Emballages Éco-Responsables : Concevoir mieux avec Moins
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Emballages Éco-Responsables : Concevoir mieux avec Moins

on

  • 343 views

La prise de conscience environnementale des entreprises agroalimentaires peut et doit devenir le moteur d’innovation en matière d’emballage. L’éco-conception est un outil prometteur dans une ...

La prise de conscience environnementale des entreprises agroalimentaires peut et doit devenir le moteur d’innovation en matière d’emballage. L’éco-conception est un outil prometteur dans une démarche stratégique pour se différencier de la concurrence et rassurer un consommateur soucieux d’opérer des choix plus verts.

Statistics

Views

Total Views
343
Views on SlideShare
343
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
3
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Emballages Éco-Responsables : Concevoir mieux avec Moins Emballages Éco-Responsables : Concevoir mieux avec Moins Document Transcript

  • AA-V7N5_Final:Layout 1 9/22/10 8:31 PM Page 46 TENDANCES ET CONSOMMATION EMBALLAGES ÉCORESPONSABLES Concevoir mieux avec moins LA PRISE DE CONSCIENCE ENVIRONNEMENTALE DES ENTREPRISES AGROALIMEN- PAR ISLEM YEZZA TAIRES PEUT ET DOIT DEVENIR LE MOTEUR D’INNOVATION EN MATIÈRE D’EMBALLAGE. Islem Yezza, directeur technique, emballage industriel L’ÉCOCONCEPTION EST UN OUTIL PROMETTEUR DANS UNE DÉMARCHE STRATÉGIQUE Cascades – Groupe Produits Spécialisés POUR SE DIFFÉRENCIER DE LA CONCURRENCE ET RASSURER UN CONSOMMATEUR SOUCIEUX D’OPÉRER DES CHOIX PLUS VERTS. entreprises du secteur agroalimentaire, il prise puisque, dans la majorité des cas, devient donc urgent de « produire mieux elle contribue à augmenter les profits de avec moins ». La solution pourrait venir lentreprise, soit par une augmentation de l’écoconception, une démarche novatrice des ventes, soit par une réduction des coûts et préventive, qui vise à minimiser l’im- de production. Elle renforce l’image de pact de ces derniers sur l’environnement marque, témoignant de son réel engage- tout au long de leur cycle de vie. ment dans la voie de la responsabilité en- vironnementale et c’est un excellent moyen ÉCOCONCEPTION : pour se différencier de la concurrence. UNE OPPORTUNITÉ Il est aujourd’hui indispensable pour une En Europe, la plupart des emballages entreprise « d’écoconcevoir » ses emballages actuellement mis sur le marché ont été e secteur de l’emballage alimentaire « écoconçus », ce qui est encore loin d’être L est devenu un secteur dynamique où l’innovation est un vecteur incontournable en conciliant responsabilité environnemen- tale et compétitivité, tout en conservant sa liberté d’entreprendre et d’innover. le cas au Québec. Pour l’instant, l’enga- gement vert des marchés dalimentation du développement. Longtemps considéré Écoconcevoir intègre les considérations se résume le plus souvent au bannissement comme accessoire, lemballage alimentaire environnementales dans le raisonnement des sacs en plastique. Mais viendra certai- tient désormais une place importante dans de cycle de vie des produits. Cette démarche nement le temps où ces derniers verront la chaîne de production qui relie le pro- est fréquemment profitable pour lentre- tous les avantages d’une telle démarche. duit au consommateur. Outre son rôle de protection, de conservation et de commu- nication, la prise de conscience environ- nementale devient une des considérations principales dans l’évolution d’un emballage. EMBALLAGE ET SUREMBALLAGE : LA CONFUSION Lorsque l’emballage et l’environnement sont évoqués, surgit inévitablement le problème des déchets. Lemballage peut représenter 80 % du poids total du produit fini et jusquà 65 % de son coût. Souvent décrié, l’emballage joue pourtant un rôle majeur dans la protection et la conservation des aliments. Le problème vient davantage du surem- ballage que de l’emballage lui-même. Un phénomène qui coûte cher au fabricant et agace énormément le client. L ’emballage Le contenant ThermaFreshMC, commercialisé par Cascades et TIPL, présente l’alternative verte et rentable aux contenants non recy- n’a donc désormais d’autre choix que clables traditionnels utilisés dans l’emballage de conservation de poissons et de produits de la mer, ainsi que les viandes et les fromages celui de changer d’image. Pour toutes les à travers la chaîne frigorifique. 46 | V7 N5
  • AA-V7N5_Final:Layout 1 9/22/10 8:31 PM Page 47 LOGOS BIO À GOGO grand public ait une connaissance exacte à informer le consommateur des émissions de ce que chacune de ces notions signifie. de gaz à effet de serre quimplique la fabri- La surabondance de pictogrammes « vert » Un contexte qui ne permet pas aux con- cation dun produit. Cette étiquette apposée et « bio » a de quoi mêler le consommateur sommateurs, même avertis, d’opérer des sur les produits, notamment de grande qui ne sait plus où donner de la tête et choix éclairés. consommation, prend en compte les cinq en vient à s’interroger sur leur fiabilité. étapes clés du cycle de vie : lextraction Comment se retrouver dans cette « jungle » La conception de nouveaux matériaux des matières premières, le transport, la de logos ? devrait toujours être guidée par le concept fabrication du produit, l’emballage et la de « Cradle to Cradle » (du berceau au ber- distribution. Le résultat est exprimé en La situation actuelle est plus que confuse. ceau). La biodégradabilité peut trop sou- gramme équivalent CO2 pour 100 g de La sémantique utilisée pour la promotion vent être suspectée de « Greenwashing ». Au produit fini. de ces nouveaux produits bio est souvent lieu d’insister sur l’aspect biodégradable, complexe, reposant sur des termes gal- il serait préférable de promouvoir le com- D’ici là, il s’avère impératif de mieux in- vaudés et jouant sur l’ambiguïté, semant postable. Rappelons que si un plastique former les consommateurs pour qu’ils amalgame et confusion. Les notions de est compostable, il est forcément biodégra- comprennent quelle est la véritable valeur « biodégradable, compostable, dégradable » dable, mais la réciproque n’est pas vraie. ajoutée environnementale de ces produits. sont largement utilisées comme arguments De plus, en utilisant le terme compostable, Il ne faudrait pas qu’ils leur attribuent des de promotion de matériaux « environne- cela ne laisse plus la place à l’ambiguïté : vertus miraculeuses qui les déresponsabili- mentaux ». Or, il n’est pas certain que le le consommateur est d’emblée informé seraient d’une gestion plus écoresponsable de ce qu’il devra en faire à la fin de son des matières résiduelles commençant par cycle de vie, cest-à-dire le destiner au une réduction à la source. Il ne faudrait pas « Si un plastique compostage. laisser croire aux consommateurs que tous ces matériaux qui s’arrogent le préfixe est compostable, EMPREINTE CARBONE « bio » ne posent aucun problème en matière il est forcément Il est vraisemblable que nombre de ces logos soit condamné à disparaître avec de déchets et pourraient magiquement disparaître de notre environnement. biodégradable, l’arrivée imminente des étiquettes « em- preinte carbone ». Ces étiquettes sont déjà mais la réciproque une réalité au Japon et au Royaume-Uni et le sera en France d’ici un an. Il s’agit n’est pas vraie. » d’un étiquetage environnemental qui vise QUÉBEC POSE UN GESTE Québec haussera progressivement, dici 2015, de 50 % à 100 % le taux facturé aux entreprises pour couvrir les coûts de la collecte sélective par les municipalités. Cette hausse devrait inciter les entreprises à réduire, à la source, les matières qui finissent aux ordures ou au recyclage. Si le délai de cinq ans a pu faire l’objet de critique, il est pourtant indispensable pour les entreprises. Il faut leur laisser le temps de repenser leurs emballages, ce qui exige un travail de design, de choix de matériaux et surtout d’adaptation sur les machines de conditionnement actuelles. Le contenant recyclable sans cire Extrême H2O de Cascades constitue la solution de rechange idéale à la boîte cirée traditionnelle, non recyclable, destinée à lemballage des fruits et légumes. V7 N5 | 47