Identité numérique & cadre privatif
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Identité numérique & cadre privatif

on

  • 728 views

 

Statistics

Views

Total Views
728
Views on SlideShare
668
Embed Views
60

Actions

Likes
2
Downloads
2
Comments
0

2 Embeds 60

http://www.identites-numeriques.net 59
https://twitter.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Identité numérique & cadre privatif Identité numérique & cadre privatif Presentation Transcript

    • Identité numérique& cadre privatifThèse de doctoratJulien PIERREUniversité de Grenoble - AlpesLaboratoire GRESEC
    • Entre individuationet industrialisation
    • Étapes Production Composition Propositions Projection
    • 1, CONDITIONSDE PRODUCTION
    • Toute thèse est fondamentalement uneposition prise par un sujet.Toute thèse est donc subjective, y comprislorsqu’elle se réclame de l’objectivité.Tout sujet de thèse est constitué “par desconditions sociales, des identitésculturelles ou descaractéristiques psychologiques” »UHL M., La connaissance incarnée. Perspective psychologique,Paris : Beauchesne, 2005, p.183-184
    • Sources Réorientation professionnelle+15 ans formateur BTS (informatique) 1er docteur de F. Martin-JuchatCommunication affective GRESECÉconomie politique de la communication Contexte2008 : EDVIGE, BE1D, Facebook, SociogeekAnthropologie domestique
    • 2, COMPOSITIONPROGRESSIONCADRE THEORIQUEMETHODES & CORPUS
    • ProgressionChampsProcès socio-hist.TerrainsHypothèsesDonnéespersonnellesÉconomiepolitiqueCadre del’institutionnominaleLes dispositifsidentitairesUne industrie enrestructuration ?IdentitéAnthropologieCadre del’autonomisationde soiLes usagessociauxLes RSN commeespace debienveillance ?Vie privéeSociopolitiqueCadre del’espace publicLes médiationsde la vie privéeUnrééquilibrageducadre privatif ?
    • CADRESyndrometranscontextuel desarchitecturesinformationnellesSusan L. StarObjet-frontièreCadre de référencesociotechniqueSémio-pragmatiqueFlichy, OdinBateson :"This is play"Cadre participatifGoffmanCommunicationmédiatisée parordinateurBeaudoin, Denouël,Granjon, Cardon,Casilli, Georges, boydDocumentarisationPédauque, Salaün,Agre, Boullier, Rieder
    • MéthodesANALYSES CORPUSmédiationstechniquesDocumentation technique (Facebook, W3C)Interface des RSNLogs et cookiesinteractions d’ungroupe d’usagersProductions scolaires des apprentisRecueil de verbatim (carnet de terrain)Entretiens semi-directifs (10 ind./5 classes)Statuts Facebook capturésSondage en ligne (111 q, 392 r.)configurationsdacteurs socio-économiquesDonnées financières des entreprises(crunchbase, sites corporate, CA)Monitoring mots-clésCorpus juridique (décret BDD → textes transnationaux)Discours d’escorte (Zuckerberg, Schmidt, Berners-Lee, etc.)
    • Retour critique Posture de recherchePénétrer la boite noire des dispositifsAller au plus près des pratiques sociales Approche interdimensionnelle≠ spécialiste
    • 3, PROPOSITIONSLES DISPOSITIFS IDENTITAIRESUN PROJET IDENTITAIRE (socialement conforme)LE RÉGIME D’INDISTINCTION DES DISPOSITIFS IDENTITAIRES
    • 3.1,LES DISPOSITIFS IDENTITAIRES
    • Du fichage aux RSN Un dispositif = instanciation d’un cadreHegel, Foucault, De CerteauAvatar Cadre de l’institution nominaleLe pouvoir de donner un nomDepuis l’AntiquitéSupports + Mode de saisie + Forme
    • 1, Représentation et intervention Représentation d’une réalité sociale →Possibilité d’intervention dans cette réalitéHacking, Entre science et réalité : laconstruction sociale de quoi ?Bowker & Star, Sorting things outSeltzer & Anderson, Dark side of numbers Identification et socialisationLe genre dans Facebook/Fetlife
    • Réification & marchandisation Processus informationnel du « J’aime »Une expérience affective : cadres interprétatifsdifférents (expérient/opérateur)Un triplet inscrit dans des ontologies (RDF:Resource Description Framework/W3C)
    • A, AcculturationUn vocabulaire / des fonctionnalitésJe n’aime pasFaceworking et théorie linguistique de lapolitesse / procès de civilisation
    • B, Exploitation statistique Indicateurs quantitatifsstar system d’eBay, indice de Klout, nb defollowers/friends, identité calculée de F.Georgesvoir aussi Alloing & Pierre, SFSIC 2012 CommensurationSystème de mesure élaborant un senscommunEspeland ; Illouz
    • C, Exploitation marchande Prescriptions ordinairesinférences de comportements marchandsStenger & Coutant Économie des données personnellespublicité comportementale → pub. ciblée
    • 2, Industries de la certificationd’identité et de la réputation Certification d’identitéPrivatisation d’un pouvoir régalien (ImprimerieNationale SA)Démilitarisation des techniques (ThalèsMorpho) RéputationSecteur d’origine : gestion du risque financier +presse spécialisée (groupe Dow Jones)Traçabilité : la fin du « On »Approche gestionnaire de l’agir : le droit àl’oubli
    • Une convergence ? GoogleD’un écosystème documentaire à unécosystème identitaire ?Politique informationnelle d’arrière-plan :brevets (AuthorShip), langages (HTML5),logiciels(Androïd), partenariat/rachat(DoubleClick)Politique informationnelle de premier plan :services (G+, Wallet, Checkout, Latitude),conditions d’utilisation (real name policy) WPP, Publicis
    • 3.2, UN PROJET IDENTITAIRESOCIALEMENT CONFORME
    • 1, L’injonction à être soi dans unmonde de normes DI à saisie endogèneTitulaire des données personnelles Cadre de l’autonomisation du sujetGnothi seauton, psychanalyse et Secondemodernité Capacitation/empowerment ≠ instabilitéBauman, Sloterdijk, Bolle de Bal, Castel,Kaufmann, De Singly
    • A, L’apprenti en BTS Immersion multi-située≠ espaces sociaux : classe, zones franches,sites web, entrepriseAccès à l’histoire interactionnelle /conversationnelle et à la vie privéeProximité, confiance
    • A, L’apprenti en BTS Une figure du sujet contemporainL’inchoatif de l’adolescenceL’intersection de pressions normativesLes normes socioprofessionnelles des métiersdu Tertiaire
    • B, ÉmancipationExpérimentation Tester le projet identitaire auprès des pairsIntersubjectivation: « procédés propres à soi(…) et extérieurs à soi (…) », Denouël, 2011Choisir des pairs auprès de qui expérimenterune posture/un projet identitaire Bedroom cultureLivingstone, boyd : des espaces sanssurveillanceEquiveillance, surveillance transverse,délégation de surveillance, bienveillance
    • 2, Les supports de l’identité Un tuteurun ensemble de supports « matériels ousymboliques, proches ou lointains, conscientsou inconscients » qui permet à l’individu de seconstruire, Martuccelli, 2002 Les réseaux socionumériquesIM, email, clavardage et conversations enligne, « hanging out, messing around, geekingaround », boyd, 2009Une hétérotopie (Foucault), une zone franche(Goffman)
    • A, L’espace anecdotique An-ek-dot : ce qui est donné, mais pas àl’extérieurLes données personnelles (au sens large)Les contenus anecdotiques : l’infra-ordinaire, lequotidien, le banalMonologues, conversations, republications,manifestation de comportements, prescriptionsordinaires (géoloc, consommations,approbation, etc.), Stenger & Coutant, 2009
    • B, De l’affectif au proto-politique Formation des opinionsEspace public : la discussion contribue àl’élaboration du sens communEspace anecdotique : la conversationcontribue à l’élaboration des singularités La construction en privé d’une posture àtenir en publicMême l’espace public est privatiséContamination et production d’identités
    • 3.3, LES RÉGIMES D’INDISTINCTIONDES DISPOSITIFS IDENTITAIRES
    • 1, Plusieurs niveaux d’indistinction A, Je est une marqueIndistinction ≠ SingularitéTous différents, tous égauxLa réputation comme mode de survieLe retour du « On »Anonymisation des données personnelles« Je n’ai pas besoin de connaitre votre nompour vous vendre quelque chose »
    • B, L’identité numérique Paul Ricœur, mêmeté ≠ ipséitéIdentité numérique ≠ identité narrative Fonction de sas des D.I.Noyau de mêmeté : ADN, identifiants, nomréel → besoin d’immuabilité dans le syst.d’information ≠ processus de construction deSoiFonction de moniteur : traçabilité destransactions électronique
    • C, Architecture unique Néo-document/Habitèle → hétérotopie ?Salaün, 2012 ; Boullier, 2011 Identifiant uniqueAccès au SIÉtat de son individuation Syndrome transcontextuelExploitation marchande (politique ?) del’intersubjectivation
    • 2, Tactiques A, Les usages quotidiensTactiques logicielles ou langagières
    • B, Le cadre privatif Goffman et le cadre participatifSchéma actanciel du cadre privatifTitulaire, récipiendaire, opérateur, bénéficiaire Modulations de l’explicite/impliciteC’est pas tes oignons ModularisationsCP aménagé, négocié, appareillé, institué Satisfaire les conditions de félicité de lasubjectivité
    • PRODUCTION
    • Questions Contribuer au débat public sur lesdispositifs d’identification/socialisationEn contexte pédagogiqueRSN à l’école, à l’université, en entrepriseStratégies des entreprisesCadres réglementaires (Europe/USA)
    •  Associer des indicateurs pluri-disciplinaires Travailler à l’ingénierie du cadre privatifappareillé Mettre en place un protocoled’observation des moments anecdotiquesCongruence des pratiques On/Off Contribuer à une théorie de l’engagementordinaire