans   notre   étude   le   programme   de   formation   joue   le   rôle   de   contrat   et   le   formateur   de   procureur  :   son   rôle  consiste  à  faire  respecter  ce  contrat.       2.1.2 Etre   s oi   Etre  soi  ou  devenir  soi  ?  En  fait,  l’expression  que  nous  traitons  ici  est  plus  le  descriptif   d’un   processus   qu’un   état   fixe.   Comme   nous   avons   pu   commencer   à   le   voir   dans   le   chapitre   ci-­‐dessus   autour   de   la   sociologie   de   l’individu   contemporain,   être   soi   sous-­‐ tend  plusieurs  notions  ;  nous  retiendrons  trois  d’entre  elles.  Tout  d’abord,  devenir  soi   nécessite   une   autonomie   totale.   Pour   se   construire   soi,   encore   faut-­‐il   en   effet   être   libre  de  ses  actes  pour  être  libre  de  choisir  sa  vie  (Erhenberg,  1998).  Pouvoir  gérer  sa   vie  affective,  professionnelle,  comme  ses  ressources,  voilà  la  première  exigence  pour   être   soi.   Ensuite,   être   soi   c’est   être   authentique   avec   soi   et   les   autres.   Pour   reprendre   la   notion   d’intimité,   être   authentique   c’est   être   capable   de   dévoiler   son   espace   du   dedans36  à  l’autre  et  d’oser  faire  face  aux  risques  potentiels  d’une  telle  exposition  de   soi,   en   particulier   la   non-­‐réciprocité,   le   jugement   d’autrui   et   la   violation   de   ses   territoires   inconscients.   Cet   exercice   egocentrique   à   risque   est   aussi   un   moyen   d’affiner  sa  connaissane  de  soi  ;  il  s’agit  en  quelque  sorte  de  se  montrer  afin  de  mieux   se  comprendre.  Enfin,  être  soi  c’est  vouloir  s’inscrire  dans  une  démarche  de  progrès.   Certes,   progresser   est   devenu   une   exigence   sociale,   mais   l’herbe   reste   toujours   plus   verte  chez  le  voisin,  car  notre  soif  de  reconnaissance  et  de  sens  remet  sans  cesse  en   question  nos  acquis.  L’appel  à  la  réflexivité,  à  l’ouverture  et  à  l’adaptation,  forcé  par   l’environnement  sans  cesse  changeant  et  toujours  incertain,  est  contrebalancé  par  le   phénomène   de   fixation   de   soi,   qui   consiste   à   fixer   des   images   de   soi   pour   se   sécuriser   et   se   construire   soi   (Kaufmann,   2004).   Ce   mouvement   paradoxal   à   l’équilibre                                                                                                                   35  Lionel  Bellenger,  L’entretien  de  négociation,  Paris,  ESF,  2004     36  Expression  du  poète  Henri  Michaux,  rapportée  par  Henri-­‐Pierre  Jeudy,  op.  cit. 21    
  • improbable   contraint   l’individu   à   l’exigence   de   performance   de   soi  :   être   toujours   plus.     Pour   résumer,   la   littérature   sociologique   contemporaine   semble   considérer   qu’être   soi   équivaut   à   être   autonome,   authentique   et   performant37.   Elle   induit   en   dénominateur  commun  à  ces  trois  dimensions,  la  volonté  personnelle  :  je  veux  donc  je   peux  !38   2.1.3 Injonction   à   ê tre   s oi   Selon   les   auteurs,   l’expression   injonction   à   être   soi   est   traduite   de   différentes   manières.  Pour  Alain  Ehrenberg  (1991),  l’injonction  à  être  soi  se  résume  ainsi  :  «  Nous   sommes  désormais  sommés  de  devenir  les  entrepreneurs  de  nos  propres  vies.39  »  Vincent   de   Gaulejac   (2004)   l’exprime   autrement  :   «  Tout   le   monde   doit   se   développer,   se   former,  se  mobiliser  pour  trouver  une  place  et  la  conserver.40  »  Pour  notre  part,  dans  ce   mémoire,   nous   considérons   par   injonction   à   être   soi,   une   sommation   du   formateur   vers  les  participants  à  être  autonome,  authentique  et  performant.  Nous  préciserons  le   cas   échéant   à   laquelle   de   ces   trois   dimensions   nous   souhaitons   nous   référer,   par   exemple  l’injonction  à  être  soi  authentique.   Soulignons  ici  encore  une  fois  tout  le  paradoxe  d’une  injonction  à  être  soi.  Comment   être   vraiment   soi   si   on   répond   à   la   demande   d’autrui   de   l’être  ?   Dans   la   littérature   sociologique,   cette   injonction   est   un   parfait   exemple   d’injonction   paradoxale   dite   aussi  double  bind  (double  contrainte).   2.2 I NTIMITE   Dans   intimité,   il   y   a   intime   du   latin   intimus   qui   caractérise   ce   qui   est   le   plus   en   dedans,  le  fond  de41.  L’intimité  se  distingue  de  l’intime,  car  elle  dépend  beaucoup  plus                                                                                                                   37   Ces   trois   composantes   rendent   de   facto   une   quatrième   tacite  :   la   volonté.   Sans   volonté,   il   est   peut   probable   que   nous   puissions   rester   autonome,   authentique   et   performant.   Nous   qualifierons   cette   dernière   composante   comme   une   condition   préalable   à   la   démarche   de   se   construire   soi   dans   les   règles  de  l’art  de  notre  société  contemporaine.   38   Titre   du   récent   ouvrage   de   la   philosophe   et   psychanaliste   Elsa   Godart.   Je   veux   donc   je   peux  !   Eyrolles,   2009   39  Alain  Ehrenberg,  Le  culte  de  la  performance,  Calmann-­‐Lévy,  1991   40  Henri-­‐Pierre  Jeudy,  op.  cit.,  p.135   41  Intime  est  aussi  un  superlatif  d’intérieur.  Rappelé  par  Henri-­‐Pierre  Jeudy,  op.  cit.,  p.149   22    
  • des   convenances   et   représentations   sociales.   L’intimité   est   ce   que   l’on   ne   partage   pas   ou   seulement   avec   quelques   très   proches  :   la   sphère   privée.   Elle   est   aussi   ce   que   chacun   ignore   de   lui-­‐même  :   l’inconnu   de   soi   sur   soi   (Tisseron,   2005).   Pourtant   le   plus   souvent,  comme  nous  le  rappelle  Michela  Marzano  :  «  l’intimité  tend  à  échapper  à  ce   cloisonnement,  à  laisser  des  traces,  à  se  traduire  en  mots.42  »  Ces  facettes  cachées  de  soi   peuvent   être   dévoilées   avec   parcimonie   et   délicatesse   dans   une   relation   choisie   et   où   réciprocité  il  y  a,  mais  le  plus  souvent  elles  sont  livrées  à  autrui  à  son  insu.  Le  langage   non  verbal  jouant  souvent  ici  le  rôle  de  révélateur  de  ce  que  l’on  ignore  ou  ce  que  l’on   souhaiterait  garder  caché.     Dans   notre   langage   commun,   l’intime   évoque   plus   généralement   la   chaleur,   la   confiance  et  l’expression  ouverte  des  sentiments  (Sennett,  1979).  Dans  une  certaine   mesure   nous   pourrions   dire   que   si   confiance   il   y   a,   l’expression   ouverte   des   sentiments   et   la   chaleur,   parfois   aussi   exprimée   sous   le   vocable   d’écoute   empathique43,  produisent  le  sentiment  d’intimité.  Mais  nous  pourrions  tout  aussi  bien   dire   que   l’expression   ouverte   des   sentiments   et   la   chaleur   produisent   le   sentiment   d’intimité   qui   génère   la   confiance.   Ou   encore,   le   sentiment   d’intimité   génère   la   confiance   qui   facilite   l’expression   ouverte   des   sentiments   et   la   chaleur.   En   fait,   l’interaction   de   ces   différents   facteurs   est   complexe   et   ce   mémoire   ne   vise   pas   à   donner   une   vision   objective   de   ce   mécanisme   d’interaction44.   Nous   nous   limiterons   donc  à  qualifier  l’intimité  selon  le  langage  commun,  à  savoir  un  sentiment  développé   à   partir   d’une   part   du   niveau   de   confiance   que   l’on   accorde   à   chaque   individu   et   au   groupe,   d’autre   part   à   la   chaleur   humaine   perçue   dans   les   relations   dans   ce   même   groupe  et  enfin  à  la  facilité  que  l’on  éprouve  à  exprimer  ses  sentiments.                                                                                                                     42   Michela   Marzano,   L’intimité   à   l’épreuve   du   récit.   In   Ibrahim-­‐Lamrous   Lila,   Muller   Séveryne.   L’intimité,  Clermont-­‐Ferrand  :  Presses  Universitaires  Blaise  Pascal,  2005,  p.18   43   Nous   nous   référons   ici   aux   travaux   de   Carl   Rogers   (La   relation   d’aide   et   la   psychothérapie,   Paris,   ESF,   2008  -­‐  tradution  et  réédition  de  Counseling  and  Psychotherapy,  1942)   44  A   titre   d’exemple,   pour   Bernard   Eme   et   Jean-­‐Louis   Laville,   la   confiance   dans   les   personnes   «  implique   des   engagements   de   face   à   face   dans   des   rencontres   et   rapports   sociaux   fondés   sur   la   coprésence  ou  sont  recherché  les  marques  et  les  signes  de  fiabilités,  d’intégrité  ou  d’authenticité  par  la   mutualité,   la   réciprocité   ou   le   degré   d’intimité   partagé.  »   L’enjeu   de   la   confiance   dans   les   services   relationnels.   In   Romain   Laufer   et   Magali   Orillard,  La   confiance   en   question,   Paris,   L’Harmattan,   2000,   p.285   23    
  • 3. CADRE  THEORIQUE   Pour   mener   à   bien   notre   analyse,   conduite   dans   un   cadre   conceptuel   décrit   dans   le   premier  chapitre,  nous  nous  appuierons  sur  un  modèle  théorique  en  particulier.  Nous   avons   fait   le   choix   du   modèle   Exit,   Voice,   Loyalty   d’Albert   O.   Hirschman   dont   nous   allons   maintenant   présenter   les   grandes   caractéristiques   avant   d’exposer   les   motivations  qui  ont  conduit  à  choisir  ce  modèle.         3.1 T HEORIE  D ’A LBERT   O.  H IRSCHMAN  :  E XIT ,  V OICE ,  L OYALTY   3.1.1 Introduction   à   l a   t héorie   d ’Albert   O .   H irschman   Le   professeur   émérite   Albert   Otto   Hirschman   est   un   économiste   américain   dont   les   travaux  pluridisciplinaires  portent  autant  sur  l’économie,  les  sciences  politiques  ou  la   sociologie.   C’est   sans   doute   son   parcours   biographique   réactionnaire45   qui   l’a   conduit   naturellement   à   réfléchir   sur   les   stratégies   de   contre-­‐pouvoir   et   les   conditions   d’émergence   ou   de   non-­‐émergence   de   l’action   collective.   En   1970,   il   publie   son   ouvrage   le   plus   connu,   Exit,   Voice   and   Loyalty  :   Responses   to   decline   in   firms,   organizations,   and   states46.   Il   y   propose   un   modèle   théorique   où   les   individus,   les   consommateurs   dans   les   principaux   exemples   de   Hirschman,   ont   à   leur   disposition   trois   choix   lorsqu’ils   sont   mécontents   de   la   qualité   des   produits47  :   la   défection,   la   prise   de   parole   ou   la   loyauté.   Détaillons   ces   trois   réactions   possibles   en   respect   du   texte  original  réédité  en  1995  d’Albert  O.  Hirschman.                                                                                                                   45   Parmi   ses   états   d’armes,   précisons   que   Hirschman   adhéra   dès   16   ans   (1931)   aux   jeunesses   socialistes  du  Parti  Social  Démocrate  (SPD)  allemand  avec  lesquelles  il  s’opposera,  parfois  violemment,   aux  nazis.  En  1936,  il  part  en  Espagne  combattre  le  franquisme.  En  1938,  il  s’engage  dans  l’opposition   clandestine  à  Benito  Mussolini.  (source  :  http://fr.wikipedia.org)     46  Traduit  en  français  en  1972  sous  le  titre  Face  au  déclin  des  entreprises  et  des  institutions  (Paris,  Les   éditions   ouvrières   -­‐   Economie   et   Humanisme)   et   réédité   en   1995   sous   le   titre   Défection   et   prise   de   parole,  Paris,  Editions  Fayard,  1995.   47  Comme  le  précise  Hirschman,  les  champs  d’application  de  son  modèle  sont  toutefois  beaucoup  plus   vastes   que   juste   celui   de   l’économie.   Il   s’applique   notamment   très   bien   aux   jeux   de   force   dans   la   politique,  les  associations  volontaires,  les  syndicats,  les  groupes  spontanées,  le  mariage,  etc.   24    
  • 3.1.2 Exit   :   L a   d éfection   La   défection   exprime   le   retrait   du   consommateur   mécontent   de   la   qualité48   d’un   produit  par  l’annulation  de  son  achat  ou  son  départ  pour  la  concurrence.  La  défection   agit   comme   un   signal   d’alarme   où   la   possibilité   de   concurrence   joue   le   rôle   d’instrument  de  redressement  de  la  qualité  du  produit.  Pour  arriver  à  de  telles  fins,   l’élasticité  de  la  demande  doit  être  ni  trop  faible  ni  trop  grande.  Dans  le  premier  cas,   l’entreprise   n’aurait   aucun   moyen   de   percevoir   une   défaillance   de   la   qualité   de   son   produit   alors   que   dans   le   deuxième   cas,   l’entreprise   aurait   fait   faillite   avant   même   d’avoir   pu   percevoir   la   défaillance.   Une   élasticité   intermédiaire   signifie   que   la   clientèle  est  composée  de  clients  passifs  (lents  à  la  réaction)  et  actifs  (très  rapides  à   faire  défection).  Quoi  qu'il  en  soit,  tout  ceci  a  pour  conséquence  immédiate  d’amener   les   entreprises   rivales   à   s’arracher   les   unes   aux   autres   leur   clientèle   respective.   Le   cœur   de   l‘argumentation   de   Hirschman   consiste   justement   à   mettre   en   exergue   l’énorme  gaspillage  d’énergie  engendré  par  cette  course  à  la  conquête  de  clients49  et   la  manœuvre  de  diversion  que  cela  génère,  empêchant  les  consommateurs  de  militer   pour  obtenir  une  amélioration  des  produits  ou  les  entraînant  à  user  leurs  forces  dans   la  recherche  vaine  d’un  produit  idéal.             Toutefois,   reprenons   les   propos   de   Hirschman  :   «  la   propension   à   faire   défection   est   subordonnée  au  fait  que  les  clients  ont  la  possibilité  et  la  volonté  de  faire  entendre  leur   voix.  50»   Aussi,   la   possibilité   ou   la   volonté   de   prendre   la   parole   pour   exprimer   son   mécontentement  réduira  d’autant  la  propension  à  faire  défection.     3.1.3 Voice   :   L a   p rise   d e   p arole   Contrairement  à  la  défection,  qui  peut-­‐être  considérée  comme  une  réaction  de  fuite,   la  prise  de  parole  est  une  tentative  frontale  de  remédier  à  un  état  d'insatisfaction.  La                                                                                                                   48   Qualité   peut   aussi   être   remplacé   par   tout   autre   critère   qui   conduit   au   choix   d’un   produit  :   prix,   coût,   esthétique,  etc. 49   Nous   pouvons   élaborer   l’hypothèse   que   la   course   à   la   conquête   s’opéra   le   plus   souvent   au   travers   d’approches   marketing   plus   fines   et   rarement   par   un   changement   qualitatif   intrinsèque   au   produit.   Dans   ce   dernier   cas,   le   produit   sera   le   plus   souvent   mis   à   la   hauteur   de   la   qualité   perçue   du   produit   concurrent,  sans  forcément  la  dépasser,  ni  même  améliorer  réellement  la  qualité  objective  du  produit.   Pour  être  vérifiée,  cette  hypothèse  devrait  s’appuyer  sur  des  sources  plus  rigoureuses,  comme  Michel   Crozier   et   sa   théorie   sur   les   stratégies   des   acteurs   dans   les   dysfonctionnements   organisationnels   ou   encore  la  théorie  du  marketing  guerrier  de  Jack  Trout  et  Al  Ries.   50  Albert  Hirscham,  op.  cit.   25    
  • prise   de   parole   utilise   donc   la   manière   forte,   visible.   Comment  ?   En   mobilisant   l’opinion   publique,   en   faisant   appel   aux   instances   supérieures,   en   signant   des   pétitions,  etc.  Comparée  à  la  défection,  la  prise  de  parole  est  donc  coûteuse  en  terme   d’énergie   dépensée.   Son   efficacité   est   en   outre   conditionnée   à   l’influence   et   au   pouvoir  de  négociation  de  celui  qui  l’exerce.  L’impact  de  la  prise  de  parole  est  aussi   corrélé  au  nombre  de  voix  et  de  leurs  volumes,  qui  augmentent  avec  l’inélasticité  de   la   demande   ou   l’impossibilité   de   faire   défection.   D’ailleurs,   Hirschman   soulève   un   paradoxe   de   la   prise   de   parole  :   «  les   clients   qui   sont   les   plus   attentifs   à   la   qualité,   donc   ceux   qui   seraient   susceptibles   de   prendre   la   parole   avec   le   plus   de   vigueur   et   de   pertinence,  sont  ceux-­là  mêmes  qui  risquent  d'être  les  premiers  à  faire  défection  en  cas   de   défaillance.51  »   Enfin,   Hirschman   répertorie   quatre   populations   dans   les   actes   de   prise  de  parole  :  ceux  tout  d’abord  qui  estiment  avoir  les  moyens  de  «  faire  quelque   chose  »   et   ont   la   volonté   de   le   prouver  ;   ceux   qui   suivent   les   premiers   en   espérant   un   résultat   de   leurs   démarches  ;   ceux   qui   agissent   par   crainte   du   changement   (la   défection  peut  s’avérer  encore  plus  coûteuse  que  l’état  d’insatisfaction  déjà  vécu)  et   enfin  ceux  qui  agissent  par  loyauté  à  l’organisme  mis  en  cause.   3.1.4 Loyalty   :   L a   l oyauté 52   Fondamentalement,  une  personne  loyale  espère  que  le  bien  prévaudra  sur  le  mal  et   que   rien   ne   sert   de   s’agiter,   il   s’agit   d’abord   d’être   confiant.   En   ce   sens,   la   loyauté   repose   sur   des   critères   bien   moins   rationnels   que   ceux   déjà   présentés   ci-­‐dessus   pour   la   défection   ou   la   prise   de   parole.   Par   définition,   un   individu   loyal   est   fidèle   et   maintient   la   relation   plus   longtemps.   Il   retarde   donc   d’autant   sa   défection53   par   un   calcul   cette   fois-­‐ci   raisonné  :   être   loyal,   c’est   se   donner   la   possibilité   d’agir   de   l’intérieur   et   ne   plus   l’être,   c’est   prendre   le   risque   de   détériorer   plus   encore   la   situation   —   serait-­‐ce   bien54  ?   La   défection   devient   alors   une   menace   potentielle   qui                                                                                                                   51  Albert  Hirschman,  op.  cit..     52   La   traduction   française   de   loyalty   proposée   dans   l’ouvrage   de   Hirschman   est   loyalisme   ;   nous   préférons  utiliser  le  terme  loyauté.   53   D’ailleurs   Hirschman   précise   que   «  le   loyalisme   tire   son   importance   du   fait   qu'il   peut   (justement)   neutraliser  dans  une  certaine  mesure  la  tendance  à  faire  défection  qui  caractérise  les  consommateurs   les  plus  attentifs  à  la  qualité.  »  ibid.,  p.126 54  Ceci  n’est  pas  sans  rappeler  l’ordre  impérieux  et  idéologique  mentionné  en  début  de  présentation  du   cadre  conceptuel,  suivant  les  travaux  de  Clare  Graves. 26    
  • renforce   le   poids   de   négociation   de   l’individu   loyal   et   l’efficacité   de   sa   prise   de   parole   potentielle.   Néanmoins,   la   loyauté   est   pleinement   fonctionnelle   chaque   fois   que   la   prise  de  parole,  pour  être  efficace,  exige  un  gros  effort  de  créativité  dans  une  situation   où  la  défection  n’a  qu’un  effet  limité.   Compte   tenu   de   l’intérêt   de   la   fidélité   et   de   son   pouvoir   de   créativité   lié   à   sa   forte   implication,   une   organisation   tendra   naturellement   à   promouvoir   la   loyauté   de   ses   parties   prenantes.   Or   les   procédés   qui   visent   à   promouvoir   cette   loyauté   cachent   souvent  l’objectif  de  réprimer  à  la  fois  la  défection  et  la  prise  de  parole  notamment  en   pénalisant   la   défection   ou   encore   en   instaurant   des   droits   d’entrée   élevés.   Ce   sont   les   dangers  d’une  attitude  loyale  :  être  involontairement  et  inconsciemment  manipulé  et   peut-­‐être   finir   épuisé   face   à   une   situation   d’inefficacité   qui   perdure   sans   espoir   de   changement55.     3.2 M OTIVATIONS  DU  CHOIX  DE  CE  CADRE  THEORIQUE   Ce   cadre   théorique   peut   paraître   somme   toute   assez   éloigné   du   champ   de   la   formation  des  adultes.  Pourtant,  ce  cadre  offre  trois  principaux  intérêts  pour  analyser   l’objet  de  ce  mémoire  :  la  solidité,  la  flexibilité  et  l’antériorité  d’application  du  modèle   théorique.           3.2.1 Solidité   d u   m odèle   t héorique   Fruit  du  travail  de  recherche  d’un  éminent  économiste,  le  modèle  Exit,  Voice,  Loyalty   est   un   cadre   théorique   qui   a   fait   ses   preuves   et   dont   les   détracteurs   ne   sont   pas   encore  arrivés  à  leurs  fins56.  La  richesse  des  exemples  pluridisciplinaires  donnés  par   Hirschman   prouve   en   quelque   sorte   l’applicabilité   de   son   modèle.   D'ailleurs,   les   travaux   de   Hirschman   ont   suscité   de   très   nombreux   commentaires   et   études   tant                                                                                                                   55   Cette   dernière   hypothèse   est   proposée   par   Claire   Edey   Gamassou   à   l’issue   d’un   exemple   d’application   de   la   théorie   de   Hirschman   sur   les   mobilités   internes   des   fonctionnaires   territoriaux,   présenté  lors  du  séminaire  RECEMAP  sur  les  Grands  Auteurs  en  Management  Public  (juin,  2005). 56   Nous   pouvons   notamment   citer   l’article   de   Michael   Laver  :   Exit,   Voice,   and   Loyalty   revisited  :   The   Strategic   Production   and   Consumption   of   Public   and   Private   Goods   (British   Journal   of   Science,   vol.   6,   oct.   1976,   pp.463-­‐482),   qui   vise   notamment   à   revoir   les   postulats   sur   lesquels   s’est   basé   Hirschman   dans  la  construction  de  son  modèle  et  à  modifier  certaines  de  ses  conclusions. 27    
  • dans   les   sciences   économiques   que   politiques   ou   encore   de   gestion   et   lui   ont   fait   remporter  plusieurs  récompenses  prestigieuses57.       3.2.2 Flexibilité   d u   m odèle   t héorique   Pour   traiter   notre   objet,   il   semblait   difficile   d’opter   pour   un   cadre   trop   rigide,   notamment   pour   permettre   une   lecture   précise   des   différentes   subtilités   dans   les   réactions   des   participants   face   à   l’injonction   d’être   soi.   Le   modèle   de   Hirschman   offre   justement   tout   le   contraire  :   une   grande   flexibilité,   qui   permet   de   mesurer   avec   beaucoup   de   liberté   comment   les   participants   peuvent   s’inscrire   alternativement   dans   une   réaction   ou   son   contraire,   à   des   degrés   divers   et   en   les   accordant   à   leurs   manières.   C’est   d’ailleurs   semble-­‐t-­‐il   une   des   raisons   pour   laquelle   Jean-­‐Claude   Kaufmann  a  utilisée  ce  modèle  dans  son  ouvrage  L’invention  de  soi  —  une  théorie  de   l’identité  (2004)58.     3.2.3 Antériorité  d’application  du  modèle  théorique  dans  le  champ  de  la  sociologie   autour   d e   l ’individu   c ontemporain   Dans  sa  théorie  de  l’identité  (2004),  Jean-­‐Claude  Kaufman  tente  de  clarifier  le  concept   barbe   à   papa   de   l’identité   et   de   ce   qu’il   renferme.   Après   une   revue   historique   de   l’identité,  ses  contraintes  et  ses  constituants,  il  propose  trois  modalités  d’expression   identitaire,   qui   s’ajustent   parfaitement   bien   aux   modélisations   types   de   Hirschman.   Kaufmann   présente   ces   trois   modélisations   ainsi  :   Voice   «  se   caractérise   par   des   explosions   émotionnelles   pour   rétablir   l’estime   de   soi59  »  ;   Exit   «  montre   qu’il   est   possible  de  résister  au  processus  identitaire  ou  d’en  sortir60  »  ;  Loyalty  «  révèle  comment   l’association   aux   institutions   légitimes   offre   la   possibilité   d’introduire   la   réflexivité   dans   la  formation  de  l’identité.61  »                                                                                                                     57   Citons   notamment   le   prix   Talcott   Persons   de   l’académie   américaine   pour   les   sciences   sociales   en   1983,  le  prix  Toynbee  en  1998  et  la  médaille  Thomas  Jefferson.  (source  :  http://fr.wikipedia.org)     58  C’est  d’ailleurs  au  cours  de  la  lecture  de  cet  ouvrage,  que  j’ai  découvert  le  modèle  de  Hirschman. 59  Jean-­‐Claude  Kaufman,  op.  cit.,  p.204     60  Ibid.   61  Idem   28    
  • Concernant   cet   emprunt,   Kaufmann   rappelle   qu’«  un   terrain   d’enquête   ou   d’analyse   n’enferme   pas   toujours   les   concepts   qui   lui   sont   associés62  »   et   se   ravit   de   la   forme   d’hommage  qu’il  rend  à  ce  véritable  classique63.  Tout  en  conservant  à  l’esprit  que  ce   modèle  théorique  permet  «  d’aborder  avec  une  aisance  surprenante  des  terres  toujours   nouvelles.  64»   (Hirschman,   1995),   nous   userons   de   prudence   pour   oser   sa   transposition  dans  le  champ  des  sciences  de  l’éducation.                                                                                                                   62  Id.   63   Rappelons   que   Kaufmann   avait   déjà   utilisé   ce   modèle   dans   un   ouvrage   précédent  :   La   trame   conjugale.  Analyse  du  couple  par  son  linge,  Paris,  Nathan,  1992 64  Albert  Hirschman,  op.  cit.,  p.5   29    
  • PARTIE  2  :  DONNEES  EMPIRIQUES   1. METHODOLOGIE   Notre   méthodologie   sera   décrite   sous   quatre   axes.   Nous   aborderons   tout   d’abord   le   choix  méthodologique  général,  puis  nous  étudierons  l’approche  adoptée  pour  constituer   le   matériau,   et   nous   préciserons   les   méthodes   de   recueil   de   données   avant   de   nous   pencher  sur  la  description  de  notre  méthode  d’analyse  des  données.   1.1 C HOIX  METHODOLOGIQUE   Pour  mener  à  bien  ces  travaux,  j’ai  fait  le  choix  d’une  approche  de  type  monographique   et   donc   de   me   concentrer   sur   quelques   sujets.   En   effet,   le   problème   posé   met   en   évidence   le   besoin   de   creuser   finement   la   perception   que   se   font   les   participants   de   l’injonction.   Il   était   donc   à   priori   peu   pertinent   d’imaginer   passer   par   une   approche   ethnographique   en   explorant   une   large   population   et   en   se   concentrant   sur   des   comportements   observables.   Certainement   pas.   Par   contre,   il   semblait   sensé   de   se   concentrer  sur  quelques  personnes  et  creuser  leurs  réactions  en  formation  face  à  cette   injonction   à   être   soi.   Au-­‐delà   des   réactions,   ce   sont   aussi   les   déterminants   de   ces   réactions  qui  sont  recherchés  au  travers  d’une  telle  approche.   1.2 C ONSTITUTION  DU  MATERIAU   Choisir  un  champ  de  recherche  exige  plusieurs  étapes.  Pour  cette  étude,  il  a  fallu  dans  un   premier   temps   trouver   l’institution   appropriée,   puis   repérer   une   formation   adaptée   à   l’objet  de  recherche  et  enfin  choisir  les  sujets  à  étudier.  Nous  allons  détailler  ci-­‐dessous   les  motivations  de  chacun  de  ces  choix.     1.2.1 Choix   d e   l ’institution   Le  choix  de  l’institution  s’est  imposé  naturellement.  En  tant  que  formateur  indépendant,   j’interviens   pour   plusieurs   organismes   de   formation,   dont   la   société   International   Training  Solutions  (ITS)65.  Intervenant  de  manière  très  récurrente  chez  ce  client  depuis   maintenant  plus  de  cinq  ans  et  j’avais  pour  ainsi  dire  des  dispositions  facilitantes  pour                                                                                                                   65   Le   nom   et   les   données   de   la   société   ont   été   ici   délibérement   modifiés   dans   le   but   de   préserver   une   certaine  confidentialité  autour  de  l’organisme  de  formation.   30  
  • mener   mes   travaux   dans   de   bonnes   conditions.   J’avais   notamment   la   possibilité   d’assister   à   des   formations   en   tant   que   simple   stagiaire   et   ainsi   facilement   obtenir   la   copie  des  fiches  d’évaluations  des  participants.   Donnons   maintenant   quelques   informations   sur   la   société   International   Training   Solutions  (ITS).  Cette  institution  est  un  organisme  de  formation  anglosaxon,  qui  emploie   495   salariés   et   655   formateurs   indépendants   à   travers   ses   différentes   implantations   dans   le   monde,   dont   la   France.   Précisons   qu’un   formateur   est   systématiquement   un   intervenant   externe   à   ITS   et   donc   non   salarié   de   cette   même   maison.   Cet   organisme   propose  des  formations  sur  les  métiers  de  l’informatique  et  sur  le  management  au  sens   large,  avec  au  total  une  offre  de  cent  quinze  formations  en  informatique  et  quarante-­‐cinq   en  management.  Les  formations  ont  toutes  une  durée  comprise  entre  deux  et  cinq  jours.   Les  clients  sont  très  majoritairement  des  entreprises  du  tertiaire.     La   particularité   de   cet   organisme   vis-­‐à-­‐vis   de   ses   concurrents   réside   dans   la   standardisation   de   son   organisation   et   de   ses   processus.   En   effet,   les   objectifs   et   programmes  pédagogiques,  ainsi  que  les  supports  des  cours  sont  conçus  par  un  auteur   et  coauteur  le  plus  souvent  américains  ou  anglais,  puis  traduits  en  français  et  en  d’autres   langues.   Les   supports   pédagogiques   sont   donc   identiques,   comme   les   fiches   d’évaluations   qui   permettent   ensuite   une   analyse   rigoureuse   de   l’appréciation   des   participants  et  des  formateurs.  Toutes  les  salles  de  formation  d’ailleurs  sont  équipées  de   la   même   manière  :   classeur   de   cours,   bloc-­‐notes,   crayon,   porte-­‐prénom   et   même   une   tablette   informatique   équipée   d’un   logiciel   de   présentation   conçue   spécialement   pour   l’animation   des   cours   ITS.   La   standardisation   ne   s’arrête   pas   là  :   tous   les   catalogues,   principal  vecteur  commercial,  sont  rigoureusement  structurés  de  la  même  manière  d’un   pays   à   un   autre.   Les   programmes   de   formation,   les   objectifs   et   moyens   pédagogiques   proposés  sont  identiques66.                                                                                                                   66   Bien   que   cela   puisse   paraître   déplacé,   nous   avons   volontairement   précisé   ici   quelques   exemples   du   niveau  de  standardisation  chez  ITS.  En  effet,  dans  une  étude  menée  en  2008  sous  la  direction  de  Michel   Bonami   intitulée   «Sens   de   la   standardisation   des   supports   de   formation   dans   un   contexte   culturel   fluctuant   :   cas   de   l’organisation   International   Training   Solutions»,   j’avais   mis   en   évidence   au   travers   du   prisme   de   la   théorie   des   organisations   de   Henri   Mintzberg,   qu’une   telle   organisation   de   type   mécaniste   nécessitait   un   marché   simple   et   stable.   Or   tel   n’est   justement   pas   le   cas   de   la   formation   professionnelle   en   France  en  particulier.  Le  Dif,  la  réforme  de  la  formation  professionnelle,  la  pluralité  des  organismes  et  des   offres   de   formation,   l’exigence   des   clients,   etc.,   viennent   complexifier   le   marché   et   rendent   l’offre   standardisée  de  ITS  inadaptée  au  marché.  Dans  une  telle  configuration,  les  formateurs  sont  contraints  de   31  
  • 1.2.2 Choix   d e   l a   f ormation   Parmi  les  quarante-­‐cinq  formations  en  management67  chez  ITS,  il  fallait  en  choisir  une.   Compte   tenu   de   la   formulation   de   l’injonction,   il   paraissait   important   de   repérer   un   programme   de   formation   dans   lequel   nous   pouvions   retrouver   assez   facilement   des   traces  de  cette  injonction.  En  parcourant  le  catalogue  des  formations,  il  m’a  semblé  que   le  programme  de  la  formation  «  Techniques  de  communication  :  collaborer  pour  obtenir   des  résultats  »  remplissait  ces  critères.  Le  programme  promettait  à  la  fois  des  exercices   de   connaissances   de   soi   (tests   psychologiques),   des   exercices   de   simulation   (amélioration   de   ses   capacités)   et   abordait   les   questions   des   émotions.   Je   me   fis   donc   inscrire   en   tant   que   simple   participant   à   cette   formation   sur   deux   sessions   différentes   avec  le  même  formateur.  Nous  reviendrons  ultérieurement  sur  les  traces  de  l’injonction   à  être  soi  que  nous  pouvons  observer  dans  ce  programme.   1.2.3 Choix   d es   s ujets   Assistant   à   la   formation,   j’avais   pu,   pendant   les   présentations   individuelles,   écouter   toutes  les  motivations  des  participants,  et  suivre  leur  évolution  tout  au  long  de  celle-­‐ci.   De  plus,  j’avais  pu  suivre  leur  évolution  respective  tout  au  long  de  la  formation.  Pour  des   raisons  logistiques,  je  pris  la  décision  de  ne  mener  qu’un  seul  entretien  de  participant  à   l’issue  de  chacune  des  formations.  En  effet,  je  ne  voulais  annoncer  à  personne  avant  la   fin  de  la  formation  mon  attention  d’interroger  un  participant  à  l’issu  de  celle-­‐ci  pour  des   fins   de   recherche68,   et   je   ne   souhaitais   pas   non   plus   demander   à   un   participant,   alors   qu’il   pensait   finir   le   dernier   jour   à   seize   heures,   d’attendre   une   heure   de   plus   que   je   finisse  le  premier  entretien.  Enfin,  je  ne  désirais  pas  non  plus  mener  un  entretien  à  froid.   Je   n’eus   donc   pas   d’autre   alternative   que   celui   d’interroger   un   participant   à   la   fin   de   chacune  des  deux  formations  suivies.                                                                                                                       trouver   le   juste   équilibre   entre   le   respect   d’une   offre   standardisée   et   des   demandes   spécifiques   des   participants. 67  Chez  ITS,  les  formations  dites  de  management  regroupent  des  formations  très  disparates.  La  formation   choisie  rentre  dans  une  catégorie  appelée  par  certains  concurrents  formation  à  l’efficacité  personelle  ou   encore  formation  en  développement  personnel.  Dans  le  jargon  du  métier,  il  est  aussi  fréquent  d’entendre   parler  de  formations  aux  «  soft  skills  »,  traduit  par  la  notion  de  compétences  en  savoir-­‐être.     68  Ceci  aurait  eu  pour  effet  vraisemblable  de  distraire  significativement  l’attention  des  participants  et  de   perturber  le  bon  déroulement  de  la  formation.   32  
  • Par   contre,   j’avais   le   choix   des   participants.   Pour   la   première   des   formations,   j’avais   choisi   une   femme,   Claudia,   avec   qui   je   n’avais   pratiquement   pas   échangé   tout   au   long   de   la   formation.   Nous   avions   systématiquement   fait   parties   de   sous-­‐groupes   de   travail   différents.   La   particularité   de   Claudia   tenait   à   sa   forte   motivation   initiale,   qui   semblait   s’être   émoussée   au   cours   de   la   première   moitié   de   la   formation.   Pour   la   seconde   formation,   j’ai   choisi   un   sujet   contrasté   par   rapport   à   ce   premier   participant.   Je   choisi   donc  Bernard,  un  homme,  qui  lui  était  plutôt  réfractaire  à  l’idée  de  suivre  une  formation   en   communication,   d’autant   qu’il   venait   sur   les   «  conseils  »   de   son   supérieur   hiérarchique  et  qui  semblait-­‐il  avait  été  très  agréablement  surpris.   Pour   les   raisons   que   nous   détaillerons   ci-­‐dessous,   j’avais   également   interrogé   le   formateur   Pierre-­‐Alexandre   à   l’issu   de   la   première   formation.   Ce   formateur   est   un   habitué  des  formations  ITS  et  ce  module  de  formation  en  particulier.   1.3 M ETHODE  DE  RECUEIL  DES  DONNEES   Le   recueil   des   données   est   composé   de   deux   supports  :   le   programme   de   la   formation   et   des   entretiens   individuels   retranscrits   par   écrit.   Le   programme   de   la   formation   est   l’identique   de   celui   accessible   sur   le   catalogue   papier   et   électronique   de   ITS.   Les   entretiens  individuels  sont  quant  à  eux  de  type  non  directif.  En  effet,  aucune  question  ne   paraissait   indispensable   pour   arriver   aux   fins   de   l’étude.   Par   ailleurs,   compte   tenu   du   fait  que  chacune  des  personnes  interrogées  ne  m’était  pas  inconnue,  puisque  je  venais   de  passer  trois  jours  avec  elles,  il  me  semblait  bien  plus  approprié  de  mener  l’entretien   de  la  manière  la  plus  naturelle  qui  soit,  au  lieu  d’adopter  le  ton  aseptisé  d’un  entretien   impersonnel.   Je   n’avais   donc   préparé   aucune   question   spécifique   avant   chacun   des   entretiens   et   décidais   de   faire   confiance   dans   le   déroulé   naturel   du   propos   de   la   personne  enquêté.  Comme  le  souligne  Jean-­‐Claude  Kaufman  (2007),  une  telle  approche   offre   le   mérite   de   provoquer   un   engagement   plus   fort   de   l’enquêté   au   contraire   d’un   entretien   trop   directif   où   «  à   la   non-­personnalisation   des   questions   fait   écho   la   non-­ personnalisation  des  réponses.69  »                                                                                                                     69  Jean-­‐Claude  Kaufmann,  L’entretien  compréhensif,  Paris,  Armand  Colin,  2007,  p.19   33  
  • 1.4 M ETHODE  D ’ ANALYSE  DES  DONNEES   1.4.1 Démarche   d e   l ’analyse   A  ce  stade,  nous  pourrions  rétorquer  que  le  choix  de  cette  formation  a  été  quelque  peu   arbitraire.  La  présence  de  traces  d’injonction  à  être  soi  dans  le  programme  de  formation   était-­‐elle   suffisante   pour   assurer   la   présence   de   l’injonction   au   cours   de   la   formation  ?   Rien   n’est   moins   sûr,   bien   que   nous   sachions   que   le   niveau   de   standardisation   des   formations  chez  ITS  laisse  semble-­‐t-­‐il  peu  de  liberté  au  formateur  de  dévier  amplement   du   programme   initial.   Quoi   qu'il   en   soit,   c’est   pour   répondre   précisément   à   cette   question   que   j’ai   mené   un   entretien   avec   le   formateur   Pierre-­‐Alexandre.   Trouverons-­‐ nous  également  des  traces  d’injonction  à  être  soi  dans  son  discours  autocritique  de  son   intervention,   prouvant   de   la   sorte   la   présence   de   l’injonction   pendant   la   formation  ?   Notre   analyse   débutera   par   un   travail   préalable   qui   consiste   à   vérifier   la   présence   de   l’injonction  à  être  soi  dans  le  programme  de  la  formation  —  c’est  ce  support  qui  conduit   généralement  les  participants  à  choisir  ce  module  de  formation,  et  dans  le  discours  du   formateur   —   c’est   finalement   lui   le   support   final   de   l’injonction   et   sans   doute   le   plus   impactant  des  deux.     Suite   à   cette   préétude,   nous   étudierons   les   réactions   des   participants   face   à   cette   injonction  sous  l’angle  de  chacune  des  modélisations  de  réactions  types  proposées  par   Hirschman   dans   son   modèle   Exit,   Voice,   Loyalty.   Nous   préciserons   les   mots,   les   portions   de   discours,   qui   nous   permettront   d’observer   telle   ou   telle   réaction   chez   chacun   des   participants  et  surtout  de  comprendre  les  déterminants  de  cette  réaction.  Cette  analyse   de  chacune  des  réactions  possibles  pour  chacun  des  participants  sera  ponctuée  par  une   analyse  transversale  aux  trois  réactions  possibles.  Cette  dernière  partie  du  travail  de  la   présentation  des  résultats  nous  permettra  de  mieux  cerner  les  connexions  et  les  liens  de   cause  à  effet  entre  chacune  des  trois  réactions  possibles  et  surtout  de  vérifier  si  oui  ou   non  l’intimité  apparaît  comme  un  élément  d’influence  de  ces  réactions  types.   Il  paraît  important  de  noter  ici  que  j’ai  volontairement  fait  le  choix,  dans  le  discours  de   chacun   des   deux   participants,   de   ne   pas   chercher   uniquement   les   traces   d’intimité.   En   effet,   nous   aurions   pu   limiter   l’analyse   aux   propos   en   résonance   avec   les   critères   définissant   L’intimité.   Or   je   voulais   laisser   le   matériau   parler   de   lui-­‐même.   Peut-­‐être   y   aurait-­‐il  un  élément  autre  que  celui  de  l’intimité  qui  jouerait  un  rôle  déterminant  dans   les   modalités   d’expression   comportementale   observées.   En   cherchant   à   extraire   34  
  • uniquement   les   propos   liés   à   l’intimité,   nous   aurions   ainsi   encouru   le   risque   de   passer   à   côté  d’autres  éléments  plus  significatifs  que  l’intimité.  Nous  ne  serons  donc  pas  surpris   de   voir   apparaître   dans   notre   analyse   certains   facteurs   influents   bien   différents   de   ce   que   l’étude   du   rôle   de   l’intimité,   cité   dans   l’objet   de   recherche,   pourrait   nous   laisser   croire.         1.4.2 Grilles   d ’analyse   Pour   mener   à   bien   cette   étude,   nous   utiliserons   une   grille   d’analyse   pour   mener   aux   résultats  préliminaires  et  principaux.     1.4.2.1 Grille  pour  les  travaux  préliminaires   La  grille  de  l’analyse  préliminaire  est  construire  à  partir  de  la  définition  de  l’injonction  à   être   soi,   donnée   en   première   partie   de   ce   mémoire  résumé   ici   sous   la   forme   suivante  :   être   soi,   c’est   être   autonome,   authentique   et   performant.   Le   programme   de   la   formation   et  le  discours  autocritique  du  formateur  ont  donc  été  décortiqués  pour  déceler  les  traces   d’injonction  de  ces  trois  subtilités.   1.4.2.2 Grille  pour  le  travail  principal   La   grille   du   travail   principal   de   ce   mémoire   est   construite   sur   la   base   des   quatre   questions  suivantes  :     -­‐ Quelle  est  la  réaction  des  participants  ?   -­‐ Comment  s’exprime  cette  réaction  ?   -­‐ Quels  sont  les  éléments  intrinsèques  qui  favorisent  cette  réaction  ?   -­‐ Quels  sont  les  éléments  extrinsèques  qui  favorisent  cette  réaction  ?   Les  réponses  à  ces  questions  sont  organisées  par  modélisation  type  (défection,  prise  de   parole   ou   loyauté)   dressée   en   fonction   de   trois   axes   transversaux  :   éléments   de   réponse   communs  aux  deux  participants,  éléments  de  réponse  spécifique  de  l’un  d’entre  eux  ou   éléments   de   réponse   contradictoires   entre   eux.   Nous   remplirons   cette   grille   par   tous   les   mots   clés   extraits   du   matériau   en   résonance   avec   l’injonction   à   être   soi.   Enfin,   conformément   à   notre   définition   de   l’intimité,   les   critères   utilisés   pour   reconnaître   la   trace   de   celui-­‐ci   sont   la   confiance,   la   chaleur   et   l’expression   ouverture   des   sentiments.   35  
  • Tout  extrait  du  texte  pouvant  se  référer  à  l’un  de  ces  critères  sera  considéré  comme  une   trace  d’intimité.     Donnons  ici  un  exemple  :  en  parlant  de  sa  crainte  d’un  exercice  de  débat  au  cours  de  la   première   journée   de   formation,   Bernard   dit   finalement  :   «  A   aucun   moment   avec   tous   les   participants   je   me   suis   senti   jugé   ce   qui   m’a   permis   de   me   libérer   davantage   et   de   finalement   prendre   plaisir   à   faire   des   travaux   pratiques  ».   Dans   cette   phrase,   nous   pouvons   lire   plusieurs   éléments   que   nous   pourrons   ajouter   à   notre   grille.   Mais   tout   d’abord,   citons   les   mots   qui   nous   permettent   de   croire   que   Bernard   fait   écho   à   l’injonction  à  être  soi  :  travaux  pratiques  (exercice  de  débat),  se  libérer.  Voilà  qui  résonne   avec   la   définition   que   nous   avons   donnée   de   l’expression   être   soi.   Etre   soi,   c’est   entre   autres   oser   se   montrer   et   s’exposer  ;   exactement   ce   qui   est   demandé   au   cours   d’un   exercice  de  débat.  Revenons  donc  à  l’exemple  de  remplissage  de  la  grille.  La  réaction  est   ici  la  loyauté  face  à  l’injonction  étudiée  qui  s’exprime  par  le  sentiment  de  plaisir.  Ensuite,   il  soulève  le  fait  qu’il  ne  s’est  senti  à  aucun  moment  jugé  par  les  autres  participants,  ce   qui  lui  a  permis  de  se  libérer.  Nous  considérons  que  l’attitude  générale  de  non-­‐jugement   est   un   facteur   extrinsèque   au   participant   qui   contribue   à   lui   faciliter   cette   attitude   de   loyauté   face   à   l’injonction   à   être   soi   et   que   le   sentiment   de   libération   est   un   facteur   intrinsèque  facilitant  cette  même  posture.  Nous  remplirons  donc  la  grille  ainsi  :   36  
  •       Injonction  à  être  soi   Quelle  est  la  réaction  du   Défection   Prise  de  Parole   Loyauté   participant  ?   Commun  aux   deux         Comment   participants   s’exprime  cette   réaction  ?   Spécifique  à   l’un  d’entre       Plaisir   eux   Commun  aux   Quels  sont  les   Sentiment  de   deux       facteurs   libération*   participants   intrinsèques   qui  favorisent   Spécifique  à   cette  réaction  ?   l’un  d’entre         eux   Commun  aux     Quels  sont  les   deux       Non-­‐jugement*   facteurs   participants     extrinsèques   qui  favorisent   Spécifique  à   cette  réaction  ?   l’un  d’entre         eux   *  :   Le   sentiment   de   libération   et   l’attitude   de   non-­‐jugement   apparaissent   dans   la   ligne   des   facteurs   communs,   car   ils   sont   également   des   éléments   qui   ressortent   de   l’analyse   de   l’entretien   de   la   seconde   participante.     Se  libérer  indique  qu’il  ose  exprimer  son  opinion  et  se  rapproche  ainsi  d’une  partie  de  la   définition   que   nous   donnions   à   l’intimité  :   expression   ouverte   des   sentiments.   Par   ailleurs,   une   attitude   de   non-­‐jugement   facilite   l’émergence   d’un   climat   de   confiance   37  
  • indispensable   pour   créer   le   partage   d’intimités.   Nous   pouvons   ainsi   dire   que   ces   deux   éléments  sont  des  signaux  apparents  d’une  certaine  intimité.       2. PRESENTATIONS  DES  RESULTATS  PRELIMINAIRES   2.1 A NALYSE  DU  PROGRAMME  DE  FORMATION   Nous  allons  ici  explorer  le  programme  de  la  formation  pour  trouver  des  traces  de  cette   injonction  à  être  soi,  tel  que  nous  l’avons  décrit  en  première  partie  de  ce  mémoire,  c'est-­‐ à-­‐dire   oser   l’idéal   de   soi,   un   être   autonome   et   authentique   dans   sa   quête   absolue   de   performance.   Nous   rechercherons   donc   d’abord   les   traces   d’injonction   à   l’autonomie,   puis   à   l’authenticité   et   terminerons   par   les   traces   d’injonction   à   la   performance.   Nous   finirons  par  une  courte  synthèse  de  cette  première  analyse.     Précisons   que   le   programme   de   la   formation   (cf.   annexe   1)   décrit   d’abord   les   compétences   sensées   être   acquises   au   cours   de   la   formation,   puis   les   objectifs   pédagogiques,  la  population  visée,  les  outils  pédagogiques  employés  et  enfin  le  contenu   détaillé  des  sous  thèmes  de  la  communication  abordés  au  cours  de  la  formation.     2.1.1 Traces   d ’injonction   à   ê tre   a utonome   Le  préalable  pour  se  perfectionner  est  d’avoir  la  volonté  de  devenir  meilleur  et  repose   donc   sur   la   capacité   à   construire   cette   démarche   de   manière   autonome.   Cette   idée   d’autonomie  est  illustrée  à  travers  ce  programme  de  manières  explicites  et  implicites.   Dans   la   partie   du   programme   intitulée   «  à   qui   s’adresse   ce   stage  »,   la   réponse   est   explicite  :   «  Ce   cours   concerne   tous   ceux   qui   désirent   renforcer   leurs   compétences   en   communication  ».  La  formation  vise  donc  ceux  qui  ont  préalablement  un  fort  souhait  de   s’améliorer,   signifiant   ainsi   que   les   stagiaires   présents   doivent   déjà   être   dans   une   démarche   autonome   de   progrès.   Nous   voici   donc   avec   une   trace   explicite   et   bien   conforme  à  l’injonction  qui  nous  préoccupe  ici.     Ensuite,  nous  pouvons  observer  d’autres  traces  plus  implicites  et  aussi  plus  nombreuses   d’injonction  à  l’autonomie,  par  exemple  ce  titre  d’un  chapitre  du  contenu  intitulé  :  «  Prise   de  responsabilité  personnelle  ».  Ce  chapitre  du  cours  invite  le  participant  «  à  reconnaître   son  rôle  dans  la  réussite  des  communications  »  et  aussi  à  «  identifier  les  facteurs  internes   et   externes   influant   sur   ses   communications  »  :   en   effet,   tout   un   programme   d’auto   38  
  • responsabilisation.   Tout   au   long   du   descriptif   du   contenu   du   programme,   nous   retrouvons   de   très   nombreuses   autres   manières   de   procéder   pour   communiquer   efficacement   comme   «  solliciter   un   retour   d’informations,   reconnaître   les   filtres   perceptuels   qui   entravent   la   communication  »,   ou   encore   «  déterminer   quoi   dire   et   la   meilleure   façon   de   le   dire  ».   Ces   techniques   énoncées   dans   le   programme   sont   indirectement   un   appel   à   la   mise   en   application   de   celles-­‐ci   de   manière   autonome   à   l’issue   de   la   formation.   Personne   d’autre   que   le   participant,   de   retour   dans   son   environnement   de   travail,   ne   sollicitera   un   retour   d’informations   pour   lui,   ni   ne   reconnaîtra   les   filtres   perceptuels   qui   entravent   sa   communication,   ni   ne   déterminera   quoi  dire  et  la  meilleure  façon  de  le  dire,  etc.  Tout  ceci  dépendra  de  lui  et  de  sa  volonté  à   se   mettre   en   mouvement   dans   cette   démarche   d’amélioration   personnelle   de   sa   communication.   Nous  voyons  clairement  à  travers  ces  quelques  exemples  que  l’injonction  à  l’autonomie   et   plus   exactement   à   prendre   ses   responsabilités   vis-­‐à-­‐vis   de   soi,   est   bien   présente   dans   le   programme   de   formation.   Maintenant,   tout   participant   peut   feindre   la   démarche   d’amélioration   de   son   efficacité   à   communiquer   et   masquer   la   vérité   de   sa   motivation.   Or   l’authenticité   véhicule   non   seulement   l’intensité   de   sa   démarche,   mais   est   aussi   le   mode  privilégié  pour  laisser  émerger  cet  idéal  de  soi.     2.1.2 Traces   d ’injonction   à   ê tre   a uthentique   Le  programme  de  la  formation  est  moins  directif  sur  cette  question  de  l’authenticité  qu’il   ne   l’est   sur   celle   de   l’autonomie.   Nous   pouvons   toutefois   trouver   quelques   traces   d’invitation  à  l’exposition  de  soi  et  à  l’introspection  authentique.   Dans   la   partie   relative   aux   objectifs   du   programme,   il   est   indiqué   que   le   participant   apprendra   à   répondre   à   diverses   formes   de   communication   «  grâce   aux   ateliers   interactifs,   aux   autoévaluations,   aux   jeux   de   rôles   et   aux   simulations   vidéo  ».   Nous   distinguons  ici  l’invitation  à  s’exposer  via  les  ateliers  interactifs  et  les  jeux  de  rôles  et  le   devoir   d’introspection   au   travers   des   exercices   d’autoévaluations.   Toujours   dans   la   même  partie  du  programme,  nous  pouvons  lire  que  le  stagiaire  apprendra  à  «  gérer  des   situations   avec   une   approche   souple,   sincère   et   confiante  ».   Le   mot   sincère   peut   là   aussi   être  considéré  comme  un  appel  à  l’authenticité.     39  
  • Dans   la   partie   suivante   du   programme   concernant   les   ateliers   pédagogiques,   nous   retrouvons   des   traces   de   ces   incitations   à   s’exposer   et   à   s’autoévaluer.   Les   titres   des   ateliers   sont   évocateurs  :   «  Définir   votre   style   de   communication  »,   «  Mettre   au   jour   les   filtres  personnels  »,  «  Evaluer  les  relations  que  vous  entretenez  avec  les  autres  »  et  même   «  Gérer   les   émotions   difficiles  ».   Il   paraît   difficile   de   participer   à   de   tels   ateliers   sans   s’exposer  soi  et  sans  faire  acte  de  transparence  sur  certains  traits  de  son  parcours  ou  de   sa  personnalité.   Le   contenu   de   la   formation   reprend   encore   ces   mêmes   idées.   Le   participant   pourra   notamment   apprendre   à   «  être   souple   sans   compromettre   son   identité  »,   «  Prendre   la   responsabilité   de   ses   émotions  »,   «  Faire   preuve…   de   sensibilité  »,   et   aussi   «  Créer   l’ouverture.  »   Comment   compromettre   son   identité   et   prendre   la   responsabilité   de   ses   émotions  sans  se  connaître  ?  Et  comment  faire  preuve  de  sensibilité  ou  créer  l’ouverture   sans   s’exposer  ?   Se   connaître   et   s’exposer   tel   que   l’on   est,   n’est-­‐ce   pas   une   certaine   preuve  d’invitation  à  être  authentique  avec  soi  et  les  autres  ?   Comprenons   bien   que   si   le   mot   authenticité   n’est   pas   cité,   il   n’en   est   pas   moins   largement   évoqué   ou   induit   dans   ce   programme   de   la   formation   en   invitant   le   participant  à  s’exposer.   2.1.3 Traces   d ’injonction   à   ê tre   p erformant   La  formation  regorge  de  paraphrases  pour  décrire  le  titre  de  la  formation  évocateur  de   performance  :   «  Techniques   de   communication  :   Collaborer   pour   obtenir   des   résultats.  »   D’ailleurs,   la   première   compétence   apprise   pendant   la   formation   reprend   ce   titre  :   «  obtenir   des   résultats   en   communiquant   avec   les   autres.  »   Et   pour   «  communiquer   efficacement  »,   il   faut   entre   autres   techniques   utiliser   un   «  langage   simple,   concis   et   direct  »   et   aussi   «  développer   des   compétences   en   écoute   active   pour   anticiper   et   éviter   les   incompréhensions  »,   sources   induites   de   non-­‐performance.   La   dernière   compétence   précisée   résume   en   substance   toutes   les   autres  :   «  éliminer   les   barrières   qui   vous   empêchent   de   communiquer   efficacement  ».   Cette   première   partie   du   programme   suffit   largement  à  démontrer  la  présence  de  l’injonction  à  être  performant.     En   fait,   cette   injonction   est   omniprésente   dans   le   programme   et   voici   quelques   autres   exemples  pris  tout  au  long  du  programme.  Tout  d’abord  la  première  phrase  des  objectifs   pédagogiques  :   «  Avoir   des   compétences   en   communication   est   un   outil   essentiel   que   40  
  • chaque   collaborateur   et   manager   doit   avoir   en   sa   possession.  »   Un   des   ateliers   pédagogiques  proposés  conduit  les  stagiaires  à  «  créer  des  plans  d’action  pour  améliorer   ses  performances  lors  de  son  retour  en  entreprise.  »  La  formation  présente  entre  autres   des   compétences   de   performance   comme   «  définir   des   objectifs   clairs   pour   votre   communication  »,   «  accroître   l’intérêt   de   ses   communications  »,   «  distinguer   ce   qui   a   de   l’intérêt   de   ce   qui   n’en   a   pas  »   ou   encore   «  renforcer   votre   message   pour   obtenir   les   résultats   escomptés   en   créant   des   messages   crédibles  ».   Enfin,   la   formation   aborde   un   point  capital  au  cœur  du  désir  de  se  perfectionner  :  comment  «  dépasser  ses  limites  »  ?  ;   sans  doute  l’invitation  qui  traduit  le  plus  nettement  l’injonction  qui  nous  intéresse  ici.   L’injonction   à   être   performant   est   donc   indiscutablement   omniprésente   dans   ce   programme  de  formation,  dont  la  finalité  est  de  préparer  psychologiquement  ou  motiver   le  futur  stagiaire,  au  cours  de  sa  formation,  à  dépasser  ses  limites  dans  le  registre  de  la   communication.   2.1.4 Synthèse   d e   l ’analyse   d u   p rogramme   d e   f ormation   Nous   venons   d’explorer   le   programme   de   la   formation   «  Techniques   de   communication  »   pour   vérifier   la   présence   de   l’injonction   à   être   soi.   Pour   effectuer   cette   vérification,   nous   avons   cherché   à   valider   la   présence   de   trois   composantes   de   l’injonction   à   être   soi  :   être   autonome,   authentique   et   performant.   Nous   avons   d’abord   mesuré   les   différentes   formes   que   prend   l’invitation   à   être   autonome,   tantôt   explicite   comme   dans   la   population   visée   par   la   formation   qui   «  concerne   tous   ceux   qui   désirent   renforcer  leurs  compétences  en  communication  »,  tantôt  implicite  comme  dans  toutes  les   propositions   de   mise   en   œuvre   des   techniques   pour   communiquer   efficacement,   qui   finalement   invitent   les   participants   à   prendre   leurs   responsabilités   vis-­‐à-­‐vis   d’eux-­‐ mêmes.   Nous   avons   vérifié   la   présence   plus   rare   de   l’injonction   à   être   authentique,   induite   ici   et   là   dans   le   programme   de   formation   notamment   dans   certains   titres   des   ateliers,  comme  «  mettre  à  jour  les  filtres  personnels  grâce  à  des  jeux  de  simulation  »  ou   encore   «  évaluer   les   relations   que   vous   entretenez   avec   les   autres  »,   qui   invitent   le   participant   à   s’évaluer   et   à   s’exposer.   Enfin,   nous   avons   observé   l’omniprésence   de   l’invitation   à   l’efficacité,   relayer   par   de   multiples   paraphrases   tout   au   long   du   programme,   dont   les   plus   marquantes   sont   d’abord   le   complément   du   titre   de   la   formation  «  Collaborer  pour  obtenir  des  résultats  »  et  ensuite  un  des  moyens  proposés  :   «  dépasser  ses  limites  ».     41  
  • Nous   pouvons   conclure   que   l’injonction   à   être   soi   est   bel   et   bien   observable   dans   ce   programme  de  formation,  sous  la  forme  des  incitations  à  l’autonomie,  à  l’authenticité  et   à   la   performance.   Nous   pouvons   maintenant   nous   poser   les   questions   suivantes  :   le   formateur   respecte-­‐t-­‐il   ces   injonctions   du   programme  ?   Et   durant   cette   formation,   lors   de  son  animation,  évoque-­‐t-­‐il  aussi  l’injonction  à  être  soi  ?   2.2 A NALYSE  DE  LA  POSTURE  AUTOCRITIQUE  DU  FORMATEUR   Il   est   communément   accepté   l’idée   que   les   programmes   pédagogiques   ne   sont   pas   toujours  fidèles  à  l’image  de  ce  qui  se  vit  en  formation  ;  les  formateurs  prenant  souvent   l’initiative  d’adapter  le  programme  en  fonction  des  attentes  et  des  comportements  des   participants.   Dans   le   cas   qui   nous   intéresse,   le   programme   a   été   respecté   en   très   grande   partie   avec   ici   et   là   quelques   apports   ou   nuances.   Toutefois,   il   paraît   important   de   vérifier   que   le   regard   que   porte   le   formateur   sur   son   rôle   souligne   l’importance   d’amener   les   participants   à   être   soi   en   formation.   Pour   cela,   nous   allons   nous   appuyer   sur  un  entretien  non  directif  (cf.  annexe  2)  mené  avec  le  formateur  Pierre-­‐Alexandre  à  la   fin   de   son   animation   d’une   des   deux   sessions   de   formation   observées.   De   la   même   manière  que  pour  l’analyse  du  programme  de  formation,  nous  vérifierons  la  présence  de   l’injonction   à   être   soi   en   recherchant   la   présence   des   injonctions   à   l’autonomie,   à   l’authenticité  et  à  la  performance  dans  ce  discours  autocritique  du  formateur.   2.2.1 Traces   d ’injonction   à   l ’autonomie   C’est  sans  doute  sur  ce  premier  point  que  Pierre-­‐Alexandre  est  le  moins  expressif.  C’est   lorsqu’il   décrit   le   mot   énergie   que   nous   pouvons   le   mieux   discerner   l’invitation   à   l’autonomie   dans   son   discours.   Il   exprime   l’idée   que   l’implication   des   stagiaires   dans   les   exercices   les   «  dope  »   à   l’émotion,   à   l’énergie   et   que   cela   contribue   à   les   mettre   en   mouvement.  Pour  expliquer  le  mot  énergie,  il  fait  volontairement  un  jugement  de  valeur   en   disant   qu’il   y   a   de   bonnes   énergies   où   «  c’est   à   la   fois   de   l’ordre   de   la   volonté   et   du   plaisir.  »   Le   mot   qui   nous   intéresse   ici   est   volonté,   qu’il   précise   ainsi  :   «  L’ordre   de   la   volonté,  la  personne  est  volontaire,  du  volume  en  quelque  sorte,  ça  sort.  »  Pierre-­‐Alexandre   précise   ensuite   que   la   volonté   individuelle   est   différente   chez   chaque   stagiaire,   mais   qu’il   œuvre   à   la   développer  :   «  je   lui   offre   un   cadre,   un   support,   une   plateforme   sur   lesquels   elle   (personne   stagiaire)   va   pouvoir   nourrir   sa   volonté  »,   notamment   en   l’amenant  d’une  attente  plus  ou  moins  forte  vers  un  objectif  précis.  C’est  aussi  un  moyen   42  
  • pour   lui   de   passer   de   la   dynamique   individuelle   à   la   dynamique   collective   comme   il   l’explique  avec  la  métaphore  suivante  :  «  la  noria,  c’est  la  roue  à  aubes,  c’est  un  concept   que  l’on  trouve  parfois  ;  c'est-­à-­dire  qu’il  y  a  la  rivière  ou  le  ruisseau  et  ça  fait  tourner  la   roue.  Il  y  a  de  l’énergie  qui  passe  et  puis  chacun  prend  de  l’eau  et  cela  fait  tourner  la  roue.  »   Dit  plus  simplement,  quand  le  stagiaire  trouve  la  volonté  nécessaire  pour  se  mettre  en   mouvement,   il   emporte   avec   lui   ses   camarades   et   la   volonté   se   propage   et   s’autoalimente.   Enfin,   en   dernier   point   et   pas   des   moindres,   Pierre-­‐Alexandre   précise   qu’à   son   avis   «  un   stage   réussi,   c’est   quand   les   stagiaires   se   mettent   en   mouvement.  »   Derrière  cette  idée  de  se  mettre  en  mouvement,  nous  pouvons  comprendre  l’importance   de  manifester  sa  volonté  de  se  prendre  en  main.   Nous   comprenons   bien   ici   l’importance   que   revêt   la   volonté   individuelle   aux   yeux   du   formateur  et  pour  quoi  il  manœuvre  pour  la  développer.  Ceci  nous  permet  de  conclure   qu’au   cours   de   la   formation,   Pierre-­‐Alexandre   induit   subtilement   dans   son   discours   l’injonction  à  être  autonome  en  se  mettant  notamment  en  mouvement.     2.2.2 Traces   d ’injonction   à   l ’authenticité   Les  traces  d’injonctions  à  l’authenticité  sont  abondantes  dans  le  discours  autocritique  du   formateur.  Son  invitation  à  l’authenticité  est  perceptible  dans  la  description  qu’il  fait  de   sa  manière  de  créer  de  façon  progressive  un  «  climat  de  confiance  ».  Pour  aboutir  à  un  tel   résultat   et   entre   autres   solutions   mentionnées,   il   invite   les   stagiaires   à   faire   de   «  l’interconnaissance  »   et   incite   quelques-­‐uns   d’entre   eux   à   se   mettre   en   exemple   pour   dans  tous  les  cas  «  se  mettre  en  scène  »  et  rentrer  en  «  immersion  ».   Pour  Pierre-­‐Alexandre,  l’authenticité  commence  à  deux  :  «  ce  qui  est  toujours  favorable,   ce   sont   les   interviews   réciproques,   donc   là   les   stagiaires   font   de   l’interconnaissance  »   et   ajoute  «  à  deux,  il  (terrain  d’entrainement)  est  relativement  intime,  car  ce  sont  les  affinités   intellectuelles  qui  sont  partagées.  »    Ce  binôme  créé,  il  devient  «  comme  un  maillon  d’une   chaîne  »   que   Pierre-­‐Alexandre   utilise   comme   «  un   continuum   de   confiance,   de   collaboration,   de   coopération  »   Après  ?   «  J’agrandis   le   terrain   de   sport,   le   terrain   de   manœuvre,  on  passe  de  deux  à  quatre,  à  six,  on  change  la  composition  des  petites  équipes   petit   à   petit  ».   Nous   discernons   bien   ici   le   travail   de   mise   en   partage   progressif   des   stagiaires  entre  eux  et  qui  les  conduit  semble-­‐t-­‐il  inéluctablement  à  :  «  Oser  être  plus  eux-­ mêmes,   oser   se   livrer,   oser   se   mettre   en   scène,   oser   dire   à   l’autre.   Voilà,   parler   plus   franchement  !  »  Le  message  est  clair  et  confirme  que  le  formateur  invite  habilement  les   43  
  • participants   à   oser   se   montrer   soi,   être   authentiques   en   créant   des   circonstances   d’interconnaissance.   Cette   invitation   à   être   authentique   passe   aussi   par   la   mise   en   exemple   de   certains   stagiaires  ou  du  formateur  lui-­‐même.  La  mise  en  exemple  de  certains  stagiaires  semble   être   un   puissant   levier   pour   faciliter   l’implication   des   stagiaires  :   «  si   je   sollicite   habilement   une   poignée   de   personne   pour   se   mettre   en   scène,   probablement,   j’aurais   les   plus  dynamiques  d’entre  eux  qui  viennent  chercher  de  la  confrontation  et  de  l’évaluation.   Donc,   ils   se   mettent   en   scène.  »   Pierre-­‐Alexandre   exprime   la   même   idée   ici   aussi  :   «  On   trouve   toujours   dans   un   groupe   des   volontaires   dès   le   premier   jour   pour   se   mettre   en   première   ligne…  »   Et   ensuite  ?   «  Donc,   si   l’exemple   est   donné   dès   le   premier   jour   d’un   exercice   devant   les   autres,   les   autres   vont   oser,   car   il   y   en   a   deux   ou   trois   qui   l’ont   déjà   fait.  »   Les   extractions   de   l’entretien   se   suffisent   à   elles-­‐mêmes   pour   démontrer   notre   point.   En   plus   de   ces   exemples   de   mises   en   scène   des   stagiaires,   le   formateur   n’hésite   pas  non  plus  à  se  dévoiler  en  donnant  des  «  contre-­exemples  »  qui  lui  sont  arrivés  :  «  si  je   dis  aux  autres,  bien  voilà  dans  telles  situations  j’ai  fait  telle  erreur.  Ils  se  disent  :  ah  oui,  il   est   comme   nous  »   et   ainsi   permet   «  une   plus   grande   proximité.  »   Nous   voyons   bien   là   encore   la   finalité   de   la   technique   qui   est   de   faciliter   l’implication   des   stagiaires   et   permettre  un  climat  de  confiance  propice  à  l’expression  de  soi.     En   résumé,   la   logique   de   Pierre-­‐Alexandre   est   de   créer   petit   à   petit   les   maillons   d’une   chaîne   de   confiance,   qui   facilite   l’implication   et   la   mise   en   scène   de   soi.   Car   comme   il   l’indique  avec  recul  :  «  pour  optimiser  ce  stage,  c’est  mieux  réussir  la  première  journée  en   les  mettant  en  immersion  plus  rapidement.  »  Nous  pouvons  comprendre  ainsi  que  Pierre-­‐ Alexandre   associe   la   profondeur   et   la   rapidité   d’immersion   à   la   réussite   de   sa   formation   et  qu’il  a  tout  intérêt  à  convier  «  habilement  »  les  participants  à  être  soi,  authentique.   2.2.3 Traces   d ’injonction   à   l a   p erformance   Contrairement  au  programme  de  formation,  le  mot  performance  et  son  adjectif  décliné   sont  peu  utilisés  dans  le  discours  autocritique  de  Pierre-­‐Alexandre.  Quand  il  parle  de  sa   perception   de   la   formation,   il   utilise   plutôt   des   verbes   comme   «  oser  »,   «  optimiser  »,   «  doper  »  ou  encore  des  expressions  comme  «  dynamiques  individuelles  et  collectives  ».     Le  passage  qui  exprime  le  plus  nettement  la  notion  de  performance  est  lorsqu’il  décrit   justement   l’apport   d’une   dynamique   collective  :   «  c’est   qu’après   ce   climat   de   44  
  • bienveillance,  de  confiance,  d’acceptation,  de  règles  du  jeu,  que  chacun  peut  jouer  sa  partie   de   leadership  »   et   ajoute   «  cela   facilite   les   performances   et   l’apprentissage   de   chacun  »   pour   conclure   «  la   dynamique   collective   conforte   et   optimise   les   dynamiques   individuelles.   Ca   fait   monter   petit   à   petit.  »   Nous   observons   bien   là   que   pour   le   formateur   Pierre-­‐ Alexandre,   le   leadership   individuel   et   la   performance   individuelle   font   partie   du   but   recherché   de   sa   pédagogie,   centrée   sur   la   création   d’un   climat   facilitant.   Pour   cela,   il   amène   les   participants   comme   nous   l’avons   vu   ci-­‐dessus   à   se   mettre   en   mouvement,   car   le   mouvement   peut   les   amener   à   «  se   mettre   en   zone   de   risque  »   et   ainsi   apprendre,   s’améliorer  :   «  c’est   un   grand   principe   pédagogique…   de   se   mettre   en   zone   de   risque   et   d’apprendre   dans   un   cadre   (la   formation)   qui   n’est   pas   dommageable   à   priori   s’il   y   a   la   confiance.  »     Il   précise  ici  le  climat   de   confiance   comme  condition   préalable.   De   la   même   manière,   il   parle   du   besoin   d’évaluation   des   participants  :   «  certains   n’aiment   pas   être   bousculés,  la  plupart  d’entre  eux,  quand  ils  le  sont,  c’est  à  leur  bénéfice.  »  Nous  voyons  bien   là   encore   la   corrélation   entre   la   mise   en   zone   de   risque   et   l’apport   en   terme   d’apprentissage.     Ainsi,  nous  pouvons  mettre  en  évidence  qu’il  y  a  bien  la  volonté  du  formateur  à  guider   les  participants  vers  la  voie  de  la  performance.  L’injonction  n’est  pas  aussi  explicite  que   dans  le  programme  de  formation,  mais  elle  n’en  demeure  pas  moins  perceptible.   2.2.4 Synthèse   d e   l ’analyse   d u   d iscours   a utocritique   d u   f ormateur   Dans   l’entretien   avec   le   formateur   Pierre-­‐Alexandre,   nous   avons   pu   observer   l’expression  des  trois  facettes  de  l’injonction  à  être  soi  :  être  autonome,  authentique  et   performant.   L’autonomie   est   abordée   lorsqu’il   évoque   l’importance   d’avoir   des   participants   avec   une   volonté   forte,   notamment   celle   de   se   mettre   en   mouvement.   Le   formateur  nous  montre  aussi  ses  efforts  pour  nourrir  cette  volonté  chez  les  participants,   validant  ainsi  la  présence  certaine  de  l’injonction  à  être  autonome  lors  de  son  animation.   L’injonction   à   être   authentique   est   quant   à   elle   quasi   omniprésente   dans   le   discours   autocritique   du   formateur.   Elle   s’exprime   notamment   par   l’invitation   aux   exercices   où   il   y   a   interconnaissance,   par   la   sollicitation   d’exemples   auprès   des   participants   et   par   l’illustration  d’exemples  vécus  par  le  formateur.  Avec  à  chaque  fois  pour  finalité,  faciliter   la  mise  en  scène  des  participants.  Enfin,  la  notion  de  performance  est  moins  récurrente   dans   le   discours   du   formateur.   Elle   apparaît   dans   la   relation   mise   en   évidence   par   Pierre-­‐Alexandre   entre   se   mettre   en   zone   de   risque   et   le   bénéfice   en   terme   45  
  • d’apprentissage.  Il  souligne  ainsi  l’importance  que  revêt  pour  le  formateur  de  placer  les   participants  en  zone  de  risque  pour  leur  faciliter  l’apprentissage  et  donc  l’amélioration   de   leurs   capacités  ;   ceci   ne   pouvant   s’effectuer   correctement   que   s’il   y   au   préalable   un   climat  de  confiance.     Compte  tenu  du  regard  autocritique  qu’il  porte  sur  l’animation  qu’il  a  faite  et  sa  vision   de  son  rôle  en  tant  que  formateur,  nous  pouvons  conclure  que  l’injonction  à  être  soi  est   sans   aucun   doute   perceptible   dans   le   discours   qu’il   tient   lors   de   l’animation   de   la   formation  qui  nous  intéresse  ici.   2.3 S YNTHESE  DES  RESULTATS  PRELIMINAIRES   Pour  analyser  la  réaction  des  participants  à  l’injonction  à  être  soi  en  formation,  il  nous   fallait   préalablement   vérifier   la   présence   de   cette   injonction   dans   le   programme   de   la   formation  et  le  discours  du  formateur.  Pour  cela,  nous  avons  cherché  les  traces  de  ce  que   nous  avons  défini  dans  la  première  partie  de  ce  mémoire  comme  l’injonction  à  être  soi,   c'est-­‐à-­‐dire   être   autonome,   authentique   et   performant.   Dans   un   premier   temps,   nous   avons   donc   décortiqué   le   programme   de   la   formation   pour   vérifier   la   présence   de   ces   trois  composantes   de   l’injonction   à   être  soi.  Et  dans  un  second  temps,  nous  avons  utilisé   la   même   approche   pour   le   discours   autocritique   du   formateur.   Nous   résumerons   sommairement  les  résultats  de  ce  travail  d’analyse  préliminaire  sous  la  forme  du  tableau   suivant  où  les  expressions  choisies  représentent  le  plus  fidèlement  le  point  clé  identifié   dans  chacune  des  analyses  ci-­‐dessus  :   Injonction à être soi   Etre  autonome   Etre  authentique   Etre  performant   Programme  de  la   Prendre  ses   Dépasser  ses   S’exposer   formation   responsabilités   limites   Discours   Se  mettre  en   Se  mettre  en  zone   autocritique  du   Se  mettre  en  scène   mouvement   de  risque   formateur   46  
  • 2.4 C ONCLUSION  DE  LA  PRESENTATION  DES  RESULTATS  PRELIMINAIRES   A   la   vue   des   résultats   ci-­‐dessus,   nous   pouvons   conclure   que   l’injonction   à   être   soi   est   nettement   perceptible   tant   dans   le   programme   de   formation   que   dans   le   discours   autocritique   du   formateur.   Nous   noterons   également   la   similarité   de   sens   des   expressions  utilisées.  Prendre  ses  responsabilités  n’est  certes  pas  toujours  se  mettre  en   mouvement,   mais   c’est   pourtant   bien   comme   cela   qu’elle   est   présentée   dans   le   programme  de  formation.  S’exposer  et  se  mettre  en  scène  sont  presque  synonyme.  Dans   les   deux   cas,   nous   retrouvons   l’idée   de   se   montrer   et   implicitement   de   se   montrer   tel   que  l’on  est.  Enfin,  pour  être  toujours  performant,  ne  faut-­‐il  pas  dépasser  ses  limites  en   osant   se   mettre   en   zone   de   risque  ?   Même   si   chacune   de   ces   idées   n’a   pas   la   même   importance   dans   le   programme   de   formation   et   dans   le   discours   autocritique   du   formateur,   il   en   résulte   toutefois   une   très   bonne   cohérence   autour   de   l’idée   principale   qui  nous  intéresse  ici  :  l’injonction  à  être  soi.   En  conclusion,  nous  répondons  par  l’affirmative  à  la  question  :  y  a-­‐t-­‐il  injonction  à  être   soi   dans   la   formation   étudiée  ?   Et   nous   validons   donc   notre   première   hypothèse.   De   fait,   nous  pouvons  maintenant  explorer  les  résultats  en  lien  avec  la  seconde  hypothèse  posée   dans   ce   mémoire  :   l’intimité   favorise   l’expression   comportementale   de   loyauté   des   participants  face  à  l’injonction  à  être  soi.     Cette   étude   préliminaire   nous   permet   de   mieux   cerner   la   direction   donnée   à   ce   mémoire.   En   effet,   bien   que   l’injonction   à   être   soi   recouvre   trois   dimensions,   celle   concernant   l’authenticité   est   particulièrement   mise   en   avant   par   le   formateur.   Ceci   contribue  inéluctablement  à  renforcer  l’intensité  de  l’injonction  à  être  soi  authentique  et   des  réactions  des  participants  à  celle-­‐ci.  Aussi  pour  l’analyse  qui  suit,  nous  serons,  dans   les  réactions  face  à  l’injonction  à  être  soi,  tout  particulièrement  attentifs  à  la  dimension   de  l’authenticité.       3. PRESENTATIONS  DES  RESULTATS     Maintenant   que   nous   avons   pu   vérifier   la   présence   de   l’injonction   à   être   soi   dans   le   programme  de  formation  et  le  discours  autocritique  du  formateur,  nous  allons  pouvoir   explorer   les   entretiens   des   deux   participants   à   cette   formation  :   Claudia   et   Bernard.   Comme  nous  venons  de  le  voir,  l’injonction  à  être  soi  se  cache  derrière  des  termes  plus   évocateurs,   tels   que   :   se   mettre   en   scène,   se   mettre   en   mouvement,   prendre   ses   47  
  • responsabilités,  se  montrer,  s’exposer,  oser,  se  mettre  en  zone  de  risque,  parler  de  soi,   etc.   Compte   tenu   de   la   forte   récurrence   des   messages   liés   à   l’authenticité   dans   le   discours   autocritique   du   formateur,   nous   pouvons   considérer   que   cette   dernière   dimension  de  l’injonction  à  être  soi  est  la  plus  prégnante  auprès  des  participants.  C’est   pourquoi,  nous  tout  particulièrement  attentif  à  la  réaction  de  ces  deux  participants  face   à  l’injonction  à  être  soi  authentique.     Nous  vérifierons  donc  les  trois  réactions  possibles  face  à  cette  injonction  :  l’expression   de   la   défection,   la   prise   de   parole   et   la   loyauté.   Pour   chacune   de   ces   trois   réactions   possibles,   nous   rapprocherons   les   éléments   communs,   paradoxaux   et   contradictoires   des   analyses   de   ces   deux   entretiens.   Enfin,   nous   dresserons   une   synthèse   de   ces   résultats,   avant   de   proposer   une   analyse   transversale   des   données.   Puis   nous   conclurons.     3.1 L A  DEFECTION   3.1.1 Entretien   d e   C laudia   Dans  les  premiers  échanges,  Claudia  exprime  une  forme  de  déception  liée  au  rythme  de   la  formation  :  «  le  premier  jour,  cela  repose  plus  sur  des  généralités…  je  les  connaissais  déjà   un   peu,   donc   je   trouvais   le   rythme   un   peu   lent  ».   Le   contenu   lui   étant   déjà   connu,   elle   semble  sous-­‐entendre  un  certain  ennui.  Ce  qu’elle  rappellera  mot  pour  mot  un  peu  plus   tard  dans  l’entretien  :  «  on  connaît  ces  notions-­là,  c’est  pour  cela  que  j’ai  trouvé  le  rythme   un   peu   lent.  »   Elle   lance   elle-­‐même   l’hypothèse   que   sa   perception   était   peut-­‐être   liée   à   son  impatience  :  «  j’étais  peut-­être  un  peu  impatiente  par  rapport  à  mon  cas.  »    Le  rythme   de   la   formation   qui   lui   paraît   lent   a   sans   doute   aussi   comme   conséquence   implicite  :   l’ennui.   Le   rythme   lent   et   l’expression   d’impatience   et   d’ennui   ne   sont   pourtant   pas   suffisants  pour  parler  de  défection  à  être  soi.  La  séquence  suivante  nous  permet  de  faire   ce   lien.   Lorsqu’elle   suggère   d’alléger   le   premier   jour   pour   laisser   plus   de   temps   à   la   pratique,  je  lui  pose  la  question  :  «  est-­ce  que  tu  crois  que  tu  aurais  pu  le  demander  (sous-­‐ entendu  pendant  la  formation)  ?  »  Ce  à  quoi  elle  répond  :  «  mais  je  ne  connaissais  pas  les   participants.  Mais  aussi  par  rapport  à  cela,  j’aurais  pu…  mais  c’est  de  l’autocensure  ».  Elle   soulève   ici   deux   points   importants.   Premièrement,   que   sa   connaissance   des   autres   participants   jugée   par   elle-­‐même   comme   insuffisante,   l’indispose   à   exprimer   sa   demande.   Deuxièmement,   qu’elle   aurait   pu   passer   outre   si   elle   n’avait   pas   fait   preuve   48  
  • d’autocensure.   Elle   explique   la   raison   de   cette   autocensure   de   trois   manières.   Tout   d’abord  en  disant  :  «  je  ne  connais  pas  leurs  besoins.  Je  ne  veux  pas  non  plus,  comment  dire,   passer   pour   un   perturbateur.  »   Cette   phrase   nous   permet   de   faire   le   lien   entre   la   méconnaissance   des   autres   exprimée   déjà   ci-­‐dessus   et   l’autocensure.   La   peur   du   jugement  d’autrui  joue  ici  clairement  le  rôle  d’un  puissant  frein  à  s’exposer.  Elle  ajoute   ensuite  une  deuxième  raison  à  son  autocensure  :  «  je  parle  de  mon  cas…  élevée,  grandit   dans   l’éducation   asiatique.  »,   insinuant   que   son   éducation   asiatique   serait   aussi   une   barrière  à  l’expression  de  son  besoin  et  de  sa  demande,  in  fine  une  barrière  à  être  soi.   Enfin,   la   troisième   raison   qu’elle   donne   à   son   autocensure   est   exprimée   dans   cette   phrase  :  «  on  est  quand  même  très  discipliné…  dans  un  cadre  assez  formalisé,  avec  pas  un   maître  et  des  élèves,  mais  presque.  »  Elle  conclut  :  «  on  est  quand  même  dans  un  esprit  très   scolaire.  »   Ce   passage   montre   que   le   fait   même   d’être   en   formation   réactive   en   elle   le   sentiment  de  l’élève  sur  les  bancs  de  l’école,  qui  se  manifeste  chez  elle  par  un  devoir  de   discipline,   qui   lui   semble   peu   compatible   avec   l’expression   libre   de   soi.   Il   est   intéressant   de   noter   au   passage   que   l’esprit   scolaire   est   associé   chez   Claudia   à   la   relation   maître-­‐ élève   et   au   cadre   formalisé   de   la   formation,   c'est-­‐à-­‐dire   l’exercice   en   formation   de   principes  plutôt  rigides,  régis  par  un  maître  de  cérémonie,  le  formateur.     Au-­‐delà   de   cette   question   de   l’autocensure,   elle   mentionne   un   autre   point   qui   mérite   toute  notre  attention.  Claudia  dit  en  parlant  du  groupe  :  «  tout  le  monde  a  joué  un  peu  son   rôle  et  à  essayer  de  participer  activement…  parce  que  je  pense  qu’il  y  a  une  part  d’intérêt   de  découvrir  un  petit  peu  des  notions  nouvelles…  de  faire  du  laboratoire.  »  Nous  pouvons   distinguer  ici  deux  sous-­‐entendus  paradoxaux  en  lien  avec  la  défection  à  être  réellement   soi.  Premièrement,  la  formation  c’est  un  peu  comme  faire  du  laboratoire,  c’est  à  dire  ne   pas  être  vraiment  dans  la  vraie  vie.  Dans  ces  conditions,  il  y  aurait  un  intérêt  à  essayer   de   participer   activement   pour   découvrir   des   notions   nouvelles.   Dans   participation   active,   nous   pouvons   d’ailleurs   soupçonner   la   présence   de   l’expression   de   soi   authentique,   notamment   par   exemple   l’échange   d’avis   ou   d’expériences   vécues.   Deuxièmement  et  paradoxalement,  elle  attribue  cet  effort  de  participation  à  un  rôle,  qui   ne  serait  non  pas  elle,  telle  qu’elle  pense  être,  mais  plutôt  celle  qui  obéit  à  ce  qui  lui  est   demandé   de   faire.   Dans   ces   conditions,   nous   pouvons   suspecter   que   la   personne   qui   essaie   de   participer   activement   ne   porte   en   fait   qu’un   masque   de   conventions.   Conventions   d’ailleurs   que   nous   pouvons   rapprocher   du   caractère   scolaire   de   la   formation   et   de   la   notion   de   discipline   qu’elle   induit,   déjà   exprimés   ci-­‐dessus.   Notons   49  
  • que   Claudia   utilise   plus   tard   dans   l’entretien   le   mot   masque   lorsqu’elle   cherche   des   solutions  pour  faciliter  la  connaissance  des  autres  et  créer  un  climat  de  confiance  :  «  tant   que  les  gens  ne  tombent  pas  encore  leurs  masques,  c’est  difficile  de  s’exprimer,  surtout  dans   ce   genre   de   formation.  »   Elle   dit   ainsi   que   le   port   du   masque   empêche   littéralement   de   pouvoir   s’exprimer   authentiquement   alors   qu’implicitement   ce   genre   de   formation   requiert  cette  authenticité.  Ceci  nous  permet  de  valider,  combien  Claudia  est  consciente   de  l’injonction  à  être  soi  authentique  dans  cette  formation.   En   conclusion,   Claudia   manifeste   une   certaine   défection   à   être   soi   authentique   pour   deux   raisons.   La   première   est   liée   à   son   impatience   face   à   un   contenu   déjà   connu   où   elle   s’autocensure  au  lieu  d’exprimer  son  besoin  d’accélérer  le  rythme  de  la  formation.  Elle   donne  trois  raisons  à  ce  comportement  :  la  peur  d’être  jugé  par  les  autres  participants,   son  éducation  asiatique  et  la  discipline  qu’induit  le  caractère  scolaire  de  la  formation.  La   seconde   raison   est   sa   participation   active   où   elle   joue   un   rôle,   porte   un   masque,   par   obéissance  aux  conventions  liées  à  la  formation.   3.1.2 Entretien   d e   B ernard   Dès   le   démarrage   de   son   entretien,   Bernard   exprime   deux   idées   fortes  :   sa   présence   recommandée   par   son   supérieur   hiérarchique   et   ses   préjugés   vis-­‐à-­‐vis   du   thème   de   la   formation  :  «  A  l’origine,  je  suis  venu  à  ce  stage  sur  les  conseils  et  les  recommandations  de   mon   supérieur   hiérarchique.   A   priori,   ce   n’était   pas   ma   tasse   de   thé   les   cours   de   communication.  »   Compte   tenu   de   la   juxtaposition   de   ces   deux   idées,   nous   pouvons   supposer   que   la   présence   fortement   conseillée   par   le   supérieur   hiérarchique   joue   plutôt   ici   le   rôle   de   frein   à   son   engagement.   De   même,   elle   accroît   sans   doute   sa   résistance   à   s’exposer   soi,   qui   est   déjà   chez   Bernard   une   attitude   peu   habituelle  :   «  J’ai   plutôt   tendance   à   vouloir   me   mettre   en   retrait   plutôt   que   m’exposer.  »   A   cela   s’ajoute,   ses   préjugés  sur  le  thème  de  la  formation.  Il  se  considère  comme  «  un  technicien  pur  et  dur  »   et   ajoute  :   «  donc   à   priori,   c’était   le   genre   de   formation   qui   ne   me   convenait   pas.  »   Nous   voyons  bien  ici  la  force  de  ses  préjugés  à  l’égard  de  la  formation  et  discernons  aussi  le   rejet  qu’il  pourrait  exprimer  vis-­‐à-­‐vis  du  contenu  ou  du  déroulé  de  celle-­‐ci.     Notons   au   passage   que   Bernard   a   assez   rapidement   ressenti   le   premier   jour   que   ses   «  préjugés   étaient   un   peu   tombés.  »   Toutefois  :   «  quand   j’ai   commencé   à   voir   poindre   les   ateliers   pratiques,   bon   là   j’ai   eu   un   peu   de   mal   le   premier   jour  »,   insinuant   ainsi   que   les   ateliers   pratiques   étaient   arrivés   peut-­‐être   un   peu   trop   rapidement   pour   lui.   Il   n’était   50  
  • pas  encore  prêt  à  s’exposer  :  «  j’espérais  en  fin  de  compte  que  je  ne  me  retrouve  pas  dans   un   débat   (atelier),   mais   plutôt   en   tant   que   spectateur   plutôt   qu’acteur.  »     Des   ateliers   amenés   trop   rapidement   dans   la   formation   amènent   donc   Bernard   à   réagir   plutôt   par   la   défection.     Après   la   présence   forcée,   les   préjugés   et   le   rythme,   Bernard   nous   donne   une   nouvelle   source   de   défection  :   la   peur   du   jugement.   Dans   le   cadre   des   ateliers,   il   présente   cette   peur   ainsi  :   «  j’avais   peur   du   jugement   des   autres  ».   Cette   peur   du   jugement   des   autres   prend   chez   Bernard   une   place   très   importante,   car   il   en   parle   à   de   nombreuses   reprises,   comme   ici  :   «  C’est   la   peur…   de   ne   pas   dire   ce   qu’il   faut,   de   me   sentir   jugé,   le   regard   des   autres  sur  moi.  »    Ou  encore  :  «  je  suis  un  peu  gêné  du  regard  que  les  autres  peuvent  porter   sur  moi  ».  Cette  peur  joue  sans  aucun  doute  un  grand  rôle  dans  la  défection  de  Bernard  à   s’afficher   et   à   s’exprimer.   Il   le   confirme   d’ailleurs   en   répondant   à   ma   question   si   cela   l’aurait   gêné   que   les   autres   puissent   croire   qu’il   était   résistant   à   ne   pas   vouloir   s’exprimer.   Il   répond   alors  :   «  Probablement   un   peu  ».   Cette   crainte   du   regard   d’autrui   nous   laisse   présager   que   Bernard   cache   un   certain   besoin   d’évaluation   ou   plus   exactement  un  besoin  de  reconnaissance  de  sa  valeur.  Nous  reprendrons  cette  idée  un   peu  plus  tard  dans  le  chapitre  loyauté.   Très  focalisé  sur  le  qu'en-­‐dira-­‐t-­‐on,  il  attribue  aussi  cette  peur  du  jugement  à  un  manque   d’assurance  en  soi  :  «  Je  m’interroge  toujours  sur  ce  qu’ils  pensent  de  moi.  J’ai  pas  dit  une   bêtise  ?   Est-­ce   que   je   raconte   n’importe   quoi  ?   C’est   un   peu   un   manque   d’assurance   également  ».   Manque   d’assurance   aussi   en   dehors   de   la   formation,   puisque   à   peine   fini   l’entretien,  il  me  pose  la  question  suivante  :  «  Ca  va,  je  n’ai  pas  été  trop  long  ?  »  Aussi,  son   manque   d’assurance   tend   à   le   conduire   à   la   défection,   à   rester   en   réserve,   à   ne   pas   s’exposer.     Ce   manque   d’assurance   est   d’ailleurs   associé   par   Bernard   à   deux   causes   que   nous   pouvons   considérer   comme   facteurs   de   défection  :   sa   timidité   et   sa   méconnaissance   des   autres   participants.   Il   l’exprime   ainsi  :   «  depuis   ma   plus   tendre   enfance,   je   suis   d’un   naturel   timide.   Donc   c’est   vrai   que   se   retrouver   dans   un   groupe   avec   des   gens   qu’on   ne   connait   pas,   c’est   pas   forcément   évident   dans   les   premières   séances   du   cours.  »   Si   le   premier  facteur  est  intrinsèque  au  participant,  le  second  est  quant  à  lui  la  résultante  de   ce  qui  se  passe  pendant  la  formation.     51  
  • Enfin,   dans   l’ordre   chronologique   de   l’entretien,   le   dernier   point   qui   apparaît   est   plus   subtil  à  interpréter.  Il  dit  que  la  formation  s’est  finalement  très  bien  passée  pour  lui  et   quand  je  lui  demande  pourquoi,  il  répond  :  «  si  ça  se  passait  autre  part  qu’en  formation,   ce   serait   peut-­être   légèrement   différent.  »   Pourquoi  ?   «  Là   on   savait   qu’il   fallait   quand   même   jouer   le   jeu,   on   essayait   de   mettre   en   pratique   quand   même   ce   que   l’on   avait   appris  ».  En  sachant  la  réticence  qu’il  avait  vis-­‐à-­‐vis  des  ateliers,  dans  l’expression  «  jouer   le  jeu  »,  nous  pouvons  percevoir  une  défection  à  se  montrer  tel  qu’il  est.  Comme  si  le  fait   même   d’être   en   formation   conditionnait   Bernard   à   jouer   un   rôle   en   oubliant   au   moins   momentanément  d’exprimer  son  point  de  vue  réel  ;  une  forme  là  encore  d’auto  censure.     En   conclusion,   au   démarrage   de   la   formation,   Bernard   fait   preuve   de   défection   à   s’exposer,  car  d’une  part,  sa  présence  est  forcée  et  d’autre  part,  il  a  des  préjugés  sur  le   thème  de  la  formation.  Sa  peur  du  jugement  des  autres  est  un  facteur  supplémentaire  de   défection,  qu’il  impute  à  un  manque  d’assurance  de  sa  part,  lié  à  sa  timidité  naturelle  et  à   sa   méconnaissance   des   autres.   La   non-­‐reconnaissance   de   sa   valeur   semble   participer   aussi   au   processus   de   défection.   Le   formateur   et   les   conditions   de   démarrage   de   la   formation   influencent   aussi   la   défection   de   ce   participant,   notamment   au   travers   du   rythme  qui  conduit  ce  dernier  à  s’impliquer  personnellement.  Enfin,  le  fait  même  d’être   en  formation  l’amène  à  «  jouer  le  jeu  »  du  laboratoire,  ce  qui  nous  laisse  interpréter  une   forme   volontaire   de   défection   à   s’exposer   tel   qu’il   est   vraiment,   comme   s’il   y   avait   un   souhait  raisonné  de  s’oublier  soi.     3.1.3 Croisement   d es   d onnées   l iées   à   l a   d éfection   Dans   les   deux   analyses   qui   précèdent,   nous   avons   mis   en   exergue   à   la   fois   des   manifestations   de   la   défection   à   être   soi   et   des   facteurs   intrinsèques   et   extrinsèques   à   l’expression   de   cette   défection.   Nous   allons   ci-­‐dessous   rassembler   les   éléments   communs  de  ces  deux  analyses,  ainsi  que  les  éléments  paradoxaux  et  complémentaires.   3.1.3.1 Eléments  communs   Dans  les  expressions  de  la  défection  à  être  soi,  nous  pouvons  relever  dans  les  interviews   de   Claudia   et   Bernard   un   élément   commun   et   deux   distincts.   Tout   d'abord,   Claudia   utilise   le   mot   «  masque  »   pour   exprimer   l’idée   de   «  jouer   un   rôle  »   pendant   la   formation  ;   Bernard  exprime  plus  sobrement  l’idée  de  «  jouer  le  jeu  ».  En  fait,  ils  expriment  tous  deux   la  même  idée  :  les  conventions  liées  à  la  formation  facilitent  une  position  de  coopération   52  
  • par   phénomène   d’ancrage   (retour   sur   les   bancs   de   l’école)   qui   induit   in   fine   une   défection   à   se   mettre   en   scène   de   manière   authentique.   Ceci   rejoint   les   propos   de   Claudia,  où  le  caractère  scolaire  de  la  formation  contribue  à  sa  défection  à  s’exposer  soi.   Dans   les   facteurs   intrinsèques   facilitant   la   défection   à   être   soi,   le   principal   point   commun   est   la   peur   du   jugement.   Tous   deux   expriment   très   nettement   cette   peur   du   regard   des   autres.   Cette   peur   du   jugement   est   d’ailleurs   intimement   liée   à   un   facteur   extrinsèque  :  la  méconnaissance  des  autres  ;  point  là  aussi  très  nettement  exprimé  par   les   deux   stagiaires.   Enfin,   toujours   dans   les   facteurs   extrinsèques,   le   dernier   élément   commun  est  le  rythme  d’avancement  de  la  formation  inapproprié.     3.1.3.2 Eléments  complémentaires     Claudia   parle   d’«  autocensure  »   quand   Bernard   exprime   son   besoin   de   se   retrouver   en   «  retrait  »,  en  posture  de  «  spectateur  »  pour  ne  pas  à  avoir  à  s’exprimer.  Dans  les  deux   cas,  nous  pouvons  observer  la  défection  à  s’exposer  et  à  se  montrer  soi.   Nous   avons   plusieurs   éléments   intrinsèques   et   extrinsèques   qui   influencent   la   défection   à  être  soi  et  qui  apparaissent  soit  dans  le  discours  de  Claudia,  soit  dans  celui  de  Bernard.   Tout  d’abord  dans  les  éléments  intrinsèques,  Claudia  évoque  l’importance  que  tient  son   éducation  asiatique  dans  sa  posture  d’autocensure.  Bernard  exprime  quant  à  lui  plus  son   caractère  timide  et  son  éducation,  auquel  il  ajoute  son  manque  d’assurance.  Par  ailleurs,   nous   avons   vu,   ses   préjugés   sur   la   formation   étaient   bien   ancrés   et   contribuaient   au   processus  de  défection  au  moins  en  début  de  formation.     Dans  les  éléments  extrinsèques,  nous  avons  vu  dans  le  cas  de  Bernard  que  la  pression  de   sa   hiérarchie   pour   qu’il   assiste   à   cette   formation,   jouait   en   faveur   d’une   posture   de   défection.  Enfin,  comme  nous  l’avons  vu  ci-­‐dessus,  le  rythme  inapproprié  est  un  élément   commun   de   défection,   mais   les   attentes   divergent   pour   chacun   d’eux.   Claudia   souhaite   passer   rapidement   sur   les   notions   connues   et   explorer   plus   tôt   les   notions   nouvelles.   Derrière  le  rythme,  c’est  une  question  de  contenu.  Pour  Bernard,  les  ateliers  pratiques,   excluant   les   exercices   d’interconnaissance   en   début   de   formation,   sont   arrivés   trop   rapidement   au   cours   de   la   première   journée.   Dans   les   cas,   c’est   la   question   du   positionnement  des  ateliers  pratiques  dans  le  déroulé  de  la  formation  qui  est  en  cause.   53  
  • 3.1.3.3 Eléments  contradictoires   Excepté   cette   notion   de   rythme   qui   vient   d’être   explicité   ci-­‐dessus,   aucun   élément   contradictoire  n'apparaît  dans  les  entretiens.     3.2 L A  PRISE  DE  PAROLE   La   prise   de   parole   exprime   un   mécontentement   fort.   Or,   ni   Bernard,   ni   Claudia   n’ont   exprimé   un   tel   mécontentement   au   cours   de   la   formation.   Par   contre,   pendant   les   entretiens,  ils  donnent  une  idée  à  quoi  aurait  pu  ressembler  leurs  prises  de  parole  et  à   quelles  conditions  elle  aurait  été  déclenchée.     Précisons  également  tout  le  paradoxe  de  la  prise  de  parole  face  à  l’injonction  à  être  soi,   car  l’expression  du  mécontentement  peut  aussi  être  une  forme  authentique  d’expression   de   soi.   Pour   exprimer   son   mécontentement,   ne   faut-­‐il   pas   oser   s’afficher,   montrer   ouvertement   son   opinion  ?   Dans   cette   analyse,   nous   considérerons   que   le   mécontentement   exprimé,   bien   que   loyal   à   l’injonction   à   être   soi,   représente   toutefois   une   opposition   franche   au   formateur,   son   discours   et/ou   à   ses   pratiques.   Ainsi,   il   est   probable  qu’une  telle  expression  de  soi  diffère  des  attentes  du  formateur  en  la  matière.   3.2.1 Entretien   d e   C laudia   Lors  de  l’entretien,  Claudia  exprime  son  impatience  vis-­‐à-­‐vis  de  la  lenteur  d’avancement   de   la   formation   le   premier   jour,   car   elle   connaît   déjà   les   notions   abordées   par   le   formateur.  Comme  nous  l’avons  vu  ci-­‐dessus  (cf.  chapitre  défection),  des  espaces-­‐temps   réservés   à   des   feedbacks   l’auraient   aidé   à   exprimer   son   impatience   et   son   besoin   d’aller   plus  vite.  Je  lui  pose  ensuite  la  question  :  «  Est-­ce  qu’il  y  aurait  pu  avoir  autre  chose  qui   aurait  pu  t’aider  à  prendre  les  rênes  et  de  le  dire  quand  même  ?  »  Ce  à  quoi  elle  répond  :   «  Je  pense  que  l’on  a  presque  les  mêmes  idées  avec  Jacqueline  (sa  voisine),  je  pense  que  si   au  milieu  de  la  deuxième  journée,  cela  n’avait  pas  avancé  tel  que  l’on  souhaitait,  je  pense   que   l’on   aurait   fait   quelque   chose,   mais   cela   aurait   été   peut-­être   trop   tard.  ».   Nous   pouvons   supposer   ici   que   sans   changement   de   rythme   avant   le   milieu   de   la   deuxième   journée,  Claudia  aurait  exprimé  ouvertement  son  mécontentement  et  sa  déception  vis-­‐à-­‐ vis  de  la  formation.  Il  semble  que  sa  prise  de  parole  aurait  été  facilitée,  par  le  fait  que  son   mécontentement  soit  partagé  avec  sa  voisine  et  qu’elles  fassent  alliance  pour  l’exprimer.   Ainsi,  nous  pouvons  voir  qu’un  mécontentement  dès  qu’il  dépasse  une  certaine  limite  de   54  
  • temps,  ici  la  moitié  de  la  formation,  ou  une  certaine  pression  de  frustration,  peut  aboutir   à   la   prise   de   parole.   Cette   prise   de   parole   est   donc   facilitée   si   le   participant   sait   son   mécontentement  partagé  et  a  l’assurance  qu’il  sera  accompagné  dans  sa  prise  de  parole   par   au   moins   un   autre   participant.   Enfin,   notons   au   passage   que   Claudia   doutait   de   l’efficacité   d’une   prise   de   parole   si   tardive.   Ceci   nous   permet   de   conclure   que   Claudia   n’avait  ni  la  volonté  ni  la  confiance  en  elle  suffisantes  pour  considérer  sa  prise  de  parole   comme  l’issue  à  privilégier  pour  redresser  la  qualité  du  contenu  de  la  formation,  sinon   sans  doute  l’aurait-­‐elle  envisagé  avant.   3.2.2 Entretien   d e   B ernard   Bernard  nous  donne  une  autre  piste  pour  décrire  une  réaction  de  prise  de  parole  face  à   l’injonction   à   être   soi.   Il   explique   qu’avec   un   autre   animateur   qui   ne   l’aurait   pas   mis   «  dans   les   meilleures   conditions  »,   il   aurait   refusé   de   participer   aux   travaux   pratiques  :   «  les   travaux   pratiques,   je   suis   désolé,   mais   je   préfère   ne   pas   y   participer.  »   C’est   bien   entendu   le   refus   de   se   mettre   en   scène   qui   est   en   question   ici   (cf.   chapitre   défection).   Ceci   nous   permet   de   conclure   que   des   conditions   initiales   non   appropriées   favorisent   la   prise   de   parole   chez   Bernard.   Nous   ne   pouvons   ici   définir   ces   conditions   non   appropriées  autrement  que  par  opposition  avec  les  meilleures  conditions  que  Bernard  a   définies  pour  décrire  la  formation  qu’il  a  suivie.  Or,  voici  comme  il  exprime  cette  idée  :   «  Le   premier   jour   suite   au   fait   que   l’animateur   ai   mis   en   place   la   présentation   dès   le   début   de  tous  les  participants,  cela  m’a  quand  même  mis  dans  de  bonnes  dispositions.  »  Même  si   comme   nous   le   verrons   plus   en   détail   ci-­‐dessous   dans   le   chapitre   sur   la   loyauté,   de   bonnes   conditions   peuvent   recouvrir   chez   Bernard   d’autres   éléments,   nous   avons   ici   une  piste  pour  interpréter  quelles  auraient  été  les  conditions  préalables  d’une  prise  de   parole  :  la  méconnaissance  des  autres  et  donc  implicitement  comme  nous  l’avons  vu  ci-­‐ dessus   (cf   chapitre   défection)   la   peur   du   jugement   des   autres.   Donc,   dans   de   telles   conditions,   si   le   formateur   avait   demandé   à   Bernard   de   participer   à   un   atelier   où   il   devait   se   mettre   en   scène,   Bernard   aurait   réagi   par   la   prise   de   parole,   faisant   ainsi   paradoxalement   face   à   sa   peur   d’être   jugé   par   les   autres   participants.   Cette   prise   de   parole   aurait   pu   éventuellement   se   concrétiser   par   une   attitude   agressive   au   cours   de   la   formation,  comme  il  le  laisse  présager  en  parlant  des  exercices  de  débat  :  «  j’aurais  pu  à   la  limite  réagir  un  peu  violemment  ».     55  
  • 3.2.3 Croisement   d es   d onnées   l iées   à   l a   p rise   d e   p arole     3.2.3.1 Eléments  communs   Nous   pouvons   distinguer   deux   points   communs   aux   deux   analyses   ci-­‐dessus.   Premièrement,   la   prise   de   parole   n’a   jamais   eu   lieu   dans   les   deux   cas   et   apparaît   comme   un   signal   d’alarme   ultime,   une   menace,   pour   redresser   la   qualité   perçue   de   la   formation   par  le  participant  mécontent.  Ceci  est  d’ailleurs  précisément  le  rôle  de  la  prise  de  parole,   défini   par   Hirschman.   Deuxièmement,   la   prise   de   parole   semble   requérir   un   niveau   de   confiance  en  soi  important,  surtout  si  le  participant  ignore  l’avis  des  autres  participants.   En   fait,   tous   deux   craignent   dans   la   prise   de   parole,   le   jugement   de   leurs   pairs.   Ceci   explique   sans   doute   leur   hésitation   à   prendre   la   parole   et   leur   préférence   pour   la   défection.   Toutefois,   si   le   mécontentement   était   devenu   trop   important,   tous   deux   auraient  franchit  le  seuil  de  la  prise  de  parole.     Voyons   maintenant   les   éléments   complémentaires   dans   cette   analyse   de   la   prise   de   parole.   3.2.3.2 Eléments  complémentaires   Dans  le  premier  cas,  l’hypothétique  prise  de  parole  semble  requérir  le  soutien  d’autres   participants,   comme   si   la   prise   de   parole   ne   pouvait   être   envisagée   autrement   qu’au   profit   d’un   rétablissement   de   la   qualité   de   la   formation   pour   tous.   La   prise   de   parole   est   donc   raisonnée   et   collective.   Dans   le   second   cas,   la   question   du   soutien   des   autres   participants   n’est   pas   nécessaire  ;   la   prise   de   parole   est   individuelle   et   instinctive.   Elle   répond   à   un   instinct   vital   de   protection.   Nous   pouvons   également   mesurer   d’autres   éléments   complémentaires,   comme   la   source   du   mécontentement.   Pour   Claudia,   le   mécontentement   est   lié   à   un   rythme   d’avancement   de   la   formation   inapproprié.   Pour   Bernard,   c’est   la   participation   forcée   à   un   atelier   où   la   mise   en   scène   de   soi   est   nécessaire,  qui  est  source  de  mécontentement.   3.2.3.3 Eléments  contradictoires   Aucun  élément  contradictoire  n’apparaît  dans  ces  deux  entretiens.     56  
  • 3.3 L A   L OYAUTE   3.3.1 Entretien   d e   C laudia   Ce  qui  apparaît  en  premier  lieu  dans  l’entretien  de  Claudia  est  sa  motivation  personnelle   pour   suivre   cette   formation  :   «  le   contenu   théorique   que   l’on   avait   au   travers   des   publications   (programme)   m’intéresse   parce   que   je   compte   construire   un   projet   professionnel,   donc   de   conversion   ou   de   déviation   professionnelle.  »   Sa   motivation   se   traduit   aussi   par   son   travail   personnel   au   cours   de   la   formation  :   «  je   le   vois   si   tu   veux   au   travers  de  ces  ateliers  comment  je  peux  les  appliquer,  les  utiliser  ou  au  moins  me  conforter   par   rapport   à   mes   connaissances.  »   Aussi   peu   à   peu,   nous   découvrons   son   fort   besoin   d’évaluation   et   de   progrès   chez   Claudia,   qui   d’ailleurs   l’amène   en   formation  :   «  dans   le   cadre   du   travail   tu   le   fais   (mise   en   pratique   des   fondamentaux   du   cours)   avec   un   objectif   et  personne  n’ira  te  dire  que  ça  ne  va  pas.  ».  Ceci,  nous  permet  au  passage  de  noter  que   l’absence  d’enjeu  professionnel  est  également  rassurant  pour  le  participant.  Quand  je  lui   pose  la  question  si  les  ateliers  lui  ont  été  bénéfiques,  elle  répond  :  «  Bénéfiques,  dans  le   sens  où…  je  sais  un  peu  près  ce  dont  je  suis  capable  »  et  ajoute  :  «  cela  (les  ateliers)  remet   en   évidence   un   certain   axe   à   améliorer   ou   un   certain   point   fort   à   peut-­être   renforcer   encore   pour   pouvoir   l’exploiter   avec   beaucoup   plus   d’efficacité.  »   Dans   ce   passage,   si   nous   percevons  sans  difficulté  la  loyauté  à  être  soi  autonome  et  performant,  l’expression  de   l’authenticité   est   moins   évidente.   Pourtant,   son   authenticité   se   dessine   en   arrière-­‐fond   de  son  discours.  En  effet,  comment  s’évaluer  correctement  à  l’issue  des  ateliers  si  nous   ne  jouons  pas  un  minimum  notre  rôle  avec  authenticité  ?  Aussi,  nous  voyons  bien  qu’au   travers  de  cet  exemple,  à  quel  point  les  manifestations  d’autonomie,  de  performance  et   d’authenticité   sont   intimement   liées.   D'ailleurs,   elle   illustre   parfaitement   bien   cette   imbrication   dans   ces   propos  :   «  moi   dans   mon   cas,   j’essaie   d’explorer   quelles   sont   mes   limites   et   je   pense   qu’eux   aussi   ils   sont   dans   cet   état   d’esprit   pour   pouvoir   faire   ce   jeu   (atelier)…  sans  être  jugé  »  et  ajoute  en  guise  de  conclusion  :  «  il  n’y  a  pas  de  barrières  à  ce   niveau-­là   et   avec   un   objectif   à   long   terme   c’est   de   pouvoir   être   mieux.  »   Tous   les   ingrédients  sont  là  :  démarche  autonome  de  progrès  et  implication  authentique  dans  la   formation.   D’ailleurs,   c’est   sans   doute   cette   dernière   expression   que   nous   garderons   pour  décrire  le  mieux  l’attitude  de  loyauté  vis-­‐à-­‐vis  de  l’injonction  qui  nous  intéresse.     Comme  nous  l’avons  déjà  soulevé  au  chapitre  défection,  Claudia  prononce  avec  entrain   l’importance   de   faire   «  tomber   les   masques,   au   début   pour   avoir   plus   de   confiance  »,   car   57  
  • «  tant   que   les   gens   ne   tombent   pas   encore   leurs   masques,   c’est   difficile   de   s’exprimer,   surtout   dans   ce   genre   de   formation.  »   Ceci   traduit   bien   son   fort   désir   de   voir   les   autres   participants   s’impliquer   plus   authentiquement   dans   la   formation   pour   lui   permettre   tout  simplement  d’avoir  plus  confiance  en  eux  et  ainsi,  s’exposer  sincèrement.  Mais  alors   qu'est-­‐ce  qui  contribue  à  faire  tomber  les  masques  ?  «  Parler  de  soi  en  dehors  de  tout  ce   qui  est  représentation,  société,  fonction  quelque  chose  d’un  plus  personnel,  qui  touche  un   peu  plus  à  la  personne  sans  aller  trop  dans  l’affect  ».  Et  elle  ajoute  :  «  les  gens  s’expriment   que   quant   ils   sont   dans   un   climat   de   confiance.  »   Le   nœud   gordien   qui   se   tisse   dans   le   discours   de   Claudia,   met   superbement   en   exergue   l’importance   que   revêt   pour   elle   la   posture  d’authenticité  en  formation  et  la  complexité  de  l’articulation  des  paramètres  qui   contribuent   à   créer   le   climat   favorable   à   l’émergence   de   cette   posture.   Quand   je   lui   reformule  finalement  ma  compréhension  de  son  discours  sous  cette  forme  :  «  le  fait  de   parler   de   soi   comme   ça   au   travers   de   ce   type   d’exercice,   et   être   amené   à   dévoiler   des   parties   un   peu   plus   personnelles   de   soi,   cela   contribuerait   à   créer   ce   climat   (de   confiance)  »,   elle   répond   par   l’affirmative   en   précisant   son   expérience   passée   de   ce   type   d’expérience.   Quand   enfin,   je   lui   pose   la   question   si   cela   inclut   aussi   le   formateur,   elle   répond  là  encore  par  l’affirmative  et  avec  insistance  déclare  «  il  faut  qu’il  commence  !  »   Claudia   donne   précédemment   dans   son   entretien   d’autres   pistes   qui   semble   pouvoir   contribuer   à   créer   ce   climat   d’authenticité.   Dans   l’ordre   de   ces   propositions,   la   disposition   de   la   salle   en   U   semble   idéale   pour   Claudia.   Ensuite,   le   formateur   pourrait   solliciter   régulièrement   des   feedbacks   auprès   des   participants   sur   le   déroulé   et   l’avancement   de   la   formation,   «  ouvrir   des   canaux   de   libres   expressions  ».   Cette   invitation   aurait  sans  doute  suffi  à  Claudia  pour  exprimer  son  mal  à  l’aise  de  la  première  journée   vis-­‐à-­‐vis   du   rythme   d’avancement.   Elle   ajoute   enfin   le   fait   de   pouvoir   régulièrement   changer   la   composition   des   sous-­‐groupes   afin   de   rencontrer   et   travailler   avec   d’autres   personnes   que   ses   voisins   et   «  favoriser   les   échanges  ».   Finalement,   toutes   ces   dispositions  contribueraient  à  réduire  le  caractère  scolaire  de  la  formation,  faciliter  les   échanges,   la   connaissance   des   autres,   franchir   les   barrières   de   l’anonymat   et   in   fine,   permettre  la  libre  expression  de  soi.     Pour   résumer,   la   volonté   de   Claudia   d’être   loyal   à   l’injonction   à   être   soi   est   plus   nettement  observable  que  la  manifestation  réelle  de  cette  loyauté.  Nous  pouvons  déceler   sa   loyauté   au   travers   de   sa   très   forte   implication   personnelle,   reliée   à   son   projet   de   reconversion,   son   besoin   d’évaluation   et   son   fort   désir   d’être   mieux,   notamment   en   58  
  • trouvant   dans   la   formation   «  les   moyens   de   couvrir   ce   qu’elle   est   venue   chercher  ».   Le   climat  de  confiance  ressort  comme  la  condition  préalable  pour  permettre  cette  loyauté.   Or   ce   climat   se   créé   par   l’articulation   complexe   de   plusieurs   paramètres   qui   visent   simultanément   à   faciliter   l’expression   de   chacun   et   à   mieux   connaître   les   autres.   Pour   Claudia,  ces  paramètres  sont  aussi  variés  que  la  disposition  des  tables  en  U,  l’exemple  du   formateur  à  se  dévoiler,  des  ateliers  en  sous-­‐groupe  où  chacun  peu  parler  de  soi  et  où  les   membres   changent   à   chaque   nouveau   atelier,   des   canaux   de   libre   expression   où   les   participants   seraient   invités   par   le   formateur   à   s’exprimer   librement   sur   l’avancement   de   la   formation   et   sans   doute   l’absence   d’enjeu   professionnel   dans   les   cas   pratiques.   Enfin,  nous  comprenons  à  travers  cette  analyse  que  se  dévoiler  soi  équivaut  à  montrer   sa  confiance  à  l’autre,  qui  par  ricochet  se  dévoile  à  son  tour.  Ce  lien  de  réciprocité  petit  à   petit   s’élargit   au   sous-­‐groupe,   puis   au   groupe   dans   sa   totalité.   C’est   ainsi   donc   pour   Claudia  que  tombent  les  masques  et  qu’émerge  l’authenticité  de  soi,  nécessaire  au  bon   déroulement  de  ce  type  de  formation.     3.3.2 Entretien   d e   B ernard   Malgré   son   attitude   initiale   très   dubitative   sur   ce   type   de   formation,   Bernard   s’est   rapidement   senti   dans   de   bonnes   dispositions  :   «  Le   premier   jour,   suite   au   fait   que   l’animateur  a  mis  en  place  la  présentation  dès  le  début  de  tous  les  participants,  cela  m’a   quand   même   mis   dans   de   bonnes   dispositions.70  »   Aussi,   nous   pouvons   conclure   encore   une   fois   que   la   connaissance   des   autres   est   un   puissant   levier   pour   mettre   les   participants  dans  les  meilleures  conditions.  Bernard  soulève  ensuite  un  deuxième  point   qui  semble  pour  lui  tout  aussi  crucial,  le  climat  de  non-­‐jugement  :  «  j’avais  peur  un  peu  du   jugement  des  autres,  à  aucun  moment  avec  tous  les  participants,  je  me  suis  senti  jugé  »  et   conclue  :   «  ce   qui   m’a   permis   de   me   libérer   davantage   et   de   finalement   prendre   plaisir   à   faire   les   travaux   pratiques.  »   Voilà   qui   nous   permet   de   comprendre   l’émergence   de   sa   loyauté  vis-­‐à-­‐vis  de  l’injonction  à  être  soi.  C’est  parce  qu’il  a  dès  le  début  de  la  formation   rencontré   les   autres,   qu’il   n’a   perçu   aucun   jugement   chez   eux,   qu’il   a   finalement   pu   s’ouvrir,  se  libérer  et  participer  pleinement  aux  ateliers.  Il  le  dit  une  nouvelle  fois  un  peu   plus  tard  dans  l’entretien  :  «  j’ai  vraiment  trouvé  le  groupe  super,  ce  qui  m’a  permis  de  me                                                                                                                   70  Précisons  que  dans  la  présentation  de  tous  dès  le  début  de  la  formation,  chacun  avait  pu  rencontrer  tous   les  autres  participants  en  tête  à  tête  pendant  une  minute.   59  
  • libérer   assez   rapidement   sans   doute.  »   Le   verbe   libérer   est   d’ailleurs   très   fort   et   sous-­‐ entend  une  délivrance  d’une  contrainte,  comme  si  finalement  être  soi  et  acteur  était  plus   agréable   que   porter   un   masque   et   être   spectateur.   Ce   qu’il   confirme   par   la   notion   de   plaisir  qu’il  ressent  une  fois  libéré.  Notons  également  que  sa  loyauté  à  l’injonction  à  être   soi   s’exprime   par   une   implication   forte,   notamment   dans   les   ateliers   pratiques   où   rappelons-­‐le   il   est   nécessaire   de   s’exposer   soi.   Ceci   étant   pourtant   bien   contraire   à   sa   tendance   naturelle   initiale  :   «  J’ai   plutôt   tendance   à   vouloir   me   mettre   en   retrait   plutôt   que   m’exposer.  »   Ce   qui   finalement   lui   permet   de   conclure  :   «  Donc,   en   fin   de   compte,   quand  je  regarde  ma  position  du  début  par  rapport  au  cours  et  ce  qui  l’en  résulte  après  la   troisième   journée,   je   suis   très   satisfait   du   stage.  »   De   cette   phrase,   nous   pouvons   en   déduire   que   l’attitude   de   loyauté   à   l’injonction   n’est   pas   incompatible   avec   un   à   priori   négatif  ;   elle   peut   être   le   résultat   d’un   changement   de   perception.   Son   implication   et   son   changement  de  perception  ne  seront  d’ailleurs  pas  sans  le  surprendre  :  «  J’ai  même  fait   des   débats   ou   pris   position   sur   des   sujets   plus   ou   moins   chauds  »   ou   encore   «  je   me   suis   même   surpris   moi-­même  ».   Ceci   montre   l’écart   entre   l‘attitude   qu’il   pensait   adopter   initialement  et  le  comportement  qu’il  a  finalement  dévoiler.   Quand  je  lui  pose  la  question  s’il  y  a  eu  d’autres  caractéristiques  dans  ce  groupe  qui  ont   pu   l’aider   à   franchir   ce   cap,   il   répond   par   l’affirmative  :   «  Oui,   le   fait   que   les   gens   m’appelaient   par   mon   prénom,   par   exemple  »   et   compare   cela   à   ses   expériences   passées  :   «  C’est   vrai   que   des   fois,   c’est   très   impersonnel,   là   on   a   senti   que   c’était   vraiment   très   convivial.  »  Le  tutoiement  proposé  dès  le  début  de  la  formation  par  le  formateur  semble   y   avoir   également   contribué  :   «  le   fait   qu’on   allait   plutôt   se   tutoyer…   ça   met   un   peu   plus   à   l’aise.  »  Derrière  cette  satisfaction  d’être  appelé  par  son  prénom  et  tutoyé,  nous  pouvons   lire   aussi   une   certaine   satisfaction   à   avoir   été   reconnu   non   pas   comme   une   personne   lambda,   mais   comme   un   être   à   part   entière   à   qui   on   associe   un   prénom,   une   identité.   Dans  le  chapitre  défection,  nous  avons  parlé  de  besoin  de  reconnaissance  de  sa  valeur,   nous  pourrions  préciser  ici  :  besoin  de  reconnaissance  de  son  identité.   Enfin,   il   semble   que   le   formateur   véhicule   des   signaux   plus   ou   moins   propices   à   l’émergence  de  ce  climat  et  de  cette  libération  :  «  il  est  très  posé…  la  voix  très  douce,  très   calme  »   et   ajoute   «  on   sent   que   c’est   (la   communication)   un   domaine   qui   l’intéresse   beaucoup,  qu’il  prend  beaucoup  de  plaisir  »  et  conclu  «  donc  on  prend  plus  ça  comme  un   jeu,  ça  devient  tout  de  suite  plus  ludique  et  dès  que  c’est  plus  ludique,  on  laisse  retomber  la   60  
  • pression  ».   Voilà   plusieurs   idées   qui   méritent   toute   notre   attention.   Tout   d'abord,   la   relation   du   formateur   avec   son   métier   et   son   cours   a   un   impact   direct   sur   les   participants.   S’il   a   plaisir   à   exercer   son   métier,   il   transmet   cette   bonne   humeur   aux   participants  ;   la   passion   est   communicative.   Donc,   l’exemplarité   du   formateur   joue   un   rôle   dans   le   niveau   d’implication   et   d’ouverture   à   soi   du   participant.   Ensuite,   le   fait   qu’il   n’y  ai  pas  de  pression,  pas  d’enjeu,  notamment  celui  d’être  jugé,  soulage  le  participant  et   lui  permet  de  s’exprimer  et  s’exposer  tel  qu’il  est.     Pour  résumer,  Bernard  manifeste  sa  loyauté  à  être  soi  au  travers  d’une  implication  forte,   notamment   dans   les   ateliers  ;   il   ose   s’exposer.   Plusieurs   paramètres   concourent   à   ce   résultat.  Tout  d’abord  le  sentiment  d’assurance,  provoqué  en  partie  par  un  sentiment  de   libération  lié  à  un  changement  de  perception.  Ensuite,  le  climat  de  convivialité  instauré   dans  la  formation,  avec  notamment  le  tutoiement,  les  exercices  d’interconnaissance  du   début   et   l’usage   des   prénoms   qui   reconnait   l’identité   de   chacun.   Dans   la   même   lignée,   l’absence   de   jugement   facilite   sans   aucun   doute   l’émergence   de   ce   climat   de   convivialité   et  l’attitude  de  loyauté  à  être  soi.  Le  fait  également  que  les  ateliers  n’aient  aucun  enjeu   professionnel   soulage   le   participant   d’une   certaine   pression.   Enfin,   l’exemplarité   du   formateur   est   importante  ;   s’il   inspire   le   calme   avec   une   voix   posée   et   dégage   une   forme   évidente  de  plaisir  à  exercer  son  métier,  il  influence  l’attitude  du  participant  et  le  convie   naturellement  à  se  sentir  en  confiance  à  se  livrer  tel  qu’il  est.   3.3.3 Croisement   d es   d onnées   l iées   à   l a   l oyauté   3.3.3.1 Eléments  communs   L’implication   forte,   en   particulier   dans   les   ateliers   pratiques   où   il   faut   s’exposer,   est   la   manifestation   commune   la   plus   visible   de   leur   loyauté   à   l’injonction   à   être   soi.   Cette   implication  est  plus  qu’une  simple  participation  de  présence,  elle  démontre  un  élan  pour   se   montrer   tels   qu’ils   sont.   D'ailleurs,   Bernard   parle   de   libération   quand   Claudia   mentionne   la   nécessité   de   faire   tomber   les   masques.   Nous   pouvons   percevoir   là   un   fil   rouge  :   jouer   un   rôle   pèse   et   se   montrer   soi   libère.   Cette   révélation   de   soi   n’est   toutefois   possible  que  si  préalablement  la  confiance  est  créée  entre  les  participants  d’une  part,  et   entre   le   formateur   et   les   participants   d’autre   part.   Pour   Claudia   et   Bernard,   cette   confiance  se  construit  donc  par  la  simultanéité  de  plusieurs  paramètres.  Une  attitude  de   non-­‐jugement   entre   tous   est   la   première   condition.   L’exemplarité   du   formateur   suit.   Il   doit  donc  le  premier  démontrer  une  attitude  de  non-­‐jugement  et  manifester  sa  loyauté  à   61  
  • l’injonction,   c'est-­‐à-­‐dire   s’exposer   soi.   Ensuite,   la   connaissance   des   autres   est   cruciale.   Pour   cela,   tout   ce   qui   contribue   à   l’interconnaissance   des   participants   et   le   plus   tôt   possible   dans   la   formation,   influence   positivement   l’émergence   de   cette   confiance.   L’interconnaissance  s’effectuant  essentiellement  au  travers  d’ateliers,  il  paraît  important   pour  ces  deux  participants  que  les  ateliers  ne  présentent  aucun  enjeu  professionnel.     3.3.3.2 Eléments  complémentaires   Dans  cette  loyauté,  Bernard  évoque  le  sentiment  de  plaisir  et  d’assurance  qu’il  éprouve,   résultats   d’un   changement   de   perception   positif.   L’attitude   de   loyauté   de   Claudia   est   quant   à   elle   intimement   liée   à   son   projet   de   conversion   professionnelle.   En   effet,   elle   précise  qu’elle  assiste  à  cette  formation  dans  ce  but.  Par  ailleurs,  Claudia  estime  que  ce   type   de   formation   requiert   une   exposition   de   soi   importante   pour   en   tirer   le   meilleur   profit.   Toujours   dans   les   critères   intrinsèques,   Claudia   est   venue   aussi   chercher   dans   cette   formation   de   l’évaluation   quant   à   ses   pratiques,   ce   qui   justifie   plus   encore   la   nécessité  pour  elle  de  s’exposer  telle  qu’elle  est.  Dans  les  critères  extrinsèques,  Claudia   mentionne  qu’il  lui  aurait  été  aidant  si  le  formateur  avait  aménagé  des  temps  de  libres   expressions   au   moins   au   cours   de   la   première   journée   pour   savoir   si   la   formation   répondait   aux   attentes   des   participants.   Elle   précise   également   l’importance   d’avoir   une   salle  où  les  tables  sont  disposées  en  U.  Bernard  quant  à  lui  semble  être  sensible  au  fait   d’être  reconnu  dans  son  identité  et  notamment  d’être  appelé  par  son  prénom  et  tutoyé.   La  posture  posée  et  la  voix  calme  du  formateur  l’ont  aussi  en  partie  aidé  à  se  sentir  dans   de  bonnes  dispositions.     3.3.3.3 Eléments  contradictoires   Aucun  élément  contradictoire  n’apparaît  dans  ces  deux  entretiens.       3.4 S YNTHESE  DES  DONNEES   Nous   avons   analysé   les   entretiens   de   deux   participants   sous   l’angle   de   trois   réactions   possibles   face   à   l’injonction   à   être   soi   :   la   défection,   la   prise   de   parole   et   la   loyauté.   Dans   chacune  de  ces  analyses,  nous  avons  distingué  la  manifestation  de  cette  réaction  et  les   éléments   qui   facilitent   l’émergence   de   cette   réaction,   que   nous   avons   divisée   en   deux   familles  :   éléments   intrinsèques   et   éléments   extrinsèques.   Enfin,   pour   chacune   des   réactions,   nous   avons   cerné   trois   catégories   de   résultat  :   les   éléments   communs   aux   deux  entretiens  que  nous  considérons  ici  comme  validés  ;  les  éléments  complémentaires   62  
  • qui   donneront   un   aperçu   d’autres   critères   spécifiques   à   chacun   et   pas   forcément   antinomiques  ;  les  éléments  paradoxaux.  Aucun  de  ces  derniers  n’ayant  pu  être  observé   au  cours  de  ces  analyses,  nous  pouvons  conclure  que  les  propos  recueillis  sont  cohérents   entre  eux.  Aussi,  nous  ne  parlerons  pas  plus  de  cette  dernière  catégorie.     Résumons  donc  maintenant  les  principaux  résultats  de  ces  analyses.       3.4.1 La   d éfection   D’après   nos   observations   ci-­‐dessus,   la   défection   à   l’injonction   à   être   soi,   c’est   comme   jouer  un  rôle  où  le  participant  ferait  semblant  d’être  ce  qu’il  n’est  pas.  Une  posture  du   participant   en   retrait,   en   situation   de   spectateur,   est   une   manière   de   reconnaître   cette   défection.  Elle  peut  aussi  se  manifester  sous  forme  d’auto-­‐censure.         Cette  expression  de  la  défection  à  être  soi  repose  en  partie  sur  des  facteurs  intrinsèques   dont   l’élément   le   plus   nettement   exprimé   est   la   peur   du   jugement.   L’éducation,   le   manque   d’assurance,   les   préjugés   sur   la   formation   ou   encore   le   sentiment   de   non-­‐ reconnaissance   de   sa   valeur   ressortent   comme   des   facteurs   complémentaires   et   spécifiques  à  l’un  ou  l’autre  des  participants.     Le   principal   facteur   extrinsèque   de   la   défection   est   la   méconnaissance   des   autres,   qui   renforce   cette   peur   du   regard   d’autrui   exprimée   ci-­‐dessus.   Des   conventions   trop   scolaires,   c’est   à   dire,   trop   rigide   contribuent   également   à   générer   ce   type   de   réaction.   Un  rythme  d’avancement  inapproprié  influence  aussi  le  mécanisme  de  défection.  Selon   les   individus,   il   peut   être   perçu   comme   soit   trop   lent   avec   une   attente   forte   sur   de   nouveaux   apports,   soit   trop   rapide,   avec   en   particulier   une   implication   dans   des   ateliers   jugée   trop   rapide.   Enfin,   dans   le   cas   de   Bernard,   nous   avons   observé   que   la   présence   forcée  en  formation,  source  potentielle  de  préjugés  vis-­‐à-­‐vis  de  celle-­‐ci,  tend  à  faciliter  la   posture  de  défection.     3.4.2 La   p rise   d e   p arole   La   prise   de   parole   si   elle   a   lieu,   ce   qui   n’a   pas   été   le   cas   pour   des   deux   participants   rencontrés,   s’exprime   si   le   mécontentement   est   devenu   inacceptable.   Elle   intervient   quand  l’espoir  de  rétablissement  est  encore  possible,  mais  où  la  perte  de  cet  espoir  est   proche.   La   prise   de   parole   aurait   été   exprimée   pour   chacun   des   deux   participants   par   une  attitude  de  mécontentent  exprimée  à  l’encontre  du  formateur.     63  
  • La   prise   de   parole   requiert   une   certaine   confiance   en   soi,   pour   affronter   l’éventuel   jugement   des   autres,   ce   qui   d’ailleurs,   peut   conduire   le   participant   à   retarder   sa   revendication  dans  la  formation.       Le  soutien  anticipé  et  avéré  d’autres  participants  semble  être  d’une  aide  significative.  Le   rythme  d’avancement  trop  longtemps  inapproprié  et  la  participation  forcée  à  un  atelier   sont  deux  facteurs  extrinsèques  qui  facilitent  l’émergence  de  la  prise  de  parole.   3.4.3 La   l oyauté   La  loyauté  à  l’injonction  à  être  soi  s’exprime  par  une  implication  forte  notamment  dans   les  ateliers  pratiques.  Cet  élan  à  se  montrer  soi  est  vécu  avec  plaisir,  fruit  d’un  sentiment   de   libération   et   d’un   changement   de   perception.   Un   projet   initial   de   conversion   professionnelle   ou   encore   tout   simplement   le   besoin   d’évaluation   sont   des   conditions   intrinsèques  favorisant  l’attitude  de  loyauté.   Les  conditions  extrinsèques  jouent  un  grand  rôle  dans  l’émergence  de  cette  attitude  de   loyauté.   La   confiance   est   indiscutablement   la   plus   importante   de   ces   conditions.   Plusieurs   paramètres   se   conjuguent   pour   permettre   l’émergence   de   cette   confiance   et   cette   attitude   de   loyauté.   La   connaissance   des   autres   et   donc   tous   les   exercices   d’interconnaissance  qui  la  permettent,  sont  un  premier  facteur  important.  L’attitude  de   non-­‐jugement   général   au   sein   du   groupe   est   un   autre   facteur,   qui   sera   mesuré   notamment   pendant   les   exercices.   L’exemplarité   du   formateur   est   cruciale   et   il   doit   notamment   démontrer   sa   faculté   à   s’exposer   tel   qu’il   est,   sans   artifice.   Solliciter   des   feedbacks  régulièrement,  la  disposition  de  la  salle  en  U,  la  posture  posée  du  formateur   ou   encore   le   fait   d’appeler   les   participants   par   leur   prénom   et   les   tutoyer,   semblent   contribuer   à   l’émergence   de   ce   sentiment   de   confiance,   qui   par   ricochet   facilite   la   loyauté  des  participants  à  l’injonction  à  être  soi.   3.4.4 Tableau   d e   s ynthèse   Ces   résultats   peuvent   être   présentés   sous   forme   de   réponses   aux   trois   questions   suivantes  :     -­‐ Quelle   est   la   réaction   du   participant   à   l’injonction   à   être   soi   ?   Utilisant   le   cadre   théorique   d’Hirschman,   la   réponse   peut   être   soit   la   défection,   soit   la   prise   de   parole,  soit  la  loyauté.   64  
  • -­‐ Comment  s’observe  cette  réponse  ?  Sur  quels  éléments  nous  appuyons  nous  pour   observer   chacune   de   ces   réactions  ?   Dit   autrement,   à   quoi   reconnaissons-­‐nous   cette  réaction  ?   -­‐ Quels  sont  les  éléments  qui  favorisent  cette  réaction  ?  Cette  question  sera  divisée   en   deux   familles   de   réponses  :   les   éléments   intrinsèques   qui   dépendent   exclusivement  du  participant  et  les  éléments  extrinsèques,  qui  ne  dépendent  pas   du  participant.   Enfin,   nous   pourrons   distinguer   les   réponses   communes   aux   deux   participants   de   celles   spécifiques  à  l’un  d’entre  eu.     Nous  obtenons  ainsi  ce  tableau  récapitulatif  :     65  
  •         Injonction  à  être  soi   Quelle  est  la  réaction  du   Défection   Prise  de  Parole   Loyauté   participant  ?   Commun  aux   Implication   deux   Jouer  un  rôle   Mécontentement   Comment   forte   participants   s’exprime  cette   réaction  ?   Spécifique  à     Posture  retrait   Plaisir   l’un  d’entre     X     eux   Autocensure   Assurance  en  soi   Commun  aux   Sentiment  de   deux   Peur  du  jugement   Confiance  en  soi   libération   participants   Education   Quels  sont  les   Changement  de     facteurs   perception   Manque   intrinsèques     d’assurance   qui  favorisent   Spécifique  à     Projet  de     cette  réaction  ?   l’un  d’entre   X   conversion   Préjugés   eux   professionnelle       Non-­‐ Besoin   reconnaissance  de   d’évaluation   sa  valeur   66  
  •     Injonction  à  être  soi   Quelle  est  la  réaction  du   Défection   Prise  de  Parole   Loyauté   participant  ?   Confiance     Connaissance   Méconnaissance   des  autres   des  autres       Non-­jugement   Commun  aux   Conventions     deux   scolaires   X   Exemplarité  du   participants     formateur   Rythme     d’avancement   Ateliers   Quels  sont  les   inapproprié   pratiques  sans   facteurs   enjeu   extrinsèques   professionnel   qui  favorisent   cette  réaction  ?   Sollicitation  de     feedback   Soutien  d’autres     participants   Disposition  de  la     salle  en  U   Rythme   Spécifique  à     d’avancement  trop   l’un  d’entre   Présence  forcée   Posture  posée  du   longtemps   eux   formateur   inapproprié       Tutoiement  /   Participation   Prénom   forcée       67  
  • Dans  ce  tableau,  nous  avons  volontairement  mis  en  gras  tous  les  éléments  qui  répondent   à  l’un  de  nos  trois  critères  constitutifs  de  l’intimité,  tel  que  nous  les  avons  désignés  dans   la   partie   théorique   de   ce   mémoire  :   confiance,   chaleur   et   l’expression   ouverture   des   sentiments.  Ainsi,  nous  pouvons  observer  que  tous  les  éléments  se  rattachant  à  l’intimité   figurent  dans  la  colonne  loyauté.  La  confiance  omniprésente  dans  l’analyse  menée  sur  la   loyauté.   L’implication   forte   et   la   connaissance   des   autres   vont   de   pair   avec   une   démarche   d’ouverture   de   soi-­‐même.   Une   attitude   générale   de   non-­‐jugement   dans   le   groupe,   le   tutoiement   et   l’usage   du   prénom,   répondent   au   besoin   de   chaleur   humaine   nécessaire   pour   se   ressentir   en   intimité.   Par   ailleurs,   à   l’exception   de   l’implication   forte,   toutes   les   autres   manifestations   de   l’intimité   se   situent   dans   la   famille   des   facteurs   extrinsèques.   Ceci   nous   confirme   le   rôle   de   l’intimité   dans   le   choix   des   participants   à   adopter  l’attitude  de  loyauté  face  à  l’injonction  à  être  soi.       A  ce  stade,  nous  pouvons  d’ores  et  déjà  valider  notre  seconde  hypothèse.  Toutefois,  nous   pouvons   encore   détailler   le   rôle   de   l’intimité.   C’est   l’objet   de   l’analyse   transversale   ci-­‐ dessous.     3.5 A NALYSE  TRANSVERSALE  DES  DONNEES  OBSERVEES   3.5.1 Une   p rise   d e   p arole   i nexistante   Selon  A.  Hirschman,  la  prise  de  parole  fonctionne  si  son  volume  et  le  nombre  de  voix  à   s’exprimer  sont  significatifs  et  que  la  capacité  d’influence  de  la  personne  qui  s’exprime   est  forte.  Observons  donc  ensemble  chacun  de  ces  paramètres  dans  notre  contexte.   Concernant   le   volume   de   la   prise   de   parole,   il   a   été   inaudible,   tout   simplement   parce   qu’aucun   des   deux   stagiaires   n’a   fait   entendre   leur   voix.   Pourtant,   leur   capacité   d’influence   était   certaine  ;   la   menace   tacite   d’une   mauvaise   évaluation   par   le   stagiaire   sur   la   formation   et   le   formateur   lui   confère   une   capacité   d’influence   certaine   sur   ce   dernier.  Mais  aucun  des  deux  stagiaires  n’a  jugé  nécessaire  de  faire  appel  à  cette  menace   ou   à   la   prise   de   parole.   D’ailleurs,   les   fiches   d’évaluation   des   deux   participants   ne   laissent   transparaître   aucune   source   de   mécontentement,   au   contraire.   Cependant,   il   est   possible,  bien  que  peu  probable  compte  tenu  des  évaluations,  que  la  prise  de  parole  qui   ne   s’est   pas   exprimée   pendant   la   formation,   puisse   avoir   lieu   après   la   formation   dans   l’organisation   du   participant.   Quelle   serait   alors   l’importance   qu’accorderait   le   responsable  formation  à  cette  manifestation  de  mécontentement,  contradictoire  avec  la   68  
  • fiche  d’évaluation,  dont  il  aurait  la  copie  ?  Le  poids  d’une  prise  de  parole  si  tardive  serait   vraisemblablement  peu  significatif.   Mais   alors   pourquoi,   la   prise   de   parole   face   à   l’injonction   à   être   soi   ne   sait-­‐elle   pas   exprimée  ?   Plusieurs   réponses   sont   possibles.   Premièrement,   l’injonction   n’a   peut   être   pas   généré   d’inconfort   ou   d’insatisfaction   particulière   auprès   de   chacun   des   participants.  Deuxièmement,  la  méconnaissance  des  autres  en  début  de  formation  a  sans   doute  représenté  un  gros  frein  à  la  prise  de  parole.  Cette  méconnaissance  des  autres  fait   craindre   l’inefficacité   de   la   prise   de   parole,   principalement   parce   que   celui   qui   l’exprime   ignore  s’il  sera  soutenu  pas  d’autres  participants.  Aussi,  cette  formation  interentreprise   de  trois  jours  n’offrait  pas  les  conditions  appropriées  à  une  prise  de  parole,  compte  tenu   du   fait   que   les   participants   n’avaient   peut   être   pas   suffisament   de   temps   pour   se   connaître.   D'ailleurs,   Claudia,   de   peur   d’être   mal   jugée   par   les   autres,   a   privilégié   la   défection   à   la   prise   de   parole.   Le   deuxième   jour,   si   rien   n’avait   changé,   elle   aurait   pris   la   parole   seulement   parce   qu’elle   savait   qu’elle   aurait   été   suivie   par   sa   voisine.   Bernard,   quant  à  lui,  aurait  éventuellement  pris  la  parole  par  crainte  de  devoir  trop  rapidement   s’exposer.  Quoi  qu'il  en  soit,  nous  voyons  bien  là,  les  difficultés  à  franchir  le  seuil  de  la   prise   de   parole.   Nous   comprenons   mieux   pourquoi   Claudia   aurait   finalement   préféré   que   le   formateur   sollicite   plus   réglièrement   les   participants   pour   qu’ils   puissent   exprimer   leur   sentiment   vis-­‐à-­‐vis   de   l’avancement   de   la   formation.   Ce   que   Hirschman   confirme  :  «  la  propension  à  opter  pour  la  prise  de  parole  varie...  selon  qu’existent  ou  non   des   organes   d’expression   susceptibles   de   transmettre   le   message   efficacement   et   à   bon   marché.71  »   Troisièmement,   dans   le   cas   de   Claudia,   l’attente   tardive   d’une   éventuelle   prise   de   parole   est   le   plus   sûr   moyen   de   ne   pas   l’exprimer   (surtout   au   cours   d’une   formation   de   trois   jours)   et   d’envisager   la   défection.   Or   selon   A.   Hirschman   «  faire   défection,  c’est  perdre  la  possibilité  de  prendre  la  parole72  »  et  la  défection  est  «  adoptée  en   dernier   recours,   lorsque   l’échec   est   devenu   certain  ».   Ce   qui   signifie   en   substance   que   si   le   participant  ne  parvient  pas  dès  les  premières  heures  de  la  formation  à  prendre  la  parole   pour   exprimer   une   gêne,   une   insatisfaction   ou   tout   simplement   un   doute   sur   le   contenu,   il   fera   appel   à   la   défection.   Et   tant   qu’il   conserve   cette   posture,   il   censure   de   facto   sa   prise  de  parole.                                                                                                                     71  Albert  Hirschman,  op.  cit.  p.73   72  Ibid.,  p.64   69  
  • En   conclusion,   la   prise   de   parole   demande   un   gros   effort   sans   doute   quelque   peu   disproportionné   par   rapport   à   un   enjeu   mal   évalué.   Aussi,   il   était   peu   probable   que   la   prise  de  parole  émerge,  d’autant  que  la  défection  est  aisée  à  mettre  en  œuvre...   3.5.2 La   d éfection   à   d éfaut   d e   p rise   d e   p arole     Comme  nous  venons  de  le  voir,  la  prise  de  parole  exige  un  certain  nombre  de  conditions   difficiles  à  réunir  dans  une  telle  formation.  A  défaut  de  prise  de  parole,  la  défection  est   une   alternative   facile   à   mettre   en   œuvre   pour   montrer   sa   non-­‐adhésion.   Aussi,   nous   pouvons  d’ores   et   déjà   conclure   qu’un  des  bénéfices   cachés  de  la  défection  est  sûrement   l’évitement  du  risque  et  de  l’effort  que  représente  la  prise  de  parole.   Rappelons   que   la   manifestation   de   la   défection   a   été   mesuré   surtout   le   premier   jour,   dans   une   attitude   de   retrait,   l’autocensure   et   le   sentiment   de   jouer   un   rôle.   Si   la   défection   à   être   soi   a   vite   disparu   au   cours   de   la   formation,   c’est   sans   doute   parce   que   le   formateur   a   su   rétablir   la   qualité   perçue   par   les   participants   au   niveau   attendu.   Si   le   formateur   n’avait   pas   considéré   rapidement   ces   signaux   de   défection   comme   de   réels   signaux  d’alarme,  il  est  fort  probable  que  la  défection  se  serait  intensifiée  et  propagée.   Ceci  aurait  eu  pour  conséquence  de  créer  une  forme  de  paralysie,  un  retrait  muet,  tout   ce   dont   le   formateur   n’a   pas   besoin.   Au   contraire,   pour   rendre   palpable   et   vivante   sa   demande  d’authenticité,  d’autonomie  et  de  performance,  il  cherche  à  éviter  à  tout  prix   ces  attitudes.  La  propagation  de  la  défection  des  participants  irait  à  l’inverse  de  l’objectif   visé  par  le  formateur.  Ce  qui  d’ailleurs,  ne  manquerait  pas  de  lui  faire  perdre  au  passage   une   certaine   crédibilité   et   de   générer   une   perte   de   confiance,   ce   dont   justement,   les   participants  ont  le  plus  besoin  pour  adhérer  de  manière  loyale  à  l’injonction.       En   conséquence   de   cette   éventuelle   menace,   le   formateur   lutte   pour   faire   adhérer   les   participants.   Il   met   en   œuvre   tous   les   dispositifs   nécessaires   pour   «  accrocher  »   les   participants  et  éviter  ainsi  à  tout  prix  la  défection  dans  les  rangs.   3.5.3 La   l oyauté   f orcée   p ar   l ’intimité   Comme   le   résume   Hirschman  :   «  le   loyalisme   freine   la   défection   et   favorise   la   prise   de   parole73  ».   En   effet,   le   participant   loyal   à   l’injonction   à   être   soi   se   sent   responsable   d’agir   de  l’intérieur,  c’est  à  dire  se  maintenir  en  accord  avec  l’injonction  pour  éventuellement                                                                                                                   73  Albert  Hirschman,  op.  cit.,  p.125   70  
  • remédier   à   son   imperfection   ou   à   son   insatisfaction   perçue.   En   effet,   lorsque   le   participant  manifeste  une  attitude  de  loyauté,  agir  soudainement  par  la  défection,  c’est   prendre   le   risque   de   détériorer   la   situation   (cf.   chapitre   ci-­‐dessus).   Le   participant   est   donc  comme  pris  en  otage,  voué  à  agir  de  l’intérieur,  dans  le  sens  de  l’injonction.  Voilà   pourquoi   le   loyalisme   retarde   par   un   calcul   raisonné   la   défection,   sans   toutefois   l’empêcher  :   «  le   loyalisme   tire   son   importance   du   fait   qu’il   peut   neutraliser   dans   une   certaine   mesure   la   tendance   à   faire   défection74  ».   Est-­‐il   étonnant   alors   que   la   loyauté   à   l’injonction  à  être  soi  s’exprime  principalement  par  une  implication  forte  pour  les  deux   participants  ?  Pas  vraiment.  L’implication  forte  les  rend  acteurs  de  la  formation  dans  le   sens  où  ils  s’approprient  le  contenu  de  la  formation  en  interagissant  avec  le  groupe  et  le   formateur.   Cette   implication   forte   n’est-­‐elle   pas   le   meilleur   moyen   pour   agir   de   l’intérieur  et  rétablir  la  qualité  de  la  prestation  qui  viendrait  à  décroître  ?     Dans  le  cas  extrême  ou  le  mécontentement  persisterait,  l’attitude  loyale  offre  un  poids   d’attention  et  de  négociation  certain.  D’ailleurs,  plus  la  loyauté  est  forte,  plus  elle  offre   un   poids   d’attention   et   de   négociation   important.   Pourquoi  ?   D’une   part,   parce   que   la   simple   menace   de   la   défection   sonne   alors   comme   un   puissant   signal   d’alarme.   Elle   enclenche  un  gros  effort  du  formateur  pour  redresser  la  qualité  de  son  intervention  et   ramener   le   participant   au   plus   vite   à   une   attitude   de   loyauté75.   D’autre   part,   pour   ces   participants   qui   ont   maintenant   confiance   et   adopté   une   attitude   loyale,   leurs   attentes   sont   fortes.   Face   à   une   déception   persistente,   la   prise   de   parole   serait   déterminée   et   redoutable.   Aussi,   elle   exigerait   une   réaction   immédiate   du   formateur   à   la   hauteur   du   volume   exprimé.   Sinon,   elle   exposerait   ce   dernier   à   un   risque   de   propagation   de   la   rébellion   ou   à   la   défection   définitive   des   preneurs   de   parole.   Rappelons   quand   même,   que   pour   le   formateur,   la   prise   de   parole   est   une   opportunité   d’approfondir   le   thème   incriminé,   élever   les   échanges   et   donc   améliorer   la   qualité76.   Dans   tous   les   cas,   si   la   défection   ou   la   prise   de   parole   est   exercée   par   une   personne   influente,   c'est-­‐à-­‐dire   précédemment  considérée  comme  très  loyale,  ou  mieux,  plusieurs  personnes  loyales  en                                                                                                                   74  Ibid.,  p.126   75  La  défection  serait  toutefois  la  dernière  alternative,  car  si  elle  était  exécutée,  il  deviendrait  difficile  de   revenir  en  arrière.  (id.) 76   Dans   le   cas   où   la   prise   de   parole   serait   prononcée   après   la   formation,   soit   au   près   de   l’organisme   de   formation,  via  notamment  la  fiche  d’évaluation,  soit  au  près  de  son  responsable  formation  qui  remontrait   l’information  auprès  de  l’organisme  de  formation,  c’est  alors  à  ce  dernier  de  se  charger  de  l’amélioration   de  la  qualité.   71  
  • même  temps,  il  ne  fait  aucun  doute  qu’elle  permettra  une  amélioration  significative  de  la   qualité  par  le  formateur  ;  c’est  l’appréciation  de  la  formation  et  de  sa  prestation  qui  est   en  jeu.   Cependant,   cette   attitude   de   loyauté   à   être   soi   authentique   requiert   au   moins   deux   conditions  :   premièrement,   la   confiance   dans   le   groupe,   qui   s’acquiert   par   la   connaissance   des   autres   et   une   attitude   générale   de   non-­‐jugement   dans   le   groupe   et   deuxièmement,   l’exemplarité   du   formateur.   Dit   plus   simplement  :   on   suit   l’exemple   du   formateur,  on  partage  ensemble  une  partie  de  soi,  on  se  connaît,  on  s’accepte  tel  que  l’on   est  et  on  se  fait  confiance.     Nous  voyons  bien  là  que  les  conditions  préalables,  propices  à  l’expression  de  soi,  sont  les   constituants   du   climat   d’intimité   tel   que   nous   l’avons   défini   en   début   de   ce   mémoire.   L’intimité   est   le   signe   d’une   loyauté   forte   des   participants   à   l’injonction   à   être   soi.   Ce   climat   d’intimité   est   plus   qu’un   climat   de   confiance,   car   justement   il   présuppose   l’ouverture   de   soi   aux   autres   et   la   dimension   de   proximité   entre   tous   les   membres   du   groupe.  Le  formateur  joue  le  rôle  de  guide  dans  cette  construction  de  l’intimité.     Toutetfois,   rappelons-­‐le,   le   formateur   a   des   objectifs   pédagogiques   à   atteindre.   Or   comme  nous  l’avons  déjà  vu  ci-­‐dessus,  la  loyauté  est  aussi  le  plus  sûr  moyen  de  réprimer   l’attitude  de  défection,  qui  risquerait  de  faire  perdre  au  formateur  l’adhésion  du  groupe   à   son   programme.   Aussi,   nous   pouvons   percevoir   tout   l’intérêt   que   représente   l’attitude   de  loyauté  des  participants  pour  le  formateur.  Créer  et  maintenir  un  climat  d’intimité,  et   donc   faire   adopter   l’attitude   de   loyauté,   c’est   finalement   pour   lui   le   plus   sûr   moyen   d’atteindre   les   objectifs  pédagogiques   de   la   formation   et   donc   à   priori   la   satisfaction   des   participants.  En  fait,  il  est  probable  que  le  formateur  met  tout  en  œuvre,  consciemment   ou   inconsciemment,   pour   empêcher   la   défection   dans   les   rangs   et   tuer   dans   l’œuf   la   prise   de   parole.   Au   travers   de   cette   courte   analyse   transparait   le   danger   de   la   loyauté   inévitablement  orchestrée  et  promue  par  le  formateur.  Cette  promotion  de  la  loyauté  à   l’injonction   s’exprime   ici   notamment   par   des   signes   de   convivialité   (prénom,   tu),   de   reconnaissance   (non-­‐jugement)   et   par   l’exemplarité   du   formateur   lui-­‐même   à   être   soi.   L’intimité  permet  donc  de  développer  l’attitude  de  loyauté  et  de  freiner  la  défection  et  la   prise  de  parole  :  «  les  institutions  et  les  procédés  qui  visent  à  promouvoir  le  loyalisme  ne   72  
  • tendent   guère   à   encourager   la   prise   de   parole.   En   fait,   ils   sont   souvent   conçus   pour   réprimer  d'un  même  mouvement  et  la  défection  et  la  prise  de  parole.77  »     Ceci   n’est   pas   sans   rappeler   «  Les   tyrannies   de   l’intimité  »   de   Richard   Sennett   (1974)   où   l’intimité  est  présentée  comme  un  facteur  à  fort  risque  de  manipulation.  Dans  le  décor   de  la  formation  profesionnelle  etudiée,  le  formateur  est  comme  le  gardien  du  temple78  où   il  se  fourvoie  à  l’usage  de  l’intimité  comme  instrument  de  manipulation  pour  réprimer  la   défection  et  la  prise  de  parole  et  dérouler  son  programme  en  bonnes  et  dues  formes.     3.6 C ONCLUSION  DE  LA  PRESENTATION  DES  RESULTATS   Notre  question  de  départ  portait  sur  le  rôle  de  l’intimité  dans  les  modalités  d’expression   des   participants   face   l’injonction   à   être   soi   dans   la   formation   choisie.   Notre   analyse   a   permis   de   démontrer   que   non   seulement   l’intimité   influence   les   réactions   comportementales  des  participants,  mais  qu’elle  facilite  tout  particulièrement  l’attitude   de  loyauté  des  participants  vis-­‐à-­‐vis  de  l’injonction  à  être  soi  au  dépens  des  réactions  de   défection  ou  de  prise  de  parole.  Nous  validons  ainsi  notre  hypothèse  de  départ.   Notre   analyse   permet   également   de   montrer   combien   le   formateur   bénéficie   des   conséquences  de  cette  intimité.  Certes,  elle  est  pour  le  lui  un  excellent  moyen  d’assurer   la  loyauté  des  participants  à  l’injonction  à  être  soi,  mais  elle  aussi  et  surtout  le  plus  sûr   moyen  d’assurer  un  relatif  contrôle  sur  le  groupe  en  réprimant  la  défection  et  la  prise  de   parole   dans   les   rangs.   En   ce   sens,   l’intimité   est   pour   le   formateur   un   moyen   particulièrement   efficace   de   dérouler   sa   formation   dans   une   ambiance   propice   pour   atteindre   ses   objectifs   pédagogiques.   Produire   de   l’intimité   à   cette   fin,   sans   en   communiquer  préalablement  l’enjeu  aux  participants,  c’est  de  la  manipulation.                                                                                                                   77  Albert  Hirschman,  op.cit.,  p.146   78   En   référence   aux   gardiens   du   temple   de   Michela   Marzano   (op.   cit.)   qu’elle   associe   aux   coachs   qui   s’érigent  en  gardien  du  fonctionnement  du  groupe.   73  
  • PARTIE  3  :  DISCUSSIONS  DES  RESULTATS   1. LIMITES  DU  TRAVAIL   Le   travail   d’analyse   mené,   repose   sur   deux   entretiens   qu’il   convient   de   critiquer   pour   mieux  en  mesurer  les  résultats  obtenus.  Nous  discuterons  en  particulier  de  deux  points  :   la  taille  de  l’échantillon  et  le  phénomène  de  désirabilité  inhérent  aux  entretiens  menés   en  face  à  face.     1.1 T AILLE  REDUITE  DE  L ’ ECHANTILLON   Dans   le   chapitre   méthodologie,   nous   avons   vu   quelles   avaient   été   les   motivations   du   choix   des   participants.   Prendre   un   homme   initialement   réticent   à   la   formation   et   une   femme   très   motivée   est   un   choix   contrasté   et   garde   tout   son   sens.   Toutefois,   les   formations  comme  celle  étudiée  comptent  de  nombreux  participants,  qui  arrivent  dans   bien   d’autres   circonstances.   Prenons   quelques   exemples  :   le   participant   qui   choisit   ce   thème   parce   qu’il   lui   paraît   intéressant   pour   son   travail   actuel  ;   le   participant   qui   au   contraire  choisi  cette  formation,  car  elle  lui  semble  utile  pour  sa  vie  privée  ;  ou  encore,  le   participant  qui  a  choisi  sa  formation  presque  par  hasard.  Cette  diversité  des  motivations   initiales   n’a   pas   été   prise   en   considération   dans   ce   travail   pour   des   raisons   essentiellement   liées   au   manque   de   moyens.   Une   constitution   de   matériaux   statistiquement   exhaustifs   d’une   réalité   si   diversifiée   et   le   travail   d’analyse   nécessaire   auraient  requis  énormément  de  plus  temps.  Sans  aller  aussi  loin,  l’échantillon  aurait  pu   toutefois   compter   un   participant   déçu   en   fin   de   formation,   ce   qui   aurait   vraisemblablement   permis   d’étayer   les   volets   de   l’analyse   couvrant   la   prise   de   parole   et   la  défection.   De  ce  fait,  les  résultats  de  cette  analyse  ne  peuvent  en  aucun  cas  prétendre  à  révéler  une   règle  générale  de  conduite  des  participants  en  formation  des  adultes  face  à  l’injonction  à   être  soi.  Au  mieux,  ces  résultats  présentent  quelques  pistes  d’interprétation  de  certains   comportements   dans   une   formation   d’adultes   où   l’injonction   étudiée   tient   une   place   importante  dans  le  programme  pédagogique  et  dans  le  discours  du  formateur.     74  
  • 1.2 P HENOMENE  DE  DESIRABILITE  SOCIALE   En  psychologie,  le  phénomène  de  désirabilité  sociale79  désigne  le  mécanisme  par  lequel   «  de  nombreux  sujets  ont  en  effet  tendance  à  masquer  leur  véritable  choix  et  à  sélectionner,   au  contraire,  le  choix  opposé  par  ce  qu’il  est  plus  valorisé  socialement.  Cette  tendance  peut   découler  d’un  refus  des  sujets  de  se  voir  tels  qu’ils  sont  et/ou  d’une  crainte  du  jugement  que   le   psychologue   peut   porter   sur   eux.80  »   Ce   qu’exprime   très   bien   Jean-­‐Claude   Kaufmann   (2007)  dans  le  cadre  de  l’entretien  mené  pour  une  finalité  de  recherche  :  «  Il  est  frappant   de   constater   combien   très   souvent   les   informateurs   entrent   dans   le   rôle   de   bons   élèves,   prenant   très   à   cœur   l’entretien   et   s’appliquent   pour   bien   répondre   à   chacune   des   questions81.  »   Compte   tenu   de   la   faible   taille   de   l’échantillon,   du   fait   que   les   deux   participants   me   connaissaient  en  tant  qu’autre  participant,  il  parait  nécessaire  de  soulever  ici  le  risque   d’interférence   du   phénomène   de   désirabilité   sociale   dans   les   résultats   des   entretiens   menés.   Nous   pouvons   distinguer   notamment   deux   passages   illustrant   justement   ce   phénomène.  Tout  d’abord,  Bernard  qui,  tout  juste  à  la  fin  de  l’entretien,  demande  à  toute   hâte  :   «  Ca   va,   je   n’ai   pas   été   trop   long  ?  »   Ceci   nous   amène   directement   aux   propos   de   Kaufmann  :   «  les   enquêtés   se   sentent   profondément   évalués   sur   la   qualité   de   leurs   réponses.82  »   Ce   passage   démontre   à   quel   point   le   participant   a   le   souci   de   répondre   correctement   aux   questions,   d’être   un   bon   élève   en   étant   à   la   hauteur   de   ce   que   je   pouvais  bien  attendre  de  lui.  Ceci  peut  être  aussi  perçu  comme  une  manifestation  de  la   continuité   de   son   attitude   de   loyauté   vis-­‐à-­‐vis   de   l’injonction   à   être   soi   et   plus                                                                                                                   79   Voici   la   présentation   proposée   sur   l’encyclopédie   en   ligne   wikipedia   pour   désirabilité   sociale   :   «En   psychologie,   le   phénomène   de   désirabilité   sociale   désigne   le   biais   qui   consiste   à   vouloir   se   présenter   sous   un  jour  favorable  à  ses  interlocuteurs.  Ce  mécanisme  psychologique  peut  s'exercer  de  façon  implicite,  sans   qu'on  en  ait  conscience,  ou  au  contraire  être  le  résultat  d'une  volonté  consciente  de  manipuler  son  image   aux   yeux   des   autres   En   effet   si   on   n'y   prend   pas   garde,   cela   introduit   un   biais   dommageable   quant   aux   résultats.  S'il  fallait  montrer  en  quoi  ce  concept  est  opérant,  il  suffirait  de  signaler  que  dans  la  très  récente   enquête  publiée  sur  la  sexualité  des  français,  pour  limiter  ce  risque,  les  enquêtés  ont  été  abordés  par  le   biais  du  téléphone,  ce  qui  permettait  d'introduire  une  distance  objectivante.»  Ce  dernier  exemple  montre   bien  l’impact  parfois  dommageable  de  ce  phénomène  de  désirabilité  sociale. 80   Dany   Laveault   et   Jacques   Grégoire,   Introduction   aux   théories   des   tests   en   psychologie   et   en   sciences   de   l’éducation,  Bruxelles,  De  Boeck  Université,  2002,  p.49     81  Jean-­‐Claude  Kaufmann,  L’entretien  compréhensif,  Armand  Colin,  2007,  p.61 82  Repris  à  partir  des  idées  de  Mauger  (1991)  présentées  dans  son  article  Enquêter  en  milieu  populaire,   Génèse,  n°6 75  
  • généralement,   vis-­‐à-­‐vis   de   la   formation83.   Prenons   également   un   exemple   dans   l’entretien  de  Claudia.  Dans  le  dernier  tiers  de  l’entretien,  je  lui  pose  plusieurs  questions   d’approfondissement   auxquelles   elle   répond.   Puis,   je   lui   pose   une   nouvelle   question,   pouvant  involontairement  lui  laisser  croire  que  je  cherchais  une  information  spécifique   qu’elle   n’aurait   pas   encore   prononcée.   A   cette   dernière   question   «  qu'est-­ce   qui   te   permettrait  dans  les  premiers  instants  ou  très  rapidement  dans  le  stage  de  te  sentir  dans   une   position   ou   tu   pourrais   dire   ce   que   tu   penses  »,   elle   répond   après   un   silence   et   une   excitation   certaine   dans   la   voix  :   «  Qu’on   fasse   tomber   nos   masques  !  ».   Sa   réponse   est   suivie   d’un   rire   de   satisfaction,   comme   si   elle   était   certaine   d’avoir   visé   dans   la   cible   qu’elle  pensait  que  je  visais.  Cet  exemple  nous  amène  là  aussi  à  questionner  comment  et   combien   le   participant   interrogé   transforme   son   propos   par   désire   de   plaire   à   l’enquêteur.  Ajoutons  dans  le  cas  de  Claudia,  d’origine  asiatique,  qu’elle  se  sentait  peut-­‐ être  flattée  et  reconnaissante  d’avoir  été  choisie  pour  cet  entretien,  alors  que  ses  lacunes   en  grammaire  française  auraient  pu  à  ses  yeux,  la  desservir.         Alors  que  pouvons-­‐nous  déduire  de  ces  deux  exemples  ?  Premièrement,  que  les  résultats   des   entretiens   utilisés   dans   notre   analyse   sont   à   considérer   avec   précaution,   tant   les   propos  des  particpants  peuvent  avoir  été  influencés  par  le  contexte  même  de  l’entretien.   Deuxièmement,  et  c’est  là  le  point  le  plus  important,  que  le  phénomène  de  désirabilité   sociale  observé  ne  remet  aucunement  en  question  la  logique  de  production  de  sens  de   l’enquêté  (Kaufmann,  2007).  Prenons  un  exemple,  Claudia  utilise  le  terme  autocensure   pour   expliquer   son   comportement   en   retrait,   lié   à   une   insatisfaction   qu’elle   n’ose   pas   exprimer.  En  fait,  quel  que  soit  le  mot  utilisé,  autocensure  ou  retrait,  l’élément  important   pour   notre   recherche   réside   dans   le   fait   que   le   mot   choisi   traduise   une   réaction   de   défection.   Par   conséquent,   si   nous   ne   pouvons   pas   prendre   au   premier   degré   les   mots   utilisés   pour   traduire   la   réaction   des   participants   face   à   l’injonction   à   être   soi,   nous   pouvons  en  revanche,  valider  la  logique  de  production  de  sens  cachée  derrière  ces  mots.                                                                                                                         83   La   loyauté   à   l’injonction   à   être   soi   pourrait   donc   menée   à   la   loyauté   vis-­‐à-­‐vis   de   la   formation   et   donc,   de   son  contenu  pédagogique.  Voilà  sans  doute  une  autre  conséquence  de  l’intimité.  Ce  point  soulève  toutefois   une   nouvelle   interrogation  :   le   contenu   pédagogique   de   la   formation   est-­‐il   «  écologique  »   pour   le   participant,  une  fois  celui-­‐ci  retourné  dans  son  environnement  de  travail  ?   76  
  • 2. CRITIQUE  DU  CADRE  THEORIQUE   Nous  avons  utilisé  tout  au  long  de  ce  travail  de  recherche  le  cadre  d’Albert  Hirschman,   originalement   dénommé   Voice,   Exit,   Loyalty   que   nous   avons   traduit   par   Prise   de   parole,   Défection,   Loyauté.   Ce   cadre,   bien   que   renommé   pour   son   intelligibilité   et   sa   pertinence,   peut   présenter   quelques   limites   dans   notre   travail   et   notre   contexte.   Nous   nous   arrêterons  tout  d’abord  sur  la  prise  de  parole  absente,  puis  sur  le  caractère  paradoxale   de   cette   prise   de   parole   dans   notre   contexte   d’analyse   et   enfin,   nous   mettrons   en   exergue  les  limites  de  ce  cadre  trop  flexible.     2.1 U NE  PRISE  DE  PAROLE  ABSENTE   Pour   qu’un   cadre   révèle   toutes   ses   richesses,   encore   faut-­‐il   qu’il   soit   pleinement   utilisable.   Tel   n’est   pas   notre   cas,   puisqu’aucun   des   deux   participants   n’a   montré   explicitement  une  attitude  que  nous  pourrions  qualifier  de  prise  de  parole.  Par  ailleurs,   l’enjeu   d’une   formation   de   trois   jours   est-­‐il   suffisamment   important   pour   que   les   participants  osent  prendre  la  parole  et  faire  entendre  leur  mécontentement  ?  Rien  n’est   moins   sûr,   d’autant   que   les   conditions   requises   par   la   prise   de   parole   sont   coûteuses,   avec  en  particulier  une  prise  de  risque  personnelle  élevée  et  un  niveau  de  confiance  en   soi  requit  important.  Rappelons  ici,  la  rétissence  de  Claudia  le  premier  jour,  à  exprimer   son   mécontentement   de   peur   d’être   jugé   comme   perturbateur   par   les   autres   participants.   Par   conséquent,   si   l’enjeu   est   faible,   la   prise   de   parole   est   au   mieux   mollasonne  et  sans  grand  impact  et  au  pire,  elle  est  absente.  Tel  fût  notre  cas.   Nous  pouvons  donc  questionner  ici  la  pertinence  du  modèle  Voice,  Exit,  Loyalty  utilisé   dans   un   contexte   à   faible   enjeu   apparent.   Les   deux   participants   ont   mentionné   lors   de   leurs   entretiens,   qu’à   certaines   conditions   ils   auraient   pu   prendre   la   parole.   Nous   ne   pouvons  pas  dire  avec  certitude  quel  en  aurait  été  l’impart.  Par  contre,  ce  qui  est  certain,   c’est   que   l’enjeu   apparent   ci-­‐dessus   mentionné   est   à   géométrie   variable   et   fonction   de   l’évolution  du  cours  de  la  formation  et  des  perceptions  de  chacun  des  participants.   2.2 U NE  PRISE  DE  PAROLE  POTENTIELLEMENT  PARADOXALE   Si  la  prise  de  parole  ne  s’est  effectivement  pas  imposée  à  chacun  des  deux  participants   au   cours   de   la   formation,   ils   n’en   ont   pas   moins   émis   l’hypothèse   si   le   cas   échéant,   77  
  • certaines  conditions  les  y  avaient  conduit.  Ce  qui  mérite  toute  notre  attention  ici  est  la   forme  qu’aurait  pris  alors  la  prise  de  parole.  En  effet,  comme  nous  l’avons  vu,  la  prise  de   parole   est   une   prise   de   risque,   parce   qu’elle   expose   le   participant   à   de   possibles   incompréhensions   et   résistances   d’autres   participants.   Prendre   la   parole   et   exprimer   son  mécontentement  devant  les  autres,  c’est  oser  se  dévoiler.  La  prise  de  parole  face  à   l’injonction  à  être  soi  reviendrait  finalement  à  être  en  parfaite  loyauté  avec  cette  même   injonction.   Par   conséquent,   pour   clarifier   ce   paradoxe,   il   serait   approprié   de   discerner   l’expression   de   soi   en   respect   du   cadre   donné   par   le   formateur   et   l’expression   de   soi   exprimé   à   l’encontre   du   cadre   donné   par   le   formateur.   Dans   le   premier   cas,   nous   pourrions   parler   de   loyauté   à   l’injonction   d’être   soi   et   dans   le   second   cas,   de   prise   de   parole  face  à  l’injonction  d’être  soi.     2.3 U NE  FLEXIBILITE  TROP  GRANDE   L’intérêt   du   modèle   Voice,   Exit,   Loyalty   réside   dans   la   pluralité   des   combinaisons   possibles   et   de   sa   variabilité.   Dans   notre   contexte,   une   même   personne   peut   très   bien   commencer   par   la   défection,   pour   passer   à   l’attitude   loyale   et   exprimer   plus   tard   son   mécontentement   par   la   prise   de   parole.   De   plus,   cette   séquence   peut   être   répétée   une   multitude  de  fois  pendant  la  formation  par  les  participants  et  ceux-­‐ci  pourraient  même   modifier  le  niveau  de  leur  expression  et  la  séquence  en  fonction  de  leur  vécu  de  chaque   instant   de   la   formation.   Compte   tenu   du   fait,   comme   nous   l’avons   vu,   que   chaque   participant  ne  réagit  pas  toujours  de  la  même  manière  aux  mêmes  stimuli,  nous  pouvons   percevoir  à  quel  point  l’analyse  deviendrait  complexe  et  délicate  d’interprétation  si  nous   voulions   à   tout   prix   décortiquer   de   la   manière   la   plus   exhaustive   possible   toutes   les   séquences  possibles  et  leurs  facteurs  déclenchants.   Le   modèle   est   donc   trop   flexible   pour   permettre   une   parfaite   exhausitivité.   Pour   s’en   rapprocher  plus  encore,  il  aurait  été  plus  pertinent  de  filmer  le  participant  tout  au  long   de  la  formation  et  procéder  ensuite  à  un  entretien  de  type  autoconfrontation.     78  
  • 3. ELARGISSEMENT  DU  CADRE   Le  cadre  Voice,  Exit,  Loyalty  gagnerait  à  être  complété  par  d’autres  modèles  théoriques   qui   viendraient   non   pas   en   réduire   son   effet,   mais   au   contraire   préciser   les   résultats   obtenus   en   leur   donnant   une   autre   dimension  ;   c’est   l’objet   de   ce   chapitre.   Nous   explorons   donc   sommairement   deux   approches   complémentaires   pour   élargir   notre   cadre   théorique  :   l’étude   des   conditions   initiales   sous   l’angle   de   la   psychologie   sociale   dans   le   domaine   de   la   manipulation   et   le   phénomène   psychologique   fort   connu   de   dissonance  cognitive.   3.1 C ONDUITES  MANIPULEES   Pour  illustrer  ce  propos,  nous  nous  appuierons  exclusivement  sur  les  travaux  d’analyse   et  de  synthèse  de  Jouve  et  Beauvois  dans  leur  ouvrage  «  Petit  traité  de  manipulation  à   l’usage   des   honnêtes   gens  »   (2002).   Ce   qui   ressort   très   nettement   tout   au   long   de   cet   ouvrage  est  le  sentiment  illusoire  de  libre  arbitre,  tellement  nous  sommes  manipulés  et   manipulateurs   à   la   fois.   Ramené   à   notre   cas,   cela   nous   amène   à   poser   la   question   suivante  :   les   participants   ont-­‐ils   vraiment   eu   le   choix   d’agir   de   telle   ou   telle   manière   face  à  l’injonction  étudiée  ?  Tellement  de  paramètres  rentrent  ici  en  jeu,  qu’encore  une   fois,   il   est   difficile   d’être   exhaustif.   Donnons   ici   au   moins   quelques   pistes,   concentrées   autour   de   la   notion   d’automanipulation   et   de   la   pédagogie   de   l’engagement,   manière   habile   de   parler   d’automanipulation   accompagnée   ou   plus   franchement   d’acte   de   manipulation.   3.1.1 Automanipulation   Jouve   et   Beauvois   dans   leur   ouvrage   rappellent   quelques   principes   théoriques   qui   caractérisent   l’idée   d’automanipulation.   Parmi   ceux-­‐ci,   nous   en   avons   sélectionné   quelques-­‐uns   restitués   sous   forme   d’étapes,   qui   viennent   illustré   ce   que   Lewin   (1947)   appelait  l’effet  de  gel.   Le  fait  même  de  prendre  la  décision  d’accepter  de  venir  en  formation  créé  le  phénomène   d’adhérence   à   la   décision.   Le   participant   a   comme   signé   un   pacte   avec   lui-­‐même   pour   assister   à   la   formation   et   il   devient   redevable   vis-­‐à-­‐vis   de   lui-­‐même.   Premier   piège   de   l’automanipulation.   Puis,   vient   l’escalade   d’engagements   où   le   participant   est   engagé   à   suivre   plusieurs   petits   protocoles   anodins   (signature   de   documents   administratifs,   79  
  • présentations,   tour   de   table,   etc.)   auxquels   il   ne   peut   pas   répondre   par   non,   par   conventions   et   aussi   parce   qu’il   prendrait   le   risque   de   s’isoler   du   groupe.   Seconde   étape   qui   peut   le   conduire   involontairement   et   inconsciemment   à   la   prise   de   décision   dysfonctionnelle,   c'est-­‐à-­‐dire   décider   d’un   acte   sans   cohérence   apparente84.   Ainsi   se   déroule  petit  à  petit  la  formation  où  l’engagement  évolue  crescendo  et  où  le  participant   investit  du  temps  et  de  l’énergie85  dans  une  posture  qu’il  construit  petit  à  petit.  Il  devient   vite  trop  investi  pour  abandonner86  sa  position  et  est  pris  dans  un  engrenage  sans  autre   issue  que  la  fin  de  la  formation.  C’est  le  piège  abscons87,  ultime  étape  de  cet  effet  de  gel,   qui   caractérise   l’automanipulation.   Le   participant   s’est   seul   conduit   dans   une   situation   de  non-­‐choix,  même  s’il  ne  le  perçoit  pas  forcément  ainsi  et  s’est  fait  malgré  lui  le  parfait   geôlier  de  sa  soumission  inconsciente.   Arrivés   à   ce   stade,   nous   pourrions   objecter   le   fait   que   l’automanipulation   n’est   que   la   partie   émergée   de   l’iceberg   et   vouloir   l’associer   à   la   cause   des   réactions   de   prise   de   parole,  défection  ou  loyauté  pourrait  paraître  une  habile  manière  de  déresponsabiliser   le  formateur  et  de  le  destituer  de  son  pouvoir  d’influence,  pourtant  irrémédiablement  lié   à   sa   position.   Tel   n’est   pas   notre   volonté.   Avant   d’aborder   l’importance   de   la   posture   du   formateur   dans   ce   jeu   de   manipulation,   nous   avions   besoin   de   rappeler   que   le   participant  n’est  pas  exempt  de  responsabilité  dans  ce  processus  d’interactions  autour   de   l’injonction   à   être   soi.   Il   est   conscient   ou   non   du   choix   d’accepter   ou   de   refuser   l’injonction.  Évidemment,  le  formateur  l’aide  à  choisir.                                                                                                                     84   Un   tel   acte   est   généralement   suivi   d’une   forte   rationalisation   qui   atténue   à   posteriori   l’impression   de   non  cohérence.  Nous  reviendrons  sur  ce  point  dans  le  chapitre  suivant  qui  traite  de  l’état  de  dissonance   cognitive. 85   Ce   que   Jouve   et   Beauvois   appellent   la   dépense   gâchée   :   «Phénomène   qui   apparaît   chaque   fois   qu’un   individu  reste  sur  une  stratégie,  ou  sur  une  ligne  de  conduite  dans  laquelle  il  a  préalablement  investi  (en   argent,   en   temps,   en   énergie)   et   ceci   au   détriment   d’autres   stratégies   de   conduite,   plus   avantageuses.»     Robert-­‐Vincent   Joule   et   Jean-­‐Léon   Beauvois,   Petit   traité   de   manipulation   à   l’usage   des   honnêtes   gens,   Grenoble,  Presses  Universitaires  de  Grenoble,  2002,  p.38 86  Teger  (1979),  cité  par  Jouve  et  Beauvois,  ibid. 87   Brockner,   Shaw   &   Robin   (1979),   rappelés   par   Jouve   et   Beauvois   (id.).   Notons   les   cinq   spécificités   du   piège   abscons   que   nous   appliquons   ici   au   contexte   de   la   formation,   pour   montrer   à   quel   point   ce   phénomène  est  à  propos  :   1.  Décision  engagement  dépense  (de  temps  et  d’énergie)  avec  un  but  plus  ou  moins  précis   2.  Un  but  certes,  mais  toutefois  sans  certitude  de  l’atteindre  au  cours  de  la  formation   3.  Chaque  nouvelle  dépense  (d’énergie)  lui  fait  croire  qu’il  se  rapproche  de  son  but   4.   Le   processus   est   continu   jusqu’à   la   fin   de   la   formation   sauf   s’il   dit   stop   avant   (la   dépense   a   donc   heureusement  ici  une  limite  de  facto  dans  le  temps)       5.  Initialement,  le  participant  n’avait  pas  fixé  de  limites  à  sa  dépense  d’énergie 80  
  • 3.1.2 Automanipulation   a ccompagnée   Selon  Jouve  et  Beauvois,  l’engagement  d’un  individu  au  profit  d’autrui  est  le  plus  souvent   orchestré   par   de   savantes   technologies   des   circonstances,   qui   consistent   à   créer   les   conditions   favorables   à   un   engagement   calculé   et   maximal.   Ceci   nous   permet   d’ores   et   déjà  de  corroborer  notre  analyse  où  le  formateur  construit  délibérément  petit  à  petit  les   conditions   appropriées   pour   faciliter   la   loyauté   à   l’injonction   à   être   soi.   Or   comme   le   disent   Jouve   et   Beauvois  :   «  extorquer   dans   des   conditions   contrôlées   un   premier   comportement   à   seule   fin   d'en   obtenir   d'autres,   c'est   de   la   manipulation.88  »   Naturellement,   ces   auteurs   vont   plus   loin   encore,   notamment   en   examinant   de   nombreuses   techniques   de   manipulation.   Nous   nous   intéresserons   dans   ce   texte   à   principalement   l’une   d’entre   elles   et   sans   doute   la   plus   connue  :   la   technique   du   pied-­ dans-­la-­porte.  Cette  technique  largement  étudiée  sur  le  plan  scientifique  a  démontré  sa   redoutable  efficacité  et  donne  un  éclairage  nouveau  à  notre  analyse.         Commençons   par   rappeler   le   principe   de   la   technique   du-­pied-­dans-­la-­porte.   Cette   technique   s’opère   en   deux   temps.   Tout   d'abord,   une   première   demande   d’acte   peu   coûteux  est  formulée,  à  laquelle  il  est  déjà  généralement  difficile  de  dire  non.  Ce  premier   acte  engage  inconsciemment  l’individu  dans  une  démarche,  une  ligne  de  conduite.  Puis,   vient  ensuite  une  seconde  demande  explicite  ou  implicite  qui  requiert  la  même  ligne  de   conduite,   pour   un   acte   cette   fois-­‐ci   beaucoup   plus   coûteux.   Comparés   à   une   simple   demande   (la   plus   coûteuse   des   deux)   de   manière   contrôlante,   les   résultats   d’une   telle   technique  sont  très  probants89.             Cette   technique   n’est   pas   sans   rappeler   certains   aspects   du   process   pédagogique   de   notre   cas.   En   effet,   comme   nous   l’avons   vu,   chacun   des   participants   a   souligné   l’importance  des  séquences  en  apparence  bénignes,  en  particulier  le  fait  de  se  présenter,   de   s’appeler   par   son   prénom   et   de   se   tutoyer.   Chacune   de   ces   séquences   a   été   préalablement   introduite   par   le   formateur,   à   laquelle   les   participants   ont   répondu   positivement.  Pouvait-­‐il  en  être  autrement  d’ailleurs  ?  L’acte  est  peu  engageant  et  mieux,                                                                                                                   88  Robert-­‐Vincent  Joule  et  Jean-­‐Léon  Beauvois,  op.  cit.,  p.224   89  La  première  étude  sur  le  sujet  fût  menée  par  Freedman  et  Fraiser  (1966).  Elle  concernait  la  pose  d’un   panneau   inesthétique   dans   un   jardin   privée,   et   démontra   que   cette   technique   comparée   à   une   simple   demande   de   type   contrôlante   sans   demande   préparatoire,   faisait   passer   le   niveau   d’acceptation   de   la   demande  (très  coûteuse)  de  16,7  %  à  76%.   81  
  • plutôt   habituel,   voire   attendu.   Cette   première   séquence   correspond   très   bien   à   la   première   demande   peu   coûteuse   de   la   technique   du   pied-­dans-­la-­porte90.   Elle   est   d’ailleurs  le  plus  souvent  accompagnée  de  la  technique  dite  du  pied-­dans-­la-­bouche,  qui   consiste   à   créer   le   dialogue   sous   forme   anodine91   entre   le   solliciteur   et   le   sollicité  :   les   premiers  échanges  qui  contribuent  à  casser  la  glace  comme  on  dit  dans  le  métier.  De  la   même   manière,   le   tour   de   table   des   présentations   mériterait   à   lui   seul   une   étude   approfondie,  tellement  il  semble  être  le  champ  d’application  de  nombreuses  techniques   de   manipulation   connexes   aux   deux   premières92.   Après   ces   premières   demandes   acceptées   sans   difficulté,   arrive   naturellement   la   demande   plus   coûteuse,   plus   engageante.  Dans  notre  cas,  il  s’agit  en  l'occurrence  de  participer  à  des  ateliers  conçus  de   telles   manières,   que   les   participants   ne   peuvent   pas   faire   autrement   que   de   s’exposer,   montrer   leur   personnalité.   Sans   surprise,   chacun   de   nos   deux   participants   accepte   de   «  jouer  le  jeu  »  et  par  la  même  occasion  inconsciemment,  accepte  l’injonction  à  être  soi.   Pour   nommer   cette   attitude   des   individus,   Jouve   et   Beauvois   (1998)   utilisent   l’expression  :  soumission  librement  consentie.  Cette  soumission  paradoxale  montre  à  quel   point   nos   engagements   peuvent   être   orchestrés   à   notre   insu,   par   autrui   et   par   nous-­‐ mêmes,  tout  en  croyant  pourtant  être  pleinement  libres  dans  notre  décision.  Aussi  à  la   lumière   de   cet   éclairage,   il   serait   sans   doute   plus   pertinent   de   parler   dans   notre   cas   d’expression   de   soumission   librement   consentie   à   une   attitude   de   loyauté   face   à   l’injonction   à   être   soi.   Nous   parlons   ici   délibérément   de   loyauté,   puisqu’il   est   très   peu   probable  que  le  formateur  utilise  un  tel  dispositif  pour  conduire  les  participants  à  une   attitude  de  défection  ou  de  prise  de  parole.  Au  contraire,  comme  nous  l’avons  vu  dans   notre   analyse   transversale,   le   formateur   a   tout   à   gagner   à   faire   adopter   l’attitude   de   loyauté.       Nous  avons  vu  dans  cette  première  partie  sur  l’élargissement  du  cadre,  que  la  réaction   de   loyauté   du   participant   peut   être   conditionnée   et   orchestrée   plus   ou   moins   consciemment   par   lui-­‐même   et   avec   l’aide   du   formateur.   Voyons   maintenant   la                                                                                                                   90   Ceci   n’est   pas   sans   rappelé   l’escalade   d’engagement   introduite   dans   le   chapitre   précédant.   Toutefois   différence  il  y  a.  Dans  le  cas  présent,  le  deuxième  engagement  est  plus  coûteux,  alors  que  dans  l’escalade   d’engagement,  l’engagement  devient  dysfonctionnel,  c’est  à  dire  sans  cohérence  apparente.   91  Donnons  quelques  exemples  de  questions  pour  aboutir  à  ces  échanges  anodins  :  comment  vous  sentez-­‐ vous  ?  On  peut  commencer  ?  Avez-­‐vous  une  question  ?  etc.     92   Nous   pouvons   citer   en   particulier   les   techniques   de   l’étiquetage,   du   toucher,   pied-­‐dans-­‐la-­‐mémoire,   qui   toute  contribuent  à  amplifier  les  effets  de  la  technique  du  pied-­‐dans-­‐la-­‐porte.  Jouve  et  Beauvois,  op.  cit. 82  
  • conséquence   d’une   telle   manipulation   dans   l’hypothèse   où   cette   réaction   de   loyauté   puisse  représenter  un  acte  problématique  pour  le  participant,  qui  ferait  face  alors  à  un   état  de  dissonance  cognitive.   3.2 D ISSONANCE  COGNITIVE   Pourquoi   amener   la   théorie   de   la   dissonance   cognitive   dans   ce   mémoire  ?   Les   participants   étudiés   dans   cette   formation   aux   techniques   de   communication   semblent   bien   loin   d’une   hypothétique   ressemblance   avec   la   communauté   indienne   étudiée   par   Leon   Festinger93   et   tout   aussi   loin   des   singes   capucins   observés   par   John   Tierney94.   Pourtant,  compte  tenu  du  chapitre  précédent,  il  est  fort  possible  que  l’attitude  de  loyauté   de  nos  deux  participants  engendre  un  déséquilibre  cognitif  plus  ou  moins  important,  tels   les  sujets  observés  de  ces  deux  chercheurs.   Avant   d’étayer   cette   réflexion,   rappelons   tout   d’abord   le   principe   de   la   dissonance   cognitive.  La  dissonance  cognitive  désigne  l’état  d’un  individu  en  présence  de  cognitions   (connaissances,   opinions   ou   croyances   sur   l’environnement,   sur   soi   ou   sur   son   propre   comportement)   incompatibles   entre   elles   et   qui   en   éprouve   un   état   de   tension   désagréable.  Dès  lors,  cet  individu  mettra  en  œuvre  des  stratégies  inconscientes  visant  à   restaurer   un   équilibre   cognitif95.   Ce   qui   nous   intéresse   tout   particulièrement   ici   est   justement  ces  stratégies  inconscientes  mises  en  place  pour  rétablir  l’équilibre  cognitif.   Nous  retiendrons  trois  de  ces  différentes  stratégies,  aussi  appelées  modes  de  réduction   de   la   dissonance,   pour   lesquelles   nous   reprenons   sommairement   les   définitions   proposées  par  David  Vaidis  et  Séverine  Halimi-­‐Falkowicz96  (2007)  :                                                                                                                         93   Léon   Festinger   a   éloboré   le   concept   de   dissonance   cognitive   en   1957,   à   l’issue   d’une   étude   sur   la   diffusion   de   rumeurs   suite   à   un   tremblement   de   terre   en   Inde   en   1934.   Il   cherchait   à   comprendre   pourquoi   une   communauté,   dont   les   voies   de   communication   étaient   coupées   du   reste   du   monde,     annonçait  la  survenue  d’un  nouveau  séisme  encore  plus  désastreux. 94   Auteur   de   l’article   «Go   ahead,   Rationalize.   Monkeys   do   it,   too.»   paru   dans   la   partie   science   du   célèbre   quotidien   New-­York   Times,   6   novembre   2007.   Il   met   en   exergue   la   présence   du   mécanisme   de   rationnalisation   chez   les   singes   capucins.   Or   ce   mécanisme   de   rationalisation   est   justement   une   des   stratégies  adoptées  pour  rétablir  l’équilibre  cognitif  suite  à  une  dissonance  cognitive.   95   Définition   construite   à   partir   de   la   définition   de   dissonance   cognitive   proposée   sur   l’encyclopédie   en   ligne  wikipedia.   96  David  Vaidis,  Séverine  Halimi-­‐Falkowicz.  La  théorie  de  la  dissonance  cognitive  :  une  théorie  âgée  d’un   demi-­‐siècle.  Revue  électronique  de  Psychologie  Sociale,  2007,  n°1,  p.14   83  
  • -­‐ Rationalisation   cognitive  :   l’individu   modifie   son   attitude   initiale,   afin   de   le   rendre  plus  conforme  au  comportement  problématique.     -­‐ Rationalisation   comportementale  :   l’individu,   suite   à   la   réalisation   de   son   comportement   problématique,   a   la   possibilité   de   réaliser   un   second   comportement  dans  le  même  sens.   -­‐ Trivialisation  :   L’individu   dévalorise   son   comportement   problématique   ou   l’attitude  qu’il  avait  initialement  vis-­‐à-­‐vis  de  ce  comportement.   Si   nous   revenons   à   notre   étude   et   à   notre   cadre,   nous   pouvons   accepter   l’idée   que   la   soumission   à   la   loyauté   peut   être   source   de   conflits   cognitifs,   dans   le   sens   où   le   participant   se   retrouve   à   accepter   tout   au   long   de   la   formation   beaucoup   plus   que   ce   qu’il  aurait  sans  doute  souhaité  initialement  ;  c’est  le  principe  même  de  la  technique  du   pied-­dans-­la-­porte.   Face   à   des   actes   qui   peuvent   s’avérer   problématiques,   comme   prendre  part  à  un  débat  dans  le  cas  de  Bernard,  la  tension  cognitive  semble  inévitable,   tout   comme   la   conséquence  :   l’état   de   dissonance   cognitive.   Ainsi,   pour   rétablir   l’équilibre   cognitif,   le   participant   peut   utiliser   une   des   stratégies   résumées   ci-­‐dessus.   Dans   l’exemple   de   Bernard   justement,   il   est   troublant   de   repérer   dans   son   entretien   l’étonnement   qu’il   a   vécu   en   posant   des   actes   dont   il   se   croyait   incapable,   notamment   quand  il  dit  «  je  me  suis  étonné  moi-­même  »  ou  encore  «  j’y  ai  finalement  pris  du  plaisir  ».   Ceci   montre   bien   qu’il   a   vraisemblablement   fait   appel   aux   stratégies   de   rationalisation   pour  arriver  à  un  tel  changement  pendant  la  formation.       Cependant,  cette  alternative  de  rationalisation  (ou  éventuellement  dans  un  autre  cas  de   trivialisation)   n’est   sûrement   pas   la   stratégie   la   plus   déterminée  ;   Hirschmann   (1972)   propose   un   autre   mode   de   diminution   de   la   dissonance  :   la   prise   de   parole.   En   effet,   il   suggère   que   dans   un   contexte   où   l’initiation   a   été   coûteuse97,   la   loyauté   durement   acquise   renforce   le   niveau   d’attentes   tout   en   retardant   l’hypothétique   prise   de   parole.   Toutefois  si  la  déception,  avec  son  lot  de  tensions  cognitives,  devient  trop  grande,  alors   la   prise   de   parole   émerge   de   manière   virulente   et   déterminée.   Cette   stratégie   nous   ramène  à  l’attitude  de  Claudia  qui  précisait  que  si  le  rythme  ne  s’était  pas  amélioré  au                                                                                                                   97   C’est   précisément   la   finalité   des   techniques   de   manipulation   et   celle   du   pied-­‐dans-­‐la-­‐porte   en   particulier,  que  de  permettre  un  engagement  dans  des  actes  coûteux.   84  
  • bout   de   la   moitié   de   la   formation,   elle   aurait   sûrement   pris   l’initiative   de   la   prise   de   parole  pour  exprimer  sa  déception  et  faire  changer  les  choses.     Nous   pouvons   comprendre   tout   l’intérêt   que   représente   l’éclairage   de   la   théorie   de   la   dissonance  cognitive  dans  notre  travail.  Son  application  plus  poussée  nous  permettrait   de   mieux   cerner   les   processus   cognitifs   mis   en   place   dans   les   réactions   de   défection,   prise  de  parole  et  loyauté  face  à  l’injonction  à  être  soi.  Elle  pourrait  aussi  répondre  à  une   question   plus   vaste   portant   sur   l’après-­‐formation  :   quelles   sont   les   conséquences   du   rééquilibrage   cognitif   nécessaire   à   l’adoption   d’une   attitude   potentiellement   problématique  telle  que  la  loyauté  ?  En  effet,  la  loyauté  tant  recherchée  par  le  formateur   et   parfois   le   participant   n’est   sûrement   pas   sans   effets   collatéraux,   à   fortiori   pour   le   participant.   Ceci   nous   amène   donc   à   poser   une   ultime   piste   de   réflexion  :   est-­‐il   responsable  et  éthique  de  promouvoir  auprès  des  participants  l’attitude  de  loyauté  face   à  l’injonction  à  être  soi  ?     85  
  • CONCLUSION   1. SYNTHESE  DU  TEXTE   A   partir   de   notre   point   de   départ,   le   rôle   de   l’intimité   dans   les   modalités   d’expression   comportementale   face   à   l’injonction   à   être   soi   en   formation   d’adultes,   nous   avons   soulevé   deux   questions   et   émis   deux   hypothèses.   La   première   de   ces   hypothèses,   condition   à   la   seconde,   est   vérifiée  :   il   y   a   bien   présence   de   l’injonction   à   être   soi   dans   la   formation   étudiée.   La   seconde   suggère   que   l’intimité   favorise   une   réaction   de   loyauté   des  participants  face  à  l’injonction  à  être  soi.     Pour   répondre   à   une   telle   problématique   de   recherche,   nous   avons   puisé   nos   sources   dans   la   sociologie   contemporaine   et   appuyé   notre   analyse   sur   le   modèle   théorique   d’Alfred   Hirrschman  :   Prise   de   parole,   Défection,   Loyauté.   Dans   cette   première   partie   du   travail,   nous   avons   également   pris   soin   de   définir   les   termes   d’injonction   à   être   soi   et   intimité.   Dans   la   seconde   partie   de   ce   mémoire,   nous   avons   commencé   par   présenter   notre   méthodologie  de  travail  et  nos  grilles  d’analyse.  Nous  avons  ensuite  validé  la  première   hypothèse  en  scrutant  le  programme  de  la  formation  «  Techniques  de  communication  »   et   l’entretien   autocritique   du   formateur.   Nous   avons   ensuite   vérifié   la   seconde   hypothèse  en  révélant  l’importance  de  l’intimité  dans  le  discours  des  deux  participants   interviewés.   Et   combien   elle   influençait   leurs   postures   de   loyauté   face   à   l’injonction   à   être  soi  aux  dépens  des  attitudes  de  prise  de  parole  et  de  défection.  Aussi,  nous  avons   perçu  tout  l’intérêt,  pour  le  formateur,  de  mettre  en  place  un  climat  d’intimité  au  plus  tôt   dans   la   formation   et   de   le   préserver.   Ceci   nous   a   permis   de   mettre   en   exergue   la   tentation,   pour   le   formateur,   d’utiliser   l’intimité   comme   instrument   de   manipulation   à   l’insu  des  participants,  pour  s’assurer  d’un  déroulement  propice  à  l’atteinte  des  objectifs   pédagogiques  de  la  formation.   Dans   la   troisième   partie,   nous   avons   tout   d’abord   montré   les   limites   du   travail   en   insistant   sur   le   caractère   circonscrit   de   l’étude   et   des   résultats   obtenus.   Nous   avons   également  pointé  les  limites  de  l’utilisation  du  cadre  théorique  choisi.  Puis  nous  avons   proposé   deux   pistes   d’élargissement   à   ce   cadre  :   celle   de   la   dissonance   cognitive,   qui   nous  aiderait  à  mieux  cerner  le  mécanisme  psychique  mis  en  place  par  les  participants   86  
  • en   réaction   à   l’injonction   à   être   soi  ;   celle   de   la   manipulation,   qui   nous   permettrait   de   détecter  les  jeux  de  manipulation  installés  chez  le  participant  lui-­‐même,  mais  aussi  entre   le  formateur  et  les  participants.     Maintenant,   après   une   courte   synthèse   de   notre   texte,   nous   allons   pouvoir   proposer   quelques  perspectives  à  ces  travaux,  d’une  part  les  pratiques  opérationnelles  et  d’autre   part  pour  la  recherche.  Puis  nous  conclurons.   2. PERSPECTIVES   2.1 P ERSPECTIVES  POUR  LES  PRATIQUES   Nous   proposerons   ici   deux   axes   de   perspectives   à   nos   travaux   pour   les   pratiques   opérationnelles   de   l’animateur   formateur98  :   premièrement   l’intérêt   pédagogique   de   la   prise  de  parole  pendant  la  formation,  deuxièmement  l’intérêt  déontologique  à  dévoiler   l’enjeu  de  l’intimité  auprès  des  participants.   2.1.1  I ntérêt   p édagogique   d e   l a   p rise   d e   p arole   Comme  nous  l’avons  vu,  la  combinaison  d’un  climat  d’intimité  et  de  l’injonction  à  être  soi   au   cours   d’une   formation   d’adultes,   tend   les   participants   à   adopter   une   attitude   de   loyauté  vis-­‐à-­‐vis  de  cette  injonction  et  les  éloignent  de  fait,  d’une  réelle  liberté  à  être  soi.   De   fait,   il   est   sans   doute   pertinent   de   percevoir   toute   manifestation   de   prise   de   parole   comme   une   réelle   expression   de   soi   à   l’encontre   de   l’injonction   à   être   soi,   un   refus   d’obéir  à  l’exigence  formulée  par  autrui  d’être  soi.  Par  conséquent,  la  piste  proposée  par   une   des   personnes   enquêtées   est   judicieuse  :   créer   des   canaux   d’expression   libre   et   capter  ainsi  un  feedback  à  intervalles  réguliers  sur  l’état  d’avancement  du  groupe99.  Ceci   permettrait   l’émergence   de   la   prise   de   parole   de   ceux   qui   seraient   dans   l’inconfort   à   faire   face   à   l’injonction   à   être   soi.   Cet   espace   d’expression   libre   deviendrait   aussi   un   moyen  pédagogique  pour  faciliter  l’autonomie  du  participant  dans  son  apprentissage.  En   exprimant   son   insatisfaction,   il   montre   ouvertement   son   conflit   cognitif   entre   ce   qu’il                                                                                                                   98   Ceci   exclu   donc   toute   perspective   opérationnelle   liée   aux   auteurs   des   programmes   de   formation,   qui   viserait   par   exemple   à   remettre   en   question   les   programmes   pédagogiques   qui   incluraient   l’injonction   contradictoire  à  être  soi.     99  En  fait,  un  grand  nombre  de  formateur  pose  régulièrement  une  question  ouverte  du  type  «  Ca  va  ?  »  ou   «  Ca   se   passe   bien  ?  »,   mais   créent-­‐ils   préalablement   l’espace   propice   pour   une   réponse   franche   et   éventuellement  anonyme  pour  ceux  qui  craindraient  le  jugement  des  autres  ?   87  
  • est,  ses  comportements,  ses  croyances,  ses  valeurs  et  ce  que  le  formateur  avance  comme   concepts   et   suggestions   de   pratique   opérationnelle.   Par   conséquent,   la   prise   de   parole   permettrait   au   formateur   de   jouer   pleinement   son   rôle   d’accompagnateur   en   aidant   la   personne  à  formuler  et  donc  conscientiser  ce  conflit  et  ainsi  le  rendre  plus  opérant  dans   sa  recherche  personnelle.  A  condition  toutefois  de  créer  et  maintenir  un  climat  l’intimité,   sans   quoi   le   participant   n’aura   peut-­‐être   pas   la   confiance   en   lui   nécessaire   pour   oser   prendre  le  risque  d’affronter  les  éventuels  jugements  de  ces  pairs  et  du  formateur.     2.1.2  I ntérêt   d éontologique   d e   d évoiler   l ’enjeu   d e   l ’intimité   Nous   avons   pu   observer   combien   l’intimité   instaurée   dans   la   formation   profite   au   formateur.  Elle  lui  assure  d’une  part  la  loyauté  des  participants  à  l’injonction  à  être  soi  et   d’autre  part,  un  certain  contrôle  sur  le  déroulement  de  la  formation  et  sur  l’atteinte  des   objectifs   pédagogiques.   Si   l’intimité   est   sollicitée   par   le   formateur   à   ses   fins,   sans   en   communiquer   préalablement   l’enjeu,   alors   il   use   d’elle   comme   un   instrument   de   manipulation.  Rappelons  les  propos  de  Jouve  et  Beauvois  (2002)  :  «  Extorquer  dans  des   conditions  contrôlées  un  premier  comportement  à  seule  fin  d'en  obtenir  d'autres,  c'est  de  la   manipulation.100  »  Aussi,  par  souci  d’éthique,  il  semble  préférable  d’annoncer  l’enjeu  de   l’intimité   en   début   de   formation.   Oser   dire   la   vérité   sur   l’enjeu   de   l’intimité   durant   la   formation   est   une   preuve   d’honnêteté   du   formateur.   C’est   également   une   marque   de   respect  et  de  confiance  vis-­‐à-­‐vis  du  groupe.  N’est  ce  pas-­‐là  des  qualités  essentielles  que   chaque  participant  est  en  droit  d’attendre  de  son  formateur  ?   2.2 P ERSPECTIVES  POUR  LA  RECHERCHE   Parmi   toutes   les   pistes   de   recherche   que   nous   pourrions   construire   à   partir   de   ce   mémoire   introductif,   nous   en   proposerons   ici   seulement   deux  :   la   relation   entre   l’intimité   et   la   reconnaissance   en   formation   des   adultes   et   la   mesure   des   effets   postformation  de  l’injonction  à  être  soi.   2.2.1  L es   r elations   e ntre   i ntimité   e t   r econnaissance   Nous   pourrions   croire   à   l’issue   de   cette   étude   que   l’intimité   profite   exclusivement   au   formateur.   Pourtant,   certaines   pistes   entrouvertes   par   les   deux   participants   enquêtés                                                                                                                   100  Robert-­‐Vincent  Joule  et  Jean-­‐Léon  Beauvois,  op.  cit.,  p.224   88  
  • nous   laissent   présager   qu’ils   ont   sans   doute   eux   aussi   des   avantages   à   construire   un   climat  d’intimité  et  d’adhérer  loyalement  à  l’injonction  à  être  soi.  L’une  d’entre  elles  est   directement  liée  à  la  question  de  la  reconnaissance.     Si   nous   nous   référons   aux   formes   de   reconnaissance   proposées   par   Tzvetan   Todorov   (1995),   l’intimité   renforce-­‐t-­‐elle   plus   la   reconnaissance   de   conformité   ou   celle   de   la   distinction  ?  L’intimité  favorise-­‐t-­‐elle  la  puissance  des  sentiments  communautaires  ou  la   compétition   et   l’excellence   personnelle  ?   D’ailleurs,   l’intimité   est-­‐elle   équitable  ?   Augmente-­‐t-­‐elle   le   déséquilibre   structurel   du   marché   de   la   reconnaissance   mutuelle101   ou  au  contraire,  en  réduit-­‐elle  les  écarts  ?  Des  questions  qu’il  conviendrait  de  formuler   dans  le  cadre  d’une  nouvelle  problématique  de  recherche  et  qui  cette  fois-­‐ci  pourraient   s’appuyer  plus  largement  sur  les  apports  des  sciences  de  l’éducation  déjà  étoffés  sur  le   sujet.     2.2.2  L es   e ffets   p ostformation   d u   d iscours   i njonctif   à   ê tre   s oi     Une   deuxième   perspective   de   recherche   pourrait   se   construire   cette   fois-­‐ci   autour   de   l’injonction   à   être   soi.   Comme   nous   avons   pu   le   voir,   cette   injonction   est   très   symptomatique   de   notre   époque   et   sûrement   largement   contributoire   à   l’afflux   des   formations   dites   de   développement   personnel.   Nous   avons   pu   montrer   également   la   teneur   paradoxale   d’une   telle   injonction,   qui   de   facto   réduit   le   champ   possible   des   réactions  des  participants  en  formation.  A  posteriori  de  cette  formation,  qu’en  reste-­‐t-­‐il  ?   Quel   regard   portera   le   participant   sur   la   formation   et   son   contenu   quelques   semaines,   quelques   mois   plus   tard  ?   L’injonction   à   être   soi   ressortira-­‐t-­‐elle   de   son   discours   d’évaluation  à  froid  ?  Qu’en  dira-­‐t-­‐il  ?  Enfin,  a  posteriori,  quelles  seront  les  conséquences   observables   du   rééquilibrage   cognitif   nécessaire   à   l’adoption   d’une   attitude   de   loyauté   problématique  pendant  la  formation  ?     Mon   hypothèse   purement   intuitive   est   qu’un   tel   discours   n’apporte   qu’une   aide   ponctuelle   de   type   rustine   au   quotidien   du   participant   salarié.   Pire,   ce   discours   injonctif   à  être  soi  ne  fait  sans  doute  qu’augmenter  la  pression  déjà  importante  sur  ses  épaules  et   renforce  le  sentiment  de  courir  après  une  performance  dont  les  limites  sont  sans  cesse   repoussées.   En   fait,   au-­‐delà   de   la   question   de   l’efficacité   du   discours   injonctif,   c’est   la                                                                                                                   101  Inspirée  de  la  phrase  :  «  Le  marché  de  la  reconnaissance  mutuelle  est  structurellement  déséquilibré.  »   Jean-­‐Claude  Kaufmann,  L’invention  de  soi,  Paris,  Armand  Colin,  2004,  p.190   89  
  • finalité   politique   de   la   formation   qu’il   conviendrait   d’éclairer.   Comme   nous   le   suggère   Etienne   Bourgeois   (1996),   faire   un   choix   «  entre   une   formation-­investissement   dont   la   finalité   première   est   de   servir   de   manière   efficace   et   efficiente   les   objectifs   et   les   stratégies   de   l’organisation   qui   la   met   en   place   et   la   finance,   et   une   formation   dont   la   finalité   première   est   le   développement   de   l’apprenant   comme   personne   et   comme   acteur   social102  ».   3. CONCLUSION  FINALE   Je  souhaite  conclure  cette  étude  par  une  réflexion  plus  personnelle.     En   découvrant   l’ouvrage   de   Michela   Marzano   déjà   cité   dans   ce   texte,   j’ai   été   particulièrement   interloqué   par   cette   phrase  :   «  Il   n’y   a   rien   de   scandaleux   à   ce   dont   l’entreprise  exige  l’excellence  de  son  personnel  pour  maximiser  ses  profits.  Ce  qui  est  plus   contestable   c’est   qu’elle   a   pour   ce   faire   recours   à   la   rhétorique   de   l’épanouissement   personnel,   c'est-­à-­dire   qu’elle   laisse   penser   à   ses   employés   qu’elle   va   contribuer   à   les   épanouir.   Car   les   individus   se   retrouvent   alors   soumis   à   des   injonctions   constamment   contradictoires  :   d’une   part,   ils   se   voient   offrir   des   coachs   personnels,   des   formations   coûteuses  et  des  parcours  personnalisés  ;  d’autre  part,  ils  sont  régulièrement  soumis  à  des   processus  d’évaluation  et  de  sanction  toujours  plus  sophistiqués  et  contraignants.103  »     Bien   que   les   programmes   de   formation   dites   d’efficacité   personnelle104   et   leurs   porte-­‐ paroles,   les   formateurs,   pronnent   l’émancipation   de   l’Homme,   ils   nourrissent   le   plus   souvent   les   stratégies   de   leurs   organisations   clientes.   Les   formations   professionnelles,   comme  celle  étudiée,  concourent  très  largement  à  la  course  à  l’efficacité  en  alimentant   cette  rhétorique  de  l’épanouissement  personnel.  Or  compte  tenu  de  l’actualité  ambiante,   force   est   de   constater   que   cette   quête   aveugle   de   performance   et   de   réussite   conduit   notre  société  à  une  impasse  et  l’individu  à  la  fatigue  d’être  soi.     Les  organismes  de  formations,  les  formateurs  et  autres  coachs  sont-­‐ils  prêts  à  élaborer   des   dispositifs   de   formation   et   d’accompagnement   à   la   hauteur   des   enjeux   d’aujourd’hui                                                                                                                   102   Etienne   Bourgeois,   Identité   et   apprentissage.   Education   Permanente   -­   Formation   et   dynamiques   identitaires,  1996,  n°128,  pp.  34-­‐35   103  Michela  Marzano,  Extension  du  domaine  de  la  manipulation,  Paris,  Grasset,  2008,  p.93   104  Cette  expression  répendue  est  explicite  dans  sa  contradiction.  La  formation  est  commandée  et  payée   par  l’entreprise,  mais  la  formation  est  présentée  comme  d’intérêt  personnel.     90  
  • où   l’homme,   après   avoir   été   une   machine   à   performances,   a   besoin   d’être   réconforté   pour  ce  qu’il  est  maintenant  et  de  se  sentir  en  harmonie  avec  soi  et  avec  les  autres  ?  Il   est   maintenant   grand   temps   que   les   formations   à   l’efficacité   personnelle   laissent   place   à   celles  de  l’harmonie  sociale,  que  la  démocratie  s’efface  au  profit  de  la  sociocratie105.                                                                                                                     105   La   sociocratie,   aussi   appelée   gouvernance   par   consentement,   fait   référence   à   un   mode   de   prise   de   décision  et  de  gouvernance  qui  permet  à  une  organisation  de  se  comporter  comme  un  organisme  vivant,   de   s'auto-­‐organiser.   Son   fondement   est   issu   des   théories   systémiques.   L'objectif   premier   est   de   développer   la   co-­‐responsabilisation   des   acteurs   et   d'utiliser   le   pouvoir   de   l'intelligence   collective   dans   l'acte  de  prendre  une  décision  qui  a  des  conséquences  sur  le  collectif.  (source  :  http://fr.wikipedia.org)   91  
  • BIBLIOGRAPHIE   -­‐   AUBERT   Nicole   (dir.).   L'individu   hypermoderne.   Ramonville  :   Edtions   Erès,   2006.     L’intensité  de  soi.  p.73-­‐87   -­‐   BOURGEOIS   Etienne.   Identité   et   apprentissage.   Education   permanente   –   Formation   et   dynamiques  identitaires,  1996,  n°128,  pp.  27-­‐35   -­‐  CAUQUELIN  Anne.  L’exposition  de  soi  :  Du  journal  intime  aux  Webcams.  Paris  :  Editions   Eshel,  2003   -­‐  COVA  Bernard,  COVA  Véronique.  L’hyperconsommateur,  entre  immersion  et  sécession.   In   AUBERT   Nicole   (dir.).   L’individu   hypermoderne.   Ramonville  :   Edtions   Erès,   2006.   p.  119-­‐213   -­‐  DUBAR  Claude.  La  crise  des  identités.  Paris  :  Presses  Universitaires  de  France,  2000   -­‐  EHRENBERG  Alain.  Le  culte  de  la  performance.  Paris  :  Calmann-­‐Levy,  1991     -­‐  EHRENBERG  Alain.  L'individu  incertain.  Paris  :  Calmann-­‐Lévy,  1995   -­‐  EHRENBERG  Alain.  La  fatigue  d'être  soi,  dépression  et  société.  Paris  :  Odile  Jacob,  1998   -­‐  ELIAS  Norbert.  La  société  des  individus.  Paris  :  Fayard,  1997   -­‐   GAULEJAC   Vincent   de.   Le   sujet   manqué.   In   AUBERT   Nicole   (dir.).   L’individu   hypermoderne.  Ramonville  :  Edtions  Erès,  2006.  p.  129-­‐143   -­‐  GAULEJAC  Vincent  de.  Qui  est  «  je  »  ?  Paris  :  Editions  du  Seuil,  2009       -­‐  GRAVES  Clare.  The  never  ending  quest.  Santa-­‐Barbara  :  Eclet  publishing,  2005   -­‐   HAROCHE   Claudine.   Manières   d’être,   manières   de   sentir   de   l’individu   hypermoderne.   In     AUBERT   Nicole   (dir.).   L’individu   hypermoderne.   Ramonville  :   Edtions   Erès,   2006.   p.   25-­‐38   -­‐   HIRSCHMAN   Albert.   Défection   et   prise   de   parole.   Paris  :   Fayard,   1995   (1ère   édition  :   Face  au  déclin  des  entreprises  et  des  institutions.  Paris  :  les  Editions  Ouvrières,  1972)   -­‐  HONNETH  Axel.  La  société  du  mépris  :  Vers  une  nouvelle  théorie  critique.  Paris  :  Editions   La  Découverte,  2008   -­‐  JEUDY  Henri-­‐Pierre.  L'absence  d'intimité.  Belval  :  Editions  Circé,  2007   92  
  • -­‐  JOULE  Robert-­‐Vincent,  BEAUVOIS  Jean-­‐Léon.  Petit  traité  de  manipulation  à  l’usage  des   honnêtes  gens.  Grenoble  :  Presses  Universitaires  de  Grenoble,  2002   -­‐  KAUFMANN  Jean-­‐Claude.  L’entretien  compréhensif.  Paris  :  Nathan,  1996   -­‐   KAUFMANN   Jean-­‐Claude.   L'invention   de   soi   :   Une   théorie   de   l'identité.   Paris  :   Editions   Armand  Colin,  2004   -­‐   LASCH   Christopher.   La   culture   du   narcissisme  :   La   vie   américaine   à   un   âge   de   déclin   des   espérances.  Paris  :  Editions  Flammarion,  2008     -­‐   LIPOVETSKY   Gilles.   L'ère   du   vide  :   Essais   sur   l'individualisme   contemporain.   Paris  :   Gallimard,  1993   -­‐   MARZANO   Michela.   L’intimité   à   l’épreuve   du   récit  :   de   la   transparence   au   questionnement.   In   IBRAHIM-­‐LAMROUS   Lila,   MULLER   Séveryne   (dir.).   L’intimité.   Clermont-­‐Ferrand  :  Presses  Universitaires  Blaise  Pascal,  2005,  pp.  17-­‐29   -­‐   MARZANO   Michela.   Extension   du   domaine   de   la   manipulation  :   De   l’entreprise   à   la   vie   privée.  Paris  :  Bernard  Grasset,  2008   -­‐  PASINI  Willy.  Eloge  de  l’intimité.  Paris  :  Editions  Payot  &  Rivages,  1991   -­‐  SENNETT  Richard.  Les  tyrannies  de  l'intimité.  Paris  :  Editions  du  Seuil,  1976   -­‐  TISSERON  Serge.  L’intimité  surexposée.  Paris  :  Ramsay,  2001   -­‐  TISSERON  Serge.  Du  désir  d’intimité  à  celui  d’extimité,  et  de  leur  protection  respective.   In   IBRAHIM-­‐LAMROUS   Lila,   MULLER   Séveryne   (dir.).   L’intimité.   Clermont-­‐Ferrand  :   Presses  Universitaires  Blaise  Pascal,  2005,  pp.  271-­‐279   -­‐  TODOROV  Tzvetan.  La  Vie  commune  :  Essai  d'anthropologie  générale.  Paris  :  Editions  du   Seuil,  1998     -­‐   VAIDIS   David,   HALIMI-­‐FALKOWICZ   Séverine.   La   théorie   de   la   dissonance   cognitive  :   une  théorie  âgée  d’un  demi-­‐siècle.  Revue  électronique  de  Psychologie  Sociale,  2007,  n°1,   pp.  9-­‐18   -­‐   VAN   DE   VELDE   Cécile.   Devenir   adulte,   sociologie   comparée   de   la   jeunesse   en   Europe.   Paris  :  Presses  Universitaires  de  France,  2008   93