Your SlideShare is downloading. ×
0
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Réduction des risques & Salles de consommation à moindre risque

239

Published on

Centre de formation Les Chênes à Carpentras. Préparation aux concours en Travail social, 29 octobre 2013

Centre de formation Les Chênes à Carpentras. Préparation aux concours en Travail social, 29 octobre 2013

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
239
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Réduction des risques & Bernard BERTRAND Expert pour le Réseau Français de Réduction des risques Coordinateur de la Plate-forme Mondiale pour les SCMR Carpentras, le 29 octobre 2013
  • 2. La Réduction Des Risques (R.D.R.) ? La Réduction des Risques se distingue de la prévention de l’usage et des traitements, deux démarches dont elle se veut complémentaire. En effet, si les traitements ont pour objectif un changement d’ordre sanitaire et/ou psychosocial, si la prévention a pour objectif de diminuer l’incidence de l’usage de drogues dans la population, la Réduction des Risques a pour objet de réduire les risques et de prévenir les dommages que l’usage de drogues peut occasionner chez les personnes qui ne peuvent ou ne veulent pas s’abstenir de consommer ces drogues. La prévention, le traitement et la Réduction des Risques concourent ensemble à la promotion de la santé de la population en général et des usagers de drogues en particulier.
  • 3.   La Réduction Des Risques (R.D.R.) ? En 2004, la politique de Réduction Des Risques est inscrite dans la loi : - Article 12 de la Loi n°2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique. JO du 11 août 2004 (article L.3121-3 à L.3121-5 du code de santé publique) ; - Décret n°2005-347 du 14 avril 2005, JO du 15 avril 2005, approuvant le référentiel national des actions de réductions des risques en direction des usagers de drogue et complétant le code de la santé publique ; - Décret n°2005-1606 du 19 décembre 2005, JO du 22 décembre 2005, relatif aux missions des centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues et modifiant le code de la santé publique ; - Circulaire n°DGS/S6B/DSS/1A/DGAS/5C/2006/01 du 2 janvier 2006 relative à la structuration du dispositif de réduction des risques, à la mise en place des centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues et leur financement par l’assurance maladie. Accueil individuel et collectif Aide à la vie quotidienne Informations, conseils, accompagnement et orientations personnalisés REDUCTION DES RISQUES ET DES DOMMAGES Dépistage Suivi VIH et Hépatites Repas Douche Machine à laver… Accès aux Seringues et aux matériels de consommation CAARUD (Bus, Lieux d'accueil,,,) Distributeurs-Echangeurs de seringues Pharmacies Traitement Accès aux droits sociaux Hébergement (Sleep-in) Couverture sociale Travail… Accès aux soins Soins de proximité Substitution Méthadone BHD cadre légal de la réduction des risques Usagers de drogues CITOYENS ET ACTEURS - Riverains Expérimentation de nouveaux outils Bernard Bertrand, Le « tourisme d’assistance" des usagers de drogues. Vers l’ouverture d’une salle d’injection à moindre risque, L’Harmattan, Paris, 2003, p.107.
  • 4. Parcours dans l’accompagnement à la Réduction Des Risques CAARUD CSAPA
  • 5. Collectif du 19 mai Historique 19 mai 2009 lors de la Journée mondiale de sensibilisation aux Hépatites, un collectif d'associations (Act-up Paris, Fédération Addiction, ASUD, Gaïa Paris, Safe, SOS Hépatites Paris IDF, salledeconsommation.fr et rejoint un peu plus tard par Prévention et Soin des Addictions) ouvre une Salle de Consommation à Moindre Risque – SCMR - dans les locaux d'ASUD (Paris) Juin 2009 le collectif du 19 mai installe une salle de consommation à moindre risque aux 30èmes Journées nationales de l'ANITeA au Parc de La Villette (Paris) Oct. 2009 le collectif du 19 mai installe une salle de consommation à moindre risque aux 9èmes Rencontres Toxicomanies Hépatites Sida (THS) à Biarritz
  • 6. Collectif du 19 mai Historique - - - 2 Nov. 2009 à la Commission des Affaires Sociales lors de l'examen de la mission Santé, M. Michel Heinrich, Député-Maire UMP d’Épinal, demande à Mme Roselyne Bachelot-Narquin, Ministre de la Santé et des Sports, s'il elle « était prête à envisager ou à tenter une expérimentation de salles de consommation ? » Réponse de Mme Bachelot-Narquin : « j'ai saisi l'INSERM qui va conduire une expertise collective sur la réduction des risques chez les usagers de drogues et qui va traiter des salles de consommation [...] J'attends les conclusions de ces travaux avant de prendre une décision sur l'ouverture d'une salle à titre expérimental [...]. Nous sommes en contact avec les associations pour lancer tout de suite l'expérimentation si les les travaux de l'INSERM se révélaient concluant. » Déc. 2009 débat au Conseil de Paris et au Conseil régionale d'Ile-deFrance : Vote d'une subvention pour l'organisation d'un Séminaire sur les Centres de consommation à moindres risques
  • 7. Collectif du 19 mai Historique - - - 3 Mars 2010  soutien de M. Julio S. G. Montaner, Président de l'International AIDS Society à l'action du collectif du 19 mai (lettre à Mme Bachelot-Narquin)  dépôt d'un pré-projet d'un dispositif de salles de consommation à moindre risque à Paris au Ministère de la Santé  soutien de Mme Nadine Morano, Secrétaire d’État à la famille Avril 2010 présentation d'un poster « A mock Supervised Injection Facility (SIF) as a step forward for Harm Reduction » par le collectif du 19 mai, à l'International Harm Reduction Association (IHRA) – Liverpool (Royaume-Uni)
  • 8. Collectif du 19 mai Historique - - - 4 Juin 2010 Rencontre-débat autour de l'expertise collective INSERM : Réduction des risques chez les usagers de drogues http://www.salledeconsommation.fr/ Rubrique : Littérature française
  • 9. Collectif du 19 mai Historique - - - 5 Juil. 2010 à la Conférence internationale sur le Sida à Vienne (Autriche), Mme Bachelot-Narquin visite la salle de consommation à moindre risque installée par Act-up Paris et annonce lors d'une conférence de presse « vouloir une concertation pour aboutir à des projets consensuels » Août 2010  Jean-Claude Gaudin, Sénateur-Maire de Marseille annonce vouloir ouvrir une salle de consommation à moindre risque dans sa ville  François Fillon, Premier ministre déclare que les salles de consommation sont « ni utiles, ni souhaitables »  le collectif du 19 mai accompagné de Mme Françoise BarréSinoussi, Prix Nobel de médecine est reçu à Matignon par le Chef de cabinet du Premier ministre  53 % des français favorables aux salles de consommation à moindre risque (Ifop pour la Lettre de l'Opinion)
  • 10. Collectif du 19 mai Historique - - - 6 Sept. 2010  Journée de synthèse du Séminaire « Centres de consommation à moindres risques pour usagers de drogues (Analyses et recommandations des élus locaux) » organisée par Élus Santé publique et Territoire (ESPT) « A l’issue de ces travaux, il ressort que les centres de consommation, obligatoirement intégrés dans une palette complète de prise en charge de la toxicomanie, au côté des autres dispositifs de réduction de risque, constituent un outil d’amélioration de l’état sanitaire et social des usagers de drogue les plus désocialisés et les plus précaires qui souvent n’accèdent pas aux soins (baisse des contaminations, des infections et des overdoses, accès aux soins somatiques et psychiques et accroissement du nombre de sevrages), comme le démontrent, sans contestation possible, les conclusions du rapport de l’INSERM. Ces centres sont tout aussi incontestablement un vecteur de diminution des atteintes à l’ordre public et à la tranquillité publique de nos concitoyens (scènes ouvertes, seringues abandonnées…). Enfin, les évaluations ne notent nulle part une augmentation de la consommation ou du trafic alentour. » http://www.salledeconsommation.fr/ Rubrique : Littérature française
  • 11. Collectif du 19 mai Historique ---7 Sept. 2010 (suite)  l'association Élus Locaux Contre le Sida (ELCS) lance un appel aux élus favorables à l'expérimentation des salles de consommation à moindre risque  Bertrand Delanoë, Maire de Paris, annonce vouloir ouvrir une salle de consommation à moindre risque dans sa ville  l’Assemblée Nationale et le Sénat annonce la création d'une mission d'information parlementaire (Assemblée nationale / Sénat) sur les toxicomanies qui réfléchira également sur les salles de consommation à moindre risque ᄇ  Gérard Larcher, Président du Sénat annonce la création d'un groupe de travail à la Haute Assemblée sur les salles de consommation à moindre risque en lien avec la mission d'information parlementaire sur les toxicomanies Oct. 2010  le collectif du 19 mai installe une salle de consommation à moindre risque aux 3èmes Journées nationales de la Réduction des risques à la Mairie de Montreuil
  • 12. Collectif du 19 mai Historique ---8 Oct. 2010 (suite)  nomination des membres de la mission d'information parlementaire (Assemblée nationale / Sénat) sur les toxicomanies  le Conseil de Paris approuve l'expérimentation de salles de consommation à moindre risque dans la capitale Nov. 2010  Journée d'étude relative aux politiques de santé des drogues et des addictions en France du Conseil National du Sida (CNS)  le Conseil municipal de Toulouse favorable à l'expérimentation de salles de consommation à moindre risque  nomination des membres du groupe de travail à la Haute Assemblée sur les salles de consommation à moindre risque
  • 13. Collectif du 19 mai Historique - - -9 Déc. 2010 le Conseil Régionale d'Ile-de-France vote une subvention d'investissement de 300 000 euros dans le cadre de l'expérimentation de salles de consommation à moindre risque Janv. 2011 début des travaux de la mission d'information parlementaire (Assemblée nationale / Sénat) sur les toxicomanies. 11 fév. 2011 • Colloque « Salles de consommation à moindre risque » organisé par Espace Indépendance au Parlement Européen à Strasbourg • Création du Réseau Français de Réduction des risques Avril 2011 intervention du Réseau Français de RdR en Major Session « France: a mock Supervises Injection Facility (SIF) as a step forward for harm reduction » à l'International Harm Reduction Association (IHRA) – Beyrouth (Liban)
  • 14. Réseau Français de RdR Historique - - - 10 Juin 2011 Rapport de la mission d'information parlementaire (Assemblée nationale / Sénat) sur les toxicomanie : « [les] rapporteurs estiment que la transposition, en France, de l'expérience des centres d'injection supervisés serait extrêmement hasardeuse et n'est en conséquence pas souhaitable [,,,] L'ambiguïté du discourt sur les drogues qui résulterait d'une telle expérimentation, est pour [les] rapporteurs, inacceptable. » 27 juin 2011 Première conférence-débat sur les salles de consommation supervisée, à destination des élus parisiens et franciliens et des principaux acteurs locaux des quartiers parisiens concernés, organisés par la Ville de Paris et le conseil régional d'Île-deFrance, en partenariat avec ASUD 05 oct. 2011 Deuxième conférence-débat sur les salles de consommation supervisée afin d'apporter au public des éléments de compréhension et de connaissance, organisés par la Ville de Paris et le conseil régional d'Île-de-France, en partenariat avec ASUD
  • 15. Réseau Français de RdR Historique - - - 11 19 mars 2012 Le candidat à la Présidentielle 2012 François Hollande favorable à une expérimentation : « Je suis favorable à ce qu'on expérimente des actions nouvelles. J'ai entendu avec intérêt les propositions des maires de grandes villes, comme Marseille et Paris, visant à améliorer la réduction des risques en s'appuyant sur des travaux scientifiques et sur les exemples européens. Je leur laisserai donc la possibilité de mener des expérimentations pour améliorer la santé des usagers de drogue et réduire les nuisances dans nos quartiers. Il faudra ensuite évaluer l'impact de ces démarches sur la santé publique et la tranquillité publique, et en tirer les conséquences. Par ailleurs, je l'ai dit, j'initierai un plan spécifique pour la santé des personnes incarcérées et le sujet de la toxicomanie y sera traité. » 29 août 2012 Le député socialiste et adjoint au maire de Paris Jean-Marie Le Guen relance le débat en demandant au gouvernement d'autoriser la création de salles d'injection de drogues.
  • 16. Réseau Français de RdR Historique - - - 12 9 oct. 2012 Médecins du Monde (MDM) et l'association Gaïa-Paris ont présenté devant la presse leur projet de salle de consommation de drogues, espérant que le gouvernement donnera rapidement son feu vert pour expérimenter cette structure à Paris. 11 oct. 2012 Marisol Touraine, ministre de la santé, déclare : « je souhaite que nous puissions aboutir dans un délais rapide sur les salles de consommation. » 06 fév. 2013 Jean-Marc Ayrault, premier ministre donne son accord pour des expérimentations. 08 oct. 2013 Le Conseil d'Etat « recommande d'inscrire le dispositif dans la loi ».
  • 17. Structures d'accueil avec possibilité de Consommer des drogues à Moindre Risque De quoi s'agit-il ? Encadrées par des professionnelles, les SCMR permettent aux usagers de drogues de consommer dans des conditions d'hygiène acceptables, tout en préservant la tranquillité et la sécurité des habitants d'un quartier. Contrairement aux scènes ouvertes, leur fonctionnement est règlementé :  les usagers débutants et les mineurs en sont exclus  le « deal » y est totalement prohibé  les usagers doivent respecter des mesures d'hygiène et de sécurité  le personnel ne peut en aucun cas aider à l'administration des substances :  il est là pour observer les pratiques et intervenir en cas de nécessité, notamment face à des comportements potentiellement délétères et, pour prévenir les mauvaises pratiques susceptibles d'entrainer une contaminations par les virus du sida ou de l'hépatite C. Travailleurs sociaux, infirmiers(ères), personnel médical et autre, tous ont été formés pour répondre aux situations d'urgence sanitaire (overdose, « bad trip »...) chez les usagers de drogues. Il est important de ne pas confondre les SCMR avec les programmes d'héroïne médicalisé où le traitement de substitution est prescrit par une équipe médicale. Dans les salles de consommation à moindre risque, les drogues ne sont en aucun cas fournies par les professionnels, mais elles sont amenées par les consommateurs.
  • 18. Structures d'accueil avec possibilité de Consommer des drogues à Moindre Risque 96 SCMR réparties dans 10 pays Suède Canada : 2 SCMR Norvège : 1 SCMR + 4 à Québec prochainement + 1 à Ottawa + 1 à London Danemark : 3 SCMR Pays-Bas : 45 SCMR Royaume Uni Belgique Irlande Luxembourg : 1 SCMR + 1 prochainement Portugal Slovénie États-Unis Porto Rico : 1 SCMR Espagne : 6 SCMR Italie Allemagne : 24 SCMR Suisse : 12 SCMR Colombie Australie : 1 SCMR Pays (hors France) où le débat sur les SCMR est entamé
  • 19. Structures d'accueil avec possibilité de Consommer des drogues à Moindre Risque A quoi servent-elles ? Selon la littérature européenne et internationale, les SCMR permettent de : 1. Réduire les problèmes de Santé pouvant découler de la consommation de drogues Réduire le nombre d'overdoses mortelles Réduire les risques liés aux contaminations par les virus de l'hépatite C, du VIH et autres infections transmissibles par le sang Réduire le développement d'abcès, d'endocardites et d'autres problèmes de santé pouvant résulter de la consommation de drogues lorsque celle-ci se déroule dans un cadre non-hygiénique (cage d'escalier, entrée d'immeuble, squats, toilettes publiques, square...)
  • 20. Structures d'accueil avec possibilité de Consommer des drogues à Moindre Risque A quoi servent-elles ? ---2 2. Réduire les nuisances associées à l'usage de drogues dans les lieux publics et semi-publics Réduction de l'usage de drogues dans les lieux publics et semipublics Réduction de la criminalité Réduction du nombre de seringues usagers jetées dans l'environnement
  • 21. Structures d'accueil avec possibilité de Consommer des drogues à Moindre Risque A quoi servent-elles ? ---3 3. Améliorer l'accès aux services socio-sanitaires et thérapeutiques chez les consommateurs de drogues les plus marginalisés Il s'agit d'améliorer l'accès aux soins et plus particulièrement l'accès aux traitements de substitution et au sevrage et de toucher les consommateurs qui n'utilisent pas les services socio-sanitaires et/ou thérapeutiques Mais aussi de promouvoir l’accès aux dépistages et bilans sanguins, dans l’idée qu’un système veineux préservé amène la personne à se faire dépister plus régulièrement –car moins de douleurs
  • 22. Structures d'accueil avec possibilité de Consommer des drogues à Moindre Risque A quoi servent-elles ? ---4 4. Promouvoir l'éducation aux risques liés à l'usage de drogues Les SCMR permettent une éducation et une information sur les pratiques à moindre risque « in vivo » au moment de la consommation. Essentielle, cette éducation est adaptée à l'observation des pratiques des personnes, contrairement aux messages diffusés dans les CAARUD* qui ne peuvent pas prendre en compte les situations de précarité où les usagers s'injectent leur drogue dans des conditions d'hygiène impropres * CAARUD : Centre d'Accueil et d'Accompagnement à la Réduction des risques pour Usagers de Drogues
  • 23. Structures d'accueil avec possibilité de Consommer des drogues à Moindre Risque A quoi servent-elles ? ---5 5. Réduire les coûts des services de Santé liés à la consommation de drogues L'instauration de SCMR offre un rapport coût-efficacité avantageux qui doit inciter les décideurs politiques à l'action : Outre la perte tragique et coûteuse de vies humaines, certains méfaits pourraient être éviter ou atténuer. Ceci entrainerait des bénéfices en terme d'économie de la Santé (traitement pour maladies chroniques, services d'urgence... à l'instar des programmes d'échange de seringues pour limiter la propagation du VIH. Les coûts d'application de lois répressives de lutte contre la délinquance et de la toxicomanie peuvent être également diminués : ces ressources pourraient alors être consacrées à la prévention, aux traitements et aux soins de Santé
  • 24. Structures d'accueil avec possibilité de Consommer des drogues à Moindre Risque 8 idées fausses... 1. ...empêchent l'usager de drogues de viser l'abstinence Au contraire ! Les SCMR ont pour objectif d'accompagner l'usager dans la préservation de sa santé en période de consommation, tout en l'informant des différents programmes thérapeutiques existants. Un état de santé fortement dégradé constitue un handicap, et non un avantage, pour envisager un arrêt de la consommation. Pour exemple, il a été constaté à Vancouver, une augmentation de 30% des demandes de traitement de substitution et de sevrage depuis l'ouverture de la SCMR
  • 25. Structures d'accueil avec possibilité de Consommer des drogues à Moindre Risque 8 idées fausses... ---2 2. ...ne sont pas la réponse efficace : il n'y a qu'à sevrer les usagers Le sevrage imposé conduit, dans une grande majorité des situations, à une rechute qui augmente les risques d'overdose mortelle. La plupart des personnes qui ont vécu dans la toxicomanie ont besoin de temps pour élaborer les bases d'un changement dans leur parcours de vie. Il est peu réaliste d'espérer transformer brutalement un mode de vie ou d'opérer une rupture radicale avec leur environnement social
  • 26. Structures d'accueil avec possibilité de Consommer des drogues à Moindre Risque 8 idées fausses... ---3 3. ...donnent un message incohérent à la jeunesse Il n'est jamais incohérent d'offrir à des personnes les moyens de mieux préserver leur santé et de les protéger contre des risques mortels. Ne pas le faire constituerait une « non-assistance à personnes en danger »
  • 27. Structures d'accueil avec possibilité de Consommer des drogues à Moindre Risque 8 idées fausses... ---4 4. ...sont une légitimation de l'usage de drogues en contradiction avec l'interdiction des stupéfiants La société doit faire face à la réalité de l'usage de drogues bien qu'il soit une transgression de la norme légale. La survie et l'amélioration de la santé de « ces citoyens » nécessitent aussi une approche pragmatique et responsable
  • 28. Structures d'accueil avec possibilité de Consommer des drogues à Moindre Risque 8 idées fausses... ---5 5. ...sont des lieux où des drogues illégales sont distribuées Aucune drogues n'est distribuée ni dans les SCMR ni dans le cadre d'un programme d'échange de seringues (PES). Lorsqu'elles entrent dans une SCMR, les personnes qui souhaitent consommer doivent déjà être en possession du produit. Il ne faut donc pas confondre SCMR avec les programmes d'héroïne médicalisée où le traitement de substitution est prescrit par une équipe médicale
  • 29. Structures d'accueil avec possibilité de Consommer des drogues à Moindre Risque 8 idées fausses... ---6 6. ...attirent les « dealers » Aucun dealer n'entre dans les SCMR, conformément au règlement des lieux (le deal est prohibé à l'intérieur et aux alentours immédiats des structures). Afin de maintenir la paix sociale du quartier, la SCMR travaille en partenariat avec les acteurs locaux et notamment avec les forces de l'ordre
  • 30. Structures d'accueil avec possibilité de Consommer des drogues à Moindre Risque 8 idées fausses... ---7 7. ...augmentent l'insécurité et sacrifient tout un quartier Il a été démontré que la criminalité n'augmentait pas avec l'installation des SCMR. Les inquiétudes légitimes exprimées par le voisinage sont prises en compte, notamment par des rencontres d'information et de médiation. Outil citoyen, les SCMR permettent un « mieux vivre ensemble » avec une responsabilisation des consommateurs de dogues (Les SCMR limitent également le risque d'abandon de seringues dans l'espace public)
  • 31. Structures d'accueil avec possibilité de Consommer des drogues à Moindre Risque 8 idées fausses... ---8 8. ...créent de nouveaux consommateurs parmi les jeunes Les personnes qui ne consomment pas de drogues ne peuvent pas accéder à la SCMR. De plus, en France comme en Europe, l'apparition des mesures de réduction des risques coïncide avec une diminution progressive des nouveaux consommateurs de drogues par injection. Cette évolution est spécialement importante pour les injecteurs d'héroïne
  • 32. Francfort Allemagne Photos Marco Calò
  • 33. Luxembourg (Luxembourg) Vancouver (Canada) Rotterdam (Pays-Bas) Bâle (Suisse) Odense (Danemark) Sydney (Australie) San Juan (Puerto Rico) Barcelone (Espagne) Bilbao (Espagne)
  • 34. Quai 9 Association Première ligne – Genève (Suisse) Photos Vincent Wartner
  • 35. Je vous remercie

×