• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
La pertinence des réseaux sociaux pour la visibilité sur les moteurs de recherche (Rapport de Stage de fin d’étude)
 

La pertinence des réseaux sociaux pour la visibilité sur les moteurs de recherche (Rapport de Stage de fin d’étude)

on

  • 1,903 views

La pertinence des réseaux sociaux

La pertinence des réseaux sociaux
pour la visibilité sur les moteurs de
recherche le cas du :
Château Le Haget et Domaine Arros

Statistics

Views

Total Views
1,903
Views on SlideShare
1,782
Embed Views
121

Actions

Likes
1
Downloads
0
Comments
0

2 Embeds 121

http://www.doyoubuzz.com 118
http://m.doyoubuzz.com 3

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    La pertinence des réseaux sociaux pour la visibilité sur les moteurs de recherche (Rapport de Stage de fin d’étude) La pertinence des réseaux sociaux pour la visibilité sur les moteurs de recherche (Rapport de Stage de fin d’étude) Document Transcript

    • Université de Toulouse MASTER 2 INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES ET TERRITOIRES Parcours Professionnel : « Technologies de l’Information et de la Communication dans le Développement Territorial » (TICDT) http://w3.master-ticdt.univ-tlse2.fr/ RAPPORT DE STAGE La pertinence des réseaux sociaux pour la visibilité sur les moteurs de recherche le cas du : Château Le Haget et Domaine Arros Ibrahima DIALLO dialloibrahima.2401@gmail.comTutrice de stage : Audrey FievetTuteur enseignant : Giles Puel Septembre 2011
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011SommaireSommaire....................................................................................................................................................................... - 1 -Remerciements .............................................................................................................................................................. - 2 -Introduction Générale: ................................................................................................................................................... - 3 - 1. Le choix du stage ............................................................................................................................................... - 4 - 2. Problématique .................................................................................................................................................... - 6 - 3. Définition des concepts clés............................................................................................................................... - 7 -Première Partie : Le département du Gers et les structures d’accueil .......................................................................... - 11 - A. Département du Gers ................................................................................................................................... - 11 - B. Les structures d’accueil................................................................................................................................ - 12 -Deuxième Partie : Missions assignées et résultats obtenus.......................................................................................... - 17 - I. Missions principales et plan d’actions ............................................................................................................. - 17 - II. Mise en œuvre du plan d’action................................................................................................................... - 18 -Troisième Partie : Synthèse et bilan ............................................................................................................................ - 45 - A. Bilan personnel ............................................................................................................................................ - 45 - B. Lapplication des connaissances théoriques du Master 2 TICDT................................................................. - 45 - C. Recommandation ......................................................................................................................................... - 46 - Conclusion ............................................................................................................................................................... - 47 -Bibliographie ............................................................................................................................................................... - 48 -Sites Internet consultés ................................................................................................................................................ - 48 - Sites Web sur le e-Tourisme .................................................................................................................................... - 48 - Sites sur le Web marketing et réseaux sociaux ........................................................................................................ - 48 - Sites Web sur le référencement naturel.................................................................................................................... - 48 -Table des matières ....................................................................................................................................................... - 49 -Table des figures.......................................................................................................................................................... - 50 -Table des figures.......................................................................................................................................................... - 50 -Table des annexes ........................................................................................................................................................ - 51 - -1-
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011RemerciementsJe tiens à remercier toutes les personnes qui, de prés ou de loin, ont contribué au bon déroulementde mon stage. Je tiens à témoigner, tout particulièrement, toute ma reconnaissance aux personnessuivantes pour l’expérience enrichissante et pleine d’intérêt qu’elles m’ont fait vivre durant ces sixmois de stage au sein de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) du Gers : Monsieur Michel DEBORD, Responsable des projets européens à la CCI du Gers, pourm’avoir accueilli au Centre Européen d’Entreprise et d’Innovation Gers Gascogne (CEEI) GersGascogne, pour sa confiance ainsi que sa disponibilité, Audrey Fiévet, Animatrice Tourisme et E Marketing du service Appui aux Entreprisesde la CCI du Gers, pour sa présence dans l’encadrement de mon stage, pour m’avoir égalementaccordé sa confiance et ses conseils avisés durant tout le stage, Jean-François Jouet, Responsable de l’Agence de création de sites Internet dans le Gers et àToulouse (JNOV), prestataire des sites Internet des entreprises, Egalement aux chefs d’entreprises, Monsieur Marc Passera propriétaire du Château LeHaget, à Madame Nathalie Larivé du Domaine Arros pour leur confiance et leur disponibilité, Juan Manuel Mora Rey, Assistant coordinateur des projets européens au pôle technologiqueen géomatique Téléparc. Monsieur Giles Puel, Responsable de formation du Master 2 TIC dans le DéveloppementTerritorial qui nous a suivi et encouragé tout au long de l’année. Il nous a aussi habitués àtravailler avec rigueur afin de nous préparer à la réalité du monde de l’entreprise. -2-
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011Introduction Générale: Internet constitue, pour les professionnels du tourisme aussi bien du secteur privé quepublic, un média important pour se faire davantage connaître, et ainsi élargir leur cible. C’est dans ce sens qu’en Mai 2010, dans un entretien qu’il avait accordé au quotidien SudOuest Monsieur Passera, propriétaire du Château Le Haget, estimait qu’il est important d’êtrevisible sur Internet par le biais des réseaux sociaux. Il expliquait ainsi que : «Facebook permet detoucher énormément de monde. Twitter permet denvoyer des petites nouvelles, de ne pas se faireoublier de notre clientèle et den toucher une nouvelle. » Dans le même ordre d’idées, en Avril 2011Madame Larivé, propriétaire du Domaine Arros, confiait au même quotidien qu’elle conçoitInternet comme un premier support incontournable. Sur la question de la visibilité, elle estimeimportant l’actualisation du site « car cest lactualisation des informations qui permet de remonterdans le référencement et dêtre visible ». Audrey Fievet animatrice Tourisme et E Marketing duservice appui aux entreprises à la CCI du Gers aborde dans le même sens en expliquant que « pourles entreprises gersoises, le virage d’Internet est incontournable sachant que plus de 90% desvacanciers s’informent sur Internet avant de partir ». En effet, les professionnels du tourisme doivent adapter leur offre à une nouvelle clientèlequi, grâce à cet outil qu’est Internet, peut comparer une multitude d’offres (sites d’avis), réserver,voire même payer en ligne ses prestations de vacances. Face à son exigence grandissante, lesacteurs du tourisme se trouvent souvent désemparés : qu’est-ce qu’un service de qualité, quellessont les réelles attentes des internautes, leurs priorités, leur degré de satisfaction, leurscomportements ? Mais également, sont-ils différents selon leur nationalité, le type de vacancesqu’ils privilégient. Ainsi, il est nécessaire pour un site Internet de pouvoir répondre à cesdifférentes questions afin de satisfaire l’attente de l’internaute (client). Nous développerons le sujet de notre stage en trois parties : Ͳ Dans un premier, temps nous présenterons le département du Gers et le poids de l’économie du tourisme, mais ferons également une présentation des différentes structures d’accueil. Ͳ Ensuite, les missions assignées et les résultats obtenus Ͳ Enfin, une synthèse de ce que nous avons effectué durant ces six mois, un bilan et des recommandations. Avant de détailler ce présent rapport, nous allons tout d’abord expliquer le choix du stage,définir une problématique et définir des concepts clés liés à notre sujet d’étude afin decontextualiser notre travail. -3-
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 1. Le choix du stage Le choix du stage s’explique par un projet étudiant réalisé durant la formation sur le sujet de l’e-tourisme. Une étude effectuée sous la direction du projet RAUDIN (Recherches Aquitaines sur lesUsages pour le développement des Dispositifs Numériques) dans le cadre de l’axe II du programmede recherche européen FEDER (Fonds Européen de Développement Régional) « Développer lesTIC au service de la société de l’information ». L’objectif de l’étude consiste à identifier, au niveausectoriel et territorial, des acteurs institutionnels ou privés qui se projettent dans la toile parl’intermédiaire de leurs sites Web. Nous avons eu à répertorier les sites Internet des campingsétoilés, des offices de tourisme et syndicats d’initiative. Nous avons mis en place une base dedonnées avec quelques variables pour une analyse des sites web à savoir : • La date de création du site • La dernière mise à jour • Le nombre de langues étrangères utilisées • La présence d’une carte interactive du type Google Map • Utilisation de la vidéo par exemple Youtube ou Webcam • La réservation en ligne • Présence sur les réseaux sociaux (Facebook ou Twitter) En reprenant quelques résultats à titre d’exemple pour comparer l’utilisation du web par lesprofessionnels du tourisme du Gers à ceux des autres départements sur : Ͳ La présence des campings étoilés du Gers sur le web Figure 1 : Part des campings ayant un site Internet en Midi-Pyrénées -4-
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 Nous observons sur 100% des sites web des campings répertoriés dans la région de Midi-Pyrénées. La présence sur le web des campings étoilés du Gers ne concerne que 5%. En faisant unclassement, le Gers occupera la septième position juste devant la Haute Garonne. Nous estimonsque la présence est faible par rapport aux autres départements. Ͳ L’utilisation des outils du web 2.0 et les réseaux sociaux ϲϬй ϱϬй ϰϬй ŽŽŐůĞDĂƉ sŝĚĞŽƐ͕ tĞďĐĂŵͬds ϯϬй ZĠƐĞƌǀĂƚŝŽŶƐ ĞŶ ůŝŐŶĞ ϮϬй &ĂĐĞŬ dǁŝƚƚĞƌ ϭϬй Ϭй ŐĞ Ŷ Ɛ ŶĞ ĞƐ ƚ Ŷ ŶĞ ƌŝğ ǀĞLJ ƌŽ Ğƌ ƌŽŶ ƌĠŶĞ Ă >Ž dĂƌ ĂƌŽŶ Ͳ ƐͲWLJ Ͳ ƚĞ ƚĞ Ğƚ Ƶ ŶͲ ,Ă ,ĂƵ dĂ ƌ Figure 2 : L’utilisation des outils du web 2.0 et les réseaux sociaux Sur une tendance générale, nous observons qu’en Aveyron, la plupart des sites des campingsutilisent les quatre services (Facebook Twitter/ Google/ Réservation en Ligne/ Vidéo). Au contraire,sur les sites des campings de la Haute-Garonne et du Tarn-et-Garonne, il y a une faible utilisationde ces outils du web 2.0. Face à cette tendance générale, nous constatons pour le département duGers la présence des ces outils sur le site web des campings reste faible comparé à l’Aveyron ou leLot.Nous avons pris ces deux exemples afin d’illustrer le déploiement des sites web des structurestouristiques en générale. Mais aussi l’utilisation du web 2.0 ou des réseaux sociaux facilitant ainsileur visibilité sur le web -5-
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 2. Problématique La visibilité sur Internet renvoie à la notion de référencement qui consiste à signaler despages aux outils de recherches. Le référencement peut être naturel (organique) ou payant. Lavisibilité dite naturelle concerne les pages Web affichées dans les résultats de recherches qui ne sontpas du fait de positionnement payant (publicitaire). Il est apparut un nouveau phénomène qui est leréférencement sur les réseaux sociaux. L’optimisation sur ces réseaux sociaux comprend lesactivités visant à développer la visibilité dune structure au travers des médias sociaux. Nousciterons aussi le référencement local ou géolocalisé qui correspond à l’optimisation se rapportant àune situation géographique ou géolocalisée par le biais de Google Adresse ou Google Map. Enfin,nous avons la publicité sur les moteurs de recherche qui englobe les activités visant à acheter delespace publicitaire sur les moteurs de recherche. Notre travail s’explique par l’importance du web social qui constitue une tendance lourdedue à la naissance du web 2.0. Ce dernier simplifie, ainsi, l’interactivité et permet aux internautes decontribuer à léchange dinformations de façon simple, à la fois avec le contenu et la structure despages, mais aussi entre eux, créant ainsi notamment le Web social. Linternaute devient, grâce auxoutils mis à sa disposition, une personne active sur la toile. Pour illustrer cette tendance lourde duWeb social, on estime qu’un tiers des Internautes français disposent dun compte Facebook. 35millions dInternautes français ont regardé au moins une vidéo en ligne en septembre 2009,visionnant en moyenne 151 vidéos ; Tripadvisor comptabilise 30 millions de visiteurs uniquesmensuels. Notre mission a été une optimisation des sites sur les réseaux sociaux et aussi pour lesmoteurs de recherches. Avant l’avènement des réseaux sociaux, le référencement se limitait à unmarketing sur les moteurs de recherches.Dans quelle mesure la présence sur les réseaux sociaux est-elle pertinente pour la visibilité des sitessur les moteurs de recherches ?Tout d’abord avant de développer notre travail, nous définirons quelques concepts clés de ceprésent rapport afin de mettre le sujet dans son contexte. -6-
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 3. Définition des concepts clésNous avons trouvé intéressant de définir les termes suivants qui ont rapport avec notre sujet d’étude: a. Le Web 2.0Lexpression « Web 2.0 » désigne certaines technologies et des usages du World Wide Web, enparticulier les interfaces permettant aux internautes de contribuer à léchange dinformations etpouvant interagir (partager, échanger, etc.) de façon simple à la fois avec le contenu et la structuredes pages, mais aussi entre eux, créant ainsi notamment le Web social. Linternaute devient, grâceaux outils mis à sa disposition, une personne active sur la toile. b. Le RéférencementIl consiste à signaler l’existence des pages web aux moteurs de recherche ou le Marketing sur lesmoteurs de recherche1. Le SEM (Search Engine Marketing) regroupe lensemble des activitésvisant à renforcer la visibilité dun site Internet à partir du web. Il ne se limite plus strictement auxmoteurs de recherche, mais sest ouvert aux réseaux sociaux. Le référencement se décline sous troisbranches à savoir : Ͳ Optimisation pour les moteurs de recherche2 : Cela concerne majoritairement les tâches doptimisation de la structure du site, du code, et la recherche de liens entrants. Ces activités se déclinent en : • SEO On page (sur le site) : arborescence, contenu, codage • SEO off page (en dehors du site) : Net-linking qui consiste à augmenter le nombre et la qualité des liens pointant vers une page web et le nombre de liens externes (inscriptions dans des annuaires, échanges de liens) Ͳ Optimisation sur les réseaux sociaux3 : Les réseaux sociaux sont utilisés en appui pour toucher ses cibles dune manière différente ou complémentaire. Ils permettent aussi une véritable interaction avec ses cibles. Ͳ Publicité sur les moteurs de recherche4 :1 SEM : Search Engine Marketing2 SEO : Search Engine Optimization3 SMO : Social Media Optimization4 SEA : Search Engine Advertising -7-
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011Elle regroupe les activités visant à acheter de lespace publicitaire sur les moteurs de recherche.C’est la méthode la plus rapide pour positionner un site, notamment sur des requêtes trèsconcurrencées. En France, le programme le plus connu est Adwords5 qui permet dafficher desannonces dans les résultats du moteur de recherche Google, et sur les sites affiliés (Adsense)6.Voici une infographie pour illustrer le processus du référencement : Figure 3 : Infographie du référencement c. La E-Réputation Ͳ Définition universitaire Le reflet numérique qu’une organisation, un produit, une idée ou un individu porte sur latoile est dénommé identité numérique. C’est la projection digitale, souvent imparfaite, de notreréputation dans le monde physique. La gestion de cette identité numérique est dénommée e-réputation. Ce nouveau vocable regroupe plusieurs approches de la communication en ligne quin’étaient auparavant étudiées et mises en oeuvre que de façon distincte : marketing interactif oudigital, référencement naturel, veille Internet, Community Management, constructions de sites et5 Le programme de publicité en ligne de Google6 La régie publicitaire de Google utilisant les sites Web comme support pour ses annonces -8-
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011gestion de la création de contenus multimédias. » (Source : e-réputation, Stratégies d’influence surInternet )7. Ͳ Définition professionnelle « L’e-réputation est l’image que les internautes se font d’une marque ou d’une personne.Cette notoriété numérique façonne l’identité d’une marque, la différenciant de ses concurrentes.Afin de mesurer l’e-réputation d’une marque et d’évaluer sa présence sur les différents médiassociaux, la mise en place d’une veille des conversations est nécessaire. Outre l’écoute active etl’analyse qui s’en suit, le management de l’e-réputation passe par le choix d’une stratégie decontenu et de communication efficace, ainsi que par la mise en place d’actions visant à optimiser laprésence sur le web et à co-créer avec les internautes un discours en adéquation avec les objectifsmarketings.« Pour gérer son e-réputation, une marque doit prouver son engagement dans la relation établie avecles internautes afin d’asseoir sa crédibilité et éviter tout départ de rumeur. » (SourceCaddereputation) 8 d. Les Médias sociauxC’est une notion qui renvoie à plusieurs définitions, nous en citerons quelques unes : ™ Les médias sociaux sont des médias qui utilisent des techniques de communication hautement accessibles pour faciliter les interactions sociales. (Wikipédia) ™ “Un groupe d’applications en ligne qui se fondent sur l’idéologie et la technologie du Web 2.0 et permettent la création et l’échange du contenu généré par les utilisateurs." ™ (Andreas Kaplan & Michael Haenlein) ™ “Les médias sociaux désignent un ensemble de services permettant de développer des conversations et des interactions sociales sur Internet ou en situation de mobilité.” (Frédéric CAZZAVA - MédiasSociaux.fr) ™ Du point de vue des internautes, les média sociaux sont le lieu d’une prise de parole libre, que ce soit sur leurs modes de vie, les marques qu’ils consomment ou leur façon d’utiliser les produits de ces marques.7 Source : LIVRE BLANC : E-réputation : Maîtrisez votre image 2.0 Page 108 Source : LIVRE BLANC : E-réputation : Maîtrisez votre image 2.0 Page 10 -9-
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 ™ Il faut noter qu’en définissant ce que sont les médias sociaux nous constatons que les réseaux sociaux ne sont qu’une sorte de médias sociaux. Cette idée s’explique par le fait que le terme réseau social désigne un site Internet permettant à l’internaute de s’inscrire et d’y créer une carte d’identité virtuelle. Le réseau est dit social en ce qu’il permet d’échanger, de partager avec les autres utilisateurs inscrits sur le même réseau : des messages publics ou privés, des liens hypertexte, des vidéos, des photos, des jeux grâce à la technologie du web 2.0. e. Le Community ManagerLe gestionnaire de communauté, ou le Community Manager, est un nouveau métier qui a pour butdanimer et de fédérer pour une société ou une marque les échanges entre internautes utilisant lesservice web tels que les réseaux sociaux et de faire respecter les règles de bonne conduite au sein decette communauté. - 10 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 Première Partie : Le département du Gers et les structures d’accueil A. Département du Gers Situé au cœur du sud-ouest européen, le département du Gers est l’un des 8 départements dela région Midi-Pyrénées. Sa ville préfecture Auch (25 000 habitants) est située à 80km à l’ouest deToulouse.Le Gers est le département le plus rural de France avec encore plus de 10% des emplois dans lesecteur agricole. Sa population de 185 000 habitants est implantée sur 6257km² dans 463 villages(municipalités) dont plus de 300 ont moins de 200 habitants.Léconomie dans le Gers tourne principalement autour de lagriculture et du tourisme culinaire. Ence qui concerne la part du tourisme dans l’économie Gersoise voici quelques chiffres clés duComité Départemental du Tourisme et des Loisirs du Gers qui estime à : Ÿ 1.250.000 visiteurs qui sillonnent le Gers toute l’année Ÿ 6 400 000 nuitées, Ÿ 23 570 lits marchands soit 43 % de la capacité d’accueil globale (59 000 lits) Ÿ Une dépense touristique estimée à 225.000.000 €, soit 6% du PIB du Département du Gers, Ÿ 2 400 emplois salariés liés au tourisme soit 5,3 % de l’emploi salarié total ; ce taux est légèrement supérieur à la moyenne régionale concernant l’espace rural (4,2 %) et supérieur à la moyenne nationale pour les espaces ruraux (3,4 %).9. Ÿ 6 400 résidences secondaires : soit 33 600 lits10. Ÿ On estime à environ 1 300 les résidences secondaires appartenant à des étrangers. Ÿ 65 % sont situées sur les parties nord et est du département. Ÿ Les Britanniques possèdent 49,4 % de ces résidences, suivis par les Néerlandais (19,4 %), Belges (10,2 %) et Allemands (8,7 %)11.9 Source : Comité Départemental du Tourisme et des Loisirs du Gers en Gascogne.10 Source RGP/INSEE 1999, avec décompte des meublés de tourisme labellisés11 Source Odit France, DGI 2007 - 11 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 B. Les structures d’accueil 1. Chambre de Commerce et d’Industrie du GersLa CCI du Gers fondée le 29 Décembre 1900 par décret du Président de la République, la CCI duGers a pour circonscription l’ensemble du département du Gers. Son président est actuellementMichel Doligé. Les CCI sont des établissements publics de l’Etat, administrés par des dirigeantsd’entreprises élus au suffrage universel.La loi de 2 août 2005 leur assigne 2 types de missions : Ͳ Contribuer au développement économique des territoires, des entreprises et de leurs associations. Ͳ Représenter les intérêts de l’Industrie, du Commerce et des Services de leur circonscription auprès des Pouvoirs Publics.Leurs ressources proviennent d’impositions qui leur sont affectées, de la vente de services qu’ellesgèrent, de produits des participations détenues dans leurs filiales, de subventions et de toute autreressource entrant dans leur spécialité.Les principales compétences de la CCI du Gers c’est de :Représenter les entreprises• Porte parole des intérêts économiques de leur territoire auprès de l’Etat et des collectivités locales en matière d’aménagement, d’urbanisme, de réglementation, de fiscalité, de formation, d’apprentissage, d’équipement commercial...• Force de proposition pour le développement de leur territoire et la planification publique : aménagement du territoire, désenclavement, équipements collectifs, zones d’activité économique, schéma d’équipement commercial, schéma de développement des hébergements de tourisme, enseignement supérieur, pôles technologiques, fonds européens…Développer les territoires• Créer et/ou gérer des équipements collectifs et infrastructures utiles au développement des entreprises : CRITT Agro-Alimentaire (Centre Régional d’Innovation et Transfert de Technologie), Plateforme de géotraçabilité, pépinières d’entreprises, hôtel d’entreprises agro- alimentaires, Centres de formation, Centre de communication/réunions/visioconférence, Aéroport d’Auch...• Mobiliser des financements et des partenariats pour mettre en œuvre des projets et actions en faveur du développement économique local : plan d’action NTIC, Opérations Collectives Urbaines (OCU), groupements et clubs d’entreprises, Plan d’Exploitation Economique de la 2 X - 12 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 2 voies Auch-Toulouse et de l’A65… Internet haut débit par solutions alternatives, plan d’accueil de SOHOSOLO, valorisation des patrimoines sur Internet et via la navigation sur des cartes interactives, vente en ligne de l’offre touristique locale…Soutenir la création d’entreprise• Accueil, accompagnement, information, formation des créateurs et repreneurs d’entreprises, mise en relation cédants/repreneurs• Accueil, accompagnement de nouvelles implantations d’entreprises et d’entrepreneurs SOHO- SOLO, soutien plus lourd pour les projets innovants avec le Centre Européen d’Entreprise et d’Innovation (CEEI) créé et géré en partenariat avec le Conseil Général et les Communautés de Communes du Gers.Accompagner les entreprises dans leurs projets• Partenaire naturel des entreprises, la CCI a créé des services d’appui aux entreprises pour accompagner leurs projets individuels et collectifs et pour simplifier leurs formalités : prédiagnostic, mise en relation, accompagnement de projet, formation…• L’appropriation des mutations par les entreprises constitue une priorité : nouvelles technologies, environnement, développement durable, qualité/satisfaction client, optimisation des ressources humaines, mondialisation concurrence accrue/ouverture à l’international…Produire et diffuser l’information économiqueͲ Produire et sélectionner l’information utile : Chiffres clés de l’économie gersoise, enquête de conjoncture, observatoire du commerce et de la consommation (dossier d’aide à la décision, diagnostic de pôles commerciaux…), 6 « newsletters » mensuelles (Commerce et Tendances de Consommation, Tourisme, IAA, Economie et Territoire, Actualité Juridique Sociale, Développement Durable), Portraits Socio Economiques des territoires, revue de presse régionale, fichiers d’entreprises….Ͳ Diffuser aux entreprises : réunions d’information, conférences-débats, bulletin d’information, newsletters, site Internet, affichage…Former pour l’entreprise et pour l’emploi dans les territoiresͲ Des formations adaptées aux besoins des entreprises et dispensées par des professionnels reconnus, pour améliorer les performances des hommes et des entreprises : formations continues des salariés et chefs d’entreprise, formation de demandeurs d’emploi à un nouveau métier pour un retour à l’emploi.Ͳ 2 centres de formation spécialisés dans 3 domaines : agro-alimentaire – tertiaire – froid et climatisation.Ͳ 1 site de Formation à Distance (Réseau Régional Pyramide). - 13 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 2. INNOPARC : Une plateforme au service des créateurs et chefs d’entreprises qui innovent !Créée à l’initiative de la CCI du Gers, INNOPARC est une plateforme dédiée à la création et audéveloppement d’activités innovantes dans le Gers. Véritable guichet départemental, elle offre uneréponse globale et adaptée aux besoins de chaque porteur de projet : Ͳ Hébergement en pépinière et hôtel d’entreprises Ͳ Accompagnement personnalisé assuré par l’équipe du CEEI Gers Gascogne Ͳ Accès privilégié à un réseau de partenaires et d’experts spécialisésHébergée au sein de la plateforme, l’équipe du CEEI Gers Gascogne (Centre Européen d’Entrepriseet d’Innovation) propose un accompagnement individualisé aux créateurs et chefs d’entreprisesdans les domaines suivants : Ͳ Etude de faisabilité : analyse du modèle économique et de la faisabilité technique, aide à la rédaction du business plan, Ͳ Ingénierie financière : analyse des besoins, aide à la recherche de financements (subventions, prêts d’honneur, capital risque, …), montage de dossiers, Ͳ Conseil en innovation : recherche de prestataires technologiques, conseil en propriété intellectuelle, aide au montage de projets collaboratifs. Ͳ Aide à l’implantation : recherche de foncier et locaux disponibles, aide au recrutement. 3. Château Le Haget dans le Gers en Gascogne Le Château Le Haget datant du XIXe siècle est situé dans le sud du département àMontesquiou le chef lieu dun canton de 17 communes. Montesquiou constitue une étape sur la viaTolosane des chemins de Saint Jacques de Compostelle. Le Haget dispose d’un hôtel classé trois étoiles, de dix chambres normes 2010 pouvantaccueillir cent vingt personnes. Nous trouvons aussi sur place un restaurant classé deux cocottes parles Logis.Le Château est doté d’un terrain de douze hectares avec un aménagement pour accueillir :Ͳ Des places de camping qui compte 100 emplacements classés 3 étoiles,Ͳ Des chalets, des mobiles home et des tentes pour une capacité d’accueil de quatre à six personnes.Ͳ Il y a aussi deux piscines sur place dont une pour les plus petits et des aires de jeux, des toilettes et toilettes (installés dans lancienne Orangerie datant de 1860) avec machine à laver. - 14 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011Le Haget accueille aussi des groupes pour organiser des séminaires, réunion de travail et des fêtesde famille car il dispose de trois salles équipées incluant tout le matériel nécessaire avec unecapacité d’accueil d’une soixantaine de personnes.Le Château Le Haget organise aussi des mariages permettant ainsi de louer les différents servicesdu château à savoir : l’hôtel et ses chambres, les chalets, les mobiles homes et ceux du restaurant.C’est une structure qui a une capacité de fonctionnement durant toute l’année grâce aux différentsservices proposés. 4. Domaine Arros, Maison et chambres d’hôtes entre Gers et Hautes Pyrénées Nous définirons, tout d’abord, ce qu’est une maison d’hôtes avant de présenter cettestructure. Il faut noter qu’une maison d’hôtes est différente d’un hôtel car elle doit disposer demoins de dix chambres. La définition d’une chambre dhôtes est une chambre meublée située chezlhabitant qui accueille les visiteurs de passage, généralement pour quelques nuits. Il est égalementcourant d’utiliser les termes d« accueil chez lhabitant », de « maison dhôtes », de « gîte touristique». Les hôtes sont accueillis comme des invités chez lhabitant qui les reçoit dans sa maison.Laccueil est personnalisé. La chambre fait l’objet d’un prix à la nuitée et le petit déjeuner fait partiede laccueil, il sagit dune prestation groupée. Le petit déjeuner est pris en commun dans la salle àmanger ou la cuisine familiale. Le partage des autres repas de la famille est possible (principalementle soir) en table dhôtes, une participation forfaitaire est demandée. Le repas en table dhôtes a unfort caractère convivial. Il permet de discuter avec les propriétaires et les autres résidents autour deplats le plus souvent régionaux12. Domaine Arros est situé dans le sud du Gers limitrophe des Hautes-Pyrénées, dans lacommune Montégut-Arros. Arros est une petite rivière qui fournit aux habitants une eau venue desPyrénées. Sa partie la plus dense, appelée le Village ou la Ribère (la rivière), est située en bas de lacolline, côté ouest, le long de la route départementale D38. Les premiers magasins et la RN21 sont àmoins de trois kilomètres à Villecomtal-sur-Arros. Domaine Arros, empruntant son nom à la petite rivière qui la traverse, est une maisonfamiliale, construite en 1971 afin d’y accueillir trois générations d’une même famille. La maisondispose de quatre chambres dont une au rez-de-chaussée adapté à l’accueil d’une personnehandicapée et trois chambres à l’étage.12 http://fr.wikipedia.org/wiki/ Chambre_dhôtes - 15 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 Le Domaine est doté d’un gîte indépendant 3 épis, d’une piscine chauffée toute l’année à 28degrés et d’autres services comme un jacuzzi. Le site offre une variété d’activités ludiques pour laclientèle. Grâce à une variété de services dont dispose le Domaine, la propriétaire offre aussi lapossibilité de louer tout le domaine pour des réceptions privées à savoir des séminaires, mariages,fêtes de famille.Dans cette première partie, nous avons pu constater le poids de l’économie touristique dans ledépartement avec 6% du PIB du Gers et 5,3 % de l’emploi salarié total ; avec un taux supérieur à lamoyenne régionale (4,2 %) et supérieur à la moyenne nationale (3,4 %). Ces quelques chiffresdémontrent l’importance du tourisme dans ce département expliquant ainsi la présence desstructures de cette taille comme le Haget ou le Domaine Arros. Elles offrent des services divers etvariés pour attirer une clientèle qu’on peut qualifier d’aisée. En moyenne la clientèle dépense unbudget global de séjour de 634 euros. Avec une durée de séjour de 7,3 jours et une dépensemoyenne de 33 euros par jour et par personne13.13 Indicateurs BET F Marchand/enquête de clientèle départementale 2008-2009 / CDTL 32) - 16 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 Deuxième Partie : Missions assignées et résultats obtenusDans cette partie nous allons tout d’abord reprendre en résumé les principales missions issues de laproposition de stage, ensuite les plans d’actions initiaux cest-à-dire les actions préconisées par laCCI. Nous avons rédigé un plan d’action e-tourisme pour chaque entreprise. Enfin, comment nousavons mis en œuvre ces propositions. I. Missions principales et plan d’actions 1. Missions principalesLes principales missions assignées issues de la proposition de stage consistent à :- Rédiger et mettre en œuvre un plan daction e-tourisme :- Accroître la visibilité sur le net par : ƒ Le référencement naturel ƒ Mise à jour du site Internet ƒ Animation des réseaux sociaux- Réfléchir à une organisation de travail pérenne pour lanimation en ligne- Former les équipes en interne à l’organisation et à lanimation en ligne 2. Plan d’actionsNous sommes partis d’une base d’actions priorisées établies quelques mois auparavant par leservice d’appui aux entreprises de la CCI. Ces préconisations devaient être misent en oeuvre par leschefs d’entreprises. Nous avons repris le plan d’action initial afin de vérifier leur mise en œuvre.Nous nous sommes rendu compte au bout d’une semaine que les actions préconisées par la CCI nesont pas mise en place.Ce plan d’action initial de la CCI s’articule autour de trois points qui sont :Ͳ Des changements à effectuer sur le site à savoir mettre des liens partenaires, des réseaux sociaux pour plus de visibilité. C’est ce que nous appelons dans le référencement le principe des liens entrants et sortants qui est essentiel pour la visibilité d’un site.Ͳ Des inscriptions sur les réseaux sociaux et les sites d’avis pour accroître la réputation de la structure sur Internet.Ͳ Enfin, une phase de commercialisation par des actions marketing communication (enquête clientèle, créer un fichier client). Ensuite la fidélisation des clients par l’envoie d’un mail de remerciement aux clients. Invitant la clientèle à partager leur séjour sur les réseaux sociaux notamment sur les sites d’avis. - 17 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011Nous avons ainsi repris ces actions priorisées par la CCI que nous avons complétées par d’autrespropositions afin de proposer un nouveau plan d’action. Nos propositions s’organisent comme suit :Ͳ En ce qui concerne les sites Internet : ƒ Mettre en valeur les logos des partenaires ƒ Mettre en valeur les logos des réseaux sociaux ƒ Revoir l’arborescence du site, la pertinence des rubriques pour Domaine ArrosͲ Les réseaux sociaux et E-réputation : ƒ Facebook : Intégrer sur la page des applications ƒ Créer ou mettre à jour des comptes sur les différents sites : • D’avis (TripAdvisor, Vinivi, Zoover, Dismoioù), • De partages de photos et vidéos (Flickr, Youtube) • Enfin, sur les outils Google comme Analytics pour le trafic du site, Google Map et Adresses pour les recherches géolocalisées ou Google Alerte pour l’E- réputation.Ͳ La commercialisation : ƒ Enquête clientèle : Mise en place d’un questionnaire de satisfaction à soumettre aux clients ƒ Création d’une base de données clients : Elaboration d’une fiche client à faire remplir par le client au moment du départ pour récupérer toute l’information. ƒ Fidélisation des clients : Mise en place d’un courriel de remerciements après le départ en les invitant à donner leurs avis sur les différentes plateformes sociales. II. Mise en œuvre du plan d’action A. Les Sites Internet et Statistiques de fréquentation Nous avons commencé par une analyse des deux sites Internet. Nous avons ainsi proposéune amélioration des sites existants. Nous nous sommes aperçu que les des différents partenaires sur le site ne sont pas actifscest-à-dire des liens sortants inactifs. Ces liens sortants restent importants pour loptimisation dunepage en vue dune meilleure visibilité sur les moteurs de recherche. Dans un premier temps nousavons sollicité le prestataire pour avoir accès au back-office de l’administration des sites. Nousrappelons que le référencement consiste en partie à agir sur le site et en dehors du site. Nousdétaillerons notre action sur les deux sites en montrant ce que nous avons trouvé et lesmodifications et améliorations que nous avons apportées. - 18 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 Nous précisons que les deux sites ne sont pas développés sur la base d’un système degestion de contenu14. Ce système permet une édition de page simplifiée. En ce qui nous concernenous avons eu à administrer un site développé sur mesure dont voici à quoi ressemble notre backoffice : Figure 4 : Editeur HTML Note pad++ pour ladministration et la mise à jour des pages des sites.Cet éditeur nous a permis de mettre à jour le site étant donné que nous n’avons pas des compétencesde développeur. Nous avons pu mettre à jour le site grâce à des outils du web 2.0 comme surl’image suivante.14 En anglais Content Management System ou CMS - 19 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 Figure 5 : Editeur HTML en ligne : online-html-editor.orgOnline-html-editor.org comme son nom l’indique est un éditeur HTML en ligne. Cet outil nous apermis une rédaction des pages du site. Il a été notre système de gestion de contenu pour une éditionsimplifiée. Ce site est une interface WYSIWYG15 qui propose une interface graphique de mise enforme similaire à celle qui existe dans un traitement de texte. Après rédaction de la page, le sitegénère un code HTML que nous intégrons sur l’éditeur not pad++. Toute la mise à jour des sites aété faite de cette manière sauf quelques pages ou le prestataire a du intervenir. En ce qui concerne la fréquentation des sites nous utiliserons des données statistiquesfournies par l’outil de Google appelé Analytics intégré aux sites.Google Analytics est un outil de mesure et d’analyse d’audience. Il permet de déterminer commentles internautes accèdent à un site web, comment ils le parcourent et comment ils deviennent clients.Il fournit des indications précieuses sur la fréquentation d’un site Web et son efficacité dun point devue marketing. a. Site Internet du Château Le HagetVoici un aperçu du site existant au début du stage :15 « What You See Is What You Get », signifiant littéralement en français « ce que vous voyez est ce que vousobtenez » ou de façon plus concise « tel affichage, tel résultat » - 20 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 Figure 6 : Aperçu du site du Haget avant les modifications Nous observons sur cette image une organisation de l’information du site en trois colonnes.Sur la colonne de gauche : un menu qui reprend les différents services proposés par le Château LeHaget à savoir : Hôtel, Groupes, Mariages, Campings, Locations, Animations et Restaurant.Ensuite l’adresse de contact et les logos des partenaires qui ne sont pas tous actifs.Sur la colonne du milieu : une présentation de chaque service par rapport à l’onglet cliqué.Sur la droite : une photo de la rubrique et un lien qui renvoie à une galerie d’image pour illustrer leservice. Ensuite un fil d’actualité du château et du département. Enfin les liens vers les réseauxsociaux (Facebook et Twitter).Il faut noter que cette description n’est pas identique sur toutes les pages. Nous avons vouluharmoniser les différentes rubriques du site d’une façon identique sur toutes les pages comme sur lacapture suivante. - 21 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 Figure 7 : La page daccueil actuel du site du Haget Sur cette image nous avons une organisation presque identique à la précédente. Dans unpremier temps nous avons rendu actifs les logos des différents partenaires (liens sortants) car trèsimportant dans une stratégie de référencement.Notre travail sur le site concerne particulièrement le milieu de la page et la partie droite du site.Tout d’abord le milieu de la page renvoie aux descriptifs des services. Nous avons ainsi proposéune amélioration du contenu en adaptant le contenu à l’écriture web mais aussi à l’illustrer par lavidéo ou des images. Cette proposition de réécriture de contenus des pages est faite par rapport autaux de rebond16 issu de l’analyse des statistiques de fréquentation du site. Nous aborderons lesdonnées statistiques du site dans une autre partie du rapport.Il faut noter que pour améliorer certaines descriptions nous avons réalisé une vidéo diaporamaphoto sur le sujet du mariage au château. Nous fournirons des données statistiques et son impactpour la rubrique concernée.Ensuite nous avons apporté des modifications sur la partie droite du site. Nous rappelons qu’ellen’était pas identique sur toutes les pages et même sur la version de langues étrangères.Sur cette partie du site nous avons voulu harmoniser le site en mettant en avant une image et un lienqui renvoie à la galerie photo de la rubrique pour illustrer le service proposé. Ensuite nous avonsrécupéré le fil d’actualité du compte twitter du Haget. Il faut noter que cette petite fenêtre Twitter16 Le pourcentage dinternautes qui sont entrés sur une page Web et qui ont quitté le site après - 22 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011(widget) est actualisée par les articles partagés sur la page Facebook du Haget. Elle est liée aucompte Twitter. Cette application illustre ainsi une facilité d’utilisation des outils du web 2.0. Ilspermettent ainsi une interaction entre trois plateformes :Ͳ De Facebook vers Twitter ;Ͳ De Twitter au site Internet du Haget.Ensuite nous avons mis en place des boutons renvoyant aux réseaux sociaux. Contrairement à lapage d’accueil précédente, nous avons mis à la place du logo Facebook un module permettantd’aimer la page à partir du site. Nous avons aussi rajouté un widget météo sur trois jours au servicedes clients. - 23 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 En page intérieur cest-à-dire la page galerie de chaque rubrique est liée aux images ducompte Flickr. Voici la page de la galerie photos de la rubrique « Animations » Figure 8 : Galerie photos de la page animation du Haget Nous avons mis cette option pour faciliter la mise à jour des images sur le site. Désormaispour mettre à jour les images du site il suffit d’importer des photos sur le compte Flickr du Haget.Elles s’actualisent directement sur le site Internet. Il faut noter aussi que l’affichage des photos estaléatoire. - 24 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 La page de la rubrique « Région » a été totalement modifiée. La mise à jour s’est faite surtout le milieu mais aussi toute la partie droite du site. Figure 9 : Page de la rubrique « REGION » du Haget Cette page comportait auparavant la même structure de l’ancienne page d’accueil. Nous avonsvoulu rendre la page plus attractive. Après les modifications faites sur la partie droite du site. Nousavons mis à jour tout le milieu de la page, en reprenant le flux rss de l’actualité touristique du Gers.Le changement majeur c’est la mise en place d’une carte interactive Google Map des lieuxtouristiques du Gers à visiter aux alentours du Château. Cette carte affiche sur des points derepères :Ͳ En bleu correspond aux grands sites Midi-Pyrénées du département, à savoir : Auch, Baïse, ArmagnacͲ En jaune : Les bastides du sudͲ En vert : Les festivals - 25 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011Ͳ En rouge : Le Château Le HagetEnfin, nous mis en bas de la colonne de droite une liste de vidéos sur le département. b. Site Internet du Domaine Arros La mise à jour du site ou l’amélioration du site du Domaine Arros a été différente du Haget.Dans un premier temps nous avons proposé une nouvelle arborescence du site. Nous nous sommesaperçu en analysant le site, que l’information n’est pas organisée d’une manière hiérarchique. Nousavons voulu ainsi organiser les différentes rubriques du site par rapport aux services proposés par leDomaine. Nous constatons sur l’image ci-dessus (la page d’accueil du site au début du stage) que lesite comportait trois parties qui sont :Ͳ Des onglets présentant les services proposés par le DomaineͲ Des images renvoyant à certaines pages du siteͲ Des logos des partenaires qui n’étaient pas tous actifs. Figure 10 : Page d’accueil du site du Domaine Arros au début du stage - 26 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011Après une analyse du site nous avons rajouté sur le plan d’action de mettre en place une nouvellearborescence du site. Cette organisation hiérarchique de l’information du site consiste à regrouperles différents services proposés par thème pour les différentes rubriques. Nous avons définit huitgrands thèmes qui sont :Ͳ Hébergement et Table d’hôtes : regroupant ainsi les types de séjour que propose le domaine et la table d’hôtesͲ Location du Domaine et Mariages : revoyant à la location de la maison, du gîte pour l’organisation de mariages et banquets mais aussi de séminaires et événementielsͲ Séminaires et Evénementiels : présente les différentes salles de réception du DomaineͲ Séjour et Bien être : une rubrique consacrée au développement personnelͲ Détente et loisirs sur place : reprend les activités ludiques à faire sur place.Ͳ A faire aux alentours : regroupes les lieux touristiques à visiter dans le Gers et les Hautes- Pyrénées.Ensuite nous avons regroupé sur la colonne de droite les liens vers les réseaux et la météo. Sur lagauche nous avons repris les pages les plus importantes du site à savoir : « Tarifs », « Contact »,« Mariages », « Table d’hôtes », « Chambres/Séjours », « Actualités », « Gîte »… Au milieu de lapage nous avons mis des photos miniatures renvoyant aux principales pages du site comme :« Hébergement et Table d’hôtes », « Location du Domaine », « Séminaires et Evénementiels »,« Séjours et Bien être »…Enfin en bas de page nous avons regroupé les logos des différents partenaires renvoyant à leur site.Ces liens sortants sont très importants dans une stratégie de référencement d’un site Internet. - 27 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011Voici un aperçu de la page d’accueil du site actuel : Figure 11 : La page d’accueil actuel du site du Domaine ArrosAprès avoir ordonnancé tous les contenus de cette manière dans larborescence. Nous avonstravaillé sur une organisation visuelle (zoning) du site. Ce zoning a été proposé au prestataire afinde développer une feuille de style (feuille CSS)17 et quelques pages du site.Nous avons par la suite continué la mise à jour du site en intégrant les autres pages et rubriques.Nous avons expliqué en introduction de cette partie que les sites ne sont pas développés avec unsystème de contenu (CMS). Ce nouveau site a été développé de la même manière que le précédent.De ce fait nous avons utilisé la même technique de mise à jour en rédigeant le contenu à partir dusite : Online-html-editor. Ce site génère le code HTML que nous intégrons sur l’éditeur Not Pad++afin de mettre le contenu en ligne.Voici quelques pages que nous avons développées grâce aux outils du web 2.0 :Ͳ La page de la rubrique « Situation et Accès » ou nous avons mis une carte interactive Google Map associée à Street View18. Elle permet de visualiser sur une même carte le plan d’accès du Domaine et grâce à la fonctionnalité Street View d’explorer les alentours du domaine à 360°.17 Un document des caractéristiques de mise en forme du site18 La fonctionnalité Street View de Google Maps permet dexplorer les villes et les sites touristiques du monde entier enbénéficiant dimages des rues à 360°. - 28 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 Figure 12 : Carte interactive Google Map associée à Street View (Domaine Arros)Ͳ La rubrique « À faire aux alentours » : Nous avons mis en place deux pages qui s’expliquent par le fait que le Domaine est situé dans le sud du Gers et limitrophe des Hautes-Pyrénées. Sur cette rubrique nous avons réalisé deux cartes interactives Google Maps pour illustrer les lieux à visiter à proximité du Domaine. Elles illustrent par des points de repères les lieux touristiques à visiter aux alentours du Domaine. - 29 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 La carte des lieux à visiter aux alentours du Domaine Arros dans le Gers Figure 13 : Lieux à visiter dans le Gers aux alentours du Domaine Arros La carte des lieux à visiter aux alentours du Domaine Arros dans les Hautes-Pyrénées Figure 14 : Lieux à visiter aux alentours du Domaine dans les Hautes-Pyrénées - 30 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011Ͳ La page « Contact » : Toujours, grâce aux outils Google précisément Google Document nous avons pu créer un formulaire de contact. Il permet dans un premier temps de récupérer des données pour un fichier client.Voici comment se présente la feuille de gestion du formulaire sur Google Documents. Figure 15 : Formulaire Google Documents (Domaine Arros) Formulaire de contact du nouveau site Figure 16 : Formulaire de contact réalisé grâce à Google Documents (Domaine Arros)En somme, nous avons pu mettre à jour les deux sites grâce aux outils du Web 2.0. Tout d’abord larédaction du contenu qui s’est fait par un outil en ligne pour générer les codes HTML. Ensuite lescartes interactives par les outils Google. Enfin la mise à jour des images par les outils proposés parFlickr.Avant de développer les réseaux sociaux et l’E-réputation nous aborderons quelques donnéesstatistiques sur la fréquentation des sites. Ces données sont fournies par Google grâce à son outilintitulé « Google Analytics ». - 31 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 c. Statistiques d’audience du Château Le HagetDans cette partie nous utiliserons des données statistiques de la fréquentation du site sur la périodedu 11 Avril 2011 au 31 Août 2011 comparée à la même période en 2010.Voici un tableau de bord général sur la fréquentation du site : Figure 17 : Fréquentation du site du HagetNous observons sur ce tableau une augmentation sur les visites, les pages vus, pages par visite et surle temps moyen passé sur le site. Par contre, une diminution des nouvelles visites de 68,80% à lamême période de l’année dernière contre 64,70% cette année. Une faible baisse compensée parl’augmentation des visites du site en général. Il faut aussi noter une légère augmentation du tauxrebond19 de 22,80% à 24,49%. Cette augmentation reste moins alarmante car n’atteignant pas les50%.En poursuivant cette analyse nous nous intéressons aux sources de trafics dont voici un tableau quirésume cette tendance : Figure 18 : Les sources de trafic du site du HagetAvant de détailler ce tableau nous définirons ces quelques notions à savoir :Ͳ Trafic direct correspond aux cas où linternaute est arrivé directement sur le site. Par la saisie directe de lurl ou clic dans les favoris.19 Le taux de rebond est le pourcentage de visites dune seule page, cest à dire le pourcentage de visites au coursdesquelles linternaute quitte votre site dès la page dentrée (ou "page de destination"). - 32 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011Ͳ Sites de référence comme son nom l’indique renvoient aux sites qui pointent vers le site. Ces sites amènent souvent du trafic qualifié c’est-à-dire des gens intéressés par les services proposés par le site.Ͳ Moteurs de recherches correspond aux internautes qui trouvent le site par les moteurs de recherche comme Google, Bing ou Yahoo.Nous observons sur l’image une augmentation des sources de trafic par les moteurs de recherche.L’objectif de notre travail durant le stage était la visibilité notamment sur les moteurs de recherche.Voici en détail les principales sources de trafic Figure 19 : Principales sources de trafic du site du HagetNous constatons que les internautes accèdent davantage au site par le moteur de recherche Google.Il faut tout de même noter que les mots clés utilisés (le haget, chateau le haget, camping le haget,le haget camping, le haget montesquiou) démontrent que la plupart des internautes qui ontconsultés le site connaissent déjà la structure.Ce constat s’explique par le fait que notre travail d’optimisation se limite aux réseaux sociaux. Leréférencement naturel sur les réseaux sociaux consiste à faire connaitre une marque cest-à-dire untravail sur la réputation numérique (E-réputation).Avant d’aborder le sujet des réseaux sociaux et de l’E-réputation. Nous analysons les donnésstatistique de la fréquentation du site du Domaine Arros. - 33 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 d. Statistiques d’audience du Domaine ArrosDans cette analyse nous reprendrons les mêmes variables d’analyse que le site du Haget à savoir : Ͳ Vue d’ensemble de la fréquentation du site Ͳ Les sources de trafic Ͳ Tableau détaillé des sources de traficTout d’abord la vue d’ensemble de la fréquentation du site en comparaison entre deux périodes : • Du 11/04/2011 au 31/08/2011 • Du 11/04/2010 au 31/08/2010 Figure 20 : Tableau de bord de la fréquentation du site domainearros.comNous observons sur ce graphique une forte progression des visites sur le site qui passe de 2985 en2010 à 5453 visites en 2011. Par contre nous observons une forte augmentation du taux de rebondqui passe de 26,53% à 35,08%. Ce résultat s’explique par le constat que nous avions fait suite ànotre analyse du site au début du stage, sur la hiérarchisation de l’information. Nous avionsremarqué une difficulté sur la navigation du site.Ensuite les sources de trafic en comparant les mêmes périodes : Figure 21 : Sources de trafic du site domainearros.comNous faisons le même constat que sur le site du Haget, nous observons que la plupart desinternautes accèdent au site par les moteurs de recherches de 35,01 à 46,19%. Ce constat restepositif dans la mesure où l’objectif du stage était de rendre le site visible sur les moteurs derecherche. - 34 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 Figure 22 : Principales sources de trafic du site domainearros.comConcernant les mots clés utilisés nous remarquons que l’internaute a accès au site par des requêtesfaisant référence au nom de la marque. Dans une analyse globale nous observons une amélioration de la fréquentation des sites. Leplus important sur ces données de fréquentation c’est une nette augmentation des accès aux sites parle biais des moteurs de recherche. Ce constat montre en partie l’importance de la présence des deuxstructures sur les réseaux sociaux. Les structures ont gagné en réputation numérique (E-réputation).Pour accéder aux sites les internautes tapent comme mots clés le nom de la marque. B. Réseaux Sociaux et E-réputationNous abordons ces deux termes dans le cadre d’une approche marketing :Le terme de réseaux sociaux désigne généralement l’ensemble des sites Internet permettant de seconstituer un réseau d’amis ou de connaissances professionnelles et fournissant à leurs membres desoutils et interfaces d’interactions, de présentation et de communication. Youtube peut égalementêtre considéré partiellement comme un réseau social dans le mesure ou le service a développé desoutils d’interactions entre ses membres. Le succès d’audience des principaux réseaux sociaux en afait des supports marketing et publicitaires.L’e-réputation est l’image que les internautes se font d’une marque ou d’une personne. Cettenotoriété numérique façonne l’identité d’une marque, la différenciant de ses concurrentes. - 35 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 a. FacebookAvant de développer notre travail, voici quelques chiffres clefs du réseau social Facebook :Ͳ 750 millions : C’est le nombre de membres actifs sur Facebook. Soit un être humain sur quatre qui s’est connecté au réseau social au moins une fois au cours du dernier mois. La France est en bonne place dans les pays ayant adopté Facebook avec plus de 20 millions d’utilisateurs.Ͳ 1 : Facebook est le premier site au monde en nombre de visiteurs. Pour la première fois en 2011, Facebook est passé devant Google. En revanche, en additionnant ses différents services (Youtube, Maps, Picasa, ou Blogger), le géant des moteurs de recherche relègue Facebook au second rangͲ 50% : La moitié des membres de Facebook se connecte à leur réseau préféré au moins une fois par jour.Ͳ 20 millions : C’est le nombre d’applications Facebook installées chaque jour dans le monde.Nous avons eu la même stratégie pour les différentes pages. Il faut noter que chacune desentreprises avait une page Facebook. Notre travail a été de recruter des fans et de l’animer.Dans un premier temps nous avons intégré un bouton « j’aime » sur le site Internet du Haget pourfaciliter le recrutement des fans. Nous avons par la suite mis en place des applications sur les pagesrenvoyant aux autres réseaux sociaux comme : Flickr, Youtube, TripAdvisor. Les applicationsFacebook nous ont permis de faire un lien en les différents comptes créés. Voici un exemple desapplications utilisées : Il faut noter que sur une page Facebook standard, nous avons quelques modules à savoir : « Mur », « Infos », « Photos », « Articles », «Evénement ». Nous avons rajouté à ces modules des applications afin de faire le lien entre les autres réseaux sociaux. Le bouton « Avis » renvoie à TripAdvisor, « Vidéos » à Youtube, « Photos » à Flickr. Toujours dans le but de rendre les pages plus professionnels nous avons personnalisé les url : • http://www.facebook.com/chateaulehaget • http://www.facebook.com/Domainearros Nous abordons les données statistiques de fréquentation de la page du Haget et du Domaine Arros - 36 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 Figure 23 : Statistiques de la page Facebook du Château Le HagetGrâce à l’outil Facebook insight, nous avons pu observer comment l’engagement sur la page àévoluer. Au début du stage la page comptait 110 fans, sur l’image nous voyons une augmentation de84 fans.Facebook insight, nous fournit aussi des données démographiques. Ces données peuvent servir pourune stratégie de marketing. Voici les données démographiques de la page du Haget : Figure 24 : Données démographique de la page Facebook du HagetNous observons ainsi certaines informations à savoir : Sexe et âge, Pays, Ville et langue. Enanalysant ces données nous pouvons ainsi observer que la majorité des fans de la page ont entre 18et 54 ans. - 37 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011Enfin nous pouvons observer les publications les plus consultées Figure 25 : Les publications les plus consultées de la page du HagetLes fans se sont intéressés aux publications avec des impressions (affichages) de plus de 500 foispar publication.En reprenant les mêmes données pour le Domaine Arros nous observons :Ͳ Vue d’ensemble de la fréquentation de la page Figure 26 : Vue densemble des statistiques de la Page Domaine ArrosNous avons eu une augmentation de 31 fans soit 19% par rapport à l’année dernière sur la mêmepériode.Ͳ Données démographiques - 38 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 Figure 27 : Données démographique de la page Facebook du Domaine ArrosNous observons une tendance différente sur cette page comparée à celle du Haget. La tranche d’âgedes fans c’est entre 18 à 55 ans et plus.Ͳ Publications les plus consultées Figure 28 : Publication les plus consultées de la page Facebook du Domaine ArrosPour analyser l’intérêt des fans sur les publications, nous avons un affichage moyen de plus de 100fois par publication. - 39 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 b. YoutubeAvant d’aborder en détail les données statistiques des chaînes Youtube du Haget et du DomaineArros. Nous allons rappeler quelques chiffres clés de Youtube20 :Ͳ Plus de 48 heures de vidéos sont mises en ligne chaque minute sur le site, soit une augmentation de 37% au cours des six derniers mois et de 100 % par rapport à lannée dernière.Ͳ chaque jour, les utilisateurs de Youtube visionnent plus de 3 milliards de vidéosͲ 3ème site le plus visitéͲ les utilisateurs de Youtube regardent en moyenne 96 vidéos chaque mois.Ces chiffres nous montrent l’importance d’être présent sur ce réseau social.Après avoir créé le compte, nous avons récupéré toutes les vidéos faites au nom du Haget ou duDomaine Arros. Des vidéos mises en ligne généralement par d’autres internautes ou des sitesréférents pour les intégrer à leurs chaînes Youtube.20 http://googlefrance.blogspot.com/ - 40 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011La chaîne Youtube du Château le HagetNous reprenons quelques données statistiques pour analyser l’impact de ces vidéos sur la visibilité.Grâce à l’outil d’analyse d’audience de Youtube nous observons sur une vue d’ensemble. Lesvidéos postées ont été consultées plus de 500 fois. Figure 29 : Vue densemble de la chaîne Youtube du Haget - 41 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011La Chaîne Youtube du Domaine ArrosVue d’ensemble de la chaîne Youtube du Domaine Arros avec plus de 800 vus sur la période denotre stage. Figure 30 : Vue densemble de laudience de la chaîne Youtube du Domaine Arros c. FlickrCe média a été un lien pour mettre à jours les images des différents sites Internet. Tout d’abord avecle site du Haget la gestion des images se fait à partir de Flickr. Ces images mises sur Flickrs’actualiseront directement sur la page web du Haget.En ce qui concerne le nouveau site Internet nous avons intégré des lecteurs photos générés parFlickr. Dans ce cas aussi la mise à jour des images des pages web se fait à partir du compte Flickr. - 42 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 d. Sites d’avisL’internaute ayant en face une multitude d’offres touristiques sur Internet. Il se réfère et se rassuregrâce aux avis laissés par d’autres internautes. Ces avis constituent un acte central dans la prise dedécision pour une destination de vacance. Un phénomène largement amplifié avec l’émergence desréseaux sociaux. Il faut aussi noter qu’en 2010, 90% des internautes lisent les avis, contreseulement 57% il y a trois ans. 91% des internautes pensent que les avis des consommateurs, est levecteur numéro un dans leur prise de décision. Désormais la tendance est plutôt une course aux avisqui valent plus sur Internet que les étoiles. Nous avons ainsi mis en place une stratégie pourencourager les clients par l’envoie d’un mail de remerciement. Dans ce courriel nous les invitons àaimer la page Facebook, à laisser un avis sur les différents sites dont nous avons inscris lesstructures. Il est important d’avoir des avis sur les sites suivants comme:Ͳ TripAdvisor qui comptabilise 30 millions de visiteurs uniques mensuels. Ce site permet de partager des avis sur les restaurants, hôtels sur les hôtels, les vols, les destinations.Ͳ Vinivi est un site qui permet de partager des avis sur les hôtels et chambres d’hôtes illustrés par des photos ou vidéosͲ Zoover est un site d’avis sur les campings et villages de vacances. C. Commercialisation 1. Actions Marketing-comunicationDans cette partie nous avons fait de la veille et des propositions de commercialisations. • La Veille sur la commercialisation des réceptions privées (Le Haget)Nous avons eu à répertorier les Internet référents payants et gratuits pour y inscrire le château. Cettedémarche fait parti des techniques de référencement. Dans la partie analyse des données statistiquesde fréquentation nous avons vu sur les sources de trafic, des internautes qui accèdent aux sites parles sites de références. Ces sites sont des annuaires qui référencent le site dans ce secteur d’activité. • La veille sur l’E-mailing (Domaine Arros)Nous avons constitué une base de données mail hébergée sur le compte Gmail. Nous avons par lasuite rédigé un résumé sur :Ͳ La réglementationͲ Les Règles de rédactionPropositions de commercialisation : • Publicité sur FacebookLa publicité Facebook prend en considération les spécificités d’un profil utilisateur alors que desplateformes classiques, telles que Google AdWords, prennent en considération des mots-clés. - 43 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011Facebook nous permet donc d’avoir une interactivité en créant une liaison entre l’utilisateur, leprofil, les centres d’intérêt et votre publicité.Il existe deux types de publicités sur Facebook : - Les campagnes « internes » redirigeant directement vers la page Facebook - Les campagnes « externes » redirigeant vers le site Internet voulu. • Google AdwordsLa publicité sur Google Adwords permet de faire connaître un site Internet en ciblant certains motsclés ou expression qui sont recherchés sur Google, et qui correspondent au contenu du site Internet.Une annonce sur Google se définit sur trois éléments : • L’intitulé de l’annonce • La description du site • L’adresse du siteCette annonce est alors visible en haut de page suite à une recherche sur Google, ou sur la partiedroite de la page.Combien ça coûte ? A chaque fois qu’un visiteur clique sur l’annonce, nous payons quelquescentimes, par exemple 30 centimes. C’est nous qui définissons le prix maximum du clic (parexemple 30 centimes), ensuite Google utilise un système d’enchères pour afficher ou non notreannonce : si le prix du clic que nous avons défini est plus important que les autres annonces, c’est lanôtre qui est affichée sur Google. Sinon, nous attendrons que toutes les annonces « plus chères »soient affichées avant que la nôtre ne soit diffusée. 2. Fidélisations des clients • Le questionnaireNous avons mis en place un questionnaire qui avait pour but de connaître les attentes des clients.Cette expérience n’a pas été un succès car nous devions soumettre le questionnaire sur place. Nousétions en entreprise qu’une journée toutes les deux semaines faute de temps nous n’avons pas puadministrer le questionnaire dans de bonnes conditions. Nous avons ainsi suspendu cette expériencepour le Haget du fait que la plupart des touristes ne comprenaient pas le français. Concernant leDomaine nous devions finir la conception du site Internet. Il faut noter que les questionnaires sont àdispositions des entreprises qui comptent l’exploiter par un autre moyen notamment par courriel. - 44 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011 Troisième Partie : Synthèse et bilan A. Bilan personnel Ce stage a été pour moi particulièrement intéressant car il m’a permis de mener à bien unemission dans son ensemble. Tout d’abord par la rédaction d’un cahier de charge qui est en quelquesorte le plan d’action. Ensuite sa mise en œuvre avec autonomie. Enfin, un bilan jugé satisfaisantpar les différentes entreprises. Le stage m’a permis de découvrir différents métiers liés à l’Internet en passant parl’administration du site. Dans cette administration du site nous avons pu voir comment développerun site web dans son intégralité. J’ai aussi eu le rôle d’un gestionnaire de communauté en animantles réseaux sociaux. J’ai pu découvrir le métier du marketing dans le web grâce aux veilles decommercialisation effectuées. Enfin, le référencement naturel en rapport avec le sujet de notre stagej’ai pu connaitre les différentes phases pour bien référencer un site web. Au-delà du contenu de mon stage, il m’a permis de connaitre les exigences du mondeprofessionnel. Des exigences qui ont rapport avec la rigueur dans l’accomplissement des taches quinous ont été confiées. Le respect de l’échéance qui n’est possible que grâce à l’organisation de sontemps de travail. B. Lapplication des connaissances théoriques du Master 2 TICDTLe Master 2 a pour but de former des spécialistes pouvant aider au développement territorial grâceaux nouvelles technologies de l’information et de la communication.Le master 2 TICDT nous a permis tout au long lannée dacquérir toutes les connaissancesthéoriques et des compétences techniques liées aux TIC. La formation a facilité notre stage grâceaux modules qu’elle propose comme : - L’utilisation des outils du web 2.0 ; - Gestion de projet Internet et aux métiers de l’InternetElle nous a préparé à intégrer plus facilement le monde professionnel en étant plus apte et plusautonome dans nos projets. Grâce à cette formation nous avons pu comprendre d’une certaine façonque les technologies de l’information et de la communication sont indispensables pour ledéveloppement territorial.Les connaissances tirées du master permettent aux étudiants de devenir des chargés de missions ouchefs de projet, d’être polyvalent sur différents métiers liés aux technologies de l’information et dela communication. - 45 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011La formation continue à se perfectionner chaque année en rendant de plus en plus intéressant soncontenu pour répondre au mieux aux besoins de recrutements liés aux métiers des technologies del’information et de la communication. Le master confère à ses étudiants une certaine capacitéd’adaptation permettant d’être en phase avec les nouveaux métiers qui émergent dans le secteur desTIC et du développement territorial.Après cette analyse que nous jugeons plus qu’utile pour un étudiant intéressé aux métiers des TIC.Il nous semble intéressant dans une amélioration du master d’intégrer des cours sur le sujet duréférencement naturel. Il est important d’avoir une connaissance sur une organisation del’information d’un site Internet (arborescence), de l’ergonomie. L’objectif majeur d’un site Internetc’est d’être visible. Enfin, il serait intéressant de mettre en place des cours sur l’utilisation dessystèmes de gestion de contenu (CMS) comme Wordpress, Joomla ou Drupal. C. Recommandation Nous jugeons intéressant pour les entreprises de suivre les statistiques de fréquentions deleurs sites web. Ces statistiques provenant de la page Facebook, de Youtube et du site Web pourdéfinir une nouvelle stratégie de marketing. Les outils de mesure d’audience proposés par Google,Facebook et Youtube fournissent des données démographiques sur les pays, les villes, le sexe etl’âge. Ces données peuvent servir base pour définir une offre touristique. Il est aussi utile de revoir sur Google analytics les sources de trafic et des mots clés utiliséspar l’internaute. L’observation des sources de trafic permet de savoir s’il faut continuer à investirsur les sites référents pour générer du trafic sur leurs sites web. En analysant les sources de traficdes différents sites web nous nous sommes aperçu que la plupart des internautes accède à leurs sitespar les moteurs de recherche. Il faut donc envisager une publicité sur les moteurs de recherche parles liens sponsorisés. Notre analyse des mots clés utilisés, nous permet de préconiser pour la suitede revoir le contenu des sites web. Le contenu doit respecter les règles de la rédaction web. Sur cesujet nous avons essayé de mettre en place notre expérience sur le nouveau site du Domaine Arros.Nous avons aussi travaillé sur le contenu des pages web du Haget ou nous avons retrouvé un tauxde rebond élevé. Il va falloir observer ces variables pour une stratégie marketing notamment surInternet. - 46 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011Conclusion La visibilité sur Internet renvoie à la notion de référencement. Le référencement peut êtrenaturel ou payant, notre travail avait pour objectif de rendre visible les différentes entreprises par leréférencement naturel. Le référencement naturel se limitait à un marketing sur les moteurs derecherche. Désormais nous assistons avec l’avènement des réseaux sociaux à une visibilité au delàdes moteurs de recherche mais à la fois sur les médias sociaux. Notre sujet de stage était de répondre à la question suivante : En quoi la présence sur lesréseaux sociaux est- elle pertinente pour la visibilité d’une entreprise sur Internet ? Pour répondre à cette question, nous avons pu découvrir grâce aux données statistiquesd’audience que les entreprises ont gagné en notoriété sur le net. Cette réputation sur les moteurs derecherches s’explique par une autre variable d’audience à savoir les mots clés grâce auxquels lesinternautes accèdent aux sites. Ces variables démontrent que l’accès aux sites web des entreprises sefait davantage grâce aux moteurs de recherche mais avec des requêtes renvoyant au nom de marquedes entreprises. Nous avons eu à administrer les sites web des deux entreprises afin de rendre l’informationhiérarchique et aussi harmoniser les différentes pages et rubriques. Ces actions sur le site font partiedu référencement d’un site web. Ensuite en dehors du site par des actions sur les réseaux sociauxpour la réputation numérique de l’entreprise. Nous avons amélioré la visibilité des entreprises surles moteurs de recherches par le biais des réseaux sociaux. Il faut envisager par la suite de travailler la visibilité sur les moteurs de recherche par laqualité du contenu. Ce travail sur le contenu consiste à adapter les descriptions des pages à larédaction web. Enfin pour accentuer cette présence sur les moteurs de recherche, il faut avoir unestratégie marketing sur le web par la publicité sur les moteurs de recherches par les lienssponsorisés. - 47 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011Bibliographie Olivier Andrieu, Réussir son référencement Web. Edition 2011 Guide des réseaux sociaux 2011 : Savoir tout faire avec Facebook, Google+, Twitter et les autres. Hors série de Micro Portable Magazine (août 2011).Sites Internet consultés Sites Web sur le e-Tourisme http://www.etourisme.info/ http://veilletourisme.ca/ http://www.i-tourisme.fr/ http://lemarketingdutouriste.blogspot.com/ Sites sur le Web marketing et réseaux sociaux http://www.emarketinglicious.fr/ http://www.mediassociaux.fr/ Sites Web sur le référencement naturel http://www.abondance.com/ http://www.presse-citron.net/ http://www.webrankinfo.com/ http://www.infowebmaster.fr/ http://fr.locita.com/ - 48 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011Table des matièresSommaire....................................................................................................................................................................... - 1 -Remerciements .............................................................................................................................................................. - 2 -Introduction Générale: ................................................................................................................................................... - 3 - 1. Le choix du stage ............................................................................................................................................... - 4 - Ͳ La présence des campings étoilés du Gers sur le web................................................................................ - 4 - Ͳ L’utilisation des outils du web 2.0 et les réseaux sociaux ......................................................................... - 5 - 2. Problématique .................................................................................................................................................... - 6 - 3. Définition des concepts clés............................................................................................................................... - 7 - a. Le Web 2.0................................................................................................................................................. - 7 - b. Le Référencement ...................................................................................................................................... - 7 - c. La E-Réputation......................................................................................................................................... - 8 - Ͳ Définition universitaire .............................................................................................................................. - 8 - Ͳ Définition professionnelle.......................................................................................................................... - 9 - d. Les Médias sociaux.................................................................................................................................... - 9 - e. Le Community Manager .......................................................................................................................... - 10 -Première Partie : Le département du Gers et les structures d’accueil .......................................................................... - 11 - A. Département du Gers ................................................................................................................................... - 11 - B. Les structures d’accueil................................................................................................................................ - 12 - 1. Chambre de Commerce et d’Industrie du Gers........................................................................................ - 12 - 2. INNOPARC : Une plateforme au service des créateurs et chefs d’entreprises qui innovent !................. - 14 - 3. Château Le Haget dans le Gers en Gascogne........................................................................................... - 14 - 4. Domaine Arros, Maison et chambres d’hôtes entre Gers et Hautes Pyrénées ......................................... - 15 -Deuxième Partie : Missions assignées et résultats obtenus.......................................................................................... - 17 - I. Missions principales et plan d’actions ............................................................................................................. - 17 - 1. Missions principales ................................................................................................................................ - 17 - 2. Plan d’actions........................................................................................................................................... - 17 - II. Mise en œuvre du plan d’action................................................................................................................... - 18 - A. Les Sites Internet et Statistiques de fréquentation ................................................................................... - 18 - a. Site Internet du Château Le Haget ........................................................................................................... - 20 - b. Site Internet du Domaine Arros ............................................................................................................... - 26 - c. Statistiques d’audience du Château Le Haget .......................................................................................... - 32 - d. Statistiques d’audience du Domaine Arros .............................................................................................. - 34 - B. Réseaux Sociaux et E-réputation ............................................................................................................ - 35 - a. Facebook.................................................................................................................................................. - 36 - b. Youtube.................................................................................................................................................... - 40 - c. Flickr........................................................................................................................................................ - 42 - d. Sites d’avis............................................................................................................................................... - 43 - C. Commercialisation ................................................................................................................................... - 43 - 1. Actions Marketing-comunication ............................................................................................................ - 43 - 2. Fidélisations des clients ........................................................................................................................... - 44 -Troisième Partie : Synthèse et bilan ............................................................................................................................ - 45 - A. Bilan personnel ............................................................................................................................................ - 45 - B. Lapplication des connaissances théoriques du Master 2 TICDT................................................................. - 45 - C. Recommandation ......................................................................................................................................... - 46 - Conclusion ............................................................................................................................................................... - 47 -Bibliographie ............................................................................................................................................................... - 48 -Sites Internet consultés ................................................................................................................................................ - 48 - Sites Web sur le e-Tourisme .................................................................................................................................... - 48 - Sites sur le Web marketing et réseaux sociaux ........................................................................................................ - 48 - Sites Web sur le référencement naturel.................................................................................................................... - 48 -Table des matières ....................................................................................................................................................... - 49 -Table des figures.......................................................................................................................................................... - 50 -Table des annexes ........................................................................................................................................................ - 51 - - 49 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011Table des figuresFigure 1 : Part des campings ayant un site Internet en Midi-Pyrénées .......................................................................... - 4 -Figure 2 : L’utilisation des outils du web 2.0 et les réseaux sociaux ............................................................................. - 5 -Figure 3 : Infographie du référencement ....................................................................................................................... - 8 -Figure 4 : Editeur HTML Note pad++ pour ladministration et la mise à jour des pages des sites............................. - 19 -Figure 5 : Editeur HTML en ligne : online-html-editor.org......................................................................................... - 20 -Figure 6 : Aperçu du site du Haget avant les modifications ........................................................................................ - 21 -Figure 7 : La page daccueil actuel du site du Haget.................................................................................................... - 22 -Figure 8 : Galerie photos de la page animation du Haget ............................................................................................ - 24 -Figure 9 : Page de la rubrique « REGION » du Haget................................................................................................. - 25 -Figure 10 : Page d’accueil du site du Domaine Arros au début du stage..................................................................... - 26 -Figure 11 : La page d’accueil actuel du site du Domaine Arros .................................................................................. - 28 -Figure 12 : Carte interactive Google Map associée à Street View (Domaine Arros) .................................................. - 29 -Figure 13 : Lieux à visiter dans le Gers aux alentours du Domaine Arros .................................................................. - 30 -Figure 14 : Lieux à visiter aux alentours du Domaine dans les Hautes-Pyrénées........................................................ - 30 -Figure 15 : Formulaire Google Documents (Domaine Arros) ..................................................................................... - 31 -Figure 16 : Formulaire de contact réalisé grâce à Google Documents (Domaine Arros) ............................................ - 31 -Figure 17 : Fréquentation du site du Haget.................................................................................................................. - 32 -Figure 18 : Les sources de trafic du site du Haget ....................................................................................................... - 32 -Figure 19 : Principales sources de trafic du site du Haget ........................................................................................... - 33 -Figure 20 : Tableau de bord de la fréquentation du site domainearros.com ................................................................ - 34 -Figure 21 : Sources de trafic du site domainearros.com .............................................................................................. - 34 -Figure 22 : Principales sources de trafic du site domainearros.com ............................................................................ - 35 -Figure 23 : Statistiques de la page Facebook du Château Le Haget ............................................................................ - 37 -Figure 24 : Données démographique de la page Facebook du Haget .......................................................................... - 37 -Figure 25 : Les publications les plus consultées de la page du Haget ......................................................................... - 38 -Figure 26 : Vue densemble des statistiques de la Page Domaine Arros...................................................................... - 38 -Figure 27 : Données démographique de la page Facebook du Domaine Arros ........................................................... - 39 -Figure 28 : Publication les plus consultées de la page Facebook du Domaine Arros .................................................. - 39 -Figure 29 : Vue densemble de la chaîne Youtube du Haget ....................................................................................... - 41 -Figure 30 : Vue densemble de laudience de la chaîne Youtube du Domaine Arros................................................... - 42 - - 50 -
    • Master 2 TIC dans Développement Territorial Septembre 2011Table des annexes 1. Organigramme de la CCI du Gers 2. Proposition de stage e-Tourisme 3. Plan d’actions Château Le Haget – Première version 4. Plan d’actions Domaine Arros – Première version 5. Plan d’actions Château Le Haget – Version finale 6. Plan d’actions Domaine Arros – Version finale 7. Bilan économique du Gers de l’année 2010 8. « Le château du Haget mise sur le e-tourisme » – Article du Quotidien Sud Ouest – Mai 2010 9. « Je ne me couche pas avant davoir actualisé mes sites » - Article du Quotidien Sud Ouest – Avril 2011 – Domaine Arros 10. Réseaux sociaux : le tourisme surfe sur le Web 2.0, Les nouveaux défis du voyage d’affaires - STÉPHANIE SALTI – Les Echos – 20 Septembre 2011 - 51 -
    • Organigramme C.C.I - Gers Développement - Formation Laure LACOURT Evelyne RUFFIER Responsable qualité Assistante Qualité Laure LACOURTResponsable des Finances ESPACE ENTREPRENDRE EN France et du Patrimoine Christine AVRIL Conseiller dEntreprise Françoise BRANET Morgane VERGLAS Animateur Filières et Réseaux Sophie MONTELIEU Responsable du Service Appui chargée de formalités aux entreprises Marie Stéphane CAZALS Audrey FIEVET Animateurs Christine BACQUÉ Véronique FLORES Chargées daccueil et de Formalités Grégory MERELO Evelyne DEBENT - Animateur Responsable Projets Développement Emploi Compétence Aménagement Territoire Frédéric GALOPIN Martine SABATHIER Catherine MAIRE Manager de Centre Ville Animateur Responsable de lInformation Economique, Pascale DARRÉ Chef de projet GRC Directeur Général Kyriaki PANAGIOTAKI - Michel DEBORD Assistants Chef de projet Responsable des projets Juan Manuel MORA REY - Assistant à la coordination de projets Européens Rafael MORENO PERALTO - Chef de projets Luc SERIS Responsable Cyril LAPART - Adjoint au Responsable des Systèmes dInformation des Systèmes Nicolas SOUREIL - Assistant Formation Pyramide dInformation Brigitte MENASPA Evelyne RUFFIER - Assistante Responsable du Anne-Marie FABAS - Dominique ROZES Service Administration Secrétaires CCI FORMATION Claudie LARANE - Nathalie SARRERE - Secrétaires Assistantes Valérie MINAULT-VALADIE Responsable Formation Services Extérieurs ou Associés CRITT AGRO/CTCPA Grégoire CORDIER Mireille BARREAU - Responsable Administratif et Financier Responsable de site Gers Développement Guillaume SAQUET - Chargé dAffaires Gers Développement Pascale DARRÉ Jean-Michel JUSTUMUS - Chargé daffaires Gers Développement - Directeur de Site Délégué Général Paule BECHOT - Développeur Economique Romain BILOWUS - Développeur Economique JUILLET 2011
    • Offre de stage OBJET DU STAGEIntitulé du stage : Chargé/e de mission pour le développement de la visibilité sur le Net desentreprises touristiques gersoisesThème du stage : suivi du développement de la communication sur Internet de 2 ou 3 entreprisesProjet concerné : Nouveaux projets d’entreprise gersoiseEcoles et formations ciblées : Université de Toulouse Le Mirail – communication WEBRésultat attendu à lissue du stage : Mise en œuvre d’un plan d’action Web communication dans ledomaine du tourisme DESCRIPTIF ACTIONLe stage aura lieu au sein du service des projets du CEEI Gers Gascogne pour le compte de 2 ou 3entreprise gersoise du secteur tourisme et quelques jours au sein des ces entreprises (planning àaffiner avec les chefs d’entreprise).Missions principales : - Rédiger et Mettre en œuvre 1 plan daction e- tourisme (accroître la visibilité sur le net : référencement naturel, site Internet, réseaux sociaux) - Réfléchir à une organisation de travail pérenne pour lanimation en ligne - Former les équipes en interne à l’organisation mise en place et à lanimation en ligneDescription des activités du stagiaire :1. Découvrir lentreprise et son projet2. Rédiger un plan de travail en accord avec le projet de lentreprise pour la période du stage (tâche,objectifs, résultats).3. Réaliser le plan de travail validé par lentreprise et le CEEI/CCI4. Animation dun intranet de travail collaboratif5. Rédiger un mémoire de stage à présenter à lentreprise et au CEEI/CCIEncadrement :Il y aura un référent au sein de l’équipe du service projets du CEEI/CCI et un autre référent au sein del’entreprise suivie. Des réunions hebdomadaires seront réalisées dans les locaux du CEEI GersGascogne entre le stagiaire, le référent du service projets du CEEI et le référent de l’entreprise suiviepour évaluer l’avancement du projet d’entreprise.Lieux de travail :CEEI Gers Gascogne à raison de 4 jours 1/2 par semaine (Zone de lHippodrome, 6, Rue RogerSalengro, 32000 Auch).Au sein de l’entreprise à raison d’1/2 journée par semaine.Le planning pourra être revu en fonction de l’éloignement des entreprises (1j tous les 15j en entreprise)Déplacements ponctuels.Profil demandé : BAC+4 ou supérieur.Afin d’assurer le succès de votre stage, nous exigeons impérativement des candidats :- Capacité d’animation et de rigueur- Autonomie dans le travail- Capacité à travailler de façon autonome et en équipe- Maîtrise de l’anglais (Parlé, écrit, lu)- Maîtrise de l’outil informatique,- Permis de conduire, Licence BDurée prévue : 6 mois (minimum 5 mois) Indemnisation : 30% du SMIC + tickets restaurantPériode souhaitée : Avril - Septembre 2011Merci d’envoyer votre lettre de motivation et CV, uniquement par mail, à :Juan Manuel MORA REY : jm.morarey@gers.cci.frPersonne contact: Juan Manuel MORA REY : jm.morarey@gers.cci.fr
    • 352326,7,21 8 3/$1 ·$&7,216 (7285,60( /( +$*(7 $FWLRQV 4XL 2XWLOV %XGJHW 3ULRULVpHV$77,5(56(8,5(6,7(  GH 3KRWRV SRXU OHV SDUWLHV +{WHO HW 35(67$7$,5(  9286 VL *5$78,7*URXSHV  GHV JDOHULHV SKRWRV FRPPH YRXV SRXYH] DYRLU OD PDLQSRXU OHV DXWUHV UXEULTXHV(QOHYHU OHV $FWXDOLWpV GX &KkWHDX TXL QH 35(67$7$,5(  9286 VL *5$78,7VRQW SDV j MRXU HW UHPSODFHU YRXV SRXYH] DYRLU OD PDLQO·HPSODFHPHQW DYHF OH OLHQ YHUV OD SDJH)DFHERRN0HWWUH OHV /RJRV :(% VXU OD SDJH 35(67$7$,5(  9286 VL *5$78,7G·DFFXHLO  7ULS$GYLVRU )OLFNU <RXWXEH YRXV SRXYH] DYRLU OD PDLQSRXU XQH SOXV JUDQGH LQWHUDFWLYLWp TXDQGOHV FRPSWHV VHURQW FUppV0HWWUH OHV DXWUHV ORJRV SUpVHQWV VXU OD 35(67$7$,5(  9286 VL *5$78,7SDJH G·DFFXHLO SOXV KDXW DX FHQWUH SRXU YRXV SRXYH] DYRLU OD PDLQXQH PHLOOHXUH YLVLELOLWp HW pYLWHU jO·LQWHUQDXWH GH WURS VFUROOHU$MRXWHU OHV ORJRV HW OHV OLHQV GHV &OXEV 35(67$7$,5(  9286 VL *5$78,77KpPDWLTXHV GX &7/ DX[TXHOV YRXV YRXV SRXYH] DYRLU OD PDLQDSSDUWHQH] VLWHV GpGLpV GX &7/
    • 3RXU OD SDUWLH UHVWDXUDQW  DMRXWHU SHXW 35(67$7$,5(  9286 VL *5$78,7rWUH GHV H[HPSOHV GH PHQXV YRXV SRXYH] DYRLU OD PDLQ5(6($8; 62&,$8; (7 ( 5(387$7,21 )OLFNU j FUpHU
    • ([HPSOH j VXLYUH VXU OD 9286 )LFKH RXWLOV MRLQWH *5$78,7PpWKRGH OHV WH[WHV GH SUpVHQWDWLRQ KWWSZZZIOLFNUFRPSKRWRVORJLVGXJHUV7ULSDGYLVRU SDJH j FUpHU ELHQ VXLYUH HW 9286 )LFKH RXWLOV MRLQWH *5$78,7UpSRQGUH DX[ FRPPHQWDLUHV
    • ,QVFULYH]YRXV VXU OHV DXWUHV VLWHV G·DYLV  9286 KWWSZHEORJ]RRYHUI *5$78,7SRXU LQIR OH *XLGH GH O·+{WHOLHU SXEOLp USURJXLGHKRWHOLHUSDU =RRYHU LVPRLR 9LQLYL 6·LQVFULUH VXU OHV DXWUHV RXWLOV *RRJOH YLD 9286 *5$78,7YRWUH FRPSWH *RRJOH  *RRJOH DQDOWLFV VWDWLVWLTXHV GH IUpTXHQWDWLRQ GX VLWH
    • *RRJOH $OHUWHV ( 5pSXWDWLRQ
    •  YRXVHQYRLH XQ PDLO j FKDTXH IRLV TX·RQ SDUOHGH YRXV VXU OH QHW 1
    • <RXWXEH pPH SOXV JURV PRWHXU GH 35(67$7$,5(  9286 ([HPSOHV  /D %DVWLGH $ (7(50,1(5UHFKHUFKH GDQV OH PRQGH DSUqV *RRJOH
    •  GH /DVVDOOH 6(/21IDLUH R IDLUH IDLUH XQH YLGpR GX GRPDLQH KWWSZZZRXWXEHF ,17(59(17R G·XQ pYpQHPHQW VXU OH GRPDLQH HW OD RPZDWFK"Y FFK0NZ ,21 ·81PHWWUH HQ OLJQH VXU <RXWXEH 288 35(67$7$, RPDLQH /H &DVWDJQp 5( RIIUH KWWSZZZRXWXEHF SRXU OHV RPZDWFK"Y +9K7PP 7DEOHV GX 8:I0 *HUV  FRQWDFWHU 0DULH 6WpSKDQH
    • 5(15( 6(59,&(75$16)250(5/$ &200(5&,$/,6$7,21   0HWWUH OH ERXWRQ © 5(6(59(= ª 9286 &RQWDFW (FUDQ &RPPLVVLRQV j GH OD &HQWUDOH GH 5pVHUYDWLRQ 0XOWLWDX[ HW © %RXWRQ UHYHUVHU  DX OLHX /RJLV VXU YRWUH SDJH G·DFFXHLO 5pVHUYH] ª  -HDQ GH  HW  j OD )UDQoRLV 3pQDUG    GHPDQGH     0HWWUH GHV FKDPEUHV HQ OLJQH VXU 9286 $LGH SRXU PHWWUH OHV *5$78,7 OD &HQWUDOH GH 5pVHUYDWLRQ /RJLV FKDPEUHV HQ OLJQH OHV WDULIV  OD OLJQH K{WHOLHUV  -HDQ+XJXHV 0LODUG      ),(/,6(5(15,&+,5 9275( ),&+,(5 &/,(171RXV YRXV SUpFRQLVRQV OD IRUPDWLRQ 9286 3URJUDPPH GHV ½ +7© 7UDQVIRUPHU XQ FRQWDFW ,QWHUQHW HQ IRUPDWLRQV MRLQWFOLHQW ª(6 $77(17,216 $8; &/,(176  HPDLO GH 9286 *5$78,7UHPHUFLHPHQWV DSUqV OH GpSDUW HQ LQYLWDQWj GRQQHU VRQ DYLV VRQ 7ULS$GYLVRU«/HV RXWLOV GX :HE VHURQW pJDOHPHQWGHV RXWLOV GH ILGpOLVDWLRQ HW GHSURVSHFWLRQ
    • TXL SHUPHWWURQW DX[ FOLHQWVGH SDUWDJHU GH V·H[SULPHU PDLV DXVVLG·rWUH LQIRUPpV GHV QRXYHDXWpV 2
    • 352326,7,21 8 3/$1 ·$&7,216 (7285,60( 20$,1( $5526 $FWLRQV 4XL 2XWLOV %XGJHW 3ULRULVpHV$77,5(56(8,5(6,7(  GH 3KRWRV HW GHV SKRWRV FLEOpHV GH 35(67$7$,5(  9286 VL *5$78,7JUDQGH TXDOLWp  GH 7H[WH YRXV SRXYH] DYRLU OD PDLQ1RXV YRXV SUpFRQLVRQV OD IRUPDWLRQ© 2UJDQLVHU VRQ 2IIUH 3URGXLW VXU 9286 3URJUDPPH GHV ½ +7,QWHUQHW ª IRUPDWLRQV MRLQW$MRXWHU OHV /RJRV :(% VXU OD SDJH 35(67$7$,5( *5$78,7G·DFFXHLO  )DFHERRN 7ZLWWHU7ULS$GYLVRU )OLFNU SRXU XQH SOXV JUDQGHLQWHUDFWLYLWp$MRXWHU GHV /LHQV YHUV OH VLWH GX &7/ 35(67$7$,5(  9286 %RvWH j 2XWLOV HW )LFKH *5$78,7 IOX[ UVV DFWXV OLHQ YHUV OH VLWH *UDQG ,QIR 1HZV %RQV 3ODQV3XEOLF KWWSZZZWRXULVPHJHUVFRP  MRLQWVOLHQ YHUV O·DERQQHPHQW j OD QHZVOHWWHUGHV %RQV 3ODQV KWWSZZZWRXULVPHJHUVFRPJHUVYDFDQFHV%RQSODQGDUWDJQDQDVS5DSSHO  WRXV YRV FRQWDFWV DX &7/ KWWSZZZWRXULVPHJHUVFRPIUFHQWUHUHVVRXUFHVYRVFRQWDFWVFGWODVS/LHQ YHUV OD 0pWpR VXU OD SDJH G·DFFXHLO VHUYLFH  DX[ FOLHQWV 35(67$7$,5( *5$78,7$MRXWHU GHV OLHQV SDUWHQDLUHV OLpV DX7RXULVPH  7DEOHV GX *HUV FRQWDFW 0DULH 35(67$7$,5(  9286 *5$78,76WpSKDQH &D]DOV j OD &&,
    • «7RXMRXUV SRXU SOXV GH YLVLELOLWp  SOXV LO D GH OLHQV HQWUDQWV HW VRUWDQWV GH YRWUHVLWH SOXV YRXV rWHV YLVLEOH5(6($8; 62&,$8; (7 ( 5(387$7,21 )DFHERRN j GpYHORSSHU HW j VXLYUH ² 9286 )LFKH 2XWLOV MRLQWH *5$78,7GpILQLWLRQ G·XQH VWUDWpJLH
    • 9RXV GHYH] WUDQVIpUHU OHV DPLV GH YRWUHSURILO VXU YRWUH SDJH IDQ RPDLQH GHO·$UURV1RXV YRXV SUpFRQLVRQV OD IRUPDWLRQ© pYHORSSHU VD FOLHQWqOH SDU OH ELDLV GHV 9286 3URJUDPPH GHV ½ +7UpVHDX[ VRFLDX[ ª IRUPDWLRQV MRLQW)OLFNU j FUpHU
    • ([HPSOH j VXLYUH VXU ODPpWKRGH OHV WH[WHV GH SUpVHQWDWLRQ  9286 )LFKH 2XWLOV MRLQWH *5$78,7KWWSZZZIOLFNUFRPSKRWRVORJLVGXJHUV 1
    • 7ULSDGYLVRU j VXLYUH HW ELHQ UpSRQGUH 9286 )LFKH 2XWLOV MRLQWH *5$78,7DX[ FRPPHQWDLUHV
    • ,QVFULYH]YRXV VXU OHV DXWUHV VLWHV G·DYLV  9286 KWWSZHEORJ]RRYHUI *5$78,7=RRYHU TXL D SXEOLp OH *XLGH O·+{WHOLHU USURJXLGHKRWHOLHULVPRLR 9LQLYL 6·LQVFULUH VXU OHV RXWLOV *RRJOH YLD YRWUHFRPSWH *RRJOH  *RRJOH DQDOWLFV 9286 *5$78,7 VWDWLVWLTXHV GH IUpTXHQWDWLRQ GX VLWH
    • *RRJOH 0DS *RRJOH $GUHVV LQGLVSHQVDEOHSRXU OH UpIpUHQFHPHQW FDU OHV UHFKHUFKHVVH IRQW GH  HQ  YLD OHV PRELOHV HW GH HQ  JpRORFDOLVpHV
    •  *RRJOH $OHUWHV (5pSXWDWLRQ
    • <RXWXEH pPH SOXV JURV PRWHXU GHUHFKHUFKH GDQV OH PRQGH DSUqV *RRJOH
    •  35(67$7$,5(  9286 ([HPSOHV  /D %DVWLGH $ (7(50,1(5 VLIDLUH R IDLUH IDLUH XQH YLGpR GX GRPDLQH GH /DVVDOOH IDLW SDU XQR G·XQ pYpQHPHQW VXU OH GRPDLQH HW OD KWWSZZZRXWXEHF SURIHVVLRQQHOPHWWUH HQ OLJQH VXU <RXWXEH RPZDWFK"Y FFK0NZ 288 RPDLQH /H &DVWDJQp KWWSZZZRXWXEHF RPZDWFK"Y +9K7PP 8:I05(15( 6(59,&(75$16)250(5/$ &200(5&,$/,6$7,21   &RIIUHWV &DGHDX[ 9286 ([HPSOH  © &RIIUHW &RPPLVVLRQV j1RXV YRXV LQYLWRQV D pWXGLHU FHWWH IRUPH (VSULW =HQ ª UHYHUVHUGH FRPPHUFLDOLVDWLRQ KWWSZZZVPDUWER[ FRPIUQRV VPDUWER[ELHQ HWUHFRIIUHWFDGHDX HVSULW]HQWKWPO  3UpVHQFH VXU OHV 0LQLV VLWHV &7/ 9286 &I &RQWDFWV &7/ *5$78,7  3DUWLFLSDWLRQV j OD 1HZV /HWWHU GRQQpV SOXV KDXW /HV %RQV 3ODQV GX &7/  6H UDSSURFKHU GX &7  YX TXH 9286 *5$78,7 YRXV rWHV SURFKH GH FH WHUULWRLUH  6H UDSSURFKHU GHV &OXEV VSRUWLIV GHV GpSDUWHPHQWV OLPLWURSKHV  YHLOOH ,QWHUQHW SKRQLQJ  )DLUH XQH DFWLRQ GH SURPRWLRQ HQ 9286  35(67$7$,5( $ (7(50,1(5  OLJQH ELHQ FLEOpH YLD YRWUH VLWH H 3(87 (75( PDLOLQJ 3ULYLOpJLHU OHV FLEOHV  *5$78,7 6, VpPLQDLUHV VSRUWLIV VpPLQDLUHV 5($/,6$7,21 3$5 G·DIIDLUHV HW OHV SDUWLFXOLHUV SRXU 926 62,16 OHV :( j WUDYHUV XQH DGKpVLRQ DX[ FRIIUHWV FDGHDX[ SRXU FHWWH GHUQLqUH FLEOH
    •   5HFKHUFKH GH SDUWHQDULDWV &(
    • 2
    • SRXU GpYHORSSHU O·DFWLYLWp IRUPDWLRQV HW VpPLQDLUHV1RXV YRXV SUpFRQLVRQV OD IRUPDWLRQ 9286 3URJUDPPH GHV ½ +7© &RQWU{OHU HW PHVXUHU VHV DFWLRQV IRUPDWLRQV MRLQW0DUNHWLQJ VXU ,QWHUQHW ª),(/,6(5&5((5 81 ),&+,(5 &/,(17 9286 &DOHQGULHU IRUPDWLRQV  ½ +7  MRXUV1RXV YRXV SUpFRQLVRQV OD IRUPDWLRQ MRLQW© ([FHO 3HUIHFWLRQQHPHQW ª(6 $77(17,216 $8; &/,(176  HPDLO GH 9286 *5$78,7UHPHUFLHPHQWV DSUqV OH GpSDUW HQ LQYLWDQWj GRQQHU VRQ DYLV VRQ 7ULS$GYLVRU«/HV RXWLOV GX :HE VHURQW pJDOHPHQWGHV RXWLOV GH ILGpOLVDWLRQ HW GHSURVSHFWLRQ
    • TXL SHUPHWWURQW DX[ FOLHQWVGH SDUWDJHU GH V·H[SULPHU PDLV DXVVLG·rWUH LQIRUPp GHV QRXYHDXWpV)$,5( (6 (0$,/,1*6  9286  35(67$7$,5( $&+$7 ·813RXU FHOD VH SRVHU OHV TXHVWLRQV /2*,&,(/VXLYDQWHV  ·(0$,/,1*  4XHOOH VRXUFH GH FROOHFWH  7HFKQLTXH GH PLVH j MRXU GX ILFKLHU  1LYHDX GH TXDOLILFDWLRQ FLEODJH GHV DGUHVVHV GX ILFKLHU "  )UpTXHQFH G·HQYRL  QLYHDX GH SUHVVLRQ PDUNHWLQJ "  0pWKRGH GH PLVHV j MRXU GpVDERQQHPHQWV«
    •  5pDOLVDWLRQ GX VXSSRUW 3
    • 3/$1 ·$&7,216 (7285,60( &KkWHDX OH +DJHW ,EUDKLPD ,$//2 $YULO j 6HSWHPEUH I) Le Sitea) Propositions et bonnes pratiques à valider avec le chef d’entreprise : • 0HWWUH HQ YDOHXU OHV ORJRV GHV SDUWHQDLUHV  &7 &OXEV WKpPDWLTXHV • 0HWWUH HQ YDOHXU OHV ORJRV GHV UpVHDX[ VRFLDX[ o )DFHERRN ,QWpJUHU O·RXWLO /LNH ER[ DLPHU OD SDJH )DFHERRN j SDUWLU GX VLWH
    • o 7ULSDGYLVRU ,QWpJUHU O·RXWLO G·DYLV j SDUWLU GX VLWH
    • XQH IRLV OH FRPSWH FUpp o )OLFNU • (QOHYHU OHV DFWXDOLWpV GX &KkWHDX TXL QH VRQW SDV j MRXU HW UHPSODFHU O·HPSODFHPHQW DYHF OH OLHQ YHUV OD SDJH )DFHERRN • $MRXWHU XQH UXEULTXH *DOHULH 3KRWRV $YHF )OLFNU
    • • $MRXWHU XQH UXEULTXH 9LGpRWKqTXH $YHF <RXWXEH RX DLOPRWLRQ
    • 6LWHV GH UpIpUHQFH HW ERQQHV SUDWLTXHV RPDLQH GH /DUFKH  • %DUUH GHV UXEULTXHV UHJURXSHU SDU WKqPH
    • • 3KRWRV GH TXDOLWp KpEHUJHU VXU )OLFNU GpILODQW VXU FKDTXH SDJH GX VLWH • 3KRWRWKqTXH KpEHUJp VXU )OLFNU $OEXP 3DQRUDPLTXH
    • • HVFULSWLRQ EUqYH GHV FRQWHQXV DYHF SOXV GH SKRWRV
    • RPDLQH GHV 2UPHV • 7pOpFKDUJHU OHV EURFKXUHV HQ SGI • 9LGpRV • 3KRWRVb) Autres Propositions issues du plan d’action proposé par la CCI • $MRXWHU OHV /RJRV :(% VXU OD SDJH G·DFFXHLO   )DFHERRN  7ZLWWHU  7ULS$GYLVRU  )OLFNU  <RXWXEH  j FUpHU HW j DGPLQLVWUHU
    • SRXU XQH SOXV JUDQGH LQWHUDFWLYLWp0HWWUH OHV ORJRV *UDQG VLWH 3HWLW )XWp«
    • SOXV DX FHQWUH VXU OD SDJH G·DFFXHLOSRXU SOXV GH YLVLELOLWp HW pYLWHU j O·LQWHUQDXWH GH VFUROOHU3DUWLH UHVWDXUDQW  DMRXWHU GHV H[HPSOHV GH PHQXV DYHF GHV SKRWRV$MRXWHU GHV /LHQV YHUV OH VLWH GX &7/ IOX[ UVV DFWXV OLHQ YHUV OH VLWH *UDQG3XEOLF KWWSZZZWRXULVPHJHUVFRP  OLHQ YHUV O·DERQQHPHQW j OD QHZVOHWWHU GHV%RQV 3ODQV KWWSZZZWRXULVPHJHUVFRPJHUVYDFDQFHV%RQSODQGDUWDJQDQDVS5DSSHO  WRXV YRV FRQWDFWV DX &7/ KWWSZZZWRXULVPHJHUVFRPIUFHQWUHUHVVRXUFHVYRVFRQWDFWVFGWODVSZZZFJIU SRXU OD FOLHQWqOH ORFDOH
    • /LHQ YHUV OD 0pWpR VXU OD SDJH G·DFFXHLO VHUYLFH  DX[ FOLHQWV)0HWWUH GHV OLHQV VXU OHV SDJHV HQ IRQFWLRQ GHV WKpPDWLTXHV VLWHV GpGLpV GX &7/
    • II) 5(6($8; 62&,$8; (7 ( 5(387$7,21 )DFHERRN  ,QWpJUHU VXU OD SDJH GHV DSSOLFDWLRQV  ƒ *RRJOH 0DS /RFDOLVDWLRQ GX FKkWHDX j SDUWLU GH OD SDJH )DFHERRN
    • ƒ )OLFNU 3DUWDJHU OHV SKRWRV GX FRPSWH )OLFNU VXU OD SDJH
    • ƒ 5pVHUYDWLRQ ,QWpJUHU OD SDJH UpVHUYDWLRQ GX VLWH VXU OD SDJH )DFHERRN
    • ƒ <RXWXEH 0HWWUH OHV YLGpRV GH <RXWXEH VXU OD SDJH )DFHERRN
    • )OLFNU j FUpHU
    • ([HPSOH j VXLYUH VXU OD PpWKRGH OHV WH[WHV GH SUpVHQWDWLRQ KWWSZZZIOLFNUFRPSKRWRVORJLVGXJHUV7ULSDGYLVRU j DGPLQLVWUHU
    • 9pULILFDWLRQ GHV LQVFULSWLRQV VXU OHV DXWUHV VLWHV G·DYLV  =RRYHU TXL D SXEOLp OH*XLGH O·+{WHOLHU
    • LVPRLR j FUpHU
    • 9LQLYL j FUpHU
    • • *RRJOH  6·LQVFULUH VXU OHV RXWLOV *RRJOH YLD YRWUH FRPSWH *RRJOH  *RRJOH DQDOWLFV VWDWLVWLTXHV GH IUpTXHQWDWLRQ GX VLWH
    •  *RRJOH 0DS *RRJOH $GUHVVH LQGLVSHQVDEOH SRXU OH UpIpUHQFHPHQW FDU OHV UHFKHUFKHV VH IRQW GH  HQ  YLD OHV PRELOHV HW GH  HQ  JpRORFDOLVpHV
    •  *RRJOH $OHUWHV ( 5pSXWDWLRQ
    • • 3DUWLH JpRPDQWLTXH  j GpYHORSSHU 5pIpUHQFHU G·DYDQWDJH O·HQWUHSULVH VXU *RRJOH • <RXWXEH &RPSWH j FUpHU HW j DGPLQLVWUHU
    • pPH SOXV JURV PRWHXU GH UHFKHUFKH GDQV OH PRQGH DSUqV *RRJOH  IDLUH R IDLUH IDLUH XQH YLGpR GX FKkWHDX R G·XQ pYpQHPHQW VXU OH FKkWHDX HW OD PHWWUH HQ OLJQH VXU <RXWXEH • 9pULILFDWLRQ GHV LQVFULSWLRQV VXU OHV DXWUHV VLWHV TXL UpSHUWRULHQW OHV FDPSLQJV SRXU YDORULVHU FH WSH G·KpEHUJHPHQW III) Commercialisation : D $FWLRQV 0DUNHUWLQJFRPXQLFDWLRQ  0HWWUH OH ERXWRQ © 5(6(59(= ª GH OD &HQWUDOH GH 5pVHUYDWLRQ /RJLV VXU YRWUH SDJH G·DFFXHLO $SSHOHU -HDQ+XJXHV 0LODUG       0HWWUH GHV FKDPEUHV HQ OLJQH HW GHV IRUIDLWV :HHN HQG *RXUPDQG
    • VXU OD &HQWUDOH GH 5pVHUYDWLRQ /RJLV  5pIOpFKLU j XQH DGKpVLRQ j O·(FUDQ 0XOWLWDX[ /RJLV &RQWDFW -HDQ )UDQoRLV 3pQDUG       9HLOOH VXU OD FRPPHUFLDOLVDWLRQ GHV UpFHSWLRQV SULYpHV  o 0DULDJH o *URXSH2XWLOV GX &7/  ƒ 3UpVHQFH VXU OHV 0LQLV VLWHV &7/ j YpULILHU VHORQ OHV &OXEV G·DSSDUWHQDQFH ƒ 3DUWLFLSDWLRQV j OD 1HZV /HWWHU /HV %RQV 3ODQV GX &7/(QTXrWH FOLHQWqOH  5pDOLVDWLRQ G·XQH HQTXrWH FOLHQWqOH HQ MXLOOHWDR€W VXU SODFH UpDOLVDWLRQ G·XQ TXHVWLRQQDLUH HQTXrWH WHUUDLQ SUpYXH HQ MXLOOHWDR€W UHQGX GHVUpVXOWDWV ILFKLHU FOLHQW TXDOLILp
    • ),&+,(5 &/,(17(ODERUDWLRQ G·XQH ILFKH FOLHQW j IDLUH UHPSOLU SDU OH FOLHQW DX PRPHQW GX GpSDUWSRXU UpFXSpUHU WRXWH O·LQIRUPDWLRQ&UpDWLRQ G·XQH EDVH GH GRQQpHV TXDOLILpH HW VHJPHQWpHb) Fidélisations des clients :
    • • (6 $77(17,216 $8; &/,(176 (PDLO GH UHPHUFLHPHQWV DSUqV OH GpSDUW HQ LQYLWDQW j GRQQHU VRQ DYLV VRQ7ULS$GYLVRU j DLPHU OD SDJH )DFHERRN GX FKkWHDX OH +DJHW/HV RXWLOV GX :HE VHURQW pJDOHPHQW GHV RXWLOV GH ILGpOLVDWLRQ HW GH SURVSHFWLRQ
    • TXL SHUPHWWURQW DX[ FOLHQWV GH SDUWDJHU GH V·H[SULPHU PDLV DXVVL G·rWUH LQIRUPpVGHV QRXYHDXWpV
    • 3/$1 ·$&7,216 (7285,60( 20$,1( $5526 ,EUDKLPD ,$//2 $YULO j VHSWHPEUH I) Le Sitea) Propositions et bonnes pratiques à valider avec le chef d’entreprise : • 5HYRLU O·DUERUHVFHQFH GX VLWH OD SHUWLQHQFH GHV UXEULTXHV • 0HWWUH HQ YDOHXU OHV ORJRV GHV SDUWHQDLUHV : &7 VLWHV WRXULVWLTXHV SURFKHV HW SDUWHQDLUHV OHV 7DEOHV GX *HUV • 0HWWUH HQ YDOHXU OHV ORJRV GHV UpVHDX[ VRFLDX[ o )DFHERRN ,QWpJUHU O·RXWLO /LNH ER[ DLPHU OD SDJH )DFHERRN j SDUWLU GX VLWH
    • o 7ULSDGYLVRU ,QWpJUHU O·RXWLO G·DYLV j SDUWLU GX VLWH
    • • 3DJH FRQWDFW$FFqV  FDUWH *RRJOH 0DS j PHWWUH HQ YDOHXU • 3UpVHQWDWLRQ *vWHV 7DEOH G·K{WH &KDPEUH
    •  6L SUpVHQFH GHV ORJRV YpULILFDWLRQ GHV OLHQV VRUWDQWV HW GHPDQGHU R YpULILHU OD UpFLSURTXH *vWHV GH )UDQFH
    • • +pEHUJHPHQW /HV IRUPXOHV G·KpEHUJHPHQW
    • • $MRXWHU XQH UXEULTXH © $FWLYLWpV ª GX GRPDLQH • $MRXWHU XQH UXEULTXH *DOHULH 3KRWRV $YHF )OLFNU
    • • $MRXWHU XQH UXEULTXH 9LGpRWKqTXH $YHF <RXWXEH RX DLOPRWLRQ)6LWHV GH UpIpUHQFH HW ERQQHV SUDWLTXHV RPDLQH GH /DUFKH  • %DUUH GHV UXEULTXHV UHJURXSHU SDU WKqPH
    • • 3KRWRV GH TXDOLWp KpEHUJHU VXU )OLFNU GpILODQW VXU FKDTXH SDJH GX VLWH • 3KRWRWKqTXH KpEHUJp VXU )OLFNU $OEXP 3DQRUDPLTXH
    • • HVFULSWLRQ EUqYH GHV FRQWHQXV DYHF SOXV GH SKRWRVRPDLQH GHV 2UPHV • 7pOpFKDUJHU OHV EURFKXUHV HQ SGI • 9LGpRV
    • • 3KRWRVb) Autres Propositions issues du plan d’action proposé par la CCI • $MRXWHU OHV /RJRV :(% VXU OD SDJH G·DFFXHLO   )DFHERRN &RQYHUWLU OH SURILO GX FKHI G·HQWUHSULVH HQ SDJH IDQ
    •  7ZLWWHU  j FUpHU
    •  7ULS$GYLVRU  j DGPLQLVWUHU
    •  )OLFNU  j FUpHU
    •  <RXWXEH  j FUpHU
    • SRXU XQH SOXV JUDQGH LQWHUDFWLYLWp$MRXWHU GHV /LHQV YHUV OH VLWH GX &7/ IOX[ UVV DFWXV OLHQ YHUV OH VLWH *UDQG3XEOLF KWWSZZZWRXULVPHJHUVFRP  OLHQ YHUV O·DERQQHPHQW j OD QHZVOHWWHU GHV%RQV 3ODQV KWWSZZZWRXULVPHJHUVFRPJHUVYDFDQFHV%RQSODQGDUWDJQDQDVS5DSSHO  WRXV YRV FRQWDFWV DX &7/ KWWSZZZWRXULVPHJHUVFRPIUFHQWUHUHVVRXUFHVYRVFRQWDFWVFGWODVSZZZFJIU SRXU OD FOLHQWqOH ORFDOH
    • • /LHQ YHUV OD 0pWpR VXU OD SDJH G·DFFXHLO VHUYLFH  DX[ FOLHQWV) • 8WLOLVHU *RRJOH 0DS SRXU OH SODQ G·DFFqV$MRXWHU GHV OLHQV SDUWHQDLUHV  27 OH SOXV SURFKH « WRXMRXUV SRXU SOXV GHYLVLELOLWp  SOXV LO D GH OLHQV HQWUDQWV HW VRUWDQWV GH YRWUH VLWH SOXV YRXV rWHVYLVLEOH0HWWUH GHV OLHQV VXU OHV SDJHV HQ IRQFWLRQ GHV WKpPDWLTXHV VLWHV GpGLpV GX &7/
    • II) 5(6($8; 62&,$8; (7 ( 5(387$7,21 )DFHERRN  ,QWpJUHU VXU OD SDJH GHV DSSOLFDWLRQV  ƒ *RRJOH 0DS /RFDOLVDWLRQ GX GRPDLQH j SDUWLU GH OD SDJH )DFHERRN
    • ƒ )OLFNU 3DUWDJHU OHV SKRWRV GX FRPSWH )OLFNU VXU OD SDJH
    • ƒ 5pVHUYDWLRQ ,QWpJUHU OD SDJH UpVHUYDWLRQ GX VLWH VXU OD SDJH )DFHERRN
    • ƒ <RXWXEH 0HWWUH OHV YLGpRV GH <RXWXEH VXU OD SDJH )DFHERRN
    • )OLFNU j FUpHU
    • ([HPSOH j VXLYUH VXU OD PpWKRGH OHV WH[WHV GH SUpVHQWDWLRQ KWWSZZZIOLFNUFRPSKRWRVORJLVGXJHUV7ULSDGYLVRU j FUpHU
    • ,QVFULSWLRQ VXU OHV DXWUHV VLWHV G·DYLV  =RRYHU TXL D SXEOLp OH *XLGH O·+{WHOLHULVPRLR j FUpHU
    • 9LQLYL j FUpHU
    • • *RRJOH  • 6·LQVFULUH VXU OHV RXWLOV *RRJOH YLD YRWUH FRPSWH *RRJOH  *RRJOH DQDOWLFV VWDWLVWLTXHV GH IUpTXHQWDWLRQ GX VLWH
    •  *RRJOH 0DS *RRJOH $GUHVVH LQGLVSHQVDEOH SRXU OH UpIpUHQFHPHQW FDU OHV UHFKHUFKHV VH IRQW GH  HQ  YLD OHV PRELOHV HW GH  HQ  JpRORFDOLVpHV
    •  *RRJOH $OHUWHV ( 5pSXWDWLRQ
    • • <RXWXEH &RPSWH j FUpHU HW j DGPLQLVWUHU
    • pPH SOXV JURV PRWHXU GH UHFKHUFKH GDQV OH PRQGH DSUqV *RRJOH  IDLUH R IDLUH IDLUH XQH YLGpR GX GRPDLQH R G·XQ pYpQHPHQW VXU OH GRPDLQH HW OD PHWWUH HQ OLJQH VXU <RXWXEH III) Commercialisation : a) Actions Marketing-comunication&RIIUHWV &DGHDX[ 1RXV YRXV LQYLWRQV j pWXGLHU FHWWH IRUPH GH FRPPHUFLDOLVDWLRQ:RQGHU ER[ DNRWD ER[6PDUW ER[ +DSS %R[%LR %R[&KkWHDX[ +{WHOV:HHNHQG FKDPEUHV G·K{WHV:HHN HQG 7RXUŽĨĨƌĞƚ /ŶĨŝŶŝ2XWLOV GX &7/  ƒ 3UpVHQFH VXU OHV 0LQLV VLWHV &7/ j YpULILHU VHORQ OHV &OXEV G·DSSDUWHQDQFH ƒ 3DUWLFLSDWLRQV j OD 1HZV /HWWHU /HV %RQV 3ODQV GX &7/3URVSHFWLRQ FOLHQWV  ƒ 6H UDSSURFKHU GX &7  YX TXH YRXV rWHV SURFKH GH FH WHUULWRLUH ƒ 6H UDSSURFKHU GHV &OXEV VSRUWLIV GHV GpSDUWHPHQWV OLPLWURSKHV  YHLOOH ,QWHUQHW SKRQLQJ ƒ 3ULYLOpJLHU OHV FLEOHV  VpPLQDLUHV VSRUWLIV VpPLQDLUHV G·DIIDLUHV
    • ƒ HW OHV SDUWLFXOLHUV SRXU OHV :( j WUDYHUV XQH DGKpVLRQ DX[ FRIIUHWV FDGHDX[ SRXU FHWWH GHUQLqUH FLEOH
    •  ƒ 5HFKHUFKH GH SDUWHQDULDWV &(
    • SRXU GpYHORSSHU O·DFWLYLWp IRUPDWLRQV HW VpPLQDLUHV&5((5 81 ),&+,(5 &/,(17(ODERUDWLRQ G·XQH ILFKH FOLHQW j IDLUH UHPSOLU SDU OH FOLHQW DX PRPHQW GX GpSDUWSRXU UpFXSpUHU WRXWH O·LQIRUPDWLRQ&UpDWLRQ G·XQH EDVH GH GRQQpHV TXDOLILpH HW VHJPHQWpHb) Fidélisations des clients : • (6 $77(17,216 $8; &/,(176  o 5pDOLVDWLRQ G·XQH HQTXrWH FOLHQWqOH HQ MXLOOHWDR€W VXU SODFH  UpDOLVDWLRQ G·XQ TXHVWLRQQDLUH HQTXrWH WHUUDLQ SUpYXH HQ MXLOOHWDR€W UHQGX GHV UpVXOWDWV ILFKLHU FOLHQW TXDOLILp
    • o (PDLO GH UHPHUFLHPHQWV DSUqV OH GpSDUW HQ LQYLWDQW j GRQQHU VRQ DYLV VRQ 7ULS$GYLVRU« o /HV RXWLOV GX :HE VHURQW pJDOHPHQW GHV RXWLOV GH ILGpOLVDWLRQ HW GH SURVSHFWLRQ
    • TXL SHUPHWWURQW DX[ FOLHQWV GH SDUWDJHU GH V·H[SULPHU PDLV DXVVL G·rWUH LQIRUPpV GHV QRXYHDXWpV • 5pIOH[LRQ VXU OD PLVH HQ SODFH ( (0$,/,1* 3RXU FHOD VH SRVHU OHV TXHVWLRQV VXLYDQWHV  ƒ 6RXUFH GH FROOHFWH  (QTXrWH FOLHQWqOH ƒ 7HFKQLTXH GH PLVH j MRXU GX ILFKLHU ƒ 1LYHDX GH TXDOLILFDWLRQ FLEODJH GHV DGUHVVHV GX ILFKLHU " ƒ )UpTXHQFH G·HQYRL  QLYHDX GH SUHVVLRQ PDUNHWLQJ " ƒ 0pWKRGH GH PLVHV j MRXU GpVDERQQHPHQWV«
    • ƒ 5pDOLVDWLRQ GX VXSSRUW
    • n° 28Juin 2011 BILAN ECONOMIQUE DE L’ANNÉE 2010 EN STABILITÉDans un environnement hexagonal plutôt à la baisse, la destination gersoise affiche en Midi-Pyrénées pour l’année 2010 des résultats en stabilité par rapport à l’activité économique de2009.Entre touristes et excursionnistes, le GERS accueille 1.250.000 visiteurs qui sillonnent le Gerstoute l’année. Leurs dépenses de consommation sont estimées à 225.000.000 d’euros, soit 6% du PIB gersois.La part du tourisme dans l’économie départementale s’est confirmée entre 2003 et 2010. Sesperformances également.En effet, le tourisme départemental s’est positionné résolument sur la voie de la qualité et del’innovation électronique.L’image et la notoriété de notre destination se sont confortées, tant sur le net qu’auprès desmédias : nos résultats dans ces domaines sont éloquents.Les clubs thématiques de prestataires (cf le numéro 27 de « Repères.com ») ainsi que lesschémas de développement locaux des offices de tourisme et syndicats d’initiativedynamisent au quotidien les potentiels de nos territoires touristiques. L’engagement desfilières, des syndicats et des chambres consulaires, aux côtés du CDTL, participe à cesperformances.Nos marges de progression restent bien sûr importantes. Nos efforts en matière decommercialisation doivent être dynamiques et plus audacieux. C’est à cette fin que la plateforme électronique www.tourisme-gers.com connaîtra sa troisième version pour la fin de cetteannée.Dans ce domaine, les entreprises privées bénéficieront d’un nouvel affichage ainsi que des fluxde l’outil internet largement apprécié par les internautes et leurs 672.000 visites en 2010.
    • POIDS ECONOMIQUE DU TOURISME GERSOISLe budget global de séjour atteint 634 euros en moyenne*. Avec une durée de séjour de 7,3 jours * et une dépense moyenne de 33 euros par jour etpar personne*, ce sont 890 000 arrivées ou touristes représentant 6,4 millions de nuitées qui représentent un montant de dépenses estimé à213 millions d euros.Il convient dy ajouter 360 000 excursionnistes (visitant le Gers sur une journée), avec une dépense moyenne par jour et par personne de 32 ;poids estimé à 12 millions deuros, soit une estimation de dépenses générées par lensemble des visiteurs sélevant à 225 millions deuros.Ce qui représente environ 6% du PIB Gersois.(*indicateurs BET F Marchand/enquête de clientèle départementale 2008-2009 / CDTL 32) Les Flux touristiquesLa fréquentation touristique du département du Gers en 2010avec 6,4 millions de nuitées, est en stabilité par rapport à 2009,représentant 890 000 arrivées ou touristes.La fréquentation touristique en Midi-Pyrénées s’inscrit dans la tendancenationale (stabilité voire légère baisse), soit 71,5 millions de nuitées extra-régionales (-0,3% par rapport à 2009).Le volume des nuitées est en progression sur lensemble du territoire régionalpendant la pleine saison dété. On observe une légère baisse sur les autrespériodes de lannée.Répartition des nuitées 2010 par saison : Le printemps (d’avril à juin inclus) représente 24 % des flux 2010,soit 1 527 600 nuitées.L’été (juillet et août inclus) représente 48 % des flux 2010,soit 3 061 600 nuitées.L’automne (septembre à novembre inclus) représente 13 % des flux 2010,soit 833 600 000 nuitées.L’hiver (décembre à mars inclus) représente 15 % des flux 2010,soit 979 800 nuitées.*sur la base d’une durée moyenne de séjour de 7,3 jours(enquête de clientèle départementale 2008-2009).(source BET F MARCHAND) Touristes Excursionnistes 890 000 touristes / 6,4 millions de nuitées Excursionnistes : 360 000 Printemps : 24% des nuitées Printemps : 28% Eté : 48% des nuitées Eté : 28% Automne : 13% des nuitées Automne : 21% Hiver 15% des nuitées Hiver : 23% Soit 1 250 000 visiteurs en 2010
    • ORIGINE GEOGRAPHIQUE DE LA LE THERMALISME L’EMPLOICLIENTELE* L’activité thermale dans le département du Gers L’estimation de l’emploi touristique :Clientèle française : 85 % de 2010 est en hausse de + 2%, soit 14 815 (source INSEE (DADS 2003) / CRT Midi-Pyrénées) curistes.La clientèle de proximité (départements Attention ! Le champ de l’étude ne concerne quelimitrophes) représente 30 % des visiteurs du Gers. Avec une dépense moyenne de 53 /curistes et les emplois salariés du secteur privé, directementMidi-Pyrénées (19.5%), l’Ile de France et 35 /accompagnant et par jour*, le poids liés au tourisme. Source : déclaration annuelle del’Aquitaine (14% chacun) sont les trois premiers économique du thermalisme gersois peut être estimé données sociales (DADS) 2003.bassins de clientèle. à 20 millions d’euros, soit x % du poids économique Pour le Gers, 2 400 emplois salariés sont liés auViennent ensuite l’Ouest de la France (11%), grâce à du tourisme gersois. tourisme, soit 5,3 % de l’emploi salarié total ; ceune bonne représentation des Pays de la Loire (5%), Il convient d’y ajouter les retombées des activités de taux est légèrement supérieur à la moyennepuis le Sud- Est (7% avec PACA et Rhône- Alpes remise en forme (courts séjours, entrées journées régionale concernant l’espace rural (4,2 %) etqui ont un poids équivalent). thermoludiques) non estimées à ce jour. supérieur à la moyenne nationale pour les espaces ruraux (3,4 %).Clientèle étrangère : 15 % *(Source : étude Détente station Barbotan-les- L’emploi salarié touristique est en moyenne de 3Elle est principalement nord européenne : Thermes 2008) 000 emplois en juillet-août et de 2 000 emplois enGrande-Bretagne (38%), Belgique (18%), Pays-Bas février-mars.(17%). L’EVENEMENTIEL Les saisonniers représentent 20 % de l’emploiD’autres visiteurs viennent également d’Allemagne, salarié lié au tourisme (29 % en Midi-Pyrénées). IlsEspagne, Amérique du Nord, Suisse. sont principalement présents en saison d’été (16 % Les grandes manifestations du Gers ont accueilli*(enquête de clientèle départementale 2008/2009) contre 4 % en hiver). un nombre total de visiteurs en légère baisse par La part de l’hébergement et de la restauration dans rapport à l’année 2009 ; on estime à environ 590 l’emploi salarié touristique du Gers représente 39 % 000 les visiteurs ayant fréquenté les manifestations, de ces emplois. évènements gersois. L’emploi salarié touristique se trouve également dans les commerces de proximité touristiques (16 On observe également une hausse du nombre %), mais aussi dans les activités sportives et d’entrées payantes (estimé à 380 000), soit + 8 % par récréatives (11 %) ou les super et hypermarché (7 rapport à 2009. %). Ces données présentent une vision partielle : ne sont pas comptabilisés les emplois non salariés et ceux, issus des collectivités territoriales liés au tourisme. CAPACITÉ D ACCUEIL : 59 000 lits Dont 57 % non marchand (33 600 lits) Dont 43 % marchand (23 570 lits) (recensement au 31/12/2010) L’hébergement « chez parents et amis » représente une capacité d’accueil importante ne pouvant être recensé. En 2010, le parc hébergement marchand est en hausse par rapport à 2009 (+ 1 %). Récapitulatif de l’offre départementale en hébergement marchand homologué 2010 : Catégories nombre cap. Accueil répartition ets. nombre de lits en % hôtels 69 2 748 12% Résidences de Tourisme 9 736 3% campings 41 11 064 47% formules gîtes de France 22% Téléchargez l’intégralité du bilan économique gîtes ruraux 520 2 719 12% chambres dhôtes 463 1 133 5% 2010 gîtes de séjour 17 416 2% gîtes denfant 1 20 Sur l’accès pro du www.tourisme-gers.com. campings ferme daccueil 17 728 3% chalets loisirs 71 303 1% formules Clévacances 7% locations 241 1 184 5% chambres 129 391 2% meublés classés non Labellisés 543 1 338 6% villages vacances 3 791 3% total lits marchands homologués : 23 571 100%
    • DANS LES HEBERGEMENTSHôtellerie Hôtellerie de Plein AirLa fréquentation hôtelière en 2010 est en stabilité par rapport à 2009avec 258 100 nuitées. 61 800 arrivéesCHIFFRES CLES 2010 (ensemble du parc hôtelier) 429 000 nuitées Une durée moyenne de séjour de 7 jours161 200 arrivées totales Un taux d’occupation moyen annuel de 32 %258 100 nuitées totales Part de la clientèle étrangère : 35% (19 900 arrivées, 150 800 nuitées).Une durée moyenne de séjour des Français est de 1,6 joursUne durée moyenne de séjour des étrangers est de 1,78 jours La fréquentation en Hôtellerie de Plein Air pour l’année 2010 est enUn taux d’occupation moyen annuel de 42 % légère baisse par rapport à 2009.Part de la clientèle étrangère : 10 % (15 150 arrivées, 26 930 nuitées). Le taux doccupation moyen est de 32 %, (celui du « locatif » est deOrigine de la clientèle étrangère (en nombre de nuitées) : 47%).Grande-Bretagne : 5 706 nuitées soit 23 % de la clientèle étrangère (- 7 %) Les établissements « Camping Qualité » enregistrent un tauxBelgique : 3 977 nuitées soit 16 % de la clientèle étrangère (+ 5 %) d’occupation moyen de 34%, soit + 2 points par rapport au taux moyenEspagne : 3 679 nuitées soit 15 % de la clientèle étrangère (+ 14 %) départemental.Allemagne : 2 769 nuitées soit 11 % de la clientèle étrangère (- 13 %)Pays-Bas : 1 778 nuitées soit 7 % de la clientèle étrangère (+ 26 %) Taux d’occupation mensuel 2009 et 2010 (%) pour l’ensemble des campingsItalie : 1 478 nuitées soit 6 % de la clientèle étrangère (+ 16 %)Suisse : 1 352 nuitées soit 5 % de la clientèle étrangère (+ 23 %)Etats-Unis : 903 nuitées soit 4 % de la clientèle étrangère (- 1 %)(source DRT INSEE CRT CDT)Taux d’occupation mensuel 2009 et 2010 (%) Le taux d’occupation des « emplacements locatifs » (47 %) est supérieur à la moyenne départementale (32 %), avec une durée moyenne de séjour de 7,7 jours pour la clientèle française et 9,4 jours pour la clientèle étrangère. Évolution des nuitées 2009 et 2010 :Évolution mensuelle des nuitées 2009 et 2010 : Origine de la clientèle étrangère sur l’ensemble du parc (en nombre de nuitées) : Pays-Bas : 95 182 nuitées soit 63 % de la clientèle étrangère (+ 4 %) Grande-Bretagne : 32 750 nuitées soit 22 % de la clientèle étrangère (+ 7 %) Belgique : 12 289 nuitées soit 8 % de la clientèle étrangère (- 9 %) (source DRT INSEE CRT CDT)
    • Centres et Villages de VacancesLocatif/ meublés « GITES de France »Taux d’occupation (%) mensuel des gîtes en centrale de Les résultats de l’enquête de fréquentation présentés ci-après,réservation 2009 et 2010 : concernant la période de mai à octobre, prennent en compte l’ensemble(Service loisirs Accueil 32) du parc régional des hébergements associatifs et sociaux (villages vacances, centre de vacances et centres de jeunes). (le faible parc en hébergements associatifs et sociaux du Gers ne permet pas de diffusion de résultats départementaux). Taux d’occupation mensuel (%) 2008 et 2009 sur l’ensemble du parc régional :Avec un taux doccupation moyen de 41 % (contre 36,5 % en 2009),lactivité est en hausse sur la période davril à octobre. Le mois de juin,juillet et mai, qui enregistrent une augmentation respective de +10points, + 8 points et + 7 points.Les proportions des clientèles française et étrangères sont identiques à2009, soit 94 % de clientèle française et 6 % de touristes étrangers.(source : Gîtes de France/SLA) Locatif/ meublés « CLEVACANCES »Enquête de fréquentation des hébergements (locations), dans le cadre Midi-Pyrénées enregistre un taux d’occupation moyen de 36 % entre maid’un partenariat régional et départemental (Clévacances Midi- et octobre 2009, soit - 6 points de moins qu’en 2008.Pyrénées, CRT, Clévacances Gers, CDTL). L’ensemble de ces hébergements représentent 339 400 arrivées et(Données 2009 ; données 2010 non disponibles à ce jour) 1 652 000 nuitées entre mai et octobre 2009. Avec un parc en légère baisse (- 1% de lits par rapport à 2008), onChiffres Clés 2009* enregistre une baisse de 16% de nuitées. (source CRT, CDT)3432 arrivées totales29 110 nuitées totalesUn taux d’occupation moyen de 22% TAXE DE SEJOURUne durée moyenne de séjour est de 8,5 joursUne proportion d’étrangers de 15%*mai à octobre Assiette de la taxe de séjour 2010 : 9 communautés de communes (Bas Armagnac, Bastides et Vallons du Gers, Cœur de Gascogne, Cœur de Lomagne, Cœur d’Astarac, GrandTaux d’occupation mensuel (%) 2009 sur l’ensemble du parc Auch, Hautes Vallées, Ténarèze, Val de gers). 13 communes (Cazaubon/Barbotan, Cézan, Eauze, Fleurance, Fourcès, Gondrin, La Romieu, Lectoure, Mauvezin, Monfort, Montréal du Gers, Samatan, Thoux). Capacité d’accueil soumise à la taxe de séjour : 16 914 lits. Soit 71,6% de la capacité d’accueil marchande totale départementale (+ 2,8 points par rapport à 2009). Produit Taxe de séjour 2010 : 317 076 Soit une augmentation de + 3,4% par rapport à 2009.On observe une légère baisse du taux d occupation moyen :22 % et une diminution des nuitées sur la période mai/octobre.
    • LA FREQUENTATIONDans les équipements de loisirs Dans les sites, monuments et muséesLes piscines, bases de loisirs, bassins de baignade ont accueilli Les sites, monuments, et musées du Gers ouverts à la visite enregistrent dansenviron 451 370 visiteurs en 2010. Une fréquentation en baisse de - leur ensemble, une augmentation de la fréquentation de 3 % par rapport à6 % par rapport à 2009 dû à des conditions météorologiques « en l’année 2009.dents de scie », avec de la fraîcheur. Les entrées comptabilisées dans les différents sites, musées et monuments répondant, s’élèvent à 459 500 visiteurs pour l’année 2010.Les équipements les plus fréquentés en 2010 (nombre de visiteurs) Les 10 sites les plus fréquentés en 2010 (nombre de visiteurs)Le Tourisme de Santé Le Tourisme Fluvial L’Evènementiel 2L’activité thermale dans le département du Les grandes manifestations du Gers ont Le nombre total de bateaux (pénichettes) est enGers de 2010 est en hausse de + 2%, soit 14 accueilli un nombre total de visiteurs en progression : 443 pénichettes, soit + 1% par rapport à légère baisse par rapport à l’année 2009 ; on815 curistes. 2009. estime à environ 590 000 les visiteursLes activités liées à la remise en forme : Ce ayant fréquenté les manifestations,secteur affiche des résultats variables selon les évènements gersois.On observe égalementformules et les stations. une hausse du nombre d’entrées payantes (estimé à 380 000), soit + 8 %Indicateurs de fréquentation 2009 et 2010 : par rapport à 2009. Les 10 manifestations les plus fréquentées en 2010 : (déclaration organisateurs répondants) MARCIAC 230 000 Jazz in Marciac MIRANDE 150000 Country Music NOGARO 94 119 Courses autos motos camions (spectateurs) Le site de la double écluse de Graziac est fréquenté, par VIC-FEZENSAC 58 000 sa curiosité architecturale et sa navigabilité : 4 698 Tempo Latino promeneurs sur la période d’avril à octobre. CONDOM 37 000 Festival de Bandas y Les chemins de Saint Jacques de Penas AUCH 29 274 Compostelle Circa FLEURANCE / 32 351 Les chemins de Saint-Jacques connaissent toujours le MAUROUX Festival Ciel et même engouement de la part de cheminants aux origines Espace géographiques multiples. MIRADOUX 29 000 Les pèlerins sont d’origines géographiques multiples La Ronde des (Français et étrangers). Crèches La diversification des modes d’hébergement le long de SAINT MONT 14 000 l’itinéraire (parfois légèrement éloigné du tracé) entraîne Vignoble en fête une répartition des nuitées dans différents types VIC-FEZENSAC NC d’hébergements (du gîte d’ étape à l’hôtel). Pentecôtavic
    • DEMANDES D INFORMATIONS TOURISTIQUESDans les Offices de Tourisme et Syndicats Répartition des demandes d’information au comptoir des Français :d’Initiatives :Lensemble des points du réseau des offices de tourisme etsyndicats dinitiative (OTSI) du département du Gers aaccueilli 325 900 visiteurs en 2010 (soit + 14 % parrapport à 2009). Cette hausse en partie liée à la nouvellelocalisation de loffice de tourisme de Marciac et à unnouveau dispositif de comptage (cellule).- 85 % des demandes sont faites par des touristesFrançais,- 15 % sont réalisées par des touristes étrangers.- 1 demande sur 3 est faite par des Gersois.Au Comité Départemental du Tourismeet des Loisirs :Le site du Comité Départemental du Tourisme et desLoisirs www.tourisme-gers.com a enregistré 672 040visites soit + 28,75 %, 5 686 515 pages vues (soit + 10,42par rapport à 2009), une moyenne de 1 835 visites parjour.Les internautes ont réalisé 67 631 téléchargements dedocumentation du mois de janvier au mois de décembre2010 (soit + 84% par rapport à 2009).Mini-sites dédiés : · Sites, musées et monuments du Gers : 22 740 visites pour l’année 2010 (www.visite.tourisme- gers.com).Les résultats des mini-sites dédiés satellites à · La Randonnée : 28 012 visites de janvier à décembre 2010 (www.randonnee.tourisme-gers.com).www.tourisme-gers.com sont les suivants : · Les Grands Rendez-vous du Gers: 52 535 visites de janvier à décembre 2010 (www.festival.tourisme-Accès Grand Public gers.com). · Petit d’Artagnan®: 16 509 visites de janvier à décembre 2010 · Les Tables du Gers®: 8 427 visites de juin à décembre 2010 (site lancé le 10/06) (www.famille.tourisme-gers.com). (www.restaurant.tourisme-gers.com). · Les Bons Crus d’Artagnan® : 13 193 visites de janvier à · Les Hôtels du Gers : 3 179 visites daoût à décembre 2010 (site lancé le 05/08) (www.hotels.tourisme- décembre 2010 (www.vins.tourisme-gers.com). gers.com). · GersFriendly®: 5 832 visites de janvier à décembre 2010 Accès Professionnel (www.gayfriendly.tourisme-gers.com). · E-brochure groupe : 4 384 visites de janvier à décembre 2010(www.produitsgroupes.tourisme- · Tourisme et Handicap : 4 250 visites de janvier à décembre gers.com). 2010 (www.accessibilite.tourisme-gers.com). · E-manuel des ventes : 6 433 visites de janvier à décembre 2010 (www.manueldeventes.tourisme- · Le Passeport privilège : 15 394 visites de janvier à décembre gers.com). 2010 (www.passeport.tourisme-gers.com). · La photothèque départementale du Gers: 4 473 supports multimédias (dont 1351 photos) enregistrés · Camping cars : 9 397 visites de janvier à en 2010 dans l’informathèque. (www.photo.tourisme-gers.com). décewww.campingcar.tourisme-gers.com Réseaux sociaux : Fin 2010, la page Facebook Gers Gascogne Tourisme et ses 4 pages complémentaires comptaient plus de 2.000 fans. Les interactions de ces derniers furent nombreuses, en particulier en fin dannée grâce à la mise en place dun concours.
    • PRODUCTION VENTE EN CENTRALE DE RESERVATIONLe Service Loisirs Accueil Gers (SLA) a enregistré (du 01/01/10 au 31/12/10) une diminution du nombre de contrats : - 449, soit 5 394 contrats(- 7,6 % par rapport à 2009). Le volume d’affaires progresse légèrement (+ 2,2%) pour un montant total de 2 602 696 euros en 2010). Répartition de la production vendue en 2010: Téléchargez l’intégralité du bilan économique 2010 Sur l’accès pro du www.tourisme-gers.com. __________________________________ La clientèle est majoritairement française 94 % (identique à 2009), la clientèle étrangère représente 6 % de la clientèle. Répartition de la clientèle étrangère : Répartition de la clientèle française : Pays émetteur En % Bassin émetteur En % Pays-Bas 2 Midi-Pyrénées 31 Belgique 1,5 Ile-de-France 12,3 Royaume-Uni 0,5 Aquitaine 9,4 Espagne 0,4 PACA 4,8 Allemagne 0,2 Pays de Loire 4,1 Autres Pays 1,4 Rhône-Alpes 4,1 (Suisse, USA, Canada...) Nord-Pas-de-Calais 2,3 Autres régions 32 (source : SLA)COMITE DEPARTEMENTAL DU TOURISME ET DES LOISIRS DU GERS EN GASCOGNE3, Boulevard RoquelaureB.P. 5010632002 AUCH Cedex - FranceTél : 00 33 (0)5 62 95 95 - Fax : 00 33 (0)5 62 05 02 16Mail : info@tourisme-gers.comwww.tourisme-gers.com
    • ‹ 6XG2XHVW  LPSULPHU  PDL  K _ 3DU *$É//( 5,&+$5 /H FKkWHDX GX +DJHW PLVH VXU OH HWRXULVPH /H &KkWHDX GX +DJHW VHVW ODQFp WRXW UpFHPPHQW GDQV OH HWRXULVPH 2X FRPPHQW DWWLUHU OHV FOLHQWV SDU ,QWHUQHW /H &KkWHDX GX +DJHW RIIUH j OLQWHUQDXWH XQ VLWH ,QWHUQHW DXVVL VRLJQp TXH OD EkWLVVH HW VRQ SDUF OH VRQW GDQV OH PRQGH UpHO 5 /H SURSULpWDLUH GX &KkWHDX GX +DJHW Q D MDPDLV WUDYDLOOp VDQV ,QWHUQHW HSXLV FLQT DQV TXLO °XYUH GDQV OD PRQXPHQWDOH EkWLVVH 0DUF 3DVVHUD HQ D PrPH IDLW XQH SULRULWp HQ PDWLqUH GH FRPPXQLFDWLRQ $X SRLQW TXH ORUVTXH ORQ VDGUHVVH j OXL RQ D OLPSUHVVLRQ GHQWHQGUH XQ LQIRUPDWLFLHQ VH[SULPHU ,O HVW DX SRLQW VXU WRXWHV OHV GHUQLqUHV QRXYHOOHV WHFKQRORJLHV ,O HQ FRQQDvW OHV DYDQWDJHV GRQW LO VDLW WLUHU SURILW PDLV QH IHUPH SDV QRQ SOXV OHV HX[ VXU OHV LQFRQYpQLHQWV GH FHW RXWLO TXL D UpYROXWLRQQp OH PRQGH GH OpFRQRPLH WRXULVWLTXH rWUH YX VXU OH 1HW ,O QH IDXW SDV RXEOLHU TXH GDQV OH *HUV  GHV UpVHUYDWLRQV GKpEHUJHPHQW VH IRQW VXU ,QWHUQHW VHORQ OH &RPLWp GpSDUWHPHQWDO GX WRXULVPH 3RXU 0DUF 3DVVHUD © JpUHU XQ VLWH HW WRXW FH TXL YD DYHF HVW SUHVTXH XQ QRXYHDX PpWLHU XQH SURIHVVLRQ j SDUW HQWLqUH ,O IDXGUDLW HPEDXFKHU TXHOTXXQ SRXU FHOD $FWXHOOHPHQW FH QHVW SDV GDQV QRV SURMHWV DORUV QRXV IDLVRQV WRXW VHXO 0DLV SOXV WDUG SHXWrWUH ª /H SURSULpWDLUH SDVVH GRQF EHDXFRXS GH WHPSV SRXU DOLPHQWHU VRQ VLWH HQ LQIRUPDWLRQV QRXYHOOHV $LQVL OH QRP GX FKkWHDX SRXUUD DSSDUDvWUH GDQV OD SUHPLqUH GH UHFKHUFKHV ,O SRVWH GHV LQIRUPDWLRQV VXU OHV SDJHV R VRQ FKkWHDX DSSDUDvW VXU OHV VLWHV GHV /RJLV GH OK{WHOOHULH GH SOHLQ DLU RX GX &7 © ,O HVW WUqV LPSRUWDQW GDOLPHQWHU OH VLWH HQ QRXYHOOHV LQIRUPDWLRQV 3RXU FHOD QRXV FUpRQV GHV SURGXLWV HQ IRQFWLRQ GH ODQQpH  GHV ZHHNHQGV JRXUPDQGV SRXU DSSUHQGUH j IDLUH GX IRLH JUDV GHV VpMRXUV GDPRXUHX[ SRXU OD 6DLQW9DOHQWLQ HWF &HOD QRXV SHUPHW GrWUH YXV VXU OH 1HW ª (W FH QHVW SDV WRXW 0DUF 3DVVHUD HW VRQ FKkWHDX RQW PrPH XQH SDJH VXU OHV UpVHDX[ VRFLDX[ FRPPH )DFHERRN RX 7ZLWWHU © )DFHERRN SHUPHW GH WRXFKHU pQRUPpPHQW GH PRQGH 7ZLWWHU SHUPHW GHQYRHU GHV SHWLWHV QRXYHOOHV GH QH SDV VH IDLUH RXEOLHU GH QRWUH FOLHQWqOH HW GHQ WRXFKHU XQH QRXYHOOH ª 8Q YUDL PpWLHU j SDUW HQWLqUH ‹ ZZZVXGRXHVWIU  VXU 
    • ‹ 6XG2XHVW  LPSULPHU  DYULO  K _ 3DU * 5 © -H QH PH FRXFKH SDV DYDQW GDYRLU DFWXDOLVp PHV VLWHV ª 1DWKDOLH /DULYp HVWLPH LQFRQWRXUQDEOH OD SUpVHQFH VXU ,QWHUQHW RPDLQH GH O$UURV 3+272 5 1DWKDOLH /DULYp JqUH OH GRPDLQH GH O$UURV R HOOH DFFXHLOOH GHV WRXULVWHV GHV JURXSHV RX GHV IDPLOOHV (OOH UpDOLVH OHV UHSDV SUpSDUH OHV FKDPEUHV OHV VXLWHV IDPLOLDOHV JqUH VRQ HQWUHSULVH VRFFXSH GH VD IDPLOOH HW« DFWXDOLVH VHV VLWHV ,QWHUQHW © -H QH PH FRXFKH SDV DYDQW GDYRLU DFWXDOLVp PHV VLWHV VXUWRXW OHV VLWHV VSpFLDOLVpV FDU FHVW ODFWXDOLVDWLRQ GHV LQIRUPDWLRQV TXL SHUPHW GH UHPRQWHU GDQV OH UpIpUHQFHPHQW HW GrWUH YLVLEOH &HWWH SDUWLH ,QWHUQHW GH PD MRXUQpH FHVW PD FLQTXLqPH PLWHPSV -H GRLV DYRLU OHV FRPSpWHQFHV SRXU WHQLU GHV FKDPEUHV GK{WHV HW OD WDEOH PDLV pJDOHPHQW OD FRPPXQLFDWLRQ YHUV OH[WpULHXU ,QWHUQHW HVW OH SUHPLHU VXSSRUW LO YD IDOORLU DFTXpULU OHV FRPSpWHQFHV GH UpVHDX FDU LOV GHYLHQQHQW LQFRQWRXUQDEOHV 1RXV VRPPHV VXU )DFHERRN PDLV SDV HQFRUH VXU 7ZLWWHU ,O YD IDOORLU TXH MDFTXLqUH GDYDQWDJH GH FRPSpWHQFH VXU )DFHERRN SRXU pYLWHU GH SHUGUH GX WHPSV HW GH PDJDFHU ª 6RQ SURMHW GpIL LQIRUPDWLTXH  © WUDYDLOOHU VXU OD PLVH HQ SODFH GXQ OLVWLQJ GH PDQLqUH j HQYRHU GHV LQIRUPDWLRQV DX[ FOLHQWV -H YDLV GHYRLU DXVVL PH SHQFKHU VXU GHV FKRVHV VLPSOHV FRPPH UpGXLUH OD WDLOOH GHV SKRWRV ª 8QH FLQTXLqPH PLWHPSV ELHQ FKDUJpH GDQV OD MRXUQpH GH OD FKHI GHQWUHSULVH ‹ ZZZVXGRXHVWIU  VXU 
    • 5pVHDX[ VRFLDX[  OH WRXULVPH VXUIH VXU OH :HE  /HV QRXYHDX[ GpILV GX YRDJH G DIIDLUHV  _  _ PLV j MRXU j  _ 6WHSKDQLH 6DOWL5pVHDX[ VRFLDX[  OH WRXULVPH VXUIH VXU OH :HE  /HV HQWUHSULVHV WRXULVWLTXHV RQW FRPSULV TXH OHV PpGLDV VRFLDX[ DPpOLRUHQW OD QRWRULpWp OHXU UHODWLRQ FOLHQW HW ERRVWHQW OHXU WUDILF /HV DFWHXUV GX WRXULVPH RQW PXOWLSOLp FHV GHUQLHUV PRLV OHXU LPSOLFDWLRQ GDQV )DFHERRN 7ZLWWHU HW OHV EORJV /HV H[SHUWV VRQW XQDQLPHV  © /HV UpVHDX[ VRFLDX[ UHSUpVHQWHQW XQ HQMHX SRXU OHV PDUTXHV HQ WHUPHV GLPDJH HW GHUpSXWDWLRQ  DYHF SOXV GH  PLOOLRQV GXWLOLVDWHXUV HW  PLOOLDUGV GH SDJHV YXHV )DFHERRN HVW LQFRQWRXUQDEOH /HV PpGLDV VRFLDX[ LQIOXHQFHQW GH SOXV HQ SOXV OHV LQWHUQDXWHV GDQV OHXU GpFLVLRQ &HVW SDUWLFXOLqUHPHQW YUDL GDQV OH VHFWHXU DVVH] PDWXUH GX YRDJH HW GX WRXULVPH ª UpVXPH -HDQRPLQLTXH %ULYHW GLUHFWHXU JpQpUDO G(TXDHUR FDELQHW GH FRQVHLO HQ © VHDUFK PDUNHWLQJ ª 0DLV GHYDQW OD PXOWLSOLFLWp GHV SODWHV IRUPHV VRFLDOHV OHV HQWUHSULVHV WRXULVWLTXHV GRLYHQW IDLUH OH ERQ FKRL[ &HOXLFL © GpSHQG GH OD SODFH TXRFFXSH XQ SUHVWDWDLUH GDQV OD FKDvQH GH YDOHXU SRXUVXLW -HDQRPLQLTXH %ULYHW DORUV TXXQ FRPSDUDWHXU HVW FRQIURQWp j XQH SUREOpPDWLTXH GH WUDILF XQ SURGXFWHXU GRLW ILGpOLVHU HW VDVVXUHU GXQ VHUYLFH FOLHQW RSWLPDO HQ IDLVDQW QRWDPPHQW XQ JURV WUDYDLO GDWWDFKHPHQW DXWRXU GH VD PDUTXH ª /H OHDGHU GH OHWRXULVPH IUDQoDLV 9RDJHV VQFIFRP D ODQFp XQH © VWUDWpJLH GH UpVHDX[ VRFLDX[ j  GHJUpV ª IDLVDQW GH OD UHODWLRQ FOLHQW OXQ GH VHV D[HV PDMHXUV GH GpYHORSSHPHQW © 1RWUH FRPSWH 7ZLWWHU ODQFp HQ PDL GHUQLHU QRXV D SHUPLV GH QRXV H[SRVHU GDOOHU YHUV OH FOLHQW HW GH SDUIDLUH XQH UHODWLRQ GH SUR[LPLWp DYHF OXL ª H[SOLTXH <YHV 7URGH GLUHFWHXU JpQpUDO GH 9RDJHVVQFIFRP *pQpUHU GX WUDILF /D UpDFWLYLWp HW OH UHWRXU GLQWpUrW LPPpGLDW VRQW DXVVL DX FRHXU GH OXQ GHV FKDQWLHUV GH ODJHQFH OLJQH ([SHGLD  OD VRFLpWp TXL D ODQFp HQ WHVW ODSSOLFDWLRQ 7ULS &RPSDQLRQ VXU )DFHERRN UHWUDYDLOOH SDUDOOqOHPHQW VRQ VLWH ZZZEORJVGHYRDJHIU GpPDUUp HQ   © 1RXV YRXORQV GpVRUPDLV VROOLFLWHU GDYDQWDJH QRV EORJXHXUV HW OHV LQFOXUH HQ DPRQW GX SURFHVVXV GH ODQFHPHQW GH FHUWDLQV SURGXLWV HQ OHXU GHPDQGDQW OHXU DYLV ª H[SOLTXH ,VDEHOOH 3LQVRQ © PDQDJLQJ GLUHFWRU ª G([SHGLD SRXU OHV PDUFKpV IUDQoDLV EHOJH HW QpHU ODQGDLV 9pULWDEOH RXWLO PDUNHWLQJ HQ WHPSV UpHO XQ PpGLD VRFLDO SHUPHW VXUWRXW GH JpQpUHU GX WUDILF  9RDJHVVQFI D ODQFp XQ VHUYLFH TXL SHUPHW GH SXEOLHU VRQ WUDMHW VXU VRQ PXU )DFHERRN  © 6L YRV DPLV GpFLGHQW GH VH MRLQGUH j YRXV LOV SHXYHQW FOLTXHU VXU FH GRVVLHU HW VRQW UHQYRpV VXU QRWUH VLWH VXU XQH SDJH TXL FRQWLHQW OD PrPH FRPPDQGH GpMj VDLVLH HW SUrWH j rWUH YDOLGpH RUHV HW GpMj QRXV DYRQV FRQVWDWp TXXQ GRVVLHU DIILFKp JpQpUDLW  YLVLWHV VXSSOpPHQWDLUHV DX VHLQ GH 9RDJHVVQFIFRP ª H[SOLTXH <YHV 7URGH /H VLWH IUDQoDLV FRPSWH DXVVL EHDXFRXS VXU XQH QRXYHOOH DSSOLFDWLRQ FROODERUDWLYH TXLO YD ODQFHU ILQ VHSWHPEUH VRXV OH QRP GH © 3HWLWV 9RDJHV HQWUH $PLV ª SRXU IDFLOLWHU OHV YRDJHV GH JURXSHV /HV SUHVWDWDLUHV WRXULVWLTXHV IRQW GDLOOHXUV YDORLU TXH OXQ GHV DWWUDLWV SULQFLSDX[ GH )DFHERRN UHOqYH GH OD VSpFLILFLWp GH OpFKDQJH  © 1RXV DSSUpFLRQV ORSSRUWXQLWp RIIHUWH SDU )DFHERRN GH SHUPHWWUH GH QRXHU XQH UHODWLRQ LQGLYLGXHOOH DYHF QRV FOLHQWV VXU GHV VXMHWV DXVVL YDULpV TXH GHV FRQVHLOV GH YRDJHV RX GHV SUREOpPDWLTXHV GH VHUYLFH FOLHQW ª VRXOLJQH 9LUJLQLD 6XOLPDQ © YLFH SUHVLGHQW GLJLWDO GHVLJQ HW GHYHORSPHQW ª DX VHLQ GH +LOWRQ :RUOGZLGH /K{WHOLHU D GpYHORSSp XQH VWUDWpJLH GH UpVHDX[ VRFLDX[ VXU GL[ GH VHV PDUTXHV GDQV OH PRQGH HQ VDSSXDQW DXVVL VXU OHV UHVVRXUFHV GH 7ZLWWHU HW GX VLWH GDYLV GH FRQVRPPDWHXUV 7ULSDGYLVRU $PpOLRUHU OD UHODWLRQ FOLHQW
    • 5pVHDX[ VRFLDX[  OH WRXULVPH VXUIH VXU OH :HE  /HV QRXYHDX[ GpILV GX YRDJH G DIIDLUHV 0DLV XQH VWUDWpJLH UpXVVLH SDVVH DYDQW WRXW SDU XQ FRQWHQX FLEOp HW GQDPLTXH /H &OXE 0HG TXL VHVW ODQFp HQ GpFHPEUH  GDQV XQH VWUDWpJLH GH UpVHDX[ VRFLDX[ D DLQVL GpYHORSSp XQ SODQQLQJ GDQLPDWLRQV TXRWLGLHQ VXU )DFHERRN  © 2XWUH OH ODQFHPHQW UpJXOLHU GH SURPRWLRQV HW OD SURGXFWLRQ UpJXOLqUH GH FRQWHQXV H[FOXVLIV YLGpRV LQWHUYLHZV DUWLFOHV
    •  QRXV SXEOLRQV GHV HQWUHWLHQV GH QRV IDQV ª H[SOLTXH *XLOODXPH %RQQHW UHVSRQVDEOH ,QWHUQHW GX &OXE 0HG TXL D DWWLUp HQ WURLV DQV  IDQV © $ORUV TXH OH WDX[ GLQWHUDFWLRQ VXU )DFHERRN HVW KDELWXHOOHPHQW GH  DX VHLQ GHV RSpUDWHXUV WRXULVWLTXHV HQ )UDQFH FHOXL GX &OXE 0HG HVW FLQT IRLV SOXV LPSRUWDQW VLJQH GXQH YpULWDEOH IpGpUDWLRQ GH IDQV DXWRXU GH OD PDUTXH ª GpFODUH *XLOODXPH %RQQHW RUHV HW GpMj OHV SUHVWDWDLUHV WRXULVWLTXHV VLQWHUURJHQW VXU OHV SURFKDLQHV pWDSHV  © /D FRQYHUJHQFH HQWUH OH PRELOH HW OHV UpVHDX[ VRFLDX[ FRQVWLWXH QRWUH SURFKDLQ JUDQG FKDQWLHU HW QRXV WUDYDLOORQV GDUUDFKHSLHG ª FRQFOXW <YHV 7URGH 67e3+$1,( 6$/7, 7RXV GURLWV UpVHUYpV  /HV (FKRV