Dossier Jeunesse - Cameroun

1,037
-1

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,037
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
12
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Dossier Jeunesse - Cameroun

  1. 1. DOSSIER JEUNESSESelon le rapport définitif du 3ème recensement général de la population et de l’habitat,rendu public en 2010, la population camerounaise reste caractérisée par son extrêmejeunesse. L’âge médian de la population est de 17,7 ans et l’âge moyen se situe à 22,1ans. La population ayant moins de 15 ans représente 43,6% de la population totaletandis que celle de moins de 25 ans représente 64,2%. La tranche d’âge compriseentre 15 et 45 ans se chiffre à 8 479 306 âmes sur un total de 19 406 100. Avec un tauxde chômage de près de 38%, les priorités de la jeunesse camerounaise se déclinent entrois principaux axes : L’emploi, l’éducation et la santé. Durant le septennat quis’achève, ces exigences ont suscité des initiatives politiques diverses. On peut citerentre autres, l’option de consacrer le cinquième du budget à l’éducation depuis 2010,des planifications-projections telle que le Plan Jeunesse du Cameroun, instrument qui,bénéficiant d’un budget prévisionnel estimé à 236 milliards de F cfa, devrait se réaliser àtravers 13 programmes prioritaires embrassant les domaines tels l’éducation et la formation62,8%, l’emploi et l’insertion sociale 17,7%, la protection sanitaire, les droits de l’homme oul’environnement. Toutefois, les préoccupations des jeunes ont régulièrement meubléle discours politique présidentiel en termes de promesses claires(I) suivies pour laplupart d’actions concrètes (tels que le PAJER U- Programme d’Appui à la JeunesseRurale et Urbaine- et le PIAASI - Programme Intégré d’Appui aux Acteurs du secteurInformel- qui occupent une place prépondérante) dont l’impact tarde néanmoins àapporter satisfaction du fait de multiples facteurs tenant pour certaines àl’insuffisance de moyens et pour d’autres au déficit managérial ou encoreb àl’inadéquation avec les attentes réelles des bénéficiaires. Il apparait donc nécessairede densifier la réflexion à l’endroit des jeunes si l’on veut atteindre l’objectif déclinépar le thème du récent sommet des Chefs d’Etats de l’Union Africaine tenu à Malaboà savoir : « Accélérer l’autonomisation des jeunes pour un développement durable »(II) I- PROMESSES ET ETAT DES LIEUX DEPUIS 19971997PROMESSES MINISTERES EN CHARGE NIVEAU D’EXECUTIONRéhabilitation des MINEDUC, MINJES, MINCOF Programmes quasiprogrammes inexistants. Les populationsdalphabétisation les réclament à la baseAccroissement de la MINEDUC, MINPAT Des crédits sont de plus enconstruction du nombre plus dégagés, mais on
  2. 2. décoles, lycées et collèges assiste à une mauvaise exécution des projets. Vivement la décentralisation effective des crédits et lamélioration des bâtimentsAmélioration de la qualité de MINEDUC, MINESUP Recrutement progressif delenseignement nouveaux enseignants. Statut des enseignants effectif, les décrets dapplication attendusVulgarisation de PR, MINEDUC, MINESUP, Aucun programme cohérentlinformatique MINREST, nest encore élaboré. MINCOM, MINPOSTEL Formation à élaborer, programme à réajuster en fonction du marché de lemploi. Création de lAgence Nationale des TICMultiplication des travaux MINVIL, MINPAT, MINTP,dutilité publique MINUHBourse de linnovation dotée Chef de lEtat, MINEFI,de 100 millions de FCFA MINJES1998Renforcement de MINESUP Recrutement deslencadrement des étudiants enseignants en cours dansen toutesnombre et en qualité les universitésMise à la disposition des MINESUP Un projet de constructionétudiants de nouvelles des cités universitaires estinfrastructures et de en cours. Lextension desnouveaux équipements au cités universitaires ennombre desquels le chantier. Le raccordementraccordement au réseau au Réseau toujours attenduInternet.Lancement dune politique MINJES, MINAS, MINVIL Elaboration encore attenduenationale de la jeunessepour une meilleurecoordination des effortsdinsertion socio-économiques des jeunesLes problèmes demploi des PR : nouveau ministère ? En attentejeunes recevront MINETPS ?une attention particulière dela part dun ministère
  3. 3. à part entière, chargé delemploiNouvel élan en faveur des Tous les députés et ministres Jeunes députés et ministres,jeunes donné. LAssemblée de moins de faites vos bilans !Nationale sest 40 ans doivent se sentirconsidérablement rajeunie. personnellementLe gouvernement interpelléségalement. Députés etjeunes ministres ne sesentiraient-ils pas solidairesde vous, eux qui, il ny apas si longtemps, étaient desvôtres ?1999Le prochain siècle sera le PR Les jeunes attendentvotre toujoursPoursuite de la politique MINEDUC, MINJES, MINAS La création de nouvellesdaccès à léducation structures de prise enpour le plus grand nombre, charge des jeunes seen létendant et en la poursuit…mais restentmodernisant dans toute la insuffisantesmesure de nosmoyensLEtat continuera de recruter Tous les ministères Politique timide dechaque année, recrutement est mise enparmi les meilleurs, ceux qui œuvre sous le contrôle de laauront la tâche de Banque Mondiale.le seconder dans sa mission Recrutement à la police, aude défense de lintérêt MINREST.général (magistrats,greffiers, enseignants)LEtat continuera à assurer PR Une incitation à lason rôle régulateur et compétitivité est perceptiblemodérateur malgré le fait dansque le siècle prochain le discours officiel. On attendsera celui de la la mise en place desmondialisation (libéralisation structures créées par laaccrue des échanges donc de Charte des investissementsla compétitivité et et autres. Plusieurs agencesde laccélération du progrès de régulations ont ététechnologique mises en place
  4. 4. 2000Organisation des " Salon de PR Salons de créationcréation dentreprise dentreprises organisés dans" placés sous le patronage de toutes les provinces :la Présidence résultats attendusde la RépubliqueSuppression des frais MINEDUC Décision appliquée depuis ladécolage dans rentrée 2000-2001lenseignementprimaire publicLancement par lEtat du MINJES Pas opérationnelprojet de création du MINESUP, MINREST On attendFonds national dinsertiondes jeunes au cours dudernier exercice- Tenue prochaine du Conseilde lEnseignementSupérieur et de la Recherchescientifique)2001Création des " Salon de PR, MINDIC, Chambre de Promesse tenue fin 2001-création dentreprise " Commerce début 2002placés sous le patronage dela Présidence de laRépublique promis en 2000Un effort particulier pour MINPOSTEL Les projets sont en coursdévelopper les dans différents ministères.infrastructures Il importe den accélérer lade télécommunications pour mise en œuvre.faciliterlaccès aux nouvellestechnologies.Une défiscalisation inscrite MINEFI Inscrite dans la loi de financeau prochain budget 2001-2002. Textesqui permettra de réduire les d’applicationcoûts des NTIC.Introduction et MINEDUC, MINESUP Une décision du Ministre degénéralisation de léducation nationale dulapprentissage 22 février introduitde linformatique dans le lenseignement desystème scolaire dès la linformatiquerentrée 2001-2002. A terme, dans les ENIET-ENIEG.
  5. 5. dotation dau moins Ouverture des centresun lycée par province dun multimédia dans deux lycéessalle informatique de Yaoundédonnant accès à lInternetRéhabilitation des MINJES, MINPAT Projet suffisamment avancé.installations sportives Les terrains sont déjàexistantes, acquis. La formation encréations de nouvelles, cours. Projet de constructionextension de léducation dun Palais de sports àphysique et sportive, Olembé (don chinois)formation des encadreursde haut niveau2002Accélération de la réalisation MINESUP Travail en coursde nouvelles infrastructuresacadémiques et sociales ausein desUniversités dEtatPourvoir les universités MINESUP LUniversité de Yaoundé I endéquipement informatique a déjà bénéficiédans le cadre de lapromotion des NTIC.Tenue prochaine dune MINESUP Ce conseil est toujourssession du Conseil de attendu.lenseignementsupérieur et de la recherchescientifique ettechnique avec pour objet ladéfinition des orientationsnouvelles de lenseignementsupérieur pour lesannées à venir.Effort dans le redressement MINAS, MINVIL, MINJES Actions timidesde la situation desenfants de la rue.Les actions seront MINEDUC, MINCOF Actions timides en courspoursuivies pour faciliter lascolarisationdes filles et leur formation àdes métiers rémunérateursEn matière de sport, nous MINJES Action achevéeallons continuer à soutenir Financement de 4 milliards
  6. 6. les activités, notamment en par la coopérationréhabilitant les installations chinoiseexistantes et en créant denouvelles, comme lefutur Palais des sports deYaoundé, en collaborationdun grand pays ami2003Extension des centres MINEDUB “En cours”multimédia dans lesétablissementsà Douala, Bamenda etGarouaPartenariat entre lEtat et MINEDUB “En cours”lenseignement privé,reconnu dutilité publique,fait lobjet dun projet de loi,qui sera présenté àlAssemblée nationaleProjet de construction de MINEDUB, MINESEC “En cours”nouvelles salles de classesur financement budgétaireet de coopération bilatéraleet internationaleOffre des bourses à plus des MINEDUB, MINESEC “En cours”bourses à plus de3 000 élèves du secondaireet plus de 15 000 élèvesbénéficieront de dons dematériels scolairesLintégration dinstituteurs MINEDUB “En cours”vacataires pour environ 30000 enseignants au niveauprimaire sera poursuivieconstruction dune MINETP “En cours”soixantainedateliers dans diversesspécialités et implantationdes filières agricoles dans 4CETIC2005Plus denseignants, plus de MINEDUB, MINESEC,chercheurs, de juristes, MINETP, MINESUPde médecins, de techniciens, MINEDUB, MINESEC,
  7. 7. de chercheurs, etc. MINETP, MINESUPConstruction des écoles,collèges, lycées et ouverturedes universitésFacilitation de lécole aux MINEFI Mesures claires attenduesplus démunis et accord desbourses aux plus méritantspar le gouvernementAmélioration des MINESUP, MINESEC Actions peu perceptibleséquipements desétablissements etdotation progressive deceux-ci de matérielspermettantlinitiation aux nouvellestechniques de linformationet de la communication.Mise en place du Programme Minefop Au 31 décembre 2010intégré d’appui aux acteurs -Avec un total de fondsdu secteur informel (PIAASI) décaissés de l’ordre de 4 822 000 000 FCFA (quatre milliard huit cent vingt deux millions FCFA) le taux de consommation des fonds alloués au PIAASI est de 49,73%. -Sur la question du recouvrement des fonds octroyés la coordination nationale du PIAASI informe que le montant effectivement recouvrés au niveau des bénéficiaires se chiffre à 430 000 000 FCFA (quatre cent trente millions de francs CFA). Ce qui équivaut à un le taux de recouvrement de 8,91%. - Selon son cordonateur, Depuis son lancement, le piaasi a déjà créé près de 5012 emplois directs et 15530 emplois indirects - comme récapitulatif (chiffres officiels à auditer): 2005 :4113 emplois générés sur 1371 projets financés 2006 :2820 emplois générés sur 940 projets financés 2007 :5280 emplois générés sur 1760 projets financés 2008 : 7482 emplois générés
  8. 8. sur 2494 projets financés 2009 : 4305 emplois générés sur 1435 projets financés 2010 : 3375 emplois générés sur 1125 projets financés2006Assurer à différents niveaux MINEDUB, MINESEC, “En cours”de lenseignement des MINETP,conditions de MINESUP, MINEFIfonctionnement aussisatisfaisantes quepossible, compte tenu desmoyens disponiblesProgramme national MINEDUB, MINESEC, “En cours”dalphabétisation MINJEUN, MINEFIpermettant defaire acquérir lesconnaissances de baseindispensablesà la citoyenneté surtout dansles zones rurales.Louverture des centaines denouveaux centresdalphabétisationdans les prochains moisRévision de la gouvernance MINESUP “En cours”universitaireaprès 40 ansAdaptation de MINESUP, MINEFOP “En cours”lenseignementà la professionnalisationRelancement du service MINAS, MINJEUN “En cours”civique national departicipationau développement quipermettra de renforcerléducation citoyenne desjeunes et daccroître leurschances dinsertion socialeVous souhaitez comme moi coursconstituer une société oùchacun aura la place qui luirevient, selon son travail
  9. 9. et son mérite. Inventer unenouvelle forme depatriotismepour le Cameroun.Le Comité de stratégie duPlan Jeunesse verra bientôtle jour2007Création dune Ecole MINESUP, MINEFI “En cours”normale supérieure àMarouaRéhabilitation de lEcole MINESUP, MINEFI “En cours”normale de Yaoundé et deBambili, ainsi que lEcolenormale supérieure delEnseignement Techniquede DoualaRestructuration de la filière MINESUP “En cours”technologique dans laréhabilitationde lEcole Nationale desSciencesAgroindustrielles deNgaoundéréRemise à niveau de la MINESUP “En cours”Faculté de médecine et dessciences biomédicales deYaoundé IAmélioration du systèmeLicence-Master-DoctoratGénéralisation des TIC dans MINESUP “En cours”tous les établissementsdenseignement supérieurMesures prises pourlamélioration du travail desenseignantsAmélioration des conditions MINESUP, MINVIL “En cours”de vie des étudiants par lacréation de nouvellesinfrastructures, locauxdenseignementou cités universitaire encours
  10. 10. Extension du système MINEDUB, MINESEC, “En cours”éducatif à tous les enfants et MINESUPjeunes pour un véritablesens à légalité des chances- Construction des écoles MINEDUB, “En cours”- Le recrutement denouveaux enseignants pourunencadrement pédagogiqueadéquat et de qualitéOuverture de nouveaux MINESEC “En cours”établissements secondairesdotés de matérieldidactique, de locauxtechnique etdéquipements de TICUn plan daction national de MINJEUN mise en œuvre attendue àlemploi des jeunes se partir de novembre 2007prépare pour une durée de cinq ans avec un budget prévisionnel de 236 milliardsProfessionnalisation des MINEFOP, MINESUP “En cours”enseignementsDévelopper et favoriser le MINESUP, MINESEC, “En cours”partenariat entre les MINEFOPétablissementsscolaires et universitaires etles entreprises2008La réponse au problème Ministère de léducation de “En cours”posé est dacquérir par base -5525 enseignants recrutésléducation -1458 salles de classesla plus haute qualification construites en 2008possible.Ce parcours commence dèsle primaire avec :-la gratuité delenseignement à ce niveau.-La construction desnouvelles écoles.Au niveau secondaire Ministère de lenseignement “En cours”-Le recrutement de secondaire -204 milliards de dotationnouveaux enseignants au budgétaire
  11. 11. niveau -155 établissementssecondaire. construits-Laccès à matériels -2000 enseignants recrutésdidactiques modernes. Delocauxtechniques appropriés etdéquipements detechnologiedinformation et decommunicationAu niveau supérieur Ministère de lenseignement “En cours”-mettre au point un supérieurprogramme dappui à la Différents ministères :composante enseignement supérieur,technologique et santé, finances, formationprofessionnelle professionnelle-il est prévu la création dunezone franche universitairepour la formation detechnologues de haut niveauainsique 2 universités virtuellesdont une à vocationsousrégionale.-La constitution de lécolenormale de Maroua-Lintroduction des filièresmédicales et biomédicales àDschang et Ngaoundéré.-Lédification des bureaux etdes cités universitaires endifférents endroits.Santé et société Ministère de la Santé “En cours”la formation des médecins Publiquepassera de 85 à 450 par an. Ministère de lEnseignementDes pharmaciens de 0 à 125 ; Supérieurchirurgiens - dentistes 0à 125 techniciens de santé 140à 200. Laugmentation dunombre dingénieurs de 500 à1000/an-Pour résoudre le problème Minjeune - En 2009, 151 jeunes placés endemploi des jeunes, il a emploi salariés (soit 10 dansété mis sur pied le l’Adamaoua, 50 dans le centre,programme dappui à la 12 dans l’Extrême-nord, 45 dans le Nord, 15 dans le Nord-jeunesse rurale et urbaine
  12. 12. (PAJER U) dont lobjectif est ouest, 06 à l’Ouest, 13 dans lede promouvoir linsertion Sud, l’Est, le Littoral et le Sud-socio-économiques des ouest n’ayant pas de chiffresjeunes non scolarisés disponibles) -Entre 2007 et 2009, avec unon déscolarisés. total de fonds décaissés de l’ordre de 2 934 520 891 FCFA (deux milliards neuf cent trente quatre millions cinq cent vingt mille huit cent quatre vingt onze FCFA) le taux de consommation actuelle du PAJER-U, au regard du budget initial (10 941 100 000 FCFA), est de 26,82%. -En ce qui concerne le recouvrement des fonds octroyés aux jeunes, le chef du département financement et accompagnement de la coordination nationale du programme informe que sur les 2 934 520 891 FCFA décaissés le total des fonds effectivement recouvrés se chiffre à 300 000 000 FCFA, soit un taux de recouvrement de 10,22%. -Quant à la situation actuelle du PAJER-U Après le financement et le suivi effectif de la deuxième cuvée des bénéficiaires du programme qui se sont achevés en 2010, les responsables préparent le financement de la troisième cuvée des candidats retenus pour le financement des projets. Cette étape devrait intervenir au courant de l’année 2011.Le projet dinsertion des jeunes Ministère de lEmploi Localisé exclusivement danspar la création des Ministère de la Jeunesse le nord du pays, un auditmicro-entreprises de clair de ce projet n’a jamaisfabrication de matériel sportif été présenté publiquement(PIFMAS)-Mise à la disposition desjeunes des crédits pourdévelopperleurs micro-entreprises.-Création dun Conseil PR Effective
  13. 13. National des jeunes2009PROMESSSES MINISTERES EN CHARGE NIVEAU D’EXECUTION-Recrutement de milliers -MINEDUB En coursd’enseignants dans le cadre du -MINESECprogramme de reconstruction et deréhabilitation de Bakassil’ouverture de l’Institut Supérieur du MINESUP EffectiveSAHEL dans la région de l’Extrême-Nord.Entrée en service des Instituts des MINESUP Entrée en service enBeaux Arts dans le cadre des coursUniversités de Douala et de Dschangainsi que l’Institut des SciencesHalieutiques dans la capitaleéconomique.Entrée en application du Plan MINJEUN En attentejeunesse pour l’insertion des jeunes MINEPATdans les circuits de production MINMIDT MINADER MINCOMMERCEMise en œuvre du Plan d’Action MINEFOP en attenteNational pour l’Emploi des Jeunesavec un financement de 165milliardsMise en place du Conseil National MINJEUNE Promesse tenuede la JeunesseCréation et organisation du service MINJEUNE Décret déjà signéCivique National de Participation auDéveloppementMise en place du Comité National Minjeune En attentede la Jeunesse et de l’EducationPopulaireConstruction sur trois ans de 30 Minjeune En attenteCentres Multifonctionnels de MinepatPromotion des Jeunes dans Minefopplusieurs unités administratives
  14. 14. 2010PROMESSES MINISTERES EN CHARGE NIVEAU D’EXECUTIONMise en place du Service Minjeune Décret signé, mise en placecivique national de attendueparticipation auDéveloppementcréation d’une Ecole Mnsep En étudeSupérieure de Formation au MinjeuneFootballMise en œuvre du Plan Minjeune En attented’Action National pourl’Emploi des jeunes2011PROMESSES MINISTERES EN NIVEAU D’EXECUTION CHARGEEntrée en service de l’Agence du service Minjeune En attentecivique national de participation au minefopdéveloppement et la réhabilitation desCentres Multifonctionnels de Promotiondes Jeunesrecrutement spécial, dans la Fonction Minforpra En courspublique, de 25 mille jeunes diplômés
  15. 15. II- SUGGESTIONS EN TERMES D’AMELIORATIONS DE L’ACTION EN FAVEUR DE LA JEUNESSERelativement au PAJER U et au PIAASI Les fonds destinés au financement des projets des jeunes soient virés à temps. Le personnel affecté aux missions du programme puisse bénéficier d’un recyclage sur ses prérogatives. L’enveloppe budgétaire de base allouée au PIAASI s’avère aujourd’hui totalement dépassée par la très forte pression de la demande, d’où le besoin de faire recours aux financements additionnels Le PAJER-U et le PIAASI devraient l’objet d’une réforme structurelle qui reposerait d’une part le pouvoir de choix des attributions de fonds et d’autre part la compétence de contrôle, à une instance mixte : pouvoirs publics, société civile, afin de relever le taux de recouvrement. En outre ces deux projets doivent sortir de la phase pilote pour se muer, tel que prévu au départ, en un fonds national pour l’insertion des jeunes pour le premier, et en un fonds d’appui au secteur informel pour le second sur la base des recouvrements. Veiller à l’effectivité des formations civiques et entrepreneuriales avant l’octroi des financements. Sanctionner les agents administratifs coupables de corruption et de détournements de fonds. Les fonctionnaires de l’administration publique devraient se retirer des missions dévolues aux établissements de micro finance et se limiter à un rôle de régulation des projets sociaux à travers des activités de définitions des stratégies, d’audits et d’évaluations annuelles. Impliquer les organisations de base (chefferies, associations de jeunes, congrégations religieuses) dans la promotion des programmes et le suivi rigoureux des projets financés.Relativement à d’autres secteurs Procéder à une stricte évaluation des promesses faites et prendre les décisions idoines. Tenir des assises nationales concertées de l’emploi qui débouchera sur une feuille de route de concrétisation de la vision déclinée par le DSCE
  16. 16. Concrétiser le Plan d’action national de l’emploi des jeunes en le transformant en unprogramme national d’autonomisation des jeunes qui restructure les démarchesd’accompagnement financier et qui mobilise les structures de formation etd’orientationMettre un terme à l’éparpillement des programmes destinés à la jeunesse en créantune centrale informatisée de fichage pouvant permettre une bonne évaluation.Elaborer un plan national concerté de développement des NTIC.Elaborer un Plan national de développement de l’artisanat et de l’économie sociale.Mettre un terme à la promotion de l’emploi fonctionnarisé.Mettre sur pied une plate-forme de veille citoyenne devant accompagner legouvernement dans la résorption des problèmes des jeunes.Ouverture du centre de perfectionnement pour les métiers manuels.Création dun fonds de garantie pour lentreprenariat jeune.Recrutement doffice des majors de toutes les écoles.Création d’un partenariat gouvernement et jeunes.Création d’un partenariat jeunes et secteur privé.Implication des jeunes dans les grands projets agricoles, miniers, énergétiques ettouristiques en exigeant le transfert des technologies.Multiplications des instituts universitaires de technologie.Instaurer la scolarité obligatoire jusquà 16 ans.Elaborer un plan national concerté de développement des équipements sportifs deproximitéAccroitre la représentativité des jeunes (25-35 ans) dans les hautes instances dedécision de l’Etat.Tenir les états généraux de l’éducation nationale.Elaborer sur la base du DSCE un plan «Marshall» de développement de l’emploiadossé sur un échéancier.
  17. 17. THEMES DES FETES NATIONALES DE LA JEUNESSE1967 : Jeunesse et prise de conscience1968 : Jeunesse et responsabilité1969 : Jeunesse, levain et responsable de l’unité nationale1970 : Responsabilité et participation face aux exigences de laconstruction nationale.1971 : Jeunesse et développement1972 : Jeunesse, instrument permanent de dialogue et élémentmultiplicateur1973 : Investissement humain1974 : Jeunesse et dignité du travail manuel1975 : Unité au sein de la jeunesse de l’union nationalecamerounaise1976 : Jeunesse et révolution verte1977 : Culture et unité nationale1978 : Participation de la jeunesse à la révolution verte1979 : Engagement des jeunes dans la vie politique nationale1980 : Engagement des jeunes dans la vie politique nationale1981 : Civisme et discipline1982 : Jeunesse et maitrise du développement1983 : La rigueur et la moralisation de la société
  18. 18. 1984 : Jeunesse et rigueur dans le travail1985 : Participation, développement et paix1986 : Jeunesse, paix et développement1987 : Quelle jeunesse pour le développement1988 : La jeunesse face à ses responsabilités1989 : Jeunesse et solidarité nationale1990 : Sport, foi et espoir1991 : Liberté, démocratie et discipline1992 : Patriotisme, responsabilité et engagement1993 : Jeunesse, paix, unité et avenir du Cameroun1994 : Sport, jeunesse et intégration nationale1995 : Jeunesse et maitrise du processus démocratique1996 : Jeunesse, unité nationale et unité africaine1997 : Jeunesse et solidarité1998 : Jeunesse, créativité et relance économique1999 : Jeunesse, l’économie et la lutte contre la pauvreté2000 : Jeunesse et mondialisation2001 : Jeunesse et lutte contre el SIDA2002 : Jeunesse et entrepreneuriat2003 : Jeunesse et culture de la paix2004 : Jeunesse, paix, participation et prospérité nationale
  19. 19. 2005 : Jeunesse et maitrise des nouveaux défis2006 : Jeunesse, rectitude morale et développement national2007 : Jeunesse, citoyenneté et lutte contre les grands fléauxsociaux2008 : Jeunesse, patriotisme et participation au développement2009 Jeunesse et refondation des valeurs autour des symboles etemblèmes de la République2010 : Jeunesse et consolidation des 50 ans de l’indépendance duCameroun2011 : Jeunesse et consolidation des 50 ans de la réunification duCameroun.

×