• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Adéquation offre et demande en informations agricoles pour le développement rural : cas de Madagascar
 

Adéquation offre et demande en informations agricoles pour le développement rural : cas de Madagascar

on

  • 2,640 views

Presentation by Marcelline RAHAINGO-RAZAFIMBELO (CIDST) at the IAALD 2010 World Congress - 26-29 April 2010, Montpellier, France

Presentation by Marcelline RAHAINGO-RAZAFIMBELO (CIDST) at the IAALD 2010 World Congress - 26-29 April 2010, Montpellier, France

Statistics

Views

Total Views
2,640
Views on SlideShare
2,630
Embed Views
10

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

2 Embeds 10

http://www.slideshare.net 9
http://iaald2010.agropolis.fr 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

CC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike License

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Adéquation offre et demande en informations agricoles pour le développement rural : cas de Madagascar Adéquation offre et demande en informations agricoles pour le développement rural : cas de Madagascar Presentation Transcript

    • 13 ème CONGRES IAALD 26-29 Avril 2010 MONTPELLIER
    • ADEQUATION OFFRE ET DEMANDE EN INFORMATIONS AGRICOLES POUR LE DEVELOPPEMENT RURAL »: CAS DE MADAGASCAR Marie-Laure RAKOTOARIVELO Marcelline RAHAINGO-RAZAFIMBELO
    • INTRODUCTION I- METHODOLOGIE-OUTILS II- RESULTATS III- DISCUSSION IV- PERSPECTIVES-RECOMMANDATIONS CONCLUSION
    • INTRODUCTION 1 MADAGASCAR pays du paradoxe monde rural abrite 2/3 des pauvres; 28,1% du PIB tous les atouts en matière de potentialités agricoles position de dépendance dans tous les domaines vis-à-vis des partenaires extérieurs étude des besoins en informations agricoles
    • INTRODUCTION 2 - l’offre aujourd’hui disponible est-elle en mesure de satisfaire la demande ? - Les capacités institutionnelles, organisationnelles, humaines, matérielles, techniques et technologiques du pays répondent-elles aux nouvelles exigences des acteurs du développement rural? - Comment renforcer les capacités en gestion de l’information et de la communication de ces derniers?
    • I- METHODOLOGIE-OUTILS Identification des besoins des acteurs clés en termes d’informations agricoles et de renforcement de capacités en GIC - Questionnaire préétabli fourni par le CTA : - Combinaison questions ouvertes et fermées - Méthode SWOT = atouts, points faibles, contraintes, opportunités de collaboration avec le CTA - A pproche directe <=> technique du focus groupe et approche individuelle ==> Analyse quantitative et qualitative - 45 institutions sur 177 identifiées (25,42%) - Trois catégories d’acteurs : institutions publiques (46,5%) ; organisations et associations nationales et internationales (40%) ; médias et organes de télécommunications (13,5%). - 9 chefs- lieux de régions 
    • II- PRINCIPAUX RÉSULTATS 2.1 . Situation de l’information et de la communication pour l’agriculture et le développement rural * cadre institutionnel, politique et réglementaire Reconnaissance du rôle stratégique de l’information comme facteur déterminant ==> Mise en place de plusieurs structures pour l’information et la communication collecter, traiter et diffuser les informations     Institutions existantes *Direction des Systèmes d’Information (MAEP): * Services de Statistiques Agricoles (SSA) : *Centre d’Information et de Documentation Scientifique et Technique (CIDST): *Centre d’Information Technique et Economique (CITE) ; *FOFIFA/CERSAE Institutions récentes *Tranomben’ny Tantsaha ou « Grandes maisons des paysans »; *l’Observatoire du Riz (ODR);  *Centres de Services Agricoles (CSA)
    • 2.2. Les types de services d’informations agricoles offerts deux types de service d’information agricole classiques sont fournis sur des supports variés diffusion de l’information/vulgarisation/sensibilisation Edition et production documentaires services de consultation sur place et prêts services de proximité SQR DSI journaux Production de films de sensibilisation Articles et revues scientifiques SUPPORTS papier ; électronique; BLU; téléphone; Radio; Ateliers/ séminaires, bases de données, sites Web, émissions radiophoniques et télévisées.
    • 2.3. Les sources d’informations Programmes radiophoniques et télévisuels 22% CIDST 8,8% Affiches 11% CITE, collègues, ateliers, réunions 6,6% MAEP 48.8% Internet 42% CTA 35,5% Centres de recherches/ universités 28,8% INSTITUTIONS SOURCES FOFIFA/Collectivités décentralisées 13,3% Journaux 31%   OP 24,5% Réseaux, foires, expositions 15,5%
    • 2.4. BESOINS EN INFORMATION Information agricole d’ordre général Problèmes liés à l’agriculture et les réseaux (régionaux et internationaux) axés sur l’agriculture et le développement ; Développement et financement de programmes ; Questions liées au développement social et réglementations ministérielles et internationales ; Problèmes d’équilibre homme-femme (genre) ; C onférences, réunions et foires ; R essources non agricoles. Informations techniques V ariétés de cultures ; Technologie post-récolte ; Conditionnement ; achat/mise à disposition d’équipements ; Utilisation des déchets et systèmes de tri ; Lutte intégrée contre les nuisibles ; Profils industriels et transports ; Brevets . Informations économiques Financement et micro crédit ; Identification des marchés ; D onnées sur les marchés ; Systèmes d’assurance des récoltes ; Profils des produits de base. Informations relatives aux besoins en formation Gestion de l’information au sein de l’organisation ; Utilisation des technologies de communication dans la vulgarisation ; Méthodologies participatives ; Édition et mise en forme des rapports.
    • 2.5. DEMANDE EN RENFORCEMENT DE CAPACITES Catégories Typologie Formation du personnel -techniques de base de gestion documentaire ; -exploitation des TIC et de l’informatique (bureautique, , Internet, Site Web, informatique documentaire et logiciel) ; -techniques de négociation, d’élaboration de projets, en leadership ; -techniques de rédaction de rapport, d’articles et de fiches techniques. Capacités matérielles -acquisition de matériel informatique et bureautique ; connexion Internet ; -production de contenus ; -création de sites Web ; -échanges de données avec d’autres réseaux ; -réseautage interne aux institutions, institutions publiques et les organismes et associations non étatiques Amélioration de la performance de l’existant en termes de TIC et de GIC -renouvellement des équipements ; -augmentation débit Internet -évolution des techniques documentaires .
    • I nsuffisance ressources financières et matérielles vétusté/absence de matériels et équipements; infrastructures ==> pannes courants électriques défaillance et/ou inexistence matériels de communication (téléphone, connexion Internet, site Internet); déficit en structures physiques pour la diffusion des informations ==> locaux vétustes et étroits non respectueux des normes, rayonnages inadéquats CONTRAINTES COMMUNES 2.6. GOULOTS D’ETRANGLEMENT/CONTRAINTES 1
    • 2.6. GOULOTS D’ETRANGLEMENT/CONTRAINTES 2 CONTRAINTES COMMUNES insuffisance très nette de compétence utilisation du matériel informatique et à la GIC non réactualisation des compétences = formation sur le tas insuffisance du nombre des professionnels disparités entre la capitale et les régions, entre les villes et la campagne débit connexion; presse; infrastructure...
    • carence informations en langues nationales et dialectes locales ABSENCE DE POLITIQUE DE GESTION DES CONNAISSANCES ET DE LEUR CAPITALISATION, difficultés d'accès données statistiques fiables Absence de plan stratégique en TIC ou stratégie de promotion utilisation des GIC / TIC difficultés d'accès informations techniques sectorielles, données sur les marchés dépendance forte vis-à-vis des partenaires financiers étrangers niveau d’instruction bas : 4 pers /5 niveau primaire, 41,1% analphabètes Non considération importance de la GIC par les autorités de tutelle, 2.6. GOULOTS D’ETRANGLEMENT/CONTRAINTES 3
    • III - DISCUSSIONS 3.1. Persistance des contraintes en matière d’information agricole * Statu quo de la situation de l’information agricole caractérisée par d’importants goulots d’étranglements ; * Dépendance envers aides et appuis techniques, institutionnels extérieurs ; * volonté affirmée des acteurs de s’engager dans une perspective de marché et une dynamique de qualité et de compétitivité. 3.2. Inadéquation offre et demande (1) Ampleur des besoins et demandes qualitativement et quantitativement dispositifs règlementaires, politique et programmes relatifs à la GIC existant mais inadéquats
    • 3.2. Inadéquation offre et demande 2 Internet en question Besoin marqué en connexion Internet et en capacité de création de site Web non accès à Internet du pannes de courant régulières et coût élevé de connexion répartition inégale et inadaptée des média 264 radios publiques et privées recensées : 60 mn émission sur développement rural/ semaine; 95 % émissions étrangères ; 90% presse écrite dans la capitale radio : principal véhicule d’information et de connaissance le plus efficace défaillances du MAEP budget alloué aux services chargés de la GIC : > de 1% du budget total; quasi-absence documents en langues nationale et locales MAEP Principale source d’information pour majorité des institutions
    • 3.2. Inadéquation offre et demande 3 services et produits en informations agricoles en décalage difficultés énormes accès informations fiables en statistiques agricoles; insuffisance manifeste des ressources financières allouées; défaillance en infrastructure accès aux connaissances et aux informations essentiel pour activités des institutions; besoins en informations spécifiques statistiques et sur les marchés
    • IV- PERSPECTIVES-RECOMMANDATIONS Finalisation de la Politique Nationale de l’Information Documentaire (PNID); consolidation dispositifs déjà existants : Cidst, Maep, OP, CSA CTA Contenus en langue nationale et locales Démarche d’information de proximité ETAT MALGACHE dotation de moyens adéquats des structures décentralisées et déconcentrées; Redynamisation Madadoc Effectivité RAIN, Asereca programme FSP/PARRU R
      • CONCLUSION Malgré les dispositifs existants pour que les acteurs du monde rural contribuent à son développement, à la croissance économique, l’étude a mis en évidence : i- l’offre en services et produits en informations agricoles mise à la disposition des différents acteurs du développement rural est loin de satisfaire la demande; ii- L’inadéquation entre les capacités institutionnelles, organisationnelles, humaines, matérielles, techniques et technologiques du pays et les nouvelles exigences des acteurs du développement rural; ==> i- stratégie et politique en gestion de l’Information orientée vers les bénéficiaires/acteurs à travers le pays; ii- production de documents diversifiés et ciblés; iii- amélioration des connaissances par le partage des meilleures pratiques; iv- développement des outils d’information qui allient interaction maximale et l’écrit; v- nécessité de l’accompagnement des institutions impliquées les OP, les ONG et les pouvoirs publics par : * la mise en place de cadre institutionnel et règlementaire adéquat; * le développement d’une offre de services d’appui conseil * une large diffusion de l’information en langues locales et des données statistiques; * le développement de réseau de diffusion des informations relatives à l’agriculture