La boîte à outils du FIDA - au service de la communication

  • 2,258 views
Uploaded on

La boîte à outils du FIDA - au service de la communication

La boîte à outils du FIDA - au service de la communication

More in: Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
2,258
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
8

Actions

Shares
Downloads
36
Comments
0
Likes
2

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. I
  • 2. La boîte à outils du FIDA au service de la communication Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté 1
  • 3. Table des matières   Préface 5   Remerciements 6   Le nouveau monde de la communication: à chacun son rôle 7   Démarrer 13 Identité visuelle du FIDA Présenter le FIDA sous son meilleur jour 1 J Directives relatives à l’identité institutionnelle Politique en matière d’identité visuelle Le logo du FIDA Contact 2 J Directives relatives à la conception graphique Typographie Articles de papeterie de base et modèles de documents Conseils pour la typographie et pour une conception graphique efficace Conseils pour le recrutement d’un graphiste Conseils pour l’impression Contact 3 J La photographie au FIDA Rôle de la photographie dans la communication Thèmes des couvertures photographiques Accès aux photographies: utiliser la Banque d’images du FIDA Acquisition de photographies: organiser une mission photographique Directives à l’intention du photographe dans le cadre des missions photographiques Contact 4 J Cartes et système d’information géographique Portefeuille des cartes du FIDA Développer les capacités SIG Demander une carte Contact A - 1 A - 1 A - 1 A - 1 A - 4 A - 5 A - 5 A - 6 A - 17 A - 17 A - 18 A - 18 A - 19 A - 19 A - 20 A - 20 A - 22 A - 25 A - 26 A - 27 A - 27 Rédiger des contenus et les publier L’importance d’une écriture claire et simple 1 J Directives pour un langage simple Un langage simple Jargon par opposition à terminologie spécifique Écrire de façon accessible Réviser et corriger les documents imprimés Contact 2 J Utilisation du storytelling pour le partage des savoirs Avantages du storytelling Utilisation du storytelling Usages possibles des récits Comment concevoir un récit? Expérience du storytelling au FIDA Contact B - 1 B - 1 B - 1 B - 3 B - 3 B - 5 B - 6 B - 7 B - 7 B - 7 B - 8 B - 8 B - 8 B - 9 3 J Préparer des “récits de terrain” Critères à satisfaire Questions à poser aux participants au projet Conseils pour la rédaction Encadré des “faits-clés” Détails Contact B - 10 4 J Distribuer les documents du FIDA Impression papier par opposition à publication électronique Impression offset par opposition à impression numérique Planifier la distribution des documents imprimés Faire une demande de documents du FIDA Informations sur l’expédition Soutien aux bureaux de pays et collègues sur le terrain Liste de diffusion Contact B - 12 B - 10 B - 11 B - 11 B - 11 B - 11 B - 11 B - 12 B - 12 B - 12 B - 13 B - 13 B - 14 B - 14 B - 14 A - 27 A - 28 A - 29 3
  • 4. Table des matières Travailler avec les médias Exploiter le potentiel des médias Prendre la parole en public C - 1 1 J Opportunités médiatiques Contact C - 2 2 J Outils de communication avec les médias Communiqués de presse et avis aux médias Dossiers de presse Distribution de la documentation destinée aux médias Contact C - 3 3 J Organiser une conférence de presse Contact C - 5 4 J Organiser un voyage de presse Contact C - 7 C - 2 C - 3 C - 3 C - 4 C - 4 C - 6 7 J Diffuser le message du FIDA via la télévision et la radio Travailler avec la télévision et la radio Créer votre propre vidéo Travailler avec des producteurs et des sociétés externes de production vidéo Contact 1 J Écrire pour le web Lecture à l’écran ou lecture sur papier Préparer un contenu en ligne Contact 2 J Faciliter une réunion Les éléments de base Briser la glace et redonner de l’énergie Contact E - 5 E - 1 E - 2 E - 2 E - 3 E - 4 E - 5 E - 6 E - 6 Travailler ensemble Tenir tout le monde informé F - 1 C - 12 C - 13 Annexes C - 13 J Annexe I Modèle pour communiqué de presse standard G - 1 J Annexe II Modèle pour les avis aux médias standard G - 2 J Annexe III Glossaire des termes des médias sociaux Contact G - 3 J Annexe IV Méthodologie de révision a posteriori G - 5 J Annexe V Conseils pour la rédaction de courriels Instructions pour répondre à un courriel et le faire suivre G - 6 J Annexe VI L’annuaire “Who’s Who” de la communication au FIDA G - 7 C - 12 C - 13 C - 16 C - 17 D - 1 D - 1 D - 1 D - 2 D - 4 2 J Utiliser les médias sociaux D - 5 Qu’est-ce que les médias sociaux? D - 5 Les médias sociaux: mode d’emploi D - 5 Règles de conduite sur les médias sociaux D - 6 Utiliser les comptes des médias sociaux officiels du FIDA D - 9 Les médias sociaux du FIDA D - 9 Contact D - 10 3 J Écrire un article de blog dont on se souviendra Laissez parler votre cœur quand vous bloguez Accrochez vos lecteurs Aidez vos lecteurs Contact E - 1 1 J Outils et méthodes de communication interne Comment choisir la meilleure méthode de communication? Avantages et inconvénients des divers outils de communication Conseils pour la communication écrite Outils internes Contact Le FIDA sur Internet La nouvelle porte d’entrée 1 J Assurer une présentation percutante Planifiez votre présentation Établissez le contact avec l’auditoire Une présentation sans aléa Supports visuels et présentations PowerPoint Contact C - 7 5 J Gérer les interviews avec les médias C - 8 Format des interviews C - 8 Se préparer aux interviews avec les médias C - 8 Interviews radiotélévisées: choses à faire et choses à éviter C - 9 Conseils pour les interviews télévisées en studio C - 10 Conseils pour les interviews radiophoniques C - 11 Contact C - 11 6 J Gestion des risques Contact Rédiger un discours à prononcer en public E - 1 F - 1 F - 2 F - 2 F - 2 F - 3 F - 3 G - 1 G - 2 G - 4 G - 4 G - 5 G - 6 G - 6 G - 7 D - 11 D - 11 D - 11 D - 11 D - 11 4
  • 5. Préface Atténuer la pauvreté et l’insécurité alimentaire est une nécessité, plus urgente aujourd’hui que jamais. S’il est vrai que le FIDA participe depuis longtemps en première ligne aux efforts déployés pour aider les populations rurales pauvres à améliorer leurs conditions de vie, il oeuvre aujourd’hui dans un environnement de plus en plus complexe, compétitif et en mutation. En réponse, nous nous efforçons de transformer notre organisation pour qu’elle soit en mesure de poursuivre ce travail avec une efficacité et une efficience accrues et à plus grande échelle. La communication est le pilier de ces activités. Et cette boîte à outils a été conçue pour nous aider dans notre tâche. Quelle que soit notre tâche – qu’il s’agisse d’aider de petits exploitants agricoles à maîtriser une nouvelle technique, de persuader les élus d’adopter des politiques de soutien, ou de reproduire à plus grande échelle des initiatives couronnées de succès –, nous devons être capables de transmettre nos messages clairement et avec cohérence. Le Cadre stratégique reconnaît qu’un système de communication performant aide le FIDA à exploiter au mieux les nouvelles opportunités résultant de l’intérêt accru que manifeste la communauté internationale à l’égard de l’agriculture et du développement rural. On constate une demande croissante de nos services de la part de partenaires, anciens et nouveaux, et du fait de l’élargissement de notre présence dans les divers pays. Cette demande croissante est aussi synonyme de nouveaux publics à informer, de nouvelles activités à promouvoir et de nouvelles initiatives à défendre. Chacun au FIDA participe à cet effort conduit dans le cadre de la communication. Nous œuvrons dans une organisation diversifiée et décentralisée, et nous sommes issus de nombreux pays aux langues et aux coutumes variées. La communication interne est devenue à la fois plus importante et plus stimulante. En outre, les nouvelles technologies et les médias sociaux offrent des modalités plus rapides et plus puissantes de collaboration tout en exigeant des responsabilités individuelles plus pointues dans la diffusion de notre travail. D’où la nécessité de viser plus haut en matière de communication, ce qui suppose de nouvelles modalités de travail, de partage des savoirs et de collaboration. Nous avons besoin de règles et de critères communs pour parvenir à parler d’une seule voix et maximiser nos efforts collectifs en termes de communication. En fait, chaque membre du personnel du FIDA a un rôle à jouer quand il s’agit de communiquer autour de thèmes tels que l’impact que nous avons sur le terrain, les connaissances que nous avons à partager et, principalement, notre mission – l’importance des petits exploitants agricoles et les enjeux que nous défendons. C’est là qu’intervient cette boîte à outils au service de la communication. Il s’agit d’une innovation pour le FIDA, et mes collègues de la Communication et moi-même sommes ravis à l’idée de partager tous ces outils avec vous. Nous espérons que ce processus contribuera à démystifier certains aspects de la communication et vous aidera à vous sentir mieux équipés pour accomplir votre travail et participer à l’engagement pris par le FIDA d’aider 80 millions de personnes à sortir de la pauvreté d’ici à 2015. Les suggestions pratiques et les outils que vous trouverez dans ces pages consolident la connaissance des experts internes de la Division de la communication. Le contenu reflète également les réponses que vous avez fournies à la question “Comment pouvons-nous vous aider?” posée au sein de l’organisation au cours des deux dernières années. Ce n’est pas un hasard si cette boîte à outils a été publiée sous forme électronique et dans un classeur à feuillets mobiles pour sa version papier: il s’agit là d’un document vivant. Nous le réviserons et l’étofferons régulièrement, dès que le besoin de nouveaux outils se fera sentir, dès que les anciens outils deviendront obsolètes, et au fur et à mesure que le FIDA élaborera et mettra en œuvre une stratégie de communication qui fournira un cadre pour toutes nos activités dans le domaine de la communication. À ce propos, vos réactions et commentaires concernant cette boîte à outils sont les bienvenus et apportent une contribution essentielle à notre travail. N’hésitez pas à nous faire part des aspects positifs ou négatifs que vous avez relevés et à évoquer toutes les questions supplémentaires que vous souhaiteriez voir abordées dans cette boîte à outils. Nous attendons vos commentaires avec impatience! Cassandra Waldon Directrice de la Division de la communication 5
  • 6. Remerciements Bob Baber a entièrement coordonné la conception de cette première édition de la Boîte à outils du FIDA au service de la communication. On ne peut que le féliciter pour le dévouement dont il a fait preuve pour mener ce projet à bien. Sans lui, il n’aurait pas vu le jour. Nous exprimons toute notre gratitude aux auteurs qui ont si généreusement partagé leur temps et leur savoir. Leurs noms figurent tout au long du texte. Les collègues et le personnel de projet, sur le terrain et au siège du FIDA, et naturellement toute l’équipe de la communication ont eux aussi apporté leurs contributions. l’a suivi de près avec patience et compétence, en menant les nombreux avant-projets à bon terme, en rassemblant tous les éléments écrits afin d’uniformiser la boîte à outils. Andrea Wöhr mérite une mention spéciale pour la conception graphique de la boîte à outils. Elle aussi s’est penchée sur le projet dès le premier jour et a su lui donner son style tout en concevant et en garantissant sa conception conviviale. Les conseils d’expert fournis dès les premiers jours par notre ancienne coordinatrice des publications, Anna Sherwood, ont été fondamentaux pour démarrer le projet et l’engager dans la bonne voie. Cet outil ne serait certes pas ce qu’il est sans l’enthousiasme de Janet Sharpe qui a peaufiné le projet dans sa phase de conclusion, apportant ainsi au produit sa touche finale. Nous adressons des remerciements tout particuliers à Catharine Way qui a assumé le projet dès le début, 6
  • 7. Le nouveau monde de la communication: à chacun son rôle Le FIDA exerce ses activités dans un monde que personne n’aurait pu imaginer à l’époque de notre fondation, il y a à peine trois décennies. Les questions au cœur de notre mandat font quotidiennement la une. Le compte à rebours avant la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement semble plus rapide dans les communautés que nous assistons. Les trois quarts de la population pauvre du monde (chiffre en constante augmentation) sont nos clients. Les jeunes ruraux pauvres, plus nombreux que jamais, se trouveront bientôt confrontés aux défis mondiaux du changement climatique, associés à l’augmentation des prix des denrées alimentaires et à une stagnation économique – et à mesure que les connexions électroniques qui leur ouvrent l’accès à un monde plus vaste se démocratisent, notre capacité à les atteindre continue à s’améliorer. C’est au vu de ces considérations que le Cadre stratégique 2011-2015 du FIDA (www.ifad.org/ governance/sf/index.htm) met l’accent sur le rôle majeur de la communication et de la sensibilisation dans la poursuite de la mission de notre institution: “le FIDA va accélérer ses activités de plaidoyer et ses efforts de communication, axés sur les petites exploitations agricoles, le développement rural, la sécurité alimentaire et la nutrition. Le FIDA continuera à amplifier les voix des hommes et des femmes pauvres du monde rural, dans le cadre de débats pertinents.” Aujourd’hui, nous sommes confrontés à un environnement médiatique et numérique dynamique. Au fur et à mesure que nous mettons en œuvre le mandat du FIDA, nous constatons que la responsabilité en matière de communication n’est plus l’apanage de la Division de la communication: elle incombe à chaque membre du personnel dans les différents bureaux. Plus notre présence s’étend sur le globe, plus notre faculté de faire connaître nos activités et leur impact s’intensifie parallèlement. Dans la mesure où les membres du personnel sont de plus en plus nombreux sur le terrain, notre faculté d’alerter le siège social sur l’évolution des situations et les nouvelles opportunités se renforce. La technologie a estompé les frontières entre les différents domaines d’activité professionnelle; aujourd’hui tout rôle comporte une part de communication. Toute une série d’outils – notamment Internet et les médias sociaux ainsi que d’autres outils du Web 2.0 – nous permettent de transmettre notre message à un plus grand nombre de personnes et ce plus rapidement, plus efficacement et à moindre coût. Notre capacité de plaider en faveur des populations rurales pauvres et d’œuvrer en leur nom s’en trouve améliorée. Parallèlement, bien peu de garde-fous sont mis en place dans les communications électroniques. Chaque fonctionnaire est donc encouragé à devenir un acteur responsable de la conversation numérique et de la communauté du développement en ligne. Cette boîte à outils au service de la communication est destinée aux membres du personnel de chaque unité et à tous les niveaux du FIDA. Son but est de vous aider Le but de la boîte à à accroître l’impact de nos activités grâce outils au service de la à une sensibilisation communication est de plus efficace, à un nous aider à intensifier engagement auprès de l’impact de nos activités publics diversifiés et au et à mettre en évidence partage des savoirs – et nos contributions face ce pour mettre toujours aux défis présents et plus en lumière les futurs que nous relevons. contributions du FIDA visant à permettre aux populations rurales pauvres d’augmenter leurs revenus, d’améliorer leur sécurité alimentaire et de renforcer leurs capacités d’adaptation. La boîte à outils vous aidera à tirer parti des occasions qui s’offrent à vous grâce à une visibilité accrue, et à exécuter vos tâches en matière de communication de façon efficace et en toute confiance. Elle est conçue comme un document vivant qui sera amené à être régulièrement enrichi et révisé pour refléter l’évolution des situations, les nouvelles technologies et les besoins des membres du personnel. Nous saluons vos suggestions pour l’améliorer. 7
  • 8. Le nouveau monde de la communication: à chacun son rôle Pourquoi avons-nous besoin de communiquer? Les occasions de communiquer du FIDA et les défis qui lui sont lancés se font plus nombreux et ne cessent d’évoluer à la suite de l’augmentation du nombre de bureaux de pays, de l’élargissement des programmes de travail ainsi que de l’intérêt accru porté par la communauté internationale au développement agricole. Ces changements témoignent des avantages que la sensibilisation apporte aux interventions que nous appuyons sur le terrain à mesure que notre profil s’impose et que se multiplient les occasions de s’intégrer au dialogue sur le développement; occasions que nous risquons de perdre si nous ne communiquons pas avec constance et efficacité. Le FIDA joue un rôle essentiel dans l’aide apportée au milliard de ruraux pauvres pour trouver une voie pour sortir de la pauvreté et vivre dans la dignité. Nos activités sont fondamentales mais restent insuffisantes, et nous ne travaillons pas seuls. Nos contributions guident et renforcent à la fois celles d’un grand nombre de nos partenaires: gouvernements, autres agences des Nations Unies, groupes de la société civile, notamment les ONG, les bailleurs de fonds, le secteur privé, les médias et le grand public. Informer toutes ces personnes et entités sur nos activités génère un élan et, en retour, fait découvrir de nouvelles occasions d’accroître notre impact grâce à la collaboration. La communication facilite la reproduction des succès – ce qui démarre comme un “projet” se consolide progressivement et devient la nouvelle et la meilleure solution. La communication permet également d’entretenir une sensibilisation durable du public sur les questions qui nous tiennent à cœur, en particulier la pauvreté rurale et la sécurité alimentaire. La communication engendre la confiance et nous aide à renforcer notre sens des responsabilités. Si nous sommes ouverts et accessibles, nous tenons naturellement nos promesses. Un contexte de communications ouvertes et précises est un bien précieux pour faire face à toute controverse éventuelle. Grâce à un système de communication efficace, nos messages parviennent aux personnes chargées de l’élaboration des politiques et aux décideurs dans les États membres, en particulier les États donateurs, et renforcent ainsi notre capacité à lever des fonds et à développer nos activités. Les trois types de communications Communiquer avec les autres Pour la plupart des gens, le terme “communication” évoque d’emblée les communications externes. Elles ont pour objectif de sensibiliser les personnes extérieures à notre institution sur les questions chères au FIDA et sur ses activités et de promouvoir des changements progressifs. Communiquer est également essentiel pour la recherche de fonds. Les publics extérieurs sont constitués de nos groupes cible – comme les partenaires des projets, les responsables des politiques, les États membres, d’autres agences des Nations Unies et les ONG qui travaillent dans divers domaines – mais aussi des médias, des donateurs, des universitaires, des parlementaires et du grand public. Les possibilités offertes par les outils de communication à notre disposition sont sans limite. Parmi les outils traditionnels, citons les rapports, les communiqués de presse, les brochures, les propositions de financement, les lettres d’information, les rapports des donateurs, les discours prononcés par de hauts fonctionnaires du FIDA et les interviews à la radio et à la télévision ainsi que les programmes didactiques. Les outils comprennent également l’engagement en faveur du dialogue sur la politique internationale et le plaidoyer, les campagnes multimédias mondiales, la commémoration des journées des Nations Unies, les activités de collaboration entre les trois agences basées à Rome ainsi que les partenariats avec des notables, leurs représentants et des célébrités. Quand Internet et les autres formes de publications électroniques sont apparus pour la première fois, ils étaient utilisés essentiellement comme de nouvelles plates-formes visant à diffuser les versions électroniques de documents imprimés traditionnels. 8
  • 9. Le nouveau monde de la communication: à chacun son rôle Ils assurent encore cette fonction utile qui nous permet de fournir des documents à un public virtuellement illimité, à des prix dérisoires. Mais les médias sociaux et les autres outils du Web 2.0 offrent également des opportunités totalement nouvelles pour la communication avec l’extérieur. Ils nous permettent de partager en temps réel les nouvelles en matière de développement rural et d’agriculture et de publier des vidéos et des photos de notre travail sur tout un ensemble de plates-formes nouvelles et populaires – essentiellement le blog du FIDA, le site Facebook du FIDA et notre fil Twitter –, autant de moyens qui élargissent considérablement notre public. Cependant, ces nouveaux outils de distribution ne représentent que la partie émergée de l’iceberg. L’aspect révolutionnaire des médias numériques c’est le rôle qu’ils jouent dans la démocratisation de la communication. Les informations ne viennent plus du “sommet”. Désormais le dialogue revient essentiellement à la communauté du développement elle-même, et des organisations comme le FIDA doivent s’engager à participer à ce dialogue si elles entendent respecter leur vocation. Communiquer entre nous à mesure que le FIDA s’étend davantage sur le terrain, la communication interne acquiert toujours plus d’importance. Les bureaux du FIDA sont désormais disséminés sur la planète, et maintenir un lien étroit entre le siège social et le terrain est devenu désormais indispensable. D’où un sentiment d’appartenance à la communauté élargie du FIDA, qui consolide le sentiment d’appropriation de notre agenda des réformes, facilite le partage des savoirs et des leçons apprises à travers toute l’institution et regroupe les membres du personnel autour de notre vision unique. La technologie apporte une aide précieuse: l’accès intranet aux sources électroniques internes du FIDA et Skype nous aident à rester en contact, comme le font les outils de gestion des savoirs régionaux. les bureaux sur le terrain permet au FIDA et à ses responsables de projets de rester au courant des initiatives organisationnelles. C’est également une aide précieuse pour obtenir des informations et de l’assistance. La communication du terrain vers le siège social fournit des informations sur les résultats concrets de nos activités et sur les populations dont la vie est transformée par ces activités. Ces informations représentent l’un des moyens les plus puissants dont nous disposons pour élargir notre champ d’activité, pour renforcer notre rôle majeur dans le développement et pour nous aider à trouver les financements nécessaires. Les liens entre les bureaux de terrain permettent de tisser des liens entre les personnes qui se livrent aux mêmes activités, sur des sites éloignés les uns des autres. Ils sont aussi fondamentaux pour le partage d’informations sur nos succès, en intensifiant ainsi notre impact et notre rôle. La protection de notre image Le profil de haut niveau que le FIDA s’est forgé au cours des dernières années – en tant qu’institution financière internationale et agence des Nations Unies spécialisée dans la distribution de fonds destinés aux pays en développement – démultiplie les enjeux qui relèvent de la gestion de l’image, troisième pilier de la communication. Le cycle d’information 24 heures sur 24 et la rapidité des communications électroniques, tous deux renforcés avec chaque avancée successive des médias numériques, augmentent notre vulnérabilité aux risques. Il est donc vital pour toute personne gravitant dans la constellation FIDA de travailler Les trois types de consciencieusement communications: chaque jour à promouvoir  communications l’image de notre institution externes et à préserver notre  communications réputation. internes  gestion de l’image La communication interne est un dialogue à triple sens, entre le siège social et les bureaux des divers pays mais aussi entre les bureaux de pays euxmêmes. La communication du siège social vers 9
  • 10. Le nouveau monde de la communication: à chacun son rôle La vision du FIDA La véritable communication part d’une vision partagée. La vision du FIDA est illustrée dans le Cadre stratégique 2011-2015 qui met en valeur le fait que notre mandat – dans la mesure où il améliore la sécurité alimentaire et la nutrition et permet aux populations rurales, hommes et femmes, de surmonter la pauvreté – n’a jamais été plus important qu’il ne l’est aujourd’hui alors que près d’un milliard de ruraux pauvres vivent avec moins de 1,25 USD par jour et que l’insécurité alimentaire et la faim règnent dans certaines régions. En outre, le Cadre stratégique intensifie l’intérêt primordial que porte notre institution aux petites exploitations agricoles en tant que moteur de la croissance économique et source indispensable de revenu et de nutrition pour un grand nombre de ménages ruraux pauvres. À travers la planète, on compte environ 500 millions de petits exploitants agricoles, et ils nourrissent environ deux milliards de personnes – presque un tiers de la population mondiale. Dans certains pays, l’agriculture reste la source principale de revenu pour 70% de la population rurale. Une collaboration élargie s’est affirmée au sein de la communauté internationale à l’égard des questions relatives à l’agriculture, aux denrées alimentaires et à la nutrition. D’où de nouvelles modalités de travail conjoint pour mobiliser de plus gros investissements et intensifier des résultats sur le terrain – non seulement pour atteindre le premier Objectif du Millénaire pour le développement, à savoir éradiquer l’extrême pauvreté et la faim, mais aussi pour relever le défi de nourrir une population mondiale qui devrait passer de 7 milliards à 9 milliards de personnes au cours des quatre prochaines décennies. Pour relever cet immense défi, la production agricole dans les pays en développement devra doubler par rapport à ce qu’elle est aujourd’hui. Les petits exploitants agricoles qui gèrent la majorité des terres agricoles en Asie et en Afrique et restent malgré tout confrontés aux plus gros risques dans le domaine des problèmes environnementaux, techniques et commerciaux, sont indispensables à la réussite des Objectifs. Le consensus s’affirme quant à la nécessité d’intervenir avec urgence à grande échelle. C’est cet élan qui inspire la vision du FIDA. Il nous offre une feuille de route qui nous permettra d’aider les pays en développement à passer de la simple gestion de la pauvreté à l’éradication de celle dernière et à mettre l’agriculture des petits exploitants en première ligne pour affronter les besoins nationaux et mondiaux de la sécurité alimentaire au cours des décennies à venir. Afin de parvenir à ces objectifs, rendre les petits exploitants à même de générer de la richesse est indispensable en améliorant pour ce faire l’environnement économique global des zones rurales, en investissant dans les infrastructures de base et les services financiers tout en leur fournissant des endroits décents où vivre et se livrer à leurs activités commerciales. Les politiques et les investissements doivent viser à améliorer leurs compétences techniques, à leur permettre de s’orienter davantage vers le marché pour être ainsi incités à produire plus de denrées alimentaires et à surmonter les risques énormes liés au changement climatique et à la dégradation environnementale. En résumé, le FIDA considère l’exploitation agricole, à tous les niveaux, comme une affaire commerciale. Et les affaires commerciales ont besoin de liens clairement définis tout au long de la chaîne de valeur – de la production à la transformation, à la commercialisation et à la consommation. Le FIDA œuvre pour encourager les capacités d’entreprenariat des petits exploitants agricoles afin de les rendre capables de construire des économies rurales prospères. Le FIDA voit dans ces jeunes femmes et ces jeunes hommes les agriculteurs de demain. Mais nous savons qu’ils ne choisiront de rester dans les zones rurales et de mettre leur énergie dans l’exploitation agricole que si l’agriculture leur offre une possibilité de tirer profit de leurs activités et si les communautés rurales œuvrent en faveur de l’amélioration de la qualité de vie. Pour ce faire, les programmes et les projets du FIDA sont guidés par une vision dynamique selon laquelle les petites exploitations agricoles peuvent répondre à la demande croissante d’aliments tout en générant des occasions économiques pour les populations rurales pauvres. Pour un grand nombre de petits fermiers et éleveurs de bétail dans les pays en développement, l’agriculture peut représenter un moyen efficace pour sortir de la pauvreté, à condition qu’elle soit orientée vers le marché, écologiquement durable et réactive aux risques, aux obstacles et aux changements climatiques. Cette vision repose sur la conviction que les ruraux pauvres peuvent être acteurs du changement dans leur communauté et jouer un rôle de premier plan pour éradiquer la pauvreté rurale et la faim. 10
  • 11. Le nouveau monde de la communication: à chacun son rôle Messages utiles véhiculés par le FIDA Les messages que vous communiquez sont étroitement liés à vos actes. Cependant, à la base des activités de chacun figurent les questions majeures qui sont au cœur du mandat du FIDA:  La pauvreté mondiale reste un phénomène de masse, essentiellement rural. –– 70% de 1,4 milliard de personnes extrêmement pauvres du monde en développement – environ 1 milliard – vivent dans des zones rurales. –– Après être passé à 1 milliard en 2009, le nombre de personnes qui souffrent de la faim dans le monde est maintenant estimé à 925 millions.  Les petits exploitants agricoles dans les pays en développement nourrissent presque un tiers de la population mondiale et ils produisent 80% des denrées alimentaires consommées dans les pays en développement. –– Les 500 millions de petits exploitants agricoles du monde assistent environ 2 milliards de personnes. Outre l’accès à la terre, au microcrédit, à la formation et à l’éducation, ils ont aussi besoin d’investissements à long terme en infrastructures, routes, transports et technologies de l’information. –– Les petits exploitants agricoles gèrent jusqu’à 80% des terres agricoles en Afrique et en Asie.  Dans la plupart des pays en développement, les femmes agricultrices jouent un rôle central dans l’agriculture et les économies rurales. –– Les exploitantes agricoles tendent à produire la plupart des denrées alimentaires consommées localement dans les zones rurales, encore que dans bon nombre de régions elles ont un accès très insuffisant à la propriété foncière, aux intrants, aux crédits, aux équipements et aux débouchés commerciaux. –– Les enfants des exploitants agricoles et les jeunes représentent la plus grande partie de la population qui vit dans la pauvreté, alors que les jeunes sont un atout majeur pour l’avenir des économies rurales et des pays en développement. –– Les indigènes et les minorités ethniques sont affectés de façon disproportionnée par la pauvreté par suite du modeste contrôle exercé sur les ressources naturelles et des diverses formes de marginalisation, de discrimination et d’exclusion.  Les zones rurales sont en rapide évolution – et lancent ainsi de nouveaux défis à leurs habitants. –– Dans un grand nombre de régions, la base des ressources naturelles dont dépendent l’agriculture et d’autres moyens de subsistance se trouve toujours plus exposée à des tensions. –– Le changement climatique provoque déjà une diminution de la disponibilité en eau, une augmentation des températures, des campagnes agricoles aléatoires ou raccourcies, la diminution des terres arables, ainsi que l’apparition de nouveaux ravageurs et de nouveaux types de maladies. –– Dans la mesure où les prix des denrées alimentaires augmentent et sont plus volatils, ils créent des occasions intéressantes pour les petits exploitants agricoles; mais ils peuvent également mettre en difficulté les populations rurales pauvres qui sont des acheteurs nets de denrées alimentaires, facteur qui a un impact négatif sur la nutrition et le bien-être social.  De profonds changements sur les marchés agricoles sont en train d’offrir également des occasions à un grand nombre de petits exploitants ruraux. –– En particulier, le développement des sociétés urbaines implique une demande croissante de denrées alimentaires de haute valeur, tandis que les marchés eux-mêmes sont en train de s’étendre et de mieux s’organiser.  L’agriculture reste le moteur économique majeur dans les économies rurales. Une agriculture florissante reste la voie royale pour faire sortir de la pauvreté un grand nombre de ruraux, ainsi qu’un premier pas important hors de la pauvreté pour de nombreux autres.  Si l’on veut que l’agriculture conduise à la réduction ultérieure de la pauvreté rurale et relève les défis mondiaux lancés par l’insécurité alimentaire, le but ultime doit être le développement des systèmes de petites exploitations agricoles Ces dernières doivent être: –– productives; –– intégrées dans les marchés; –– écologiquement durables; –– réactives aux risques, aux obstacles et aux changements climatiques. 11
  • 12. Le nouveau monde de la communication: à chacun son rôle  Les activités du FIDA auprès des populations rurales pauvres entendent permettre à ces dernières de se développer et de vendre davantage de denrées alimentaires, d’augmenter leurs revenus et de prendre leur destin en main. –– Depuis 1978, le FIDA a investi plus de 14 milliards d’USD sous forme de dons et de prêts à faible intérêt consentis aux pays en développement, permettant ainsi l’autonomisation de 400 millions de personnes qui pourront par conséquent sortir de la pauvreté.  Au niveau des programmes et des projets, le FIDA accélère ses efforts afin: –– d’accentuer la durabilité environnementale et la capacité d’adaptation au niveau des petites exploitations agricoles; –– de promouvoir les dispositifs contractuels gagnant-gagnant pour aider les petits producteurs agricoles à saisir les occasions les moins risquées dans l’échelle de valeur agricole; –– de soutenir le développement des technologies pour obtenir l’intensification durable de l’agriculture à petite échelle; –– d’augmenter la capacité des institutions financières afin qu’elles fournissent une gamme de services inclusifs aux populations rurales pauvres; –– de promouvoir les capacités des femmes et des hommes ruraux, y compris les jeunes; –– de capitaliser sur les occasions d’utiliser des sources d’énergies renouvelables sur l’exploitation agricole et au niveau des communautés et de promouvoir les technologies bon marché qui utilisent les ressources locales pour fournir de l’électricité aux villages. –– Les projets soutenus par le FIDA contribuent à faire une différence sur le long terme et aident les populations à sortir de la pauvreté. Nous travaillons dans des situations difficiles, y compris dans des régions en proie à des conflits et qui comptent des populations marginalisées et privées de leurs droits. –– Le FIDA tente d’influencer la politique au niveau national et international au profit des petits exploitants et des paysans sans terre. Nous œuvrons également pour intensifier la capacité des agriculteurs eux-mêmes de s’engager dans des processus de politique, par exemple par le biais du Forum des exploitants agricoles. –– Le partenariat est au cœur de nos activités. Les gouvernements des États membres détiennent et mettent en œuvre le projet que nous soutenons. Nous travaillons la main dans la main avec les populations rurales pauvres et leurs organisations, avec des agences des Nations Unies, avec des institutions financières internationales, des ONG et le secteur privé. –– De nouvelles solutions visant à relever les défis auxquels sont confrontés les petits exploitants agricoles sont à forte intensité de savoirs. Le FIDA œuvre pour développer les innovations et partager les savoirs en matière de pauvreté rurale en renforçant pour ce faire notre capacité de gestion des innovations et des savoirs. –– Le FIDA applique une politique de transparence et de responsabilité dans tous les programmes, ainsi que les efforts internes et externes que nous déployons en matière de communication.  En ce qui concerne la valeur des activités du FIDA, les messages de sensibilisation sont les suivants: –– Le FIDA est une agence spécialisée des Nations Unies et une institution financière internationale qui a une expérience de plus de 30 ans dans la lutte contre la pauvreté rurale. –– Investir dans le FIDA donne des résultats. Les succès de nos projets et de nos approches ont été confirmés au fil du temps par des évaluations extérieures. 12
  • 13. Démarrer Les “trois clés”: message, public, budget Dans toute initiative entreprise dans le cadre de la communication, la première démarche consiste à exprimer clairement sa pensée, à cerner la cible destinataire de votre message et à identifier les fonds que vous pouvez engager dans ce processus. évitez la tentation d’organiser quelque chose à la hâte quand le besoin de transmettre un message se fait sentir. En suivant les étapes décrites ci-après vous clarifierez votre objectif et verrez vos efforts se concrétiser en un produit fini plus utile. Clarifiez votre message Que voulez-vous dire? Qu’entendez-vous réaliser? Pour commencer, assurez-vous que votre idée est conforme aux objectifs de l’institution du FIDA en consultant la liste des questions majeures dans la section précédente. Si votre idée est conforme à l’un de ces concepts, elle vaut probablement la peine d’être communiquée. (Le personnel de la Division de la communication pourra vous assister pour identifier et formaliser un message.) Déterminer avec précision ce que vous entendez énoncer est une première phase fondamentale. Bien que cela puisse paraître évident, les gens omettent souvent de clarifier le point majeur et finissent par élaborer ainsi des messages confus ou vagues. Il peut s’avérer utile de mettre par écrit le ou les messages-clés ou d’aller les expliquer à un collègue. Si vous n’arrivez pas à l’expliquer simplement, c’est probablement que vous ne l’avez pas suffisamment clarifié. Certaines personnes utilisent la technique du “message de l’ascenseur”. Le message-clé devrait être suffisamment succinct pour que vous puissiez l’expliquer à quelqu’un lors d’un trajet en ascenseur. Identifiez le public cible Le FIDA a un vaste éventail de publics potentiels: des ruraux pauvres participant à nos projets jusqu’aux chefs d’État. La communication n’est efficace que si elle atteint le public ciblé. Demandez-vous qui est la personne susceptible d’utiliser votre message ou d’agir conformément à celui-ci. Dans chaque question, différents messages sont appropriés pour différents publics donnés. Quand on démarre un projet qui vise à encourager des groupes de femmes à ouvrir des comptes d’épargne bancaire, on fait appel à des messages tout à fait différents selon les publics. Par exemple:  pour des participants potentiels aux mêmes groupes d’épargne: adhérer au groupe des épargnantes vous aidera à économiser suffisamment d’argent pour envoyer vos enfants à l’école.  pour le directeur de la banque: aider votre groupe d’épargne à ouvrir des comptes augmentera vos dépôts et développera la fidélisation du client à long terme, tout en démontrant l’engagement de la banque à l’égard de la  Clarifiez votre message communauté.  pour un donateur  Identifiez le public cible potentiel: un projet  Préparez un budget analogue s’est traduit par une épargne pour les femmes d’une moyenne de … par mois, et les taux d’inscription à l’école secondaire de leurs filles étaient de … % plus élevés que chez les filles des femmes qui n’avaient pas participé au projet. Grâce à votre contribution, nous pouvons étendre ce succès à un plus grand nombre de communautés. Une fois que vous avez repéré le public voulu, abordez la phase suivante qui consiste à choisir le média approprié. Parfois, il est évident – par exemple les résultats financiers annuels sont toujours rapportés dans le Rapport annuel. Pour un nouveau partenariat important, on conseille un bref communiqué de presse. Pour rendre compte du brillant succès d’un projet lors d’une réunion internationale, un discours et une simple brochure peuvent être souhaitables. Si nous recourons aux différents médias disponibles, en mettant surtout à profit le Web 2.0, nos messages pourront plus que jamais atteindre et influencer un nombre infini de personnes issues de publics différents. 13
  • 14. Démarrer Préparez un budget Votre budget au titre de la communication vous aidera à identifier les moyens dont vous disposez. Les coûts de production s’accumulent rapidement. Connaître votre public et le message vous aidera à déterminer le type de produit – plus ou moins sophistiqué – dont vous avez besoin. Il vous faudra quantifier un budget précis pour chaque étape du processus – rédaction, révision, conception, correction des épreuves, impression et distribution (pour un produit imprimé). Soyez aussi précis que possible dans l’évaluation que vous ferez du nombre de copies dont vous aurez besoin et évitez de sous-estimer la quantité nécessaire. Imprimer 6 000 exemplaires en deux fois 3 000 exemplaires plutôt que d’imprimer d’emblée 6 000 exemplaires en une seule fois revient beaucoup plus cher. Assurez-vous d’inclure un “plan de distribution” dans le budget – expédier le matériel peut représenter un autre poste coûteux. Le produit le plus coûteux d’entre tous est indéniablement celui qui finit abandonné sur une étagère poussiéreuse parce qu’aucun plan ni budget n’avait été prévu pour le faire parvenir au public voulu. Le plan de distribution doit également déterminer quelle part du public recevra un exemplaire imprimé plutôt qu’une version électronique – si elle s’avère tout à fait suffisante pour votre public, une publication électronique peut vous faire économiser des fonds que vous pourrez attribuer à d’autres activités de communication. Pour un complément d’information, voir les sections: Directives relatives à la conception graphique et Distribuer les documents du FIDA ci-après. 14
  • 15. Introduction Prenez le temps de nous faire part de vos impressions. Merci de bien vouloir adresser le questionnaire cidessous à Bob Baber, Division de la communication, commtoolkit@ifad.org 1. Trouvez-vous les explications fournies dans cette section faciles à lire et à comprendre? m Oui m Non 5. Étiez-vous à la recherche d’une information spécifique que vous n’avez pas trouvée dans ce chapitre? Si tel est le cas, veuillez préciser le type d’information que nous pourrions intégrer et qui vous serait utile. 2. De quelle manière avez-vous déjà utilisé ou avezvous l’intention d’utiliser le contenu de ce chapitre dans le cadre de votre travail? 6. Avez-vous utilisé les ressources fournies dans ce chapitre (liens vers les sites web et autres)? 3. Sur une échelle allant de 1 à 10 (1 pour inutile, 10 pour extrêmement utile), quelle note attribueriez-vous à ce chapitre? m 1 m 2 m 3 m 4 m 5 m Oui m Non 7. Si vous avez répondu “oui” à la question précédente, quelles sont d’après vous les ressources les plus utiles? m 6 m 7 m 8 m 9 m 10 4. Si la note attribuée en réponse à la question précédente est égale ou inférieure à 5, merci de bien vouloir expliquer pourquoi ce chapitre n’est selon vous pas utile. Cliquez pour accéder au sondage interactif correspondant à la section Introduction.
  • 16. Identité visuelle du FIDA
  • 17. Identité visuelle du FIDA Présenter le FIDA sous son meilleur jour Selon un vieux dicton, la première impression est celle qui compte le plus, et il en va ainsi aussi bien des organisations que des individus. Le matériel publié par le FIDA – qu’il s’agisse de contenus imprimés, mis à disposition en ligne, affichés ou radiodiffusés – parle au nom de l’organisation au même titre que les membres du personnel. Toutes les recherches menées en ce sens confirment qu’une identité claire et cohérente contribue à bâtir et à asseoir la réputation d’une organisation. Les symboles graphiques, lorsqu’ils sont régulièrement renforcés, sont à même de transmettre et de mettre en avant les points forts de l’Institution. L’image cohérente du FIDA, appuyée par le style graphique fort, clair et épuré que nous avons choisi, véhicule également un message clair concernant nos priorités et notre détermination. Ce message est étayé par les photos de notre travail sur le terrain, photos qui donnent un visage à la pauvreté rurale et expriment notre compassion et notre engagement à l’égard des populations rurales pauvres. Les directives qui figurent dans cette section s’appliquent à l’identité de l’Institution, au style de la conception graphique, à la photographie, aux cartes et au Système d’information géographique (GIS). Tous les membres du personnel ont un rôle important à jouer dans la genèse d’une identité cohérente du FIDA dans toutes les actions de communications, quel qu’en soit le format. Appliquer ces quelques directives vous aidera également à communiquer votre message de façon plus professionnelle. 1 J Directives relatives à l’identité institutionnelle Politique en matière d’identité visuelle Une identité visuelle forte ne s’acquiert qu’au prix d’une utilisation cohérente et systématique sur le long terme; c’est pourquoi la politique du FIDA en matière d’identité visuelle est la suivante: le logo officiel est le seul et unique symbole officiellement autorisé pouvant être utilisé au sein de l’organisation. Aucun autre symbole, ni aucune autre marque, ne peut être utilisé conjointement au logo officiel de l’identité visuelle du FIDA ou s’y substituer. Le logo du FIDA Le logo du FIDA, ou symbole du FIDA, est l’élémentclé de notre identité visuelle. Il doit figurer sur chaque produit émanant du FIDA, du papier à en-tête aux offres d’emploi en passant par les rapports, les marchandises et le site web. Le logo du FIDA, utilisé depuis la fondation de cette institution, est un pictogramme conçu pour véhiculer l’image de la coopération internationale en vue du développement agricole. Il représente un épi de blé 1 2 3 Directives relatives à l’identité institutionnelle 4 Oeuvrerpar trois tiges.que les les pour Les tiges évoquent stylisé, soutenu trois fondateurs du FIDA (l’Organisation de pauvres populations rurales coopération et de se développement économiques [OCDE], libèrent de la pauvreté l’Organisation des pays exportateurs de pétrole [OPEP] et les pays en développement) qui contribuent, symboliquement, à la croissance du blé. Le symbole est associé au nom de l’institution et, ensemble, ils constituent le logo du FIDA. Le logo du FIDA existe sous plusieurs formats, adaptés aux besoins spécifiques. A - 1
  • 18. Identité visuelle du FIDA Le logo du FIDA doit toujours être reproduit à partir d’un master numérique disponible auprès de l’Unité du Service de la conception graphique. Le fichier est disponible aux formats EPS, GIF et JPEG. Veillez à utiliser le format graphique approprié. Formats des fichiers: –– EPS: toutes les applications destinées à une impression professionnelle –– GIF: utilisation en ligne –– JPEG: applications bureautiques Pour clarifier plus avant la mission du FIDA, un élément secondaire, la devise du FIDA – “Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté” –, a été ajouté. Pour permettre une plus grande flexibilité dans l’utilisation du logo du FIDA sur des supports de communication de différents formats et dimensions, trois variantes de l’agencement des éléments sont disponibles. Logo Nom Le logo doit être bien visible et reproduit de façon uniforme. C’est pourquoi il ne doit jamais être reproduit à une dimension inférieure à 13 mm. Les fichiers EPS qui contiennent le logo garantissent l’intégrité de la production du logo en cas d’agrandissement ou de réduction. Ils permettent d’éviter toute déformation dans les proportions du logo. Versions linguistiques Le logo est disponible dans chacune des quatre langues officielles du FIDA – arabe, anglais, français et espagnol. Il existe également une version comportant la devise traduite dans les quatre langues au sein d’un seul et même agencement. Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté 13 mm Devise Dimension recommandée La cohérence dans la dimension du logo est importante dans la production de communications. Voici les dimensions recommandées pour la reproduction conseillée dans le format DL et dans les différents formats de série A: –– DL – hauteur du logo: 13 mm –– A5 – hauteur du logo: 13 mm –– A4 – hauteur du logo: 13 mm –– A3 – hauteur du logo: 22 mm Taille de la police: 8 pt Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté 1 2 3 Directives relatives à l’identité institutionnelle 4 A - 2
  • 19. Identité visuelle du FIDA Enabling poor rural people to overcome poverty Enabling poor rural people to overcome poverty Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Dar a la población rural pobre la oportunidad de salir de la pobreza Dar a la población rural pobre la oportunidad de salir de la pobreza Enabling poor rural people to overcome poverty Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Dar a la población rural pobre la oportunidad de salir de la pobreza 1 2 3 Directives relatives à l’identité institutionnelle 4 A - 3
  • 20. Identité visuelle du FIDA Couleur Le logo ne peut être reproduit que selon les paramètres suivants: –– 100% noir –– Symbole 50% noir et logo 100% noir –– Mode inversé 100% blanc sur tout champ/fond Exigences en termes d’habillage du logo Pour optimiser sa présence visuelle, le logo doit disposer d’un espace environnant dépourvu de tout élément graphique ou de tout texte. Cet espace libre doit toujours être égal à la largeur du pictogramme (épi de blé stylisé reposant sur trois tiges) composant le logo. Quand vient le moment de choisir des couleurs pour le texte et le fond d’un produit d’information, il est important de choisir des couleurs qui font passer l’information de façon claire et efficace et qui complètent les images utilisées. Le contraste entre le texte et la couleur du fond est également prépondérant, il doit être bien équilibré. Largeur du picto Largeur du picto Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Largeur du picto Intégrer les logos des partenaires Le logo du FIDA peut être utilisé conjointement à un autre logo ou emblème pour suggérer une association entre le FIDA et d’autres organisations, projets ou initiatives. Quand le logo est utilisé avec d’autres logos ou d’autres emblèmes, un espace suffisant doit être ménagé autour du logo du FIDA pour affirmer clairement qu’il s’agit d’une organisation distincte. Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Normes pour le web Le logo du FIDA doit apparaître sur toutes les pages web du FIDA. Une bannière normalisée permet de véhiculer une image de marque uniforme sur tous les sites web du FIDA. Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Le logo du FIDA est l’élément clé de notre identité visuelle. Il doit figurer sur chaque produit émanant du FIDA. 1 2 Contact Mark Forrest, Responsable de la conception graphique Division de la communication Courriel: m.forrest@ifad.org; gds@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2216 3 Directives relatives à l’identité institutionnelle 4 A - 4
  • 21. Identité visuelle du FIDA 2 J Directives relatives à la conception graphique Typographie Le style typographique du FIDA est direct, clair et simple. Une typographie originale, bien conçue, renforce notre communication et lui ajoute du caractère. Supports de communication imprimés et d’affichage Pour ce type de supports de communication, les familles de polices de caractères ITC Giovanni et Helvetica Neue ont été retenues comme polices de caractères principales. Ces deux familles de polices autorisent flexibilité et créativité dans l’utilisation des textes destinés à être imprimés ou affichés. Leur usage systématique et cohérent participe à la construction de l’identité du FIDA et fait partie intégrante de l’identité visuelle de l’institution. ITC Giovanni book ITC Giovanni italic ITC Giovanni bold ITC Giovanni bold italic Supports de communication internes Pour les utilisateurs de Microsoft, les polices de caractères utilisées pour le matériel produit en interne (comme les courriers, les mémorandums, les fax) sont Arial, Times New Roman et Verdana. Toutefois, les polices de caractères supplémentaires qui sont fournies avec les applications des logiciels Microsoft et Apple ainsi qu’avec un grand nombre d’imprimantes PostScript peuvent également être utilisées pour la communication en interne. Les textes d’introduction, les paragraphes et les citations peuvent être mis en évidence pour représenter ainsi un résumé du contenu ou des messages-clés. Le texte courant est plus lisible et plus agréable à l’œil quand il est aligné à gauche et non aligné à droite. Dans la mesure du possible, évitez de justifier le texte (de l’aligner à la fois sur les marges de droite et de gauche). Les éléments graphiques superflus qui risquent de distraire l’attention du lecteur doivent être évités. Il faut, de même, éviter tout désordre typographique. Ménager des blancs suffisants ou des espaces vides permet de faire ressortir les parties importantes du texte. Helvetica Neue light Helvetica Neue light italic Helvetica Neue bold Helvetica Neue bold italic Times New Roman Times New Roman italic Times New Roman bold Times New Roman bold italic Arial regular Arial italic Arial bold Arial bold italic Verdana regular Verdana italic Verdana bold Verdana bold italic 1 2 3 4 Directives relatives à la conception graphique A - 5
  • 22. Identité visuelle du FIDA Articles de papeterie de base et modèles de documents Des articles de papeterie de base ont été soigneusement mis au point afin de créer un système d’identité cohérent. Les modèles de documents sont conçus pour permettre une production à la fois cohérente, rapide et économique, en interne comme en externe. Ils sont également conçus pour intégrer des formats de saisie. 1 2 3 4 Directives relatives à la conception graphique Les modèles Word permettant de créer les articles de papeterie FIDA énumérés ci-après sont accessibles depuis les menus “Style” de l’application Microsoft Word installée sur les ordinateurs du FIDA ou à l’adresse https://xdesk.ifad.org/sites/irt/tmpl2010/default/aspx: –– Papier à lettre à en-tête –– Notes d’information –– Télécopies –– Comptes rendus de mission A - 6
  • 23. Identité visuelle du FIDA 1 2 3 4 Directives relatives à la conception graphique A - 7
  • 24. Identité visuelle du FIDA En outre, des modèles de documents ont été mis au point pour plusieurs types d’imprimés, institutionnels et promotionnels. Les modèles suivants sont disponibles sur demande auprès du Service de la conception graphique: 1 2 3 4 Directives relatives à la conception graphique –– Cartes de visite Les demandes émanant du siège social peuvent également être adressées, par l’intermédiaire des secrétariats des divisions, directement à l’imprimerie. Les bureaux régionaux peuvent se procurer des modèles de documents auprès du Service de la conception graphique, et les cartes peuvent être imprimées au siège social ou par les bureaux régionaux eux-mêmes. –– Enveloppes et classeurs de l’institution –– Cartes de remerciements –– Cartons d’invitation A - 8
  • 25. Identité visuelle du FIDA 1 2 3 4 Directives relatives à la conception graphique A - 9
  • 26. Identité visuelle du FIDA –– –– –– –– –– –– 1 Bloc-notes Ordre du jour d’ateliers Communiqués de presse Certificats Badges Affiches 2 3 4 Directives relatives à la conception graphique A - 10
  • 27. Identité visuelle du FIDA 1 2 3 4 Directives relatives à la conception graphique A - 11
  • 28. Identité visuelle du FIDA –– Publications et flyers Le FIDA utilise divers modèles de documents pour ses publications et ses fiches d’informations. Les instructions et les fichiers des documents maîtres sont disponibles auprès du Service de la conception graphique. Le logo du FIDA doit apparaître sur la première page de tous les supports de communication imprimés, de préférence en haut à gauche. à défaut, il peut apparaître au bas à droite de la page. 1 2 3 4 Directives relatives à la conception graphique Les variantes du logo autorisent une mise en page souple et créative, et offrent des solutions d’alignement typographique. Le logo du FIDA et l’adresse du bureau doivent apparaître au dos des publications comportant plusieurs pages. Voyez si votre publication nécessite un numéro ISBN ou ISSN. (Voir Distribution des produits FIDA pour d’éventuels conseils.) A - 12
  • 29. Identité visuelle du FIDA 1 2 3 4 Directives relatives à la conception graphique A - 13
  • 30. Identité visuelle du FIDA –– Articles promotionnels Vous trouverez ci-dessous des utilisations conformes du système d’identité visuelle sur des marchandises et des produits de marque. Pour les produits sur lesquels figure le logo du FIDA, les couleurs à privilégier sont le blanc, le gris ou le noir. 1 2 3 4 Directives relatives à la conception graphique A - 14
  • 31. Identité visuelle du FIDA 1 2 3 4 Directives relatives à la conception graphique A - 15
  • 32. Identité visuelle du FIDA –– Présentations PowerPoint Un modèle a été créé dans le but de garantir une cohérence visuelle, et ce modèle doit être utilisé pour toutes les présentations. Les images utilisées doivent refléter notre travail et présenter les personnes avec dignité et intégrité. (Voir Supports visuels et Annexe I.) 1 2 3 4 Directives relatives à la conception graphique –– Publicité La conception, la dimension et le format des articles publicitaires doivent être déterminés en fonction de la publication dans laquelle ils apparaissent et de la quantité d’informations à communiquer. Le texte devrait être aussi concis que possible, et composé en capitales et bas de casse, en drapeau au fer à gauche (aligné à gauche). A - 16
  • 33. Identité visuelle du FIDA Conseils pour la typographie et pour une conception graphique efficace Les documents imprimés doivent être lisibles et visuellement intéressants pour retenir l’attention du lecteur. Bien qu’il soit impossible de concevoir un produit accessible à tous, nous devons nous fixer comme objectif de concevoir des supports de communication aussi attrayants que possible pour le plus grand nombre tout en étant faisant preuve de créativité sur le plan visuel. Voici nos recommandations en la matière:  Taille des caractères. La taille minimum admise pour les caractères du texte courant est de 11 points. Cependant des polices de caractères plus petites sont admises dès lors qu’elles s’avèrent appropriées à un public ciblé.  Majuscules. Les majuscules (capitales) sont plus difficiles à lire que les minuscules (bas de casse) donc il est préférable de limiter leur utilisation autant que faire se peut.  Italique. L’italique est également plus difficile à lire, plus particulièrement pour les malvoyants, et son utilisation devrait donc être réservée aux termes étrangers. Pour faire ressortir une partie du texte, utilisez des caractères gras ou une couleur soutenue.  Interligne. Il s’agit de l’espace vertical entre une ligne de caractères et la suivante, d’une ligne de base à l’autre. Si l’interligne est trop large ou trop étroit, le texte est difficile à lire. La règle de base à appliquer est la suivante: la valeur de l’interligne doit être supérieure à celle de corps du caractère d’au moins 2 points de taille.  Espacement entre les mots, espacement entre les lettres (approche) et échelle horizontale. Il faut éviter de changer l’espacement entre les lettres ou les mots et d’altérer les proportions des lettres (échelle horizontale) car un espace trop réduit ou trop large entre les lettres ou les mots peut nuire à la lisibilité du texte.  Alignement. Le texte le plus lisible est aligné sur la marge de gauche et non aligné ou non justifié à droite. Un texte entièrement justifié (alignement à la fois aux marges de gauche et de droite) se traduit par une échelle horizontale qui peut être difficile à lire.  Contraste. Il doit toujours y avoir un contraste de tons marqué entre le texte et le fond sur lequel il est imprimé. Le contraste est à son maximum quand sont combinées les couleurs foncées d’une part et pâles d’autre part.  Passer du noir au blanc. Il s’agit d’un texte où les lettres claires apparaissent sur un fond foncé. La couleur du fond doit être aussi foncée que 1 2 3 4 Directives relatives à la conception graphique possible. Les textes composés en blanc sur fond très foncé ou noir sont les plus lisibles. Il faut veiller tout particulièrement au corps et à la graisse de la police (mettre le texte en gras) pour que le texte reste toujours lisible.  Texte sur images. Placer du texte sur une image peut le rendre difficile à lire. Le fond doit toujours présenter un ton homogène et permettre un bon contraste; le cas échéant il peut être retouché.  Conception graphique. Une conception graphique efficace et accessible est claire, simple et sobre tout en offrant une bonne navigation visuelle. Conseils pour le recrutement d’un graphiste Avant de recevoir les graphistes en entretien, définissez le périmètre de travail:  Définissez vos objectifs, votre public cible et les messages importants que vous souhaitez communiquer. (Pour obtenir des conseils, voir Planifier la distribution des documents imprimés.)  Définissez le volume de texte dont vous disposez (en nombre de mots) et le degré d’élaboration de la mise en page souhaité ou nécessaire, en fonction de votre public et de votre objectif. Un simple document uniquement composé de texte peut-il faire l’affaire ou faut-il prévoir d’illustrer le texte avec des photographies, des graphiques et autres? Qu’en est-il des couleurs? N’oubliez pas que plus une publication est élaborée plus elle coûte cher.  Déterminez un budget approprié et provisionnez les fonds nécessaires au recrutement du graphiste. Le montant alloué dépendra de la portée et de l’ampleur du travail, de l’expérience du graphiste et de sa compétence ainsi que de la taille et de la réputation de l’entreprise – les services d’un graphiste free-lance travaillant à son compte s’avèrent généralement moins coûteux que ceux d’une agence offrant tous les services. S’offrir les services de création graphique d’une agence renommée peut s’avérer très coûteux.  Sélectionnez et rencontrez les graphistes appropriés. Posez-vous les questions suivantes: –– Sont-ils en mesure de vous présenter des exemples pertinents et de qualité de leur travail? –– Ont-ils une bonne expérience de la création et de la production en matière de communication graphique? –– Sont-ils familiarisés avec les activités de développement international? Ont-ils produit des documents en langues étrangères? A - 17
  • 34. Identité visuelle du FIDA  Une fois le graphiste sélectionné, établissez Conseils pour l’impression un contrat clair pour l’exécution du travail. Ce contrat doit détailler le budget et ses différents postes, préciser très exactement ce qu’il comprend, recenser les prestations devant être fournies, les différentes étapes prévues pour la production et les délais impartis. Il doit également préciser combien d’épreuves sont prévues et mentionner les coûts supplémentaires engendrés par d’éventuelles modifications. Apporter des modifications significatives en cours de production coûte cher: les frais s’accumulent rapidement.  Veillez à valider toute la partie rédactionnelle avant de lancer le travail de création graphique.  Soyez ouverts à de nouvelles idées – les graphistes peuvent se montrer très créatifs et proposer des solutions inattendues qui ajoutent à l’originalité et à l’attrait d’un projet.  Évaluez si un document a vraiment besoin d’être imprimé. L’information peut-elle être distribuée numériquement? (Voir “Impression ou publication électronique”.)  Si l’impression s’avère nécessaire, pensez “vert” dans le choix des imprimeurs et de l’approvisionnement en papier – on dispose aujourd’hui de papier entre 50 à 100% recyclé, non blanchi et non couché. Pour l’impression, il existe également des encres non toxiques à base d’eau.  Si vous imprimez de plus petites quantités, envisagez l’impression numérique comme alternative économique.  Vous pouvez aussi économiser du papier en utilisant des dimensions de feuilles de presse standard et en synchronisant les projets qui utilisent le même papier. Note: la Division de la communication dispose d’une liste d’imprimeurs locaux recommandés. Contact Mark Forrest, Responsable de la conception graphique Division de la communication Courriel: m.forrest@ifad.org; gds@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2216 1 2 3 4 Directives relatives à la conception graphique A - 18
  • 35. Identité visuelle du FIDA 3 J La photographie au FIDA Rôle de la photographie dans la communication Dès l’instant où nous nous levons le matin, nous sommes bombardés d’images – la liste est sans fin. Les smartphones, Internet, les journaux, la télévision et les panneaux d’affichage figurent au nombre des sources d’images. Les images sont utilisées pour vendre des produits, influencer l’opinion publique et illustrer les événements d’actualité. Elles amenuisent les frontières et mondialisent la culture. Les images sont efficaces parce qu’elles retiennent l’attention des gens et laissent une impression durable. Pour le FIDA, les images constituent à l’échelle mondiale un outil de sensibilisation de l’opinion à la pauvreté rurale et aux moyens mis en œuvre pour la combattre. La photographie est essentielle à notre travail au vu du rôle inhérent qu’elle joue pour présenter l’information et susciter une réponse émotionnelle chez les lecteurs. Elle est utilisée comme outil de plaidoyer pour incarner les populations rurales pauvres et attirer l’attention sur les initiatives conçues pour les aider. 1 2 3 4 La photographie au FIDA Nous utilisons différents La règle principale types de photographies: de l’exercice de la  Documentaire, photographie pour montrant des le FIDA est de préserver paysans et paysannes la dignité et l’humanité pauvres dans nos des personnes tout zones de projets Ces en ouvrant une fenêtre photographies aident sur leur vie. à attirer l’attention du public sur nos publications et affichages, et à illustrer nos projets.  Abstrait, fournissant des éléments graphiques destinés à habiller nos publications et affichages, tels des gros plans de céréales.  Portraits, montrant les sessions du Conseil des Gouverneurs, les signatures de prêts, les réunions au sommet et les événements sponsorisés par le FIDA. A - 19
  • 36. Identité visuelle du FIDA Politique du FIDA en matière de photographie La règle principale de l’exercice de la photographie pour le FIDA est de préserver la dignité et l’humanité des personnes tout en ouvrant une fenêtre sur leur vie. Les problèmes auxquels sont confrontées les populations rurales pauvres doivent figurer au premier plan de notre travail de plaidoyer. Les photographes que nous commissionnons doivent se concentrer principalement sur ces problèmes et non sur le FIDA, Les photographies doivent toujours: –– représenter les personnes avec dignité et humanité, jamais comme des objets de pitié; –– intensifier la prise de conscience des questions favorables aux pauvres telles que définies par les ruraux pauvres; –– aider à persuader les donateurs et le secteur privé d’investir dans la lutte contre la pauvreté –– éviter de heurter, d’exploiter ou de mettre en danger les sujets ou les groupes qu’elles représentent; –– être techniquement irréprochables (si possible prises par des photographes professionnels chevronnés); et –– contenir des informations légendées complètes. Il est essentiel d’agir avec prudence lorsque l’on publie ou distribue des images de personnes ou de groupes vulnérables; le principe directeur est de “ne faire de mal à personne”. Si ces personnes ne souhaitent pas être photographiées, leur volonté doit être respectée. Les photographies d’enfants, surtout celles qui les montrent au travail, ne doivent pas constituer le sujet principal. Il est également important de n’offenser aucun groupe politique, social ou culturel et de ne pas sembler assimiler le FIDA à l’un de ces groupes. Il faut donc faire preuve de sensibilité dans le choix des photos. Le caractère “approprié” ou non des messages véhiculés dépend du contexte dans lequel les photos sont utilisées. Publier des photos sorties de leur contexte ou utiliser un contenu mensonger à leur propos est inacceptable. Note: dans la mesure du possible, il convient représentent un cadre de travail utile et doivent toujours être explorés en vue d’en tirer des récits ou comme source d’inspiration photographique. Ils comprennent: –– sécurité alimentaire, nutrition et prix des denrées alimentaires; –– production et transformation alimentaires; –– égalité hommes-femmes et autonomisation des femmes; –– gestion des ressources en eau et de la terre; –– atténuation des changements climatiques; –– financement rural et microcrédit; –– jeunes et emploi, y compris les jeunes entrepreneurs; –– infrastructures rurales; –– marchés locaux et mondiaux via le renforcement des chaînes de valeur; –– formation, éducation et alphabétisation; –– lutte contre la désertification et reforestation; –– redressement au sortir d’une catastrophe; –– développement de communautés; –– innovation et technologies améliorées; –– migration vers les zones urbaines et retour aux zones rurales. Accès aux photographies: utiliser la Banque d’images du FIDA La Banque d’images http://photos.ifad.org est un outil de stockage et de consultation des collections de photos du FIDA. La collection, qui compte actuellement plus de 14 000 images, est régulièrement mise à jour. La collection de photographies en couleur date de 1986. L’éditeur photos gère la Banque d’images et peut éditer et recommander des images appropriées pour une utilisation en interne ou pour des institutions partenaires. La plupart des photos ont été prises par des photographes professionnels. Cependant, le travail de photographe amateur est acceptable s’il répond à des critères de qualité élevés, si le FIDA connaît le photographe et que ce dernier a cédé les droits de ses photos au FIDA. de demander l’accord verbal de la personne Les photos du FIDA sont distribuées gratuitement aux organisations des Nations Unies, aux agences gouvernementales, aux ONG et aux organisations de développement dédiées à l’agriculture et au développement rural. photographiée. Thèmes des couvertures photographiques Un certain nombre de thèmes qui sont fréquemment traités par des publications ou des présentations figurent au cœur même du travail du FIDA. Ces thèmes 1 2 3 4 La photographie au FIDA Les utilisateurs doivent s’inscrire à la Banque d’images du FIDA; à partir de ce site ils peuvent faire des demandes de téléchargement et de publication des A - 20
  • 37. Identité visuelle du FIDA photographies. L’éditeur photos accorde son autorisation d’exploitation des photos après s’être assuré que leur usage n’est pas commercial et qu’il est conforme aux critères d’utilisation du FIDA. Des exceptions sont admises en cas d’usage commercial à des fins didactiques et au sein de publications scientifiques. Note: Chaque fois qu’une photographie du FIDA est publiée, les crédits photo doivent impérativement mentionner le FIDA et le photographe, et une copie de la publication doit être envoyée à l’éditeur photos. Comment utiliser la Banque d’images: foire aux questions  Pouvez-vous simplement m’envoyer les photos? Non – parce que la Banque d’images est une façon plus sûre et plus efficace de stocker, d’afficher et de distribuer des images aux membres du personnel et aux partenaires du développement. Une fois que vous aurez pris l’habitude de l’utiliser, vous constaterez que la Banque d’images permet de gagner du temps, de rester organisé et de stocker aisément des fichiers images lourds sans encombrer inutilement votre ordinateur et votre boîte de réception de courriels.  Que dois-je faire pour m’inscrire? Allez sur http://photos.ifad.org et cliquez sur Register (“S’inscrire”) en haut de l’écran à droite et remplissez le bref formulaire. Si vous êtes un membre du personnel du FIDA, vous n’avez pas besoin de vous inscrire, mais simplement de vous identifier à l’aide de votre identifiant LAN ID et de votre mot de passe.  Comment faire pour se connecter? Cliquez sur Log in (“Se connecter”) en haut de l’écran à droite. Saisissez votre identifiant et votre mot de passe.  Qu’est-ce qu’une lightbox? Une lightbox permet de créer une collection d’images consultables que vous pouvez partager avec des collègues ou enregistrer en vue d’une utilisation future. Autrefois, la lightbox se présentait sous la forme d’un caisson lumineux ou d’une table lumineuse sur laquelle on disposait les clichés et les négatifs pour permettre une bonne visualisation.  Comment trouver les images et les sauvegarder? Une fois que vous vous êtes connecté, vous avez la possibilité de parcourir la collection ou d’effectuer une recherche à l’aide de mots-clés. 1 2 3 4 La photographie au FIDA Pour effectuer une recherche, saisissez un mot-clé dans la boîte de recherche; et une liste de termes apparentés apparaîtra; cette liste propose des mots et combinaisons de mots destinés à vous assister dans votre recherche. N’oubliez pas de paramétrer le filtre (Current filter dans la partie gauche de l’écran) sur le type de photographies que vous souhaitez trouver avant de lancer votre recherche. Si vous voulez sauvegarder des images dans un groupe, vous pouvez les sélectionner en cliquant sur Add to My Lightbox (“Ajouter à ma lightbox”). L’image sera enregistrée automatiquement dans My Lightbox, l’onglet apparaîtra dans la partie gauche de l’écran.  Est-il possible d’avoir plus d’une lightbox? Oui. Si vous voulez créer une nouvelle lightbox, cliquez sur le menu View contents (“visualiser les contenus”) de votre lightbox, puis La Banque d’images est clique sur Manage un outil de stockage et Lightboxes (“gérer les de consultation de la lightboxes”) au haut collection de photos du de la page de votre FIDA, qui comporte plus lightbox. Vous avez la de 14 000 photos. possibilité d’ajouter, de renommer, de copier, d’effacer ou de partager vos lightboxes. Vous pouvez également créer rapidement de nouvelles lightboxes en cliquant sur la petite flèche située à côté de My Lightbox, puis en saisissant un nouveau nom dans Create new (“en créer une nouvelle”). Veillez à toujours créer et sélectionner la lightbox appropriée avant d’enregistrer des images.  Pourquoi ma recherche me donne-t-elle des images non pertinentes? La fonction de recherche est configurée pour effectuer à la recherche à la fois dans le champ “mot-clé” et sur les mots figurant dans le champ “légende”. Si vous voulez restreindre votre recherche au champ “mot-clé”, vous pouvez soit sélectionner un champ “mot-clé” à partir d’une image recherchée (les images sont reliées entre elle par des liens hypertextes) soit saisir le mot dans le champ “mot-clé” de la recherche avancée.  Dois-je télécharger les images que je souhaite partager avec mes collègues et mes contacts? Non. Vous pouvez partager une lightbox avec les membres du personnel du FIDA et tout autre utilisateur inscrit. Pour ce faire, connectezvous, enregistrez les images dans la lightbox de votre choix, cliquez sur View contents A - 21
  • 38. Identité visuelle du FIDA     (“visualiser les contenus”), puis sur Manage lightboxes. Vous pourrez les partager avec d’autres utilisateurs préalablement inscrits en sélectionnant Share (“partager”), puis en cliquant sur Add users (“ajouter utilisateurs”): remplissez un ou plusieurs champs et cliquez sur Find (“trouver”). Sélectionnez l’utilisateur et cliquez sur Add selected users (“ajouter les utilisateurs sélectionnés”). Via l’option Edit vous pouvez aussi accorder des droits de modification à l’utilisateur pour qu’il puisse ajouter des images à la lightbox ou en supprimer. Est-ce que je peux télécharger mes propres photos des projets du FIDA? Oui. Merci de bien vouloir envoyer un message à l’administrateur de la Banque d’images en utilisant le lien Contact us (“contactez-nous”) situé à gauche de l’écran pour demander l’autorisation de télécharger des photos. J’ai enregistré des images dans ma lightbox, mais elles ont disparu. Que s’est-il passé? Vous avez probablement enregistré des images sans vous être connecté au préalable. Une fois que vous êtes identifié, votre travail est automatiquement enregistré. Est-il possible d’éliminer le filigrane numérique du FIDA? Oui, vous devez enregistrer les images dans votre lightbox, puis demander l’autorisation de procéder au téléchargement. Dès que vous recevez le message indiquant que votre demande a été acceptée, vous pouvez télécharger les images sans filigrane sur votre ordinateur. La publication d’une image du FIDA est-elle payante? Les photographies du FIDA sont distribuées gratuitement aux organisations des Nations Unies, aux agences gouvernementales, aux ONG et aux organisations de développement dédiées à l’agriculture et au développement rural. Note: quand vous faites une demande de téléchargement d’images, précisez toujours le motif de la demande, le nom et le type de la publication ainsi que le sujet de l’article ou du chapitre. 1 2 3 4 La photographie au FIDA Acquisition de photographies: organiser une mission photographique Le FIDA acquiert régulièrement de nouvelles images numériques pour illustrer ses priorités du moment, ses projets et les questions relatives aux populations rurales pauvres. Les images sont généralement acquises auprès de missions photographiques menées par un photographe professionnel chargé de se rendre sur site et de documenter les projets ou après de photographes sous contrat exerçant leurs fonctions en tant que photojournalistes. Fonctions qui impliquent d’effectuer des recherches pour proposer des options de sujets, et de fournir des reportages photos complets et des images qui présentent un aperçu des activités du projet dans la région. Les projets concernés sont généralement bien avancés ou presque terminés de sorte que les images peuvent saisir des activités et des structures bien développées. Rechercher un sujet La première démarche dans la mission photographique consiste à rechercher un sujet. C’est en général l’éditeur photos qui s’en charge, parfois en collaboration avec les équipes éditoriale, web ou vidéo, ainsi que le directeur du programme de pays, un économiste de la région concernée et le personnel local du projet. Chaque mission doit être clairement définie en termes d’objectifs et d’éléments à livrer. Si la mission photographique s’inscrit dans un projet plus vaste, il convient de discuter entre collègues du contenu du sujet, de l’approche envisagée, de l’esprit à donner et du public concerné. Un bon retour d’informations aidera à définir la mission. Les critères à passer en revue sont les suivants:  Le projet retenu constitue-t-il un bon candidat pour faire l’objet d’un reportage photos? Les projets qui impliquent la culture des terres ou la vente de produits sur les marchés par exemple se prêtent généralement mieux aux reportages photos que les projets concernant principalement des réunions.  Le moment de l’année et le cycle des cultures. La plantation et la récolte constituent des sujets plus photogéniques que les champs en jachère.  Le cycle du projet et ses différentes étapes. Un projet à mi-parcours ou en fin de parcours a souvent plus à montrer qu’un projet en phase de démarrage. A - 22
  • 39. Identité visuelle du FIDA À l’issue de ce travail de recherche, plusieurs options de sujets devraient émerger ou différents angles devraient être suggérés afin de guider le photographe dans son travail. Le photographe utilise ces informations comme point de départ et, le cas échéant, les complète par une recherche supplémentaire avant de se rendre sur le terrain. L’éditeur photos fournit également des informations générales sur le contexte de la mission et des contacts sur le terrain. Recruter un photographe L’exercice de la photographie exige vision, savoir-faire, formation, sensibilité et expérience. Comme un grand nombre de professions créatives, la photographie est subjective, et chaque photographe abordera le sujet à sa façon, selon une approche qui lui est personnelle. L’éditeur photos doit passer en revue le travail et les références des photographes potentiellement retenus et doit leur faire passer un entretien en vue de la mission confiée. Nous faisons le maximum pour recruter des photographes issus de pays en développement ou basés là-bas. Il arrive que des professionnels amateurs soient recrutés, mais pour les missions de couverture photographique de projets il convient de s’adresser à des professionnels. L’éditeur photos peut donner son avis avant de recruter un photographe et de définir les modalités du contrat, mais il ne doit pas oublier ce qui suit:  Établissez un budget. Provisionnez les fonds nécessaires au recrutement d’un photographe professionnel. Le montant à prévoir dépend de la mission confiée; le recrutement s’apparente à celui d’un consultant international.  Évaluez les compétences des photographes. Consultez l’éditeur photos pour identifier un ou plusieurs photographes dotés d’une expérience professionnelle dans le domaine du développement international et/ou humanitaire et justifiant d’au moins trois ans d’expérience auprès des médias, sur papier et numériques. Passez en revue leur travail pour vous assurer que leur style est conforme à vos objectifs de communication (n’oubliez pas que promouvoir la dignité et le respect est fondamental); faites-leur passer un entretien pour évaluer leurs capacités, leur approche et leur flexibilité pour faire face à toute circonstance potentiellement difficile et identifier les situations particulières ou les limites éventuelles . 1 2 3 4 La photographie au FIDA  Discutez du périmètre de travail. Discutez longuement du périmètre de travail avec le photographe. Spécifiez les objectifs de communication et identifiez un référent sur le terrain qui travaillera directement avec votre photographe. Expliquez clairement le type de photographie dont vous avez besoin; décrivez les projets spécifiques qu’il faudra photographier et abordez ouvertement toutes les difficultés qui pourraient se présenter. Les photographies du FIDA doivent se prêter à tous les types de documents imprimés ou de produits électroniques (bannières, affiches, publications, rapports, site web), mais si vous savez à l’avance à quelle utilisation elles sont destinées, faites-en part au photographe. Demander des prises de vue à la fois verticales et horizontales.  Mettez-vous d’accord sur les honoraires, les délais impartis, les sites à photographier. Énoncez clairement le nombre de jours couverts par le forfait, détaillez ce que ce dernier comprend (voyage, postproduction) et listez les projets ou sites devant être photographiés.  Fournissez une liste préliminaire de prises de vue. Bien qu’il soit impossible de tout savoir du projet, essayez de fournir une courte liste des images sur lesquelles vous comptez et des quantités requises. Cela facilitera le travail de tous et contribuera à éviter tout malentendu par la suite. Cession de droits Les photographes free-lance sont considérés comme des travailleurs indépendants et il est conseillé de les recruter sur la base de contrats de prestation de services. Ils sont automatiquement titulaires des droits d’auteur sur leurs photographies, qui constituent leur propriété intellectuelle, à moins qu’un contrat n’en décide autrement. Le FIDA conserve le droit d’utiliser ces photographies à perpétuité alors que le photographe en conserve la propriété intellectuelle. Le FIDA exige que les photographies soient toujours utilisées de façon à respecter l’intérêt supérieur des populations rurales pauvres et du FIDA. Définir les modalités du contrat L’étape suivante consiste à définir les modalités du contrat à la lumière des informations recueillies au cours des recherches effectuées autour des sujets possibles et de la discussion engagée avec le photographe au sujet du périmètre de travail. A - 23
  • 40. Identité visuelle du FIDA Cette tâche incombe à l’éditeur photos ou implique sa collaboration. Les modalités du contrat doivent préciser au minimum: –– le nombre de jours, répartis entre les jours de voyage, la mission elle-même et le travail de postproduction; –– un itinéraire indiquant les activités spécifiques à couvrir, combien de jours doivent être consacrés à chacun des sites et la durée des trajets pour se rendre d’un site à l’autre; –– une liste préliminaire des photos à prendre et le nombre approximatif de photos prévu. Conditions du voyage  Assurance médicale. Les photographes doivent être couverts par une assurance médicale tant qu’ils sont sous contrat avec le FIDA, conformément à la pratique courante.  Visas. Il appartient aux photographes de se procurer leurs visas. L’éditeur photos peut fournir un courrier officiel présentant les motifs de leur voyage dans le pays.  Problèmes liés à la sécurité lors du voyage. Si un photographe se sent sérieusement menacé lors d’une mission, il doit contacter l’éditeur photos pour modifier la mission voire l’annuler. Légender les photographies Les photographes doivent fournir des légendes pour toutes leurs photos. Les légendes en question doivent: –– fournir des détails allant au-delà de ce que montre la photo; –– être informatives, intéressantes et incitatives; –– inclure les noms et prénoms des sujets; –– inclure une date et un lieu, même approximatifs; et –– dans la mesure du possible, inclure des citations émanant des sujets car elles rendent le récit plus captivant. 1 2 3 4 La photographie au FIDA Recadrer l’image Recadrer les images pour resserrer la composition, renforcer son impact ou exclure des éléments superflus est autorisé. En revanche, tout recadrage modifiant le contexte et l’élément central de la photo est inacceptable. Le contenu et le message d’une photo doivent demeurer intacts, et ce même lorsque les photographies sont utilisées comme éléments de conception graphique. Manipuler les images numériques Les images numériques sont téléchargées sur un ordinateur et peuvent être transformées de diverses façons. Il est impossible de garantir qu’une photo numérique correspond bien à l’original. Pour conserver leur caractère authentique et véridique aux photos, le FIDA ne manipule pas les images numériques, sauf pour éventuellement supprimer les mentions de marques déposées ou d’autres éléments tels que cigarettes ou sacs en plastique. Crédits photo Les photos sont automatiquement protégées par le droit d’auteur, et le photographe doit être crédité quand une photographie est utilisée. Des crédits photographiques précis aident également à identifier les photos et à y accéder facilement en vue d’une utilisation future. Les crédits photo doivent impérativement apparaître sur les photos du FIDA qui sont publiées afin d’éviter toute violation des droits d’auteur et de créditer comme il se doit le FIDA et le photographe. Le format à utiliser pour les crédits photo est le suivant: @IFAD/nom du photographe en entier. Un crédit photo qui ne pourrait pas être placé directement à côté de la photo devra figurer à la dernière page de la publication; un lien hypertexte vers le site web du FIDA ou de la Banque d’images peut également être créé. A - 24
  • 41. Identité visuelle du FIDA Directives à l’intention du photographe dans le cadre des missions photographiques  Évitez de photographier les personnes dont les Cette section peut être distribuée aux photographes sous forme de document indépendant Directives techniques  Votre priorité, avant toute autre chose, doit être de toujours représenter les populations rurales pauvres avec dignité et respect. Le FIDA n’utilise pas de photographies “choquantes” et n’exploite pas non plus la souffrance des gens. Essayez de faire ressortir la force et la fierté des populations.  Discuter de ce que vous devez voir avec votre contact responsable sur le terrain avant de vous lancer et renseignez-vous sur les limites ou conditions éventuelles. (Si vous avez été recruté par l’éditeur photos du FIDA, les modalités de votre contrat fournissent une liste détaillée des prises de vue à faire.)  Photographiez les sujets tandis qu’ils se livrent à une activité ou vaquent à leurs occupations quotidiennes et pas simplement posant devant l’appareil.  Les portraits doivent inclure l’environnement de la personne et être pris dans le contexte du travail ou de la vie quotidienne.  Évitez que les véhicules et le personnel du projet se retrouvent dans le cadre, à moins que leur présence sur la photo ne soit justifiée.  Si vos conditions ne sont pas satisfaites, signalezle immédiatement au responsable du projet. (Le personnel encadrant votre visite est expérimenté en matière d’organisation de visites techniques, mais peut ne pas savoir repérer les bonnes occasions de prendre des photos).  Tâchez de réaliser vos photographies à l’aube ou en fin d’après-midi pour éviter une lumière trop éblouissante. Faites part de cette exigence aux responsables du projet pour qu’ils soient disponibles au moment voulu. Si vous saisissez une situation intéressante alors que ce n’est pas le “bon moment” de la journée, essayez de revenir plus tard ou plus tôt le lendemain matin.  Quand vous photographiez des personnes qui portent des chapeaux ou des visières pour se protéger du soleil , veillez à ce que leurs yeux et leurs visages ne soient pas sous-exposés.  Quand vous photographiez des personnes ou des animaux, évitez de prendre la photo en plongée, car ils semblent alors plus petits et plus trapus. 1 2 3 4 La photographie au FIDA vêtements portent des logos de marques (Nike, Coca Cola) ou qui sont en train de fumer.  Éliminez tous les éléments supplémentaires qui peuvent apparaître sur les photographies, tels que la date ou l’heure. Images à inclure Des photos de personnes vaquant à leurs occupations quotidiennes, remplissant un quart à un tiers du cadre. Ces photos doivent être aussi naturelles que possible, évitez que les sujets posent. (Voir Thèmes des couvertures photographiques ci-dessus.)  Des photos d’hommes et de femmes travaillant côte à côte dans le respect de la parité.  Des photos de groupe prises lors des sessions de formation et des réunions (groupes d’agriculteurs, groupes de femmes, coopératives de crédit).  Des gros plans verticaux (tête et épaules) de personnes attrayantes ou caractéristiques de l’environnement local. Ces photos doivent être à la fois prises “de face” et de “trois quarts” (“demi-profil”). Incluez les photos du sujet regardant l’appareil photo.  Des photographies mêlant paysages et paysans et/ou bétail; essayez d’éviter les photos de paysages ne comportant aucun élément humain de taille significative.  Des gros plans de bétail et de cultures/produits agricoles comme les céréales, les plantes ou les semences à utiliser comme éléments d’illustration. Des gros plans de mains tenant le fruit d’une récolte, des instruments agricoles ou de l’argent (pour illustrer le crédit).  Des images qui présentent le contexte du pays/ de la société où le projet est mené, comme la terre (sèche ou irriguée), les marchés, des rassemblements de groupes ou d’autres situations ou aspects sociaux.  Plusieurs variantes pour chacun des sujets photographiés dans la mesure du possible. Et ménagez des espaces “vides” suffisants pour faire figurer des gros titres ou du texte.  Les images d’enfants doivent être évitées (surtout les enfants au travail), à l’exception de contextes spécifiques comme les écoles, les foyers ou les dispensaires. Directives de base en matière de légendes Prenez note de toutes les photos prises pendant la mission. Sachez répondre aux questions suivantes: qui? quand? où? pourquoi? et comment? A - 25
  • 42. Identité visuelle du FIDA  Qui sont les personnes photographiées, quand ont- elles été photographiées et où? Indiquez leur nom complet (dans la mesure du possible, demandez aux sujets d’écrire leur nom en majuscules), leur âge, le nombre de membres que compte leur famille, l’emploi occupé et ce qui les relie au projet.  Que sont en train de faire les sujets sur la photo? En quoi ont-ils bénéficié du projet soutenu par le FIDA?  Pourquoi les sujets ont-ils besoin d’une assistance financière ou à un autre titre?  Comment les sujets vont-ils continuer à améliorer leurs conditions de vie? Directives supplémentaires en matière de légendes  Les citations et les récits personnels sont importants. Ils doivent être utilisés en mentionnant le nom des personnes citées.  Les noms des sites sont essentiels (même s’il s’agit du village le plus proche).  Donnez des informations complémentaires qui décrivent les problèmes et les solutions quand c’est possible. Les éléments tels que le nom des cultures, des semis, des outils, des méthodes d’irrigation, des articles d’artisanat et des vaccinations sont importants.  Profitez des temps de trajet en compagnie du personnel du projet pour contrôler l’orthographe des noms propres et des toponymes. Les responsables de projet peuvent fournir des informations supplémentaires utiles à la rédaction des légendes. Paramètres techniques minimums pour les fichiers numériques –– format TIFF, JPEG, PSD ou RAW –– 300 dpi –– Extensible jusqu’à 35 megabytes (pour les photographes amateurs on prévoit des exceptions qui permettent 4 megabytes) –– 365 mm x 245 mm Contact Susan Beccio, Éditrice photos Division de la communication Courriel: s.beccio@ifad.org; Tél.: +39 06 5459 2479 Exemple d’accord de cession de droits et d’autorisation de publication de photographies Je soussigné(e) ……………………………….. déclare détenir les droits d’auteur de la/des photo(s) ci-jointe(s) et céder à titre gratuit au Fonds international de développement agricole (FIDA) et à son/ses successeur(s), cessionnaire(s), détenteur(s) de licence et quiconque agissant avec le consentement du FIDA les droits non exclusifs d’utilisation perpétuelle de la/des photo(s) ci-jointe(s), seule(s) ou en association avec Étiquetage des fichiers d’images Les fichiers d’images doivent être numérotés (aucun texte ne doit figurer dans le nom du fichier), et les légendes incorporées comme métadonnées en utilisant le format de base Photoshop XMP Adobe de base comme suit:  Titre du document: Pays, nom du projet, mois, année  Auteur: nom du photographe en entier  Description: Légende incluant les noms propres, le nom du village, l’action, certaines informations essentielles  Auteur de la description: nom du photographe en entier  Mots-clés: au moins cinq mots-clés pour décrire la photo  Statut des droits d’auteur: protégé par les droits d’auteur  Avis de droits d’auteur: @IFAD/nom du photographe en entier  URL pour les informations sur les droits d’auteur: http://www.ifad.org/ 1 2 3 4 La photographie au FIDA d’autres photos, pour la publication, la promotion, l’affichage ou l’utilisation sur Internet dans le monde entier, en les incorporant dans toutes les publications nationales et internationales dans le cadre des campagnes promotionnelles ou pour tout autre objectif commercial. En outre, je m’engage par la présente à dégager le FIDA et l’ensemble de son personnel de toute responsabilité en cas de réclamations et de dommages au titre de l’utilisation ou de la reproduction de photographies, par le FIDA ou par des tiers, ou à l’occasion de celles-ci, avec ou sans le consentement du FIDA, et m’engage à respecter les termes et conditions énoncés ci-dessus. Signature ____________________________ Date ______________________________ A - 26
  • 43. Identité visuelle du FIDA 4 J Cartes et système d’information géographique Le FIDA dispose d’une base de données géospatiales détaillée qui couvre toutes les activités en cours ainsi que les activités passées. Les cartes de zone de projet pour tous les projets et programmes financés par le FIDA sont également disponibles sur le site web. Portefeuille des cartes du FIDA L’unité du système d’information géographique (SIG) élabore des cartes pour: –– les programmes d’options stratégiques pour les pays (COSOP); –– les rapports du Président; –– les documents de conception du projet; –– les rapports d’évaluation (du programme de pays, intermédiaire, à mi-parcours et terminale); –– les rapports thématiques; –– le site web; –– les publications imprimées; –– les présentations PowerPoint; –– les produits multimédias; –– les expositions; –– les affiches. 1 2 3 Développer les capacités SIG Le FIDA tient à développer ses capacités SIG pour surveiller l’impact des projets. Nous encourageons les directeurs des Vous souhaitez illustrer programmes de pays et les membres du personnel les résultats spécifiques du terrain à transmettre et généraux de votre toute information GIS projet? Élaborez une pertinente à la base de carte grâce au SIG. données de l’institution. Par exemple, utilisez le SIG pour montrer:  Les activités au niveau du projet. Si votre projet comporte une composante SIG, veuillez informer les membres du personnel de l’existence des services SIG du FIDA et demandez-leur de nous contacter. De cette façon les données relatives au SIG produites au niveau du projet sont intégrées à la base de données géospatiales de l’institution.  Les activités du FIDA sur les cartes Google. Les activités du FIDA figurent également sur les cartes Google à l’adresse www.ifad.org/operations/gmaps/. 4 Cartes et système d’information géographique A - 27
  • 44. Identité visuelle du FIDA Demander une carte Remplissez le formulaire de demande de carte disponible à l’adresse http://intradev/form/map/index.asp. Veuillez envoyer votre demande 20 jours avant la date à laquelle vous souhaitez disposer de la carte. Élaborer des cartes requiert du temps, et les demandes sont traitées selon l’ordre dans lequel elles sont reçues. Pour chaque carte veuillez indiquer:  Le pays et la région. Si vous disposez d’une description de la région, telle qu’une liste des provinces ou des districts, veuillez fournir ces informations. Si vous ne disposez pas de ces informations mais qu’elles vous intéressent, signalez-le.  Les raisons de la demande de la carte, par exemple: –– un document (COSOP, le rapport du Président, document de conception, évaluation du programme de pays, évaluation intermédiaire, évaluation à mi-parcours, évaluation terminale) 1 2 3 –– Déplacements du président et/ou des hauts fonctionnaires –– Publication –– Présentation PowerPoint –– Présentation multimédia –– Affiches –– Exposition –– Site web  Langue(s) demandée(s)  Type d’informations spécifiques devant figurer sur la carte, comme les villes, les villages, les routes, les rivières, les marchés, les activités du projet, les zones de concentration des foyers. Note: si vous n’êtes pas certain de savoir ce dont vous avez besoin, veuillez contacter l’assistant SIG. 4 Cartes et système d’information géographique A - 28
  • 45. Identité visuelle du FIDA Exemples de cartes élaborées par l’unité –– Bureaux de pays –– Carte thématique du Rwanda –– Carte de la zone du projet –– Carte thématique Contact Sophie De Vos, Spécialiste SIG Division Environnement et climat Courriel: s.devos@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2870 1 2 3 4 Cartes et système d’information géographique A - 29
  • 46. Identité visuelle du FIDA Prenez le temps de nous faire part de vos impressions. Merci de bien vouloir adresser le questionnaire cidessous à Bob Baber, Division de la communication, commtoolkit@ifad.org. 1. Trouvez-vous les explications fournies dans cette section faciles à lire et à comprendre? m Oui m Non 5. Étiez-vous à la recherche d’une information spécifique que vous n’avez pas trouvée dans ce chapitre? Si tel est le cas, veuillez préciser le type d’information que nous pourrions intégrer et qui vous serait utile. 2. De quelle manière avez-vous déjà utilisé ou avezvous l’intention d’utiliser le contenu de ce chapitre dans le cadre de votre travail? 6. Avez-vous utilisé les ressources fournies dans ce chapitre (liens vers les sites web et autres)? 3. Sur une échelle allant de 1 à 10 (1 pour inutile, 10 pour extrêmement utile), quelle note attribueriez-vous à ce chapitre? m 1 m 2 m 3 m 4 m 5 m Oui m Non 7. Si vous avez répondu “oui” à la question précédente, quelles sont d’après vous les ressources les plus utiles? m 6 m 7 m 8 m 9 m 10 4. Si la note attribuée en réponse à la question précédente est égale ou inférieure à 5, merci de bien vouloir expliquer pourquoi ce chapitre n’est selon vous pas utile. Cliquez pour accéder au sondage interactif correspondant à la section Identité visuelle du FIDA.
  • 47. Rédiger des contenus et les publier
  • 48. Rédiger des contenus et les publier L’importance d’une écriture claire et simple N’avez-vous jamais été contraint de vous interrompre, alors que vous passiez rapidement en revue tous vos courriels du matin, à la lecture d’une phrase comme celle qui suit? “Il vaut également la peine de noter l’importance fondamentale de l’enchaînement efficace et opportun des activités ainsi que l’impact potentiel négatif que deux divers processus peuvent avoir réciproquement si des initiatives séparées et uniques ne sont pas coordonnées entre tous les divers acteurs impliqués.” Vous sentez poindre un violent mal de tête alors que votre cerveau peine à déchiffrer le sens de la phrase mot à mot. Vous seriez déjà en train de lire le courriel suivant si l’auteur s’était contenté d’écrire simplement: “Tout aussi importants sont les enchaînements logiques des actions et la coordination entre tous les participants.” Dans une “institution de savoirs” telle que le FIDA où les membres du personnel sont appréciés pour les performances de leur esprit, la capacité d’écrire clairement figure probablement en tête de liste dans toutes les descriptions de poste, quel qu’il soit. Vos idées, aussi créatives soient-elles, n’aboutiront à rien si vous n’arrivez pas à les communiquer de façon claire. Une écriture claire, simple et directe permet d’économiser du temps et de l’argent, évite les erreurs et aide les autres à faire leur travail. Nous vous invitons donc à appliquer les suggestions présentées dans cette section – utiliser un langage simple, éviter le jargon, réviser et corriger les épreuves de votre travail –, votre style n’en sera que plus accessible. Et il ne perdra rien de sa substance. 1 J Directives pour un langage simple Un langage simple Un langage simple rend un texte plus clair et plus lisible. Il ne compromet en rien la complexité ou la substance du sujet. Utilisez des mots simples –– Remplacez tout langage abstrait par des mots concrets. –– Évitez d’user et d’abuser de mots tels que: aménités, aspects, concepts, dispositifs, éléments, structures, facteurs, fonctions, apports, opérations, productions, processus, ressources, secteurs, structures, systèmes, variables. –– Utiliser des synonymes plus simples. 1 2 Directives pour un langage simple 3 4 Dites faits, détails, au lieu de particularités. –– Dites utiliser au lieu de faire usage de. Évitez le jargon dans les textes destinés au grand public. –– Utilisez une terminologie technique appropriée dans le matériel technique et définissez les termes spécialisés ou annexez un glossaire. –– Évitez tout langage inutilement formel et tout jargon administratif ou bureaucratique. –– Soyez cohérent dans l’utilisation des termes. –– Utilisez un langage neutre quant à la question du genre. –– Limitez l’utilisation d’acronymes et d’abréviations. –– Limitez l’emploi de mots et de locutions latines. B - 1
  • 49. Rédiger des contenus et les publier Utilisez la voix active et les verbes d’action  Utilisez la voix active plutôt que la voix passive et nommez l’agent ou les agents qui font l’action ou les actions: Le conseil d’administration [l’agent] a approuvé [voix active] la proposition de don en décembre 2004. au lieu de La proposition de don a été approuvée en décembre 2004. Voir la section 3 pour un supplément d’information. au lieu de Un plus grand nombre de détails est présenté à la section 3. Utilisez des verbes à la place de noms formés à partir des verbes –– Évaluer au lieu de procéder à une évaluation de. –– Considérer au lieu de prendre en considération. –– Résoudre au lieu de fournir une solution à. Remaniez les phrases excessivement longues ou confuses  Essayez d’écrire des phrases ne comportant en moyenne pas plus de 20 à 25 mots.  Développez une seule et même idée par phrase.  Éliminez les mots superflus et les tournures telles que en outre et ainsi; éliminez également les préambules inutiles.  Clarifiez les formulations et les constructions ambiguës.  Utilisez une seule proposition subordonnée par phrase (une proposition subordonnée n’exprime pas une pensée complète [elle semble incomplète] et ne peut figurer seule comme s’il s’agissait d’une phrase). Note: bien souvent, les propositions subordonnées sont introduites par des termes comme après, bien que, comme, parce que, avant, si, de façon à, étant donné que, bien que, à moins que, jusqu’à ce que, quand et tandis que. 1 2 Directives pour un langage simple 3 4  Utilisez des affirmations plutôt que des négations. Une proposition de projet sera approuvée uniquement si elle répond aux critères suivants… au lieu de Une proposition de projet ne sera pas approuvée à moins de répondre aux critères suivants…  Lorsque les idées énoncées présentent un certain parallélisme, respectez ce parallélisme dans les formes grammaticales utilisées: Les objectifs principaux de la stratégie régionale sont les suivants: –– autonomiser les populations rurales pauvres; –– permettre aux femmes et hommes ruraux pauvres de profiter des opportunités du marché; –– promouvoir un dialogue politique; –– développer des partenariats et des coalitions; –– apprendre de l’expérience et diffuser la connaissance. au lieu de Les objectifs principaux de la stratégie régionale sont les suivants: –– autonomisation des populations rurales pauvres; –– permettre aux femmes et hommes ruraux pauvres de profiter des opportunités du marché; –– promotion d’un dialogue politique; –– développement des partenariats et des coalitions; –– apprendre de l’expérience et diffusion de la connaissance. Évitez d’utiliser les modificateurs grammaticaux tels que: –– Rôle “clé” –– Évaluation “approfondie” –– Participation “active” –– Engagement “proactif” –– Objectif “global” –– Formation “intensive” –– “Une vaste gamme de” –– Examiner “de près” –– Communauté “locale” –– “Très”… B - 2
  • 50. Rédiger des contenus et les publier Éliminez les déclarations évidentes ou implicites  Éliminez toute phrase non nécessaire à la compréhension du sens: Les stratégies doivent refléter les réalités de la communauté. au lieu de Pour être efficaces les stratégies doivent refléter les réalités de la communauté. (Qui pourrait bien vouloir de stratégies inefficaces?) Une réunion a été convoquée avec les ONG. au lieu de Une réunion a été organisée avec les ONG pertinentes. (Irait-on convier à la réunion des ONG non pertinentes?) Ressources Un grand nombre de conseils figurant dans ces directives sont adaptés à partir des textes suivants que nous vous encourageons à consulter: –– Rédiger clairement – Brochure de la Commission européenne: www.ec.europa.eu/translation/index_en.htm –– Manuel de rédaction et d’édition de l’Organisation des Nations Unies: http://dd.dgacm.org/ores/french Réduisez la longueur des paragraphes  Faites en sorte que vos paragraphes comportent en moyenne trois à quatre phrases.  Abordez un sujet par paragraphe.  Placez les documents de référence d’une certaine longueur en annexe. Il y a longtemps que le jargon existe. L’un des premiers manuels des Nations Unies soulignait que “les jargons […] ont poussé comme de mauvaises herbes au point de cacher les fleurs de l’information non seulement aux profanes mais même aux spécialistes d’autres branches.” (A Guide to Writing for the United Nations, 1965). Créez un format agréable pour le lecteur  Rédigez un paragraphe de résumé au début des textes comportant plus de deux pages.  Utilisez des titres et sous-titres descriptifs.  Utilisez des listes à puces verticales; utilisez des listes verticales numérotées pour illustrer les priorités ou les différentes étapes au sein d’une séquence.  Présentez les informations complexes sous des formats plus agréables à lire tels que les tableaux ou les graphiques. Corrigez les épreuves du texte  Corrigez les épreuves du texte pour éliminer les fautes de grammaire et d’orthographe et veiller à ce que le style et le format soient homogènes.  Lisez le texte à haute voix – cela vous aidera à identifier les phrases ou les passages qui manquent de clarté et doivent être remaniés.  Demandez à une autre personne de lire votre projet. 1 2 Directives pour un langage simple 3 4 Jargon par opposition à terminologie spécifique Écrire de façon accessible Il est important de faire une distinction entre jargon et terminologie spécifique. Tout domaine technique (comme l’économie, la médecine ou le droit) dispose d’une terminologie propre, nécessaire et incontournable. Les instruments négociés, les traités et les documents des organes directeurs ont adopté un langage qui ne peut être changé. Cette terminologie peut constituer une forme de raccourci utile pour les spécialistes du secteur. Le terme “jargon”, quant à lui, a pris une connotation péjorative et se réfère généralement à une tendance à utiliser des termes et des phrases inutiles, voire inaccessibles, pseudo-scientifiques, anonymes, confus ou présentant toutes ces caractéristiques à la fois. Souvent, le langage institutionnel utilisé au sein d’une organisation par commodité a tout du jargon une fois introduit dans des produits d’information publique et de plaidoyer. B - 3
  • 51. Rédiger des contenus et les publier  Populations rurales: ce terme est approprié si le      contexte est statistique, sinon personnes rurales est plus clair, plus simple et moins déshumanisant. Toutes les parties prenantes et pertinentes: parler de parties prenantes non pertinentes serait inhabituel, pertinentes est donc un mot superflu dans ce cas de figure. Ressources humaines: le texte fait-il référence à un département des ressources humaines ou au secteur des ressources humaines? Dans le cas contraire, travailleurs, employés, personnel de projet sont des mots plus clairs et plus humains. Ressources, y compris humaines: cette tournure associe les personnes aux machines, aux matériels de bureau et à l’argent: c’est ce qui se fait de pire en matière de jargon. Coopération multisectorielle: de qui ou de quoi s’agit-il? Il est préférable de spécifier dans la mesure du possible, coopération entre les secteurs agricoles et des transports, ou entre les producteurs agricoles, les régulateurs et les autorités sanitaires, par exemple. Externalités: externes à quoi? Le mot pourrait signifier des facteurs qui échappent à notre contrôle ou des événements non reliés ou en dehors des influences qui avaient un impact sur les résultats, ou tant d’autres choses – mais le lecteur, quant à lui, n’en a pas la moindre idée… Le tableau suivant recense quelques mots qui sont souvent utilisés comme jargon – c’est-à-dire qui pourraient être remplacés par des formes d’expression plus simples et plus directes. Évitez Utilisez rehausser améliorer dans le futur à partir de maintenant clé utilisation excessive – préférez principal, significatif, majeur Assurer une liaison contacter, être en contact avec aboutissement résultat déterminer planifier, étudier, évaluer faire en sorte de œuvrer pour faire avancer utilisation excessive – utilisez développer, prendre en charge, poursuivre, mettre en œuvre parties prenantes spécifiez dans la mesure du possible – qui exactement? Ou “toutes les personnes concernées”, “quiconque s’intéresse à la question” engagement adhésion, accord propriété Évitez les usages au figuré stratégique peut-être parfois remplacé par ciblé, précis, centré, défini, etc.; souvent peut être éliminé informer appelle un complément d’objet – par exemple “il a informé la réunion des résultats”, et non pas “il a informé sur les résultats”. Ou périphrase avec décrire, dire, faire rapport revisiter (la question, le problème, etc.) revenir sur, aborder de nouveau Comme le montre le dernier exemple, remplacer le jargon ne signifie pas toujours enlever des mots longs et utiliser des mots plus courts; parfois l’écriture débarrassée de tout jargon prend plus d’espace, mais elle transmet plus de signification, de réalité ou de détail. 1 2 Directives pour un langage simple 3 4 B - 4
  • 52. Rédiger des contenus et les publier Réviser et corriger les documents imprimés Qu’il s’agisse d’un dépliant ou d’un ouvrage technique plus imposant, tout manuscrit doit passer par un certain nombre d’étapes éditoriales et différentes formes de révision avant de pouvoir être imprimé. Révision technique Comme son nom l’indique, la révision technique est essentiellement centrée sur le contenu et exige, de la part de l’éditeur, de solides connaissances du domaine traité. À ce stade, il convient de préparer la copie en examinant le style, les détails, en validant les informations, en vérifiant la pertinence et la conformité avec la politique organisationnelle. La révision technique est effectuée en étroite collaboration avec l’auteur. Révision approfondie Elle peut impliquer une bonne part de réécriture, d’examiner la conception du travail et de le revoir entièrement le cas échéant, puis de tester le bon fonctionnement du concept en termes de communication auprès du public cible. Ce type de révision requiert presque toujours de solliciter l’auteur sur: i) des modifications que l’éditeur souhaiterait effectuer mais qui nécessitent l’approbation de l’auteur (par exemple s’assurer que le sens n’est pas modifié); et ii) des phrases ou des passages peu clairs que l’éditeur ne peut modifier au vu des informations dont il dispose. La révision approfondie implique également la suppression des termes superflus et l’amélioration de la syntaxe dans le but de transmettre plus clairement le message. Correction du texte  C’est la phase de correction du manuscrit qui consiste à supprimer toutes les fautes de grammaire, d’orthographe, de ponctuation et à vérifier que la charte stylistique du FIDA est bien respectée. Elle comprend également la correction ou les éclaircissements sur toute question de fond qui aurait pu échapper aux réviseurs précédents lors de leur relecture du manuscrit. En fait, ces différentes étapes de révision font parfois double emploi et peuvent être effectuées en une seule et même fois si le texte est court ou présente peu de contenu technique. Il est important pour les auteurs d’exposer clairement leurs attentes à l’éditeur; et pour l’éditeur, il est important de savoir clairement quel niveau de révision est attendu. 1 2 Directives pour un langage simple 3 4 La vérification de l’information incombe à l’auteur, sauf dispositions contraires, et s’effectue avant la remise du manuscrit à l’éditeur. S’il est vrai que les éditeurs du manuscrit peuvent signaler des erreurs factuelles évidentes, comme des erreurs de calcul mathématique, ou de noms propres, les auteurs doivent s’assurer que tous les faits et les chiffres ont été vérifiés avant de transmettre un manuscrit pour correction. Un principe éditorial clé est de veiller à ce que les corrections apportées à une étape donnée soient maintenues à l’étape suivante, et que les erreurs corrigées restent corrigées. Cela peut s’avérer plus difficile qu’il y paraît. Cette étape requiert également un contrôle rigoureux du document: face à l’avènement de la révision et de la publication électroniques, il est important de n’avoir qu’une seule et même version du document, clairement identifiable (rév.1, rév.2, rév.3). Faire circuler un manuscrit à un stade avancé de la “révision” peut entraîner des modifications substantielles qui peuvent contredire ou annuler le travail éditorial déjà effectué. Donc, quand plusieurs organes techniques, experts ou unités s’intéressent au même travail, il est plus efficace (et moins coûteux) de prendre en compte leur apport puis d’éliminer la version du document antérieure à cet apport. Repenser ou réécrire un travail qui est déjà en mise en page coûte cher, entraîne des retards et présente, en outre, le risque d’introduire de nouvelles erreurs par inadvertance. Correction des épreuves On procède à la correction des épreuves à la fin du cycle de production, juste avant que le document ne parte à l’impression. La relecture des épreuves est plus rapide et plus “mécanique” que la révision technique, car à ce stade de la conception et de la mise en page d’un produit, la structure, le style, le contenu, la précision technique et la cohérence avec la politique de l’institution ont théoriquement déjà été vérifiés.  Premières épreuves. On y décèle toute erreur ou incohérence liée au passage du document d’un programme de traitement de texte à un programme de conception graphique. Elles permettent également de repérer les dernières erreurs (comme les fautes de grammaire ou d’orthographe) et les incohérences (comme le style) qui n’avaient pas été repérées à l’étape de la révision. B - 5
  • 53. Rédiger des contenus et les publier  Secondes épreuves. Elles permettent de contrôler que les corrections ont bien été insérées et de rechercher d’éventuels problèmes de formatage ou de nouvelles erreurs découlant du formatage. –– Toutes les corrections, de fond ou techniques, apportées au texte au cours de la correction des épreuves doivent être vérifiées et validées par le donneur d’ordres et/ou l’auteur. –– Le donneur d’ordres et/ou l’auteur doivent contrôler le contenu des photos relatives au texte. –– Le donneur d’ordres et/ou le responsable du budget sont généralement invités à signer l’épreuve définitive destinée à la presse (le bon à tirer), sauf arrangement contraire.  Les césures de mots en cas de saut de ligne     Liste des éléments à contrôler Examinez les épreuves pour vous assurer que:  Le contenu est complet et reflète bien la version définitive du document source.  Les avis de droit d’auteur et les mentions légales obligatoires ont bien été ajoutés.  La table des matières correspond exactement aux contenus et au foliotage des pages.  Le placement, l’ordre/la numérotation et l’agencement des sections, encadrés, tableaux, figures, cartes, photos, notes de bas de pages et notes de fin sont corrects.  Les feuilles de style et la présentation appliquées aux différents niveaux de titres et de sous-titres, aux titres d’encadrés, de tableaux et de figures, ainsi qu’aux légendes sont cohérentes.  Le formatage appliqué au texte – tel que l’italique, la graisse, les paramètres de justification, l’espacement des paragraphes, l’interligne, les tabulations et les puces – est cohérent.  Le style, l’orthographe, la grammaire et la ponctuation sont corrects et unifiés, et les fautes typographiques éliminées.  Les renvois dans le texte aux numéros de page ou de section, aux encadrés, aux tableaux et aux figures sont corrects. 1 2 Directives pour un langage simple 3 4  sont correctes. –– Les césures de mots sont limitées autant que faire se peut, et totalement évitées dans le texte non justifié (en drapeau) à l’exception des noms composés coupés. –– Les césures de mots en fin de colonne ou en fin de page sont évitées. –– Les abréviations et les nombres ne sont pas coupés. Les veuves et les orphelines sont éliminées. La pagination est continue. La bibliographie/les références sont complètes, et le style, l’ordre d’apparition et la mise en page appliqués aux entrées sont cohérents. Les informations relatives aux contacts sont correctes et figurent à la dernière page ou en quatrième de couverture. Le mois et l’année de l’impression sont indiqués à la dernière page ou en quatrième de couverture. Contact Bruce Murphy, Responsable, contenus rédactionnels et publications Division de la communication Courriel: b.murphy@ifad.org; wpu@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2693 B - 6
  • 54. Rédiger des contenus et les publier 2 J Utilisation du storytelling pour le partage des savoirs Le storytelling peut être défini dans les grandes lignes comme la communication orale d’idées, de croyances, d’expériences et de leçons personnelles. Il a été utilisé comme l’une des formes majeures de communication tout au long de l’histoire et possède un grand potentiel comme outil didactique et d’apprentissage. Le storytelling est l’un des meilleurs moyens permettant de passer de l’information à la connaissance, et c’est un moyen efficace de saisir et de transférer les savoirs tacites. Utilisé avec efficacité, il présente de nombreux avantages par rapport aux techniques de communication plus traditionnelles.  Ils encouragent l’action directe – ils aident à L’auteur et consultant Steve Denning a introduit le storytelling comme un outil de gestion de la connaissance à la Banque mondiale à la fin des années 1990. Denning aspirait à une transformation organisationnelle, en recourant à la gestion de la connaissance centrée sur des récits afin de créer un cadre commun de savoirs susceptible d’orienter la prise de décisions. Utilisation du storytelling Avantages du storytelling Les récits présentent les avantages suivants:  Ils communiquent des idées de façon holistique, en véhiculant un message riche mais cependant clair: ils constituent un excellent moyen de communiquer des idées compliquées sous une forme facile à comprendre  Ils permettent de transmettre les savoirs tacites qui pourraient s’avérer par ailleurs difficiles à articuler.  Ils offrent le contexte ainsi que la connaissance elle-même, ce qui augmente la probabilité d’un transfert précis et significatif des savoirs.  Ils sont un excellent véhicule d’apprentissage car ils suscitent l’intérêt, ce que les principes abstraits ou les procédures impersonnelles parviennent rarement à faire.  Ils sont durables – leurs messages demeurent et sont transmis.  Ils offrent un exemple vivant de la façon dont faire une chose et de la raison pour laquelle cela fonctionne; ainsi les personnes sont plus réceptives au message. 1 2 3 4 Utilisation du storytelling pour le partage des savoirs combler l’écart entre le fait de savoir comment faire quelque chose et le passage à l’acte réel.  Ils rendent la communication plus humaine – ils utilisent la langue de tous les jours et suscitent une réaction émotionnelle.  Ils favorisent le sens de la communauté et aident à développer les relations humaines.  Ils sont appréciés et partagés par les personnes parce qu’ils sont synonymes d’animation et de divertissement. Le storytelling aide à:  Déclencher des Inspirez votre public. changements Faites-leur un récit organisationnels. captivant. L’expérience a montré que le storytelling peut s’avérer particulièrement efficace en tant que vecteur de changement, et ce même dans les organisations qui y sont hostiles. Raconter une histoire invite les personnes à envisager toutes les implications car cela illustre le changement bien mieux que les descriptions abstraites ne sauraient le faire.  Communiquer. Quand des auditeurs entendent le récit, ils le recréent mentalement et il devient partie intégrante de leurs propres idées.  Saisir les savoirs tacites. Les savoirs tacites peuvent comporter plusieurs couches et plusieurs dimensions, ce qui les rend difficiles à articuler. Les récits permettent aux personnes d’exprimer et de partager les savoirs tacites de façons riches et significatives.  Incarner et transmettre les savoirs. Un récit simple peut véhiculer une idée complexe non seulement en transmettant l’information en tant que message, mais aussi en impliquant activement l’auditeur dans la création de l’idée. En outre, à mesure qu’une histoire est racontée et racontée de nouveau, elle se transforme, de sorte que le savoir qu’elle incarne subit une évolution constante et s’en trouve consolidé. B - 7
  • 55. Rédiger des contenus et les publier  Inspirer l’innovation. L’utilisation du storytelling Comment concevoir un récit? dans l’innovation et la création du savoir peut encourager les personnes à s’éloigner d’une pensée linéaire et à s’orienter vers une opinion plus multidimensionnelle. Cela les aide à voir de nouvelles connexions entre les choses et à associer la logique scientifique à une approche plus créative ou plus intuitive.  Construire la communauté. Les récits rassemblent les gens et alimentent le sens d’appartenance à la communauté. Le storytelling n’est pas hiérarchique. Il libère des sentiments et des émotions ainsi que des processus de pensée et par là même il aide à construire les relations et la confiance.  Renforcer la technologie. Les gens ont souvent des difficultés à communiquer en matière de technologies. Les utilisateurs ont parfois des problèmes à décrire leurs besoins et leurs attentes tandis que les experts rencontrent parfois des difficultés à utiliser un langage simple. Quand il y a un écart entre le langage et la compréhension, le storytelling peut jeter un pont entre eux en communiquant l’essence même de ce que chaque partie s’efforce de faire passer.  Soutenir la croissance individuelle. Le storytelling est une compétence qui fait appel à un certain nombre d’autres compétences importantes, ayant principalement trait à la communication interpersonnelle. Le développement de ces capacités est un élément fondamental de la plupart des programmes de gestion des savoirs. Quel que soit le moyen de communication, un bon récit comporte les éléments suivants: –– des personnages; –– un défi à relever; –– de l’action; –– un tournant à l’occasion d’un changement; –– un dénouement. Ces éléments sont également utilisés pour créer un récit dans un environnement organisationnel. Un message à communiquer peut être réparti au sein de tous ces éléments et développé en un récit qui, au final, transmettra un message de façon durable. Pour voir comment un programme FIDA a été écrit comme un récit, consulter “Establishing food security by improving maize production” www.ruralpovertyportal.org/web/guest/country/voice/ tags/malawi/malawi_foodsecurity. Le récit comporte des personnages (les membres du Comité de développement du village Sakwata), un défi (arracher la communauté à l’extrême pauvreté); une action (apprendre les techniques de culture améliorées); un tournant (quand les agriculteurs récoltent du maïs en excédent) et un dénouement (la capacité d’investir pour améliorer leurs vies et l’augmentation du nombre de participants). Expérience du storytelling au FIDA  Récits du terrain www.ifad.org/story/index.htm Usages possibles des récits –– Exercices de renforcement des équipes ou de la communauté –– Suppression des barrières entre les équipes multidisciplinaires ou multiculturelles –– Animation des ateliers –– Comptes rendus après mission –– Examen des projets personnels –– Systèmes de surveillance (Voir la méthode “Most Significant Change”) www.ifad.org/evaluation/ guide/annexd/Annex D-3DEF.pdf) 1 2 3 4 Utilisation du storytelling pour le partage des savoirs (voir également la section “Préparer des récits de terrain”).  Récits se dégageant des bulletins régionaux d’information –– Faire la différence en Asie et dans le Pacifique www.ifad.org/operations/projects/regions/pi/ newsletter.htm –– Progrès en Afrique orientale et australe www.ifad.org/operations/projects/regions/pf/ newsletter.htm –– Perspectives rurales – partager les expériences de l’Amérique latine et des Caraïbes www.ifad.org/operations/projects/regions/pl/ newsletter.htm B - 8
  • 56. Rédiger des contenus et les publier –– Échos ruraux dans le Proche Orient et en Afrique du Nord www.ifad.org/operations/projects/regions/pn/ newsletters.htm –– Action du FIDA dans la lettre d’information électronique pour l’Afrique de l’Ouest et du centre www.ifad.org/operations/projects/regions/pa/ newsletter.htm  Récits vidéo des programmes et des projets du FIDA www.ifad.org/video/index.htm  Le blog du FIDA (www.ifad-un.blogspot.com): What does it mean to be an empowered woman in a man’s world?, Haiti earthquake, Rural Poverty Report 2011 Ressources –– Steve Denning sur le storytelling: www.stevedenning.com/site/Default.aspx –– Swiss Agency for Development and Cooperation (SDC): brochure sur le storytelling et Story guide – a handbook on the use of storytelling http://www.sdc-learningandnetworking.ch/en/ Home/SDC_KM_Tools/Storytelling –– Boîte à outils pour le partage des savoirs: http://www.kstoolkit.org/Storytelling Contact Roxanna Samii, Chargée du web, des savoirs et de la communication interne Division de la communication Courriel: r.samii@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2375 1 2 3 4 Utilisation du storytelling pour le partage des savoirs B - 9
  • 57. Rédiger des contenus et les publier 3 J Préparer des “récits de terrain” Les “récits de terrain” sont des articles brefs sur les programmes et les projets mis en œuvre par le FIDA dans le monde. Ils illustrent ce qui peut se produire quand de Les “récits de terrain” petits agriculteurs et d’autres populations illustrent les projets et rurales pauvres les personnes que nous acquièrent les capacités, soutenons et prouvent la la connaissance, la valeur de notre travail. confiance dont ils ont besoin pour surmonter la pauvreté par eux-mêmes. Ces histoires sont fondamentales car elles illustrent les projets réels et les personnes réelles que nous soutenons. Elles prouvent la valeur de notre travail. Elles renforcent notre crédibilité et nous aident dans nos opérations de mobilisation de fonds. Les histoires sont:  postées sur le site web pour montrer aux visiteurs l’impact de notre travail sur le terrain (www.ifad.org/story/);  introduites sous forme imprimée dans les kits de mobilisation de fonds et les documents distribués lors des réunions importantes pour prouver aux bailleurs de fonds et au public à quel point les projets financés par le FIDA font toute la différence dans la vie des personnes réelles. Critères à satisfaire Un programme ou un projet se prête à être transformé en récit s’il satisfait les critères suivants:  Il doit s’agir d’un succès flagrant, qui de ce fait a été transposé à plus grande échelle ou reproduit et qui affiche des résultats mesurables prouvés par l’augmentation des revenus chez les participants, la construction de nouvelles écoles, l’amélioration de la nutrition et de la santé.  OU, si l’histoire porte sur l’échec d’un projet, il doit s’agir d’un projet solidement documenté et que les responsables du projet acceptent de partager parce qu’il constitue un exemple pour des programmes ou des projets futurs (c’est encore mieux si l’histoire peut démontrer que les leçons tirées de cet échec ont déjà été apprises). 1 2 3 4 Préparer des “récits de terrain”  Il doit y avoir des résultats documentés comme     dans le cas d’une évaluation à mi-parcours. Il est évident que le FIDA a obtenu des résultats et que ceux-ci peuvent être attribués au projet ou à l’intervention du FIDA. Il doit y avoir un aspect qui relève de l’intérêt humain, comme des témoignages émanant des participants. Des citations peuvent être obtenues du responsable du programme de pays du FIDA ou de quelqu’un d’autre comme une personne de liaison issue de la communauté impliquée dans le projet. Des photos sont disponibles pour illustrer l’histoire; idéalement celles-ci doivent représenter les participants et des activités spécifiques. Pour préparer une histoire vous (ou l’auteur free-lance que vous engagez) aurez besoin d’interviewer les personnes impliquées, notamment le coordinateur du projet ou le responsable du programme local et les participants au projet; dans la mesure du possible, rendez-vous sur le site du projet pour voir comment il fonctionne et constater les changements intervenus au sein de la communauté. Trouvez des réponses aux questions fondamentales suivantes:  Pourquoi le projet a-t-il été mis en œuvre – quel était le problème?  Qui a participé, qui a fourni l’assistance technique [toujours inclure les noms du personnel du FIDA]; qui a profité du projet?  Quel était l’objectif du projet, qu’a-t-il réalisé, quelles sont les étapes suivantes; comment a-t-il fonctionné?; quels problèmes ont été résolus ou comment sont-ils abordés?  Quand le problème s’est-il présenté; quand le projet a-t-il démarré et quand sera-t-il achevé?  Où est situé le projet – fournissez le nom de la communauté et de la province/région/pays; si le contexte l’exige, fournissez un élément d’identification comme “au nord-est du pays”; indiquez également le nombre de bénéficiaires et/ ou les dimensions de la zone bénéficiaire. B - 10
  • 58. Rédiger des contenus et les publier Questions à poser aux participants au projet Encadré des “faits-clés” Posez les questions suivantes:  Le nom et l’âge de la personne (à condition qu’il soit approprié de poser cette question d’un point de vue culturel), le nombre de membres que compte sa famille, et l’endroit où ils vivent. Vérifiez l’orthographe du nom de la personne – dans la mesure du possible faites-le lui écrire.  Comment était sa vie avant que le projet n’intervienne?  En quoi le projet a-t-il changé sa vie quotidienne? Note: les récits de terrain concernent des personnes réelles. Ne créez jamais une personne de toutes pièces, n’inventez pas des propos ou des détails sur Chaque récit est doté d’un encadré qui présente des faits clé relatifs au programme ou au projet. Ces faitsclés doivent comporter: –– le nom du programme ou du projet; –– le coût total; –– le prêt ou le montant du don du FIDA; –– les cobailleurs de fonds/partenaires et le prêt ou le montant du don; –– la durée; –– la zone géographique: –– le nombre de bénéficiaires directs; –– le statut du programme ou du projet; –– les liens pertinents (quatre ou cinq); n’oubliez pas de contrôler les URL pour vous assurer qu’elles sont correctes. la personne que vous interviewez et ne mélangez pas les paroles de deux personnes différentes. Si vous n’arrivez pas à obtenir des propos utilisables, Détails paraphrasez ce qu’ils ont dit, mais ne mettez pas les  Fournissez le ou les noms du/des contacts en témoignages entre guillemets. Conseils pour la rédaction  Commencez par un paragraphe d’introduction qui       1 résume ce que le programme ou le projet du FIDA a réalisé et son/ses résultat(s). Essayez d’inclure des réponses essentielles aux questions “pourquoi, qui, quand, où”. Le lecteur doit ainsi avoir une idée précise de ce qui s’est passé après la lecture de ce paragraphe, qui doit comporter environ 50 mots. Fournissez des détails supplémentaires dans les paragraphes suivants, en développant les informations brèves qui figurent dans le premier paragraphe. Insérez une ou deux citations au début d’un paragraphe. Indiquez le nom et prénom de la personne dont les propos ont été cités dans le récit, la description de son poste, ainsi que son affiliation institutionnelle ou son emploi et le nom du village. Écrivez des paragraphes brefs – de 100 mots maximum, si possible. Structurez le texte avec des sous-titres courts, tous les trois ou quatre paragraphes. Écrivez entre 700 et 1 200 mots. Choisissez un titre pour le récit qui indique le thème et le pays. Voici des exemples de bons titres, extraits des récits publiés: “Accéder à une nouvelle vie en cultivant le désert égyptien” et “Les produits organiques: un atout indispensable pour aider le Pacifique à conquérir de nouveaux marchés”. 2 3 4 Préparer des “récits de terrain”      vue d’obtenir un complément d’information (le responsable du programme de pays et/ou le coordinateur du projet) ainsi que leur qualification professionnelle, adresse, numéro de téléphone (facultatif) et courriel. Rédigez une courte légende sous chaque photo (dix mots environ) qui décrit brièvement la situation. Pour les photos de personnes, indiquez le nom en entier, l’emploi, le lieu. Indiquez le nom de la personne qui a pris les photos. Envoyez un projet de texte au directeur du programme de pays ou au contact technique pour avoir leurs commentaires et leur approbation du texte, des légendes et des photos. Travaillez avec le directeur du programme de pays ou avec le contact technique et l’éditeur photos de la Division de la communication pour sélectionner les photos et préparer les légendes (note: les photos doivent être au minimum en 300 dpi et de format 10 cm x 15 cm). Avant de commencer une histoire jetez un coup d’œil à des exemples d’histoires publiées sur le site web. Contact Bruce Murphy, Responsable, contenus rédactionnels et publications Division de la communication Courriel: b.murphy@ifad.org; wpu@ifad.org Tél: +39 06 5459 2693 B - 11
  • 59. Rédiger des contenus et les publier 4 J Distribuer les documents du FIDA Le nombre des bureaux sur le terrain, ainsi que le nombre de partenaires et de parties prenantes étant en constante augmentation dans le monde, la distribution des publications et des autres produits du FIDA est une tâche Faites connaître la ardue. C’est l’Assistant marque du FIDA. Distribuer de recherche et de des articles portant la distribution qui gère ce travail. marque du FIDA. Impression papier par opposition à publication électronique Traditionnellement, le FIDA a toujours distribué des copies papier de ses publications. Aujourd’hui tous les documents du FIDA sont publiés en version électronique; et la question se pose de savoir s’il faut continuer à imprimer les documents. La publication uniquement électronique s’est largement développée à mesure que les gens se sont habitués à la lecture sur écrans. Cette tendance est encouragée par le désir de diminuer les frais d’impression et de distribution et l’envie d’utiliser des ressources naturelles. Mais, au FIDA, la décision relative à l’impression ou la non-impression des documents doit être prise au cas par cas. Veuillez vous assurer que les services électriques et des fournisseurs Internet sont suffisamment fiables pour supporter le téléchargement et, alternativement, assurez-vous que les routes et les services de transport sont suffisants pour garantir la distribution de documents papier. Dans certaines situations une approche hybride peut s’avérer meilleure: un long rapport spécialisé ou une étude peut être mis à disposition uniquement par voie électronique, tandis qu’un bref résumé de ses conclusions, des leçons apprises et des recommandations peut être publié à la fois en version papier et version électronique. Impression offset par opposition à impression numérique Pour les documents que vous déciderez d’imprimer, vous serez confrontés par la suite à des choix relatifs à la reliure, au papier et aux valeurs de production. Un manuel de terrain, par exemple, doit être imprimé 1 2 3 sur un matériau robuste qui résiste aux liquides et nécessite une reliure solide. Ces conditions influencent à leur tour le choix de l’impression offset plutôt que de l’impression numérique. L’impression offset peut gérer des documents haut de gamme qui exigent du papier de bonne qualité, un revêtement, ainsi qu’une reliure et une coupe complexes, alors que l’impression numérique ne peut le faire. Même si l’impression offset est coûteuse, en cas de gros tirages le prix à l’unité est moins cher par rapport à l’impression numérique. L’impression à la demande, en général l’impression numérique, est plus efficace dans deux cas: quand on doit pouvoir disposer des documents rapidement et pour des productions de faible tirage. L’impression numérique est onéreuse et peu économique en cas de gros tirages. Veillez à déterminer précisément le nombre de copies dont vous avez besoin pour la distribution complète: imprimer à plusieurs reprises de nombreuses copies numériques revient plus cher qu’un tirage offset. Planifier la distribution des documents imprimés Mettre au point un plan de distribution figure au nombre des étapes les plus importantes dans la création d’une publication. C’est parce que la liste des destinataires est équivalente à la liste du public cible, or savoir qui vous voulez atteindre est un aspect fondamental pour décider du message véhiculé par le document et du bien-fondé de sa réalisation. Lors de la mise au point du plan de distribution, par exemple, vous pourriez prendre conscience du fait qu’il pourrait s’avérer difficile de faire parvenir la publication dans les zones isolées qui comptent peu de routes, et où les habitants, d’autre part, pourraient ne pas être alphabétisés. Vous pourriez dans ce cas décider qu’un programme radiodiffusé est mieux adapté à votre public. Une autre raison motivant la mise au point d’un plan de distribution est de s’assurer que le produit atteint vraiment le public visé. De nombreuses organisations finissent régulièrement “par réduire en pâte” (jeter) des tonnes de surplus de publications qui n’ont 4 Distribuer les documents du FIDA B - 12
  • 60. Rédiger des contenus et les publier jamais été distribuées. Les documents ont souvent une brève durée de vie sur les étagères et, s’ils ne sortent pas rapidement, ils passent à côté de leur objectif. Une liste de distribution attentivement mise au point, accompagnée d’un plan réaliste chiffré visant à transmettre les produits aux personnes figurant sur la liste, permettra d’épargner des ressources précieuses – aussi bien des ressources en arbres que des fonds. Avant d’aller trop loin dans votre processus de planification, veillez à répondre aux questions suivantes:  Quel est le public cible? Soyez précis – par exemple ne vous contentez pas de répondre “les médias”; établissez une liste des supports médiatiques qui selon vous doivent recevoir le document, de cette façon vous pourrez mieux définir le nombre total de copies nécessaires.  Quelle sera la durée de vie du document sur les étagères? Un article générique tel qu’une brochure sur les activités du FIDA sera utilisable plus longtemps qu’un rapport sur l’état d’avancement à mi-parcours d’un programme de quatre ans.  Pour les publications élaborées avec des partenaires, de combien de copies ont-ils besoin?  Où le public ciblé se trouve-t-il et comment lui ferez-vous parvenir la publication?  Combien coûtera la distribution et quelle est la source du financement? Envisagez de demander un numéro ISBN pour les publications importantes. Un ISBN (International Standard Book Number) est un identifiant qui facilite la commande de la publication et son maintien dans le domaine public. (Voir lien suivant pour obtenir un complément d’informations sur ISBN www.isbn-international.org/faqs.) Faire une demande de documents du FIDA Les publications en version papier ou électronique du FIDA sont des biens publics globaux et sont mises à disposition gratuitement aussi bien électroniquement que sous forme imprimée. Vous pouvez indiquer votre préférence pour le format imprimé ou électronique à l’Assistant de recherche et de distribution. Si vous avez besoin de publications du FIDA et/ou du matériel public de plaidoyer pour une manifestation, une mission ou une visite bilatérale, veuillez consulter l’unité au moins deux semaines à l’avance. 1 2 3 L’unité est chargée:  d’identifier les publications appropriées pour des manifestations externes et internes selon le type de manifestation et la participation. Une liste complète des publications du FIDA est disponible à l’adresse www.ifad.org/pub/index.htm.  d’identifier les éléments d’exposition pertinents pour les manifestations internes et externes et de prévoir leur expédition. Tout élément d’exposition (ou autre bien) prélevé au sein des locaux du FIDA doit être accompagné d’un récépissé d’assurance délivré par la Division des services administratifs.  Le formulaire doit être signé, retiré et conservé par la personne qui enlève le bien.  Le courrier et les documents officiels sont livrés au niveau national et international en provenance des sièges moyennant un service de courrier. Ce service garantit généralement une livraison dans les 24 à 48 heures en Europe et aux États-Unis et en 48 à 96 heures pour toute autre destination. Informations sur l’expédition Pour s’assurer que l’expédition est livrée en temps voulu, les organisateurs de la manifestation ou les expéditeurs doivent fournir l’adresse complète des destinataires (y compris le code postal aux ÉtatsUnis), ainsi que leur numéro de téléphone et/ou leur adresse courriel. Les courriers nationaux et internationaux passent prendre le matériel aux sièges à 16 heures. Pour pouvoir compter sur un battement suffisant, les services du courrier doivent recevoir l’expédition avant midi. Les expéditeurs sont invités à remplir le formulaire nécessaire et à fournir le code budgétaire pour l’expédition. Veuillez trouver ci-dessus les liens vers les formulaires: –– Demande de formulaires services de livraison et de ramassage spéciaux: https://intranet/divisions/fad/fa/mail/courier_ request_form.pdf –– Facture pro forma générique https://intranet/jobaids/forms/courrier/fattura_ proforma.doc –– Facture pro forma DHL https://intranet/jobaids/ forms/courrier/fattura.xls 4 Distribuer les documents du FIDA B - 13
  • 61. Rédiger des contenus et les publier Soutien aux bureaux de pays et collègues sur le terrain Liste de diffusion L’Assistant de recherche et de distribution est chargé d’assurer l’approvisionnement des bureaux de pays du FIDA en publications et en produits de marque FIDA, comprenant: –– le drapeau officiel du FIDA; –– les affiches thématiques; –– les stickers portant le logo du FIDA; –– les sacs en coton, –– les produits vidéo; –– les calendriers; –– des quantités limitées de clés et de bracelets USB, des casquettes, des t-shirts et des pin’s. (Si vous avez besoin d’un plus grand nombre d’articles, commandez-les par l’intermédiaire de votre secrétariat). Note: veillez à distribuer les publications du FIDA et les autres supports porteurs de sa marque à des partenaires et des parties prenantes. La liste de diffusion du FIDA a besoin de votre aide! Veuillez demander à vos partenaires et à vos nouveaux contacts de compléter le formulaire d’inscription à l’adresse https://webapps.ifad.org/subscriptions/ subscribe_ifad.htm. Note: chaque fois que vous rencontrez de nouveaux contacts utilisez le formulaire d’abonnement pour ajouter leur nom à la liste de diffusion de l’institution. Contact Christian Assogba, Assistant de recherche et de distribution Web, savoirs et communication interne Division de la communication Courriel: c.assogba@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2749 Décoration des bureaux de pays Il est important d’habiller les bureaux de pays aux couleurs du FIDA. Utilisez les affiches du FIDA, les stickers et le drapeau pour décorer vos bureaux; si vous êtes chargé d’ouvrir un nouveau bureau de pays, faites-le-nous savoir afin que nous puissions vous aider. Veillez à ce que le présentoir des publications dans votre bureau soit toujours rempli de produits du FIDA. 1 2 3 4 Distribuer les documents du FIDA B - 14
  • 62. Rédiger des contenus et les publier Prenez le temps de nous faire part de vos impressions. Merci de bien vouloir adresser le questionnaire cidessous à Bob Baber, Division de la communication, commtoolkit@ifad.org. 1. Trouvez-vous les explications fournies dans cette section faciles à lire et à comprendre? m Oui m Non 5. étiez-vous à la recherche d’une information spécifique que vous n’avez pas trouvée dans ce chapitre? Si tel est le cas, veuillez préciser le type d’information que nous pourrions intégrer et qui vous serait utile. 2. De quelle manière avez-vous déjà utilisé ou avezvous l’intention d’utiliser le contenu de ce chapitre dans le cadre de votre travail? 6. Avez-vous utilisé les ressources fournies dans ce chapitre (liens vers les sites web et autres)? 3. Sur une échelle allant de 1 à 10 (1 pour inutile, 10 pour extrêmement utile), quelle note attribueriez-vous à ce chapitre? m 1 m 2 m 3 m 4 m 5 m Oui m Non 7. Si vous avez répondu “oui” à la question précédente, quelles sont d’après vous les ressources les plus utiles? m 6 m 7 m 8 m 9 m 10 4. Si la note attribuée en réponse à la question précédente est égale ou inférieure à 5, merci de bien vouloir expliquer pourquoi ce chapitre n’est selon vous pas utile. Cliquez pour accéder au sondage interactif correspondant à la section Rédiger des contenus et les publier.
  • 63. Travailler avec les médias
  • 64. Travailler avec les médias Les médias sont un outil puissant qui permet d’informer le public des thématiques traitées par le FIDA ainsi que des actions menées par l’institution. Cette section présente un large éventail d’opportunités médiatiques et explique comment exploiter leur potentiel, en offrant une synthèse des outils nécessaires pour entretenir de bonnes relations avec les médias et quelques conseils concernant l’organisation des conférences de presse, des voyages de presse et des interviews, la maîtrise des risques et la diffusion des informations.  Soyez factuel: donnez des informations claires et synthétiques, évitez de tourner autour de la question. Exposez les faits d’une manière intéressante. Les journalistes apprécient les déclarations vivantes, les slogans créatifs and surtout les anecdotes personnelles utilisées pour illustrer le propos. N’oubliez pas de citer les sources des faits et des statistiques que Exploiter le potentiel des médias vous mentionnez. Les journalistes sont censés relayer les informations d’une manière impartiale. Pour s’assurer une bonne diffusion des informations, il faut bénéficier d’une bonne couverture médiatique. La plupart des journalistes et des médias essayent de diffuser les informations de manière impartiale et responsable, y compris dans les situations difficiles. Mais ils sont souvent débordés – étant appelés à couvrir plusieurs événements par jour – et leurs délais sont très courts.  Soyez impartial: La clé pour établir de bonnes relations de travail avec les médias:  Soyez factuel.  Soyez impartial.  Soyez rapide.  Soyez sincère.  Soyez aimable. vous devez vous montrer impartial à l’égard des journalistes si vous voulez qu’ils le soient avec vous. Si vous privilégiez un média, vous risquez de perdre la confiance de tous les autres.  Soyez rapide: respectez les délais. Si un journaliste vous téléphone pour avoir des informations, rappelez-le immédiatement, y compris en dehors des horaires de travail. Le jour La clé pour établir de bonnes relations de travail avec les médias consiste à comprendre leur méthode de travail et à s’y adapter. Voici les éléments de base: suivant il sera peut-être trop tard, l’information pourrait déjà avoir été diffusée ou imprimée.  Soyez sincère: ne tentez jamais de tromper les journalistes. Soyez aussi ouvert que possible et répondez sincèrement à leurs questions. Si vous vous expliquez clairement, la plupart des journalistes comprendront et vous respecteront même si vous ne pouvez pas être totalement franc.  Soyez aimable: les journalistes, comme tout le monde, apprécient les bonnes manières. Apprenez leur nom, lisez leurs articles (et ditesle leur), écoutez ce qu’ils disent et essayez de connaître leurs intérêts. Remerciez-les lorsqu’ils diffusent des informations qui vous concernent. 1 2 3 4 5 6 7 C - 1
  • 65. Travailler avec les médias 1 J Opportunités médiatiques De nos jours, la presse écrite et audiovisuelle comprend les journaux et les magazines, sous forme électronique et imprimée, ainsi que les chaînes de radio et de télévision. Tous ces moyens donnent accès à des contenus de nature variée:  Actualités. Dans la presse quotidienne et dans les émissions radiotélévisées, les actualités assurent habituellement une couverture synthétique des événements survenus au cours des dernières 24 heures ou fournissent des informations supplémentaires, voire des développements, concernant des événements en cours. Les nouvelles de dernière heure couvrent des événements qui viennent de se produire ou dont l’information est relayée pour la première fois. D’habitude, elles font la une des journaux ou des émissions d’actualités. Les approfondissements et les enquêtes journalistiques fournissent des détails additionnels sur des événements déjà survenus, ou couvrent des thématiques plus vastes, par exemple la pauvreté. Cette formule est la plus adaptée à la présentation des rapports du FIDA, comme le Rapport 2011 sur la pauvreté rurale. Toutefois, pour s’assurer une bonne couverture médiatique il faut savoir mettre en évidence les éléments d’actualité d’une histoire ou d’un produit d’information.  Reportages. Les reportages vont au-delà de l’actualité chaude pour s’intéresser aux répercussions sur la vie des populations. En règle générale, les reportages sont plus longs et ne sont pas liés à des événements précis, bien qu’ils abordent des sujets d’actualité qui suscitent l’intérêt du public. Les reportages bénéficient de délais de préparation plus longs et ils laissent plus de place aux détails, à l’analyse et aux aspects humains. Un programme du FIDA en cours de réalisation, dont les résultats ainsi que les retombées sur la vie des bénéficiaires sont évidents et vérifiables pourrait par exemple faire un bon sujet de reportage.  Interviews. Ingrédient de base des émissions radiotélévisées, les interviews avec des personnages intéressants se retrouvent également dans la presse écrite. D’habitude, les interviews sont liées aux événements d’actualité bien que, comme pour les reportages, les critères soient moins stricts. Parfois les interviews se basent uniquement sur l’importance ou la notoriété du sujet. Les hauts fonctionnaires du FIDA sont de bons candidats pour les interviews radiotélévisées ou dans la presse écrite. 1 2 Travailler avec les médias 3 4  Tribunes. Les tribunes sont des essais rédigés par des leaders d’opinion ou des experts. Si les tribunes doivent être précises quant aux faits, leur but n’est pas de les relater mais de permettre à tous ceux qui évoluent en dehors des cercles journalistiques de prendre position et d’exprimer leur opinion sur les sujets du jour. D’habitude, les tribunes abordent des questions d’actualité ou présentent des opinions individuelles ou controversées. Les tribunes sont normalement utilisées pour offrir un large éventail d’opinions. La place qui leur est consacrée est limitée, et normalement leurs auteurs sont des experts reconnus ou des personnalités de premier ordre. Arriver à faire publier une tribune n’est donc pas évident. Si vous avez l’intention de rédiger un article de cette nature à des fins de publication et de “placement”, veuillez consulter le Service des relations avec les médias et de la communication extérieure.  Lettres au rédacteur. Les lettres qui paraissent dans de nombreuses publications écrites ou dans les médias électroniques offrent la possibilité aux lecteurs d’exprimer leurs opinions. En règle générale, les lettres au rédacteur réagissent à un article précédemment publié. Les lettres sont plus courtes que les tribunes et se prêtent davantage à évoquer certaines problématiques (mais elles restent d’une importance secondaire).  Conférences de presse. Les conférences de presse permettent de donner des informations plus détaillées et d’avoir un échange avec les journalistes, notamment en vue de faciliter la couverture médiatique d’événements particuliers. Les conférences de presse permettent de transmettre des informations importantes aux médias (des résultats significatifs, des catastrophes graves, des visites de haut niveau). Elles constituent également un moyen efficace de donner des informations importantes à tous les journalistes concernés, en leur permettant de recueillir les propos des fonctionnaires compétents. (Voir ci-après les conseils pour Organiser une conférence de presse). Contact Farhana Haque Rahman, Chef du Service des relations avec les médias et de la communication extérieure Division de la communication Courriel: f.haquerahman@ifad.org; ifadnewsroom@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2485 5 6 7 C - 2
  • 66. Travailler avec les médias 2 J Outils de communication avec les médias Communiqués de presse et avis aux médias Les communiqués de presse sont l’instrument principal de diffusion des informations du FIDA. Pour être efficaces, ils doivent relayer des informations concrètes, dont les journalistes pourront se servir pour écrire leurs articles. Par exemple, le FIDA peut être amené à diffuser un communiqué de presse pour annoncer la présentation d’un rapport important, la nomination d’un nouveau représentant, la conclusion d’un accord important avec un gouvernement ou le démarrage d’un programme novateur. Évitez de diffuser des communiqués de presse en l’absence de vraies nouvelles à annoncer, ou les médias ne tarderont pas à se désintéresser de vos communiqués. Les communiqués les plus percutants sont ceux qui utilisent des données et des statistiques pour éclairer l’actualité et aider le public à mieux comprendre le contexte. Les journalistes ont toujours besoin de statistiques et d’autres types d’informations concrètes pour écrire leurs articles, donc plus il y aura de données et de faits réels dans un communiqué, plus il y aura de chance de voir ce dernier repris ou synthétisé dans un article. Un modèle de communiqué de presse et d’avis aux médias est disponible à l’Annexe II. Note: Le Service des relations avec les médias et de la Communication extérieure est à votre disposition pour vous aider à rédiger vos communiqués de presse. Veuillez consulter ifadnewsroom@ifad.org ou contacter un membre du Service des Relations avec les médias et de la Communication extérieure. (Voir L’annuaire Who’sWho de la communication au FIDA, Annexe VI.) Les avis aux médias, les alertes et les invitations sont des communications accrocheuses, destinées à encourager les journalistes à couvrir un événement. Ils indiquent le lieu, l’heure, la date ainsi que l’objet principal de l’événement, par exemple le sujet traité ou les noms des intervenants. Ils doivent comporter un titre incitatif (ou “objet” incitatif dans les cas d’un courriel), suivi d’une brève introduction visant à susciter l’intérêt pour le sujet traité. Les communiqués de presse et les avis aux médias doivent être diffusés par le moyen le plus adapté à 1 2 3 Outils de communication avec les médias 4 votre situation géographique – courrier électronique, téléphone ou distribution manuelle. Si vous prévoyez une diffusion à plus vaste échelle, le Service des relations avec les médias et de la Communication extérieure est à votre disposition pour vous aider à assurer la distribution au niveau régional. Dossiers de presse Les dossiers de presse aident à établir une communication directe avec les médias pour diffuser des contenus. Ils sont distribués aux journalistes aussi bien sur support Ayez toujours à portée papier que sur support de main un dossier de électronique via le site web (ou les deux). Tous presse comportant tous les bureaux de pays les éléments de base. devraient préparer un modèle de dossier de presse immédiatement disponible, susceptible d’être adapté aux différents événements et aux différents médias. Les contenus d’un dossier de presse sont synthétiques et destinés à la distribution générale. Pour les bureaux de pays, les contenus de base peuvent inclure:  Une note de synthèse d’une page présentant le programme de pays, accompagnée de faits et de chiffres (sur le site web du FIDA mais avec un lien spécifique vers le site du pays).  Une ou deux fiches d’information présentant les problèmes auxquels le FIDA se trouve confronté dans le pays concerné (www.ifad.org/pub/factsheet/index.htm).  Une ou deux pages de description de projets importants du FIDA, accompagnées d’une présentation claire des retombées positives sur la vie des populations (www.ifad.org/operations/ projects/regions/country.htm).  Des biographies succinctes du Président du FIDA et des agents-clés, tels que le chargé de programme ou d’autres experts de développement chargés des relations avec les médias.  Deux ou trois liens vers des revues de presse en ligne relatant les activités passées du FIDA (www.ifad.org/media/news/index.htm).  Des informations et des statistiques relatives à l’action du FIDA sur la scène mondiale, issus du site web. 5 6 7 C - 3
  • 67. Travailler avec les médias Au besoin, des informations supplémentaires peuvent être fournies:  Un communiqué de presse récent portant sur un événement ou un sujet d’actualité (les communiqués de presse du siège sont disponibles à l’adresse suivante: www.ifad.org/media/press/ index.htm), accompagné de photographies, de fiches d’informations ou de profils des projets.  Des photographies des hauts fonctionnaires qui ont visité le pays et des photographies des projets, disponibles dans la Banque d’images (Voir Accès aux photographies: utiliser la Banque d’images du FIDA) http://photos.ifad.org/asset-bank/action/ viewHome).  Des récits de terrain recueillis dans les zones concernées. (www.ifad.org/story/index.htm). 1 2 3 Outils de communication avec les médias 4 Distribution de la documentation destinée aux médias Le FIDA assure une mise à jour régulière des listes de contacts parmi les principaux médias internationaux et leur fournit le matériel important, dont les communiqués de presse. Le FIDA distribue ce matériel également aux organisations partenaires et aux ONG (les organisations paysannes, de femmes, de jeunes) pour que le message de l’institution soit relayé via leurs canaux de distribution. Contact Farhana Haque Rahman, Chef du Service des relations avec les médias et de la communication extérieure Division de la communication Courriel: f.haquerahman@ifad.org; ifadnewsroom@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2485 5 6 7 C - 4
  • 68. Travailler avec les médias 3 J Organiser une conférence de presse Lorsque vous avez une annonce importante à faire, vous devez vous assurer une couverture médiatique aussi large que possible. La meilleure manière de s’y prendre est de convoquer une conférence de presse. Il faut que les informations que vous voulez communiquer soient importantes, autrement personne n’aura envie de participer à la conférence de presse suivante. Parmi les activités qui justifient la tenue d’une conférence de presse figurent l’ouverture d’un bureau de pays, les missions du Président du FIDA ou d’un haut fonctionnaire, ou la diffusion d’une publication phare comme le Rapport sur la pauvreté rurale. Voici quelques conseils pour l’organisation d’une conférence de presse:  Fixez l’heure et la date. Les conférences de presse se tiennent de préférence du mardi au jeudi, à partir du milieu de la matinée jusqu’en fin de matinée. Si la conférence se tient à une heure trop tardive, l’information risque de ne pas être diffusée dans les émissions du soir ou dans la presse du lendemain en raison des délais de production ou des impératifs de bouclage. Le taux de participation est faible le lundi, et les nouvelles diffusées le vendredi ont tendance à être oubliées à la faveur du week-end.  Réservez une salle. Pensez petit. Une salle immense remplie de chaises aura l’air vide même si la participation est bonne, alors qu’une salle bondée suscitera un intérêt accru à l’égard de l’événement. Assurez-vous toutefois qu’il y a suffisamment de places, que la visibilité est bonne pour les caméras des télévisions installées au fond de la salle et que les prises électriques pour les appareils d’enregistrement sont accessibles. Veillez à disposer de tout le nécessaire en termes d’installations techniques (le système de sonorisation notamment).  Invitez les médias. Commencez par établir une liste actualisée des médias locaux. Rédigez un avis succinct contenant les informations essentielles: une synthèse des informations; le nom de celui qui tiendra la conférence de presse; la date, le lieu et l’heure de l’événement. Évitez de donner trop d’informations dans l’avis, autrement personne ne viendra au rendez-vous. Transmettez l’avis par les moyens les plus adaptés (courrier électronique, courrier traditionnel, téléphone, distribution manuelle). Envoyez un rappel un jour 1 2 3 Avez-vous des nouvelles avant la conférence. Si vous souhaitez importantes ou des qu’un média particulier messages percutants assure la couverture de à diffuser? l’événement, proposez une interview exclusive avec une personne-clé.  Préparez un dossier de presse. Simplifiez la tâche des journalistes; rassemblez les points principaux dans un communiqué de presse pour qu’ils n’aient pas à prendre trop de notes. Cela permet aussi d’éviter les erreurs. Plus vous donnerez d’informations aux journalistes et plus vous faciliterez leur tâche, plus ils sont susceptibles de parler de vous. Commencez par fournir le dossier de presse de base déjà à votre disposition (voir ci-dessus). –– Si vous disposez d’un nombre suffisant de faits et de chiffres, préparez une fiche séparée avec la liste des points-clés. –– Si l’événement principal est une mission effectuée par un haut fonctionnaire du FIDA, préparez une biographie sur une page de ce dernier accompagnée d’une photographie extraite de la Banque d’images. (Voir Accès aux photographies: utiliser la Banque d’images du FIDA http://photos.ifad.org/asset-bank/ action/viewHome.) –– Si vous avez plusieurs éléments à distribuer, rassemblez-les dans un dossier.  Fixez le programme et l’horaire. Cela vous aidera à respecter les délais. Dressez la liste de toutes les activités prévues et précisez le délai imparti pour chacune d’entre elles (par exemple “Déclaration liminaire: 10 heures-10 h 02). Veillez à ce que la conférence soit courte (pas plus de 45 minutes au total) – les journalistes ont d’autres missions à accomplir, et si l’événement est trop long ils partiront avant la fin quitte à manquer des points importants.  Préparez les intervenants –– Préparez un ou deux messages-clés percutants, que les intervenants pourront relancer à plusieurs reprises au cours de la conférence. –– Insistez pour que les interventions qu’ils auront préparées n’excèdent pas sept minutes, et pour qu’ils tiennent un langage clair, concis, sur le ton de la conversation – surtout pas de jargon! –– Informez-les de toute question qui pourrait être soulevée, surtout à propos de sujets controversés. 4 Organiser une conférence de presse 5 6 7 C - 5
  • 69. Travailler avec les médias –– Demandez-leur d’être disponibles pour accorder des interviews en tête à tête juste après la conférence de presse, voire des interviews téléphoniques au cours des jours suivants. –– Soyez au courant de tout événement (positif ou négatif) en cours dans la vie personnelle ou professionnelle de vos intervenants. Les journalistes profiteront de l’occasion pour les interroger à ce sujet, au risque de compromettre la couverture des informations que vous souhaitez transmettre.  Veillez au bon déroulement de l’événement. Préparez une feuille de présence pour connaître le nom des participants, au cas où vous souhaiteriez contacter les journalistes par la suite. Distribuez le dossier de presse au début, pour que les journalistes puissent l’utiliser pour prendre des notes. Confiez l’animation de la conférence de presse à un modérateur expert en événements médiatiques. Le modérateur sera chargé: –– d’accueillir les journalistes et de présenter le ou les intervenants; –– d’animer l’événement et éventuellement de prendre la parole si l’intervenant est en difficulté, par exemple s’il est confronté à des journalistes hostiles (voir ci-après); –– de diriger une courte séance de questionsréponses après les discours préparés. Si le public n’arrive pas à entendre les questions, le modérateur les répétera pour l’ensemble de la salle; –– de déceler tout relâchement de l’attention, de repérer les premiers départs des journalistes ou la tendance des intervenants à s’écarter des points principaux. Le modérateur devra alors annoncer la “dernière question”, attendre la réponse, remercier tous les participants d’avoir assisté à la conférence et clore la manifestation.  Autres aspects d’ordre logistique –– Des mesures protocolaires ou sécuritaires pourront être envisagées, selon les situations. –– Voyez s’il peut s’avérer judicieux de proposer des rafraîchissements; dans certains cas, offrir des rafraîchissements permet d’accroître la participation du public.  Gérer les questions hostiles des journalistes La plupart des thématiques traitées par le FIDA ne sont pas controversées, mais soyez prêts à réagir aux questions difficiles. Si, au cours de la conférence de presse, vous êtes bombardé de questions par un journaliste visiblement hostile, il convient surtout de garder votre calme – ne perdez 1 2 3 jamais votre sang-froid, ne faites pas preuve de sarcasme, et n’adoptez pas un ton désagréable. Donnez des réponses raisonnables puis concluez par une formule du type “Mes collaborateurs et moi-même serions heureux d’approfondir ce point avec vous après la conférence de presse. Maintenant, j’aimerais donner la possibilité à vos collègues de me poser d’autres questions.” Ensuite, faites signe à un autre journaliste désireux d’intervenir et répondez à sa question.  Si plusieurs journalistes se montrent hostiles, répondez à leurs questions d’une manière aussi raisonnable que possible, puis ajoutez une formule du type “Je constate qu’il y a de nombreux sujets à aborder. Je vous propose d’y revenir par la suite ou après la conférence de presse. Maintenant, j’aimerais profiter du temps qui reste à notre disposition pour me pencher sur d’autres questions.”  Les conférences de presse rassemblent des journalistes de tous horizons. Si vous parvenez à garder votre calme face à des journalistes hostiles sans manifester le moindre agacement, d’autres questions vous seront soumises qui vous permettront d’aborder des sujets plus agréables. En veillant à bien maîtriser votre sujet et en vous montrant d’emblée franc et honnête, vous éviterez les réactions hostiles.  De temps à autre des personnes, étrangères à la communauté journalistique participent aux conférences de presse uniquement pour faire des déclarations désagréables sous forme de questions. Demandez à ces individus de préciser quel média ils représentent ou utilisez une formule du type “Je respecte votre opinion. Je constate que votre question s’apparente plus à une déclaration. Je vous invite à en discuter avec mes collaborateurs à l’issue de la conférence de presse.” Note: la Division de la communication du FIDA organise des formations aux médias, qui se tiennent au siège. Au besoin, ce type de formation peut également être organisé sur le terrain. Contact Farhana Haque Rahman, Chef du Service des relations avec les médias et de la communication extérieure Division de la communication Courriel: f.haquerahman@ifad.org; ifadnewsroom@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2485 4 Organiser une conférence de presse 5 6 7 C - 6
  • 70. Travailler avec les médias 4 J Organiser un voyage de presse Les voyages de presse sont un excellent moyen de s’assurer une couverture médiatique des thématiques et projets du FIDA, car ils placent les journalistes au cœur de nos activités. Les journalistes nationaux et internationaux apprécient les visites de terrain, car elles leur donnent la possibilité de raconter des histoires vivantes, concrètes, réelles, dont la dimension humaine présente un grand intérêt. Lorsque vous préparez une visite de presse, veillez à planifier à l’avance les aspects suivants:  Logistique. Visas, vaccinations préalables, dédouanement des équipements, autorisations de voyage des services de sécurité des Nations Unies, prise en charge des frais de voyage, plans d’urgence (médicale, sécurité, assurance), étiquette à table, mesures protocolaires et sécuritaires, préparation d’un programme, matériel pour la réunion d’information et la séance d’information avant le départ, recrutement et briefing de “l’accompagnateur” (chargé d’accompagner la délégation).  Choix du site. “Visibilité” des résultats, possibilité pour les participants d’obtenir des interviews et de prendre des photos, sensibilité à l’égard de la dignité des participants, service d’interprétation, organisation des transports pour rejoindre le site, horaire des visites (en fonction des exigences liées aux prises de vue photo et au tournage de séquences filmées), exigences spécifiques des journalistes. Contact Farhana Haque Rahman, Chef du Service des relations avec les médias et de la communication extérieure Division de la communication Courriel: f.haquerahman@ifad.org; ifadnewsroom@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2485 1 2 3 4 5 Organiser un voyage de presse 6 7 C - 7
  • 71. Travailler avec les médias 5 J Gérer les interviews avec les médias Format des interviews Si un journaliste vous contacte pour une interview, demandez-lui ce qu’il attend exactement de vous. Plus vous aurez de temps à votre disposition, mieux vous pourrez vous préparer. Vous devez surtout vous renseigner sur le sujet et le format de l’interview, de même que sur les délais.  Voici les trois principaux formats:  Actualités brûlantes/chaudes. Ces nouvelles font en règle générale la une des médias et traitent d’un événement qui vient de se produire.  Reportages. Des histoires à dimension humaine, assorties de contexte et d’historique, contrairement aux communiqués de presse.  Papiers d’ambiance. Des articles qui fournissent des détails supplémentaires pour faciliter l’analyse et l’examen de sujets d’actualité ou de reportages. Se préparer aux interviews avec les médias Les interviews radiotélévisées constituent un défi majeur parce qu’elles sont enregistrées, alors que les interviews avec la presse écrite sont moins formelles. Mais que ce soit pour la presse écrite ou pour l’audiovisuel, tout au long de l’interview il ne faudra pas oublier que ce que vous direz sera relaté par écrit ou diffusé. Parlez sur le ton de la conversation sans vous montrer pour autant trop informel, car vous risqueriez de paraître désinvolte. Vos propos doivent refléter uniquement le mandat et la stratégie du FIDA. On vous a demandé une interview parce que vous êtes un expert. La meilleure manière de vous y prendre est de vous baser sur vos connaissances et votre expérience. Plus vous serez préparé, moins vous sentirez la pression. Voici quelques conseils pour vous préparer à l’interview:  Notez un certain nombre de questions que vous ne voudriez pas que l’on vous pose et préparez vos réponses. Afin d’identifier ces questions, pensez aux points éventuellement faibles de votre argumentation. Par exemple, si l’interview porte sur un projet qui commence à donner des résultats alors même que les ressources 1 2 3 4 financières sont presque épuisées, songez à la réponse à donner à une question qui porterait sur la durabilité de ce projet.  Ayez une idée claire des messages que vous souhaitez transmettre – les questions que vous souhaitez que l’on vous pose – et préparez une liste succincte de réponses. Apprenez cette liste dans les grandes lignes sans essayer de tout mémoriser, car vous risqueriez d’avoir un air compassé ou hésitant en cas d’oubli.  Accordez-vous sur le sujet à aborder au cours de la discussion qui précède en règle générale l’interview. Bien avant l’interview, interrogez le journaliste sur les points suivants:  Le délai imparti. En règle générale, les journalistes ont des délais à respecter. S’ils n’arrivent pas à obtenir rapidement les informations dont vous disposez, ils iront les chercher ailleurs. Les agences de presse ainsi qu’un certain nombre de chaînes d’information en continu sont tenues par des délais très courts.  L’angle adopté. Admettons que les journalistes vous aient demandé une interview autour du réchauffement climatique. Si vous abordez à l’avance la question de l’angle à adopter, vous aurez la possibilité de les amener vers un sujet que vous souhaitez aborder. Vous pourriez ainsi dire “Le changement climatique aggrave la sécheresse qui frappe les petits exploitants agricoles…”  La durée de l’interview. Pour les médias électroniques, notamment pour les interviews enregistrées qui feront l’objet d’un montage, les journalistes devraient être en mesure de vous dire quelle part de votre interview il prévoit d’utiliser dans leur reportage. Cela vous aidera à déterminer combien de temps vous devez consacrer à la préparation de cette interview – une interview de trois minutes demande moins de préparation qu’une interview de 30 minutes.  Qui participe à l’interview avec vous? Dans la plupart des cas, le FIDA n’est pas la seule institution à être interviewée. Disposer de cette information vous permettra d’éviter de répéter des choses que le journaliste aura déjà entendues ou d’introduire des sujets qui n’auront pas été déjà abordés. 5 6 Gérer les interviews avec les médias 7 C - 8
  • 72. Travailler avec les médias Interviews radiotélévisées: choses à faire et choses à éviter Choses à faire Choses à éviter –– Soyez préparés. Même si vous avez eu droit à une séance d’information préalable, vous ne saurez jamais avec certitude quelles questions vous seront posées ni de quelle manière elles seront formulées. Si vous maîtrisez votre sujet sur le bout des doigts, vous serez en mesure de répondre avec facilité quel que soit le type de question. Préparez trois points principaux qu’il est important de communiquer et veillez à les intégrer dans vos réponses. Évitez de lire vos notes – l’interview est une conversation. –– Avoir peur de dire “Je ne sais pas”. Cela ne donnera pas de vous une mauvaise impression; au contraire, vous aurez l’air plus authentique. Mais ne terminez pas sur cette note. Invitez le journaliste à contacter un de vos collègues ou une autre organisation susceptible de mieux à sa question. –– Faites en sorte que l’on vous cite. Les journalistes sont toujours en quête de formules ou de clip audio clairs, percutants ou controversés. En règle générale, la durée d’un clip audio varie entre dix et 15 secondes. Quand vous répondez à une question, faites-le en trois ou quatre phrases claires et courtes (inspirées des notes que vous aurez préparées). Si vos propos sont trop longs, vos remarques seront reformulées, votre message risque d’échapper à votre contrôle et de perdre en substance. –– Intégrez des anecdotes. Les meilleurs communicateurs sont ceux qui savent raconter une histoire. Apprenez à illustrer vos propos d’anecdotes ou d’exemples qui aideront le public à visualiser et à s’identifier. Mais soyez bref. –– Soyez prudent avec les chiffres. Les journalistes sont friands de statistiques et en font un grand usage. Si vous êtes sûr de leur précision, allez-y. Toutefois, si vous diffusez des statistiques erronées, sachez que l’erreur sera relayée plusieurs fois. –– Établissez un contact visuel. Cela vous aidera aussi à déceler les signes d’impatience ou de fatigue chez le journaliste, signes qui doivent vous faire réagir. Vous ne devez regarder vers la caméra que lorsque vous êtes interviewé à distance, en l’absence de tout journaliste. –– Exprimez-vous naturellement. Votre crédibilité dépend en grande partie de l’intérêt que vous manifestez pour le sujet, de votre assurance et de votre enthousiasme, et pas des informations que vous dispensez. (les informations ne comptent que pour 10%). –– Utiliser du jargon ou un langage d’initiés. Les profanes ne vous comprendront pas, et ils décrocheront. Pour trouver le registre approprié, tenez le même type de discours que celui que vous tiendriez à votre voisin de palier si vous deviez lui expliquer le sujet – partez du principe que le public est intelligent et intéressé mais qu’il ne dispose d’aucune connaissance spécifique en la matière. –– Revenir sur la position de vos détracteurs. Si vous faites cela, le public aura entendu un avis opposé au vôtre à deux reprises, d’abord lorsque le critique l’a formulé, puis lorsque vous avez repris sa critique. Concentrez-vous sur votre réponse, surtout en cas d’interview enregistrée, puisque la question du journaliste (contenant l’affirmation critique) est souvent supprimée au montage. –– Dire “Sans commentaire”. C’est la pire des choses à dire à un journaliste, particulièrement au cours d’une crise. La formule “Sans commentaire” vous prive de tout contrôle sur votre propre récit et vous donne un air coupable. Les journalistes seront poussés à interviewer d’autres personnes qui pourraient présenter votre sujet sous un jour totalement différent. –– Concentrez-vous sur les messages-clés. Faites entendre votre point de vue dans toutes vos réponses. Le public de la radio et de la télévision ne dispose que d’une seule occasion pour comprendre un message; il ne peut pas revenir en arrière ni relire votre déclaration d’introduction. Aussi, plus le message est simple, plus le taux de rétention est élevé. –– Le temps d’antenne s’écoule rapidement. Présentez immédiatement votre sujet principal, continuez tout au long de l’interview, sachez déceler la fin de l’interview et introduisez alors votre second sujet important. Pourquoi? Les sondages indiquent que le public se souvient surtout de ce qui est dit au début et à la fin des interviews. 1 2 3 4 5 6 Gérer les interviews avec les médias 7 C - 9
  • 73. Travailler avec les médias Apprenez la technique du rapprochement Comment réagir face à un journaliste qui vous pose une question difficile, hostile, à laquelle vous ne pouvez ni ne voulez répondre? Utilisez la technique du “rapprochement”, ou profitez de la question pour revenir à votre propre message. Il vous faudra rapprocher la question du journaliste de votre message d’une manière aussi subtile que possible, en recourant à l’une de ces formules:  “Je ne suis pas au courant de tous les faits qui me permettraient de répondre avec précision à votre question, mais je peux vous dire que…”  “Vous avez raison de dire que nous avons un problème, et j’aimerais directement vous faire part de la solution que nous avons envisagée…”  “En fait, cela renvoie à une question bien plus importante …”  “Nous avons des défis à relever, comme tout le monde d’ailleurs, mais il importe de noter que…” Cette approche permet de tourner quelque chose de négatif en quelque chose de positif. Si vous savez qu’un sujet controversé sera abordé, soyez prêts à utiliser cette technique. Préparez vos réponses et exercez-vous à les transmettre. Soyez prêts à aborder des sujets délicats qui pourraient susciter des questions négatives. Conseils pour les interviews télévisées en studio Avant l’interview  Regardez les émissions précédentes pour avoir une idée de ce qui vous attend. Examinez le style, le format – y a-t-il un seul invité interviewé tout au long de l’émission par un journaliste? Ou bien s’agit-il d’une table ronde avec plusieurs intervenants exposant des opinions contrastées? S’agit-il d’un entretien formel ou informel?  Adaptez votre approche au public qui suit l’émission.  Renseignez-vous sur le sujet de l’émission – demandez au journaliste quel genre d’informations il attend de votre part. Discutez des questions qu’il pourrait vous poser et du temps dont vous disposez pour y répondre. 1 2 3 4  Demandez si l’émission est en direct ou enregistrée.  Demandez le nom du journaliste.  Enregistrez votre interview et regardez-la pour en tirer des leçons en vue de futures interviews.  Arrivez avec au moins 20 minutes d’avance pour avoir le temps de vous préparer. Passer devant une caméra peut s’avérer stressant. Respirez profondément à plusieurs reprises pour vous détendre avant que la caméra ne commence à filmer. Au cours de l’interview  Le langage corporel est important. Apparaître confiant et bien informé est d’une importance cruciale, donc tenez-vous bien droit. N’agitez pas vos mains lorsque vous parlez, vous risquez de distraire le public et d’avoir l’air nerveux.  Écoutez chaque question avec attention avant d’y répondre.  Soyez concis.  Ne vous posez pas en donneur de leçons.  Rendez la conversation plaisante; faites en sorte que le public perçoive votre enthousiasme à l’égard du sujet.  Assurez-vous que vos réponses reflètent le contenu de vos notes. Si les questions s’écartent de vos points principaux, appliquez la technique du rapprochement présentée ci-dessus – en utilisant par exemple une phrase du type “Oui, cette question est importante mais permettez-moi d’abord de dire que…”  Répétez une notion, le cas échéant, mais évitez d’évoquer des points précédents ou de dire “Comme je l’ai déjà dit …”  Ne vous souciez pas trop des hésitations. Si l’interview est enregistrée, elles pourront être supprimées au montage.  Parlez à la première personne du singulier ou du pluriel – “je” ou “nous” – ou dites “mon équipe”, selon ce qui vous semblera le plus approprié.  Si l’émission est enregistrée et que vous vous trompez en répondant à une question, faites une pause et reprenez la réponse depuis le début – cela facilitera les choses au montage.  Soyez aussi détendu et naturel que possible. Imaginez que vous vous adressez à une personne de votre connaissance. 5 6 Gérer les interviews avec les médias 7 C - 10
  • 74. Travailler avec les médias Choix de la tenue vestimentaire  Optez pour une tenue élégante mais sobre. N’oubliez pas que vous voulez que le public se concentre sur vos propos, et non sur votre aspect.  Évitez les rayures fines ou les petits carreaux, ils ne passent pas bien à l’écran. Évitez de porter des vêtements rouge vif ou blanc éclatant.  Un costume ou un tailleur de couleur sombre (évitez le noir), porté sur une chemise beige, grise ou pastel, est tout à fait indiqué.  Demandez au producteur quelles sont les couleurs à privilégier.  Ne portez ni chapeau ni casquette; le bord empêcherait le public de voir vos yeux.  Choisissez une tenue adaptée aux circonstances; évitez de vous habiller à la pointe de la mode pour aborder des sujets sensibles tels que la pauvreté ou les catastrophes.  Ne portez pas trop de bijoux.  Optez pour une coiffure simple. Conseils pour les interviews radiophoniques  Si l’interview se déroule au téléphone, trouvez un lieu tranquille. Dans la mesure du possible, utilisez un poste de téléphone fixe plutôt qu’un portable.  Éteignez votre poste de radio pendant l’interview, pour éviter les interférences qui pourraient perturber l’émission.  En règle générale, la radio accorde plus de temps de parole que la télévision. Soyez prêt à faire le récit d’expériences qui viennent illustrer vos points principaux.  Si l’émission radiophonique est longue, n’oubliez pas que le public des émissions de radio se renouvelle toutes les 10 à 15 minutes. Veillez donc à répéter vos messages principaux. Contact Farhana Haque Rahman, Chef du Service des relations avec les médias et de la communication extérieure Division de la communication Courriel: f.haquerahman@ifad.org; ifadnewsroom@ifad.org; Tél.: +39 06 5459 2485  Bon nombre de règles s’appliquant aux interviews télévisées restent valables pour les interviews radiophoniques, toutefois en l’absence de support visuel votre voix prend plus d’importance. Parlez lentement et clairement. 1 2 3 4 5 6 Gérer les interviews avec les médias 7 C - 11
  • 75. Travailler avec les médias 6 J Gestion des risques La planification préalable est une condition indispensable pour la gestion des urgences et la maîtrise des risques. Dans le cas du FIDA, une “urgence” désigne une situation qui met la population en danger et qui impose une intervention rapide, c’est le cas notamment des phénomènes météorologiques qui menacent la production de denrées alimentaires et les moyens de subsistance des exploitants agricoles. Un “risque” désigne une situation qui peut porter atteinte au FIDA. On parle de risque de réputation lorsque la conduite du FIDA ne répond pas aux attentes de base en termes  Une “urgence” désigne de performance, à une situation qui met la cause par exemple de conduites non éthiques population en danger. ou de lacunes sur le  Un “risque” désigne plan technique ou sur une situation qui peut le plan de la protection porter atteinte au FIDA. des personnels. On parle de risques structurels lorsque tout un secteur est impliqué, que ce soit en raison d’un changement d’attitude du public, de l’adoption de nouvelles règles ou de tout autre élément entraînant une baisse des performances. Une cellule de gestion de la communication en cas de crise est en place au siège pour gérer les relations avec les médias dans des situations d’urgence ou lorsqu’une question d’intérêt médiatique peut avoir des retombées sur la Lorsque vous êtes routine institutionnelle. Cette équipe est confronté à une situation composée du Directeur qui risque d’entraîner de la Division de la une publicité négative, communication, du adressez-vous au Chef du Service des Service des relations relations avec les médias avec les médias et et de la communication de la communication extérieure et du extérieure. Directeur de la Division régionale compétente ou du Chargé de programme de pays pour la région concernée. Dans les bureaux de terrain, cette cellule est dirigée par le Directeur du projet. 1 2 3 4 Veillez à informer le Service des relations avec les médias et de la communication extérieure dès qu’un incident est susceptible d’attirer l’attention des médias, devient public ou risque de porter atteinte à l’image du FIDA, En cas de risque ou de crise:  Avant tout, appliquez-vous à analyser les faits aussi rapidement que possible.  Agissez. Adopter la politique de l’autruche n’est pas une solution. Quelle que soit la réaction publique, assurez-vous que ceux qui travaillent en coulisses sont au courant du problème et s’emploient à le régler.  Veillez à informer la Division de la communication du FIDA et le Chargé de programme du pays afin qu’ils contribuent à atténuer l’exposition publique.  Il est toujours préférable de résoudre un problème à l’écart de toute publicité. Évitez tout commentaire public tant que la situation n’a pas été évaluée par les personnes impliquées au siège.  La première réaction doit être irréprochable. Elle donne le ton pour tout ce qui suit. La rapidité et l’opportunité sont essentielles, il faut faire preuve d’assurance, de calme, d’autorité, d’honnêteté et d’ouverture.  La réaction des médias dépendra de leur degré de bienveillance à l’égard du FIDA et des agences des Nations Unies en général.  Évitez toute supposition ou tout mensonge. Admettez votre ignorance. Si vous faites des déclarations vouées à être démenties par la suite – que vous l’ayez fait intentionnellement ou non – vous ne ferez qu’aggraver la situation.  Chaque situation étant différente, veillez toujours à consulter le Service des relations avec les médias et de la communication extérieure si vous êtes confronté à une situation pouvant entraîner une publicité négative. Bien souvent il est préférable de faire immédiatement une déclaration publique, pour montrer que le FIDA est ouvert et proactif. Contact Farhana Haque Rahman, Chef du Service des relations avec les médias et de la communication extérieure Division de la communication Courriel: f.haquerahman@ifad.org; ifadnewsroom@ifad.org; Tél.: +39 06 5459 2485 5 6 Gestion des risques 7 C - 12
  • 76. Travailler avec les médias 7 J Diffuser le message du FIDA via la télévision et la radio Cette section explique quand et comment travailler avec les médias audiovisuels et radiophoniques, vous donne des conseils pour réaliser vos propres vidéos, ainsi que des directives pour travailler avec des producteurs de vidéos externes. Travailler avec la télévision et la radio Vous pourrez être amené à travailler avec les médias audiovisuels et radiophoniques dans les cas suivants: –– Vous avez eu l’idée d’un reportage qui mettrait en lumière l’action menée par le FIDA au travers d’un de ses projets. –– Votre projet fait l’objet d’un reportage. –– On vous a demandé d’accorder une interview. Vous avez eu l’idée d’un reportage pour la télévision ou la radio  Si vous pensez que votre projet est susceptible de retenir l’attention des chaînes d’information internationales, contactez le Service de l’audiovisuel.  Si vous pensez que votre projet pourrait retenir l’attention d’une chaîne de télévision locale ou d’une émission radiophonique, contactez-les personnellement. Voici quelques démarches à accomplir au préalable: –– Renseignez-vous et choisissez l’émission la plus appropriée. Veillez à ce que votre sujet soit adapté au format et au contenu de l’émission. –– Trouvez des arguments pour convaincre le diffuseur de tourner un reportage. Quel serait l’intérêt pour le public? Est-ce que le reportage aborde des questions importantes? Quel est son impact sur le grand public? –– Proposez un personnage principal. Le public apprécie les histoires centrées sur la vie des individus car elles lui permettent d’établir un lien émotionnel et de s’identifier. Les histoires personnelles ont pour but de souligner les questions principales. Identifiez un ou deux bénéficiaires de projets qui s’expriment avec aisance, qui ont des histoires intéressantes à raconter et ayant une relation avec les questions que vous souhaitez aborder. Lorsque vous contactez l’émission radiophonique ou télévisée, mentionnez ces récits personnels. 1 2 3 4 –– Évitez le jargon. Présentez votre idée de Exprimez des sujet au diffuseur: notions simples,  Renseignez-vous et en utilisant un identifiez le diffuseur. langage clair.  Trouvez un personnage –– Adressez-vous à la principal pour votre bonne personne. sujet. Téléphonez à  Faites simple. Évitez l’émission et demandez à parler tout jargon. au responsable des contenus de l’émission. S’il n’a pas le temps de parler avec vous, vous pouvez lui soumettre votre idée par courrier électronique, et le contacter par téléphone dans un deuxième temps. Votre projet fait l’objet d’un reportage Lorsque votre projet fait l’objet d’un reportage, votre approche doit être la même que lorsque vous proposez un sujet de reportage – sauf que dans ce cas vous n’avez rien à vendre. Mais tous les autres conseils restent valables. Il se peut que le producteur vous demande de décrire le projet de manière intéressante et accessible et de l’aider à identifier de bons “personnages” pour illustrer le sujet. Si vous êtes interviewé devant la caméra, n’oubliez pas de centrer vos commentaires sur les aspects généraux du projet (nombre de bénéficiaires, calendrier, bailleurs de fonds) et laissez les participants au projet raconter leur histoire. On vous a demandé d’accorder une interview Voir Se préparer aux interviews avec les médias ci-dessus. Créer votre propre vidéo Cette section s’adresse à tous ceux qui ne sont pas des professionnels des médias et qui utilisent des caméras Flip, des mini-caméras vidéo ou des téléphones portables pour réaliser des contenus vidéo qu’ils partagent sur des sites de réseaux sociaux, des blogs ou destinés à l’usage interne du FIDA. 5 6 7 C - 13 Diffuser le message du FIDA via la télévision et la radio
  • 77. Travailler avec les médias Quand utiliser une vidéo? Les vidéos permettent d’apporter une dimension personnelle, visuelle et dynamique à la communication, en interne comme en Les vidéos se prêtent externe. Une caméra vidéo est un outil particulièrement bien aux séduisant, toutefois utilisations suivantes: avant de commencer le  filmer un discours ou tournage posez-vous la les travaux d’un atelier; question suivante: en quoi  documenter l’évolution une vidéo répond-elle à d’un projet; vos objectifs? Une longue  exprimer vos idées sur vidéo amateur pourrait votre blog. brouiller votre message et limiter sa portée. En règle générale, veillez à ce que vos vidéos soient courtes et divertissantes. Les vidéos se prêtent à:  interviewer quelqu’un lors d’une conférence ou sur le terrain, pour faire passer des opinions ou des messages courts et importants;  saisir des extraits d’ateliers, de conférences ou de discours susceptibles d’intéresser d’autres personnes;  documenter l’évolution d’un projet;  exprimer vos idées sous forme de “journal vidéo”, racontant vos propres réactions face à un événement ou une expérience. Ce type de document peut être intégré à votre blog.  Faites en sorte que la caméra soit aussi stable que       Conseils de tournage Personne ne s’attend à ce que vous produisiez des vidéos de qualité professionnelle, mais les conseils suivants vous aideront à améliorer la qualité de vos images. La qualité de votre film sera d’autant meilleure que vous vous exercerez.  Familiarisez-vous avec votre caméra et soyez Souhaitez-vous améliorer à l’aise dans son la qualité de vos vidéos? utilisation. Assurez Apprenez à maîtriser vous que la batterie votre caméra. est complètement  Faites en sorte que chargée et que la caméra reste aussi vous disposez de stable que possible. suffisamment  Faites simple. de bande ou de cartes mémoire.  Faites simple. Ne soyez pas trop ambitieux quand vous tournez. Les plans trop denses ou compliqués risquent de desservir votre sujet et votre message. 1 2 3 4  possible. Les images qui bougent ou qui tremblent sont difficiles à regarder. Placez la caméra sur un trépied ou sur une surface plane (une table par exemple). Cela est particulièrement important lorsque vous filmez une action statique, comme dans le cas des interviews et des discours. Lorsque l’image est agrandie, le moindre mouvement ou tremblement de la caméra est amplifié. Cadrez correctement votre sujet et évitez de lui couper le sommet de la tête. Évitez d’enchaîner les zooms avant et arrière en cours de tournage. Les zooms lents et stables sont difficiles à réaliser. Il en va de même pour les plans panoramiques (mouvements horizontaux) et les plans inclinés (mouvements verticaux). Faites-en le moins possible. Ne bougez pas au cours de tournage. Restez sur le sujet au moins six secondes avant de bouger (si nécessaire). Si vous filmez une situation en mouvement, restez aussi immobile que possible et suivez le mouvement très lentement avec la caméra, en essayant de rester sur le ou les sujets. Si vous filmez un discours ou une conférence, placez-vous de façon à voir les visages des intervenants. Pour le public il est très difficile de se concentrer sur les propos de quelqu’un dont on ne voit ni les yeux ni la bouche. Le son est important mais souvent négligé. La plupart des caméras sont dotées d’un petit micro directionnel permettant d’enregistrer le son provenant du sujet filmé. Si vous filmez une interview, un atelier ou un discours, dirigez le micro vers l’intervenant. Évitez de filmer en cas de vent, cela produit un bruit gênant. Le micro reproduit également tous les bruits de fond. Choisissez un endroit tranquille pour vos interviews. Si vous avez l’intention de télécharger votre séquence vidéo sur Internet, veillez à ce que sa durée n’excède pas 2 à 3 minutes. Si vous ne prévoyez pas de montage, vos images doivent être courtes et prêtes à l’usage. Conseils de tournage pour les interviews  Faites en sorte que la caméra reste bien stable, assurez-vous qu’elle est positionnée à la hauteur de vos sujets; demandez-leur de regarder vers vous plutôt que vers la caméra. Ce sera plus agréable pour les personnes interviewées, et cela permettra d’éviter que leur regard se déplace tout le temps. 5 6 7 C - 14 Diffuser le message du FIDA via la télévision et la radio
  • 78. Travailler avec les médias  Assurez-vous que le visage de la personne      Si vous avez rassemblé un certain nombre de interviewée est suffisamment éclairé. Si dans le viseur son visage vous paraît sombre ou ombragé, invitez-la à s’installer dans un endroit plus lumineux. Évitez de filmer les gens devant des fenêtres ou en pleine lumière. Réfléchissez aux questions que vous allez poser au cours de l’interview. Vous disposerez peut-être de très peu de temps, donc ayez une idée claire des sujets que vous souhaitez aborder. Évitez les questions appelant une réponse par “oui” ou par “non”. Posez plutôt des questions ouvertes, qui encouragent vos interlocuteurs à approfondir le sujet. Ne négligez pas la sonorisation. Essayez de trouver un endroit paisible pour filmer, car le micro enregistrera tous les bruits de fond. Si vous prévoyez d’intégrer un texte indiquant le nom et la fonction de la personne interviewée au cours du montage, n’oubliez pas de laisser assez de place sous le visage de votre interlocuteur lorsque vous tournez, pour que le texte ne masque pas leur visage. Conseils de montage La plupart des caméras sont livrées avec un logiciel de montage facile à utiliser et téléchargeable, permettant de créer des vidéos en réduisant la durée de votre film et en intégrant des plans de coupe entre l’interview et les autres séquences. Des logiciels gratuits sont également disponibles sur Internet, ainsi que des tutoriels sur YouTube. Si vous avez le temps, faites des essais de montage de vos séquence pour créer quelque chose de plus intéressant d’un point de vue visuel, mais n’oubliez pas de faire simple pour éviter de passer à côté du message que vous souhaitez transmettre. Quelques conseils de montage:  Faites simple. Vous serez tenté d’utiliser beaucoup d’effets spéciaux ou de plans de coupe, mais cela peut donner un résultat peu professionnel et détourner l’attention du message principal. Si vous avez filmé une longue interview, un discours ou un atelier, vous voudrez sans doute le raccourcir en supprimant les images moins intéressantes ou moins réussies. À l’aide de votre logiciel de montage vous pourrez sélectionner les séquences ou “clips” à utiliser. 1 2 3 4      séquences, vous pourrez créer des transitions fluides à l’aide d’effets de fondu enchaîné ou de fondu au noir. N’oubliez pas d’appliquer ces mêmes effets au son et Trucs et astuces pour aux images. Envisagez la possibilité le montage: d’accompagner votre  simplicité interview ou votre  transitions en douceur discours d’images que avec fondu enchaîné vous aurez filmées sur  illustration des le terrain ou de photos. interviews avec Consultez votre guide séquences d’images de montage numérique. ou photographies Soignez le son. Si  musique appropriée, vous avez filmé une séquence où personne si nécessaire. ne parle, conservez le son d’origine ou ajoutez un peu de musique, pour éviter l’absence totale de son. Vous pouvez intégrer de la musique dans votre vidéo mais évitez tout morceau protégé par le droit d’auteur. Si vous utilisez des clips dont la musique est protégée par le droit d’auteur, votre vidéo ne sera pas admise sur YouTube. Faites une recherche en ligne pour trouver des morceaux exemptés de redevance. Choisissez des morceaux de musique appropriés – évitez les paroles de chansons, les rythmes rapides et tout ce qui pourrait détourner l’attention des voix des intervenants que vous avez filmés. Adaptez le volume de la musique pour que l’on puisse entendre clairement la voix des intervenants. Le logiciel de montage vous permet d’ajouter des textes, qui sont utiles pour fournir des informations ou indiquer le nom et la fonction des intervenants. Assurez-vous que les polices sont simples et faciles à lire. Nous recommandons l’utilisation de Lucida Sans ou Arial (ou toute police “Sans”). Veillez à ce que la taille des caractères soit assez grande pour être lue sur un petit écran sans empiéter toutefois sur le visage de la personne qui parle. Une fois que vous aurez appris à maîtriser le montage, vous pourrez adapter votre technique de tournage de manière à pouvoir monter les séquences ensemble. Si vous avez tourné deux plans présentant la même composition de scène et le même cadrage, au cours du raccord vous 5 6 7 C - 15 Diffuser le message du FIDA via la télévision et la radio
  • 79. Travailler avec les médias risquez d’avoir une transition brusque. Si vous avez prévu de monter vos images, modifiez le cadrage selon les situations (voir Conseils de tournage).  Par exemple, si vous filmez un discours, vous pouvez faire un plan d’ensemble (qui montre l’intervenant et d’autres éléments de la salle); un plan de demi-ensemble (plus rapproché mais qui montre aussi le corps de l’intervenant); un plan américain (qui montre l’intervenant de la taille à la tête); et un gros plan (qui ne montre que le visage de l’intervenant). Au cours du montage, vous pourrez raccorder les différents plans en évitant les transitions brusques. Vous pouvez également filmer la même scène sous différents angles pour les raccorder ensuite.  Vous pouvez écrire un script et enregistrer votre voix avec la caméra, en guise de narration (sans vidéo). Vous pouvez ensuite ajouter les images que vous aurez tournées et les photographies pour illustrer le contenu du script. –– –– –– –– –– www.ifad.org/video/index.htm www.youtube.com/user/IFADTV www.ifad.blip.tv/ www.vimeo.com/user27655405 www.current.com/users/IFAD.htm Travailler avec des producteurs et des sociétés externes de production vidéo Vous pourrez, dans certaines circonstances, être amené à faire appel à une société professionnelle de production de vidéos. La vidéo est un média coûteux, il convient donc de s’assurer que c’est vraiment le moyen le plus efficace de communiquer votre message. Opter pour des textes ou des photographies est parfois plus approprié. Pour savoir si vous faites le bon choix en optant pour la vidéo, répondez aux questions suivantes: –– Quel est le public ciblé? A-t-il besoin d’une vidéo professionnelle? Comment télécharger vos vidéos sur Internet Une fois que vous aurez réalisé vos clips vidéo, vous pourrez les télécharger sur différents supports:  Un blog, téléchargé à Etiquetez votre vidéo afin partir du site blog du FIDA. qu’elle soit facile à trouver.  Un site de partage de vidéo, par exemple YouTube; vimeo; blip.tv. Chaque site donne des indications concernant le téléchargement. Il vous faudra exporter la vidéo depuis votre ordinateur en utilisant les paramètres indiqués sur le site. Donnez des informations claires dans les sections “titre”, “description” et “tag”, pour faciliter les recherches sur Internet.  Les sites web de vidéos en ligne du FIDA. Voici une liste de liens vers les sites utilisés par le Service de l’audiovisuel pour télécharger ses productions vidéo. Sur ces sites, vous pourrez regarder les vidéos et les partager avec vos collègues et partenaires. Vous pouvez également demander une copie au format DVD en adressant un courrier électronique à l’adresse suivante: video@ifad.org. 1 2 3 4 –– Avez-vous les moyens financiers nécessaires? –– De quelle façon la vidéo sera-t-elle diffusée? Les productions vidéo du FIDA doivent être de bonne qualité, répondre aux normes internationales de diffusion et respecter des principes de communication préalablement approuvés. Si vous décidez de vous adresser à une société de production ou à un producteur externe, veillez à respecter les directives suivantes: Contenu  Présentez des informations vérifiées, pertinentes, claires et opportunes.  Adaptez le contenu au public cible que vous aurez identifié.  Adoptez une approche impartiale lorsque vous abordez des questions controversées.  Renforcez la capacité des ruraux pauvres de faire eux-mêmes le récit de leur vie.  Donnez une représentation respectueuse – évitez tout jugement personnel – des femmes et des hommes pauvres des zones rurales, non pas en 5 6 7 C - 16 Diffuser le message du FIDA via la télévision et la radio
  • 80. Travailler avec les médias tant que bénéficiaires ou destinataires de l’aide au développement mais en tant que participants actifs et compétents à la construction d’un avenir meilleur pour eux-mêmes. Évitez de filmer des individus portant des vêtements déchirés ou ayant l’air particulièrement abattus.  Énoncez et communiquez clairement les messages et les stratégies-clés du FIDA en matière de pauvreté rurale et de sujets connexes.  Assurez-vous que le contenu fait état des problématiques culturelles et sociales, notamment les thématiques hommes-femmes.  Il incombe aux producteurs individuels de vérifier les faits, chiffres et informations techniques évoqués dans le script, précisez-leur bien. Les sources doivent être documentées, et les références doivent être vérifiées en s’adressant au département, à la division ou au service du FIDA compétents pour les secteurs, les projets ou les activités faisant l’objet de la vidéo. Aspects techniques  Recrutez des professionnels expérimentés. Demandez à consulter leur CV et à voir des exemples de leur travail, et vérifiez leurs références.  Assurez-vous que tous les produits audiovisuels sont réalisés à l’aide d’équipements et de formats professionnels.  Le FIDA détient le droit d’auteur sur les émissions réalisées et les séquences filmées. Si le FIDA finance une production, le produit final ainsi que les épreuves de tournage deviennent la propriété du FIDA et sont stockés dans les archives vidéo de l’institution. Les enregistrements doivent être étiquetés de façon appropriée.  Les productions vidéo ne comportent ni mention des auteurs ni remerciements. Dans le cas de témoignages vidéo, de vidéos éducatives ou de documentaires, des mentions pourront être 1 2 3 4 prévues sous forme de remerciements. Dans tous les cas où les émissions vidéo sont destinées à la diffusion, les crédits de production  La vidéo représente-tseront mentionnés elle le meilleur choix? conformément aux  Quel est le public exigences individuelles ciblé? A-t-il besoin des diffuseurs. d’une vidéo de qualité  Si possible, le professionnelle? nom de l’institution  Avez-vous les moyens apparaîtra sous sa financiers? forme développée à sa  Quel sera le mode de première occurrence dans le script: “le diffusion? Fonds International de Développement Agricole – ou FIDA”.  Si la voix des intervenants doit être traduite dans d’autres langues, le doublage est préférable au sous-titrage. Néanmoins, le sous-titrage peut s’avérer plus approprié si la vidéo est présentée en plusieurs langues. L’accent des narrateurs devra être aussi neutre que possible et tenir compte des régions filmées dans la vidéo.  Il incombe aux producteurs individuels de s’assurer que tout le matériel audiovisuel utilisé dans une production est libre de droits et que les droits d’exploitation des œuvres musicales ont été acquis. Contact James Heer, Chef du Service de l’audiovisuel Division de la communication Courriel: j.heer@ifad.org; video@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2550 5 6 7 C - 17 Diffuser le message du FIDA via la télévision et la radio
  • 81. Travailler avec les médias Prenez le temps de nous faire part de vos impressions. Merci de bien vouloir adresser le questionnaire cidessous à Bob Baber, Division de la communication, commtoolkit@ifad.org. 1. Trouvez-vous les explications fournies dans cette section faciles à lire et à comprendre? m Oui m Non 5. Étiez-vous à la recherche d’une information spécifique que vous n’avez pas trouvée dans ce chapitre? Si tel est le cas, veuillez préciser le type d’information que nous pourrions intégrer et qui vous serait utile. 2. De quelle manière avez-vous déjà utilisé ou avezvous l’intention d’utiliser le contenu de ce chapitre dans le cadre de votre travail? 6. Avez-vous utilisé les ressources fournies dans ce chapitre (liens vers les sites web et autres)? 3. Sur une échelle allant de 1 à 10 (1 pour inutile, 10 pour extrêmement utile), quelle note attribueriezvous à ce chapitre? m 1 m 2 m 3 m 4 m 5 m Oui m Non 7. Si vous avez répondu “oui” à la question précédente, quelles sont d’après vous les ressources les plus utiles? m 6 m 7 m 8 m 9 m 10 4. Si la note attribuée en réponse à la question précédente est égale ou inférieure à 5, merci de bien vouloir expliquer pourquoi ce chapitre n’est selon vous pas utile. Cliquez pour accéder au sondage interactif correspondant à la section Travailler avec les médias.
  • 82. Le FIDA sur Internet
  • 83. Le FIDA sur Internet La nouvelle porte d’entrée Nombreux sont ceux qui ne connaissent le FIDA que par sa présence sur le web. Certains tombent par hasard sur le site web ou sur la page Facebook; d’autres cherchent le FIDA intentionnellement et reviennent consulter régulièrement ses pages web. L’image du FIDA sur le site web et sur les sites des médias sociaux est essentielle afin d’affirmer l’identité de l’institution et fait partie intégrante de ses activités. La communication électronique connaît une croissance rapide, qui rend ces médias incontournables. Par conséquent, il est essentiel de rédiger des contenus clairs, accessibles et accrocheurs. Les directives exposées ci-après fournissent quelques conseils de rédaction pour les textes destinés au site web du FIDA, pour l’utilisation des médias sociaux et la publication d’articles sur les blogs. 1 J Écrire pour le web Lecture à l’écran ou lecture sur papier Les textes électroniques sont lus et utilisés d’une manière très différente des textes imprimés. Le contenu électronique est différent de celui d’une publication imprimée. En voici les raisons:  Un document imprimé est une entité complète, et le lecteur appréhende l’ensemble des informations. L’écran de l’ordinateur affiche environ un tiers du contenu d’une page imprimée, donc le contexte fait défaut. Le matériel doit être “sectionné” en plusieurs pages reliées entre elles, et chaque section doit avoir un sens.  Les lecteurs de textes imprimés sont plus susceptibles d’analyser avec soin les contenus. En revanche, lorsqu’ils sont devant l’écran, les gens tendent à passer d’une page à l’autre et à lire des textes sans respecter un ordre précis, souvent hors contexte, pour se focaliser rapidement sur les contenus qui les intéressent.  Les lecteurs de textes imprimés sont plus patients, alors que les internautes ne veulent pas avoir à lire de longs paragraphes ou à cliquer sur plusieurs liens pour comprendre le contenu. Le message électronique doit être précis, clair et net, et surtout facile à comprendre.  Un document imprimé est linéaire – chaque chapitre prépare le suivant. Les lecteurs de contenus en ligne peuvent accéder à un site et surfer entre les pages, c’est pourquoi chaque page doit être indépendante. 1 Écrire pour le web 2 3 Les chiffres suivants illustrent bien les défis que les rédacteurs de contenus en ligne doivent relever:  Seuls 16% des lecteurs de contenus en ligne effectuent une lecture mot à mot, 79% se contentent de survoler le texte très rapidement;  Les gens lisent plus lentement à l’écran (25% de temps en plus): 190 à 260 mots par minute à l’écran contre 250 à 350 mots par minute sur papier.  Vous disposez de trois à cinq secondes pour attirer l’attention d’un internaute et d’environ 12 secondes pour la retenir.  En moyenne, les internautes passent entre sept et 12 minutes maximum sur un site ou un Écrire pour le web, ce article, c’est pourquoi n’est pas écrire pour un il faut rapidement document imprimé. retenir leur attention, les obliger à se concentrer sur votre article et les convaincre d’aller jusqu’au bout.  Dans la mesure où les lecteurs ont du mal à lire des textes trop longs à l’écran, un texte en ligne devrait comporter deux fois moins de mots que la version imprimée du même texte. D - 1
  • 84. Le FIDA sur Internet Préparer un contenu en ligne Partez du principe que le lecteur ne connaît rien du FIDA Mettez-vous à la place de quelqu’un qui n’a aucune connaissance du FIDA ni de son travail. Par conséquent:  Toute déclaration doit être placée dans son contexte;  évitez le jargon interne au FIDA et la terminologie propre au développement, ils risquent de repousser le lecteur;  écrivez les acronymes en toutes lettres à leur première occurrence dans le texte;  lisez le texte à voix haute pour vous assurer qu’il est clair et concis;  une fois le texte rédigé, mettez-le de côté pendant quelques jours puis relisez-le et, le cas échéant, remaniez-le.  veillez à ce que chaque paragraphe expose une     idée principale, et limitez-vous à des paragraphes de 100 mots maximum; veillez à ce que la ponctuation soit simple; choisissez des titres accrocheurs et utilisez des sous-titres; n’abusez pas des caractères gras, utilisezles uniquement pour mettre en exergue des informations et des notions-clés; ajoutez des liens hypertextes. Commencez par la conclusion Exposez les idées principales, les conclusions et les points importants au début. Les internautes vont très rarement jusqu’au bout des pages web – si les points principaux sont à la fin, la plupart des visiteurs risquent de passer à côté. Dans tous les cas, votre premier paragraphe se doit d’être Partez du principe que chaque page peut potentiellement être la première page vue par l’internaute Rares sont les internautes qui commencent à lire les contenus web à partir de la page d’accueil. La plupart des lecteurs arrivent sur votre page en passant par un moteur de recherche ou en étant redirigé par un lien externe. Par conséquent:  veillez à ce que Votre texte doit être chaque page puisse être lue séparément;  Court traitez un seul sujet  Simple par page et donnez un  Lisible en diagonale titre clair et concis à chacune d’entre elles;  écrivez les acronymes en toutes lettres à leur première occurrence;  fournissez un contexte pour toutes vos affirmations;  ajoutez des liens vers d’autres ressources documentaires pour mieux encadrer le sujet. Veillez à ce que le texte soit lisible en diagonale Les lecteurs de textes en ligne ont l’habitude de parcourir les textes très rapidement, à la recherche de mots spécifiques ou de points intéressants. Pour vous assurer que votre texte peut être lu en diagonale:  commencez par la conclusion et une courte synthèse du contexte;  ayez recours aux listes à puces ou numérotées pour attirer l’attention;  utilisez un vocabulaire simple et un langage non discriminatoire; 1 Écrire pour le web 2 3 particulièrement bien structuré! Ayez recours aux listes à puces ou numérotées N’oubliez pas que les internautes survolent le texte pour grappiller des informations de-ci de-là. Les listes sont faciles à parcourir et à comprendre car elles n’imposent pas une lecture mot à mot.  Utilisez les listes numérotées uniquement si l’ordre des points abordés s’avère important.  Évitez de faire figurer plus de neuf points dans une liste.  Évitez les listes comportant plus de deux niveaux: primaire et secondaire. Utilisez une terminologie simple, concise et précise Les mots simples s’adaptent mieux à un public qui a une maîtrise limitée de la langue et qui parcourt rapidement les pages web. Un style alambiqué et des mots complexes sont encore plus difficiles à lire quand il s’agit d’un support électronique. Utilisez des mots courts, courants et qui ne risquent pas d’être mal interprétés. Supprimez le superflu et venez-en au fait. Lisez votre texte à voix haute. La langue parlée est plus directe que la langue écrite, et lire votre texte à voix haute vous permettra de détecter les phrases maladroites ou alambiquées.  Utilisez des phrases simples et courtes, et venezen au fait.  Utilisez un langage clair. (Consultez la section Directives pour un langage simple)  Écrivez des phrases courtes et déclaratives, à la voix active. D - 2
  • 85. Le FIDA sur Internet  Utilisez une syntaxe simple – sujet-verbe-      complément – et n’oubliez pas de mettre en avant les informations principales. Supprimez tous les adjectifs et les adverbes qui ne sont pas indispensables. Évitez les répétitions. Lire deux fois le même concept constitue une perte de temps, et les lecteurs risquent de s’ennuyer. Vérifiez tous les faits et les chiffres. Vérifiez tous les liens hypertextes. Effectuez une vérification orthographique du texte. Utilisez un langage non discriminatoire Les informations que le FIDA publie sur le web doivent éviter toute forme de discrimination ou de stéréotype et ne doivent jamais rabaisser les gens sur la base du sexe ou de l’ethnie. Utilisez des phrases et des paragraphes courts Il est difficile de lire de longs paragraphes très denses sur un écran d’ordinateur. Même un paragraphe relativement court de 100 mots semble très long à l’écran. Les paragraphes courts aident le lecteur à trouver ce qu’il cherche et lui permettent de surfer rapidement. Un lecteur qui est à la recherche d’une information spécifique va probablement parcourir le texte rapidement, sans lire l’article en entier.  Rédigez des paragraphes comportant deux à cinq phrases. Si les phrases sont longues, limitez vos paragraphes à trois phrases. Ce principe de rédaction peut vous amener à développer un seul et même concept sur deux paragraphes – cela ne pose pas de problème.  Dans la mesure du possible, veillez à ce que chaque paragraphe exprime un(e) seul(e) concept/ idée/notion.  Faites des phrases de 25 mots maximum. Les bonnes phrases sont succinctes et bien formulées, l’ordre des mots y est logique, la syntaxe et la grammaire impeccables. Elles sont faciles à assimiler pour tous les lecteurs, y compris ceux qui ont une connaissance limitée de la langue. Utilisez une ponctuation simple  Les phrases libres de toute ponctuation superflue sont plus faciles à lire. Si votre phrase vous oblige à ajouter virgule après virgule, essayez de la couper en deux (voire trois) phrases plus courtes.  Faites preuve de modération dans l’utilisation des points d’exclamation et des émoticones: si vos mots sont clairs et forts, ils n’ont pas besoin d’être ainsi soulignés. 1 Écrire pour le web 2 3 Créez des titres accrocheurs Les titres sont très importants – c’est grâce à eux que le lecteur décide si le contenu mérite d’être lu. Un titre réussi exprime l’essentiel de l’histoire en quelques mots percutants, qui attirent l’attention du lecteur. Les titres vagues ou trompeurs découragent le lecteur. Pour écrire un titre efficace:  assurez-vous d’avoir compris à fond le contenu, de façon à choisir un titre approprié;  identifiez le point essentiel de l’article et intégrez-le dans le titre;  identifiez le ton du contenu et adaptez le titre en conséquence. Le ton doit également être adapté au public et conforme à l’identité, aux standards, aux valeurs et à la voix du FIDA;  optez pour des titres courts; pour résumer une histoire il ne faut pas trop de mots; voici quelques exemples de titres réussis tirés du blog du FIDA: –– Le FIDA: une institution axée sur l’apprentissage? –– Des cartes qui parlent. –– Les chiffres: que nous apprennent-ils? –– Le monde se nourrit sur le dos des paysannes. Utilisez les sous-titres Les sous-titres (ou intertitres) sont des titres courts qui viennent ponctuer le texte après quelques paragraphes, pour faciliter une lecture rapide. Ils aident le lecteur à identifier les parties du texte susceptibles de l’intéresser davantage et permettent d’appréhender immédiatement les principaux sujets traités dans l’article. Composez les sous-titres en caractères gras pour qu’ils ressortent mieux. Des sous-titres efficaces:  donnent aux lecteurs une idée du contenu;  organisent le contenu autour de sous-parties indépendantes;  racontent une histoire qui permet de saisir rapidement l’essentiel du contenu. Réservez les caractères gras aux concepts-clés Utilisez les caractères gras pour souligner les concepts-clés dans un paragraphe, mais sans exagérer. Utilisez-les pour des mots ou des locutions, pas pour des phrases. Les caractères gras sont plus efficaces et peuvent être lus plus rapidement lorsqu’ils sont utilisés sur un mode vertical dans le texte, par exemple sur le premier ou les deux premiers mots de chaque point d’une liste. Une utilisation excessive des caractères gras s’avère déroutante dans un texte. D - 3
  • 86. Le FIDA sur Internet Ajoutez des liens hypertextes Le texte d’un article se prête à l’introduction de liens hypertextes vers d’autres pages du site ou d’autres sites web. Les liens permettent au lecteur de parcourir le contenu d’une page et de sélectionner les informations utiles. Ils aident aussi le lecteur à s’orienter dans le document. L’intégration de liens est le moyen le plus rapide pour offrir au lecteur les informations les plus pertinentes. Il est important d’utiliser les liens d’une manière appropriée et de les indiquer pour qu’ils puissent aider le lecteur – sans le distraire.  Placez les liens dans le corps de l’article à l’endroit où ils sont plus utiles – évitez de les mettre à la fin où ils risquent d’échapper à l’attention du lecteur. Ce dernier pourra ainsi repérer tous les contenus disponibles sur un sujet déterminé. (Exemple de lien: www.ifad.org.)  Dans la mesure où les liens sont soulignés et apparaissent dans une couleur différente de celle du texte courant, faites en sorte qu’ils soient courts (juste quelques mots); un texte comportant beaucoup de liens très longs est difficile à parcourir et à lire.  Donnez des liens de qualité – des liens vers des documents pertinents et de qualité.  L’excès de liens peut s’avérer déroutant pour le lecteur et le déstabiliser. Donc, pas plus de cinq liens par sujet.  Placez les liens au sein de phrases importantes, pour que le lecteur comprenne clairement où ils vont le conduire. Utilisez un alignement de texte et une typographie simples  Alignez votre texte à gauche, interligne “1”.  Utilisez des polices “sans serif”, car elles sont plus faciles à lire à l’écran. Évitez de composer des mots entiers en lettres majuscules et limitez l’usage de l’italique qui s’avère difficile à lire à l’écran.  Un texte de couleur foncée sur un fond blanc ou de couleur très claire est plus facile à lire.  Les graphiques et les couleurs peuvent renforcer un texte – mais uniquement lorsqu’ils signifient quelque chose et visent à guider le lecteur, par exemple pour expliquer des statistiques. Dans le cas contraire, l’utilisation de graphiques et de couleurs sans but particulier dérange le lecteur et détourne son attention. 1 Écrire pour le web 2 3 Évitez le jargon Évitez le jargon inutile ou la terminologie technique spécialisée. L’emploi d’un langage courant rend le texte accessible à tous les lecteurs. Il facilite la compréhension, y compris par ceux qui maîtrisent le jargon car ils ne sont pas obligés de s’arrêter pour réfléchir à la signification exacte des termes employés. N’abusez pas des acronymes Ne cédez pas à la tentation d’utiliser des acronymes pour être synthétique – la “soupe à l’alphabet” n’a pas un bel aspect et elle est difficile à lire. Si vous n’avez pas d’autre choix que d’utiliser des acronymes:  Assurez-vous qu’ils figurent sous leur forme développée – en toutes lettres – à la première occurrence dans le texte, et qu’ils sont suivis de l’acronyme entre parenthèses.  Pas d’acronymes dans les titres.  Préférez un synonyme à un acronyme, utilisez par exemple “les Objectifs” (plutôt que “les OMD”) lorsque vous mentionnez pour la deuxième fois les Objectifs du Millénaire pour le développement. Rédigez des légendes claires Les photographies, les illustrations et les tableaux doivent être accompagnés de légendes explicatives. N’oubliez pas, le cas échéant, de mentionner la source et le droit d’auteur. Évitez les informations superflues Savoir écrire pour le web signifie exploiter au mieux le potentiel de la Toile sans pour autant en faire trop. On évitera ainsi les expressions du type: “Cliquez ici”, “Suivez ce lien” et “Ce site web”. Les protocoles standard utilisés dans l’identification des liens et des sites sont désormais bien connus, ces explications superflues doivent par conséquent être évitées au risque d’irriter le lecteur. Contact Roxanna Samii, Chargée du web, des savoirs et de la communication interne Courriel: r.samii@ifad.org; Tél. : +39 06 5459 2375 D - 4
  • 87. Le FIDA sur Internet 2 J Utiliser les médias sociaux Qu’est-ce que les médias sociaux? De nos jours, Internet et les médias sociaux sont devenus les canaux de communication privilégiés de nombre d’internautes parce qu’ils facilitent les échanges. Le réseau social a radicalement changé le mode de communication des individus. L’échange se fait dans les deux sens, ce qui nous permet de participer à une conversation. Le Web 2.0 et les réseaux sociaux ont poussé les organisations à utiliser ces canaux pour mener leurs actions de plaidoyer, informer le public de leurs activités, renforcer les partenariats existants et en créer de nouveaux. Au FIDA, les médias sociaux et les plates-formes de collaboration en ligne permettent à l’organisation d’être en contact avec ses parties prenantes et d’en recruter de nouvelles. Depuis 2010, le FIDA a très largement fait usage des médias sociaux dans le but de:  mener des actions de plaidoyer en faveur de l’augmentation des investissements dans l’agriculture;  partager des informations en matière de développement rural et d’agriculture;  contribuer à élargir le discours autour du développement rural;  rédiger des rapports et informer les collègues au sujet des ateliers, des sessions de formation et des visites organisées sur les sites de projets financés par le FIDA;  ouvrir un dialogue avec les parties prenantes, les partenaires, les militants et les amis. Le FIDA encourage les membres de son personnel à utiliser ces outils en vue d’élargir et de renforcer l’action de plaidoyer de l’institution et d’accroître sa présence dans le secteur du développement rural. Le recours aux médias sociaux permet au FIDA de promouvoir ses missions et ses activités. Les médias sociaux: mode d’emploi Les membres du personnel sont encouragés à utiliser les médias sociaux comme blip.tv, Facebook, Flickr, Picasa, Slideshare, Twitter, YouTube, les wikis et les blogs dans le cadre de leur activité – tout en respectant les directives énoncées ci-après. 1 2 3 Utiliser les médias sociaux Dans l’univers des médias sociaux, il n’y a pas de séparation entre la vie professionnelle et la vie privée. Toutes les conversations en cours sur les sites des médias sociaux sont accessibles à l’aide de moteurs de recherche comme Google. C’est la raison pour laquelle il faut considérer que vos conversations sont publiques et non privées. Adoptez les médias sociaux La réputation d’impartialité et devenez un citoyen et d’objectivité du FIDA acteur du lien social est d’importance capitale. Lorsque vous abordez des sujets traités par le FIDA ou d’autres sujets liés à votre activité professionnelle sur les médias sociaux: –– précisez que vous travaillez pour le FIDA; –– soyez ouvert et jouez la transparence; –– limitez-vous à traiter des sujets relevant de vos compétences; –– respectez les normes de confidentialité; –– si vous manifestez votre désaccord avec autrui, faites-le de façon polie; –– apportez une valeur ajoutée; –– suscitez l’enthousiasme et affichez votre passion; –– n’utilisez jamais Internet pour vous attaquer à vos collègues ou les insulter; –– postez des commentaires compréhensibles et respectueux; –– n’envoyez pas de spam; –– n’engagez pas le FIDA dans des actions sans autorisation préalable; –– ne créez pas de réseaux sociaux pour le compte du FIDA et n’utilisez ni le logo ni le nom du FIDA; –– si vous commettez une erreur, sachez l’admettre. Utilisez les médias Si vous souhaitez créer un réseau social à des sociaux pour amplifier les fins professionnelles, messages du FIDA contactez la Division de la communication. Si vous avez des doutes concernant un billet de blog, ou si vous hésitez sur la façon la plus appropriée de commenter un billet ou d’y répondre, parlez-en avec votre superviseur et/ou la Division de la communication. Si vous avez été contacté par un représentant des médias, informez-en le Service des relations avec les médias et de la communication extérieure, qui décidera de la conduite à tenir. D - 5
  • 88. Le FIDA sur Internet Règles de conduite sur les médias sociaux  Soyez un bon ambassadeur. N’oubliez pas que       1 votre conduite ainsi que les opinions que vous exprimez sur les médias sociaux ont un impact direct ou indirect sur le FIDA. Veillez à ce que la photo ou l’avatar de votre profil ait une allure professionnelle. Promouvez les médias sociaux du FIDA comme Twitter, le blog du FIDA, Facebook (la liste complète est disponible ci-après) en les intégrant à votre signature dans les courriers électroniques et dans les documents que vous rédigez. Soyez honnêtes, jouez la transparence et l’ouverture. Si vous parlez de votre travail sur un blog, identifiez-vous et précisez que vous travaillez au FIDA. Si vous vous intéressez tout particulièrement à un sujet de discussion, signalezle immédiatement et précisez que vous exprimez uniquement des opinions personnelles. N’oubliez pas que faire preuve de transparence ne signifie en aucun cas qu’il faut divulguer des informations confidentielles et/ou protégées. Il est interdit de divulguer des informations confidentielles sur votre blog personnel, mini-blog ou sur les sites web. Si vous commettez une erreur, sachez l’admettre et faites le nécessaire pour réparer cette erreur. Soyez passionné et engagé. Partagez avec les autres votre passion pour votre travail et parlez de vos succès et des défis à relever. Si vous tenez sur un blog, invitez vos lecteurs à réagir et à vous faire part de leurs commentaires. Lisez les contributions des autres et participez à la conversation. Soyez responsable. Vous êtes responsable de ce que vous écrivez et de votre conduite sur les médias sociaux. Faites preuve de sérieux. Soyez décontracté. N’adoptez jamais un ton pédant lorsque vous vous adressez à vos lecteurs. N’ayez pas peur de montrer votre personnalité. Lorsque vous communiquez au travers des médias sociaux, utilisez des phrases ouvertes, qui stimulent des réactions susceptibles de lancer une conversation. Faites référence aux articles écrits par d’autres quand vous tenez un blog et encouragez les commentaires. Soyez respectueux. Exprimez votre désaccord avec respect. Respectez le caractère professionnel et la vie privée de votre public, de vos collègues et de vos pairs. Soyez prudent lorsque vous mélangez vie professionnelle et vie privée. Il arrive parfois que la vie professionnelle et la vie privée se croisent. 2 3 Utiliser les médias sociaux      En tant qu’employé du FIDA et fonctionnaire public international, vous êtes tenu à un certain nombre d’obligations. Sur les médias sociaux comme au bureau il convient de respecter le code de conduite du FIDA et le règlement du personnel. Ne perdez pas de vue les implications globales. Vos échanges sur les médias sociaux peuvent avoir des effets à l’échelle globale. Un style rédactionnel approprié dans certaines régions du monde pourrait être considéré comme inapproprié ou illégal ailleurs. Gardez une “vision globale” lorsque vous utilisez les médias sociaux. Faites la différence. Postez des articles que les gens apprécieront. Rédigez des contenus utiles, intéressants et stimulants. Contribuez à former une communauté en discutant de vos expériences et de vos défis. Parlez de vos projets. La communication sociale aide les gens à en savoir plus sur le FIDA. Vous aurez fait la différence si vos articles aident les gens à mieux travailler, à comprendre ce que fait le FIDA, à en savoir plus sur la pauvreté rurale, à améliorer leurs compétences, à résoudre leurs problèmes, à contribuer aux solutions ou relever les défis. Privilégiez la qualité plutôt que la quantité. Nouez des liens. Captivez votre public et gagnez sa confiance pour entrer en contact avec lui. Évitez d’utiliser les médias sociaux uniquement à des fins de plaidoyer. Corrigez les erreurs. Si vous tombez sur une description erronée du FIDA, identifiez-vous et corrigez l’erreur. Dans la plupart des cas, personne ne vous en voudra. Si toutefois il arrive que quelqu’un essaye intentionnellement de détourner le sens de vos propos, ignorez-le. Si vous avez des doutes concernant la conduite à tenir, veuillez contacter la Division de la communication. Citez vos sources et créditez qui de droit. Ne revendiquez pas la paternité de contenus dont vous n’êtes pas l’auteur. Obtenez les autorisations requises avant d’utiliser des contenus tiers et veillez à mentionner le nom des auteurs. Il est interdit d’utiliser des contenus protégés par un droit d’auteur ou un droit de marque sans autorisation. Respectez le système de licence Creative Commons1. 1 Grâce aux licences Creative Commons, les créateurs peuvent communiquer les droits réservés et ceux qu’ils abandonnent au profit de bénéficiaires ou d’autres créateurs. Les licences Creative Commons sont un modèle plus flexible de protection du droit d’auteur, en ce que la formule “certains droits réservés” remplace celle “Tous droits réservés”. D - 6
  • 89. Le FIDA sur Internet  Gardez à l’esprit le fait qu’Internet est éternel.     1 Une fois que l’information est publiée sur Internet, elle y reste à jamais. Google n’efface rien! Réagissez aux critiques constructives. Transformez un commentaire négatif en une discussion positive. Remerciez l’auteur du commentaire et entamez une conversation. Lorsque vous répondez, n’oubliez pas que vous représentez le FIDA. Prenez le temps de lire entre les lignes et de comprendre les arguments. Soyez respectueux, sincère, confiant et honnête lorsque vous corrigez des erreurs d’ordre factuel. Si vous n’êtes pas sûr de la conduite à tenir, contactez la Division de la communication. Protégez les contenus du FIDA. Les employés sont encouragés à partager les contenus du FIDA via leurs comptes personnels sur les médias sociaux. Lorsque vous utilisez votre compte personnel pour partager des contenus originaux du FIDA – qu’il s’agisse de textes, de photos ou de matériel audiovisuel produits par le FIDA et disponibles sur le site web ou les réseaux sociaux du FIDA – veillez à en attribuer la paternité au FIDA. Lorsque vous postez des contenus du FIDA sur des sites personnels ou de tiers, précisez-en la source. En cas de doute, contactez la Division de la communication. Il est interdit de publier des contenus destinés exclusivement à l’usage interne du FIDA. Les contenus du FIDA protégés par le droit d’auteur sont disponibles sur demande. Protégez le nom du FIDA. Vous n’êtes pas autorisés à utiliser le nom du FIDA pour soutenir ou promouvoir des produits, des opinions ou des partis politiques. Le FIDA souhaite consolider son image et dynamiser son site web ainsi que ses réseaux sociaux. Évitez de fragmenter l’image et l’identité de l’institution en créant des pseudocomptes FIDA. Si vous devez créer des sites web et/ou des réseaux sociaux pour le FIDA, contactez la Division de la communication. Distinguez bien faits et opinions. Faites une distinction nette entre, d’une part, les faits et, d’autre part, les opinions. 2 3 Utiliser les médias sociaux  Faites passer le mot et entrez en contact avec les autres. Ne vous contentez pas de parler uniquement de vous-même; partagez les succès de vos collègues, de vos pairs et du FIDA dans son ensemble. Assurez-vous d’être connecté aux réseaux sociaux du FIDA (consultez la liste ci-dessous).  Gardez trois choses à l’esprit: CNN, votre mère et votre patron. Une fois en ligne, ne discutez que de choses que vous souhaiteriez voir relayées par la télévision ou de questions que vous pourriez facilement aborder avec votre mère ou votre patron. N’oubliez pas que rien ne reste privé sur les médias sociaux – tous vos articles et commentaires peuvent être “tracés”.  Prévoyez une clause de non-responsabilité. Si vous publiez sur un site web tiers ou sur un blog personnel, pensez à utiliser une clause de non-responsabilité du type: “Les informations publiées sur ce blog/site web reflètent mon opinion personnelle et ne représentent pas nécessairement les positions, les stratégies ou les opinions du FIDA.”  Écrivez sur ce que vous connaissez. Lorsque vous traitez des sujets liés à l’agriculture et au développement rural, écrivez à la première personne et limitez-vous aux questions qui relèvent de votre compétence. Si vous abordez un sujet en relation avec le FIDA qui sort de votre domaine d’expertise, précisez-le à vos lecteurs ou demandez à un expert de rédiger l’article avec vous. En cas de doute, consultez-nous! D - 7
  • 90. Le FIDA sur Internet L’étiquette sur les réseaux sociaux Billets sur Internet Vous tombez sur un billet qui concerne le FIDA. Est-il positif, impartial ou négatif? Soyez crédible Soyez passionnés Soyez précis, impartial, exhaustif et faites preuve de transparence. Encouragez les critiques constructives et la réflexion. La passion est contagieuse. Affichez votre passion pour votre travail et parlez de vos succès. Quelle conduite adopter sur Internet? Positif Soyez un bon ambassadeur Offrez votre soutien Le billet est une réaction factuelle et opportune à un billet, en accord ou en désaccord avec son contenu, sans pour autant être erroné, railleur, furieux, dénigrant ou négatif. Vous pouvez indiquer votre accord, ignorer le billet ou faire un commentaire positif. Voulez-vous répondre? Non N’oubliez jamais que votre conduite ainsi que vos opinions ont des retombées sur rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Oeuvrer pour que les populations l’institution. Impartial Négatif Surveillez la situation De quelle façon? Évitez de répondre aux messages spécifiques; surveillez le site pour identifier des informations et des commentaires pertinents. “Calomnie” S’agit-il d’un site connu pour ses actions de dénigrement ou de diffamation? Clarifiez les faits N’hésitez pas à corriger les autres, mais tenez-vous en aux faits. Soyez respectueux et donnez des informations factuelles. (Voir ci-dessous les 5 principes à appliquer à vos réponses aux billets postés sur les blogs.) Oui C’est une conversation N’ayez pas peur de montrer votre personnalité et de dire ce que vous pensez. Privilégiez les contenus ouverts, qui encouragent des réponses. “Comment s’y prendre?” Quand vous êtes sur Internet, ne discutez que de choses que vous souhaiteriez voir relayées par la télévision ou de questions que vous pourriez facilement aborder avec votre mère ou votre patron. Deje el post tranquilo Deje el post tranquilo. No requiere de respuesta. Transparence Si vous traitez des sujets liés à votre activité professionnelle sur un blog personnel, publiez une clause de non-responsabilité sur chaque page, précisant que les opinions exprimées n’engagent que leur auteur. Partagez vos succès Partagez votre histoire et votre mission avec l’auteur du message d’une manière constructive. Sources Citez vos sources: créez des liens hypertextes, redirigez, "pinguez" et connectez-vous! Parlez des succès de vos collègues et connectez-vous avec eux sur Internet. Tout le monde peut tirer parti des informations que vous fournissez et de vos expériences. N’hésitez pas à partager vos expériences de travail et à en discuter. Montrez-vous compétent et constructif; faites preuve de bon sens lorsque vous traitez de sujets internes et/ou confidentiels. En cas de doute, consultez-nous! Bon sens Prenez votre temps pour formuler des réponses de qualité. Ne publiez pas vos commentaires si vous vous sentez ne seraitce que légèrement mal à l’aise. Si vous avez des doutes, demandez l’avis de votre superviseur. Est-ce que le billet est écrit sur le ton de la vocifération, de la colère, de la plaisanterie ou sur un ton satirique? “Mal informé” Le billet contient-il des informations erronées? “Client mécontent” Apportez un plus Ayez 3 choses à l’esprit: CNN, votre mère et votre patron. “Ton emporté” Le billet est-il le résultat d’une expérience négative? Réparez tout tort causé Rectifiez la situation, répondez et agissez sur la base d’une solution raisonnable. N’ayez pas peur d’admettre vos erreurs. (Voir ci-dessous les 5 principes à appliquer à vos réponses aux billets postés sur les blogs). Cinq principes à appliquer à vos réponses aux billets postés sur les blogs: Ton/Influence Répondez en utilisant un ton susceptible d’assurer des retombées positives pour le FIDA. Concentrez-vous sur les blogs les plus influents liés au FIDA. Communiquez, éduquez et partagez la vision du FIDA. Sécurité Protégez votre vie privée en utilisant des paramètres de confidentialité. Soyez particulièrement prudent lorsque vous diffusez des informations qui pourraient compromettre votre sécurité ou celle d’autrui. Source: Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD); adaptée pour le FIDA. 1 2 3 Utiliser les médias sociaux D - 8
  • 91. Le FIDA sur Internet Utiliser les comptes des médias sociaux officiels du FIDA Les médias sociaux du FIDA Le FIDA utilise les médias sociaux pour accroître sa présence à l’échelle mondiale, s’adresser à un public de plus en plus large et proposer un vaste éventail de contenus et d’informations en temps réel. Blog Le blog du FIDA est une plate-forme conçue pour permettre aux agents de terrain et aux agents du siège d’échanger leurs opinions et leurs expériences et de couvrir les événements en direct. Le contenu des articles affichés sur le blog reflète les avis et les opinions des auteurs, qui ne correspondent pas nécessairement à ceux de l’institution. À l’instar d’autres institutions financières et agences des Nations Unies, le FIDA est présent sur les canaux les plus populaires et stratégiques. La gestion de la présence du FIDA sur les médias sociaux relève de la Division de la communication. Afin de garantir l’authenticité et de protéger l’image du FIDA, les comptes officiels du FIDA sur les médias sociaux: –– respectent les principes et les meilleures pratiques énoncés ci-dessus; –– affichent le logo du FIDA et respectent son identité sociale. Les membres du personnel qui représentent le FIDA sur les médias sociaux se doivent de: –– suivre les conversations et de faire office de modérateur; –– valoriser l’image du FIDA sur les plates-formes médiatiques; –– diffuser les messages du FIDA par le biais des médias sociaux; –– promouvoir le profil des réseaux sociaux du FIDA; –– nouer un dialogue avec les parties prenantes et les partenaires au travers des médias sociaux. Le contenu offert par les réseaux sociaux officiels du FIDA doit: –– être de la meilleure qualité possible; –– refléter l’image du FIDA; –– saluer et encourager les réactions, la participation et le dialogue; –– offrir des informations en temps réel; –– promouvoir les programmes et annoncer les nouvelles initiatives sur un mode informel; –– humaniser les activités du FIDA en racontant des histoires réelles; –– couvrir les événements importants en direct. Note: le FIDA détient les droits d’auteur sur les Les contributeurs du blog du FIDA sont tenus de respecter les principes énoncés ci-dessus. Le FIDA encourage ses employés à utiliser ce canal pour mener des actions de plaidoyer en faveur des thématiques traitées par l’institution et des activités qu’elle met en place. Si vous souhaitez intégrer la communauté de blogueurs du FIDA, contactez la Division de la communication. Facebook Facebook est un réseau social en ligne qui permet à tous les membres de partager des idées, des photos et des vidéos, d’échanger des messages instantanés et des courriers électroniques. Facebook est utile pour retrouver des amis et devenir des “fans” de groupes ou d’organisations. Le FIDA utilise Facebook pour sensibiliser le public mondial, régional et national à ses activités. Le FIDA utilise également Facebook pour partager des informations relatives au développement rural et à l’agriculture. Les contenus affichés par le FIDA sur Facebook visent à stimuler les échanges avec les fans par le biais de la messagerie instantanée et du partage d’informations, d’images et de vidéos. Les contenus affichés par le FIDA sur Facebook: –– ont un ton accrocheur; –– encouragent les réactions et la participation; –– facilitent le dialogue et l’échange d’idées; –– proposent un aperçu des activités du FIDA. La page Facebook du FIDA permet aux fans de poster des liens, de mettre à jour leur profil et d’afficher leurs commentaires en réaction aux articles. contenus créés pour l’Institution et affichés sur les médias sociaux (tweets, vidéos, enregistrements Note: la Division de la communication assure audio, photographies et articles de blog). le suivi des contenus affichés par les fans. Les contenus inappropriés ou les pourriels (spam) sont signalés et supprimés. 1 2 3 Utiliser les médias sociaux D - 9
  • 92. Le FIDA sur Internet Picasa et l’album photo de Facebook Les photos représentent le contenu le plus affiché sur les médias sociaux. Les photos des activités organisationnelles de l’institution et des projets du FIDA sont stockées dans la Banque d’images de l’institution. Picasa et l’album photo de Facebook sont utilisés pour partager les photos d’amateurs, par exemple les images prises lors de séances de formation, de missions ou d’activités organisationnelles comme les sessions du Conseil des Gouverneurs. Les photos doivent être accompagnées de légendes, et les albums doivent comporter un nom, une date et, dans la mesure du possible, un lieu. Si vous souhaitez télécharger des photos sur Picasa ou sur l’album photo de Facebook, contactez la Division de la communication. Slideshare Slideshare est un réseau social utilisé pour partager les présentations PowerPoint et les documents au format PDF. Il s’agit d’une communauté professionnelle très dynamique. Les contenus affichés sur Slideshare peuvent être intégrés aux blogs et aux sites web ou partagés sur les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter. Slideshare mesure également le nombre de téléchargements et de visualisations des présentations ou des documents mis à disposition. Actuellement, le FIDA utilise Slideshare pour afficher des présentations PowerPoint et des documents liés à des événements spécifiques. Twitter Twitter est un site de réseautage social qui permet à ses membres d’afficher des informations courtes (140 signes maximum). Cet outil est utilisé pour partager des titres de blogs, des mises à jour en temps réel, des extraits des dernières nouvelles, des témoignages, des déclarations, des communiqués d’intérêt public, des réussites, des offres d’emploi, des fiches techniques et des reportages d’événements en direct. En règle générale, les contenus les plus échangés sur Twitter sont les statistiques, les faits, les chiffres, les clips audio et les nouvelles. Le FIDA utilise Twitter pour partager les messages et les nouvelles en temps réel et pour sensibiliser le public à ses activités. Contrairement à Facebook où seuls les “amis” ou les “fans” enregistrés peuvent voir vos mises à jour, les contenus transmis via Twitter peuvent être vus et consultés par toute la communauté Internet. 1 2 3 Utiliser les médias sociaux L’équipe du FIDA chargée de mettre des informations en ligne sur les réseaux sociaux utilise le compte officiel Twitter du FIDA pour couvrir en direct les événements. En règle générale, les tweets du FIDA utilisent les hashtags (signe dièse signalant un mot-clé) suivants: #ifad, #agriculture, #globaldev, #agchat. Le FIDA utilise également des hashtags conçus pour des événements spécifiques, comme #GC2011 ou encore #rpr2011. Si vous avez des questions à poser au sujet de Twitter ou si vous souhaitez intégrer l’équipe chargée d’alimenter les réseaux sociaux, contactez la Division de la communication. YouTube et blip.tv YouTube et blip.tv sont des sites de réseautage social où les membres peuvent poster des vidéos, les commenter et s’abonner à des chaînes vidéo. Le FIDA utilise YouTube pour partager des vidéos organisationnelles autorisées, alors que blip.tv est utilisé pour partager de courtes interviews, des vidéos liées à des événements spécifiques et des vidéos produites dans le cadre de projets financés par l’institution. Si vous avez des questions au sujet de YouTube ou si vous souhaitez télécharger des vidéos sur blip.tv, contactez la Division de la communication. Liens vers les réseaux sociaux du FIDA –– Facebook: www.facebook.com.pages/ ifad/107399332627995?ref=ts –– Twitter: www.twitter.com/ifadnews –– Blog du FIDA: www.ifad-un.blogspot.com/ –– Blip.tv: www.ifad.blip.tv/ –– YouTube: www.youtubecom/user/IFADTV –– Picasa: www.picasaweb.google.com/ifad. photolibrary/ –– Slideshare: www.slideshare.net/ifad Voir le des termes des médias sociaux à l’Annexe III Lien vers les directives applicables aux réseaux sociaux du FIDA –– www.slideshare.net/ifad/ifad-social-media-guidelines Contact Roxanna Samii, Chargée du web, des savoirs et de la communication interne Courriel: r.samii@ifad.org; Tél.: +39 06 5459 2375 D - 10
  • 93. Le FIDA sur Internet 3 J Écrire un article de blog dont on se souviendra Pour écrire un article de blog que les gens auront envie de lire il faut aborder un sujet qui vous passionne, en toute honnêteté et ouvertement. L’article doit être dynamique, intéressant et agréable. N’oubliez pas qu’il s’agit d’une conversation. (Voir les sections Utiliser les médias sociaux y Écrire pour le web.)  Veillez à contribuer régulièrement au blog du FIDA    Laissez parler votre cœur quand vous bloguez   Écrivez des articles sur les nouvelles tendances et (www.ifad-un.blogspot.com) (voir la section Les médias sociaux du FIDA). Développez un style d’écriture qui vous est propre et conservez-le au fil des publications. Introduisez de la passion dans vos articles. Écrivez des articles accrocheurs, qui encouragent vos lecteurs à faire des commentaires et à engager la conversation. Utilisez un langage simple (voir les sections Directives pour un langage simple et Écrire pour le web). les innovations.  Partagez vos idées, vos opinions, vos points de vue, vos expériences et vos connaissances.  Racontez une histoire (voir la section Utilisation du storytelling pour le partage les savoirs).  Faites preuve d’originalité et démarquez-vous.  Terminez vos articles par un appel à l’action, un message d’espoir, une question, une inspiration, des pistes de réflexion – quelque chose qui puisse ouvrir le dialogue – et demandez à vos lecteurs de commenter et de partager leurs idées et leurs opinions. Aidez vos lecteurs  Évitez tout jargon institutionnel. Si vous employez des termes techniques, expliquez leur signification.  Ne multipliez pas les détails – évitez d’accabler les lecteurs. Allez à l’essentiel et faites-le vite!  Évitez d’introduire un trop grand nombre d’idées   Accrochez vos lecteurs  Trouvez un titre incitatif pour votre blog. Faites des       titres courts, faciles à comprendre et accrocheurs. Posez une question ou trouvez un titre sujet à controverse ou prenant le lecteur à contrepied. Assurez-vous que le titre reflète le contenu de l’article. N’oubliez pas que les titres sont la première chose qui apparaît dans les résultats des moteurs de recherche. Commencez votre blog par une phrase captivante et expliquez à vos lecteurs ce qui les attend. Assurez-vous que votre blog est facilement lisible en diagonale (voir la section Écrire pour le web). N’oubliez pas d’inclure des mots-clés ou des tags pour aider les moteurs de recherche. Postez régulièrement de nouvelles contributions sur votre blog pour ne pas décevoir vos lecteurs. Commencez de façon modeste au début puis intensifiez votre présence – si vous publiez de nouveaux billets tous les jours au début et que le rythme de vos publications tombe ensuite à une par semaine, vous perdrez vos lecteurs. Si vous écrivez une série de publications, annoncez-la aux lecteurs et indiquez sa fréquence.    ou de concepts dans un seul et même article; prévoyez plutôt une série d’articles. Évitez d’écrire des articles de propagande. Évitez d’aborder des questions organisationnelles ne présentant pas un grand intérêt aux yeux du grand public – décrivez plutôt votre expérience personnelle. Avant de publier votre article, révisez-le et lisez-le à voix haute. Si la lecture n’est pas fluide, apportez les modifications qui s’imposent. Ajoutez des liens et des photos (voir la section Accès aux photographies: utiliser la Banque d’images du FIDA). Si possible, intégrez2 des présentations PowerPoint et des vidéos dans vos articles (voir la section Créer votre propre vidéo). Ressources –– www.apprendreabloguer.com –– http://www.slideshare.net/professionweb/ comment-ecrire-pour-un-blog –– www.creerunblog.fr Contact Roxanna Samii, Chargée du web, des savoirs et de la communication interne Courriel: r.samii@ifad.org; Tél.: +39 06 5459 2375 2 YouTube, blip.tv et Slideshare sont dotés de codes intégrés. Copiez-les et collez-les dans vos articles. 1 2 3 Ecrire un article de blog dont on se souviendra D - 11
  • 94. Le FIDA sur Internet Prenez le temps de nous faire part de vos impressions. Merci de bien vouloir adresser le questionnaire cidessous à Bob Baber, Division de la communication, commtoolkit@ifad.org. 1. Trouvez-vous les explications fournies dans cette section faciles à lire et à comprendre? m Oui m Non 5. Étiez-vous à la recherche d’une information spécifique que vous n’avez pas trouvée dans ce chapitre? Si tel est le cas, veuillez préciser le type d’information que nous pourrions intégrer et qui vous serait utile. 2. De quelle manière avez-vous déjà utilisé ou avezvous l’intention d’utiliser le contenu de ce chapitre dans le cadre de votre travail? 6. Avez-vous utilisé les ressources fournies dans ce chapitre (liens vers les sites web et autres)? 3. Sur une échelle allant de 1 à 10 (1 pour inutile, 10 pour extrêmement utile), quelle note attribueriezvous à ce chapitre? m 1 m 2 m 3 m 4 m 5 m Oui m Non 7. Si vous avez répondu “oui” à la question précédente, quelles sont d’après vous les ressources les plus utiles? m 6 m 7 m 8 m 9 m 10 4. Si la note attribuée en réponse à la question précédente est égale ou inférieure à 5, merci de bien vouloir expliquer pourquoi ce chapitre n’est selon vous pas utile. Cliquez pour accéder au sondage interactif correspondant à la section Le FIDA sur Internet.
  • 95. Prendre la parole en public
  • 96. Prendre la parole en public Rédiger un discours à prononcer en public Si vous écrivez un paragraphe alambiqué dans un texte destiné à des lecteurs, ils auront le temps de réfléchir à sa signification. En revanche si vous lisez ce même paragraphe à voix haute devant un auditoire, le public risque fort de ne pas s’y retrouver. Un auditoire – qu’il soit devant vous ou devant un poste de radio ou de télévision – ne dispose que d’une seule occasion pour saisir votre message. Quand vous écrivez pour un auditoire au lieu d’un public de lecteurs, tous les points doivent être énoncés d’une manière très claire. Les textes prononcés doivent être plus courts et plus simples. Par exemple, un lecteur peut comprendre la phrase suivante malgré sa longueur excessive: “Un groupe de référence – composé de membres du gouvernement local, régional et national, de la société civile, du milieu académique et des agences internationales de développement – a dirigé l’évaluation en apportant des contributions détaillées et créatives et en améliorant la qualité du résultat final.” Pour que ce texte soit compris par un auditoire, il doit être divisé en plusieurs phrases et agencé d’une manière plus simple, par exemple: “Un groupe de référence a été créé pour diriger l’évaluation. Ses membres appartenaient au gouvernement local, régional et national, à la société civile, au milieu académique et aux agences internationales de développement. Les contributions détaillées et créatives fournies par le groupe ont permis d’améliorer la qualité du résultat final.” 1 J Assurer une présentation percutante Pour assurer sa réussite d’une présentation, il faut qu’elle soit bien planifiée, soigneusement préparée, répétée et enfin présentée avec éloquence. La connaissance, l’expérience et le talent, ainsi que la préparation, sont à la base d’une présentation réussie – “la faute de préparation est une préparation à la faute”. Il n’y a rien de pire que de devoir assister à une présentation ennuyeuse et mal structurée. Pour éviter les échecs, voici quelques conseils: Planifiez votre présentation  Assurez-vous d’avoir compris les exigences du groupe cible ainsi que leur niveau de connaissance.  Sachez exactement de quoi vous allez parler. Allez-vous convaincre des bailleurs de fonds de financer un projet? Faire un rapport des activités du FIDA devant les partenaires et les agences gouvernementales? Chaque sujet exige un style et un contenu différents. Concentrez-vous sur ce qui peut convaincre votre auditoire. 1 2 Assurer une présentation percutante  Soyez aussi préparé que possible sur le sujet de votre présentation.  Assurez-vous que votre présentation transmet des messages accrocheurs, mais Pour assurer sa réussite, n’en faites pas trop. il faut qu’une présentation Les présentations soit bien planifiée, efficaces et captivantes soigneusement préparée, contiennent un répétée et enfin livrée nombre limité de avec style. messages-clés.  Utilisez une terminologie adaptée à l’auditoire. Expliquez les idées complexes et, au besoin, ponctuez vos propos d’anecdotes.  Lorsque vous rédigez votre texte: –– utilisez des tournures de phrase simples. Sujet-verbe-complément: c’est la plus claire des structures, mais ne poussez pas non plus ce principe à l’extrême au risque de devenir monotone; E - 1
  • 97. Prendre la parole en public –– évitez les sous-titres dans votre texte – vous ne pourrez pas les lire à voix haute. Assurez-vous que le texte est fluide; –– pour signaler l’introduction d’un nouveau sujet à votre auditoire, insérez une “pause” dans le texte pour penser à vous arrêter un instant. Assurez-vous que la première phrase du nouveau paragraphe présente le nouveau sujet d’une manière claire; –– évitez de placer trop de qualificatifs devant le nom; votre auditoire ne s’y retrouverait pas; –– utilisez une transcription phonétique pour ne pas buter sur les mots difficiles à prononcer.  Personnalisez la N’oubliez pas que vous présentation pour que les spectateurs vous adressez à un puissent s’identifier. auditoire, pas à un écran Ponctuez votre ni à votre script. discours d’anecdotes, d’humour, de citations et d’expériences personnelles. Racontez des histoires – rien n’est plus captivant que les histoires, et vous pourrez mieux mesurer le niveau d’attention de l’auditoire.  Votre présentation doit prévoir: –– une introduction: c’est le moment où il faut briser la glace. Attirez l’attention de l’auditoire, établissez un contact et précisez votre objectif. Préparez une introduction succincte et si possible servez-vous d’une anecdote ou d’une question; –– un développement: c’est le moment où il faut transmettre vos messages clés selon un ordre logique, chaque point enchaînant sur le suivant, en utilisant un langage simple et clair; –– une conclusion: c’est le moment où il faut répéter votre objectif, synthétiser vos messages-clés et terminer la présentation sur une note positive.  Respectez votre temps de parole – si vous vous attardez, le public pourrait s’impatienter.  Répétez votre présentation devant un auditoire ou un miroir – ne répétez pas trop toutefois, n’apprenez pas votre texte par cœur ou il sonnera faux et par trop mécanique. Chronométrez-vous pour être sûr de respecter votre temps de parole.  Anticipez les questions que l’on pourrait vous poser et préparez les réponses. 1 2 Assurer une présentation percutante Établissez le contact avec l’auditoire Faire une présentation s’apparente un peu à jouer dans une pièce de théâtre. Vous établissez un contact avec l’auditoire et par la suite vous faites le nécessaire pour qu’il ne “décroche” pas. Voici quelques conseils:  Parlez à voix haute, comme si vous vous adressiez plus particulièrement aux spectateurs assis au dernier rang. Parlez lentement pour que le son de votre voix porte.  Établissez un contact visuel avec plusieurs personnes assises à des endroits différents. Cela aidera l’auditoire à se sentir impliqué.  Au cours de la présentation, expliquez les termes inhabituels et les définitions.  Ajoutez une touche d’humour chaque fois que le sujet s’y prête. Maintenez l’intérêt du public tout au long de la présentation.  Faites des pauses. Laissez du temps à l’auditoire pour réfléchir. Ne vous précipitez pas.  Exprimez votre enthousiasme à l’égard du sujet et insufflez de l’énergie dans vos propos.  Si l’on vous pose une question, avancez vers la personne qui l’a posée. Répétez la question et, le cas échéant, reformulez-la pour l’auditoire.  Préparez des copies de votre présentation que vous distribuerez à la fin. Si vous les distribuez avant de commencer, l’auditoire commencera à les lire et ne vous écoutera pas. Informez l’auditoire à l’avance que vous avez préparé des copies pour leur éviter d’avoir à prendre des notes pendant que vous parlez. Une présentation sans aléa  Assurez-vous que la disposition des chaises dans la salle et que les équipements (tableau blanc, tableau noir, éclairage, écran de projection, système de sonorisation) sont appropriés. Si vous utilisez des supports audiovisuels, testez les équipements à l’avance pour vous assurer que tout fonctionne bien.  Posez votre montre sur le pupitre pour pouvoir jeter un coup d’œil à l’heure.  Parlez lentement et à voix haute en articulant bien. Prenez un air confiant et parlez avec assurance. Évitez de parler sur un ton monocorde, au besoin adoptez un ton plus dramatique si la situation le justifie. E - 2
  • 98. Prendre la parole en public  Si vous commettez une erreur, corrigez-vous et         continuez. Évitez de vous excuser. Exprimez les émotions et les sentiments les plus adaptés au sujet abordé. Le langage corporel est important. Évitez de vous asseoir ou de rester toujours au même endroit, la tête baissée. De temps à autre, avancez vers l’auditoire. Si vous utilisez des diapositives, déplacez-vous de part et d’autre de l’écran. Ne lisez pas votre discours. Un coup d’œil à vos notes devrait suffire. Regardez l’auditoire aussi longtemps que possible. Évitez les tics de langage agaçants, comme l’usage répété de “bon”, “c’est-à-dire” ou encore “bien évidemment”. Si vous devez omettre des parties de votre discours, évitez de le dire à l’auditoire. Sachez vous arrêter. Quittez votre auditoire sur une impression positive et un sentiment d’accomplissement. Remerciez l’auditoire. Ne partez pas tout de suite après votre présentation. Quelqu’un pourrait souhaiter discuter avec vous. Après votre discours, procédez à une autoévaluation (voir Annexe IV, Méthodologie de révision a posteriori). Prenez note des points positifs et des aspects qui pourraient être améliorés. Si vous décidez d’utiliser un PowerPoint:  Servez-vous-en uniquement en tant que support pour votre présentation. Si vous souhaitez donner à l’auditoire une copie écrite des principaux points abordés, rassemblezAvec PowerPoint ou les dans un simple sans PowerPoint? document que vous Telle est la question! distribuerez à l’issue de la présentation.  Utilisez le modèle PowerPoint du FIDA, qui vise à établir une image visuelle cohérente de toute l’organisation. Contact Mark Forrest, Responsable de la conception graphique Division de la communication Courriel: m.forrest@ifad.org; gds@ifad.org Tél: +39 06 5459 2216 Supports visuels et présentations PowerPoint Avant d’avoir recours au PowerPoint ou à d’autres types de supports visuels, rappelez-vous que:  vous êtes le meilleur moyen de transmission de votre message;  le PowerPoint est plus adapté aux sujets qui requièrent une présentation visuelle plutôt qu’orale et peut se révéler utile si vous avez des images à montrer;  si vous parlez pendant que l’auditoire lit le texte d’une diapositive, l’attention du public sera partagée entre l’écoute et la lecture, ce qui l’empêchera d’assimiler votre message oral et écrit. 1 2 Assurer une présentation percutante E - 3
  • 99. Prendre la parole en public  Insérez une diapo vide après chaque diapo explicative. Montrez la diapo vide quand vous aurez terminé de présenter la diapo précédente pour que l’auditoire se concentre à nouveau sur vous. Vous avez également la possibilité de presser la touche “b” pour que les images disparaissent de l’écran une Rendez vos réunions fois que vous aurez terminé la participatives présentation de la diapositive. et amusantes. De cette façon, l’auditoire n’est pas distrait par la diapo suivante alors que vous parlez encore de la précédente.  Parlez en regardant la diapo (mais évitez de lire la légende) pendant que vous la montrez à l’auditoire.  Réduisez le texte au minimum: utilisez des photos, des cartes ou de simples graphiques, comme des courbes ou des histogrammes – et assurez-vous qu’ils sont lisibles.  Utilisez un nombre maximum de sept à dix diapos. Consacrez environ 90 secondes à présenter chacune d’entre elles. Faites en sorte qu’à chaque diapo corresponde un maximum de cinq lignes de texte et que chaque ligne comporte dix mots tout au plus.  Utilisez des mots-clés et des formules dans vos diapos, évitez les phrases complètes. Limitez la ponctuation et n’utilisez pas les lettres majuscules.  Évitez de remplir vos diapos d’équations et de formules mathématiques.  Utilisez une police de grande taille pour le texte – de 24 à 30 points.  Associez des images à votre texte.  Veillez à ce que l’enchaînement des diapositives soit logique et facile à suivre. Insérez le titre dans la partie supérieure de la diapo. Relisez votre texte pour éliminer les fautes d’orthographe.  Évitez d’utiliser des polices fantaisie ainsi qu’un trop grand nombre d’animations, de clips audio, de transitions et d’éléments qui pourraient détourner l’attention. Faites simple. 1 2 Assurer une présentation percutante  Utilisez les couleurs pour souligner vos propos, mais sans exagérer. Utilisez des couleurs différentes pour le texte et pour le fond. Le plus judicieux est d’utiliser un texte foncé sur un fond clair.  Ménagez une grande marge de tous les côtés et prévoyez une marge supplémentaire en bas de la page. Mettez les informations importantes dans la partie haute. Bien souvent les têtes des participants empêchent ceux qui sont assis aux derniers rangs de voir le bas de la page.  Si vous devez utiliser plusieurs fois la même diapositive, copiez-la et insérez-la au bon endroit – ne revenez pas en arrière.  Assurez-vous que votre présentation peut être téléchargée sur n’importe quel ordinateur, et copiez-la sur une clé USB. Ressources –– www.les-ernest.fr: des conférences de 15 minutes, transdisciplinaires. –– www.daniellafreniere.com/presentation/ –– www.mediacoaching.com/fr/formation-prise-deparole?gclid=CL6U27-v8rcCFaTItAodzXcAqg –– www.journaldunet.com/management/efficacitepersonnelle/selection/10-erreurs-dans-sespresentations/10-erreurs-a-ne-pas-commettredans-ses-presentations.shtml Contact Roxanna Samii, Chargée du web, des savoirs et de la communication interne Courriel: r.samii@ifad.org; Tél.: +39 06 5459 2375 E - 4
  • 100. Prendre la parole en public 2 J Faciliter une réunion Les éléments de base La “facilitation” est un ensemble de fonctions dynamiques visant à aider un groupe à partager des idées, des opinions, des expériences et des compétences en vue d’atteindre un objectif commun. Le “facilitateur” doit veiller à ce que le groupe soit uni et travaille d’une manière constructive et coopérative et qu’il parvienne à développer ses propres réponses, décisions ou résultats. Le facilitateur aide le groupe à: –– prendre des décisions; –– partager les informations; –– planifier le travail; –– apprendre les uns des autres; –– résoudre les problèmes. La réussite d’un événement est étroitement liée aux capacités du facilitateur et à son degré de préparation pour l’événement. Les bons facilitateurs se concentrent sur trois aspects: les résultats, le relationnel et le processus. Il existe d’innombrables façons de faciliter un événement, mais toutes reposent sur une série de tâches de base: Faites en sorte que tout le monde se sente à Apprenez à connaître les membres du groupe. –– Adoptez un langage corporel ouvert. –– Établissez un contact individuel avec les personnes et remerciez-les de leurs contributions. Encouragez la participation –– Posez des questions ouvertes. –– Stimulez la participation des membres les plus silencieux sans qu’ils se sentent mis sur la sellette. –– Utilisez des supports visuels. –– Consultez le groupe. –– Divisez le groupe en petits sous-groupes. Sachez prévenir et gérer les conflits –– Planifiez des activités qui renforcent la cohésion du groupe. –– Établissez des règles de base. –– Recherchez l’accord. –– Acceptez les désaccords le cas échéant – respectez toutes les opinions. 1 2 Faciliter une réunion Écoutez et observez –– Écoutez activement. –– Analysez la salle: essayez de capter les rires nerveux, les éclats de voix, les silences. –– Évitez de faire des suppositions. –– Vérifiez que le groupe a compris votre message. –– Reformulez et synthétisez les réponses des participants. –– Prenez des notes. Guidez le groupe –– Désignez un chronométreur. –– Respectez le programme et les objectifs, mais sachez vous en écarter au besoin. –– Remettez en cause les présupposés des participants. –– Encouragez-les à ne pas s’arrêter à la première solution; développez une tension créative. –– Encouragez la prise d’initiative, demandez au groupe de prévoir un plan B puis un plan C. –– Demandez-leur d’envisager des solutions à court terme et à long terme, de fixer des échéances et de définir un plan de continuité. –– Conservez les concepts qui ne correspondent pas au contexte actuel. Assurez-vous que le groupe prend des décisions de qualité –– Rappelez au groupe les délais impartis pour prendre les décisions. –– Révisez les critères et les informations à l’appui de la prise de décision. –– Révisez le processus décisionnel. –– Sondez le groupe avant qu’il prenne des décisions importantes. –– Analysez la décision au sein du groupe. Assurez-vous que le groupe s’engage à agir –– Vérifiez les objectifs fixés pour chaque point du programme. –– Enregistrez les décisions. –– Développez un plan d’action. –– Assurez-vous que le chef du groupe assure le suivi. Après l’événement, prenez le temps de procéder à une révision a posteriori (voir Annexe IV). Cela vous aidera à identifier les démarches gagnantes et celles qu’il faudra en revanche modifier la fois suivante. E - 5
  • 101. Prendre la parole en public Briser la glace et redonner de l’énergie Les moyens qui servent à briser la glace et à redonner de l’énergie au groupe sont des techniques utilisées pour encourager les participants à échanger. Les “brise-glace” leur permettent de s’échauffer un peu au début de l’atelier et d’apprendre à se connaître. Les “boosters d’énergie” sont importants pour maintenir l’attention en éveil. Utilisez-les après le déjeuner et/ou après une présentation ennuyeuse. Badges Les badges permettent aux participants de dresser en trois mots leur profil professionnel ou personnel. Ils écrivent ces mots sur une feuille de papier qu’ils épinglent à leurs vêtements. Chaque membre passe environ dix minutes à discuter avec les autres autour de leurs badges respectifs, en formant des petits groupes composés de tous ceux qui ont des badges similaires. Qui suis-je? Ce “brise-glace” sert à pousser les participants à échanger. Écrivez 30 noms de personnages célèbres sur autant de post-it et collez-en un sur le front de chacun des participants – sans que ces derniers puissent les lire. Ensuite, les participants se poseront tour à tour des questions appelant une réponse en “oui” ou “non” pour essayer de découvrir leur identité. Racontez un fait personnel Chaque participant se lève et raconte un fait personnel. Spectrogramme humain Le spectrogramme humain peut être utilisé en tant que “brise-glace”, “booster d’énergie” ou mécanisme d’évaluation. Collez des rubans adhésifs colorés par terre, dans un espace ouvert. Écrivez “totalement d’accord” d’un côté et “en désaccord total” de l’autre. Ensuite, lisez une série d’affirmations à voix haute et demandez aux participants de se positionner le long du ruban – le “spectrogramme” – selon leur opinion à l’égard de l’affirmation. Les participants doivent se placer près des extrémités si leur opinion est inébranlable et plus près du milieu si leur réaction est moins tranchée. 1 2 Faciliter une réunion Le facilitateur demande aux participants d’expliquer leur choix avec enthousiasme, et ceux qui écoutent sont invités à changer de place le long du spectrogramme si les points abordés les font changer d’avis. Cette activité est plus amusante si les affirmations sont sujettes à controverse ou extrêmes, ou bien plutôt vagues et ambiguës, ce qui encourage les participants à interpréter les propos à leur façon. Les résultats stimulent souvent le dialogue entre les participants et offrent une bonne “cartographie” des sujets et des opinions qu’ils souhaitent creuser et discuter. État d’esprit Cette méthode rapide d’évaluation/de retour sur expérience peut être utilisée à l’issue d’une formation ou d’un atelier. Demandez aux participants d’illustrer leur état d’esprit en complétant une ou plusieurs des phrases suivantes: –– Je suis choqué… –– Je suis étonné… –– Je suis légèrement surpris… –– Je suis déçu… –– Je trouve déprimant que… –– Entendre que… m’ennuie au plus haut point. –– Je suis ravi que… Ressources Méthodes de facilitation: http//wiki.ifad.org/wiki/ Category:KM/KS_method Contact Roxanna Samii, Chargée du web, des savoirs et de la communication interne Courriel: r.samii@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2375 E - 6
  • 102. Prendre la parole en public Prenez le temps de nous faire part de vos impressions. Merci de bien vouloir adresser le questionnaire cidessous à Bob Baber, Division de la communication, commtoolkit@ifad.org. 1. Trouvez-vous les explications fournies dans cette section faciles à lire et à comprendre? m Oui m Non 5. Étiez-vous à la recherche d’une information spécifique que vous n’avez pas trouvée dans ce chapitre? Si tel est le cas, veuillez préciser le type d’information que nous pourrions intégrer et qui vous serait utile. 2. De quelle manière avez-vous déjà utilisé ou avezvous l’intention d’utiliser le contenu de ce chapitre dans le cadre de votre travail? 6. Avez-vous utilisé les ressources fournies dans ce chapitre (liens vers les sites web et autres)? 3. Sur une échelle allant de 1 à 10 (1 pour inutile, 10 pour extrêmement utile), quelle note attribueriezvous à ce chapitre? m 1 m 2 m 3 m 4 m 5 m Oui m Non 7. Si vous avez répondu “oui” à la question précédente, quelles sont d’après vous les ressources les plus utiles? m 6 m 7 m 8 m 9 m 10 4. Si la note attribuée en réponse à la question précédente est égale ou inférieure à 5, merci de bien vouloir expliquer pourquoi ce chapitre n’est selon vous pas utile. Cliquez pour accéder au sondage interactif correspondant à la section Prendre la parole en public.
  • 103. Travailler ensemble
  • 104. Travailler ensemble Tenir tout le monde informé Une bonne communication interne permet aux employés de bien travailler et de collaborer à la réalisation des objectifs de l’organisation. La communication interne facilite le flux d’informations à l’intérieur de l’organisation et crée une ambiance coopérative. Cela facilite le partage d’informations dans le lieu de travail en le rendant plus efficace, cela encourage les synergies et permet d’éviter les doubles emplois. La communication interne est essentielle dans notre travail, et c’est particulièrement vrai maintenant que les membres du personnel sont de plus en plus souvent disséminés dans nos bureaux à l’étranger. Mais grâce à la technologie, la distance physique ne pose plus aucun problème en termes de communication. L’intranet, le courrier électronique, Yammer et Skype constituent à la fois un outil formel de communication d’informations officielles et un outil que les agents du FIDA peuvent utiliser d’une manière plus informelle pour échanger leurs idées. Le FIDA s’emploie à faciliter une bonne communication interne en vue de: –– créer un sentiment d’appartenance; –– renforcer l’engagement et la compréhension de ses agents; –– faciliter l’échange autour des leçons apprises et des savoirs; –– aider les individus à prendre des décisions en toute connaissance de cause; –– mener une action de sensibilisation à la vision du FIDA, à ses priorités et à ses activités et de faciliter la communication sur ces thèmes. Partagez vos récits, La communication interne est un processus à vos initiatives, vos défis double sens, qui consiste et vos succès. à la fois à être à l’écoute des personnes et à disséminer les informations, qui implique notamment: –– l’écoute, la compréhension, le questionnement et la clarification; –– la visibilité et l’honnêteté, y compris lorsqu’il s’agit de communiquer de mauvaises nouvelles; –– la communication immédiate; –– le partage de retours d’expérience. La communication interne Tenez-vous au courant peut être verbale (face des activités en cours au à face ou téléphonique) siège et sur le terrain. ou écrite. Quelle que soit la modalité choisie, l’enjeu est de communiquer d’une manière efficace, c’est-à-dire de transmettre le message d’une manière claire, succincte et exhaustive. Par conséquent, il convient d’éviter toute formule ambiguë ainsi que l’excès de jargon. 1 J Outils et méthodes de communication interne De nouvelles méthodes de communication efficaces, transparentes et simples ont été développées, dont: –– Les médias sociaux/outils du Web 2.0: Yammer, Twitter et les blogs qui permettent aux agents du siège et des bureaux de pays de rester toujours en contact. Les blogs peuvent être utilisés pour échanger les réussites et les savoirs et couvrir les événements internes et externes. (Voir les sections Utiliser les médias sociaux et Écrire un article de blog dont on se souviendra.) 1 Outils et méthodes de communication interne  La messagerie instantanée: Yammer et Skype permettent aux collègues de communiquer d’une manière efficace et de réduire le nombre de courriers électroniques. –– Yammer est utile si vous avez besoin de recevoir immédiatement une réponse écrite. Si vous souhaitez en savoir plus sur la manière d’intégrer la communauté Yammer du FIDA, veuillez consulter: http//wiki.ifad.org/wiki/Yammer. –– Skype offre un service de messagerie instantanée et de visioconférence. F - 1
  • 105. Travailler ensemble –– Le FIDA encourage fortement le recours à ces outils – veillez à inclure vos identifiants Yammer et Skype dans votre signature électronique. –– Le blog du FIDA (http://ifad-un.blogspot. com/): cet outil permet aux personnes qui ne participent pas à un événement de le suivre et d’échanger avec les participants et les intervenants. Les photos, les vidéos ainsi que les présentations PowerPoint et les commentaires peuvent être partagés en temps réel. Le blog encourage la transparence, la responsabilité et l’ouverture. Comment choisir la meilleure méthode de communication? La communication face à face est à privilégier si vous devez: –– obtenir des réactions immédiates à votre message; –– engager une conversation pour obtenir rapidement des informations supplémentaires; –– interpréter le langage corporel et les messages non verbaux; et –– communiquer une information confidentielle ou délicate. La communication écrite est à privilégier si: –– vous avez besoin de garder une trace des messages échangés; –– l’information est trop longue ou complexe pour s’en souvenir; –– le destinataire est tenu de réagir. Skype et Yammer permettent de combler l’écart entre communication face à face et communication par écrit. Vous pouvez utiliser Skype si vous avez besoin de communiquer face à face et Yammer si vous optez pour une communication écrite.  Mais le courrier électronique est impersonnel, et l’excès de courriels pénalise la productivité. Évitez d’envoyer des courriers électroniques pour la moindre chose et de mettre tous les destinataires du groupe en copie. Voir Conseils pour rédiger un courriel (Annexe V).  Téléphone. C’est l’outil qui permet les contacts à distance. Les appels téléphoniques sont indiqués lorsque les informations doivent être transmises rapidement et qu’elles demandent une réponse immédiate. Le téléphone est également tout indiqué – plus que la communication écrite (mais moins qu’un entretien en tête à tête) – pour traiter des questions confidentielles ou délicates. Mais un appel téléphonique ne laisse pas de trace et peut être importun. En outre, s’agissant d’une communication verbale, certains points peuvent être oubliés ou mal interprétés. Pour éviter ces inconvénients, répétez l’information à la fin de la conversation. Si le facteur temps est important  – la conversation aborde des sujets qui demandent une action –, envoyez un courrier électronique de suivi.  Réunion. Les réunions de groupe sont efficaces pour le brainstorming, l’échange d’idées créatives, le travail d’équipe visuel ou pour faire office de caisse de résonance dans le cadre de l’évaluation d’une idée. Si elles se tiennent à intervalles raisonnables, les réunions du personnel contribuent à remonter le moral et à renforcer l’esprit de collaboration. Des réunions individuelles ou en petits comités se prêtent à la communication d’informations délicates, car elles permettent d’évaluer les réactions. Mais l’excès de réunions – la réunionite… – peut compromettre la productivité. Les réunions trop longues épuisent les membres du personnel – les réunions doivent donc suivre un ordre du jour et être aussi courtes que possible. Avantages et inconvénients des divers outils de communication Conseils pour la communication écrite  Courrier électronique. C’est l’outil qui permet de  Soyez synthétique et utilisez un langage simple communiquer en toute simplicité, surtout si vous devez conserver les informations. C’est également un moyen facile de transmettre des documents électroniques. Le courrier électronique est plus discret qu’un appel téléphonique ou qu’une réunion. 1 Outils et méthodes de communication interne (Voir Directives pour un langage simple http://intranet.ifad.org/divisions/ead/ec/ plainlanguage/guidelines.pdf et Le guide de rédaction du FIDA https://xdesk.ifad.org/sites/lsx/ IFAD%20manuals/English%20Manual/English%20 Reference%20Manual.aspx). F - 2
  • 106. Travailler ensemble  Évitez le jargon, les acronymes et les termes techniques qui pourraient s’avérer indéchiffrables ou ambigus pour les destinataires.  Utilisez un langage neutre – n’oubliez pas que les destinataires ne peuvent pas bénéficier des aides visuelles et auditives leur permettant de contextualiser vos propos. Veillez à éviter toute expression qui pourrait s’avérer blessante ou être mal interprétée.  Écrivez dans un style accessible mais évitez d’adopter un ton trop amical ou désinvolte – vous ne savez pas qui pourrait vous lire.  Évitez de critiquer des personnes ou de dire des choses que vous ne voudriez pas voir répétées ou partagées – souvenez-vous que la communication écrite est permanente. Outils internes  Flux de messages en temps réel (IFADNews): le principal outil de communication des informations organisationnelles, régionales et départementales. Pour tout renseignement concernant le protocole d’enregistrement, veuillez contacter webteam@ifad.org au moins 24 heures à l’avance.  Intranet: accessible depuis le siège et les bureaux de pays. L’intranet constitue un répertoire central et donne accès, entre autres: –– aux stratégies opérationnelles et administratives, aux manuels et aux directives; –– aux liens vers les applications et les documents de l’institution disponibles sur le web; –– aux annonces d’événements; –– au blog du FIDA; –– aux agendas des directeurs; –– aux plannings de voyages de la direction et aux fonctionnaires responsables. 1 Outils et méthodes de communication interne Pour créer un sous-site intranet ou une présence pour votre division/unité de travail, veuillez contacter le service du web, des savoirs et de la communication interne: webteam@ifad.org. Les divisions et les utilisateurs sont responsables de la gestion de leurs sections respectives sur l’intranet. Les auteurs des documents affichés sur l’intranet sont tenus de supprimer les informations obsolètes. Toute demande concernant l’affichage sur l’intranet ou la mise à jour des informations doit être adressée à webteam@ifad.org.  Les communications organisationnelles internes, comme les bulletins du Président et les circulaires d’information, doivent être adressées à la Division de la communication pour obtenir une autorisation de publication.  Séances d’information: le service propose des séances d’information régulières sur les outils et les méthodes de communication interne. Si vous souhaitez en savoir plus, veuillez vous adresser au contact ci-dessous. Contact Roxanna Samii, Chargée du web, des savoirs et de la communication interne Courriel: r.samii@ifad.org Tél. : +39 06 5459 2375 F - 3
  • 107. Travailler ensemble Prenez le temps de nous faire part de vos impressions. Merci de bien vouloir adresser le questionnaire cidessous à Bob Baber, Division de la communication, commtoolkit@ifad.org. 1. Trouvez-vous les explications fournies dans cette section faciles à lire et à comprendre? m Oui m Non 5. Étiez-vous à la recherche d’une information spécifique que vous n’avez pas trouvée dans ce chapitre? Si tel est le cas, veuillez préciser le type d’information que nous pourrions intégrer et qui vous serait utile. 2. De quelle manière avez-vous déjà utilisé ou avezvous l’intention d’utiliser le contenu de ce chapitre dans le cadre de votre travail? 6. Avez-vous utilisé les ressources fournies dans ce chapitre (liens vers les sites web et autres)? 3. Sur une échelle allant de 1 à 10 (1 pour inutile, 10 pour extrêmement utile), quelle note attribueriezvous à ce chapitre? m 1 m 2 m 3 m 4 m 5 m Oui m Non 7. Si vous avez répondu “oui” à la question précédente, quelles sont d’après vous les ressources les plus utiles? m 6 m 7 m 8 m 9 m 10 4. Si la note attribuée en réponse à la question précédente est égale ou inférieure à 5, merci de bien vouloir expliquer pourquoi ce chapitre n’est selon vous pas utile. Cliquez pour accéder au sondage interactif correspondant à la section Travailler ensemble.
  • 108. Annexes
  • 109. Annexes J Annexe I Modèle pour communiqué de presse standard  [Titre] – Soyez bref, soyez accrocheur, soyez          précis. Ce modèle devrait résumer le thème principal de l’histoire. Utilisez des verbes d’action qui ne répètent pas la formulation du paragraphe principal. [Sous-titre, le cas échéant] [Ville, date] – Le premier paragraphe doit résumer l’histoire et captiver l’attention du lecteur; il devrait d’entrée de jeu mentionner le nom du FIDA. Voir un exemple à l’adresse: www.ifad.org/media/ press/2011/65.htm. Le deuxième paragraphe doit apporter des détails nécessaires: quand, où, comment, qui? Voir exemple à l’adresse: www.ifad.org/media/ press/2011/65.htm. Le troisième paragraphe doit présenter des détails supplémentaires et des faits à l’appui ainsi que des statistiques: (voir lien ci-dessus). Le quatrième paragraphe doit comporter une citation extraite des discours du Président ou d’un autre haut fonctionnaire. Les citations doivent être isolées – et non intégrées dans un paragraphe – et comprendre le nom et le titre du fonctionnaire cité, sans utiliser de titres honorifiques tels que “M.,” “Mme” ou “Dr” (voir lien ci-dessus). Les autres paragraphes doivent présenter un plus grand nombre d’informations à l’appui, y compris d’autres informations sur la genèse du programme. [texte standard du FIDA] Pour tout complément d’information, veuillez contacter [Contact, nom, titre, Tél./courriel] ### Les signes “dièse” indiquent la fin du document. Informations supplémentaires à intégrer le cas échéant (tout ceci peut être conçu ad hoc pour satisfaire des demandes spécifiques):  Médias sociaux: le FIDA encourage les participants et les journalistes à utiliser les réseaux sociaux et à faire leurs reportages en direct à partir du lieu de l’événement. Inscrivez-vous à IFADNews sur Twitter (http://www.twitter.com/ifadnews) et sur notre page Facebook (http://www.facebook.com/ pages/ifad/107399332627995?ref=ts). Quand vous envoyez un tweet, utilisez les hashtags suivants: –– #agriculture, #agchat, #ifad –– Quand vous citez le Président du FIDA, utilisez @knwanze. –– Quand vous citez d’autres fonctionnaires du FIDA, utilisez #ifad et le nom de famille de la personne.  Pour les questions sur les réseaux des médias sociaux du FIDA, contactez Roxanna Samii, r.samii@ifad.org; Tél.: +39 06 5459 2375.  Vidéos. Pour les images vidéo et les packages, contactez James Heer, j.heer@ifad.org; Tél.: +39 06 5459 2550.  Images. Pour les images des activités du FIDA, veuillez consulter la banque d’images du FIDA (http://photos.ifad.org). Pour toute question, veuillez contacter Susan Beccio, s.beccio@ifad.org. Pour un complément d’information sur les activités du FIDA, veuillez consulter le site www.ifad.org. Communiqué de presse no: IFAD/xx/2012 (Les communiqués de presse publiés par le siège social sont numérotés. Les numéros sont assignés par l’Unité des relations avec les médias et de la communication extérieure, ifadnewsroom@ifad.org. Les bureaux de pays qui publient des communiqués de presse peuvent, s’ils le désirent, mettre au point un système de numérotation analogue.) G - 1 Annexe I
  • 110. Annexes J Annexe II Modèle pour les avis aux médias standard  [Titre] – Soyez brefs et accrocheurs.  [Sous-titre, le cas échéant]  [Ville, date] – Décrivez en un court paragraphe l’événement, son importance et les raisons de sa tenue. –– Quoi: Titre/description de l’événement. –– Quand: Date et moment de l’événement. –– Où: site de l’événement – adresse. –– Qui: personnalités importantes qui ont participé à l’événement – noms et titres.  Donnez, si possible, des détails sur leurs coordonnées et des informations sur leur accréditation.  Donnez, le cas échéant, un complément d’information sur l’événement.  Vidéos. Pour les images vidéo et les packages, contactez James Heer, j.heer@ifad.org; Tél.: +39 06 5459 2550.  Images. Pour les images des activités du FIDA, veuillez consulter la banque d’images du FIDA (http://photos.ifad.org).  Pour toute question, veuillez contacter Susan Beccio, s.beccio@ifad.org. –– Pour un complément d’information sur les activités du FIDA, veuillez consulter le site www.ifad.org.  [Texte standard du FIDA] Avis aux médias no: IFAD/xx/2011 (Les alertes médiatiques publiées par le siège social sont numérotées. Les numéros sont assignés par l’Unité des relations avec les médias et la communication Informations supplémentaires à intégrer le cas échéant (tout ceci peut être conçu ad hoc pour satisfaire des demandes spécifiques):  Médias sociaux: le FIDA encourage les participants et les journalistes à utiliser les circuits des réseaux sociaux et à faire leurs reportages en direct à partir du lieu de l’événement. Inscrivez-vous à IFADNews sur Twitter (http://www.twitter.com/ifadnews) et sur notre page Facebook (http://www.facebook.com/ pages/ifad/107399332627995?ref=ts). Quand vous envoyez un tweet, utilisez les hashtags suivants: –– #agriculture, #agchat, #ifad –– Quand vous citez le Président du FIDA, utilisez @knwanze. –– Quand vous citez d’autres fonctionnaires du FIDA, utilisez #ifad et le nom de famille de la personne. Pour les questions sur les réseaux des médias sociaux du FIDA, contactez Roxanna Samii, r.samii@ifad.org; Tél.: +39 06 5459 2375. interne, ifadnewsroom@ifad.org. Les bureaux du pays qui publient des alertes médiatiques peuvent mettre au point un système de numérotation analogue s’ils le désirent). G - 2 Annexe II
  • 111. Annexes J Annexe III Glossaire3 des termes des médias sociaux Blog: un blog est un “journal en ligne” qui est régulièrement mis à jour avec des entrées qui apparaissent dans un ordre chronologique inverse. Les blogs peuvent traiter de n’importe quel sujet. Ils contiennent généralement des commentaires faits par d’autres lecteurs, des liens vers d’autres sites, des photos et des vidéos, Creative Commons: Creative Commons est une organisation à but non lucratif, dotée d’un système d’octroi de licences qui offre aux créateurs la faculté de gérer simplement leurs droits d’auteur, tout en précisant les modalités permettant aux autres d’utiliser leur œuvre. Crowdsourcing: externalisation ouverte qui se réfère à l’exploitation des capacités et de l’enthousiasme de personnes opérant en dehors d’une organisation et disposées à donner de leur temps pour offrir des contributions ou des compétences et résoudre des problèmes. Embedding: l’intégration est l’acte par lequel un code est ajouté à un site web de façon à ce qu’une photo ou une vidéo puisse être affichée tandis qu’elle est hébergée sur un autre site. Les utilisateurs peuvent aujourd’hui visionner des vidéos intégrées YouTube ou bip.tv ou consulter des photos Picasa sur des blogs plutôt que sur le site d’origine. Facebook: Facebook est le site de réseautage social le plus populaire au monde. Les utilisateurs peuvent créer un profil personnel, ajouter d’autres utilisateurs comme amis et échanger des messages, notamment la notification automatique de la mise à jour de leur profil. Les utilisateurs ont également la possibilité d’adhérer à des groupes d’utilisateurs ayant des intérêts communs et à des pages Facebook d’organisations. Geotagging: le geotagging est le processus qui consiste à ajouter des métadonnées géo-référencées à des médias, comme des photos, des vidéos ou des cartes en ligne. Le geotagging peut aider les utilisateurs à trouver toute une variété d’informations relatives aux sites. Par exemple, on peut trouver des images prises d’un site donné en introduisant les coordonnés de latitude et de longitude dans un moteur de recherche d’images approprié. Hashtag: un hashtag est une convention lancée par la communauté pour ajouter un contexte supplémentaire et des métadonnées aux tweets. Comme pour les tags sur les blogs, vous pouvez ajouter des hashtags aux messages Twitter en plaçant le symbole “dièse” (#, hash en anglais) devant un terme. Les utilisateurs de Twitter utilisent des hashtags pour réunir, organiser et découvrir des billets (également appelés “posts”) de blogs pertinents. Metadata: les métadonnées se réfèrent aux informations – notamment les titres, les descriptions, les tags et les légendes – qui décrivent un élément multimédia comme une vidéo, une photo ou un billet (également appelé “post”) sur un blog. Microblogging: le microblogging est l’acte qui consiste à diffuser de brefs messages à d’autres abonnés d’un service web. Sur Twitter, les entrées sont limitées à 140 caractères. Le microblogging est également connu sous le nom de “micropartage”. Social media: les médias sociaux sont des produits vidéo, audio, textes ou multimédia créés par les utilisateurs, publiés et partagés dans un environnement social comme un blog, Facebook, Twitter ou sur des sites hébergeant des photos et des vidéos. Plus largement, les médias sociaux se réfèrent à toute technologie en ligne qui permet aux personnes de publier et de partager des contenus en ligne et de dialoguer. Avec l’aimable autorisation de socialbite.org/sharing-center/ glossary (visite du 30 décembre 2010) 3 G - 3 Annexe III
  • 112. Annexes Social networking: le réseautage social est l’acte qui consiste à communiquer au sein d’une communauté en ligne. Un réseau social typique comme Facebook permet de se créer un profil, d’ajouter des amis, de communiquer avec d’autres membres et de partager des contenus personnels. Tags: les tags sont les mots-clés ajoutés à un billet de blog, à une photo, à une vidéo afin d’aider les utilisateurs à trouver des sujets ou des médias pertinents soit grâce à la navigation sur le site, soit comme un terme rendant votre entrée plus adaptée aux moteurs de recherche. Tweet: un tweet est un message sur Twitter, un système de messagerie sociale en temps réel. L’abréviation “RT” signifie “retweet”: les utilisateurs ajoutent “RT” dans un tweet s’ils font suivre le message d’un tweet émanant de quelqu’un d’autre. Web 2.0: le Web 2.0 se réfère à la deuxième génération du web, qui permet de partager différents types de contenus allant du texte aux fichiers photo, en passant par les fichiers audio et vidéo. Le Web 2.0 a transformé Internet et en a fait une plate-forme d’expression individuelle, d’éducation et d’activité de plaidoyer. YouTube: YouTube est le site d’hébergement vidéo le plus populaire au monde. Contact Roxanna Samii, Chargée du Web, des savoirs et de la communication interne Division de la communication Courriel: r.samii@ifad.org Tél: +39 06 5459 2375 Twitter: Twitter est un réseau social populaire qui permet à ses membres d’envoyer des mises à jour comportant un maximum de 140 caractères. Depuis quelque temps les gens commencent à utiliser Twitter de façon intéressante pour signaler de nouvelles histoires, pour sensibiliser sur leurs activités et pour bien d’autres choses encore. G - 4 Annexe III
  • 113. Annexes J Annexe IV Méthodologie de révision a posteriori Au terme d’un événement important comme une présentation ou un cours de formation, mettre à profit les leçons apprises alors qu’elles sont bien fraîches dans votre esprit peut s’avérer être une bonne idée. Pour ce faire, posez-vous les quatre questions et répondez-y par écrit: 1. Que devait-il se passer théoriquement? Quels étaient vos objectifs, vos finalités et vos attentes? Quels étaient les points inscrits à l’ordre du jour? À quels résultats et à quelles contributions s’attendait-on? Chaque discours ou chaque présentation a, ou devrait avoir, un objectif. Quelles réactions attendez-vous du public qui vous a écouté? 2. Que s’est-il réellement passé? Décrivez et notez ce qui s’est passé sans faire de commentaire ni porter de jugement. Vous pouvez commencer par faire une liste des événements dans l’ordre dans lequel ils se sont déroulés. Vous pouvez également vous concentrer sur les principaux événements, thèmes ou questions qui sont survenus. Bien des choses se passent avant, pendant et après une présentation qui contribuent à son succès ou à son échec. Passez en revue le plus de choses possible. Puis demandez-vous si votre discours a atteint son but.  2 3. Quelles sont les raisons qui expliquent que tout ne s’est pas déroulé comme s’était censé se dérouler? Le but de cette enquête n’est pas de désigner un fautif ou de juger de l’effort mis en œuvre. Son but est d’identifier les points faibles et les points forts, de proposer des solutions et d’adopter une série d’actions susceptibles de remédier aux problèmes ou d’améliorer les performances futures. Analysez à la fois les choses qui ont bien fonctionné et celles qui n’ont pas vraiment bien fonctionné. Avez-vous captivé l’attention du public avec votre introduction? Le public a-t-il ri quand vous avez fait de l’humour? L’aménagement de la salle vous convenait-il? Avez-vous réussi à répondre aux questions qu’on vous a posées? 4. Qu’avez-vous appris? Avez-vous fait quelque chose que vous souhaiteriez faire de nouveau à l’avenir? Que voulez-vous changer dans votre comportement? Ressources –– Introduction aux révisions a posteriori: Introduction to After Action Reviews –– USAID – Guide technique de la révision a posteriori: USAID After-Action Review Technical Guidance –– Révision a posteriori http://wiki.ifad.org/wiki/After_ action_review G - 5 Annexe IV
  • 114. Annexes J Annexe V Conseils pour la rédaction de courriels Les courriels sont un outil utile pour entrer en contact et communiquer avec les autres. Suivez les instructions ci-dessous pour les utiliser au mieux:  Utilisez le bon outil pour le travail voulu. Avant de rédiger un message, vérifiez que le courriel est le meilleur moyen de communication. Évitez d’envoyer un courriel si une réunion ou un appel téléphonique peut se révéler plus efficace. Utilisez d’autres outils comme Outlook Calendar ou Doodle pour organiser une réunion.  Soyez courtois et respectueux. Dans la mesure où votre destinataire ne peut pas “entendre” le ton de votre voix dans un courriel, votre message peut aisément être mal interprété. Accorder une attention toute particulière à la courtoisie permettra de réduire le risque de mauvaise interprétation.  Ne formulez ni critique ni reproche dans votre courriel. Si le sujet est sensible ou si vous vous êtes contrarié, enregistrez un brouillon de votre premier jet – reprenez-le plus tard et relisez-le avant de l’envoyer.  Ciblez avec attention vos destinataires. Un courriel doit être approprié et pertinent pour tous les destinataires.  Utilisez les champs “à” et “cc” à bon escient. Adressez le message à la personne qui doit prendre l’initiative. La ligne “cc” ne doit contenir que les adresses des personnes qui doivent être informées.  N’envoyez pas d’informations confidentielles par courriel. Votre message peut être transféré à des tiers, et vous n’avez aucun moyen de contrôler ces transferts.  Soyez précis dans l’intitulé de la ligne “Objet”. La ligne “Objet” doit être aussi riche d’informations pour le destinataire qu’elle l’est pour vous. Ne la laissez jamais vierge. Changez l’objet à bon escient pour rester pertinent – par exemple changez les lignes “Objet” automatisées, comme “Rank Xerox”, et remplacez-les par quelque chose de plus significatif avant de faire suivre les messages.  N’utilisez jamais les courriels pour des sujets urgents. Utilisez la règle des trois heures. Si votre message exige une réponse dans les trois heures, utilisez une méthode de communication différente, comme le téléphone ou la discussion en face à face.  Ne vous cachez pas derrière un courriel. Pour transmettre un message sensible, utilisez le téléphone ou rencontrez la personne concernée.  Envoyez des fichiers joints auxquels vos destinataires peuvent avoir accès. –– Si vous envoyez un document qui doit être révisé en interne, envoyez un lien vers ce document sur le xdesk du FIDA et assurezvous que votre destinataire dispose des droits d’accès nécessaires. –– Si vous envoyez un document en dehors du FIDA, n’oubliez pas que votre destinataire peut avoir une connexion internet lente et rencontrer des difficultés à ouvrir un fichier joint qui serait trop lourd. Instructions pour répondre à un courriel et le faire suivre  Utilisez “Répondre à tous” avec modération. Évitez d’utiliser “Répondre à tous” sauf si tous les destinataires ont effectivement besoin de recevoir l’information. Supprimez les destinataires des lignes “à” et “cc” qui ne seraient pas concernés par votre réponse.  Appliquez la règle des trois réponses. Si un message a fait des allers et retours dans trois courriels ou plus, et que la question n’est toujours pas résolue, utilisez une autre méthode de communication, comme une réunion face à face.  N’envoyez pas de réponses constituées d’un seul mot. Évitez de répondre juste pour dire “merci” ou “OK”; si vous voulez confirmer que vous avez reçu un message, envoyez une réponse uniquement à l’expéditeur. Dans les courriels les informations fondamentales doivent être fournies au destinataire au début de votre réponse. Par exemple, indiquez où vous vous trouvez géographiquement parlant (et le fuseau horaire correspondant) si vous n’êtes pas au siège.  Soyez attentif quand vous faites suivre. Faites suivre vos messages uniquement quand le destinataire a besoin d’être mis au courant ou de recevoir les informations. G - 6 Annexe V
  • 115. Annexes J Annexe VI L’annuaire “Who’s Who” de la communication au FIDA Le travail de la Division de la communication couvre un large éventail de communications internes et externes, y compris la planification et la coordination des événements: relations avec les médias, rédaction et publication, conception graphique et photographie; production radio, télévision et vidéo; web et médias électroniques; distribution et gestion de l’information et des savoirs. Cassandra Waldon, Directrice de la Division de la communication Courriel: c.waldon@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2659 Bob Baber, Assistant administratif et coordinateur de la Boîte à outils au service de la communication Courriel: b.baber@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2023 David Paqui, Chargé de communication – Manifestations Courriel: d.paqui@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2213 Jessica Thomas, Assistante de communication Courriel: j.thomas@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2215  L’Unité de la rédaction et des publications fait des recherches, rédige et coordonne la production d’une grande variété de produits imprimés, parlés et web qui visent à sensibiliser au niveau mondial sur la pauvreté rurale et à promouvoir une compréhension informée des activités du FIDA. Courriel: wpu@ifad.org Bruce Murphy, Responsable des contenus rédactionnels et publications Courriel: b.murphy@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2693  L’Unité des relations avec les médias et de la communication externe assiste et conseille sur le meilleur usage des opportunités qu’offrent les médias. L’unité offre également son aide pour préparer le matériel de presse, dispense des conseils sur comment traiter les requêtes des médias et les reporters difficiles, ainsi que sur la formation personnelle en matière de médias. Courriel: ifadnewsroom@ifad.org Farhana Haque Rahman, Chef du Service des relations avec les médias et de la communication extérieure Division de la communication Courriel: f.haquerahman@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2485 Hazel Bedford, Responsable de la communication – Rédacteur Courriel: h.bedford@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2672 Karen Zagor, Responsable de la communication – Rédacteur Courriel: k.zagor@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2761 Courriel: k.zagor@ifad.org Tel: +39 06 5459 2761 Katie Taft, Chargée de communication – Relations avec les médias et communication extérieure Courriel: k.taft@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2396 G - 7 Annexe VI
  • 116. Annexes  L’unité du Service de la conception graphique fournit une assistance en communication graphique à toutes les divisions et à tous les bureaux de pays du FIDA. Cette unité développe et conçoit le matériel de communication graphique pour l’impression, la presse, la télévision, le web, les produits multimédias et les manifestations. Courriel: gds@ifad.org Mark Forrest, Responsable du Service de la conception graphique Courriel: m.forrest@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2216 Birgit Plockinger, Chargée de la conception graphique Courriel: b.plockinger@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2529 Susan Beccio, Éditrice photo Courriel: s.beccio@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2479 Nancy Sadek, Assistante de communication Courriel: n.sadek@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2606 Le Service de l’audiovisuel recherche et produit une variété de produits pour la télévision, la radio et les multimédias qui sensibilisent le public au niveau mondial sur la pauvreté rurale. L’unité garantit la qualité de tous les produits médiatiques visuels qui portent le logo du FIDA et offre un service de consultation sur la production vidéo à d’autres personnes de l’institution. Courriel: video@ifad.org Enza Falco, Assistante de communication Courriel: e.falco@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2033  L’Unité du web, du savoir et de la communication interne recherche et produit toute une variété de communications internes et des supports d’information basés sur le web. L’Unité gère le contenu du site web du FIDA et coordonne les activités des médias sociaux de l’organisation. Roxanna Samii, Chargée du web, des savoirs et de la communication interne Courriel: r.samii@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2375 Timothy Ledwith, Auteur web et responsable de la communication interne Courriel: t.ledwith@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2356 Beate Stalsett, Administrateur adjoint – Web et communications internes Courriel: b.stalsett@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2487 Daniela Cuneo, Assistante de communication, Communications internes et médias sociaux Courriel: d.cuneo@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2453 Christian Assogba, Assistant de recherche et de communication Courriel: c.assogba@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2749 James Heer, Chef du Service de l’audiovisuel Courriel: j.heer@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2550 Joanne Levitan, Spécialiste de la radiodiffusion Courriel: j.levitan@ifad.org Tél.: +39 06 5459 2509 G - 8 Annexe VI
  • 117. Annexes Prenez le temps de nous faire part de vos impressions. Merci de bien vouloir adresser le questionnaire cidessous à Bob Baber, Division de la communication, commtoolkit@ifad.org. 1. Trouvez-vous les explications fournies dans cette section faciles à lire et à comprendre? m Oui m Non 5. Étiez-vous à la recherche d’une information spécifique que vous n’avez pas trouvée dans ce chapitre? Si tel est le cas, veuillez préciser le type d’information que nous pourrions intégrer et qui vous serait utile. 2. De quelle manière avez-vous déjà utilisé ou avezvous l’intention d’utiliser le contenu de ce chapitre dans le cadre de votre travail? 6. Avez-vous utilisé les ressources fournies dans ce chapitre (liens vers les sites web et autres)? 3. Sur une échelle allant de 1 à 10 (1 pour inutile, 10 pour extrêmement utile), quelle note attribueriezvous à ce chapitre? m 1 m 2 m 3 m 4 m 5 m Oui m Non 7. Si vous avez répondu “oui” à la question précédente, quelles sont d’après vous les ressources les plus utiles? m 6 m 7 m 8 m 9 m 10 4. Si la note attribuée en réponse à la question précédente est égale ou inférieure à 5, merci de bien vouloir expliquer pourquoi ce chapitre n’est selon vous pas utile. Cliquez pour accéder au sondage interactif correspondant à la section Annexes.
  • 118. Dar a international de développement agricole Fonds la población rural pobre ladioportunidad Rome, Italie Via Paolo Dono, 44 - 00142 de salir de la pobreza Tél: +39 06 54591 - Télécopie: +39 06 5043463 Courriel: ifad@ifad.org www.ifad.org www.ruralpovertyportal.org ifad-un.blogspot.com www.facebook.com/ifad www.twitter.com/ifadnews www.youtube.com/user/ifadTV