Claire Dégez : Accueillir les personnes handicapées en bibliothèque

9,582 views
9,293 views

Published on

Support du cours de Claire Dégez (Ministère de la culture et de la communication) dans le cadre de la formation d'auxilliaire de bibliothèque de l'ABF Champagne-Ardenne, le 14 décembre 2009.

Published in: Career, Health & Medicine
1 Comment
0 Likes
Statistics
Notes
  • Hi, good post. I have been pondering this topic,so thanks for sharing. I’ll likely be coming back to your posts!
    http://taiucbrowser.org/
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
9,582
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
330
Actions
Shares
0
Downloads
93
Comments
1
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide
  • Si vous en êtes d’accord, pour aborder la question de l’accueil des publics handicapés, nous partirons de trois constats : les bibliothécaires ne sont pas des professionnels du monde médico-social et n’ont pas vocation à le devenir même si il est vrai que l’activité des bibliothèques relève pour partie du domaine socio-culturel. Il peut donc s’avérer utile voire nécessaire d’avoir des contacts dans le monde associatif, d’établir des partenariats avec des institutions, des éducateurs… L’accueil des publics handicapés met en exergue dans les bib l’importance de la médiation . Les bibliothécaires sont souvent à la limite de sortir de leur rôle traditionnel pour accueillir des publics handicapés. Il leur faut inventer des modes de médiation plus poussés pour parvenir à prendre en compte la spécificité des besoins de ces publics. Il faut donc que l’ensemble de la structure y soit préparée. Enfin, le handicap est un angle de vue , nous le verrons en abordant sa définition, c’est une façon d’aborder la question de l’adaptation de la société à certains individus, ou plutôt à tous les individus. Il ne faut donc pas perdre de vue que les aménagements prévus pour améliorer l’accueil des publics handicapés signifient souvent une amélioration de l’accueil de tous les publics de la bibliothèque. J’ai bien peur de le répéter plusieurs fois au cours de cette journée.
  • Vous donner des éléments concrets pour élaborer un projet d’accueil ou pour améliorer l’accueil des publics handicapés dans votre bibliothèque. Je m’appuierai pour cela sur les documents que je vous ai distribués et que je vais largement commenter avec vous et sur les expériences menées un peu partout en France, expérience dont j’ai connaissance bien sûr. Inviter à interrompre, poser des questions, intervenir.
  • déficience : perte de substance ou altération d’une substance ou fonction psychologique, physiologique, anatomique incapacité : réduction, résultant d’une déficience, de la capacité à accomplir une activité d’une façon ou dans les limites considérées comme normales pour un être humain handicap : correspond à un désavantage social, pour un ind, résultant d’une déficience ou d’une incapacité qui limite ou interdit l’accomplissement du rôle qui est considéré comme normal. Handicap : apparaît comme une conséquence de la socialisation des déficiences et des incapacités. Potentiellement tous handicapés : pas de véritable démarcation. On peut intervenir et on doit intervenir non pas sur les causes mais sur les conséquences. A garder à l’esprit en matière d’accueil : nécessaire de connaître les empêchements desuns et des autres, différencier pour mieux intégrer. Mais aussi : on ne parlera pas de personnes handicapées mais de personnes en situation de handicap. Du coup, cette approche permet de faire bénéficier l’ensemble de la population des améliorations apportées à l’intégration des personnes handicapées dans la société (avec quelques nuances) : notion de confort d’usage.
  • Définitions et statistiques Nous sommes tous à un moment ou à un autre des handicapés donc difficile d’estimer la population concernée. Enquête HID permet toutefois de donner quelques chiffres. Ce qu’elle est : Il s’agit de la première enquête nationale réalisée auprès des personnes en situation de handicap en France. Pilotée par l’INSEE (implique égalment des directions ministérielles, la Sécurité sociale, Assurance maladie)Elle visait à repérer les personnes touchées par divers types de handicaps et de déficiences, décrire leur situation sociale ainsi que les aides dont elles bénéficient ou dont elles auraient besoin. Objectif final : aider à la mise en place d’une politique adaptée et en déterminer le fonctionnement. Elle a donc couvert l’ensemble de la population, de tous âges, et de tous lieux d’habitat (à domicile ou en institution).
  • Déroulement : L'enquête s'est déroulée entre 1998 et 2001 avec 4 phases de recueils de données, 50000 entretiens se sont succédés : La première phase, fin 1998 a porté sur les personnes en institution. Le même auto-questionnaire a été passé fin 1999 auprès de personnes vivant à domicile sur un échantillon constitué lors du recensement général de la population de mars 1999. En 2000/2001, les mêmes personnes sont interrogées de nouveau, ceci permet de repérer une trajectoire et ne fige pas les données sur un instantané. Enquête qui met en exergue la difficulté voir l’impossibilité de répondre de manière univoque à la question : combien y a-t-il de personnes handicapés en France ?
  • Principaux résultats : 22,5 Millions de personnes déclarent « un handicap ou une gêne dans la vie quotidienne) soit 40% des français (incluses personnes âgées dépendantes)‏ 5 millions de personnes reçoivent une aide régulière à domicile 2,3 M vivant à domicile perçoivent une aide régulière pour accomplir certaines tâches de la vie quotidienne 660 000 en institution
  • - Dégradation du champ visuel central Les dégénérescences de la macula sont une des causes les plus fréquentes d'un handicap visuel chez les personnes âgées. Elles peuvent aussi affecter des gens jeunes (maladie de Stargardt, maladie de Best, formes inversées de RP, entre autres). Au fil de l'évolution de ces maladies, les cellules sensibles à la lumière au centre de la rétine, qui forment la macula , se décomposent. Cette zone minuscule (5% de la rétine) permet de voir nettement un objet. Les maculopathes ont beaucoup de peine à lire, à reconnaître des visages et à distinguer des structures fines. Ils peuvent néanmoins s'orienter et se mouvoir dans une pièce. Lorsqu'une personne affectée de maculopathie regarde un menu, elle ne distingue qu'une surface blanche et floue, tandis qu'elle per‡oit une image - bien qu'estompée - de ce qui se trouve tout autour.
  • Si cette personne porte son regard sur la serveuse, sur le menu ou sur un convive, elle voit une image dépourvue de netteté, sans détails ni structure.
  • Dégradation du champ visuel périphérique Les personnes qui ont un champ visuel périphérique restreint - ce que l'on nomme couramment " vue en tunnel " - voient avec acuité et précision les objets qu'elles fixent. Il est fréquent qu'il reste, dans les zones marginales du champ visuel, de petits îlots de cellules rétiniennes intactes, lesquelles fournissent quelques informations additionnelles permettant au sujet de s'orienter. Fait caractéristique, les personnes dont le champ visuel périphérique est restreint n'en sont pas conscientes car elles ne per‡oivent rien - ni clair ni obscur- là où la rétine ne transmet pas d'informations. La meilleure manière de comprendre ce phénomène est de tenter de percevoir ce qui se passe derrière notre dos: nous savons peutêtre ce qui s'y trouve mais, pour nos yeux, cela n'existe pas. De la même fa‡on, une personne au champ visuel périphérique restreint n'est pas avertie de cette lacune par la perception d'une surface grise ou noire. Une personne cherche à s'orienter. Elle regarde où le train s'arrête et où se trouvent les portières.
  • Ensuite, elle vérifie sur la pancarte la destination du train. Lorsqu'elle porte à nouveau son regard à l'endroit où elle venait de repérer la portière, il lui semble que cette dernière a disparu. La portière est cachée par des passants qu'elle n'a pas vus s'approcher auparavant.
  • On peut également évoquer les problèmes liés à la perception des contrastes et la sensibilité à la lumière
  • Hypersensibilité à l'éblouissement Les dégénérescences rétiniennes ont souvent pour conséquence une hypersensibilité à l'éblouissement. Les contrastes s'estompent et l'environnement devient indistinct. A cette intersection, passants, voitures de couleur claire, rues et escalier se fondent en une surface claire, laiteuse. Une personne affligée d'une sévère hypersensibilité à l'éblouissement a l'impression de se diriger vers un mur blanc. Il est possible de pallier partiellement à l'éblouissement par le port de verres filtrants spéciaux, d'une protection oculaire latérale et d'un chapeau à large bord ou à visière qui projette une ombre sur le visage.
  • Et bien sûr les déficiences liées à la perception des couleurs tels que le daltonisme. On comprend déjà les difficultés qui nous attendent en matière de définition des couleurs, importance de la signalétique et des éclairages adaptés
  • 1 handicap invisible et très prégnant car touche la communication. 3 critères interviennent pour définir le degré de gravité de la surdité : l’audition résiduelle l’âge d’apparition de la surdité l’existence de handicaps associés
  • L’audition résiduelle permet de distinguer: - Déficience auditive légère : perte tonale entre 21 et 40 dB (la plupart des bruits familiers sont perçus - Déficience auditive moyenne : perte entre 41 et 70 dB (bruits familiers peu perçus, nécessité de hausser la voix pour parler à la personne)‏ - Déficience sévère : entre 71 et 90 dB (seuls les bruits forts sont perçus) - Déficience auditive profonde : aucune perception de la parole (seuls les bruits très puissants sont perçus)‏ - Déficience auditive totale ou cophose Sourds : déficience auditive profonde ou totale
  • Aujourd’hui période faste pour le handicap : Rappel handicap priorité nationale+ directives ministérielles 10% budget handicap EP 2003 : année du handicap Mai 2005 : premiers états généraux du handicap
  • Pas grand-chose à vous dire au sujet de cette loi puisque presque pas un mot sur l’accès à la culture des PH. L’essentiel des changements qui vont avoir une incidence sur les bib sont contenus dans le chapitre III intitulé : cadre bâti, transports et nouvelles technologies : concerne accessibilité du bâtiment et formation des architectes : art 41 chaîne du déplacement : reconnaissance de l’importance d’un travail en liaison avec les autres services de la ville : art 45 création d’une commission communale pour l’accessibilité :art 46 Accessibilité des services de communication en ligne :art 47. Encourage la conception de sites internet de bib accessible Reconnaissance de la LSF : art 75 section 3bis
  • En matière de culture : dès février 2001 était créée la commission nationale culture et handicap : regroupe des représentants d’associations +MCC+ ministère de l’équipement, ministère de l’emploi et de la solidarité. Objectif : faire des propositions en vue d’améliorer l’accès à la culture. Pistes d’action : amélioration de la formation des agents d’Etat et des architectes en lien avec les CT, respect des normes architecturales (condition indispensable à toute aide financière), désignation dans les DRAC et au sein des associations d’un correspondant handicap, dpt de la pratique artistique, dvpt du sous titrage etc DONT CHARTE D ACCUEIL (avec concertation des élus locaux pour qu’elle puisse être validée et s’appliquer aux établissement territoriaux)‏ Mise en place de groupes de travail sur différentes thématiques et dont la vocation est de travailler sur un court terme à des projets visant améliorer notablement l’accueil des PH dans les établissements publics + expériences transposables. 12 groupes en tout une vingtaine d’établissements théâtres, musées, monuments historiques, bibliothèques… Sujets : malvoyance, tarification, promo-com, handicap mental, alarmes visuelles, emploi des personnes handicapées, formation sensibilisation. Voir site ministère de la culture. Quelques succès bientôt publication d’un guide reprise des recommandations issues de certains de ces groupes La commission nationale « culture handicap » a décidé en 2002 d’organiser des rencontres nationales « culture-handicap » en 2003 à Bourges. Ces rencontres ont permis des échanges entre les différents partenaires du handicap (Etat, associations, collectivités territoriales, institutions spécialisées...) et de dresser quelques pistes de travail pour les années 2004-2005. Si vous vous demandiez encore pourquoi mettre en place ce type de service : réponse, l’accueil des publics handicapés bientôt plus une exception mais la règle et enjeu majeur pour notre société J’espère ne pas vous avoir déjà noyé ! Nous allons enfin à venir à l’accès à la lecture des personnes handicapées et plus précisément à ce que peuvent le bib pour améliorer l’accès à la lecture de ces personnes
  • Je vous propose de procéder là encore par type de handicap pour identifier les diff spécifiques à chacun et présenter les aides techniques existantes et les collections qu’une bibliothèque peut développer pour permettre aux PH de jouir pleinement des ses services de lecture. Malgré tout un peu artificiel car certaines aides conviennent à plusieurs familles de handicap voire à des personnes qui ne se signaleraient pas nécessairement comme handicapées.
  • Lorsque bâtiment accessible + collections physiquement accessibles (ascenseurs, hauteur des étagères, circulation dans les rayons), la principale difficulté pour une personne à mobilité réduite va résider dans le maniement même du support : difficulté de préemption, trop lourd, trop petit, impossibilité de se servir de ses membres supérieurs ou avec diff…Difficulté à se servir d’une souris. Dans la sphère privée, solutions sur mesure mais dans ne bibliothèque on peut déjà avoir recours à certains équipements standards comme : Tourne pages, pupitres, proposer une navigation sans souris avec les raccourcis claviers et la tabulation… En ce qui concerne les collections : Apport du GK : pupitre, éloignement livre des yeux CD ou cassettes. Cassettes pour beaucoup de personnes mieux : bras mécaniques, magnétophone plus simple Emplacement, localisation dans la bib
  • Handicap visuel Même pbs que HM concernant le bâtiment et aussi pour l’utilisation de la souris. Mais principale difficulté est bien sûr celle de l’accès au texte lui-même au contenu des documents mis à sa disposition par la bib : pour les aveugles, nécessité de trouver un texte alternatif au document « en noir » : il s’agit de l’édition adaptée. L’édition adaptée Def : ensemble des adaptations d’un texte ou d’un document afin de le rendre accessible aux personnes déficientes visuelles. Un document différents supports et différents types d’adaptations : supports : papier, papier à embosser, cassette, CD, DVD adaptations : Braille/ Numérique/Enregistrements sonores/relief et tactile/Gros caractères/audionumérique/adaptations multiples
  • Système d’écriture tactile, inventé par Louis braille en 1829. En fait perfectionnement d’un code déjà existant : le code barbier. Principe : En Braille standard, un caractère est représenté par la combinaison de 1 à 6 points en relief, disposés sur une matrice de 2 points de large sur 3 points de haut. Les points, par convention, sont numérotés de 1 à 6 (1 le point en haut à gauche de la matrice, 2 et 3 en descendant, la colonne de droite, de haut en bas également est numérotée de 4 à 6) et on peut ainsi nommer un caractère braille par l'ensemble des points nécessaires à sa réalisation. Par exemple, la lettre C se représente par les deux points supérieurs, soit la combinaison 1,4.
  • Braille intégral/abrégé : Les caractères brailles sont plus larges que leurs équivalents « noir ». Cela a pour conséquence une augmentation importante du volume d'un document braille par rapport à un document « noir » lorsque ce document est traduit un caractères braille pour un caractère noir. Aussi a-t-on créé une forme contractée : le braille abrégé. C'est en 1880 que Maurice de la Sizeranne constitua l'Abrégé Orthographique Français, qui fut depuis complété par de nombreux partenaires. Dans un texte en braille abrégé, on trouve trois types de mots : des mots contenants une ou plusieurs contractions, des mots ayant un symbole, des mots écrits en intégral (braille classique). Braille mathématique, Braille musical, Braille informatique : Le Braille standard, avec ses 6 points, ne permet que peu de combinaisons pour coder les caractères. Certains caractères, comme les majuscules ou les chiffres ont été codés sur deux caractères brailles afin de palier à cette limite. Malheureusement, l'utilisation de ce type de codage s'avère mal adapté à l'informatisation. Aussi pour l'informatique utilise-t-on un braille à 8 points au lieu de 6. Comme pour les mathématiques, la notation musicale « noire » utilise une représentation spatiale de l'information. Aussi le braille musical est-il très compliqué : quelques indications Les notes Elles sont écrites en suivant l'alphabet, avec, pour équivalence, d=do Sans signe de rythme spécifique, les notes seront considérées comme des croches. Si l'on veut écrire une noire (qui dure deux croches) on doit ajouter le point 6 à la note
  • Comment écrit-on en braille : L'outil le plus simple est formé d'une tablette munie de guides normalisés (avec des lignes de six points) et d'un poinçon. Le poinçon permet de déformer le papier en s'aidant du guide. Cependant, cet outil necessite une adaptation particulière. En effet, le poinçon creuse le papier alors que la personne aveugle lit les bosses formées. Il faut donc complètement inverser le sens d'écriture : commencer la ligne à droite et les signes (en miroir).
  • Machine à écrire le braille Perkins: Composée de sept touches (une pour chaque point de la matrice de six et une pour l'espace), elle a grandement facilité l'écriture puisqu'elle évite la transcription en miroir nécessaire à la tablette décrite précédemment.
  • Les imprimantes braille sont des imprimantes qui produisent des copies embossées de braille telles que des lettres, des rapports et des livres. Ces imprimantes utilisent une matrice d’embossage à haute vitesse qui poinçonne le papier braille avec des points en relief pour former les caractères braille. Certaines imprimantes braille produisent du texte pendant que d’autres sont en mesure d’embosser du texte et de produire des graphiques en relief. Les imprimantes braille nécessitent l’utilisation d’un logiciel de transcription pour produire le braille. L’objectif principal du logiciel de transcription est celui de convertir le texte affiché à l’écran de l’ordinateur au niveau de braille nécessaire. Le logiciel assure aussi une information correctement mise en forme selon les normes du braille. La plupart des logiciels de transcription braille peuvent convertir tant les textes que les chiffres ou les équations scientifiques. Les imprimantes braille : Sont disponibles tant en modèles de table que portatifs. Ont une vitesse d’impression entre 10 et 400 caractères par seconde (CPS). Peuvent imprimer le braille sur un seul côté de feuille (modèles standard) pendant que certains modèles plus évolués  embossent recto-verso. Existent en modèles à entraînement par traction ou par alimentation papier.
  • Sur environ 60 000 AV : 15 000 braillistes, 7000 le pratiquant régulièrement Associations environ 50 centres transcripteurs Institutions Coût : 1c à 2 € la page (en moyenne 15c d’€)‏ Avantages du braille : - Structuration de la pensée, mémorisation : maîtrise de la langue donc lutte contre l’illettrisme - Discrétion, mise en page - Souplesse lui permettant de s’adapter aux TIC
  • Pour qui ? Les personnes malvoyantes Principe : il s’agit d’une caméra couleurs ou noir et blanc équipée d’un zoom pour agrandir les caractères. Il permet donc aux personnes déficientes visuelles de lire seul des imprimés ou des manuscrits. La plupart des vidéoagrandisseurs permettent également de sélectionner les couleurs de fonds d’écran, et de premier plan, de régler les contrastes pour une visualisation de textes optimales. Lorsqu-il est couplé à un ordinateur, une fonction de partage d’écran permet d’afficher et l’image agrandie et l’information de l’ordinateur (prise de notes dans Word par exemple)‏ Coût : 2200 à 4000 euros environ
  • La machine à lire Pour qui ? Les personnes aveugles ou malvoyantes Principe : Il s’agit d’un appareil autonome composé d’un scanner équipé d’un logiciel de synthèse vocale. La machine à lire permet donc à toute personne déficiente visuelle de scanner et de lire tous types de documents imprimés ou dactylographiés, sans connaissance informatique préalable nécessaire. Les modèles les plus récents permettent également la lecture de documents sur CD-Rom et disquette, la lecture de livres audio Daisy, le stockage de documents sur disquette ou dans le disque dur de l’appareil. La machine à lire peut reconnaître la langue du texte, permet de placer des marqueurs dans les documents lus. Tous les documents imprimés d’une bibliothèque sont ainsi accessibles à une personne déficiente visuelle en toute autonomie. Coût : 3200 à 4000 euros environ
  • Ecran 21 pouces et clavier avec lettres agrandies Pour qui ? Les personnes malvoyantes, les personnes âgées, les personnes ayant des difficultés de lecture Principe : offrir à ces différents usagers un confort de lecture à l’écran et de travail sur un ordinateur plus important en leur donnant accès à un poste de travail aux dimensions élargies. Pour les usagers les moins familiers des nouvelles technologies, cela peut simplifier la prise en main des équipements informatiques. Coût : environ 1000 euros
  • Un terminal braille Pour qui ? Les personnes aveugles, connaissant le braille (braillistes)‏ Principe : Les afficheurs braille convertissent en braille le texte affiché à l’écran de l’ordinateur. Les afficheurs braille utilisent une rangée de cellules dont les points rétractables forment les caractères braille. Ces afficheurs ont habituellement de 18 à 80 cellules braille. Chaque cellule braille représente un caractère braille. Plus vous avez de cellules braille, plus il y a d’information à lire avant de changer l’affichage des cellules. Une revue d’écran qui est conçue pour fonctionner avec un afficheur braille contrôle l’information qui est convertie en braille. L’information qui s’affiche à l’écran de l’ordinateur s’affiche aussi sur l’afficheur braille. Une fois que vous avez lu la ligne de braille et que vous êtes prêt à passer à la suivante, la première ligne est remplacée par la ligne de caractères braille suivante. Les afficheurs braille sont disponibles en modèles de table ou portatifs et peuvent fonctionner avec des piles rechargeables. L’afficheur braille se place directement devant vous à la place habituelle de votre clavier. Le clavier est ensuite placé sur l’afficheur de façon à ce que la rangée de cellules braille se trouve le long du clavier. Cette façon de faire facilite l’utilisation combinée du clavier et de l’afficheur braille. Coût : de 3500 à 15000 euros
  • On l’a vu compréhension du français peut s’avérer très difficile pour une personne sourde profonde: importance de l’illettrisme dans la population sourde (80% des sourds profonds)‏ Public en grande difficulté de lecture et de compréhension - Problème : Pas d’édition adaptée - Et seulement 2 éditeurs : IVT et Monica Companys (BP 82004, 49 016 Angers Cedex 1, fax : 02 41 36 39 23 / http://monica-companys.ifrance.com/). Surtout dico et Cd rom d’apprentissage LSF - 1 éditeur pour la jeunesse : Thierry Magnier qui a lancé une collection d’ouvrages en LSF
  • Pas d’ouvrages faciles à lire comme dans pays anglosaxons Alors possibilité d’utiliser les documents destinés aux néo arrivant : collection clé et Hachette. Privilégier les ouvrages illustrés mais pas enfants : livres d’art, voyage, histoire géo. Penser à signaler les DVD sous-titrés Expérience originale Websourd à la bibliothèque de Toulouse : présentation de Websourd, site internet : Portail d’information et de formation pour les sourds qui a pour objectif de favoriser l’insertion des sourds profonds dans la vie sociale et de lutter contre l’illettrisme, d’où l’utilisation massive de la LSF Propose informations sur cursus, formation, vie pratique, forums de discussions et services novateurs (interprétariat en direct, système de traduction des formulaires administratifs et autres )visiointerprétation, Travail avec la ville de Toulouse et la Bib : depuis le 15 févier 2005, tous les vendredis matins de 1Oh à 12h. 2 postes : premier entrée : inscriptions, prêt et retour de doc, questions générales deuxième : dans une cabine au niveau 3 : service plus personnalisé : initiation à la recherche sur le catalogue, explication de la bib…
  • Lecture à voix haute, lecture à deux. Familiarisation lente avec la bib et attention présélection des ouvrages bien souvent nécessaire. Déficience intellectuelle : l’apport des pictogrammes et des NTIC Pour les personnes déficientes intellectuelles Quelques outils commercialisés : (cf Bibliothèques, février 2003)‏ - une base de pictogrammes pour communiquer :PICTOMEDIA : pictogrammes permettent mise en place d’un système de communication simplifiée et aide au repérage. Tremplin vers l’écrit: permet la visualisation des consignes - un clavier interactif http://www.generation5.fr/catalog/clavier_alternatif.asp Permet d’accéder de manière très simple et naturelle à un ordinateur - un système reliant un mot à un objet par l’intermédiaire d’un code barre : B.A. BAR En établissant une relation entre un code barres sur une étiquette autocollante (disposée selon les besoins sur le support de son choix) et un contenu sonore numérisé http://www.fst.ch/babar/fr/presentation/principe/principe.htm - un logiciel permettant de produire du texte sonore: fabriquer des documents complètement accessibles, à toute personne handicapée, qui ne peut utiliser normalement un livre ou un ordinateur. "lire" ces documents, en partant des possibilités de l'utilisateur http://association.idee.free.fr/
  • Claire Dégez : Accueillir les personnes handicapées en bibliothèque

    1. 1. Accueillir les personnes handicapées en bibliothèque Camille Dégez [email_address] <ul><ul><li>ABF- Reims </li></ul></ul><ul><ul><li>14 décembre 2009 </li></ul></ul>Direction du livre et de la lecture
    2. 2. MISSIONS DE LA DLL/HANDICAP <ul><li>Soutien à la production de l'édition adaptée </li></ul><ul><ul><li>Subventions à des projets d'édition innovants </li></ul></ul><ul><li>Soutien à la diffusion de l'édition adaptée </li></ul><ul><ul><li>Salon du livre (avec le CNL)‏ </li></ul></ul><ul><ul><li>Participation au comité de pilotage de la BDEA </li></ul></ul><ul><ul><li>Suivi des opportunités offertes par le numérique </li></ul></ul><ul><li>Information, sensibilisation des professionnels de bibliothèques sur l'accueil des personnes handicapées (avec la Bpi)‏ </li></ul><ul><li>Participation à la rédaction des décrets d'application de l'exception handicap et à leur mise en oeuvre </li></ul>
    3. 3. Rappels préalables <ul><li>Les bibliothécaires ne sont pas des professionnels du monde médico-social </li></ul><ul><li>Importance de la médiation </li></ul><ul><li>Le handicap est un angle de vue </li></ul>
    4. 4. Objectifs <ul><li>vous sensibiliser à la question du handicap en général </li></ul><ul><li>Vous sensibiliser aux besoins des personnes handicapées en matière d'accès à l'information et aux bibliothèques </li></ul><ul><li>Vous décrire des exemples concrets et faire le bilan d’expériences menées en bibliothèques </li></ul><ul><li>Vous informer sur les aides techniques et les collections adaptées existantes </li></ul><ul><li>Vous apporter des éléments de méthodologie pour construire ou développer votre projet </li></ul>
    5. 5. Plan de l'intervention <ul><li>Les personnes handicapées : quels publics pour les bibliothèques? </li></ul><ul><li>Quelles solutions pour des bibliothèques accessibles? </li></ul>
    6. 6. <ul><li>Le schéma du professeur WOOD (OMS 1980)‏ </li></ul><ul><li>Maladie </li></ul><ul><li>Ou Déficience Incapacité Handicap </li></ul><ul><li>Accident </li></ul><ul><li>Définition moderne du handicap : conséquence de la socialisation des déficiences et des incapacités </li></ul>Définition du handicap /1
    7. 7. Définition du handicap /2 <ul><li>1re définition légale du handicap : loi du 11 février 2005 </li></ul><ul><ul><li>« toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou de plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou trouble de santé invalidant » (article 2)‏ </li></ul></ul><ul><li>Situation de handicap plutôt que infirme, invalide, déficient... </li></ul><ul><li>Potentiellement tous des handicapés </li></ul><ul><li>Les aménagements prévus pour accueillir les publics handicapés bénéficient à l'ensemble des publics. Notion de confort d'usage </li></ul>
    8. 8. Statistiques <ul><li>L’enquête Handicap- Incapacité- Dépendance (1998-2002)‏ </li></ul><ul><li>INSEE </li></ul><ul><li>Directions ministérielles </li></ul><ul><li>Sécurité sociale </li></ul><ul><li>Assurance maladie </li></ul>
    9. 9. L’enquête HID: déroulement <ul><li>1998-2000: deux recueils de données en institution à partir d'un échantillon de 15000 personnes </li></ul><ul><li>1999-2001: deux recueils de données sur des personnes vivant à domicile. 20000 personnes contactées à partir d'un échantillon constitué à l'aide d'un questionnaire filtre utilisé lors du recensement de la population générale (mars 1999). </li></ul>
    10. 10. «Le handicap se conjugue au pluriel» <ul><li>P. Mormiche et le Groupe de projet HID, Insee Première, n°742-Octobre 2000 </li></ul>
    11. 11. Une nouvelle enquête en cours <ul><li>Enquête Handicap-Santé (2008-2009)‏ </li></ul><ul><li>Réalisée par l'INSEE et la DREES (Direction de la Recherche, des Etudes, des Evaluations et de la Statistique, Ministère du Travail)‏ </li></ul><ul><li>Plusieurs volets: </li></ul><ul><ul><li>Enquête de filtrage </li></ul></ul><ul><ul><li>Enquête en ménages ordinaires </li></ul></ul><ul><ul><li>Enquête en institution </li></ul></ul><ul><ul><li>Enquête sur les aidants informels </li></ul></ul>
    12. 12. Chiffres du handicap (HID)‏ <ul><li>22,5 Millions de personnes déclarent « un handicap ou une gêne dans la vie quotidienne) soit 40% des français (incluses personnes âgées dépendantes)‏ </li></ul><ul><li>5 millions de personnes reçoivent une aide régulière à domicile </li></ul><ul><li>2,3 M vivant à domicile perçoivent une aide régulière pour accomplir certaines tâches de la vie quotidienne </li></ul><ul><li>660 000 en institution spécialisée </li></ul>
    13. 13. Répartition par handicap (HID) : <ul><li>handicap moteur : 13,4 % de la population </li></ul><ul><li>handicap sensoriel (visuel, auditif) : 11,4% </li></ul><ul><li>handicap d’origine organique (maladies respiratoires par exemple) : 9,8 % </li></ul><ul><li>handicap intellectuel ou mental : 6,6 % </li></ul>
    14. 14. Handicap moteur <ul><li>8 M de personnes </li></ul><ul><li>1% de la population atteint d’un handicap lourd </li></ul><ul><li>Penser aux Infirmes moteurs cérébraux </li></ul><ul><li>Accessibilité du bâtiment indispensable </li></ul><ul><li>Pour les handicaps lourds, des besoins spéficiques à chaque individu </li></ul>
    15. 15. Handicap visuel <ul><li>Personnes aveugles (degré de vision centrale inférieur à 1/20) : 60 000 personnes </li></ul><ul><ul><li>15 000 connaissent le braille (braillistes)‏ </li></ul></ul><ul><ul><li>7 000 pratiquent le braille régulièrement </li></ul></ul><ul><li>Personnes malvoyantes ou amblyopes (inférieur à 4/10): entre 1,5 et 3 Millions de personnes dont 15 000 enfants </li></ul><ul><li>3,1 millions de déficients visuels (enquête HID 2001)‏ </li></ul><ul><li>20 % de personnes de plus de 60 ans dans la population aujourd'hui, 30 % en 2030 </li></ul><ul><li>Une grande variété des atteintes </li></ul>
    16. 16. Dégradation du champ visuel central <ul><li>Perte du champ visuel sur le menu </li></ul>
    17. 17. Dégradation du champ visuel central <ul><li>Perte du champ visuel sur la serveuse </li></ul>
    18. 18. Dégradation du champ visuel périphérique <ul><ul><ul><li>Vue normale Vue en tunnel </li></ul></ul></ul>
    19. 19. Dégradation du champ visuel périphérique <ul><li>Vue normale Vue en tunnel </li></ul>
    20. 20. Diminution de la perception des contrastes <ul><li>Vue normale </li></ul><ul><li>Adaptation lente </li></ul>
    21. 21. Hypersensibilité à l’éblouissement <ul><li>Vue normale </li></ul><ul><li>hypersensibilité </li></ul>
    22. 22. Le daltonisme <ul><ul><ul><li>Vue normale </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><ul><li>Vue altérée </li></ul></ul></ul></ul></ul>
    23. 23. Le daltonisme <ul><li>Vue normale </li></ul><ul><li>Vue altérée </li></ul>
    24. 24. Handicap auditif <ul><li>3 critères de définition: </li></ul><ul><ul><li>L’audition résiduelle </li></ul></ul><ul><ul><li>L’âge d’apparition de la surdité </li></ul></ul><ul><ul><li>L’existence de handicaps associés </li></ul></ul>
    25. 25. L’audition résiduelle <ul><li>Déficience auditive légère  : perte tonale entre 21 et 40 dB </li></ul><ul><li>Déficience auditive moyenne  : perte entre 41 et 70 dB </li></ul><ul><li>Déficience sévère  : entre 71 et 90 dB </li></ul><ul><li>Déficience auditive profonde  : aucune perception de la parole </li></ul><ul><li>Déficience auditive totale ou cophose </li></ul>
    26. 26. Handicap auditif <ul><li>7% de Français dont 12% de sourds profonds et sévères </li></ul><ul><li>4 M de Français sont déficients auditifs, 120 000 sont sourds profonds </li></ul><ul><li>Un monde divisé: </li></ul><ul><ul><li>Sourds prélinguaux/Sourds postlinguaux </li></ul></ul><ul><ul><li>Sourds de naissance/devenus sourds </li></ul></ul><ul><ul><li>Oralistes ou signeurs </li></ul></ul><ul><li>Importance du multimédia </li></ul><ul><ul><li>Exemple projet Websourd </li></ul></ul>
    27. 27. Handicap mental, psychique <ul><li>Environ 6,6% de personnes </li></ul><ul><li>Distinguer </li></ul><ul><ul><li>déficience intellectuelle </li></ul></ul><ul><ul><li>Maladie mentale </li></ul></ul><ul><ul><li>Handicap psychique </li></ul></ul><ul><li>Affecte particulièrement les capacités </li></ul><ul><ul><li>d’abstraction </li></ul></ul><ul><ul><li>de concentration </li></ul></ul><ul><ul><li>de coordination </li></ul></ul><ul><ul><li>de mémorisation </li></ul></ul><ul><ul><li>de communication </li></ul></ul><ul><ul><li>de repérage dans le temps et dans l’espace </li></ul></ul><ul><ul><li>pictogrammes </li></ul></ul><ul><ul><li>accompagnement humain </li></ul></ul>
    28. 28. Accès à la lecture des personnes handicapées <ul><li>Le retard de la France </li></ul><ul><li>Les premières initiatives: </li></ul><ul><ul><li>Bibliothèque d’Antony, 1975 </li></ul></ul><ul><ul><li>Bibliothèque sonore de Caen, 1977 </li></ul></ul><ul><ul><li>BPI, 1984, création d'un service pour les déficients visuels </li></ul></ul><ul><ul><li>Les BMVR à partir de 1992  (12 bibliothèques)‏ </li></ul></ul>
    29. 29. Le frémissement politique des dernières années <ul><li>1 priorité nationale </li></ul><ul><li>2003 : année du handicap </li></ul><ul><li>2005 : Premiers états généraux du handicap </li></ul><ul><li>11 février 2005 : la loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées </li></ul>
    30. 30. La loi <ul><li>Art 41 : Accessibilité du bâtiment et formation des architectes  </li></ul><ul><li>Art 45 : Chaîne du déplacement  </li></ul><ul><li>Art 46 : Création d’une commission communale pour l’accessibilité  </li></ul><ul><li>Art 47 :Accessibilité des services de communication en ligne  </li></ul><ul><li>Art 75 section 3bis : Reconnaissance de la LSF  </li></ul>
    31. 31. La commission nationale Culture et handicap <ul><li>Création en 2001 </li></ul><ul><li>Qui? </li></ul><ul><ul><li>Représentants d’associations </li></ul></ul><ul><ul><li>Ministère de la culture </li></ul></ul><ul><ul><li>Ministère de l’équipement </li></ul></ul><ul><ul><li>Ministère de l’emploi et de la solidarité (en charge du handicap)‏ </li></ul></ul><ul><li>Concertation, propositions </li></ul><ul><li>A l'origine de la Charte d'accueil des personnes handicapées dans les établissements culturels (2007)‏ </li></ul>
    32. 32. Ce que peuvent le bibliothèques publiques <ul><li>Identifier les difficultés de chaque public </li></ul><ul><li>Connaître les moyens de palier ces difficultés </li></ul>
    33. 33. Quelles solutions pour des bibliothèques accessibles? <ul><li>L'accessibilité au bâtiment </li></ul><ul><li>L'offre de la bibliothèque </li></ul><ul><li>Information et communication </li></ul><ul><li>Le fonctionnement de la bibliothèque </li></ul>
    34. 34. Besoins spécifiques vs universal design
    35. 35. Accessibilité au bâtiment <ul><li>Pas de rupture dans la chaîne de déplacement : </li></ul><ul><ul><li>stationnement, abords et accès au bâtiment </li></ul></ul><ul><li>Circulations </li></ul><ul><ul><li>Entrées, ascenseurs, escaliers, possibilité de repos </li></ul></ul><ul><ul><li>signalétique du cheminement </li></ul></ul><ul><ul><li>Sécurité : signaler les obstacles </li></ul></ul><ul><li>Eclairage </li></ul><ul><li>Signalétique </li></ul><ul><li>Services (banque d'accueil , espacement et hateur des rayonnages, salle de lecture, boutique, cafétéria, sanitaires, salle de conférence, espace d'exposition, etc.)‏ </li></ul><ul><li>Eventuellement prévoir un espace spécifique pour accueillir les personnes handicapées (salle/loges ou cabines)‏ </li></ul>
    36. 36. Accessibilité au bâtiment <ul><li>Entrées et circulations: la BU de Caen </li></ul>
    37. 37. Accessibilité au bâtiment <ul><li>Éclairage: </li></ul>
    38. 38. Accessibilité au bâtiment <ul><li>Le mobilier à la BU de Caen </li></ul>
    39. 39. Information et communication <ul><li>Site internet accessible (normes W3C, WAI et Accessiweb, RGAA)‏ </li></ul><ul><li>Communication sur site, auprès des associations, des institutions d'accueil, de la MDPH, de la presse spécialisée </li></ul><ul><li>Documents d'information et signalétique adaptés (guide du lecteur, règlement, plan en relief, etc.)‏ </li></ul>
    40. 40. L'offre de la bibliothèque <ul><li>Collections adaptées </li></ul><ul><ul><li>braille, livres tactiles, gros caractère, sonore, livres numériques, DAISY, bilingue français-LSF, livres en français facile </li></ul></ul><ul><ul><li>signalées sur un catalogue accessible </li></ul></ul><ul><li>Aides techniques </li></ul><ul><ul><li>machine à lire, loupe, télé-agrandisseur, vidéo-agrandisseur, poste informatique adapté, etc. </li></ul></ul><ul><ul><li>Accompagnement et formation des usagers </li></ul></ul><ul><li>Animations adaptées/spécifiques dans la programmation </li></ul><ul><ul><li>expositions adaptées, visites tactiles, etc. </li></ul></ul><ul><ul><li>Privilégier la mixité des publics. </li></ul></ul>
    41. 41. Offre/handicap moteur <ul><li>Apport du GK </li></ul><ul><li>CD ou cassettes </li></ul><ul><li>Pour les collections de lecture rapide sur place, prévoir des étagères pas plus hautes qu'1,30 m </li></ul><ul><li>Livres électroniques </li></ul><ul><ul><li>Exemple de la BnH: http://bnh.numilog.com/ </li></ul></ul>
    42. 42. Handicap moteur <ul><li>Pupitre de lecture </li></ul><ul><li>Tourne-pages </li></ul>
    43. 43. Quick glance système
    44. 44. Offre/handicap visuel <ul><li>L’Edition adaptée : </li></ul><ul><li>Différents types d’adaptations: Braille/Gros caractères/relief/enregistrement sonore/fichier numérique/fichier audio-numérique </li></ul><ul><li>Sur différents types de supports: Papier/papier à embosser/ cassettes/CD/Daisy… </li></ul>
    45. 45. Le braille <ul><li>Inventé en 1829 par Louis Braille </li></ul><ul><li>Les six « points magiques »: </li></ul><ul><li>1 4 </li></ul><ul><li>2 5 </li></ul><ul><li>3 6 </li></ul>
    46. 46. L’alphabet braille
    47. 47. Différents types de braille <ul><li>Braille intégral et braille abrégé </li></ul><ul><li>Braille informatique, musical, mathématique </li></ul>
    48. 48. Tablette et poinçon
    49. 49. Machine Perkins
    50. 50. Imprimante braille
    51. 51. Le format Daisy <ul><li>Digital Audio-based Information system = Système d’information audio-numérique </li></ul><ul><li>Quelques matériels de lecture : la gamme Victor Reader </li></ul>
    52. 52. Bibliothèques numériques <ul><li>Bibliothèque Hélène </li></ul><ul><ul><li>http://www.serveur-helene.org/ </li></ul></ul><ul><li>Bibliothèque Sésame </li></ul><ul><ul><li>http://www.bibliosesame.fr/ </li></ul></ul><ul><li>Gallica </li></ul><ul><ul><li>http://gallica.bnf.fr/html/aide/contenu.html </li></ul></ul>
    53. 53. Illustration tactile et relief <ul><li>Édition de la Cité des sciences </li></ul>
    54. 54. Illustration tactile et relief <ul><li>Les Doigts qui rêvent </li></ul>
    55. 55. Les transcripteurs/adaptateurs <ul><li>Principalement associations à but non lucratif et institutions spécialisées </li></ul><ul><li>Activité peu viable commercialement (sauf GK, livre audio) => subventions, mécénat </li></ul><ul><li>Autres dispositifs favorables: </li></ul><ul><ul><li>Franchise postale (cécogramme)‏ </li></ul></ul><ul><ul><li>Exception au droit d'auteur en faveur des personnes handicapées: les transcripteurs agréés ne demandent plus les droits, peuvent télécharger les fichiers sources des éditeurs </li></ul></ul><ul><ul><li>Les bibliothèques peuvent être transcripteurs (voir Antony)‏ </li></ul></ul>
    56. 56. Le téléagrandisseur ou vidéoagrandisseur 
    57. 57. La machine à lire
    58. 58. Ecran 21 pouces et clavier à caractères agrandis
    59. 59. Terminal braille
    60. 60. Offre/handicap auditif <ul><li>Communication non verbale, LSF, LPC </li></ul><ul><li>Surtitrage, sytème RISP </li></ul><ul><li>visioguide </li></ul><ul><li>éditeurs spécialisés: </li></ul><ul><ul><li>International Visual Theatre (IVT)‏ </li></ul></ul><ul><ul><li>Monica Companys </li></ul></ul><ul><ul><li>Signes de sens </li></ul></ul><ul><ul><li>Websourd/Tertium: collection “les Livres mains» </li></ul></ul><ul><li>La collection « Signes » de l’éditeur Thierry Magnier </li></ul>
    61. 61. Handicap auditif <ul><li>La boucle à induction magnétique: </li></ul>
    62. 62. Handicap auditif <ul><li>Livres en « français facile »: </li></ul><ul><ul><li>Clé international  : collection Lecture Clé en français facile </li></ul></ul><ul><ul><li>Hachette : Collection Textes en français facile </li></ul></ul><ul><li>Importance du multimédia </li></ul><ul><li>Le projet Websourd : www.websourd.org </li></ul>
    63. 63. Handicap mental <ul><li>Livres en français facile, albums, beaux livres (mais attention aux centres d'intérêt des adultes)‏ </li></ul><ul><li>Pictomédia : http://www.pictomedia.com </li></ul><ul><li>un clavier interactif : http://www.generation5.fr/catalog/clavier_alternatif.asp </li></ul><ul><li>B.A. BAR : http://www.fst.ch/babar </li></ul><ul><li>Production de textes sonores : http://association.idee.free.fr </li></ul>
    64. 64. Fonctionnement de la bibliothèque <ul><li>Inscrire l'accessibilité dans le projet d'établissement </li></ul><ul><li>Prévoir un référent handicap, un service spécifique </li></ul><ul><li>Former le personnel à aux besoins des personnes handicapées et à l'accueil </li></ul><ul><li>Employer des personnes handicapées </li></ul><ul><li>Nouer des partenariats avec des associations, des institutions médico-sociales, la MDPH </li></ul><ul><li>Dispositions tarifaires spécifiques/gratuité </li></ul><ul><li>Agir en fonction du degré d'autonomie </li></ul>
    65. 65. Agir en fonction du degré d'autonomie <ul><li>Personnes autonomes: </li></ul><ul><ul><li>information et offre culturelle adaptée </li></ul></ul><ul><ul><li>accueil et conseil adapté </li></ul></ul><ul><ul><li>accessibilité des locaux </li></ul></ul><ul><li>Personnes à domicile: </li></ul><ul><ul><li>portage (« hors les murs »)‏ </li></ul></ul><ul><ul><li>Information adaptée </li></ul></ul><ul><ul><li>Partenariat MDPH, CCAS, services d'aides à domicile </li></ul></ul><ul><li>Personnes en institutions spécialisées: </li></ul><ul><ul><li>partenariat </li></ul></ul>
    66. 66. Quelques outils <ul><li>Le réseau ALPHABib : http://alphabib.bpi.fr/ </li></ul><ul><li>Handicap et bibliothèque (ABF, collection Médiathèmes, 2e éd., 2009)‏ </li></ul><ul><li>Culture et handicap. Guide pratique de l'accessibiblité (MCC, 2007)‏ </li></ul><ul><ul><li>Part de la charte d'accueil des personnes handicapées dans les établissements culturels </li></ul></ul><ul><li>Un guide pratique de l'accessibilité des bibliothèques en projet (MCC)‏ </li></ul>
    67. 67. <ul><li>MERCI DE VOTRE ATTENTION </li></ul>

    ×