Vers la résilience N°4

332 views
228 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
332
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
15
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Vers la résilience N°4

  1. 1. Vers la Résilience
  2. 2. La sécurité alimentaire existe lorsque toutes les personnes à tout moment disposent d’un accès physique ou économique à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins énergétiques et leurs préférences alimentaires pour mener une vie saine et active. » Les gouvernements sont légalement tenus d’assurer le droit à l’alimentation pour tous. Cependant, en dépit d’une planète où la nourriture est suffisante, le système alimentaire mondial ne parvient pas à fournir une alimentation et des calories suffisantes à tout le monde; plus d’un milliard de personnes continuent d’avoir faim et des millions d’autres souffrent d’insécurité alimentaire.29 Avec l’augmentation de la population mondiale qui atteindra le chiffre de neuf milliards environ en 2050, le système alimentaire est confronté à une pression supplémentaire, aggravée par le changement climatique, les catastrophes et les effets négatifs des subventions agricoles, de la spéculation, de la volatilité des prix et par d’autres difficultés
  3. 3. Questions clés Les impacts des catastrophes et du changement climatique sur la sécurité alimentaire sont nombreux. L’évolution des régimes météorologiques et des phénomènes météorologiques extrêmes vont augmenter la fréquence des sécheresses et des inondations, des canicules, du gel et des autres événements extrêmes affectant chacun des quatre aspects essentiels de la sécurité alimentaire : la disponibilité, l’accès, la stabilité et l’utilisation
  4. 4. Les moyens d’existence comprennent les ressources (notamment les compétences, les technologies et les organisations) et les activités nécessaires pour gagner sa vie et avoir une bonne qualité de vie. Comprendre les moyens d’existence nécessite de regarder au-delà de la principale source d’emploi ou de revenu d’une personne, afin d’inclure toutes les activités et les choix possibles, au sein d’un ménage et d’une population locale, qui permettent de procurer des aliments, la santé, un revenu, le logement et d’autres avantages tangibles et intangibles, tels que le confort, la sécurité, le respect et l’épanouissement.
  5. 5. Une Approche des Moyens d’Existence Durables (SLA pour son acronyme en anglais,Sustainable Livelihoods Approach) est une méthode reconnue pour améliorer la compréhension des moyens d’existence et aider les populations à développer leurs capacités et leur résilience aux catastrophes et aux risques climatiques.44 Elle s’appuie sur les principaux facteurs qui influent sur les moyens d’existence des populations et les relations habituelles entre ces facteurs. Cette approche peut être utilisée lors de la planification de nouvelles activités de développement et aussi pour évaluer la contribution des activités existantes aux moyens d’existence. Figure 1 : Approche des Moyens d’Existence Durables (Acronyme anglais : SLA pour Sustainable Livelihoods Approach) Source de l’encadré : IFAD (n.d.) The Sustainable Livelihoods Approach [en ligne] http://www.ifad.org/sla/index.htm
  6. 6. La gestion des ressources naturelles (GRN) est la pratique de la préservation et du renforcement des ressources naturelles telles que le sol, l’eau, l’air, les minéraux, les forêts, la pêche ainsi que la flore et la faune à travers divers moyens dont la gestion des forêts et des pâturages, l’agroforesterie, l’élevage, la gestion des ressources en eau, la gestion des déchets animaux et la protection du littoral. Reconnaître la valeur des ressources et des écosystèmes naturels, prioriser l’identification des inquiétudes concernant les ressources naturelles et la réponse à ces préoccupations sont essentielles pour assurer la vie et les moyens d’existence des femmes, des hommes et des enfants qui dépendent d’eux.
  7. 7. Les terres et les sols : La fertilité des sols est le résultat de processus naturels dans les écosystèmes sains, qui comprennent la préservation des forêts, du couvert végétal et de la biodiversité des sols. En raison de l’érosion (due aux vents et à l’eau) au cours des quatre dernières décennies, 30 pour cent des terres arables de la planète sont devenues improductives. Environ 60 pour cent des sols érodés se retrouvent dans les fleuves, les rivières et les lacs, rendant les cours d’eau plus sujets aux inondations et à la contamination par les engrais et les pesticides.47 Étant donné que la population mondiale dépend des terres cultivées pour sa nourriture, la gestion durable des ressources en terre de manière est cruciale.
  8. 8. Les forêts : L’eau est l’une des ressources naturelles les plus sollicitées dans le monde en raison de la surexploitation et de la concurrence dont elle est l’objet. D’ici à 2030, 47 pour cent de la population mondiale vivra dans des zones de stress hydrique élevé, et d’ici 2050, le monde aura besoin de 50 pour cent d’eau supplémentaire. Le changement climatique provoque déjà une plus grande variabilité des ressources en eau (par exemple, plus d’inondations et de sécheresses), et cette situation est appelée à se détériorer davantage avec la hausse des températures.
  9. 9. L’eau: L’eau est l’une des ressources naturelles les plus sollicitées dans le monde en raison de la surexploitation et de la concurrence dont elle est l’objet. D’ici à 2030, 47 pour cent de la population mondiale vivra dans des zones de stress hydrique élevé, et d’ici 2050, le monde aura besoin de 50 pour cent d’eau supplémentaire. Le changement climatique provoque déjà une plus grande variabilité des ressources en eau (par exemple, plus d’inondations et de sécheresses), et cette situation est appelée à se détériorer davantage avec la hausse des températures.
  10. 10. La pêche : Environ 75 pour cent des stocks mondiaux de poissons marins sont considérés comme surexploités ou pleinement exploités, en raison de la surpêche et de la dégradation croissante des écosystèmes côtiers, marins et des écosystèmes et des habitats d’eau douce. La capacité des stocks surexploités à se relever de la pression humaine ou des perturbations naturelles (telles que les conditions climatiques défavorables, la pollution, et les épidémies) pour retrouver des niveaux durables, est maintenant gravement compromise. Avec l’augmentation des températures de la mer, entrainant une plus grande acidification des océans, les stocks de pêche seront soumis à une pression Supplémentaire.
  11. 11. Biodiversité : La perte de biodiversité se produit progressivement et furtivement. Certains scientifiques estiment que la planète perd 100 espèces par jour à la suite de la destruction des habitats, et que plus du quart de toutes les espèces pourraient disparaître dans les quatre prochaines décennies.54 La conservation de la biodiversité (comme la conservation des terres naturelles, de l’eau douce et des écosystèmes marins, ainsi que la restauration des écosystèmes dégradés) est essentielle, non seulement parce qu’elle joue un rôle clé dans le cycle global du carbone et dans l’adaptation au changement climatique, mais parce qu’elle fournit également un large éventail de services écosystémiques qui sont essentiels au bien-être humain. Biodiversité : La perte de biodiversité se produit progressivement et furtivement. Certains scientifiques estiment que la planète perd 100 espèces par jour à la suite de la destruction des habitats, et que plus du quart de toutes les espèces pourraient disparaître dans les quatre prochaines décennies.54 La conservation de la biodiversité (comme la conservation des terres naturelles, de l’eau douce et des écosystèmes marins, ainsi que la restauration des écosystèmes dégradés) est essentielle, non seulement parce qu’elle joue un rôle clé dans le cycle global du carbone et dans l’adaptation au changement climatique, mais parce qu’elle fournit également un large éventail de services écosystémiques qui sont essentiels au bien-être humain.
  12. 12. L’approvisionnement en eau, l’assainissement et l’hygiène – connus à travers l’acronyme WASH – sont essentiels à la vie et la santé, et cependant, un quart de la population du monde en développement n’a toujours pas accès à l’eau potable, et près de la moitié ne dispose pas encore d’installations sanitaires sûres. La demande mondiale en matière d’amélioration et d’extension de la couverture en WASH est en augmentation en raison de la croissance démographique, de l’urbanisation et d’autres facteurs, et alors que par ailleurs, la dégradation de l’environnement et l’extension des industries et des technologies lourdes, grandes consommatrices en eau, entraînent une concurrence de plus en plus aiguë pour l’eau, dont les ressources ne cessent de diminuer. En plus de devoir étendre leur couverture de sorte que le droit de chaque homme, femme et l’enfant à l’eau et l’assainissement soit satisfait, tous les services et installations de WASH doivent être renforcés face aux aléas et aux effets du changement climatique, afin que ces services et les avantages qu’ils procurent aux populations soient durables
  13. 13. L’éducation peut revêtir de nombreuses formes, que ce soit la scolarisation et la formation technique ou professionnelle formelles, ou le mentorat des enfants et des jeunes par des membres de la famille et les anciens de la communauté. Étant un droit en soi, l’éducation est considérée comme le fondement du développement individuel et social. Cependant, pour être pertinente dans des contextes de risques liés aux catastrophes et au changement climatique, l’éducation doit aussi développer chez ses usagers leurs connaissances et leurs compétences à gérer ces risques et s’adapter aux changements dans leur milieu externe. En tant que service, l’éducation doit également être résiliente, pour assurer la continuité de ses prestations et offrir stabilité et protection, même en période de crise
  14. 14. La majorité des populations pauvres dans le monde ne peuvent pas jouir de leur droit à la santé. Près de la moitié de la population mondiale est exposée au risque de paludisme, la malnutrition infantile est la cause sous-jacente de plus d’un tiers de tous les décès d’enfants de moins de cinq ans et près de 34 millions de personnes vivent avec le VIH. Les populations les plus pauvres comptent davantage sur leur santé que les autres segments de la population parce qu’une bonne santé leur est indispensable pour se procurer des moyens d’existence productifs. Tomber malade et devoir payer des soins médicaux peut aggraver l’appauvrissement, l’endettement et la misère. Les enfants qui sont souvent malades ne vont pas régulièrement à l’école et ne bénéficient pas des chances de réussite offertes par l’éducation.
  15. 15. Dans le développement et l’action humanitaire, la protectionG consiste à protéger en même temps les droits de l’homme ainsi que la vie, la dignité et l’intégrité des civils contre les effets de la violence, de la coercition et de la misère lors d’un conflit ou d’une crise. Puisque la protection est une obligation des états signataires des lois humanitaires internationales, des lois internationales sur les droits de l’homme et des lois internationales relatives aux réfugiés, le rôle de protection joué par les acteurs non-gouvernementaux est de sensibiliser à ces droits, de soutenir les détenteurs de droits à les revendiquer, d’inciter les détenteurs d’obligations à appliquer ces droits, et d’offrir une assistance humanitaire dans les situations où ces besoins de protection ne sont pas satisfaits.
  16. 16. MERCI

×