• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
La poésie française
 

La poésie française

on

  • 2,419 views

 

Statistics

Views

Total Views
2,419
Views on SlideShare
1,978
Embed Views
441

Actions

Likes
0
Downloads
11
Comments
0

5 Embeds 441

http://bachibac.blogspot.com.es 303
http://geudensherman.wordpress.com 107
http://www.bachibac.blogspot.com.es 23
http://bachibac.blogspot.fr 6
http://bachibac.blogspot.com 2

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    La poésie française La poésie française Presentation Transcript

    • « La poésie libère la magie des mots. »  Stéphane Jean« La poésie na pas dautre but quelle-même. » Charles Baudelaire
    •  Les formes de la poésie La métrique Les rimes Les figures de styles
    •  Forme fixe de poésie, d’origine italienne. Il se compose de quatorze vers disposés en 4 strophes: Deux quatrains (strophes de 4 vers) Deux tercets (strophes de 3 vers) Ces rimes sont: ABBA ABBA CCD EDE Ou: ABBA ABBA CCD EED
    • A une passanteLa rue assourdissante autour de moi hurlait.Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,Une femme passa, dune main fastueuseSoulevant, balançant le feston et lourlet ;Agile et noble, avec sa jambe de statue.Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,Dans son oeil, ciel livide où germe louragan,La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.Un éclair... puis la nuit ! - Fugitive beautéDont le regard ma fait soudainement renaître,Ne te verrai-je plus que dans léternité ?Ailleurs, bien loin dici ! trop tard ! jamais peut-être !Car jignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,Ô toi que jeusse aimée, ô toi qui le savais ! Charles Baudelaire, Les fleurs du mal
    •  Pour mesurer un vers, il faut compter les syllabes prononcées: Sou/le/vant,/ ba/lan/çant/ le / fes/ton/ et/ l’our/let 12 syllabes Mais il existe certaines règles, notamment pour l e « e ». Parfois il se prononce et d’autres fois non.
    •  Le « e » se compte lorsque:  il se trouve entre deux consonnes: Une femme passa  il se trouve entre une consonne et un « h » aspiré Un tendre hérisson Il est muet, et ne compte donc pas, lorsque:  Il se trouve à la fin du vers  Il est devant une voyelle Agile et noble  Il est devant un « h » muet Demandez quelle heure il est
    •  Copie ces vers dans ton cahier et compte les syllabes: 1. La douceur qui fascine et le plaisir qui tue 2. Un éclair…puis la nuit! – Fugitive beauté 3. Ne te verrais-je plus que dans l’éternité? 4. Ô toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais!
    •  Correction: La douceur qui fascine et le plaisir qui tue La/ dou/ceur/ qui/ fas/cine/ et/ le/ plai/sir/ qui/ tue Un éclair…puis la nuit! – Fugitive beauté Un/ é/clair/ … puis/ la/ nuit!/ - Fu/gi/ti/ve/ beau/té Ne te verrais-je plus que dans l’éternité? Ne/ te/ ve/rrais/-je/ plus/ que/ dans/ l´é/ter/ni/té? Ô toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais! Ô/ toi/ que/ j’eusse/ ai/mée/, ô/ toi/ qui/ le/ sa/vais!
    •  Chaque vers, selon le nombre de syllabes qu’il possède, a un nom spécifique:1 syllabe monosyllabe 7 syllabes Heptasyllabe2 syllabes dissyllabe 8 syllabes Octosyllabe3 syllabes trissyllabe 9 syllabes Ennéasyllabe4 syllabes quadrisyllabe 10 syllabes Décasyllabe5 syllabes pentasyllabe 11 syllabes Hendécasyllabe6 syllabes hexasyllabe 12 syllabes Alexandrin Le vers le plus utilisé, le plus connu et considéré comme le plus noble est l’alexandrin
    •  Copie sur ton cahier les vers suivants et dis quel est le nom de chacun suivant son nombre de syllabes: Belle d’abandon On dirait un serpent qui danse Dans son oeil, ciel livide où germe l’ouragan
    • o L’alexandrin se divise en 2 hémistiches séparés par une césure, dans sa forme classique La douceur qui fascine/ et le plaisir qui tue / hémistiche 1 hémistiche 2 césureo Dans sa forme moderne on peut diviser le vers en plusieurs parties: Je marcherai//les yeux fixés// sur mes pensées (Hugo)
    •  Un des éléments les plus importants de la poésie est la rime. Il existe plusieurs types de rimes. La nature des rimes:  On la dit féminine lorsque le vers se termine par un « e » muet Une femme passa, d’une main fastueuse  Elle est masculine si elle termine par tout autre son La rue assourdissante autour de moi hurlait
    •  La qualité des rimes: On les reconnait aux sonorités à la fin du vers Rime pauvreUn éclair... puis la nuit ! - Fugitive beautéDont le regard ma fait soudainement renaître,Ne te verrai-je plus que dans léternité ? Rime suffisanteAgile et noble, avec sa jambe de statue.Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,Dans son oeil, ciel livide où germe louragan,La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.
    • Rime riche La rue assourdissante autour de moi hurlait. Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse, Une femme passa, dune main fastueuse Soulevant, balançant le feston et lourlet ; Lesrimes, selon leur position dans la strophe, portent desnoms différents: 1. Les rimes plates: AABB 2. Les rime croisées: ABAB 3. Les rimes embrassées: ABBA 4. Les rimes redoublées: AAA (même si elle est plus rare)
    • Exercice: Le serpent qui danseReplace les vers dans l’ordre: abab cdcd efef ghgh ijij
    •  Le nom des strophes:1 vers monostiche 7 vers septain2 vers distique 8 vers huitain3 vers tercet 9 vers neuvain4 vers quatrain 10 vers dizain5 vers quintil 11 vers onzain6 vers sizain 12 vers douzain Les plus connus et utilisés sont le tercet et le quatrain
    •  L’allitération: c’est la répétition d’une consonne Se balance avec la mollesse (Le serpent qui danse, Baudelaire) L’assonance: c’est la répétition d’une voyelle Tout mafflige et me nuit et conspire à me nuire » (Phèdre, Racine) Le chiasme: dispose les termes de manière croisée suivant la structure AB / BA Il faut manger pour vivre, et non pas vivre pour manger. (Molière)