Les TIC et l'art : l'Accessibilité numérique

1,080
-1

Published on

Les TIC et l'art : l'Accessibilité numérique

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,080
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
20
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Les TIC et l'art : l'Accessibilité numérique

  1. 1. Accessibilité numérique Premiers pasLes TICs et l’art – 6 décembre 2011 Magali Oualid Expert AccessiWeb en évaluation 1
  2. 2. SommairePrésentation générale de laccessibilité numérique ............................................................................................................. 3 Définition .......................................................................................................................................................................... 3 Les différents handicaps et les solutions associées .......................................................................................................... 3 Handicaps visuels .......................................................................................................................................................... 3 Handicaps auditifs......................................................................................................................................................... 3 Handicaps moteurs ....................................................................................................................................................... 3 Handicaps cognitifs ....................................................................................................................................................... 4 Tous les autres utilisateurs ............................................................................................................................................... 4 Ce quil faut retenir ........................................................................................................................................................... 4 Les moyens de mise en œuvre de laccessibilité numerique ............................................................................................ 4 Les recommandations internationales ......................................................................................................................... 4 Les initiatives nationales ............................................................................................................................................... 5 Le cadre légal français ................................................................................................................................................... 5 Les personnes concernées ............................................................................................................................................ 6 Le calendrier de mise en œuvre ................................................................................................................................... 6 Le périmètre de mise en œuvre sur un site web .............................................................................................................. 7Mise en œuvre : les critères incontournables ...................................................................................................................... 8 Sur un site web ................................................................................................................................................................. 8 Les images ..................................................................................................................................................................... 9 Les couleurs .................................................................................................................................................................. 9 Les contenus multimedia ............................................................................................................................................ 10 Les tableaux ................................................................................................................................................................ 10 Les liens....................................................................................................................................................................... 11 Structuration et présentation de linformation .......................................................................................................... 11 Léditorial .................................................................................................................................................................... 12 Navigation et consultation .......................................................................................................................................... 12 Sur les documents mis en téléchargement..................................................................................................................... 13 Laccessibilité des PDF................................................................................................................................................. 13 Les documents Word .................................................................................................................................................. 14 2
  3. 3. PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE LACCESSIBILITÉ NUMÉRIQUEUn mot d’introduction : pourquoi l’accessibilité numérique est-elle devenue un enjeu important aujourd’hui ? - Développement du web dans tous les domaines de la vie sociale et professionnelle - L’accessibilité numérique, dont l’objectif est de rendre les contenus numériques consultables et utilisables par tous : - Est un facteur important de l’insertion sociale et professionnelle pour tous - Par la prise en compte de toutes les situations (handicaps, environnement technique, cultures/langues…) - Et bénéficie en retour aux producteurs des contenus eux-mêmes (élargissement de leur audience et de leur visibilité)DÉFINITIONLaccessibilité numérique a pour objectif laccès à l’information pour tous, quels que soient : - Les capacités physiques de l’utilisateur - Les capacités intellectuelles de l’utilisateur - Le matériel ou les logiciels utilisés - Le type de terminal utilisé - La qualité du réseau utiliséLa loi de 2005 s’intéresse particulièrement aux personnes handicapées, et par ailleurs, l’accessibilité du web s’estdéveloppée au départ grâce à la pression des associations de personnes malvoyantes et non voyantes. Nous allonsdonc passer en revue des différents handicaps pour mieux comprendre le contexte.LES DIFFÉRENTS HANDICAPS ET LES SOLUTIONS ASSOCIÉESHANDICAPS VISUELSDe la malvoyance à la cécité.Problèmes rencontrés : - Images et objets multimédias - Liens - Tableaux et cadres - Utilisation de la couleur, contrastes - Utilisation de la sourisOutils : - Configuration du navigateur - Loupes d’écran - Synthèse vocale - Plage brailleHANDICAPS AUDITIFSDifférents niveaux de surdité, donc de capacité de lecture.Problèmes rencontrés : - Informations sonores - Informations textuellesOutils - Transcriptions spécifiques - Vidéos en langue des signesHANDICAPS MOTEURS 3
  4. 4. Contrôle musculaire, membre manquant, douleurs au mouvement.Problèmes rencontrés : - Utilisation du clavier et de la sourisOutils - Clavier et souris adaptés - Logiciel de commande vocale - Trackball - Clavier virtuelHANDICAPS COGNITIFSDifficultés d’attention, de compréhension, de mémorisation, d’apprentissage.Problèmes rencontrés / Aide apportée par l’ergonomie du site - Navigation incohérente - Pages longues, Syntaxe compliquée - AnimationsTOUS LES AUTRES UTILISATEURS 1. L’étudiant sur un poste de l’université dont il n’est pas administrateur : impossible d’installer un module complémentaire si besoin : flash, adobe reader… 2. L’élève ou le parent en milieu rural qui ne dispose pas chez lui d’une liaison ADSL : Difficulté pour télécharger contenus multimedias ou fichiers volumineux (cf academie en ligne.fr) 3. Le citoyen qui utilise une borne internet à sa mairie : taille de l’écran, aucune possibilité d’installer un module supplémentaire si besoin 4. Une personne ne parlant pas notre langue : besoin de traduction du site (niveau d’accessibilité élevé) 5. Un utilisateur qui navigue sur son mobile… : les images, vidéos, fichiers à télécharger ralentissent la navigation ; la résolution d’écran doit aussi être prise en compte.CE QUIL FAUT RETENIRL’accessibilité du web adresse tous les handicaps Et pas seulement le handicap visuelAu-delà, l’accessibilité concerne tous les utilisateurs par la prise en compte de tout type de configuration, matériel, réseau, logicielUn site accessible est par ailleurs - plus facile à maintenir et à faire évoluer parce que structuré et robuste - plus facile à utiliser par tous par la prise en compte de tous les contextes d’utilisation - mieux référencé (libellés de liens clairs et explicites, utilisation des balises de titre , etc)LES MOYENS DE MISE EN ŒUVRE DE LACCESSIBILITÉ NUMERIQUELES RECOMMANDATIONS INTERNATIONALESEn 1996 : Web Accessibility Initiative lancée par le W3C (World Wide Web Consortium) - Normes pour les outils de production de contenus - Normes pour les contenus eux-mêmes (WCAG) - Normes pour les outils de consultation des contenus (navigateurs)C’est la combinaison de l’ensemble de ces normes qui garantit l’accessibilité.Exemples :Outils de production : 4
  5. 5. critère : prévoir un champ pour saisir l’alternative de l’image insérée dans le contenuContenus :critère : insérer une alternative textuelle pertinente pour toute image insérée dans le contenu (pertinente signifietranscription de l’information apportée par l’image ; si pas d’information, codage spécifique prévu)Outils de consultation :critère : interpréter correctement l’alternative de l’image (si la valeur correspond au codage d’une image de décoration,le navigateur ignorera l’alternative).En tant que producteurs de contenus, nous sommes concernés par les normes relatives aux contenus.Trois niveaux de conformité sont distingués :A (bronze pour AW) : ce qui doit être faitAA (argent pour AW) : ce qui devrait être faitAAA (or pour AW) : ce qui pourrait être faitExemples de critères : - Alternative textuelle pertinente sur les images : relève de la responsabilité des contributeurs - Libellés de liens explicites hors contexte : relève de la responsabilité des contributeurs - Code source conforme au modèle déclaré en entête du code (standards du web) : relève de la responsabilité des développeurs - Navigation cohérente, avec menu et fil d’ariane par ex : relève de la responsabilité des graphistes - Codage des tableaux pour pouvoir relier chaque cellule à son entête de colonne : relève de la responsabilité des développeur et contributeurLES INITIATIVES NATIONALESL’Association Braillenet vise à encourager le développement d’Internet au service des personnes handicapées, dans lesdomaines de l’information, de l’éducation et de la culture.A ces différents titres, elle a lancé de nombreuses initiatives : - Accessiweb : centre de ressources et de recherche sur l’accessibilité du web - Définition d’un référentiel basé sur les recommandations internationales - un guide d’utilisation, un label de certification pour les sites web, - un grand nombre de formations spécialisées - La bibliothèque Hélène : + de 7.000 ouvrages numériques accessibles aux personnes déficientes visuelles - L’institut de l’accessibilité numérique : - Créé par l’Université Pierre et Marie Curie, l’Institut National de recherche en informatique et en automatique et Universcience et l’association BrailleNet - vocation de coordonner les initiatives et les compétences mobilisées pour assurer un accès égal à tous à l’information - il intervient dans quatre domaines principaux : • la recherche et développement • les enseignements • la certification de conformité aux standards internationaux • la veille permanente en matière de bonnes pratiquesLE CADRE LÉGAL FRANÇAIS - Le cadre juridique 5
  6. 6. - La loi 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées (article 47) - Décret d’application : 14 mai 2009 (publié le 16/05/09) - Référentiel RGAA paru le 01/10/2009 - Le cadre institutionnel - La DGME : élaboration du référentiel - Le CIH : mise en œuvre et accompagnementIl est à noter que ce dispositif ne prévoit pour toute sanction que linscription du site non conforme sur une liste (noneffective à ce jour).LES PERSONNES CONCERNÉESLES PUBLICS - Administrés ; les types de contenus concernés sont les : - Sites internets institutionnels - Toute interface web destinée au public - Tout document numérique mis en ligne - Personnels les types de contenus concernés sont les : - Sites intranets - Toute interface web utilisée dans le cadre du travail - Tout document numérique mis en ligne sur les intranets et applications webLES RESPONSABLES MISE EN OEUVRE - L’équipe projet - Décideurs - Chef de projet - développeurs - Les contributeurs - Webmestres - Producteurs de documents mis en ligne - Les organismes de formation - Obligation de formation prévue par le décretLES BENEFICIAIRES - Les internautes et intranautes - Accès à toute l’information - L’administration émettrice - Qualité de service - Portabilité sur tout type de réseau - Élargissement de son audience, meilleur référencement - Facilité de maintenanceLE CALENDRIER DE MISE EN ŒUVRE - Délais généraux - 2 ans pour les sites existants >> 15/05/2011 - Applicabilité immédiate pour tout nouveau site, nouveau contenu - Dans le cadre d’un projet - Prise en compte dès le lancement 6
  7. 7. - Prise en compte à chaque étape du projet - Au quotidien - Responsabilité du maintien de l’accessibilité : les contributeurs de site et producteurs de documents numériquesLE PÉRIMÈTRE DE MISE EN ŒUVRE SUR UN SITE WEBLe périmètre de l’accessibilité d’un projet web englobe à la fois le site, les outils et les personnes intervenant àdifférents titres sur le projet. ère1 zone du périmètre : Le site webCe terme désigne les pages destinées aux utilisateurs (internautes), sur lesquelles les contenus doivent être accessiblesà tous quelle que soit la manière de naviguer sur Internet, ainsi que tous les fluxs qu’il propose : • courriels, • syndications de contenus • fichiers à télécharger • échanges avec les réseaux sociaux • services en ligne tels que les inscriptions aux concours, ou le suivi de son dossier administratif (enseignants)Il s’agit de la première zone à laquelle on pense lorsque l’on évoque l’accessibilité d’un site. ème2 zone du périmètre : Les outils de publication et d’administrationL’outil de publication doit permettre aux contributeurs de mettre en œuvre l’accessibilité lorsqu’ils créent des contenusà publier sur le site : - alternative textuelle des images : un champ doit être disponible lors de l’insertion de l’image dans un article pour saisir cette alternative - titre des liens : certains liens nécessitent de donner des informations complémentaires à leur libellé, par exemple : - qu’il s’agit d’un fichier à télécharger de tel format, tel poids, - ou qu’il s’agit d’un lien externe qui s’ouvrira en nouvelle fenêtre - Dans ce cas, l’outil de publication doit permettre de renseigner un attribut spécifique du lien permettant de donner cette information - changements de langue par rapport à la langue du site - structuration du texte : l’outil doit permettre l’insertion de niveaux de titres - Etc ème3 zone du périmètre : L’équipe projetConstituée deLa maîtrise d’ouvrage : l’administration, l’entreprise qui commande le site (ou sa refonte)et la maîtrise d’œuvre : les équipes techniques internes, le(s) prestataire(s) d’intégration/développement/graphiqueIntervient dans la mise en œuvre de l’accessibilité :de la conception du site (expression du besoin par la maîtrise d’ouvrage)à sa réalisation par la maîtrise d’œuvre (développeurs, graphistes, intégrateurs - choix des outils, intégration dans lesdéveloppements…)et ensuite pour la maintenance du site.Ces acteurs sont inclus dans le périmètre de l’accessibilité du site au titre des compétences concrètes qu’ils doiventavoir. ème4 zone du périmètre : Les contributeurs : 7
  8. 8. 3 types de contributeurs (au sens producteurs de contenus) peuvent être distingués :Les contributeurs directsCe sont ceux qui travaillent dans l’outil de publication : ils font partie du périmètre à prendre en compte dans le cadredu projet en tant que destinataires des actions d’accompagnement liées à l’accessibilité.Les contributeurs indirects internesLe contenus ne sont pas seulement produits dans l’outil de publication : les fichiers en téléchargement par exempleproviennent souvent de contributeurs indirects du site (mais internes à l’organisation). Ils seront eux-aussi destinatairesd’actions d’accompagnement liées à l’objectif d’accessibilité du site.Les contributeurs indirects externesCes fichiers peuvent aussi être fournis par des contributeurs externes à la structure (prestataire, sur commande), maisces contributeurs externes fournissent le plus souvent les contenus multimédias (vidéos, animations flash…) : lesservices qui les gèrent, qui passent les commandes, doivent savoir quoi exiger en termes d’accessibilité et cesprestataires doivent s’y conformer. A ce titre, ils entrent dans le périmètre de l’accessibilité du site à prendre encompte par l’équipe projet.En synthèse :L’accessibilité ne s’arrête pas aux outils de gestion du siteil faut tenir compte aussi des outils de développement,et des process de création de contenus hors outil de gestion du siteLa mise en œuvre de l’accessibilité ne concerne pas que les « webmestres » mais aussi :l’équipe technique,les contributeurs directs,les contributeurs indirects internes ou externesMISE EN ŒUVRE : LES CRITÈRES INCONTOURNABLESSUR UN SITE WEBLes thématiques abordées sont les suivantes : - Les images - Les couleurs - Le multimédia - Les tableaux - Les liens - Les éléments obligatoires - La structuration de l’information - La présentation de l’information - Les formulaires - La navigation - La consultationPour chacune des thématiques abordées, seuls les critères à la charge des contributeurs seront abordés. (donc toutesles thématiques ne sont pas vues)Ex : images : toute image doit avoir une alternative textuelle - développeur/éditeur d’outil de publication : doit prévoir le champ de saisie - contributeur : doit renseigner le alt de façon pertinente - éditeur de navigateur : doit prévoir l’interprétation correcte de la valeur saisie 8
  9. 9. Par ailleurs, seuls les critères de niveau A seront pris en compte (bronze, la présentation s’appuyant sur le référentielAccessiweb plutôt que le RGAA).LES IMAGES • Principe – Toute image porteuse d’information • Texte • Liens • Chiffres • Information complémentaire au texte – doit avoir une alternative textuelle • Attribut html alt – Cette alternative doit être pertinente • Restitution de l’information portée par l’imageUtilisateur concerné : - utilisateur de synthèse vocale (personne non voyante) - utilisateur d’un navigateur textuel (personne présentant un handicap cognitif ou moteur ; les images ne s’affichent pas) - utilisateur disposant d’une liaison bas débit ou naviguant sur un téléphone portable (désactivation des images pour rendre la navigation plus fluide)Image texte : à utiliser seulement si le style du texte ne peut pas être restitué par une feuille de style (policeinexistante, logo…)Image lien : la destination du lien est une information de navigationImage avec des chiffres : n° de téléphone, statistiques, chiffres clésInformation complémentaire : ex, photo de l’arrivée d’une course, qui montre qui est le gagnant (à condition que ce nesoit pas dit dans le texte de l’article associé à l’image)Mise en œuvre par les contributeurs : - le champ « alt » doit être systématiquement renseigné - pour être pertinente, la valeur saisit doit être conforme aux règles suivantes : o image décorative : valeur = "" (la synthèse vocale ne lira rien, on parle de alt vide) o image texte : valeur = le texte de l’image o image lien : valeur = destination du lien + information complémentaire si besoin (ex : ouverture en nouvelle fenêtre, cf « Les liens ») o si l’image lien est en doublon avec un libellé de lien « en clair », le mieux est de poser un seul lien sur le tout (libellé + image) - la valeur de l’alternative doit être la plus concise possible (80 caractères, exceptionnellement plus longue)LES COULEURS • Principes : – la couleur ne doit pas être utilisée seule pour donner une information ; – un contraste suffisant doit exister entre les couleurs du texte et du fond.Utilisateur concerné : - utilisateur mal voyant - utilisateur ne distinguant pas les couleursMise en œuvre par les contributeurs :Site web : les couleurs sont gérées uniquement par la charte graphique du site 9
  10. 10. Ne pas utiliser la couleur seule pour mettre en avant une partie du texte d’un contenu (associer par ex du gras [maispas de souligné])Texte de petite taille : le contraste minimum entre le texte et le fond doit être de 4,5Texte de grande taille (150% min de la taille du texte par défaut, ou 120% gras) : le contraste minimum doit être de 3LES CONTENUS MULTIMEDIA • Principe : tout contenu multimedia (vidéo, son, animation) doit avoir si nécessaire – une transcription textuelle, – des sous-titres synchronisés pertinents – une audio description pertinente. – Et le contrôle de leur consultation doit être possible (arrêt, pause, reprise).Utilisateur concerné : - utilisateur présentant des déficiences auditives et/ou visuelles - utilisateur ne disposant pas du logiciel nécessaire - utilisateur disposant d’une liaison bas débit (téléchargement ou consultation impossible ou très difficile)Mise en œuvre par les contributeurs : - Animations flash : o si l’animation contient du texte, elle doit avoir une alternative textuelle : o soit un lien vers un fichier à télécharger (format accessible : txt, pdf accessible) o soit un lien vers une page web o le lien de l’alternative doit être associé de manière évidente à l’animation o dans tous les cas, une animation flash doit pouvoir être contrôlée : arrêt, pause, reprise - Vidéos : chaque vidéo doit être accompagnée à minima : o d’une transcription textuelle (transcription des discours/dialogues, description des actions…) o de sous-titres synchronisés o En général, le contrôle de la consultation d’une vidéo est implémenté dans les lecteurs utilisés.LES TABLEAUX • Principe : associer à chaque tableau les informations nécessaires à leur lecture ou leur interprétation par les aides techniques ou par un navigateur ayant une configuration spécifique : – Titre – Résumé – Relations entre les cellules et les entêtes de lignes et de colonnesUtilisateur concerné : - utilisateur de synthèse vocale (personne non voyante) - utilisateur de navigateur textuel (personne présentant un handicap cognitif ou moteur) - utilisateur disposant de feuilles de styles spécifiquesMise en œuvre par les contributeurs :Tableaux de données : il faut renseigner les éléments suivants dans les propriétés du tableau : • résumé du tableau, concis et pertinent : à renseigner dans les propriétés avancées • titre du tableau, concis et pertinent = champ « légende du tableau » [balise caption dans le code html] • éléments html permettant d’établir les relations entre chaque cellule et les entêtes de colonnes et de lignes [th, header, id] (voir diapo suivante) • sens de lecture du tableau 10
  11. 11. Tableaux de mise en forme : sont déconseillés (sinon, il faut garantir que l’information sera restituée correctement encas de linéarisation du tableau)LES LIENS • Principes : – Donner des intitulés de liens explicites (hors contexte) • et le moins long possible – Informer l’utilisateur sur l’ouverture éventuelle du lien en nouvelle fenêtreUtilisateur concerné : - utilisateur de synthèse vocale (personne non voyante) - utilisateur présentant un handicap moteur - Ces deux types d’utilisateur ont la possibilité d’afficher la liste des liens de la page dans une nouvelle fenêtre pour une navigation plus rapide.Mise en œuvre :Libellé du lien : • concis (auparavant, limité à 80 caractères, plus de limite aujourd’hui mais concision attendue) • Explicite : devait être explicite hors contexte en V1 ; aujourd’hui, le contexte peut être pris en compte (titre précédent, title du lien, élément précédent de l’énumération…)Titre du lien (info bulle) : • ne doit être renseigné que s’il est nécessaire d’ajouter une information complémentaire au libellé du lien ; ex : ouverture en nouvelle fenêtre, description du fichier à télécharger (format, taille, poids) • doit contenir le libellé du lien + les informations complémentaires (parce que les synthèses vocales liront le champ le plus long entre le libellé et le titre du lien, mais pas les deux)Sur une même page, deux liens avec le même libellé doivent conduire vers la même page >> il faut éviter les liens « ensavoir plus », « cliquez ici »…STRUCTURATION ET PRÉSENTATION DE LINFORMATION • Principes : – Utiliser des titres pour structurer un contenu – Respecter la hiérarchie des titres – Baliser correctement les sigles et les listes – Ne pas justifier le texte – Séparer la forme et le fond (CSS)Utilisateur concerné : - tout internaute - utilisateur de synthèse vocale ou de plage braille (personne non voyante) - Utilisateur présentant un handicap cognitifTitres : - Les titres permettent une prise de connaissance rapide du contenu de la page - Sauter un niveau de titre (pour une raison de mise en forme par ex) rend la structuration de la page incohérente - Le libellé du titre doit permettre une compréhension immédiate de l’information qu’il coiffeSigles : - La balise acronyme doit être utilisée pour les sigles qui peuvent être lus comme un mot - La balise abréviation doit être utilisée pour les sigles qui sont lus lettre à lettre 11
  12. 12. - La première occurrence sur une page doit avoir un attribut « title » donnant son libellé completListes - Les listes à puces et les listes numérotées doivent être balisées avec les bons éléments html (ul, ol, li) - Pour les listes de définition : dl, li (à ne pas utiliser pour faire de la mise en forme)La séparation de la forme et du fond est gérée par l’utilisation de CSS >> pas de mise en forme dans les contenus eux-mêmes. Cela permet à l’utilisateur d’appliquer éventuellement la feuille de style adaptée à son handicapLÉDITORIAL • Principes : – Les changements de langue doivent être indiqués – Le texte doit être rédigé dans un langage clair et compréhensible par tousUtilisateur concerné : - tout internaute - utilisateur de synthèse vocale ou de plage braille (personne non voyante).Mise en œuvre par les contributeurs : - Les changements de langue par rapport à la langue du site (indiquée dans le code source) doivent être indiqués (attribut html « lang ») La fonction doit être présente dans l’éditeur de texte ou bien il faut pouvoir accéder au code source du contenu pour ajouter la balise. - pas de « syntaxe cryptique » , langage clair et compréhensible par tous ou alternative textuelle à un texte contenant du « jargon » (langage pro spécifique)NAVIGATION ET CONSULTATION • Principes : – Les ouvertures en nouvelle fenêtre doivent être annoncées – La destination des liens doit être explicite – Les documents en téléchargement doivent être dans un format accessible – Les informations relatives au document à télécharger doivent être fourniesUtilisateur concerné : - Tout utilisateur - Utilisateur de synthèse vocale (manip différente pour un retour arrière quand l’ouverture est en nouvelle fenêtre par ex) - Utilisateur disposant d’une liaison bas débit (ne voudra pas télécharger un document trop volumineux ou devra prévoir du temps pour cela)Mise en œuvre par les contributeurs :Ouverture en nouvelle fenêtre (liens) : l’information doit être donnée soit dans le libellé du lien soit dans son « titre »(title ) lequel doit contenir le libellé du lien + nouvelle fenêtreDestination du lien : le libellé du lien doit être explicite hors contexte – cf thématique liensDocs en téléchargement : - Les formats accessibles par défaut sont : HTML, txt - Les formats pouvant être rendus accessibles sont : PDF, word ou assimilé (open office) [cf diapo suivante] - Informations à fournir dans le title du lien de téléchargement : libellé du document (= libellé du lien), format, nb de pages, poids, modalité d’ouvertureNB : il est conseillé d’ouvrir le document en nouvelle fenêtre pour éviter qu’en le fermant, l’utilisateur quitte le site 12
  13. 13. SUR LES DOCUMENTS MIS EN TÉLÉCHARGEMENTLACCESSIBILITÉ DES PDF • Principes : – La langue du document est spécifiée – Les éléments non textuels ont une alternative textuelle – Le texte est structuré – Les liens sont actifs et accessibles – Les formulaires, tableaux et listes sont accessibles – Le texte peut faire l’objet d’une recherche ou d’une sélection – L’ordre de lecture est clair – Une aide à la navigation est disponible – L’interdiction de copier le texte ne doit pas être activée • Mise en œuvreLangue : menu Fichier/propriétés du document/avancéesAlternatives textuelles : il faut d’abord baliser le document, puis sur chaque balise image, insérer un texte deremplacement (cf thématique images)NB : on ne balise pas les images non porteuses d’information !!!>> pour baliser : options avancées/accessibilité/ajouter des balises au document>> sur un document déjà balisé, gestion des balises avec : affichage/panneaux de navigation/balises/propriétésStructuration du texte : - Balisage du texte pour insérer des niveaux de titreLiens : libellés concis et explicites hors contextes, title si besoin + hypertexte activé (Options avancées/liens/créer àpartir des urls)Formulaires : - Champs de saisie actifs - Descriptions des champs - Ordre de tabulation défini pour naviguer de champ en champ - Balisage complet du formulaire>> menu formulaire, utiliser les options d’accessibilité sur chaque item du formulaire (le menu nous fait basculer dansAdobe Designer >> pas le temps de tout passer en revue aujourd’hui ; cf le document d’Adobehttp://www.adobe.com/fr/accessibility/ )Tableaux de données :Utiliser les propriétés des balises pour déclarer les entêtes de colonnes et de lignes et les cellules du tableauListes :Utiliser les propriétés des balises pour déclarer les listes et les articles de listesTexte sélectionnable : - Les documents scannés mis en pdf ne sont pas accessibles >> le texte doit être rendu sélectionnable (ce qui permet aussi d’y faire une recherche de mots) - Acrobat pro permet de convertir du texte scanné en texte sélectionnable : menu Document/reconnaître du texte par OCR (= reconnaissance de caractères)Ordre de lecture : (logique et simple) - Il faut d’abord baliser le document - Le panneau de gestion des balises dispose d’un onglet ordre qui permet de définir l’ordre de lecture dans chaque pageAide à la navigation : insertion de signets (bookmarks) 13
  14. 14. - Il faut avoir balisé et structuré le texte - Menu Affichage/panneaux de navigation/signets >> utiliser le menu options pour créer et gérer les signetsL’option de sécurité interdisant de copier le texte doit être inactive : - Parce que certaines aides techniques copient le texte pour pouvoir le lire - Par défaut, cette option est inactiveMenu Fichier/propriétés du document/protection du document/modifier les options (quand « protection » est activée)LES DOCUMENTS WORD • Principes : – La langue du document est spécifiée – Les éléments non textuels ont une alternative textuelle – Le texte est structuré – Les liens sont actifs et accessibles – Les formulaires, tableaux et listes sont accessibles – Une aide à la navigation est disponible • Mise en œuvreLangue :Outils/langue/langue…Alternative aux images :Clic droit sur l’image ou menu Format/image (après l’avoir sélectionnée)Onglet « web », renseigner le champ « texte de remplacement »Structuration du texte :Utilisation des styles de titres pour hiérarchiser le texteLiens :Libellé concis et explicite hors contexteLien hypertexte activéFormulaires :Renseigner systématiquement le champ « texte d’aide » dans les propriétés de chaque champ du formulaireStructurer le texte du formulaire par l’utilisation de styles de titresTableaux : - Les tableaux créés dans word ne sont pas accessibles (le code html produit n’est pas « propre »)>> pour faire un word accessible, il ne doit pas contenir de tableauListes :Les formats de liste disponibles dans word ne produisent pas de code accessible mais leur lecture par une synthèsevocale reste possibleAide à la navigation : - Insérer un sommaire automatique (il faut avoir appliqué des styles de titre auparavant) - Utiliser des ancres si besoin avec des libellés de signets explicitesUn PDF généré à partir d’un word accessible sera lui-même largement accessible, voire totalement (s’il n’y a pas detableaux). 14

×