XHL8
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

XHL8

on

  • 1,331 views

Présentation du système d'interprétation et de stockage XHL8.

Présentation du système d'interprétation et de stockage XHL8.

Statistics

Views

Total Views
1,331
Views on SlideShare
1,143
Embed Views
188

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

2 Embeds 188

http://www.hypranet.org 172
http://hypranet.org 16

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    XHL8 XHL8 Presentation Transcript

    • XHL 8 eXtensible Hypr@net Language 8.0 © Nicolas RUIZ, 1999-2009
    • Qu’est-ce que XHL ? XHL est un langage créé en 1999 qui, à la base, était destiné à créer un équivalent de XML pour le réseau Hypr@net via un système d’extension (on pouvait inventer des balises). Au fil des versions, XHL s’est étoffé d’un système de base de données (DHL : Database Hypr@net Language), d’un langage 3D (XHL3D, utilisé pour CyberWorlds) et de machines virtuelles. Dans ses versions 6.67 et suivantes, XHL s’est aussi intégré dans le système d’Intelligence Artificielle Seline afin de pouvoir comprendre le langage courant et répondre rapidement et de façon souple aux requêtes posées. Dans sa version 8.0, XHL a eu pour ambition d’étendre ses dernières possibilités et d’intégrer tous les langages existants (HTML, XML, PHP, VB, .Net etc.) et de les rendre plus performants. Langage interprété souple, simple, léger et libre. Pas de limite : si une fonction n’existe pas en XHL, rien n’empêche d’intégrer la syntaxe d’un autre langage dans le listing. Déjà utilisé par le réseau Hypr@net et le système d’IA Seline. Compatibilité parfaite avec les systèmes existants. Système d’administration qui permet de donner des droits aux utilisateurs d’un réseau, qu’ils soient développeurs ou non.
    • Présentation d’un code source : [name/index.html [title/Bienvenue dans l'aide de Langues-U Web Editor [author/Langues-U/Nicolas RUIZ [folder/aide [text/Langues-U Web Editor est un logiciel permettant de créer rapidement des cours et des exercices destinés aux étudiants de Langues-U sans se préoccuper de programmer en HTML ou de respecter la charte graphique. En effet, le logiciel est très simple d'utilisation et permet de créer simplement des pages de présentations ou des questionnaires. De plus, le logiciel permet de mettre en forme les textes grâce des options de justification, <b>de gras</b>, <i>d'italique</i> ou de<u> souligné.</u>. Cette aide va vous présenter toutes les options du logiciel et répondre à vos interrogations. [label/Créer une page [href/premierepage.html [target/ [label/Créer un questionnaire [href/questionnaire.html [target/ [label/Accès à Langues-U [href/http://www.langues-u.org [target/_blank [label/Contacter l'auteur [href/mailto:nicolas.ruiz@univ-nancy2.fr [target/ [end/ Ici, le développeur veut créer une page HTML : plutôt que de s’embêter avec ce langage, il définit en XHL ce qu’il veut avoir. XHL est incapable de mettre en forme du texte. Il laisse donc le choix à l’utilisateur (selon qu’il veut créer un document HTML ou RTF, les codes ne sont pas les mêmes). De même, si ce dernier veut rajouter une fonction propre à un langage (afficher l’heure en javascript), il peut le taper ici. L’utilisateur peut préciser la fin de son listing avec une balise [end/ mais elle est la plupart du temps facultative.
    • L’équivalent en HTML <title>Bienvenue dans l'aide de Langues-U Web Editor</title> <body background=&quot;fond_croix.gif&quot; text=&quot;#000066&quot; link=&quot;#000000&quot; vlink=&quot;#0000CC&quot; alink=&quot;#FF6600&quot;> <p align=&quot;center&quot;>&nbsp;</p><p align=&quot;center&quot;><font size=&quot;4&quot;><b><img src=&quot;livre.gif&quot; width=&quot;36&quot; height=&quot;30&quot; align=&quot;absmiddle&quot;> Bienvenue dans l'aide de Langues-U Web Editor</b></font></p> <p>&nbsp;</p> <p>Langues-U Web Editor est un logiciel permettant de créer rapidement des cours et des exercices destinés aux étudiants de Langues-U sans se préoccuper de programmer en HTMl ou de respecter la chartre graphique.En effet, le logiciel est très simple d'utilisation et permet de créer simplement des pages de présentations ou des questionnaires.<br><br>De plus, le logiciel permet de mettre en forme les textes grâce des options de justification, <b>de gras</b>, <i>d'italique</i> ou de<u> souligné.</u>. Cette aide va vous présenter toutes les options du logiciel et répondre à vos interrogations.</p> <p align=&quot;left&quot;> <img src=&quot;fleche.gif&quot; width=&quot;31&quot; height=&quot;30&quot; align=&quot;absmiddle&quot;><b><a href=&quot;premierepage.html&quot; target=&quot;&quot;>Créer la première page d'un exercice</a></b></p> <p align=&quot;left&quot;> <img src=&quot;fleche.gif&quot; width=&quot;31&quot; height=&quot;30&quot; align=&quot;absmiddle&quot;><b><a href=&quot;questionnaire.html&quot; target=&quot;&quot;>Créer un questionnaire</a></b></p> <p align=&quot;left&quot;> <img src=&quot;fleche.gif&quot; width=&quot;31&quot; height=&quot;30&quot; align=&quot;absmiddle&quot;><b><a href=&quot;http://www.langues-u.org&quot; target=&quot;_blank&quot;>Accès à Langues-U</a></b></p> <p align=&quot;left&quot;> <img src=&quot;fleche.gif&quot; width=&quot;31&quot; height=&quot;30&quot; align=&quot;absmiddle&quot;><b><a href=&quot;mailto:nicolas.ruiz@univ-nancy2.fr&quot; target=&quot;&quot;>Contacter l'auteur</a></b></p> <hr> &copy; Langues-U/Nicolas RUIZ </body> En HTML, l’équivalent est au moins deux fois plus lourd (1.6Ko contre 800 octets) sauf dans le cadre de très petits fichiers mais XHL garde l’avantage dans tous les cas avec des ratios allant jusqu’à 5/1 !
    • Le résultat final : Que ce soit en HTML ou en XHL, le résultat final est strictement identique. Il n’y a effectivement aucune différence puisque XHL sait traduire une page en HTML et le résultat ne change pas.
    • Le fonctionnement de XHL : Réseau Hypr@net World Wide Web Intranet ou site Web PC d’un utilisateur (-GRD-) (-LRD-) (-Page XHL rapatriée-)
    • Le fonctionnement de XHL –2- XHL fonctionne uniquement par référence, c’est-à-dire que le code en lui-même n’est qu’un simple texte qui ne veut rien dire. Ce sont les références qui lui donnent tout son sens car c’est elles qui définissent les balises et l’agencement de la page. Il existe deux références, dont une obligatoire : GRD : Global Reference Document : ce document est présent sur le serveur central de Hypr@net : c’est lui qui définit les balises de base. Par exemple, le GRD définit que la balise [ titre / annonce un texte de taille 20, en caractères gras et centré sur la feuille d’arrivée. Si le programme est stocké sur une machine qui n’a pas accès au serveur central Hypr@net, alors elle cherche le GRD là où elle se trouve, soit sur son réseau local soit en local (pour une application qui n’a pas besoin d’accès aux réseaux). Le GRD est la norme, mais rien ne peut empêcher le programmeur de définir une autre norme. LRD : Local Reference Document : on l’a vu ci-dessus, le GRD régie le langage XHL. Mais avant d’être interprété sur la machine, XHL recherche le LRD. Le LRD est un document, identique au GRD, mais qui peut contenir des précisions selon le type d’applications qu’il doit faire tourner. Par exemple, vous codez un site en XHL et vous désirez qu’en tapant [ myip /, cela affiche votre adresse IP. Le GRD n’a pas de telles balises, donc il faut que vous la définissiez dans le LRD. Si le développeur inclut une balise déjà existante dans le GRD, XHL donnera priorité au LRD. Par exemple, si vous voulez que [ titre / affiche un titre justifié à gauche et en taille 15, il faut bien que XHL vous donne satisfaction. On peut comparer les LRD comme des styles CSS, mais leur utilité est tout autre. De même, il est possible de créer un LRD pour un intranet ou pour un site, ou de décider de créer un LRD par dossier, voir par feuille (page). Ces deux documents sont codés en XHL, ils ont donc eux aussi des balises. Pour résumer, on peut dire que le GRD est le standard du XHL, le LRD ajoutant des balises (d’où le X de XHL) non prévues au dé part .
    • Global Reference Document : [title/<title>%reference%</title><center>%reference%</center> [text/<p>%reference%</p> [bold/<b>%reference%</b> [italic/<i>%reference%</i> [underline/<u>%reference%</u> [line/<hr> … Voici un extrait du GRD , le document de référence pour les pages XHL. Dans ce cas là, ce GRD a été normalisé pour le HTML (il porte donc le nom html.grd ). On voit que dans ce document, la norme pour un titre est de la placer dans la barre de l’application et au centre de l’écran. [title/<center><font size=&quot;4&quot;><b><img src=&quot;fichier.gif&quot; width=&quot;36&quot; height=&quot;30&quot; align=&quot;absmiddle&quot;> </center>%reference%</b></font></p> [argument/<p><img src=&quot;fichier.gif&quot; width=&quot;38&quot; height=&quot;30&quot; align=&quot;absmiddle&quot;> %reference%</a></p> [br/<br> [copyright/© %reference%, 2003 … Voici un extrait du LRD, c’est-à-dire le document qui précise le GRD et qui change selon le réseau, le site voire la page. Le développeur a décidé que les titres ne devaient pas être présentés comme dit dans le GRD, il a donc écraser cette balise en en définissant une du même nom. De même, il a créé une balise propre à son site, [ argument/, qui permet d’insérer une image avant le texte saisi. Local Reference Document :
    • Source XHL : [title/Bienvenue sur mon site [br/null [text /Je vous souhaite la bienvenue sur ce site de test !<br><b>Le XHL est :</b> [br/null [argument/Adapté à la programmation rapide [argument/Souple en évitant les redondances [line/null [copyright/Nicolas RUIZ Le créateur de page peut donc s’appuyer sur le LRD et le GRD. Il a aussi inclus du HTML pur plutôt que d’utiliser les balises [bold/ ou [br/
    • Aperçu : Voici comment apparaîtra le site dans un browser. S’il n’est pas compatible XHL (ce qui est souvent le cas), alors XHL s’appuyera sur le document html.grd pour le retranscrire en HTML. Si l’on affiche la source, voilà ce qu’on verra : <body> <title>Bienvenue sur mon site</title> <center><font size=&quot;4&quot;><b><img src=&quot;fichier.gif&quot; width=&quot;36&quot; height=&quot;30&quot; align=&quot;absmiddle&quot;>Bienvenue sur mon site</b></font></p> </center><br> <p>Je vous souhaite la bienvenue sur ce site de test !<br><b>Le XHL est :</b></p><br> <p><img src=&quot;fichier.gif&quot; width=&quot;38&quot; height=&quot;30&quot; align=&quot;absmiddle&quot;>Adapté à la programmation rapide</a></p> <p><img src=&quot;fichier.gif&quot; width=&quot;38&quot; height=&quot;30&quot; align=&quot;absmiddle&quot;>Souple en évitant les redondances</a></p><hr> © Nicolas RUIZ, 2003</body> Taille en XHL : 258 octets Taille en HTML : 460 octets
    • Les avantages de XHL : Le GRD et les LRD font la force de XHL tout simplement parce que ces documents permettent des modifications massives avec un minimum d’intervention. Prenons un exemple : la balise [copyright/ placé dans le LRD : [copyright/© %reference%, 2003 Il suffit de la changer en [copyright/© %reference%, 2004 l’année suivante pour que toutes les pages qui l’utilisent se mettent à jour. XHL prend tout son sens sur de gros développements puisque changer des dizaines de pages requièrent juste un changement de définitions dans le LRD. De même, il est possible de définir dans le LRD un code qui sera placé quelque soit la page : ainsi, vos gestions de charte graphique, de bannière ou de copyright sont encore plus simples !
    • Les balises fixes : Toutes les balises sont définies dans les documents GRD ou LRD sauf quelque-unes : en voici les caractéristiques : [begin/ : cette balise intègre un code dans n’importe quelle page avant le code du développeur XHL. [end/ : cette balise intègre un code dans n’importe quelle page après le code du développeur XHL. [compilation/ : cette balise reçoit en référence le chemin d’accès du compilateur, dans le cas de programmation d’un langage compilé. [grd/disabled : cette balise indique aux pages XHL dépendantes du LRD d’ignorer le GRD. [lrd/disabled : cette balise indique aux pages XHL de consulter uniquement le GRD et d’ignorer le LRD (dans le cas du GRD du réseau Hypr@net, il n’y a pas cette balise mais elle peut servir aux administrateurs fournissant des restrictions. [lrd/limited : cette balise indique aux pages XHL de consulter le GRD avant le LRD et donc d’ignorer les balises du LRD qui voudraient écraser celles du GRD. [br] : cette balise indique un retour à la ligne pour les langages qui n’ont pas de syntaxe spécifique. %reference % : ceci n’est pas une balise, c’est là où doit se placer la référence de la balise : si on a plusieurs références, on les sépare par des points virgules « ; » . Ces balises ne doivent être utilisées uniquement dans les documents de référence et pas dans une page XHL à l’exception de [br] .
    • Les langages compilés : Jusqu’à présent, XHL vous a montré son efficacité dans des langages interprétés : il en est de même pour un langage compilé : prenons un exemple avec Visual Basic 6. Le GRD contient des références à VB6 ; en voici un extrait : [click/Private Sub %reference%_click [hr] %reference%[br]End Sub [show/%reference%.show [max/%reference%.windowstate=vbmaximized … Voici le code tapé en XHL par un codeur avec pour référence ce GRD : [click/button1;[max/FrmMain Après passage sous Visual Basic, le code sera le suivant : Private Sub button1_Click() FrmMain.WindowState = vbMaximized End Sub
    • Conclusion : Utilisé dans les projets NRC puis eviGroup, XHL8 régit depuis maintenant plusieurs années les sysèmes de bases de données de Seline et des progiciels associés : MedicalCenter, ChromatographicCenter, XSS. Si vous utilisez un produit eviGroup, ce dernier a forcément à un moment ou un autre convertit ce que vous faisiez en XHL. L’ouverture de ce dernier n’a hélas pas été couronné de succès puisque arrivé probablement trop tard et avec comme objectif premier de d’abord fonctionner. Les documentations sont donc arrivés malheureusement après. Cependant, cela ne remet pas en cause son efficacité et sa simplicité d’utilisation. XHL8 n’a d’ailleurs jamais eu de remplaçant alors que les premières version (de la v1 à la v7) étaient sans cesse mise-à-jour, preuve d’une certaine maturité dans les possibilités d’applications. Malgré son utilisation exclusive dans les produits evigroup, de manière transparente ou non, XHL reste un système d’interprétation et de stockage totalement ouvert et libre, non soumis à royalties.