Your SlideShare is downloading. ×
Le leadership organisationnel
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Le leadership organisationnel

797
views

Published on

Rapport de lecture

Rapport de lecture

Published in: Business

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
797
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
32
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Le leadership organisationnel, DE LATHÉORIE À LA PRATIQUE (par Julie Garon)Publié le 12 octobre 2010 par julie garonCe rapport de lecture, comme son titre l’indique, présente le« leadership organisationnel, de la théorie à la pratique », de l’auteurPierre Lainey. Pour satisfaire l’exigence de cet exercice, comme c’estun ouvrage éducatif laborieux, je n’ai pu aborder la totalité ducontenu. Cependant, j’ai fait ressortir quelques points (de certainschapitres) en lien avec la matière proposée dans ce cours. Je vousprésente donc les sujets suivant: les différences entre « Leadership »et « Management », le contexte organisationnel du leader, quelquesmodèles reliés à la personnalité, l’influence des valeurs, des méthodesd’acquisition de compétence ainsi que la communication dans lapratique du leadership. Pour préciser et alléger la lecture, certainsaspects et exemples sont présentés sous forme de tableaux. Je vousrecommande fortement cet ouvrage actuel, qui dépeint la réalité d’unleader tout en apportant les principales dimensions, les théories et lesapplications à connaître pour évoluer efficacement dans le domainedes communications, en tant que leader. Bonne lecture!Premièrement, comme nous l’avons constaté lors de la séance dequestions dans le cadre de la première conférence qui nous a étéprésentée, celle de monsieur Benoît Larue, la frontière peut semblermince entre les objectifs d’un leader et d’un gestionnaire. Voiciquelques différences à noter, qui expliquent les deux rôles: Leadership Management
  • 2. changement contrôleaccompagnement formationsynergie coordinationInspiration récompenses Le succès d’une organisation est dépendant à la fois des leaders et desgestionnaires. Le leader, par ses actions, contribue à l’atteinte desobjectifs de l’organisation. Le gestionnaire contrôle les activités desmembres dans le but de s’assurer du respect des plans fixés dansl’organisation.Je retiens deux définitions du leadership: « Un vraileader n’a pas besoin de conduire. Il suffit qu’il montre le chemin » et« Le leader influence les autres pour les mener vers de plus hautssommets ».Deuxièmement, lorsque la question du contexte organisationnel estabordée, on le dépeint sous deux titres: l’environnement externe etinterne. Je les rapporte comme suit:L’environnement externe du leader, en trois niveaux:Niveau global Ex. Facteurs économiquesNiveau intermédiaire Ex. Lois et règlementsNiveau immédiat Ex.Clients de l’organisation
  • 3. Ces trois niveaux sont interreliés, de sorte qu’ils ont tous uneincidence les uns sur les autres. Ceux-ci aident et influencent le leaderdans l’orientation de ses actions et réactions au sein de l’organisation.Il faut noter que l’environnement externe est complexe et en perpétuelchangement.L’environnement interne du leader, en trois ressources:La structure organisationnelle Ex. Taille de l’organisationLa culture organisationnelle Ex. Valeurs centrales des membres de l’organisationLes processus Ex. Intrants (RH) et extrants (résultat) À l’interne, le leader trouvera les moyens de relever les défis venant del’externe. Je constate que l’intrant doit se transformer en extrant; c’estpar l’extrant qu’on peut être en mesure d’évaluer la tâche du leader.En troisième lieu, à l’intérieur d’une organisation, il est désirabled’avoir accès à du leadership efficace si l’on souhaite la pérennité decelle-ci. Comme nous le constatons chez de multiples organisations, cen’est pas tous les individus qui sont aptes à l’exercer. Le modèle des« cinq grandes dimensions de la personnalité », résultant de plus de70 ans de recherches, est déterminant dans l’exercice du leadership ausein d’organisations. Extraversion, responsabilisation, stabilitéémotionnelle, ouverture et sensibilité envers les autres sont lescaractéristiques résultantes les plus concluantes. Je comprends que la
  • 4. personnalité peut être définie comme étant ce que l’on reconnaît chezsoi ou de ce comment les autres nous perçoivent.Aussi, c’est vers le milieu du vingtième siècle que des recherches ontdébuté, dans le but de connaître les raisons pour lesquelles certainespersonnes étaient de grands leaders et d’autres non. Des traits depersonnalités en sont ressortis, ce qui fût la naissance de la théorie destraits du leadership. En voici quelques exemples: L’intelligence, laconfiance en-soi, la détermination, l’intégrité, la sociabilité… Certainesde ces caractéristiques personnelles du leader peuvent s’avérernégatives à l’organisation, advenant le cas où elles sont tropdissonantes par rapport aux milieux. Par exemple, un leader quiutiliserait un langage inconnu des gens à qui il s’adresse ou troppoussé, aurait pour effet de ne pas mobiliser les troupes et de créerune distance entre eux.Également, depuis 20 ans, le leadership efficace interpelle à la fois latête et le coeur des gens, d’où l’intégration au leadership du concept del’intelligence émotionnelle. On parle de différents styles de leadership(modèle de GOLEMAN), qui démontre l’effet de « résonance » dansl’organisation. En effet, on dit souvent que communiquer c’estéchanger. Donc, lorsque deux personnes sont sur la même « longueurd’onde émotionnelle », l’impact sur le climat de l’organisation estpositif. Par exemple, les styles visionnaires et partenaires peuvent êtreefficaces. D’où l’importance pour le leader d’être présent et au courantde ce qui se passe dans l’organisation, pour s’adapterémotionnellement, entre autres.
  • 5. *D’autres modèles reliés à la personnalité sont présentés dans lelivre.Comme quatrième point, il est essentiel qu’un leader connaisse bienses valeurs pour pouvoir exercer un leadership efficace, car les valeursdu leader sont à la base de ses attitudes. Elles influencent saperception de l’organisation et de ses relations interpersonnelles, ontun impact sur sa résolution de problème, déterminent ce qui est bienou mal… On parle aussi de 3 composantes d’attitudes, qui ont unimpact sur l’efficacité du leader:cognitive Ex. Connaissance à propos d’un individu, objet ou évènementaffective Ex.Émotion ressentie vis à vis un individu, objet ou évènementcomportementales Ex. Action par rapport à un individu, objet ou évènement Les valeurs sont toujours plus stables et donc plus difficiles à changerque les attitudes. Comme l’adaptabilité et l’équilibre du leader sontessentiels à une organisation, c’est sur les attitudes que nous devrionsplus travailler, si l’on veut s’améliorer en tant que leader et êtreefficace. Pour cette raison, j’en conclus qu’un leader devrait toujourss’orienter vers une organisation qui se rattache à ses valeurs propres.Je peux aussi ajouter le terme de « culture organisationnelle », dontles valeurs sont un aspect intégré à ce concept.
  • 6. En cinquième lieu, dans plusieurs organisations, on constate unengouement à faire émerger de nouveaux leaders, non seulementindividuels, mais de groupe. Plusieurs moyens sont utilisés, en voiciquelques exemples connus. Moyens ObjectifsActivités extérieures Favorise l’esprit d’équipeRétroaction à 360 degrés Clarifier les perceptions sur la tâche d’un collègue ou d’un supérieur hiérarchiqueCoaching Améliorer les compétences des employés… … La confiance des membres de l’organisation en un leader estimportante. Celle-ci vient de deux habiletés d’un leader: lacommunication des valeurs et la création de liens avec les gens. Laconfiance est un atout qui favorise la crédibilité d’un leader. Cecivenant avant l’expertise, qui n’est toutefois pas à omettre. La « matricede crédibilité » est un outil aidant à cette compréhension (voirmanuel). En conclusion, parlons de l’importance de la maîtrisecommunicationnelle. Un leader doit constamment se perfectionner entant que communicateur, car la communication est partie intégrantedu leadership et est une compétence primordiale. Les notions deprocessus communicationnels (« canaux de communication ») sontprésentes dans les organisations. Les voici:
  • 7. Communication unidirectionnelle Leader orienté vers la tâche (ex.transmission d’information ou de demandes; employeur vers l’employé)Communication bidirectionnelle Leader orienté vers les gens (ex.notion d’échange; de part et d’autre ) Les leaders qui utilisent la communication bidirectionnelle sontgénéralement considérés comme étant plus efficaces. Ce processus estde plus en plus souhaitable dans les organisations. Encore une fois, cecanal favorise l’influence positive, la mobilisation, la confiance, lacrédibilité; des points majeurs, déjà abordés, pour une résultantepositive en matière de leadership

×