Des outils pour pratiquer, des pratiques à outiller

853 views
792 views

Published on

0 Comments
2 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
853
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
181
Actions
Shares
0
Downloads
7
Comments
0
Likes
2
Embeds 0
No embeds

No notes for slide
  • Une autre vision du cours, comment les outils s'inscrivent dans nos pratiques et les transforment et comment je peux m'appuyer sur des usages et les insérer dans le monde professionnel pour développer ma pratiques professionnelle Avant de parler d'usages et de pratiques, l'exemple de Twitter. Au départ twitter sert à dire ce que l'on fait. Aujourd'hui, il est au coeur de ce qu'on appelle l'économie du lien. Définir l'économie du lien comme la caractérisation par des communautés d'usagers des liens recommander par des followers. On est loin de l'aspect potache du kick off D'abord des fonctionnalités et principalement des fonctionnalités sociales. Vous les maitrisez probablement mieux que moi et là dessus je ne vais pas m'apesantir – Des usages, c'st ce que j'en fais, ce que je réalise avec. Le rapport entre fonctionnalités et usages déterminent ma professionnalité : c'est l'aspect forgeron. Des pratiques, renvoie à une vision culturelle. Ce n'est plus la maîtrise de l'outil qui importe mais, moi individu, ce que je fais avec.
  • Lire seulement
  • Des outils pour pratiquer, des pratiques à outiller

    1. 1. Des outils pour pratiquerDes pratiques à outiller
    2. 2. Loutil numérique On peut aborder la question de loutil numérique selon plusieurs critères : celui des fonctionnalités,celui du sens à trouver dans son usage, celui des usages, celui des pratiques, celui des compétences et des connaissances associées. On part donc du fonctionnement de loutil vers ce quil permet de faire, cest à dire laction !
    3. 3. De la pratique vers la compétence
    4. 4. Pratiques et compétences numériquesOn peut aborder la question deloutil numérique selon plusieurscritères : celui desfonctionnalités,celui du sens àtrouver dans son usage, celui desusages, celui des pratiques, celuides compétences et desconnaissances associées.On part donc du fonctionnementde loutil vers ce quil permet defaire, cest à dire laction !
    5. 5. https://spreadsheets.google.com/viewform?formkey=dEQ0X2ZwanhWa01Yd0x5aXgwbVFJZFE6MA..
    6. 6. Des pratiques communes qui font sensAvec cette visualisation de vospratiques on entre dans unevision partagée dun existant quisinscrit dans une culture« jeunes adultes » commune.On a là une appartenance à ungroupe défini ! Cetteappartenance se définit par despratiques qui sont communes.Mais on est aussi sur desfrontières quil va falloir franchir :- Frontière de la professionnalité.- Frontière du référentiel scolaire.
    7. 7. Un monde du tropIl sagit, par cette expression debrosser à grands traits le webdaujourdhui auquel chaqueusager doit faire face.Le corolaire de cette atomisationau niveau de lindividu est peutêtre à chercher également ducôté de ce que lon appelleaujourdhui les big data, ledataminning et la cartographie delinformation.
    8. 8. 1 Kio (Kibioctet) = 2^10 octets (2 puissance 10) = 1 024 octets 1 Mio (Mebioctet) = 2^20 = 1024 Kio 1 Gio (Gibioctet) = 2^30 = 1024 Mio 1 Tio (Tébioctet) = 2^40 = 1024 Gio 1 Pio (Pébioctet) = 2^50 = 1024 Tio 1 Eio (Exbioctet) = 2^60 = 1024 Pio 1 Zio (Zébiaoctet) = 2^70 = 1024 Eio 1 Yio (Yobiaoctet) = 2^80 = 1024 Ziohttp://www.technofeliz.com/lhistoire-de-google-et-du-grain-de-riz/http://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_de_grandeur_%28donn%C3%A9es%29
    9. 9. http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/03/16/04016-20100316ARTFIG00481-les-serveurs-informatiques-ogres-energivores-.ph Lexemple Google est bien évidemment utilisé par Jonathan Koomey, qui nous permet dapprendre que la firme possède environ 900 000 serveurs (2,8% des serveurs dans le monde) qui consomment environ 0,011% de lélectricité mondiale (et 0,8% de lénergie consommée par les data- centers).http://www.pcworld.fr/business/actualites,les-data-centers-consommation-electrique-mondiale,517871,1.htm
    10. 10. Les Américains ont englouti quelque 3,6 milliards deteraoctets d’information en 2008, soit 11,8 heuresd’information par jour et par personne (contre 7,4heures en 1980) : autant dire que nous sommessoumis à un flot d’information continu. Nousconsommons en moyenne, tout média confondu,quelque 100 500 mots et 34 gigaoctets par jours.http://www.internetactu.net/2010/01/14/combien-dinforma
    11. 11. La société complexeLa société deconsommationLa société post-industrielleLa sociététechnologiqueLa société urbaineLa société de laconnaissance http://farm4.static.flickr.com/3207/2754946587_3572fe7d8c_z.jpgLa société mondialisée cyberpunk ?La société en réseau
    12. 12. Personnalisation Il sagit, par cette expression dindiquer la seule réponse envisagée aujourdhui face à ce monde du trop : la réponse atomique à léchelle de ce web, la personne. Cest la conséquence logique de ce que nous avons vu précédemment sur ce monde du trop.
    13. 13. Lhomme compétentQui doit être aujourdhui cetravailleur du savoir et quest-cequun travailleur du savoircompétent ?
    14. 14. sait combiner et mobiliser unensemble de ressourcespertinentes (connaissances,savoir-faire, qualités, réseaux deressources…),pour gérer un ensemble desituations professionnelles,chacune d’entre elles étant définiepar une activité clé à laquelle sontassociées des exigencesprofessionnelles (ou critères deréalisation de l’activité),afin de produire des résultats(services, produits) satisfaisant àcertains critères de performancepour un destinataire (client,usager, patient…)Guy Le Boterf, Construire lescompétences individuelles etcollectives, Editionsd’Organisation, 2004
    15. 15. - Gestion de linformation - Gestion de son identité numérique - Gestion de ses compétences - Gestion de son capital social - Gestion de son tempsLes compétences professionnelles du travailleur dusavoirDeschamps, 2009 – le nouveau management de linformation
    16. 16. Lindividu, cette personne en communautéA la conjonction entre individu etcollectif, la communauté permet àchacun de produire en collectif .On distingue les équipes de travailsexprimant en coopératif ou encollaboratif,On distingue les professionnels dumétier exprimant leur pratique et la co-construisant dans un engagementcommunOn distingue les individus mus par desintérêts communs et qui sengagent augré de leurs enviesEnfin on peut aussi parler descommunautés dapprentissage !Cest ce que nous allons mettre enœuvre.Toute communauté mérite dêtre outillée.

    ×