Mobilité touristique et NTIC
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Mobilité touristique et NTIC

on

  • 3,266 views

 

Statistics

Views

Total Views
3,266
Views on SlideShare
3,251
Embed Views
15

Actions

Likes
0
Downloads
90
Comments
0

5 Embeds 15

http://m10icom.blogspot.com 10
http://m10icom.blogspot.ch 2
http://m10icom.blogsopt.com 1
http://m10icom.blogspot.fr 1
http://m10icom.blogspot.ca 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment
  • La  cartographie  désigne la réalisation et l'étude des cartes. Le principe majeur de la cartographie est la représentation de données sur un support réduit représentant un espace réel. Ceci se fait par une prise d'informations sur le terrain, avec deux champs distincts et majeurs le relevé des contours et de l'espace support à représenter ; le relevé des données statistiques à représenter sur cet espace avec comme objectif la simplification et la meilleure compréhension des phénomènes (politiques, économiques, sociaux, etc.) qui y sont à l'œuvre.
  • Les deux grands principes de cartographie Indépendamment des systèmes et projections, les cartes informatisées existent en deux grandes familles de formats, basées sur des principes très différents.   Les cartes anciennes en "bit mapping" C'est de la numérisation simple de cartes papiers. L'inconvénient du bmp est que tout est sur le même plan, il est impossible d'effacer sélectivement les lignes de sonde, les noms, etc. , de changer les couleurs des éléments... Les fonts sont à taille fixe et la taille des textes dépend évidement de l'échelle de lecture. Cela équivaut à une "photo " d'une carte papier, c’est un ensemble de points, groupés en lignes et colonnes, possédant chacun une couleur. Les bmp prennent beaucoup de place en mémoire.  C'est le format historique de la cartographie issue du papier, mais il est en fin de vie.   Les nouvelles cartes vectorielles La fabrication des fichiers est beaucoup plus complexe, toutes les cartes ont été ressaisies à la main sur table graphique par les cartographes. Chaque type d'information est sur un plan différent, comme un empilment de calques, tout peut donc être paramétré, affecté à une couleur ou éliminé. C'est l'avenir de la cartographie car les possibilités sont illimitées. La compression des données est très efficace comparée aux bmp, il est possible de rentrer beaucoup plus d'informations dans un volume identique. Une banque de données peut ainsi très facilement générer des cartes totalement différentes suivant les besoins marketing. Chaque famille de données (les diverses couches) peut être traitée pour s'adapter au résultat demandé, aux possibilités d'affichage, au volume disponible... Des améliorations ponctuelles, en augmentant le détail ou en corrigeant une zone intéressante, peuvent être ajoutées en permanence sans metttre en péril les données et les cartes les exploitant. Le vectoriel est le format d'avenir pour la cartographie numérique. Début 2001, la majorité des logiciels de cartographie exploitait uniquement les anciens formats de données en bmp. La diffusion des cartes vectorielles change tout, et les nouvelles versions des outils de cartographie intégreront directement les formats vectoriels.
  • La  géolocalisation  est un procédé permettant de positionner un objet (une personne, une information, ...) sur un plan ou une carte à l'aide de ses coordonnées géographiques. Cette opération est réalisée à l'aide d'un terminal capable d'être localisé (grâce à un récepteur  GPS  ou à d'autres techniques) et de publier (en temps réel ou de façon différée) ses coordonnées géographiques (latitude/longitude). Les positions enregistrées peuvent être stockées au sein du terminal et être extraites postérieurement, ou être transmises en temps réel vers une plateforme logicielle de géolocalisation. La transmission temps réel nécessite un terminal équipé d'un moyen de télécommunication de type  GSM / GPRS , radio ou satellite lui permettant d'envoyer les positions à des intervalles réguliers. Ceci permet de visualiser la position du terminal au sein d'une carte à travers une plateforme de géolocalisation le plus souvent accessible depuis internet.
  • La  géolocalisation  est un procédé permettant de positionner un objet (une personne, une information, ...) sur un plan ou une carte à l'aide de ses coordonnées géographiques. Cette opération est réalisée à l'aide d'un terminal capable d'être localisé (grâce à un récepteur  GPS  ou à d'autres techniques) et de publier (en temps réel ou de façon différée) ses coordonnées géographiques (latitude/longitude). Les positions enregistrées peuvent être stockées au sein du terminal et être extraites postérieurement, ou être transmises en temps réel vers une plateforme logicielle de géolocalisation. La transmission temps réel nécessite un terminal équipé d'un moyen de télécommunication de type  GSM / GPRS , radio ou satellite lui permettant d'envoyer les positions à des intervalles réguliers. Ceci permet de visualiser la position du terminal au sein d'une carte à travers une plateforme de géolocalisation le plus souvent accessible depuis internet.
  • Les logiciels de  géocodage  permettent de calculer et d'attribuer à une adresse ou à un objet référencé dans une carte vecteur des positions X,Y avec une précision de quelques dizaines de mètres en moyenne. Le  géocodage  consiste à affecter des coordonnées géographiques à des adresses ou à des objets spatiaux (par exemple voirie, barycentres de territoires....) Cette affectation est en général réalisée avec des outils informatiques (géocodeurs) ou en mode  GPS .Les géocodeurs utilisent une base de données ( service) et une interface d'acces
  • La géolocalisation par satellite consiste à calculer, grâce aux signaux émis par une constellation de satellites prévue à cet effet, la position actuelle sur la face terrestre d'un terminal équipé d'une puce compatible. Cette position est alors traduite en termes de latitude, longitude et parfois altitude (ex : 43° 5494 N - 1° 48472 E) et peut alors être représentée physiquement sur une carte. Le réseau satellite de positionnement le plus connu est le GPS (Global Positionning System), bien que l'alternative Européenne nommée Galileo soit en cours de déploiement. Dans le cas du GPS, pour que le repérage spatial fonctionne, un immense réseau constitué de 27 satellites (dont 3 de secours) tournant autour de la Terre (2 tours en 24 heures) à une altitude de 20 200 km et répartis sur 6 orbites (4 par orbite) différentes est nécessaire. Ces satellites constituent un maillage du ciel et servent de repères aux navigateurs GPS dans leur processus de calcul de position. Ce système de satellites est conçu de façon à ce qu’il y en ait toujours au moins quatre « visibles » par les navigateurs GPS, sans quoi la position ne peut pas être déterminée. Pour qu'un terminal soit capable de se géolocaliser grâce au réseau GPS, celui-ci doit absolument être équipé d'une puce électronique GPS (ex :  SiRFstar III ). Le GPS offre une précision allant de 15 à 100 mètres pour les applications civiles. Géolocalisation par GSM  [ modifier ]
  • Cette technique permet le positionnement d'un terminal GSM en se basant sur certaines informations relatives aux antennes GSM aux quelles le terminal est connecté. La précision du  positionnement par GSM  peut aller de 200 mètres à plusieurs kilomètres, selon si le terminal se trouve en milieu urbain (où la densité d'antennes est supérieure), ou en milieu rural. Plusieurs techniques existent : Différence de temps observée ou EOTD  (Enhanced-Observed Timed Difference) : le terminal calcule le temps écoulé entre l'émission et la réception de la requête envoyée à l'antenne, il peut alors calculer sa distance par rapport à celle-ci. Temps d'arrivée (Time of Arrival) Angle d'arrivée (Angle of Arrival) Cell ID (Identifiant de cellule) Aujourd'hui, la méthode GSM la plus utilisée est celle du Cell ID. Cette méthode consiste à récupérer les identifiants des antennes GSM aux quelles le terminal est connecté. Par la suite, grâce à une base de données faisant le lien entre les identifiants des cellules et les positions géographiques des antennes, le terminal est capable de déterminer sa position et d'émettre une estimation. Ces bases de données peuvent être mises à disposition par les opérateurs pour leurs abonnés, ou par des sociétés privées qui recensent les antennes GSM ou ayant des partenariats avec les opérateurs. Des bases de données communautaires existent et sont le plus souvent alimentées par les utilisateurs eux-mêmes 1 . Étant donné que les bases de données Cell ID ne sont pas stockées localement dans le terminal, une connexion internet de type GPRS/EDGE ou 3G peut être nécessaire afin d'émettre une requête pour obtenir la correspondance Cell ID / Longitude Latitude.
  • De la même façon qu'un terminal GSM peut se localiser par la méthode du Cell ID sur un réseau GSM, un terminal  WiFi  peut utiliser la même méthode en se basant sur les identifiants des bornes WiFi ( Adresses MAC ) qu'il détecte. Il existe des bases de données recensant une multitude de bornes d'accès WiFi ainsi que leur position géographique. Ces bases peuvent appartenir à des entreprises privées ou à des communautés qui les publient gratuitement. Ces bases de données sont construites en utilisant la méthode appelée  War Driving , qui consiste à parcourir les rues des villes en voiture avec un ordinateur portable équipé du WiFi et relié à un récepteur GPS, afin de recenser un maximum de points d'accès WiFi.
  • Cette méthode permet de déterminer la position géographique d'un ordinateur ou de n'importe quel terminal connecté à  internet  en se basant sur son  adresse IP . Les adresses IP sont gérées par l' IANA , une organisation qui s'occupe de découper les blocs d'adresses IP disponibles et de les distribuer de façon très contrôlée aux pays qui en demandent. Toutes ces attributions étant très bien documentées, il est possible de savoir dans quel pays se trouve un terminal connecté à internet grâce à son adresse IP. On peut même obtenir un niveau de précision de l'ordre de la ville en se basant sur la distribution des adresses IP faite par les fournisseurs d'accès à internet. (ex d'outil en ligne effectuant cette géolocalisation : Google Maps
  • La technologie  RFID  peut être utilisée pour la géolocalisation indoor. Pour se faire, une série de lecteurs RFID équipés de différents types d'antennes sont positionnés de façon à couvrir l'ensemble de la zone souhaitée. La zone est alors découpée en cases dont la surface varie en fonction du nombre de lecteurs déployés et de leur puissance. Lorsqu'une personne équipée d'un tag RFID actif sera dans ces zones là, le système sera capable de calculer sa position en se basant sur le nombre de lecteurs qui détectent le tag et de déduire la position approximative de l'individu en se référent au schéma de découpage établi. En temps réel, cette technique reste néanmoins très approximative et sa précision permettra uniquement de déterminer la pièce ou le couloir dans lequel se trouve la personne géolocalisée. La précision de la géolocalisation par RFID peut grandement être améliorée si celle-ci s'effectue de façon différée. En effet, une fois tous les déplacements enregistrés, des systèmes informatiques peuvent réaliser toute une série de calculs probabilistes en se basant sur les lecteurs RFID, la puissance de réception et la cohérence des positions d'une personne au sein d'une structure connue. Ceci permet, dans les meilleurs des cas, d'obtenir une précision de l'ordre du mètre en indoor. Les difficultés des localisations indoor en temps réel proviennent de l'environnement en constante évolution (portes fermées ou ouvertes, déplacement de meubles etc...). Ces structures altèrent la puissance et la portée des signaux (effet  guide d'onde  par exemple) et rendent très difficiles l'utilisation de la triangularisation avec la technologie RFID, c'est pourquoi une méthode de prédécoupage en grilles est généralement utilisée. Cette technique de géolocalisation ne doit pas être confondue avec la localisation indoor d'une personne en se basant sur la dernière détection de son tag lors d'une entrée ou sortie de zone. Cette technique est notamment utilisée dans les hôpitaux grâce à des lecteurs RFID faible puissance positionnés dans certaines portes du bâtiment et qui permettent de dire si une personne équipée d'un tag les traverse.
  • l existe plusieurs inconvénients à l'utilisation d'une seule technique de géolocalisation : La dépendance au réseau GPS :  l'incapacité de l'utiliser en intérieur et le temps de réponse à l'allumage; La dépendance au réseau GSM :  sa couverture géographique, l'accès au réseau GPRS pour exploiter l'information; La dépendance à la présence de bornes d'accès WiFi :  en zone rurale par exemple; Des dispositif qui combinent ces trois techniques et qui sont capables de géolocaliser le terminal dans n'importe quelle situation existent. La précision de ce positionnement va varier en fonction des technologies disponibles, mais le temps de réponse à l'allumage et l'adaptabilité s'en verront améliorées. Ceci permet par exemple de géolocaliser un personne à l'extérieur en utilisant le GPS, et de garder sa trace à l'intérieur des bâtiments ou des tunnels en utilisant la technologie GSM couplée au WiFi pour plus de précision. L'iPhone d'Apple est un exemple de terminal capable d'utiliser une méthode hybride de géolocalisation grâce à son interface GSM, WiFi et à son récepteur GPS. Cette fonction est fournie par la société skyhookwireless, qui en l'occurrence met à disposition les bases de données appropriées pour transformer les identifiants des cellules GSM et des points d'accès WiFi en latitude/longitude et rayon de précision.
  • Géolocalisation et vie privée : la CNIL s’interroge. Chaque innovation apporte son lot d’interrogations éthiques. Dans le cadre de l’utilisation de technologies de géolocalisation  la CNIL  s’inquiète du non respect de la vie privée ou des atteintes à la liberté d’aller et venir. Certains dénoncent l’effacement de la frontière entre vie professionnelle et vie privée permis par la géolocalisation. Un exemple : la possibilité pour une entreprise de localiser à tout moment, même en dehors des horaires de travail, les véhicules de fonctions peut être considérée comme une atteinte à la vie privée. Plus récemment, la CNIL est une nouvelle fois intervenue pour imposer à Google d’accorder une attention plus importante aux  dispositifs de floutage utilisés  pour les images de StreetView.
  • Geospatial Web  ou  GeoWeb  est un terme relativement récent qui désigne la fusion de l’information géographique avec du contenu Web divers (photos, vidéos, lien commercial, informations). Cela permet la création de nouveaux environnements de consultation cartographique où la localisation prend une place centrale. Le développement du  GeoWeb  se fait en corrélation avec le développement du Web 2.0, un Web plus accessible et plus interactif se positionnant comme une plateforme de partage et de mise en valeur de l’intelligence collective. Le visage actuel du Geoweb se caractérise surtout par des applications de cartographie en ligne comme Google Maps, Windows Live Local ou Yahoo Maps. Mais il ne faut pas se limiter aux seuls sites web des ces application car s’est avant tout les technologies développées (API) qui se répandent de manière de plus en plus systématique au sein du Web. Avec ces nouvelles applications le grand public a été sensibiliser à la cartographie et plus largement à la localisation et l’on assiste à un phénomène d’indexation spatial l’information disponible sur Internet (commerces, événements, monuments, photos, vidéos et surtout internautes). On peut considérer que la capacité du Geoweb est similaire à une recherche classique sous un moteur de recherche avec en plus la dimension spatiale de localisation. En effet de plus en plus de moteur de recherche inclus une dimension « localisation » aux recherches. Appelé aussi cartographie 2.0 ou encore géomatique 2.0, ce nouveau phénomène se base essentiellement sur de nouvelles techniques qui permettent aux internautes de lire mais surtout d’écrire la carte. En s’appuyant sur un ensemble de techniques et d’outils, le  Geoweb  se différencie de la géomatique traditionnelle car les utilisateurs peuvent créer leurs propres cartes en y intégrant leurs propres données. Le  Geoweb  se forme  progressivement grâce aux pratiques, aux outils et aux données des utilisateurs
  • WikiMapia  est un site commercial, un projet inspiré par  Google Maps  et par  Wikipédia , destiné à «  cartographier  et décrire la  planète Terre  » vue par  satellite . WikiMapia utilise les vues satellitaires de  Google Maps  et permet de les annoter avec un système  wiki . Les  russes  Alexandre Koriakine et Evgeniy Saveliev ont lancé ce projet le  24 mai   2006 . OpenStreetMap  est un projet pour créer des  cartes   libres  du monde sous licence  CC-BY-SA , en utilisant le  système GPS  ou d'autres données libres.  OpenStreetMap  a été fondé en  juillet 2004  par  Steve Coast  au  University College de Londres 1 . Logo officiel sous licence libre Une carte de Paris sur OpenStreetMap Les cartes sont disponibles sous les termes de la licence  Creative Commons   Attribution-ShareAlike 2.0 . Par l'utilisation de moyens informatiques basés sur Internet qui permettent l'intervention et la collaboration de tout utilisateur volontaire, le projet OpenStreetMap relève de la  géomatique  2.0 et est aussi une contribution à ce qui est appelé la  néogéographie .

Mobilité touristique et NTIC Mobilité touristique et NTIC Presentation Transcript

  • NTIC et mobilité touristique Jean-Daniel Valy, i-com, responsable du département formation [email_address]
  • Programme
    • Présentation d'i-com, du réseau Adhara
    • La cartographie numérique et géoweb
    • Les usages et solutions mobiles dans le tourisme
    • Questions – Réponses
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • i-com : agence interactive spécialisée dans la conception et la mise en œuvre de solutions Internet
    • i-com interactive
      • Communication en ligne et hors ligne
      • Contenus dynamiques et interactifs
      • Référencement et Web Marketing
    • i-com formation
      • Formations Intra et inter-entreprises, DIF
      • Graphisme, Internet, Systèmes, Développement, Bureautique
      • Démarches pré et post formation
      • Formateurs agréés
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique View slide
  • i-com : carte d'identité
    • SAS créée en 2000
    • Dirigeant : Pascal Tournier
    • Installée 52 avenue de Stalingrad à Dijon (Toison d'or)
    • Une filiale : Photographic (production photographique et multimédia implantée dans le mêmes locaux)
    • 13 collaborateurs (y compris Photographic)
    • CA 2009 : 1,5 M€
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique View slide
  • i-com formation, membre du réseau Adhara depuis 2006
    • 51 centres (325 salles) de formation à taille humaine ancrés dans leur région, répartis sur l’ensemble du territoire français fédérés autour de la marque Adhara
    • 400 formateurs permanents, 120 000 stagaires en 2009
    • 397 stages proposés au catalogue
    • Des PME aux plus grands groupes internationaux privés, des collectivités territoriales aux grandes administrations publiques
    • Les agréments des éditeurs
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • La cartographie numérique et géoweb 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • La cartographie
    • La  cartographie  désigne la réalisation et l'étude des cartes. Deux champs distincts et majeurs :
      • le relevé des contours et de l'espace support à représenter ;
      • le relevé des données statistiques (politiques, économiques, sociales, etc.
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • La cartographie numérique
    • Les deux grands principes de cartographie Les cartes informatisées existent en deux grandes familles de formats, basées sur des principes très différents.
      • Les cartes anciennes en « bit mapping »  Numérisation simple de cartes papiers Format historique de la cartographie issue du papier,
      • Les nouvelles cartes vectorielles Cartes ressaisies à la main par les cartographes Chaque type d'information est sur un plan différent Chaque « calque » peut-être paramétré indépendamment
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Cartes « Bit Map » 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Cartes vectorielles 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • La géo localisation
    • La  géolocalisation  est un procédé permettant de positionner un objet (une personne, une information, ...) sur un plan ou une carte à l'aide de ses coordonnées géographiques (latitude, longitude, altitude).
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • La géo localisation
    • Techniques de géolocalisation
      • Géolocalisation par géocodeur
      • Géolocalisation par satellite
      • Géolocalisation par GSM
      • Géolocalisation par WiFi
      • Géolocalisation par adresse IP
      • Géolocalisation par RFID
      • Combinaison de différentes techniques
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Géolocalisation par géocodeur
    • Le géocodage consiste à affecter des coordonnées géographiques à des adresses ou à des objets spatiaux.
      • Voirie
      • Points topographiques ....
      • Cette affectation est en général réalisée avec des outils informatiques (géocodeurs)
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Géolocalisation par géocodeur 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique Google Local Business Center
  • Géolocalisation par satellite (GPS - Global Positioning System)
    • La géolocalisation par satellite consiste à calculer, grâce aux signaux émis par une constellation de satellites, la position actuelle sur la face terrestre d'un terminal équipé d'une puce compatible.
    • Cette position est alors traduite en termes de latitude, longitude et parfois altitude (ex : 43° 5494 N - 1° 48472 E) et peut alors être représentée physiquement sur une carte.
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Géolocalisation par satellite 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Géolocalisation par satellite 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique I-Phone – Ma position GPS
  • Géolocalisation par GSM (GSM - Global System for Mobile communications)
    • Technique permetant le positionnement d'un terminal GSM (téléphone portable) en se basant sur certaines informations relatives aux antennes GSM aux quelles le terminal est connecté.
    • La précision du positionnement par GSM peut aller de 200 mètres à plusieurs kilomètres, selon si le terminal se trouve en milieu urbain (où la densité d'antennes est supérieure), ou en milieu rural.
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Géolocalisation par GSM 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique http://www.geolocalisation-gsm.eu
  • Géolocalisation par WiFi (Wi-Fi - Wireless Fidelity)
    • Méthode se basant sur les identifiants des bornes WiFi
    • Il existe des bases de données recensant une multitude de bornes d'accès WiFi ainsi que leur position géographique.
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Géolocalisation par WiFi 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique Geolocalisation des hotspots Wifi de la ville de Paris
  • Géolocalisation par adresse IP
    • Méthode permettant de déterminer la position géographique d'un ordinateur ou de n'importe quel terminal connecté à internet en se basant sur son adresse IP.
    • Niveau de précision de l'ordre de la rue en se basant sur la distribution des adresses IP faite par les fournisseurs d'accès à internet.
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Géolocalisation par adresse IP 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique Ma position – Google Maps
  • Géolocalisation par adresse IP 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique Google Analytics
  • Géolocalisation par RFID (RFID - Radio Frequency Identification)
    • Technologie utilisée pour la géolocalisation indoor ou dans un périmètre restreint
    • Précision de l'ordre du mètre
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Géolocalisation par RFID 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique SafeTzone : Système de géo localisation dédié aux parcs de loisirs. Permet aux parents de suivre le moindre mouvement de leurs bambins grâce à un bracelet RFID.
  • Combinaison de différentes techniques
    • Inconvénients à l'utilisation d'une seule technique de géolocalisation 
      • La dépendance au réseau GPS : l'incapacité de l'utiliser en intérieur et le temps de réponse à l'allumage
      • La dépendance au réseau GSM : sa couverture géographique, l'accès au réseau GPRS pour exploiter l'information
      • La dépendance à la présence de bornes d'accès WiFi : en zone rurale par exemple
    • Les terminaux iPhone et Androïd utilisent ces méthodes hybrides
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Combinaison de différentes techniques 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique Paramètres de localisation : Androïd
  • Géolocalisation et vie privée 
    • la CNIL s’inquiète du non respect de la vie privée ou des atteintes à la liberté d’aller et venir.
      • possibilité pour une entreprise de localiser à tout moment, même en dehors des horaires de travail, les véhicules de fonction
    • Récemment, la CNIL est une nouvelle fois intervenue pour imposer à Google d’accorder une attention plus importante aux dispositifs de floutage utilisés pour les images de StreetView
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Géoweb
    • Geospatial Web ou GeoWeb est un terme relativement récent qui désigne la fusion de l’information géographique avec du contenu Web (photos, vidéos, lien commercial, informations)
    • Le développement du GeoWeb se fait en corrélation avec le développement du Web 2.0, un Web plus accessible et plus interactif se positionnant comme une plateforme de partage et de mise en valeur de l’intelligence collective.
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Les 3 modèles de cartographie numérique 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • L’émergence du géoweb 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Les mashups géographiques 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Géo localisation des photos
    • Informations classiques ajoutées aux images
      • date, heure
      • référence de l'appareil
    • Grâce au GPS ajout :
      • Latitude, longitude , altitude
      • Permettent de relier une photo à son lieu de prise de vue
      • Il devient possible de localiser l'image sur une carte
    • Equipement
      • Iphone, Androïd, Windows Mobile
      • Boitier additionnel
      • Appareil photo équipé
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Géo localisation des photos
    • Informations IPTC ( International Press Télécommunications Council )
      • Informations ajoutées manuellement permettant de documenter les images (nom de leur auteur, du nom du propriétaire, du lieu de prise de vue, de la date de création…)
    • Informations EXIF (Exchangeable Image File Format)
      • informations ajoutées automaiquement concernant la prise de vue (date, heure, appareil, focale, ouverture, sensibilité, latitude, longitude …)
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Géo localisation des photos 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Géo localisation des photos
    • Placement sur une carte
      • Picasa , Google Earth, Google Maps
      • Iphoto
    • Shoot and Proof (Iphone), la preuve par l'image
      • logiciel de certification d'images. Permet de faire subir un traitement de manière à ce qu'aucune modification Exif ne puisse être apportée. L'image est stockée sur un serveur qui garantit l'intégrité des images.
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Cartes personnalisées
    • Google Local Business : ajout d’informations économiques aux cartes Google par les acteurs eux-même.
    • WikiMapia : projet inspiré par Google Maps et par Wikipédia, destiné à « cartographier et décrire la planète Terre » vue par satellite. WikiMapia utilise les vues satellitaires de Google Maps et permet de les annoter avec un système wiki.
    • OpenStreetMap : un projet pour créer des cartes libres du monde en utilisant le système GPS ou d'autres données libres.
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Google Local Business Center 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique Ajouter son entreprise dans Google Local Business Center
  • WikiMapia 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique Hôtels à Paris
  • OpenStreetMap 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique Points d’intérêt à Dijon
  • Outils pour mobiles
    • Téléphones portables
      • Géolocalisation :
        • GSM ( http://www.geofamily.fr/ )
      • Interface
        • WAP
    • SmartPhones
      • Géolocalisation :
        • GSM , GPS, IP, WiFi
      • Interfaces
        • Apple Iphone OS, Google Androïd, Windows Mobile, PalmOS
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Les usages et solutions mobiles dans le tourisme 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Chiffres clés
    • 54 millions de terminaux en France
      • 100% sont compatibles SMS
      • 57% sont compatibles MMS
      • 58% ont accès à l’Internet mobile
    • Les français possesseurs de mobile âgés de 15-50 ans ont utilisé au moins une fois
      • 94% les SMS ou MMS interpersonnels
      • 25% les services SMS/MMS fournis par les entreprises
      • 25% l’Internet mobile
      • 6% ont déjà fait un achat au moins 1 fois à partir de leur mobile
      • (11% par CB et 85% en étant débité via la facture de l’opérateur)
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Chiffres clés
    • Les français possesseurs de mobile ont utilisé leur mobile pour :
      • 53% prendre des photos
      • 27% filmer/faire des vidéos
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Le Tourisme, un secteur et des services attendus sur le mobile 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Le Tourisme, un secteur et des services attendus sur le mobile
    • 41% des mobinautes 15-50 ans connaissent au moins un service mobile lié au tourisme.
      • Parmi eux, 51% se disent intéressés par un service lié au tourisme
        • 24% pour réserver ou pré réserver un séjour
        • 25% pour un service de pré réservation
        • 34% pour un service lié à la réception d’alertes (type confirmation d’option de réservation, de vol ou de paiement…)
        • 36% pour consulter des informations sur une destination/un lieu, un évènement
      • Parmi eux, 20% ont utilisé au moins une fois un service lié au tourisme
        • La consultation d’informations sur une destination/un lieu, un évènement étant le service le plus consulté
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Mobile et tourisme : similitudes 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique Nomade • On l’a toujours avec soi • Disponible/ Connecté : un media qu’on coupe rarement Sur mesure • Unique/ personnel • Intime : permet une relation personnelle privilégiée et directe – On ne le prête pas Ludique • Loisirs / à usage personnel vs professionnel • Multimédia à usages multiples : communication, musique, vidéo, photos... Immédiat • (Toujours) disponible/ Connecté • Propice au choix coup de cœur / dernière minute Évasion • Utilisation lors de moments d’attente forcée (dans les transports, salle d’attente…)
  • L’évolution de la demande du touriste mobile
    • Les nouvelles exigences de la mobilité
      • Multi accessibilité
      • Multi et Inter modalité
      • Imprévisibilité
      • Information contextuelle
      • Information personnalisée
    • Implications en termes de services
      • Information statique -> information dynamique
      • Information collective -> information individualisée
      • Information générale -> information géo localisée
      • Information papier -> information multicanaux
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • L’évolution de l’offre : une suite continue de services
    • Les acteurs
      • Les producteurs de contenu (OT, Hotels, restaurants, SNCF…)
      • Les éditeurs et agrégateurs de contenu (CDT, CRT, TO…)
      • Les intégrateurs technologiques (SSII…)
      • Les équipementiers technologiques
      • Les opérateurs télécoms
      • Les diffuseurs, distributeurs
    • Les conséquences
      • Client captif -> client partagé
      • Elargissement des champs d’intervention
      • Nouvelle architecture de l’information
      • Développement du partenariat
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Les déclinaisons pratiques
    • Avant le séjour
      • Informer
        • Donner des infos pratiques
        • Faire connaître et faciliter l’accès aux sites touristiques
        • Augmenter la notoriété
      • Vendre
        • Déstocker billets/nuitées...
        • Écouler les early birds
        • Augmenter le taux de transformation des options
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Les déclinaisons pratiques
    • Pendant le séjour
      • Faciliter
        • Le choix des activités
        • Les déplacements
        • Les communications
      • Enrichir
        • Le contenu des séjours
    • Après le séjour
      • Fidéliser
        • Améliorer la satisfaction client
        • Faire du CRM
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Accueillir le M-Touriste
    • L’office du tourisme, premier lieu d’accueil, devrait :
      • Informer à toute heure grâce à des bornes interactives
      • Offrir une connexion Wifi (gratuite ou payante)
      • Mettre à disposition des points d’accès Internet dans ses locaux
      • Permettre des téléchargement de contenus touristiques
      • Disposer d’une offre en audio-guides
      • Informer les M-Touristes sur leurs mobiles
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Accueillir le M-Touriste
    • Les M-Touristes souhaitent se connecter en Wifi dans tous les lieux d’accueil.
      • La législation complique un peu la tâche… La loi du 23 janvier 2006 relative à la lutte contre le terrorisme impose aux établissements fournissant un accès internet au public, de conserver pour une durée d’un an une trace de toutes les connexions effectuées sur leur réseau.
      • En réalité le risque est limité (aucune poursuite connue à ce jour)
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Accueillir le M-Touriste
    • Les solutions techniques
      • Opérateurs nationaux
        • Free, le Neuf : solution de partage de connexion Wifi
      • Opérateurs spécialisés
        • SpotCoffee : http://www.quickspot.biz/
        • Artemis Network : http://www.01wifi.com/
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Les outils logiciels
    • Sites Web pour Mobiles (nécessite une connexion internet)
      • Site web spécialement conçu pour les périphériques mobiles
        • Résolution écran adaptée
        • PC : 1280 x 1024
        • HTC Dream : 320x480
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Outils logiciels
    • Créer des sites spécialement pour l’internet mobile
      • http://fr.mobile.yahoo.com/
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Outils logiciels
    • Utiliser la reconnaissance automatique de la plateforme
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Outils logiciels
    • Techniques de reconnaissance
      • Test de l’OS en Javascript
        • Redirection vers le site mobile www.monsite.com -> mobile.monsite.com
        • Affectation d’une feuille de style spécifique style.css -> stymemobile.css
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Outils logiciels
      • Graphisme simplifié et allégé Exemple : Téléchargement d’une image de 1Mo ADSL :8 Mb/s = 1 s 3g+ : ~ 1 Mb/s = 8 s 3g : ~380 kb/s = 21s Edge : ~170 kb/s = 48 s Gprs : ~48 kb/s = 170 s
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Les outils logiciels
    • Applications pour Mobiles (fonctionne en mode déconnecté)
      • Logiciels spécifiquement développés pour une plateforme (Windows Mobile, Iphone, Androïd …)
      • Chaque logiciel est dépendant de la plateforme et doit être re-écrit pour chacune d’elle Part de marché 2009 des OS pour mobiles Symbian 44.6% ( Nokia, Sony Ericsson, Siemens, Samsung, Panasonic) RIM 20.8% ( BlackBerry ) iPhone 17.1% Windows Mobile 7.9 % Google Android 3.9%
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Les outils logiciels
    • Combinaison des deux techniques (nécessite une connexion internet)
      • Application dialoguant avec un site web Modèle client/serveur Exemple : Google Earth
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Les outils cartographiques API (Application Programming Interface)
    • Langages de programmation supportés pour sites mobiles
      • HTML + Javascript
      • XML
      • Flash + Action Script (seulement sur Windows Mobile)
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Les outils cartographiques API (Application Programming Interface)
    • Des solutions gratuites
      • Google Maps
      • Yahoo Maps
      • Microsoft Virtual Earth
      • Via Michelin
      • Ask
      • Map24
      • Mapquest
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Les outils cartographiques API (Application Programming Interface)
    • Organiser l’information
      • Objets géographiques riches
        • Marqueurs
        • Info-bulles
        • Polylignes
        • Polygones
      • Personnalisation de l’interface
        • Personnalisation des marqueurs
        • Zoom ajustable
        • Personnalisation es evenements
      • Exemples
        • http://dev.viamichelin.com/wswebsite/fra/jsp/vmdn/VMDN-Api-Maps-Drive.jsp
        • http://api.ign.fr/geoportail/api/doc/examples/index.html
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Les outils cartographiques API (Application Programming Interface)
    • Pour les touristes
      • Feuille route, calcul d’itinéraire
      • Recherche de proximité
      • Marqueurs spécifiques
      • Fond de carte personnalisé (se distinguer des autres sites)
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Les outils cartographiques API (Application Programming Interface)
    • Fonctions de base
      • Visualiser un territoire
        • Vue 2D
        • Mode aérien
        • Vue satellite
        • Relief
        • Affichage combiné
        • Rendu 3D
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Exemple : application mobile horaires de bus et tram à Bordeaux
    • Avant le séjour : donner des infos pratiques http://trablicapp.appspot.com/
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Exemple : site mobile Rhône Alpes Tourisme
        • Avant le séjour : Faire connaître et faciliter l’accès aux sites touristiques http://m.rhonealpes-tourisme.fr/
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Exemple : site mobile Air France
    • Avant le séjour : donner des infos pratiques http://mobile.airfrance.com
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Exemple : application mobile Mobil'iti : la Vallée de Clisson
    • Avant le séjour: Augmenter la notoriété et l’attractivité par un service innovant http://www.valleedeclisson.fr/Mobil-iti.1406.0.html
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Exemple : site mobile + Push
    • Avant le séjour : Vendre, déstocker http://mobile.voyages-sncf.com/
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique Déstocker, Ecouler
  • Exemple : site web traditionnel + application mobile
    • Pendant le séjour Choisir des activités
    • http://www.grand-dijon.fr/cartographie/inventaire-patrimoine-14137.jsp
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Exemple : GPS, application mobile + site web traditionnel
    • Pour la randonnée : BuddyRunner www.buddyrunner.com
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Exemple : GPS nouveaux loisirs
    • Géocaching
      • Entre chasse au trésor high-tech et course d’orientation, le Geocaching débarque en France. GPS à la main, les «geocacheurs» sillonnent le pays à la recherche de mystérieux trésors enfouis dans des geocaches. http://www.geocaching-france.com
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Exemple : Application mobile guide touristique
    • Aroundme
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Exemple : Application mobile Audio/Vidéo guide 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • La réalité augmentée, futur du m-touriste
    • Qu’est-te que la réalité augmentée ?
      • La réalité augmentée consiste à superposer des éléments virtuels à des éléments réels. Elle est dite augmentée en ce sens qu’elle «augmente» et enrichit notre environnement physique d’informations virtuelles non perceptibles à l’œil nu, que ce soit sous forme d’images ou de texte, et ce, en temps réel.
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • La réalité augmentée, futur du m-touriste
    • Réalité augmentée et expérience touristique urbaine
      • Géolocalisation
        • L’utilisateur peut trouver les lieux d’intérêt les plus proches de son emplacement
      • Visite urbaine plus interactive
        • Permet aux visiteurs d’accéder de manière interactive et personnalisée aux informations sur les monuments et les bâtiments historiques d’une ville
    • La réalité augmentée déclinée en d’autres applications
      • Jardins de Versailles -> commentaires interactifs sur les lieux remarquables
      • New-York ->re-création des tours du World Trade Center
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • La réalité augmentée, futur du m-touriste
    • Illustrations vidéos
      • Metro Paris http://www.youtube.com/watch?v=AE5AEV4l3PU
      • Abbaye de Cluny http://www.youtube.com/watch?v=6vstaJk9hJA
      • Ville de Rennes : LE vélo Star http://www.youtube.com/watch?v=xd74DHsWbkk
      • Château de Versailles http://www.youtube.com/watch?v=EjTCwAJ643w
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Conclusion Nouveaux outils -> nouveaux clients
    • Information et mobilité : un chantier stratégique
    • 5 recommandations pour intégrer le média mobile dans une stratégie m-tourisme :
      • Identification de la clientèle cible (Age, CSP, attentes …)
      • Quels terminaux utilisent cette clientèle (quels abonnements)
      • Quels sont les technologies les plus adaptées au projet
      • Quels sont les risques et quelles responsabilité
      • Veille et remise en question permanente
    30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique
  • Merci de votre attention 30 novembre / 1er décembre 2009 NTIC et mobilité touristique