Politique d'acquisition, par Sonia Mourlan

  • 4,001 views
Uploaded on

 

More in: Education , Technology
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
4,001
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
43
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. smourlan-abf-reims011208 MENER UNE POLITIQUE D’ACQUISITION Sonia MOURLAN Cours ABF Champagne-Ardenne 01 décembre 2008 - 9h 12.30h
  • 2. INTRODUCTION Il n’existe pas de « politique d’acquisition » ex nihilo. On ne mène pas une politique smourlan-abf-reims011208 d’acquisition de manière isolée : si politique il y a, c’est une politique documentaire à l’intérieur de laquelle s’inscrit l’acquisition comme partie d’un tout (# pratique empirique). La différence : la vue d’ensemble - Sur la collection elle-même dans son intégrité - Sur la vie de la collection, sa pérennité Idéalement, quand on achète on a une idée du devenir du document
  • 3. Ce qui crée la différence, - des critères d’acquisition pour la sélection smourlan-abf-reims011208 - des outils de gestion - une médiation = les trois piliers d’une politique documentaire Ce qui implique : des acteurs des outils des services = un management et une stratégie de l’établissement
  • 4. I. QU’EST-CE QU’UNE COLLECTION ? Étymologie : Collection = co-ligere, la collection est le fait de « choisir ensemble », ce serait donc un acte de smourlan-abf-reims011208 choix et de mise en commun (ensemble cohérent de documents choisis les uns en fonction des autres mais aussi de manière collective et explicite …). Histoire : XV-XVI°siècles , une collection est la représentation de son possesseur (ex : la bibliothèque de Montaigne) : renvoie à une subjectivité, à un parcours intellectuel, à une certaine forme d’érudition. Là, la cohérence de la collection est une continuité intellectuelle et individuelle.
  • 5. XVII°siècle : la collection est le reflet d’une relation organisée du savoir ( concept de la « bibliothèque idéale » , Gabriel Naudé, Advis pour dresser une smourlan-abf-reims011208 bibliothèque). La bibliothèque est conçue comme une représentation du monde, renvoie à la stricte objectivité du monde extérieur. Là ce n’est pas l’usage mais la complétude / la classification des savoirs. UW6 Fin XIX° début XX° : prise de conscience du rôle - d’acteur du public destinataire dans la composition des collections (émergence de la lecture publique, Eugène Morel, Melvil Dewey) On entre dans la logique d’usage et de pluralisme.
  • 6. Diapositive 5 UW6 mythe poussé à l'extrême par Borges, la Bibliothèque de Babel dans Fictions (1944) Nom de la Rose, Umberto Eco ( + voir De bibliotheca Utilisateur Windows; 30/11/2008
  • 7. 2° moitié du XX° siècle : le bibliothécaire façonne la collection en raison de (ses) choix. ces derniers doivent être objectivés et sont smourlan-abf-reims011208 nécessairement relatifs ( lieu, espace, publics, budgets). Pas de bibliothèque idéale, absolue, transposable. abandon de l’idée de la collection universelle. Aujourd’hui, c’est la synthèse de ces 4 approches qui doit transparaître dans les collections des bibliothèques de lecture publique.
  • 8. le possesseur étant la collectivité publique, elle doit être représentée dans les collections : les modes locaux de la représentation des savoirs doivent être smourlan-abf-reims011208 représentées (politique publique), la diversité des publics également et de choix des bibliothécaires doivent nécessairement tenir compte de ces différentes exigences, réunies. La collection idéale n’est pas celle qui rassemblerait l’ensemble des documents existants dans le monde de manière exhaustive mais c’est celle qui répondraient le mieux à des choix pesés et objectivement justifiables en regard d’usages légitimes ( besoins # demandes).
  • 9. LES 4 DÉTERMINANTS DE LA COLLECTION Contenus – savoirs: Facteur externe : Qualité de l’offre smourlan-abf-reims011208 Données spatiales Recouvrement Données budgétaires complétude Collection Facteur interne : Utilisation – usages : Répartition Emprunts Equilibre Consultations Publics concernés ou potentiels
  • 10. « Une collection de bibliothèque est un ensemble cohérent de documents ( et d’information) collectés smourlan-abf-reims011208 dans le cadre de priorités sociales et cognitives définies au niveau collectif et gérés dans un cadre matériel fini ( espaces, budget, temps, compétences) » B.Calenge
  • 11. II. Qu’est-ce qu’une politique documentaire ? smourlan-abf-reims011208 Un ensemble qui regroupe 3 ensembles distincts et complémentaires : - Une politique d’acquisition (sélection des achats, dons, legs) : noyau dur - Une politique de conservation ( gestion de la collection existante) - Une politique d’accessibilité ( médiation, services, animation de la collection
  • 12. L’activité documentaire se décline donc en trois fonctions : smourlan-abf-reims011208 1 . La sélection : choix intellectuels, repérage des éléments susceptibles de rentrer dans la collection 2. L’achat : choix économiques, acquisition effective des documents selon un cadre administratif prédéterminé ( marchés ..) 3.La gestion documentaire : traitement des documents et mise en circulation ou accessibilité selon des choix stratégiques de l’établissement. l
  • 13. III. UNE POLITIQUE D’ACQUISITION / POURQUOI ET COMMENT ? I. POURQUOI ? La notion est récente : 15 ans en France (30 aux smourlan-abf-reims011208 EU). UW3 Elle s’est progressivement imposée en raison de : - L’inflation éditoriale dans des proportions étourdissantes. (75 000 titres édités en Fr. en 2008 > 50 000 en 1998 > 37 000 en 1988 / 600 millions d'exemplaires produits) - Un changement de cap des politiques publiques (décentralisation notamment) qui impose une évaluation accrue des services - Une revalorisation de la compétence sociale des services publics culturels et un intérêt politique pour les collections ( « réduire la fracture numérique »)
  • 14. Diapositive 12 UW3 donner les chiffres de l'édition Utilisateur Windows; 25/11/2008
  • 15. - L’informatisation et l’évolution des interfaces des bibliothèques qui permettent des collaborations smourlan-abf-reims011208 plus étroites : meilleure identification des ressources, mutualisation des ressources voire des budgets ( plans de conservation partagée, consortiums …) - UW2 L’impact du web (110 millions de sites visibles / 17 % de la population mondiale connectée < 65 % en Fr) et - Le besoin de médiation dans le flux continu de l’information : les bibliothécaires sont des médiateurs de contenus et ils doivent sélectionner et légitimer l’information (contre toute idée reçue, encore plus dans ce nouveau contexte).
  • 16. Diapositive 13 UW2 carel couperin Interbibly - les agences de coopération Utilisateur Windows; 25/11/2008
  • 17. les mouvements de la pensée / le jeu de l'interdisciplinarité la diversification des supports et des modes d'accès à la connaissance (Internet) smourlan-abf-reims011208 le polymorphisme des comportements d'emprunt et de consultation ( La « dissonance culturelle » conceptualisée par B.Lahire)
  • 18. - Contre une certaine attitude consumériste des usagers : la politique d’acquisition nous permet de smourlan-abf-reims011208 justifier de nos achats en raison d’un plan de développement des collections objectif et répondant à des priorités collectives (demandes vs besoins). La bibliothèque doit, en quelque sorte, afficher un programme. - TOUTEFOIS, la « poldoc » se développe lentement notamment en raison d’un défaut de culture professionnelle : - - pendant longtemps pas de formation des bibliothécaires à la question
  • 19. Poids prégnant de la figure du bibliothécaire intellectuel qui sait sans avoir à dire … smourlan-abf-reims011208 Peu d’évaluation des services aux publics par les collectivités elles-mêmes. Métier historiquement basé sur les connaissances liées aux contenus ( érudition) puis sur la technicité (catalogue) plus qu’à la gestion, à la méthode, à l’analyse. C’est pourtant une EXIGENCE PROFESSIONNELLE
  • 20. ACQUÉRIR C’EST CHOISIR … Sans perdre leur objectivité, les bibliothécaires doivent pouvoir démontrer que les achats qu’ils smourlan-abf-reims011208 effectuent pour le compte de la collectivité ne se limitent pas à leur conviction personnelle ou à la pression des utilisateurs individuels. Leurs sélections ne sont pas un acte de censure ( décision délibérée d’écarter des documents) mais un CHOIX: une décision positive d’inclure dans les collections des documents en conciliant qualité, diversité, adéquation aux besoins des publics et cohérence des fonds.
  • 21. Ses choix ne sont pas intuitifs mais relèvent de règles bibliothéconomiques et sont étroitement liés smourlan-abf-reims011208 aux priorités de la collectivité, dans le respect de ses missions de service public. Ils sont appelés à être validés parUW4 tutelles . les
  • 22. Diapositive 18 UW4 justification des budgets, délibération des acquisitions, des chartes documentaires, des pilons, dons, documents vendus ... Utilisateur Windows; 27/11/2008
  • 23. UN PROJET DOCUMENTAIRE REPOSE DONC SUR : smourlan-abf-reims011208 L’analyse des besoins des publics à partir des données sociales et culturelles ( statistiques, enquêtes, études) La formalisation d’une offre documentaire faisant l’ « objet d’un projet intellectuel d’ensemble, conscient, assumé et formalisé » ( Conseil supérieur des bibliothèques, 1998). = sur un plan de développement des collection
  • 24. II. COMMENT ? Pas de recette, pas de modèle, mais peut être un schéma organisationnel smourlan-abf-reims011208 1/ Une stratégie globale Une politique documentaire ne pourra reposer que sur une stratégie d’établissement et que si l’ensemble du personnel se sent impliqué. Elle doit donc s’élaborer à plusieurs . La politique documentaire est un processus complexe et collectif qui implique une adhésion et une prise de conscience de tous les acteurs. Elle doit donc s’accompagner d’une organisation.
  • 25. Nécessité d’organiser les priorités, les projets et les acteurs (remaniement de l’organigramme, des smourlan-abf-reims011208 espaces, des collections, des services). Nécessité de contractualiser , de se mettre d’accord sur des objectifs, des outils et des indicateurs. Nécessité d’associer les objectifs aux réalités notamment en terme de compétences des acteurs et de développer éventuellement un plan de formation, des outils de management type fiches de postes …
  • 26. 2/ une formalisation nécessaire « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement » smourlan-abf-reims011208 - La formalisation écrite des objectifs documentaires permet d’avoir des points de repères explicites et une connaissance précise et partagée de la décision d’acquisition. - Surtout, elle favorise le caractère collectif du travail d’acquisition dans la bibliothèque, obligeant chaque secteur à confronter ses choix aux autres, unifiant le caractère global des collections détenues par la bibliothèque.
  • 27. 3/ Des outils adaptés tant du point de vue qualitatif que quantitatif smourlan-abf-reims011208 - À l’établissement - = à ses publics / à ses collections - = à ses moyens (matériels, humains) - Aux personnels - = à son nombre - = à ses compétences - - plan de développement annuel UW5 - - tableaux de bord - - évaluation
  • 28. Diapositive 23 UW5 exemples Utilisateur Windows; 27/11/2008
  • 29. - Quels outils : - - charte documentaire ©Smourlan-abf-011208 La charte documentaire se veut un document synthétique elle fixe, de manière concertée, les principaux objectifs d'acquisition= lignes de force elle inscrit la collection dans la durée (=PDC) elle explicite le domaine couvert par la collection = Quoi ? elle assigne à la collection des finalités d'usages et de publics = Pourquoi ? Pour qui ? - - plan de développement des collections - - tableaux de bord - - évaluation
  • 30. CONCLUSION Mener une politique d’acquisition, c’est utile et nécessaire smourlan-abf-reims011208 Ça permet : D’y voir plus clair De savoir quoi choisir De savoir comment choisir Pour qui choisir et avec qui travailler Et donc : De mieux maîtriser, de mieux défendre D’être plus légitime
  • 31. De donner du sens D’être plus compétent smourlan-abf-reims011208 Donc, plus performant
  • 32. EXEMPLES Suivi budgétaire Reims : Site poldoc : http://poldoc.enssib.fr/ smourlan-abf-reims011208 Fiche domaine / réseau SAN Ouest-Provence – J.Pouchol Fiche de fonds : Bordeaux DOC – langues / DOC – Informatique Charte documentaire de la BPI : http://www.bpi.fr/uploadfile/chartedocu2005.pdf Charte documentaire de la BNF : http://www.bnf.fr/PAGES/infopro/collectionspro/pol_ doc.htm